Navigation – Plan du site
Notes & documents

Les soldats formant le contingent français au Hedjaz : origines et parcours (1916–1920)

Hayat Touhadi

Texte intégral

Introduction

1Le 16 juin 1916, une Mission militaire française débarque au Hedjaz, afin d’assister le chérif Ḥusayn de La Mecque dans son soulèvement contre les Ottomans, à la suite de sa proclamation d’indépendance le 4 juillet. En novembre 1918, après l’armistice de Moudros et la démobilisation turque, l’avenir de cette Mission et éventuellement de son démantèlement sont discutés. La question de l’influence politique de la France dans la région se pose. Les autorités françaises souhaitent maintenir la présence de la France au Levant, et elles envisagent également de poursuivre le contrôle des pèlerins issus de ses colonies et protectorats d’Afrique vers La Mecque. De fait, la Mission demeure sur place jusqu’en juillet 1920, date à laquelle le dernier chef du contingent, le commandant Catroux, est appelé au Levant par le général Gouraud, alors Haut-commissaire à Beyrouth, avec qui il collabore pour organiser le mandat confié par la SDN à la France en Syrie. À Djedda, le consulat de France prend alors la suite du dossier du Hedjaz en se suppléant à la Mission.

  • 1 L’Arab Bureau au Caire est établi à l’initiative de Mark Sykes, qui a découvert au retour de son v (...)
  • 2 Le chérif Ḥusayn de La Mecque réaffirme cette interdiction suite à la proclamation du royaume du H (...)

2Cette étude met en avant un fonds oublié de l’histoire de la Première Guerre mondiale. Si la Mission britannique au Hedjaz est particulièrement bien connue, c’est certainement en raison de l’exploitation sans réserve des célèbres archives de l’Arab Bureau1 du Caire et des écrits de T. E. Lawrence. Occultée par l’histoire glorieuse et bien souvent romancée de la Révolte arabe menée par le chérif Ḥusayn avec le soutien des Britanniques, la Mission française est restée longtemps oubliée. Or, faire l’impasse sur cette Mission, c’est en quelque sorte minorer l’importance de la concurrence qui se joue, sur ce front du Hedjaz, entre les deux puissances française et anglaise, pourtant alliées sur le front occidental. La France a réussi à faire accepter son aide auprès du chérif Ḥusayn qui, en tant que protecteur et gardien des lieux saints de l’Islam, réaffirme le 4 juillet 19162 de façon ferme l’interdiction d’entrée de non-musulmans dans l’espace sacré, le haram. Pour respecter cette prérogative, la République française a choisi de détacher dans cette région des soldats musulmans issus essentiellement de ses troupes coloniales — et certains d’entre eux, en contribuant sur place au succès de leur mission, accèderont à des postes de responsabilité. Les officiers non-musulmans, non autorisés dans cette zone, se sont surtout établis dans la ville de Djedda (principale voie d’accès à l’Arabie via la mer Rouge), avec un droit de visite à al-Wajh (située au nord ouest de Médine) dans le cadre de missions. Certains agents non-musulmans, essentiellement opérateurs cinématographiques et photographes, ont pu voyager à l’intérieur du Hedjaz.

3L’objectif de cette note est d’exposer, dans un premier temps, les motifs de l’organisation de la Mission et les dispositions prises par la République française pour ce faire, puis la composition du contingent français envoyé au Hedjaz.

Objectifs et mise en place de la Mission militaire française au Hedjaz autour du colonel Brémond (1915–1916)

  • 3 La Mission militaire française au Caire déployée le 13 juin 1915 et dissoute le 24 août 1917 est e (...)

