Navigation – Plan du site
Histoires

Aux origines de l’établissement des royaumes sudarabiques 

Saba et les cités-états du Jawf aux viiie-vie s. av. J.-C.
Mounir Arbach
p. 15-27

Résumés

On a longtemps attribué aux Sabéens le rôle de précurseurs dans la formation de la civilisation de l’Arabie du Sud, vers le début du Ier millénaire avant l’ère chrétienne.
Les nouvelles données archéologiques et épigraphiques provenant des cités et états de la région du Jawf nous invitent à resituer le rôle politique du royaume de Saba dans le contexte historique des viiie-visiècle avant l’ère chrétienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. 1 « Rois » 10, 1-13 (reproduit dans 2 « Chroniques » IX, 1-12). La visite anecdotique de la re (...)
  • 2  Ils sont également cités dans les inscriptions sabéennes. La date de ce synchronisme est aujourd’h (...)
  • 3  Sur les sources classiques, se reporter à M. Rodinson 1984.
  • 4  « Saba », sourate XXXIV/16.

1Les recherches historiques sur la civilisation de l’Arabie du Sud se sont focalisées, dès les premières découvertes, sur le royaume de Saba. Depuis, il est communément admis chez les historiens que les Sabéens ont tenu, à partir du viiie s. av. J.-C., une place privilégiée dans l’histoire de la civilisation de l’Arabie du Sud préislamique. Cela s’explique aisément par la place occupée par le royaume de Saba dans les sources extérieures. Avec la légendaire rencontre entre Salomon et la reine de Saba, la Bible a immortalisé ce royaume1, mentionné également à maintes reprises au sujet du commerce des aromates. Les sources assyriennes mentionnent deux souverains de Saba, Yatha‘’amar et Karib’îl, dans la deuxième moitié du viiie s. av. J.-C.2. Le royaume de Saba figure aussi dans les sources grecques et romaines comme l’un des plus importants royaumes d’Arabie du Sud, auquel fut donné le nom d’Arabia Felix3. Enfin, Saba tire sa célébrité d’ouvrages hydrauliques, notamment le barrage de Marib, dont le Coran fait écho4.

  • 5  Près de la moitié des inscriptions sudarabiques connues à ce jour (7000 inscriptions environ) est (...)
  • 6  Sur l’exploration archéologique au Yémen, se reporter à A. de Maigret 2002.

2Tant sur le plan archéologique qu’épigraphique, c’est le royaume de Saba qui nous est le mieux connu, grâce aux nombreux sites sabéens fouillés et surtout aux milliers d’inscriptions mises au jour, et qui couvrent la totalité de la période sudarabique (du viiiav. J.-C. au vie s. ap. J.-C.)5. à côté des grandes villes que furent /Sirwâ/h et Marib, de grands chantiers de fouilles archéologiques mis en oeuvre au Yémen se sont concentrés sur Shabwa, capitale du Hadramaout, Tamna‘, capitale de Qatabân, et tout récemment sur /Zafâr, capitale de /Himyar6.

  • 7  Cf. J. Halévy 1872 ; 1873.

3Les importants et nombreux sites du Jawf, découverts en 1870 par Joseph Halévy7, n’ont à ce jour fait l’objet que de fouilles partielles. L’absence de recherches archéologiques et historiques systématiques sur ces sites peut en grande partie s’expliquer par le fait que la région est restée difficile d’accès depuis la visite de J. Halévy. Les conditions de travail des missions archéologiques sur le terrain, yéménites ou étrangères, sont aujourd’hui difficiles. L’indigence des données archéologiques et historiques sur ces sites explique en grande partie le fait que la civilisation de l’Arabie du Sud attende encore sa reconstitution. Pour l’heure, de récentes recherches permettent de resituer la place du royaume de Saba dans le contexte historique des viiie-vis. av. J.-C. Elles s’inscrivent dans un ensemble de données archéologiques nouvelles qui permettent de réévaluer la situation des cités-états du Jawf aux viiie-vie s. av. J.-C. et de nuancer le rôle des Sabéens dans la formation de la civilisation de l’Arabie du Sud préislamique.

La prééminence de Saba : un point de vue à nuancer

  • 8  Voir surtout Christian Robin 1991/3 ; 1996.

4L’hypothèse de la suprématie sabéenne, effective à partir de la fin du viiie s. av. J.‑C., a été fondée essentiellement sur la période de Karib’îl Watar, durant laquelle les Sabéens ont imposé leur hégémonie politique8. En effet, en mettant sous son contrôle l’ensemble du territoire de l’Arabie du Sud, Saba y introduisit sa langue, son panthéon et son architecture, comme ce fut le cas notamment dans la région du Jawf.  Le royaume de Saba aurait donc servi de modèle aux autres royaumes sudarabiques – Qatabân, Hadramaout, Awsân et Ma‘în –, et aurait également fixé l’écriture sudarabique.

  • 9  Voir Ch. Robin 1996 ; Y. Abdallah 2003.

5Il est étonnant que les recherches historiques sur la civilisation de l’Arabie du Sud aient admis aussi aisément cette emprise culturelle « sabéenne », alors même que l’hégémonie politique sabéenne et la diffusion d’influences culturelles et architecturales sur les autres royaumes ne sont attestées que pour le seul viie s. av. J.-C.9.

  • 10  Il s’agit principalement de la découverte exceptionnelle d’un temple intra-muros comportant une ic (...)
  • 11  Voir à ce sujet surtout J.‑Fr. Breton 1994 etJ. Schiettecatte 2006.
  • 12  Notre connaissance de la période de transition, entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer, est encore (...)
  • 13 Cf. A. V. Sedov 1996 ; B. Vogt et A. V. Sedov 1998 ; G. W. Van Beek 1969.

