Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-François Breton (éd.), Le sanctuaire de ‘Athtar dhû-Risâf de ‘as-Sawdâ

Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 2011, 224 pages
Christian Darles
Référence(s) :

Jean-François Breton (éd.), Le sanctuaire de ‘Athtar dhû-Risâf de ‘as-Sawdâ, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 2011, 224 p., 70 ill. N & B, 70 ill. coul., Arabia Antica 7.

Texte intégral

1À la fin de l’année 2011, la septième livraison de la prestigieuse collection « Arabia Antica-Archaeological Studies », dirigée par Alessandra Avanzini et publiée par « L’Erma » di Bretschneider, a livré les résultats de recherches archéologiques menées il y a quelques années au cœur du Jawf yéménite. Ils concernent un petit sanctuaire extra-muros de Nashshān, aujourd’hui al-Sawdā’ : le temple de ‘Athtar dhū‑Riṣāf, daté des viiieviie siècles av. J.‑C. Nous devons à Jean‑François Breton d’avoir su récupérer, en association avec cinq spécialistes, la totalité de la documentation issue des recherches menées par plusieurs archéologues, architectes et épigraphistes, et de nous présenter une publication luxueuse.

2En 1980, la Mission archéologique française au Yémen a entrepris une première étude du temple de ‘Athtar dhū‑Riṣāf sans procéder à son dégagement. Une couverture photographique exhaustive et un ensemble de relevés architecturaux ont alors accompagné l’étude du décor. Quelques années plus tard, en 1988–1989, puis en 1990, lors de deux campagnes de fouilles, le dégagement a pu être réalisé, suivi par des travaux de consolidation et d’anastylose. Quelques courts séjours permirent de compléter différentes études, comme celle de Jean‑Claude Bessac en 1993 ou celle de Gérard Robine qui réalisa la maquette du monument aujourd’hui présentée au Musée National de Sanaa. Ce n’est donc que plus de vingt ans plus tard qu’il nous est donné de prendre connaissance des recherches effectuées et de leurs résultats, tandis que l’espoir de pouvoir conclure la fouille et de finir les travaux de sauvegarde se heurte à la situation dans cette région du Nord‑Est du Yémen, où pillages et destructions des grands sites archéologiques ne cessent de se répéter.

3Plusieurs communications et publications préliminaires avaient déjà porté sur cet édifice, ses gravures, ses inscriptions et ses techniques de construction. La seule publication générale sur cette découverte exceptionnelle est celle, en 1992, de Jean‑François Breton dans les Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles‑Lettres. Aujourd’hui, enfin, nous pouvons apprécier un ouvrage de synthèse consacré à un bâtiment qui, pour la première fois, a apporté des datations fondamentales pour la chronologie de la phase la plus ancienne de l’histoire de l’Arabie du Sud. Dès les premiers articles, une attention toute particulière a été portée au programme décoratif de grande ampleur incisé sur les piliers et les linteaux des portails successifs, représentant plus particulièrement des figurations humaines et de nombreux animaux. La découverte de ce sanctuaire a ainsi permis l’heureux renouvellement des recherches stylistiques en histoire de l’art de cette région durant l’Antiquité, et la reconstitution de la chronologie des commencements de l’histoire en Arabie du Sud.

4Le livre comprend huit chapitres relativement brefs, pour un total de 109 pages de texte. Plus de 110 pages sont consacrées aux figures, ce qui en fait un ouvrage particulièrement riche en illustrations, dont plusieurs font appel fort justement à la couleur. L’architecture de ce petit temple et sa décoration y sont privilégiées.

5Le chapitre 1, rédigé par Jean‑François Breton sur une dizaine de pages, est consacré à la description architecturale du temple. Aujourd’hui l’édifice a été détruit dans sa totalité, et il ne nous reste plus que ces quelques lignes pour témoigner de l’existence d’un monument aussi important pour l’histoire archéologique de l’Arabie.

