Navigation – Plan du site
Ecritures

Contes et histoires du Yémen

Mathieu Tillier, Monica Balda et Muhammad Alî Abduh

Résumés

Deux contes de la région de Taez, traduits en français, illustrent plusieurs aspects de la vie sociale traditionnelle des villages yéménites. " La brebis devenue hyène " conte les mésaventures d'un groupe d'hommes partis pour une lointaine visite, chargés de qat et accompagnés d'une brebis. " La divination par les os " met en scène le face-à-face entre l'honneur perdu d'un cheikh et celui du hérault de sa tribu.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

YEM
Haut de page

Texte intégral

La brebis devenue hyène1

1Le destin et la fortune voulurent qu'une jeune fille appartenant aux Banû Dawmân épouse un jeune homme d'un village très éloigné du sien ; elle s'en alla avec lui vivre là-bas, loin de sa famille et de ses proches... Plusieurs mois s'écoulèrent sans qu'elle revienne les voir ni qu'ils lui rendent visite, si bien qu'il s'en fut de peu qu'on ne sache plus rien d'elle dans son village d'origine. Ce silence attisa l'ardent désir que ses parents avaient de la revoir, désir qui se mit à croître de jour en jour, au point de finalement l'emporter sur toute autre chose.

2- Notre fille est partie depuis bien longtemps ! dit un jour le mari à sa femme. Nous ne l'avons pas vue depuis son mariage et je ne puis plus réprimer mon envie de la revoir.

3- Elle me manque plus encore qu'à toi ! répliqua la femme. Mais comment parvenir jusqu'à elle ? Si tu veux aller la voir, je viens avec toi !

4- Son village est éloigné, objecta le mari, et m'accompagner signifierait pour toi accomplir un long voyage, plein de peines et de difficultés auxquelles tu ne résisterais pas. Le mieux est que je parte avec un groupe d'amis qui supporteront les fatigues du voyage. Je lui transmettrai tes salutations et le désir que tu as de la revoir.

5Sa femme ne s'opposa pas à ce que quelques jeunes gens l'accompagnent à sa place rendre visite à leur fille, et déclara : " Nous ferons ce que tu as décidé ! "

6L'homme consulta ses amis sur ce qu'il projetait et les pria de l'accompagner. Ils acceptèrent et il choisit parmi eux six compagnons de voyages. Tous se préparèrent et, le jour venu, ils prirent avec eux une grande quantité de qat flala'a2 et une brebis, comme le veut la coutume en de telles occasions, pour l'offrir à leur famille par alliance (ashâr) en échange de son hospitalité.

7Ils s'en furent en direction de l'autre village, portant le qat et tirant derrière eux la brebis, et marchèrent jusqu'à ce que la nuit tombe et qu'ils ne voient plus où ils posaient le pied. C'est alors qu'ils trouvèrent sur leur chemin un jalab, une de ces petites cabanes où les voyageurs peuvent s'abriter ou se protéger de la pluie.

8- Nous ne pouvons plus continuer à marcher dans l'obscurité en craignant de nous perdre ou d'être attaqués par une bête sauvage ! dit l'un d'eux. Que diriez-vous de nous reposer un moment dans le jalab, en attendant que la lune se lève ? Nous poursuivrons alors notre route à sa lueur.

9- Tu as raison ! répondit un autre. Il nous faut prendre quelque répit. C'est le meilleur endroit où nous reposer avant que la lune se lève.

10Comme toute la troupe était de cet avis, ils déchargèrent le qat, firent entrer la brebis dans la cabane et prirent place à ses côtés.

11- Nous risquons de succomber au sommeil et de dormir toute la nuit... dit alors quelqu'un.

12- Le qat va nous aider à résister jusqu'au lever de la lune ! répondit un autre.

13- Il va nous faire oublier la fatigue et nous aiguillonner pour le reste du voyage !

