Navigation – Plan du site
Varia

Les représentations du changement dans la société qatarie, d’un émir à l’autre (1972–2013)

Representations of change in Qatari society, from one Emir to another (1972–2013)
Anie Montigny

Résumés

Depuis l’indépendance du pays en 1971 et jusqu’en juin 2013, le Qatar a été dirigé par deux émirs qui ont tous deux imposé d’importantes transformations à leurs populations. Cet article vise à comprendre la façon dont elles ont été vécues, perçues et mémorisées par celles-ci. Les représentations qui en sont nées ont fait l’objet d’enquêtes anthropologiques suivies, où l’ethnologue a un rôle d’acteur-témoin.
L’hypothèse examinée est que les changements voulus au nom du progrès d’une part, et les discours sur le maintien de la tradition — dont participent les tribus — d’autre part, constituent des invariants d’un émir à l’autre. Elle fait ressortir que, entre le premier et le second émir — père et fils, la diversité des appréciations au sein de la population pourrait être mise au compte du rythme des réformes menées dans différents domaines.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1970, le Qatar a été soumis à de rapides et profonds changements qui oscillent entre l’ouverture à la modernisation technologique et la recomposition des valeurs conservatrices de la société. Jusqu’à ce que l’émir Ḥamad Āl Thānī renverse son père Khalīfa en 1995, le pays était présenté comme un pays traditionaliste en raison de sa référence au wahhabisme, du poids des « tribus » dans la composante nationale, et de la politique de changement prudente de l’émir Khalīfa. Durant plus de dix ans, au contraire, l’émir Ḥamad et sa seconde épouse, Mūza bint Nāṣir Āl Misnad Āl Muḥannadī, se sont efforcés de livrer l’image d’un pays moderne et un message de libéralisation des institutions sociales et politiques. Le contraste était fort et donnait l’idée d’un changement d’orientation radical, confirmé par l’enchaînement rapide des annonces de réformes, les transformations urbanistiques et la multiplication des événements culturels et sportifs, très médiatisés. Pour autant, le nouveau pouvoir n’a pas emporté toute l’adhésion de la population qatarie, qui a réprouvé le coup d’État de 1995, et a développé une nostalgie de l’époque de l’émir Khalīfa.

2L’opposition entre « modernes » et « traditionnels » paraissant plus marquée sous le deuxième règne, on peut se demander comment a été organisée leur coexistence lorsqu’il a fallu faire face aux demandes des groupes de pression émergents (parmi lesquels les fondamentalistes musulmans, les jeunes technocrates masculins et les jeunes femmes).

  • 1 Les termes Shaykh et Shaykha (respectivement selon les marques du masculin et du féminin) sont des (...)

3L’étude des conditions politiques et économiques du Qatar au xxe siècle reste à faire. Cet article est tiré d’enquêtes ethnographiques réalisées d’une manière suivie par l’auteure entre 1976 et 2013, avec quelques interruptions entre 1982 et 1988. Ces enquêtes ont permis de dégager trois domaines particulièrement représentatifs des changements sociaux qui ont pris place sous l’émir Ḥamad : la relation à l’identité tribale, le rapport au travail et les relations de genre. Chacun de ces domaines s’est caractérisé par le maintien de traditions et d’idées conservatrices développées par Khalīfa Āl Thānī, qui avait privilégié des changements sociaux progressifs. Ces trois domaines renvoient à des réalités anthropologiques propres aux pays arabes du Golfe. Les tribus semblent s’être renforcées avec les encouragements de l’émir Shaykh Ḥamad1, malgré la volonté de celui‑ci de créer un « État moderne », alors que l’ancien émir, Khalīfa, avait cherché à les faire disparaître au profit d’une société constituée de citoyens. Dans le rapport au travail, c’est la redistribution de la rente pétrolière et le conformisme qui sont questionnés. Les relations de genre, enfin, permettent d’évoquer le rôle des femmes et la conscience que celles‑ci ont d’elles‑mêmes en tant que groupe social, ainsi que le changement de rhétorique sur les valeurs de l’islam et de la coutume.

4Les changements ont été si rapides, si intenses, en l’espace d’une cinquantaine d’années, qu’ils apparaissent démesurés, et les différents temps sociaux semblent se superposer. Faire l’historique des changements dans la société qatarie reviendrait à composer avec plusieurs séries de faits ayant évolué selon des rythmes différents, tandis que la vision des Qataris elle‑même s’est modifiée au cours du temps et des événements vécus. En comparant ces deux épisodes historiques et les changements introduits par chacun des deux émirs, je montrerai comment ils ont été perçus, compris, et vécus par les divers groupes sociaux, en particulier les tribus dont l’existence, voire les valeurs, semblent avoir été un enjeu important sous les deux émirs, quoi que dans des registres différents.

  • 2 À propos de la relation entre histoire et anthropologie, voir Hartog, 2005.
  • 3 Voir Naepels, 2010.

5En étudiant ces phénomènes sociaux sur un espace de temps d’une à deux générations, on peut se demander s’il s’agit d’histoire, ou bien d’ethnohistoire, ou encore d’anthropologie réflexive2. Cette interrogation invite à traverser « l’autre côté du miroir disciplinaire »3. Car si l’anthropologie puise ses matériaux dans le temps présent, bien des réponses aux questions posées impliquent d’autres temporalités — et d’autres approches.

Gouvernement du père, gouvernement du fils : deux styles, deux époques ?

  • 4 Il a abdiqué le 25 juin 2013 en faveur de son fils Tamīm, né de son mariage avec Shaykha Mūza.
  • 5 En langue arabe, le terme employé est qabīla (tribu) ; mais, le plus couramment dans les langues oc (...)
  • 6 Anderson, 1991.

6L’émir Ḥamad b. Khalīfa Āl Thānī a pris le pouvoir en 19954, avec l’accord de la « famille5 », en évinçant son père qui était à la tête du pays depuis 1972. Khalīfa Āl Thānī est généralement reconnu au sein de la population comme l’initiateur de profonds changements de la société qatarie et de son accession à la modernité depuis le départ du gouvernement britannique des Indes (1971). Dans la « communauté imaginée »6 par ces deux chefs d’État, en une génération d’intervalle, on retrouve un projet majeur : la disparition du tribalisme, au profit d’une nouvelle relation entre l’individu et l’État renvoyant à la notion de citoyenneté (al‑muwāṭana). Une différence de stratégie apparaît cependant.

  • 7 La référence à l’identité bédouine est complexe et l’était déjà dans les années 1970 car les tribus (...)
  • 8 Montigny‑Kozlowska, 1982.

7Pour ce qui le concerne, Khalīfa a, dès 1972, rassemblé les populations rurales ou dites bédouines7 dans des agglomérations nouvellement créées et leur offrant toutes les facilités de la vie moderne (villas en dur avec air conditionné, eau courante, électricité, écoles, routes…). Cette étape de sédentarisation, encore basée sur une répartition des familles par divisions lignagères, devait être un préalable à la planification de quartiers prenant en compte la hiérarchie sociale du travail. Une première application concerna les employés de grade supérieur, auxquels fut alloué un terrain ou une maison par tirage au sort dans une zone nouvelle de la capitale, nommée “West Bay”8. Cette politique fut un échec, les familles préférant échanger ou louer l’emplacement attribué.

8En succédant à son père en 1995, Shaykh Ḥamad semble avoir voulu rendre une partie de leur pouvoir — même symbolique — aux tribus d’origine bédouine. Certaines auraient été privilégiées (comme les anciens alliés de la « famille », les Banī Hajir), si l’on en croit celles qui affirment ne pas l’avoir été, en particulier les Āl Naīm (d’anciens opposants). Du temps où il était Prince Héritier, Ḥamad avait souvent été qualifié de « bédouin » par les citadins dénonçant son traditionalisme, ou au contraire apprécié pour cette qualité par les groupes d’origine bédouine, qui voyaient en lui un cheikh de tribu pourvu de qualités humaines valorisées (générosité, autorité, équité, etc.), et un père pour son peuple. C’est à ce titre que la loyauté à son égard fut entretenue dès les premières années de son pouvoir.

9Pourtant, contrairement à son père, l’émir Ḥamad instaura une distance symbolique avec son peuple, en appliquant des règles bureaucratiques propres à un chef d’État moderne. Ainsi a‑t‑il cessé de recevoir la population dans le majlis du Palais, sorte de Conseil informel (sur le modèle tribal) où ses prédécesseurs — dont son père — avaient répondu directement et quotidiennement aux requêtes de leurs sujets, exclusivement masculins. Les doléances durent désormais être écrites et transmises à un secrétariat du Palais, règle qui s’appliquait auparavant aux femmes. Ceci représenta un changement important dans la relation au pouvoir, prémices de l’abandon d’une relation personnalisée entre l’émir et son peuple.

  • 9 Comme le dit très justement Fatiha Dazi‑Héni, « le rajeunissement de la dynastie Āl Thānī constitue (...)
  • 10 Le projet fut lancé en 2003. Dans la compétition constante qui est engagée entre les différents pay (...)
  • 11 Depuis cette date, une autre élection municipale a eu lieu et le gouvernement a fait en sorte qu’un (...)
  • 12 Montigny‑Kozlowska, 1982 ; Montigny, 1996 (a).
  • 13 En réalité il a été créé en 1964 (loi n° 2) sur la proposition de Shaykh Khalīfa et du conseiller l (...)

10Ce changement s’accompagna d’un fort rajeunissement de ceux qui, dans la dynastie Āl Thānī, détenaient les rênes du pouvoir, mais aussi de l’arrivée d’une équipe de jeunes technocrates d’accompagnement issus d’autres familles, le plus souvent formés aux États‑Unis9. Un gouvernement électronique permettant même le paiement de la zakat, l’aumône légale, par internet, fut établi10. L’organisation d’élections municipales au suffrage universel, dès 1999, aurait été une décision prise par Shaykha Mūza, qui avait en même temps fait promulguer un décret accordant pour la première fois le droit de vote et d’éligibilité aux femmes11. La Constitution du Qatar fut adoptée par referendum en 2003 et entra en vigueur en 2005 seulement, en remplacement de celle qui était restée provisoire depuis 1972. Elle devait permettre, l’année suivante, l’organisation de l’élection d’un tiers des membres d’un parlement ayant un réel pouvoir législatif. Mais cette résolution est restée en attente d’application, aussi l’ancien conseil consultatif (majlis al‑shūra), dont les membres sont nommés par l’émir, est‑il resté en place. Surtout composé de notables issus des principales tribus et de grands marchands12, ce majlis, créé en 197213, apparaît comme une survivance du passé, même si ses membres ont été changés de temps en temps. Pour un grand nombre de Qataris interviewés, cette institution issue de la tradition islamique est dépourvue de pouvoir ; aussi y a‑t‑il toujours eu un doute — voire une réelle suspicion depuis les « révoltes arabes » — sur la volonté du gouvernement d’introduire un réel changement. L’écart est donc visible entre le message de changements et sa réalisation.

11L’adoption d’une Constitution non suivie de son application ne serait‑elle qu’une mise en scène démocratique ? Ou alors la conséquence d’une « immaturité du peuple », excuse généralement apportée par l’émir Khalīfa à l’absence de démocratie ? Lors de mes derniers séjours, en 2010 et 2013, de nombreux Qataris évoquaient les futures élections avec doute ou dérision, comme étant des annonces médiatiques destinées à l’étranger.

12La Constitution prescrit l’égalité des droits et des devoirs des citoyens, et rejette donc les discriminations en fonction du sexe, de l’origine, de la langue ou de la religion ; la charia peut ne pas être la seule source du droit, et la liberté d’opinion et d’association est inscrite dans le texte14. Le lancement de la télévision par satellite al‑Jazīra, en 1996, devait témoigner de cette liberté, malgré l’obligation de ne pas mettre en débat le Qatar ; ce que soulignent certains Qataris.

