Navigation – Plan du site
Histoire

Les hammams en Arabie centrale

Aperçu historique VIIe–début XXe siècle 
Sami Abd al‑Malik

Texte intégral

  • 1 Ce programme de recherche, financé par l’Agence nationale de la recherche, a porté sur l’étude des (...)
  • 2 Ibn Kathīr, 1998, p. 25.

1Cette étude, réalisée dans le cadre du programme ANR Balnéorient1, prend pour cadre géographique le territoire de l’actuelle Arabie saoudite. Il n’y a pas de hammams dans les autres régions de la péninsule Arabique, excepté au Yémen, qui fait l’objet d’études spécifiques. Chronologiquement, cet article traite d’une période allant des débuts de l’islam jusqu’à la fin de l’époque ottomane au début du xxe siècle. Aucune trace de hammam n’a été retrouvée pour les périodes antérieures à l’islam, ce que confirme aussi le propos d’Ibn al‑Athīr, selon lequel « les Arabes au Hedjaz et alentour n’avaient pas besoin de [hammam], lequel ne fut connu dans leur pays qu’après la mort du Prophète » 2.

  • 3 Ghabbāshī, 1426/2005.
  • 4 Lam’ī, 1981, p. 225‑229 et planches p. 176‑179; Ka’kī, p. 138‑139.
  • 5 Al‑Wikāla al‑musā’ida li‑l‑āthar wa‑l‑matāif, (s.d.), p. 1‑94 ; Wikālat wizārat al‑āthār wa‑l‑ mat (...)
  • 6 Wikālat wizārat al‑āthār wa‑l‑ matāif, 1403/1983, p. 12‑13, 16, 24.

2Concernant l’Arabie saoudite, la question des hammams n’a été abordée jusqu’à présent que sous l’angle d’études générales. Ainsi, la recherche de ‘Ādil Ghabbāshī traite des aménagements hydrauliques à La Mecque à l’époque ottomane3. D’autres études portent avant tout sur l’histoire des villes. Ainsi Muṣṭafā Lam‘ī et ‘Abd al‑‘Azīz Ka‘kī se sont penchés sur le cas de Médine4. Des études ont été menées sur le hammam al‑Ṭurayf à Dar‘iyya5, à l’occasion de la restauration du bâtiment, de même que sur le hammam du palais Ibrāhīm à Hufūf6.

3Cette étude s’appuie sur des sources variées : chroniques d’histoire locale, en particulier de La Mecque et de Médine, ouvrages de géographes portant notamment sur les étapes des routes du pèlerinage, relations de voyage, cartes anciennes, photographies de la fin du xixe siècle, de même que des études récentes ainsi que des enquêtes de terrain menées par l’auteur.

  • 7 Ibn Zabāla, 1424/2003, p. 207‑8 ; Ibn Shabbā, 1417/1996, p. 123‑124 ; Ibn al‑Najjār, 1424/2003, p.  (...)
  • 8 Al‑Fākihī, 1414/1994, vol. 4, p. 116.
  • 9 Al‑Azraqī, 1408/1988, p. 227‑228.

4Les hammams semblent avoir fait leur apparition dans la région au cours du premier siècle de l’hégire/viie siècle, à la fin de la période des quatre premiers califes. Ils sont attestés de manière certaine au début de la période omeyyade7, du temps de Mu‘āwiya b. Abī Sufyān (41/661–60/680). Ce fait est avéré chez al‑Fākihī (m. en 272/885)8, de même que chez l’historien de La Mecque al‑Azraqī (m. 250/864) qui en dit ceci : « Mu‘āwiya b. Abī Sufiyān […] fit creuser des sources à l’intérieur du territoire sacré […] sur les terres basses [entourées] de murs, dont celui du hammam qui disposait [ainsi] d’une source ; il s’étendait du hammam de Mu’āwiya à al‑Ma’alla jusqu’à l’étang de Umm Ja‘far, endroit maintenant appelé le Mur du hammam, parce que le hammam se trouvait en contrebas de celui‑ci »9.

5Dans cette contribution, nous allons d’abord traiter des hammams établis le long des routes du pèlerinage, à partir de l’Irak, du Yémen, de la Syrie et de l’Égypte, puis évoquer les établissements balnéaires apparus dès les débuts de l’islam dans les lieux saints du Hedjaz, mais aussi bien plus tardivement, lors de la venue des Ottomans dans la partie orientale de l’actuelle Arabie saoudite.

Les hammams sur les routes du pèlerinage

Fig. 1 ‑ Les hammams sur les différentes routes du pèlerinage.

Fig. 1 ‑ Les hammams sur les différentes routes du pèlerinage.

6Des bains publics ont été édifiés aux principales haltes d’étape le long des routes du pèlerinage, pour le confort des pèlerins comme de celui des agents de l’État.

  • 10 Sur Darb Zubayda, cf. al‑Rashid, 1980.
  • 11 Ibn Rustah, (s.d.), p. 160 ; Ibn al‑‘AṬṬār, p. 2.
  • 12 Al‑Ḥarbī, 1389/1969, p. 300.
  • 13 Wakī’, 2000, p. 54.
  • 14 Al‑Maqdīsī, 1906, p. 207.
  • 15 Al‑Ḥarbī, 1389/1969, p. 525 ; Wakī’, 2000, p. 278.
  • 16 Al‑Ḥarbī, 1389/1969, p. 333 ; Wakī’, 2000, p. 86.

7Au premier tiers de Darb Zubayda10, route qui reliait Koufa à La Mecque, étaient situés les hammams de Tha‘labiyya, lieu‑dit aussi appelé al‑Bad‘, entre Baṭṭāniyya et Mahallabiyya. D’après les sources11 qui les mentionnent explicitement au pluriel, on pourrait en déduire qu’il s’agissait de plusieurs édifices. Plus loin, à une cinquantaine de kilomètres de là, al‑Khuzaymiyya, aussi connue sous le nom de Zawrad al‑‘Atīqa, disposait d’un hammam12 et d’un puits pourvu d’un bassin alimenté en eau13. À mi‑parcours se trouvait le hammam de Fayd14. Sur la route menant de Fayd à Médine, Bi’r al‑Sā’ib disposait de deux hammams15. Enfin al‑‘Umaq possédait probablement un hammam dans la mesure où un lieu‑dit local portait le nom de Bi’r al‑Ḥammām16.

  • 17 Sur cette route, cf. Ghabbān, 2011.
  • 18 Ibn Kathīr, 1998, p. 25.
  • 19 Al‑Maqdīsī, 1906, p. 68‑69.
  • 20 Les premières fouilles ont été entreprises sur ce site dès 1984 pendant deux ans par l’Agence auxil (...)

8Sur la route venant d’Égypte17, les sources ne font état que d’un seul hammam, à al‑Juhfa, lieu situé à une vingtaine de kilomètres au sud de Rābigh18. Il pourrait remonter aux débuts de l’époque omeyyade. Il en était sans doute de même sur la route venant de Damas. Maqdīsī évoque ainsi « Qurḥ, appelé wādī al‑Qurā… dont l’eau est peu agréable et les dattes de qualité médiocre. Quant au hammam, il se trouve en‑dehors de la ville »19. Les fouilles menées actuellement sur ce site pourraient permettre de mettre à jour les vestiges de cet établissement20.

  • 21 Sur les routes du pèlerinage à partir du Yémen, par les montagnes, cf. al‑Thenayian, 1997, p. 243‑2 (...)
  • 22 Al‑Maqdīsī, 1906, p. 89.
  • 23 Ibn al‑‘Aār, tableau 5, p. 10.
  • 24 Al‑Ḥimyarī, 1975, p. 408.
  • 25 Ibn al‑‘AṬṬār, tableau 5, p. 9.

9À partir du Yémen, deux routes principales amenaient les pèlerins aux villes saintes. L’une s’étirait le long des côtes, l’autre passait par les massifs montagneux de l’intérieur21. Plusieurs villes, situées sur le parcours qui longeait la mer Rouge, disposaient de hammams. C’était le cas pour ‘Aththar, dont les bains étaient mentionnés par Maqdīsī 22 et Ibn al‑‘Udhrī, auteur du Kitāb nizām al‑murjān (ve/xie s.), dont s’est par la suite inspiré Ibn al‑‘Aṭṭār23. Quant à al‑Ḥimyarī, il évoque le lieu en ces termes : « c’est une vaste ville… construite en bois et en paille, à l’exception de ses hammams qui sont de solides constructions »24. Al‑Sirrayn, autre ville portuaire sur ce parcours, possédait aussi des établissements balnéaires dont Ibn al‑‘Aṭṭār, reprenant là encore al‑‘Udhrī, précise que  « les eaux de ses bains [étaient] chauffées au feu de paille et de bois »25.

