Navigation – Plan du site
Lectures

Aaron D. Rubin, The Mehri Language of Oman

Leiden‑Boston, Brill, 2010, xx + 362 pages
Marie-Claude Simeone-Senelle
Référence(s) :

Aaron D. Rubin, The Mehri Language of Oman, Leiden‑Boston, Brill, 2010, xx + 362 pages.

Texte intégral

  • 1 Stroomer H., Mehri Texts from Oman, based on the Field Materials of T.M. Johnstone, Wiesbaden, Harr (...)
  • 2 Abréviations utilisées ici : SAM : sudarabique moderne ‑ ML : Mehri Lexicon (Johnstone T. M. 1987) (...)

1Cet ouvrage est le fruit d’un travail considérable, réalisé à partir de données difficiles à traiter. Pour élaborer sa grammaire du mehri parlé en Oman, A. Rubin disposait d’une édition de matériaux de terrain recueillis dans les années 1970 par T.M. Johnstone1, éminent linguiste sémitisant, spécialiste des langues SAM parlées en Oman2. Ces 106 textes relevés auprès de locuteurs natifs, transcrits et traduits, composent un corpus exceptionnel et exclusif. Cependant, leur transcription et leur traduction, non revues par Johnstone, laissent en suspens un certain nombre de questions. A. Rubin a aussi eu accès à l’enregistrement audio, de médiocre qualité, de 87 de ces textes. Cependant il n’a pas pu se rendre sur le terrain, ce qui constitue un handicap pour l’étude d’une langue comme le mehri qui possède des particularités phonologiques et phonétiques insaisissables sans le recours à l’oralité.

  • 3 Bittner M., 1909–1915, et Wagner Ew., 1953, cités par Rubin, p. 331‑332 et p. 339.

2Ces textes sont essentiels, ils sont les premiers et les seuls à porter sur le parler d’Oman. Ils complètent l’important corpus en mehri du Yémen, édité au début du siècle dernier et sur lequel reposent des analyses grammaticales très fines3. Rubin s’inscrit dans une approche identique, même s’il avoue (p. 10) avoir évité au maximum de recourir à ces études, de crainte d’être influencé dans sa démarche.

  • 4 Lonnet A. et M.‑Cl. Simeone‑Senelle, « La phonologie des langues sudarabiques modernes », in Phonol (...)

3Le livre, composé de 13 chapitres de grammaire, est de facture classique. Dans l’introduction (p. 1‑12), l’auteur, après avoir localisé l’aire du mehri (malheureusement sans donner de carte), présente succinctement le groupe SAM auquel appartient la langue et fait l’historique de la découverte des langues. Vient ensuite un court chapitre (17 p.) dédié à la phonologie. Cette partie est peu consistante, A. Rubin ayant renvoyé, dès la p. 9, à un article de phonologie4, dont il faut cependant relever que les auteurs, spécialistes des langues du Yémen, n’ont pas d’expérience du terrain omanais. On retient surtout le sort fait aux voyelles et à l’accent de mot : /i/ est exclu du système vocalique (p. 22), alors que les nombreux exemples de duels attestent l’existence du phonème ; l’accent n’est noté qu’exceptionnellement, l’auteur ne voulant pas suivre la notation de Stroomer qu’il juge incohérente, voire incorrecte (p. 30).

4Les trois chapitres suivants sont consacrés respectivement aux pronoms (p. 21‑57), aux noms (p. 58–75) et aux adjectifs (p. 77‑88). Le quatrième, le plus important de l’ouvrage (p. 89‑171), contient deux sous‑chapitres consacrés à la morphologie et à la syntaxe du verbe. Ensuite, cinq chapitres abordent les autres parties du discours : prépositions (p. 173‑208), numéraux (p. 209‑218), adverbes (p. 219‑223), interrogatifs (p. 225‑233), et particules (p. 235‑258). Ces dernières regroupent les conjonctions de coordination, les exclamations, les vocatifs, la marque du génitif, et enfin les « Miscellaneous Particles », incluant des particules préverbales, modales, ou encore des copules comme bər… Un chapitre syntaxique (p. 259‑305) et le relevé de ‘formes arabes’ (p. 307‑309) ferment la grammaire.

