Navigation – Plan du site
Société

Les reformulations identitaires du zaydisme dans leur contexte socio-politique contemporain1

Reformulating Zaydi Identity in its Contemporary Sociopolitical Context
Samy Dorlian
p. 161-176

Résumés

Cet article traite du mécanisme de stigmatisation collective touchant des personnes relevant d’une origine confessionnelle et sociale déterminée (les zaydites et plus particulièrement les sâda), dans le contexte d’une guerre peu médiatisée (la guerre de /Sa‘da) malgré les milliers de morts et la centaine de milliers de déplacés. Pour ce faire, nous avons abordé en premier lieu la convergence des facteurs internes et externes présidant au conflit. Ensuite, nous avons dressé un portrait du climat idéologico-médiatique accompagnant cette guerre. Puis, à travers des parcours d’acteurs subissant le mécanisme de stigmatisation, nous avons illustré la portée de la dimension réactive de l’affirmation identitaire mais nous en avons évoqué aussi les limites ; ainsi, nous avons montré que la posture sectaire réactive n’est pas toujours une fatalité et que la pluralité d’obédiences peut parfois exister. Enfin, nous avons conclu l’article en mettant en relief l’historicité de l’identité zaydite.

Haut de page

Notes de l’auteur

Certains passages de cet article ont été publiés par l’auteur sous une forme voisine sur le site du magazine « Le Mensuel de l’Université », dans un « éclairage » consacré à « La guerre de Saada au Yémen : les coulisses de la "confessionnalisation" du politique »,http://www.lemensuel.net/La-guerre-de-Saada-au-Yemen-les.html, avril 2008.

Texte intégral

  • 1  Certains passages de cet article ont été publiés par l’auteur sous une forme voisine sur le site d (...)

« C’est l’antisémite qui fait le juif. »
J.-P. Sartre, Réflexions sur la question juive, Paris, Gallimard, 1971, p. 85.

  • 2  Le zaydisme est une école du chiisme qui tire son nom de l’imam Zayd b. ‘Alî Zayn al‑‘Âbidîn, un d (...)
  • 3  Cette notion (au lieu de « classe ») a été formulée par Franck Mermier, Le cheikh de la nuit. Sana (...)
  • 4  Tout en étant civile, cette guerre avait clairement une dimension régionale. L’appui des Saoudiens (...)
  • 5  Loin de rester confinés aux sciences religieuses, les sâda se sont investis à partir de la révolut (...)

1Dans le Yémen contemporain, le régime républicain instauré par la révolution du 26 septembre 1962 a mis fin au long imamat zaydite2 caractérisé par le primat politico-religieux des sâda. Dans leur grande majorité, les membres de ce plus haut « groupe de statut »3 dans la hiérarchie sociale de l’ancien régime ont progressivement assumé leur nouvelle condition de « perdants de l’histoire ». À partir de 1970, au lendemain de la guerre « civile »4 entre républicains et royalistes (partisans de l’imamat), ils ont généralement fait preuve de réalisme et d’une volonté d’intégration et d'adaptation au nouveau système tant sur le plan politique que socio-professionnel5.

  • 6  L’unification de la République arabe du Yémen (Nord Yémen) et de la République démocratique et pop (...)
  • 7  Le manifeste (Bayân shar‘î li ‘ulamâ’ al‑Yaman) figure dans l’ouvrage de Mu/hammad Ya/hyâ Sâlim ‘I (...)
  • 8  Du nom de la ville, chef lieu de la province homonyme.

2Dans le contexte pluraliste de l’unification du pays en 19906, certains d’entre eux ont toutefois choisi de donner à leur appartenance confessionnelle une expression politique en fondant le Parti du Droit (ou de la Vérité) (/Hizb al-/Haqq), petit parti se revendiquant explicitement du zaydisme. Au même moment, une autre formation « zaydite » a repris consistance : fondée avant la révolution de 1962, l’Union des Forces Populaires (Itti/hâd al-Qiwâ al-Sha‘biyya) a profité des possibilités offertes par la nouvelle constitution pour accéder à la scène politique légale. Zaydites et républicains ? Les deux appartenances étaient donc appelées à ne plus être antinomiques. Pourtant, les efforts déployés par ces élites pour dépasser leur identité confessionnelle primaire (sans pour autant la renier), n’ont jamais été reconnus complètement par le pouvoir. Les oulémas du parti al-/Haqq firent pourtant une concession de taille : en novembre 1990, ils publièrent un manifeste déclarant l’abandon de l’imamat7, c’est à dire le cœur de l’expression politique de leur doctrine. Mais le régime ne semble pas s’être satisfait de ces efforts d’intégration, exigeant peut-être quelque chose de plus proche d’une véritable assimilation. Perçus comme nostalgiques de l’ancien régime, les zaydites, du moins ceux qui se déterminent explicitement comme tels (et non ceux qui le sont simplement de par leur origine comme c’est le cas des grandes figures du pouvoir), n'ont pas cessé de subir une certaine stigmatisation cultuelle, confessionnelle et sociale qui s’est radicalisée lors de ce qu’il est convenu d’appeler la « guerre de /Sa‘da  »8, qui éclata en juin 2004.