10Sur Darb al‑Zubayda, les distances qui séparaient les étapes pourvues de hammams étaient variables, peut‑être parce que les sources ne mentionnent pas systématiquement les bains, ou parce que les conditions environnementales n’étaient pas propices à la présence de tels édifices. Ces hammams disposaient de puits particuliers, parfois évoqués dans les sources. Leur construction était soignée, à l’opposé parfois du restant de la ville, comme à ‘Aththar. Si la présence de bains sur ces routes remonte probablement au début de l’époque omeyyade, ils s’étaient multipliés sous les Abbassides. Les fouilles en cours, menées par le Service des Antiquités et des Musées et par l’Université du Roi Sa‘ūd sur les sites de Fayd et de Qurḥ, mettront peut‑être à jour les vestiges de ces hammams. D’autres fouilles à venir permettront éventuellement d’en découvrir encore d’autres, pour lesquels nous ne disposons aujourd’hui d’aucune trace.

Les hammams dans les villes

  • 26 Voici ce qu’il en dit : « le hammam situé à Dār al‑Wādi est en ruine, un autre en contre bas dans Z (...)

11Les villes saintes disposaient chacune de hammams. La Mecque en était pourvue dès l’époque omeyyade. Mais ils se multiplièrent surtout sous les Abbassides. Au iiie/ixe siècle on comptait jusqu’à seize établissements, d’après une liste précise établie par Fākihī, qui releva également les bains privés de certaines grandes demeures, tel celui de Dār ibn Dāwūd à proximité de Ṣafā’. Fākīhī en précisait généralement l’emplacement, les propriétaires et l’état26.

  • 27 Khusraw, p. 140.
  • 28  Ibn Jubayr, 1984, p. 102.
  • 29 Ibn al‑‘Imād, 1986, vol. 6, p. 447.
  • 30 Ibn Jubayr, 1984, p. 102‑104.
  • 31 Ibn al‑‘AṬṬār, tableau 8, p. 15.
  • 32 Shafi ‘ī, 2005, p. 101‑102.
  • 33 Al‑Fāsī, 1999, vol. 1, p. 20 ; al‑Fāsī , 1998, vol. 1, p. 194.
  • 34 Al‑Ṭabarī, 1996, vol. 1, p. 94‑95.
  • 35 Cf. Mortel, 1997, p. 236‑252 et Mortel, 1998, p. 29‑50.

12Par la suite, aux ve/xie et vie/xiie siècles, il n’était plus question que de deux hammams. D’après Nāṣir Khusraw, ils étaient dallés de pierres vertes27. Celles‑ci étaient de taille variable selon le voyageur andalou Ibn Jubayr28. L’un, connu sous le nom d’al‑Mayyānashī, appartenait au faqīh Abū Ḥafṣ ‘Umar b. ‘Abd al‑Majīd al‑Qurshī al‑‘Abdarī, mort en 583/118729, l’autre à Jamāl al‑Dīn Abū Ja‘far Muḥammad b. ‘Alī al‑Iṣfahānī, mort en 559/1163 et vizir de Quṭb al‑Dīn b. Zankī30, le maître de Mossoul. Par la suite, à l’époque ayyoubide puis mamelouke31, on continua de parler de deux hammams. L’un était connu sous le nom de Ḥammām al‑Tamīmī dans le quartier d’Ajiyād. Propriété du Cheikh Aḥmad b. Ibrāhīm al‑Tamīmī al‑Marīnī (mort à Sebta en 627/1229), il fut établi en waqf au bénéfice du ribāt ou hospice que celui‑ci avait construit à Marwa en 620/122232. L’autre était attribué à Jamāl al‑Dīn al‑Iṣfahānī, le vizir du maître de Mossoul33. Un troisième hammam, de petite dimension, fut construit par la suite, du temps du Sultan Qāytbāy (1467–1495), sous le mur de son rab’ (immeuble d’habitat collectif) dans Sūq al‑Kabīr34. Ceci se passa probablement en 884/1480, lorsque le sultan se rendit en pèlerinage à La Mecque. Ce faible nombre de hammams à La Mecque rejoint les observations faites ailleurs sur la faiblesse des investissements urbains, notamment en ribat‑s et madrasa­‑s durant la période médiane considérée (xe/xve siècle)35.

  • 36 Bin Fahd, 2000, p. 40.
  • 37 Al‑Fāsī, 1999, t. 2, vol. 1, p. 612 ; al‑Ṭabarī, 1996, p. 94 ; al‑Sabbāgh, 1424/2004, vol. 2, p. 62 (...)
  • 38 Al‑Ṭabarī, 1996, p. 91 et 96.
  • 39 Al‑Ṭabarī, 1996, p. 94 ; al‑Sinjārī, 1998, vol. 3, p. 443‑444.
  • 40 Çelebi, 1999, p. 274.
  • 41 Burckhardt, 1993, p. 109‑110.
  • 42 Ṣādiq, 1313/1896, p. 58 ; al‑Sabbāgh, 1424/2004, vol. 1, p. 496‑497, vol. 2 p. 622 ; al‑Raūnī, 194 (...)

13Durant l’époque ottomane, La Mecque comptait tantôt deux, tantôt trois hammams en activité. Le Ḥammām Sūq al‑Layl ou al‑Dhabī était situé à l’est de Marwa, et fut établi en waqf en 924/1518 au profit des lecteurs dans la Grande Mosquée36. Par la suite, il a été abandonné37. Le second hammam était celui de Qalaba, abandonné et détruit après 1010/1592. Le troisième était appelé Ḥammām al‑Qashshāshiyya38. Puis, en 974/1566, le vizir Muḥammad Pacha fit construire le Ḥammām al‑‘Umra39, au sud‑ouest de Bāb al‑‘Umra, près du quartier d’al‑Shabīka. Lors de sa visite à La Mecque en 1082/1671, le voyageur ottoman Evliya Çelebi dénombra l’existence de deux hammams publics et de 145 hammams privés dans les demeures et palais des chérifs. L’un des deux établissements, de taille modeste, avait été construit par Sinān Pacha. Malheureusement Evliya n’en précise pas la localisation. Le second était le hammam de Muḥammad Pacha, ou Ḥammām al‑‘Umra, également de taille modeste, dallé de marbre et orné de décorations et d’inscriptions remarquables40. Plus tard, en 1814, Burckhardt compta trois hammams, al‑‘Umra, al‑Qashshāshiyya et Munā41. Au début du xxe siècle, ils n’étaient plus que deux42.

Fig. 2 ‑ Localisation de Ḥammām al‑Qashshāshiyya et Ḥammām al‑‘Umra à La Mecque d’après le plan de la ville établi par le Service cartographique égyptien en 1945.

Fig. 2 ‑ Localisation de Ḥammām al‑Qashshāshiyya et Ḥammām al‑‘Umra à La Mecque d’après le plan de la ville établi par le Service cartographique égyptien en 1945.

Fig. 3 ‑ Ḥammām al‑Qashshāshiyya à La Mecque d’après le relevé publié dans Ghabbāshī, fig. 57.

Fig. 3 ‑ Ḥammām al‑Qashshāshiyya à La Mecque d’après le relevé publié dans Ghabbāshī, fig. 57.
  • 43 Sur les puits de La Mecque, voir al‑Azraqī, 1408/1988, vol. 2, p. 224‑226 ; al‑Fākihī, 1414/1994, v (...)
  • 44 Sur les sources de La Mecque, voir al‑Azraqī, 1408/1988, vol. 2, p. 228‑230 ; al‑Fākihī, 1414/1994, (...)
  • 45 Sarıyıldız, 2001.