6Aujourd’hui, la question des influences sabéennes sur l’ensemble des royaumes sudarabiques ne résiste plus à l’analyse des données portant sur la formation de la civilisation qui s’y rapporte, de même que sur la datation de l’introduction et de la diffusion de son écriture et, enfin, sur la datation de l’établissement de ces royaumes. Les découvertes archéologiques et épigraphiques réalisées ces dernières années dans la région du Jawf10 nous invitent à nuancer le rôle attribué au royaume de Saba dans ces processus. Il est en effet aujourd’hui admis que l’Arabie du Sud a connu des bouleversements importants vers la fin du iie millénaire av. J.-C., qui correspond au passage de l’âge du Bronze à celui du Fer. C’est durant cette période que l’on peut situer l’introduction et la diffusion de l’écriture alphabétique, l’apparition de villes dotées d’enceintes défensives11 et l’émergence d’une nouvelle forme d’organisation sociale et politique qui s’est traduite par l’établissement des royaumes sudarabiques12. Ce basculement a donc été amorcé en Arabie du Sud bien avant l’expansion sabéenne du viie siècle av. J.‑C.13. En effet, des changements marquant le début de l’âge du Fer sont attestés dès la fin du iie millénaire av. J.-C., dans la quasi totalité des territoires de l’Arabie du Sud, particulièrement dans les Basses Terres, en bordure du désert, sur les rives des grands wadis. C’est là que furent créées les premières villes et que se développèrent les principaux royaumes sudarabiques durant le ier millénaire av J.-C.

  • 14  Malheureusement ces attestations sont lacunaires. Il s’agit de tessons inscrits comportant quelque (...)
  • 15  Sur l’introduction de l’écriture alphabétique en Arabie, voir tout récemment Ch. Robin 2008.

7En l’état actuel des recherches, on ne saurait dire quel royaume fut à l’origine de l’introduction de l’écriture. Les lieux d’où proviennent les plus anciennes attestations d’écriture sudarabique sont al-Sawdâ’ dans la région du Jawf, Raybûn dans le Hadramaout et Hajar Ibn /Humayd dans le Wâdî Bay/hân14. Elles datent de la fin du iimillénaire av. J.‑C, ce qui laisse entendre une diffusion progressive à partir des xeixsiècles av. J.-C., et donc de manière concomitante avec le Proche-Orient, la Palestine et la Phénicie. L’alphabet de 29 lettres15 – inventé en Syrie et en Palestine vers le xiiie siècle av. J.-C., a été adopté en Arabie du Sud, sans doute à la faveur des relations commerciales qui se sont développées entre les deux régions à cette époque. Les Sabéens semblent avoir adopté cette écriture alphabétique en même temps que les autres peuples sudarabiques.

  • 16  Le terme « cité-état » est conventionnellement utilisé ici pour désigner les cités ou tribus dirig (...)
  • 17  Cf. Ch. Robin 1991/3 ; 1996.
  • 18  Voir à ce propos A. Avanzini 2003.
  • 19  Sur les temples dits « Banât ‘Âd » du Jawf, se reporter à J.-F. Breton 1998 et S. Antonini 2004.

8Le royaume de Saba apparaît sur la scène politique, d’après la documentation épigraphique disponible, en même temps que les autres cités-états16 et royaumes sudarabiques, vers le début du viiie s. av. J.-C.17. Ceci correspond à l’essor du commerce des aromates entre l’Arabie du Sud et le Proche-Orient, et à la fixation de l’écriture sudarabique. à partir de la fin du iie millénaire av. J.-C., une nouvelle aire culturelle que l’on peut appeler « sudarabique »18 s’est ainsi développée mais avec des spécificités régionales marquées par l’usage d’une langue propre, d’un panthéon particulier abrité dans des constructions spécifiques, comme dans le Jawf19.

9à la lumière de nouvelles découvertes notamment épigraphiques, nous pouvons aujourd’hui mieux comprendre la carte politique de l’époque, mieux cerner l’apport des cités-états du Jawf dans l’histoire de la civilisation de l’Arabie du Sud, et enfin mieux comprendre comment le royaume de Saba a pu imposer son hégémonie politique et culturelle par les conquêtes militaires ou par les alliances à partir de la fin du viiie s. av. J.‑C.

La situation politique des cités-États de la région du Jawf aux viiie-viie s. av. J.-C.

10Le Jawf se distingue par une dizaine de sites archéologiques préislamiques de grande importance. Les mieux conservés sont, du sud-est au nord-ouest : Barâqish, l’antique Yathill, dont l’enceinte est la mieux conservée parmi les sites préislamiques ; Ma‘în, l’antique Qarnaw, capitale du royaume de Ma‘în ; Kharibat Hamdân, l’antique Haram ; Inabba’, l’antique Inabba’ ; Kamna, l’antique Kaminahû ; al-Sawdâ’, l’antique Nashshân, et al-Bay/dâ’, l’antique Nashq (voir carte 1).

  • 20  Pour de plus amples informations, voir J.-F. Breton, 1992.

11Découverts pour la plupart par Joseph Halévy dans le dernier quart du xixe siècle, les sites ont fait l’objet de trois missions scientifiques au milieu du xxe siècle, les deux premières par les savants égyptiens M. Tawfiq et A. Fakhry en 1944 et 1947, et la troisième par le géologue belge M. Geukens, en 1954. Puis des prospections archéologiques et épigraphiques ont été effectuées par la Mission archéologique française dans les années 1970 et 1980. Elles ont été suivies par la fouille du temple extra-muros consacré au dieu ‘Athtar dhû-Risâf sur le site d’al-Sawdâ’20. Seul le site de Barâqish a fait l’objet de fouilles systématiques, depuis les années 1990, menées par la Mission archéologique italienne. Tous les autres sites sont malheureusement inaccessibles au monde scientifique. Ils subissent destructions et pillages qui alimentent le marché international des antiquités.