Sous l’émir Ḥamad : des réactions contrastées au sein d’un Qatar rénové

  • 15 Montigny, 2007.
  • 16 Le bâtiment n’étant pas encore construit, il fut inauguré dans des lieux temporaires. Il s’agissait (...)

13Dans un contexte où la technologie est au service de la culture et des loisirs, les médias sont sans cesse à l’œuvre afin d’agiter les nouveaux slogans qui doivent inciter à l’exaltation joyeuse de la jeunesse, garçons et filles. C’est ainsi qu’en 2006 le pays a accueilli les « Jeux asiatiques » dont la préparation a occasionné les premiers grands travaux venus transformer le centre de la capitale : le musée d’art islamique et le nouveau souk, imaginé « à l’ancienne », avec ses cafés à narguilé, ses restaurants, ses boutiques de souvenirs pour touristes, et où se succèdent les festivals et les animations médiatiques15. Durant l’hiver 2010, outre l’inauguration du musée d’art moderne et contemporain16, l’événement majeur a été la sélection du Qatar pour l’organisation de la coupe mondiale de football en 2022.

  • 17 www.qatarnationalvision2030. La « Vision 2030 » est aujourd’hui placée sous l’égide du nouvel émir, (...)
  • 18 Deux articles de presse publiés les 2 et 4 décembre 2013 indiquent que, sur un total de 1 483 000 a (...)

14Pourtant, ces projets ne rencontrent pas le succès escompté dans la population. L’annonce des grands travaux prévus, et ceux qui doivent répondre à la « Qatar National Vision 2030 » — sorte de prospective sur les orientations sociétales du pays17 — n’insuffle guère d’enthousiasme. La date de réalisation paraît lointaine, quand le projet n’est pas associé, dans l’esprit des habitants, aux chantiers monstrueux répartis un peu partout au centre de la capitale — et où demeure environ 80 % de la population ; surtout, la plus grande crainte provient de l’accroissement toujours constant des travailleurs immigrés employés pour ces grands travaux18. Pour la population, ces transformations inéluctables, situées dans l’espace (nouvelle urbanisation) comme dans le temps (quartiers historiques reconstruits à l’identique et selon une certaine idée de la splendeur orientale…), expriment la démesure, et, surtout, un effacement des lieux de mémoire. Le processus de changement urbanistique avait déjà été entamé par l’émir Khalīfa, dès le début des années 1970, mais, pour une partie des habitants, ce changement allait dans le sens d’une amélioration de l’habitat. Ce qui est dénoncé maintenant, c’est la volonté manifeste de rattraper les retards du pays en prenant pour modèle Dubaï, son dynamisme et ses transformations rapides, alors que jusqu’à la guerre du Golfe, c’était Koweït qui servait d’étalon pour sa modernité, ses avancées technologiques et la modernité affichée des femmes.

  • 19 S. Hertog (2010) a lancé un débat très stimulant sur l’implication du système de « brokerage » / in (...)
  • 20 Les rapports que les Qataris instaurent dorénavant avec l’administration illustrent le changement o (...)

15Les réformes imposées par l’État depuis 1995 dans les domaines politique et administratif et visant, par un fort cloisonnement et contrôle, à corriger les malversations, ont eu, en outre, de lourds effets sur la vie quotidienne. La lourdeur bureaucratique, l’absence de transparence, sont en particulier perçues comme des moyens permettant d’altérer la réalité de mise à distance de la population par rapport à ses dirigeants. Cette tendance était déjà engagée sous le gouvernement de l’émir Khalīfa, mais l’usage courant d’un wasa (intermédiaire) permettait de contourner les blocages et les lenteurs du système. L’influence des technocrates, et notamment de ces jeunes diplômés des universités américaines arrimés aux idées de régulations, de contrôles administratifs, s’est traduite, selon de nombreux Qataris, par la prise de directives arbitraires, ou par la tendance à la déresponsabilisation des dirigeants. C’est un contraste mal vécu par ceux qui, du temps de l’émir Khalīfa, acceptaient l’idée de citoyenneté comme un discours et sans en voir les effets réels puisqu’ils pouvaient contourner le système administratif grâce à leurs réseaux de relations personnelles19 à tous les niveaux de la société20.

16L’enthousiasme des débuts, suscité par la sensation de dynamisme résultant de toutes ces transformations et promesses de modernisation, s’est progressivement changé en défiance ou scepticisme chez les Qataris exclus de la participation réelle aux organes de décision. Dans ce contexte de changements rapides imposés d’en haut, de nombreux Qataris (dont beaucoup de femmes de tout âge interviewées) se sont trouvés décontenancés, témoignant d’une perte des repères dans l’ordonnancement de leurs activités quotidiennes, chaque jour bouleversé par un trop plein d’annonces. La difficulté a été d’ajuster leurs valeurs sociales et culturelles aux nouvelles orientations de cette ère nouvelle. Les familles disaient leurs regrets de la disparition des liens d’entraide et de solidarité dans la vie de leur quartier, du repli sur la famille nucléaire, et évoquaient la difficulté des relations entre générations féminines… L’incompréhension de cette partie de la population se révélait particulièrement à l’issue des discours de l’émir Ḥamad prononcés à l’occasion de la fête nationale, lorsqu’il valorisait tout autant la société moderne (et ses outils technologiques) et la culture traditionnelle à laquelle appartiennent les tribus.

La généalogie, valeur du temps long et symbolique du pouvoir

  • 21 Heard‑Bey, 1972 ; Nakhleh, 1976 ; Peterson, 1977.
  • 22 Lienhardt, 1975 ; Peterson, 1977.
  • 23 Khuri, 1980, p. 240.

17Certains écrits des années 1970 prédisaient la fin des tribus dans cette région en raison de l’apparition des nouvelles institutions politiques nées à la suite du boom pétrolier21. On peut considérer avec P. Lienhardt, et J.E. Peterson22 que la perte de pouvoir des tribus remonte en réalité à la fin du xixe siècle, avec le contrôle exercé par le pouvoir britannique des Indes sur la population aux fins de « pacification » et de « protection », et qui s’est traduit par le choix d’accorder le pouvoir autocratique à une seule « maison tribale ». Une tendance ethno‑religieuse de l’administration aurait pris le relais en 1920 à la suite d’une initiative menée à Bahreïn de créer des catégories telles que « Arabes sunnites, Arabes chiites, Perses sunnites, Perses chiites, juifs, et Indiens » pour l’attribution de la nationalité, dans l’espoir de mettre fin au sentiment d’appartenance tribale et à la dispersion des lignages tout le long de la côte du Golfe23.

18Pour autant, lorsque j’ai entrepris mes recherches ethnologiques sur le Qatar, il m’a souvent été affirmé par des notables locaux que le pays était marqué par un fort ethos tribal. Les tribus d’origine bédouine étaient valorisées, et les groupes et les familles étaient classés selon la qualité et l’ancienneté de leur généalogie, autrement dit selon leur inscription dans l’histoire longue de l’Arabie. Cette idéologie est au fondement de la structure sociale et politique du pays, et elle a toujours cours. De l’émir Khalīfa à l’émir Ḥamad, on retrouve cette préoccupation de prouver l’ancrage ancien du Qatar dans l’histoire, et par là même celui des Āl Thānī. Cet ancrage a été, et est encore recherché simultanément dans les fouilles archéologiques, depuis la préhistoire jusqu’aux temps de la tradition orale généalogique.

  • 24 Dawod, 2003 (a) ; Jabar & Dawod, 2003 ; Bonte et Ben Hounet, 2009

19On peut cependant se demander à quoi correspond l’importance accordée aux tribus par l’émir Ḥamad — alors même que, ailleurs et depuis plusieurs décennies, l’existence des tribus et du phénomène du tribalisme posent question24. S’agit‑il d’une réification du passé ? Faut‑il y voir de simples représentations identitaires ? L’affirmation de l’existence des tribus permet‑elle de tracer des limites aux réformes sociales ? Exprime‑t‑elle des objectifs contradictoires de la part du pouvoir ?

  • 25 On peut se rapporter à l’histoire détaillée du Qatar jusqu’à la fin du xixsiècle, Lorimer, 1915-1 (...)
  • 26 Qatar Foundation, 2008.
  • 27 Sous Khalīfa la fête nationale commémorait le jour de la prise de pouvoir par celui‑ci, le 22 févri (...)

20Au Qatar, le fait tribal semble une donnée constante si l’on s’en tient à l’histoire connue du pays depuis le début du xixe siècle. On peut en suivre la trace dans l’historiographie se rapportant au second cheikh de la lignée des Āl Thānī, Jāsim b. Muḥammad (fin xixe–début xxe siècle)25. Depuis 2008, celui‑ci est présenté soit comme la figure historique et originelle de la construction de la patrie (waan)26, soit comme l’ancêtre fondateur du pays. La date de la fête nationale a été changée et a été fixée au 18 décembre, date supposée de son arrivée au pouvoir en 187627.

21La création d’un mythe national autour de la figure de Shaykh Jāsim donne une profondeur historique au pouvoir des Āl Thānī par la valorisation de la généalogie, de la conquête du pouvoir par faits d’armes de ce chef de tribu, et de l’intelligente négociation politique qu’il a menée vis‑à‑vis des pouvoirs ottoman et britannique.

  • 28 Si le terme « tribu » renvoie au mode d’organisation sociale telle qu’elle est décrite par les ethn (...)
  • 29 Ce concept employé dans la classification nationale identitaire distingue, d’une part, les Qataris (...)
  • 30 Ainsi les Āl Nacīm, qui, à la suite d’une promesse orale, ont soutenu la dynastie Āl Khalīfa de Bah (...)

22Si les tribus, selon qu’elles aient été nomades ou sédentaires, ont joué des rôles variés dans l’établissement du pouvoir des Āl Thānī, on peut souligner qu’elles partagent des valeurs coutumières équivalentes à ces derniers. Elles revendiquent une identification basée sur une généalogie de long terme et sur la référence à un ancêtre commun selon une règle de filiation unilinéaire patrilinéaire. C’est à partir de ces liens de sang réels, imaginés ou construits, que se fondent les liens sociaux et l’esprit de solidarité (‘aṣābiyya)28. Quelle que soit la réalité des liens du sang, l’important est la perpétuation de la tribu (qabīla) dans le temps, à laquelle renvoie l’idée d’authenticité (aāla)29. Grâce à l’entretien des liens matrimoniaux, l’existence de la tribu est assurée dans l’histoire et dans l’espace, qui dépasse les frontières du Qatar pour s’étendre dans toute la péninsule Arabique. Parmi les qualités dont ces grandes tribus chamelières s’honorent, se trouve la tradition guerrière, qui renvoie aux conflits fondateurs de l’émirat, et chaque tribu revendique sa participation à cette construction historique, qu’elle ait été amie ou ennemie des Āl Thānī30. Si les grandes tribus (y compris les Āl Thānī) se reconnaissent par la qualité de leur généalogie et leur valeur guerrière, leur concurrence ne peut cependant s’exercer dans le cadre de l’État : elles se situent nécessairement en deçà de l’aristocratie au pouvoir, et donc au deuxième rang de la hiérarchie sociale. Suivent ensuite les tribus arabes jugées incapables d’établir une filiation par le sang — collectivement nommées les Banī Khadr ; elles ne peuvent conclure d’alliance matrimoniale avec les tribus prestigieuses de la première catégorie.