14Pour les hammams de La Mecque, en raison de l’environnement désertique, l’approvisionnement en eau et en combustible était particulièrement crucial. L’eau provenait soit de puits creusés à l’intérieur même de la ville à proximité des établissements, et ceci depuis la période omeyyade43, soit des sources avoisinantes de Wādī Nu‘mān et de Wādī Ḥunayn, acheminée jusqu’à la ville par le réseau de canalisations de Zubayda44. Quant au combustible, il consistait pendant longtemps en bois ramassé dans les vallées voisines de La Mecque. Au xixe siècle, on utilisait les os et les ordures, comme cela était alors d’usage en Syrie. Mais cela provoquait une forte pollution et d’importants inconvénients pour la santé publique, aussi l’interdiction de ces combustibles avait‑elle été demandée par les habitants45.

  • 46  Al‑Kurdī, 1385/1954, vol. 2, p. 149 ; Ghabbāshī, p. 455.
  • 47  Al‑Kurdī, 1385/1954, vol. 2, p. 149.

15Des deux hammams de La Mecque, celui d’al‑‘Umra disparut dès 1955, lors du premier agrandissement de la Grande Mosquée46, tandis que celui d’al‑Qashshāshiyya a subsisté jusqu’à une époque très récente. Il n’a été démoli qu’en 1990 pour céder la place à une maison d’habitation47.

  • 48 Ibn Zabāla, 1424/2003, p. 207 ; Ibn Shabba, 1417/1996, vol. 1, p. 12‑124 ; Ibn al‑Najjār, 1424/2003 (...)
  • 49 Al‑Ḥarbī, 1389/1969, p. 410 ; Wakī’, 2000, p. 167.
  • 50 Ibn Zabāla, 1424/2003, p. 207‑208 ; Ibn Shabba, 1417/1996, vol. 1, p. 97 ; Ibn al‑Najjār, 1424/2003 (...)
  • 51 Ibn Shabba, 1417/1996, vol. 1, p. 124 ; Ibn al‑Najjār, 1424/2003, p. 310 ; al‑Murjānī, 1425/2005, v (...)
  • 52 Ibn Shabba, 1417/1996, vol. 1, p. 162.
  • 53 Al‑Afandī, 1303/1885, p. 38 et 51 ; Ibn Jubayr, 1984, p. 102‑103 ; al‑‘Abbāsī, (s.d.), p. 279 ; al‑ (...)
  • 54 Al‑Sakhāwī, 1995, vol. 3, p. 929.
  • 55 Al‑Samhūdī, 1971, vol. 2, p. 425 ; al‑Mudayris, 2001, p. 124‑125.
  • 56 Al‑Sakhāwī, 1995, vol. 1, p. 440.

16Comme à La Mecque, les hammams firent leur apparition à Médine sous les Omeyyades48. Le plus ancien connu était le Ḥammām al‑‘Āqūl. Puis les établissements balnéaires se développèrent sous les Abbassides, tels le Ḥammām Muḥammad b. ‘Alī b. al‑Ḥusayn49, du côté de Sūrayn, à l’intérieur de la ville ; ou le Ḥammām Abā Quṭayfa50, à l’endroit où avait été enterrée Sayyida Fāṭima bint Asad, la mère de ‘Alī b. Abī Ṭālib. Le hammam fut détruit par la suite, mais la palmeraie à proximité prit le nom de Nakhl al‑Ḥammām51. Un autre hammam nommé al‑Ṣu‘ba était mentionné près des maisons de Qays, dans le quartier des Banū Fazzāra, en direction de Sūq al‑Ḥaṭṭābīn, à proximité du cimetière52. Il faut ensuite attendre le milieu du vie/xiie siècle pour trouver à nouveau des mentions de hammams. La construction d’un établissement du temps de Nūr al‑Dīn Maḥmūd b. Zankī, lorsqu’on dota la ville de remparts, est ainsi citée par plusieurs auteurs53. Ce hammam disparut par la suite. Sakhāwī, lorsqu’il relate la construction d’un hammam par le sultan mamelouk Qāytbāy à partir de 888/1483, précise que « la ville, depuis longtemps, était dépourvue de hammam parce que ses habitants s’en passaient ». Le nouvel édifice fut mis en service fin 890/janvier 148654. Ce fait est aussi rapporté par Samhūdī55. Ce hammam fut ensuite rapidement abandonné en raison de sa proximité de la mosquée du tombeau du Prophète56.

  • 57 Ce hammam figure sur une ancienne carte publiée dans l’ouvrage ; Kibrīt, 1997, p. 126 ‑127 ; Çelebi (...)
  • 58 Al‑Nābulsī, 1986, p. 362 ; al‑Raūnī, 1941, p. 170 ; al‑Jāsir, 1967, p. 562.
  • 59 Al‑Afandī, 1303/1885, p. 51 ; Lam‘ī, 1981, p. 225.
  • 60 Al‑Jazīrī, 1403/1983, vol. 3, p. 1623‑1624 ; Kibrīt, 1997, p. 164 ; al‑Nābulsī, 1986, p. 362 ; (...)
  • 61 Çelebi, 1999, p. 135‑138.
  • 62 Rif‘at, 1344/1925, vol. 1, p. 414 ; al‑Raūnī, 1941, p. 170.

17Durant l’époque ottomane, en 973/1565–66, le gouverneur d’Égypte Muḥammad Pacha fit construire un hammam à l’intérieur de la ville, au sud de la mosquée du Prophète57, donnant sur une impasse. Par la suite, il porta plusieurs noms : Ḥammām Dharawān, al‑Djawānī, al‑Nabī, Ṭayba58. Le bâtiment fut restauré sous Maḥmūd II en 1838, d’après une inscription figurant au‑dessus de la porte d’entrée59. Un autre hammam fut construit hors la ville, à l’extérieur de Bāb Miṣrī, du côté ouest, sous Soliman le Magnifique du temps du gouverneur Dāwūd Pacha60. Evliya Çelebi mentionna un troisième hammam, construit sous Murād III (1574–1595), dans les faubourgs de la ville61. À la fin de l’époque ottomane, il ne subsistait que deux hammams, celui de Ṭayba et un second, le Ḥammām al‑‘Anbariyya ou al‑Turjumān, en référence à Nazīf Afandī al‑Turjumān qui se trouvait à la tête du sanctuaire du Prophète. Ce bâtiment se trouvait à l’extérieur de la première enceinte, près d’al‑Manākha, au début de la rue al‑Sīḥ62.

Fig. 4 – Le Ḥammām al‑Nabī ou Ṭayba à Médine d’après le relevé publié dans Lam’ī, p. 225

Fig. 4 – Le Ḥammām al‑Nabī ou Ṭayba à Médine d’après le relevé publié dans Lam’ī, p. 225

Fig. 5 ‑ Coupole du Ḥammām al‑Nabī à Médine d’après une photographie ancienne (collection Sami Abd al‑Malik, antérieure à 1990).

Fig. 5 ‑ Coupole du Ḥammām al‑Nabī à Médine d’après une photographie ancienne (collection Sami Abd al‑Malik, antérieure à 1990).

18Le Ḥammām Ṭayba était construit en pierres de basalte, recouvertes d’un enduit de plâtre. L’entrée, située côté nord, donnait sur une première pièce carrée réservée au déshabillage et surmontée d’une grande coupole. De part et d’autre de la porte se trouvait une petite banquette de même qu’une fenêtre. Cette entrée fut réservée aux hommes lorsque, à une date relativement récente, on aménagea une entrée pour les femmes du côté est du bâtiment. Agrémentée en son centre par une fontaine octogonale, cette première pièce était équipée d’une banquette courant le long des côtés est et ouest, ainsi que d’une estrade pour le maître du bain. De là, on accédait par le côté sud à un couloir qui comprenant cinq petites latrines. Par la gauche, on parvenait à la pièce chaude, elle aussi de forme carrée. Elle comprenait quatre iwān‑s latéraux voutés qui donnaient sur un espace central surmonté d’une coupole percée d’ouvertures recouvertes de verre coloré ou transparent. Chacun des angles abritait une cabine (khilwa), isolée de la partie centrale par une porte et surmontée elle aussi d’une petite coupole. Iwān‑s et cabines latérales étaient équipés de vasques (ajrān) pour l’eau. Les sols étaient recouverts de marbre et munis de bouches pour l’évacuation des eaux usées. On remarque qu’il n’existait pas de système de chauffage par le sol ou les murs. Le hammam disposait, du côté sud, de dépendances : un puits, de même qu’une chaufferie (mustawqad) pourvue deux foyers (bayt nār) pour le chauffage de l’eau, qui étaient donc séparés du bâtiment principal. Le hammam connut de multiples restaurations, dont la dernière du temps des Sa’ūd. Il fut démoli en 1990, lors des travaux d’agrandissement de la Mosquée du Prophète.