  • 21  Des monographies des inscriptions des sites du Jawf sont déjà publiées, voir Ch. Robin 1992 ; G. G (...)
  • 22  à quelques exceptions près, la totalité des textes découverts ces dernières années sur les sites d (...)
  • 23  Trois nouveaux souverains de Kamna du viiie s. av. J.-C. sont aujourd’hui connus par deux inscript (...)
  • 24  Plusieurs souverains du viiie s. av. J.-C. provenant de Qarnâ, la future capitale de Ma‘în, sont a (...)
  • 25  Outre les nombreux nouveaux textes du règne de Watar’îl, datant vers le début du viie s. av. J.-C. (...)

12Sur le plan épigraphique, les sites du Jawf ont, à ce jour, fourni près de deux mille inscriptions21, pour la plupart rédigées en madhâbien, du nom du Wâdî Madhâb qui traverse la région. Ces inscriptions ont été réalisées entre le viiie s. et le ier s. av. J.-C., date de la disparition du royaume de Ma‘în. On trouve également des textes rédigés en sabéen sur les sites de Barâqish, al-Bay/dâ’, Haram, al-Sawdâ’ et Hizmat Abî Thawr. Ces inscriptions abondantes,notamment sur le site d’al-Sawdâ22, remontent au viiie s. av. J.-C. Elles montrent combien la pratique de l’écrit était développée dans cette région dès cette époque. On possède également une dizaine d’inscriptions mentionnant des souverains de Kamna23, de Ma‘în24 et de Haram25. Elles nous permettent aujourd’hui de reconstituer l’histoire politique, sociale et religieuse des cités-États du Jawf au viiie s. av. J.-C.

13Le site d’al-Sawdâ’ a fourni l’une des inscriptions les plus anciennes trouvées en Arabie du Sud, dans le temple extra-muros consacré à ‘Athtar, que l’on peut dater du début du viiie s. av. J.-C. On y a découvert également des milliers de textes incisés sur bois relatant la vie quotidienne et économique de l’époque. Le fait que ces textes utilitaires soient trouvés en grande quantité sur le site d’al-Sawdâ’ suggère qu’il s’agissait d’une « archive » dont l’emplacement pourrait être le temple ou le palais royal. Uniques en Arabie du Sud, ces textes illustrent la présence de deux traditions d’écriture, l’une monumentale et officielle, et l’autre cursive et utilitaire.

  • 26  Cf. J. Halévy 1872 ; 1873 ; 1877.
  • 27  Le nom de « Banât ‘Âd » a été donné par les habitants de la région aux temples du Jawf comportant (...)
  • 28  Voir surtout Arbach-Audouin-Robin 2004.

14Déjà, J. Halévy avait été impressionné par l’abondance des vestiges archéologiques et par la richesse artistique, l’étrangeté et l’originalité des décors des temples du Jawf26, connus sous le nom de temples des « Banât ‘Âd » « Filles de ‘Âd » - désormais « Filles de Îl »27. Selon Halévy, les personnages représentés sur certains piliers pouvaient être des « divinités ». Les nouvelles découvertes que nous avons réalisées en 200428 sur le site d’al-Sawdâ’ nous l’ont confirmé.

  • 29  Cf. J.-F. Breton 1992 ; 1998.
  • 30  Pour une étude détaillée des décors des temples du Jawf, voir R. Audouin 1996 ; S. Antonini 2004.

15Les décors incisés ou en relief qui couvrent les piliers des temples des sites de Ma‘în, Haram, Kamna, al-Sawdâ’ et al-Bay/dâ’29, dans le Jawf, pourraient être datés du début du ier millénaire av. J.-C. environ30. Ils ont spécifiques de la région.

  • 31  Cf. voir Arbach-Audouin-Robin 2004.
  • 32  Cf. Antonini 2004.

16Dans le Jawf,  chaque cité avait un panthéon officiel spécifique31 et ce monde divin se caractérise par la présence de représentations anthropomorphiques. Cette iconographie religieuse suggère que la région du Jawf a été l’héritière d’une longue tradition artistique que l’on peut faire remonter à la fin du iie millénaire av. J.-C., alors qu’aucune représentation matérielle des divinités n’est connue ni à Saba, ni à Qatabân et encore moins dans le Hadramaout32. Les décors des temples du Jawf nous renseignent en effet sur la façon dont le monde divin était conçu dans la région et révèlent une maîtrise de l’art religieux sans équivalent en Arabie du Sud.

  • 33  Voir à ce propos J.-F. Breton 1994.
  • 34  Sur la vocalisation de Qarnâ, l’antique Qrnw, voir tout récemment Ch. Robin, 2009.
  • 35  Cf. J.-F. Breton 1994.

17Les enceintes en bois et en briques crues qu’on a relevées sur les sites de Kamna et d’al‑Sawdâ’ témoignent aussi d’une longue tradition architecturale33. Les nombreux vestiges archéologiques des monuments qui affleurent encore sur les sites du Jawf ou qui sont mentionnés dans les textes – enceintes, temples, palais datant du viiie s. av. J.-C., à al-Sawdâ’, al-Bay/dâ’, Kamna, Qarnâ34 et à Haram –, illustrent la puissance et la richesse de ces cités‑États, tirées en partie du commerce des aromates d’encens, mais également de l’agriculture35.

  • 36  à propos de cet épisode, voir A. Caubet et I. Gajda 2003 ; N. Nebes 2007.

18La période de prospérité, d’abondance et d’indépendance politique des cités-Étatsdu Jawf a été écourtée. Dès la deuxième moitié du viiie siècle, les deux principales cités de la vallée, Nashshân, la très puissante, et sa voisine Kamna, ont connu des problèmes de voisinage. Nashshân a dû faire appel à son allié Saba pour rétablir l’ordre36.

