Navigation – Plan du site
Transformations dans le genre en péninsule Arabique
Féminités au travail

Des itinéraires dans le temps et dans l’espace

Stratégies de mobilités de femmes arabes diplômées à Abu Dhabi
Itineraries in Space and Time: Mobility Strategies for Female Arab Graduates in Abu Dhabi
Sylvaine Camelin

Résumés

Comme dans de nombreux pays de la région, la migration aux Émirats arabes unis est fondée sur un contrat de travail lié à un kafīl (sponsor) qui est responsable du travailleur. Toutefois, si le salaire du travailleur est suffisant, il a une possibilité de faire venir sa famille et, dans ce cas, un mari peut alors devenir le sponsor de sa femme et de ses enfants.
Cet article porte sur les stratégies déployées (en termes de mouvement migratoire et d’acquisition de nationalité) et les ressources mobilisées (solidarité féminine, appui de la famille transnationale, complément d’éducation…) par les migrantes qualifiées originaires de pays arabes pour assurer leur propre avenir et celui de leurs enfants. Arrivées très jeunes dans un pays qu’elles n’ont pas choisi, celles qui sont restées se trouvent aujourd’hui dans une position centrale dans la dynamique familiale de migration.

Haut de page

Texte intégral

Préambule

1Plus encore que les statistiques pourtant parlantes, quelques heures passées dans les rues mais surtout dans l’un des multiples complexes commerciaux d’Abu Dhabi permettent de constater la diversité saisissante de la population de la ville. Les hommes, les femmes, les enfants venus des quatre coins du monde se côtoient dans une relative indifférence, et de l’espace public se dégage un certain sentiment de tranquillité peut-être, de sécurité certainement. Un regard un peu plus attentif laisse toutefois apparaître des brèches importantes dans cette atmosphère luxueuse. Rapidement, l’œil enregistre et s’empare d’images, contrastées, étonnantes, déroutantes. Des hommes, probablement Pakistanais ou Indiens qui, à l’heure la plus chaude de l’après-midi, dorment à même le trottoir vaguement abrité du soleil par un bout de palissade cachant un énorme chantier de construction et portant une photographie publicitaire vantant la splendeur du bâtiment à venir. Dans le centre commercial Abu Dhabi Mall, sortant d’un magasin de luxe, on peut voir une grande femme asiatique moulée dans une longue robe fleurie, fendue jusqu’au-dessus du genou. Difficile de ne pas remarquer le port de tête altier d’une jeune femme juchée sur de hauts talons et portant une magnifique ‘abāya noire, brodée sur toutes les bordures et les manches, la tête nonchalamment recouverte d’un voile à la broderie assortie, le visage en partie caché par une énorme paire de lunettes noires, comme le veut la mode du printemps 2009. Juste derrière, suivent une ou deux toutes jeunes filles, probablement Indonésiennes, vêtues d’un pantalon large de couleur claire, d’une chemise droite taillée dans le même tissu et le visage entouré d’un hijab blanc fermé sous le cou par une épingle à nourrice. Le vêtement est tellement quelconque et répété d’une femme à l’autre qu’il finit par ressembler à un uniforme. Un homme d’affaires occidental en costume sombre croise une femme indienne dans un sari de coton ordinaire et coloré alors qu’à quelques pas de là une autre femme porte un sari de soie. Un peu plus loin un groupe de jeunes femmes asiatiques, en jean, tee-shirt et baskets, dispute l’occupation de l’espace sonore à un autre groupe de garçons, jean/tee-shirt pour les uns, jalabiyya amidonnée et d’un blanc immaculé pour les autres. Une femme entièrement couverte de voiles noirs, visage compris, descend l’escalator, précédée d’un homme blond, portant bermuda et tongs, suivit d’une autre femme vêtue d’un long imperméable beige et le visage strictement encadré d’un voile vert olive. En y regardant d’un peu plus près, on note la variété des ‘abāya‑s portées par les femmes, des plus simples au plus richement décorées…

Introduction

  • 1 Composés des sept Émirats d’Abu Dhabi, Dubaï, Sharja, ‘Ajmān, Fujayra, Ra’s al-Khayma et Umm al-Qay (...)
  • 2 Gardner, 2011, Fargues, 2008.
  • 3 Percot, 2005 et 2007 ; Brochmann, 1993.

2Comme l’ensemble des différents pays du Golfe, les Émirats arabes unis1 avec Abu Dhabi pour capitale, sont majoritairement habités par des étrangers, même si les pourcentages de résidents étrangers peuvent varier d’un Émirat à l’autre, voire à l’intérieur d’un même Émirat. Pour la ville d’Abu Dhabi (à la fois capitale de l’Émirat et de la Fédération) qui compte environ un million d’habitants, les estimations officielles annoncent 80 % de migrants. Toutefois, même si aujourd’hui les pays du Golfe représentent la troisième destination mondiale en termes de migration après l’Amérique du Nord et l’Europe, il est frappant de constater2 que les travaux sur la région n’en sont qu’à leur début et restent relativement rares, plus rares encore sont ceux qui portent sur la migration féminine3.

  • 4 Pour des résumés et des présentations synthétiques de cette situation de la migration historique, v (...)
  • 5 Seccombe, 1983.
  • 6 Les Britanniques sont dominants dans la région, à l’exception de l’Arabie Saoudite qui traitera plu (...)
  • 7 Seccombe et Lawless, 1986
  • 8 Le Koweït est indépendant depuis 1961, le Qatar, le Bahreïn et les EAU depuis 1971.
  • 9 Kapiszewski, 2006.

