Navigation – Plan du site
Villes et dynamiques urbaines en péninsule Arabique
2. Hiérarchies, sociabilités et mobilisations

De l’Iran imaginé aux nouveaux foyers de l’Iran : pratiques et espaces transnationaux des Iraniens à Dubaï

From imagined Iran to new homes of Iran: Transnational practices and spaces of Iranians in Dubai
Amin Moghadam

Résumés

Les migrations entre l’Iran et la côte méridionale du Golfe ne sont pas un phénomène récent. Elles se sont diversifiées pendant le xxe siècle sous l’influence des évolutions socio-politiques sur les deux côtes, et elles ont parfois abouti à des installations durables. Après la révolution iranienne de 1979 et la guerre Iran‑Irak, une nouvelle vague de migrants iraniens, majoritairement originaires des grandes métropoles, s’est ajoutée à cette présence ancienne. Ils ont été suivis, entre les années 1990 et 2000 par des migrants iraniens de « retour » des villes occidentales qui ont choisi d’émigrer à Dubaï pour profiter des opportunités d’emploi. À travers une enquête ethnographique consacrée à l’étude des espaces urbains transnationaux, cet article analyse l’empreinte des migrations iraniennes dans la ville de Dubaï tant dans la partie ancienne de la ville que dans le « Nouveau Dubaï ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Davis, 2007.
  • 2 Ley, 2004.
  • 3 Beck, 2002, p. 23.

1Le qualificatif de « ville globale » a marqué une grande partie de la littérature consacrée à Dubaï. Celle-ci est souvent décrite comme une ville dont la forme fragmentée serait la traduction spatiale de politiques néolibérales. L’exclusion sociale et la marginalisation des travailleurs non-qualifiés seraient également le résultat des mêmes politiques. Or, face aux analyses en termes d’« hypermodernité » et d’« hypercapitalisme »1 comme face à la description des mégaprojets urbains, on a du mal à percevoir l’expérience de la rencontre et la construction de projets de vie individuels qui impliquent des échelles spatiales variées. L’« artificialité » de Dubaï, très souvent évoquée tant dans les discours populaires que dans les milieux universitaires, masque une autre dimension, celle du quotidien des individus, qui est tout sauf artificiel. L’oubli de l’acteur semble être la conséquence de l’adoption d’approches politiques et économiques globales, comme le souligne David Ley2. Ces perceptions de Dubaï ont contribué à asseoir l’idée d’une dichotomie entre le local et le global, ignorant que d’autres échelles — régionale, nationale, transnationale — exercent une influence sur les stratégies des acteurs. Si la globalisation existe, il s’agit moins de la considérer en elle-même que d’identifier les particularismes et les pratiques collectives et individuelles qui s’y rapportent. Comme le souligne Ulrich Beck, on ne peut guère penser la globalisation sans faire référence à des lieux et à des localités spécifiques3. L’étude des espaces urbains caractérisés par des pratiques de migrants nous permet de saisir une forme parmi d’autres de localité vécue dans une ville dite « globale ».

  • 4 Faist, 2004, p. 3-4.
  • 5 Vertovec, 2009, p. 3.

2Cet article montre dans quelle mesure les espaces urbains produits par les migrants iraniens issus des vagues constitutives de la diaspora iranienne à Dubaï constituent des espaces transnationaux4. Ils résultent des liens économiques, culturels et symboliques que les migrants entretiennent avec leur pays d’origine ou avec l’ensemble des territoires qu’ils ont traversés et investis au cours de leur trajectoire migratoire. Les interactions et les dynamiques qui caractérisent un lieu donné sont travaillées et transformées par les pratiques et les imaginaires mobilisés par les migrants en lien avec d’autres territoires, et notamment avec leur pays d’origine. De fait, l’approche en termes de transnationalisme permet d’articuler différentes échelles de manière analytique, et de montrer la formation d’espaces sociaux et économiques au croisement de multiples réseaux, en dépit des distances géographiques, des frontières nationales et des barrières juridiques et symboliques5. Compte tenu de la diversité de la présence iranienne, les espaces transnationaux constituent des lieux de rencontre entre les différentes catégories d’Iraniens qui ne se seraient pas rencontrés dans leur pays d’origine. Si les hiérarchies sociales du pays d’origine sont reproduites dans une certaine mesure dans l’expérience migratoire, ce face-à-face, rendu possible dans le cadre d’une ville par rapport au territoire national iranien, peut être l’occasion d’une remise en cause des déterminismes sociaux du pays d’origine.

  • 6 Fuccaro, 2005 ; Onley, 2007 ; Montigny, 1996 ; Nadjmabadi, 2010b.
  • 7 Nadjmabadi, 2010a ; 2010, Beeman, 2010.
  • 8 Adelkhah, 1996, p. 33.
  • 9 Bayart & Warnier, 2004.

3La question des populations transnationales entre l’Iran et les pays arabes a plutôt été abordée, dans les rares travaux de recherche qui lui sont consacrés, selon une perspective historique, en prenant pour objet les communautés iraniennes anciennes et leurs mouvements transfrontaliers6. Certains de ces travaux ont pris en compte l’évolution de ces communautés et ont tenté de les situer dans le contexte contemporain7. Des travaux plus récents ont montré l’importance des échanges économiques, sociaux et politiques entre les deux rives dans les mutations de l’espace et de la géographie humaine du Golfe, et, en Iran plus particulièrement, dans la transformation de la « combinatoire identitaire entre Arabes et non-Arabes »8. À travers l’ethnographie des espaces urbains fréquentés par la diaspora iranienne constituée au fil de différentes vagues d’immigration, cet article permet d’analyser la concrétisation des dynamiques transnationales à travers la culture matérielle9 qui y est associée.

  • 10 L’article a été rédigé dans le cadre de l’axe « Intégration et espaces migratoires » du programme S (...)
  • 11 Faist, 2012, p. 51-52.

4Le travail présenté ici est fondé sur une enquête de terrain menée entre 2006 et 201210. L’observation des pratiques et la conduite d’entretiens ont permis d’examiner les modalités du maintien des liens avec le pays d’origine, dont l’intensité tend à suggérer des formes de transnationalité11. Cette partie est précédée d’un résumé historique des différents mouvements migratoires iraniens à Dubaï, qui nous aide à mieux comprendre les caractéristiques et l’évolution des espaces urbains liés à cette présence.

La diversification de la présence iranienne à Dubaï au cours du xxe siècle

  • 12 Abdullah, 1978, p. 221.

5Les pérégrinations entre les deux côtes, arabe et iranienne, ont marqué la vie des villes du golfe Persique. Il s’agit d’une migration à l’échelle régionale, où le Golfe a joué le rôle d’interface, au sens géographique du terme, pour répondre aux besoins d’une économie locale de villages et de villes qui le bordent de part et d’autre. Ainsi, comme le souligne Muhammad Morsy Abdullah, le Golfe n’a jamais été une barrière mais un lien renforçant les relations économiques et sociales entre les deux rives12. La continuité de ces dynamiques anciennes s’explique souvent par les affinités confessionnelles et langagières des habitants du sud de l’Iran et de ceux des pays méridionaux du Golfe, ainsi que par les événements historiques qui ont marqué les pays respectifs de chaque côte et qui ont accentué ou ralenti les migrations dans un sens ou dans un autre.

  • 13 Vahabi, 2012.

6Ces échanges n’ont longtemps concerné que les territoires du sud de l’Iran. Pour des raisons économiques, sociales et politiques, ils se sont étendus, au cours du xxe siècle, sous la forme de vagues d’immigration depuis le centre et le nord du pays : à la suite de la révolution de 1979 et de la guerre avec l’Irak, une nouvelle vague de migrants iraniens, majoritairement originaires des grandes métropoles, est venue s’ajouter à la présence ancienne, à Dubaï, des Iraniens du sud. À son tour, cette vague d’immigration a été suivie, entre les années 1990 et 2000, par l’arrivée de migrants de « retour » des villes occidentales. Issus majoritairement des grands centres urbains iraniens, ces derniers avaient émigré à partir des années 195013 et ont choisi cette fois de s’établir dans le Golfe, notamment aux Émirats Arabes Unis et plus particulièrement encore à Dubaï, pour des raisons professionnelles, à la faveur du développement du secteur tertiaire, mais aussi en raison de la proximité géographique de l’Iran et des opportunités de marché que les hommes d’affaires iraniens pouvaient y trouver.