  • 37  Un nouveau texte inédit de trois lignes provenant de Qarnâ et datant du dernier quart du viiie s. (...)
  • 38  Il s’agit d’Abîyada‘ Yafash fils de Nabat’îl, roi de Ma‘în et de Yada‘’îl de Saba ; ce dernier est (...)

19Plusieurs textes récemment découverts attestent l’alliance entre Nashshân et Saba, mais également avec Qarnâ37 ; cette dernière semble, d’après une nouvelle inscription, avoir maintenu cette alliance avec Saba après l’établissement  du royaume de Ma‘în, vers le début du viie s. av. J.-C.38. Durant le viiie s. av. J.-C., le territoire de Ma‘în se limitait à la cité de Qarnâ qui devint à partir du début viie s. av. J.-C. sa capitale.

  • 39  DAI Sirwâh 12/2005.
  • 40  On peut certainement assimiler ce souverain à « Ita’amar le Sabéen », mentionné dans les Annales d (...)

20Le royaume de Saba, quant à lui, avait dès la deuxième moitié  du  viiie s. av. J.-C. pour ambition de contrôler l’ensemble des territoires de l’Arabie du Sud, comme l’atteste la très grande inscription historique récemment découverte à /Sirwâ/h39, laissée par le souverain sabéen Yatha‘’amar Watar fils de Yakrubmalik40, que l’on peut dater vers 715 av. J.-C.

  • 41  Cf. Arbach-Audouin-Robin 2004.

21Vers la fin du viiie s. av. J.-C., sous le règne de Ilîmanbat Amar fils de Labu’an, Nashshân aurait eu l’idée de fédérer les royaumes du Jawf. C’est ce que suggère en effet la présence en images, dans son temple intra-muros consacré à la divinité Aranyada‘, des divinités officielles des cinq cités-États du Jawf : Nashshân, Kamna, Qarnâ, Haram et Inabba’, avec la divinité officielle de Saba, allié de Nashshân41.

22L’ambition politique de Nashshân de fédérer les cités du Jawf semble avoir provoqué une crise politique avec Saba, sous le règne de Karib’îl Watar fils de Dhamar‘alî. Elle pourrait avoir annoncé la fin de l’autonomie politique non seulement des cités du Jawf, mais également de l’ensemble de petites entités politiques de l’Arabie du Sud, pour céder la place aux grands royaumes.

L’ambition politique de Saba et le passage des cités-états aux états territoriaux

  • 42  Cf. Robin 1991/3 ; 1996.

23La situation politique de la région du Jawf, qui est la mieux connue, n’était pas spécifique. L’émiettement politique en Arabie du Sud durant le viiie s. av. J.-C. était général. Des cités ou des tribus constituaient souvent de petites entités politiques indépendantes. à la tête de chacune d’elles régnait un chef ne portant aucun titre, mais le fait qu’il avait un double nom laisse supposer qu’il s’agissait vraisemblablement d’un roi. Le territoire qu’il contrôlait était limité. Seuls Saba et Awsân semblent avoir contrôlé un vaste territoire, si l’on s’en tient au titre que portaient leurs souverains, mukarrib (« fédérateur »)42.

24Dès la deuxième moitié du viiie siècle av. J.-C., au moment où le commerce des aromates prit son essor, l’ambition de contrôler ce commerce caravanier très lucratif a conduit les souverains de Saba à faire main basse sur l’ensemble des territoires de l’Arabie du Sud. On y récoltait l’encens et la myrrhe, et c’est de là que partaient les caravanes traversant les territoires du Hadramaout, de Qatabân, de Saba et du Jawf, pour partir ensuite vers le Wâdî Najrân, puis le Nord de l’Arabie, et enfin atteindre la Méditerranée et la Mésopotamie.

25L’ambition politique sabéenne transparaissait déjà dans la grande inscription laissée par le mukarrib Yatha‘’amar Watar fils de Yakrubmalik, dans le dernier quart du viiie s. av. J.‑C. Pour atteindre ses objectifs expansionnistes, ce souverain sabéen n’hésita pas à soutenir militairement certaines principautés puissantes en menant des expéditions militaires contre d’autres petits royaumes. Dans le Jawf, Saba est intervenu militairement pour porter secours à Nashshân contre Kamna. Qarnaw, la future capitale de Ma‘în, était alliée de Saba. Dans le sud de Marib, où se trouvait un vaste territoire partagé par des entités politiques indépendantes et disputé par Qatabân et Awsân, respectivement dans les Wâdî Bay/hân et Markha, Saba soutenait Awsân contre Qatabân. Il menait des expéditions militaires contre les petits royaumes de Tamna‘, Radmân, Dahas, et contre d’autres petits royaumes dont l’emplacement nous est encore inconnu. Les Sabéens y destituèrent leurs rois et en nommèrent d’autres qui leur étaient favorables.

26Ce n’est que sous le règne du successeur de Yatha‘’amar, Karib’îl Watar, vers le début du viie s. av. J.-C., que le royaume de Saba a pu atteindre ses objectifs politiques. Les anciens grands alliés, Nashshân, dans le Jawf, et Awsân dans le Wâdî Markha, sont devenus la cible principale de l’armée sabéenne. La ville de Nashshân fut saccagée, son palais et son enceinte furent détruits. Son souverain, Sumhuyafa‘ Yâsirân, fut en revanche maintenu au pouvoir. Les territoires et villes qui dépendaient de Nashshân, notamment Nashq et Manhayat, soit passèrent sous contrôle sabéen, soit furent octroyés à Kamna et Haram. Ma‘în était également allié de Saba, et la ville de Barâqish, quant à elle, était déjà sous contrôle sabéen. Au nord du Jawf, les régions de Muha’mir, de Najrân et d’Amîr subirent également des attaques sabéennes.

