Navigation – Plan du site
Histoires

Chronologie du Yémen (1045-1131/1635-1719)

Tomislav Klaric

Résumés

Avec le départ des Turcs ottomans en 1635, le Yémen se retrouve unifié du sud au nord sous la férule de l’imam zaydite al-Mu’ayyad. Alors que les régions du sud, à l’activité économique dynamique, prennent un poids de plus en plus important, le pays se divise en “ fiefs ” tenus par différentes branches de la famille qâsimide qui s’affrontent régulièrement. L’accession au pouvoir de l’imam al-Mutawakkil al-Qâsim semble augurer une gestion dynastique plus centralisée.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

chronologie, histoire

Géographique :

YEM
Haut de page

Texte intégral

1Après1 le retrait des Ottomans en 1045/1635, le Yémen resta environ deux siècles sous la domination des Qâsimides (Al Qâsim), famille dont les membres se réclamaient de la descendance d'al- Hâdî Yahyâ (m. 298/911), le fondateur du zaydisme au Yémen.

2C'est à la fin de muharram ou au début de safar 1006/août-septembre 1597 qu'al-Qâsim s'était proclamé imam en prenant le titre d'al-Mansûr. D'al-Qâra, village situé dans le district d'al-Sharaf au sud de Sa'da, il avait appelé les croyants à mener le jihâd contre les Ottomans2. La lutte acharnée qu'il livra durant une vingtaine d'années n'aboutit à aucun résultat militaire décisif. Les Ottomans gardèrent leurs bastions au sud du Yémen et restèrent maîtres de Sanaa sans pouvoir étouffer le foyer de la révolte dans les hautes terres du Yémen. Mais ce soulèvement changea fondamentalement la situation politique dans les contrées peuplées par les tribus zaydites. Les Qâsimides réussirent à s'affirmer aux yeux des tribus comme la seule branche des descendants du Prophète apte et digne d'assumer l'imamat. Ils monopolisèrent le pouvoir et écartèrent toutes les autres familles de sharîf. Les prétendants des familles Sharaf al-Dîn et al-Mu'ayyadî, qui avaient dominé le nord du Yémen au Xe/XVIe siècle, n'étaient plus capables de gagner le soutien des tribus.

3A la mort d'al-Qâsim le 12 rabî' I 1029/16 février 1620 dans la forteresse d'al-Shahâra, la famille régnante et les notables zaydites se rallièrent au pouvoir d'al-Mu'ayyad Muhammad, fils aîné de l'imam défunt. Al-Mu'ayyad assuma l'imamat sans contestation de la part de ses frères, évitant ainsi une dispute autour de la succession qui aurait immanquablement affaibli les rangs des Al Qâsim3. La lutte contre les Ottomans fut reprise, si bien qu'en jumâdâ I 1045/octobre 1635, ceux-ci se retirèrent de leurs dernières positions au Yémen4. Les Al Qâsim restèrent les seuls maîtres du pays.

4L'unification du Yémen à la suite des conquêtes menées par al-Mu'ayyad Muhammad amena sous le règne de son successeur, al-Mutawakkil Ismâ'îl, un déplacement du "centre de gravité" de l'Etat vers le sud, où habitait la majeure partie des sujets. L'imam transféra alors la capitale d'al-Shahâra à Dûrân. Le Nord où se trouvait le potentiel militaire de la dynastie, à savoir les tribus zaydites, dut être relié au Yémen méridional qui fournissait à l'Etat ses moyens financiers5. Ces régions du Sud disposaient en effet de revenus fiscaux bien supérieurs à celles du Nord grâce à un potentiel agricole plus important, résultant de pluies plus régulières et d'une densité de population relativement élevée, à quoi venaient s'ajouter les taxes portant sur le commerce dans les ports. La mainmise sur les montagnes du Yémen méridional d'une part, et les conquêtes ultérieures de Lahj, d'Aden, de Yâfi' et du Hadramawt sous le règne de l'imam al-Mutawakkil d'autre part, constituaient en même temps un défi politico-religieux : un pouvoir fondamentalement zaydite dominait des contrées habitées majoritairement par des populations shâfi'ites. Signe patent de cette soumission, l'appel à la prière devait adopter dans ces dernières régions les formules zaydites. Toutefois, il n'était évidemment pas dans l'intérêt des Qâsimides de s'aliéner la majorité de leurs sujets et les imams insistèrent plutôt sur les points en commun. Ainsi l'imam al-Mutawakkil reprit-il la tradition de la caravane yéménite du pèlerinage, qui, traversant le Yémen du sud au nord, pouvait espérer incarner l'unité des "deux Yémens zaydite et shâfi'ite".

5Il n'est pas sans intérêt de noter que l'évolution de l'Etat qâsimide naissant suivit dans les grandes lignes le paradigme qui avait été à l'œuvre lors de l'expansion musulmane initiale. Des populations tribales, habitant des régions arides, perdaient leur force dans d'interminables querelles.

6Mais une fois unifiées sous l'égide d'un chef charismatique, arrivant à canaliser cette force et à la dévier vers l'extérieur, elles étendirent leur pouvoir sur les territoires adjacents6. Cette expansion achevée, l'ancien territoire tribal perdit sa signification et le centre du nouvel Etat fut déplacé en dehors des zones arides et tribales. De même que Médine perdit son statut en faveur de Damas, de Kufa et de Basra, l'importance de sa'da et d'al-Shahâra diminua au profit de Dûrân et de Dhamâr.

