Navigation – Plan du site
Notes & documents

Le roman saoudien contemporain face à ses défis

The challenges facing the contemporary Saudi novel
Salwa Almaiman

Résumés

Depuis l’apparition du roman dans l’histoire de la littérature saoudienne, celui‑ci s’est imposé comme un genre problématique : genre rebut, à peine digne de l’adab, le roman ne suscitait que très peu d’intérêt contrairement au genre supérieur que représentait la poésie, « Diwān des Arabes ». Depuis le début des années 1990, la situation a bien changé et tous les observateurs de la scène littéraire s’interrogent sur ces romans qui paraissent chaque année et qui suscitent à la fois l’intérêt de la presse, de la critique et d’autres acteurs sociaux qui n’ont pas de rapport direct avec le monde littéraire. La multiplication des titres parus malgré les difficultés liées à la publication et aux réseaux de diffusion soulève maintes controverses tant sur la légitimité de l’écrivain que sur celle du genre. L’écriture du roman reste donc liée à un certain nombre de défis qui s’imposent à l’écrivain en quête de reconnaissance.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

SAU

Chronologique :

1960–2010
Haut de page

Texte intégral

1Du « vide romanesque dans la littérature saoudienne » évoqué par l’écrivain jordanien Nasīm al‑Ṣamadī au début des années 1980 jusqu’au « tsunami de romans » — titre d’un article portant sur la production romanesque en Arabie saoudite dans le journal « al‑Sharq al‑awsaṭ » en octobre 2006 —, le roman a suscité au fil des deux dernières décennies (1990–2000) l’intérêt croissant des observateurs locaux (critiques, universitaires, presse, blogueurs) arabes et orientalistes. En effet, le triomphe de la fiction romanesque depuis le début des années 1990 est sans doute l’un des sujets qui revient le plus fréquemment sous les plumes saoudiennes. « L’ère du roman » (‘aṣr al‑riwāya) soulève nombre d’interrogations et de débats pour le moins vifs sur la scène littéraire.

2Il est difficile, au vu des chiffres, de ne pas s’accorder sur la multiplication du nombre d’œuvres parues ces dernières années, sur cette « ṭafra », terme qui désigne habituellement la période de croissance économique qui a succédé au boom pétrolier de 1973, ce « tsunami » — bref, cette explosion d’œuvres qui se lisent comme des « petits pains », pour reprendre quelques expressions tirées de la presse locale.

3La presse, mais aussi les médias audiovisuels, les colloques ou les débats soulevés par l’ensemble des acteurs du champ littéraire (écrivains, éditeurs, journalistes, universitaires) sont les lieux de nombreux conflits suscités par l’écriture du roman. Il semblerait en effet que l’écriture de la fiction soit devenue en elle‑même une provocation : pour le romancier, le roman tire précisément sa force de son absolue liberté ; pour le critique — au sens très large —, cette liberté a quelque chose de scandaleux, il ne peut l’accepter sans y mettre au moins quelques bornes pour suppléer au caractère indéfini du genre. Et plus le genre foisonne, plus le critique éprouve le besoin de remplacer la distinction entre le permis et l’illicite par la distinction entre le bien et le mal. Cet article a pour objectif de mettre en exergue les principaux conflits nés autour du roman saoudien contemporain à commencer par sa reconnaissance en tant que genre.

Le roman, un genre longtemps défié

  • 1 La traduction des titres de romans est la nôtre, tant que le roman n’a pas été traduit.
  • 2 Al‑Sharq al‑awsaṭ, n° 10193, octobre 2006. 

4Tout le monde s’agite beaucoup autour de l’éclosion soudaine de la littérature romanesque en Arabie saoudite : 26 romans en 2005, 50 en 2006 selon une étude réalisée par le spécialiste saoudien de la bibliographie, Khālid al‑Yūsuf. Le roman s’est timidement introduit dans le corpus local : à partir de 1930 avec al‑Taw’amān, Les Jumeaux1, de ‘Abd al‑Quddūs al‑Anṣārī, ou à partir de 1959 avec Thaman al‑taḍḥiya, Le Prix du sacrifice, de Ḥāmid al‑Damanhūrī, selon les observateurs, et il n’a pas fait beaucoup d’adeptes pendant longtemps. Le fait qu’il s’agisse, pour la moitié de ces œuvres, du premier roman de jeunes romancières qui ont entre 20 et 25 ans n’est pas pour rien dans cette agitation. Et les questions surgissent : « cette ṭafra est‑elle un phénomène sain ? »2.