3La présence et le rôle important joué par des étrangers dans le Golfe sont loin d’être nouveaux4, mais comme le montre fort justement A. Gardner, cette migration a beaucoup évolué depuis une trentaine d’années. Ainsi, avec le début de l’exploitation intensive des ressources pétrolières et l’explosion des villes et des infrastructures liées à la modernité et l’urbanité, le modèle migratoire historiquement constitué de marchands, commerçants, entrepreneurs et travailleurs qualifiés est passé, à la période contemporaine, à une migration largement dominée par l’arrivée massive de travailleurs non-qualifiés et le plus souvent originaires d’Asie du Sud-Est. Antérieurement à la prospection pétrolière, on relevait la présence d’une migration plus saisonnière, liée à la traite des esclaves et à l’industrie perlière dont le déclin a coïncidé avec l’émergence de l’industrie pétrolière5. Si la corrélation entre une migration extérieure à la région et le développement des activités liées à l’exploitation du pétrole est avérée, il ne faut pas oublier que ces flux de population ne sont pas nés au moment des chocs pétroliers de 1973-1974 et 1979, même s’ils ont alors fortement augmenté. Dès les années trente (et même avant en Iran), les premières découvertes de zones pétrolifères ont conduit les Britanniques, politiquement dominants dans la région6, à signer des accords d’exploitation avec les cheikhs locaux. Dans ces accords de concessions, sont notamment fixées les conditions de recrutement et l’origine des travailleurs, et s’il est spécifié que la préférence doit être donnée aux locaux, puis aux migrants arabes des pays voisins, on constate dans les faits l’importance prise par les Indiens occupant des postes semi-qualifiés, ou d’employés de bureau7. En revanche, la majorité des travailleurs non qualifiés reste, à cette époque, originaire des pays arabes de la région (Yémen, Oman, puis Palestine à partir de 1948, Irak après la prise de pouvoir par les baathistes en 1968…). Ce n’est qu’à partir du boom pétrolier que c’est opérée une inversion dans les flux migratoires, au moment où les dirigeants des États du Golfe alors indépendants8 s’inquiètent des idéaux politiques laïques, panarabes et de gauche prônés par les ressortissants des pays frontaliers, et se tournent vers une main-d’œuvre asiatique dont les travailleurs étaient plus dociles, meilleur marché, et dont la famille restait dans le pays d’origine, garantissant ainsi que les migrants n’envisageraient pas de s’installer dans le Golfe9.

  • 10 Voir The Statistical Year Book of Abu Dhabi 2010, Statistic Center, Abu Dhabi.

4En regardant les chiffres du passé comme de la période plus récente, force est de noter que cette migration reste très largement masculine. Toutefois, on constate tout de même une augmentation nette de la migration féminine qui, en 201010, représente environ 30 % des migrants, soit près de 300 000 femmes dans la seule ville d’Abu Dhabi.

5Ces femmes viennent de tous les horizons géographiques et sociaux et leurs conditions de vie en situation migratoire sont extrêmement variables : de fait, il n’y a pas de comparaison possible entre les employées de maison logées chez leur patron, les vendeuses en magasin, les enseignantes, les ingénieurs, les architectes, les femmes d’affaires ou encore les femmes au foyer dont les conjoints travaillent pour les grandes compagnies nationales.

6Les situations personnelles, professionnelles, économiques etc…, de ces femmes ne sont absolument pas homogènes et l’on peut grossièrement distinguer quatre catégories principales, sachant qu’au sein même de ces catégories il existe des différences sensibles en fonction notamment du pays d’origine, de l’âge, de l’année de migration et de la religion des migrantes.

7On peut ainsi distinguer :

  1. Les femmes diplômées (études supérieures) et qualifiées exerçant un emploi en lien avec leur qualification.

  2. Les femmes occupant des emplois intermédiaires (vente, secrétariat, réception clientèle…).

  3. Les femmes sans qualification professionnelle spécifique occupant des emplois de services à la personne pour des particuliers (employées de maison principalement, travaillant comme femme de ménage, garde de personnes âgées, garde d’enfants, cuisinière…).

  4. Et enfin les femmes sans activité professionnelle, accompagnant leur conjoint employé à Abu Dhabi.

8Certaines femmes ne resteront que quelques mois, mais le plus souvent quelques années. D’autres sont là depuis presque 40 ans, tandis que d’autres encore y sont nées et ne se rendent que très ponctuellement et brièvement dans leur pays dit d’origine, et dont elles conservent la nationalité.

  • 11 Même s’il n’en sera pas question au cours de cet article, on peut néanmoins souligner que la catégo (...)

9Si ces catégories sont utiles pour comprendre/appréhender la société des femmes en migration aux EAU, il est néanmoins important de souligner, d’une part, qu’elles sont loin d’être homogènes et, d’autre part, qu’elles ne sont pas étanches. De fait, on constate que nombre de femmes ont changé ou seront amenées à changer de catégorie : des femmes arrivées en tant qu’épouses de migrants occuperont un emploi salarié une fois les enfants à l’école, tandis que d’autres, arrivées célibataires, rencontreront leur conjoint aux EAU et pourront alors, en raison d’une plus grande stabilité économique, entreprendre une formation qualifiante. D’autres encore ayant exercé une activité professionnelle l’interrompront temporairement ou définitivement avec l’arrivée d’enfants par exemple11.

10Dans le cadre de cet article, je m’intéresse au cas très particulier de femmes ayant fait (ou qui sont dans le processus de faire) l’expérience d’une migration dans la migration, à savoir qu’elles ont séjourné dans un pays tiers (Canada, États-Unis, Grande-Bretagne, Australie…) le temps nécessaire à l’obtention de la nationalité, puis sont revenues vivre aux Émirats arabes unis. Je considérerai uniquement des migrantes originaires du monde arabe, appartenant au premier groupe de femmes qualifiées exerçant un emploi rémunéré au moment de l’enquête. Il sera donc ici principalement question de femmes qui, arrivées comme conjointe d’un migrant, occupent aujourd’hui un emploi qualifié et qui appartiennent aux classes moyenne et moyenne supérieure (dont le chef de famille est ingénieur, enseignant, architecte, chargé de ressources humaines, gestionnaire, entrepreneur…). Dans cette perspective très particulière, il s’agit de chercher à comprendre comment, dans le cadre d’une migration familiale, elles parviennent à construire un projet de vie propre et ce, dans une situation migratoire précaire puisqu’elles travaillent et vivent dans un pays dont elles ne pourront jamais obtenir la nationalité et dont elles savent par ailleurs (en dépit du sentiment de confort qu’elles affirment y trouver) qu’elles peuvent tout aussi rapidement que facilement être expulsées. Quelles sont alors les ressources qu’elles mobilisent pour parvenir à une stabilité personnelle et familiale, quelles stratégies mettent‑elles en place pour assurer leur avenir, celui de leur famille et notamment celui de leurs enfants ?

11Les données de terrain utilisées ont été recueillies entre 2004 et 2010 aux cours de séjours allant de quinze jours à deux mois. Les liens noués lors des premières enquêtes ont permis de développer de proche en proche un réseau de relations privilégiées avec des femmes principalement originaires du Yémen, de Palestine (du Liban et des territoires occupés) et d’Irak. Plusieurs méthodes d’enquête ont été croisées, comprenant nombre de rencontres ponctuelles et informelles, une vingtaine d’entretiens semi dirigés enregistrés et des relations approfondies et répétées avec une demi‑douzaine de femmes dont j’ai pu rencontrer les conjoints et certains enfants, âgés de dix‑sept à vingt‑huit ans.

