Navigation – Plan du site
Transformations dans le genre en péninsule Arabique
Le genre des États

Le programme d’espacement des naissances au sultanat d’Oman

Un projet ‘moderne’ pour le couple et la famille. Émergence de nouvelles attitudes et pratiques reproductives
The Birth Spacing Program in the Sultanate of Oman: A ‘Modern’ Project for the Couple and the Family. Emergence of New Attitudes and Reproductive Practices
Jihan Safar

Résumés

Depuis 1994, Oman s’est démarqué du reste des États natalistes membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) en adoptant un programme d’espacement de naissances visant à réduire la taille de la famille omanaise. Les discours officiels sur la planification familiale cherchent à véhiculer de nouvelles attitudes ‘modernes’ vis‑à‑vis du nombre d’enfants. Dans une société qui a longtemps favorisé la descendance nombreuse, l’idéal de la famille restreinte et d’une fécondité contrôlée signale d’importantes transformations des relations familiales et des rôles conjugaux, modifiant en particulier les notions de masculinités et de féminités.
Des recherches menées en 2006 montrent que la politique d’espacement des naissances s’est heurtée à certaines résistances de la part des anciennes générations, mais que les jeunes générations plus éduquées y sont plus réceptives. Elles assimilent plus facilement que leurs aînés des notions plus individualistes sur la qualité de l’éducation donnée à l’enfant et sur l’importance de planifier les naissances au sein du couple.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Winckler, 2009, p. 201.
  • 2 Dans le cas du Koweït ou du Qatar, les réserves pétrolières abondantes et le déséquilibre démograph (...)
  • 3 Le premier recensement de 1993 estime une population totale de 2 018 000 habitants, et un taux de f (...)
  • 4 United Nations, 2009b.
  • 5 Eickelman, 1993, p. 654.

1L’année 1994 marque un point d’inflexion dans la politique de population omanaise avec la mise en œuvre du programme d’espacement des naissances (mubārada bayn al‑wilādāt) par le ministère de la Santé visant à réduire la taille de la famille et à trouver un équilibre entre la croissance économique et une croissance démographique plus rapide. Cette mesure paraît surprenante pour un État membre du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) supposé adopter, à l’instar des autres États, une politique demeurée longtemps nataliste. Le sultanat d’Oman cherche en fait à se distinguer non seulement pratiquement mais aussi officiellement1 des riches monarchies du Golfe, ces dernières favorisant la fécondité élevée par des incitations matérielles et morales afin de protéger l’identité nationale, en particulier face au poids grandissant de la population étrangère2. Penser à une planification familiale après des décennies d’attitudes pro natalistes peut également surprendre pour un pays relativement peu peuplé, d’une superficie d’environ 300 000 km2, qui comptait à peine deux millions d’habitants au milieu des années 19903. À l’époque, les autorités jugeaient trop basse la croissance démographique4 et interdisaient toute discussion publique sur les stratégies de population qui pouvaient, d’une manière ou d’une autre, affecter les décisions des individus à propos de la taille familiale, assimilant la population nombreuse à une force politique5. Le contexte de la Conférence internationale des Nations unies sur la Population et le Développement (CIPD) tenue au Caire (1994), la conduite du premier recensement omanais (1993) et la conférence « Vision pour l’économie omanaise : Oman 2020 » (1995) ont dès lors accéléré la mise en place d’une réelle politique de population. Du natalisme au planning familial, le gouvernement omanais affirme une approche « moderniste » dans la région, visant à modifier les idéaux familiaux et les comportements reproductifs. Les documents officiels évoquent « l’amélioration » ou « le changement positif » du comportement de fécondité, au sein d’un État moderne (dawla adītha). Des fonctionnaires interviewés au ministère de la Santé avaient effectivement déployé un discours sur la distinction omanaise, la fierté nationale et l’engagement citoyen depuis la mise en place de l’espacement des naissances en comparaison avec des pays pro natalistes comme le Koweït, ce dernier étant perçu comme négligent et peu soucieux du développement humain et économique.

« Les Koweitiens ne se soucient pas de leur avenir alors que plus de la moitié de leur population est constituée d’étrangers » ; « Il faut apprendre aux citoyens la notion de responsabilité selon les normes internationales (…) et contrairement au Koweït, notre souci vise le bien‑être des générations futures », ont‑il exprimé dans un langage de différentiation.

  • 6 Le sultanat a connu une modernisation socio‑économique exceptionnelle depuis l’arrivée au pouvoir d (...)
  • 7 Ali, 2002, p.1.

2Reproduire une famille restreinte, c’est donc reproduire l’image d’une nation « moderne » soudée par une responsabilisation collective, en particulier durant le règne du Sultan Qābūs b. Sa‛īd, au pouvoir depuis plus de quarante ans6. En plus d’assurer une légitimation au pouvoir et d’infléchir le niveau de fécondité, les programmes de planification familiale introduisent ou favorisent des notions sur le choix individuel, sur la responsabilité et l’indépendance personnelle : en bref, ils contribuent à construire un nouveau type d’individualité guidé par les constructions légales de la citoyenneté plutôt que par le contrôle communautaire et familial7.

  • 8 Suleiman, Ghassany & Farid, 1992, p. 219.
  • 9 Ces données portent uniquement sur la fécondité des Omanaises (15–49 ans). Ministry Of Health, 2011
  • 10 La Banque Mondiale estime un taux de fécondité général assez bas d’environ 2,2 enfants en 2011. Cep (...)
  • 11 L’âge au mariage passe pour la femme de 21,7 ans en 1995 à 24,8 ans en 2003, et pour l’homme respec (...)
  • 12 Pour plus de détails sur les déterminants proximaux de la fécondité à Oman, se référer à Eltigani, (...)

3Par ailleurs, la baisse spectaculaire de la fécondité a elle aussi été surprenante. D’un taux de fécondité d’environ 10,13 enfants par femme au début des années 19808 et considéré parmi l’un des plus élevés au monde, le taux a chuté à 4,7 enfants en 2000 et se situe autour de 3,24 enfants par femme en 20119, révélant une transition de fécondité très rapide, accomplie en seulement deux décennies10. Mesurer la part exacte de l’action gouvernementale dans le changement démographique demeure évidemment une tâche difficile, et d’autres facteurs directs et indirects contribuent conjointement à diminuer la fécondité. La modernisation socio‑économique entreprise depuis le début des années 1970 (éducation de masse, participation active de la femme, baisse de la mortalité infantile, urbanisation, etc.), le retard de l’âge au premier mariage11 et les changements de mentalités expliquent aussi la baisse rapide de la fécondité observée en une génération12. Le programme d’espacement des naissances aurait plutôt accéléré le mouvement déjà entamé du déclin de la fécondité.

  • 13 152 entretiens semi directifs et 30 entretiens menés auprès d’officiels (cadres et fonctionnaires d (...)

4Nous tenterons dans un premier temps d’analyser le revirement des discours et des pratiques officiels en matière de planification familiale, puis de saisir les moyens déployés pour créer un consensus général sur les avantages d’espacer les naissances. Dans un second temps, nous saisirons les transformations vécues par les familles omanaises à travers les exemples donnés par deux témoignages13, présentant les résistances et les changements générationnels liés à la fécondité et la planification familiale.

Discours officiels, moyens et succès du programme d’espacement des naissances

La diffusion de nouvelles normes sur la famille restreinte

Le discours ‘miraculeux’ du Sultan Qābūs sur la planification familiale : projeter l’image d’une nation « moderne »

  • 14 Ministry of National Economy, 2006, p. 83.
  • 15 Selon le recensement de 1993, environ 70 % des ménages omanais formaient une taille supérieure à ci (...)

5Prononcé en janvier 1994, le discours du Sultan Qābūs portant sur les comportements reproducteurs négociés entre l’épouse, son mari et le milieu médical constitue un tournant dans l’histoire démographique omanaise et dans la prise de conscience collective en matière d’espacement des naissances. S’appuyant sur les principes de l’islam et sur « l’intelligence » humaine, le Sultan Qābūs met en garde vis‑à‑vis du « fardeau » qu’une famille nombreuse représente pour la société, l’État et la famille14. Grâce à la planification (takhī) familiale, il suggère une taille optimale ne dépassant pas les cinq enfants par famille15. En particulier, il recommande d’adopter une rationalité fondée sur le choix individuel et réfléchi du nombre d’enfants, qu’il distingue du comportement de fécondité traditionnel, irréfléchi et fataliste régi par la seule croyance en la volonté divine et au destin. Le sultan paternaliste annonce à cet égard la préférence officielle pour un « changement positif » (taghyīr ijābī) du comportement reproductif :

  • 16 Winckler, 2009, p. 210 (traduit de l’anglais).

