Navigation – Plan du site
Lectures

Toby Matthiesen, Sectarian Gulf: Bahrain, Saudi Arabia, and the Arab Spring That Wasn't

Stanford, Stanford University Press, 2013, 208 pages
Olivier Da Lage
Référence(s) :

Toby Matthiesen, Sectarian Gulf: Bahrain, Saudi Arabia, and the Arab Spring That Wasn't, Stanford, Stanford University Press, 2013, 208 pages.

Texte intégral

1Il arrive à certains observateurs d’avoir la chance de se trouver au bon endroit au bon moment : c’est à l’évidence le cas de Toby Matthiesen, qui atterrit à Bahreïn le 15 février 2011, au lendemain de la mobilisation du « jour de la colère » marquant le dixième anniversaire des promesses non tenues du référendum sur la charte nationale proposée par le souverain local, cheikh Ḥamad promettant le retour à la vie parlementaire suspendue en 1975. Dans les jours qui suivent, l’auteur se trouve aux premières loges pour observer les manifestants et la répression meurtrière qui s’abat sur eux. Il constate au fil des semaines que l’unité des opposants chiites et sunnites se distend pour se briser sur le mur d’un communautarisme encouragé et exploité sans nuance par la dynastie au pouvoir des Al Khalīfa.

2La présence de l’auteur sur les lieux qu’il observe est ce qui donne à cet ouvrage, écrit à la première personne, son ton si particulier : l’auteur, sans rien abandonner de sa rigueur académique — ainsi qu’en atteste un abondant appareil de référence — s’y fait aussi le témoin direct des événements qu’il rapporte et tente d’analyser. Si la démarche gênera certains universitaires, on pourra aussi la trouver salutaire : d’une part, ce témoignage est une source à manier comme toutes les autres. D’autre part, on pourra faire valoir qu’il n’est pas une compilation de récits d’autres observateurs plus ou moins anonymes. Tout en jouant Candide, Toby Matthiesen a l’érudition tant historique que linguistique suffisante pour mettre en perspective ce que lui relatent ses interlocuteurs, quelle que soit leur communauté d’appartenance. Il ne manque d’ailleurs pas de montrer que des lignes de fracture apparaissent rapidement. Ainsi, il relate la crainte éprouvée par cette jeune militante sunnite rencontrée le 15 février sur la place de la Perle de Manama, crainte qui se traduit, par un changement de camp : la jeune femme manifeste, quelques semaines plus tard, aux côtés des partisans sunnites de la famille royale contre la menace chiite qui,selon eux, se profile derrière ces manifestations…

3Sur les sept chapitres de Sectarian Gulf, les quatre premiers sont consacrés à Bahreïn, le cinquième à l’Arabie saoudite, le sixième au Koweït, et le dernier au « Printemps arabe », et par là-même, à ses conséquences sur les autres pays du CCG (Qatar, Oman et Émirats arabes unis). Ce livre analyse donc la situation des monarchies du Golfe en général, mais il accorde une attention toute particulière à Bahreïn, et ce déséquilibre est bienvenu : la crise du petit royaume est emblématique de la crispation communautaire (« sectarian ») qui traverse la péninsule Arabique. Elle n’a pourtant rien de nouveau. Mais ce que montre son livre, tant par ses témoignages, recueillis principalement à Bahreïn et dans la Province orientale d’Arabie saoudite, que par l’analyse des processus à l’œuvre, c’est que ce clivage n’est pas seulement l’effet mécanique d’une crise en développement : il est au contraire l’instrument principal de la stratégie des dirigeants sunnites du Golfe pour préserver leur pouvoir, diviser l’opposition, et dévier les mécontentements vers l’ennemi régional, autrement dit l’Iran, publiquement accusé de fomenter les troubles qui secouent les monarchies.Cette stratégie est mise en œuvre avec une détermination sans faille à Bahreïn et en Arabie saoudite, non sans succès pour les autorités d’ailleurs. Le récit officiel des manifestations diffusé par les gouvernements réussit dans une large mesure à délégitimer la contestation chiite auprès de populations sunnites qui se convainquent que l’Iran est derrière le mouvement. En retour, une partie de la contestation chiite se radicalise à son tour et demande la chute des régimes, voire la mort des dirigeants, confortant en cela les craintes sunnites. La boucle est bouclée et la prophétie autoréalisatrice s’accomplit.