Contraintes légales de la migration aux Émirats arabes unis

  • 12 À de rares exceptions près : ainsi, au Koweït dans les années 1950, certains Palestiniens ont pu ob (...)
  • 13 Voir Beauge et Buttner, 1991 ; Esim et Smith, 2004 ; Khalaf, 1992 ; Longva, 1999.

12Comme dans d’autres pays arabes de la région, aux Émirats arabes unis, il est presque impossible pour les migrants d’accéder à la nationalité émirienne12. Leur présence est donc liée d’une part à un contrat de travail, et d’autre part à un garant ou sponsor (kafīl) qui peut être l’employeur, le partenaire d’entreprise ou encore un membre de la famille (conjoint, parent, enfant) lui-même lié à un kafīl. Durant tout le séjour du migrant (même si celui‑ci s’étend sur plusieurs dizaines d’années) ce garant reste économiquement et légalement responsable du travailleur13.

  • 14 Voir Sambidge, 2009, ainsi que les différents commentaires laissés par les internautes en réaction (...)

13En dehors du cas particulier du mécénat interne à la famille, le kafīl et le travailleur sont toujours liés par le contrat de travail du second, ce qui signifie que le migrant n’a pas la liberté de changer d’emploi sans l’accord explicite de son kafīl qui transfèrera alors son autorité et sa responsabilité au nouveau sponsor/employeur du migrant. Cela signifie par ailleurs qu’au terme du contrat (notamment au moment de la retraite), le migrant doit quitter le pays. Dans un certain nombre de cas, cette responsabilité du kafīl consiste en fait à exercer un pouvoir de contrôle quasi absolu sur le migrant, notamment par le fait de détenir son passeport. Sans grande surprise, on peut constater que plus les catégories socio-professionnelles des travailleurs sont basses, plus la dépendance est grande. Dans ce cadre, le regroupement familial constitue une exception à ce système. Lorsque les conditions économiques sont remplies, un travailleur peut faire venir son conjoint (dans l’immense majorité des cas il s’agit d’un homme faisant venir sa femme) mais aussi ses parents, ses fils mineurs et ses filles non mariées, sans limite d’âge. Nous nous trouvons dans ce cas face à une extension de la logique de la kafāla puisque le lien employeur local/travailleur migrant a disparu. C’est le travailleur chef de famille qui devient le kafīl et responsable des membres de sa famille. Toutefois, la possibilité d’obtenir un visa familial est strictement liée aux revenus du migrant. Là encore, les restrictions sont importantes et les conditions économiques requises de plus en plus exigeantes : ainsi, en une dizaine d’années (entre 2000 et 2010), le salaire mensuel minimum demandé est passé de 3000 AED (environ 560 euros) à 4000 puis 6000 puis 10 000 dirhams (environ 1875 euros)14.

14Cette augmentation constitue une pression extrêmement forte sur les familles et l’enquête de terrain montre clairement une évolution des perspectives migratoires selon l’âge des personnes. Dans la catégorie considérée, on peut ainsi distinguer trois groupes de femmes migrantes :

  1. Celles arrivées en famille entre les années 1970 et 2000 et qui sont toujours installées aux Émirats arabes unis.

  2. La seconde catégorie est double. Elle comprend les familles qui sont arrivées après 2000 et les jeunes femmes très qualifiées qui viennent seules, surtout depuis le milieu des années 2000.

  3. Enfin, la troisième catégorie est composée des jeunes femmes qui sont arrivées enfants ou sont nées aux Émirats arabes unis et y ont grandi.

15Il sera ici principalement question de femmes appartenant à la première catégorie et ayant effectué une seconde migration vers un pays tiers. Les autres seront mentionnées plus rapidement et à titre d’exemple. En cherchant à comprendre le déroulement de ces vies de migrantes, il devient alors possible de saisir la transformation des conditions et des enjeux d’une partie de la migration féminine aux EAU

Les premières années de la migration

  • 15 On note toutefois que la ville limitrophe de Banī Yās (qui est aujourd’hui considérée comme un quar (...)

16Dans les années qui suivent l’indépendance des Émirats arabes unis, le pays a d’énormes besoins en main-d’œuvre qualifiée et de très nombreux hommes du Proche-Orient (Irakiens, Palestiniens, Yéménites, Soudanais…) trouvent là des emplois prometteurs. Dans ce pays où tout est à construire, ces hommes nés autour des années 1940 et 1950 viennent et s’installent en famille, et ce sont eux — et non leurs épouses — qui sont les instigateurs de la migration. Dans les premiers temps, les conditions de vie sont relativement spartiates, mais une trentaine d’années après leur arrivée, la plupart des femmes que j’ai rencontrées gardent une nostalgie forte de cette période. La ville est un immense chantier, les projets les plus fous semblent réalisables (et bon nombre seront réalisés), les immeubles poussent à toute allure et le pays tout entier est tourné vers l’avenir. Chacun est logé selon les opportunités et, dans la nouvelle ville en construction, il n’existe aucun regroupement par nationalité ou origine ethnique, pas de quartier yéménite ou palestinien15. Jeunes mariées pour la plupart, certaines des épouses qui arrivent ont suivi un cursus universitaire (à Beyrouth, Bagdad…), d’autres se sont mariées après être sorties du lycée, toutes se trouvent loin de leur famille et pour parer à la solitude, une vie sociale intense se développe, fondée sur deux modalités : le couple, la famille nucléaire le cas échéant et la proximité géographique.

17Dans ces premiers temps, la relation de couple joue un rôle fondamental puisqu’elle constitue le seul élément familial présent, même si, assez rapidement, une migration de fratrie voit le jour, un homme jouant de son réseau professionnel pour faire venir son/ses frère(s) ou beau(x)-frère(s). C’est avec son petit garçon de deux ans et enceinte du second que Noha est arrivée de Bagdad en 1973 :

« Je ne connaissais personne et la ville était très différente de Bagdad, ce n’était pas une ville, il n’y avait presque aucune rue goudronnée. Alors au début quand on ne connaît personne, que c’est un nouvel endroit, on se resserre sur la famille, les enfants et le mari et puis au bout d’un ou deux ans j’avais rencontré des gens, je connaissais les voisins ».

18Par ailleurs, c’est par le mari qu’une bonne partie de la première socialisation se construit. C’est lui qui, dans le cadre de son travail et de ses déplacements, a l’occasion de rencontrer des compatriotes, mais aussi de nouer des liens d’affinités indépendants de la nationalité d’origine, à la fois avec d’autres migrants mais aussi avec des ressortissants émiriens. C’est donc par son intermédiaire que peuvent s’établir les contacts et les rapprochements entre les épouses.