  • 63 Ka’ki, 2007, p. 139.

19Le Ḥammām ‘Anbariyya était lui aussi construit en pierre de basalte noir. On y accédait par deux portes situées côté ouest. Celle attribué aux hommes donnait sur une grande pièce réservée au déshabillage. L’autre, pour les femmes, donnait sur une première petite pièce. La façade ouest comportait en outre trois boutiques mitoyennes. Des banquettes étaient aménagées sur tous les côtés de la salle de déshabillage, dont les murs étaient recouverts de carreaux de céramique bleue de style ottoman. De là, on se rendait dans la pièce chaude en traversant une pièce intermédiaire pourvue de trois latrines. Celle‑ci était conçue selon un plan tout à fait identique à celui du Ḥammām Ṭayba. Là encore, la chaufferie se trouvait à quelque distance du bâtiment. La chaleur était amenée par de petites galeries (sarādīb) qui courraient sous le sol de la pièce centrale pour le chauffer63. Au début des années quatre‑vingt, la salle de déshabillage disparut. Puis, lors des travaux d’agrandissement de la Mosquée du Prophète, au début des années quatre‑vingt‑dix, le hammam fut entièrement démoli.

Fig. 6 ‑ Ḥammām al‑‘Anbariyya ou al‑Turjumān à Médine d’après le relevé publié dans Ka’kī, p. 141.

Fig. 6 ‑ Ḥammām al‑‘Anbariyya ou al‑Turjumān à Médine d’après le relevé publié dans Ka’kī, p. 141.
  • 64 Rif‘at, 1344/1925, vol. 1, p. 101

20L’existence de hammams à Médine ne parait pas avoir été permanente. Après ceux des premiers temps de l’Islam, il fallut sans doute attendre jusqu’au ve/xiie siècle pour voir leur retour, sans doute bref, sous Nūr al‑Dīn Maḥmūd, puis après une nouvelle éclipse, une brève réapparition avec celui de Qāytbāy, puis une existence plus durable sous les Ottomans à partir du milieu du xvie siècle. Depuis les temps les plus anciens, ils étaient approvisionnés en eau à partir de la source al‑Zarqā’, ou à partir de puits64.

  • 65 Al‑Kamāl, 1995.
  • 66 Ṣabrī, 2004, vol. 5, p. 140.
  • 67 ādiq, 1313/1896, p. 80.
  • 68 Sabrī, 2004, p. 129‑130.
  • 69 Al‑Iāmī, 1960, vol. 4, p. 545.

21Des hammams furent construits dans d’autres villes que les deux cités saintes, sous les Ottomans, puis du temps de l’État saoudien. À Taef, un hammam fut construit dans le quartier de Barḥat al‑Shifā’ par Aḥmad Khayra, mutasib (préposé à la police des marchés) de la ville65. Il est mentionné dans la liste des édifices publics dressée en 1872 par Ayyūb Ṣabrī66, puis par Ṣādiq lors de sa visite de la ville en 187967. À Djedda, un premier hammam a été construit par le sandjak (ou gouverneur) de la ville, Qara Muṣṭafa Bey, achevé sans doute en même temps que la mosquée édifiée par le même personnage en 1053/1643–164468. Une trentaine d’années plus tard, vers 1675, un second hammam fut construit dans la ville, dans un complexe comprenant aussi une mosquée et un caravansérail, le tout attribué à un certain Muṣṭafa Pacha69. La rareté de l’eau à Djedda peut expliquer que la ville n’ait été équipée en hammams qu’à partir du xviie siècle. En effet, la ville tirait son approvisionnement à peu près exclusivement de l’eau des rares pluies, conservée dans des citernes.

  • 70 Al‑Rāshid et alii, 2003, vol. 1, p. 209‑210.
  • 71 Wikālat Wizāra al‑āthār wa‑l‑matāif, 1420/2000, p. 11‑18 ; al‑Wikālat al‑musā’ida li‑l‑āthār wa‑l‑ (...)

22À Dara‘iyya au centre du Nejd près de Riyad, le Ḥammām al‑Ṭurayf a été édifié du temps de l’émir Sa‘ūd b. ‘Abd al‑‘Azīz (1803–1814)70, dans le quartier dont il porte le nom, au sud de la ville à côté de l’oued. Le hammam a été réalisé à partir de matériaux locaux tels que la brique crue ou cuite, la pierre, du bois de tamaris et des nervures de palmier71. Il partage la même entrée que le palais adjacent. La porte commune donne sur un couloir, d’où on accède par la droite à la pièce froide du hammam, équipée de banquettes et de niches murales. Puis par un couloir coudé à angle droit, on parvient dans la pièce tiède. Espace presque carré, il dispose aussi d’une banquette du côté sud et peut également servir au déshabillage, tout comme au massage pratiqué sur une petite surélévation au niveau du sol. Par un nouveau passage coudé, on parvient dans la pièce chaude, surmontée d’une coupole en brique. Le sol est dallé de pierres calcaires, posées sur des galeries en brique qui amènent l’air chaud depuis la chaufferie située dans l’angle sud‑ouest. Trois conduites en terre cuite sont dissimulées dans les murs : l’une dans l’angle sud‑ouest sert au tirage, les deux autres respectivement dans les angles sud‑est et nord‑est sont destinées à l’évacuation de la fumée. Face à la chaufferie, la citerne était autrefois approvisionnée en eau à partir d’un puits situé au milieu de l’oued. Dans la cour se trouve une réserve pour le bois de chauffage ainsi qu’un abri pour les cendres.

Fig. 7 ‑ Ḥammām al‑Ṭurayf à Dara‘iyya d’après le relevé publié par al‑Wikālat al‑musā’ida li‑l‑āthār wal‑matāhif, Ḥammām al‑Ṭurayf, p. 26 et Wikālat al‑Wizārat li‑l‑āthār wa‑l‑matāḥif, Ḥammām al‑Ṭurayf wa Qaṣr al‑Diyāfa, Riyad, 1420/2000, p. 53 (Dessin Thibaud Fournet).

Fig. 7 ‑ Ḥammām al‑Ṭurayf à Dara‘iyya d’après le relevé publié par al‑Wikālat al‑musā’ida li‑l‑āthār wal‑matāhif, Ḥammām al‑Ṭurayf, p. 26 et Wikālat al‑Wizārat li‑l‑āthār wa‑l‑matāḥif, Ḥammām al‑Ṭurayf wa Qaṣr al‑Diyāfa, Riyad, 1420/2000, p. 53 (Dessin Thibaud Fournet).

Fig. 8 ‑ Ḥammām al‑Ṭurayf à Dara‘iyya : la coupole au‑dessus de la pièce chaude vue à partir de l’extérieur du complexe palatin, depuis l’oued (Photo Sami Abd al‑Malik, mars 2008).

Fig. 8 ‑ Ḥammām al‑Ṭurayf à Dara‘iyya : la coupole au‑dessus de la pièce chaude vue à partir de l’extérieur du complexe palatin, depuis l’oued (Photo Sami Abd al‑Malik, mars 2008).

Fig. 8bis ‑ Ḥammām al‑Ṭurayf à Dara‘iyya : la coupole au‑dessus de la pièce chaude vue depuis le nord‑est (Photo Sami Abd al‑Malik, mars 2008).

Fig. 8bis ‑ Ḥammām al‑Ṭurayf à Dara‘iyya : la coupole au‑dessus de la pièce chaude vue depuis le nord‑est (Photo Sami Abd al‑Malik, mars 2008).
  • 72 Al‑Idāra al‑‘amma li‑l‑āthār wa‑l‑matāif, 1403/1983, p. 50 ; al‑Farīda et al‑Ḥusayn, (s.d.), p. 1; (...)

