Navigation – Plan du site
Histoire

Une occupation de l’âge du fer à Masafi.

Travaux récents de la Mission archéologique française aux E.A.U. dans l’Émirat de Fujairah
Occupation of the Iron Age in Masafi: Recent work by the French Archaeological Mission in the Emirate of Fujairah in the UAE
Anne Benoist, Vincent Bernard, Julien Charbonnier, Julie Goy, Aurélien Hamel et Thomas Sagory

Résumés

Depuis 2000 la mission archéologique française aux Émirats arabes unis tente de reconstituer les stratégies d’adaptation et l’organisation territoriale des communautés de l’âge du fer des régions montagneuses de l’Émirat de Fujairah, en effectuant des fouilles et des prospections dans plusieurs régions. À Masafi, un bâtiment collectif et un temple ont été fouillés, et un habitat fortifié a été mis en évidence sur une colline rocheuse. Les fouilles et les études environnementales permettent d’esquisser une première image d’un territoire de l’âge du fer construit autour d’un terroir agricole irrigué central, défendu par une forteresse établie sur une colline rocheuse, et placé sous la protection d’un dieu représenté sous la forme d’un serpent.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

ARE, Fujairah

Chronologique :

âge du fer
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’opération Masafi fait partie des travaux menés aux Émirats arabes unis par la Mission archéologiq (...)

1Depuis une dizaine d’années, une équipe de la Mission archéologique française aux Émirats arabes unis travaille dans l’Émirat de Fujairah en collaboration avec la Fujairah Tourism and Antiquities Authority, pour étudier l’organisation et l’évolution des territoires des communautés de l’âge du fer des montagnes du Hajjar, par des prospections et des fouilles effectuées sur des terrains divers. Entre 2000 et 2004, ces travaux ont porté sur la région de Bithnah où un temple et une forteresse datés entre 1300 et 600 av. J.‑C. ont été fouillés. Depuis 2007, c’est dans la région de Masafi que se concentrent les recherches (fig. 1)1.

  • 2 Au nord, les tombes collectives de Dibba, Sharm et Dadna dans la région de Dibba, auxquelles il fau (...)

2Masafi apparait comme une région stratégique, localisée dans la partie ouest des montagnes du Hajjar, à l’intersection de deux importantes vallées qui relient le piémont occidental à la côte orientale : le wadi Ham, au sud‑est, permet d’atteindre la ville actuelle de Fujairah et ses alentours ; la passe du wadi Abadilah, au nord‑est, permet de rallier la région de Dibba. Des traces d’occupation de l’âge du fer sont connues à l’extrémité est de ces deux voies de passage2. Masafi est aussi une région privilégiée, dotée de sources pérennes d’eau douce et située non loin d’affleurements de cuivre, qui furent exploités à des époques diverses comme en témoignent les sites de fonte encore visibles aujourd’hui (wadi Aswani, région de Khadra).

3Le territoire actuel de Masafi s’étend sur une longueur d’environ 4 km sur la rive est du wadi Abadilah, juste au nord de sa confluence avec le wadi Ham. Il est partagé entre l’Émirat de Fujairah au sud et l’Émirat de Ras al‑Khaimah au nord. Les travaux de la Mission française se sont concentrés sur la zone située dans le territoire de Fujairah, qui forme un triangle d’environ 1 km nord‑sud pour 800 m est‑ouest, bordé à l’ouest par le cours du wadi Abadilah, au sud par la route qui relie Masafi à Dhaid et à l’est par la route reliant Masafi à Dibba. Une occupation de l’âge du fer (1300–300 av. J.‑C.) en occupe toute la partie centrale, depuis le nord‑ouest, où s’élève un monticule rocheux qui domine la vallée environnante, jusqu’au sud, où se côtoient le village actuel de Masafi et la palmeraie, légèrement en contrebas, côté ouest (fig. 2). Elle est marquée par un abondant mobilier de surface, qui couvre une aire d’environ 600 m nord‑sud et 200 m est‑ouest.

4Le site fut découvert par la Mission archéologique française en 2003 et immédiatement signalé à la Fujairah Tourism and Antiquities Authority. Depuis 2007 des fouilles sont menées sur une zone appelée Masafi‑1, située en limite des jardins et particulièrement riche en matériel, sur laquelle avaient été observés des affleurements de murs. Elles ont permis le dégagement de trois bâtiments collectifs superposés. Les vestiges d’un falaj, système d’approvisionnement en eau par galeries souterraines drainantes, ont été mis au jour à proximité. En 2007, une prospection détaillée du monticule rocheux qui s’élève au nord‑ouest (Masafi‑2) révéla dans sa partie nord‑est un ensemble fortifié rectangulaire d’environ 100 x 80 m en partie masqué par une occupation islamique au sud. Une première fouille y fut ouverte en 2010. Enfin, un sondage effectué dans la palmeraie permit la découverte d’un sanctuaire dédié au serpent, dont la fouille a également été complétée (Masafi‑3). Ces éléments nous permettent de restituer plusieurs facettes du territoire d’une communauté d’oasis du premier millénaire d’Arabie orientale, dont l’économie reposait sans doute en grande partie sur l’exploitation et la commercialisation du cuivre. Nous tenterons ici d’en présenter les grandes caractéristiques.

Masafi‑1

5Au cœur du système se trouvaient vraisemblablement l’eau et les jardins, une zone cultivée que nous restituons hypothétiquement au nord de Masafi‑1 et peut‑être à l’ouest, sous l’actuelle palmeraie. À Masafi‑1 a été en partie dégagé au nord‑est du bâtiment collectif un canal ou plutôt une série de trois canaux d’orientation similaire, en provenance de l’est. Le plus récent et le mieux préservé montrait un fond plat, des parois en pierres soigneusement maçonnées et une couverture formée de dalles plates interrompue par des regards (fig. 3). Il a livré un mobilier exclusivement constitué de tessons de l’âge du fer et c’est grâce à lui que le dispositif a pu être daté avec quelque certitude.

6Ce canal se dirigeait vers une paroi de pierres qui bordait au nord le secteur Masafi‑1 et déversait son eau par une échancrure en V aménagée dans cette paroi. Au nord de l’échancrure, trois canaux partaient vers le nord et le nord‑est. Notre hypothèse actuelle est que la paroi de pierres marquait dans ce secteur la limite de la zone de jardins et que l’eau pouvait être distribuée dans les différents canaux.