14Leurs mains se tendirent vers les feuilles de qat flala'a qu'ils avaient apporté pour leurs hôtes, et ils commencèrent à s'en emplir la bouche, les mâchant d'un air détendu, accoudés à quelques pierres, échangeant des propos divers. La lune s'éleva dans la nuit, face à eux, projetant ses rayons sur la campagne, et le chemin réapparut clairement devant leurs yeux. Ils se préparaient à se remettre en route, lorsque l'un d'eux, délirant sous l'effet du qat, s'écria :

15- Dites, les gars ! Ne partez pas si vite, et comptez-vous avant de quitter la cabane, afin de vérifier combien nous sommes et qu'il ne manque personne ! Il fait nuit et j'ai peur qu'il ne soit arrivé quelque chose à l'un d'entre nous.

16- Tu as raison, répondit un autre. Vérifions combien nous sommes avant de poursuivre notre route. Peut-être est-il arrivé quelque chose...

17- Dieu vous préserve de Satan, le lapidé ! Fi de ces élucubrations ! C'est moi qui vais compter, pour que vous soyez certains qu'il n'est rien advenu. Restez à vos places, devant le mur, et taisez-vous pour que je puisse vous compter !

18Tous s'exécutèrent et gardèrent le silence pendant qu'il les comptait, un à un, jusqu'au sixième

19- oubliant de se compter lui-même comme l'un d'entre eux. Annonçant l'effrayant résultat, il s'écria :

20- Il en manque un ! Nous ne sommes que six ! Où est donc passé le septième, et que lui est-il arrivé ?

21- Nous aurions perdu l'un de nous ? C'est inconcevable ! cria l'un d'entre eux. Tu t'es sûrement trompé en comptant. Laisse-moi faire !

22Aucun ne s'opposa à ce qu'il recompte par lui-même. Mais à l'instar de son compère, il compta tout le monde et oublia sa propre personne.

23- C'est vrai ! s'écria-t-il terrifié. Il en manque un ! Où est-il allé ? Qui l'a donc enlevé ou bien mangé ?

24Tous doutaient du résultat et ne pouvaient croire qu'il manquait quelqu'un à l'appel. Chacun se mit à dénombrer les personnes présentes, mais en négligeant de s'inclure dans le groupe. Le recensement terminé, ils furent tous convaincus d'avoir perdu l'un d'entre eux et commencèrent à se lamenter et à pleurer sur le sort de leur compagnon égaré. Ils examinèrent ensemble ce qui avait pu lui arriver.

25- Où a-t-il pu aller ? Comment a-t-il disparu ? se demandèrent-ils.

26- Personne n'est venu... Et nous ne l'avons pas vu sortir !

27Soudain l'un d'entre eux, apercevant le reflet scintillant de la lune dans les yeux de la brebis qui se tenait à leurs côtés dans la cabane, révéla dans un cri l'identité de celui qui avait mangé leur compagnon :

28- La brebis ! La brebis s'est faite " hyène " et a mangé notre ami ! Regardez ses yeux : ce sont des yeux de hyène, pas de brebis !

29Les autres tournèrent leurs regards vers la brebis et, observant l'éclair de ses prunelles, confirmèrent ses dires :

30- Oui, oui, la brebis est devenue hyène et l'a mangé !

31Ils pleurèrent et se lamentèrent de plus belle, déplorant la perte de leur camarade dévoré par la brebis. Un voyageur, passant par là, entendit leurs pleurs et leurs cris ; il s'approcha de la porte de la cabane et leur demanda ce qu'il se passait. " Nous pleurons notre compagnon ! " répondirent-ils d'une seule voix.

32- Que lui est-il arrivé ? De quoi est-il mort ? Comment lui est-t-il arrivé malheur ?

33- La brebis s'est faite hyène et l'a mangé !

34À leur réponse, il comprit que quelque chose de particulier était advenu car, sans cela, ils n'auraient point proféré de telles paroles. Il continua donc à les interroger :

35- Combien étiez-vous au départ ?

36- Sept.

37L'homme les compta, et trouvant qu'ils étaient sept, s'interrogea avec un étonnement croissant sur ce qu'il s'était passé.

