Navigation – Plan du site
Varia

La géographie du nouveau roman saoudien selon Yūsuf al‑Muḥaymīd

Monica Ruocco

Résumés

Cet article explore le rapport entre « al‑dākhil », dénomination que les Saoudiens utilisent pour définir leur pays, et « al‑khārij », « l’extérieur » ou bien « l’étranger », dans les œuvres romanesques de l’écrivain saoudien Yūsuf al‑Muḥaymīd. L’analyse se fonde sur la théorie de « géographie littéraire » ou bien de « géocritique », élaborée par Franco Moretti : en situant géographiquement les personnages et les événements narrés dans un roman sur un atlas imaginaire on obtient, selon Moretti, une série de « cartes littéraires », qui permettent de révéler « le rapport direct entre conflit social et forme esthétique ». Les représentations graphiques issues des romans de Yūsuf al‑Muḥaymīd démontrent que l’écrivain arrive à présenter la dimension interne du pays exclusivement dans son rapport avec l’étranger, en remettant en question concepts tels ceux de « limites d’un État », « territorialité », « citoyenneté », « identité culturelle ».

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

SAU

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « La différence entre les nouveaux romanciers saoudiens et les anciens réside dans les lieux qu'ils (...)

1Dans une interview donnée en 2005 au quotidien américain Washington Post, l’écrivain saoudien Yūsuf al‑Muḥaymīd (Yousef al‑Mohaimeed) affirmait : « The difference between the new Saudi novelists and the old ones are the places they pick to write about. The old ones wrote about the outside, but I feel I should be writing about my place, my people, our suffering »1.

  • 2 Moretti, 1997. Pour la traduction française voir Moretti, 2000.
  • 3 Moretti, 2005. L’essai a été traduit en français d’après la version anglaise, voir Moretti, 2008.
  • 4 « Nous n’avons guère d’approche géographique du texte, et nous considérons même que cela ne nous co (...)
  • 5 Concernant la littérature arabe, Samia Mehrez a publié un atlas littéraire du Caire, voir Mehrez S. (...)
  • 6 Moretti, 2005, p. 82. Cette théorie a connu une nouvelle démarche critique grâce à l’œuvre de Bertr (...)

2Ce point de vue invite à creuser le rapport entre « al‑khārij » (« l’extérieur » ou « l’étranger ») et « al‑dākhil » (l’Arabie saoudite, selon la dénomination couramment utilisée par ses habitants) dans les œuvres romanesques de l’écrivain saoudien. Pour analyser les dynamiques entre « al‑khārij » et « al‑dākhil » dans les romans d’al‑Muḥaymīd, j’utiliserai la théorie de « géographie littéraire », ou « géocritique », élaborée par l’historien du roman Franco Moretti. Déjà dans l’Atlante del romanzo europeo2, et encore plus dans son essai La letteratura vista da lontano publié en 20053, Moretti propose une représentation graphique du roman en recourant à des méthodes scientifiques. Selon Moretti, si on tente une approche quantitative du roman, on obtient respectivement des graphiques ou des arbres évolutifs ; tandis qu’à travers l’application au roman d’une science de l’espace réel, comme la cartographie ou bien la géographie4, on obtient une série de « cartes littéraires ». Ces représentations graphiques ou bien ces cartes se dessinent en situant géographiquement les personnages et les événements narrés dans un roman sur un atlas imaginaire5. Cette approche géographique du texte, affirme Moretti, nous révélera finalement « le rapport direct entre conflit social et forme esthétique »6.

  • 7 Ménoret, 2005, p. 17.

3Si l’on applique cette théorie aux romans de Yūsuf al‑Muḥaymīd, les cartes littéraires ou les représentations graphiques dessinées à partir de ces œuvres nous révèlent des surprises, et nous oblige à reconsidérer deux questions. La première est l’affirmation d’al‑Muḥaymīd quand il mentionne qu’il ne veut pas écrire, comme la vieille génération d’écrivains saoudiens, sur « l’extérieur », al‑khārij, mais sur son pays, al‑dākhil. L’analyse « géographique » des romans d’al‑Muḥaymīd nous montre en effet que l’auteur arrive à raconter la dimension interne du pays exclusivement dans son rapport avec al‑khārij. Ce fait conduira, deuxièmement, à remettre en question la définition des concepts de « limites d’un État », « territorialité », « citoyenneté », « identité culturelle » relativement au cas de l’Arabie saoudite. Le royaume saoudien est un pays isolé du point de vue géographique : « Separated from the Middle East by a belt of deserts, cut off from the world by the seas surrounding it on three sides, the ‘Island of the Arabs’ and Saudi Arabia appear to be a land outside human time »7. Toutefois à cet isolement spatial correspondent une urbanisation à grande échelle de la société saoudienne contemporaine, et une importance géopolitique et financière capitale au niveau mondial.

  • 8 Giorgio, 2005. Pour une anthologie de la littérature saoudienne voir Jayyusi, al‑Hazimi, Khattab, 2 (...)
  • 9 Sur le récent développement de la littérature romanesque en Arabie saoudite voir Almaiman, 2007, p. (...)
  • 10 L’âge moyen de la population saoudienne est de 26,4 ans (hommes : 27,3 ans ; femmes : 25,3 ans, en (...)

4Pour ce qui concerne la littérature, le roman est un genre qui a connu en Arabie saoudite un véritable développement, à la fois quantitatif et qualitatif, surtout dans les deux dernières décennies8. La création romanesque intéresse de plus en plus écrivains, éditeurs, chercheurs, et un nouveau public de lecteurs toujours plus vaste9. Un élément qui a contribué à favoriser cette popularité sans précédent est, parmi d’autres, la capacité de la fiction saoudienne à miner des conventions culturelles très solides et à refléter la montée du mécontentement dans le royaume, surtout parmi les jeunes qui constituent la majorité de la population10.