4Lorsque débute la Grande Guerre en 1914, la France et la Grande-Bretagne ont toutes deux des intérêts à défendre au Proche-Orient. L’objectif de la France est de surveiller à partir du Hedjaz la voie de communication reliant la mer Rouge à l’océan Indien, notamment pour la protection des comptoirs d’Inde et d’Indochine. Mais également le pèlerinage à La Mecque, surtout pour éviter la propagation d’idées hostiles aux puissances coloniales. La France, en veillant au bien-être des pèlerins africains se rendant aux lieux saints, notamment en contrôlant la propagation d’épidémies au Hedjaz, peut ainsi véhiculer une propagande à destination de ses colonies à population musulmane. Ainsi, les autorités françaises décident de soutenir le chérif de La Mecque. Alors qu’il existe en Égypte depuis janvier 1915 une Mission militaire française basée au Caire3, Aristide Briand, président du Conseil, prend l’initiative de détacher auprès du chérif Ḥusayn une autre Mission militaire au Hedjaz. Concrètement, elle aura la charge de protéger le Hedjaz et de former une armée locale de défense. À partir d'août 1916, elle soutiendra la révolte du chérif Ḥusayn de La Mecque et apportera le concours de ses tirailleurs et sapeurs aux colonnes hachémites dans l’attaque de la voie ferrée du Hedjaz, principal outil d’acheminement rapide des garnisons turques dans la région.

  • 4 Joint-Daguenet, Roger, Histoire de la mer Rouge, De Lesseps à nos jours, tome II, Paris, L’Harmatt (...)
  • 5 Lettre adressée par le Président du Conseil M. Briand au Ministre de la Guerre à Paris, 4/10/1916, (...)

5L’une des principales difficultés pour la constitution de cette Mission réside dans l’identité confessionnelle du personnel à recruter. Le souvenir du massacre du 15 juin 1858 par « des Arabes » de Djedda et de l’Hadramaout contre les consuls britannique et français, ainsi qu’à l’encontre de marchands grecs de la ville, est encore vif dans la mémoire collective4. Le risque est grand, d’autre part, que des opposants du chérif Ḥusayn l’accusent de vouloir ouvrir les portes des lieux saints de l’Islam aux puissances européennes5.

  • 6 Lettre adressée par le ministre des Affaires étrangères M. Defrance au consul général de France au (...)
  • 7 Dossier comprenant les dépêches du colonel Brémond, 10/1916, Archives de la Mission militaire fran (...)

6Pour éviter une telle situation, la République française déclare que l’élément militaire de la Mission doit être composé « d’officiers français désignés par le Ministère de la Guerre ‘de race et de religion musulmane’ »6. L’ensemble du contingent constituant la Mission militaire française établit une base au Caire en août 1916. À partir de là, les soldats sont affectés à différentes unités. Un premier groupe composé essentiellement de cadres français non-musulmans demeure au Caire, tandis que l’autre groupe, composé de militaires musulmans, se rend dans la région du Hedjaz. Des centres d’instructions voient alors le jour, notamment à La Mecque, afin de permettre la formation de l’armée chérifienne par des officiers compétents issus des troupes coloniales françaises. Ces centres comprennent généralement une école d’élèves officiers et une caserne d’instruction pour les recrues placées sous la direction générale d’un capitaine7.

  • 8 Bertrand-Cadi, Jean-Yves, Le colonel Ibrahim Depui, Le pèlerin de la mer Rouge 1878–1947, Paris, L (...)
  • 9 Suite au départ du colonel Brémond, c’est le commandant Georges Catroux qui dirige la Mission mili (...)
  • 10 Rémy Porte, « Le Général Édouard Brémond ou l’anti-Lawrence d’Arabie », URL : http://www.penseemil (...)

7Le contingent de la Mission militaire française au Hedjaz est numériquement restreint. Selon les États transmis par le colonel Brémond, l’effectif de la Mission au Hedjaz se compose en décembre 1916, de quarante-deux officiers et de neuf cent quatre-vingt-trois sous-officiers et hommes de rang, déployés sur le littoral égyptien ou hedjazien à partir d’octobre 19168. Le premier chef de la Mission militaire française au Hedjaz n’est pourtant pas musulman. C’est le colonel Édouard Brémond (1868–1948), qui occupe le poste de chef de la Mission militaire au Hedjaz d’août 1916 à décembre 19179. D’après le lieutenant-colonel Rémy Porte10, Édouard Brémond, Saint-Cyrien, a été affecté en Algérie puis à Madagascar, avant de prendre le commandement de missions dans les confins algéro-marocains (jusqu’en 1907) puis au Maroc occidental (jusqu’en 1914). Entre août 1914 et août 1916, il a rejoint le front de France où il a été blessé. Durant ses différentes missions, il a alterné commandements militaires et fonctions politiques variées. Il a participé à des opérations de « pacification » contre les tribus insoumises au sein du 19ème corps d’Algérie-Tunisie ou du corps d’Occupation du Maroc, puis à la création des premiers contingents de police marocains ; il a pris en charge la police des ports et l’administration des villes de Rabat-Salé et a été officier des renseignements du service des Affaires indigènes pour la région de Meknès.

