Navigation – Plan du site
Villes et dynamiques urbaines en péninsule Arabique
1. Croissances, politiques et projets

Ras al‑Khaïmah, l’essor récent d’une ville moyenne du Golfe

Ras al‑Khaimah : the recent dynamics of a middle size city of the Arab‑Persian Gulf
Brigitte Dumortier

Résumés

Ras al‑Khaïmah (Ra’s al‑Khayma) est un émirat de la fédération des Émirats Arabes Unis et la capitale de cet émirat. L’article montre en quoi cette ville portuaire, malgré une assez forte spécificité, s’apparente aux villes littorales du Golfe. Comme ses voisines, elle a connu une certaine prospérité grâce à la pêche perlière, puis un déclin à partir de la fin des années 1920. Pauvre en hydrocarbures, l’émirat a bénéficié des revenus du pétrole par le biais du budget fédéral et de la valorisation industrielle de ses ressources géologiques.
Aujourd’hui, on peut se demander si, avec ses zones franches, sa réforme foncière, ses complexes touristiques internationaux et ses programmes immobiliers, Ras al‑Khaïma ne va pas devenir un modèle réduit de Dubaï. L’hypothèse mérite de sérieuses nuances, en raison d’une histoire spécifique et d’une échelle spatiale très différente. Ras al‑Khaïma ne participe‑t‑elle pas plutôt d’une spécialisation et d’une hiérarchisation des territoires dans le cadre de la mégalopole qui émerge autour d’Abu Dhabi ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Abou Dhabi, Doubaï, Sharjah, Ajman, Umm al Qaiwain, Ras el Khaïmah et Foujeirah.
  • 2 On trouvera une interprétation chorématique de cette mégalopole émergente dans Cadène et Dumortier, (...)

1Ras al‑Khaïmah (Ra’s al‑Khayma) désigne à la fois le plus septentrional des sept émirats de la fédération des Émirats arabes unis1 et la capitale de cet émirat. Si elle s’apparente au modèle des villes littorales du Golfe, Ras al‑Khaïmah présente toutefois une assez forte spécificité tant du point de vue du milieu naturel environnant que des héritages historiques avec les implications identitaires et politiques qui en découlent. Par ailleurs, à la différence d’Abu Dhabi, la capitale fédérale, Ras al‑Khaïmah est la capitale d’un émirat quasiment dépourvu d’hydrocarbures. Cela n’empêche pas le gouvernement, en relation avec des entrepreneurs privés locaux ou des investisseurs étrangers, d’afficher de grandes ambitions. Sur les plans du développement et de l’urbanisme, la frontière entre virtuel et réel s’estompe comme souvent sur les documents et les sites internet consacrés aux projets d’urbanisme dans le Golfe. Certaines propositions peuvent sembler surdimensionnées ou irréalistes, et l’ensemble donne l’impression (l’illusion?) que Ras al‑Khaïmah va se muer en un modèle réduit de Dubaï. Au‑delà des doutes sur la faisabilité de certains projets et face à des réussites réelles, la véritable question est de savoir si Ras al‑Khaïmah peut devenir, à moyen terme, une concurrente d’autres villes littorales du Golfe, ou si elle participe simplement d’une spécialisation et d’une hiérarchisation des territoires. Ce processus inhérent à la mondialisation se déroulerait ici dans le cadre d’une mégalopole d’un nouveau genre en émergence sur la rive arabe du Golfe2.

  • 3 Nous indiquons les distances par la route et non les distances orthodromiques (à vol d’oiseau) qui (...)
  • 4 Les chiffres de population sont ceux des villes et non des Émirats.

2Pour répondre à la question, nous analyserons, à partir de la documentation existante, d’enquêtes de terrain et d’entretiens avec des acteurs locaux, les composantes de l’essor récent de cette ville moyenne. Le souci de mettre en évidence le lien entre politique économique et dynamiques urbaines conduira à privilégier une approche institutionnelle et fonctionnelle plutôt qu’une approche morphologique. Mais il importera de présenter auparavant les particularités de Ras al‑Khaïmah afin de resituer la ville (122 000 hab. en 2010) dans le contexte de l’urbanisation rapide de la région, puisqu’elle constitue l’extrémité du chapelet de villes côtières émiriennes de taille inégale et qui sont, chacune, la capitale de l’émirat du même nom. Ras al‑Khaïmah se situe, en effet, à 250 kilomètres3 au nord d’Abu Dhabi (925 500 hab. en 2010), 110 km au nord de Dubaï (1 500 000 hab.), 105 km de Sharjah (805 000 hab.), 85 km de ‛Ajmān (225 150 hab.) et 55 km d’Umm al‑Qaywayn (46 000 hab.)4.

Fig. 1 – La ville et l’émirat de Ras al‑Khaïmah.

Fig. 1 – La ville et l’émirat de Ras al‑Khaïmah.

Une ancienne puissance maritime

  • 5 Potts, 2000.
  • 6 Cet évènement dont l’historicité n’est pas avérée aurait eu lieu sous le règne de Manishtusu, souve (...)

3Comme beaucoup d’autres villes du Golfe et contrairement à une idée reçue, Ras al‑Khaïmah n’est pas née ex nihilo. Au débouché du Golfe sur l’océan Indien, au pied de la terminaison septentrionale des monts Ḥajar, riches en eau et en ressources minérales, sur une côte offrant des havres naturels, Ras al‑Khaïmah s’inscrit dans une longue histoire mise en avant pour célébrer une grandeur passée fondée sur l’ouverture maritime. Les fouilles menées dans la région montrent des traces d’une occupation humaine continue depuis 7000 ans. Des arguments archéologiques et géologiques permettent de penser que le pays de Magan, mentionné vers 2300 av. J.‑C. dans un texte cunéiforme et dont la localisation a longtemps alimenté les spéculations, correspond à la péninsule Omanaise, c’est‑à‑dire au nord de l’Oman actuel et aux Émirats du nord5. Il est aujourd’hui avéré que la façade occidentale de la péninsule Omanaise fut très précocement intégrée dans des circulations maritimes internes au Golfe ainsi qu’entre le Golfe et l’océan Indien. Des organismes urbains s’échelonnaient sur le littoral du golfe Persique méridional et du golfe d’Oman. D’ailleurs des textes akkadiens évoquent une expédition navale victorieuse contre une ligue de « trente‑deux villes » du pays de Magan6. Légèrement plus tardifs, des textes assyriens évoquent déjà une autre ressource du Golfe méridional : les perles.

  • 7 Viaggio dell'Indie Orientali, di G. B. Gioielliero Venetiano, nel quale si contiene quanto egli in (...)
  • 8 J.G. Lorimer, Gazetteer of the Persian Gulf, Oman and Central Arabia, Vol. 1, Historical, Vol. 2, G (...)
  • 9 Cette activité allait de pair avec une organisation sociale très inégalitaire. Son financement repo (...)