5Yūsuf al‑Muḥaymīd fait partie de toute une génération d’écrivains qui animent la vie intellectuelle et littéraire du royaume. Né à Riyad en 1964 d’une famille originaire de Bourayda, une ville très conservatrice dans la province intérieure du Qasim11, il a été rédacteur de la section culturelle de la populaire revue littéraire « al‑Yamāma ». Al‑Muḥaymīd cultive sa passion pour la littérature depuis les années 1980, quand il était étudiant à la Faculté des Sciences du Management à la King Saud University. Avec des collègues, il y a collaboré à la rédaction de la revue hebdomadaire iwār, dont la publication a été ensuite interdite par un décret officiel, à cause de contenus en opposition explicite avec la morale du royaume, notamment l’appel aux femmes à enlever leur voile. Un groupe d’extrémistes islamiques est parvenu à attaquer le magazine qui a fait l’objet de sermons du vendredi dans plusieurs mosquées du pays. Du fait de son engagement dans la revue, al‑Muḥaymīd a failli être expulsé de l’université.

  • 12 Dès que le livre a fait son apparition dans les librairies de Riyad, al‑Muḥaymīd a reçu une convoca (...)
  • 13 Pour les ouvrages de Yūsuf al‑Muḥaymīd, voir la bibliographie.

6Après cette expérience, al‑Muḥaymīd s’est consacré à ses écrits. En 1989, il a publié à ses frais un premier recueil de nouvelles intitulé Ẓahīra lā mushāt la hā (Un midi sans piétons)12. En 1993 et 1996 sont parus, au Caire et à Beyrouth, les recueils Rajfa athwābihim al‑bīḍ (Le frémissement de leurs habits blancs) et La budda anna aḥadan ḥarraka al‑kurrāsa (Sans doute quelqu’un a bougé le cahier)13. En 1998 al‑Muḥaymīd est parti pour un séjour en Angleterre où il a approfondi ses compétences artistiques — il est photographe par passion — et, dès son retour à Riyad en 2000, il a publié à Damas le recueil Laghṭ al‑mawtā (Le tumulte des morts), écrit en 1996.

  • 14 Le roman a été traduit en français, en anglais, et en italien. Voir la bibliographie.
  • 15 En 2004 il reçoit le prix de la revue culturelle « Dīwān al‑‘Arab » et de l’Union des Journalistes (...)

7Yūsuf al‑Muḥaymīd connaît le vrai succès avec le roman Fikhakh al‑rā’iḥa, littéralement Les pièges de l’odeur14, publié en 2003 à Beyrouth, où l’écrivain éditera presque toutes ses œuvres. Une année plus tard, al‑Muḥaymīd publie le roman Al‑qarūra (La Bouteille) et, ensuite, en 2005, un recueil de nouvelles intitulées Akhī yufattish ‘an Rimbaud (Mon frère à la recherche de Rimbaud)15. Ses dernières œuvres sont les romans Nuzhat al‑dalfīn (La promenade du dauphin, 2006) et Al‑ḥamām lā yaṭīr fī Burayda (La colombe ne vole pas à Burayda, 2009). En 2011, al‑Muḥaymīd publie, sous le titre Al‑ashjār lam ta‘ud tasma‘ūnī (Les Arbres ne m’écoutent plus) un dernier recueil qui comprend également des nouvelles écrites ou publiées auparavant. al‑Muḥaymīd est aussi l’auteur de deux récits de voyage : Al‑nakhīl wa‑l‑qirmīd : mushahādāt min al‑Baṣra ilā Norwich (Le palmier et la brique : vues de Basra à Norwich, 2004), et Ḥajar aḥmar fī Manhātin. Yawmiyyāt (Une pierre rouge à Manhattan. Journal, 2012).

8Dans ses romans Fikhakh al‑rā’iḥa, Al‑qarūra et Nuzhat al‑dalfīn, et pareillement dans son dernier Al‑ḥamām lā yaṭīr fī Barīda, al‑Muḥaymīd propose une fiction qui se développe suivant des parcours analogues, où le trait commun est le rapport exclusif entre « l’intérieur », « al‑dākhil » et « l’extérieur », « al‑khārij».

Fikhakh al‑rā’iḥa ou la vie en marge de la société

9Fikhakh al‑rā’iḥa raconte l’histoire de trois hommes en marge de la société arabe saoudienne, et qui sont tous les trois amputés d’une partie de leur corps. Pauvres, maltraités, harcelés, même violés, ces trois hommes n’ont presque aucune chance de vivre une vie prétendue normale. Le roman explore des aspects de la vie du pays rarement abordés, et il a été interdit en Arabie saoudite.

10Le premier homme du récit est le narrateur, Ṭurād, qui sert le café dans un ministère. D’origine nomade, il a perdu son oreille durant l’attaque d’une caravane, quand il vivait encore dans le désert comme pillard. Le livre s’ouvre avec Ṭurād qui se trouve dans une gare routière de la capitale saoudienne avec l’intention d’abandonner la ville. Sur un banc, il découvre par hasard un dossier contenant des informations sur un garçon qui s’appelle Nāṣir, abandonné à la naissance, et auquel des chats ont arraché un œil. Tout au long de la nuit, Ṭurād explore l’histoire de cet homme en l’entrelaçant avec l’histoire de Tawfīq, son vieux compagnon, un ancien esclave d’origine soudanaise qui fut capturé enfant et exporté vers le royaume saoudien.

  • 16 al‑Mohaimeed, 2007a, p. 29.

11La triste histoire de Tawfīq commence lorsqu’il avait huit ans, avec l’attaque, par des marchands d’esclaves, de son village d’Umm Ḥabab, situé vers le centre du Soudan, à une centaine de kilomètres à sud de Rabak. Celle nuit‑là, les marchands mettent le feu à toutes les huttes. On suit alors la fuite du petit Tawfīq qui essaie d’échapper aux « vendeurs de chair humaine » omniprésents dans la région, pour tomber, à la fin, entre les mains d’un homme de la tribu des Ja‛lyīn — l’une des grandes tribus du Nord du Soudan — et d’un bédouin de la péninsule. Tawfīq poursuit sa marche, conduit par ces hommes sur de « longues distances, parcourant la brousse, descendant au fond des vallées, montant sur les hauteurs »16, marchant vers l’Est durant des jours et des jours. À la fin, ils arrivent à Shandī et puis à Barbar, en nombre restreint, puisqu’un des petits esclaves est mort, et que d’autres ont été vendus. Ils prennent ensuite la direction de Sawākin, une petite ville sur la côte au sud de Port Soudan, où Tawfīq arrive après avoir parcouru une distance de 1 200 kilomètres environs. Avec les autres enfants il est chargé dans les cales d’un bateau, à l’intérieur d’enclos quasiment sans lumière. Le bateau prend le large et navigue pendant des jours et des nuits avec un drapeau jaune monté au pied du mât pour signifier que l’équipage a été frappé par le choléra, et ainsi garder les patrouilles maritimes étrangères à distance. Tawfīq, pendant ce voyage, est violé par un homme probablement érythréen et, à la fin, comme on est dans le mois du pèlerinage (ḥajj), il entre dans le pays déguisé en pèlerin. Dans le royaume, il est émasculé puis mis au service d’un palais jusqu’à ce qu’il soit devenu trop vieux pour être utile. Il est alors affranchi, c’est‑à‑dire jeté à la rue.