7L’origine de l’eau n’est pas connue avec certitude. On serait tenté, à l’examen du tracé du canal partiellement couvert, de la situer à l’est de Masafi‑1 en direction des montagnes. Les sources de Masafi sont aujourd’hui captées pour les besoins de la commercialisation en un point situé à un peu plus de 2 km au nord‑est du site de Masafi‑1. Mais selon la tradition locale, c’est dans la palmeraie qui s’étend à l’ouest du secteur Masafi‑1 que jaillissaient en 1960 les sources d’eau de Masafi qui étaient captées par des puits sur lesquels étaient installés des dispositifs visant à remonter l’eau par traction animale (norias). L’un de ces dispositifs est encore visible dans la palmeraie actuelle, à environ 200 m à l’ouest de Masafi‑1. Au vu des variations récentes, l’examen de la topographie du lieu qui a pu être effectué jusqu’à présent nous semble insuffisant pour tenter de localiser les points de captages antiques : on peut envisager qu’il y en a eu plusieurs et qu’ils ont évolué avec le temps. D’ailleurs, en fouillant plus à l’ouest le long de la façade nord de la paroi de pierres que nous interprétons comme la limite de la zone des jardins, nous avons pu mettre au jour un autre canal à ciel ouvert, qui semble se diriger, lui, d’ouest en est, ce qui semble en contradiction avec le tracé des autres canaux — à moins peut‑être d’envisager une pluralité des points de captage de l’eau, dans l’espace ou dans le temps.

8Par Masafi‑1 transitait donc une eau dont nous ne connaissons pas encore l’origine exacte, une eau qui était dirigée vraisemblablement vers les zones agricoles. À moins de 20 m du canal qui acheminait cette eau se dressait un bâtiment assez vaste, qui fut reconstruit au moins à deux reprises et comportait une grande salle, dans laquelle nous restituons la tenue de réunions, de rencontres et de festivités.

9Il y eut peut‑être une phase initiale (Niveau 0), durant laquelle ce fut non pas un bâtiment en dur qui fut établi dans ce secteur, mais une structure construite en matériaux légers, dont il ne subsiste qu’un négatif, une tranchée de 10 cm de large dessinant un vaste rectangle de 9 x 14 m. À l’intérieur de cette structure, des trous de poteaux d’un diamètre de 10 à 15 cm disposés de façon irrégulière ont été repérés. Nous ne connaissons pas d’équivalent à cette première structure éventuelle, qui est apparue environ 10 à 20 cm sous la base du niveau suivant, mais par sa forme et sa taille, elle se rapproche des bâtiments qui furent édifiés par la suite au même endroit et elle pourrait avoir représenté un premier lieu de rassemblement.

10Ce fut ensuite un bâtiment en briques blanches d’un calibre de 40 x 40 x 6 cm environ qui fut construit là (Niveau 1a : fig. 4), dans un style architectural et avec des techniques de construction qui se rapprochent très précisément des techniques connues le long du piémont occidental des montagnes d’Oman dans l’oasis d’al Aïn (Hili‑2 : Al Tikriti, 2001a ; Bida bint Saud : Al Tikriti, 2001b ; Rumeilah : Boucharlat & Lombard, 2001b). L’entrée principale s’ouvrait sur le côté est du bâtiment. Elle mesurait 2,30 m de large et comportait vraisemblablement une porte à double battant. Elle donnait sur une pièce oblongue (fig. 4 : P. 229), qui communiquait avec la grande salle d’apparat par une seconde entrée munie d’un seuil surélevé et encadrée par des poteaux en bois (fig. 4 : P. 226).

11La salle centrale mesurait environ 8 x 6,50 m et comportait vraisemblablement six piliers en bois installés sur des bases en pierres et en briques crues. Cinq seulement de ces bases étaient préservées. Ces bases étaient constituées de petits massifs de 25 à 30 cm de côté, construits en briques crues et fragments de briques, au sommet desquels étaient parfois posées des pierres plates. Le sol était recouvert d’un enduit d’argile blanchâtre. Au nord, la grande salle communiquait avec deux petites pièces, qui servaient vraisemblablement de cuisine et de desserte : l’une comportait un tannūr constitué d’une jatte en céramique enterrée dans le sol.

12La pièce oblongue de l’entrée principale donnait aussi au nord sur un corridor, qui menait à une pièce de petite taille installée à l’angle nord‑ouest du bâtiment et dans laquelle se trouvait un podium (fig. 4 : P. 219). C’était là sans doute une pièce au statut un peu particulier, dont on retrouve des équivalents très précis dans d’autres bâtiments collectifs de l’âge du fer d’Arabie orientale également munis d’une salle à piliers, tels que le bâtiment G à Rumeilah, le bâtiment II à Muwaylah ou bien encore le bâtiment à piliers de Bida bint Saud qui comportent tous une pièce d’angle de petite taille, munie d’un podium en briques crues ou d’une dalle de pierre insérée à même le sol, peut‑être un support de poteau (Benoist, 2010, p. 124). Cependant, nous ne connaissons pas la fonction exacte de cette pièce. Enfin, le long de la façade ouest du bâtiment s’étendaient deux pièces qui servirent sans doute de pièces de stockage.

13Après une série de modifications mineures au cours desquelles la salle centrale fut agrandie au nord et le corridor au nord transformé en salle de stockage (Niveau 1b : fig. 5), le bâtiment A fut détruit et un nouveau bâtiment fut construit en briques jaunâtres, plus limoneuses, moins dégraissées, parfois disposées sur une assise de fondation en pierres (Niveau 2 : fig. 6). Le principe d’une grande salle de prestige munie de poteaux fut maintenu durant cette seconde phase de construction, mais le plan du bâtiment se simplifia (la plupart des pièces secondaires disparurent) et l’architecture devint plus irrégulière, la nouvelle salle d’apparat prenant une allure plus trapézoïdale que rectangulaire (fig. 5 : P. 107). Elle contenait cinq bases de piliers massives, rondes, d’une hauteur de 25 cm environ pour un diamètre de 80 cm. On y entrait directement depuis l’extérieur par le sud, au moyen d’une entrée de 2 m de large, dont le seuil n’est pas préservé. À l’ouest, les deux pièces de stockage de la période précédente furent reconstruites et reçurent des niches dans lesquelles des jarres furent disposées (fig. 6 : P. 033, P. 038). Le bâtiment B fut détruit par un violent incendie et s’effondra en partie sur les sols, piégeant le mobilier sous une épaisse couche de destruction de terre qui conserva par endroits l’empreinte de poteaux et de poutres carbonisées.

14Un troisième bâtiment du même type fut alors reconstruit (Niveau 3 : fig. 7), mais en pierres et non plus en briques crues. Seule la moitié nord en est préservée. Les murs étaient à double parement de blocs bruts, liés par un mortier de terre et recouverts d’un enduit argileux dégraissé à la paille. Du plan initial ne subsistait plus que la grande salle (fig. 7 : P. 017), une pièce d’angle avec une dalle plate (P. 016) et un foyer et deux niches donnant sur l’extérieur, à l’ouest (P. 015). Trois rangées de trous de poteaux d’un diamètre de 15 à 20 cm s’alignaient dans la grande salle. Le sol était simplement en terre damée. Ce dernier bâtiment fut également détruit par un violent incendie.