  • 14 Ibid., p. 221. Voir aussi Nourbakhsh, 1979.
  • 15 Niebuhr, 1774, p. 269.
  • 16 En 1935, Reza Chah Pahlavi demande officiellement à la communauté internationale de ne plus utilise (...)
  • 17 Abdullah, 1978, p. 222

7Les habitants du sud de l’Iran, qu’il s’agisse d’arabophones ou de persanophones, ont, depuis plusieurs siècles, participé systématiquement à l’économie du Golfe. Les changements économiques ou politiques ont été déterminants dans leur choix de s’installer sur l’une ou l’autre côte, iranienne ou arabe. La constitution de l’État chiite iranien sous le règne des Séfévides au xvie siècle semble avoir été à l’origine du départ d’une partie des Arabes sunnites du sud de l’Iran ver les côtes méridionales du Golfe. À l’inverse, à partir du début de xviiie siècle et avec la chute de la dynastie séfévide et l’amenuisement de son contrôle sur les régions côtières du Golfe, une vague d’émigration arabe eut lieu depuis les territoires du sud du Golfe vers la côte iranienne14. Selon le voyageur allemand Niebuhr au xviiie siècle15, la majorité des Arabes de « Perse »16 était sunnite. Ils provenaient soit de la tribu « omanaise » des Maṭārīsh dont furent issus plus tard des gouverneurs de Būshehr, soit des Qawāsim, ancêtres de l’actuelle famille régnante de l’émirat de Sharja aux Émirats Arabes Unis, qui avaient pris le contrôle de Bandar Lengeh en Iran. Les Arabes sunnites ont ainsi établi des alliances avec les habitants de ces villes, notamment avec les persanophones sunnites (majoritairement de la région actuelle de Lārestān), l’affinité religieuse ayant probablement été déterminante à une période où l’appartenance nationale ne jouait pas un rôle important dans les possibilités d’identification17.

  • 18 Voir à ce propos Curzon, 1966, p. 409-410.

8À partir du xixe siècle, mais surtout au xxe siècle, les différents pouvoirs de Téhéran ont progressivement élargi leur contrôle sur les villes côtières iraniennes en nommant des gouverneurs locaux pour les villes du sud. L’emprisonnement du Cheikh Qawāsim à Lengeh en 1887 et la décision du pouvoir iranien de mettre fin au règne des Qawāsim, en 1899, ont été à l’origine de deux grandes vagues d’émigration des habitants du sud vers la côte arabe18.

  • 19  Abdullah, 1978, p. 232.
  • 20 Heard-Bey, 1999, p. 244.
  • 21 Abdullah, 1978, p. 105.

9Cette tendance migratoire vers les côtes arabes a été renforcée dans les années 1900, notamment à la suite de la décision du gouvernement central de Téhéran de mettre en place, par le biais des représentants belges du Department of Imperial Persian Customs basé à Téhéran, des taxes très élevées sur tous les produits importés et exportés depuis les ports iraniens. Cette décision touchait directement la vie quotidienne des Arabes d’Iran dont les activités principales consistaient à faire du commerce depuis ces ports19. Profitant de cette situation, Maktūm bin Ḥashar, l’émir de Dubaï (1894–1906), supprima de son côté les 5 % de taxes qui frappaient auparavant toutes les importations et exportations de Dubaï. Dès cette période, Dubaï se transforma en un centre de distribution de biens pour l’ensemble de la péninsule Arabique, de même que pour la réexportation des produits indiens vers l’Iran20. Cela entraina une augmentation du nombre des marchands iraniens à Dubaï, qui devinrent rapidement, avec les Indiens, la classe marchande la plus importante de la ville. En 1901, il y avait déjà 500 Iraniens à Dubaï et 96 à Abu Dhabi21.

  • 22 Sayegh, 1986, p. 89
  • 23 Abdullah, 1978, p. 255

10Marginalisés en Iran d’une part, et tirant parti d’affinités avec la culture de la terre d’accueil d’autre part, les Iraniens du sud de l’Iran ont participé pleinement aux évolutions de la ville de Dubaï. Qu’ils aient été issus des ethnies arabe ou persane, ils établirent des relations avec les familles arabes déjà sur place, et les mariages entre ces deux groupes étaient chose courante, souvent facilités par les proximités culturelles, confessionnelles et linguistiques. Alors que les membres des tribus arabes de Dubaï, considérés comme des nobles (a‛yān), limitaient leur activité économique à l’industrie perlière et aux activités de la pêche, les Iraniens, comme les Indiens, s’impliquèrent dans une large variété d’activités économiques, renforçant ainsi leur pouvoir vis-à-vis des familles locales. Les Iraniens auraient ainsi monopolisé le commerce des fruits et légumes, de même que la plupart des magasins destinés au commerce de détail dans la ville. Leur pouvoir économique, parfois supérieur à celui des cheikhs locaux, leur permit de peser directement sur la scène politique de Dubaï22. Cela ne les empêcha pas, par ailleurs, de maintenir des relations avec la côte iranienne, notamment à travers la contrebande, devenue dès cette période la principale activité des habitants23.

  • 24 Davidson, 2005, p. 158
  • 25 Sous les Safavides (1501–1736), le chiisme a été adopté comme religion officielle de l’Iran, et une (...)

11De l’autre côté du Golfe, sous Reza Chah (fondateur de la dynastie Pahlavi et roi d’Iran de 1925 à 1941), une nouvelle augmentation des taxes sur les produits locaux comme le thé et le sucre, destinée à financer des réseaux d’infrastructures, contribua à confirmer cette domination économique iranienne à Dubaï. Elle donna lieu à une nouvelle vague d’émigration, qui fut bien accueillie dans la ville : des terrains furent attribués aux Iraniens pour les inciter à s’y installer24, entrainant le regroupement de familles entières, voire de villages entiers, comme à Bastakiya, quartier peuplé d’habitants de Bastak25, une petite ville en majorité sunnite du sud de l’Iran.

  • 26 Abdullah, 1978, p. 278
  • 27 Voir Nadjmabadi, 2010a, p. 21. Sentiment exprimé par mes propres interlocuteurs lors d’entretiens m (...)

12La migration iranienne vers les pays arabes du Golfe fut freinée après 1948 et la reconnaissance de l’État d’Israël par le Chah d’Iran. Elle devint à cette époque « suspecte » aux yeux des nationalistes arabes qui établirent des comparaisons avec l’immigration juive en Palestine26. La chute de l’immigration iranienne fut accompagnée, après la création des Émirats Arabes Unis en 1971, par un mouvement d’arabisation volontaire de la communauté d’origine iranienne, qui cherchait à affirmer son intégration dans les nouveaux États. Aujourd’hui encore, de nombreux Émiriens d’origine iranienne refusent de fréquenter d’autres Iraniens ou de parler persan en public. Certains, même, ont le sentiment d’être moins marginalisés dans les pays arabes que dans les parties centrales de l’Iran27.

  • 28 Le terme de « retour » est utilisé ici car ces derniers migrants l’emploient, considérant qu’ils so (...)
  • 29 À propos des sanctions contre l’Iran et le rôle de Dubaï, voir Kozhanov, 2011.
  • 30 Nous reprenons ici la définition d’Ulrich Beck de la cosmopolitisation comme « l’apparition de loya (...)
  • 31 Moghadam, 2013b.

13La provenance géographique des migrants iraniens de Dubaï s’est diversifiée surtout à partir des années 1990 et 2000. Elle comprend aussi bien ceux qui sont arrivés des autres villes septentrionales des montagnes de Zagros, c’est-à-dire le centre iranien, que ceux de « retour » d’Occident28. Ce mouvement a été entamé surtout après la révolution iranienne de 1979 et pendant la guerre Iran‑Irak, et s’est renforcé avec la forte libéralisation économique de Dubaï. Les Iraniens ont su profiter de la croissance du secteur immobilier dans la ville et y investir, de même qu’ils ont su tirer parti, depuis 2005, de la croissance de l’économie des secteurs de services, notamment dans les domaines des médias, du marché de l’art ou de la croissance verte. Par ailleurs, les sanctions imposées à l’Iran en raison de son programme nucléaire ont détourné vers Dubaï les flux de marchandises destinés à l’Iran29. Les services attirent principalement les Iraniens qualifiés, capables de parler plusieurs langues et habitués aux contextes cosmopolites30. Ceux qui ont vécu longtemps en Europe ou aux États-Unis, souvent depuis le début de la révolution iranienne, ont pu obtenir la nationalité de leur pays d’adoption. Les opportunités offertes dans les villes des Émirats les ont incités à développer des affaires, de Dubaï jusqu’à Ra’s al-Khayma, à proximité de leur terre natale et dans un environnement économique plus stable et plus libéral qu’en Iran. Ces Iraniens qui ont vécu en Occident, bien que non recensés dans les statistiques officielles en tant que ressortissants iraniens, sont désireux de tisser des liens avec la jeune génération venue des grandes villes iraniennes depuis la fin des années 1980 et qui recherche une meilleure qualité de vie qu’en Iran, où la situation actuelle ne semble pas très prometteuse31.

  • 32 Dubai Municipality Statistics, 1973 et 1985.
  • 33  Articles de presse : GulfNews, 2012 ; Sadjadpour, 2011 ; Joshi, 2009 ; Fattah & El Sawy, 2005 .