  • 11 Pascal Le Pautremat, « Mission du Lieutenant-Colonel Brémond au Hedjaz, 1916–1917 », Guerres mondi (...)

8Fort de son expérience de vingt-cinq ans en Afrique du Nord et dans la région saharienne, le colonel Édouard Brémond a su prendre ses distances vis-à-vis de la réglementation coloniale discriminante à l’égard des musulmans en métropole. Les troupes coloniales étaient composées de deux unités. La première, dédiée à l’infanterie et à l’artillerie coloniale, était composée en majorité d’engagés métropolitains, tandis que la seconde, dédiée au corps des tirailleurs, était composée exclusivement de soldats indigènes envoyés en première ligne lors d’affrontements. Brémond s’est montré favorable à la cause des militaires musulmans, qu’il trouve tout aussi compétents sur le terrain que les soldats français métropolitains, et il est l’un des premiers à soutenir l’idée de voir des militaires musulmans accéder à des postes de cadres au sein de l’armée française11. Pour les officiers « indigènes », le front oriental offre la possibilité d’accéder à des postes de cadres de la Mission, là où en Europe, bien souvent, ils sont cantonnés au poste de tirailleurs.

Des officiers nord-africains et subsahariens au sein de la Mission du Hedjaz

  • 12 Télégramme de l’Agence française, 21/08/1916, Archives de la Mission militaire française au Hedjaz (...)

9Le personnel composant la Mission militaire au Hedjaz occupe souvent des postes d’instructeurs et d’informateurs au service du chef de la Mission. Ses agents doivent déterminer les besoins du pouvoir hachémite en encadrement, armes et munitions. Mais certains d’entre eux seront amenés à participer aux opérations militaires, le chérif Ḥusayn ayant réclamé instamment des officiers12.

10Les soldats envoyés au Hedjaz sont tous issus de troupes coloniales françaises, et sont pour la plupart originaires d’Algérie, du Maroc et de Tunisie, mais aussi d’Afrique subsaharienne — surtout du Sénégal. Ils ont mené carrière en Afrique du Nord, mais aussi, pour certains d’entre eux, aux « Somalies », auprès de soldats originaires d’Afrique Occidentale française. Au Hedjaz, ces soldats sont surtout actifs dans les villes de Djedda et de Rābigh, placées sous le contrôle du chérif Ḥusayn, et aux alentours de Médine, fermement contrôlée par le pouvoir ottoman depuis l’arrivée de la ligne de chemin de fer de Damas dans la ville en 1908. Ils constituent un groupe restreint composé d’environ 1 200 hommes au plus fort de la Mission, dont certains, comme les soldats Raho Mohamed Ould Ali et Rosario Pisani, se sont particulièrement illustrés grâce au succès d’opérations qu’ils surent mener à bien sur place.

11Sur le terrain, la Mission du Hedjaz doit faire face à des difficultés climatiques particulières. Les pénuries d’eau et d’aliments entrainent des épidémies. En effet, la ville de Djedda constitue la principale voie d’accès à La Mecque depuis la mer Rouge. Le flux important de populations cosmopolites qui se dirigent toute l’année vers La Mecque engendre des crises sanitaires graves malgré les dispositions prises par les autorités hedjaziennes afin de limiter la propagation de maladies.

12De plus, les soldats de la Mission sont régulièrement confrontés à un problème d’approvisionnement en nourriture et matériel de guerre. Pour y remédier, des magasins de subsistances avec approvisionnement d’habillement, d’équipement et de campement pour les militaires de la Mission sont créés à Rābigh (nord de Djedda) et à al-Wajh (nord ouest de Médine) à partir de décembre 1916.