15Les trois bâtiments mais surtout le niveau 2 ont livré un abondant mobilier, qui rappelle par ses composantes le mobilier recueilli dans d’autres bâtiments munis d’une grande salle découverts sur d’autres sites de la même période. Au caractère festif et prestigieux du bâtiment, nous associons plus directement certains objets recueillis dans la grande salle, tels que cruches à bec ponté et petits bols carénés en céramique commune engobée ou en céramique peinte, parfois ornés d’un graffito gravé, qui constituaient vraisemblablement ensemble des services à boire (fig. 8). Des vases à pied cylindriques caliciformes, généralement brulés à l’intérieur, que nous interprétons comme des brule‑encens, distinguent également le mobilier de Masafi‑3 des assemblages domestiques habituels. Dans la grande salle du niveau 2 a été recueilli un brasero original, constitué d’un gobelet porté par deux chameaux ornés de serpents, sur lequel s’adaptait un couvercle en forme de cloche, à paroi ajourée, surmonté d’une poignée zoomorphe. Des couvercles en cloche à paroi ajourée se retrouvent dans les salles à piliers des bâtiments de Muwailah (Magee, 2003, fig. 8), Rumeilah (Boucharlat et Lombard, 1985, Pl. 51, p. 6), Bida bint Saud (Y. Al Tikriti, communication donnée au Seminar for Arabian Studies en juillet 1996) ou Salut (Phillips, comm. pers.). C. Phillips proposait récemment à l’auteur d’interpréter ces couvercles comme des lampes photophores.

16À la tenue de festivités dans ces bâtiments pourraient encore se rattacher quelques structures trouvées à l’extérieur : un grand tannūr en pierres et en céramique enterré dans le sol du niveau 1B à l’ouest du bâtiment (fig. 5 : st. 483), dans lequel des vivres ont pu être cuits en grande quantité, une structure ovale de près de 10 m de long coupée en deux par une rangée centrale de trous de poteaux, que nous interprétons comme une grande tente, mise au jour à l’est du bâtiment dans le niveau 3. Des tannūr‑s ou des fosses parementées de grande taille au remplissage cendreux ont déjà été observés en association directe avec les bâtiments à piliers sur d’autres sites de l’âge du fer de la région (Rumeilah : Benoist, 2010, fig. 12 ; Bida bint Saud : Al Tikriti, 1996). La tente, d’un type inédit, pourrait avoir été installée lors d’une occasion particulière, pour laquelle la grande salle à piliers du bâtiment ne suffisait pas (Benoist, 2010, fig. 13).

17L’association d’un bâtiment public et d’un falaj ayant été observée sur d’autres sites de l’âge du fer (Bida bint Saud notamment : Al Tikriti, 2002), il est possible d’avancer d’autres hypothèses. Certains chercheurs proposent de voir dans les bâtiments à piliers des lieux d’administration et de gestion de l’eau des oasis (Benoist, 2002, Boucharlat et Lombard, 2001a, Al Tikriti, 2002), tandis que d’autres privilégient l’hypothèse d’une relation fondée sur la nécessité d’un accès direct à une eau collective, non encore distribuée, lors des rencontres et des cérémonies de prestige dans les bâtiments à piliers (Benoist, 2010). Rien ne permet encore, à Masafi‑1, de trancher plus précisément en faveur de l’une ou de l’autre interprétation, mais force est de constater que là encore, la situation paraît en concordance avec un modèle d’organisation déjà observé ailleurs.

18Les bâtiments à piliers sont aussi fréquemment des lieux de stockage et les bâtiments de Masafi‑1 n’échappent pas à la règle. Des jarres ont été trouvées dans tous les niveaux. Certaines étaient installées dans les pièces de stockage périphériques, le long des murs ou dans des niches construites spécialement pour elles, une situation qui renvoie très précisément à la situation observée dans le bâtiment à piliers de Bida bint Saud, où des jarres complètes emplissaient pièces et niches latérales (Al Tikriti, 2002, fig. 18 : pièces 1, 4 et 5).

19À Masafi‑1 cependant, trois jarres des niveaux 1a, 1b et 2 étaient enfouies dans une cache pratiquée dans le sol, à l’abri des regards, ce qui constitue une situation inédite. Parmi ces dernières une jarre du niveau 1b, fermée par un couvercle et dissimulée par des pierres, a livré 139 lingots et fonds de creusets en cuivre, une collection unique à ce jour en Arabie orientale pour la période et qui pourrait représenter le trésor d’une communauté ou d’une élite inquiète, oublié dans sa cachette et jamais récupéré (fig. 9). Une seconde jarre enfouie dans le sol de la grande salle du niveau 2 et malheureusement pillée à une époque récente, a livré un unique lingot et 26 masses cuivreuses informes.

20Les lingots paraissent homogènes : tous ont une forme discoïde assez régulière. Trois calibres se distinguent : un petit calibre, qui réunit des pièces de 7 cm de diamètre environ, pour un poids d’environ 600 g ; un calibre moyen, qui réunit des pièces de 9 à 10 cm de diamètre pour un poids oscillant entre 950 et 1050 g ; et un gros calibre, qui regroupe des lingots de 11 à 13 cm de diamètre et pesant entre 1800 et 2200 g. Aucune marque n’a été observée sur les lingots. Les fonds de creusets et masses métalliques informes complètes s’échelonnent entre 600 g et 4 kg. Les jarres contenaient également des fragments, lingots ou fonds de creusets cassés. Ces produits semi‑finis en cuivre portent des traces d’oxyde de fer en surface, un élément qui rappelle une observation effectuée par S. Pillaut sur des échantillons de cuivre et des scories de Bithnah dans lesquels elle a noté une teneur en fer suffisante pour que se pose la question d’un ajout de roches riches en fer lors de la fonte, un élément qui contribuerait à abaisser les températures de fusion du métal (Benoist, Skorupka, Pillaut, sous presse).

  • 3 Il n’y a aucun gisement de cuivre à Dilmoun, l’actuelle Bahreïn. Mais les liens étroits qui unissai (...)
  • 4 Ces lingots constituent une nouveauté pour la recherche régionale, mais la situation évoque là enco (...)