4Décrite par les géographes arabes médiévaux, la pêche perlière joua un rôle dans les échanges commerciaux du Golfe dès la Renaissance, et se développa au xviiie et au xixsiècle. Les principaux bancs d’huîtres perlières se localisaient surtout au large de Bahreïn, de Qatar et du rivage occidental de l’actuel émirat d’Abu Dhabi. Mais, dans son Voyage aux Indes orientales, le joaillier vénitien Gasparo Balbi, qui visite la région vers 1580, cite Ras al‑Khaïmah parmi les ports perliers7. En 1901, Lorimer8 y dénombrait 61 bateaux et 1360 marins se consacrant à la pêche perlière9. Touchée par la concurrence des perles de culture japonaises, puis par la Crise de 1929, la pêche perlière déclina brutalement à la fin des années 1920. Mais les perles avaient contribué à la prospérité de la ville et à son insertion dans des réseaux d’affaires dépassant le Golfe et en lien avec des courtiers européens ou des intermédiaires indiens, tandis que les relations commerciales avec l’Afrique reposaient en bonne partie sur la traite jusqu’à sa disparition sous la pression britannique durant la seconde moitié du xixsiècle. Au début du xxe siècle, Ras al‑Khaïmah, qui ajoutait à la pêche perlière les ressources halieutiques, la construction de boutres et le commerce maritime, était la ville la plus peuplée du protectorat britannique des États de la Trêve.

Tab. 1 ‑ Population des villes des États de la Trêve en 1901.

Abu Dhabi

11 000

Dubaï

10 000

Sharjah

18 750

‛Ajmān

750

Umm al‑Qaywayn

5 000

Ras al‑Khaïmah

26 700

Source : J.G. Lorimer, Gazetteer of the Persian Gulf, Oman and Central Arabia, Vol. 2, Geographical and Statistical

  • 10 Conquête par Alfonso de Albuquerque de l’île d’Ormuz, un des trois points‑clé de l’empire colonial (...)
  • 11 À al‑‛Ayn aussi, dans l’émirat d’Abu Dhabi, les noyaux oasiens initiaux font désormais partie intég (...)
  • 12 Au 12e siècle, al‑Idrissi signale une barre de sable qui gênait la navigation.

5Si Ras al‑Khaïmah fut une base perlière réputée, ce n’est pas seulement parce que ses perles étaient particulièrement appréciées pour leur qualité, mais parce que le port était bien pourvu en eau et en vivres pour ravitailler les bateaux. Par rapport aux autres villes figurant dans le tableau 1, elle présente en effet la particularité d’avoir un arrière‑pays immédiat agricole et montagneux, caractéristique qui la rapproche des villes d’Oman du Nord, en particulier Ṣuḥār, qui fut un des ports majeurs de l’Islam médiéval. Du xive au xviie siècle, Ṣuḥār fut supplantée par Julfar, souvent évoquée dans les sources arabes et européennes de l’époque et contrôlée par les Portugais à partir d’Ormuz quand ceux‑ci, dès 1507, s’implantèrent dans le Golfe pour un siècle et demi10. La localisation exacte de Julfar, un temps identifiée à l’île de Hulayala, resta longtemps incertaine, compliquée par l’évolution de la ligne de rivage, d’anciens sites littoraux ne se trouvant plus sur la côte de nos jours. Toutefois, on ne doutait pas que ce port fût l’ancêtre de Ras al‑Khaïmah et l’on sait aujourd’hui qu’il se trouvait au nord de la ville actuelle. Du fait du colmatage de la lagune et du comblement, par les sédiments, des chenaux de navigation qui permettaient d’accéder au port, la ville migra. Le site archéologique de Kush, dans la petite plaine arrosée et fertile de Shimal dont les oasis se trouvent aujourd’hui aux franges de l’agglomération11, correspond à une localisation initiale occupée du ive au xiiie siècle et particulièrement active sous les Sassanides. Le site fut abandonné à la fin du xiiisiècle, probablement du fait de la fermeture du cordon littoral12, tandis qu’une ville portuaire se développait sur un nouveau site à l’emplacement d’al‑Mataf, à la périphérie de Ras al‑Khaïmah.

Figure 2 – Un glissement du site vers le Sud.

Figure 2 – Un glissement du site vers le Sud.

6Les matériaux exhumés lors des fouilles menées dans les années 1980–1990 par la mission archéologique française font apparaître Julfar comme un comptoir majeur du Golfe. Ils révèlent son importance dans les réseaux commerciaux du monde musulman et attestent la prospérité de la ville qui exportait des céramiques produites localement vers le Yémen et l’Afrique orientale, et importait des bijoux de l’Inde ainsi que des porcelaines, des céladons et des grés d’Extrême‑Orient. Julfar dispute d’ailleurs à Ṣuḥār l’honneur d’être la ville natale du navigateur Aḥmad b. Majīd, pilote de Vasco de Gama. La référence à Julfar est aujourd’hui de plus en plus fréquente dans la communication de Ras al‑Khaïmah qui s’inscrit dans un temps long plus sûrement que la plupart des autres villes du Golfe. À Ras al‑Khaïmah, on ne compte plus les entreprises qui font figurer Julfar dans leur raison sociale, à l’instar de la compagnie pharmaceutique Julphar ou les programmes immobiliers qui y font allusion, à commencer par les Julfar Towers qui dominent la ville.

7Mais une autre évocation du passé glorieux de Ras al‑Khaïmah reste d’autant plus présente qu’elle fonde le pouvoir de la famille régnante: la référence aux Qawāsim (l’émir de Ras al‑Khaïmah, tout comme celui de Sharjah, est toujours issu de cette tribu). La présence des Portugais, puis celle des Hollandais, qui, successivement, contrôlèrent la route des épices, n’empêchèrent pas le clan arabe sunnite des Qawāsim de dominer le commerce maritime dans le golfe méridional plusieurs siècles durant. Les Qawāsim étaient maîtres de ports dans les îles du Golfe, sur la côte perse, sur le golfe d’Oman. Au début du xviiie siècle, Sharjah et Ras al‑Khaïmah devinrent leurs bases principales. Ils s’installèrent sur un khor, paléo‑estuaire ennoyé hérité de périodes plus arrosées, au sud du site de Julfar. Après avoir initialement commercé avec les Anglais quand ceux‑ci prirent pied à Koweït avec l’établissement d’un comptoir de la Compagnie des Indes en 1793, les Qawāsim commencèrent à résister aux ambitions maritimes et commerciales britanniques dès 1798. Cela leur valut une réputation de piraterie, stigmatisée dans l’historiographie britannique qui changea la dénomination de la Côte des Perles en Côte des Pirates. Une première expédition de la Royal Navy contre les Qawāsim, puissance navale dotée d’une flotte de boutres, fut menée à partir de Bushayr en 1805. Une seconde en 1809 se solda par la destruction de la ville de Ras al‑Khaïmah. Dix ans plus tard, une escadre britannique venue de Bombay attaqua Ras al‑Khaïmah, détruisit la flotte de guerre des Qawāsim et s’empara de leurs ports. En 1820, une trêve maritime fut imposée aux cheikhs de la côte, évoluant en 1835 en Traité de Paix Perpétuelle qui transforma la Côte des Pirates en États de la Trêve, qui devinrent des protectorats en 1892. En 1971, année de l’Indépendance, Ras al‑Khaïmah, ancienne capitale d’un État puissant, n’entra pas dans la Fédération qui se mit en place le 2 décembre 1971, mais la rejoignit le 11 février 1972, devenant la capitale du quatrième émirat de la Fédération par ordre de puissance.

