Navigation – Plan du site
Lectures

Amélie Le Renard, Femmes et espaces publics en Arabie Saoudite

Paris, Dalloz, 2011, 352 pages
Laurence Louër
Référence(s) :

Amélie Le Renard, préface de Ghassan Salamé, Femmes et espaces publics en Arabie Saoudite, Paris, Dalloz, 2011, 352 p.

Texte intégral

1Le livre d’Amélie Le Renard constitue une remarquable ethnographie du changement social en Arabie saoudite. À travers l’étude des styles de vie des jeunes citadines de Riyad, l’auteure analyse très finement les effets des réformes mises en œuvre par le régime saoudien depuis les années 1990. Mesures économiques notamment axées sur la promotion du secteur privé et l’ouverture aux investissements étrangers, les réformes sont aussi de nature politique, ayant par exemple établi, en 1992, le Conseil consultatif. Souvent qualifiées de cosmétiques car elles n’ont, dans le domaine politique, que peu modifié les modes d’exercice du pouvoir et de prise de décision, les réformes ont produit des effets sociétaux considérables, modifiant insensiblement mais sûrement les rapports intrafamiliaux en transformant la place des jeunes femmes au sein de la cellule familiale et, par extension, au sein de la société, en particulier dans les zones urbaines. C’est tout l’apport du livre.

2Soucieuse d’améliorer son image de marque internationale afin d’attirer les investissements étrangers mais aussi de rassurer ses alliés occidentaux après les attentats du 11 septembre 2001, la monarchie saoudienne a développé un discours promouvant la modération et la tolérance. Pour casser l’image négative de la femme saoudienne véhiculée par les médias occidentaux et parfois arabes, elle explique que les femmes sont dotées de droits qui leur permettent de jouer un rôle actif dans le développement social, qui passe en particulier par leur accession au travail. A. Le Renard emploie judicieusement la notion de « mise au travail » pour analyser ce discours et les dispositifs qui l’accompagnent. Il s’agit en effet rien moins que de mettre en cause l’un des fondements de l’identité nationale saoudienne telle qu’elle s’est progressivement cristallisée à partir du boom pétrolier des années 1970 : en Arabie saoudite, société riche et particulièrement respectueuse des préceptes de l’islam, les femmes sont supposées ne pas avoir besoin de travailler, n’étant ainsi pas contraintes de sortir de l’espace domestique et d’enfreindre l’interdit religieux de la khalwa, qui défend à une femme d’être seule en présence d’un homme qui n’est pas son tuteur légal (le mahram, c’est-à-dire le père, frère, oncle ou mari).

3De nombreuses jeunes citadines se saisissent de cette redéfinition par le haut du rôle social des femmes pour ouvrir ce qu’A. Le Renard appelle leur « champ des possibles ». Cela commence par la négociation de leur mobilité avec leurs familles, négociation dont les modalités varient en fonction du milieu social. Outre la nécessité de sortir de l’espace domestique pour travailler ou étudier, les jeunes citadines disposent d’un nombre croissant d’espaces publics qui leurs sont réservés et permettent de concilier sortie dans l’espace public et respect de la khalwa. C’est le cas en particulier des centres commerciaux, dont le nombre a cru considérablement au cours de la décennie 2000. Il existe des centres commerciaux réservés aux femmes qui leur permettent de sortir pour se distraire. A. Le Renard montre comment ces espaces, fréquentés par des femmes qui, de plus en plus souvent, travaillent et disposent donc d’un revenu propre qu’elles dépensent au moins en partie pour des achats personnels, participent à la promotion de « modèles de féminité consumériste » devenus hégémoniques dans la société saoudienne.

4Pour justifier leur sortie de l’espace domestique, les jeunes femmes mobilisent les répertoires diffusés par le régime : une femme qui travaille incarne la réussite sociale, elle contribue à son épanouissement personnel et au progrès de la société. Le livre recèle des passages captivants consacrés au « développement personnel ». Ce discours issu d’un courant de la psychologie américaine consiste en une incitation à s’épanouir individuellement en approfondissant la connaissance de soi et des autres. Largement approprié par les acteurs religieux dans le monde arabe, il favorise une approche psychologisante et apolitique des problèmes sociaux qui connaît un succès foudroyant en Arabie saoudite via des ouvrages, des articles de presse et des conférences. À l’opposé des conceptions a priori qui voient dans l’orthodoxie religieuse islamique la raison principale des contraintes qui s’imposent aux femmes en Arabie saoudite, A. Le Renard montre que le contrôle de la mobilité des femmes recouvre des enjeux bien plus larges que le respect des injonctions religieuses, englobant à la fois l’ordre familial cellulaire et élargi ainsi que les relations entre catégories sociales aux statuts inégaux.