27Dans le sud, le souverain d’Awsân, le royaume le plus puissant, s’empara du titre du mukarrib. Il étendit son autorité à l’ouest dans les Wâdî Bay/hân, et à l’est, dans le Wâdî Hadramaout, provoquant ainsi l’intervention militaire de Saba. Awsân fut anéanti par l’armée sabéenne. Son territoire fut octroyé en grande partie à Qatabân qui était, comme le Hadramaout, allié de Saba dans son entreprise. Les successeurs de Karib’îl Watar ont continué au cours du viie s. la même politique, notamment dans le Jawf, contre Ma‘în et Barâqish, dans la région de Najrân, et dans le sud, contre Qatabân.

  • 43  Sur l’évolution de la carte du Jawf au ier millénaire av. J.-C., voir surtout J. Schiettecatte 200 (...)

28Les conséquences de ces événements furent considérables. Sur le plan politique, ils marquèrent la fin de l’autonomie des petits royaumes et cités-États et la naissance des grands royaumes territoriaux. Les cités-États de la région du Jawf perdirent leur autonomie politique et passèrent progressivement sous le contrôle du royaume de Saba, puis de Ma‘în43. Il en fut de même pour les autres petits royaumes qui étaient établis dans les vallées de Bay/hân et Markha, ou les Hautes Terres, au nord de Sanaa ou au sud-ouest de Qatabân : ils furent annexés par les royaumes de Qatabân et Saba. Une nouvelle carte politique de l’Arabie du Sud se dessina avec l’apparition de quatre grandes entités politiques : au nord, Saba et Ma‘în, et au sud, Qatabân et le Hadramaout (voir carte 2).

  • 44  Bien que les temples des Banât ‘Ad, dans la région du Jawf, soient constamment réaménagés ou réocc (...)

29Sur le plan culturel, les Sabéens introduisirent leur langue et leur panthéon dans les territoires conquis. Enfin, sur le plan architectural et artistique, Saba introduisit également son architecture religieuse dépourvue d’iconographie. La fameuse iconographie des temples des « Banât ‘Âd » représentant le monde divin en images, et attestée uniquement dans le Jawf au viiie s. av. J.-C., ne fut plus jamais reproduite44.

Conclusion

30Les quelques données factuelles provenant des cités-États du Jawf que nous avons exposées ici ouvrent de nouvelles perspectives de recherche sur l’histoire de la civilisation de l’Arabie du Sud. Ces cités-États n’ont connu, d’après la documentation disponible, qu’une courte histoire, aux viiie-viie siècles av. J.-C. Mais la présence de temples à décors et de panthéons hiérarchisés assez complexes laisse supposer l’existence, dans ces sociétés, d’une tradition artistique et religieuse bien ancrée dont l’origine devrait remonter au moins au début du ier millénaire av. J.-C. Ceci tend à montrer que lescités-Étatsont bien eu leur place dans la formation de cette civilisation, des origines jusqu’au viiie s. av. J.-C., avant l’apparition des États territoriaux aux viie-vie s. av. J.-C.

31Ces données, bien sûr, restent à ce jour insuffisantes pour élucider entièrement la question de la formation de la civilisation de l’Arabie du Sud. D’une manière générale, l’histoire des cités-États du Jawf restera inachevée tant que des fouilles archéologiques supplémentaires ne seront pas entreprises. Espérons que le pillage ne fasse pas disparaître à jamais tout un pan de l’histoire de cette civilisation encore méconnue.

Haut de page

Bibliographie

Abdallâh, Y.

2003 : « How do we designate Ancient Arabian Studies », Arabia, vol. 1, p. 11-20.

Antonini, S.

2004 : Il motivi figurativi delle Banât ‘Âd nei templi sudarabici, Repertorio iconographico sudarabico, 2, Paris (Académie des inscriptions et belles-lettres), Rome (Istituto italiano per l’Africa e l’Oriente).

Arbach, M.

à paraître : « Mu‘/tayât jadîda /hawla ta’rîkh /zuhûr mamlakat Ma’în », Actes du Colloque sur l’épigraphie au Proche-Orient de décembre 2006, Université de Yarmuk.

à paraître : « Iktishâf ma‘bad Nikra/h fî mawqi’ Qarnaw », Actes de la Cinquième Conférence Internationale sur la Civilisation du Yémen de 2007, Université d’Aden.

Arbach, M. & Audouin, R.

2004a : Nouvelles découvertes archéologiques dans le Jawf (République du Yémen). Opération de sauvetage franco-yéménite du site d’al-Sawdâ’ (l’antique Nashshân). Temple I. Rapport préliminaire. Français-Arabe, CEFAS-FSD, Sanaa.

2004b : Un panthéon de l’Arabie du Sud en images. Le temple I d’as-Sawdâ’. Français-Anglais, CEFAS-FSD, Sanaa.

2007 : Collection of Epigraphic and Archaeological artifacts from al-Jawf Sites in the National Museum of Sanaa, Part II. (English-Arabic), UNESCO-SFD, Sanaa.

Arbach, M., Audouin, R. & Robin, Ch. J.

2004 : « La découverte du temple Aranyada‘ à Nashshân », Arabia , vol. 2, p. 23-41 et fig. 20‑41 et 70, p. 205-216 et 234.

Arbach, M. & Schiettecatte, J.

2006 : Catalogue des pièces archéologiques et épigraphiques du Jawf au musée National de Sanaa, (Français-Arabe), UNESCO-FSD-CEFAS, Sanaa.

Arbach, M. & Schiettecatte, J. et al-Hâdî, I.

2008 : Sanaa National Museum – Part III. Collection of Funerary Stelae from the Jawf Valley, (English-Arabic), UNESCO-SFD, Sanaa.

Audouin, R.

1996 : « étude des décors des temples des Banât ‘Âd », Arabia Antiqua, tome LXXI, IsMEO, p. 121-142.

Audouin, R. & Arbach, M.