  • 3 Le concept d’« horizon d'attente du lecteur » est à la base de la théorie de la réception de Hans R (...)
  • 4 Âgé de 20 ans, Bādī est journaliste au quotidien al‑Ḥayāt.

5Face à cette envolée récente du roman, les avis divergent en Arabie saoudite. Certains considèrent que le phénomène est le résultat de l’intérêt de certains éditeurs arabes pour le scandale, qui n’hésitent pas à publier des romans de plus en plus sulfureux. D’autres l’attribuent à l’intuition d’une génération d’écrivains qui a su anticiper « l’horizon d’attente3 » du public saoudien. L’idée est d’autant plus répandue que le jeune écrivain Ibrāhīm Bādī4, auteur du très controversé Ḥubb fī al‑Sa‘ūdiyya, Un amour en Arabie saoudite, l’a ouvertement évoquée au sein même de son roman. Publié en 2007 aux éditions « Dār al‑Ādāb » à Beyrouth, le romancier utilise la technique du récit dans le récit et consacre les premières pages de son roman à un roman, dont le personnage principal est lui‑même romancier. Ce personnage-écrivain qui écrit Un homme et cinq femmes et qui d’emblée brise les tabous les plus fondamentaux, se félicite, après un passage relativement cru, de son audace.

  • 5 Bādī, 2007, p. 57. Il s’agit de notre traduction.

« Mon audace ne fait désormais plus aucun doute. J’ai décrit dans les moindres détails ce qui s’était passé entre Ihāb et Fāṭima. Peut‑être suis‑je un romancier orgueilleux, narcissique même ! Mais la vie d’Ihāb ne va‑t‑elle pas réaliser des ventes inimaginables, record ? Ne va‑t‑elle pas attirer un nombre énorme de lecteurs qui souhaitent en connaitre les détails fous ? » 5.

6Cette idée soutenue par le personnage reste largement partagée et tenace dans la société saoudienne, et ajoute une valeur dépréciative à un genre dont la reconnaissance a longtemps été problématique. En effet, l’introduction du genre romanesque dans la tradition narrative arabe a d’emblée opposé partisans de la modernité importée de l’Occident et traditionalistes qui voyaient dans l’écriture poétique la forme la plus élevée de l’expression arabe. On peut lire de nombreux témoignages d’écrivains de la première génération, celle des précurseurs, attestant de ce regard condescendant des hommes de lettres vis‑à‑vis du genre « roman ». Muḥammad ‘Alī al‑Afghānī, appelant à l’écriture du roman, écrivait dans l’un de ses essais publié en 1941 :

  • 6 Al‑Afghānī, 1941.

« Le plus étonnant en la matière, c’est que nombre de nos amis écrivains et hommes de lettres considèrent le roman comme un rebut qui ne doit pas occuper celui qui se revendique de la science, de la vertu et de la littérature, et qu’ils trouvent à son intérêt faiblesse et déshonneur »6.

7Près de 70 ans plus tard, Hadīl al‑Khuḍayf, nouvelliste qui diffuse ses textes sur son propre blog7, refuse toute idée de s’essayer à l’écriture romanesque qu’elle trouve « déshonorante ».

Les tabous sociaux au cœur du roman saoudien

  • 8 Al‑Quṣaybī n'a pas toujours été reconnu comme romancier par certains acteurs de la scène littéraire (...)
  • 9 Elle est composée des trois temps forts de la vie du narrateur, Hisham Al‑´Ābir : ses dernières ann (...)
  • 10 Les compétences artistiques et littéraires de l’écrivain ont été remises en cause par de nombreux a (...)