38- Vous êtes-vous comptés ? leur demanda-t-il.

39- Oui, et plus d'une fois ! Tout le monde s'y est essayé et nous avons trouvé, comme tu peux le constater, que nous étions six. Le septième a été mangé par la brebis...

40- Comptez-vous à nouveau devant moi et je ferai de même !

41Ils se comptèrent donc comme la première fois, l'un après l'autre, chacun oubliant de se prendre en considération, pendant qu'il suivait leurs opérations.

42- Crois-tu maintenant, lui dirent-ils à la fin, que la brebis s'est faite hyène et a mangé notre compagnon ?

43L'homme fut alors convaincu qu'ils déliraient sous l'effet du qat et qu'ils avaient tout imaginé.

44- Que diriez-vous, leur proposa-t-il, que je vous compte moi-même, afin de savoir de façon certaine combien vous êtes ?

45- Tu peux toujours essayer...

46- Je vais me tenir derrière la porte, et vous sortirez l'un après l'autre, pour que je puisse vous compter. Chacun devra compter juste après moi.

47Et tous de s'exécuter. L'homme se posta à l'extérieur de la cabane, tenant en main son gros bâton, et chaque fois que l'un d'eux sortait, il lui en assenait un grand coup au milieu du dos.

48- Un ! disait-t-il.

49- Un ! répétait l'homme dans un cri de douleur.

50- Deux !

51Ils sortirent l'un après l'autre ; à peine chacun avait-il franchi le seuil que le bâton s'abattait sur son dos... Entendant leur numéro, ils le répétaient en se massant les reins. Lorsqu'ils furent tous les sept dehors, l'homme leur demanda :

52- Combien êtes-vous maintenant ?

53- Maintenant nous sommes sept, et plus six !

54Il leur fit ses adieux et s'en fut à ses affaires. Quant à eux, ils se remirent en route pour rendre visite à leurs parents par alliance, portant le qat sur leurs dos et tirant derrière eux la brebis.

La divination par les os3

55Lors des banquets, des déjeuners ou des dîners de fête, il était d'usage que le convive qui recevait l'omoplate de la bête égorgée regarde à l'intérieur de l'os ; il y voyait à distance ceux qu'il désirait voir, ou comprenait à sa façon ce qu'il se passait chez lui ou chez quelqu'un d'autre dont il désirait avoir des nouvelles.

56Un dawshân4 ou shâhidh - comme on l'appelle dans le Sud - passa un jour dans un village, non loin d'un autre où était offert un banquet. Le soir venu, il se joignit aux convives et, l'omoplate lui ayant échu, il lui fallut regarder à l'intérieur, selon la coutume. Il désira voir sa maison et ce qu'il s'y passait, et savoir comment se portait sa femme qu'il avait laissée seule, sans personne à ses côtés.

57Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il l'aperçut endormie sur le lit avec un inconnu, dans sa propre maison ! Aveuglé par la colère, il se leva brusquement de table et retourna précipitamment chez lui pour venger son honneur bafoué.

58Il entra chez lui et, sans dire un mot, sans se poser de questions ni même réveiller sa femme, tira sa janbiyya5 et frappa à plusieurs reprises l'individu qui dormait dans le lit à côté d'elle, sans savoir de qui il s'agissait.

59Réveillée par le bruit et voyant ce qu'il s'était passé, sa femme lui cria à la figure :

60- Mon homme, tu viens de causer notre perte ! C'est Jâbir, le fils du cheikh, que tu as tué ! Il était venu me tenir compagnie pendant que tu étais en voyage. Qu'allons-nous dire au cheikh ? Comment va-t-on nous pardonner ce meurtre ? Qu'allons-nous devenir ?