6Le chapitre 2, de quinze pages, est une restitution de l’édifice qui, bien que détruit et enfoui, avait conservé la totalité des blocs qui ont pu être retrouvés. L’architecte Gérard Robine a eu le temps de les dessiner, ce qui a permis une anastylose parfaite et splendidement illustrée.

7Dans le chapitre 3, Jean‑François Breton étend son travail de restitution aux différents décors du temple. Les descriptions précises, là encore richement dessinées par Gérard Robine, permettront aux historiens de l’art de mieux comprendre les styles artistiques pratiqués et de mieux interpréter les motifs figurés.

8Dans le chapitre 4, Alessandra Avanzini réalise, à travers une douzaine de pages, une synthèse des apports fondamentaux des inscriptions de ce monument à la chronologie et à l’histoire la plus ancienne de cette région.

9Le chapitre 5, relativement court, concerne en quelques pages l’étude du matériel. Les objets, recueillis souvent à la hâte, mal conservés, souvent déplacés et parfois volés, n’ont été que peu étudiés. Seuls dix-sept d’entre eux sont ici décrits et pour la plupart reproduits. Certains comportent une inscription de quelques lignes ou, au minimum, de quelques lettres.

10Dans le chapitre 6, Jean‑Claude Bessac reprend en quinze pages ses recherches sur les matériaux et les procédés de construction mis en œuvre. L’auteur apporte donc une cinquième contribution — rare et précieuse ! — aux études sur les techniques de construction en Arabie du Sud antique. Il est cependant regrettable que l’étude n’ait pas pu s’étendre aux sites d’extraction du calcaire lumachellique utilisé pour la réalisation de ces magnifiques monolithes que l’on retrouve si fréquemment dans le Jawf.

11Le chapitre 7, rédigé par Jean‑Charles Arramond, est consacré à la céramique. On ne peut être que surpris par la faible quantité de fragments de céramique directement exploitables. Seuls treize formes complètes et 243 fragments de bords ont pu être étudiés, résultats d’une fouille qui a dû se limiter à un simple dégagement, reléguant à jamais peut-être l’étude stratigraphique des abords.

12Dans le chapitre 8, Jean‑François Breton tente de conclure l’ouvrage par l’histoire du sanctuaire. Mais l’absence de fouilles complémentaires du monument et la méconnaissance de ses relations avec l’environnement immédiat ne permettent pas d’approfondir notre connaissance historique, ni de placer cet édifice au sein du corpus très riche des sanctuaires du Jawf.

13Nous ne pouvons que regretter, avec Jean‑François Breton, le décalage entre le moment de la fouille, celui de l’étude et celui de la publication. De nombreux articles sont venus, dans les années 2000, compléter plusieurs aspects de cette découverte extraordinaire datée de 1980, notamment ceux de Rémy Audouin et de Mounir Arbach qui, malgré des pillages dans la ville d’al-Sawdā’, complètent et enrichissent notre connaissance des décors figuratifs du panthéon local. Mais l’impossibilité de clôturer le chantier, de compléter les corpus de matériels et d’inscriptions et de disposer d’une stratigraphie complémentaire ont affecté jusqu’à aujourd’hui l’étude exhaustive de ce temple.

14Pour autant, présenter les documents dans leur totalité était une œuvre nécessaire, réalisée ici avec ampleur et élégance. Nous sommes en présence d’une des meilleures études architecturales de l’Arabie du Sud antique exécutées ces dernières décennies, comparable aux grandes publications consacrées par exemple au Temple de Bêl à Palmyre, aux églises paléochrétiennes de Syrie du Nord ou, plus récemment au Qaṣr al‑Bint à Petra.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Darles, « Jean-François Breton (éd.), Le sanctuaire de ‘Athtar dhû-Risâf de ‘as-Sawdâ », Arabian Humanities [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 10 novembre 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://cy.revues.org/2512 ; DOI : 10.4000/cy.2512

Haut de page

Auteur

Christian Darles

École d’architecture de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org