19S’ils sont fondamentaux pour échanger des nouvelles du pays d’origine, célébrer ensemble les fêtes annuelles et aider à la circulation des cadeaux et du courrier lors des retours dans le pays d’origine, ces réseaux ne sont néanmoins pas suffisants au quotidien pour les femmes n’exerçant pas d’activité professionnelle. De fait, il n’y a dans cette ville en formation aucune infrastructure, pas de transport en commun, très peu de taxis, et la majorité des couples possède, au mieux, une seule voiture. Les liens établis par l’intermédiaire du mari restent donc des liens plus ponctuels, ou, selon la force des affinités, des liens entre familles, entretenus lors de sorties et de pique-niques organisés en commun pendant les week-ends. Au quotidien, la solidarité féminine se construit donc sur la relation de proximité au cœur de l’immeuble ou du quartier d’habitation et très souvent, c’est l’arrivée du premier enfant qui va permettre de nouer des relations importantes.

« Heureusement que ma voisine Maryam était là quand ma fille est née », raconte Sāra aujourd’hui mère de quatre enfants. « C’est elle qui s’est occupée de moi, de ma maison. Je ne savais pas comment faire pour laver ma fille. Je l’essuyais avec une serviette humide. Maryam est venue, elle l’a retournée sur son bras et elle l’a lavée à l’eau. Ma mère est venue ensuite pendant quatre mois, mais elle ne pouvait pas être là tout au début. C’est Maryam qui s’est occupé de tout, en fait comme une mère ».

  • 16 Cette constatation reste tout à fait valable dans le cas des migrations plus récentes. Ainsi aujour (...)
  • 17 Les cours d’immeubles sont également souvent mentionnées ainsi que le terre‑plein devant l’école.

20Dans cette première période de double ou triple apprentissage (apprentissage de la migration, de la vie de femme mariée, de la maternité), on note une forte appropriation des espaces que je définis comme « intermédiaires »16, c’est-à-dire n’appartenant ni à la sphère domestique et privée des habitations ni à la sphère publique et partagée de la rue. Les récits sont toujours particulièrement vivants lorsque, dans un entretien, ces femmes se remémorent les usages des paliers pour préparer les repas ou discuter en compagnie des voisines pendant que les enfants jouent17. C’est souvent à l’occasion de ces évocations qu’elles soulignent que ces relations de voisinage ont été le cadre de leur découverte et leur apprentissage de la multiculturalité, souvent évoqué en relation à l’alimentation et aux soins aux jeunes enfants : en un mouvement constant, la migration se poursuit et de nouvelles familles de classes moyennes ne cessent de venir s’installer, originaires du Soudan, du Pakistan, de tous les pays arabes, de Turquie… En même temps que les enfants naissent et grandissent, la vie de quartier se développe et les liens de solidarité s’intensifient. À un niveau plus large, les planifications urbaines s’enchainent, et le Cheikh Zāyid poursuit sans faiblir le développement économique et social annoncé de son pays. À une vitesse saisissante, la ville se développe, s’agrandit, se modernise.

Maîtriser la situation migratoire

21C’est le plus souvent à l’occasion de la naissance d’un troisième ou quatrième enfant, ou en raison d’un changement de situation professionnelle que la famille déménage, s’éloignant ainsi de ce voisinage qui a joué un rôle si important au moment de l’installation. Dans le choix de la nouvelle résidence, la proximité de l’ancienne habitation est peu prise en compte. On cherche avant tout un logement plus grand, plus confortable. Par ailleurs, en quelques années les rues ont été goudronnées et les taxis ont fait leur apparition. Souvent, c’est entre cinq et dix ans après leur arrivée que les femmes apprennent à conduire et accèdent ainsi à une bonne connaissance de la ville et à une plus grande autonomie. Dans cette seconde période, il semble que la nécessité d’un réseau de proximité fortement structuré ne soit plus aussi importante. Les liens et les amitiés sont noués, et l’accès aux transports (taxi ou voiture) comme le développement du réseau téléphonique permettent de les entretenir. C’est le moment où les femmes peuvent éventuellement, à leur tour, prendre soin d’une jeune femme du voisinage, nouvellement arrivée dans le pays. Mais de manière générale, la sociabilité tend désormais à se développer plus largement sur un mode d’affinité que de proximité géographique (plus d’homogénéité en termes de classe d’âge, de situation familiale — enfants d’âge proche —, économique et professionnelle pour les maris…).

22Les plus jeunes enfants sont scolarisés et c’est le moment où la famille, engageant une réflexion sur l’avenir, cherche à développer des stratégies prévisionnelles. Une option souvent retenue est celle du second salaire. Le réseau de connaissances large et solide permet aux femmes d’accéder à des emplois intermédiaires, que ce soit dans des sociétés privées ou gouvernementales. Les stratégies des unes et des autres peuvent diverger légèrement : certaines suivent une formation préalablement à leur recherche d’emploi (stage de langue, d’informatique…), d’autres font valoir leur diplômes (c’est souvent le cas de celles, nombreuses, qui ont suivi un cursus de pédagogie et sont enseignantes). Durant cette période de leur vie, elles sont nombreuses à s’investir dans des activités associatives et caritatives souvent en lien avec leur pays d’origine, mais aussi à animer des clubs sociaux ou culturels. Dans le même temps, les discussions s’engagent autour de la question de la précarité de la résidence. Toutes soulignent leur profond attachement à la ville d’Abu Dhabi : « mes enfants sont nés ici », « mes amies vivent ici », « il n’y a jamais de violence, d’agression », « je peux faire ce que je veux, quand je veux, je me sens toujours en sécurité », « ici tout est simple »…

  • 18 Le Cheikh Zāyid est décédé en novembre 2004.

23Il est à noter que ce sentiment de liberté et de sécurité n’inclut jamais une réflexion sur l’ordre politique du pays, ni sur le fait que cette liberté et cette douceur de vivre ont pour contrepartie une absence totale d’esprit critique et un silence de plomb sur la condition des ouvriers et des employés de maison qui font respectivement tourner les chantiers de construction et les maisons des familles émiriennes comme celles des migrants plus fortunés employant des domestiques. On peut entendre des discussions, voire des critiques sévères sur certains chefs d’État et gouvernements arabes, mais jamais sur la politique émirienne, et cela est plus vrai encore pour les femmes arrivées dans les années 1970 et 1980 qui admirent profondément le Cheikh Zāyid18. Toutefois, si elles se sentent appartenir à la ville, elles savent que la ville et le pays ne les reconnaissent pas comme faisant partie des leurs.