8Encore aujourd’hui, Ras al‑Khaïmah apparaît comme une ville portuaire, même si d’autres ports ont été aménagés en dehors de la ville, l’un au nord, Port Ṣaqr sur le khor de Khuwayr, l’autre au sud, Port al‑Jazīra. Traditionnellement, les boutres s’ancraient à l’abri du khor qui s’élargit en lagune et dont le fond est ourlé de mangrove. En 2004, a été décidée la construction de RAK Khor Port, à l’entrée du khor de Ras al‑Khaïmah, si bien que le port se trouve toujours au cœur de la ville. C’est un port généraliste qui accueille des cargos. Il dispose d’installations de stockage et de transbordement ainsi que d’un terminal de croisières. RAK Ports, qui administre le port de Ras al‑Khaïmah, gère aussi Port Ṣaqr, port en eau profonde spécialisé dans le trafic vraquier, mais doté depuis 2007 d’un terminal pour porte‑conteneurs, ainsi que Port al‑Jazīra qui se positionne sur la réparation et la construction navale.

9La construction et la modernisation de ces ports répondent aux besoins des zones industrielles locales, mais doivent aussi servir l’ambition de se tourner vers le commerce de transit et de réexportation, ainsi que vers le tourisme international d’une ville qui a fait le choix du développement industriel.

Le choix du développement industriel

  • 13 Cette compagnie publique fondée en 2005 a mis en place en 2011 un partenariat avec la compagnie pét (...)
  • 14 Pourcentages calculés à partir des données de UAE Yearbook 2010, Trident Press.

10Ni la première découverte d’hydrocarbures en 1976, ni celle en 1981 d’un gisement exploitable, ni la présence de sables bitumineux potentiellement exploitables, ni une production de pétrole de 15 000 barils/jour en 2008, ni les profits réalisés par RAK Petroleum13, ni une raffinerie alimentée par le brut de deux plates‑formes offshore proches de Ras al‑Khaïmah, mais situées dans les eaux omanaises, ne suffisent à faire de Ras al‑Khaïmah un émirat pétrolier. En effet, c’est Abu Dhabi qui assure 88,7 % de la production pétrolière des Émirats Arabes Unis et qui détient 94,7 % des réserves prouvées. Le reste se partage entre Dubaï (8,4 % de la production et 4,10 % des réserves), Sharjah (2,3 % de la production et 1,53 % des réserves) et Ras al‑Khaïmah (0,1 % de la production et des réserves)14. Mais ce parent pauvre parmi les producteurs d’hydrocarbures reçoit néanmoins une partie des revenus du pétrole d’Abu Dhabi par le biais du budget fédéral, instrument économique de redistribution de la rente et levier politique, ce qui l’a aidé à construire des infrastructures qui ont servi son développement et la croissance de la ville. Tandis qu’on valorise les ressources géologiques, pédologiques et hydrologiques de l’émirat en intensifiant sa production agricole et qu’on trouve des voies originales, initiant l’exploitation d’eau minérale et le thermalisme, l’industrie des matériaux de construction se développe dans la capitale en exploitant les matières premières locales, en bénéficiant d’un faible coût de l’énergie et en profitant de l’explosion du BTP dans les grandes villes du Golfe.

  • 15 Voir l’encadré sur RAK Ceramics dans Dumortier, 2007a.
  • 16 Entretien avec le Dr Khater Masaad remontant à novembre 2006.
  • 17 L’équipe de direction comprend des Libanais, des Français, des Suisses et des Allemands. Les design (...)
  • 18 Les ouvriers viennent du sous‑continent indien (Inde, Pakistan, Sri Lanka, Bengladesh), d’Indonésie (...)

11De ce point de vue, RAK Ceramics apparaît comme une entreprise emblématique15. L’entreprise a été fondée en 1990 par un ingénieur libanais diplômé de l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Ce docteur en géophysique, venu initialement pour de la prospection pétrolière, a rapidement repéré le profit à tirer du calcaire et du l’argile présents dans la chaîne sédimentaire tertiaire qui se trouve à l’Est la ville. L’actuel émir, Sa‛ūd b. Ṣaqr al‑Qāsimī, alors simplement Président de la Municipalité de Ras al‑Khaïmah, a soutenu le projet dès le départ : il a fourni le terrain et 51 % du capital. Réalisant désormais la moitié de ses ventes en dehors du Golfe, RAK Ceramics avait des clients dans les autres émirats en 1991, dans 128 pays en 2006 et plus de 160 en 2011. L’entreprise s’est diversifiée en implantant une usine de colle à carrelages sur la zone industrielle, puis en passant de la céramique au grès, et à la porcelaine avec la fabrication de sanitaires, et plus tard de vaisselle. Elle s’est internationalisée en ouvrant des unités de production au Bengladesh, en Inde, au Soudan, en Chine, en Iran, en Géorgie et au Pakistan, puis en établissant des partenariats avec des firmes européennes suisses, allemandes et britanniques. En 2011, elle emploie 8 000 personnes aux Émirats et 15 000 à l’étranger. Selon son ancien PDG16, qui en fut le fondateur, l’entreprise a bénéficié de plusieurs atouts : la mise en place d’une équipe de direction multiculturelle17 ; une main d’œuvre qualifiée bon marché18; la proximité des débouchés dans une région où l’explosion urbaine a pour corollaire une importante activité de construction, ainsi que la qualité et le faible coût des systèmes de transport vers les marchés lointains. En vingt ans, RAK Ceramics, devenue le premier fabricant mondial de carrelage en céramique, est passé du rang d’entreprise locale tournée vers les émirats voisins à celui d’entreprise globale.

12Cette success story ne doit pas faire oublier les autres industries de la ville qui possède cinq cimenteries, produisant un total de plus de 9 millions de tonnes par an. Elles avoisinent avec trois petites aciéries. L’une produit des tiges pour le béton armé, l’autre des tôles pour hangars industriels ou commerciaux préfabriqués, et la dernière des aciers spéciaux pour le bâtiment. Tout comme l’acier, le verre est omniprésent dans les tours qui se dressent dans les villes du Golfe. On ne s’étonnera pas que la ville possède trois verreries, qui tirent leur matière première, le sable, du désert qui la borde au sud. L’une de ces verreries, implantée par la multinationale américaine Guardian, produit du verre pour les vitrages et la construction. L’autre, unité de production du groupe français Arc International (Cristalleries d’Arques, Arcoroc, Pyrex…), fabrique de la verrerie alimentaire. La troisième, en association avec la firme pakistanaise Ghani Glass, est spécialisée dans la verrerie pharmaceutique.

13Cela nous conduit à évoquer une autre entreprise, Julphar (Gulf Pharmaceutical Industries), qui nuance l’orientation de Ras al‑Khaïmah vers l’industrie lourde ou de biens intermédiaires.