21La provenance de ces lingots et masses métalliques n’est pas encore établie avec certitude et des analyses chimiques seront nécessaires pour établir s’il s’agit d’une production locale ou bien de la thésaurisation de biens issus du commerce régional. Une production locale nous semble envisageable, notamment à partir de gisements situés au sud du site. Au cours d’une prospection effectuée en 2009 avec C. Le Carlier, paléométallurgiste à l’institut Archéosciences à Rennes, des scories et des échantillons de minerais ont été sélectionnés sur plusieurs sites dans ce secteur : ils pourront être comparés aux masses métalliques découvertes in situ. La production et l’exportation du cuivre dans les régions voisines étaient encore au premier millénaire av. J.‑C. l’une des grandes spécialités de la péninsule d’Oman où plusieurs grands sites d’exploitation du cuivre datés de l’âge du fer ont été fouillés (Bilad al Maidin, Raki‑2, Saruq al Hadeed). Le cuivre transitait vraisemblablement par Bahreïn, où existait une importante communauté de marchands omanais (Lombard, 1999, p. 132) et était acheminé jusqu’en Mésopotamie. Un texte trouvé à Assur mentionne l’envoi au roi Sennacherib (704–681 av. J.C.) d’artisans de Dilmoun apportant « un chariot en cuivre, des outils et des récipients en cuivre, produits caractéristiques de leur pays »3. L’intégration de Masafi dans ces réseaux d’échanges pourrait avoir constitué un moteur de développement non négligeable, susceptible aussi d’attirer la convoitise : l’enfouissement des lingots et les incendies successifs des bâtiments à piliers peut‑être l’indice d’épisodes d’insécurité et de troubles locaux4.

  • 5 Benoist, 2000, p. 363‑370.
  • 6 Benoist, 2000, p. 370‑371.

22L’intégration de Masafi‑1 dans les réseaux d’échanges nous est également suggérée par la nature des structures découvertes dans le niveau 3, au nord des trois bâtiments publics, entre ces derniers et le grand canal (fig. 7 : st. 290, 415, 423, 424). Dans ce secteur ont été mises au jour de petites structures en lentilles de 1,50 à 2,50 m de côté. Certaines étaient délimitées par de petites bordures constituées d’une seule assise de briques crues. D’autres n’apparaissaient plus qu’en négatif, révélées par une tache d’argile blanchâtre ou une concentration de cailloux. Un matériel très abondant et très fragmenté recouvrait tout ce secteur, mobilier qui se distingue aussi par une diversité des pâtes plus importantes qu’ailleurs. On y rencontre, outre les céramiques locales, quelques ensembles bien identifiés, originaires d’autres régions d’Arabie orientale : la céramique beige sableuse de la région d’al Aïn5 par exemple, ou encore celle à dégraissant calcaire blanc, caractéristique de la région de Khatt (Ras al‑Khaimah), fréquente le long de la côte ouest des Émirats arabes unis (Hamriyah, Muwailah)6. On y trouve aussi, quoiqu’en faible quantité, des céramiques issues du commerce interrégional : céramiques mésopotamiennes à pâte jaune ou verdâtre au dégraissant végétal, céramique à porosités tapissées de blanc de Bahreïn, céramique grise à engobe poli du sud‑est de l’Iran. Nous avons interprété ce secteur comme un marché installé à ciel ouvert.

23Bâtiment public, marché, canal couvert du falaj étaient donc regroupés en un même secteur, juste en amont des jardins, un secteur qui apparait comme le ou l'un des centres du village, dans lequel de multiples activités trouvaient sans doute place, activités quotidiennes autour de l’eau, échanges au marché, administration et cérémonies diverses dans et autour du bâtiment à piliers.

Masafi‑3

24Le temple n’était pas loin : il se dressait à environ 60 m au sud‑ouest de Masafi‑1, dans un secteur que nous avons appelé Masafi‑3, dans la ferme voisine. C’était une construction de 7 x 4 m fermée au nord, à l’est et au sud par des murs et ouverte vers l’ouest sur toute sa longueur. Des murs ne subsistent que deux assises de pierres, assez bien construites, avec deux parements de gros blocs bruts et un remplissage interne de petites pierres et de terre. En élévation ces murs devaient être en terre ou en briques crues : très peu de pierres ont été trouvées alentours, alors qu’un épais niveau de destruction de terre contenant des briques fondues s’étendait sur l’ensemble de l’occupation de l’âge du fer. Assez curieusement, les murs étaient construits dans une tranchée de fondation remplie de gravillons : peut‑être contribuaient‑ils à renforcer la stabilité d’un bâtiment ouvert sur un long côté et à assurer un meilleur drainage en cas de forte pluie.

25Dès l’origine (Niveau 1 : fig. 10) le temple était vraisemblablement couvert et le toit semble avoir été soutenu par quatre poteaux alignés deux à deux, fixés au sol par des calages de pierres en partie préservés. La forme du toit cependant n’est pas connue avec certitude. Le sol était constitué d’une couche de limon fin damé. Au pied des murs, des gravillons accumulés sur le sol témoignaient de l’érosion progressive des enduits ou des briques. À l’intérieur du temple, aucun autel n’a été trouvé dans ce premier niveau, mais du mobilier cultuel (exvotos, braseros) était éparpillé entre les murs.

26Dans un second temps (fig. 11), deux massifs de pierres et de briques blanches furent ajoutés à l’extrémité des murs nord et sud préexistants, portant la profondeur de la pièce de 4 à 6 m. Les murs portaient alors un enduit blanc assez épais, qui s’est répandu à leur pied tout autour. Les anciens poteaux furent peut‑être déplacés durant cette période : les calages de pierres qui les maintenaient au sol furent en tout cas recouverts d’une couche de terre et de nouveaux poteaux furent mis en place dans la partie est de la pièce. Deux grosses dalles de pierre furent installées à l’intérieur, le long des murs nord et sud : peut‑être des supports de poteaux supplémentaires. En avant de l’édifice, à l’ouest, furent construits quatre massifs de brique crue d’environ 1 m de côté, disposés deux à deux. Dans les deux massifs est, alignés sur l’axe d’ouverture de la pièce rénovée, étaient fichés deux poteaux ou pièces de bois, partie du dispositif soutenant la toiture ou vestiges d’une installation construite.

27Un abondant matériel était éparpillé sur le sol, dans la pièce et autour des quatre massifs. Ce mobilier forme un assemblage original, sans aucune céramique à usage domestique mais au contraire entièrement constitué de céramiques et d’objets à caractère votif, sur lesquels l’image du serpent est omniprésente. On y rencontre notamment de petits exvotos en bronze en forme de serpent, des armes ou des copies d’armes miniatures en bronze quelquefois décorées de serpents incisés, un abondant mobilier céramique incluant de petites jarres et des cruches ornées de serpents en relief et des braseros et des coupelles à pied cylindrique ou à manche horizontal, dont une partie seulement porte des traces d’utilisation (fig. 12).

