Navigation – Plan du site
Lectures

Dionisius A. Agius, John P. Cooper, Athena Trakadas et al., Navigated spaces, connected places: Proceedings of Red Sea Project V: held at the University of Exeter, 16-19 September 2010

Oxford, Archaeopress, 2012, 249 p.
Isabelle Sachet
Référence(s) :

Navigated Spaces, Connected Places: Proceedings of Red Sea Project V held at the University of Exeter, 16–19 September 2010, BAR International Series 2346 & BFSA Monograph 12 edited by Dionisus A. Agius, John P. Cooper, Athena Trakadas and Chiara Zazzaro (Eds) with many Contributors, 249 + xvii p., 143 b&w figs, 12 tables, Archeopress for BAR, Gordon House, 276 Banbury Road, Oxford, OX2 7ED, 2012, ISBN 978-1407309293

Texte intégral

Intitulée « Navigated Spaces, Connected Places », la cinquième édition du congrès sur la mer Rouge, Red Sea conference avait pour objet d’étude les espaces et les réseaux de navigation en mer Rouge des époques pharaoniques à aujourd’hui. Si la période chronologique concernée est vaste, elle reste dans la tradition annoncée depuis les débuts de la série des colloques, visant à comprendre l’espace maritime et côtier de la mer Rouge dans une perspective diachronique. Les sujets abordés historiques et archéologiques, portant sur des domaines aussi pointus que l’architecture navale, la céramologie, la linguistique et la botanique, sont divers, attractifs et souvent novateurs.

La première partie se présente comme une entrée en matière aux travaux en mer Rouge, elle est constituée de deux témoignages sur le travail de mémoire, par J. Balfour Paul et A. Besse. Puis, la deuxième partie, composée de six articles, est consacrée aux périodes pharaoniques. Aux alentours de 2000 av. J.‑C., et sans doute avant, les égyptiens ont navigué vers Punt par voie maritime. Une étude d’archéologie expérimentale, présentée par C. Ward, relate la construction du bateau, le Min du désert, selon les techniques antiques. La construction a été suivie d’essais de navigation, peu probants en terme de vitesse, mais concluants en matière de flottabilité et de stabilité du navire. Les bateaux de l’égypte ancienne parcouraient la mer Rouge du Nord au Sud. Dans le nord, les inscriptions découvertes dans le port d’Ayn Sokhna, exposées par P. Tallet, mettent en évidence les contacts entre l’égypte et le Sinaï en vue de l’exploitation des mines de turquoise dès la ve dynastie. Dans le sud, l’étude de la céramique d’importation sur les sites de la mer Rouge, présentée par R. Fattovich, témoigne des échanges entre la Corne de l’Afrique et le sud de la péninsule arabique aux iiie et iie millénaires av. J.-C., en particulier dans le cadre du commerce de l’obsidienne africaine vers la Tihâmah au Yémen. L’examen de la céramique de Mersa, dans le wadi Gawasis, à 50 km au nord de Qoseir, permet à A. Manzo d’établir que des populations étrangères étaient installées sur le site à la xiie dynastie. Les études historiques, par K.A. Kitchen, et linguistique, par R. Blench, vont également en ce sens en montrant que, dès le iiie millénaire, les déplacements étaient fréquents au sud de la mer Rouge. La navigation existait d’une rive à l’autre et, lorsque les contextes économique et commercial s’y prêtaient, les populations n’hésitaient pas à effectuer la traversée et à s’installer loin de leur lieu d’origine.

La troisième partie concernant l’Antiquité est pauvrement dotée en contributions, seulement au nombre de trois. Les articles font état de sujets d’activités récentes de la recherche, principalement liés à des travaux de synthèse cartographique : pour identifier des lieux de culte d’après les textes des auteurs grecs (O. Nalesini), rassembler les points épigraphiques nabatéens dans le désert oriental (C. Durand) ou encore, localiser des épaves romaines (L. Blue, J.D. Hill, R. Thomas). Le dernier projet, à ses débuts, est particulièrement enthousiasmant, bien que seules deux épaves aient été recensées lors de la première campagne. La connaissance des itinéraires du commerce antique en mer Rouge a connu une avancée importante au cours des dix dernières années, en particulier grâce aux travaux des missions archéologiques, américaine à Berenike, et française sur les routes romaines du désert oriental. Ces missions n’étaient pas représentées au colloque d’Exeter, mais elles ont déjà fait l’objet de plusieurs monographies, pour n’en citer que deux : H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos, 2 vols, 2003, ou S.E Sidebotham, Berenike and the ancient maritime spice route, 2011.