14Les politiques de développement industriel dans le Golfe s’inscrivent dans deux logiques principales : le souci de valoriser sur place les hydrocarbures, et la volonté de développer des industries de substitution aux importations dans des pays où presque tous les biens de consommation sont importés. Alors que les exportateurs de brut de la région réalisent des investissements lourds dans la pétrochimie et se dotent d’usines d’engrais et de matières plastiques, Ras al‑Khaïmah se positionne sur la chimie fine. Julphar est une entreprise publique fondée en 1980 dans un contexte où la création de systèmes de santé modernes s’accompagnait d’une généralisation rapide de l’usage des médicaments, reléguant la pharmacopée traditionnelle au rang de « remède de bonne femme ». Julphar, dont le gouvernement de Ras al‑Khaïmah reste l’actionnaire principal, est ouverte à des investisseurs privés, dont Fayṣal b. Ṣaqr al‑Qāsimī, frère de l’émir et dirigeant de l’entreprise, qui en possède 5,29 %. Julphar, qui depuis une trentaine d’années fabrique essentiellement des génériques pour le marché régional et les marchés d’Afrique du Nord et du Proche‑Orient, a construit une unité de production d’insuline dans un contexte où le changement radical d’habitudes alimentaires, l’excès de sucre et une vie trop sédentaire ont amené des pathologies nouvelles. L’entreprise, implantée le long de la route de l’aéroport, s’est élargie en mettant en place une filiale pour le transport des produits pharmaceutiques et va ouvrir un laboratoire en Algérie.

15Le développement industriel de Ras al‑Khaïmah ne se dément pas. Il ne se limite pas aux industries de la capitale. Il comporte aussi des industries extractives, ne serait‑ce que les carrières qui alimentent les usines de la ville. En 2005, a été mis en place RAK Minerals and Metals Investments, une joint venture entre RAK Ceramics et la compagnie minière indienne Trimex, et des prospections sont menées dans l’espoir d’exploiter des gisements de cuivre, de cobalt, de plomb, de zinc, d’argent et d’or. Si le gouvernement renforce ses stratégies industrielles, il affiche aussi, depuis l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle génération, une volonté manifeste de diversifier son économie qui se répercute sur les politiques publiques.

De nouveaux outils pour le développement économique

  • 19 Date approximative : à cette époque l’état‑civil était inconnu dans la péninsule Arabique.
  • 20 Soit 148,16 kilomètres.
  • 21 Soit 157,42 kilomètres.

16En 2010, Cheikh Ṣaqr b. Muḥammad al‑Qāsimī, l’émir de Ras al‑Khaïmah né vers 191819 et dernier survivant des souverains en place au moment de l’Indépendance, est mort au terme d’un règne de 62 ans. C’est le quatrième de ses fils, Sa‛ūd b. Ṣaqr al‑Qāsimī, qui lui succède. Celui‑ci assumait la fonction de prince héritier et le pouvoir réel depuis 2003, année de la déposition de son demi‑frère aîné, Khālid b. Ṣaqr al‑Qāsimī, prince‑héritier et vice‑président de l’émirat depuis 1958. Cette crise dynastique s’est déroulée sur fond d’enjeux de politique intérieure et internationale, en particulier du point de vue de l’alliance avec les États‑Unis et des relations avec l’Iran, qui impliquaient les autres composantes de la fédération, mais aussi d’enjeux économiques pour les milieux d’affaires de l’émirat. Elle démontre l’importance stratégique de cet émirat qui revendique une tradition d’indépendance, et qui apparaît comme un protagoniste majeur du contentieux entre les Émirats Arabes Unis et l’Iran à propos de trois îles du détroit d’Ormuz, Petit Tumb, Grand Tumb et Abū Mūsā. À la racine de la péninsule Omanaise, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière du Musandam, exclave du sultanat d’Oman, Ras al‑Khaïmah se trouve en effet à proximité du détroit d’Ormuz. La ville n’est qu’à 80 milles marins du port de Bandar Lenghe20 et à 85 de celui de Bandar Abbas21 sur la côte iranienne.

  • 22 On est bien loin de la gérontocratie saoudienne où le prince héritier âgé de 79 ans, qui avait succ (...)

17Prudent sur le plan des réformes politiques, ne manifestant pas de réticences face au renforcement de l’intégration fédérale ou à l’alliance américaine, le nouvel émir, né en 1956, a étudié les sciences économiques et politiques à l’Université américaine de Beyrouth, puis à l’Université d’Ann Harbour Michigan. Avant son accession au statut de prince‑héritier, puis d’émir, Cheikh Sa‛ūd était un acteur majeur du monde des affaires. Certains de ses conseillers sont d’anciens associés, par exemple le co‑fondateur de RAK Ceramics, et il a désigné comme prince‑héritier non pas un de ses frères, mais son fils aîné, âgé de 25 ans22. Celui‑ci, cheikh Muḥammad b. Sa‛ūd al‑Qāsimī, a fait ses études supérieures à UCLA, se réclame des valeurs de son grand‑père paternel et affiche son goût pour la fauconnerie. On notera cependant que son grand‑père maternel est le puissant homme d’affaires dubaïote Jum‛a al‑Mājid, fondateur de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Dubaï et PDG d’un puissant consortium, et que sa mère, issue d’une famille de marchands et d’armateurs à la pêche perlière, a la réputation d’une femme d’affaires avisée. Tout comme la majorité de la nouvelle génération de quinquagénaires qui a accédé au pouvoir après le décès des fondateurs de la fédération, l’émir est acquis au libéralisme en matière économique et a mis en œuvre des réformes destinées à encourager l’initiative privée locale et à attirer les investissements étrangers.

  • 23 Sur les zones franches de la péninsule Arabique et du golfe Persique, voir Dumortier, 2010.
  • 24 Pratique traditionnelle où tout salarié ou entrepreneur étranger doit avoir un répondant (kāfil) qu (...)

18Les mesures adoptées sont celles qui ont fait le succès de Dubaï. La première a consisté à miser sur une zone franche, dispositif permettant d’attirer les entreprises et de favoriser les exportations par des dispositions juridiques dérogatoires23. Comme les autres zones franches du Golfe, celle de Ras al‑Khaïmah permet aux investisseurs étrangers d’échapper à la kafāla24 et d’investir la totalité du capital, ce qui n’est pas le cas hors zone franche où les entreprises étrangères doivent opérer en joint venture avec un associé local. Les émirats ayant peu ou pas de pétrole se sont dotés de zones franches. La première, qui reste la plus importante, celle de Jabal ‛Alī, a été créée par Dubaï en 1985. Dès 1988, l’émir de ‛Ajmān prit un décret de création d’une zone franche qui ne démarra véritablement qu’en 1996. En 1995, la zone franche de Ḥamriya fut créée sur un territoire de l’émirat de Sharjah, et en 1998 Umm al‑Qaywayn se dota à son tour d’une modeste zone franche. À Ras al‑Khaïmah, il fallut attendre 2000 pour qu’un décret crée une zone franche, qui ne prit son essor qu’à partir de 2005. Elle a connu dès lors une croissance très rapide puisqu’elle abrite actuellement 6 000 entreprises. Le modèle adopté est celui d’une zone franche multipolaire : Business Park près du Central Business District ; zone industrielle associée à Port Ṣaqr à une quinzaine de kilomètres au nord de la ville avec logements pour les travailleurs, ce qui participe de l’exurbanisation des ouvriers non qualifiés; à la périphérie sud, parc technologique proche de l’aéroport, au voisinage d’un important complexe récréatif comportant un parcours de golf. À la zone franche industrielle déjà existante, essentiellement dévolue à l’industrie lourde et à l’entreposage, va s’ajouter un quatrième pôle, un nouveau parc industriel qui se trouvera au sud de la ville. Afin de promouvoir ses zones franches, Ras al‑Khaïmah a ouvert des bureaux à Dubaï et à Abu Dhabi, mais aussi en Inde (Bombay), en Europe (Cologne, Istanbul) et aux Etats‑Unis (Washington). De même que DFZA (Dubai Free Zone Authority) exporte son savoir‑faire dans les pays du Sud, RAKFTZ (Ras Al Khaimah Free Trade Zone) vient de créer en Géorgie, sur la mer Noire, la zone franche industrielle de Poti. Les avantages mis en avant par Ras al‑Khaïmah sont les mêmes que pour les autres zones franches de la région : exonérations fiscales; exemption de droits de douane à l’importation et à l’exportation ; possibilité de rapatriement intégral des capitaux et des profits ; simplification des démarches et procédures administratives, infrastructures récentes de qualité. Mais, l’avantage comparatif de Ras al‑Khaïmah réside dans la modicité des coûts des licences, des droits d’entrée et des loyers ainsi que dans un capital requis plus faible pour s’implanter, au point que certaines petites entreprises de services implantées physiquement à Dubaï sont officiellement domiciliées dans la zone franche de Ras al‑Khaïmah qui fait alors office de simple boîte aux lettres.