23À Hufūf, le palais Ibrahim, qui remonte à la première occupation ottomane, abritait aussi un hammam. Il n’en subsiste aujourd’hui que la pièce chaude, de forme carrée de 14 mètres de côté, elle‑même surmontée d’une grande coupole percée d’ouvertures pour l’éclairage et l’aération72. Un puits, situé à l’intérieur du palais, fournissait le hammam en eau qui était stockée dans une citerne.

Fig. 9 ‑ Vue intérieure du hammam dans le Palais Ibrāhīm à Hufūf (Photo Sami Abd al‑Malik, mars 2008).

Fig. 9 ‑ Vue intérieure du hammam dans le Palais Ibrāhīm à Hufūf (Photo Sami Abd al‑Malik, mars 2008).
  • 73 Al‑Muslim, 1987, p. 6.

24Dans la province orientale de l’Arabie saoudite, la présence de nombreuses sources, dont certaines d’eaux chaudes, a favorisé la construction d’établissements thermaux. C’est le cas du Ḥammām Abū Lawza, aux abords de la ville de Qatīf. Cette source aux eaux chaudes et gazeuses a été utilisée pour le traitement de nombreuses maladies de la peau ainsi que pour les douleurs articulaires. La date de construction du hammam reste l’objet de débats. Pour certains, il serait antérieur à l’arrivée des Ottomans au xvie siècle73. Une chose est certaine, il a été restauré du temps du second État saoudien, sous l’émir Faysal b. Turkī b. ‘Abd Allāh (1843–1866), par le gouverneur local Mahdī b. Naṣr Allāh. Le bâtiment, en matériaux locaux (pierres tirées de la mer, plâtre et troncs de palmier), comprend une partie pour les hommes et une autre réservée aux femmes.

Fig. 10 ‑ Ḥammām Abū Lawza, près de Qatīf (collection Sami Abd al‑Malik, sans date).

Fig. 10 ‑ Ḥammām Abū Lawza, près de Qatīf (collection Sami Abd al‑Malik, sans date).

25Najm, petite localité au nord de la ville de Mubarraz, abrite aussi un hammam semblable au précédent, édifié au‑dessus d’une source naturelle chaude durant la seconde période ottomane, sans doute par un certain Najm al‑Dīn.

Fig. 11 ‑ Ḥammām de Najm, près de Mubarraz (Photo Sami Abd al‑Malik, 2009).

Fig. 11 ‑ Ḥammām de Najm, près de Mubarraz (Photo Sami Abd al‑Malik, 2009).

26Fig. 12 ‑ Ḥammām de Najm, près de Mubarraz (reproduction par Sami Abd al‑Malik d’une photo exposée par la municipalité d’al‑Ahsā’, sans date ni auteur connus).

Fig. 12 ‑ Ḥammām de Najm, près de Mubarraz (reproduction par Sami Abd al‑Malik d’une photo exposée par la municipalité d’al‑Ahsā’, sans date ni auteur connus).

Conclusion

27Toutes les sources concordent pour faire remonter l’apparition des hammams en Arabie au cours des deux premiers siècles de l’islam, d’abord sous les Omeyyades dans les deux villes saintes du Hedjaz très vraisemblablement à partir de la Syrie voisine, puis dans quelques haltes d’étape, le long des routes du pèlerinage qui se développèrent à partir de l’Irak, du Yémen, de l’Égypte et de la Syrie. Sous les Abbassides, les grandes demeures de La Mecque et de Médine disposaient aussi d’un nombre important de hammams privés. Il semblerait qu’à partir du xie siècle, le nombre de hammams ait fortement diminué. Médine,  pendant quelque temps, n’en comporta sans doute plus. Durant la seconde moitié du xve siècle, les sultans mamelouks d’Égypte reprirent la construction de modestes hammams. Mais ce sont les Ottomans qui les multiplièrent par la suite, dans les régions qu’ils contrôlaient solidement, dans les villes du Hedjaz, mais aussi dans les oasis de la partie orientale.

28Les hammams antérieurs aux Ottomans ont tous disparu. Nous ne disposons pour l’instant que très peu d’informations sur ces bâtiments. Il n’est pas exclu que des fouilles archéologiques à venir permettent d’en retrouver des traces. À partir du xvie siècle, avec l’arrivée des Ottomans, les hammams construits en Arabie ne différaient guère de ceux édifiés à la même époque ailleurs dans l’Empire ottoman. L’abondance de sources thermales dans la partie orientale de l’Arabie favorisa l’édification d’établissements doubles pouvant accueillir simultanément mais séparément hommes et femmes et destinés au thermalisme.

29L’émergence d’un État saoudien centralisé au cœur du Nejd, avec sa capitale, al‑Dar‘iyya, entraina la construction, au début du xixe siècle, d’un hammam rattaché au palais du souverain avec un système de chauffage par le sol rappelant celui prévalant dans l’ensemble des hammams du Yémen.

Sources primaires :

Al‑‘Abbāsī, Aḥmad ‘Abd al‑Ḥamīd, ‘Umdat al‑akhbār fī Madīnat al‑Mukhtār, éd. Muḥammad al‑Anṣārī, Le Caire, s.d.

Al‑Azraqī, Abu al‑Walīd Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Aḥmad al‑Ghassānī, Akhbār Makka wa mā jā’a fīhā min athār, éd. Rushdī Mulḥis, t. 5, La Mecque, 1408/1988.

Bin Fahd, Jār Allāh Muḥammad, Nayl al‑munā bi zayl bulūgh al‑qurā li takmilat itāf al‑warā, éd. Muḥammad al‑Ḥabīb al‑Ḥīla, Djedda, 2000.

Çelebi, Evliya, al‑Rila al‑ijāziyya, trad. Aḥmad al‑ṢafṢāfī, Le Caire, Dār al‑afāq al‑‘arabiyya, 1999.

Al‑Fākihī, Muḥammad b. Isḥāq, Akhbār Makka fī qadīm al‑dahr wa hadīth‑ihi, éd. ‘Abd al‑Malik b. Duhaysh, La Mecque 1414/1994, 4 vols.

Al‑Fāsī, Taqī al‑Dīn Muḥammad, Shifā al‑gharām bī akhbār al‑balad al‑harām, éd. Ayman Fu’ād Sayyid et Muṣṭafā Muḥammad al‑Dhahabī, La Mecque, 1999, 2 vols.

Al‑Fāsī, Taqī al‑Dīn Muḥammad, al‑‘Iqd al‑thamīn fī tārīkh al‑balad al‑amīn, éd. Muhammad ‘Abd al‑Qādir ‘Aṭā, Beyrouth, 1998.

Al‑Ḥarbī, Ibrāhīm b. Isḥāq, al‑Manāsik wa amākin uruq al‑ajj wa ma’ālim al‑Jazīra, texte établi par Ḥamad al‑Jāsir, Riyad, Dār al‑Yamāma li‑l‑tarjama, 1389/1969.

Al‑Ḥimyarī, Muḥammad ‘Abd al‑Mun‘im al‑Ṣanhajī, al‑Rawd al‑mi’atār fī khabar al‑aqār, éd. Iḥsān ‘Abbās, Beyrouth, 1975.

Ibn al‑‘AṬṬār, Muḥibb al‑Dīn Muḥammad, Manāzil al‑Ḥajj al‑sharīf, ms. Musée Laleli, Istanbul.

Ibn al‑‘Imād, Shihāb al‑Dīn Abī al‑Fallāḥ ‘Abd al‑Ḥayy b. Aḥmad al‑‘Ikrī, Shadharāt al‑dhahab fī akhbār man dhahaba, éd. Maḥmūd al‑Arnawūt, 1986.

Ibn al‑Najjār, Muḥammad b. Maḥmūd, al‑Durra al‑thamīna fī akhbār al‑Madīna al‑munawwara, édition ‘Abd al‑Rāziq al‑Mahdī, t. 1, Médine, 1424/2003.

Ibn Jubayr, Muḥammad b. Aḥmad, al‑Rila, Beyrouth, 1984.

Ibn Kathīr, ‘Imād al‑Dīn Abī al‑Fidā’, Kitāb al‑ādāb wa‑l‑akām al‑muta’allaqa bi dukhūl al‑ammām, éd. Abū Sulaymān Sāmī Muḥammad, Riyad, 1998, 2 t.