14Les dernières statistiques officielles disponibles pour le recensement des Iraniens datent de 1973 et 198532. Elles recensent 40 000 Iraniens pour 1973 (soit près de 22 % de la population totale de Dubaï) et 70 000 pour 1985 (environ 20 % de la population). Depuis, les statistiques concernant le nombre d’Iraniens à Dubaï ne sont plus officiellement publiées par le Centre des Statistiques de la ville, qui refuse de fournir des chiffres exacts. Les Iraniens sont inclus dans la vaste catégorie des « Asiatiques », qui comprend également les Indiens, les Pakistanais, les Philippins et d’autres nationalités du continent asiatique. Mais le chiffre de 400 000 Iraniens apparaît très souvent dans les articles de presse aussi bien iraniens qu’émiriens ou occidentaux, retenant une concentration de 80 % à Dubaï33. Selon un employé de la nouvelle radio en persan créée à Dubaï en 2011, Radio Shoma, qui dépend du groupe étatique des radios du gouvernement de Dubaï, il y aurait aujourd’hui, selon une étude effectuée pour le compte de la radio et précédant sa création, 600 000 persanophones seulement dans la ville de Dubaï et son agglomération, y compris Sharja et ‛Ajmān. Mais ce chiffre de 600 000 comprend également des populations qui n’ont pas la nationalité iranienne, soit parce qu’elles ont été naturalisées (et donc font partie des populations du sud de l’Iran qui ont immigré aux Émirats pendant tout le xxe siècle et surtout avant 1971, date de la création des Émirats), soit parce qu’il s’agit d’Iraniens qui sont entrés sur le territoire émirien avec un passeport autre que celui de leur pays d’origine, notamment ceux qui viennent des pays occidentaux. De même, ce chiffre comprend les populations afghanes et tadjikes qui sont également persanophones. Par conséquent, les Iraniens des Émirats ne sont pas toujours des Iraniens au sens de l’administration.

15Quel que soit le chiffre exact du nombre d’Iraniens à Dubaï, l’empreinte des différentes vagues d’immigration dans la ville est indéniable. La description de la diversité des populations iraniennes de Dubaï et de leurs espaces de sociabilité, ainsi que l’analyse des formes de reproduction de la culture matérielle et des pratiques culturelles et sociales qui leur sont associées révèlent un environnement de vie qui représente, en quelque sorte, un « Iran recomposé ».

  • 34 Adelkhah, 2012, p. 371-467.
  • 35 Anderson, 2006.

16La présence iranienne à Dubaï est exceptionnelle car cette ville rassemble à elle seule une grande partie des composantes sociales urbaines du territoire national iranien et des expériences migratoires. Les pratiques du migrant s’y définissent en fonction du nouveau contexte de vie tout en reproduisant une iranité que Fariba Adelkhah qualifie dans son ouvrage d’« off shore »34. Cette « iranité off shore » correspond pour chaque groupe ou chaque individu à une représentation différente de la nation, à laquelle chacun peut s’identifier, contribuant ainsi à former une communauté imaginée telle qu’évoquée par Benedict Anderson35. Cette iranité se reproduit dans des formes hétéroclites, et représente la diversité des mouvements de migration et des parcours individuels. Ainsi, la volonté d’être reconnu en tant qu’Émirien au sein de la société émirienne semble avoir atténué l’intensité des relations transnationales pour certaines familles émiriennes d’origine iranienne, qui vont jusqu’à ignorer le nouvel an iranien, le Norouz, la tradition la plus répandue et certainement l’un des premiers lieux d’expression de l’iranité. Leurs membres n’ont pas pour autant perdu leur statut d’« Iraniens » dans la société émirienne.

  • 36 Moghadam2013a.

17En revanche, les résidents iraniens issus de migrations plus anciennes qui ont conservé la nationalité iranienne entretiennent des relations transnationales intenses, depuis l’organisation des mariages avec des familles de l’autre rive, jusqu’à la participation à la politique du pays d’origine et à la formation de réseaux de bienfaisance de part et d’autre du Golfe36. Concentrés surtout dans les vieux quartiers de Dubaï, ils se distinguent des Iraniens des grandes villes iraniennes ou de « retour d’Occident » en choisissant, par exemple, tel parc dans la ville pour fêter le dernier mercredi de l’année, le fameux Chaharshanb-e-sūrī, alors que les migrants plus récents, se considérant comme des « citoyens du monde», fêteraient éventuellement cet événement sur la prestigieuse île artificielle de Jumeira Palm. Ces appartenances différenciées sont moins hétérogènes dans les lieux gérés par l’État iranien, tels que la mosquée et le Club iranien. Ils constituent des espaces de sociabilité pour une grande partie des Iraniens de Dubaï, et ce malgré leur caractère institutionnel qui tend à diviser parfois les partisans et les opposants au régime. La mainmise sur ces lieux permet à l’État iranien de maintenir une présence forte à Dubaï.

18Par conséquent, à Dubaï, ces espaces-temps de sociabilité partagée au nom d’une culture nationale, vecteurs de reproduction de l’iranité, offrent des occasions de rencontres entre la périphérie et le centre iraniens, ou entre l’Arabe d’origine iranienne et l’Iranien de « retour » des États-Unis.

Les dynamiques contemporaines de la présence iranienne

Le vieux Dubaï 

19Sur les deux rives de la baie de Dubaï se trouve l’ancien souk, aujourd’hui principalement visité par les touristes. La proximité de ce souk avec la baie a créé des liens directs avec les activités des boutres amarrés à quai et qui servent au transport de marchandises. Les Iraniens sont nombreux tant dans les boutres que dans les magasins situés dans le souk et son environnement proche. Les statistiques concernant la destination des boutres en partance de la baie montre que celle-ci doit toujours son dynamisme principalement au marché iranien (voir Ill. 1 et 2).

Ill. 1. L’importance du marché iranien dans les échanges commerciaux du port de Dubaï.

Ill. 1. L’importance du marché iranien dans les échanges commerciaux du port de Dubaï.

Légende :
A : en provenance de. B : à destination de.
Creek = la baie de Dubaï
Hamriya P. : Port de Hamriyya, situé dans le nord de la ville et destiné aux activités des boutres.

Source : Ports, Customs & Free zone Corporation, 2011

Illustration 2. La Crique de Dubaï, Dayra, 2010.

Illustration 2. La Crique de Dubaï, Dayra, 2010.

20À la concentration de marchands iraniens s’ajoute l’activité des Iraniens qui partent à l’assaut des souks et des centres commerciaux de Dubaï, ou qui passent une nuit en transit pour se rendre aux ambassades des États-Unis ou de Grande-Bretagne dans l’espoir d’y obtenir leur visa (l’ambassade britannique de Téhéran a fermé en 2011). Avec eux, se sont multipliés les restaurants, les agences de voyage, les banques, les bureaux d’assurances et les échoppes en tous genre, tous tenus par des propriétaires iraniens, donnant naissance à un véritable « Little Iran » au sein de Dubaï.

  • 37 Une Ḥusayniyya est une salle de la congrégation pour les cérémonies rituelles chiites en particulie (...)
  • 38 Voir à titre d’exemple Wirth, 1988 ; Sayegh, 1986 ; Heard-Bey, 2005.

21Dans l’ancien marché de Dubaï, et surtout dans la partie connue des Iraniens sous le nom de « Souk Murshid », chaque allée est baptisée du nom d’une des communautés anciennes iraniennes, Evazi, Bastaki, Lari, toutes originaires des villes du sud de la province de Fars en Iran. La revendication de la ville d’origine se retrouve aussi dans le nom des enseignes posées sur les portes, arabisées cette-fois, et combinées au nom de famille ou au nom de leur ville d’origine tels que al-Evazî, al-Khunjî, al-Zara‛ûîi, al-Ahlî, de même que les Ḥusayniyyāt37 du même nom, pour ceux qui sont d’obédience chiite. L’influence des marchands iraniens dans ce quartier est évoquée dans plusieurs ouvrages d’histoire urbaine portant sur Dubaï38. Elle a parfois contribué à modifier les rapports socio-économiques en introduisant, chez les commerçants de Dubaï, certaines pratiques du pays d’origine, comme le principe de « Key Money » (sar qofli, en persan) ou « Pas de porte » en français. Il s’agit d’un montant versé par la personne qui succède à l’exploitant d’un espace commercial (et qui n’en a pas la propriété) pour obtenir le droit de reprendre l’activité, pratique courante en Iran. Selon plusieurs personnes interviewées sur le marché Murshid, de nombreux Iraniens ont pu, avec la croissance économique, tirer bénéfice des droits d’exploitation de locaux commerciaux qu’ils avaient loués dans des bâtiments publics de Dubaï, à bas prix, voire gratuitement, à une époque moins faste.