8Le romancier ne doit pas seulement faire face aux difficultés liées à la publication et à la diffusion de son œuvre. Il peine aussi à se voir reconnaitre ses talents mis au service du roman. Après que son roman se soit imposé sur la scène littéraire, le ministre-poète Ghāzī al‑Quṣaybī, auteur de Shuqqat al‑ḥurriyya, L’Appartement de la liberté, paru aux éditions Riyad al‑Rayyes en 1994 puis réédité cinq fois et traduit en anglais, s’est vu mettre sérieusement en doute son identité d’auteur8. Turkī al‑Ḥamad, penseur et écrivain politique, a eu quant à lui bien du mal à se voir reconnaitre en tant que romancier après avoir publié, en 1998, chez al‑Sāqī, sa trilogie Aṭyāf al‑aziqqa al‑mahjūra 9 : on a attribué le succès de l’œuvre au capital social ou politique de l’auteur dans le champ littéraire en pointant du doigt sa médiocrité du point de vue artistique10.

  • 11 Al‑QuṢaybī, 1996.
  • 12 Al‑Quṣaybī a été accusé de dépraver un grand pan de la jeunesse saoudienne par sa poésie et ses écr (...)

9L’écrivain n’est pas non plus à l’abri d’accusations d’ordre moral, voire idéologique. Lorsqu’al‑Quṣaybī fit paraitre son premier roman qui relate les années d’études d’un groupe de jeunes Saoudiens dans l’Égypte nassérienne, et plus tard al‑‘Aṣfūriyya11, du nom d’un hôpital psychiatrique réputé au Liban, son statut de haut fonctionnaire n’empêcha pas les accusations de laïcisme (‘ilmāniyya) et d’athéisme (zandaqa)12. Turkī al‑Ḥamad, quant à lui, n’a pu éviter le jugement de l’apostasie que grâce au soutien du prince héritier Abdallah lorsqu’il publia sa trilogie.

10L’importance prise par l’affaire al‑Ḥamad est sans doute à la mesure de ce que représente le roman dans l’histoire du roman saoudien contemporain. Sa trilogie présentait un intérêt certain du point de vue de l’analyse sociopolitique, et il n’est pas anodin que l’auteur ait choisi la forme romanesque pour aborder des sujets considérés comme devant être tus. Ce qui a fait scandale, c’est que l’intrigue et les personnages de la fiction prennent place en Arabie saoudite et non à l’étranger comme c’était d’habitude le cas chez les romanciers saoudiens. Seule l’expatriation des personnages pouvait rendre possible l’écriture. Loin des lois sociales saoudiennes qui mettent en péril le projet réaliste du romancier, ils s’épanouissent vraiment dans des sociétés moins conservatrices et où les tabous liés à la vie sont moins nombreux.

  • 13 Al‑Ṣāni ̔, 2005. Al-Sanea, 2007.

11En osant précisément s’approprier un espace où l’on tait habituellement les tares et qui se targue de les avoir exclues, al‑Ḥamad a fait de Riyad une ville de plaisirs où « tout est possible », où « tout est interdit, tout est permis ». Le romancier met à nu, sur le mode réaliste, les contradictions d’une société somme toute comme les autres, tout en jouant de près avec les limites du dicible. À sa suite, Banāt ar‑Riyā13, premier roman de la jeune Rajā’ al‑Ṣāniʿ paru en 2005 va plus loin encore et dévoile les secrets de la gente féminine, ce qui en soi‑même constitue un tabou et relève du défi. Comment une fille du pays ose‑t‑elle livrer au monde les défauts de ses propres concitoyennes ? La chose est en effet inacceptable dans une société où il n’est pas de bon ton d’exhiber ses défauts et où l’on accuse celui ou celle qui les montre du doigt de vouloir fausser son image.

  • 14 Naqshabandī, 2007.

12Les derniers romans parus sont toujours plus audacieux eu égard aux tabous qu’ils mettent au jour : audaces morales, scènes osées, ton cru. Le scandale est assuré. L’un de ces romans, Ikhtilās, Larcin, de Hānī Naqshabandī14, a manqué d’être interdit de publication à Beyrouth comme il a été interdit dans plusieurs capitales arabes — avant de connaitre cinq réimpressions chez al‑Sāqī. Un journaliste saoudien, rédacteur en chef d’un magazine féminin, reçoit régulièrement des lettres étranges d’une lectrice saoudienne qui lui confie ses secrets et une éventuelle aventure avec son chauffeur. Mais le sexe n’est pas le seul tabou brutalisé dans cette littérature qui se joue des limites du licite. L’année 2000 a vu la parution du roman de l’écrivain-journaliste Maḥmūd Trawrī, Maymūna, dans lequel l’auteur aborde, à travers l’histoire de l’émigration de Maymūna et de sa famille d’Afrique vers le Hedjaz, la question de la marginalisation des gens de couleur dans le royaume. Quelques années plus tard, en 2006, est paru chez al‑Sāqī encore une fois, al‑Ākharūn, Les Autres, roman d’une jeune Saoudienne, Ṣibā al‑Ḥirz, originaire du Qaṭīf, une province de l’est du pays qui concentre une partie de la population chiite. Son roman aborde également une minorité religieuse rejetée dans l’altérité. Autant de sujets que seule l’écriture romanesque permet d’aborder : la fiction par ses artifices donne à voir un réel que les discours sociaux se refusent à représenter.