19Une autre réforme majeure concerne le droit foncier et immobilier. Comme dans la plupart des États voisins, elle remplace au cours de la décennie 2000 un système coutumier d’appropriation tribale du sol par un régime de propriété privée, le plus souvent dans des zones désignées, plus ou moins accessibles aux étrangers selon les États. Cette réforme s’est traduite par une floraison de projets immobiliers, un étalement des villes souvent surdimensionnées dont les logements peinent à trouver preneur. Ici, la Loi de 2003 sur la réglementation de la propriété des appartements instaure l’enregistrement de titres de propriété, mais reste assez floue. Elle est complétée par la Décision n° 18 de 2005 qui précise que les étrangers ne peuvent être propriétaires que par l’intermédiaire de RAK Properties, chargée du développement de trois zones non bâties qui lui ont été concédées. La Décision n°20 de 2005 indique que les étrangers peuvent aussi, s’ils créent une entreprise dans la zone franche, accéder à la propriété dans le cadre de programmes spécifiques dits « projets d’investissement ». La loi ne précise pas de statut particulier pour les ressortissants des autres pays du Conseil de Coopération du Golfe, mais la pratique montre qu’ils sont assimilés de facto aux nationaux. Derrière ce dispositif se profile la préoccupation de contenir les investissements immobiliers russes et iraniens, ainsi que de prévenir les risques de spéculation. Mais les textes offrent aussi des possibilités de contournement. Les flous de la législation sont souvent mis au compte d’une certaine inexpérience juridique, mais force est de constater qu’ils permettent un certain contrôle de mouvements de capitaux qui pourraient cacher des activités illicites tout en ne fermant pas la porte aux investisseurs souhaitant opérer des placements ailleurs que chez eux, mais soumis à des conditions de plus en plus strictes dans beaucoup de pays.

20RAK Properties, compagnie publique fondée en 2005 avec pour mission de contribuer à l’essor économique de Ras al‑Khaïmah, n’a pas vocation à développer seulement des programmes immobiliers, mais elle est aussi le promoteur de complexes touristiques. Malgré le potentiel offert par les vallées montagneuses pour un tourisme de nature et de randonnée, l’essentiel de l’activité touristique de l’émirat, qui a accueilli 800 000 visiteurs en 2011, se concentre dans la capitale et à ses abords. Elle se partage entre un tourisme d’affaires dans les quelques hôtels internationaux du centre‑ville, un tourisme local, de week‑end ou de courts séjours, alimenté par les habitants des grandes villes de la fédération et un tourisme balnéaire de masse avec une clientèle moins fortunée et moins cosmopolite qu’à Dubaï. Les vacanciers fréquentent notamment les hôtels et les villages de vacances d’al‑Ḥamra, particulièrement prisés par les familles d’ex‑URSS, mais également fréquentés par des groupes d’Europe occidentale en voyages organisés. Bien entendu, l’augmentation du trafic de l’aéroport international, ouvert en 1976, tient en partie à l’apparition de Ras al‑Khaïmah sur la carte du tourisme international, mais les compagnies de charters anglaises, allemandes, ukrainiennes, russes ou géorgiennes qui y atterrissent acheminent aussi une partie de leur clientèle vers Dubaï ou Sharjah. Une autre raison de l’essor de cet aéroport tient au fait que des compagnies de charter indiennes affrètent des appareils de location, parfois en piteux état, pour transporter à bas prix des travailleurs émigrés d’Asie du Sud dont Ras al‑Khaïmah n’est pas forcément la destination finale. Enfin, Ras al‑Khaïmah, compte tenu d’une législation qui implique de quitter les Émirats pour obtenir un nouveau visa quand un visa expire sans possibilité de prolongation ou de transfert sur un nouvel employeur, offre des liaisons aériennes bon marché opérées par des compagnies régionales iraniennes, Qeshm par Fars Air Qeshm ou Kish par Kish Airways. Cela permet de se mettre en règle à moindres frais en passant une nuit en territoire étranger, forme de tourisme particulière très pratiquée dans ces deux zones franches insulaires de la République islamique d’Iran, distantes respectivement de 153 et de 220 kilomètres de Ras al‑Khaïmah.

21En 2005, le gouvernement mit en place RAK Investment Authority, dont la mission est de « travailler au renforcement du climat d’investissement dans l’émirat et de promouvoir ses différents secteurs économiques ». La poursuite du développement industriel et les efforts de diversification des activités se sont traduits par une croissance notable du PIB de l’émirat qui a plus que doublé entre 2002 et 2008, malgré une baisse à partir de 2007, laquelle a été suivie d’un redémarrage dès 2010. Cette croissance économique s’est répercutée sur la croissance de la ville.

Une croissance urbaine qui s’accélère

  • 25 Nous n’avons pas inclus Fujayra qui ne possède pas de façade sur le Golfe et ouvre entièrement sur (...)

22Ras al‑Khaïmah n’a pas connu la croissance fulgurante liée au pétrole, au gaz ou au commerce des grandes villes de la région. Si l’on s’en tient aux seuls Émirats arabes unis, on s’aperçoit que la croissance de la ville de Ras al‑Khaïmah, bien que rapide, est moins spectaculaire que celle de la plupart des autres capitales d’émirats riverains du Golfe25.

Tab. 2 ‑ Population des capitales des E.A.U. riveraines du golfe Arabo‑persique

1980

1985

1995

2005

Abu Dhabi

243 257

283 361

398 695

630 000

Dubaï

263 449

354 175

669 181

1 354 980

Sharjah

125 193

173 787

320 095

685 000

‛Ajmān

33 651

49 108

114 395

202 244

Umm al‑Qaywayn

9 652

17 926

25 052

33 361

Ras al‑Khaïmah

41 435 

54 425

77 550

111 261

23Source : http://www.citypopulation.de/​

  • 26 Dans l’intérieur on citera à l’Ouest al‑‛Ayn qui atteint actuellement 100 000 habitants, et, à l’Es (...)
  • 27 Cela a été le cas dans une moindre mesure dans l’émirat d’Abu Dhabi pour la région d’al‑‛Ayn et plu (...)