La quatrième partie de l’ouvrage porte sur une période allant de l’Antiquité tardive à l’Islam. Dans son ensemble, elle est plus historique que les deux parties précédentes, à l’exception d’une présentation archéologique sur le vieux Caire par P. Sheehan. Quelque peu éloigné du sujet du colloque, le rapport est toutefois instructif pour la connaissance du commerce en Méditerranée : il témoigne des contacts commerciaux du port de Babylone, aux époques perse et hellénistique, avec la Syrie-Palestine, la Phénicie et l’égée, en particulier du transport des produits de luxe comme le vin et l’huile. Dans un article fourni et documenté, E.H. Seland présente ensuite une liste des donations à l’église en lien avec le commerce oriental. La distribution des états (estates) décrits dans le Livre des Pontifes montre que le corridor Golfe persique-Euphrate était toujours utilisé au ive siècle, de même que le Nord de la mer Rouge et la Méditerranée, ainsi que les axes mer Rouge-Nil. D. Bramoullé développe un long article didactique sur l’histoire fatimide en mer Rouge. Il est suivi d’un exposé méthodique de T. Power, explicitant le déclin des ports de la mer Rouge au xiie siècle. L’auteur commente la situation par région et par port, en confrontant les sources à l’archéologie, puis il conclut avec précaution en mettant en avant les changements politiques et économiques qui nuisent au commerce, en particulier une poussée du féodalisme militaire. Pour finir ce chapitre chronologique, un article de J. Whitewright présente une étude de la construction des bateaux, principalement à partir des descriptions d’Ibn Mājid dans son livre sur les principes et les règles de la navigation, écrit vers 1490.

La cinquième partie est entièrement dédiée à l’étude de Suakin, l’un des principaux ports de la mer Rouge depuis la fin du Moyen âge. Un projet d’archéologie et de restauration, présenté par M. Mallinson, a été engagé par le gouvernement soudanais pour la mise en valeur et le développement du site. Les vestiges connus sur l’île permettent de faire remonter l’histoire de Suakin au ixe siècle, période au cours de laquelle la région a connu un véritable développement lors d’une ruée vers l’or. Les études de la céramique d’importation, par L.M.V. Smith et al., montrent ensuite les contacts du port de commerce de Suakin avec l’égypte aux xiiie-xviiie s., avec le golfe arabique et la côte iranienne aux xive-xviie s., puis avec la Chine et l’Europe aux xixe-xxe siècles. L’une des maisons en bordure de l’île, celle de Khorshid Effendi, présentée par J. Phillips, était particulièrement bien située dans le cadre d’une implication de son propriétaire dans le commerce maritime.

La sixième et dernière partie est plus composite, elle rassemble trois études sur les populations et une étude de botanique. L’article de J.C.M. Starkey examine les relations entre les moines et les bédouins dans le Désert oriental et dans le Sinaï, puis P. Weschenfelder consacre un article aux groupes nomades Beja du désert oriental et leur rôle dans la surveillance et le contrôle de l’accès aux mines. S.A. Malki expose ensuite les résultats d’une étude sociologique menée à l’université King Abdulaziz de Jeddah. Enfin, P. Provençal présente une collection botanique riche de près de 2000 spécimens poussant en égypte, sur les côtes de la mer Rouge et obtenue au xixe siècle par P. Forsskål lors de l’expédition danoise “Carsten Niebuhr”.

Au final, le titre attractif concernant les espaces navigables et les réseaux de navigation a été pleinement traité, dans la mesure de ce que peuvent apporter les études les plus récentes. Si l’histoire de la construction navale est encore hésitante, la connaissance des échanges en mer Rouge a en revanche connu un formidable essor depuis les années 2000 grâce aux fouilles de plusieurs ports de la côte égyptienne et des sites du désert oriental. Les contributions mettent toutes en évidence l’intensité de la circulation des biens et des personnes de part et d’autre des côtes de la mer Rouge depuis la plus haute antiquité. Les résultats présentés dans cet ouvrage, traitant une région longtemps laissée de côté, sont donc très engageants. Ils sont d’autant plus prometteurs que les études sur la mer Rouge connaîtront un regain d’activité lorsque débuteront les fouilles des ports anciens sur les rives saoudiennes, étape incontournable d’une connaissance des échanges et de la circulation dans la région. Pour le lecteur, il reste parfois difficile d’appréhender un recueil d’articles mettant en avant des perspectives diachronique et interdisciplinaire. D’autres ouvrages permettent une approche plus systématique de la région, par période, par exemple l’ouvrage de J. Schiettecatte et Chr. J. Robin, Les Préludes de l’islam, 2013, pour l’époque préislamique, ou bien la monographie d’E. Vallet, 2011, L’Arabie marchande, pour l’époque médiévale. Mais tel n’était pas l’objectif du colloque d’Exeter, visant à souligner un état de la recherche dans ses avancées les plus diverses. Il faut donc rendre hommage aux travaux réunis dans cet ouvrage, à l’intérieur duquel les spécialistes travaillant sur la mer Rouge trouveront de précieuses informations sur des points variés d’archéologie et d’histoire, des premières dynasties pharaoniques à aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Sachet, « Dionisius A. Agius, John P. Cooper, Athena Trakadas et al., Navigated spaces, connected places: Proceedings of Red Sea Project V: held at the University of Exeter, 16-19 September 2010 », Arabian Humanities [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://cy.revues.org/2772 ; DOI : 10.4000/cy.2772

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org