7L'unité yéménite, manifeste peut-être au cours du long règne de l'imam al-Mutawakkil Ismâ'îl, ne fut pas durable. Le Yémen se fragmenta dans la deuxième moitié du XVIIe siècle en fonction des clivages naissants au sein de la famille régnante. Ces divisions venaient s'ajouter à celles des territoires tribaux et des réseaux de sharîf qui s'étaient constitués par le biais des hijra7. L'origine de l'éclatement du pays se trouvait dans le système même de domination des Qâsimides. Les imams confièrent l'administration de la plupart des provinces à de proches parents. Au cours du temps, ces régions se transformèrent en fiefs gouvernés de façon largement autonome par les différents clans des Qâsimides. Leurs possessions étaient confirmées par l'imam, lors de sa prise du pouvoir, en récompense de la bay'a (hommage rituel). Dans ce processus, des dynasties locales, branches de la famille qâsimide, s'installèrent durablement à Sa'da et à al-Shahâra. Le gouvernement central resta donc faible. Autre facteur de division, le mode de transmission du pouvoir au sein du clan qâsimide ne suivait aucun ordre successoral défini. L'imamat pouvait passer linéairement, c'est-à-dire de père en fils, ainsi que latéralement, c'est-à-dire d'un imam à son frère ou à son neveu8. L'Etat qâsimide ne possédait pas de centre administratif ou gouvernemental. Les capitales successives, choisies selon le bon vouloir de l'imam, pouvaient être des villes comme al-Shahâra et Dûrân, mais aussi de petits villages comme Ghirâs et al-Mawâhib.

8Toutefois, le contrôle des régions méridionales shâfi'ites apparut de plus en plus déterminant dans la course au pouvoir, alors que le commerce du café était florissant9. A la fin du XVIIe siècle, les dynasties locales qâsimides implantées dans les zones zaydites du Yémen septentrional semblaient avoir perdu la capacité d'assumer l'imamat. La "revanche du Sud" fut particulièrement nette sous le règne du sixième imam de la dynastie, al-Nâsir Muhammad. S'appuyant sur le Yémen inférieur, al-Nâsir Muhammad réussit à s'imposer contre le reste des concurrents de la famille qâsimide en mettant à profit les ressources financières tirées du commerce portuaire.

9L'accession d'al-Qâsim b. al-Husayn à l'imamat en 1131/1719, fin de la période étudiée, marque un tournant important. Les structures de l'Etat connurent de nets changements, caractérisés notamment par une centralisation accrue. Alors que Sanaa devenait capitale et centre de l'administration, la transmission du pouvoir, monopolisé par une seule branche du clan qâsimide, adoptait des formes très nettement héréditaires.

101045-1046/1635-1637 : Al-Hasan b. al-Qâsim, qui dirigea les actions militaires des Qâsimides contre les Ottomans et conquit le sud du Yémen sous le règne de l'imam al-Mu'ayyad, nomme des gouverneurs dans les villes récemment conquises. Deux de ses esclaves deviennent gouverneurs des ports d'al-Luhayya et de Moka10.

111047/1637-38 : L'imam al-Mu'ayyad prend des mesures contre la consommation du tabac. Il fait brûler des stocks de ce produit dans la région de Kawkabân mais ne parvient pas à faire valoir son interdiction au-delà des régions se trouvant sous son contrôle direct. Ses mesures se soldent finalement par un échec11.

121048/1638-1639 : (2 shawwâl/6 février 1639) Al-Hasan b. al-Qâsim meurt de la pleurite et il est enterré à Dûrân12. L'imam al-Mu'ayyad, cherchant probablement à restreindre l'influence de plus en plus menaçante du clan des descendants d'al-Hasan b. al-Qâsim, confie les territoires que celui-ci gouvernait non pas à ses fils Muhammad et Ahmad, mais à son frère al-Husayn b. al-Qâsim13.

131049/1639 : (sha'bân/novembre-décembre

141639) Ahmad b. al-Hasan qui considère les provinces de son père comme son héritage légitime, désobéit aux ordres d'al-Husayn b. al-Qâsim et fomente une révolte dans la région de Wusâb. Al-Husayn étouffe la rébellion et fait exécuter les conseillers d'Ahmad. Ahmad lui-même est épargné et traité avec indulgence14.

151051/1641 : (rabî' II/juillet-août) Ahmad b. al-Hasan se révolte une deuxième fois dans la région de Khawlân et marche contre Dhamâr, poursuivi par les troupes de l'imam. Il se rend d'abord à Radâ' et ensuite à Qa'flaba où son armée est cernée et vaincue. Ahmad se réfugie à Abyan puis dans la région de Yâfi'15.

161052/1642-1643 : Un notable zaydite réussit à réconcilier Ahmad b. al-Hasan avec l'imam al-Mu'ayyad. Ahmad quitte la région de Yâfi' et s'installe à Sanaa16.

171054/1644 : (27 rajab/29 septembre) L'imam al-Mu'ayyad Muhammad décède dans sa capitale, al-Shahâra17. Deux frères d'al-Mu'ayyad, Ahmad et Ismâ'îl, se disputent la succession. Ismâ'îl réussit à s'assurer du soutien de la plupart des membres de la famille qâsimide, notamment de Muhammad b. al-Hasan b. al-Qâsim (1010-1079/1601-1668) et de son frère Ahmad b. al-Hasan (1029-1092/1619-1681) qui contrôlent le sud du Yémen et sont des chefs militaires habiles. Le premier prétendant à l'imamat, Ahmad, est battu et doit se rendre18. Ismâ'îl devient imam sous le nom d'al-Mutawakkil.