61Le jeune garçon, âgé de huit ans, était le fils unique de sa mère et du cheikh. Lorsqu'on apprit que le dawshân avait tué Jâbir, le fils du cheikh, et qu'il avouait son crime, la haine et la colère s'emparèrent de la tribu. Les avis étaient partagés sur ce que devait faire le cheikh : le dawshân appartenait à une des catégories sociales les moins importantes et les moins respectables de la société, et il ne pouvait être considéré comme un individu ordinaire. Comment donc le mettre sur le même plan que les notables et le cheikh de la tribu lui-même, quand la victime était son fils ? Quelle punition fallait-il infliger au coupable, alors que s'élevaient les lamentations de la mère, folle de douleur, qui criait qu'on lui avait tué son fils unique ?

62Essayant de soulager la mère et d'apaiser sa colère, quelqu'un suggéra :

63- Il faut appliquer le talion et tuer le dawshân ! Vie pour vie !

64- Comment cela se pourrait-il ? le contredit un autre. Peut-on tuer un dawshân, qu'il s'agisse ou non de vengeance ? Si le cheikh l'acceptait, cela signifierait la honte, non seulement pour lui, mais pour la tribu tout entière6 !

65Tout le monde se taisait, les yeux baissés, ne sachant ce qu'ils devaient faire. La mère ne se calmait pas ; assis non loin de là, le dawshân et sa femme écoutaient la discussion, acceptant d'avance le sort ou le châtiment qu'on leur imposerait, quel qu'il soit.

66Enfin, le cheikh prit la parole :

67- La présence du dawshân dans notre contrée, après ce qu'il a fait, nous rappellera constamment l'assassinat de Jâbir, et redoublera le chagrin et les larmes de sa mère ; nous ne pouvons pas le laisser vivre dans ce village. Que le dawshân soit banni de ces terres, à condition qu'il ne revienne jamais, tel est mon avis.

68La tribu approuva l'opinion du cheikh, même si certains, au fond d'eux, restaient d'avis de le tuer.

69Le dawshân fit ses bagages et quitta avec sa femme le pays où il était né, partant à la recherche d'une terre, d'un nouveau foyer où il pourrait demeurer. Il s'arrêta sur les hauteurs d'un village éloigné de celui dont il venait et s'y installa, sans que la nostalgie de son pays natal le quittât jamais.

70Les mois passèrent ; une année, puis deux, s'étaient écoulées depuis l'accident. Le dawshân ne se plaisait pas dans sa nouvelle demeure et la nostalgie de son pays natal ne s'apaisait pas. La femme du cheikh, qui ne se consolait pas de la perte de son fils ni n'oubliait la façon dont il avait été tué, pleurait chaque jour davantage. L'événement était encore sur toutes les lèvres et on le remâchait incessamment.

71Ceux qui s'étaient montrés dès le début partisans de la mort du dawshân revinrent à la charge, conseillant le cheikh avec insistance : " Ta femme ne trouvera pas la tranquillité tant qu'elle ne verra pas le dawshân mort et son sang répandu sur le sol. Nous devons le chercher, où qu'il se trouve, et le tuer ! " Le cheikh fut finalement obligé de se ranger à leur avis.

72Il prit alors avec lui quelques hommes, partit avec eux à la recherche du dawshân et alla de village en village en s'enquérant de lui. Ils parvinrent enfin au village où l'homme résidait mais s'abstinrent de lui révéler leur présence. Le soir venu, le cheikh et ses hommes le trouvèrent assis à l'entrée de sa hutte, veillant en compagnie de sa femme. Le tonnerre grondait dans le lointain et le dawshân, apercevant les éclairs en direction de son ancien village, sentit la nostalgie du pays où il aurait tant voulu vivre encore l'envahir. Il entama alors un chant dans lequel il souhaitait à son village une pluie abondante et il appelait la bénédiction sur le cheikh qui l'avait épargné et lui avait pardonné, quand il avait tué son fils :

73Ô Seigneur victorieux, apporte la pluie!

74Déverse sur les contrées d'Ibn 'Âmir, qui a accordé sa protection au voisin,

75Un oued [traversant les terres] de notre voisin 'Âmir.