Fig. 1 : Le voyage de Tawfīq.

Fig. 1 : Le voyage de Tawfīq.
  • 17 Precarious and distressing situations are more and more frequent, and conflict with the official d (...)

12Dans le cas de ce roman, la géographie est très présente, que ce soit dans le récit des pérégrinations du pillard Ṭurād, dans le voyage de Tawfīq du Soudan vers la péninsule, ou dans la description des villes saoudiennes. Une représentation graphique de ce roman (voir la fig. 2) — où « al‑khārij » fait irruption dans « al‑dākhil » — révèle les conflits ethniques qui caractérisent le royaume saoudien où le phénomène de paupérisation est de plus en plus fréquent17.

  • 18 Dans ce cas, comme pour la fig. 4, on a utilisé la représentation graphique que Moretti définit “an (...)

Fig. 2 : Représentation graphique de Fikhakh al‑rā’iḥa18.

Fig. 2 : Représentation graphique de Fikhakh al‑rā’iḥa18.

13Ṭurād est un ancien bédouin qui vient du désert et qui veut fuir la ville, mais qui ne sait pas où aller parce que :

  • 19 Ibid., p. 33.

« à l’examen des noms de villes alignés en rangs serrés sur le tableau électronique, Ṭurād trouva qu’ils ne différaient en rien de tout ce que la vie lui avait fait connaître. Ce n’étaient là que des villes toujours semblables, aux noms répétitifs et monotones, comme les visages des professeurs de cette école du soir où il avait appris à lire et à écrire ; comme les carrosseries des voitures qui somnolaient dans le parking du ministère et qu’il était naguère chargé de faire briller ; comme les visages de tous les fonctionnaires, du ministre à l’archiviste ; comme les abayas noires des femmes ; comme les rues ; comme les tasses de porcelaine ornées sur les étagères du local à café ; comme toute chose en ce pays »19.

  • 20 Ibid., p. 34.

14À la fin, Ṭurād décide d’aller à ‘Ar‘ar, dont la particularité est de se trouver près de la frontière avec l’Iraq : « deux pas et je suis dans un autre monde »20.

Fig. 3 : Le voyage de Tawfīq.

Fig. 3 : Le voyage de Tawfīq.

15Tawfīq, quant à lui, est un esclave. Il fait partie des milliers d’étrangers et immigrants qui représentent, aujourd’hui, plus de 30% de la population totale21, répartis en plus de vingt ethnies qui peuplent les villes saoudiennes22.

16Le seul personnage qui appartienne au contexte urbain est Nāṣir, l’orphelin qui ne connaît ni sa mère ni son père et qui, comme les deux autres personnages, souffre d’une sorte d’isolement urbain. Avec ce personnage, Yūsuf al‑Muḥaymīd achève la référence à la composition sociale de l’Arabie saoudite, qui a connu un accroissement urbain considérable depuis les années 1960 : pour ce qui concerne Riyad, la ville avait seulement 150 000 habitants en 1960, l’année où l’esclavage a été interdit dans le pays23. En 2011, elle en compte environ 5 451 000, pour la plupart d’anciens bédouins (jusqu’au début des années 1970 la majeure partie de la population saoudienne était nomade) ou des étrangers24.

Al‑qarūra et la question des femmes saoudiennes

17La protagoniste du roman Al‑qarūra, Munīra al‑Sāhī, une femme célibataire saoudienne d’environ trente ans, souffre d’un mal semblable à celui de Nāṣir. Dans Al‑qarūra aussi, « al‑dākhil » se définit seulement à travers le renvoi aux éléments qui appartiennent à une dimension extérieure. Le roman s’ouvre sur Munīra qui a passé une nuit sans sommeil après avoir découvert la trahison de son fiancé :

  • 25 al‑MuḤaymĪd Yūsuf, 2004b, p. 9. Le roman a été traduit en anglais par Anthony Calderbank avec le ti (...)

« C'était un matin froid de la fin du mois de février 1991. Le ciel était blanc et clair, libéré du cri pénétrant des avions de combat F16. […] Les moteurs des bus du centre-ville rugissaient dans l’avenue ‛Ulayā avec leurs chauffeurs bédouins aux moustaches épaisses […]. Les boulangeries afghanes s’ouvraient lentement à la vie avec les ouvriers pakistanais et indiens qui, sur des bicyclettes décorées de fleurs en plastique, s’échappaient des ruelles étroites et des rues secondaires récemment ouvertes. Les bonnes indonésiennes et philippines descendaient de leurs chambres sur les toits et frottaient les froides dalles de marbre rose et les rampes des escaliers en acier »25.

18Les frontières du pays se prolongent jusqu’au au Kuwait, à l’Iraq, à l’Afghanistan et au Pakistan, à l’Inde, à l’Indonésie, aux Philippines. Yūsuf al‑Muḥaymīd dessine la ville saoudienne sur la base des différentes nationalités qui la peuplent, auxquelles s’ajoutent les armées étrangères engagées dans la Guerre du Golfe :

  • 26 al‑MuḤaymīd Yūsuf, 2004b, p. 63.

« Les sirènes de raid aérien se sont maintenant tues et l’enfer des Scuds soviétiques et des Patriots américains a cessé, mais les véhicules militaires et les convois de transport de troupes patrouillent toujours les rues. La ville s’est réveillée ; les soldats américains avec leurs munitions, leurs fusils automatiques et leurs uniformes militaires sont partis»26.

Fig. 4 : Représentation graphique de Al‑qarūra.

Fig. 4 : Représentation graphique de Al‑qarūra.
  • 27 Ibid., p. 57.