  • 31 Traditionnellement, les Āl ‛Aṭṭiya et les Āl Sudān sont les seules tribus à pouvoir prendre des épo (...)
  • 32 Le père de Shaykha Mūza, Nāṣir Āl Misnad, ainsi qu’un des jeunes frères de la mère de l’émir, Ḥamad (...)

23Le maintien de l’identification par la parenté, entretenu par l’endogamie des tribus aristocratiques, contribue à valoriser idéologiquement la tradition (respect de l’authenticité), et le maintien du pouvoir autocratique des Āl Thānī. Contrairement à leurs ancêtres, et surtout à Shaykh Jāsim b. Muḥammad qui se vantait d’avoir épousé une centaine de femmes de différentes tribus, l’émir Khalīfa, puis son fils Ḥamad ont privilégié le « mariage arabe » traditionnel en épousant des cousines patri‑ et matrilatérales, permettant ainsi de limiter les éventuels conflits entre frères et oncles. Et ils se sont conformés à la règle islamique de quatre épouses, sans avoir divorcé. Pour autant, des alliances politiques ont également été établies par le biais matrimonial dans le but d’atténuer les rivalités de pouvoir entre lignées ou entre groupes de même rang statutaire : la mère de l’émir Ḥamad était ainsi issue d’une autre tribu, les Āl ‛Aṭṭiya31, et sa deuxième épouse, la fameuse Mūza bint Nāṣir Āl Misnad Āl Muhannadī, est la fille d’un ancien dissident du Qatar32. Ainsi, au Qatar, les tribus d’origine bédouine ont une fonction de représentation généalogique, historique, statutaire, identitaire qui exprime un modèle idéologique au fondement de la reproduction de la dynastie au pouvoir.

Le patrimoine tribal face aux réalités du pouvoir

24Au Qatar, les identifications spécifiques des tribus sont bannies, et leurs modes de fonctionnement sont contrôlés. Seuls certains cheikhs de tribu sont encore élus par leurs membres avant d’être reconnus par l’émir, et l’État s’est emparé des valeurs héritées des tribus bédouines. Ce sont des valeurs positives, mises en scène lors d’événements mémoriels particuliers et contribuant à renforcer l’identification nationale à la société tribale. Durant ces évènements, sont montrées des caractéristiques symboliques d’un mode de vie ancien qui apparaissent en décalage avec la société moderne souhaitée par l’émir Ḥamad.

  • 33 Il faut rappeler que le Qatar, tout comme l’Arabie saoudite, observe officiellement la version « wa (...)
  • 34 La banlieue al‑Rayyān, où les Āl Thānī se sont établis dès le début du xxè siècle avec leurs esclav (...)
  • 35 En décembre et janvier de chacune de ces deux années.

25Les tribus — et la puissance symbolique qui leur est attachée — ont été mobilisées à chaque événement national (lors de la fête religieuse du ‛ayd al‑aḍā33, mais surtout lors de la fête nationale) à travers leur participation à la cérémonie d’allégeance (mubāya‛a). L’émir Ḥamad accompagnait cette cérémonie par de grandes festivités, durant lesquelles chaque tribu était rassemblée devant une immense tente bédouine, le long de l’itinéraire conduisant à sa résidence principale, dans la banlieue de la capitale34. Dans l’attente de sa visite, les hommes et leurs fils passaient la journée à réciter de la poésie à sa gloire et à exécuter la danse bédouine de la guerre (al‑‛ara) en signe de loyauté à l’émir. Depuis 2010, de jeunes hommes issus des tribus sont engagés pour assurer le bon déroulement de la manifestation. Ils se reconnaissent par leur costume d’un style hybride (cafetan ottoman et coiffe bédouine), combinant réappropriation des représentations orientalistes et références culturelles locales. Ce jour‑là, la consommation de viande de dromadaire — aliment bédouin par excellence — s’impose. Tout concorde à donner l’illusion du maintien des valeurs sociales coutumières et du contrôle exercé par les anciens. Assis au centre de l’assistance, ceux‑ci affichent une gravité qui inspire le respect. Tout nouvel arrivant — quel que soit son niveau d’éducation, son statut professionnel ou son implication dans la « modernité » — vient les saluer avec déférence. Dans cette représentation, chacun joue son rôle. Même les représentants du milieu diplomatique se déplacent et sont attendus. Un nombre de plus en plus important de groupes tribaux d’origine étrangère est présent sur ce parcours depuis quelques années. En 2009 et 2010 par exemple35, des Āl Shammar d’Arabie saoudite et d’autres groupes provenant du Yémen m’ont été signalés. Selon certains informateurs, ces nouveaux arrivants auraient été intégrés dans l’armée après avoir obtenu la nationalité.

  • 36 Un processus équivalent en Jordanie a été décrit par Layne, 1989.

26Les éléments de folklore, expression d’un passé mémorisé, réinventé et réifié, imposent une distance chronologique qui valorise l’idée des origines et des racines. Il s’agit bien d’une construction de l’identité nationale façonnée à partir de valeurs culturelles positives du patrimoine bédouin, et non du rappel de l’activité pastorale, jugée inadaptée au monde moderne36.

27Tout cela n’est que mise en scène, et le pouvoir des tribus, depuis l’émir Khalīfa, est loin d’être réel. Le lien de soumission noué par les membres des tribus avec le chef de l’État était solide, entretenu par la parfaite connaissance que chacun des deux émirs a su témoigner de l’histoire de chacune des tribus — et que révèlent les choix qu’ils ont opérés dans la nomination des membres du majlis al‑shûrā (le conseil consultatif). Mais là où Khalīfa a établi une stratégie particulièrement directive à leur encontre, on peut dire que l’émir Ḥamad ne leur a laissé que les attributs d’une culture en agonie.

  • 37 Montigny, 2000.
  • 38 Affirmation souvent délivrée par la presse comme rappel à l’ordre de ses effets néfastes au plan gé (...)
  • 39 Khuri, 1990.

28Par l’action de Khalīfa, le rôle d’intermédiaire jadis conféré au cheikh de tribu dans la gestion des conflits a disparu. En conséquence, l’autorité du cheikh a décliné, les contestations internes sont apparues, empêchant toute élection. Autre effet majeur de son action : les tribus qui ont eu une spécificité pastorale chamelière (comme guerrière) ne disposent plus de territoires collectifs (dīra). Ces terres, qui entretenaient un esprit de solidarité par la gestion collective, ont été rendues au domaine de l’État par les lois nationales de 1964, 1966 et 197837. Pour sa part, l’émir Ḥamad autorisa le regroupement par lignage sur des terres de l’État (des terrains constructibles ou des villas) lorsque certains groupes familiaux en exprimaient le souhait. Les familles nucléaires ayant bénéficié de ces largesses distinguent bien la politique de Shaykh Ḥamad, de celle de son père. Mais c’est sans voir les effets pervers de cette politique. Dans les quartiers construits sur ces terrains, et où cohabitent les familles nucléaires, l’endogamie lignagère serait encore privilégiée38, précisément favorisée par ce mode d’habitat. Pour F. Khuri, l’endogamie est une idéologie et une fermeture sociale qui, en assurant la solidarité interne, devient un modèle préférentiel39. Les solidarités érigées à partir de ces pratiques endogames, qui témoignent de la résilience du fait tribal, vont également à l’encontre de la notion d’action publique.

  • 40 Pourtant le Qatar, comme l’ensemble des pays arabes du Golfe, a fait le choix officiel d’afficher u (...)

29Le recours, ces dernières années, à une identification tribale de l’État et du pays40 semble remplir plusieurs fonctions. Lors des manifestations nationales, elle permet de suggérer un soutien collectif au bilan annuel des réalisations et à la planification des projets de l’émir. Elles permettaient aussi de donner l’illusion aux chefs de tribu ou de lignage, d’avoir conservé une certaine autorité en tant que médiateurs entre les membres de la tribu et l’État. En cela, le jeu de rôle traduisant le respect accordé aux anciens, la cohésion, la solidarité, la conciliation… figurées par les salutations, les danses, les prières, les récitations de poésie, constituait un gage pour l’avenir. Il permettait de négocier de nouveaux rapports, assimilables à ceux qu’entretiennent un patron et ses clients, et qui s’organisent autour de services, de contrats, de faveurs accordées à titre individuel ou collectif, offerts en échange de la sujétion à l’autorité souveraine.

  • 41 Dans le nouveau gouvernement de juin 2013, le ministre de la Planification, du développement et de (...)

30Enfin, cette métaphore de la force tribale pourrait aussi avoir valeur de démonstration de force pour désamorcer les éventuelles contestations politiques. Après avoir été expulsé du pouvoir en 1995, l’émir Khalīfa a fait deux ou trois tentatives de coup d’État avec l’aide des membres de son ancienne garde personnelle composée essentiellement de membres de la tribu Āl Murra. Considérés comme des bédouins très traditionalistes, mais aussi comme de valeureux guerriers, ils ont passé quelques années en prison. Depuis, des jeunes issus de ce groupe ont fait des études supérieures et ont été engagés au sein du gouvernement de l’émir Ḥamad. Fin 1996, l’un d’eux a été nommé ministre des Biens religieux (Awqāf) et des Affaires islamiques41. Cette force conservatrice, très marquée par l’idéologie islamique, constitue une sorte de réservoir de force sociale perméable, disponible, et toujours susceptible d’être ravivée par des opposants au gouvernement. Ce fut le cas en 2011, quand, voulant se dresser contre la politique d’ouverture menée en faveur d’Israël, elle tenta un coup d’État.

  • 42 Appadurai, 2001, p. 203‑207.

31Cette mise en scène des reliquats de la puissance tribale n’est donc pas que de l’ordre du spectacle. C’est une sorte de mobilisation « culturaliste »42, manipulée par l’État moderne et fonctionnant essentiellement sur les ressorts de l’idéologie.

Le temps du travail : de nouvelles normes

32Entre les deux règnes émiraux, la modernisation technologique entreprise dans le pays a été accompagnée de changements importants dans la manière de considérer le travail. Dans la période de pouvoir de l’émir Khalīfa, l’emploi fourni aux Qataris constituait une prébende et marquait l’intégration dans un milieu — professionnel en l’occurrence — qui servait d’espace de sociabilité. Sous l’émir Ḥamad, l’assujettissement à de nouveaux rythmes de travail plus productifs a conduit les Qataris à opérer une distinction plus nette entre les temps de travail et de loisirs.

  • 43 F. Dazi‑Héni, 2006, p. 187.
  • 44 State of Qatar, 2006, p. 94.
  • 45 En 2010, le pays comptait 1 279 547 habitants, cf. www.qsa.gov.qa. En 2013, la presse indiquait une (...)
  • 46 State of qatar., p. 124, 132.

33Un élément important tenu secret par les gouvernements qui se sont succédés au Qatar est la répartition de la population entre Qataris et non Qataris, afin de ne pas laisser apparaître la forte disproportion entre ces deux composantes. F. Dazi‑Héni43 donne une proportion de 20 % de Qataris. Le recensement de 2004 montre un doublement de la population totale depuis 1986, passant de 369 079 à 744 02944. Malgré le manque d’informations, cette proportion est évidemment moindre depuis ces dernières années compte tenu des vastes travaux engagés45. Faute de données détaillées disponibles, j’ai effectué une évaluation proportionnelle de la population active de plus de 15 ans selon ces deux catégories et par genre, d’après les diagrammes publiés par l’État du Qatar46. Celle‑ci permet d’établir une comparaison avec les données statistiques de 2010.

  • 47 Ibid, p. 124
  • 48 www.qsa.gov.qa/ Les pourcentages de 2010 ont été calculés par l’auteure.

Tableau 1 : Estimation de la population active au Qatar en 2004 d’après une interprétation des diagrammes publiés par l’État du Qatar47 ; et selon le recensement de 201048.