28Ce mobilier votif trouve des parallèles précis sur les quelques autres sites cultuels de l’âge du fer d’Arabie orientale identifiés à ce jour (al Qusais : Taha, 2009 ; Bithnah‑54 : Benoist et al., 2004 ; Benoist, 2005 ; Benoist, 2007 ; Benoist, Skorupka, Pillaut, sous presse ; Saruq al Hadeed : Qandîl, 2005 ; Nashef, 2010 ; Salut : Avanzini & Phillips, 2010), où le symbole du serpent est prédominant et à peu près exclusif. Cela distingue l’Arabie orientale des régions voisines où le symbole du serpent, s’il apparait fréquemment, ne représente qu’une petite partie d’une imagerie beaucoup plus diversifiée. Le symbole du serpent est le plus souvent considéré comme un symbole de prospérité et de fertilité lié à la maitrise des ressources du monde souterrain : le feu, le minerai et la terre (exploitations minières diverses, métallurgie et arts du feu), l’eau douce qui jaillit du sol (irrigation, agriculture), les plantes (agriculture, médecine). En Arabie orientale, une relation marquée unit le symbole du serpent et la métallurgie du cuivre : à Bithnah par exemple, des produits de la fonte du cuivre (coulures et scories) ont été placés en offrande devant un autel en forme de serpent ; et à Saruq al Hadeed, un mobilier cultuel a été mis au jour au cœur d’un vaste épandage de scories de cuivre localisé en plein désert, à distance des zones d’extraction. Outre les objets en bronze déjà cités, des boulettes et des fragments informes apparaissent sur le sol du niveau le plus ancien de Masafi‑3 : leur nature doit être précisée, mais l’éventualité qu’il s’agisse tout comme à Bithnah de produits directement issus de la fonte du minerai n’est pas à écarter.

29L’architecture des sites cultuels reste mal connue et pourrait être diversifiée, mais on connait aujourd’hui, sur deux sites au moins, des constructions qui, se présentant également comme des lieux de dévotion, peuvent être comparées à celle de Masafi‑3. À Bithnah, deux petites structures rectangulaires de 4,5 x 2 m ouvertes sur toute leur largeur et munies d’un autel en briques crues installé au fond, côté sud, apparaissent dans les niveaux 2 et 3 (st. J et K : Benoist, 2010, fig. 3 et 4). Dans le niveau précédent, un bâtiment plus grand (8 x 4 m) pourrait avoir également été ouvert sur toute sa largeur et avoir comporté un autel, au centre, près de l’ouverture : c’est toutefois une restitution plus incertaine. À al Qusais, seuls les murs ouest, sud et est du bâtiment découvert sur le monticule aux serpents étaient préservés : le bâtiment s’ouvrait peut‑être aussi sur toute sa largeur. Par sa forme — un côté complètement ouvert — le bâtiment de Masafi‑3 se rattache à ces constructions. Il s’en distingue par son orientation, l’ouverture étant vers l’ouest et non vers le nord comme toutes les autres : l’orientation n’avait peut‑être pas d’importance. Ou bien, il faut envisager qu’elle n’était pas déterminée par les points cardinaux mais par un élément du paysage local, encore à déterminer.

30Le temple était bordé au nord‑est par un mur de 1,70 m d’épaisseur, construit en blocs bruts, liés avec un mortier d’argile gravillonneux assez dur. Ce mur a été suivi sur près de 20 m de long. Au nord il semble se diriger vers Masafi‑1. Dans ce secteur, un sondage a permis de mettre au jour, à l’est du bâtiment public, un autre mur construit en grands blocs à peu près similaires, épais de 1,50 m. Nous ne savons pas encore si les deux fragments dégagés appartenaient à un même rempart, qui entourait toute la place et protégeait à la fois la zone d’habitat et les jardins, ou bien si le rempart observé à Masafi‑3 isolait le temple du reste du territoire de la communauté, le temple constituant un lieu à part. Dans le second cas, nous aurions un mode d’organisation spatiale totalement inédit. En l’état actuel des données, nous sommes plutôt tentés de privilégier l’hypothèse d’un rempart commun aux deux secteurs, le temple et le bâtiment collectif ayant pu fonctionner de façon complémentaire, comme ce fut le cas à Bithnah dans les niveaux II et III, où existaient côte à côte sur le même site un bâtiment à piliers où se déroulaient banquets et cérémonies diverses et des lieux de dévotions tout autour. Il nous faudra toutefois confirmer cette restitution.

Masafi‑2

31Protégée peut‑être au sud et à l’est par un rempart, la zone des jardins était très certainement également défendue ou tout au moins surveillée côté nord‑ouest, où se dressait sur une colline rocheuse un vaste habitat fortifié d’environ 80 x 100 m (Masafi‑2), défendu par un mur à double parement de 1 m de large, construit en gros blocs bruts liés par un mortier de terre argileuse rosâtre. À l’ouest, le mur suivait la crête de la colline et a été réutilisé à l’époque islamique pour établir un chemin de ronde. Au nord‑ouest le mur est préservé dans certains secteurs sur une hauteur de plus de 2,50 m. Au sud‑est il a été partiellement détruit au bulldozer.

32À l’intérieur de l’enceinte, l’espace s’organisait en deux zones distinctes séparées par un mur épais parallèle au rempart : une partie haute, de 15 m de large, dans laquelle ont été observés en surface les vestiges d’une construction massive, qui pourraient marquer l’emplacement d’un bâtiment à caractère proprement défensif, tour ou bastion ; et une partie basse qui s’étendait jusqu’au bas de la colline et regroupait des structures rectangulaires, qui nous semblent correspondre à des structures d’habitat (fig. 13).

33Une aire de 15 x 10 m a été fouillée en 2010 dans la partie basse de l’habitat fortifié, au pied du mur d’enceinte, pour dater plus précisément cet ensemble et tenter de préciser sa nature et son évolution (fig. 14). Les fouilles ont permis de dégager un passage de 1 m de large le long du mur d’enceinte et quatre espaces rectangulaires de 6 à 7 m de long pour 2 m de large environ, qui s’alignaient deux à deux le long d’un chemin en pente perpendiculaire à ce dernier. Au sud se trouvaient une pièce flanquée d’une terrasse, au nord deux pièces accolées. Les pièces étaient délimitées par des murs à double parement en pierres liées par un mortier de terre ou d’argile rosée, la terrasse au sud‑est était délimitée au sud par un mur de terrassement arrondi en pierres. Aucune trace d’enduit n’a été relevée sur les parements. Dans un premier temps (Niveau 1), les sols étaient de simple terre battue, plus rarement recouverts d’un enduit d’argile blanchâtre. Des calages de poteaux s’alignaient soit au pied des murs, soit au centre des pièces : des poteaux en bois supportaient vraisemblablement les toitures. La forme des toits (toits en pente ou à double pente ? toits en terrasse ?) reste incertaine. Des banquettes, des pierres de seuil, des foyers, des fosses incluant des jarres de stockage ainsi qu’un abondant mobilier en pierre (broyeurs, meules) et en céramique (vaisselle et fragments réemployés pour faire des pesons et bobines) ont été trouvés sur les sols.