24Pour la période 1980–2005, le taux moyen de croissance annuelle est de 3,2% pour les villes de Dubaï, Sharjah et ‛Ajmān, alors qu’il est de 2,5 % pour Ras al‑Khaïmah, chiffre comparable à celui d’Abu Dhabi. Il faut dire que dans ces deux derniers cas, la croissance de la population ne s’est pas faite uniquement au profit de la capitale, car ces deux émirats échappent à la macrocéphalie de Dubaï ou de ‛Ajmān qui regroupent respectivement 85 %, et 95 % de la population totale de l’émirat. Cette proportion est de l’ordre de la moitié pour Ras al‑Khaïmah, proportion comparable à celle d’Abu Dhabi, où cela s’explique par l’existence, dans l’émirat le plus vaste de la fédération, d’autres villes26. Cette explication ne vaut pas pour Ras al‑Khaïmah où la capitale est la seule véritable ville de l’émirat, qui conserve, lui, une population villageoise non négligeable du fait de l’existence de petites plaines agricoles et de vallées montagnardes anthropisées. Dans l’émirat de Ras al‑Khaïmah, comme dans les autres composantes de la fédération où les étrangers représentent environ 90% de la population active, la croissance démographique s’est nourrie de l’immigration. Mais, alors que le BTP et les services domestiques et hôteliers employaient dans les émirats plus riches des cohortes de travailleurs non qualifiés, des ouvriers agricoles, notamment égyptiens et pakistanais, ont émigré à Ras al‑Khaïmah à la fois parce que les nationaux désertaient leurs villages d’origine (devenus lieux de résidences de week‑end) et parce que les ressources en eau et les sols détritiques du piémont ont permis l’extension de la surface cultivée27.

25

Figure 3 – Le poids de la capitale dans l’émirat.

Figure 3 – Le poids de la capitale dans l’émirat.

26On remarque sur le graphique que le poids démographique de la capitale au sein de l’émirat a décliné. Il ne serait pas crédible d’imputer ce phénomène au développement agricole évoqué plus haut. On pourrait alors imaginer une hypothèse d’ordre méthodologique qui tiendrait à la différence de source pour 2010, ce qui pose en filigrane la question de la difficulté générale à quantifier de façon précise les dynamiques démographiques à échelle fine dans les Pays du Golfe. Or, on constate que cet allègement du poids démographique de la capitale s’observe déjà entre 1985 (56,3 %) et 1995 (54,1 %) et se confirme entre 1995 et 2005 (52,9 %) selon une source officielle et homogène. En réalité, cette apparente anomalie dans le contexte du Golfe traduit juste le fait que la croissance urbaine s’est faite par densification du noyau initial, mais surtout par étalement sur les villages voisins, construction de logements pour la main d’œuvre près des zones industrielles de la périphérie et réalisation de programmes immobiliers résidentiels le long de la côte, sans se faire au détriment d’espaces agricoles bordant l’agglomération. Cette croissance horizontale qui déborde les limites administratives de la Municipalité de Ras al‑Khaïmah semble l’emporter sur la verticalisation qui ne concerne que des immeubles du centre‑ville. Si l’on ne peut parler de polycentrisme, on peut cependant noter un dédoublement du centre dont les deux parties reliées par un pont se font face de part et d’autre du khor. Sur la rive occidentale se localise le centre historique, le Vieux Ras al‑Khaïmah, qui abrite le Musée national dans l’ancien palais de l’émir et où se trouvent les locaux de la municipalité. Sur l’autre rive, désignée sous le nom de Nakhīl, qui abrite le Musée maritime et où se situent l’actuel palais de l’émir et la Chambre de commerce, s’ébauche un CBD dominé par les Julfars Towers, qui accueillent bureaux et sièges d’entreprises.

Figure 4 – De la ville à l’agglomération.

Figure 4 – De la ville à l’agglomération.

27Si la population de la ville, qui comptait 113 347 habitants au recensement de 2006, peut être évaluée à 122 000 en 2010, celle de l’agglomération approche vraisemblablement les 200 000 habitants en 2010 en englobant des villages, petits ports de pêche ou oasis que l’on serait tenté de qualifier de périurbains. On observe depuis le courant des années 2000 la même accélération de la croissance urbaine que pour la plupart des villes de la région et le même étalement spatial linéaire, tant vers le Sud avec le développement d’al‑Ḥamra le long de l’autoroute de Dubaï, que vers le Nord en direction de Khor Khuwayr. Les sources gouvernementales avancent la possibilité d’un doublement de la population au cours de la décennie 2010. Il est certain que le taux d’accroissement naturel de la population est élevé et que le développement économique de l’émirat crée des opportunités d’emploi qui attirent de nouveaux migrants. Mais Ras al‑Khaïmah, après Sharjah et ‛Ajmān, semble aussi devenir partiellement une ville‑dortoir de Dubaï.

28Ras al‑Khaïmah est aujourd’hui une option pour la mobilité résidentielle de la très nombreuse classe moyenne indienne qui fait souche aux Émirats, en raison de conditions de vie et d’offres de services jugées attractives par les familles, mais aussi du fait d’un coût des logements moindre qu’à Dubaï, qu’on peut atteindre en 45 minutes par la nouvelle autoroute pour peu qu’on habite dans les nouveaux quartiers du Sud. Cela nous ramène à la question initiale : y a‑t‑il concurrence entre Ras al‑Khaïmah et Dubaï, ou bien faut‑il parler en termes de spécialisation et de hiérarchisation dans le cadre d’une mégalopole en émergence ? Pour y répondre, il est utile de comparer les deux villes.

Une imitation du modèle dubaïote ?

  • 28 Schmid, 2009.

29Sur le plan morphologique, Ras al‑Khaïmah et Dubaï sont construites sur le même type de site portuaire, présentent la même bipolarité du centre (Dayra/Būr Dubaï ; Vieux Ras al‑Khaïmah/ al‑Nakhīl), et le même développement linéaire. On constate aussi, dans les deux villes, la présence de thèmes rémanents dans la plupart des villes du Golfe, comme la même forte imbrication des acteurs publics et privés, ainsi qu’un certain flou dans les liens entre ceux‑ci compte tenu de l’implication de la dynastie dans les affaires ; l’association d’acteurs locaux et d’acteurs étrangers très intégrés économiquement et pouvant exercer une influence décisive ; et l’importance des diasporas. De même qu’à Dubaï, on a tendance à passer sous silence, à Ras al‑Khaïmah, l’échec de projets plus médiatiques que réalistes et cédant à des effets de mode et à des effets d’affiche. Ainsi, le projet d’île artificielle — un des multiples avatars des palmiers de Dubaï —, ou le Gateway Project, mélange paraissant peu conciliable de tour de 200 mètres de haut et d’éco‑ville rivalisant avec le projet « Masdar » à Abu Dhabi, risquent d’être ajournés ou revus à la baisse. Cela montre en tout cas que Ras al‑Khaïmah s’aventure dans des stratégies d’images tendant vers ce qu’on a pu qualifier d’économie de la fascination28. Mais Ras al‑Khaïmah peut aussi, comme Dubaï, s’enorgueillir de réussites concrètes exemplaires. Enfin, comme beaucoup de villes du Golfe, Ras al‑Khaïmah a adopté, en les adaptant, les recettes qui ont fait le succès de Dubaï et s’inspirant quelque peu du modèle singapourien.