Population Active

Hommes Qataris

Hommes Non Qataris

Femmes Qataries

Femmes Non Qataries

Total

2004 (%)

(nombre)

7 %

46

80 %

1 070

3 %

24

10 %

128

100 %

1 270

2010 (%)

(nombre)

3,63 %

168

84,31 %

973

1,96 %

908

10 %

134

99,9 %

183

  • 49 State of Qatar, p. 124.
  • 50 www.qsa.gov.qa/ Pourcentages calculés par l’auteure.

Tableau 2 : Évolution de la population active totale âgée de plus de 15 ans au Qatar d’après les statistiques du gouvernement publiées par l’État du Qatar49 ; et selon le recensement de 201050.

1986 (nombre)

1986 (%)

1997 (nombre)

1997 (%)

2004 (nombre)

2004 (%)

2010 (nombre)

2010 (%)

Population active totale

201 182

75,46 %

285 404

74,61 %

444 133

77 %

1 270 183

75,73 %

Population totale

266 625

100 %

382 511

100 %

576 411

100 %

1 677 045

100 %

  • 51 State of Qatar, p. 132.
  • 52 www.qsa.gov.qa/. Les pourcentages ont été calculés par l’auteure ; notons que les 5,12 % manquant d (...)

Tableau 3 : Estimation de la population active (Qataris et non Qataris) au Qatar par principaux secteurs d’activités, à partir des diagrammes fournis pour les années 1986 et 1997, des statistiques du gouvernement pour l’année 2004 publiés par l’État du Qatar51 ; et du recensement de 201052.

1986

1997

2004

2010

2010

2010

2010

Population totale (%)

Population totale

(nombre)

(%)

Qataris (nombre)

(%)

1 270 183

71 076

5,59 %

Administration de l’État

50 %

59 %

8 %

97071

7,64 %

51 959

53,52 %

Compagnies de l’État

absent

absent

6 %

42851

3,37 %

9 404

21,94 %

Mixte : privé/public

1 %

1 %

3 %

43 439

3,41 %

4008

9,22 %

Services

non valable

10 %

12 %

absent

Secteur privé

25 %

30 %

61 %

952 229

74,96 %

5 561

0,58 %

Diplomatie & ONG

2132

0,16 %

84

3,93 %

Travail à domicile

132 461

10,42 %

60

0,04 %

Total

non valable

100 %

100 %

1 270 183

99,96 %

71 076

94,82 %

  • 53 « Welfare » est le terme le plus couramment utilisé au Qatar pour parler d’« État providence ».

34Grâce au boom économique (ufra) des années 1974–1975 et au recours à l’aide technique étrangère, l’émir Khalīfa avait mis en place une politique dite de « bien‑être » (welfare)53 de sorte que l’ensemble de la population — nationale et étrangère — bénéficiât de larges avantages : absence d’impôt, gratuité de la médecine, de l’eau, de l’électricité. Les Qataris étaient assurés d’un emploi, d’une habitation, de la scolarisation gratuite…

35Malgré l’immense richesse du pays, ces avantages furent considérablement réduits au fil du temps, surtout pour les étrangers, mais également pour les Qataris. Ainsi, en vertu de directives du gouvernement de l’émir Ḥamad, ceux‑ci n’ont plus eu l’assurance d’un emploi dans le secteur public. L’effet le plus visible, lors de mes discussions avec des jeunes Qataris et leurs parents, a été leur désarroi devant ce qu’ils jugent comme un manque de soutien, voire un abandon du gouvernement, considéré comme responsable du chômage des jeunes. La part fournie par les Qataris en 2004 reste inconnue faute de données sur la répartition des emplois entre nationaux et étrangers. Les statistiques de 2010 sont plus précises. D’après les chiffres rapportés, 51 959 Qataris (32 737 hommes et 19 222 femmes), seraient employés dans la fonction publique — essentiellement dans l’administration — ce qui correspondrait à 53,52 % des 5,59 % de la population active qatarie, selon mes estimations (cf. Tableau 3). Ce secteur constitue un fort attrait en raison de salaires bien plus élevés que dans le secteur privé. En fait, la politique de « bien‑être » s’est perpétuée dans une certaine mesure car une personne de haut rang, jugée inapte au service, pouvait être nommée à un poste de consultant sans charge particulière. En outre, une diversité de prébendes est attribuée aux Shaykhs Āl Thānī, aux notables, à des lignages ou des membres de tribus, etc., permettant ainsi de maintenir la paix sociale.

36Dans le domaine des activités professionnelles, les valeurs attribuées au travail par la plupart des Qataris n’ayant pas de hautes responsabilités illustrent les représentations qu’ils ont de leur pays et des avantages fournis par les économies du pétrole et du gaz. Selon eux, ils leur ont été accordés par la grâce de Dieu — affirmation qui semble induire, qu’à leurs yeux, il est normal qu’ils en soient les principaux bénéficiaires.

  • 54 Cette sociabilité de bureau a cependant contribué à atténuer le fort cloisonnement existant dans l’ (...)
  • 55 Montigny, 1996 (a).
  • 56 Quelques services administratifs furent créés en 1965 par Aḥmad b. ‛Alī Al Thānī, le Cheikh de l’ép (...)

37Lorsque l’État était le principal pourvoyeur d’emplois (entre les années 1970 et la fin des années 1980), la plupart des Qataris ayant des responsabilités étaient secondés par un employé étranger. Ce devait être une étape menant à la « qatarisation » : les Qataris devant pourvoir, à terme, au remplacement des étrangers. Pour la majorité d’entre eux, très jeunes diplômés ou ayant acquis une formation incompatible avec l’administration, le bureau était conçu comme un majlis, un lieu de sociabilité54. Aussi, rien ne se passa comme prévu, les avantages d’une telle situation freinant toute velléité de changement. Les problèmes étaient dus tout autant à une large politique de bien‑être (welfare) qu’aux orientations de la construction identitaire du pays. D’une part, le gouvernement offrait l’assurance d’un emploi dans la fonction publique. D’autre part, il cherchait à favoriser les qabīlī (membres des grandes tribus arabes) aux dépens des familles arabes considérées comme d’origine iranienne et qui, par leurs activités marchandes, ont été les premières à scolariser leurs enfants55. Très actifs, ce sont ces derniers qui ont occupé la plupart des postes de direction dès le développement des administrations dans les années 197056. Quelles qu’aient été les motivations de l’émir Khalīfa, cette orientation a entretenu une certaine rivalité entre groupes sociaux du fait des prérogatives données au statut social plutôt qu’à la qualification ou au mérite. Le développement de l’éducation, susceptible de placer les individus dans un rapport d’égalité, a quelque peu atténué cette rivalité.

  • 57 Une sélection est effectuée en fonction des résultats scolaires. Toutefois, les parents maintiennen (...)

38La réforme du secteur privé en vue de son développement fut régulièrement annoncée dans la presse dès le début des années 1990, du temps de l’émir Khalīfa. En arrivant au pouvoir en 1995, l’émir Ḥamad entreprit cette réforme pour faire suite au lancement de la compagnie « Qatargaz 1 » destinée à assurer l’exploitation gazière du pays. Pour ce faire, les études d’ingénierie ont été encouragées pour les garçons, de préférence dans les universités américaines. La prise en charge des études par le gouvernement et la reconnaissance sociale que le diplôme pouvait offrir en travaillant dans ces compagnies de haute technologie ont eu un rôle d’attrait pour les parents57. Les diplômés n’ont cependant pas toujours eu la capacité à s’adapter. Lors de mon dernier séjour en 2013, certains m’ont assuré que la nouvelle tendance des jeunes adultes ayant des enfants était de chercher à s’insérer dans les structures administratives de l’État, afin de retrouver de la disponibilité et de l’apaisement personnel au sein de la vie familiale.

39À l’exception des grandes compagnies publiques — la pétrolière et la gazière, avec leurs dérivés —, et des compagnies semi‑privées comme celles de l’eau et de l’électricité, qui recrutent peu de Qataris, la majorité des activités est concentrée dans le commerce et dépend de l’aide technique étrangère. En conséquence, un nouveau rapport au travail a été imposé, et avec lui au temps de travail. Dans les grandes entreprises liées à l’État, tous les employés ont dû se conformer au rythme du travail relevant de l’économie capitaliste. Alors que, du temps de l’émir Khalīfa, une grande tolérance était admise pour tous les employés, et surtout pour les nombreux fonctionnaires, le gouvernement de l’émir Ḥamad a imposé un pointage journalier des présents, toute absence non autorisée étant soumise à des sanctions financières.

  • 58 Dès 1975, les chefs de gouvernement des pays arabes du Golfe ont cherché à compenser les effets du (...)

40Dans le type d’économie libérale qui prévaut désormais dans le pays, les Qataris n’ont plus le même rapport insoucieux au travail. L’obligation de l’exactitude, la soumission à un temps réglé, la discipline d’un temps contrôlé sont ressenties comme des contraintes auxquelles ils ont du mal à se soumettre. Cependant, si la tolérance à l’absence est moindre, des passe‑droits et des aménagements sont encore possibles pour certaines catégories d’employés. C’est ainsi que des qabīlī dissocient leurs activités professionnelles de celles qu’ils considèrent de nos jours comme des loisirs, et qui sont partie intégrante de leurs habitudes culturelles. Certains peuvent ainsi s’absenter durant plusieurs semaines à la saison de la chasse au faucon, tout comme le faisait l’émir Khalīfa — ou son fils Ḥamad. D’autres passent de plus en plus de temps auprès de leurs troupeaux de dromadaires depuis que, dans les années 1990, une forme d’élevage extensif a été lancée pour les courses de compétition de loisirs organisées dans tous les pays du Golfe dans l’idée de revaloriser le patrimoine bédouin et tout ce qui participe du patrimoine (turāth)58. Au Qatar, ce passe‑temps semble occuper de plus en plus d’hommes qui, en fin d’après‑midi et le weekend, voire à tout moment, s’échappent de la ville pour retrouver leurs animaux dans le désert. Après avoir dressé un abri avec une partie de tente bédouine, les hommes se réunissent entre parents et amis, boivent le café amer traditionnel et le thé qu’ils tiennent au chaud dans des bouteilles thermos, discutent, se reposent, ou regardent la télévision qui leur parvient par la parabole. Ils disent fuir le stress provoqué par les contraintes du travail, mais ne peuvent s’y consacrer pleinement par nécessité financière, et en raison de l’image dévalorisante véhiculée par l’activité pastorale à plein temps. Tout en restant en contact avec la ville grâce à leur téléphone portable, ils retrouvent le temps pastoral, dont eux‑mêmes imposent le rythme à leurs gardiens bengalis, pakistanais ou soudanais…

  • 59 Montigny, 2007.

41Dans les mantaqāt (quartiers lignagers), il est également fréquent de faire ériger de manière permanente un majlis sur un socle en béton, sur le modèle de la tente bédouine, avec fenêtres et air conditionné59. On peut même trouver, entre des villas cossues, des abris de fortune faits de tissages bédouins : ce sont là des majālis (pl. de majlis) servant à la réception des hôtes masculins, et auxquels peut être adjoint un enclos de dromadaires, de moutons… Plus que de la nostalgie du temps pastoral, il s’agirait d’un retour au rythme de la nature, que les jeunes retrouvent avec d’autant plus d’aisance qu’ils seraient dotés, selon eux, d’un caractère et d’un savoir‑faire innés. Dorénavant disent‑ils, cette nature désertique et hostile à l’homme appartient au passé, à un « avant » du temps (« qabl min… ») qui a apporté progrès et technologie.