« Nous devons poser un regard différent sur la planification de la famille. Le modèle recommandé dans le monde est généralement de cinq membres par famille. Quand nous observons que la famille omanaise est constituée en moyenne de sept membres, et que subsiste une forte croyance en la provision par le Créateur, il nous faut aussi réaliser que le Miséricordieux nous a doté d’une intelligence et nous a vivement recommandé de l’utiliser16 ». 

  • 17 Notons qu’un certain conformisme s’est dégagé des discours officiels. Cela peut s’expliquer par le (...)

6Des fonctionnaires interviewés du Comité national pour la Population (al‑lajna al‑waaniyyā lil‑sukkān) ont d’ailleurs souligné la portée du discours du Sultan qui a désormais rendu licite l’utilisation des contraceptifs modernes17 :

  • 18 Pratique du retrait, continence prolongée, allaitement, etc.
  • 19 Pilule, stérilet, préservatif, stérilisation, diaphragme, etc.

« Tout a changé lorsque le Sultan a prononcé son discours sur la santé de son peuple et sur la nécessité de contrôler les naissances par la contraception. Depuis ce moment, tout est devenu alāl. Avant cela, des méthodes traditionnelles18étaient utilisées parce que l’homme refusait les méthodes modernes (al‑wasā’il al‑adītha)19, mais cela a commencé à changer grâce au discours du Sultan. »

7C’est d’ailleurs suite aux résultats du premier recensement omanais conduit en 1993 que s’est fortement manifesté le nouvel engagement de l’État dans le domaine de la population, comme l’expliquait ce responsable au ministère de l’Économie nationale :

« Avant 1993, dans l’unité administrative où je travaillais, on réfléchissait déjà à des politiques de population, mais ces idées n’étaient pas encore prises au sérieux. Ce n’est qu’après la parution des résultats du recensement de 1993 que le Sultan a accéléré la mise en œuvre de ces politiques devenues urgentes pour le pays, it was required to save our country. Dieu nous a donné un cerveau ! Il faut bien l’utiliser, non ? »

  • 20 La « génération de la nahḍa », appelée aussi « génération Qābūs », fait surtout référence aux Omana (...)
  • 21 Il est intéressant de noter que le Sultan Qābūs, divorcé de sa cousine paternelle au milieu des ann (...)

8L’espacement des naissances est dès lors assimilé à une réalisation « sultanienne » servant à légitimer le pouvoir du monarque, en particulier pour la « génération de la naha » née dans les années 1970 qui arrive (ou se trouve) en âge de se marier et de constituer une famille20. La famille omanaise devient ainsi un lieu où se négocient les notions de responsabilisation et un reflet de l’« État moderne » (« dawla ‘ariyya ») sous Qābūs21. De nouveaux slogans, inenvisageables il y a seulement une décennie et cités par un directeur du Comité national pour la Population, critiquent aussi l’abondance (kathra) des enfants et présentent un discours moderniste alliant qualité de l’enfant, planification familiale et développement économique :

« Le poids [familial] n’épargne pas [ne pardonne pas]» (al‑thiql mā yirham).

« Leur abondance et leur peu de bénédiction. » (kathratuhum wa qillat barakatuhum).

« Abondance sans fruit » (kathra bilā thamra).

9Telle une terre qui ne produirait plus, la famille prolifique n’est plus fructueuse, rentable et bénie. La quantité d’enfants représente un fardeau (thiql) pour la société et empêche un réel investissement en capital humain. L’État de bien‑être, qui avait pour idéal une famille nombreuse, redéfinit la norme de la taille familiale et s’inscrit donc dans la lignée du paradigme de la modernisation qui suppose que le développement de la famille restreinte est ‘bien’ et ‘désirable’ pour la société et pour l’État22. En particulier, le ministère de la Santé encourage les couples à opérer des choix sur la taille de leur descendance dans un cadre islamique, en toute liberté et responsabilité. Pour la santé de la mère et de l’enfant, il recommande de respecter des intervalles d’au moins trois ans entre chaque grossesse, de préciser le nombre désiré d’enfants et de mettre au monde des enfants entre 18 et 35 ans, grâce à une distribution gratuite des contraceptifs (wasā’il al‑mubārada) aux couples mariés23.

« Espacer » et ne pas ‘limiter’ les naissances

10Pour éviter de heurter les sensibilités locales d’une société conservatrice, le terme d’espacement (mubārada) des naissances est préféré au terme de limitation des naissances (tadīd al‑nasl). L’espacement, assimilé au principe d’organisation de la descendance (tanīm al‑nasl) et de planification (takhī), suppose une contraception temporaire et n’est pas directement associé à une mesure ‘antinataliste’. En revanche, le discours — très peu exploité — sur la limitation de la descendance signifie un contrôle de la population et un arrêt définitif des naissances par la contraception supposé contraire aux principes islamiques. Une directrice interviewée du Comité national de la Population affichait une réserve quant à la divulgation publique d’un nombre d’enfants précis associé dans l’opinion publique à une mesure de réduction délibérée des naissances :

« — On ne discute pas du nombre d’enfants pour des raisons bien spécifiques… On ne limite pas (lā nuaddid) le nombre d’enfants, et mon intention n’est pas de réduire la population mais de planifier (tanīm) les naissances, de trouver le bien‑être, de parler de la santé de mon peuple et du contrôle par les moyens contraceptifs. Il est question de family empowerment. Les gens choisissent le nombre d’enfants qu’ils désirent.
— N’y a‑t‑il pas un nombre d’enfants recommandé officiellement ?
— Aucun… mais disons que l’on estime que cinq enfants est un bon chiffre (…). But my program is health, not number. »

  • 24 Les femmes en âge de procréer (15–49) formaient 29 % de la population omanaise en 2011 (Ministry of (...)

11En effet, organiser la vie procréative et la famille (tanīm al‑usra) pour préserver la santé de la mère et de l’enfant reste difficilement réfutable par une société qui glorifie la maternité et assigne à la femme une fonction essentiellement reproductive24.

Le baby boom des années 1980 et l’effet de la transition démographique

  • 25 D’un taux de mortalité infantile proche de 200 décès p. 1000 naissances durant les décennies 1950–1 (...)
  • 26 En plus d’une natalité élevée, l’immigration étrangère massive a provoqué une croissance démographi (...)

12La baisse drastique de la mortalité infantile amorcée dès 1970 a été un facteur essentiel de la croissance démographique et de l’agrandissement de la famille omanaise25. La rapide transition épidémiologique a généré une ‘surprise’ pour les femmes, mais aussi pour l’État qui devait faire face à un accroissement démographique exceptionnel d’environ 4 % par an26. Des fonctionnaires expliquent :

« La femme ne s’attendait pas à enfanter d’un si grand nombre de survivants ! Les gens étaient surpris ; et lorsqu’ils l’ont réalisé, il était déjà trop tard. »

« Cette croissance démographique n’était pas prévisible ! C’est alors que nous avions décidé d’appliquer l’espacement des naissances pour ralentir l’accroissement de la population, sinon nous encourions de sérieux problèmes socio‑économiques.»

  • 27 En 1993, plus de la moitié de la population omanaise avait moins de 15 ans. En 2010, 71,2 % de la p (...)

13Le développement économique ne semble plus aujourd’hui en mesure d’absorber une main‑d’œuvre de jeunes Omanais éduqués et nombreux (60 % de la population omanaise a moins de 30 ans) qui commencent, dès le début des années 1990, à arriver sur un marché du travail déjà saturé, dans un contexte général d’amenuisement de la rente pétrolière et d’aggravation du chômage (estimé à 15 %)27. Les fonctionnaires se sont d’ailleurs exprimés en des termes malthusiens, considérant l’objectif d’atteindre un équilibre entre la population et les ressources disponibles :

« La croissance démographique (al‑numū al‑sukkāni) n’accompagne pas la croissance économique, qui reste trop faible. Les ressources ne vont pas durer et ne peuvent pas doubler, il faut donc diminuer la population (…). La tendance ne peut changer que si la femme contrôle ses grossesses. »

  • 28 Selon la loi du temps de doublement t= ln(2)/a ou 0.693/a, avec a= le taux d’accroissement annuel.