30On a aussi souvent souligné le rôle de Dubaï dans le contournement de l’embargo qui frappe l’Iran, et l’on peut se demander si Ras al‑Khaïmah n’est pas l’émule de sa voisine. À Dubaï, les liens avec l’Iran se voient sur les quais et se lisent dans les statistiques du commerce extérieur où la réexportation de marchandises vers l’autre rive tient une place importante, sans parler des activités de contrebande qui échappent par définition aux statistiques. Ces liens se nouent au travers de grandes familles émiriennes de souche iranienne et d’une importante communauté d’exilés ou d’émigrés de l’autre rive. Proche du Musandam, lieu d’échanges en tout genre avec l’Iran et disposant avec Port Ṣaqr du port émirien le plus proche de Bandar Lenghe, il était tentant pour Ras al‑Khaïmah, héritière d’une longue tradition de commerce avec la côte lui faisant face, de miser sur la carte de la proximité géographique avec l’Iran. En 2005, un terminal passagers et deux ferries ont été mis en service pour assurer une liaison avec Kish et Qeshm, mais la ligne, qui fonctionnait de façon intermittente, a été fermée. La question des relations avec la République islamique, devenue particulièrement sensible au moment d’une succession contestée et des tensions liées au programme nucléaire iranien, Ras al‑Khaïmah, qui occupe une position stratégique, n’accueille plus de bateaux iraniens. Elle ne constitue donc pas, pour le voisin de l’autre rive, une solution de repli face au renforcement de la surveillance du port de la Crique à Dubaï où une noria de boutres fait l’aller‑retour avec l’Iran.

31Pour autant, Ras al‑Khaïmah n’est pas plus une alternative à Dubaï qu’une concurrente. Il y a, en effet, une différence entre une ville moyenne de 100 000 habitants qui se développe de façon encore discontinue sur une trentaine de kilomètres, et une ville millionnaire au cœur d’une bande urbaine polycentrique dense de plus de 70 kilomètres de long. Il y a aussi un décalage chronologique entre Dubaï, qui établit sa première zone franche en 1985 et fonde la compagnie aérienne Emirates la même année, et Ras al‑Khaïmah qui crée sa première zone franche en 2000, et dont la compagnie aérienne, fondée en 2008, interrompt son activité en 2009 avant de se restructurer en une sorte de low cost en 2010. La différence d’échelle spatiale et temporelle, ainsi que l’écart dans les ressources conduisent à des différences dans la nature des activités. Ras al‑Khaïmah a accueilli des industries plus polluantes, à plus faible intensité capitalistique et technologique. Dans son trafic portuaire, le vrac et les pondéreux l’emportent sur les trafics conteneurisés. Son trafic aérien est assuré par des compagnies moins prestigieuses. Enfin, le profil des investisseurs et des touristes y diffère, du fait de prix moins élevés. Il semble donc bien qu’un tri s’opère, selon un gradient de Dubaï / Sharjah / Ras al‑Khaïmah.

Conclusion

32Une configuration spatiale associant la mer, la montagne et le désert, éléments dont la complémentarité a historiquement fondé l’économie et la société de Ras al‑Khaïmah, rapproche celle‑ci de l’Oman voisin. L’empreinte des Qawāsim, une prospérité urbaine oubliée et éclipsée depuis un demi‑siècle par la fabuleuse richesse pétrolière d’Abu Dhabi et la fortune ostentatoire de Dubaï, ainsi que l’existence de familles marchandes ouvertes vers l’outre‑mer, — que l’on qualifierait de bourgeoisie d’armateurs à Nantes ou Bordeaux —, sont des traits communs avec Sharjah. Pourtant, c’est au modèle dubaïote que renvoie Ras al‑Khaïmah. Ras al‑Khaïmah a toutefois affirmé son originalité, à la différence de ‛Ajmān, qui forme une banlieue populaire de Dubaï malgré les efforts de sa municipalité pour un développement autocentré, et à la différence, aussi, d’Umm al‑Qaywayn, qui reste un espace interstitiel entre le Grand Dubaï et Ras al‑Khaïmah. Elle a valorisé ses ressources géologiques au point de mettre en place, profitant de la concentration géographique des entreprises et de leurs fournisseurs, une sorte de cluster spécialisé dans l’industrie des matériaux de construction. Au milieu de la décennie 2000, la ville a pris un virage vers la diversification de ses fonctions qui privilégie l’immobilier et le tourisme, tandis que l’existence pionnière d’une industrie pharmaceutique ouvre des perspectives vers les biotechnologies pour répondre à une volonté de développer des industries à plus haute valeur ajoutée.

33Le projet de ligne à grande vitesse entre Abu Dhabi et Dubaï, qui devrait se prolonger jusqu’à Ras al‑Khaïmah, ne renforcera pas obligatoirement la polarisation de Ras al‑Khaïmah par Dubaï. Elle rapprochera de la capitale fédérale, dont la puissance se renforce, une ville jalouse de son indépendance et qui, parfois, semble rêver d’en être la réplique. L’alliance de RAK Airways avec Etihad, la compagnie d’Abu Dhabi, plutôt qu’avec Emirates, celle de Dubaï, accrédite un tel scénario. Les décideurs de Ras al‑Khaïmah s’inscrivent dans une optique qui vise à faire de l’émirat davantage un pôle secondaire à l’extrémité d’une mégalopole dont les centres seraient Abu Dhabi et Dubaï, qu’une périphérie dominée de Dubaï.

Haut de page

Bibliographie

Al‑Qassimi S., The Myth of Arab Piracy in the Gulf, London, Routledge, 1986.

Al‑Qassimi S., Power Struggles and Trade in the Gulf (1620–1820), London, Forest Row, 1999.

Cadene Ph., « Croissance urbaine, migrations et diversification sociale dans le golfe Arabo‑persique », Espace, populations, sociétés, 2012/2.

Cadene Ph. et Dumortier B., Atlas des Pays du Golfe, Paris, PUPS‑RFI, 2011.

Carter, R.A., “The History and Prehistory of Pearling in the Persian Gulf”, Journal of the Economic and Social History of the Orient, 48/2, 2005, p. 139‑209.

Dumortier B., « L’Afrique du Nord et le Moyen–Orient : les manifestations complexes d’une mondialisation contestée dans un espace hétérogène », Cadène Ph. (dir.), Mondialisation. L’intégration des pays en développement, Paris, Sedes, coll. Diem, 2007a, p. 149‑159.

Dumortier B., « Développement économique et contournement du droit : les zones franches de la rive arabe du golfe Persique », Annales de Géographie, n° 658, 2007b, p. 628 – 644.

Dumortier B., Bost F. (dir), « Les zones franches de la péninsule Arabique et du golfe Persique », Atlas mondial des zones franches, Paris, La Documentation française, 2010.

Ferrand G., Instructions nautiques et routiers arabes et portugais des xve et xvie siècles : reproduits, traduits et annotés, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 3 vol., 1921–1928.

Ferrand G., « Le pilote arabe de Vasco de Gama et les instructions nautiques des Arabes au xve siècle », Annales de Géographie, n° 172, 1922, p. 289‑307.

Fox J.W., Mourtada‑Sabba N., al‑Mutawa M., Globalism and the Gulf, London‑New York, Routledge, 2006.