5Chaque chapitre est très abondamment illustré par des exemples tirés exclusivement des textes de Johnstone, et de nombreuses notes complètent les commentaires de A. Rubin sur des points précis. Mais cette grammaire est relativement absconse. Le lecteur peut être désarçonné par une accumulation de données mal sériées, dont il lui est difficile d’extraire l’essentiel, par le manque de rigueur du plan (par exemple, l’étude des numéraux séparée de celle des noms, la reprise d’un même élément dans des chapitres différents), et par de nombreuses digressions. Il se heurte surtout à une difficulté majeure engendrée par l’absence totale de glose qui laisse certains exemples complètement incompréhensibles. La seule traduction en anglais ne permet pas de rendre compte ni de la morphologie (comme l’opposition de nombre duel/pluriel, ou singulier/ pluriel pour le pronom de 2e personne, l’opposition de genre aux 2e et 3e personnes pluriel), ni de la syntaxe du mehri.

6Un autre défaut de l’ouvrage réside dans les corrections systématiques, rarement signalées ou explicitées, apportées par l’auteur à la traduction de Johnstone et Stroomer. Il est pénible pour le lecteur de devoir se reporter à l’ouvrage de Stroomer pour apprécier si l’initiative de A. Rubin est fondée ou non. Si quelques modifications se justifient pleinement, on se demande en quoi, par exemple, ‘rock’ (p. 57, ex. 89:3) est plus précis que ‘stone’ (Str. p. 237:3) ; ou ‘community’ (p. 56, ex. 94:41) moins maladroit que ‘settlement’ (Str. p. 261:41). Certains remaniements peuvent même induire en erreur sur la structure de la phrase : ainsi p. 55, ex. 74:6, la traduction de əlhān bərkīhem par ‘all that was in them’ corrige (Str. p. 192:6) ‘everything in them’, qui pourtant rend parfaitement compte de la phrase nominale du mehri. Il y a des pages où aucune traduction n’échappe à ce traitement (cf. les 11 exemples p. 270). La ‘correction’ peut affecter un lexème et/ou la ponctuation, une proposition, voire tout l’énoncé, mais rien ne permet de savoir à quel degré A. Rubin est intervenu dans la phrase. Retouches, révisions non expliquées peuvent aussi être mal interprétées et avoir un effet retors en jetant la suspicion sur le travail de Stroomer, mais également, par un effet boomerang, sur celui de l’auteur.

  • 5 Voir Simeone‑Senelle M.‑Cl. « Compte rendu de Johnstone, T.M. Mehri Lexicon and English‑Mehri Word‑ (...)

7Les corrections portant sur la transcription (environ 450) sont dûment répertoriées en appendice (p. 311‑330), certaines sont commentées brièvement et avec précaution. L’auteur prend le parti de remplacer e par ə, non seulement dans les paradigmes verbaux en se référant aux tableaux dans ML (p. xxi‑lxx) mais dans tout l’ouvrage. Or, même en se référant aux deux manuscrits reproduits dans Stroomer (p. xiv‑xvi), où il apparaît que Johnstone a transcrit différemment quand il écrivait à la main (ə est alors noté et s’oppose à e) et quand il tapait à la machine, dépourvue du caractère ə (tout est uniformément noté e), la substitution ne peut être automatique. Ainsi, p. 61, substituer ətroh (ex. 65 :11) à etroh est erroné, car ici e est un allophone de i, marque du duel : /awr‑i troh/ > ici [awr etroh]. Avant d’accepter ces corrections, il faut savoir que Johnstone avait une excellente oreille, qu’en plus de l’arabe, il connaissait plusieurs langues SAM, et que les écarts dans sa transcription sont souvent motivés. Les textes ont été recueillis auprès de différents locuteurs5 et les données enregistrées proviennent peut‑être d’un informateur qui n’est pas celui dont les paroles sont transcrites. Il a pu, comme le suggère A. Rubin, lire une transcription qui n’était pas celle de son parler, ou encore traduire directement en mehri un texte arabe, ce qui expliquerait aussi les hésitations et les bafouillages entendus sur la bande sonore. Il semble donc bien difficile et ambitieux de prétendre ‘corriger’ ce travail sans avoir eu accès à des vérifications plus fiables que des bandes de mauvaise qualité.