4L’auteur revient longuement, dans les chapitres consacrés à Bahreïn et à l’Arabie saoudite, sur les différentes composantes de la communauté chiite du Golfe (Baharnas d’origine bahreïnie, Ajams d’origine iranienne) ainsi que leurs différents courants politiques (al-Wifāq, al-Ḥaqq, Shirāzīs, Hezbollah…). Il rappelle à juste titre les tentatives réussies du roi Abdallah Al Sa‛ūd, au début des années 2000, de coopter une opposition revenue d’exil ou libérée de prison. Mais les tensions communautaires qui ont émergé à la fin de 2010 et dans toute la période qui a suivi marquent l’échec de cette stratégie, la jeune génération des chiites saoudiens tournant le dos au dialogue avec un État qui ne développe à l’égard des chiites qu’une politique répressive. Par crainte d’une contagion dans la Province orientale, les dirigeants saoudiens décident, sous couvert de la force « Bouclier de la Péninsule » du Conseil de coopération du Golfe, d’envoyer ses soldats le 14 mars 2011 (un mois après le début de la contestation) pour appuyer les forces de sécurité de Bahreïn. « Bouclier de la Péninsule », qui se voulait une « force de déploiement rapide » destinée à défendre les pays membres du CCG, est une armée non permanente composée d’unités de chacun des pays membres qui lui sont affectées. De fait, elle est davantage destinée à défendre les régimes en place qu’à repousser un agresseur extérieur, ainsi qu’on a pu s’en rendre compte lorsque l’Irak a envahi le Koweït en 1990. Comme le souligne Matthiesen, « les réseaux sociaux sont une bonne méthode pour organiser les révolutions, mais les fusils et les chars sont des instruments très efficaces pour les écraser ».

5Malgré le rôle de couverture médiatique que jouent les réseaux sociaux, l’auteur note que la contestation violente, qui n’a pas faibli depuis la fin 2010 dans la région de Qatīf ou d’al-‛Awāmiya, n’est, pour ainsi dire, jamais évoquée par les médias occidentaux. La situation locale se caractérise pourtant par un remarquable et incessant enchaînement de manifestations, de répression meurtrière et de funérailles publiques.

6Après ces longs développements consacrés à Bahreïn et à l’Arabie, nourris d’observations et de témoignage de première main, Toby Matthiesen expose plus rapidement la situation dans les autres monarchies. Non par manque d’informations, mais par choix. Un choix assumé car pour l’auteur, la clé des événements qui ébranlent la Péninsule est à trouver dans la dynamique qui affecte Bahreïn et l’option contre-révolutionnaire mise en œuvre par l’Arabie. Le Koweït, où la semi-démocratie parlementaire existant depuis plus de cinquante ans est aujourd’hui bloquée, a lui aussi été le théâtre de manifestations, fin 2012. Cependant, l’objectif des opposants était bien différent de celui des opposants saoudiens et bahreïnis : au Koweït, la revendication principale concernait le poste de Premier ministre qui, selon les opposants, devait s’ouvrir à d’autres candidats que ceux de la famille régnante des Al Sabah. Autre particularité de l’émirat : l’élite politique chiite du Koweït soutient fermement la famille au pouvoir qui est confrontée à une coalition hétéroclite de salafistes sunnites et d’anciens militants de gauche ou nassériens. Au sultanat d’Oman, où la contestation politico-sociale a brisé un tabou en mettant en cause la personne du sultan Qabūs, la répression a été sans faille, quitte à faire libérer les meneurs quelques mois plus tard. Là aussi, l’élite chiite a apporté son soutien au souverain ibadite. Aux Émirats arabes unis, les dirigeants ont réprimé énergiquement quelques dizaines d’universitaires pétitionnaires proches des Frères musulmans qui n’avaient quant à eux rien de chiite. T. Matthiesen expose, pour finir, le cas du Qatar, qui a pratiquement été épargné par le mouvement de contestation qu’il a soutenu partout en dehors du CCG. Les dirigeants ont veillé à ce qu’aucune opposition ne s’exprime chez eux, et le contrôle de l’expression publique y est fermement assuré, ainsi qu’en témoigne la condamnation à la prison à perpétuité (commuée ultérieurement à quinze ans) d’un poète qui avait eu le tort de critiquer de façon allusive, mais publiquement, la famille régnante des Al Thānī.

7Au final, si l’analyse de la situation dans les autres pays du CCG que Bahreïn et l’Arabie est quelque peu lacunaire, l’intérêt de la thèse centrale de l’ouvrage n’a pas été déçu : « le Printemps arabe a conduit au Golfe divisé selon des lignes communautaires » que nous observons désormais. Cette réalité a largement été ignorée par les Américains et les Européens qui, afin de ne pas compromettre leurs intérêts dans la région, ont laissé faire ceux que Toby Matthiesen qualifie péjorativement d’« entrepreneurs de l’identité communautaire ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Da Lage, « Toby Matthiesen, Sectarian Gulf: Bahrain, Saudi Arabia, and the Arab Spring That Wasn't », Arabian Humanities [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 01 mai 2017. URL : http://cy.revues.org/2701 ; DOI : 10.4000/cy.2701

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org