La nécessité d’un ailleurs pour mieux pouvoir rester

  • 19 Voir Camelin, 2011.

24Le mot « déportation » est récurrent dans les conversations. Les femmes que j’ai rencontrées vivent dans des lieux d’où elles‑mêmes ou des proches peuvent à tout instant être rejetés. Même si dans les catégories sociales les plus favorisées les cas restent finalement rares, le sentiment de fragilité est particulièrement fort. Un conflit anodin, un accident de la route, ou une parole jugée offensante peuvent prendre des proportions alarmantes s’ils impliquent un ressortissant émirien. Par ailleurs, le visa étant lié à un contrat de travail, la perte de ce travail ou tout simplement le départ à la retraite entraine l’impossibilité de résider sur le territoire des EAU Par ailleurs la plupart ont fait l’expérience directe ou indirecte de l’instabilité politique, de la fuite ou de la perte d’un espace privé sécurisant : l’exode de leurs parents palestiniens en 1948, les renversements de gouvernements au Yémen ou en Irak, les guerres du Golfe et l’impossibilité pour la majorité des Palestiniens et des Yéménites de retourner au Koweït19.

25Cette fragilité du statut entraîne donc un sentiment de risque et, pour y parer, il est des sujets que l’on n’aborde pas, des critiques que l’on ne formule pas, des engagements que l’on ne prend pas. La plus grande part de la vie d’adulte de ces personnes s’est déroulée aux Émirats arabes unis, et c’est là qu’elles ont construit leur vie de femme, là, qu’elles ont élevé leurs enfants, là que se trouvent leurs relations, leurs amis et une bonne partie de leurs souvenirs. Chacune reste donc attentive à éviter les faux-pas, assurant au quotidien la possibilité de rester là où elle est. La contrepartie de cette non-implication dans la société globale assure une qualité de vie qu’elles estiment ne pas pouvoir trouver ailleurs.

  • 20 Il est très difficile d’obtenir une image claire de la situation et des répercussions des attentats (...)

26Toutefois, l’inquiétude sous-jacente et le poids de la menace pèsent clairement différemment selon que les femmes pensent avoir ou pas la possibilité de s’installer confortablement dans leur pays d’origine. Si cette possibilité semble incertaine ou inquiétante (c’est notamment souvent le cas des Palestiniennes mais pas seulement), c’est alors qu’est considérée ce que je désigne comme une migration de « passeport ». L’avenir et la sécurité des enfants se trouvent bien entendu au cœur des discussions. Pour ces familles de classe moyenne et moyenne supérieure il est impératif de permettre aux enfants de poursuivre des études supérieures et, jusqu’à une période récente, il n’existait pas d’université suffisamment compétitive. Depuis quelques années on trouve à Abu Dhabi des enseignements de grande qualité, mais à des prix souvent prohibitifs pour les étrangers ce qui les incitent fortement à chercher des universités dans d’autres pays. Cette migration de « passeport » consiste à envisager une seconde migration vers un pays perçu comme « stable » et qui pourra, le cas échéant, produire à la fois une protection (protection politique mais aussi de santé, d’accès à l’éducation, de retraite…) et un passeport permettant de voyager sereinement. Lors de l’enquête, il est apparu que les trois-quarts des femmes et leur famille ayant effectué cette migration dans les années 1990 sont partis vers les États-Unis et en 2010, elles étaient nombreuses à envisager de migrer, notamment vers le Canada, ou, dans l’ordre des préférences, vers les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande20. On compare les avantages et les inconvénients des différentes destinations (temps d’obtention de la nationalité, présence préalable d’une partie de la famille, couverture médicale, conditions d’obtention de bourses scolaires, universitaires…). Si aujourd’hui le Canada emporte nettement la préférence en termes de facilité d’accession à la nationalité, de neutralité de passeport, de confort de vie et de protections sociales, certains y renoncent en raison du climat et de la longueur de l’hiver.

  • 21 On pourra objecter qu’il y a là un biais méthodologique important puisque l’enquête ne prend pas en (...)
  • 22 Razy et Baby‑Collin, 2011, p. 8.
  • 23 Anderson, 1983, et Lochak, 1988.

27Quel que soit le pays de destination, les objectifs des différentes générations se rejoignent parfois de manière frappante. Chez celles qui ont migré en Amérique du Nord, Europe ou Australie, et qui en sont revenues, comme chez celles qui sont engagées ou souhaitent s’engager dans un processus similaire, on retrouve, dans les discours, la construction d’une dissociation effective entre l’« obtention d’un passeport » et l’« acquisition de nationalité », ce qui conduit à une instrumentalisation complète de la nationalité21. On peut considérer que le lien attachant un État à un individu (et vice-versa) est suffisamment fort pour qu’il puisse s’étendre au-delà du territoire national, puisque, même en pays étranger, le détenteur d’un passeport jouit normalement de la protection de son État. En retour, chaque État attend de ces ressortissants qu’ils se comportent en citoyens, participant au développement social, politique, économique, etc…, du pays. Or, dans le cas de ces « migrations de passeport », la relation entre ces deux dimensions est totalement rompue, les détenteurs de ces passeports les considérant comme des assurances tout risque sans ressentir le moindre désir ni la moindre obligation de résider sur le territoire, ni ressentir le moindre sentiment d’appartenance à l’État, sa population ou son histoire. Plus que « déterritorialisés »22, ce sont des nationaux a-territorialisés, et l’on se trouve face à une dissociation extrême du lien administratif et juridique à un État et du sentiment d’appartenance à une communauté nationale. Ironiquement, ces détenteurs de nationalité-passeport ont mis à l’épreuve la suggestion d’Anderson et Lochak, d’opérer une distinction terminologique entre le lien d’allégeance à un État — qu’ils proposent de nommer « étaticité » —, et le sentiment d’appartenance, individuel ou collectif à une collectivité partageant une histoire, une culture ou une langue, et rendu par le terme de « nationité »23. Le résultat produit n’est alors pas celui, envisagé par Anderson et Lochak, de permettre à un individu de pouvoir revendiquer à la fois une appartenance à un État et une appartenance identitaire singulière au sein de cet État, mais bien, au contraire, de permettre à un individu de séparer totalement les deux notions et d’en user indépendamment de toute contingence citoyenne ou territoriale.