  • 60 Micheron, 2013.
  • 61 Nasser Al‑Othman, écrivain‑journaliste, a recueilli de nombreux témoignages dans ce sens, cf. al‑Ot (...)

42Quelle que soit la définition attribuée à ces pays du Golfe profitant de la manne financière tirée du pétrole et du gaz (économie de rente60), les discours des gouvernements successifs ont sans cesse évoqué la nécessité de diversifier leur économie. Faute d’activités de production susceptibles de procurer de nouveaux savoir‑faire aux nouvelles générations, celles‑ci ont été scolarisées et formées dans des universités qui leur ont permis de prétendre à une reconnaissance sociale plus qu’à de réelles compétences. Peu motivées par les choix professionnels offerts, elles sont attachées aux richesses du pays qu’elles considèrent comme leur patrimoine et le fruit du travail de leurs parents61.

  • 62 Longuenesse, 1990.

43D’un émir à l’autre, les changements dans le rapport au travail ont été visibles, et clairement ressentis. Aux yeux des Qataris, les pressions exercées paraissent aujourd’hui injustifiées compte tenu des richesses du pays et du travail effectué par les immigrés qui sont toujours plus nombreux à vouloir venir dans le pays. Cette formulation, à l’avantage des Qataris, exprime bien la relation difficile qu’ils ont avec les immigrés. La volonté de l’émir Ḥamad d’impliquer les ingénieurs qataris dans les entreprises industrielles pose question. Dans un ouvrage collectif déjà ancien, É. Longuenesse62 rappelle comment la mission éthique religieuse, associée au discours techniciste des ingénieurs alliant progrès et modernité, peut être exacerbée au nom de valeurs supérieures. Au Qatar, l’islam et ses valeurs morales, qui sont l’assise de la société, pourraient être intégrés dans une nouvelle déontologie professionnelle et être le moyen trouvé par le gouvernement de mobiliser plus fortement les Qataris comme force de travail.

44Ainsi deux orientations se sont dessinées durant le pouvoir de l’émir Ḥamad : d’une part, l’engagement plus prononcé d’une poignée de technocrates formés à l’ingénierie et ayant une ambition modernisatrice ; d’autre part, le conformisme d’une partie des Qataris attachés au modèle mis en place par l’émir Khalīfa de la dépendance à l’État providence.

Genre et générations : la promotion des femmes

  • 63 Avec la baisse de la fécondité (résultant de l’élévation du niveau de vie, de l’instruction féminin (...)
  • 64 Shaykh Khalīfa a été le tout premier ministre de l’Éducation, de 1957 à 1964. Lors de la création d (...)
  • 65 La distinction que j’ai établie parmi les familles commerçantes contemporaines d’origine bédouine m (...)

45La société qatarie est fortement marquée par des valeurs justifiées par la tradition islamique. Les hommes disposent d’un pouvoir dominant. Mais les changements rapides intervenus avec l’arrivée de l’émir Ḥamad à la tête de l’État semblent avoir ébranlé les certitudes anciennes. Par son intervention, la seconde épouse de l’émir, Shaykha Mūza bint Nāsir Āl Misnad, a permis d’ouvrir un nouvel espace d’expression aux femmes qui, elles‑mêmes, ont été promues au rang de vecteurs de la modernité. Dans cette libéralisation programmée qui s’inscrit dans les problématiques de développement et de logiques démographiques63, elles ont acquis de nouveaux droits. Des femmes, jeunes pour la plupart, ont été placées à tous les rouages des institutions, même si, en réalité, peu d’entre elles bénéficiaient d’un réel pouvoir. La deuxième épouse de l’émir Ḥamad a été le moteur essentiel de cette évolution, mais probablement sous le contrôle des tenants de l’islam traditionnaliste et du gouvernement des hommes. Dès 1997, elle a pris en main le secteur de l’éducation afin de l’ouvrir davantage aux femmes64 et leur permettre de s’imposer dans une plus large diversité d’activités. Elle a créé la « Qatar Foundation », vaste pôle d’enseignement supérieur privé et de recherche accueillant des antennes d’universités étrangères (surtout américaines). Sa détermination a encouragé nombre de ces jeunes femmes, quelle que fut leur origine, bédouine ou sédentaire, mais la plupart ayant un haut niveau d’éducation. Leur énergie, voire leur agressivité ont été présentées comme des atouts et des signes de compétence. Ce qu’ont contesté d’autres femmes, plus âgées, ayant une plus longue expérience et n’acceptant pas les méthodes de « management à l’américaine », selon une expression maintes fois entendue. La « Shaykha » est encore considérée comme la première « business woman » du pays grâce aux entreprises qu’elle détiendrait et dont l’extension suivrait le rythme des travaux gigantesques en cours. Dans ce domaine, elle a été, là encore, un modèle pour les jeunes femmes d’affaires qui ont créé leur propre association, la « Qatar Business Women Association » (QBWA), en 2000. Celle‑ci a été (et est encore) dirigée par une des sœurs de l’émir Ḥamad, tout groupement étant contrôlé par le pouvoir. L’association regroupe en général des filles de grands marchands, éduquées, ayant une grande ouverture sur le monde extérieur. On ne trouve pas, parmi elles — ni parmi les jeunes hommes d’ailleurs —, d’enfants issus des tribus traditionalistes, d’origine bédouine65.

  • 66 Arkoun, 1988, p. 24.

46Partie prenante de tous les événements médiatiques, Shaykha Mūza a été critiquée par les femmes plus attachées aux valeurs coutumières et religieuses qui n’ont pas accepté cette image de femme moderne, dynamique, directive, affichant les symboles du luxe et de la liberté occidentale. Pour elles comme pour les hommes d’une manière générale, ce comportement ne correspond pas aux valeurs de l’islam, ni à celles attribuées aux femmes dans la société qatarie (réserve, pudeur…), où celles‑ci ne se voient quasiment reconnaître que leur rôle de mère et de transmission des normes familiales. Ils ont le sentiment que la Shaykha n’a pas respecté le rôle qui lui était dévolu (contrairement à ses deux coépouses très discrètes et ignorées des medias), faisant fi des conventions sociales pour entrer dans la compétition du monde moderne, et peut‑être concurrencer les hommes. Pour Mohamed Arkoun, dans les sociétés musulmanes, le maintien de l’ordre social est assuré tout autant par l’idéologie politique et religieuse que par les valeurs qui en découlent et qui relèvent des traditions. Ces valeurs sont transmises par la famille qui impose les normes et les conduites à suivre. Les hommes maintiennent l’ordre hiérarchique, des aînés aux cadets, tandis que les femmes demeurent hors des circuits du pouvoir. Elles sont « asservies dès leur naissance par la préférence accordée aux garçons et le rôle de la mère contre la fille »66.

  • 67 L’indignation fut dirigée tout autant contre les mères que contre les employées non arabes. CfMon (...)
  • 68 L’argument des femmes était que la police assurant le contrôle de la circulation était étrangère, d (...)
  • 69 Malgré l’appréciation favorable de certaines femmes, il est le plus souvent évoqué avec mépris au Q (...)

47Au Qatar, la plupart des maisonnées étant constituées de familles nucléaires, toutes emploient des domestiques, voire des nourrices étrangères, auprès desquelles les enfants passent beaucoup de temps. Vers 1995, un fort mouvement d’indignation publique de pères s’éleva lorsqu’ils réalisèrent qu’ils ne pouvaient pas communiquer avec eux en langue arabe67. D’autres exemples montrent la diversité des dispositions dont font preuve les femmes face aux normes et à l’évolution sociale. Dès 1995, nombre de ces femmes attachées à la tradition ont acquis leur permis de conduire en défiant la police68 : elles ont conduit sans permis jusqu’à ce que l’émir Ḥamad se plie à leur volonté. Afin de retarder l’âge de leur mariage, ou par impossibilité de trouver un emploi, elles prolongeaient la durée de leurs études. Sous ce gouvernement, toutes les femmes ont acquis des droits, notamment ceux de demander le divorce, d’acquérir un compte bancaire, d’acheter une habitation, etc. La situation des femmes seules est encore difficile, mais la liberté acquise grâce aux réseaux sociaux par exemple semble unanimement appréciée. Cette liberté s’étend jusqu’à l’institution du mariage, puisqu’il existe un type d’union temporaire (zawāj al‑misyār), qui serait venu d’Arabie saoudite. Connu de très longue date, principalement à l’usage des notables, il serait devenu plus répandu parmi la population et moins confidentiel. Il est apprécié des femmes veuves ou divorcées notamment, qui ont tant de difficultés à se remarier comme le veut la coutume — ceci même si ce mariage, contracté auprès d’un juge religieux, n’entraîne aucune obligation morale ou juridique pour l’homme69.

48La Shaykha a joué un rôle essentiel dans l’attribution des droits aux femmes. Son rôle a été révélé dès l’inauguration de la première exportation de gaz naturel liquéfié, en 1997, qui a enrichi considérablement le pays depuis 2003 environ. La presse de l’époque s’est fait l’écho des annonces de réformes à un rythme rapide. Les réseaux internet ont été lancés la même année. La Shaykha organisa de nombreuses réunions à l’intention des femmes. Elle semble avoir voulu poursuivre une logique dans laquelle, sur le modèle occidental, l’emploi est érigé en condition de l’indépendance de la femme. Dans ses discours, elle a souvent évoqué toutes ces femmes qataries inactives économiquement mais souhaitant trouver un emploi.

49Pourtant, beaucoup de femmes m’ont affirmé ne pas ou plus vouloir travailler, alors que la tendance, dans les années 1990–2000, était, pour les femmes, la recherche d’un emploi. Il y a plusieurs raisons à cela : parmi elles, le refus de l’assujettissement aux nouveaux rythmes de travail, et le sentiment de l’inadéquation entre le type d’emploi susceptible d’être obtenu d’une part, et de l’autre, leur rang social et leur niveau d’éducation. Il s’agissait de marquer leur volonté de leur prééminence sociale et d’établir de nouvelles distances avec les étrangers, perçus comme « ceux qui travaillent ».

50Cette sollicitation des femmes, arbitrée sous le contrôle du gouvernement de Shaykh Ḥamad, a aidé celles‑ci à revendiquer des espaces de liberté. Elles l’affichent aujourd’hui par une attitude désinvolte en ville, dans les cafés, les restaurants, les galeries marchandes. Ces nouveaux lieux d’animation et de promenade à la mode figurent une extra‑territorialité précipitant les personnes qui les fréquentent (les immigrés asiatiques sans famille — c’est‑à‑dire la majorité d’entre eux — en étant exclus) dans des temporalités fantasmées (décors de civilisations antiques ou post‑modernes). C’est là que se côtoient les membres d’une élite qui partage des codes communs et qui veut montrer qu’elle a assimilé tous les éléments matériels de la modernité et de la mondialisation.

  • 70 Longva, 1997.

51Intégrées récemment au sein de cette élite selon une relation d’équivalence avec les hommes, les femmes qataries ont deux motivations : la première est de vouloir maintenir une distance à l’égard des communautés immigrées ; la seconde est de signifier les valeurs d’honneur et de dignité, face aux travailleurs étrangers, objets de leur dédain. La différence peut être interprétée comme un message qui s’adresse aux hommes : la femme qatarie revendique sa place et son statut social avant son statut personnel. Ahn Longva a remarqué le même comportement chez les femmes koweitiennes dans leur rapport au travail, au code vestimentaire et à l’attitude corporelle70. Au Qatar, cette mise à distance a été instaurée pour les hommes dès l’accroissement des revenus pétroliers (1973) et la généralisation de l’emploi dans la fonction publique, l’armée et la police. Depuis, quelle que soit son origine sociale et religieuse (qabīlī, sunnite, chiite…), ou encore son niveau d’étude, tout Qatari se doit d’occuper une position médiane ou supérieure. Les femmes ont tout simplement suivi le mouvement.