3Dans le contexte de cette guerre peu médiatisée malgré les milliers de morts et la centaine de milliers de déplacés (cf. Chronologie des événements politiques au Yémen, Chroniques yéménites 12, 13 et 14), le présent article traite des mécanismes identitaires qu’elle a contribué à faire émerger, notamment des mécanismes socio-politiques de stigmatisation collective contre des personnes relevant à la fois d’une origine confessionnelle (les zaydites) et d’une origine sociale (les sâda). Après avoir abordé la convergence des facteurs internes et externes du conflit, nous évoquerons le climat idéologique et médiatique accompagnant cette guerre. Puis, à travers des parcours d’acteurs subissant diversement la stigmatisation, nous illustrerons les mécanismes réactifs de l’affirmation identitaire, mais nous en évoquerons aussi les limites : la posture sectaire réactive n’est pas toujours une fatalité et la pluralité d’allégeances peut parfois exister. Enfin, nous conclurons en mettant en relief l’historicité d’une question aujourd’hui matricielle : qui est zaydite ?

  • 9  Voir Laurent Bonnefoy, « Les identités religieuses contemporaines au Yémen : convergence, résistan (...)
  • 10  Howard S. Becker, Les Ficelles du Métier, Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Pari (...)

4Nul doute que nous vivons en ce moment des processus de transformation identitaire dont l’actualité nous empêche de percevoir toute la complexité. Ceux-ci peuvent être remis dans le contexte plus large des « identités religieuses contemporaines » au Yémen étudiées par Laurent Bonnefoy9. Dans cette étude, nous nous sommes basés sur des sources primaires écrites, et surtout sur des observations directes et des entretiens. Ces derniers posent le problème général de la nature du discours des acteurs. À ce propos, Howard Becker écrit : « Ce n’est pas parce que les gens que vous étudiez négligent certaines choses que vous devez vous aussi les négliger. Mais vous ne devez pas non plus négliger les choses auxquelles ces gens s’intéressent ou attachent de l’importance »10. Nos enquêtes nous apprennent que les propos des acteurs ne doivent pas nécessairement être rejetés comme simple « discours d’acteurs », ce discours qu’il ne faudrait pas prendre pour argent comptant. Car de nombreux propos formulés sont pertinents et peuvent de ce fait être intégrés à la problématique de la recherche, au moins d’un certain point de vue.

Aux origines de la guerre : spécificités de la province de /Sa‘da  et coût du « partenariat » dans la « lutte contre le terrorisme »

  • 11  Par « tribu » nous ne désignons pas une catégorie propre ; en effet au Yémen la structure tribale (...)
  • 12  Certes, il y avait des sâda parmi les dirigeants républicains mais ceux-ci ne se déterminaient plu (...)

5Province frontalière de l’Arabie Saoudite au nord-ouest du pays, /Sa‘da  fut pendant la guerre « civile » de 1962-1970 un obstacle de taille pour les républicains. Ces derniers avaient réussi à pénétrer l’ensemble des hauts plateaux à l’exception de cette région, qui ne devint républicaine que par la réconciliation de 1970. À défaut de conquête, la culture de « l’amour des descendants du Prophète » (/hubb ahl al-bayt), typique de l’ancien régime, a pu ainsi persister dans cette région. Elle puisait ses fondements dans larelation « protection-émigration » (/himâya-hijra) qui liait les tribus11 aux sâda. Ces derniers, venus historiquement du /Hijâz, étaient des « immigrés » placés sous la protection des tribus yéménites acquises à l’idée que le pouvoir suprême n’était accessible qu’aux descendants du Prophète (alides, hachémites, sâda). Contrairement à ce qu’ils avaient réussi à faire admettre dans d’autres régions du Nord, les révolutionnaires ne purent pas convaincre les tribus de /Sa‘da  que la République représentait pour eux un facteur d’émancipation vis-à-vis des sâda12.

  • 13  Le Rassemblement Yéménite pour la Réforme (at-Tajammu‘ al-Yamanî li-l-l/slâ/h ou I/slâ/h) est le p (...)
  • 14  Nabil al‑/Sûfi, « Ghiwâyat al quwwa… ghiyâb al‑ru’ya », an-Nida’, 30 mars 2005.
  • 15  Plante stimulante que les Yéménites « emmagasinent » (takhzîn) dans la bouche en la mastiquant les (...)

6Républicaine par réconciliation et non par conquête, /Sa‘da  a par conséquent été souvent tenue à l’écart de la redistribution des ressources par l’État - ce qui pousse un journaliste yéménite issu de l’I/slâ/h13 àconstater non sans amertume : « La province de /Sa‘da  n’a connu jusqu'à présent la République Yéménite et avant elle la République Arabe du Yémen que par les missiles et les chars »14. Cet ostracisme a encouragé une économie transfrontalière faite de trafics d’armes, de drogues, de qât15 et de médicaments.

