Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce premier numéro d’Arabian Humanities clôt les vingt années de service des Chroniques yéménites créées par le Centre Français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa (alors CFEY, Centre Français d’Études Yéménites). Pour autant, il s’agit avant tout d’une renaissance. Sans renier ses origines, la revue du CEFAS se devait d’afficher ses nouvelles ambitions en accueillant des travaux menés sur l’ensemble de la péninsule Arabique par des chercheurs du monde entier, s’exprimant en anglais, français ou arabe. Que les cinquante chercheurs d’Europe, des États-Unis et de la péninsule Arabique qui ont soutenu le projet de rénovation de la revue en acceptant d’intégrer le comité de rédaction et le comité de lecture d’Arabian Humanities en soient ici remerciés : par leur enthousiasme et leurs encouragements, ils ont véritablement contribué à la concrétisation de ce nouveau projet éditorial.

2Ce numéro a donc aussi valeur de programme. Nous regretterons bien sûr qu’aucun texte en arabe n’en honore encore les ambitions, aussi devons-nous affirmer notre confiance dans la richesse linguistique et humaniste que cette revue entend promouvoir.

3En attendant, l’équipe d’Arabian Humanities est heureuse de présenter un très beau dossier coordonné par Blandine Destremau, Stéphanie Latte Abdallah et Marina de Regt sur « les transformations dans le genre en péninsule Arabique », composé de onze articles issus de recherches originales « de terrain ». Il poursuit la publication entamée dans le dernier numéro des Chroniques yéménites (n° 17) de trois des actes d’un colloque présenté au Caire en 2011, et qui, sous le titre « Genre et mobilités au Yémen et dans la Corne de l’Afrique », abordait la question des migrations de part et d’autre de la mer Rouge. L’attention portée aux transformations témoigne d’un retard à rattraper. De l’ile yéménite de Soqotra jusqu’au Bahreïn, en passant par Oman, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, les modifications dans les relations de genre se laissent découvrir, dans ce dossier, en laissant apparaitre des sociétés en mouvement.

4Du côté des contributions libres, présentées de manière chronologique, c’est aussi le mouvement, mais plus encore les mobilités qui sont à l’honneur. Philippe Pétriat explore la place tenue par les marchands hadramis de Djedda au milieu du xixe siècle. Il montre que cette communauté issue d’une région qui fait aujourd’hui partie du Yémen, devait davantage sa forte cohésion à la nécessité de défendre des intérêts face aux intérêts commerciaux d’autres acteurs extérieurs (européens et ottomans) qu’à une identification à leur vallée d’origine.

5Un petit dossier, construit à partir des travaux présentés dans un séminaire du CEFAS et un colloque qui s’est tenu à Barcelone en 2010, contraste fortement avec ce constat pour des périodes plus contemporaines, à travers trois articles qui investissent la question du « Yémen transnational ». Juliette Honvault et Anahi Alviso-Marino s’interrogent sur les limites de l’échange intellectuel, culturel ou artistique qui s’est noué au-delà des frontières yéménites, pour laisser Marine Poirier réexplorer le discours nationaliste et le rapport avec l’étranger du Parti Populaire Général de l’ex Président ‛Alī ‛Abd Allāh Ṣāliḥ.

6Enfin, l’étude anthropologique et linguistique de Frédéric Lagrange sur le dessin animé « Frīj », très populaire aux Émirats arabes unis, croise à la fois le thème du genre, et celui des mobilités et des rapports avec l’étranger. Dans la série dont il est question, quatre vieilles femmes émiraties aux revendications émancipatrices, dont deux sont d’origine étrangère (africaine et iranienne), invitent le chercheur à analyser la façon dont l’identité nationale, « confrontée aux multiples influences de la mondialisation et aux référents des cultures populaires arabes », est interrogée. L’article clôt, non sans relever l’humour de la série, ce premier numéro d’Arabian Humanities en lui assurant non seulement une belle cohérence d’ensemble, mais en soulignant aussi cette dynamique qui mobilise toute l’équipe éditoriale de cette nouvelle revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Honvault, « Éditorial », Arabian Humanities [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 20 mars 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/2106

Haut de page

Auteur

Juliette Honvault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org