14Le ralentissement de la croissance démographique est supposé avoir des répercussions positives sur le développement économique grâce à une élévation du niveau de vie et une baisse des dépenses publiques (en matière d’éducation, de santé, de logement, etc.). Or, malgré la baisse observée du taux d’accroissement annuel de 4 % dans les années 1980 à 2,2 % actuellement, le taux reste élevé et suppose un doublement de la population dans les trente prochaine années28.

Le nouveau symbolisme familial : une forme idéalisée du couple et de la famille omanaise moderne

  • 29 Les entretiens menés ont montré une familiarité aux slogans et logos mentionnés. Drysdale, 2010, av (...)

15L’image ci‑dessous, qui représente le logo officiel de la campagne d’espacement des naissances figurant en tête de toutes les brochures, documents et affiches du ministère de la Santé, est révélatrice des aspirations novatrices en matière de fécondité et de modèles familiaux diffusés dans le pays. Les Omanais sont d’ailleurs très familiers de ce logo29 qui met en scène la forme idéalisée d’une famille monogame et nucléaire, formée de trois enfants :

« La santé de la famille par l’espacement des naissances »

« La santé de la famille par l’espacement des naissances »

16L’image montre un couple uni qui communique sur la santé reproductive, avec la bénédiction du ministère de la Santé (le croissant et les deux poignards à lames croisées, ou khanjār‑s) et celle nationale (les trois couleurs de l’emblème omanais, vert, rouge et blanc). Cette image révèle les représentations officielles d’une famille omanaise à la fin du xxe siècle, heureuse, nucléaire, moderne, intelligente et restreinte. L’iconographie met aussi en avant l’aspect sentimental du couple (la femme tenant le bras de son mari) qui prône le dialogue, la communication et la responsabilité (en particulier l’image peu traditionnelle du père portant son enfant). Contrairement à la femme autrefois valorisée par sa descendance nombreuse, la mère « moderne » forme une faible descendance à des intervalles d’environ trois ans, en préservant la chasteté et les valeurs musulmanes (image de la femme voilée et vêtue selon des normes conservatrices). Les messages collectifs répandus dans les villes et les villages cherchent donc à diffuser un modèle idéalisé du couple communicatif se concertant sur la santé reproductive et participant à l’élaboration d’un projet responsable, en contraste avec l’ancien modèle de la famille patriarcale, nombreuse, autoritaire et régie principalement par les décisions masculines et familiales en matière de fécondité.

Les moyens mis en œuvre pour disséminer les idéaux sur la famille restreinte

La diffusion de messages individuels et collectifs

  • 30 Pour plus de détails, voir Ministry of Health, 2001.

17La campagne de sensibilisation a mobilisé de nombreux acteurs religieux et institutionnels (Organisation mondiale de la Santé, Fonds des Nations unies pour la Population) dans le but de créer un large consensus au sein de la population sur les avantages d’espacer les naissances. La campagne médiatique, la communication interpersonnelle, les groupes de discussion, la participation communautaire ont permis une meilleure connaissance des méthodes contraceptives et ont sensibilisé les différentes tranches d’âge de la population30. Une directrice interrogée au ministère de la Santé explique la réussite de cette campagne :

  • 31 Mise en place par exemple d’un concours de dissertation dans les lycées sur le thème de l’espacemen (...)

« L’espacement des naissances est une stratégie globale qui a été menée dans les écoles31, à travers les journaux, les clubs, la radio, la télévision, les conférences, les associations féminines, et cela dans toutes les provinces du pays. Il fallait utiliser tous les moyens de communication possibles pour transmettre nos messages. Notre campagne d’espacement des naissances a été vraiment efficace. »

18De plus, la campagne globale a ciblé les différents membres de la famille, s’adressant aussi bien au mari (« Montre à ta femme et à ta famille que tu te soucies d’eux et espace les naissances de tes enfants ») qu’aux parents et beaux‑parents (« L’espacement des naissances est une responsabilité familiale »). Dans une société patriarcale où la famille continue à déterminer les comportements reproductifs du couple, il semble en effet important de considérer le rôle de la famille élargie (al‑usra al‑mumtadda) dans la campagne de sensibilisation. D’autres messages ciblaient les individus et le couple (« Les personnes intelligentes espacent les naissances » ; « Partout dans le monde, de plus en plus de couples choisissent d’espacer ») afin de promouvoir des attitudes « modernes » et d’engager le couple dans un choix reproductif qui soit moins dépendant de la famille élargie ou de l’homme.

Une médicalisation croissante des comportements

  • 32 2 037 femmes ont été interrogées dans le cadre de cette enquête. Ministry of Health, 2000.

19Avant 1994, les femmes pouvaient obtenir des méthodes contraceptives modernes dans certaines cliniques privées ou pharmacies de la capitale. Depuis la mise en place du programme d’espacement des naissances, ces services accessibles aux couples mariés sont désormais dispensés gratuitement dans les hôpitaux et cliniques du pays. De plus, un suivi médical avant, durant et après la grossesse vise à instaurer une plus grande confiance entre les utilisatrices des méthodes contraceptives et les médiateurs institutionnels. En particulier, un « Livret d’enregistrement de l’espacement des naissances » consacré à l’histoire contraceptive de la femme lui est délivré (mentionnant l’intervalle entre les naissances, la méthode utilisée, etc.). Par ailleurs, le rôle attribué à l’équipe médicale dans la connaissance et la distribution des méthodes contraceptives a été significatif : 80,9 % des femmes ont rencontré un médecin avant d’utiliser une méthode de contraception ; 43,3 % des Omanaises ont été conseillées par l’équipe médicale avant l’utilisation d’un contraceptif, en particulier pour la pilule, le diaphragme et la stérilisation ; et 60,7% des femmes interrogées ont obtenu les contraceptifs à l’hôpital public32.

Inclure l’homme : vers une paternité responsable

  • 33 En 2010, dans le cadre de la campagne menée dans la région d’al‑Bāṭina, un minibus s’était déplacé (...)
  • 34 Ministry of Health, 1997.
  • 35 Ministry of Health, 2000.
  • 36 Al‑Rawahi & Sharts‑Hopko, 2002.
  • 37 HÉritier, 2002.
  • 38 53,3 % des femmes du groupe 25–29 ans « pensent pouvoir demander au mari d’utiliser une contracepti (...)
  • 39 La part de femmes actives passe de 8,6 % en 1993, 22,2 % en 2003 à 27% en 2010 (« Smaller family is (...)

20La stratégie a consisté à encourager le mari à avoir un rôle plus actif dans la vie reproductive du couple33. La majorité des hommes omanais (61 %) ont considéré que la contraception moderne a des effets indésirables, et un tiers a estimé qu’elle peut causer une stérilité34. De plus, presque deux‑tiers des Omanaises interrogées ont considéré qu’avoir un enfant supplémentaire relevait du ressort décisionnel du mari35 et 16 % ont déclaré ne pas utiliser de moyen contraceptif à cause de la désapprobation du mari36. À Oman, la permission du mari est obligatoire dans les cliniques et les centres de santé avant tout usage contraceptif par l’épouse, témoignant d’une certaine autorité masculine dans les décisions contraceptives et d’une persistance des normes patriarcales. La fécondité reste un « lieu central de la domination du masculin »37 et cette contraception « conditionnelle » ne permet pas aux Omanaises de totalement sortir de cette domination, d’où l’importance de cibler le mari et d’orienter son comportement reproductif. Le mari, pourvoyeur principal des ressources, peut d’ailleurs répudier son épouse ou user de la menace de la polygamie si sa femme échoue à produire le nombre d’enfants qu’il désire38. Comme moyen de convaincre l’homme d’espacer les naissances, l’argument économique est souvent utilisé. Dans un contexte de consommation accrue et d’amenuisement de la rente pétrolière, planifier les naissances permet au chef de ménage (rabb al‑usra) d’alléger les coûts élevés d’une famille nombreuse et d’augmenter son niveau de vie. Les arguments sur la santé de la mère et de l’enfant sont aussi employés dans le but de redéfinir les perceptions de la maternité ; de même que l’entrée de la femme dans la vie active nécessite de prendre en compte la question de la fatigue de la mère39.