5D’une part, certaines jeunes femmes utilisent le discours religieux pour contourner certains interdits familiaux, expliquant à leur famille qu’il faut faire la distinction entre les interdits sociaux, qui relèvent de la coutume, et les interdits religieux proprement dits. Elles arguent qu’il est parfaitement possible de sortir seule et de travailler tout en respectant l’interdit de la khalwa. D’autre part, l’un des principaux dangers auxquels les familles estiment que les jeunes femmes sont exposées dans les espaces publics est l’atteinte à leur réputation et, par ricochet, celle de la famille nucléaire et élargie. La définition de ce qui constitue une atteinte à la réputation varie en fonction des milieux sociaux, allant du simple fait de marcher seule dans la rue dans certaines familles au fait d’avoir sa photo diffusée sur un site web à la suite, par exemple, du vol de son sac à main, et avec, de la photo personnelle. Ce dernier cas relève de ce que la société saoudienne considère comme un danger majeur pour les femmes : le chantage et, ce qui lui est souvent lié, le harcèlement. Les femmes peuvent être victimes de groupes de jeunes hommes qui les harcèlent pour leur parler, obtenir leur numéro de téléphone, voire se livrent à des attouchements sur elles. La scène peut être filmée et diffusée par Internet, ou bien les harceleurs menacent de le faire en échange d’argent ou du droit de sortir avec la fille qu’ils sont en mesure de compromettre. Dans ce contexte, le fait d’être entièrement voilée pour la plupart des femmes de Riyad correspond d’abord à la nécessité de préserver leur anonymat dans les espaces publics, afin qu’un comportement jugé inapproprié de leur part ou bien une situation de harcèlement n’aient pas de répercussion sur leur réputation. Une réputation ruinée a de graves conséquences, constituant notamment une entrave majeure à la réalisation d’un bon mariage mais aussi à celui d’autres membres de la famille.

6Dans la dernière partie de l’ouvrage, A. Le Renard s’interroge sur les modes de subversion et de contestation pratiqués par les jeunes citadines. Elle montre que les féminités consuméristes, fondées sur des présentations de soi incluant maquillage sophistiqué et port de vêtement de marques occidentales, subvertissent les modes de féminité religieux basés sur la réserve et la pudeur. Mais la féminité consumériste est elle aussi l’objet de critiques et de transgressions, comme le montre par certains aspects le phénomène des buyât (issu de l’anglais boy), ces jeunes femmes qui adoptent une présentation de soi masculine (cheveux courts et vêtements masculins) et qu’A. Le Renard a observées sur un campus universitaire féminin. Allant encore une fois à l’encontre des perceptions a priori du rôle de la religion dans la société saoudienne, l’analyse montre que la transgression des buyât, qui porte sur la norme de genre dominante, est perçue comme plus subversive que la transgression consumériste. Au fond, dans la société saoudienne d’aujourd’hui, ce qui importe est moins que les femmes se conforment aux préceptes religieux que le maintien de la distinction de genre. Ces différentes transgressions se pratiquent de manière collective avec un certain degré de coordination qui est l’une des conditions essentielles de leur possibilité et fonde l’existence des jeunes citadines comme catégorie sociale à part entière. Pourtant, si cette coordination est au fondement de changements sociaux de type incrémental, elle ne débouche pas sur des mobilisations collectives. C’est une autre des leçons de l’ouvrage : en Arabie saoudite, la subversion des normes s’opère en dehors de toute contestation sociale ou politique collective. En cela, A. Le Renard contribue à mieux nous faire comprendre la difficulté à faire exister des mobilisations collectives dans ce pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Louër, « Amélie Le Renard, Femmes et espaces publics en Arabie Saoudite », Arabian Humanities [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 10 novembre 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://cy.revues.org/2470 ; DOI : 10.4000/cy.2470

Haut de page

Auteur

Laurence Louër

Sciences Po, CERI CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org