  • 71 Ceci, malgré une très forte augmentation des salaires accordée par le gouvernement à l’occasion du (...)
  • 72 La première association féminine a été inaugurée le 22 février 1982 à l’occasion de la fête nationa (...)

52Faisant suite aux directives de l’émir Khalīfa qui autorisait le travail des femmes dans les seuls secteurs de l’éducation et de la santé, l’éducation est supposée fournir 50 % des emplois des femmes qataries. Or, malgré l’introduction d’une réforme du système d’enseignement et d’administration anglo‑saxon, les emplois dans ce domaine sont restés dévalorisés71. Mal adaptée, aux dires de nombres d’enseignants rencontrés en 2009 et 2010, la réforme a instauré dans les deux systèmes, public et privé, une forte compétition entre les établissements et entre les enseignants eux‑mêmes. Les jeunes diplômés contestaient les plus âgés qui faisaient valoir leur expérience, et provoquaient bien des conflits. Aussi de moins en moins de Qataris — hommes et femmes — choisissaient l’enseignement comme profession. L’émir Khalīfa avait accordé quelques avantages aux femmes, mais cela se réduisait au domaine de l’éducation et de la formation. Dès 1989, il avait permis l’organisation de semaines culturelles sous le patronage de sociétés caritatives72, au cours desquelles des travaux manuels féminins étaient présentés.

53L’ensemble des femmes reconnaît que la place qui leur a été accordée du temps de l’émir Ḥamad a représenté une grande avancée par rapport à l’époque de l’émir Khalīfa. Mais toutes ont admis avoir rencontré des difficultés dans le cadre du travail, trop soumis à la compétitivité, y compris avec les hommes, ainsi qu’au sein de la famille, dont les valeurs sont très marquées par l’islam et les coutumes. Pour les conservateurs, le statut des femmes a été préservé sous le gouvernement de l’émir Ḥamad. Mais cela ne doit pas occulter le fait que parallèlement, l’image de femmes actives et dynamiques, jeunes ou moins jeunes, a été valorisé : l’objectif semble avoir été de présenter une image plurielle des femmes afin de satisfaire l’ensemble des nationaux.

54L’autorité soudaine accordée aux femmes permet de mettre l’accent sur trois problèmes qui résultent à la fois d’une évolution et d’une continuité dans le temps. Le premier est générationnel : les jeunes — femmes y compris — commencent à contester le pouvoir des anciens, donc l’armature de la société traditionnelle. Le second résulte de la distance renforcée qui s’est installée entre Qataris et étrangers, les premiers redoutant de se trouver en infériorité numérique. Il se pourrait que ce phénomène soulevé par les femmes, résulte de l’autorité qui leur est dorénavant conférée. La sensation de vulnérabilité des Qataris face à la croissance de la population étrangère provoque la crainte d’une rupture de la stabilité du pays, crainte elle‑même aggravée — finalement — par la perception de la vitesse des réformes conduites par le gouvernement de l’émir Ḥamad. Si cette sensation de vulnérabilité était déjà perceptible du temps de l’émir Khalīfa, elle n’était pas formulée d’une manière aussi explicite. Ces mouvements accélérés de changements opérèrent une rupture avec l’unité du temps qui passe. On a là deux types de perception : l’un résultant de l’expérience vécue, l’autre de la nostalgie du passé.

  • 73 Cette solitude des femmes était renforcée par le fait que l’habitation n’abrite plus la famille éte (...)

55Les nouveaux droits d’égalité entre hommes et femmes institués par la Constitution ont d’ores et déjà des effets qui devraient conduire à des changements profonds dans l’ensemble de la société. Nombre de jeunes femmes mariées rencontrées dans les années 1990 se plaignaient de leur solitude dès l’arrivée du soir73, les maris préférant se réunir dans un majlis, lieu de réception des hommes. Ce modèle tend à changer quelque peu : les hommes commencent à entendre les doléances de leurs épouses. De plus en plus de femmes semblent partagées entre la nécessité de redéfinir les normes prescrites par les anciens et le désir de renégocier les limites que ces normes imposent en maintenant les distances créées (vis‑à‑vis des hommes et des immigrés) par les nouvelles réalités qui les placent dans le groupe de l’élite. Ceci vaut tout autant pour les hommes qataris qui, dorénavant, sont amenés à côtoyer des femmes dans leur espace de travail. Ces droits d’égalité nouvellement acquis conduisent à repenser la séparation des espaces masculin et féminin. Le changement majeur apporté par Shaykha Mūza devrait conduire à une déconstruction des valeurs traditionnelles de genre.

Conclusion

  • 74 Arkoun, 1988, p. 25.
  • 75 Arkoun, 1988, p. 25‑26.

56En parlant du rôle du leader dans les sociétés musulmanes contemporaines, Mohammed Arkoun a souligné la nécessité pour celui‑ci de s’adapter à l’enjeu des évolutions en cours. Pour ce faire, le leader opère par le mélange d’éléments symboliques du discours social ancien, qu’il manipule « pour ne pas briser trop brutalement, dans l’imaginaire social, les supports traditionnels de la relation ‘charismatique’ » 74 au chef. L’auteur rappelle à ce propos une définition très suggestive du mythe par Lévi‑Strauss : « un palais idéologique construit avec les gravats d’un discours social ancien. […] Le leader ne connaît et ne retient le plus souvent que les gravats du discours religieux traditionnel ; mais ces gravats suffisent pour séduire, mobiliser l’imaginaire social attiré dans un ‘palais idéologique’ »75.

57Dans les discours prononcés par les deux gouvernements qui se sont succédés, deux notions ont été régulièrement réitérées : les effets de la mondialisation, induisant une perte de l’identité sociale et culturelle ; et le respect de la tradition permettant d’en limiter les conséquences. Sous le gouvernement de l’émir Ḥamad, ces deux notions étaient tantôt opposées, tantôt présentées comme complémentaires dans la construction identitaire du pays — certains discours venant même les contredire d’un jour à l’autre. Faut‑il voir dans ces contradictions un manque d’adhésion à la nature des changements ? Ou une faible maîtrise de leur rythme ? Ou encore une perméabilité des logiques de fonctionnement ?

  • 76 Boniface, 2004.

58Confrontés aux changements opérés par les deux derniers chefs d’État du Qatar, respectivement père et grand‑père du nouvel émir Tamīm arrivé au pouvoir en juin 2013, nombre de Qataris ont éprouvé une grande confusion, une incompréhension à l’écoute ou à la lecture des discours, comme à la vision des manifestations de loisirs incessantes (compétitions sportives et festivals culturels organisés à l’échelle locale, régionale, internationale) depuis les années 2000. D’autres se souviennent d’une vie sans loisirs, mais plus familiale, au temps de l’émir Khalīfa (relations de voisinage, claustration des femmes…). À entendre, en 2011, les réactions sur la quantité des événements, la rapidité des changements, la diffusion permanente des images et des messages par le gouvernement, la population semblait frappée par une nécessité d’urgence face à un futur aux contours incertains. Si la notoriété du pays à l’étranger a donné aux Qataris un sentiment de fierté, nombreux sont ceux qui savaient qu’ils le doivent aux medias, et à la chaîne de TV al‑Jazīra surtout, qui en est le relais et qui donne au pays une visibilité internationale jamais égalée auparavant. En cela l’émir Ḥamad semblait avoir atteint son objectif quand il déclarait au « Journal du dimanche » en 2004 : « …il est plus important d’être reconnu au Comité international olympique (CIO) qu’à l’Organisation des Nation unies. Tout le monde respecte les décisions du CIO »76.

  • 77 Voir Appadurai, 2001.

59À vrai dire, les deux émirs, père et fils, ont eu les mêmes objectifs : mener au changement — au nom du progrès — tout en assurant la paix sociale. Le premier, par l’action à pas comptés ; le second, par le recours aux loisirs et à la communication. D’une manière sous‑jacente, on trouve là l’affirmation de l’inévitabilité du changement induit par la haute technologie auquel le pays doit sa richesse et son confort. Parallèlement, sont rappelées les valeurs identitaires construites à partir des éléments de la culture traditionnelle rendue à sa plus simple expression. C’est par ce moyen que les formes culturelles rigides de la tradition deviennent spectacle et marchandises, et qu’elles rejoignent ainsi les motivations des sociétés industrielles modernes qui allient loisir et plaisir77.

  • 78 Halbwachs, 1997, p. 177‑189.

60Le pouvoir de la communication, dont le gouvernement de l’émir Ḥamad a fait grand usage, a permis de faire en sorte qu’un même événement puisse affecter à la fois plusieurs consciences collectives distinctes, selon les termes de M. Halbwachs78 ; et qu’il parvienne à faire accepter l’alternance, le mouvement, les transformations au rythme de son choix. On entre là dans le domaine des phénomènes de mémorisation du temps, et de son appréciation par le groupe. L’émir Khalīfa était admiratif du modèle japonais, (selon les dires d’un ancien notable rencontré dans les années 1980), car, sans moyen de production, ce pays avait accédé à la modernité tout en sachant sauvegarder une part de ses traditions. L’émir Ḥamad, quant à lui, avait peut‑être en mémoire la sagesse de son père, mais, en cherchant à saisir le rythme de son temps, il regardait plutôt du côté de Singapour.

Haut de page

Bibliographie

Abu Saud A., Qatari women. Past and Present, England, Longman Group Ltd, 1984.

Adwan R., « Le gouvernement électronique au Qatar. De la transaction électronique à la transition politique », Mémoire de Master en Administration Publique, E.N.A., 2002–2004.

Al‑Othman N., With their Bare Hands. The Story of the Oil Industry in Qatar, London‑New York, Longman, 1984.

Anderson B., Imagined Communities, London, Verso, 1983.

Appadurai A., Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, (1996) 2001.

Arkoun M., « Imaginaire social et leaders dans le monde musulman contemporain » Arabica, n° 1 (t. xxxv), 1988, p. 18‑35.

Belkaïd A., « Le Golfe par ses mots », Le Monde diplomatique, (août), 2013, p. 28.

Bocco R., «‘Asabiyāt tribales et États au Moyen‑Orient. Confrontations et connivences », Monde arabe Maghreb Machrek, n° 147, 1995, p. 3‑12.

Boniface P., 2004. « De la chaine Al‑Jazira à la promotion du sport. Le Qatar se veut un modèle pour le Golfe », Le Monde diplomatique, (juin), 2004, p. 18.

Bonte P. et Ben Hounet Y., (dir), « La tribu à l’heure de la globalisation » Études Rurales, n° 184 (juil.–déc.), 2009.

Dawod H., Tribus et pouvoirs en terre d’Islam, Paris, A. Colin, 2003 (a).

Dawod H., “The ‘State‑ization’ of the Tribe and the Tribalization of the State. The Case of Iraq”, in F.A. Jabar & H. Dawod (eds), Tribes and Power. Nationalism and Ethnicity in the Middle East, London, Saqi, p. 110‑135, 2003 (b).

Dazi‑Héni F., Monarchies et sociétés d’Arabie. Le temps des confrontations, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2006.

Gulf Times, (supplément), 31/8/1980.

Halbwachs M., La mémoire collective, Paris, Albin Michel, (1950) 1997.

Hartog F., « Le regard éloigné : Lévi‑Strauss et l’histoire », Évidence de l’histoire, Gallimard, 2005, p. 216‑235. 

HeardBey F., “The Gulf States and Oman in Transition”, Asian Affairs, n° 59 (1), 1972, p. 14‑22.

Hertog S., “The Sociology of the Gulf Rentier Systems: Societies of Intermediaries”, Comparative Studies in Society and History, 52 (2), 2010, p. 282‑318.