181055/1645-1646 : Suivant l'ordre de l'imam al-Mutawakkil, Ahmad b. al-Hasan et son frère Muhammad mènent une expédition militaire contre Lahj et Aden qui étaient gouvernées par l'émir d'Abyan, al-Husayn b.'Abd al-Qâdir. A la tête de trois mille guerriers, ils rencontrent les forces militaires d'al-Husayn à al-Ra'âra, au nord de Lahj. L'émir perd la bataille et s'enfuit dans la région de Yâfi'. L'imam lui propose par la suite de reprendre son ancien territoire et de le gouverner en son nom19.

191056/1646-1647: Ibrâhîm b. Muhammad, du clan des al-Mu'ayyadî, se proclame imam dans le nord du Yémen. L'imam al-Mutawakkil dépêche Muhammad b. al-Husayn qui réussit à mater la révolte et à faire prisonnier Ibrâhîm b. Muhammad. Une fois amené à Sanaa, ce dernier se repent et reçoit le pardon de l'imam20.

201057/1647-1648 : L'empereur d'Abyssinie demande à l'imam zaydite l'envoi d'une mission dans son pays pour enseigner le Coran et le droit islamique. L'imam al-Mutawakkil envoie le cadi al-Hasan b. Ahmad al-Haymî accompagné d'une ambassade d'une cinquantaine de personnes. La mission ne donne aucun résultat21.

211058/1648-1649 : Dans le Hadramawt, alors sous le contrôle des Al Kathîr, puissant clan de la confédération tribale des Shanâfir, le sultan Badr b.'Umar al-Kathîrî est déposé par sa propre famille. Son neveu Badr b.'Abd Allâh prend sa place. Badr b.'Umar sollicite l'aide de l'imam al-Mutawakkil22.

22Al-Mutawakkil rétablit la tradition de la caravane yéménite du pèlerinage à la Mecque et nomme à sa tête un émir accompagné d'un groupe de soldats23.

231065/1654 : Début d'une campagne militaire de l'imam al-Mutawakkil contre le Hadramawt. Les troupes zaydites doivent traverser le territoire des Banî Ard et des Yâfi' qui refusent de se soumettre. La bataille décisive a lieu à Najd Salaf où al-Husayn b. Ahmad al-Rassas, émir des Banî Ard, tombe. Le nouveau sultan du Hadramawt Badr b.'Abd Allâh, par crainte d'une avancée des troupes zaydites, accepte de se soumettre à l'imam24. Celui-ci exerce désormais une influence importante sur le Hadramawt. Il nomme son allié Badr b.'Umar gouverneur du Dhufâr25.

241067-1071/1657-1661 : Correspondance entre l'imam et l'empereur moghol Aurangzib. Dans cet échange de lettres, l'imam al-Mutawakkil prétend au rôle de guide suprême de la communauté musulmane. L'imam demande à Aurangzib de reconnaître la légitimité de ses prétentions et de se considérer comme son représentant légal en Inde26.

251068/1657-1658 : Ja'far b.'Abd Allâh, frère du sultan et ancien maître du Dhufâr, reprend son territoire et expulse Badr b.'Umar qui doit se réfugier à Aden27.

261069-1070/1658-1660 : L'imam al-Mutawakkil décide de conquérir le Hadramawt définitivement. Les forces zaydites commandées par Ahmad b. al-Hasan battent l'armée hadramite et avancent jusqu'à Shibâm et Say'ûn, la capitale des Kathîrides. Badr b.'Umar, une fois rétabli dans ses droits, redevient sultan et gouverne jusqu'à sa mort au nom de l'imam zaydite28. Ja'far b.'Abd Allâh, qui s'était emparé de la province de Dhufâr, sollicite dans cette situation l'aide du sultan omanais Ibn Sayf al-Ya'rûbî afin de pouvoir résister aux forces zaydites. Mais Ibn Sayf se sert de cette occasion pour occuper lui-même la province et en chasse Ja'far b.'Abd Allâh29.

271070/1660 : L'East India Company des Anglais suspend ses activités commerciales à Moka et ferme son comptoir : les profits réalisés sont trop faibles, en raison de la concurrence des circuits commerciaux indigènes et de l'insécurité que font régner dans la région les pirates européens, de plus en plus présents depuis le milieu du XVIIe siècle30.

281072/1661 : Apparition du pirate Hubert Hugo devant les côtes yéménites. Il s'attaque aux bateaux arabes et indiens31.

291073/1662-1663 : A la mort du sultan du Hadramawt Badr b.'Umar, al-Mutawakkil assigne un gouverneur zaydite au commandement du port d'al-Shihr32. Les ports de la côte méridionale de l'Arabie du Sud sont sous le contrôle direct des Qâsimides.

301074/1663-64: Reconquête de Dhufâr par les Kathîrîs. Muhammad b. Ja'far al-Kathîrî devient gouverneur de la province et fait prononcer le nom de l'imam dans la khuflba33.

311075/1665 : (sha'bân/février-mars) Sayyid Muhammad b.'Alî al-Ghurbânî critique la politique de taxation de l'imam al-Mutawakkil. Il se rend à Barah, région montagneuse au nord-est du Yémen et se proclame imam, appelant les tribus de la région à lui rendre hommage. Il reçoit des garanties de la part des chefs de tribu qui se chargent de sa protection et reste plusieurs années à Barah34.

321075-1090/1664-1680 : Les côtes du Yémen, en particulier les ports d'Aden et Moka, souffrent d'attaques continuelles de la part de la flotte omanaise35. Celles-ci affectent le bon déroulement des activités commerciales dans la région.

331085/1674-1675 : Les Ottomans organisent une expédition militaire pour reconquérir le Yémen. Lors de l'arrivée du corps expéditionnaire en Egypte, le sultan ottoman Mehmet IV reconsidère l'affaire et arrête son action36.