19Munīra n’a pas perdu seulement son amour, mais aussi la possibilité de continuer ses études. Elle a perdu l'occasion de s’inscrire dans une spécialisation en sciences sociales après que l’université ait annulé le contrat de son professeur, le docteur Yāsir Shāhīn, un Jordanien d’origine palestinienne, en raison de la position de l’Autorité palestinienne à propos de l'invasion du Kuweit et de l’opposition de la Jordanie à la présence des troupes étrangères dans la région. Elle a quitté également sa profession, le journalisme, obligée par son frère Muḥammad, et a trouvé un travail dans un centre de détention provisoire pour femmes victimes ou bien auteurs de crimes. Son frère avait été un militant islamiste revenu dans le royaume en 1986 après des années passées en Afghanistan où il avait combattu les Soviétiques avec les mujāhidīn. Muḥammad avait été recruté par les militants islamistes — en l’occurrence un professeur de sociologie — quand il était encore élève au lycée. Il avait décidé de s’éloigner de sa famille trop libérale et de partir travailler dans une mine d’or. C’est là qu’il avait pris la décision de quitter le pays : il ne pouvait pas vivre « sous terre » et, « en plus, soumis aux ordres de David, un imbécile d’étranger (khawāja) »27. Le seul réconfort de Munīra, est d’écrire sur des morceaux de papier ses secrets, et les secrets des femmes qu’elle rencontre dans le centre de détention, pour les enrouler et les mettre dans une vieille bouteille décorée que lui avait offerte sa grand‑mère.

  • 28 Wilson, 2005.

20L’empathie que l’auteur montre pour la condition des femmes saoudiennes et le portrait sévère des militants islamistes ont provoqué des réactions violentes dans le royaume lors de la parution du livre. Bien que le gouvernement ait approuvé la vente d’Al‑qarūra dans les librairies du royaume, un groupe d’hommes est entré dans une librairie du centre de la capitale quelques jours après sa parution — 500 copies avaient été vendues en trois jours —, en saisissait toutes les copies, et intimait l’ordre au propriétaire de la librairie de ne pas se réapprovisionner28.

Nuzhat al‑dalfīn et la recherche de la liberté

  • 29 Jules et Jim est l’histoire d’un amour à trois décrite par Henri‑Pierre Roché dans son roman autobi (...)
  • 30 En Arabie saoudite, il existe différents degrés de censure. D’abord il y a une procédure qui concer (...)

21Le dépassement des frontières saoudiennes est encore plus évident dans le troisième roman de Yūsuf al‑Muḥaymīd, Nuzhat al‑dalfīn, publié en 2006 à Beyrouth. Il s’agit d’une histoire d’amour à trois à la manière d’un Jules et Jim29, version « saoudienne », qui témoigne des sentiments de doute, d’angoisse, de solitude, de silence, de peur, et d’oppression dans lesquels vivent les personnages. À la différence des autres œuvres de Yūsuf al‑Muḥaymīd, la vente de ce roman a été totalement interdite dans le royaume pour les allusions politiques et sexuelles qu’il contient30.

22À travers la collocation spatiale des personnages et des événements racontés dans Nuzhat al‑dalfīn, on peut dessiner une carte littéraire de l’Arabie saoudite dont les limites dépassent plusieurs fois celles du pays. D’abord, parce que les trois protagonistes ont des nationalités différentes : le poète Khālid al‑Liḥyānī est saoudien, tandis que son ami Aḥmad al‑Jassāsī est un intellectuel du Qatar. Les deux sont amoureux d’Amīna al‑Mashīrī — dont le nom trahit probablement une origine chiite —, une écrivaine et journaliste de Bahla, dans les Émirats arabes unis. Ensuite, parce que l’action principale du roman se déroule au Caire, où les personnages se retrouvent lors d’un festival de littérature auquel Khālid a été invité pour présenter ses poèmes. Au cours du roman, l’histoire s’élargit vers Dubaï, Londres et Beyrouth pour revenir ensuite à l’Arabie saoudite.

  • 31 al‑Muaymīd Yūsuf, 2006, p. 97‑98.
  • 32 Ibid., p. 11.

23Aḥmad al‑Jassāsī, ami de Khālid, a vécu une jeunesse instable sur plusieurs plans, intellectuels et sociaux : sympathisant des Frères musulmans il adore aussi Fayruz, Derrida et Roland Barthes31. Comme dans Jules et Jim, « les deux hommes s’aimaient beaucoup, étaient amis, mais tous les deux aimaient la même femme, chacun à sa manière. L’un des deux étant perdu dans ses rêves, l’autre suivant toujours son intellect »32. À l’étranger, où les trois se rencontrent, la relation naissante entre Amīna et les deux hommes n’est pas très claire et oscille entre l’amitié, l’amour, et l’attraction sexuelle. Parmi les trois, Khālid est le plus hésitant. Amīna semble aimer les deux, mais elle aussi lutte entre ses aspirations, ses sentiments et les contraintes sociales, et la tension est évidente. Tous les trois vivent dans une angoisse permanente et n’ont pas la capacité d’exprimer leurs émotions, même s’ils sont des intellectuels pleins d’humour, malicieux, et qui aiment la vie.

  • 33 Il s’agit de l’ouvrage de l’homme de lettres et juriste d’origine persane Zakāriyā b. Muḥammad b. M (...)
  • 34 Ibid., p. 14.
  • 35 Ibid., p. 45.
  • 36 Ibid., p. 78.

24Yūsuf al‑Muḥaymīd montre les émotions des personnages à travers l’évocation du dauphin, qui donne le titre au roman, défini en tant que « ḥayawān mubārak » (« animal sacré ») dans l’exergue du roman empruntée à al‑Qazwīnī (1203‑1283) et décrivant l’habileté de l’animal à sauver les naufragés33. Khālid, qui appartient au désert, voit dans Amīna, originaire « du pays de la mer, des marins et des pécheurs »34, un dauphin libre et sans frontières qui, comme l’animal décrit par al‑Qazwīnī, peut le sauver de la solitude et de l’ennui. Khālid est le vrai protagoniste du roman, timide, indécis, désorienté, perdu. Quand il découvre la trahison du « dauphin/Amīna » avec son ami Aḥmad35 qui est moins réservé que lui lorsqu’il s’agit de manifester ses sentiments, il « pleure avec des larmes qui ressemblent à son silence »36. Le roman a une fin ouverte, comme souvent les romans d’al‑Muḥaymīd : l’histoire se termine avec un message électronique de Khālid à Amīna, qui nous laisse imaginer que leur relation pourrait continuer dans un futur hypothétique.