34Après quelques réfections mineures sensibles dans certaines pièces seulement (Niveau 1b), l’ensemble des structures dégagées connut une période de réfection de plus grande ampleur durant laquelle un enduit d’argile blanchâtre d’aspect uniforme fut appliqué sur l’ensemble de la zone, non seulement sur les sols intérieurs mais également sur la terrasse et dans le passage central (Niveau 2). Les toits furent sans doute refaits par la même occasion : de nouveaux calages de poteaux furent installés dans toutes les pièces. L’ensemble de la zone fut ensuite détruit par un incendie, qui entraina la ruine des bâtiments et l’effondrement des murs sur les sols et le mobilier. Et ce n’est sans doute qu’après une période d’abandon qu’une petite maison ovale fut réaménagée dans les ruines d’une des pièces au nord‑ouest (Niveau 3).

35La céramique trouvée à Masafi‑2 est abondante et variée, incluant jarres de stockage, jattes et bassins, cruches, jarres à suspensions, bols, couvercles. Elle forme un assemblage différent de celui de Masafi‑1, dans lequel la céramique peinte est quasi absente (un seul tesson attesté contre des centaines dans et autour du bâtiment à pilier), mais où se rencontre en grande quantité une céramique faite à pâte brun‑grisâtre, à dégraissant surtout végétal, montée à la main (fig. 15), qui n’est pas représentée à Masafi‑1 (deux ou trois tessons seulement attestés). Cette différence dans la composition des assemblages céramiques, entre Masafi‑2 et Masafi‑1 pourrait résulter d’un décalage chronologique entre les deux secteurs : la céramique à pâte brun grisâtre de Masafi‑2 rappelle par ses caractéristiques techniques et ses formes des céramiques issues de contextes datés du tout début de l’âge du fer (Fer I : 1300–1100 av. J.C.) et l’occupation de Masafi‑2 pourrait être un peu plus ancienne que celle de Masafi‑1. Quelques éléments distinguent cependant la céramique de Masafi‑2 d’autres assemblages du Fer I : la céramique beige sableuse y apparait en petite quantité, alors que cette catégorie est censée marquer le début du Fer II (Magee, 1996b, p. 241‑242). On y trouve aussi des jarres à lèvre rabattue quelquefois incisées, des vases à suspensions et de rares bols à paroi ondulée, qui sont également considérés comme des marqueurs chronologiques du Fer II (Benoist, 2000 : tableau de synthèse p. 330‑335). Des analyses C14 devront donc compléter nos données afin que ce décalage chronologique puisse être confirmé. La différence entre les assemblages de Masafi‑1 et Masafi‑2 pourrait également refléter au moins en partie une spécialisation fonctionnelle importante du mobilier, une tendance que l’on observe sur le site de Rumeilah, dans l’oasis d’al Aïn (Benoist, 2000, p. 347‑365 ; Benoist, 2002).

Conclusion

36Au terme de trois campagnes de fouilles, il apparait que le territoire de Masafi a probablement été organisé autour d’une zone centrale, qui s’étendait en demi‑lune au pied de la colline rocheuse et où se trouvaient vraisemblablement des jardins. Au nord‑ouest se trouvait l’ensemble fortifié Masafi‑2, installé hors des zones cultivables sur les pentes de la colline rocheuse. À l’autre extrémité étaient établis Masafi‑1 et Masafi‑3, qui formaient ensemble une place publique abritée peut‑être par un rempart, et où se regroupaient un point d’eau, un marché, un bâtiment administratif et un temple. Les données manquent encore pour préciser la relation qui a pu exister entre ces deux ensembles : doit‑on y voir deux épisodes successifs d’une occupation qui se serait déplacée du nord‑ouest vers le sud‑est au cours du premier millénaire av. J.‑C. ? Ou bien les deux secteurs ont‑ils été occupés en même temps, constituant deux parties d’un seul et même territoire ?

37Dans l’hypothèse d’une contemporanéité — même partielle — de Masafi‑1 et Masafi‑2, la palmeraie, que nous restituons au nord et à l’ouest de Masafi‑1, apparait comme le centre de l’occupation. Elle sépare les habitations du centre fortifié de la place publique où étaient situés le temple et le bâtiment administratif. Ce modèle se distingue de celui mis en évidence dans la région d’al Aïn, où prévalait vraisemblablement une organisation en éventail, qui s’organisait autour des sorties d’eau : près de la shariyah se trouvaient les bâtiments collectifs, puis les habitations, puis, les jardins, en arc de cercle en aval. La topographie parait ainsi conditionner l’organisation des territoires locaux invitant à rapprocher le territoire de Masafi de certains territoires de montagne (Bithnah, habitats du wadi al Qawr) où l’espace cultivable était exigu et devait être préservé et protégé. Dans cette restitution se pose aussi la question des relations entre l’habitat fortifié et le reste du territoire : la forteresse constituait‑elle la totalité de l’habitat ou bien n’abritait‑elle qu’une partie de la communauté ? Existait‑il d’autres habitations en bordure des jardins, au sud et à l’est ?

38Les données recueillies dans certaines oasis de piémont (al Aïn, al Madam) permettent de restituer des oasis dans lesquelles plusieurs villages étaient installés à quelques kilomètres les uns des autres, séparés par des jardins alimentés en eau par différents aflaj. Dans l’oasis d’al Aïn, plusieurs villages de l’âge du fer ont été partiellement fouillés (Rumeilah : Boucharlat et Lombard, 1985 ; Hili‑2 : Rahman, 1978 ; Bida bint Saud : Al Tikriti, 2002). Chaque village semble avoir été doté d’une maison de quartier munie d’une salle d’apparat, autour de laquelle se regroupait l’habitat : on en connait au moins deux semblables, à Rumeilah et Bida bint Saud ; il en existait peut‑être encore une autre à Hili. À al Madam, trois villages se distinguent sur une surface de 5 x 2 km, trois quartiers distincts, qui, tout en possédant chacun son falaj (et peut‑être son bâtiment administratif, mais ceux‑ci n’ont pas été localisés), ont pu fonctionner de façon complémentaire (Cordoba, 2003). On pourrait envisager une situation comparable à Masafi et restituer une occupation composée de différents hameaux groupés chacun autour d’une maison de quartier. C’est le modèle d’organisation qui prévaut à l’heure actuelle dans la moitié sud de l’oasis de Masafi qui appartient à l’Émirat de Fujairah, et où l’habitat s’organise en triangle autour du carrefour de Masafi, tandis que celui de la moitié nord, qui dépend de celui de Ras al‑Khaimah, se distribue en deux arcs de cercles successifs autour du relief montagneux. Une telle restitution cependant demande que nous étendions le domaine prospecté, notamment au nord, dans l’Émirat de Ras al‑Khaimah. Nos premières explorations dans ce secteur nous ont permis de recueillir un peu de matériel en surface, qui laisse envisager que l’occupation de l’âge du fer s’étendait au‑delà de la frontière (Masafi‑4).