341087/1676-1677 : L'imam al-Mutawakkil tente de soumettre la région de Sa'da à son contrôle direct. Cette contrée, gouvernée depuis 1066/1655-1656 par'Alî b. Ahmad b. al-Qâsim est éloignée du nouveau centre de l'Etat qâsimide, Dûrân, et s'apprête à échapper à l'emprise du pouvoir de l'imam. Celui-ci essaie d'y installer son fils al-Hasan. Mais ces plans ne restent pas cachés aux yeux du gouverneur qui non seulement expulse le fils de l'imam et s'empare de son trésor, mais va jusqu'à défier le vieil imam lui-même. Bénéficiant de l'appui de certaines tribus, il se proclame imam.

35Al-Mutawakkil charge alors Ahmad b. al-Hasan b. al-Qâsim d'une expédition punitive contre Sa'da37. Mais lors de son départ de Ghirâs, village situé à vingt kilomètres au nord-est de Sanaa, vers le nord du Yémen, Ahmad b. al-Hasan b al-Qâsim apprend le décès de l'imam al-Mutawakkil Ismâ'îl (5 jumâdâ II/15 août 1676)38. Il rebrousse chemin et se proclame imam sous le nom d'al-Mahdî dans une assemblée convoquée à Ghirâs. Il réussit à s'assurer du soutien de Muhammad b. al-Mutawakkil, le successeur désigné par le testament de l'imam al-Mutawakkil. Le sultan du Hadramawt apporte également son allégeance à l'ancien conquérant, accompagnée d'un cadeau39.

36Mais al-Mahdî ne parvient pas à s'imposer comme imam contre tous ses concurrents au sein du clan qâsimide, notamment al-Qâsim b. al-Mu'ayyad Muhammad (branche d'al-Shahâra) et'Alî b. Ahmad b. al-Qâsim (branche de Sa'da)40.

371088/1677 : (safar/avril) Les forces armées d'al-Mahdî affrontent Ibrâhim b. al-Husayn b. al-Mu'ayyad, le neveu d'al-Qâsim b. al-Mu'ayyad, et remportent la victoire41. Elles peuvent envahir al-Ahnûm sans rencontrer de résistance importante. Al-Qâsim b. al-Mu'ayyad se soumet et reconnaît l'imamat d'al-Mahdî. Il peut alors garder al-Shahâra en fief. Al-Mahdî continue sa campagne et se présente devant Sa'da.'Alî b. Ahmad b. al-Qâsim se rend sans combat et reçoit l'imam avec les honneurs42.

381090/1679-1680 : L'imam al-Mahdî donne l'ordre d'expulser les juifs de Sanaa. Ils sont accusés de faux-monnayage, de vente de vin et de sorcellerie43. Il projette de les expulser définitivement de la péninsule Arabique, en se fondant sur un hadîth du Prophète. Mais en fin de compte, ce plan, qui se heurtait à la résistance de certains oulémas, est rejeté. De plus, probablement une part importante de l'économie du pays repose sur leurs activités commerciales. Les juifs s'installent temporairement à Mawza'. Leur vieille synagogue à Sanaa est transformée en mosquée44.

391092/1681 : (23 jumâdâ II /10 juillet 1681) Mort de l'imam al-Mahdî Ahmad à Ghirâs. Son cousin al-Mu'ayyad Muhammad b. al-Mutawakkil (né en 1044/1634) lui succède. Les chroniqueurs yéménites, tel Muhammad b.'Alî al-Shawkânî, le considèrent comme l'un des imams qâsimides les plus justes. Son pouvoir est assez restreint : dans le sud du pays, il se résume à son titre d'imam et à la mention de son nom dans le prône du vendredi45.

40(shawwâl/novembre) Soulèvement des tribus de Yâfi' qui se libèrent de la domination qâsimide46.

411096/1684 : La Compagnie hollandaise des Indes orientales (VOC : Vereenigte Ooste Indische Compagnie) ferme son comptoir à Moka. Muhammad b. al-Mahdî Ahmad, fils aîné de l'imam al-Mahdî Ahmad (né 7 jumâdâ II 1047/27 octobre 1637), envoie son fils'Abd Allâh à la conquête de Bayt al-Faqîh, centre de la commercialisation du café au Yémen47.

421097/1686 : (jumâdâ II/avril) Mort de l'imam al-Mu'ayyad, probablement empoisonné à Hammâm'Alî, dans la région d'Anis. Il est enterré à jabal Dûrân à côté du tombeau de son père48. Plusieurs membres de la famille qâsimide prétendent à l'imamat. Muhammad b. al-Mahdî Ahmad, dont le fief se trouve dans la Hujariyya, prend le titre d'al-Nâsir. En s'emparant de Moka et de Taez, ses troupes lui permettent de contrôler une grande partie du Yémen méridional49. Au cours des mois suivants, il fait la conquête d'Ibb et de Jibla.

43(mi-sha'bân/juin-juillet) Les régions de Dhamâr,'Ans et'Ubayd gouvernées jusqu'alors par al-husayn b. al-Mutawakkil, un des fils de l'imam al-Mutawakkil Ismâ'îl, se soumettent à al-Nâsir. Vers la fin de l'année 1097 la plupart des membres du clan qâsimide rendent hommage à al-Nâsir. Sa domination semble assurée. Il se prépare à reconquérir la région de Yâfi'50.

441098/1686-1687 : (muharram/novembre-décembre 1686) L'imam al-Nâsir doit faire face à une révolte des autres branches de la famille qâsimide sous l'égide de Yûsuf b. al-Mutawakkil. L'imam perd plusieurs batailles à la suite desquelles de proches parents de sa branche sont retenus en captivité51.