  • 39 Entretien effectué à Dubaï en 2010 avec Madame S., résidant à Dubaï depuis 25 ans et originaire de (...)

22Malgré la présence de plus en plus visible des marchands chinois, le marché de Murshid est toujours le lieu de sociabilité et de rencontre des Iraniens du sud de l’Iran. On s’y déplace pour acheter le journal publié dans la ville d’Evaz en Iran, et des réseaux de solidarité dans la communauté iranienne persistent toujours dans ce quartier comme l’explique l’un de mes interviewés39 :

« À l’occasion d’un décès, il y a un bazar qui s’appelle Murshid, il y a toujours une cérémonie pour les hommes d’abord. Tout le monde sait que c’est dans la mosquée de Murshid qu’il faut aller. Ça a toujours été comme ça ! On n’a même pas besoin de faire une annonce indiquant l’heure et le lieu  ou publier dans un journal le décès de la personne, tout le monde est au courant et tout le monde sait où il faut aller. Les femmes vont souvent à la maison de la personne qui a décédé ».

  • 40 Entretien personnel avec M. Khezri, Dubaï, 2010.

23Certains Iraniens du sud de l’Iran ont passé la plus grande partie de leur vie dans ce souk et sont aujourd’hui des citoyens émiriens. Ainsi, M. Khezri40 a quitté l’Iran en 1955 quand il avait quatorze ans. Il explique que ce souk tient son nom de Murshid d’un marchand connu, originaire de Kuwait, et qui fournissait les outils nécessaires à la construction des boutres. Son secrétaire, Abdollah Morad, était issu de la ville de Bastak dans le sud de l’Iran. Il gérait aussi une grande partie de son commerce et s’est fait connaître parmi d’autres commerçants iraniens qui se sont installés dans le même souk. La plupart des marchands habitaient dans des maisons à proximité du souk, ce qui a contribué à faire de la zone un quartier considéré maintenant comme « iranien ». Les migrants qui ont émigré depuis l’Iran entre 1940 et 1960 étaient pour la plupart des hommes célibataires qui habitaient à 5 ou 6 dans une seule maison et dont une grande partie a été naturalisée après 1971. C’est ainsi que Mir Mohammadi, un marchand iranien, explique :

« Je suis arrivé à Dubaï en 1968, j’avais 13 ans à l’époque, je suis allé à l’école iranienne de Dubaï et j’aidais mon père au marché. Nous sommes originaires de Khonj en Iran mais mon père est arrivé à Dubaï depuis Kuwait. On avait l’habitude de ramener des produits depuis l’Inde ou depuis Kuwait et on les vendait ici. On allait parfois en Iran en boutre mais il fallait attendre que la mer soit calme pour la traverser. J’ai attendu 8 ans la première fois pour rentrer en Iran en boutre. Aujourd’hui, les choses ont changé, il y a des avions tous les jours, et c’est plus facile de faire des allers retours. On a fini par nous donner un passeport quand j’étais à l’école ».

24Les premiers lieux d’expression de la culture iranienne ont également émergé au cœur de l’environnement commercial des vieux marchés de Dubaï. Tel est le cas de la petite librairie dont le propriétaire est originaire d’une des provinces méridionales de l’Iran, Ḥajī Anṣarī. Les ouvrages qu’il vend, en persan, permettent à la communauté persanophone d’accéder à quelques-uns des classiques de la littérature persane.

  • 41 Lavergne, 2005.
  • 42 Lors de plusieurs promenades nocturnes dans ce quartier, j’ai rencontré plusieurs personnes à la «  (...)

25La vie nocturne donne une autre image de ce quartier marchand de la ville avec sa succession de boîtes de nuits iraniennes où des chanteurs reprennent le répertoire de la musique pop iranienne, dans des hôtels de 2 à 4 étoiles qui participent à l’édification de la ville des désirs, telle qu’évoquée par Marc Lavergne41. Dans les ruelles étroites de Dayra flâne la jeunesse iranienne, dont beaucoup de touristes de sexe masculin42, ainsi que des marins et des matelots du littoral qui, une fois leur bateau ancré dans la baie, rejoignent les plaisirs nocturnes de la ville. Alors que la coexistence de ces deux types de visiteurs serait improbable sur leur territoire d’origine, ces hommes arpentent ensemble les rues du quartier, depuis le carrefour des « vendeurs de parfums » du marché Murshid de Dayra jusqu’à la place Gamal Abd al-Nasser, connue auprès de ces promeneurs de nuit iraniens sous le nom de carrefour des « Jakesh-ha », mot grossier en persan signifiant « Proxénètes ».

  • 43 Los Angeles rassemble, selon les estimations, entre 300 000 et un million d’Iraniens immigrés aux É (...)
  • 44 Naficy, 1993, p. 55
  • 45 Mermier, 2005, p. 158
  • 46 Bennetta & Martin, 1997.

26La célèbre boîte de nuit de Dubaï « Cabaret Tehran » est un lieu phare de rencontres nocturnes pour les Iraniens, toutes générations confondues. Il est situé dans le quartier de Dayra, dans les bâtiments de l’hôtel Sheraton. C’est l’un des clubs iraniens les plus connus de la ville parce que son gérant, un chanteur iranien de renommée, Āref, y organise tous les soirs des concerts « live » de musique pop iranienne, avec des chanteurs venus des villes occidentales, d’Iran ou de Dubaï même. Ces concerts précèdent Āref, qui chante tous les soirs à partir de 2 heures du matin. Le nom même du cabaret fait référence à une fameuse boîte de nuit iranienne de Los Angeles43qui porte le même nom, et où une grande partie des chanteurs iraniens exilés après la révolution iranienne de 1979 se sont produits. Rares sont les Iraniens qui sont allés à Los Angeles sans avoir visité ce lieu, et les cassettes vidéo ont contribué à en faire un lieu mythique44. En réalité, le nom original de ce lieu est « Tehran Club » mais Āref, qui a vécu à Los Angeles avant de s’installer à Dubaï il y a neuf ans, a réussi à le faire connaitre sous le nom « américain » pour en rehausser le prestige. Des hommes et des femmes de tous âges remplissent cette salle quasiment tous les soirs et attendent jusqu’à 2 heures du matin pour écouter la vedette, aujourd’hui âgé de 71 ans et qui, selon l’expression de Franck Mermier, crée pour ses spectateurs un véritable « marché de la nostalgie »45. Les chansons de l’ancien régime, nostalgiques et populaires (au sens où elles transcendent les classes, les idéologies, les différences ethniques et les religions46) rassemblent dans un seul lieu celles qui portent le voile, par contrainte ou par choix personnel, et celles qui ne le portent pas, ou bien des riches ou des moins riches, tel ce jeune couple venu d’Iran qui nous a confié avoir épargné pendant des mois pour passer trois jours à Dubaï et une nuit entière dans la salle de musique d’Āref. Que ce soit l’Émirien d’origine iranienne et peu familier avec la langue persane ou l’Iranien né et éduqué dans les pays occidentaux, tous ont écouté à un moment ou à un autre ces chansons qui circulent à Dubaï, mais aussi dans les fêtes et les mariages des familles partout en Iran, dans le taxi de Bandar Abbas (sud de l’Iran) ou dans maisons des Irano-américains en Californie. Ces circulations et échanges, facilités par des logiques commerciales, participent à la formation d’affects partagés. Ainsi, se retrouver dans le cabaret d’Āref représente un moment de communion entre les différents groupes d’une communauté nationale — quand bien même imaginée — en situation d’expatriation, et ce malgré tout ce que cela suppose de barrières infranchissables.

  • 47 Catégorie de population présente dans la plupart des pays arabes du Golfe ainsi définie par Claire (...)

27La présence iranienne est également importante dans le quartier de Saṭwa, réputé dangereux par les habitants de Dubaï, et où est concentrée une grande partie des « sans‑papiers », « bidûns47 » pour la plupart originaires du Balouchistan iranien ou du Pakistan. D’après mes observations et les échanges que j’ai eus avec des Iraniens qui fréquentent ce quartier, ceux-ci sont issus de quasiment toutes les villes des provinces du sud de l’Iran et même parfois de provinces plus au nord. Les hommes travaillent comme garagistes, dans la restauration, la plomberie, ou dans des magasins en tous genres. C’est également dans ce quartier qu’a été construit, à la suite du don de terrain par le Cheikh Rashīd al‑Maktūm, émir de Dubaï, en 1970, l’hôpital iranien qui est toujours en service et qui continue à être géré entièrement par le gouvernement iranien. La modestie de ce quartier, même si l’on constate un début de gentrification, donne à voir une présence iranienne encore différente dans la ville, avec sa série de petits magasins alignés aux noms évocateurs et symboliques, comme « la boulangerie de Téhéran » (Ill. 3.) ou encore ce petit restaurant iranien du nom de Shams al-Dīn, à la clientèle majoritairement masculine, et où l’on mange tous les plats iraniens jusqu’aux plus traditionnels tandis que la télévision diffuse les chaines iraniennes. Nombreux sont les commerçants de ce quartier qui s’y retrouvent le soir pour commenter la vie politique et économique iranienne autour du journal télévisé de Téhéran, et parfois-même pour s’inquiéter de la chute des températures dans des villes situées à mille kilomètres de leur lieu de résidence !