Gibert B. et alii, Enjeux et Perspectives pour les Émirats Arabes Unis : et après le pétrole ?, Paris, L’Harmattan, coll. Entreprises et Management, 2005.

Hardy‑Guilbert C., « Julfar, comptoir médiéval de la péninsule d’Oman », Archéologies, 20 ans de recherches françaises dans le monde, Paris, Maisonneuve et Larose ‑ ADPF‑ERC, 2005, p. 544‑545.

Heard‑Bey F., Les Emirats arabes unis, Paris, Karthala, 1999.

Kennet D., “The development of Northern Ras al‑Khaimah and the 14th‑century Hormuzi economic boom in the lower Gulf”, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 32, 2002, p. 151‑164.

Kennet D., “Julfar and the urbanisation of southeast Arabia”, Arabian Archaeology and Epigraphy, 14/1, 2003, p. 103‑125.

Kennet D., Sasanian and Islamic pottery from Ras al‑Khaimah: classification, chronology and analysis of trade in the Western Indian Ocean, Oxford, Archaeopress, 2003.

Kervran M., Hiebert F. et Rougeulle A., Qal’at al‑Bahrain. A trading and military outpost, 3rd millennium BC – 17th century AD., Turnhout, Brepols, 2006.

Leveau R., Charillon F. (dir.), Monarchies du Golfe : les micro‑États de la péninsule Arabique, Paris, La Documentation française, 2005.

Lombard P., « Qal’at al‑Bahreïn, mémoire d’un archipel », Archéologies. 20 ans de recherches françaises dans le monde, Paris, Maisonneuve & Larose et Éditions Recherches sur les civilisations‑ADPF, 2004.

Potts D.T., The Arabian Gulf in Antiquity, Vol. 1. « From prehistory to the fall of the Achaemenid empire »; Vol. 2. « From Alexander the Great to the coming of Islam », Oxford, Clarendon Press, 1990.

Potts D.T., Ancient Magan, London, Trident Press, 2000.

Schmid H., Economy of Fascination, Dubai and Las Vegas as Themed Urban Landscapes, Berlin, Gebrüder Borntraeger, 2009.

Venier Philippe, « Stratégies d’ancrage des immigrés kéralais (Inde du Sud) dans les villes des Émirats Arabes Unis », Maghreb‑Machrek, 199, 2009, p.121‑138.

Haut de page

Notes

1 Abou Dhabi, Doubaï, Sharjah, Ajman, Umm al Qaiwain, Ras el Khaïmah et Foujeirah.

2 On trouvera une interprétation chorématique de cette mégalopole émergente dans Cadène et Dumortier, 2011, p. 112‑113.

3 Nous indiquons les distances par la route et non les distances orthodromiques (à vol d’oiseau) qui sont bien entendu inférieures (216 km d’Abu Dhabi, 89 km de Dubaï par exemple).

4 Les chiffres de population sont ceux des villes et non des Émirats.

5 Potts, 2000.

6 Cet évènement dont l’historicité n’est pas avérée aurait eu lieu sous le règne de Manishtusu, souverain d’Akkad entre ‑2270 et ‑2255.

7 Viaggio dell'Indie Orientali, di G. B. Gioielliero Venetiano, nel quale si contiene quanto egli in detto viaggio ha veduto per lo spatio di 9 Anni consumati in esso dal 1579 fino al 1588,Venezia, 1590.

8 J.G. Lorimer, Gazetteer of the Persian Gulf, Oman and Central Arabia, Vol. 1, Historical, Vol. 2, Geographical and Statistical. Le volume 2 a été publié en 1908, avant le volume 1 publié en 1915. Le travail classifié « secret » de cet agent britannique a eu un tirage limité à quelques exemplaires pour sa première impression. L’ensemble, aujourd’hui déclassifié, a été réédité en 1986 dans les Cambridge Archives.

9 Cette activité allait de pair avec une organisation sociale très inégalitaire. Son financement reposait sur un endettement chronique et héréditaire des plongeurs au bénéfice des armateurs et des marchands.

10 Conquête par Alfonso de Albuquerque de l’île d’Ormuz, un des trois points‑clé de l’empire colonial portugais en Asie avec Goa et Malacca. Les Portugais contrôleront Julfar à partir de 1517.

11 À al‑‛Ayn aussi, dans l’émirat d’Abu Dhabi, les noyaux oasiens initiaux font désormais partie intégrante d’une agglomération de 500 000 habitants.

12 Au 12e siècle, al‑Idrissi signale une barre de sable qui gênait la navigation.

13 Cette compagnie publique fondée en 2005 a mis en place en 2011 un partenariat avec la compagnie pétrolière norvégienne DNO. La direction de RAK Petroleum a été confiée à un expert pétrolier américain d’origine iranienne au parcours international, Bijan Mossavar‑Rahmani.

14 Pourcentages calculés à partir des données de UAE Yearbook 2010, Trident Press.

15 Voir l’encadré sur RAK Ceramics dans Dumortier, 2007a.

16 Entretien avec le Dr Khater Masaad remontant à novembre 2006.

17 L’équipe de direction comprend des Libanais, des Français, des Suisses et des Allemands. Les designers sont italiens, les cadres des services financiers et informatiques indiens.

18 Les ouvriers viennent du sous‑continent indien (Inde, Pakistan, Sri Lanka, Bengladesh), d’Indonésie, des Philippines et de Chine.

19 Date approximative : à cette époque l’état‑civil était inconnu dans la péninsule Arabique.

20 Soit 148,16 kilomètres.

21 Soit 157,42 kilomètres.

22 On est bien loin de la gérontocratie saoudienne où le prince héritier âgé de 79 ans, qui avait succédé en 2011 à son frère âgé de 84 ans, a été remplacé après son décès en 2012 par son demi‑frère âgé de 76 ans.

23 Sur les zones franches de la péninsule Arabique et du golfe Persique, voir Dumortier, 2010.

24 Pratique traditionnelle où tout salarié ou entrepreneur étranger doit avoir un répondant (kāfil) qui le fait bénéficier de sa protection et de ses réseaux en échange d’une participation aux bénéfices.

25 Nous n’avons pas inclus Fujayra qui ne possède pas de façade sur le Golfe et ouvre entièrement sur l’océan Indien.

26 Dans l’intérieur on citera à l’Ouest al‑‛Ayn qui atteint actuellement 100 000 habitants, et, à l’Est, Madinat Zāyid, centre administratif et de services de la Sharqiya, ou, sur la côte, la ville pétrolière de Ruways. 

27 Cela a été le cas dans une moindre mesure dans l’émirat d’Abu Dhabi pour la région d’al‑‛Ayn et plus tardivement de Līwā.

28 Schmid, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La ville et l’émirat de Ras al‑Khaïmah.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 2 – Un glissement du site vers le Sud.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 3 – Le poids de la capitale dans l’émirat.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2575/img-3.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 4 – De la ville à l’agglomération.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2575/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Dumortier, « Ras al‑Khaïmah, l’essor récent d’une ville moyenne du Golfe », Arabian Humanities [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 12 novembre 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cy.revues.org/2575 ; DOI : 10.4000/cy.2575

Haut de page

Auteur

Brigitte Dumortier

Université Paris 4 Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org