45(rabî' I/janvier 1687) Les troupes de Yûsuf attaquent Taez jusqu'alors sous le contrôle d'al-Nâsir. La prise de la ville se déroule sans pillage52. Al-Nâsir, de plus en plus affaibli, finit par être assiégé dans sa forteresse d'al-Mansûra (Hujariyya). Tout semble perdu pour les assiégés à cause d'une pénurie d'eau, lorsqu'une forte pluie remplit inopinément les réservoirs de la ville. Al-Nâsir réussit à mettre fin au siège en capturant plusieurs émirs53. Il peut alors songer à reprendre le pouvoir perdu.

46(dhû al-qa'da/septembre 1687) Al-Nâsir monte en vainqueur vers les hautes terres du Yémen et s'installe à Dhamâr54.

471100/1688-1689 : Nouvelle révolte de Yûsuf b. al-Mutawakkil qui affirme sa prétention à l'imamat en s'appuyant sur les tribus de Khawlân Sanaa. Il est abandonné par ses alliés au moment décisif et il est fait prisonnier55.

481101/1690 : Al-Nâsir prépare une nouvelle expédition contre la région de Yâfi'. Il charge Jâbir b. Khalîl, un chef de la tribu de Hamdân, d'une expédition contre le Mashriq. Jâbir b. Khalîl pénètre avec ses troupes jusqu'à al-'Urr. Mais les guerriers de Hamdân sont défaits et se retirent56.

491103/1691 : L'émir de Sa'da'Alî b. Ahmad b. al-Qâsim (1040-1121/1631-1710) se révolte et mobilise des tribus du Yémen septentrional alors que l'imam al-Nâsir est engagé militairement dans le territoire de Yâfi'.'Alî b. Ahmad avance avec ses troupes contre Sanaa et fait assiéger la ville. L'armée d'al-Nâsir lui inflige une défaite cuisante. L'imam dépêche ensuite une armée vers Sa'da sous le commandement de ses fils. Elle s'empare de la ville après la fuite de l'émir'Alî b. Ahmad, puis étend son contrôle à la région de Sa'da.

501103/1691 : Al-Nâsir fonde la ville d'al-Khadrâ', près de Radâ'. Il y fait bâtir maisons, palais, mosquées, marchés et bains publics. Des artisans arabes, hindous et ottomans y exercent leurs métiers57.

511104/1692-1693 : Le Yémen septentrional réussit une nouvelle fois à échapper à l'autorité de l'imam. Les populations de Sa'da, lasses du joug des armées nasirides, se révoltent et expulsent les soldats de l'imam. Lors de ces événements, Ismâ'îl, un des fils d'al-Nâsir, est tué à al-'Uyûn, au sud de la ville de Sa'da58.

521107/1695 : Afin d'élargir son influence sur les échanges commerciaux en mer Rouge, al-Nâsir charge Ibrâhîm Pacha d'une expédition militaire contre Zayla' sur la côte africaine. Ce port constitue un relais pour l'importation d'esclaves vers Moka.

531108/1696 : La Compagnie hollandaise des Indes orientales ne parvient pas à acquérir du café en quantité suffisante auprès des marchands indigènes à Surât (Inde). L'augmentation du prix du café qui en résulte amène les Hollandais à reprendre le commerce de cette denrée avec Moka. La compagnie charge Nicolaas Welters et Adriaen van der Heuvel de superviser ce négoce et c'est le début d'une phase intensive de commerce entre la VOC et le Yémen59.

541111/1699-1700 : (jumâdâ II/novembre 1699) Al-Nâsir est frappé d'une maladie. Il quitte la ville d'al-Khadrâ', où il résidait jusqu'alors, pour s'installer à al-Mawâhib, un petit village au nord-est de Dhamâr. Il y reste jusqu'à sa mort60.

55(rajab/décembre 1699) Début de la révolte du "magicien" (sâhir) Ibrâhîm al-Mahahwarî, un descendant de l'imam al-Qâsim b.'Alî al-'Iyânî. Il prétend être le précurseur du mahdî venu pour purifier le monde. Il constitue autour de lui un cercle d'extatiques et persécute les bâniyâns 61et les juifs auxquels il demande de choisir la conversion ou la mort. Il lutte aussi contre la consommation du tabac. Son insurrection se répand et ses partisans envahissent al-Shaj'a dans la région d'al-Sharaf ainsi que Thulâ, al-Salaba et le Wâdî Mawr. Après ce succès initial, ses défaites se succèdent et al-Mahahwarî se réfugie à Sa'da.

56(shawwâl 1111/mars 1700) Al-Mahahwarî est arrêté par l'émir'Alî b. Ahmad b. al-Qâsim et exécuté au mois de dhû al-qa'da/avril de la même année62.

571113/1701 : Une ambassade du shah de Perse Sulhân Husayn (1105-1135/1694-1722) arrive au Yémen.

581114/1702 : Le pacha de Djedda envoie une ambassade menée par son frère Ahmad Aghâ auprès de l'imam zaydite63.

591120/1708-1709 : Une suite de défaites de l'armée d'al-Nâsir contre la tribu de Yâfi' incite leurs chefs tribaux, notamment 'Umar b. Sâlih b. Harhara, à mener un raid dans le territoire de l'imam. Avec l'aide des tribus du Mashriq,'Umar attaque et pille la ville d'Ibb64.

60(21 shawwâl /3 janvier 1709) Le Curieux et le Diligent, envoyés par la compagnie des marchands de Saint-Malo, sont les premiers bateaux français à amarrer à Moka. La France est la dernière des grandes puissances européennes maritimes qui s'engage au Yémen65. Les Anglais et les Hollandais y sont présents depuis le début du XVIIe siècle66.