  • 24 À ce sujet on peut noter une différence importante avec les femmes appartenant à la génération des (...)
  • 25 Sur la question des familles transnationales, voir Razy et Baby‑Collin, 2011.

28Les enquêtes à Abu Dhabi montrent cependant que cette décision n’est pas toujours empreinte de cynisme et qu’elle reste souvent difficile à prendre. Les hommes sont plus réticents du fait de l’incertitude professionnelle qu’un tel mouvement engendre. À ce stade de leur vie, les femmes ont acquis une certaine assurance dans la gestion de leur quotidien en migration et, en l’absence de famille élargie, elles ont été poussées à l’autonomie, parfois encouragées par leur conjoint. Il est particulièrement frappant de noter que ce sont souvent elles qui prennent les choses en main. Nūra, Salmā, Amal, Maryam et d’autres que j’ai rencontrées ont rassemblé les renseignements, monté les dossiers de demande de visa. Dans presque toutes ces familles de classe moyenne, il y a un ou plusieurs membres installés dans un pays-passeport et c’est à eux que l’on fait appel pour appuyer la demande. Pour toutes ces femmes qui sont finalement revenues à Abu Dhabi, cette installation dans ce pays tiers a répondu à une douloureuse nécessité, un second déracinement pour elles qui disent souvent avoir déjà perdu un pays24. Le mouvement migratoire qu’elles opèrent n’a pourtant rien de définitif et l’on constate, au fil des discussions, qu’il est souvent accueilli dans un environnement familial déjà transnational25 puisque souvent, une partie de la famille de l’un ou l’autre membre du couple est installée dans le futur pays d’accueil. Dans la mesure du possible, on envisage donc une installation à proximité d’un frère, d’une cousine, d’un oncle ou d’une sœur déjà installés, à défaut des amis ou des connaissances.

29L’installation envisagée, totalement utilitaire, doit être réduite à son plus strict minimum : juste le temps nécessaire à l’obtention du fameux passeport. Il est toutefois frappant de constater que pour les femmes, ce séjour est souvent l’occasion d’accéder à une formation ou de renforcer une compétence professionnelle (diplôme de pharmacienne, formation de documentaliste, diplôme de diététicienne, spécialisation d’ingénieur…), alors que pour les hommes la situation est souvent vécue comme un déclassement et engendre une instabilité professionnelle douloureuse. On peut d’ailleurs noter qu’un certain nombre d’entre eux ne parvient pas à s’adapter et retourne aux Émirats arabes unis pour poursuivre une carrière plus valorisante. Pour un temps pouvant aller de quelques mois à plusieurs années, la famille est alors scindée entre, d’un côté, le mari ou le père qui travaille et réside aux Émirats et entretient ainsi leur famille à distance, et, de l’autre, l’épouse ou la mère qui, durant ces années d’attente de nationalité, prend en charge la gestion quotidienne de la famille, de la maison, de l’éducation des enfants, des démarches administratives, etc…

30Si tous les couples ne résistent pas à la séparation de fait, les femmes rencontrées entre 2004 et 2010 à Abu Dhabi disent toutes avoir poussé un soupir de soulagement au moment où, au terme de leur attente (trois à quatre ans en moyenne), les précieux papiers en poche, elles peuvent enfin repartir s’installer dans le Golfe. La structure familiale se modifie toutefois souvent par rapport à ce qu’elle était à l’arrivée. Les plus grands enfants sont parfois en âge d’entrer à l’université et entament donc leurs études sur place. Il arrive aussi qu’il soit décidé que des adolescents restent en pensionnat afin de bénéficier d’une éducation privilégiée. Le fait n’est pas systématique pour autant, et dans les raisons avancées pour souligner la nécessité du retour, la volonté d’élever les adolescents dans un environnement régulé, sans danger, et musulman, apparaît prioritairement.

Le choix du retour

  • 26 Depuis plusieurs années déjà, l’État encourage la scolarité, la professionnalisation et l’emploi de (...)

31Installées dans une ville qu’elles ont choisie, confortées par l’assurance d’avoir en poche un passeport protecteur, bien formées et efficaces, elles trouvent sans problème des postes intermédiaires et elles occupent parfois des responsabilités dans les entreprises privées et dans les administrations du gouvernement. Au vu de leurs compétences, du réseau de relations qu’elles ont construit au fil des ans et de leur maîtrise de l’anglais, la question de la recherche d’emploi se pose peu. La politique nationale officielle encourage très largement le travail féminin qualifié26, encouragement qui trouve un écho tant parmi les Émiriennes que parmi les migrantes et tout particulièrement les migrantes originaires du monde arabe.

32Dans deux cas rencontrés, on constate qu’au terme de plus de trente ans de parcours migratoire la situation de mécénat s’est inversée. Lorsque que Maryam, Yéménite originaire d’Aden, et Amal, Palestinienne du Liban, sont arrivées, l’une toute jeune mariée et l’autre mère de deux jeunes enfants, elles se trouvaient sous la responsabilité de leur époux. Aujourd’hui, ce sont elles qui sont les sponsors de ceux‑ci, l’un d’entre eux étant à la retraite et le second sans travail suite à un accident. Dans les années à venir, il est probable que la situation se reproduise dans la plupart des cas où le mari, plus âgé que la femme, part à la retraite avant elle. Il est alors frappant de constater le renversement de la situation au cours de la trentaine d’années écoulées, temps au terme duquel elles se retrouvent économiquement et juridiquement dans la position de chef de famille. Ce résultat n’est pourtant pas le fruit d’une revendication affirmée, ni d’une volonté d’autonomisation ou d’émancipation revendiquée mais plutôt celui de construction de la part de femmes qui, avec une capacité d’adaptation remarquable, ont su saisir chaque opportunité pour construire un espace de vie choisi.

33Ces mécénats féminins ne représentent pourtant pas un but en soi. Eux aussi prendront fin au terme de la carrière professionnelle de leur détentrice. Il ne s’agit donc que de reculer le moment où le départ deviendra inévitable, à moins que l’un des enfants du couple, devenu adulte, souvent très bien formé dans une université nord‑américaine (ils sont ingénieurs dans différentes branches, informaticiens, médecins, dentistes, architectes, entrepreneurs…), fasse à son tour le choix de revenir vivre aux Émirats arabes unis et puisse devenir le kafīl de ses parents. La situation n’est pas rare et dans presque toutes les familles rencontrées correspondant à ces parcours migratoires, un au moins des enfants était revenu dans le pays de son enfance.