« Aujourd’hui, c’est le travail qui impose à la femme d’espacer les naissances parce que le travail risque de la fatiguer moralement et physiquement » ; « le mari peut accepter l’espacement si son épouse est une employée (muwaẓẓafa). Espacer permet aussi à la femme de préserver sa santé, sa beauté et son éducation », ajoutait la directrice d’une association féminine à Mascate.

  • 40 Al‑Rawahi & Sharts‑Hopko, 2002.

21Concernant l’argument religieux, un homme sur cinq déclarait dans une enquête menée en 1994 que les méthodes contraceptives étaient interdites (aram) par l’islam40, une constatation qui rend utile d’évoquer publiquement ce sujet en engageant les autorités religieuses. À cet égard, un fonctionnaire interrogé confirme la légitimité islamique des méthodes contraceptives :

« Nous ciblons les hommes. Nous pesons le aram et le alāl. Nous expliquons les effets secondaires des méthodes d’espacement des naissances (al-waā’il al‑mubārada bayn al‑wilādāt). Nous expliquons par exemple que depuis des siècles, Ibn Sīnā [Avicenne (980–1037)] avait proposé une vingtaine de méthodes contraceptives dont la plus connue est le retrait (‘azl). Nous expliquons qu’en islam, il est toléré de planifier. »

  • 41 Omran, 1992.
  • 42 L’ibadisme est la troisième doctrine de l’islam pratiquée essentiellement à Oman. Il n’existe aucun (...)
  • 43 Pour plus de détails, voir Omran, 1992.
  • 44 L’allaitement allonge l’intervalle entre deux naissances. À Oman, le code sur la commercialisation (...)
  • 45 Drysdale, 2010, p. 134.

22Les différentes écoles de jurisprudence mentionnent l’usage de méthodes contraceptives, en particulier le retrait, ou coïtus interrompus (‘azl), pratiqué à l’époque du Prophète. Al‑Ghazālī (1058–1111) approuvait cette méthode contraceptive car elle permettait selon lui de préserver l’aspect physique et la beauté de l’épouse41. D’ailleurs, la position de l’école ibadite (kharijite)42 coïncide avec la position de la majorité des théologiens pour qui le retrait est acceptable s’il est effectué avec le consentement de la femme43. La loi musulmane préconise aussi l’allaitement au sein pour une durée de deux ans comme moyen traditionnel d’espacer les naissances44. L’impact de la campagne de sensibilisation ciblant l’homme reste toutefois mitigé : les cliniques restent ségréguées et les femmes que reçoivent les services d’espacement des naissances ne sont pas accompagnées par leur mari45.

Donner une légitimité religieuse

  • 46 L’opposition entre politique et religion n’est d’ailleurs pas spécifique à l’Oman contemporain. Dan (...)

23La participation des religieux (‘ulamā’ al‑dīn), notamment des imams de mosquées et du grand mufti d’Oman, le cheikh Aḥmad al‑Khalīlī, a permis de répandre plus facilement l’idée que l’espacement des naissances était dans l’intérêt de la santé de la mère et de l’enfant. Comme l’explique un directeur du Comité national de Population, la résistance des religieux à la planification familiale a été faible à Oman en comparaison avec d’autres pays musulmans (tels qu’en Égypte ou en Algérie) dans lesquels les polémiques et les débats s’étaient manifestés plus ardemment, le planning familial ayant été accusé d’être une conspiration occidentale qui vise à réduire le nombre des musulmans46:

« Au départ, les mosquées ne voulaient pas participer au programme d’espacement des naissances, cela a pris un certain temps avant que les religieux n’acceptent de faire des sermons (da‘wa) le vendredi. Mais chez nous, les religieux ont agi très vite en acceptant l’idée du changement, ce qui n’est pas le cas d’autres pays plus réticents à la planification familiale et au changement de leur société. »

  • 47 Le ministère des Dotations (awqāf) et des Affaires religieuses collabore avec le ministère de la Sa (...)

24Les autorités religieuses, à majorité ibadites, ont semblé approuver la planification familiale et se conformer au discours gouvernemental, accélérant ainsi l’établissement d’un consensus national autour de l’espacement des naissances47.

Les indicateurs sur la santé reproductive : de réels progrès depuis le milieu des années 1990

Une baisse substantielle de la fécondité

  • 48 La taille moyenne du ménage passe de 8 personnes en 1993 à 7,5 personnes en 2010 (« Smaller family (...)

25La fécondité a diminué de moitié en une décennie (Tableau 1) et cela dans toutes les régions du pays (Figure 1), révélant une transformation générale du comportement reproductif des Omanais. Aussi, la proportion des moins de 15 ans dans la population totale a décliné : de 51,6 % en 1993, cette tranche d’âge forme 40,6 % de la population en 2003 et 35,2 % en 201048.

Tableau ‑ Taux de fécondité des Omanaises (1995–2011)

Année

Taux de fécondité

1995

6

1996

5,2

1997

4,8

1998

4,8

1999

4,6

2000

4,7

2001

4,2

2002

3,64

2003

3,56

2004

3,19

2005

3,14

2006

3,19

2007

3,13

2008

3,3

2009

3,3

2010

3,25

2011

3,24

Source : Ministry of Health, Annual Health Report, 2011

Figure ‑ Taux de fécondité par région et par gouvernorat dans les deux recensements de population

Figure ‑ Taux de fécondité par région et par gouvernorat dans les deux recensements de population

Sources : General Census of Population, Housing and Establishments 1993 ; Oman General Census of Population, Housing, and Establishments 2003

26De plus, le nombre des naissances a décliné depuis 1993 pour toutes les tranches d’âges des Omanaises (Figure 2), particulièrement pour la tranche des 20–24 ans (279,2 naissances p. mille femmes en 1993 contre 93,2 en 2011), la tranche des 25–29 ans et les adolescentes de 15–19 ans (68,4 naissances p. mille femme en 1993 contre 10,7 p. mille en 2011).

Figure ‑ L’évolution de la fécondité par âge (1993–2011)

Figure ‑ L’évolution de la fécondité par âge (1993–2011)

Source : Ministry of Health, Annual Health Report, 2011

Des intervalles de plus en plus prolongés entre les naissances

  • 49 Suleiman, Ghassany & Farid, 1992.
  • 50 Ministry of Health, 2000.
  • 51 En 1989, l’intervalle est de 20,8 mois pour les femmes de 15–19 ans et de 29,7 mois pour celles âgé (...)
  • 52 Voir le septième Plan quinquennal pour le développement de la santé (2006–2010) du ministère de la (...)

27Le ministère de la Santé avait pour objectif de diminuer les grossesses précoces, celles très rapprochées et les grossesses à un âge tardif. Le pari est réussi. L’intervalle entre les naissances s’est prolongé en moyenne de 26,5 mois49 à 29,8 mois50, soit un gain de plus de trois mois en une décennie51. De plus, la proportion de femmes donnant naissance à des intervalles supérieurs à trois ans a augmenté de 32,7 % en 2000 à 39,1 % en 2005. La proportion des jeunes femmes enceintes âgées de moins de 20 ans a diminué de 7,51 à 4,14 % tandis que la part des femmes enceintes âgées de plus de 35 ans a baissé de 17 à 14,14 % entre 2000 et 200552.

Une meilleure prévalence et connaissance contraceptives

  • 53 Suleiman, Al‑Riyami, Farid et al., 1995.
  • 54 Ministry of Health, 2000.
  • 55 Idem.
  • 56 36,76 % ont entre 30–39 ans et 4,50 % entre 40–49 ans.
  • 57 18,65 % ont entre 5‑7 enfants et 8,22 % ont 8 enfants et plus. Ministry of Health, 2011.
  • 58 Ministry of National Economy, 2009.
  • 59 Ministry of Health, 2011.
  • 60 Ministry of Health, 2000.
  • 61 Ministry of Health, 2001.