611121/1709 : Al-Husayn b.'Alî b. Ahmad se proclame imam à Sa'da67.

621123/1711 : (12 shawwâl /2 décembre) La deuxième expédition des marchands malouins parvient à Moka68. Le vizir Sâlih b.'Alî al-Huraybî69, qui était gouverneur de Moka et avait rencontré les Français lors de leur premier voyage, loue auprès de l'imam malade leur compétence en matière de médecine et lui conseille de faire venir le médecin de la flotte à sa cour. Les Français envoient une délégation sous la conduite de Monsieur de la Grelaudière70.

631124/1712 : (6 muharram /14 février) Après huit jours de voyage, la délégation française arrive à al-Mawâhib, résidence de l'imam al-Nâsir.

641127/1715 : Al-Mansûr bi-Llâh al-Husayn b. al-Qâsim se proclame imam à partir de son fief d'al-Shahâra. Al-Husayn b.'Alî b. Ahmad, qui s'était lui-même proclamé imam, et de nombreux ulémas lui rendent hommage. La situation du vieil imam al-Nâsir devient de plus en plus critique. Il confie le commandement de ses armées à son neveu al-Qâsim b. al-Husayn, un habile chef militaire. Par la suite, la loyauté de celui-ci est mise en doute et al-Nâsir cherche à l'écarter. Al-Qâsim b. al-Husayn découvre le complot et prête allégeance à al-Mansûr al-Husayn b. al-Qâsim. Ce dernier, qui contrôle Sanaa,'Amrân et Hajja ordonne de frapper la monnaie à son nom à Sanaa. Al-Qâsim b. al-Husayn envoie une armée contre al-Mawâhib et fait assiéger la ville. Al-Nâsir est contraint de demander la paix et se soumet à al-Mansûr al-Husayn71.

651128/1716 : Al-Qâsim b. al-Husayn (m. 1139/1727) se proclame à son tour imam à Sanaa et prend le nom d'al-Mutawakkil'alâ Allâh. De nombreux ulémas et émirs lui prêtent allégeance. L'influence d'al-Mansûr al-Husayn finit par se réduire au contrôle d'al-Shahâra et de ses environs, sans qu'il renonce pour autant à l'imamat. Al-Nâsir recommence la guerre contre al-Qâsim b. al-Husayn, qui réunit ses troupes et assiège la cité d'al-Mawâhib pour la deuxième fois72.

66Le Conseil de Bombay de la Compagnie anglaise des Indes orientales décide d'établir à Moka un comptoir permanent pour acheter du café tout le long de l'année, ce qui lui évite de payer des prix trop élevés lors de la saison principale73.

671130/1718 : (5 ramadân/2 août) Décès d'al-Nâsir durant le siège de sa capitale al-Mawâhib.

681131/1719 : (7 shawwâl/23 août) Décès d'al-Mansûr al-Husayn al-Shahârî. Le pouvoir échoit définitivement aux mains de l'imam al-Mutawakkil al-Qâsim b. al-Husayn, resté seul en lice.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

En langues européennes

F. Blukacz, 1992 : Les Relations entre le Yémen et l'Inde au 17e siècle. Extraits de la correspondance entre l'Imam zaidite al-Mutawakkil'alâ Allâh Ismâ'îl b. al-Qâsim et le sultan moghol Awrangzib, mémoire pour l'obtention de la maîtrise d'histoire, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV).

F. Blukacz, 1994 : "Le Yémen sous l'autorité des Imams zaydites au XVIIe siècle : une éphémère unité", Yémen, passé et présent de l'unité, M. Tuchscherer (éd.), Édisud, REMMM, 67, p. 40-51.

J. P. Brown, 1994 : "Cap sur Moka. La première expédition des Malouins au Yémen", Annales de la Société d'Histoire et d'Archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, p. 147-165.

A. Das Gupta, 1979 : Indian Merchants and the Decline of Surate, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.

E. J. van Donzel, 1986 : A Yemenite Embassy to Ethiopia, 1647-1649, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

P. Dresch, 1989 : Tribes, Government, and History in Yemen, Oxford, Clarendon Press.

P. Dresch, 1990 : "Imams and Tribes. Writing and Acting of History in Upper Yemen", Tribes and State Formation in the Middle East, P. S. Khoury et J. Kostiner (éd.), University of California Press, p. 252-287.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

K. Glaman, 1958 : Dutch Asiatic Trade 1620-1740, Copenhague.
DOI : 10.1007/978-94-009-8361-8

Ismâ'îl al-Akwa', 1996 : Ismâ'îl b.'Alî al-Akwa', Les Hijra et les forteresses du savoir au Yémen, traduit de l'arabe par Brigitte Marino, Sanaa, Les Cahiers du CFEY, 2.

T. Klaric, 2000 : Pouvoir et successions au sein de la dynastie qâsimide (XVIIe siècle) : Les débuts du règne de l'imam al-Nâsir Muhammad, mémoire pour l'obtention de la maîtrise d'arabe, Université d'Aix-Marseille I.

J. de La Roque, 1716 : Voyage de l'Arabie heureuse, Amsterdam.

E. Macro, 1968 : Yemen and the Western World since 1571, Londres, Hurst.

J. R. Meissner, 1987 : Tribes at the Core : Legitimacy, Structure and Power in Zaydi Yemen, Columbia University.

R. B. Serjeant, 1962 : "Haram and Hawtah, the Sacred Enclave in Arabia", Mélanges Taha Husain, publiés par Abdurrahman Badawi, Le Caire, p. 42-58 ; repris dans R. B. Serjeant, Studies in Arabian History and Civilisation, Londres, Variorum Reprints, 1981.