34Ainsi, dans la troisième catégorie précédemment mentionnée et regroupant les jeunes femmes qui sont arrivées enfants ou sont nées aux Émirats arabes unis et y ont grandi, on constate que si la très grande majorité fait ses études en Amérique du Nord ou en Australie, plus de la moitié revient travailler dans le pays, dont elles n’ont pas la nationalité mais qui reste celui dans lequel elles ont grandi et dans lequel leurs parents vivent. Outre la possibilité d’occuper un emploi valorisé, le sentiment d’appartenance à la ville, la familiarité et l’ancienneté des relations sont autant de dimensions mises en avant lorsqu’elles parlent de leur choix de retour. Souvent célibataires et exerçant un métier choisi, on pourrait penser que leur position se rapproche de la catégorie des jeunes femmes très qualifiées, originaires du Liban, de Syrie, de Jordanie et qui, depuis une bonne dizaine d’années ont commencé à migrer seules. La situation de ces dernières reste cependant bien différente. Leur départ a souvent fait l’objet d’âpres négociations au sein de la famille proche et élargie, et elle perçoivent leur séjour aux Émirats arabes unis comme une première étape qui leur permet à la fois d’acquérir une expérience professionnelle, éventuellement de se constituer un petit capital, et d’accéder à une autonomie difficile à acquérir dans leur pays d’origine. Souvent, les Émirats arabes unis sont vus comme une étape intermédiaire, un tremplin vers une seconde migration professionnelle. Contrairement à leurs aînées venues en famille qui ont développé un sentiment d’appartenance vis‑à‑vis des EAU et ont instrumentalisées un État tierce afin de pouvoir y résider sereinement, pour cette jeune génération, c’est l’espace des pays du Golfe qui est instrumentalisé. Il existe néanmoins un point commun entre ces deux groupes de jeunes femmes : dans un cas comme dans l’autre, on constate que beaucoup ne sont pas mariées. Si chez les plus jeunes le discours est avant tout centré sur la réussite professionnelle et la volonté d’indépendance, il apparaît clairement que vers vingt‑sept ou vingt‑huit ans le célibat devient lourd à porter. Si certaines ont dû trouver les arguments pour convaincre leur famille de les laisser partir, je n’ai rencontré qu’une seule femme de 28 ans à soutenir qu’elle était prête à épouser un homme de n’importe quelle origine.

Conclusion

35Au-delà de l’intérêt particulier que ces femmes migrantes peuvent susciter, il est frappant de constater que leur parcours et l’implantation de deux générations permettent également de donner un éclairage sur le pays lui-même. De fait, dès l’indépendance, une migration, qualifiée ou laborieuse, fut largement encouragée afin de construire le pays. Or, quarante ans plus tard, on constate qu’une partie de ces migrants (notamment les plus qualifiés) a développé un fort sentiment d’appartenance à la ville, sentiment qui se trouve encore renforcé auprès des plus jeunes générations. Dans ce contexte, et de manière inattendue, les femmes arrivées comme conjointes dans les années 1970 à 1990 se sont approprié les lieux, saisissant les opportunités en termes de développement professionnel, personnel et financier. La ville d’Abu Dhabi est donc présentée à la fois comme un espace d’autonomisation et de liberté, et comme une plate-forme pour construire des parcours de vie souvent faits d’expériences migratoires multiples. Ce sont ces femmes qui, par volonté d’anticipation d’une instabilité à venir, ont su trouver les outils leur permettant de participer activement à la construction d’alternatives migratoires et économiques pour elles-mêmes et leur famille.

Haut de page

Bibliographie

Anderson B., L’imaginaire national. Réflexion sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte/Poche, 2002 (1e éd. 1983).

Beauge G. & Friedmann B., Migration in the Arab world, Paris, CNRS, 1991.

Brochmann Gr., Middle East Avenue. Female migration from Sri Lanka to the Gulf, Oxford, Westview Press, 1993.

Camelin S., « Au fil des générations, la migration hadrami », Alpha, Revue de l’IRMC, numéro spécial : Biographies et récits de vie, 2006.

Camelin S., « Mariam, une parole animée », in J. Massard‑Vincent, S. Camelin, et Ch. Jungen (dir.), Portraits. Esquisses anthropographiques, Paris, Éditions Pétra, coll. Anthropologiques, 2011.

Esim S. & Smith M., Gender and Migration in Arab States. The Case of Domestic Workers, Beirut, International Labour Organisation, 2004.

Gardner A. M., “Gulf Migration and the Family”, Journal of Arabian Studies: Arabia, the Gulf, and the Red Sea, Vol.1, Issue 1, 2011.

Fargues p., Emerging Demographic Patterns across the Mediterranean and their Implications for Migration through 2030, Washington DC, Migration Policy Institute, 2008.

Kapiszewski A., Arab Versus Asian Migrant Workers in the GCC Countries, United Nations Expert Group Meeting on International Migration and Development in the Arab Region, Population Division, Department of Economic and Social Affairs, United Nations Secretariat, Beirut, 15‑17 May 2006.

Khalaf S., “Gulf Societies and the Image of Unlimited Good”, Dialectical Anthropology, Vol. 17, 1992, p. 53‑84.

Lochak D., « Étranger et citoyen au regard du droit », in C. Withol de Wenden, La citoyenneté, Paris, Edilig‑Fondation Diderot, 1988, p. 74‑95.

Longva A. N., Walls Built on Sand. Migration, Exclusion and Society in Kuwait, Boulder, Westview Press, 1997.

Longva A. N., “Keeping Migrant Workers in Check. The Kafala System in the Gulf”, Middle East Report, 1999, p. 20‑22.

Percot M., « Les infirmières indiennes émigrées dans les pays du Golfe. De l’opportunité à la stratégie », Revue européenne des migrations internationales, vol. 21, n° 1, 2005, p. 29‑54.

Percot M., « La migration des infirmières indiennes dans les pays du Golfe. Un pas vers davantage d’autonomie », Autrepart, vol. 3, n° 43, 2007, p. 135‑145.

United Arab Emirates Official Gazette, “Federal Law. Immigration Residency, and Executive Regulations”, No. 13, August 2nd 1973, United Arab Emirates Court Library and Publications.

Razy É. et Baby‑Collin V., « La famille transnationale dans tous ses états », Autrepart, n° 57‑58, 2011, p. 7‑22.

Said Zahlan R., The Origins of the United Arab Emirates. A Political and Social History of the Trucial States, New York, Macmillan, 1978.