Illustration 3. La boulangerie « Le nouveau Téhéran », Saṭwa, Dubaï, 2010.

Illustration 3. La boulangerie « Le nouveau Téhéran », Saṭwa, Dubaï, 2010.

28Un peu plus loin dans le quartier d’al-Karāma, le Restaurant Ostadi (Ill. 4) est une institution bien connue, notamment auprès des anciens migrants iraniens de Dubaï. Originaire de la région de Larestan, un département des provinces méridionales de l’Iran, son propriétaire a souhaité conserver l’apparence du restaurant tel qu’il était lors de son ouverture au milieu des années 1970. Dans une ville qui en moins de trente ans a changé plusieurs fois de visage, ce restaurant fait déjà partie de l’héritage urbain et il est référencé aujourd’hui dans plusieurs guides de la ville. Son propriétaire a inscrit l’année de sa création sur les fenêtres et a accroché des photos anciennes prises dans ce restaurant. La clientèle est majoritairement composée d’Iraniens du sud de l’Iran ou simplement d’habitants de ce quartier populaire.

Illustration 4. L’intérieur du Restaurant Ostadi, al-Karâma, Dubaï, 2010.

Illustration 4. L’intérieur du Restaurant Ostadi, al-Karâma, Dubaï, 2010.

La présence étatique iranienne

29C’est aussi en partie dans ces anciens quartiers, depuis Bur Dubaï jusqu’au quartier de Jumayra, que la présence étatique iranienne est la plus visible : les collèges et lycées iraniens (cinq à Dubaï et deux à Sharja), le fameux Iranian Club, l’hôpital et la clinique iraniens, et enfin le consulat d’Iran, tous entourés par divers magasins iraniens, constituent un autre genre d’espace de polarisation de la présence iranienne de ce côté sud de la baie. Quelques‑uns de ces espaces méritent une attention particulière.

Illustration 5. Présence étatique iranienne à Dubaï, 2012.

Illustration 5. Présence étatique iranienne à Dubaï, 2012.

30L’Iranian Club a été créé en 1974 dans le cadre de la coopération entre les deux pays. Ce complexe a été le premier lieu de ce genre à Dubaï qui héberge aujourd’hui un cinéma, une salle de théâtre pour l’accueil de 1000 personnes, une bibliothèque de 4000 ouvrages, un hôtel, un terrain de tennis, deux piscines (une pour les hommes et une pour les femmes), une salle de musculation, et enfin un terrain de football avec une capacité d’accueil de 8000 personnes, qui reçoit régulièrement des équipes de football iraniennes pour des matchs amicaux avec d’autres équipes internationales.

31Géré aujourd’hui par la Fondation des Déshérités (Bunyād Mustaṣa’afān), un très riche organisme créé au lendemain de la révolution en 1979, l’Iranian Club est considéré par certains Iraniens de Dubaï comme une antenne de la République Islamique dont il faut se méfier. Néanmoins, force est de constater que malgré les craintes et les soupçons, de nombreuses activités trouvent leur public. L’Iranian Club représente toujours un grand espace pour les Iraniens résidents ou de passage à Dubaï. Il accueille des soirées de lecture de poésie persane, des projections de films, des concerts de musique, des rencontres avec les artistes iraniens de passage à Dubaï mais aussi des cérémonies officielles organisées par le consulat d’Iran à Dubaï, ou religieuses (chiite) organisées par la mosquée iranienne de l’imam Ḥusayn.

  • 48 Discours tenu lors de la cérémonie de Cham-e-Ghariban en 2011 au Club iranien de Dubaï.
  • 49 Ce système permet à la personne disposant d’un Blackberry d’entrer en contact avec une autre person (...)

32La cérémonie de « Sham-e-Ghariban » du Club iranien, la commémoration de la première nuit après le midi sanglant d’Achoura, est bien connue auprès des Iraniens chiites de Dubaï. À l’occasion du dernier soir d’Achoura, le Club des Iraniens de Dubaï accueille un grand nombre de chiites, pour la plupart persanophones. Le discours de la fin des cérémonies de la première décade du mois de Muharram est tenu par le représentant du Guide suprême iranien (alors l’Ayatollah Khamenei) à Dubaï, qui est également l’Imam du vendredi de la mosquée de l’imam Ḥusayn. Il tourne autour du rôle de l’imam Ḥusayn dans l’histoire du chiisme, mais aussi de l’importance de « revenir à la morale religieuse » dans un monde qualifié de « décadent » par l’Imam48. Si, selon l’imam de la mosquée iranienne, « il est encore possible d’être proche de Dieu même à Dubaï et d’éviter les tentations d’une ville tournée vers la débauche » lorsque l’on fréquente des lieux tenus par ceux qui se considèrent comme garants de la foi chiite, il n’est pas nécessaire d’aller loin de son autel installé, pour l’occasion, dans le grand jardin du Club, pour assister à des scènes de rencontres de jeunes filles et garçons iraniens. Dans les couloirs du Club iranien, ouverts à cette occasion, ou devant son entrée magistrale, la jeunesse iranienne issue d’une immigration récente ou ancienne échange des numéros de téléphone et de pin code de Blackberry (système de communication instantané très répandu aux Émirats49) sous les yeux des hommes de la République Islamique et dans le chagrin du martyr Ḥusayn. Comparables à leurs jeunes compatriotes en Iran qui font aussi de ce triste souvenir une occasion de faire des rencontres, les jeunes Iraniens de Dubaï sont fidèles à ce rendez-vous annuel, où les bougies allumées traditionnellement pour pleurer la mort de Ḥusayn et de ses proches se transforment en petites lumières propices aux échanges intimes. Les participants sont d’origine diverse. L’un d’entre eux m’a confié qu’il ne venait pas souvent à ce club car celui-ci appartenait à la République Islamique, même si « maintenant c’est dans la « tradition » de venir ici pour la soirée de Sham-e-Ghariban ».

Illustration 6. L’extérieur du Club iranien pendant les cérémonies d’Achoura, Dubaï, 2011.

Illustration 6. L’extérieur du Club iranien pendant les cérémonies d’Achoura, Dubaï, 2011.

33À la mosquée iranienne de l’imam Ḥusayn de Dubaï (Ill. 7), en face de l’hôpital iranien et à proximité du consulat d’Iran, la cérémonie d’Achoura se tient tous les ans avec la participation d’un nombre important de fidèles chiites, majoritairement iraniens, mais aussi arabes, afghans ou pakistanais. Le jour d’Achoura, la cérémonie se tient entre 11 heures et 1 heure de l’après-midi. Les fidèles déjeunent à la mosquée grâce aux plats-oboles offerts par la mosquée, avant de se diriger vers le Club iranien pour allumer des bougies et achever les périodes de deuil du mois de Muharram. D’autres mosquées plus anciennes et gérées directement par les communautés originaires des villes du sud de l’Iran (contrairement à la mosquée iranienne qui est gérée par le représentant du Guide Suprême iranien), comme celle des Gerashi à Bur Dubaï, organisent des cérémonies d’Achoura que ne fréquentent que des personnes originaires de la même région.

34Bien que les flagellations soient interdites par les autorités émiriennes, à l’intérieur de la mosquée chiite gérée par l’État iranien, les lumières s’éteignent à certaines heures dans la soirée et les hommes, torse nus, se flagellent, comme cela est également la coutume dans certaines provinces en Iran. Les différends entre les fidèles qui sont pour et contre le gouvernement iranien se dissolvent à l’occasion de cette cérémonie religieuse, et ceux-ci tendent à oublier que la mosquée reste la propriété du gouvernement iranien contre lequel certains d’entre eux ont peut-être manifesté, soit devant le consulat d’Iran à Dubaï, soit en Iran même.

Illustration 7. Une partie de l’hôpital iranien et la mosquée iranienne, Dubaï, 2011.

Illustration 7. Une partie de l’hôpital iranien et la mosquée iranienne, Dubaï, 2011.