R. B. Serjeant, 1977 : "South Arabia, Commoners, Climbers and Notables", A Sampler of Studies on Social Ranking in the Middle East, C. A. O. van Nieuwenhuijze (éd.), Leyde, Brill, 1977, p. 226-247 ; repris dans R. B. Serjeant, Studies in Arabian History and Civilisation, Londres, Variorum Reprints, 1981.

R. B. Serjeant, 1983a : "The Post-mediaval and Modern History of Sana and the Yemen, c. 953-1382/1515-1962", San'â', An Arabian Islamic City, R. B. Serjeant et Ronald Lewcock (éd.), Londres, World of Islam Festival Trust, p. 68-107.

R. B. Serjeant, 1983b : "Omani Naval Activities off the Southern Arabian Coast in the late 11th/17th Century, from Yemeni Chronicles", Journal of Oman Studies, VI, Mascate, p. 77-89.

R. B. Serjeant, 1988 : "Yâfi', Zaydis, Âl Bû Bakr b. Sâlim and others : Tribes and Sayyids", On Both Sides of al-Mandab : Ethiopian, South-Arabic and Islamic Studies presented to Oscar Löfgren on his ninetienth birthday 13 May 1988 by his colleagues and friends, Swedish Research Institute in Istanbul, Transactions no 2., p. 83-105 ; repris dans R. B. Serjeant, Customary and Shari'ah Law in Arabian Society, Londres, Variorum Reprints, 1991.

A. S. Tritton, 1925 : The Rise of the Imams of San'â', Oxford, Oxford University Press.

M. Tuchscherer, 1993 : "Le commerce en mer Rouge aux alentours de 1700 : flux, espaces et temps", Res Orientales V. Circulation des monnaies, des marchandises et des biens, Paris, p. 159-178.

M. Tuchscherer, 1996 : "Des épices au café. Le Yémen dans le commerce international (XVIe-XVIIe siècle)", Chroniques yéménites, 4, Sanaa, CFEY, p. 92-102.

En langue arabe

'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987 :'Abd Allâh b.'Abd al-Karîm al-Jirâfî al-Yamânî, Al-muqtataf min târîkh al-Yaman, Beyrouth, Manshûrât al-'asr al-hadîth.

Amirâ al-Maddâh, 1982 : Amîra'Alî al-Maddâh, Al-'Uthmâniyyûn wa al-imâm al-Qâsim b. Muhammad b.'Alî fî al-Yaman, 1006/1598-1029/1620, Djedda.

Hayât al-Bassâm, 1986 : Hayât Muhammad al-Hamd al-Bassâm, Al-imâm al-Mu'ayyad bi-Llâh Muhammad b. al-Qâsim fî al-Yaman 990-1054, Djedda, al-Dâr al-sa'ûdiyya li-l-nashr wa al-tawzî'.

Muhammad Zabâra, 1985 : Muhammad b. Muhammad b. Yahyâ Zabâra al-San'ânî, Taqârî˙ nashr al-'arf li-nubalâ' al-Yaman ba'da al-alf ilâ 1357, (tome I) ; Nubalâ' al-Yaman bi-l-qarn al-thânî'ashar li-l-hijra, al-qism al-thânî min Nashr al-'arf li-nubalâ' al-Yaman ba'da al-alf, vol. II et III, 2de éd., Sanaa, Markaz al-dirâsât wa al-buhûth al-yamanî.

Muhsin b. al-Hasan, 1990: Târîkh al-Yaman,'asr al-istiqlâl'an al-hukm al-'uthmânî al-awwal, éd. par'Abd Allâh Muhammad al-Hibshî, Taez.

Salwâ al-Ghâlibî, 1991 : Salwâ Sa'd Sulaymân al-Ghâlibî, Al-imam al-Mutawakkil'alâ Allâh Ismâ'îl b. al-Qâsim wa dawruhu fî tawhîd al-Yaman 1054-1087/ 1644-1676, s. l.

Sayyid Sâlim, 1999 : Sayyid Musflafâ Sâlim, Al-fath al-'uthmânî al-awwal li-l-Yaman, 1538-1635, Le Caire.

Muhammad al-Shawkânî, 1988 : Muhammad b.'Alî al-Shawkânî, Al-badr al-flâli' bi-mahâsin man ba'da al-qarn al-sâbi', Beyrouth, Dâr al-kutub al-'ilmiyya, 2 vol.

Yahyâ b. al-Husayn, 1996 : Yawmiyyât San'â' fî al-qarn al-hâdî'ashar, 1046-1099, éd. par'Abd Allâh b. Muhammad al-Hibshî, Abu Dhabi.

Haut de page

Notes

1 Cet article prend la suite de la "Chronologie du Yémen (1506-1635)" de M. Tuchscherer (Chroniques Yéménites 2000, Sanaa, CFEY, 8, p. 15-29). Cette chronologie, bien qu'essentiellement consacrée à la domination ottomane, couvrait également l'essor de la dynastie qâsimide sous le règne de l'imam al-Mansûr al-Qâsim ainsi que le triomphe de l'imam al-Mu'ayyad Muhammad sur les Ottomans. Pour permettre au lecteur de mieux suivre le fil des événements exposés ici, nous rappellerons donc en introduction quelques faits antérieurs à 1635. J'aimerais remercier ici Riem Ben Khemis et Eric Vallet pour la relecture et la correction de cet article.
2 Sayyid Sâlim, 1999, p. 357 et suiv.
3 Hayât al-Bassâm, 1986, p. 28.
4 Sayyid Sâlim, 1999, p. 404-405 ; A. S. Tritton, 1925, p. 109-110.
5 P. Dresch, 1989, p. 200.
6 P. Dresch, 1990, p. 265.
7 Les hijra sont des enclaves sacrées habitées par des sharîf et des cadis qui jouissent d'une protection particulière grâce à des contrats passés

 avec des tribus. Voir par exemple R.B. Serjeant, 1962 et Ismâ'îl al-Akwa', 1996.