13En effet, quand on parle de liberté d’édition arabe, on évoque toujours le triple tabou sexe-religion-politique. Or, cette liberté est variable selon les pays. L’Arabie saoudite, qui domine à la fois le marché de l’édition et la région d’un point de vue politique, impose un régime de censure très strict sur ces trois thèmes, en exigeant l’autorisation préalable. À la censure institutionnelle s’ajoute celle imposée par l’idée de la « particularité » de l’Arabie, khuṣūṣiya, souvent utilisée dans le discours local et qui interdit un certain nombre de sujets dans le débat public.

Le défi de la publication

  • 15 Les écrivains arabes ont toujours usé de cette stratégie qui consiste à publier leurs livres dans l (...)
  • 16 Un titre, parmi de nombreux autres, révèle le débat soulevé par ce type d'écriture : « Un nouveau p (...)

14 Dans une société réputée pour lire peu, des ventes qui se comptent en dizaines de milliers de tirages paraissent presque invraisemblables : 60 000 pour le roman de Rajā’ al‑Ṣāniʿ au cours de la première année qui a suivi sa parution, 10 000 dans le trimestre qui a suivi celle du roman Fusūq de ´Abdū Khāl. C’est là précisément une autre facette des mutations qui sont survenues sur la scène littéraire saoudienne. Si les écrivains ont franchi un pas dans la transgression du discours spécifique au marché local, et qu’ils ont enfreint les règles de l’autodiscipline, il est certain qu’ils ont su adapter ce nouveau type de discours aux réseaux de diffusion disponibles. En effet, afin de contourner la censure qui s’oppose catégoriquement à la « mise à nu du réel », les écrivains saoudiens avaient déjà recours à l’édition d’autres pays arabes, et notamment à son pôle le plus libéral15. Quête d’un espace de liberté ou d’une possible reconnaissance par le champ littéraire régional, le contournement de la censure par ce biais a permis, à partir des années 1990, d’introduire de nouvelles pratiques d’écriture, confirmant par là le discrédit exprimé par le pôle le plus conservateur du champ, et qui associe ce type d’écriture à une pure stratégie basée sur l’intérêt de l’interdit16.

  • 17 Seerehwenfadha7et@yahoogroups.com
  • 18 Ce forum est réputé pour réunir les libéraux saoudiens et décrit par ses adversaires comme le « clu (...)

15 Mais c’est sans doute la révolution numérique appliquée au domaine littéraire qui constitue le trait le plus remarquable. Depuis la fin des années 1990, la multiplication des sites de presse, puis des blogs, a fourni aux écrivains un réseau de diffusion autrement plus efficace et difficilement censurable. C’est dire l’intérêt du roman Banāt al‑Riyāḍ, qui tourne lui‑même autour de l’univers d’Internet et des forums de discussions, et qui se base sur une prétendue divulgation par l’Internet des aventures d’un groupe de jeunes Saoudiennes de Riyad. Tous les vendredis, une jeune Saoudienne envoie à ses concitoyens un courriel. Elle y décrit dans le menu détail sa vie amoureuse et celle de ses trois copines. Les internautes réagissent en masse. La plupart sont outrés, d’autres en redemandent. Le roman se présente donc comme le blog de la narratrice auquel les lecteurs peuvent s’inscrire pour suivre ces aventures17. Notons aussi que le roman de Muḥammad Ḥasan ´Ilwān, Saqf al‑kifāya, Apogée de la satisfaction, publié chez al‑Farābī, se trouvait déjà sur le propre site de son auteur, et en intégralité, lorsqu’il parut en 2002, et que al‑Awba, Le Retour, de Warda ´Abd al‑Malik (pseudonyme utilisé par la jeune romancière), publié chez al‑Sāqī en 2007, fut d’abord créé sur un cercle littéraire virtuel, le « muntadā dār al‑nadwa »18, et qu’il avait intéressé environ 23 000 lecteurs d’après l’écrivain.