2004 : « La découverte du temple Aranyada‘ à Nashshân. Rapport préliminaire d’une opération de sauvetage franco-yéménite », Académie des Inscriptions et belles-Lettres, comptes rendus des séances de l’année 2004, p. 1287-1304.

Avanzini, A.

1995 : Al-Sawdâ’ (Inventario delle iscrizioni sudarabische, tomo, publicato a cura di Christian Robin, Tome 4), Paris-Rome (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres – Istituto italiano per el Medio ed Estremo Oriente).

2003 : « L’unité du sudarabique épigraphique : certitude et limites », Arabia, vol. 1, p. 27‑38.

Breton, J.-F.

1992 : « Le sanctuaire de ‘Athtar dhû-Risaf d'as-Sawdâ' (République du Yémen) »,  Académie des Inscriptions et belles-Lettres, comptes rendus des séances de l’année 1992, p. 429‑453.

 1994 : Les fortifications d’Arabie Méridionale du 7e au 1er siècle avant notre ère (ABADY, Band 8), Mayence.

1998 : « Les temples de Ma‘în et du Jawf (Yémen) : État de la question », Syria, n° LXXV, p. 61-80.

Bron, F.

1998 : Ma‘în. Fascicule A : Les documents ; Fascicule B : Les planches (Inventaire des inscriptions sudarabiques, publié par le soin de Christian Robin, tome 5), Paris-Rome (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres – Istituto italiano per el Medio ed Estremo Oriente).

Caubet, A. & Gajda, I.

2003 : « Deux autels en bronze provenant de l’Arabie du Sud », Académie des Inscriptions et Belles-lettres, comptes rendus des séances de l’année 2003 juillet-octobre, p. 1239‑1242 et Appendice de F. Demange, « Technique et fabrication », p. 1239‑1242.

Gnoli, G.

1993 : Shaqab al-Manaṣṣa (Inventario delle iscrizioni sudarabiche, tomo, publicato a cura di Christian Robin, Tome 2), Paris-Rome (Académie des Inscriptions et Belles‑Lettres – Istituto italiano per el Medio ed Estremo Oriente).

Halévy, J.

1872 : « Rapport sur une mission archéologique dans le Yémen », dans le Journal asiatique, tome XIX, 6e série, n° XIX, p. 5-98, 129-266 et 489-547.

1873 : « Voyage au Nedjrân », Bulletin de la Société de Géographie, 6e série, juillet-décembre 1873, p. 5-31, 249-273, 581-606.

1877 : « Voyage au Nedjrân. II. De Sana à Nedjrân », Bulletin de la Société de Géographie, 6e série, février-juin 1877, p. 466-479.

Maigret, A. de

2002 : Arabia Felix. An Exploration of the Archaeological History of Yémen. London Stacey International.

Maigret, A. de & Robin, Ch.

1989 : "Les fouilles italiennes de Yalâ (Yémen du Nord) : nouvelles données sur la chronologie de l'Arabie du Sud préislamique", Académie des Inscriptions et belles-Lettres, comptes rendus des séances de l’année 1989, avril-juin, p. 255-291.

Maigret, A. de & alii

1990 : The Bronze Age Culture of awlân a/t-/iyâl and al-Hada’ (Republic of Yemen). A first general report. Istituto Italiano per il Medio ed Estremo Oriente: centro Studi e Scavi Archeologici, Vol. XXIV, Rome.

Nebes, R.

2007 : « Ita’amar der Sabäer: Zur Datierung der Monumentalinschrift des Yitha‘’amar Watar », Arabian archaeology and epigraphy, 18, No. 1, May 2007, p. 25-33.

Robin, Ch. J.

1991 : L’Arabie antique de Karib’îl à Mahomet. Nouvelles données sur l’histoire des Arabes grâce aux inscriptions, Christian Robin (éd.), dans la Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, n° 61, tome 3, (textes, cartes et illustrations par Ch. R. avec les contributions d’Alessandra Avanzini, p. 157–161; Françoise Briquel‑Chatonnet, p. 37–43; et Jacques Ryckmans, p. 25–35).

1992 : Inabba’, Haram, al-Kâfir, Kamna et al-Harâshif, fascicule A: Les documents, 221 p., fascicule B: Les planches, 60 planches (Inventaire des Inscrip­tions sudarabiques, éd. Christian Robin, Tome 1), Paris-Rome (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres - Istituto Italiano per il Medio ed Estremo Oriente).

1996 : « Sheba. II. Dans les inscriptions d’Arabie du Sud », Supplément au Dictionnaire de la Bible, fascicule 70, Sexualité – Sichem, Paris, Letouzey et Ané, col. 1047–1254 (“Sheba. I. Dans la Bible” par J. Briend, col. 1043–1046).

2001 : « Les « Filles de Dieu » de Saba à la Mecque : réflexion sur l’engagement des panthéons de l’Arabie ancienne », Semitica, vol. 50, p. 113-192.

2007 : « à propos des « Filles de Dieu ». Complément à l’article publié dans Semitica 50, 2001, p. 113-192 », Semitica, vol. 52-53, p. 139-148.

2008 : « La lecture et l’interprétation de l’abécédaire Ra’s Shamra 88.2215. La preuve par l’Arabie », Carole Roche (éd.), D’Ougarit à Jérusalem. Recueil d’études épigraphiques et archéologiques offert à Pierre Bordreuil, (Orient & Méditerranée, n° 2), De Boccard, p. 233-244.

2009 : « Faut-il réinventer la Jâhiliyya ? », J. Schiettecatte et Ch. Robin (éd.), L’Arabie à la veille de l’Islam. Un bilan clinique. Actes de la table ronde tenue au Collège de France (Paris) les 28 et 29 août 2006, (Orient et Méditerranée, n° 3), Paris, p. 5-13.

Rodinson, M.