25Tout le roman est traversé par des allusions géographiques : ce n’est pas un hasard si Khālid al‑Liḥyānī est enseignant de géographie. Originaire de Tabūk, il a choisi de vivre dans le petit village de Ḥaql, au nord‑ouest du royaume, proche du golfe d’Aqaba et du Sinaï, où habitaient ses grands‑parents, et d’où il est possible de voir les côtes de l’Égypte, de la Jordanie, et d’Israël.

  • 37 Ibid., p. 66.

26Dans ce roman, chaque lieu est lié à un autre : du Caire, on passe, quelques pages plus tard, dans le centre de Londres, ou bien à Dubaï, Amman, Mascate ou Bahlā’ en Oman. Dans le même temps, les lieux sont décrits dans un constant mouvement, où tout est voyage et séparation, dans une ambiance de perpétuelle incertitude. Les références à la Palestine ne manquent pas : Khālida dédie son premier recueil de poésies à son ami palestinien Maḥmūd, qui ne sait rien de ce geste, parce qu’il a été obligé de partir avec sa famille pour Amman pendant la Guerre du Golfe, lorsque tous les Palestiniens, Jordaniens et Yéménites furent forcés de quitter le pays37.

Fig. 5 : Représentation graphique de Nuzhat al‑dalfīn.

Fig. 5 : Représentation graphique de Nuzhat al‑dalfīn.
  • 38 al‑Sumayrī Tāmī, 2006.
  • 39 Ibid.

27Le choix d’al‑Muḥaymīd de situer le roman en dehors du royaume a été expliqué par l’écrivain saoudien Ghāzī al‑Quṣaybī comme une nécessité, destinée à éviter toute polémique dans le pays (ḍajjafī ‑l‑dākhil)38. À cette observation, al‑Muḥaymīd a répondu que cette nécessité relevait d’un autre ordre, celui du réalisme du récit : il a argüé en effet que sans cet éclatement géographique, les relations entre les personnages n’auraient pas pu être les mêmes39. À commencer par les modalités des rencontres : Amīna n’aurait pu retrouver Khālid dans un café de Djedda ou Riyad, ni lui caresser la main.

  • 40 Westerners […] do not understand how it is possible to consume in a western way without adopting t (...)

28Enfin, dans ce roman, al‑Muḥaymīd soulève la question de la sa‘ūda, la « saoudienneté », et du tawṭīn, la « citoyenneté » du roman saoudien. Encore plus que dans ses œuvres précédentes, dans Nuzhat al‑dalfīn il réalise un portrait crédible de son pays vu de l’extérieur. En d’autres termes, il contribue à définir l’identité du pays dans le contexte géopolitique, social et culturel du Golfe, où cohabitent une forte proximité de la modernité occidentale et, en même temps, une violente réaction contre elle40.

Al‑ḥamām lā yaṭīr fī Burayda ou le face‑à‑face avec l’histoire

  • 41 Khālid ‘Abd al‑Raḥmān est un chanteur saoudien né à Riyad en 1966.

29Al‑Muḥaymīd emploie le même schéma narratif dans son roman Al‑ḥamām lā yaṭīr fī Burayda. L’action commence en Angleterre dans un train qui conduit le protagoniste, Fahd Sulaymān al‑Safīlāwī, de Liverpool à Great Yarmouth. Un coup de fil à l’ami Sa‘īd b. Mushabbab qui ne répond pas, et une vieille chanson de Khālid ‘Abd al‑Raḥmān41 en guise de signal d’attente reportent al‑Safīlāwī en arrière, vers son histoire et celle de sa famille. Peintre, il est le fils d’une Palestinienne de nationalité jordanienne, et d’un père saoudien, Sulaymān, mort à quarante ans, dont quatre passés en prison pour motifs politiques. Celui‑ci avait participé avec son ami Mushabbab, le père de Sa‘īd, à l’attaque de la mosquée de La Mecque menée en 1979 par Jahīmān al‑‘Utaybī. Mushabbab, avant de mourir durant l’attaque, avait confié son fils à son ami. Ainsi Fahd et Sa‘īd ont‑ils grandi comme des frères. Les événements racontés dans le roman partent des années 1970 pour arriver jusqu’en 2007, et croisent la deuxième (ou bien troisième) Guerre du Golfe et l’Afghanistan. Depuis l’Angleterre, Fahd se souvient des multiples voyages qui l’ont conduit de Riyad à Burayda au début des années 1990 et, finalement, à l’étranger, seul lieu où il pouvait échapper aux ḥurrās al‑faḍīla, « les gardiens de la morale » qui l’avaient envoyé plusieurs mois en prison pour avoir fréquenté une amie divorcée. Les personnages féminins orientent le discours vers la question de la violence domestique ou bien étatique sur les femmes, sur les mariages forcés, le divorce. Comme dans les autres ouvrages analysés, al‑Muḥaymīd raconte une histoire à travers une trajectoire qui part de « al‑dākhil » pour atteindre « al‑khārij », en liant l’Arabie saoudite à l’Iraq, l’Afghanistan, la Palestine et, enfin, à l’Angleterre.

Fig. 6 : Représentation graphique de Al‑ḥamām lā yaṭīr fī Burayda.

Fig. 6 : Représentation graphique de Al‑ḥamām lā yaṭīr fī Burayda.

Conclusion

  • 42 Grandguillaume, 1982, p. 623.

30Pour conclure, selon les représentations graphiques dessinées à partir des romans d’al‑Muḥaymīd, l’identité de l’Arabie saoudite se définit seulement à travers ses relations avec ce qui se trouve au‑delà du royaume. L’Arabie saoudite qui émerge dans la fiction romanesque de l’auteur n’est pas concentrée dans son seul espace physique et géographique, mais plutôt portée à une dimension globale. Ces représentations reproduisent aussi à la perfection le contexte social interne d’un pays qui n’est souvent associé qu’à ses aspects traditionnels, immobiles, totalisants et rigides, où la culture bédouine des tribus, la culture islamique et « l’idéologie du développement » représentent les trois références principales42.