Jabar F.A. &Dawod. H., (eds), Tribes and Power. Nationalism and Ethnicity in the Middle East, London, Saqi, 2003.

Khuri F.I., Tribe and State in Bahrain. The Transformation of Social and Political Authority in an Arab State, Chicago‑London, University of Chicago Press, 1980.

Khuri F.I., Tents and Pyramids: Games and Ideology in Arab Culture from Backgammon to Autocratic Rule, London‑Beirut, Saqi, 1990.

Layne L.L., “The dialogics of tribal self‑representation in Jordan”, American Anthropologist, n° 16 (1), 1989, p. 24‑39.

Lienhardt P., The Authority of the Shaikhs in the Gulf: An Essay in nineteenth‑century history”, Arabian Studies, n° 2, 1975, p. 61‑75.

Longuenesse É., « Les ingénieurs au Maghreb et au Moyen‑Orient. Politiques de développement et nouveaux acteurs sociaux », in É. Longuenesse (dir.), Bâtisseurs et Bureaucrates. Ingénieurs et Société au Maghreb et au Moyen‑Orient, Lyon, Maison de l’Orient, 1990, p. 9‑28.

Longva A.N., “Kuwaiti Women at a Crossroads: Privileged Development and the Constraints of Ethnic Stratification”, in N.S. Hopkins & S.E. Ibrahim. (eds), Arab Society: Class, gender, Power and Development, Cairo, American University Press, 1997, (3rd ed.).

Lorimer J.G., Gazetteer of the Persian Gulf, ‘Oman and Central Arabia, Calcutta, Government Printing, 1915-1908 (4 vol).

Maghreb‑Machrek, n° 176 (été), 2003, p. 111‑122.

Micheron H., « La crise larvée des pays du Golfe », Le Monde, 2 avril 2013, p. 16.

Montigny A., « Passé recomposé d’un présent plus que parfait », Qantara, n° 64 (juillet) 2007, p. 46‑48.

Montigny A., « L’Afrique oubliée des noirs du Qatar », Journal des Africanistes, n° 72 (2), 2002, p. 213‑225.

Montigny A., « Le territoire livré à l’arbitrage de Dieu. L’interprétation de la loi par les Al Na‛īm du Qatar », Études Rurales, n° 155‑156 (juil.–déc.), 2000, p. 51‑74.

Montigny A., « Les Arabes de l’autre rive », Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le Monde Turco‑Iranien, n° 22, 1996 (a), p. 51‑83.

Montigny A., « L’ailleurs culinaire et ses Limes : les limites de l’emprunt au Qatar », in M. C. Bataille‑Benguigui et F. Cousin (dir.), Cuisines. Reflets des Sociétés, Paris, Éd. Sépia‑Musée de l’Homme, 1996 (b), p. 233‑242.

Montigny‑Kozlowska A., « Histoire et changements sociaux au Qatar », in P. Bonnenfant (dir.), La Péninsule Arabique d’Aujourd’hui, t. II, Paris, C.N.R.S., 1982, p. 475‑517.

Nakhleh E., Bahrain: Political Development in a Modernising Society, Mass., Lexington Books, 1976.

Naepels M., « Anthropologie et histoire : de l’autre côté du miroir disciplinaire », Annales (HSS), n° 4, 2010, p. 873‑884.

Peterson J.E., “Tribes and Politics in Eastern Arabia”, Middle East Journal, Summer 1977, p. 297‑312.

Qatar Foundation, A symposium to celebrate Qatar’s National Day, Qatar, Doha, 2008 (ouvrage bilingue : arabe/anglais).

State of Qatar, Planning Council 2006, Qatar National Atlas, Doha, Ali Bin Ali printing press, 2006 (ouvrage bilingue : arabe/anglais).

The Peninsula, 2 décembre 2013 ; 4 décembre 2013.

www.cia.gov

www.diwan.gov.qa

www.qsa.gov.qa

Archives militaires anglaises

F.O. 1016‑518 (1956), Annual Report for 1955.

F.O. 1016‑519, Qatar Internal Political Situation, 1956.

Confidential letter (1941/56 G) from Political Agent, Doha, to Political Resident, Bahrain, 10 Oct. 1956.

F.O. 371‑126869 (1957), Annual Reports on Territories in Persian Gulf, Arabia, 1957.

F.O. 371‑126871 (1957), Internal Political Situation in Persian Gulf, Diary n°1, Jan. 1957.

F.O. 371‑126872 (1957), Internal Political Situation in Persian Gulf, Diary n° 5, May 1957.

F.O.371‑126873 (1957), Internal Political Situation in Persian Gulf, Diary n° 9, Sept. 1957.

F.O. 371‑174651(1964), confidential letter to Residency, 11 May 1964.

F.O. 371‑179868 (1965), Internal Political Situation, 1965.

Conf. letter from Political Agent to Political Resident, 30 Nov. 1965.

Conf. letter, from Political Agent to Political Resident, 4 Dec. 1965.

Haut de page

Notes

1 Les termes Shaykh et Shaykha (respectivement selon les marques du masculin et du féminin) sont des titres d’honorabilité attribués à tous les Āl Thānī et aux membres du gouvernement. Jadis le terme correspondait à l’appellation d’un chef de tribu, et était une marque de respect dédiée à un homme pieux ou à une personne âgée.

2 À propos de la relation entre histoire et anthropologie, voir Hartog, 2005.

3 Voir Naepels, 2010.

4 Il a abdiqué le 25 juin 2013 en faveur de son fils Tamīm, né de son mariage avec Shaykha Mūza.

5 En langue arabe, le terme employé est qabīla (tribu) ; mais, le plus couramment dans les langues occidentales, c’est le mot « famille » qui est officiellement retenu. Les Āl Thānī compteraient entre 1500 et 2000 princes et près de 6000 membres, cf. Dazi‑Héni, 2006, p. 183.

6 Anderson, 1991.

7 La référence à l’identité bédouine est complexe et l’était déjà dans les années 1970 car les tribus chamelières auxquelles fait référence cette appellation se sont sédentarisées au plus tard dans les années 1960. Cette politique de rassemblement des populations rurales concernait tout à la fois des anciens éleveurs de grand et petit bétail vivant hors des villes. De nos jours cette identité est un référent social qui n’implique pas forcément la pratique de l’élevage chamelier, revalorisée grâce à l’organisation de courses de compétition.

8 Montigny‑Kozlowska, 1982.

9 Comme le dit très justement Fatiha Dazi‑Héni, « le rajeunissement de la dynastie Āl Thānī constitue un choix de modernisation radicale de l’émirat « par le haut ». La moyenne d’âge de cette équipe oscille entre 35 et 45 ans et se reflète dans la composition de l’actuel gouvernement de l’émir. » L’auteure ajoute qu’un Conseil de famille a été institué par décret le 12 juillet 2000 et qu’il se compose de quinze très jeunes membres (25‑50 ans). Cf. Dazi‑Héni, 2006, p.184‑185.

10 Le projet fut lancé en 2003. Dans la compétition constante qui est engagée entre les différents pays arabes du Golfe, Dubaï disposait déjà de son gouvernement électronique et l’accès des familles à internet était plus important dans les Émirats, Koweït et Bahreïn. Cf. Adwan, 2002–2003.

11 Depuis cette date, une autre élection municipale a eu lieu et le gouvernement a fait en sorte qu’une femme soit élue. La première élection, organisée le 8 mars, avait suscité un certain enthousiasme de la part des jeunes. Toutefois le taux de participation a été faible contrairement à l’affirmation du pouvoir ; il fut encore moindre lors du scrutin de 2003, Dazi‑Héni, 2006, p. 184‑190. La population estimait qu’aucun pouvoir ne lui était octroyé dans ces conseils municipaux.

12 Montigny‑Kozlowska, 1982 ; Montigny, 1996 (a).

13 En réalité il a été créé en 1964 (loi n° 2) sur la proposition de Shaykh Khalīfa et du conseiller légal, mais il n’a jamais fonctionné à cause des réticences du dirigeant de l’époque. Cela faisait suite aux revendications des grévistes l’année précédente, qui, entre autres choses, contestaient la mainmise des Āl Thānī sur le pouvoir et sur les revenus pétroliers. Ce premier conseil était composé des seuls membres Āl Thānī et du chef de l’État, Shaykh Aḥmad, F.O. 371‑174651, letter 11 May 1964.

14 Voir le texte original sur le site gouvernemental : http://www.diwan.gov.qa ; et la traduction, Maghreb‑Machrek, 2003. Le Qatar revendique la nomination de la première femme ministre (à l’Éducation) dans un pays du Golfe cette même année ; depuis 1996 elle était sous‑secrétaire d’État au ministère de l’Éducation et de la Culture. Le Sultanat d’Oman a présenté la même revendication pour sa ministre « for Industrial Craftsmanship » dans la presse locale.

15 Montigny, 2007.

16 Le bâtiment n’étant pas encore construit, il fut inauguré dans des lieux temporaires. Il s’agissait probablement de communiquer sur l’importance du projet, et de répondre à l’annonce de celui du musée Guggenheim d’Abu Dhabi, non terminé.

17 www.qatarnationalvision2030. La « Vision 2030 » est aujourd’hui placée sous l’égide du nouvel émir, Tamīm. L’annonce de ce lointain futur s’adresse d’abord aux générations qui vont suivre et s’inscrit dans la continuité généalogique, assurée grâce au pouvoir héréditaire des Āl Thānī, dont la Constitution fait acte. Voir A. Belkaïd, qui évoque avec humour l’omniprésence du terme « vision » dans les propos des monarques du Golfe, cf. Belkaïd, 2013.

18 Deux articles de presse publiés les 2 et 4 décembre 2013 indiquent que, sur un total de 1 483 000 actifs, seulement 86 000 (hommes et femmes) seraient Qataris à la fin novembre de cette année (pour une population totale de 2 068 050, et un accroissement de 12 % en moins d’un an). Cf. The Peninsula. Voir aussi www.cia.gov.

19 S. Hertog (2010) a lancé un débat très stimulant sur l’implication du système de « brokerage » / intermédiation dans les pays du Golfe. Il possède peu de données sur le Qatar mais ses descriptions s’accordent avec les modes de fonctionnement en usage dans ce pays tels que j’ai pu les observer.

20 Les rapports que les Qataris instaurent dorénavant avec l’administration illustrent le changement opéré : un affaiblissement des relations communautaires au profit de l’individualisme.

21 Heard‑Bey, 1972 ; Nakhleh, 1976 ; Peterson, 1977.

22 Lienhardt, 1975 ; Peterson, 1977.

23 Khuri, 1980, p. 240.

24 Dawod, 2003 (a) ; Jabar & Dawod, 2003 ; Bonte et Ben Hounet, 2009

25 On peut se rapporter à l’histoire détaillée du Qatar jusqu’à la fin du xixsiècle, Lorimer, 1915-1908, vol. I, p. 787‑835 ; ou dans une version plus synthétique, Montigny‑Kozlowska, 1982.

26 Qatar Foundation, 2008.

27 Sous Khalīfa la fête nationale commémorait le jour de la prise de pouvoir par celui‑ci, le 22 février ; après 1995, Ḥamad l’avait d’abord remplacée au profit de sa propre date, le 27 juin.

28 Si le terme « tribu » renvoie au mode d’organisation sociale telle qu’elle est décrite par les ethnologues, les politologues ouvrent une autre perspective avec la notion de « tribalisme », qui correspond à la manière de transposer les forces de solidarité lignagères dans le domaine de l’action politique, cf. Bocco, 1995. H. Dawod a réutilisé cette notion à propos de l’Irak, cf. Dawod, 2003 (b).