1984 : « L'Arabie du Sud chez les auteurs classiques », J. Chelhod (éd.), L'Arabie du Sud. Histoire et civilisation, 1. Le peuple yéménite et ses racines (Islam d'hier et d'aujourd'hui, 21), Paris (éditions G. -P. Maisonneuve et Larose), p. 55-89.

Schiettecatte, J.

2006 : « Vie et mort des cités du Jawf. La remise en question des causalités traditionnelles », Chroniques Yéménites, n° 13, p. 13-28.

à paraître : Ville et urbanisation de l’Arabie du Sud à l’époque préislamique. Formation, fonctions et territorialités urbaines dans la dynamique de peuplement régionale, thèse de doctorat de l’Université Paris 1, 2006.

Haut de page

Notes

1  Cf. 1 « Rois » 10, 1-13 (reproduit dans 2 « Chroniques » IX, 1-12). La visite anecdotique de la reine de Saba auprès de Salomon est ultérieurement reprise dans le Coran (« La Vache », sourate XXVII).

2  Ils sont également cités dans les inscriptions sabéennes. La date de ce synchronisme est aujourd’hui confirmée par la découverte in situ des textes sabéens sur les sites de Yalâ, au sud-ouest de Marib, et de Sirwâh, voir De Maigret-Robin 1989 ; Nebes 2007.

3  Sur les sources classiques, se reporter à M. Rodinson 1984.

4  « Saba », sourate XXXIV/16.

5  Près de la moitié des inscriptions sudarabiques connues à ce jour (7000 inscriptions environ) est rédigée en langue sabéenne.

6  Sur l’exploration archéologique au Yémen, se reporter à A. de Maigret 2002.

7  Cf. J. Halévy 1872 ; 1873.

8  Voir surtout Christian Robin 1991/3 ; 1996.

9  Voir Ch. Robin 1996 ; Y. Abdallah 2003.

10  Il s’agit principalement de la découverte exceptionnelle d’un temple intra-muros comportant une iconographie religieuse inédite, dont le style rappelle des bas-reliefs néo-assyriens, que nous avons réalisée sur le site d’al‑Sawdâ’ en 2004, voir Arbach-Audouin 2004a et 2004b; et de la découverte de centaines d’objets et d’inscriptions provenant des sites du Jawf qui sont d’une importance capitale pour la reconstitution chronologique des cités-états du Jawf aux viiie-viie s. av. J.-C., voir Arbach-Schiettecatte 2006 ; Arbach-Audouin 2007 ; Arbach-Schiettecatte-Hâdî 2008. Par ailleurs, la découverte d’une grande inscription historique sabéenne en 2005 sur le site de Sirwâh par la Mission archéologique allemande (DAI) a apporté des informations complémentaires sur la situation politique en Arabie du Sud au viiie s. av. J.-C., voir Nebes 2007.

11  Voir à ce sujet surtout J.‑Fr. Breton 1994 etJ. Schiettecatte 2006.

12  Notre connaissance de la période de transition, entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer, est encore insuffisante. Cette période de formation de la civilisation sudarabique, que l’on peut qualifier de « protohistorique », aurait duré au moins deux siècles, entre les xiie et xe s. av. J.-C. à ce jour nous ne disposons pour cette période d’aucune information historique. Les attestations d’écriture alphabétique sudarabique que l’on peut dater avant le viiie s. av. J.-C. ne permettent pas de restituer l’histoire de l’Arabie du Sud durant cette période.

13 Cf. A. V. Sedov 1996 ; B. Vogt et A. V. Sedov 1998 ; G. W. Van Beek 1969.

14  Malheureusement ces attestations sont lacunaires. Il s’agit de tessons inscrits comportant quelques lettres sudarabiques, trouvés à Raybûn et à Hajar Ibn Humayd, datés vers le xe s. av. J.-C. à al-Sawdâ’, c’est une inscription de fondation courte, d’une seule ligne, trouvée dans le temple extra-muros que l’on peut considérer comme étant la plus ancienne inscription sudarabique complète connue à ce jour, datée vers le début du viiie s. av. J.-C. Dans le territoire sabéen, les plus anciennes attestations ont été trouvées au sud-ouest de Marib, à Yalâ, et sont datées de la deuxième moitié du viiie s. av. J.-C. Voir de Maigret-Robin 1989.

15  Sur l’introduction de l’écriture alphabétique en Arabie, voir tout récemment Ch. Robin 2008.

16  Le terme « cité-état » est conventionnellement utilisé ici pour désigner les cités ou tribus dirigées par un chef, « roi », et ayant connu une autonomie politique et un panthéon officiel propre. étant donnée la nature lacunaire de la documentation disponible, il est actuellement difficile de parler de véritables états, dotés d’institutions politiques et religieuses. Christian Robin préfère plutôt le terme de « cité-tribu ».

17  Cf. Ch. Robin 1991/3 ; 1996.

18  Voir à ce propos A. Avanzini 2003.

19  Sur les temples dits « Banât ‘Âd » du Jawf, se reporter à J.-F. Breton 1998 et S. Antonini 2004.

20  Pour de plus amples informations, voir J.-F. Breton, 1992.

21  Des monographies des inscriptions des sites du Jawf sont déjà publiées, voir Ch. Robin 1992 ; G. Gnoli 1993 ; A. Avanzini 1995 ; F. Bron 1998.