28Le taux de prévalence contraceptive des Omanaises actuellement mariées est passé de 23,7 % en 199553 à 31,7 % en 200054. Parmi ces femmes, 24,6 % utilisaient des méthodes contraceptives modernes, essentiellement les injectables, la pilule et la stérilisation féminine55. Autre indice significatif : le nombre de nouvelles utilisatrices dans les cliniques d’espacement des naissances est passé de 15 913 clientes omanaises en 2005 à 18 988 en 2011. Parmi ces utilisatrices, 58,7 % avaient moins de 30 ans56 et 73,1 % avaient moins de 5 enfants57. Par ailleurs, sur le nombre total des revisites, 84 548 des utilisatrices (87,89 %) étaient venues pour se réapprovisionner en moyen contraceptif, 4 055 pour un suivi, 1 401 pour des problèmes liés au contraceptif, 5 488 pour changer la méthode contraceptive et 516 pour le retrait du dispositif intra‑utérin (DIU)58. Les utilisatrices préfèrent la pilule (31,5 %), les injectables (28,7 %) et les préservatifs (19,3 %). La majorité (93,8 %) s’est dite également satisfaite des méthodes utilisées59. De même, en matière de connaissance contraceptive, les Omanaises sont de plus en plus informées des différentes méthodes contraceptives. En 2000, 97 % avaient entendu parler d’au moins une méthode moderne et 74 % de cinq méthodes ou plus60, notamment la pilule et les injectables. Selon une autre étude menée en 2001, 93,5 % des adolescents (15–19 ans) connaissaient au moins une méthode contraceptive : 73,2 % des garçons et 77,9 % des filles ont estimé que la période d’espacement entre les naissances doit être d’au moins deux ans ; et 70,7 % des filles ont dit accepter d’utiliser un moyen moderne dans l’avenir contre 66,6 % pour les garçons, attestant d’attitudes positives en matière de santé reproductive61.

29Ainsi, les statistiques disponibles ont montré le succès de la campagne médiatique d’espacement des naissances et la prise de conscience accrue en matière de planification familiale. Ces mutations supposent des changements importants des dynamiques familiales et des comportements reproductifs.

Entre acceptabilité et résistance à l’espacement des naissances : deux témoignages non officiels illustrant le changement générationnel

30Les entretiens semi‑directifs menés à Oman ont témoigné de l’intervention croissante de l’État en matière de fécondité depuis 1994. D’après nos observations, la politique d’espacement des naissances s’est heurtée à certaines résistances, mais semble toutefois recueillir un assez large consensus au sein de la population. En particulier, les générations éduquées ont critiqué les pratiques reproductives de leurs parents (généralement très peu instruits) et assimilé des logiques plus individualistes et « modernes » sur la famille et l’enfant.

L’émergence de nouvelles masculinités : le témoignage de Ḥasan

  • 62 Fargues, 2001.

31Les Omanais issus des anciennes générations et pour la plupart mariés avant 1970, ont généralement perçu la mesure de l’espacement des naissances comme une trahison de l’État‑providence auparavant pro nataliste. Pendant le boom pétrolier des années 1970, le contexte rentier favorisait la constitution d’une famille prolifique et patriarcale62. Or depuis la mise en place de l’espacement des naissances, la crise de confiance ressentie par la génération ayant vécu cette ère rentière s’accompagne d’une démystification politique qui semble ébranler l’ancien pacte social entre l’État, l’individu et la famille. Ḥasan, résident à Mascate (42 ans, professeur et père de cinq enfants) livre un discours sur les répercussions négatives ressenties par l’ancienne génération depuis le revirement, en 1994, des normes sur la taille de la famille. Il relate en particulier la réaction de son père (polygame, père de vingt‑six enfants et vivant à Ṣalāla), blâmant les autorités omanaises :

  • 63 Entretien mené à Mascate, avril 2006.

« Ce sont des menteurs (kadhdhābīn). Ils nous avaient promis l’État de bien‑être (dawlat al‑rafāhiyya) mais nous n’avons rien vu de toutes leurs promesses, ni moi, ni mon père ! Mon père qui a vingt‑six enfants de ses quatre femmes m’a dit : « L’État m’a trompé (al‑dawla khadaratnī), les enfants sont une responsabilité (al‑awlād mas’ūliyya) ». Mon père pensait que l’État allait assumer toutes les dépenses des enfants ; or l’État n’a rien fait, et dès le début des années 1990, les personnes âgées ont commencé à critiquer [la non prise en charge par l’État des coûts de l’enfant] et à se dire qu’au final, les enfants étaient bel et bien une responsabilité [économique] pour l’homme. C’est avec les politiques d’espacement des naissances qu’ils ont senti la trahison… un vrai choc… Depuis ce temps, il y a eu un changement et de nouvelles façons de penser. »63

  • 64 Sur les 18 cas d’Omanaises vivants dans une union polygame, la totalité a déclaré n’avoir jamais ut (...)

32Outre la relation altérée entre l’État et l’individu, le discours de Ḥasan témoigne de nouvelles masculinités. L’évolution des schémas nuptiaux et procréatifs du père et du fils atteste des changements générationnels survenus au sein d’une même famille. Tandis que pour le père (marié en 1952) un des attributs centraux de la masculinité était lié à une descendance nombreuse maximisée par la pratique de la polygamie, ce modèle patriarcal semble battu en brèche par son fils (marié en 1985), père de cinq enfants d’une union monogame64. En une génération, le nombre d’enfants par homme est divisée par cinq. Le père de Ḥasan, qui a vécu la période de l’abondance pétrolière, a effectivement « produit » seul ce que produisent aujourd’hui cinq Omanais en moyenne. Par ailleurs, les propos suivants de Hassan concordent avec la rhétorique gouvernementale sur l’idéal d’une famille restreinte, et donnent à saisir de nouvelles perceptions sur l’individuation, la relation conjugale et la « valeur » de l’enfant, tous associées à la construction d’une société « moderne » :

« Avoir beaucoup d’enfants n’est plus une priorité face à la difficulté de la vie, sauf pour les pauvres et les hommes de religion qui ne réfléchissent pas et ne planifient pas. L’enfant est coûteux (al‑ifl muklif). On ne veut plus engendrer des enfants dépourvus de privilèges (injāb al‑marūmīn), car l’enfant démuni constitue un danger (khaar) pour ses parents et pour la société. Dans ce monde de globalisation, c’est l’individu (al‑fard) qui compte. Nous avons toujours un problème de responsabilité, il faut être responsable (mas’ūl) de ses enfants et de sa femme. »

33La responsabilité du mari dans le contrôle des naissances constitue la clé de voûte par laquelle se définit aujourd’hui la masculinité et se traduit par une nouvelle répartition des rôles conjugaux, familiaux et nationaux. Des rationalités plus individuelles remodèlent le lien politique porté vers l’engagement d’un citoyen responsable de sa descendance et, par conséquent, du développement de la société. Le discours économique sur les coûts (takālīf) et les dépenses (maārīf) — qui était très répandu dans les discours recueillis à Oman — se distingue de la période rentière où l’enfant ne représentait pas une charge économique pour ses parents. La rhétorique malthusienne est ainsi réappropriée par les individus, la fécondité élevée étant associée aux maladies sociales et au mal développement du pays.

Un cas anecdotique d’enchevêtrement générationnel mais révélateur de profonds changements familiaux : le témoignage de Bushrā

34Le second témoignage met en évidence les clivages générationnels en matière de planification familiale entre deux générations de femmes vivant à Mascate et appartenant à une même famille. Le témoignage de Bushrā (née en 1976 et mariée à 17 ans) présente un cas révélateur du chevauchement générationnel survenu au début des années 2000 entre la fille aînée et sa mère, toutes deux enceintes en même temps. L’interview montre qu’au même moment (en 2006) coexistaient des comportements reproductifs caractéristiques de deux périodes différentes : d’une part celui de la mère, illettrée, mariée à un âge précoce au milieu des années 1970 ; et d’autre part celui de sa fille, de niveau universitaire et mariée en 1993. Bushrā critique le comportement de sa mère qui a treize enfants vivants (en plus d’une fille décédée à neuf mois) et qui ne désire pas arrêter son cycle reproductif. Elle critique également les âges trop rapprochés entre sa fratrie et ses propres enfants, soulignant les « bizarreries » familiales engendrées par la fécondité non contrôlée de sa mère. Ce cas familial met en avant l’appropriation par la nouvelle génération des normes officielles sur l’espacement des naissances auxquelles la mère ne semble pas souscrire. Prônant le modèle de la famille restreinte fondée sur une valorisation de l’enfant, Bushrā exprime sa gêne :

  • 65 Entretien mené à Mascate, avril 2006.