29 Ce concept employé dans la classification nationale identitaire distingue, d’une part, les Qataris dits « authentiques » (bil‑aṣl), c’est‑à‑dire les membres des tribus originaires d’Arabie et les résidents permanents au Qatar avant 1930 (notamment les chiites), et, d’autre part, les Qataris « par naturalisation » (bil‑tajannus), surnommés Hūwala ou Hūla, Arabes supposés venir d’Iran, même si, parmi ceux‑ci, tous n’acceptent pas cette origine géographique. CfMontigny, 1996 (a).

30 Ainsi les Āl Nacīm, qui, à la suite d’une promesse orale, ont soutenu la dynastie Āl Khalīfa de Bahreïn, et ont été considérés par les Āl Thānī comme des ennemis.

31 Traditionnellement, les Āl ‛Aṭṭiya et les Āl Sudān sont les seules tribus à pouvoir prendre des épouses Āl Thānī, selon les règles de l’échange matrimonial. Pour d’autres raisons liées à l’« authenticité du lignage », des femmes Āl Thānī sont accordées aux qabīlī quand celles‑ci sont issues d’une relation sexuelle entre le maître et son esclave — noire, le plus souvent. Cf. Montigny, 2002.

32 Le père de Shaykha Mūza, Nāṣir Āl Misnad, ainsi qu’un des jeunes frères de la mère de l’émir, Ḥamad Āl ‛Aṭṭiya, furent des leaders du mouvement nationaliste représenté au Qatar dans les années 1950 et 1960. Cf. archives du Foreign Office : en 1956, Ḥamad est décrit par le « Political Agent » comme un des principaux agitateurs du Qatar, F.O.1016‑519, letter, 10/10/1956. Après avoir conduit une manifestation il fut emprisonné. Selon un courrier officiel, il décéda d’une attaque cardiaque en 1965, F.O. 371‑179868, conf. letter, 30/11/1965. Nasr Āl Misnad, (père de la Shaykha Mūza), était l’autre leader de ce mouvement à avoir été emprisonné. Par crainte d’une détérioration de sa santé, il fut déporté au Koweït après le décès de son compagnon, F.O. 371‑179868, conf. letter, 4/12/1965. L’ensemble de la tribu des Āl Mahanda (à laquelle appartenait ce dernier) s’y était déjà réfugiée en 1963 par crainte des brimades du Cheikh de l’époque et pour marquer son opposition à l’emprisonnement de Nāṣir. Deux mois plus tard, et après négociations, certains membres de la tribu sont revenus au Qatar. Mais la majorité d’entre eux, dont l’émir de la tribu, ‛Abd Allah Āl Ibrāhīm, ne sont rentrés au pays qu’à la suite de la prise du pouvoir du père de l’émir Ḥamad, en 1972. Lors de mes premiers séjours au Qatar, les récits de ces événements étaient encore exprimés avec intensité.

33 Il faut rappeler que le Qatar, tout comme l’Arabie saoudite, observe officiellement la version « wahhabite » du rite « hanbalite » ; en raison de son orthodoxie, le pays ne célèbre que les deux fêtes religieuses du ayd al‑fir (la fin du ramadan) et du ayd al‑aḍḥā, le grand sacrifice.

34 La banlieue al‑Rayyān, où les Āl Thānī se sont établis dès le début du xxè siècle avec leurs esclaves, à l’ombre d’une large palmeraie bien pourvue en eau potable, est considérée comme leur fief. À proximité du Palais se trouve le lieu‑dit historique d’al‑Wajba, qui a vu la victoire des Qataris sur les Turcs Ottomans en 1893. Al‑Rayyān est devenu le site de la « Qatar Foundation » créée par Shaykha Mūza Āl Misnad.

35 En décembre et janvier de chacune de ces deux années.

36 Un processus équivalent en Jordanie a été décrit par Layne, 1989.

37 Montigny, 2000.

38 Affirmation souvent délivrée par la presse comme rappel à l’ordre de ses effets néfastes au plan génétique. Mes propres enquêtes réalisées à la fin des années 1990 au sein de la tribu Āl Naīm tendaient à montrer le contraire.

39 Khuri, 1990.

40 Pourtant le Qatar, comme l’ensemble des pays arabes du Golfe, a fait le choix officiel d’afficher une identité culturelle maritime, en adéquation avec l’activité perlière ancienne. En 1980, dans une interview diffusée par la presse, le directeur de la Chambre de commerce évoquait l’histoire du Qatar selon un schéma khaldounien : le pays serait passé de l’errance de la vie bédouine à la civilisation via la culture maritime et citadine, cf. Gulf Times, 31 août 1980 (suppl.). Jusqu’en 2007 cette date célébrait alors l’indépendance du pays.

41 Dans le nouveau gouvernement de juin 2013, le ministre de la Planification, du développement et de la statistique, Ṣāliḥ b. Muhammad b. Sālim Āl Nabīt, est issu d’un lignage des Āl Murra.

42 Appadurai, 2001, p. 203‑207.

43 F. Dazi‑Héni, 2006, p. 187.

44 State of Qatar, 2006, p. 94.

45 En 2010, le pays comptait 1 279 547 habitants, cf. www.qsa.gov.qa. En 2013, la presse indiquait une population totale de 2 068 050, avec un accroissement de 12 % en moins d’un an, The Peninsula, 2 et 4 décembre 2013.

46 State of qatar., p. 124, 132.

47 Ibid, p. 124

48 www.qsa.gov.qa/ Les pourcentages de 2010 ont été calculés par l’auteure.

49 State of Qatar, p. 124.

50 www.qsa.gov.qa/ Pourcentages calculés par l’auteure.

51 State of Qatar, p. 132.

52 www.qsa.gov.qa/. Les pourcentages ont été calculés par l’auteure ; notons que les 5,12 % manquant du total pourraient correspondre aux taux de chômeurs et de retraités.

53 « Welfare » est le terme le plus couramment utilisé au Qatar pour parler d’« État providence ».

54 Cette sociabilité de bureau a cependant contribué à atténuer le fort cloisonnement existant dans l’ensemble de la société : petits déjeuners pris ensemble, organisation de sortie en mer ou dans le désert pour les hommes… ; tandis que la séparation entre qabīlī et les autres groupes sociaux restait marquée dans l’espace (quartiers) et du fait des interdits matrimoniaux notamment.

55 Montigny, 1996 (a).

56 Quelques services administratifs furent créés en 1965 par Aḥmad b. ‛Alī Al Thānī, le Cheikh de l’époque, et les représentants locaux du pouvoir britannique. Cf. F.O. 371‑179868, Internal Political Situation.

57 Une sélection est effectuée en fonction des résultats scolaires. Toutefois, les parents maintiennent une stratégie de diversification des filières pour leurs enfants. Selon eux cela permet de prévoir les changements d’orientations économiques. D’après mes observations, les stratégies d’emploi répondent aux attributs de prestige — à l’endroit des parents et des enfants — et des relations fonctionnelles.

58 Dès 1975, les chefs de gouvernement des pays arabes du Golfe ont cherché à compenser les effets du changement social en organisant des manifestations censées évoquer le patrimoine bédouin (al‑turāth al‑‛arabī) et le patrimoine maritime (al‑turāth al‑ba), composantes du patrimoine populaire (al‑turāth al‑sha‛bī). À la même période, soucieux d’affirmer leur identité culturelle ancienne, ils ont fait appel à des préhistoriens et archéologues susceptibles d’en trouver des témoignages matériels.

59 Montigny, 2007.

60 Micheron, 2013.

61 Nasser Al‑Othman, écrivain‑journaliste, a recueilli de nombreux témoignages dans ce sens, cf. al‑Othman, 1984.

62 Longuenesse, 1990.

63 Avec la baisse de la fécondité (résultant de l’élévation du niveau de vie, de l’instruction féminine, etc.), il n’y a plus que 25 % de chance d’avoir un garçon lorsque la famille a 2 enfants ; (information rappelée par Y. Courbage lors d’un séminaire sur la famille en 2013). Elles sont dès lors un enjeu important.

64 Shaykh Khalīfa a été le tout premier ministre de l’Éducation, de 1957 à 1964. Lors de la création des premières écoles d’éducation moderne, en 1953 et 1955 (respectivement destinés aux garçons et aux filles), le directeur de l’éducation était un des principaux notables marchands Ḥūwala (d’origine iranienne), Jāsim Darwīsh. Shaykh Khalīfa était lui‑même chargé de l’éducation. Cf. F.O. 1016‑518 (1956, Annual Report for 1955 ; F.O. 371‑126869 (1957) ; F.O. 371‑126871 (1957), Diary n°1 ; F.O. 371‑126872 (1957) ; F.O.371‑126873 (1957) Diary n° 9. À cette époque, Shaykh Khalīfa était décrit par les Britanniques comme « pro‑nassérien ». En 1976, par décret du conseil des ministres, furent instaurés des cours du soir d’alphabétisation pour femmes adultes, cf. Abu Saud, 1984, p. 121‑123.

65 La distinction que j’ai établie parmi les familles commerçantes contemporaines d’origine bédouine me semble toujours valable : les plus dynamiques et les plus riches ont été les premières à se sédentariser au début du xxe siècle pour se lancer dans le commerce des perles naturelles. Cf. Montigny, 1996 (a).

66 Arkoun, 1988, p. 24.

67 L’indignation fut dirigée tout autant contre les mères que contre les employées non arabes. CfMontigny, 1996 (b).

68 L’argument des femmes était que la police assurant le contrôle de la circulation était étrangère, donc qu’elle ne pouvait se permettre de les arrêter pour vérifier leurs papiers.

69 Malgré l’appréciation favorable de certaines femmes, il est le plus souvent évoqué avec mépris au Qatar. D’après les Qataris, ce mariage n’est pas comparable au mua’ qui existe chez les chiites. Peut‑être n’est‑ce qu’une manière de se différencier, toute comparaison avec cette communauté étant rejetée dans ces pays du Golfe à dominance sunnite. Certains Qataris jugent cette institution récente comme une forme de prostitution légalisée.

70 Longva, 1997.

71 Ceci, malgré une très forte augmentation des salaires accordée par le gouvernement à l’occasion du ‛ayd al‑fir (fin du ramadan) en 2011 à tous les salariés qataris de la fonction publique. Parmi ceux interviewés lors de l’hiver 2010, ils évoquaient déjà cette possibilité comme moyen d’empêcher toute revendication éventuelle pouvant faire suite au « printemps arabe ».

72 La première association féminine a été inaugurée le 22 février 1982 à l’occasion de la fête nationale qui marquait alors la date anniversaire de la prise de pouvoir de Shaykh Khalīfa. Elle portait le nom de « The Women’s Branch of the Qatar Red Crescent Society », et était dirigée par une des sœurs de ces notables marchands de la famille Darwīsh. Cf. Abu Saud, 1982, p. 126‑127.

73 Cette solitude des femmes était renforcée par le fait que l’habitation n’abrite plus la famille étendue, seulement la famille nucléaire. Et la bienséance veut qu’une épouse ne sorte pas le soir sans son mari ou un aîné de la famille.

74 Arkoun, 1988, p. 25.

75 Arkoun, 1988, p. 25‑26.

76 Boniface, 2004.

77 Voir Appadurai, 2001.

78 Halbwachs, 1997, p. 177‑189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anie Montigny, « Les représentations du changement dans la société qatarie, d’un émir à l’autre (1972–2013) », Arabian Humanities [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cy.revues.org/2728 ; DOI : 10.4000/cy.2728

Haut de page

Auteur

Anie Montigny

Muséum National d’Histoire Naturelle (UMR 7206, Hommes‑Nature‑Sociétés).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org