Ibn Rustah, Abū ‘Alī Aḥmad b. ‘Umar, Kitāb al‑‘alāq al‑nafīsa, Beyrouth, s.d. p. 160

Ibn Shabbā, Abī Zayd ‘Umar al‑Numayrī al‑Baṣrī, Kitāb tārīkh al‑Madīna al‑munawwara. Akhbār al‑Madīna al‑nabawiyya, texte établi par ‘Alī Muḥammad Dandal et Yāsīn Sa’d al‑Dīn Bayān, t. 1, Beyrouth, 1417/1996.

Ibn Zabāla, Muḥammad b. al‑Ḥasan, Akhbār al‑Madīna [Chroniques de Médine], rassemblées, publiées et analysées par Ṣalāḥ ‘Abd al‑‘Azīz b. Salāma, t. 1, Médine, 1424/2003.

Al‑Iāmī, ‘Abd al‑Malik, Sim al‑nujūm al‑‘awālī fī akhbār al‑awā’il al‑tawālī, Le Caire, al‑Maktaba al‑salafiyya, 1960, 4 vol.

Al‑Jazīrī, ‘Abd al‑Qādir, al‑Durar al‑farā’id al‑munazzama fī akhbār al‑ajj wa arīq Makka al‑mu’azzama, éd. Ḥamad al‑Jāsir, Riyad 1403/1983, 3 vols.

Ka’kī, ‘Abd al‑‘Azīz, al‑Nasīj al‑‘umrānī li‑l‑Madīna al‑munuwwara.al‑khaā’i wa‑l‑muqawwamāt , Djedda, 2007

Khusraw, Nāṣir, Sefernâme, trad. Yaḥiya al‑Khashshāb, Le Caire, 1993.

Kibrīt, al‑Jawāhir al‑thamīna fī maāsin al‑Madīna, éd.  Aḥmad Sa‘īd b. Muslim, 1997, s.l.

Al‑Kurdī, Muḥammad Ṭāhir, al‑Tārīkh al‑qawwīm li Makka al‑Mukarrama wa Bayt Allāh al‑karīm, La Mecque, 1385/1954.

Lam’ī, Muṣṭafa Ṣāliḥ, al‑Madīna wa taawwur‑uha al‑‘umrānī, t. 1, Beyrouth, 1981, p. 225‑229 et planches p. 176‑179.

Al‑Maqdīsī, Asan al‑taqāsīm fī ma’rifat al‑aqālīm, Leiden, 1906.

Al‑Murjānī, Abī Muḥammad ‘Afīf al‑Dīn ‘Abd Allah b. ‘Abd al‑Malik, Bahjat al‑nufūs wa‑l‑asrār fī tārīkh dār hijra al‑Nabī al‑mukhtār, éd. Muhammad Shawqī b. Ibrāhīm Makkī, t. 1, Riyad, 1425/2005.

Al‑Nābulsī, ‘Abd al‑Ghanī, al‑Ḥaqīqa wa‑l‑majāz fī‑l‑rila ilā bilād al‑Shām wa Mir wa‑l‑Ḥijāz, Le Caire 1986.

Al‑Qāī, ‘Id Ḥanīf al‑Dīn ibn al‑Qādī Muḥammad, Risāla fī ‘imāra al‑‘aynayn, éd. Nāṣir b. ‘Alī al‑Ḥārithī, Taef, 2003.

Al‑Raūnī, Aḥmad, al‑Rila al‑Makkiyya 1355‑56/1937, Tetouan, 1941.

Rif‘at pacha, Mir’āt al‑Ḥaramayn, Le Caire, 1344/1925, 2 vols.

Al‑Sabbāgh, Muḥammad b. Aḥmad, Taḥṣīl al‑marām fī akhbār al‑bayt al‑arām wa‑l‑mashā’ir al‑‘izām wa Makka al‑Mukarrama wa‑l‑aram wa wulā‑iha al‑fikhām, éd. ‘Abd al‑Malik Fuhaysh, La Mecque, 1424/2004, 2 vols.

Ṣabrī, Ayyūb pacha, Mawsū‘a mir’āt al‑Ḥaramayn al‑Sharīfayn wa Jazīrat al‑‘Arab, trad. Mājida Makhlūf et alii, Le Caire, 2004, 5 vols.

Ṣādiq , Muhammad pacha, Dalīl al‑ajj lil‑wārid ilā Makka wa al‑Madīn mi kull fajj, Bulāq, 1313/1896.

Al‑Sakhāwī, al‑Tufa al‑laīfa fī tārīkh al‑Madīna al‑sharīfa, Beyrouth, 1993.

Al‑Sakhāwī, Wajīz al‑kalām fī‑l‑zayl ‘alā duwal al‑islām, éd. Bashshār Ma‘rūf et alii, Beyrouth, 1995, 3 vols.

Al‑Samhūdī, Nūr al‑Dīn ‘Alī, Wafā al‑wafā’ bī akhbār dār al‑Muṣṭafā, éd. Muḥammad Muḥiy al‑Dīn ‘Abd al‑Ḥamīd, Beyrouth, 1971, 3 vols.

Sarıyıldız, Gülden, Mahjar al‑iḥḥī fī‑l‑Ḥijāz, trad. du turc par ‘Abd al‑Razzāq Barakāt, Riyad, 2001, 56 p.

Al‑Sinjārī, ‘Alī b. Tāj al‑Dīn b. Taqiy al‑Dīn, Manā’i al‑karam fī akhbār Makka wa‑l‑bayt wa wulāt al‑Ḥaram, éd. Mājida Fayṣal Zakariya, La Mecque, 1998, 3 vols.

Al‑Ṭabarī, ‘Alī b. ‘Abd al‑Qādir, al‑Araj al‑miskī fī‑l‑tārīkh al‑Makkī wa tarājim al‑mulūk wa‑l‑khulafā’, éd. Ashraf Aḥmad al‑Jammāl, La Mecque, 1996.

Wakī’, Muḥammad b. Khalaf, Kitāb al‑arīq, éd. Muḥammad al‑Jāsir, Riyadh, 2000.

Al‑Zawāwī, Sayyid ‘Abd Allāh b. Muḥammad Ṣāliḥ, Bughiyat al‑rāghibīn wa qurrat ‘ayn ahl al‑balad al‑amīn, Le Caire, 1330 hég.

Sources secondaires :

Al‑Afandī, ‘Alī b. Mūsa, Waf al‑Madīna al‑munawwara fī sanat 1303/1885, thèse sur l’histoire de Médine, sous la direction de Ḥamad al‑Jāsir, Riyad, s.d.

Al‑Bābīn, Ilhām Aḥmad, « al‑Munsha’āt al‑mā’iyya fī Makka mundhū mā qabl al‑islām ḥattā nihāyat al‑‘aṣr al‑umawī », in al‑Jazīra al‑‘arabiyya fī‑l‑‘ar al‑umawī, vol. 4, éd. ‘Abd al‑‘Azīz al‑Halābī, Jāmi’at al‑Malik Sa’ūd, Riyad, 2003.

Burckhardt, Johann Ludwig, Travels in Arabia, Londres, Darf, 1993.

Al‑Farīda, Khālid ; al‑Husayn, Walīd b. ‘Abd Allāh, Qar Ibrāhīm al‑atharī bi‑l‑Asā’, Matḥaf al‑Aḥsā’ li‑l‑āthār wa‑l‑turāth al‑sha’bī, s.d.s.l.

Ghabbān ‘Alī, Les deux routes syrienne et égyptienne de pèlerinage au nord‑ouest de l'Arabie saoudite, Le Caire, IFAO, 2011.

Ghabbāshī, ‘Ādil Muḥammad Nūr ‘Abd Allāh, al‑Munsha’āt al‑ma’iyya li‑khidmat Makka al‑Mukarrama wa‑l‑mashā’ir al‑muqaddasa fīl‑‘asr al‑‘uthmānī, Université Umm al‑Qurā, La Mecque, 1426/2005, 457 p.

Al‑Idāra al‑‘amma li‑l‑āthār wa‑l‑matāif, al‑Ḥuūn wa‑l‑quūr, al‑Asā’, Ministère de l’enseignement, Riyad, 1403/1983.