35En dehors des périodes de cérémonie, la mosquée iranienne conserve une activité quotidienne. Elle a été fondée en 1984 sur un terrain de 6000 m² avec le soutien de la Croix Rouge iranienne, des communautés chiites et le représentant de l’Ayatollah Khomeini (le Guide de la révolution iranienne de 1979, décédé en 1989). Le bâtiment a connu plusieurs phases de développement, notamment dans les années 2000, pendant lesquelles il a été élargi de 1250 m² à 2500 m². Il possède aujourd’hui quatre salles, une bibliothèque de 7000 ouvrages en plusieurs langues, dont une grande majorité est consacrée aux enseignements de l’Islam et du chiisme, un espace de vente de produits religieux comme des corans et des chapelets, un jardin d’enfants, une cuisine et des espaces dédiés à l’accueil des invités ou à la gestion administrative. La revue mensuelle de Nasim-e-Javan est publiée par la mosquée dans deux formats distincts de 5000 tirages, l’une pour les enfants et l’autre pour les adultes, et elle est distribuée dans les organismes iraniens de l’État comme l’hôpital iranien ou le Club des Iraniens. Des cours de persan mais aussi d’anglais y sont dispensés par des enseignants iraniens, et la prière hebdomadaire du vendredi est dite par l’Imam de la mosquée en deux parties, l’une en langue arabe, l’autre en persan.

Le nouveau Dubaï

  • 50 Si les migrants récents semblent constituer la majorité des résidents de ces quartiers modernes (en (...)

36À partir des années 1980 et surtout depuis les années 2000, un nouveau type de population arrive depuis les grandes villes iraniennes ou les pays occidentaux, dans un Dubaï dont les nouveaux quartiers n’ont plus la forme compacte et traditionnelle des quartiers de Dayra et de Bur Dubaï. Les nouveaux arrivants se dirigent plus facilement vers les hautes tours de la fameuse Skyline, les shopping malls, les bars, les restaurants mais aussi vers les quartiers résidentiels de grand standing tels que le quartier de Jumeira Beach Residence et de Marina, à l’extrémité de la ville et en direction d’Abu Dhabi50.

37Célibataires des deux sexes ou familles nucléaires, ces Iraniens ont souvent eu des expériences professionnelles dans leur pays d’origine ou dans un autre pays avant d’émigrer aux Émirats. Parlant couramment anglais, ils se fondent dans le caractère global de ces quartiers. Si les enseignes iraniennes perdent leur caractère ethnique dans ces nouveaux aménagements, il est intéressant d’observer que certaines ont pris en compte les références d’une nouvelle catégorie de migrants dont les caractéristiques diffèrent largement de celles des quartiers anciens. C’est le cas d’un restaurant fast food qui a ouvert dans le quartier de Marina en 2011 et qui a choisi le nom — assez burlesque — de « Feri Kassif-e-Tehroon » (littéralement, « Le sale Feri de Téhéran », Ill. 8), en se fondant sur la réputation du propriétaire d’une sandwicherie du centre de Téhéran, un vieillard peu soucieux de la propreté de son établissement, lui-même très connu de la jeunesse de la ville et des étudiants pour ses sandwichs « succulents, mais sales ». Le propriétaire du restaurant de Dubaï a fait preuve d’une stratégie de marketing intelligente en choisissant cette appellation. Il se sert de la bonne réputation dont jouit ce restaurant à Téhéran parmi les jeunes Téhéranais qui n’évoquent ce restaurant que sous le sobriquet de « Feri Kassif », littéralement « sale Feri » (Feri étant le diminutif du nom de propriétaire Fereydun).

Illustration 8. Restaurant « Feri Kassif-e-Tehroon », Marina, Dubaï, 2011.

Illustration 8. Restaurant « Feri Kassif-e-Tehroon », Marina, Dubaï, 2011.
 » 51Farsi 152.53, Farsi 1
  • 54 Moghadam, 2012.

38Dans ce nouveau Dubaï, les Iraniens, très actifs sur la scène récente des arts visuels, ont été à l’origine de la création d’espaces dédiés à l’art, comme la Fondation Ḥāfeẓ à but non‑lucratif, qui appartient à un grand entrepreneur iranien au sein du complexe financier de DIFC (Dubai International Finance Center). Ils exposent à la fois des vestiges de la culture du passé, comme des tapis persans rares, et des œuvres d’artistes contemporains iraniens. Ils ont également ouvert de nombreuses galeries d’art qui exposent les artistes iraniens et internationaux54.

  • 55 Minoui, 2007.
  • 56 Une grande partie des établissements universitaires de Dubaï, y compris l’université iranienne d’Az (...)

39Par ailleurs, quelques 11 500 étudiants iraniens55 étudieraient dans les universités de Dubaï (dont les universités iraniennes) et de Sharja. Si les universités de Dubaï n’ont toujours pas acquis le prestige des universités occidentales, néanmoins, les facilités pour obtenir un visa, l’ouverture d’antennes des universités occidentales de grande renommée et la possibilité d’étudier en anglais à Dubaï ont attiré un nombre important d’étudiants iraniens. Par ailleurs, deux universités iraniennes, l’Université Shahid Beheshti et l’Université Azad, situées dans le nouveau quartier de Knowledge Village56, ont également ouvert leurs antennes à Dubaï. Elles dispensent des cours dans la plupart des filières d’ingénierie, d’architecture et d’urbanisme et, pour certaines disciplines, il est possible d’y poursuivre ses études jusqu’au niveau du doctorat. Une grande partie des étudiants que j’ai rencontrés à l’Université Azad avaient obtenu leur bac dans les lycées publics iraniens de Dubaï, tandis que d’autres ont choisi d’y étudier en raison de la facilité à obtenir un titre de séjour à Dubaï.

  • 57 Moghadam, 2013a, p. 232-260.

40Si une barrière sociale et économique divise la partie ancienne de la ville du nouveau Dubaï, des lieux de sociabilité répartis dans l’ensemble de la ville facilitent des mobilités dans les deux sens. À titre d’exemple, les étudiants appartenant aux anciennes familles iraniennes et ceux qui viennent d’Iran pour poursuivre leurs études peuvent se rencontrer dans les campus universitaires situés dans les nouveaux quartiers de Dubaï. De même, certains enfants issus de la deuxième, voire de la troisième génération des Iraniens de Dubaï ont choisi de s’installer dans les nouveaux quartiers dans le but, par exemple, d’affirmer leur ascension sociale ou encore pour échapper aux pressions sociales et familiales des quartiers anciens où la plupart des familles se connaissent entre elles. Ces espace-temps à l’échelle de la ville (lieux physiques, mais aussi activités sociales et culturelles au sein des associations57) rendent possible un face-à-face en situation de migration entre les différentes catégories d’origines sociales et géographiques, et pourraient permettre de dépasser les hiérarchies sociales du pays d’origine, même si, au premier abord, celles-ci pèsent encore lourdement dans la manière dont les citoyens issus d’une même communauté nationale se perçoivent et se jugent entre eux.

Conclusion

  • 58 Adelkhah, 2005.
  • 59 Adelkhah, 2005.
  • 60 Anderson, 2006.

41À chaque vague de migration iranienne et à chaque groupe de population issu des grandes métropoles du pays, des régions périphériques du sud ou même des métropoles étrangères, correspondent, à Dubaï, des lieux de sociabilité et de consommation rappelant les habitudes et l’environnement du pays d’origine. La description de ces lieux révèle l’importance des localités vécues dans le contexte d’une ville dite « globale ». Tantôt ce sont des espaces communautaires, ethniques ou religieux, tantôt il s’agit d’espaces fréquentés par nostalgie du pays d’origine. Le cabaret, les restaurants et d’autres lieux de sociabilité cités dans cet article renforcent chez les Iraniens ce sentiment évoqué par Fariba Adelkhah qu’à Dubaï « on est un peu chez soi »58. Un chez‑soi imaginé, reconstitué parfois dans une version plus kitch et traditionnelle, correspondant à une nostalgie du passé réinventé (comme si le temps s’était arrêté, comme dans le Cabaret Téhéran, alors même que les fêtes privées à Téhéran ont aujourd’hui des allures avant-gardistes), ou bien à la tentative d’une reproduction à l’identique de lieux du pays d’origine. Ces espaces transnationaux permettent de maintenir les habitudes du pays que l’on a quitté parfois à contrecœur, de pratiquer sa foi, de familiariser ses enfants avec la culture d’origine, et de créer des liens symboliques ou matériels avec la mère patrie. Ce sont par conséquent aussi des espaces subjectivement réinventés, imaginés, qui incluent les critères d’une mémoire collective commune, d’une « culture ». Mais, en réalité, ils participent aussi à une nouvelle vie, à une nouvelle expérience de subjectivation liée à l’expérience migratoire. Cette « culture matérielle de l’expatriation », est produite aussi par la « communauté imaginée » nationale59 et participe au maintien d’une identité commune. Cette « identité nationale », loin d’être naturelle ou éternelle, n’est qu’un assortiment de « traditions inventées » avec des artefacts culturels construits par l’imagination et la mémoire collective60. Pour chaque catégorie de migrants, originaires des centres urbains ou de la périphérie, les formes symboliques et les codes de l’appartenance collective se différencient et renvoient à « une façon particulière » d’être Iranien, sans que les uns et les autres n’aient réellement une idée précise de la manière dont chacun construit « son Iran » en situation de migration. La diversité iranienne de ces espaces physiques à Dubaï est en réalité une matérialisation (une objectivation) des imaginaires nationaux, qui se concrétise dans l’espace de multiples manières. Ainsi, le fait même d’imaginer que l’on partage une certaine idée de l’Iran peut, lorsque le face-à-face est rendu possible, être à l’origine de nouvelles sociabilités auxquelles participent ces espaces urbains de caractère transnational.