« À Oman, nous avons un dicton célèbre : « Plus une femme enfante et moins son homme pense ‘prendre’ une autre femme ». Imagine, ma mère continue à avoir des enfants. Ça me fait très bizarre. Je n’arrête pas de dire à ma mère d’arrêter d’avoir des enfants, que c’est mon tour maintenant ! Je n’aime pas être enceinte en même temps qu’elle, je sens que c’est quelque chose de bizarre. Mon petit frère Amīn a trois ans et mon autre frère en a vingt‑huit. Mes filles sont respectivement âgées de trois et huit ans ; imagine que leur oncle n’a que trois ans ! Ma mère me dit qu’elle est heureuse d’avoir des enfants, qu’ils sont un soutien (sanad), que les enfants sont ceux qui veilleront sur les parents à leur vieillesse (al‑awlād ‘uyūn al‑dahr). Oui, c’est vrai, les enfants sont un soutien pour les parents, surtout qu’à Oman on n’a pas cette idée de maison de retraite (dār al-musinnīn), mais moi je lui réponds « Non ! Les enfants ça suffit, ça suffit, pas quand tu es grand‑mère (mū lamma anti jadda) ! Il faut planifier (lāzim takhī) ! Mais chez elle, il n’y a aucune planification (mā fi ayy takhī) ! »65

  • 66 Le mariage précoce de la mère de Bushrā (14 ans) combiné à une plus grande espérance de vie du coup (...)

35Bushrā (qui précise comme signe de « modernité » appartenir à la nouvelle génération de la renaissance, « anā al‑jīl al‑jadīd, jīl al‑naha ») émet donc des jugements négatifs sur la continuité reproductive de sa mère, cette dernière poursuivant ses grossesses sans planifier ou arrêter les naissances par un moyen contraceptif, qu’il soit moderne ou traditionnel. Plus précisément, Bushrā incite sa mère à interrompre sa vie féconde après avoir acquis son nouveau statut de grand‑mère (« Ça suffit, pas quand tu es grand‑mère »), témoignant de visions reproductives conflictuelles au sein d’une même famille. Être grand‑mère tout en continuant à procréer et à poursuivre ses maternités semble une pratique peu commune, et le statut de grand‑mère présuppose normativement un arrêt de la conception66.

36Plus qu’un conflit entre les sexes, l’enjeu de la contraception relève d’une différence de vues entre deux générations de femmes. Parlant de sa préférence reproductive, Bushrā estime au cours de l’interview que

« deux enfants, ça suffit, c’est un accord entre mon mari et moi (ittifāq ma‛a zawjī). Il y a un dialogue (tashāwur) entre mon mari et moi, et il n’utilise pas son pouvoir ni ne prend les décisions tout seul, même en ce qui concerne les programmes télévisés ! En tout cas je n’aime pas trop les enfants, j’attends que mes filles se marient pour avoir du temps libre à moi ».

37Elle précise avoir utilisée la pilule trois ans avant la naissance de son premier enfant, puis quelques années avant la conception de son deuxième enfant, ajoutant que la contraception permet à la femme mariée de poursuivre ses études ou de travailler, et représente donc un levier pour son autonomie et son émancipation. En contraste avec les grossesses répétitives de la génération précédente qui assuraient fierté et statut social à la femme, Bushrā met en avant la primauté de l’épanouissement personnel, témoignant de nouvelles représentations de la féminité et de la conjugalité. Dans une logique émancipatrice, Bushrā précise avoir voté lors des élections du Conseil consultatif (majlīs al‑shūrā), tenues en octobre 2003 : « J’étais allée voter, il y avait une dizaine de candidates qui s’étaient présentées, mais ma mère n’a pas voté », attestant d’une prise de décision plus autonome aussi bien dans la sphère publique que privée.

  • 67 Nos enquêtes de terrain montrent qu’au milieu des années 1990, 45 % des Omanaises âgées de moins de (...)

38Par ailleurs, la durée reproductive quasi maximale de trente‑cinq ans chez sa mère (née en 1961) rend cette génération parmi la plus féconde de l’histoire démographique du sultanat. À ses trente ans (au début des années 1990), la mère de Bushrā avait déjà mis au monde neuf enfants vivants, tandis qu’au même âge sa fille a seulement deux enfants67. La mère continue ainsi à afficher sa féminité et sa sexualité grâce à une fécondité élevée. L’argument de la sécurité maritale est une des explications données à la préférence d’une descendance nombreuse. Pour cette génération, poursuivre ses grossesses est vu comme une stratégie visant à se prémunir d’une éventuelle dissolution maritale ou du remariage du mari. Préserver et captiver le mari en lui « offrant » un enfant supplémentaire semble assurer à l’épouse une protection économique et une considération sociale, surtout pour la femme non instruite ou n’exerçant aucune activité professionnelle. « Mon père ne s’est jamais remarié » tenait par ailleurs à souligner Bushrā. En rupture avec l’ancienne préférence sur la quantité des enfants, on observe l’émergence d’un discours moderne et égalitaire sur l’éducation donnée à chacun des enfants. Tel que l’expliquait Bushrā en soulignant la valorisation de l’enfant et le nouveau rôle maternel :

« C’est un problème de se retrouver avec treize enfants. C’est difficile économiquement mais surtout pour l’éducation des enfants. Il n’y a pas assez de temps à accorder à chaque enfant, et cela crée du favoritisme. Moi, je préfère bien éduquer mes enfants et donner à chacun une affection égale ».

Conclusion

  • 68 Le nombre de naissances a augmenté pour les Omanais de 45 532 en 2007 à 59 903 en 2010. Ministry of (...)
  • 69 Respectivement Suleiman, Al‑ Riyami, Farid et al., 1995 ; Ministry of Health, 2000.
  • 70 HÉritier, 2002.

39 En définitive, la singularité de la politique de planification familiale menée à Oman depuis 1994 a contribué à modifier les attitudes reproductives des citoyens à propos de la famille restreinte, et à inscrire la nation omanaise dans une nouvelle marche « moderne ». En répandant la norme malthusienne, de nouveaux modèles familiaux sont ainsi véhiculés dans la population. Mais en dépit de la baisse de la fécondité, la population omanaise continuera à croître et à peser sur le développement économique par un effet de structure (l’arrivée d’une population très nombreuse en âge de procréer) sans résoudre — du moins dans le court terme — l’équilibre entre croissance démographique et croissance économique68. En somme, si la taille de la famille idéale a diminué de 6,4 membres en 1995 à 5,5 membres en 200069, les préférences des Omanais en matière de taille familiale reste élevée : d’après nos observations de terrain, le désir d’enfants des célibataires se situe autour de 4,5 enfants en 2006. Au niveau plus intime, et malgré les avancées en matière contraceptive, le taux d’utilisation reste faible. De plus, la contraception ne représente pas une « révolution dans les usages intimes »70 liée au processus d’autonomie sexuelle de la femme, puisque l’autorisation du mari est nécessaire pour l’accès de la femme à la contraception : cela suppose que les droits reproductifs restent dominés par une idéologie patriarcale dans une société où la procréation a lieu dans son immense majorité dans le cadre du mariage.

Haut de page

Bibliographie

Al‑Rawahi S. et Sharts‑Hopko N., “Birth spacing initiative in Oman”, Journal of Cultural Diversity, Spring, 2002, p. 23‑26.

Al‑Riyami A. et Afifi M., “Determinants of women’s fertility in Oman”, Saudi Medical Journal, Vol. 24 (7), July 2003, p.748‑753.

Ali K., Planning the family in Egypt. News Bodies, New Selves, University of Texas Press, 2002.