8Trop souvent l’analyse grammaticale est élaborée non pas à partir du texte mehri mais de sa traduction en anglais. La façon dont est abordée l’étude des complétives est un exemple. Prenant pour base la construction de ces subordonnées en anglais, l’auteur étudie la façon dont le mehri rend (traduit ?) ces constructions (p. 285‑294). Des effets de traduction induisent des interprétations fautives : ainsi, p. 53, il parle d’omission ‘optionnelle’ du relatif en mehri en se basant sur la traduction anglaise — qui, elle, exprime toujours le relatif.

9La terminologie utilisée peut surprendre. Elle est parfois inadaptée : ainsi ‘Ethiopic’ (p. 7) pour désigner les langues sémitiques méridionales de la Corne de l’Afrique (au lieu de éthio‑/afro‑sémitique). Des termes sont cantonnés au domaine sémitique (strong verbs, la dénomination des formes verbales…). ‘Pronom relatif’ (p. 51) est utilisé pour ‘particule relative’ ou ‘relateur’ (morphème invariable, polyfonctionnel : joncteur dans les constructions génitivales, et connecteur entre complétive et principale) ; ‘reader’ pour ‘locuteur’, ‘letter’ pour ‘consonne’ ou ‘phonème’. G ‑/ D‑/ L‑stems, non répertoriés comme abréviations, apparaissent avant d’être explicités et ne correspondent pas à la terminologie en usage. Le recours à ‘Grundstamm (= G)’, pour désigner la forme verbale de base (p. 89), est inhabituel. Et, si tout sémitisant sait que le système verbal du sémitique repose sur une opposition aspectuelle binaire — accompli (perfective) vs inaccompli (imperfective) —, l’auteur présente le système verbal comme un système tensé (cf. ch. 7). Les valeurs temporelles et aspectuelles s’entremêlent (cf. bas des p. 123, 125), et il conclut par là où on s’attendait qu’il commence (p. 124) : ‘the imperfect is basically an imperfective’. On ne comprend pas non plus ce qu’est la ‘copule’ : le titre, Copular (Non‑Verbal) sentences, la très brève explication et les exemples (p. 259) présentent les phrases à copule comme étant dépourvues de verbe, mais les sous‑paragraphes suivants traitent de deux verbes d’existence, wīa et yəkūn, auxquels est reconnu un fonctionnement de copule.

10Tout au long de son ouvrage, en s’efforçant de dégager des règles, l’auteur a tendance à standardiser le parler qu’il décrit. Il ne tient pas compte du fait que les énoncés peuvent varier en fonction de l’idiolecte ou du dialecte. Une langue vivante, par définition, fluctue, varie en fonction de celui qui parle, et si l’énoncé du locuteur n’entre pas dans le cadre qu’on a élaboré, dans ce qu’on pense être la norme, ce n’est pas parce qu’il ‘commet une faute’ (cf. p. 301, à propos de l’exemple 94:20). Cette attitude normative s’exprime aussi dans la reconstruction de formes non attestées dans les textes et que l’auteur n’a pas pu éliciter. On peut se demander l’intérêt d’une telle démarche pour des formes qui n’ont peut‑être jamais existé (cf. p.49, pour le duel du pronom réfléchi ; p. 51, le duel des pronoms réciproques) et, de plus, dans une grammaire qui ne se veut ni historique ni comparative. Tous les paradigmes verbaux proviennent du ML (p. xxi‑lxix), mais certaines conjugaisons ont été illustrées par un autre lexème verbal que celui utilisé dans ML. Le calque cependant s’est déplacé pour le pluriel du subjonctif passif, et les cinq formes du paradigme sont fausses (p. 91).