  • 43 Fandy, 1999, p. 124‑147.

31Dans les œuvres de l’écrivain saoudien, la relation d’opposition entre « al‑dākhil » et « al‑khārij » révèle la structure complexe et sophistiquée du royaume, caractérisée par un mélange très compliqué du traditionnel, du moderne, et du post‑moderne43. L’auteur montre la face cachée d’un pays très rigoriste, construit sur les valeurs de la religion musulmane mais qui, cependant, ne protège pas les éléments vulnérables de la société : les femmes, les pauvres, les immigrés. Selon al‑Muḥaymīd la modernité de l’Arabie saoudite s’y exprime ailleurs, à l’extérieur du pays. Chez al‑Muḥaymīd « al‑khārij » et « al‑dākhil » représentent également son expérience personnelle d’intellectuel qui vit à l’intérieur du royaume en lutte contre la monotonie et le conformisme culturel, mais qui est obligé à gagner sa liberté ailleurs, en se faisant publier à l’étranger.

32Concernant la représentation de « al‑dākhil », dans Fikhakh al‑rā’iḥa la ville de Riyad représente une piège pour les trois personnages principaux : pour Turād qui a vécu la liberté de la vie bédouine et veut fuir la capitale vers une ville qui se trouve à la frontière du royaume ; pour Tawfīq, l’un des milliers d’immigrés forcé à une vie inique et, enfin, pour Nāṣir, l’orphelin qui n’a jamais trouvé sa place dans la société. Dans ce roman la liberté rêvée par les personnages principaux réside dans le désert ou plutôt au‑delà de la mer Rouge.

33Également, pour Munīra, la protagoniste de Al‑qarūra, « al‑dākhil » est la prison, réelle ou bien métaphorique, dans laquelle vivent beaucoup de femmes saoudiennes victimes du silence et de la peur. Ici « al‑khārij » reflète la place politique et géostratégique de l’Arabie saoudite dans la région. La manière de décrire la présence de l’armée et de l’aviation américaines sur le sol et dans le ciel du royaume, qui évoque les intérêts communs entre Arabie saoudite et États Unis, tout comme l’allusion à la position saoudienne vis‑à‑vis de la question palestinienne lors de la Guerre du Golfe de 1991, révèlent aussi le regard sévère d’al‑Muḥaymīd sur la politique de son pays.

34Les thèmes abordés par l’écrivain dans Al‑qarūra, se retrouvent aussi dans Al‑ḥamām lā yaṭīr fī Burayda : la position régionale du royaume, la condition des femmes, le voyage comme unique moyen d’échapper au traditionalisme dans la société saoudienne. Toutefois, le roman qui représente le mieux l’opposition entre « al‑dākhil » et « al‑khārij » est Nuzhat al‑dalfīn, dont l’action n’est même pas située à l’intérieur du royaume. C’est seulement « en dehors » de leur pays que les protagonistes peuvent vivre en toute liberté leurs sentiments, exprimer leurs opinions politiques et intellectuelles, et montrer les contradictions liées au fait d’être Saoudien.

  • 44 Hocquard É., 1987, p. 52, cité par Chol I., 2008, p. 3.

35C’est pourquoi les représentations graphiques des romans d’al‑Muḥaymīd, pour conclure en reprenant les thèses de la géographie littéraire, peuvent ainsi être lues comme « la transposition d’une réalité abstraite (le terrain) à une fiction concrète (sa représentation) ». Autrement dit, elles sont une métaphore, « mais cette métaphore a ceci de particulier qu’elle offre des garanties concernant la vérité qu’elle est censée charrier »44.

Haut de page

Bibliographie

Almaiman S., “L’émergence du champ littéraire saoudien”, Maghreb‑Machrek, No. 191, 2007, p. 23‑36.

al‑‘Awaybil Munāl, “Ḥiwārma‘a‑l‑kātib Yūsuf al‑Muḥaymīd”, Al‑yawm al‑thaqāfī, 2 mars 2006, http://n‑press.blogspot.it/2006_03_01_archive.html (dernier accès 21/01/2013).

Chol I., “Le modèle cartographique dans l’œuvre d’Émmanuel Hocquard”, Textimage, No. 2, Cartes et Plans, été 2008, http://www.revue‑textimage.com/03_cartes_plans/chol.pdf (dernier accès 30/04/2009).

Collot M., Pour une géographie littéraire, Édition Corti, Paris, 2014.

Fandy M., Cyber Resistance: Saudi Opposition between Globalisation and Localisation, Comparative Studies in Society and History, vol. 41, No. 1, 1999, p. 124‑147.

Giorgio P., Il romanzo contemporaneo in Arabia Saudita. Alla ricerca dell’identità tra Oriente e Occidente, Tesi di dottorato in « Vicino Oriente e Maghreb », II ciclo – Nuova Serie, Università degli Studi di Napoli « L’Orientale », 2005.

Grandguillaume G., “Valorisation et dévalorisation liées aux contacts de cultures en Arabie saoudite, in P. Bonnenfant (dir.), La Péninsule arabique d’aujourd’hui, tome II, CNRS, Aix‑en‑Provence, 1982, p. 623‑654.

Ḥamīda ‘Abd al‑Qādir, “Nuzhat abadiyya taḥtafī bi‑l‑tafāṣīl”, Akhbār al‑adab, No. 692, 16 octobre 2006, http://www.al‑mohaimeed.net/arabic/articles.php?action=show&id=96 (dernier accès 21/01/2013).

Hocquard E., « II rien », Un privé à Tanger, Paris, POL, 1987.

Jayyusi S.‑Kh., al‑Hazimi M.‑I., Khattab I., Beyond the Dunes: an Anthology of Modern Saudi Literature, London, I.B. Tauris, 2006.

Louâpre M., “La géographie littéraire et ses atlas”, Histoires littéraires, No. 10, 2002, http ://www.histoires‑litteraires.org/les%20articles/artlouapre10.htm (dernier accès 24/04/2009).

McMurray D., “Recent Trends in Middle Eastern Migration”, Middle East Report, No. 211, Trafficking and Transiting: New Perspectives on Labor Migration, Summer 1999, p. 16‑19.