42À l’échelle de la ville, ces espaces urbains sont mus et caractérisés par les pratiques transnationales dans des lieux aussi variés que la mosquée iranienne gérée par la République Islamique, les Persian nights des boîtes de nuit, le marché Murshid de la vieille ville, ou encore les restaurants du Marina Mall du Jumeira Beach Residence. Ces lieux permettent aux migrants iraniens de tisser en permanence, à Dubaï, des liens avec leur passé et leur présent, de rester en Iran tout en construisant leur vie à Dubaï. Ainsi, si ces liens dépassent symboliquement et physiquement les frontières de la ville et du pays qui ont accueilli les migrants, les espaces urbains produits par les pratiques transnationales en constituent la matérialisation.

Haut de page

Bibliographie

Abdullah M., The United Arab Emirates: A Modern History, London, Croom Helm, 1978.

Adelkhah F., Les mille et une frontières de l'Iran. Quand les voyages forment la nation, CERI/Karthala, Paris, 2012.

Adelkhah F., « Les migrants prodigues. Pratiques notabiliaires des émigrés iraniens dans le Golfe », in Jaber H., Métral F., (dir.), Mondes en mouvements : migrants et migrations au Moyen-Orient au tournant du xxie siècle,  IFPO, Beyrouth, 2005, p. 341-361.

Adelkhah F., « Les Iraniens de Californie : si la République islamique n’existait pas », Les Études du CERI, Sciences-po/CERI, n° 75, 2001.

Adelkhah F., « Transformation sociale et recomposition identitaire dans le Golfe : parfois malgré eux, toujours entre deux », Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le Monde Turco-Iranien, n° 22, 1996, http://cemoti.revues.org/136.

Anderson B., Imagined Communities. Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, Londres (nouvelle edition), Verso, 1999.

Anderson B., L'imaginaire national : Réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2006, 212 p.

Bayart J.‑F. & Warnier J.‑P. (dir.), Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses, Paris, Kartala, 2004.

Beaugrand C., « Émergence de la « nationalité » et institutionnalisation des clivages sociaux au Koweït et au Bahreïn », Chroniques Yéménites, n° 14, 2007, http://cy.revues.org/1466.

Beck U., Qu’est que le cosmopolitisme ?, Paris, Flammarion Alto Aubier, 2006.

Beck U., “The Cosmopolitan Society and its Enemies”, Theory, Culture & Society, vol. 19, n° 1‑2, 2002.

Beeman W., « Gulf Society Today: An Anthropologist’s View of the Khalijis » », Potter L.G. (dir.), The Persian Gulf in History, Palgrave Macmillan, 2010, p. 147-159

Bennetta J.‑R. & Martin D.‑C., Cultures populaires, identités et politique, Les Cahiers du CERI, n° 17, 1997.

Curzon G.‑N., Persia and the Persian Question, vol. 2, Routledge, 1966.

Davidson Ch., The United Arab Emirates, A study in Survival, Lynne Rienner Publishers, Boulder, 2005, 333 p.

Davis M., Le stade Dubaï du capitalisme, Paris, Les prairies ordinaires, coll. « Penser/Croiser », 2007.

Faist Th., “Toward a Transnational Methodology: Methods to Address Methodological Nationalism, Essentialism, and Positionality”, Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 28, n° 1, 2012, p. 51‑70, consulté le 20 août 2012.

Faist Th., “The Border-Crossing Expansion of Social Space: Concepts, Questions and Topics”, in Faist Th. & Özveren E. (dir.), Transnational social spaces: agents, networks and institution, Aldershot Ashgate, 2004, p. 1-34.

Fuccaro N., “Mapping the transnational community: Persians and the space of the city in Bahrein, c.1869-1937”, in Rasheed M. Al‑ (dir.), Transnational Connections and the Arab Gulf, London, coll. Research in transnationalism, Routledge-New York, 2005, p. 39-58.

Heard-Bey Fr., Les Émirats Arabes Unis, Paris, Karthala, 1999.

Heard-Bey F., From Trucial States to United Arab Emirates, Motivate Publishing, 2005, 548 p.

Kozhanov N., “U.S. Economic Sanctions against Iran: Undermined by External Factors”, The Middle East Policy, vol. XVIII, n° 3, 2011, p. 144-160.

Lavergne M., « Sur les ailes du désir, de Koweït à Mascate », Actes du Colloque « Le désir dans la ville arabe », École d’architecture Paris-Saint-Germain, revue en ligne Villes Territoires du Moyen-Orient, n° 1, novembre 2005, http://www.ifporient.org/sites/default/files/Article_lavergne.pdf

Ley D., “Transnational spaces and everyday lives”, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 29, n° 2, 2004, p. 151-164.

Mermier F., Le livre et la ville. Beyrouth et l’édition arabe, Arles, Actes Sud-Sindbad, 2005.

Moghadam A. 2013a, « Un espace social transnational entre les Émirats et le sud de l’Iran : les Khodmouni (Lârestâni) à Dubaï », EchoGéo, n° 25, 2013, http://echogeo.revues.org/13554

Moghadam A. 2013b, L’Autre rive : l’Iran recomposé de Dubaï. Étude des pratiques et discours des migrants iraniens, Thèse de doctorat en géographie, Université Lyon 2, 2013.

Moghadam A., « « L’art est mon métier » : émergence et professionnalisation du marché de l’art à Dubaï », Transcontinentales [En ligne], n° 12, 2012, http://transcontinentales.revues.org/1339

Montigny A., « Les Arabes de l’autre rive », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, n° 22, 1996, p. 51-81.

Nadjmabadi R. Sh. 2010a, Cross-Border Networks Labour Migration from Iran to the Arab Countries of the Persian Gulf”, Anthropology of the Middle East, Vol. 5, No. 1, 2010, p. 18‑33.

Nadjmabadi R. Sh. 2010 b, “The Arab Presence on the Iranian Coast of the Persian Gulf”, in Potter L.G. (dir.), The Persian Gulf in History, Palgrave Macmillan, 2010, p. 129-145.

Naficy H., The Making of Exile Cultures: Iranian Television in Los Angeles, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1993.

Niebuhr C., Description de l'Arabie : faite sur les observations propres et des avis recueillis dans les lieux mêmes, Amsterdam, Cicognara, 2 vols, 1774.

Nourbakhsh H., Bandar lenga dar sahel-e-khalij-e-fars [Bandar Lengeh dans le golfe Persique], Hormozgan, 1979.

Onley J., “Transnational Merchants in the 19th and 21st Century Gulf”, in Alsharekh A. (dir.), The Gulf Family: Kinship Policies and Modernity, London, SAQI in association with London Middle East Institute, SOAS, 2007.

Sadjadpour K., “The Battle of Dubai: The United Arab Emirates and the U.S.-Iran Cold War”, Carnegie Papers, http://carnegieendowment.org/2011/07/27/battle-of-dubai-united-arab-emirates-and-us-iran-cold-war/4a44, 2011.

Sayegh F., “Merchants’ role in a changing Society: The case of Dubai, 1900–1990”, Middle Eastern Studies, n° 34, 1986, p. 87‑102.

Vahabi N., Atlas de la diaspora iranienne, Paris, Karthala, 2012.

Vertovec S., Transnationalism, Taylor & Francis, Kindle Edition, 2009.

Wirth E., « Un centre urbain moderne de commerce et de services dans le Golfe Arabo-Persique », Cahiers de recherche, n° spécial, Lyon, GREMMO, 1988 (traduction française en 2002).

Articles de presse

Fattah H. M. & El Sawy N., “Young Iranians Follow Dreams to Dubai”, The New York Times, 4 décembre 2005: http://select.nytimes.com/gst/abstract.html?res=F00E1EF839550C778CDDAB0994DD404482 (Consulté le 20 janvier 2007).

GulfNews, 1er mars 2012, “Iranian Expats in the UAE See Polls as a Pointless Exercise”, http://gulfnews.com/news/region/iran/iranian-expats-in-the-uae-see-polls-as-a-pointless-exercise-1.988403 (Consulté le 05 avril 2012).

Joshi M., “Dubai Loses Gilded Status for Business-minded Iranians », UAE Top News, 2009, http://topnews.in/dubai-loses-gilded-status-businessminded-iranians-2168351 (Consulté le 30 juillet 2009).