8 Pour une analyse du système de succession au sein de la famille qâsimide voir T. Klaric, 2000.
9 Voir M. Tuchscherer, 1993 et 1996.
10 Yahyâ b. al-Husayn, 1996, p. 27 ;'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 221-222.
11 Yahyâ b. al-Husayn, 1996, p. 33.
12 A. S. Tritton, 1925, p. 110 ; Muhammad b.'Alî al-Shawkânî donne comme date de décès le 3 shawwâl/7 février, voir Muhammad al-Shawkânî, 1988, I, p. 143-144.
13 Yahyâ b. al-Husayn, 1996, p. 36 ;'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 222.
14 A. S. Tritton, 1925, p. 110.
15 Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 72 ; A. S. Tritton, 1925, p. 110.
16 Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 72.
17 J. R. Blackburn, "Al-Mu'ayyad bi-llâh Muhammad", E.I.2, vol. VII, p. 272.
18 Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 57-63.
19 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 225-226 ; Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 77-79.
20 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 226.
21 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 226. Le récit du voyage en Abyssinie fait par le cadi al-Haymî a été édité, voir E. J. Van Donzel, 1986.
22 Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 80-81 et 97.
23 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 227.
24 Pour une description de la campagne contre Yâfi', voir R. B. Serjeant, 1983, p. 83-105 et Salwâ al-Ghâlibî,1991, p. 85-87.
25 Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 100.
26 Une partie de cette correspondance a été traduite dans F. Blukacz, 1992. Voir aussi F. Blukacz, 1994.
27 Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 100.
28 Ibid., p. 100-107.
29 Ibid., p. 108.
30 K. Glaman, 1958, p. 184.
31 Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 142.
32 Ibid., p. 110.
33 Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 110.
34 Muhammad Zabâra, 1985, III, p. 187. Voir aussi J.R. Meissner, 1987, p. 103 et R. B. Serjeant, 1983a, p. 82a.
35 R. B. Serjeant, 1983 b, p. 81-86 ; Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 122-124.
36 Salwâ al-Ghâlibî, 1991, p. 126.
37 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 234-235.
38 Yahyâ b. al-Husayn, p. 273.
39 R. B. Serjeant, 1983a, p. 82.
40 Yahyâ b. al-Husayn, 1996, p. 279-284.
41 Muhammad Zabâra, 1985, II, p. 332 ; Yahyâ b. al-Husayn, 1996, p. 309.
42 Yahyâ b. al-Husayn, 1996, p. 313-314.
43 Ibid., p. 317.
44 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 236.
45 Yahyâ b. al-Husayn, 1996, p. 445-447 ; Muhammad al-Shawkânî, 1988 , p. 56.
46 Yahyâ b. al-Husayn, 1996, p. 375-376.
47 Muhammad Zabâra, 1985, II, p. 385.
48 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 238-39.
49 Yahyâ b. al-Husayn, 1996, p. 456-457.
50 Ibid., p. 463.
51 Ibid., p. 470-471.
52 Yahyâ b. al-Husayn, 1996, p. 474.
53 Muhsin b. al-Hasan, 1990, p. 205-206 ;'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 239-240.
54 Muhsin b. al-Hasan, 1990, p. 208-209.
55 Ibid., p. 223-226.
56 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 241 ; R. B. Serjeant, 1988, p. 103.
57 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 242 ; Muhammad Zabâra, 1985, II, p. 405.
58 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 241; Muhammad Zabâra, 1985, II, p. 404-405.
59 K. Glaman, 1958, p. 187.
60 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 242 ; Muhammad Zabâra, 1985, II, p. 405.
61 Les bâniyâns étaient des commerçants d'origine hindoue. Depuis le bas Moyen Age, ils étaient présents dans les villes côtières, à Sanaa ainsi que dans d'autres régions du pays et exerçaient une grande influence sur le commerce de la région. Voir R. B. Serjeant, 1977, p. 230-235 et A. Das Gupta, 1979, p. 69-70.
62 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 242-243 ; Muhsin b. al-Hasan, p. 269-291; Muhammad al-Shawkânî, 1988, II, p. 31-32 ; Muhammad Zabâra, 1985, I, p. 40-48.
63 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 243.
64 R. B. Serjeant, 1983a, p. 83a.
65 Pour la première expédition française, on peut consulter J. de la Roque, 1716 et J. P. Brown, 1994.
66 Le premier bateau anglais arrive en avril 1609 au Yémen et le premier bateau hollandais en août 1614. Voir E. Macro, 1968, p. 3-7.
67 R. B. Serjeant, 1983a, p. 83b.
68 J. de la Roque, 1716, p. 192.
69 Ibid., p. 79, p. 191.
70 Ibid., p. 193.
71 'Abd Allâh al-Jirâfî, 1987, p. 246-248.
72 Ibid., p. 246-248.
73 K. N. Chaudhuri, "Kahwa (Commerce et organisation)", E.I.2, vol. IV, p. 474b.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tomislav Klaric, « Chronologie du Yémen (1045-1131/1635-1719) », Chroniques yéménites [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://cy.revues.org/36

Haut de page

Auteur

Tomislav Klaric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique
  • Revues.org