Mehrez S., Literary Atlas of Cairo. One Hundred Years on the Streets of the City, Cairo, AUC in Cairo Press, 2011.

Ménoret P., The Saudi Enigma: a History, London, Zed Books, 2005.

Metz H.‑Ch. et al., Saudi Arabia: a Country Study, Washington, Washington Federal Research Division ‑ Library of Congress, 1993.

Moretti F., Atlante del romanzo europeo (1800‑1900), Torino, Einaudi, 1997.

Moretti F., L’Atlas du roman européen. 1800‑1900, Paris, Seuil, 2000.

Moretti F., La letteratura vista da lontano, Torino, Einaudi, 2005.

Moretti F., Graphes, cartes et arbres : modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, traduction de l’anglais par Étienne Dobenesque, préface de Laurent Jeanpierre, postface de Franco Moretti, Paris, Éditions Les Prairies Ordinaires, 2008.

al‑Mohaimeed Y., Loin de cet enfer, traduction de Émmanuel Varlet, Paris, Actes Sud/Sindbad, 2007a.

al‑Mohaimeed Y., Wolves of the Crescent Moon, traduction de Anthony Calderbank, Le Caire, AUC in Cairo Press, 2007b.

al‑Mohaimeed Y., The Bottle, traduction de Anthony Calderbank, Le Caire, AUC in Cairo Press, 2010.

al‑Mohaimeed Y., Le trappole del profumo, traduction de Monica Ruocco, Cagliari, Aìsara, 2011.

al‑Muaymīd Yūsuf, Ẓāhira lā mushāt la‑hā, Maṭābi‘ al‑Sharīf, Riyad, 1989.

al‑Muaymīd Yūsuf, Rajfa athwābihim al‑bīḍ, Le Caire, Dār Sharqiyyāt, 1993.

al‑Muaymīd Yūsuf, La budda anna aḥadan ḥarraka al‑kurrāsa, Beyrouth, Dār al‑Jadīd, 1996.

al‑Muaymīd Yūsuf, Laghṭ al‑mawtā, Damas, Ittiḥād al‑Kuttāb al‑‘arab, 2000 (IIe édition, Kohn, Manshūrāt al‑Jamal, 2003).

al‑Muaymīd Yūsuf, Fikhakh al‑rā’iḥa, Beyrouth, Riyad al‑Rayyes, 2003.

al‑Muaymīd Yūsuf, Al‑nakhīl wa‑l‑qirmīd : mushahādāt min al‑Baṣra ilà Norwich, Beyrouth, al‑Mu’assasa al‑‘arabiyya li‑l‑dirāsātwa‑l‑nashr, 2004a.

al‑Muaymīd Yūsuf, Al‑qarūra, Beyrouth/Casablanca, al‑Markaz al‑thaqāfī al‑‘arabī, 2004b.

al‑Muaymīd Yūsuf, Akhī yufattish ‘an Rimbū, Beyrouth/Casablanca, al‑Markaz al‑thāqafī al‑‘arabī, 2005.

al‑Muaymīd Yūsuf, Nuzhat al‑dalfīn, Beyrouth, Riyad al‑Rayyes, 2006.

al‑Muaymīd Yūsuf, Al‑ḥamām lā yaṭīr fī Burayda, Beyrouth/Casablanca, al‑Markaz al‑thāqafī al‑‘arabī, 2009.

al‑Muaymīd Yūsuf, Al‑ashjār lam ta‘ud tasma‘unī, Beyrouth, al‑Dār al‑‘Arabiyya li‑l‑‘ulūm, 2011

al‑Muaymīd Yūsuf, Ḥajar aḥmar fī Manhātin. Yawmiyyāt, Dubai/ Beyrouth, Dār Madārik, 2012.

RochÉ H.‑P., Jules et Jim, Paris, Gallimard, 1953.

al‑Sumayrī Tāmī, “al‑Riwā’ī Yūsuf al‑Muḥaymīd : lā aktarithu bi mā yuthār ḥawlī min laghṭ”, al‑Riyāḍ, 12/1/2006, http://www.alriyadh.com/2006/01/12/article122237.html (dernier accès 29/04/2009)

Westphal B. (sous la direction de), La Géocritique mode d’emploi, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2000.

Westphal B., La Géocritique : réel, fiction, espace, Paris, Éditions de Minuit, 2007.

Wilson S., “For Arab Writers, New Lines in the Sand. Young Authors Push the Limits of Social and Political Freedom”, The Washington Post, March 16, 2005.

Yamani M., Changed Identities: the Challenge of the New Generation in Saudi Arabia, Londres, Royal Institute of International Affairs, 1999.

Haut de page

Notes

1 « La différence entre les nouveaux romanciers saoudiens et les anciens réside dans les lieux qu'ils ont choisi de décrire dans leurs romans. Les anciens ont écrit sur l'extérieur, mais moi, je sens que je dois écrire sur mon pays, sur mes gens, sur nos souffrances », Wilson, 2005.

2 Moretti, 1997. Pour la traduction française voir Moretti, 2000.

3 Moretti, 2005. L’essai a été traduit en français d’après la version anglaise, voir Moretti, 2008.

4 « Nous n’avons guère d’approche géographique du texte, et nous considérons même que cela ne nous concerne pas. […] Nous avons encore moins de réflexion sur la pertinence pour les espaces littéraires des concepts géographiques. […] C’est là une utilisation de la géographie qui nous ramène au cœur de ce que pourrait être l’histoire littéraire », Louâpre, 2002.

5 Concernant la littérature arabe, Samia Mehrez a publié un atlas littéraire du Caire, voir Mehrez S., 2011.

6 Moretti, 2005, p. 82. Cette théorie a connu une nouvelle démarche critique grâce à l’œuvre de Bertrand Westphal. Voir Westphal (dir.), 2000, et Westphal, 2007.

7 Ménoret, 2005, p. 17.

8 Giorgio, 2005. Pour une anthologie de la littérature saoudienne voir Jayyusi, al‑Hazimi, Khattab, 2006.

9 Sur le récent développement de la littérature romanesque en Arabie saoudite voir Almaiman, 2007, p. 23‑36.

10 L’âge moyen de la population saoudienne est de 26,4 ans (hommes : 27,3 ans ; femmes : 25,3 ans, en 2014).Voir https://www.cia.gov/library/publications/the‑world‑factbook/geos/sa.html, (dernier accès 5/08/2014). Sur l’impact que les nouvelles générations ont eu sur la société saoudienne dès les années 1970 et 1980, voir Yamani, 1999.