16La Toile devient ainsi le premier espace de publication et de diffusion : non seulement les œuvres sont souvent d’abord publiées dans des « clubs littéraires » virtuels, mais, une fois éditées de manière traditionnelle, Internet assure en partie leur diffusion, surtout quand elles sont publiées à l’étranger et qu’elles sont difficilement disponibles dans les librairies locales.

17Internet constitue un nouveau moyen de déjouer les lignes rouges imposées par la censure et le discours social prédominant, mais aussi de faire connaitre les romanciers saoudiens à l’étranger. Il a certainement préparé le terrain à la tenue du 11e Salon international du livre de Riyad qui révèle un certain relâchement des pratiques de censure.

Conclusion

18Le 11e Salon international du livre qui s’est tenu à Riyad du 4 au 14 mars 2008 et qui réunissait plus de 550 maisons d’édition venues d’une vingtaine de pays exposa plus de 20 000 titres. L’événement n’a pas manqué d’attirer l’attention quant à son organisation basée sur une sorte de consensus entre le ministère de l’Information et de la Culture qui parraine désormais cette manifestation et les instances religieuses représentées par la police religieuse locale qui a tenu un bureau sur place pour réglementer la mixité permise dans les couloirs de la foire. Plus encore, les titres phares du nouveau roman saoudien, ces textes que les lecteurs locaux doivent le plus souvent se procurer à l’étranger, y sont assez largement présents. Un grand nombre d’ouvrages, notamment des romans que les Saoudiens ont l’habitude d’acheter hors des frontières, étaient disponibles mais il était interdit d’acheter plus de cinq exemplaires et ils demeurent interdits dans les librairies locales.

19Cette ouverture est tout à fait saisonnière, certes, mais elle modifie profondément la carte culturelle régionale en donnant une certaine notoriété au genre romanesque mais aussi à la scène littéraire saoudienne. Car, malgré tous les défis qu’impose l’écriture romanesque à son auteur, le roman saoudien fait parler de lui et donne à voir les mutations qui touchent la société saoudienne qui ne peut plus continuer à jeter « un voile pudique », selon l’expression du critique ´Abdallah al‑Ghadhamī, sur ce qu’elle ne veut pas voir.

  • 19 Abduh Khal, 2014.

20En effet, l’authentique intérêt pour les romans saoudiens actuels révèle une modification de la carte culturelle arabe. Preuve en est le Prix Booker décerné dans sa troisième édition en 2010 à l’écrivain ´Abdū Khāl pour son sulfureux Tarmī bi‑sharar19, qui couronne en réalité la production romanesque de toute une région du monde arabe trop longtemps négligée par la critique.

Haut de page

Bibliographie

̔Abd al‑Malik Warda, al‑Awba, Dār al‑Sāqī, Beyrouth, 2007.

Abduh Khal, Les Basses œuvres, trad. Frédéric Lagrange, Paris, Books, 2014.

Al‑Afghānī Muḥammad ‘Ālim, « al‑Riwāya al‑‘arabiyya wa ḥājatunā ilayhā », al‑Manhal, vol. 5, n° 6, jumādā al‑ūlā 1360/mai 1941.

Al‑AnṢārī, ̔Abd al‑Quddūs, Al‑taw’amān, Damas, Maṭba ̔at al‑ṭaraqī, 1930.

Bādī Ibrāhīm, Ḥubb fī al‑Sa ̔ūdiyya, Dār al‑Adāb, Beyrouth, 2007.

Al‑Damanhūrī Ḥamad, Thaman al‑taḍḥiya, Dār al‑Fikr, Le Caire, 1959.

Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la réception, traduit de l’allemand par Claude Maillard, préface de Jean Starobinski, Gallimard, 1972.

Al‑Ḥamad Turkī, Aṭiyāf al‑azziqa al‑mahjūra, Dār al‑Sāqī, Beyrouth, 1998.

Al‑Ḥirz Ṣibā, al‑Ākharūn, Dār al‑Sāqī, Beyrouth, 2006.