Curtiss R., “Oman’s successful child spacing program elevates national health standards generally”, Washington Report on Middle East Affairs, March 1999, p. 64‑74.

Drysdale Al., “Population dynamics and birth spacing in Oman”, International Journal of Middle Eastern Studies, No. 42, 2010, p123‑144.

Eickelman Chr., “Fertility and social change in Oman. Women’s perspectives”, Middle East Journal, Vol. 47, No. 4, Autumn, 1993, p. 652‑666.

Eltigani E. E., “Levels and trends of fertility in Oman and Yemen”, UN POP/PFD/2001/8, 7 June 2001, New York, UNFPA. http://www.un.org/esa/population/publications/prospectsdecline/eltigani.pdf

Fargues Ph., Générations Arabes. L’alchimie du nombre, Fayard, Paris, 2000.

HÉritier Fr., Masculin‑Féminin II. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Éditions Odile Jacob, 2002.

Islam M., Dorvlo Ats. & Al‑Qasmi Ahm., “Proximate determinants of declining fertility in Oman in the 1990s”, Canadian Studies in Population, Vol. 38, No 3‑4 (Fall/Winter), 2011, p.133‑152.

Jaffar, AlAjami & AlWahshi, Department of Family and Community Health, avril 2001, Naḥwa fahm afḍal li-l-shabāb [Pour une meilleure connaissance des jeunes] : enquête sur la connaissance, tendances et pratiques des élèves de l’école secondaire en termes de santé générale et de santé reproductive, Sultanat d’Oman, Ministry of Health, 2001.

Ministry Of Development, General Census of Population, Housing and Establishments 1993, Mascate, 1994.

Ministry of Health, Annual Health Reports, Mascate, Ministry of Health, 2011, http://www.moh.gov.om/en/stat/2011/index_eng.htm

Ministry of Health, Birth Spacing Project. National Plan for Information, Education and Communication in Birth Spacing (1995‑2000), Draft Proposal, Sultanat d’Oman, 2001.

Ministry of Health, Dept. of Family & Community Health, Directorate General of Health Affairs, Birth spacing standard operating procedures, BS manual, Third Edition, Sultanat d’Oman, Ministry of Health, 2012,

http://www.moh.gov.om/en/mgl/Manual/Birth%20spacing%20guidelines2012.pdf

Ministry of Health, Directorate General of Planning, Directorate of Research and studies, National Health Survey (NHS), Vol. 2, Reproductive Health Study, Sultanat d’Oman, 2000. http://www.moh.gov.om/en/reports/NationalHealthSurvey2000‑ReproductiveHealthStudy%28Volume%202%29.pdf

Ministry of Health, National KAP survey on Birth Spacing, Sultanat d’Oman, 1997.

Ministry of National Economy, Al‑mar’a wa‑l‑rajul bi‑salanat ‛Umān, sūra isā’iyya [« La femme et l’homme au sultanat d’Oman : une image statistique »], Sultanat d’Oman, 2006.

Ministry of National Economy, Oman General Census of Population, Housing, and Establishments 2003, Mascate, Ministry of National Economy, 2003.

Ministry of National Economy, Oman General Census of Population, Housing, and Establishments 2010, “Final Results, Census 2010”, Sultanat d’Oman, http://www.ncsi.gov.om/documents/Census_2010.pdf

Ministry of National Economy, Statistical Yearbook, 2009, Sultanat d’Oman.

Ministry of National Economy, Statistical Yearbook, 2011, Sultanat d’Oman.

Omran A. R., Family planning in the legacy of Islam, Routledge, Londres, 1992.

Suleiman A. J., Al‑Riyami A., Farid S. et al., Oman Family Health Survey (OFHS) 1995, Principal Report, Mascate, Ministry of Health.

Suleiman A.J, Ghassany A., & Farid S., Oman Child Health Survey (OCHS), 1988/1989, Mascate, Ministry of Health, 1992.

Thornton A., Reading history sideways. The fallacy and enduring impact of the developmental paradigm on family life, Chicago, University of Chicago Press, 2005.

United Nations (2009a), World Fertility Reports. http://www.un.org/esa/population/publications/WFR2009_Web/Data/CountryProfiles_WFR2009.pdf

United Nations (2009b), World Population Policies. http://www.un.org/esa/population/publications/wpp2009/Publication_index.htm

Winckler Onn., Arab political demography, Brighton/Portland. Or., Sussex Academic Press Cop, 2009.

Yount K. et Rashad H., Family in the Middle East. Ideational change in Egypt, Iran and Tunisia, Oxford, Routledge Advances in Middle East and Islamic Studies. 2008.

Haut de page

Notes

1 Winckler, 2009, p. 201.

2 Dans le cas du Koweït ou du Qatar, les réserves pétrolières abondantes et le déséquilibre démographique très prononcé (plus de 60 % d’étrangers sur leur sol) tendent à favoriser une fécondité élevée des nationaux. En revanche, au sultanat d’Oman, la relative faiblesse de la rente pétrolière et de la population étrangère implique pour le pays une moindre nécessité de maintenir la fécondité élevée des nationaux. En 2010, la proportion des expatriés dans la population totale est d’environ 29,4 % (Ministry of National Economy, 2011).

3 Le premier recensement de 1993 estime une population totale de 2 018 000 habitants, et un taux de fécondité d’environ 6,87 enfants par femme. Ce recensement a fourni pour la première fois de l’histoire du sultanat des données exhaustives sur les caractéristiques de la population et identifié les nouveaux défis auxquels le pays semble confronté.

4 United Nations, 2009b.

5 Eickelman, 1993, p. 654.

6 Le sultanat a connu une modernisation socio‑économique exceptionnelle depuis l’arrivée au pouvoir du Sultan Qābūs le 23 juillet 1970 après le coup de palais dirigé contre son père. Dans l’historiographie contemporaine et les représentations locales, une dichotomie distingue l’avant et l’après Qābūs, l’arriération antérieure à 1970 et la modernité post‑1970 (la nahḍa, renaissance). La notion de modernité constitue d’ailleurs un élément clé du discours officiel omanais. Le sultanat d’Oman reste toutefois une monarchie absolue avec un régime à caractère autoritaire, le monarque cumulant les postes clés de Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, de la Défense, et des Finances.

7 Ali, 2002, p.1.

8 Suleiman, Ghassany & Farid, 1992, p. 219.

9 Ces données portent uniquement sur la fécondité des Omanaises (15–49 ans). Ministry Of Health, 2011.

10 La Banque Mondiale estime un taux de fécondité général assez bas d’environ 2,2 enfants en 2011. Cependant, cet indicateur est à manier avec précaution car il porte sur la population totale, sans distinguer la population omanaise de la population étrangère de loin moins féconde,

http://data.worldbank.org/indicator/SP.DYN.TFRT.IN

11 L’âge au mariage passe pour la femme de 21,7 ans en 1995 à 24,8 ans en 2003, et pour l’homme respectivement de 25,9 ans à 28,1 ans (United Nations, 2009a).

12 Pour plus de détails sur les déterminants proximaux de la fécondité à Oman, se référer à Eltigani, 2001, et Islam, Dorvlo & Al‑Qasmi, 2011.

13 152 entretiens semi directifs et 30 entretiens menés auprès d’officiels (cadres et fonctionnaires dans les ministères, directrices d’associations, etc.) ont été conduits en 2006 dans trois localisations omanaises (Mascate, Sohar et Nizwa), regroupant plusieurs générations de diverses confessions (ibadite, sunnite, chiite) et groupes ethniques (zanzibarī-s, bulūsh, baḥarina, etc.).

14 Ministry of National Economy, 2006, p. 83.

15 Selon le recensement de 1993, environ 70 % des ménages omanais formaient une taille supérieure à cinq membres, et 29 % avaient une taille supérieure à neuf membres.

16 Winckler, 2009, p. 210 (traduit de l’anglais).

17 Notons qu’un certain conformisme s’est dégagé des discours officiels. Cela peut s’expliquer par le souci de projeter une image harmonieuse du pays et par l’ambiance politique autoritaire qui y règne.