Minoui D., « Depuis Dubaï, l’Amérique surveille l’Iran », Le Figaro, 19 janvier 2007.

Haut de page

Notes

1 Davis, 2007.

2 Ley, 2004.

3 Beck, 2002, p. 23.

4 Faist, 2004, p. 3-4.

5 Vertovec, 2009, p. 3.

6 Fuccaro, 2005 ; Onley, 2007 ; Montigny, 1996 ; Nadjmabadi, 2010b.

7 Nadjmabadi, 2010a ; 2010, Beeman, 2010.

8 Adelkhah, 1996, p. 33.

9 Bayart & Warnier, 2004.

10 L’article a été rédigé dans le cadre de l’axe « Intégration et espaces migratoires » du programme SYSREMO (Géographies de la mondialisation : Émergence d’un système régional au Moyen-Orient) financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR).

11 Faist, 2012, p. 51-52.

12 Abdullah, 1978, p. 221.

13 Vahabi, 2012.

14 Ibid., p. 221. Voir aussi Nourbakhsh, 1979.

15 Niebuhr, 1774, p. 269.

16 En 1935, Reza Chah Pahlavi demande officiellement à la communauté internationale de ne plus utiliser le terme de « Perse », mais de se servir du nom « Iran », utilisé avant cette date dans le langage local pour désigner son pays. Dans cet article, le terme « Iran » est utilisé pour désigner le territoire actuel du pays, sauf dans les citations d’auteurs occidentaux. De même, la catégorie des « migrants iraniens » comprend l’ensemble des populations originaires du territoire actuel de l’Iran, arabophones comme persanophones.

17 Abdullah, 1978, p. 222

18 Voir à ce propos Curzon, 1966, p. 409-410.

19  Abdullah, 1978, p. 232.

20 Heard-Bey, 1999, p. 244.

21 Abdullah, 1978, p. 105.

22 Sayegh, 1986, p. 89

23 Abdullah, 1978, p. 255

24 Davidson, 2005, p. 158

25 Sous les Safavides (1501–1736), le chiisme a été adopté comme religion officielle de l’Iran, et une partie des populations sunnites a été forcée de se convertir au chiisme. Les habitants de l’actuelle ville de Bastak ont résisté à la conversion forcée. Bastakiya est aujourd’hui considéré comme le quartier de patrimoine de la ville. Voir Heard-Bey, 2005, p. 246.

26 Abdullah, 1978, p. 278

27 Voir Nadjmabadi, 2010a, p. 21. Sentiment exprimé par mes propres interlocuteurs lors d’entretiens menés dans les E.A.U. et en Iran.

28 Le terme de « retour » est utilisé ici car ces derniers migrants l’emploient, considérant qu’ils sont retournés dans un environnement davantage familier avec celui de leur pays d’origine.

29 À propos des sanctions contre l’Iran et le rôle de Dubaï, voir Kozhanov, 2011.

30 Nous reprenons ici la définition d’Ulrich Beck de la cosmopolitisation comme « l’apparition de loyalismes multiples, ainsi que la multiplication de mode de vie transnationaux variés », Beck, 2006, p. 24.

31 Moghadam, 2013b.

32 Dubai Municipality Statistics, 1973 et 1985.

33  Articles de presse : GulfNews, 2012 ; Sadjadpour, 2011 ; Joshi, 2009 ; Fattah & El Sawy, 2005 .

34 Adelkhah, 2012, p. 371-467.

35 Anderson, 2006.

36 Moghadam2013a.

37 Une Ḥusayniyya est une salle de la congrégation pour les cérémonies rituelles chiites en particulier celles dédiées à la commémoration du mois de Muharram.

38 Voir à titre d’exemple Wirth, 1988 ; Sayegh, 1986 ; Heard-Bey, 2005.

39 Entretien effectué à Dubaï en 2010 avec Madame S., résidant à Dubaï depuis 25 ans et originaire de la ville d’Evaz en Iran.

40 Entretien personnel avec M. Khezri, Dubaï, 2010.

41 Lavergne, 2005.

42 Lors de plusieurs promenades nocturnes dans ce quartier, j’ai rencontré plusieurs personnes à la « recherche de plaisir » : un Jachou (« matelot » dans le langage des habitants du sud de l’Iran) originaire de Bandar Gonaveh en Iran m’a entraîné dans ses escapades à la recherche des prostituées pakistanaises. D’autres conversations dans les clubs de Dayra avec de jeunes Iraniens en visite m’ont informé qu’ils fréquentaient des prostituées. Ainsi que me l’a indiqué un autre de mes interlocuteurs, il existe également une prostitution masculine dans quelques boîtes de nuits étiquetées comme « homosexuelles » dans le quartier de Bur Dubaï, mais surtout à travers les réseaux internet et les sites de rencontres où, dans la section des « escorts », se trouvent des « garçons » de toutes origines.

43 Los Angeles rassemble, selon les estimations, entre 300 000 et un million d’Iraniens immigrés aux États-Unis majoritairement après la révolution de 1979. Voir Adelkhah, 2001.

44 Naficy, 1993, p. 55

45 Mermier, 2005, p. 158

46 Bennetta & Martin, 1997.

47 Catégorie de population présente dans la plupart des pays arabes du Golfe ainsi définie par Claire Beaugrand : « …Formule désignant littéralement les « sans [papiers] », résidents indigènes de longue date qui, ne possédant pas de documents prouvant l’ancienneté de leur séjour, sont de facto apatrides et considérés comme illégaux ». Voir Beaugrand, 2007.

48 Discours tenu lors de la cérémonie de Cham-e-Ghariban en 2011 au Club iranien de Dubaï.

49 Ce système permet à la personne disposant d’un Blackberry d’entrer en contact avec une autre personne grâce à un code composé de chiffres et de lettres sans nécessiter l’échange de numéros de téléphone, ce qui facilite la perspective d’une rencontre.

50 Si les migrants récents semblent constituer la majorité des résidents de ces quartiers modernes (en absence de statistique, ce constat n’est fondé que sur mon observation), j’ai également rencontré des enfants issus des anciennes vagues de migrations iraniennes à Dubaï qui aujourd’hui, adultes, ont préféré vivre dans les nouveaux quartiers de la ville. C’est le cas d’un de nos interviewés originaire du Balouchistan iranien.

51 Entretien effectué avec le propriétaire du restaurant à Dubaï.

52 Cette chaîne satellitaire, très emblématique depuis que sa diffusion a été jugée « illégale » par la République Islamique, diffuse des séries télévisées, asiatiques, sud-américaines et turques, doublées en persan, et dont le contenu des histoires tourne souvent autour des relations de couple, des mensonges, des infidélités, des rapports sexuels, etc. Diffusées à travers le monde, les séries sont suivies par les Iraniens tant à Téhéran et Dubaï qu’à Toronto et Los Angeles.

53 Né à Chiraz (1325–1389), Ḥāfeẓ est le poète de langue persane le plus populaire en Iran. Ses poèmes sont utilisés dans les pratiques de bibliomancie.

54 Moghadam, 2012.

55 Minoui, 2007.

56 Une grande partie des établissements universitaires de Dubaï, y compris l’université iranienne d’Azad, a été délocalisé en 2012 vers le nouveau campus d’Academic City, à proximité de Dubaï.

57 Moghadam, 2013a, p. 232-260.

58 Adelkhah, 2005.

59 Adelkhah, 2005.

60 Anderson, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. L’importance du marché iranien dans les échanges commerciaux du port de Dubaï.
Légende Légende :A : en provenance de. B : à destination de.Creek = la baie de DubaïHamriya P. : Port de Hamriyya, situé dans le nord de la ville et destiné aux activités des boutres.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2556/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Illustration 2. La Crique de Dubaï, Dayra, 2010.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Illustration 3. La boulangerie « Le nouveau Téhéran », Saṭwa, Dubaï, 2010.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Illustration 4. L’intérieur du Restaurant Ostadi, al-Karâma, Dubaï, 2010.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Illustration 5. Présence étatique iranienne à Dubaï, 2012.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2556/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Illustration 6. L’extérieur du Club iranien pendant les cérémonies d’Achoura, Dubaï, 2011.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2556/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Illustration 7. Une partie de l’hôpital iranien et la mosquée iranienne, Dubaï, 2011.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2556/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Illustration 8. Restaurant « Feri Kassif-e-Tehroon », Marina, Dubaï, 2011.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/2556/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amin Moghadam, « De l’Iran imaginé aux nouveaux foyers de l’Iran : pratiques et espaces transnationaux des Iraniens à Dubaï », Arabian Humanities [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 05 novembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://cy.revues.org/2556 ; DOI : 10.4000/cy.2556

Haut de page

Auteur

Amin Moghadam

Master of Public Affairs, Sciences Po-Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org