22  à quelques exceptions près, la totalité des textes découverts ces dernières années sur les sites du Jawf est malheureusement issue de fouilles clandestines. Sur ces textes, se reporter aux trois catalogues du musée National de Sanaa, publiés par Arbach-Schiettecatte 2006 ; Arbach-Audouin 2007 ; Arbach-Schiettecatte-Hadî 2008. Parmi les inscriptions importantes inédites récemment découvertes par les habitants d’al-Sawdâ’ figure une inscription gravée sur un pilier mentionnant pour la première fois la construction du rempart du site d’al-Sawdâ’ et la construction du temple de ‘Athtar dhu-Garb dont l’emplacement nous est encore inconnu. Ce nouveau texte date, d’après la paléographie, du milieu du viiie s. av. J.-C. Malheureusement nous n’avons qu’une mauvaise photographie de cette inscription incomplète qui compte au moins six lignes. Nous nous contentons d’en donner ici la traduction : « ‘Amîyatha‘ Sadiq, fils de Nawa‘samî‘, a dédié à ‘Athtar dhu-Garb un territoire (?), le jour où il a entouré d’enceinte Nashshân et a construit le temple de ‘Athtar dhu-Garb… ». Pour la chronologie des souverains de Nashshân des viiie-viie s. av. J.-C., voir Arbach-Audouin-Robin 2004.

23  Trois nouveaux souverains de Kamna du viiie s. av. J.-C. sont aujourd’hui connus par deux inscriptions qui sont actuellement au musée National de Sanaa. Il s’agit de ‘Amîkaribn et de Waqah’ab en corégence et de Waqah’ab  et ‘Amî’anas. Ces nouveaux textes feront l’objet d’une publication ultérieure.

24  Plusieurs souverains du viiie s. av. J.-C. provenant de Qarnâ, la future capitale de Ma‘în, sont aujourd’hui connus. Il s’agit d’Abîyada‘ régnant seul et en corégence avec Yatha‘’îl ; ce dernier est également attesté dans un texte inédit en corégence avec Sabhum.

25  Outre les nombreux nouveaux textes du règne de Watar’îl, datant vers le début du viie s. av. J.-C., on connaît un autre souverain, Sumhu’amar, régnant également à la même époque que Watar’îl.  Du viiie s. av. J.‑C., un seul souverain de Haram est à ce jour connu, Alîmhilâl Waqah, attesté sur un trône découvert en 2009 par les habitants du site de Kharibat Hamdân, l’antique Haram.

26  Cf. J. Halévy 1872 ; 1873 ; 1877.

27  Le nom de « Banât ‘Âd » a été donné par les habitants de la région aux temples du Jawf comportant des bas‑reliefs où figurent des représentations de femmes. Grâce à la découverte d’un temple intra-muros sur le site d’al‑Sawdâ, on connaît aujourd’hui le nom antique de ces femmes représentées sur les piliers des temples : il s’agit des « Banât Îl », « Filles d’Îl ». Cf. Arbach-Audouin-Robin 2004 ; Ch. J. Robin 2001 et 2007.

28  Voir surtout Arbach-Audouin-Robin 2004.

29  Cf. J.-F. Breton 1992 ; 1998.

30  Pour une étude détaillée des décors des temples du Jawf, voir R. Audouin 1996 ; S. Antonini 2004.

31  Cf. voir Arbach-Audouin-Robin 2004.

32  Cf. Antonini 2004.

33  Voir à ce propos J.-F. Breton 1994.

34  Sur la vocalisation de Qarnâ, l’antique Qrnw, voir tout récemment Ch. Robin, 2009.

35  Cf. J.-F. Breton 1994.

36  à propos de cet épisode, voir A. Caubet et I. Gajda 2003 ; N. Nebes 2007.

37  Un nouveau texte inédit de trois lignes provenant de Qarnâ et datant du dernier quart du viiie s. av. J.-C. atteste pour la première fois un synchronisme entre Qarnâ, Saba et Nashshân. En voici la traduction : « Nabatkarib Sadiq prêtre de Wadd dhu-‘Amad, fils de …, Abîqawam et ‘Amîkarib, a construit et cultivé  (?) Yada‘. Avec l’autorité de Wadd, ‘Athtar Shâriqan, Mutabaqbid et de Nakrah. Avec la fraternité de Yatha‘’îl et Sabhum, de Yatha ‘’amar et Dhmar‘alî et de Yaqahmalik de Nashshân ». Ce nouveau texte montre sans équivoque que Qarnâ faisait partie des cités-états du Jawf avant de devenir la capitale du royaume de Ma‘în, à partir du début du viie s. av. J.-C.  Cf. M. Arbach, à paraître.

38  Il s’agit d’Abîyada‘ Yafash fils de Nabat’îl, roi de Ma‘în et de Yada‘’îl de Saba ; ce dernier est à identifier comme le fils du célèbre souverain sabéen Karib’îl Watar qui régna vers le début du viie s. av. J.-C., Cf. M. Arbach, à paraître.

39  DAI Sirwâh 12/2005.

40  On peut certainement assimiler ce souverain à « Ita’amar le Sabéen », mentionné dans les Annales de Khorsabad, du règne de Sargon II (722-705). Cf. N. Nebes 2007 ; A. Caubet et I. Gajda 2003.

41  Cf. Arbach-Audouin-Robin 2004.

42  Cf. Robin 1991/3 ; 1996.

43  Sur l’évolution de la carte du Jawf au ier millénaire av. J.-C., voir surtout J. Schiettecatte 2006.

44  Bien que les temples des Banât ‘Ad, dans la région du Jawf, soient constamment réaménagés ou réoccupés durant le Ier millénaire av. J.-C., aucune iconographie religieuse relevant de l’anthropomorphisme postérieure au viie s. av. J.-C. n’est à ce jour connue.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Carte 2
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mounir Arbach, « Aux origines de l’établissement des royaumes sudarabiques  », Chroniques yéménites, 16 | 2010, 15-27.

Référence électronique

Mounir Arbach, « Aux origines de l’établissement des royaumes sudarabiques  », Chroniques yéménites [En ligne], 16 | 2010, mis en ligne le 13 juillet 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/1779 ; DOI : 10.4000/cy.1779

Haut de page

Auteur

Mounir Arbach

Laboratoire des études Sémitiques Anciennes, CNRS, UMR 8167 Orient et Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org