39Enfin, nous n’avons pas pu localiser les nécropoles. Plusieurs types de tombes ont coexisté aux Émirats durant l’âge du fer : des nécropoles de tombes individuelles ou collectives, hors des zones cultivables sur les collines rocheuses, dans les régions du piémont à al Aïn (Djebel Hafit, Qarn bint Saud) et al Madam (Djebel Buhais), tandis que des tombes collectives près des habitations, sur les terrasses agricoles, caractérisent les zones montagneuses (Bithna, wadi al Qawr). Masafi, au carrefour de ces deux grandes zones géographiques, pourrait se rattacher indifféremment à l’une ou à l’autre de ces tendances. Les recherches futures nous permettront peut‑être de préciser laquelle fut privilégiée.

Fig. 1 – Localisation de Masafi.

Fig. 1 – Localisation de Masafi.

Fig. 2 – Plan de l’occupation de l’âge du fer de Masafi.

Fig. 2 – Plan de l’occupation de l’âge du fer de Masafi.

Fig. 3 – Vue par cerf‑volant du système de canaux dans la partie nord de Masafi‑1. (cliché : T. Sagory).

Fig. 3 – Vue par cerf‑volant du système de canaux dans la partie nord de Masafi‑1. (cliché : T. Sagory).

Fig. 4 – Plan schématique de Masafi‑1, niveau 1a (source : archives de fouille)

Fig. 4 – Plan schématique de Masafi‑1, niveau 1a (source : archives de fouille)

Fig. 5 – Plan schématique de Masafi‑1, niveau 1b (source : archives de fouille)

Fig. 5 – Plan schématique de Masafi‑1, niveau 1b (source : archives de fouille)

Fig. 6 – Plan de Masafi‑1, niveau 2 (source : archives de fouilles)

Fig. 6 – Plan de Masafi‑1, niveau 2 (source : archives de fouilles)

Fig. 7 – Plan de Masafi‑1, niveau 3.

Fig. 7 – Plan de Masafi‑1, niveau 3.

Fig. 8 – Récipients à bec ponté, brule‑encens et petits bols peints de Masafi‑1. (dessin : V. Bernard)

Fig. 8 – Récipients à bec ponté, brule‑encens et petits bols peints de Masafi‑1. (dessin : V. Bernard)

Fig. 9 – Masafi‑1 : jarre aux lingots enterrée dans le sol du bâtiment A (Masafi‑1‑niveau 1b) et partie de son contenu (clichés : A. Hamel).

Fig. 9 – Masafi‑1 : jarre aux lingots enterrée dans le sol du bâtiment A (Masafi‑1‑niveau 1b) et partie de son contenu (clichés : A. Hamel).

Fig. 10 – Plan de Masafi‑3, niveau 1

Fig. 10 – Plan de Masafi‑3, niveau 1

Fig. 11 – Plan de Masafi‑3, niveau 2

Fig. 11 – Plan de Masafi‑3, niveau 2

Fig. 12 – Mobilier de Masafi‑3 illustrant le thème du serpent (clichés : T. Sagory, A. Hamel)

Fig. 12 – Mobilier de Masafi‑3 illustrant le thème du serpent (clichés : T. Sagory, A. Hamel)

Fig. 13 – Plan de la forteresse avec emplacement de la zone fouillée (Dessin : V. Bernard)

Fig. 13 – Plan de la forteresse avec emplacement de la zone fouillée (Dessin : V. Bernard)

Fig. 14 – Masafi‑2 : vue par cerf‑volant du chantier de fouilles (cliché : T. Sagory)

Fig. 14 – Masafi‑2 : vue par cerf‑volant du chantier de fouilles (cliché : T. Sagory)

Fig. 15 – Mobilier en céramique caractéristique de Masafi‑2. (cliché : T. Sagory)

Fig. 15 – Mobilier en céramique caractéristique de Masafi‑2. (cliché : T. Sagory)

Al Tikriti W.Y.

2001a : « Hili‑2 », Mouton M., Al Tikriti W.Y. (éd.), The architectural remains of the Iron Age sites in the United Arab Emirates and Oman, Document d’Archéologie de l’Arabie 2, Abu Dhabi, Department of Antiquities and Tourism of al Aïn ‑ Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen Jean Pouilloux.

2001b : « Bida’ bint Sa’ūd », Mouton M., Al Tikriti W.Y. (éd.), The architectural remains of the Iron Age sites in the United Arab Emirates and Oman, Document d’Archéologie de l’Arabie 2, Abu Dhabi, Department of Antiquities and Tourism of al Aïn ‑ Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen Jean Pouilloux.

2002 : « The south‑east Arabian origin of the falaj system », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 32, p. 117‑138.

Avanzini A., Phillips C.

2010 : « An outline of recent discoveries at Salut in the Sultanate of Oman », Avanzini A. (ed.), Eastern Arabia in the first millennium B.C., Arabia Antica 6, Roma, “L’Erma” di Brettschneider, p. 93‑108.

Benoist A.

2000 : La céramique de l’âge du fer en Péninsule d’Oman, thèse de doctorat, Université de Paris I.

2002 : « Quelques réflexions à propos de l’utilisation des céramiques dans la péninsule d’Oman au cours de l’âge du fer (1350–300 av. J.C.) », Paléorient, 27/1, p. 45‑67.

2007 : « An Iron Age II snake cult in the Oman peninsula. Evidence from Bithnah (Emirate of Fujairah) », Arabian Archaeology and Epigraphy, 18/1, p. 34‑54.

2010 : « Authority and religion in south‑east Arabia during the Iron Age », Avanzini A. (ed.), Eastern Arabia in the first millennium B.C., Arabia Antica 6, Roma, “L’Erma” di Brettschneider, p. 109‑141.

Benoist A., Skorupka M., Pillaut S.

Sous presse : « Rituels associés au symbole du serpent en Arabie orientale au cours de l’âge du fer (1200–300 av. J.C.). L’exemple de Bithnah (Émirat de Fujairah) », Robin C., Sachet I. (éd.), Dieux et déesses d’Arabie. Images et représentations. Compte rendu de la table ronde tenue au Collège de France les 2 et 3 octobre 2007.