Al‑Jāsir, « al‑Madīna fī maṭla‘ al‑qarn al‑thānī ‘ashar kama yaṣif‑uha al‑Nābulsī fī riḥlat‑ihi », Majallat al‑Arab, n° 6, 1967.

Al‑Kamāl, Muḥammad b. Sa‘īd Ḥasan, al‑Ṭā’if: jughrāfiyat‑uhu wa tārīkh‑uhu wa ansāb qabā’il‑uhu, éd. Sulaymān b. Ṣālih Al‑Kamāl, Maktabat al‑ma‘ārif, Taef, 1995.

Mawsū’a al‑thaqāfa al‑taqlīdiyya fi‑l‑Sa’ūdiyya [Encyclopédie de la culture traditionnelle], Riyad, 1420/2000.

Mortel R. T., « Madrasas in Mecca during the Medieval Period: A Descriptive Study Based on Literary Sources », BSOAS, 30 (1997), p. 236‑252.

Mortel R. T., « Ribās in Mecca during the Medieval Period: A Descriptive Study Based on Literary Sources », BSOAS, 61 (1998), p. 29‑50.

Al‑Mudayris, ‘Abd al‑Raḥmān, al‑Madīna fī‑l‑‘ar al‑mamlūkī, Riyad, 2001.

Al‑Muslim, Muḥammad Sa‘īd, « Wāḥat al‑Qaṭīf wa qurā‑ha », Majallat al‑‘Arab, 22e année, n° 9‑10, novembre décembre 1987, p. 6.

Al‑Rāshid, et alii, Āthār miniqat al‑Riyāḍ, coll. Āthār al‑Mamlaka al‑‘arabiyya al‑sa’ūdiyya, Riyad, 2003.

Al‑Rashid, Sa’ad A., Darb Zubaydah: The Pilgrim Road from Kufa to Mecca. Riyad, Riyad University Libraries, 1980.

Shafi ‘ī, Ḥusayn ‘Abd al‑‘Azīz, al‑Arbia fī Makka al‑Mukarrama mundhū al‑bidāyāt wa atta nihāyat al‑‘ar al‑mamlūkī, Djedda, 2005.

Al‑Thenayian, Mohammad A. R., « A Preliminary Evaluation of Al‑Radā’ī’s Urjūzat al‑Hajj as a Primary Geographical Source for Surveying the Yemeni Highland Pilgrim Route », New Arabian Studies, IV, 1997, University of Exeter Press, p. 243‑259.

Vallet, Éric, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626–858/1229–1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010 (Bibliothèque historique des pays d’Islam, 1).

Al-Wikālat al‑musā’ida li‑l‑āthār wa‑l‑matāif, Ḥammām al‑Ṭurayf wa mulāqāt‑uhu, Riyad, Ministère de l’enseignement, s.d.

Wikālat Wizārat al‑āthār wa‑l‑matāif, Ḥammām al‑Ṭurayf wa Qar al‑Ḍiyāfa, Riyad, 1420/2000.

Wikālat Wizārat al‑āthār wa‑l‑matāif, al‑Ḥuūn wa‑l‑quūr al‑tārikhiyya fī‑l‑Ḥufūf, Riyad 1403/1983.

Haut de page

Notes

1 Ce programme de recherche, financé par l’Agence nationale de la recherche, a porté sur l’étude des bains au Proche‑Orient, en Égypte et dans la péninsule Arabique, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Pour plus d’informations, cf. : http://balneorient.hypotheses.org/a‑propos.

2 Ibn Kathīr, 1998, p. 25.

3 Ghabbāshī, 1426/2005.

4 Lam’ī, 1981, p. 225‑229 et planches p. 176‑179; Ka’kī, p. 138‑139.

5 Al‑Wikāla al‑musā’ida li‑l‑āthar wa‑l‑matāif, (s.d.), p. 1‑94 ; Wikālat wizārat al‑āthār wa‑l‑ matāif, 1420/2000, p. 11‑18.

6 Wikālat wizārat al‑āthār wa‑l‑ matāif, 1403/1983, p. 12‑13, 16, 24.

7 Ibn Zabāla, 1424/2003, p. 207‑8 ; Ibn Shabbā, 1417/1996, p. 123‑124 ; Ibn al‑Najjār, 1424/2003, p. 310 ; al‑Murjānī, 1425/2005, p. 1038 ; Mawsū’a al‑thaqāfa al‑taqlīdiyya fi‑l‑Sa’ūdiyya, 1420/2000, p. 223.

8 Al‑Fākihī, 1414/1994, vol. 4, p. 116.

9 Al‑Azraqī, 1408/1988, p. 227‑228.

10 Sur Darb Zubayda, cf. al‑Rashid, 1980.

11 Ibn Rustah, (s.d.), p. 160 ; Ibn al‑‘AṬṬār, p. 2.

12 Al‑Ḥarbī, 1389/1969, p. 300.

13 Wakī’, 2000, p. 54.

14 Al‑Maqdīsī, 1906, p. 207.

15 Al‑Ḥarbī, 1389/1969, p. 525 ; Wakī’, 2000, p. 278.

16 Al‑Ḥarbī, 1389/1969, p. 333 ; Wakī’, 2000, p. 86.

17 Sur cette route, cf. Ghabbān, 2011.

18 Ibn Kathīr, 1998, p. 25.

19 Al‑Maqdīsī, 1906, p. 68‑69.

20 Les premières fouilles ont été entreprises sur ce site dès 1984 pendant deux ans par l’Agence auxiliaire des Antiquités et des Musées. Elles ont été reprises à partir de 2005 par une équipe de l’Université du roi Sa’ūd.

21 Sur les routes du pèlerinage à partir du Yémen, par les montagnes, cf. al‑Thenayian, 1997, p. 243‑259 ; par la côte, cf. Vallet, 2010, p. 435‑439.

22 Al‑Maqdīsī, 1906, p. 89.

23 Ibn al‑‘Aār, tableau 5, p. 10.

24 Al‑Ḥimyarī, 1975, p. 408.

25 Ibn al‑‘AṬṬār, tableau 5, p. 9.

26 Voici ce qu’il en dit : « le hammam situé à Dār al‑Wādi est en ruine, un autre en contre bas dans Zuqāq al‑Khaybariyya donne sur l’oued. Le hammam de ‘Ali b. ‘Isā se trouve près de Dār al‑Ḥammām, une des six maisons qu’avait possédées Mu’awiya dans la ville. Son emplacement se situe dans l’actuel quartier de Jawdariyya. Le quartier de Ibn ‘Āmir possédait deux hammams, l’un appartenait à Abū Khurāsān, neveu d’al‑Fākihi, l’autre à Ibn ‘Imrān al‑‘Aṭṭār dans Zuqāq Jandar. Le hammam de Aḥmad b. Sahl se trouvait dans Dār ‘Abbās, face à Dār al‑Sa‘diyyin. Le Ḥammām al‑Ḥuwaytibiyyin, près du dār des Ḥuwaytib, dans une rue située là‑bas. Le Ḥammām Mu’ammar al‑Ḥarsi se trouve près de Dār al‑Salmānī et Sūq al‑Fākiha, le Ḥammām Ibn Handhala al‑Makhzūmī près de Dār al‑Talḥiyyin. Ajiyād comptait trois hammams, l’un près de Dār al‑Shurakā’, un autre près de Dār Dāniq et celui de ‘Abd al‑Raḥmān b. Hārūn près de Sawāqīn. Le Ḥammām al‑Ḥinṭī est situé dans Zuqāq al‑Tammārīn, et le Ḥammām Abū Yaḥyā al‑Mirwazī donne droit sur le début de la digue des Banī Jumḥ. Un hammam est localisé à Sūq al‑Dajāj. On dit qu’un autre se situe à Safā dans Dār Ibn Dāwūd », cf. Fākihi, vol. 3, 283.