Ilwān Muḥammad Ḥasan, Saqf al‑kifāya, al‑Fārābī, Beyrouth, 2002.

Khāl ̔Abdū, Fusūq, Dār al‑Sāqī, Beyrouth, 2005.

Naqshabandī Hānī, Ikhtilās, Dār al‑Sāqī, Beyrouth, 2007.

Al‑QuṢaybī Ghāzī, Shuqqat al‑ḥuriyya, Dār al‑Rayyes, Londres, 1994.

Al‑QuṢaybī Ghāzī, al‑‘Aṣfuriyya, Dār al‑Sāqī, Beyrouth, 1996.

Al‑Ṣāni ̔ Rajā’, Banāt al‑Riyāḍ, Dār al‑Sāqī, Beyrouth, 2005.

Al-Sanea Rajaa, Les filles de Riyad, traduit de l’arabe par Simon Corthay et Charlotte Woillez, Plon, 2007.

Trawrī Maḥmud, Maymūna, Dā’irat al‑thaqāfa wa‑l‑i’lām, Sharjah, 2002.

Haut de page

Notes

1 La traduction des titres de romans est la nôtre, tant que le roman n’a pas été traduit.

2 Al‑Sharq al‑awsaṭ, n° 10193, octobre 2006. 

3 Le concept d’« horizon d'attente du lecteur » est à la base de la théorie de la réception de Hans Robert Jauss. Jauss, 1972.

4 Âgé de 20 ans, Bādī est journaliste au quotidien al‑Ḥayāt.

5 Bādī, 2007, p. 57. Il s’agit de notre traduction.

6 Al‑Afghānī, 1941.

7 http://www.hdeel.org/blog. Ce blog n’est plus disponible depuis le décès de la jeune Saoudienne en 2008, à l’âge de 25 ans.

8 Al‑Quṣaybī n'a pas toujours été reconnu comme romancier par certains acteurs de la scène littéraire (légitime ou non). Il n’en reste pas moins que son statut politique lui a permis de jouer de la contrainte politique.

9 Elle est composée des trois temps forts de la vie du narrateur, Hisham Al‑´Ābir : ses dernières années à l’école dans un quartier réputé de Dammam, al‑´Adāma, dans les années soixante-dix, puis ses années d’étudiant à Riyad dans le quartier al‑Shumaysī, et enfin son incarcération dans al‑Karādīb après la dissolution du parti communiste qu’il avait rejoint.

10 Les compétences artistiques et littéraires de l’écrivain ont été remises en cause par de nombreux acteurs de la scène littéraire, y compris les critiques, qui lui ont défendu une place dans le champ littéraire.

11 Al‑QuṢaybī, 1996.

12 Al‑Quṣaybī a été accusé de dépraver un grand pan de la jeunesse saoudienne par sa poésie et ses écrits audacieux et son attirance pour l’Occident.

13 Al‑Ṣāni ̔, 2005. Al-Sanea, 2007.

14 Naqshabandī, 2007.

15 Les écrivains arabes ont toujours usé de cette stratégie qui consiste à publier leurs livres dans les capitales qui offrent le plus d’espace de liberté : Le Caire et Paris autrefois, Beyrouth aujourd’hui, mais aussi Londres avec Dār al‑Sāqī et Berlin avec Dār al‑jamal. Cette stratégie a joué un rôle très important dans l’évolution de l’expression littéraire arabe vers davantage de liberté.

16 Un titre, parmi de nombreux autres, révèle le débat soulevé par ce type d'écriture : « Un nouveau phénomène dans le roman saoudien : l'interdit, passeport pour le succès », Al‑Sharq al‑awṣaṭ, n° 10726 du 10 avril 2008.

17 Seerehwenfadha7et@yahoogroups.com

18 Ce forum est réputé pour réunir les libéraux saoudiens et décrit par ses adversaires comme le « club des mécréants de Quraish » ; il est fermé depuis 2005.

19 Abduh Khal, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salwa Almaiman, « Le roman saoudien contemporain face à ses défis », Arabian Humanities [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 25 novembre 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://cy.revues.org/2793 ; DOI : 10.4000/cy.2793

Haut de page

Auteur

Salwa Almaiman

Université du Roi Abdulaziz, Djedda

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org