76Le cheikh, entendant le chant du dawshân et son invocation en sa faveur, se tourna vers ses compagnons :

77- Il prie pour moi à distance, dit-il, et appelle la pluie sur ma terre, alors que je suis venu le tuer ! Cela ne saurait être.

78- Et ta femme ? répliquèrent ses compagnons. Que dira-t-elle ? Nous devons le tuer pour qu'elle se console du meurtre de Jâbir.

79Le cheikh se tut et, sans répondre, retourna avec ses compagnons à l'endroit où ils logeaient, attendant le matin pour prendre une décision sur le sort du dawshân ; de leur côté, les autres l'exhortaient sans répit de le tuer et de ne pas renoncer à ce pour quoi il était venu.

80Le lendemain matin, on envoya quelqu'un signifier au dawshân que le cheikh allait venir le voir.

81- Les hommes sont les bienvenus, dit-il, même s'ils me veulent du mal !

82Il avait bien compris que le cheikh, convaincu par les autres, venait pour le tuer. Il alla néanmoins vers lui comme son honneur et sa dignité le lui dictaient, et se prépara à le recevoir comme un invité. Lorsque le cheikh entendit les paroles de bienvenue qu'il lui avait adressées, à lui et à ses hommes, il reconnut son sens de l'honneur et s'exclama :

83- Comment pourrais-je le tuer, quand il me souhaite la bienvenue de la sorte, et quand il appelle sur moi la bénédiction du ciel alors qu'il se trouve au bout du monde ? Pardieu, le dawshân n'a pas moins d'honneur que moi !

84Les compagnons du cheikh ne purent alors s'opposer à sa volonté et le cheikh raccompagna le dawshân au village pour qu'il y vive avec eux.

Haut de page

Notes

1 Ces contes et histoires sont tirés de 'Alî Muhammad 'Abduh, hikâyât wa-asâflîr yamaniyya, Dâr al-kalima, Sanaa, 1985, p. 125-129. Ce recueil rassemble quinze contes et histoires populaires, provenant de différentes régions du Yémen, enregistrées et réécrites par 'Alî Muhammad 'Abduh à la fin des années 1970. Dans son introduction (p. 13-15), l'auteur justifie sa démarche par le souci de préserver de l'oubli une littérature orale en voie de disparition.

Le flâhish, qui peut désigner la hyène, est avant tout une créature féroce fabuleuse, inspirant la crainte dans de nombreuses régions du Yémen et faisant l'objet de nombreuses histoires. M. Piamenta, Dictionary of post-classical yemeni arabic, E.J. Brill, Leiden 1991, racine fi H SH. Voir également l'explication de 'Alî Muhammad 'Abduh, op. cit., p. 125.

2 Le flala'a (ou jadda) est une variété de qat connue pour la puissance de ses effets. (Note de l'auteur)
3 'Alî Muhammad 'Abduh, op. cit., p. 71-74.

Al-talwîh désigne une façon de prédire l'avenir par l'examen de l'omoplate (lawh katif) d'un mouton. M. Piamenta, op. cit., racine L W .

4 Serviteur et porte-parole de la tribu, chargé de transmettre ses messages en particulier en temps de guerre. Le dawshân joue aussi un rôle de " troubadour ", panégyriste des notables et de leurs convives lors des fêtes. J. Chelhod, L'Arabie du Sud. Histoire et civilisation, vol. 3. Culture et institutions du Yémen, Maisonneuve et Larose, 1985, p. 23-24.
5 Poignard yéménite traditionnel à lame recourbée.
6 Le dawshân jouit d'une immunité totale. " Personne ne peut porter la main sur lui sans perdre à jamais la face : il est interdit. [...] D'ailleurs, tout homme d'une situation sociale supérieure estime qu'il est indigne de lui de se livrer à des voies de fait sur quelqu'un de la catégorie humble de la population. " (J. Chelhod, op. cit., p. 24).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Tillier, Monica Balda et Muhammad Alî Abduh, « Contes et histoires du Yémen », Chroniques yéménites [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 07 septembre 2007, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/74 ; DOI : 10.4000/cy.74

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org