Notices biographiques

  • 13 Mission militaire française au Hedjaz (1916–1920), cote 6 N 191 et 7 N 2141-2143, SHD, Vincennes.
  • 14 Mission militaire française au Hedjaz (1916–1920), carton 14, dossier H, CADN, Nantes.

13Raho Mohamed Ould Ali (1877–1919) est un officier algérien de l’armée française, originaire de la commune algérienne de Bou-Tlélis (sud ouest d’Oran). Il a rejoint la Mission du colonel Brémond dès 1916. Les archives militaires françaises ont permis de retracer son parcours au sein de la Mission13. Il est détaché en novembre 1916 dans la colonne dirigé par l’émir Abd Allāh, l’un des fils du chérif Ḥusayn14. Il s’illustre alors à plusieurs reprises dans le succès d’opérations de destruction du chemin de fer du Hedjaz, grâce notamment à sa bonne connaissance de la manipulation des explosifs. Le chemin de fer du Hedjaz constitue une cible importante pour les puissances alliées et le chérif Ḥusayn, car il permet l’envoi direct de troupes de soldats ottomans à Médine, et permet également l’approvisionnement régulier de la ville en vivres, armes et matériaux pour les infrastructures. Raho Mohamed Ould Ali est à l’origine du succès d’une première opération lors de l’attaque visant un détachement turc dans le lieu-dit d’Abū Nāma, situé au nord de Médine, le 13 janvier 1917. Puis, sa contribution a été décisive lors d’une seconde opération, menée sous la direction de T. E. Lawrence, aboutissant à la destruction de la gare de la même ville le 26 mars 1917. Raho Mohamed Ould Ali, renvoyé ensuite à la base de la Mission en Égypte, est blessé lors d’une opération et décède à Port-Saïd en 1919, quelques temps avant le démantèlement de la Mission.

  • 15 Mission militaire française au Hedjaz (1916–1920), cote 6 N 191 et 7 N 2141-2143, SHD, Vincennes.
  • 16 LAWRENCE, T. E, Les Sept Piliers de la Sagesse : un triomphe, Paris, Le Livre de Poche, 2002.

14Rosario Pisani (1880–1958) est un officier algérien de l’armée française, d’origine maltaise et né à Collo (située à l’est d’Alger). Il a rejoint la Mission au Hedjaz en 1917. C’est après sa rencontre avec le colonel Brémond, alors qu’il était détaché depuis 1908 auprès de la Mission militaire française au Maroc, que R. Pisani est envoyé au Hedjaz pour intégrer les rangs de la Mission militaire française15. Il est d’abord détaché avec une poignée de Nord-Africains et de métropolitains auprès de l’émir Faysal, autre fils du chérif Ḥusayn. Il se distingue le 16 août 1917, lorsqu’il devient le chef du détachement français d’Akaba (sud de la Jordanie) après le succès de la « Marche de 1000 kilomètres » (ou bataille d’Akaba), conduite par T. E. Lawrence au nom de la Révolte arabe contre l’armée ottomane le 27 juillet 1917. Lors de cette bataille, R. Pisani s’est montré d’une aide précieuse en renforçant l’effectif britannique et en assurant un appui stratégique aboutissant à la prise de la ville. Parlant l’arabe et capable de diriger une troupe de soldats, il concurrence les Britanniques sur le terrain. R. Pisani correspond parfaitement au profil de ces soldats indigènes évoqués précédemment qui se sont illustrés en Afrique du Nord dans l’armée coloniale française avant d’être envoyés par la suite au Hedjaz. T. E. Lawrence lui-même, pourtant réticent à mettre en avant le rôle du contingent français à ses côtés dans la Révolte arabe, dans Les Sept Piliers de la Sagesse16, fait référence au comportement de cet officier français, qu’il qualifiait d’héroïque.

Conclusion

  • 17 Voir BERTRAND-CADI, op.cit.