  • 6 Simeone‑Senelle M.‑CL., The Modern South Arabian Languages, The Semitic Languages, Hetzron R. Ed. (...)

11Des faits linguistiques repérés en mehri sont jugés hâtivement comme inhabituels en sémitique, alors qu’ils sont bien attestés dans d’autres langues sémitiques méridionales et déjà relevés par d’autres linguistes (cf. p. 33, pour l’expression de la possession par un pronom personnel indépendant clitique du marqueur de génitif : c’est la règle en soqotri6 et dans des langues sémitiques d’Érythrée et d’Éthiopie).

  • 7 Al‑Aidaroos Mustafa Z., “An Introduction to the Mehri Tongues”, Journal of Social Sciences and Huma (...)
  • 8 Morris, M., Some Preliminary Remarks on a Collection of Poems and Songs of the Batahirah”, Journal (...)

12Parmi les oublis dans les références, signalons l’article de Mustafa Z. Al‑Aidaroos7 et le travail de Miranda Morris8 sur le baṭḥari.

13Cette première grammaire sur le mehri d’Oman, élaborée au prix d’un énorme travail et avec beaucoup d’enthousiasme, peut constituer, malgré ses défauts, un outil utile, s’il est utilisé avec précaution. L’élan lyrique (p. 309) qui conclut l’ouvrage traduit la passion qui anime A. Rubin. Pour lui, la langue mehri est la représentante la plus « vibrante » d’une branche ancienne du sémitique. Il faut saluer cette implication personnelle de l’auteur, essentielle à un travail de longue haleine. Mais n’oublions pas pour autant le ḥarsūsi, le jibbāli/šḥeri, le hōbyot, le baṭḥari, le soqoṭri aussi précieuses et représentatives, plus menacées et moins décrites que le mehri (certaines restant encore pratiquement inexplorées), langues dont il faut encourager l’étude avant qu’elles ne tombent définitivement dans l’oubli.

Haut de page

Notes

1 Stroomer H., Mehri Texts from Oman, based on the Field Materials of T.M. Johnstone, Wiesbaden, Harrassowitz, 1999.

2 Abréviations utilisées ici : SAM : sudarabique moderne ‑ ML : Mehri Lexicon (Johnstone T. M. 1987) ‑ Str. : Stroomer 1999).

3 Bittner M., 1909–1915, et Wagner Ew., 1953, cités par Rubin, p. 331‑332 et p. 339.

4 Lonnet A. et M.‑Cl. Simeone‑Senelle, « La phonologie des langues sudarabiques modernes », in Phonologies in Asia and Africa Vol. 1, Kaye Al. Ed., Einsenbrauns, Winona‑Lake, 1997, p. 337‑372.

5 Voir Simeone‑Senelle M.‑Cl. « Compte rendu de Johnstone, T.M. Mehri Lexicon and English‑Mehri Word‑List. London, SOAS, 1987 », Bulletin Critique des Annales Islamologiques No. 5, 1988, p. 4‑9.

6 Simeone‑Senelle M.‑CL., The Modern South Arabian Languages, The Semitic Languages, Hetzron R. Ed., London, Routledge, 1997, p. 389.

7 Al‑Aidaroos Mustafa Z., “An Introduction to the Mehri Tongues”, Journal of Social Sciences and Humanities, Vol. 1, No. 1, June 1996, p. 2‑46.

8 Morris, M., Some Preliminary Remarks on a Collection of Poems and Songs of the Batahirah”, Journal of Oman Studies, Vol. 6/1(6/1), 1983, p. 129‑144.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claude Simeone-Senelle, « Aaron D. Rubin, The Mehri Language of Oman », Arabian Humanities [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 10 avril 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cy.revues.org/2703

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Simeone-Senelle

Directrice de recherche émérite ‑ CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org