Sambidge A., “UAE raises minimum salary limit for expats with family”, Arabian Business, 2009, http://www.arabianbusiness.com/uae-raises-minimum-salary-limit-for-expats-with-family-16444.html

Seccombe I., “Labour Migration to the Arabian Gulf. Evolution and Characteristics 1920-1950”, Bulletin, British Society for Middle Eastern Studies, Vol. 10, No. 1, 1983, p. 3‑20.

Seccombe I. et Lawless R. I., “Foreign Worker Dependence in the Gulf, and the International Oil Companies, 1910–50”, International Migration Review, Vol. 20, No. 3, The Center for Migration Studies of New York, 1986, p. 548-574.

Willoughby J., “Segmented Feminization and the Decline of Neopatriarchy in GCC Countries of the Persian Gulf”, Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, Vol. 28, No. 1, 2008, p. 184-199.

Haut de page

Notes

1 Composés des sept Émirats d’Abu Dhabi, Dubaï, Sharja, ‘Ajmān, Fujayra, Ra’s al-Khayma et Umm al-Qaywayn. Contrairement à la vision la plus courante, les différents Émirats présentent une grande diversité, et si l’on peut, en termes de migration et de situation économique, faire des parallèles entre Abu Dhabi, Dubaï et Sharja, il est évident que la situation à ‘Ajmān, Fujayra, Ra’s al‑Khayma et Umm al‑Qaywayn est extrêmement différente.

2 Gardner, 2011, Fargues, 2008.

3 Percot, 2005 et 2007 ; Brochmann, 1993.

4 Pour des résumés et des présentations synthétiques de cette situation de la migration historique, voir par exemple Gardner, 2011 ; Willoughby, 2008 ; Said Zahlan, 1978, Seccombe, 1983 ; Seccombe et Lawless, 1986.

5 Seccombe, 1983.

6 Les Britanniques sont dominants dans la région, à l’exception de l’Arabie Saoudite qui traitera plus volontiers avec les Américains. À ce sujet, voir Seccombe et Lawless, 1986.

7 Seccombe et Lawless, 1986

8 Le Koweït est indépendant depuis 1961, le Qatar, le Bahreïn et les EAU depuis 1971.

9 Kapiszewski, 2006.

10 Voir The Statistical Year Book of Abu Dhabi 2010, Statistic Center, Abu Dhabi.

11 Même s’il n’en sera pas question au cours de cet article, on peut néanmoins souligner que la catégorie 3 (des femmes sans qualification) reste la catégorie où les contraintes sont les plus fortes. Le très bas niveau d’éducation des femmes lié à la faiblesse de leur revenu et aux conditions de leur emploi (à domicile, pour des particuliers) rend toute mobilité professionnelle presque impossible.

12 À de rares exceptions près : ainsi, au Koweït dans les années 1950, certains Palestiniens ont pu obtenir la nationalité. Voir Longva, 1997, et 1999, p. 20‑22. De même, aux EAU, dans les années 1970, et sous certaines conditions, des Yéménites et Iraniens d’origine ont obtenu la nationalité. Dans les années 2000, cela devient presque impossible pour ces catégories nationales. Sur la migration yéménite aux EAU, voir Camelin, 2006. Voir également United Arab Emirates Official Gazette, 1973, No. 13. La nationalité n’est presque plus accordée qu’avec le soutien (ou à la demande) d’un membre de la famille régnante. Un léger assouplissement est toutefois en cours, puisqu’en novembre 2011, à l’occasion de la célébration des 40 ans d’indépendance, le Cheikh Khalīfa b. Zāyid a annoncé que les femmes émiriennes mariées à un étranger auront la possibilité de transmettre leur nationalité à leurs enfants qui devront en faire la demande à 18 ans, âge de la majorité.

13 Voir Beauge et Buttner, 1991 ; Esim et Smith, 2004 ; Khalaf, 1992 ; Longva, 1999.

14 Voir Sambidge, 2009, ainsi que les différents commentaires laissés par les internautes en réaction à l’article.

15 On note toutefois que la ville limitrophe de Banī Yās (qui est aujourd’hui considérée comme un quartier un peu lointain du centre d’Abu Dhabi) est très largement occupée par des familles yéménites ayant ou non reçu la nationalité émirienne.

16 Cette constatation reste tout à fait valable dans le cas des migrations plus récentes. Ainsi aujourd’hui encore, l’ascenseur et les paliers de certains immeubles sont de véritables espaces de rencontre pour les habitantes et particulièrement les nouvelles venues.

17 Les cours d’immeubles sont également souvent mentionnées ainsi que le terre‑plein devant l’école.

18 Le Cheikh Zāyid est décédé en novembre 2004.

19 Voir Camelin, 2011.

20 Il est très difficile d’obtenir une image claire de la situation et des répercussions des attentats de Septembre 2001 aux États‑Unis puisque les cas de figure ici mentionnés n’entrent pas dans les statistiques accessibles. Ainsi, que ce soit pour le Canada ou pour les E.U., les statistiques annuelles rendent compte du nombre de visas délivrés soit par pays d’origine — et sans préciser dans quel pays la demande est faite —, soit par pays dans lequel la demande est déposée, sans préciser la nationalité des migrants.

21 On pourra objecter qu’il y a là un biais méthodologique important puisque l’enquête ne prend pas en considération les personnes qui ont migré et sont restées dans le pays de migration. Toutefois l’objectif de ce travail est justement de prendre en considération ce type spécifique de « migration de passeport » jusque‑là fort peu étudié.

22 Razy et Baby‑Collin, 2011, p. 8.

23 Anderson, 1983, et Lochak, 1988.

24 À ce sujet on peut noter une différence importante avec les femmes appartenant à la génération des 20/30 ans et dont la migration aux Émirats date de moins de cinq ans : elles sont beaucoup moins attachées au lieu d’Abu Dhabi qu’elles n’ont pas vu émerger au fil des ans.

25 Sur la question des familles transnationales, voir Razy et Baby‑Collin, 2011.

26 Depuis plusieurs années déjà, l’État encourage la scolarité, la professionnalisation et l’emploi des femmes. On peut voir des exemples de cet intérêt dans les articles régulièrement publiés dans les journaux locaux, mais aussi dans les rapports remis par différentes branches du gouvernement. Cf. Ministry of State for Federal National Council Affairs, Women in the United Arab Emirates. A Portrait of Progress, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvaine Camelin, « Des itinéraires dans le temps et dans l’espace », Arabian Humanities [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 25 mars 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://cy.revues.org/1912 ; DOI : 10.4000/cy.1912

Haut de page

Auteur

Sylvaine Camelin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org