15L’analyse du contingent militaire français au Hedjaz permet de mettre en avant la stratégie employée par la France sur les différents fronts de la Première Guerre mondiale. En effet, le rang qu’occupaient les officiers indigènes au sein des troupes au Hedjaz contraste avec celui qu’ils pouvaient convoiter sur les fronts européens. Ils se sont révélés d’une grande utilité sur le terrain et ont participé au succès de certaines opérations. Il y a lieu cependant de s’interroger sur le sort des officiers ayant participé à la Mission, puisque de très rares informations sur ce qu’il advint de ces officiers indigènes une fois la Mission démantelée en 1920 peuvent être tirées des archives. Néanmoins, nous savons que certains officiers restèrent sur place. C’est le cas du colonel Ibrahim Depui : détaché auprès de la Mission française au Hedjaz à partir de 1916, il est l’un des rares à rester à Djedda après cette date. Il contribue notamment à la réorganisation du consulat de France en lieu et place de la Mission militaire française17. Le consulat de France ouvre de nouveau ses portes le 1er octobre 1919, prenant ainsi la suite de la direction des affaires françaises dans la région.

Haut de page

Notes

1 L’Arab Bureau au Caire est établi à l’initiative de Mark Sykes, qui a découvert au retour de son voyage au Proche-Orient, en décembre 1915, que les gouvernements allemand et turc faisaient de la propagande antibritannique en temps de guerre.

2 Le chérif Ḥusayn de La Mecque réaffirme cette interdiction suite à la proclamation du royaume du Hedjaz le 4 juillet 1916 dont il devient le dirigeant.

3 La Mission militaire française au Caire déployée le 13 juin 1915 et dissoute le 24 août 1917 est essentiellement dirigée par le lieutenant Doynel de Saint-Quentin.

4 Joint-Daguenet, Roger, Histoire de la mer Rouge, De Lesseps à nos jours, tome II, Paris, L’Harmattan, 1997.

5 Lettre adressée par le Président du Conseil M. Briand au Ministre de la Guerre à Paris, 4/10/1916, Archives de la Mission militaire française au Hedjaz, carton 4, dossier H, CADN, Nantes.

6 Lettre adressée par le ministre des Affaires étrangères M. Defrance au consul général de France au Caire, 30/10/1916, carton 4, dossier H, CADN, Nantes.

7 Dossier comprenant les dépêches du colonel Brémond, 10/1916, Archives de la Mission militaire française au Hedjaz, carton 4, dossier H, CADN, Nantes.

8 Bertrand-Cadi, Jean-Yves, Le colonel Ibrahim Depui, Le pèlerin de la mer Rouge 1878–1947, Paris, L’Harmattan, 2012.

9 Suite au départ du colonel Brémond, c’est le commandant Georges Catroux qui dirige la Mission militaire française au Hedjaz jusqu’à son démantèlement en juillet 1920.

10 Rémy Porte, « Le Général Édouard Brémond ou l’anti-Lawrence d’Arabie », URL : http://www.penseemilitaire.fr/le-general-edouard-bremond-1868-1948-ou-l-anti-lawrence-d-arabie_1012543.html (page consultée le 10 mars 2014).

11 Pascal Le Pautremat, « Mission du Lieutenant-Colonel Brémond au Hedjaz, 1916–1917 », Guerres mondiales et conflit contemporain 2006/1 (n° 221).

12 Télégramme de l’Agence française, 21/08/1916, Archives de la Mission militaire française au Hedjaz, carton 4, dossier H, CADN, Nantes.

13 Mission militaire française au Hedjaz (1916–1920), cote 6 N 191 et 7 N 2141-2143, SHD, Vincennes.

14 Mission militaire française au Hedjaz (1916–1920), carton 14, dossier H, CADN, Nantes.

15 Mission militaire française au Hedjaz (1916–1920), cote 6 N 191 et 7 N 2141-2143, SHD, Vincennes.

16 LAWRENCE, T. E, Les Sept Piliers de la Sagesse : un triomphe, Paris, Le Livre de Poche, 2002.

17 Voir BERTRAND-CADI, op.cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hayat Touhadi, « Les soldats formant le contingent français au Hedjaz : origines et parcours (1916–1920) », Arabian Humanities [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 06 septembre 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://cy.revues.org/3036 ; DOI : 10.4000/cy.3036

Haut de page

Auteur

Hayat Touhadi

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org