18 Pratique du retrait, continence prolongée, allaitement, etc.

19 Pilule, stérilet, préservatif, stérilisation, diaphragme, etc.

20 La « génération de la nahḍa », appelée aussi « génération Qābūs », fait surtout référence aux Omanais nés après l’arrivée au pouvoir de Qābūs en 1970 et qui ont bénéficié de la modernisation (« nahḍa ḥadītha ») entreprise par celui‑ci, notamment dans le domaine de l’éducation.

21 Il est intéressant de noter que le Sultan Qābūs, divorcé de sa cousine paternelle au milieu des années 1970, n’a aucun enfant ou héritier désigné. Cette forme atypique de la famille régnante omanaise contraste avec l’image de la famille prolifique des autres dynasties régnantes du Golfe qui tend à véhiculer des représentations, des valeurs et un idéal plutôt natalistes.

22 Thornton, 2005. Pour plus de détails, voir l’ouvrage de Yount & Rashad, 2008.

23 Voir le guide officiel du ministère de la Santé : http://www.moh.gov.om/en/mgl/Manual/Birth%20spacing%20guidelines2012.pdf

24 Les femmes en âge de procréer (15–49) formaient 29 % de la population omanaise en 2011 (Ministry of Health, 2011).

25 D’un taux de mortalité infantile proche de 200 décès p. 1000 naissances durant les décennies 1950–1960, le taux chute drastiquement à environ 12/1000 au début des années 2000 et se situe autour de 9,5/1000 en 2011. En raison du maintien d’un taux de natalité élevé (proche de 50/1000 en 1980) et du recul de la mortalité (de 28/1000 en 1960 à 13/1000 en 1980), Oman connait l’un des taux d’accroissement naturels les plus élevés au monde durant la décennie 1980. En 2011, le taux de natalité brut est estimé à 29,4/1000 tandis que le taux de mortalité brut est de 3,1/1000.

26 En plus d’une natalité élevée, l’immigration étrangère massive a provoqué une croissance démographique très élevée à partir des années 1970. D’une population estimée à 456 000 habitants avant les années 1970, les effectifs triplent pour atteindre 1 625 000 habitants en 1990. En 2010, on recense 2 773 479 habitants.

27 En 1993, plus de la moitié de la population omanaise avait moins de 15 ans. En 2010, 71,2 % de la population omanaise a moins de 30 ans.

28 Selon la loi du temps de doublement t= ln(2)/a ou 0.693/a, avec a= le taux d’accroissement annuel.

29 Les entretiens menés ont montré une familiarité aux slogans et logos mentionnés. Drysdale, 2010, avait également constaté ceci dans son étude.

30 Pour plus de détails, voir Ministry of Health, 2001.

31 Mise en place par exemple d’un concours de dissertation dans les lycées sur le thème de l’espacement des naissances avec un prix décerné pour le meilleur projet au niveau de l’école, de la province et du pays (Curtiss, 1999).

32 2 037 femmes ont été interrogées dans le cadre de cette enquête. Ministry of Health, 2000.

33 En 2010, dans le cadre de la campagne menée dans la région d’al‑Bāṭina, un minibus s’était déplacé dans les différentes provinces avec pour slogan « L’homme a un rôle essentiel et efficace dans la prise de décision » (en matière d’espacement des naissances).

34 Ministry of Health, 1997.

35 Ministry of Health, 2000.

36 Al‑Rawahi & Sharts‑Hopko, 2002.

37 HÉritier, 2002.

38 53,3 % des femmes du groupe 25–29 ans « pensent pouvoir demander au mari d’utiliser une contraception contre seulement 16,4 % des femmes âgées entre 45–49 ans. Ministry of Health, 2000.

39 La part de femmes actives passe de 8,6 % en 1993, 22,2 % en 2003 à 27% en 2010 (« Smaller family is the new trend: census », Times of Oman, 28 décembre 2010).

40 Al‑Rawahi & Sharts‑Hopko, 2002.

41 Omran, 1992.

42 L’ibadisme est la troisième doctrine de l’islam pratiquée essentiellement à Oman. Il n’existe aucune donnée officielle sur la répartition confessionnelle des Omanais, mais l’on estime une proportion d’environ 50‑55 % d’ibadites, 45‑50 % de sunnites et 5 % de chiites.

43 Pour plus de détails, voir Omran, 1992.

44 L’allaitement allonge l’intervalle entre deux naissances. À Oman, le code sur la commercialisation du lait artificiel (instauré par le ministère du Commerce et de l’Industrie en 1998) interdit toute publicité sur les substituts au lait naturel, le but étant de « promouvoir la supériorité de l’allaitement » et d’encourager l’homme à soutenir son épouse après la naissance d’un enfant (« Breastfeeding drive goes into top gear », Times of Oman, le 31 octobre 2010).

45 Drysdale, 2010, p. 134.

46 L’opposition entre politique et religion n’est d’ailleurs pas spécifique à l’Oman contemporain. Dans le cas égyptien, une compétition existait entre les Frères musulmans et l’État pour le contrôle de la sphère domestique. Cf. Ali, 2002, p. 103.

47 Le ministère des Dotations (awqāf) et des Affaires religieuses collabore avec le ministère de la Santé pour promouvoir des programmes de santé publique.

48 La taille moyenne du ménage passe de 8 personnes en 1993 à 7,5 personnes en 2010 (« Smaller family is the new trend: census », Times of Oman, le 28 décembre 2010).

49 Suleiman, Ghassany & Farid, 1992.

50 Ministry of Health, 2000.

51 En 1989, l’intervalle est de 20,8 mois pour les femmes de 15–19 ans et de 29,7 mois pour celles âgées de 45–49 ans. En 2000, l’intervalle augmente à 22 mois pour les femmes de 15–19 ans et à 35,1 mois pour celles âgées entre 45–49 ans.

52 Voir le septième Plan quinquennal pour le développement de la santé (2006–2010) du ministère de la Santé

http://www.moh.gov.om/en/fiveyearplan/English/Part_04.pdf

53 Suleiman, Al‑Riyami, Farid et al., 1995.

54 Ministry of Health, 2000.

55 Idem.

56 36,76 % ont entre 30–39 ans et 4,50 % entre 40–49 ans.

57 18,65 % ont entre 5‑7 enfants et 8,22 % ont 8 enfants et plus. Ministry of Health, 2011.

58 Ministry of National Economy, 2009.

59 Ministry of Health, 2011.

60 Ministry of Health, 2000.

61 Ministry of Health, 2001.

62 Fargues, 2001.

63 Entretien mené à Mascate, avril 2006.

64 Sur les 18 cas d’Omanaises vivants dans une union polygame, la totalité a déclaré n’avoir jamais utilisé de moyens pour espacer ou organiser les naissances.

65 Entretien mené à Mascate, avril 2006.

66 Le mariage précoce de la mère de Bushrā (14 ans) combiné à une plus grande espérance de vie du couple (les parents de Bushrā sont toujours vivants), à une absence de contraception, d’instruction et à la baisse de la mortalité infantile ont contribué à allonger le cycle reproductif de la femme, provoquant les ‘bizarreries’ décrites par les jeunes générations.

67 Nos enquêtes de terrain montrent qu’au milieu des années 1990, 45 % des Omanaises âgées de moins de 35 ans et mères d’au moins quatre enfants ont opté pour l’espacement des naissances, sans toutefois arrêter définitivement leurs grossesses.

68 Le nombre de naissances a augmenté pour les Omanais de 45 532 en 2007 à 59 903 en 2010. Ministry of National Economy, 2011).

69 Respectivement Suleiman, Al‑ Riyami, Farid et al., 1995 ; Ministry of Health, 2000.

70 HÉritier, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre « La santé de la famille par l’espacement des naissances »
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure ‑ Taux de fécondité par région et par gouvernorat dans les deux recensements de population
Légende Sources : General Census of Population, Housing and Establishments 1993 ; Oman General Census of Population, Housing, and Establishments 2003
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1977/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure ‑ L’évolution de la fécondité par âge (1993–2011)
Crédits Source : Ministry of Health, Annual Health Report, 2011
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1977/img-3.png
Fichier image/png, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jihan Safar, « Le programme d’espacement des naissances au sultanat d’Oman », Arabian Humanities [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 19 mars 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cy.revues.org/1977 ; DOI : 10.4000/cy.1977

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org