11 Voir le site www.al‑mohaimeed.net (dernier accès 05/08/2014).

12 Dès que le livre a fait son apparition dans les librairies de Riyad, al‑Muḥaymīd a reçu une convocation du Ministère de l’Information basée sur la plainte d’un homme de religion connu de la région du Qasim et exigeant que le livre soit retiré du marché à cause de son contenu jugé immoral. Wilson, 2005.

13 Pour les ouvrages de Yūsuf al‑Muḥaymīd, voir la bibliographie.

14 Le roman a été traduit en français, en anglais, et en italien. Voir la bibliographie.

15 En 2004 il reçoit le prix de la revue culturelle « Dīwān al‑‘Arab » et de l’Union des Journalistes Égyptiens ; en 2009 le Pushcart Prize ; en 2010 le Jan Michalski Prize for Literature, et en 2011 le prix italien Alziator pour son roman Fikhakh al‑rā’iḥa.

16 al‑Mohaimeed, 2007a, p. 29.

17 Precarious and distressing situations are more and more frequent, and conflict with the official discourse of a government proud of its people’s wealth and development”, Ménoret, 2005, p. 166.

18 Dans ce cas, comme pour la fig. 4, on a utilisé la représentation graphique que Moretti définit “anelli narrativi” (cercles narratifs). Moretti, 2005, p. 51.

19 Ibid., p. 33.

20 Ibid., p. 34.

21 Selon les données 2013 des Nations unies (https://www.cia.gov/library/publications/the‑world‑factbook/geos/sa.html, dernier accès 05/08/2014).

22 McMurray, 1999, p. 16‑19. Selon le rapport CIA/The World Factbook, « Saudi Arabia is a destination country for men and women subjected to forced labor and to a much lesser extent, forced prostitution; men and women from Bangladesh, India, Sri Lanka, Nepal, Pakistan, the Philippines, Indonesia, Sudan, Ethiopia, Kenya, and many other countries voluntarily travel to Saudi Arabia as domestic servants or other low‑skilled laborers, but some subsequently face conditions indicative of involuntary servitude. », https://www.cia.gov/library/publications/the‑world‑factbook/geos/sa.html (dernier accès 21/01/2013).

23 Metz et al., 1993, p. 141.

24 https://www.cia.gov/library/publications/the‑world‑factbook/geos/sa.html (dernier accès 5/08/2014).

25 al‑MuḤaymĪd Yūsuf, 2004b, p. 9. Le roman a été traduit en anglais par Anthony Calderbank avec le titre The Bottle, voir bibliographie.

26 al‑MuḤaymīd Yūsuf, 2004b, p. 63.

27 Ibid., p. 57.

28 Wilson, 2005.

29 Jules et Jim est l’histoire d’un amour à trois décrite par Henri‑Pierre Roché dans son roman autobiographique publié en 1953 qui porte le même titre (RochÉ, 1953). Il a été rendu célèbre par l’adaptation cinématographique de François Truffaut en 1962.

30 En Arabie saoudite, il existe différents degrés de censure. D’abord il y a une procédure qui concerne les manuscrits destinés à être imprimé dans le pays. Si la censure refuse le manuscrit ou bien exige des modifications du texte que l’auteur refuse, celui‑ci n’aura d’autre choix que d'imprimer le livre à l’étranger. À son retour en Arabie saoudite, le livre entame un nouveau parcours. Il est à nouveau examiné en tant que livre provenant de l'étranger, et, à ce titre, est susceptible d’obtenir soit un permis permanent (et le livre peut être distribué dans toutes les librairies du pays), soit une permission temporaire, liée par exemple à la Foire du livre, pour laquelle il est autorisé pendant dix jours seulement, ou bien pour toute la durée de la foire. La situation est plus difficile évidemment lorsque le livre est interdit de manière absolue aussi bien pour ce qui concerne la publication que pour la distribution et l’exposition dans les Foires. C’est exactement le cas de Nuzhat al‑dalfīn. al‑‘Awaybil Munāl, 2006.

31 al‑Muaymīd Yūsuf, 2006, p. 97‑98.

32 Ibid., p. 11.

33 Il s’agit de l’ouvrage de l’homme de lettres et juriste d’origine persane Zakāriyā b. Muḥammad b. Maḥmūd al‑Qazwīnī, ‘Ajā’ib al‑makhlūqāt wa gharā’ib al‑mawjūdāt (« Les Merveilles des choses créées et les curiosités des choses existantes »).

34 Ibid., p. 14.

35 Ibid., p. 45.

36 Ibid., p. 78.

37 Ibid., p. 66.

38 al‑Sumayrī Tāmī, 2006.

39 Ibid.

40 Westerners […] do not understand how it is possible to consume in a western way without adopting the values of the West, to study in the West without embracing its Weltanshauung, to both admire and hate Western civilisation, to castigate its faults while sharing its aspitations”, Ménoret, 2005, p. 11.

41 Khālid ‘Abd al‑Raḥmān est un chanteur saoudien né à Riyad en 1966.

42 Grandguillaume, 1982, p. 623.

43 Fandy, 1999, p. 124‑147.

44 Hocquard É., 1987, p. 52, cité par Chol I., 2008, p. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le voyage de Tawfīq.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 2 : Représentation graphique de Fikhakh al‑rā’iḥa18.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2740/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 3 : Le voyage de Tawfīq.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2740/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 4 : Représentation graphique de Al‑qarūra.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2740/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 5 : Représentation graphique de Nuzhat al‑dalfīn.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2740/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 6 : Représentation graphique de Al‑ḥamām lā yaṭīr fī Burayda.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2740/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monica Ruocco, « La géographie du nouveau roman saoudien selon Yūsuf al‑Muḥaymīd », Arabian Humanities [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 15 octobre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cy.revues.org/2740 ; DOI : 10.4000/cy.2740

Haut de page

Auteur

Monica Ruocco

Professore di Lingua e Letteratura Araba, Università degli Studi di Napoli “L'Orientale”

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org