27 Khusraw, p. 140.

28  Ibn Jubayr, 1984, p. 102.

29 Ibn al‑‘Imād, 1986, vol. 6, p. 447.

30 Ibn Jubayr, 1984, p. 102‑104.

31 Ibn al‑‘AṬṬār, tableau 8, p. 15.

32 Shafi ‘ī, 2005, p. 101‑102.

33 Al‑Fāsī, 1999, vol. 1, p. 20 ; al‑Fāsī , 1998, vol. 1, p. 194.

34 Al‑Ṭabarī, 1996, vol. 1, p. 94‑95.

35 Cf. Mortel, 1997, p. 236‑252 et Mortel, 1998, p. 29‑50.

36 Bin Fahd, 2000, p. 40.

37 Al‑Fāsī, 1999, t. 2, vol. 1, p. 612 ; al‑Ṭabarī, 1996, p. 94 ; al‑Sabbāgh, 1424/2004, vol. 2, p. 628.

38 Al‑Ṭabarī, 1996, p. 91 et 96.

39 Al‑Ṭabarī, 1996, p. 94 ; al‑Sinjārī, 1998, vol. 3, p. 443‑444.

40 Çelebi, 1999, p. 274.

41 Burckhardt, 1993, p. 109‑110.

42 Ṣādiq, 1313/1896, p. 58 ; al‑Sabbāgh, 1424/2004, vol. 1, p. 496‑497, vol. 2 p. 622 ; al‑Raūnī, 1941, p. 106.

43 Sur les puits de La Mecque, voir al‑Azraqī, 1408/1988, vol. 2, p. 224‑226 ; al‑Fākihī, 1414/1994, vol. 4, p. 114‑119 ; al‑Bābtīn, 2003, p. 427‑451.

44 Sur les sources de La Mecque, voir al‑Azraqī, 1408/1988, vol. 2, p. 228‑230 ; al‑Fākihī, 1414/1994, vol. 4, p. 121‑128 ; al‑Qāī, 2003, p. 123 ; al‑Zawāwī, 1330 h.

45 Sarıyıldız, 2001.

46  Al‑Kurdī, 1385/1954, vol. 2, p. 149 ; Ghabbāshī, p. 455.

47  Al‑Kurdī, 1385/1954, vol. 2, p. 149.

48 Ibn Zabāla, 1424/2003, p. 207 ; Ibn Shabba, 1417/1996, vol. 1, p. 12‑124 ; Ibn al‑Najjār, 1424/2003, p. 310 ; al‑Murjāni, 1425/2005, vol. 2, p. 1038 ; al‑Samhūdī, 1971, vol. 3, p. 892‑894.

49 Al‑Ḥarbī, 1389/1969, p. 410 ; Wakī’, 2000, p. 167.

50 Ibn Zabāla, 1424/2003, p. 207‑208 ; Ibn Shabba, 1417/1996, vol. 1, p. 97 ; Ibn al‑Najjār, 1424/2003, p. 310 ; al‑Samhūdī, 1971, vol. 3, p. 892‑894.

51 Ibn Shabba, 1417/1996, vol. 1, p. 124 ; Ibn al‑Najjār, 1424/2003, p. 310 ; al‑Murjānī, 1425/2005, vol. 2, p. 1038.

52 Ibn Shabba, 1417/1996, vol. 1, p. 162.

53 Al‑Afandī, 1303/1885, p. 38 et 51 ; Ibn Jubayr, 1984, p. 102‑103 ; al‑‘Abbāsī, (s.d.), p. 279 ; al‑Jazīrī, 1403/1983, vol. 3, p. 1621, 1686.

54 Al‑Sakhāwī, 1995, vol. 3, p. 929.

55 Al‑Samhūdī, 1971, vol. 2, p. 425 ; al‑Mudayris, 2001, p. 124‑125.

56 Al‑Sakhāwī, 1995, vol. 1, p. 440.

57 Ce hammam figure sur une ancienne carte publiée dans l’ouvrage ; Kibrīt, 1997, p. 126 ‑127 ; Çelebi, 1999, p. 135 et 138.

58 Al‑Nābulsī, 1986, p. 362 ; al‑Raūnī, 1941, p. 170 ; al‑Jāsir, 1967, p. 562.

59 Al‑Afandī, 1303/1885, p. 51 ; Lam‘ī, 1981, p. 225.

60 Al‑Jazīrī, 1403/1983, vol. 3, p. 1623‑1624 ; Kibrīt, 1997, p. 164 ; al‑Nābulsī, 1986, p. 362 ;

61 Çelebi, 1999, p. 135‑138.

62 Rif‘at, 1344/1925, vol. 1, p. 414 ; al‑Raūnī, 1941, p. 170.

63 Ka’ki, 2007, p. 139.

64 Rif‘at, 1344/1925, vol. 1, p. 101

65 Al‑Kamāl, 1995.

66 Ṣabrī, 2004, vol. 5, p. 140.

67 ādiq, 1313/1896, p. 80.

68 Sabrī, 2004, p. 129‑130.

69 Al‑Iāmī, 1960, vol. 4, p. 545.

70 Al‑Rāshid et alii, 2003, vol. 1, p. 209‑210.

71 Wikālat Wizāra al‑āthār wa‑l‑matāif, 1420/2000, p. 11‑18 ; al‑Wikālat al‑musā’ida li‑l‑āthār wa‑l‑matāif, (s.d.), p. 1‑94.

72 Al‑Idāra al‑‘amma li‑l‑āthār wa‑l‑matāif, 1403/1983, p. 50 ; al‑Farīda et al‑Ḥusayn, (s.d.), p. 1; al‑Rāshid et alii, 2003, p. 164‑165.

73 Al‑Muslim, 1987, p. 6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Les hammams sur les différentes routes du pèlerinage.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-1.png
Fichier image/png, 276k
Titre Fig. 2 ‑ Localisation de Ḥammām al‑Qashshāshiyya et Ḥammām al‑‘Umra à La Mecque d’après le plan de la ville établi par le Service cartographique égyptien en 1945.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-2.png
Fichier image/png, 356k
Titre Fig. 3 ‑ Ḥammām al‑Qashshāshiyya à La Mecque d’après le relevé publié dans Ghabbāshī, fig. 57.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-3.png
Fichier image/png, 19k
Titre Fig. 4 – Le Ḥammām al‑Nabī ou Ṭayba à Médine d’après le relevé publié dans Lam’ī, p. 225
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-4.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 5 ‑ Coupole du Ḥammām al‑Nabī à Médine d’après une photographie ancienne (collection Sami Abd al‑Malik, antérieure à 1990).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-5.png
Fichier image/png, 292k
Titre Fig. 6 ‑ Ḥammām al‑‘Anbariyya ou al‑Turjumān à Médine d’après le relevé publié dans Ka’kī, p. 141.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-6.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 7 ‑ Ḥammām al‑Ṭurayf à Dara‘iyya d’après le relevé publié par al‑Wikālat al‑musā’ida li‑l‑āthār wal‑matāhif, Ḥammām al‑Ṭurayf, p. 26 et Wikālat al‑Wizārat li‑l‑āthār wa‑l‑matāḥif, Ḥammām al‑Ṭurayf wa Qaṣr al‑Diyāfa, Riyad, 1420/2000, p. 53 (Dessin Thibaud Fournet).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-7.png
Fichier image/png, 41k
Titre Fig. 8 ‑ Ḥammām al‑Ṭurayf à Dara‘iyya : la coupole au‑dessus de la pièce chaude vue à partir de l’extérieur du complexe palatin, depuis l’oued (Photo Sami Abd al‑Malik, mars 2008).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 8bis ‑ Ḥammām al‑Ṭurayf à Dara‘iyya : la coupole au‑dessus de la pièce chaude vue depuis le nord‑est (Photo Sami Abd al‑Malik, mars 2008).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 9 ‑ Vue intérieure du hammam dans le Palais Ibrāhīm à Hufūf (Photo Sami Abd al‑Malik, mars 2008).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 10 ‑ Ḥammām Abū Lawza, près de Qatīf (collection Sami Abd al‑Malik, sans date).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 11 ‑ Ḥammām de Najm, près de Mubarraz (Photo Sami Abd al‑Malik, 2009).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 12 ‑ Ḥammām de Najm, près de Mubarraz (reproduction par Sami Abd al‑Malik d’une photo exposée par la municipalité d’al‑Ahsā’, sans date ni auteur connus).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1801/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sami Abd al‑Malik, « Les hammams en Arabie centrale », Chroniques yéménites [En ligne], 17 | 2012, mis en ligne le 06 juin 2012, consulté le 19 avril 2014. URL : http://cy.revues.org/1801

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique
  • Revues.org