Boucharlat R., Lombard P.

1985 : « The oasis of al Aïn in the Iron Age. Excavations at Rumeilah, survey at Hili‑14 », Archaeology in the United Arab Emirates, IV, al Aïn, Department of Antiquities and Tourism, p. 44‑73.

2001a : « Le bâtiment G de Rumeilah. Remarques sur les salles à poteaux de l’âge du fer en péninsule d’Oman », Iranica Antiqua, 36, p. 213‑238.

2001b : « Rumayla », Mouton M., Al Tikriti W.Y. (éd.), The architectural remains of the Iron Age sites in the United Arab Emirates and Oman, Document d’Archéologie de l’Arabie 2, Abu Dhabi, Department of Antiquities and Tourism of al Aïn ‑ Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen Jean Pouilloux.

Cordoba J.

2003 : « Villages of shepherds in the Iron Age. The evidence of al Madam (AM‑1, Tuqaibah, Sharjah U.A.E.) », Potts D., al Naboodah H., Hellyer P. (éd.), Archaeology of the United Arab Emirates, London, Trident Press, p. 173‑180.

Magee P. 

1996 : « The chronology of the south‑east Arabian Iron Age », Arabian Archaeology and Epigraphy, 7/2, p. 240‑252.

2003 : « Columned halls, power and legitimization in the southeast Arabian Iron Age », Potts D., al Naboodah H., Hellyer P. (éd.), Archaeology of the United Arab Emirates, London, Trident Press, p. 181‑194.

Nashef K.

2010 : « Saruq al Hadid. An industrial complex of the Iron Age II Period », Avanzini A. (éd.), Eastern Arabia in the first millennium B.C., Arabia Antica 6, Roma, “L’Erma” di Brettschneider, p. 213‑226.

Qandil H.

2005 : « Survey and excavations at Saruq al Hadeed 2002–2003 », Hellyer P., Ziolkowsky M. (éd.), Emirates Heritage vol. I. Proceedings of the first annual symposium on Recent paleontological and Archaeological Discoveries in the Emirates, al Aïn, p. 121‑139.

Rahman S.U.

1978 : « Report on Hili‑2 settlement, 1976–1979 », Archaeology in the United Arab Emirates, I‑II, p. 8‑18.

Taha M.Y.

2009 : The discovery of the Iron Age in the United Arab Emirates, Abu Dhabi, Ministry of Culture, Youth and Community Development.

Haut de page

Notes

1 L’opération Masafi fait partie des travaux menés aux Émirats arabes unis par la Mission archéologique française aux E.A.U. dirigée par S. Méry. Elle est dirigée par A. Benoist et regroupe V. Bernard, S. Éliès, A. Hamel, T. Sagory, J. Charbonnier, J. Goy, A. Delassiaz, D. Guillemarre, O. Brunet.

2 Au nord, les tombes collectives de Dibba, Sharm et Dadna dans la région de Dibba, auxquelles il faudrait sans doute ajouter un habitat important, non encore découvert mais probable, sous la palmeraie de Dibba ; au sud la forteresse de Husn Madhab et la tombe collective de Mereschid à Fujairah, un site d’habitat et plusieurs monticules coquilliers dans les jardins et autour de la mangrove de Kalba.

3 Il n’y a aucun gisement de cuivre à Dilmoun, l’actuelle Bahreïn. Mais les liens étroits qui unissaient Bahreïn et la péninsule d’Oman font de cette dernière la région d’origine la plus probable de ce matériau.

4 Ces lingots constituent une nouveauté pour la recherche régionale, mais la situation évoque là encore un élément familier : dans le bâtiment muni d’une salle à piliers de Muwailah, (qui a été détruit par un incendie comme celui de Masafi‑1), une importante quantité de bronze a été trouvée sur les sols — plus de 2000 fragments informes de petite taille, auxquels s’ajoutaient des pièces d’armement locales ou importées —, ce qui a conduit P. Magee à décrire le bâtiment comme un lieu de contrôle, de gestion et de redistribution de biens de haute valeur issus de l’artisanat et du commerce, cf. Magee, 2003, p. 189.

5 Benoist, 2000, p. 363‑370.

6 Benoist, 2000, p. 370‑371.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de Masafi.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-1.png
Fichier image/png, 217k
Titre Fig. 2 – Plan de l’occupation de l’âge du fer de Masafi.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-2.png
Fichier image/png, 481k
Titre Fig. 3 – Vue par cerf‑volant du système de canaux dans la partie nord de Masafi‑1. (cliché : T. Sagory).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-3.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 4 – Plan schématique de Masafi‑1, niveau 1a (source : archives de fouille)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-4.png
Fichier image/png, 125k
Titre Fig. 5 – Plan schématique de Masafi‑1, niveau 1b (source : archives de fouille)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-5.png
Fichier image/png, 247k
Titre Fig. 6 – Plan de Masafi‑1, niveau 2 (source : archives de fouilles)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-6.png
Fichier image/png, 259k
Titre Fig. 7 – Plan de Masafi‑1, niveau 3.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-7.png
Fichier image/png, 376k
Titre Fig. 8 – Récipients à bec ponté, brule‑encens et petits bols peints de Masafi‑1. (dessin : V. Bernard)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-8.png
Fichier image/png, 159k
Titre Fig. 9 – Masafi‑1 : jarre aux lingots enterrée dans le sol du bâtiment A (Masafi‑1‑niveau 1b) et partie de son contenu (clichés : A. Hamel).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-9.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Fig. 10 – Plan de Masafi‑3, niveau 1
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-10.png
Fichier image/png, 474k
Titre Fig. 11 – Plan de Masafi‑3, niveau 2
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-11.png
Fichier image/png, 387k
Titre Fig. 12 – Mobilier de Masafi‑3 illustrant le thème du serpent (clichés : T. Sagory, A. Hamel)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-12.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 13 – Plan de la forteresse avec emplacement de la zone fouillée (Dessin : V. Bernard)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-13.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 14 – Masafi‑2 : vue par cerf‑volant du chantier de fouilles (cliché : T. Sagory)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-14.png
Fichier image/png, 3,8M
Titre Fig. 15 – Mobilier en céramique caractéristique de Masafi‑2. (cliché : T. Sagory)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1803/img-15.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Benoist, Vincent Bernard, Julien Charbonnier, Julie Goy, Aurélien Hamel et Thomas Sagory, « Une occupation de l’âge du fer à Masafi. », Chroniques yéménites [En ligne], 17 | 2012, mis en ligne le 06 juin 2012, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://cy.revues.org/1803

Haut de page

Auteurs

Anne Benoist

Vincent Bernard

Julien Charbonnier

Articles du même auteur

Julie Goy

Aurélien Hamel

Thomas Sagory

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique
  • Revues.org