  • 16  Pour une approche relativisant l’apolitisme des salafistes, voir François Burgat et Mohamed Sbitli(...)
  • 17  Il faut rappeler que les zaydites ne sont pas que des sâda et l’on trouve, surtout à /Sa‘da , des (...)
  • 18  Shelagh Weir, « A clash of fundamentalism: Wahhabism in Yemen », Middle East Report, juillet-septe (...)
  • 19  Badr al-Dîn al‑/Hûthî, Ta/hrîr al-afkâr ‘an taqlîd al-ashrâr, Sanaa, Mu’assassat ahl al‑bayt li-l- (...)

7Bastion historique du zaydisme, /Sa‘da , paradoxalement, est aussi devenue à partir des années 1980 le bastion des sunnites salafistes avec notamment le centre Dâr al‑/Hadîth à Dammâj fondé par un qabîlî (membre de tribu) du nom de Muqbil b. Hâdî al‑Wâdi‘î. Profitant de la coloration anti-sâda de ce mouvement et de son « apolitisme »16, le régime trouva à travers lui un allié religieux et social de poids pour réduire l’influence des élites zaydites traditionnelles17. C’est ainsi que se produisit dès les années quatre-vingt et quatre-vingt dix un « clash of fundamentalism »18, pour reprendre l’expression de Shelagh Weir : les diatribes anti-zaydites de Muqbil al‑Wâdi‘î suscitèrent une réaction virulente de Badr al-Dîn al‑/Hûthî, un des principaux savants zaydites du pays. Auteur de plusieurs écrits visant à contrer l’influence salafiste à /Sa‘da , Badr al-Dîn al‑/Hûthî se fit remarquer par un ouvrage intitulé Ta/hrîr al-afkâr ‘an taqlîd al-ashrâr19(Libérer la pensée, de l’imitation des maléfiques). Il y fait preuve d’érudition comparative en répondant, en conformité avec la méthode argumentative zaydite, aux thèses développéespar Muqbil al‑Wâdi‘î à partir des références de Muqbil lui-même, non sans une certaine condescendance.

  • 20  Shelagh Weir, « A clash of fundamentalism : Wahhabism in Yemen », Middle East Report, op.cit. Préc (...)

8Parallèlement à ces controverses intellectuelles, la province de /Sa‘da  connut de nombreux incidents dans des mosquées entre les salafistes et un mouvement zaydite portant le nom de Jeunesse Croyante. Shelagh Weir rapporte que, après que des salafistes - qu’elle nomme « wahhabites » - avaient entonné agressivement âmîn à la fin d’une récitation d’al-Fâti/ha (première sourate du coran), certains zaydites leur rétorquaient aussitôt d’une manière provocante et rimée : kadhdhâbîn (menteurs !)20.

9Fondée au sein du partial-/Haqq au début des années 1990 par une dizaine d’étudiants en sciences religieuses issus de diverses catégories sociales, la Jeunesse Croyante (al‑Shabâb al-Mu’min) fut d’abord un forum de réflexion visant à revitaliser la pensée zaydite dans la province de /Sa‘da . Après un différend intellectuel avec Majd al-Dîn al‑Mu’ayyadî, savant et président du parti al-/Haqq, et un différend politico-organisationnel avec Ahmad al-Shâmî, son secrétaire général, la Jeunesse Croyante se sépara du /Hizb al-/Haqq en 1997, alors que sa base s’était entre-temps bien élargie au-delà de /Sa‘da . C’est alors que le régime semble avoir profité de cette scission et avoir financé ces « Jeunes Croyants ». Néanmoins, au même moment, al-Shâmî fut nommé ministre des Awqâf (biens de mainmorte). Contradictoires entre elles, ces deux mesures permirent, d’un côté de contrecarrer l’influence de l’I/slâ/h - qui avait basculé dans l’opposition depuis les élections législatives de la même année - par les islamistes zaydites, tout en empêchant, d’un autre côté, ces derniers de se renforcer politiquement.

10Les grandes figures de cette scission sont d’origine tribale, à l’exception notoire du sayyid (singulier de sâda) /Husayn al‑/Hûthî (et de ses proches), fils de Badr al-Dîn et député du parti al-/Haqq entre 1993 et 1997. De retour du Soudan en 1999 où il avait préparé un DEA en sciences religieuses, /Husayn al‑/Hûthî proposa une refonte organisationnelle qui provoqua une scission au sein même de la Jeunesse Croyante.

  • 21  En vertu de ces deux accords, l’État yéménite accorde l’amnistie aux partisans d’al-/Hûthî et libè (...)

11Après le 11 septembre 2001 et surtout après la guerre d’Iraq en 2003, /Husayn al‑/Hûthî appela les zaydites à mettre de côté l’érudition religieuse et exhorta l’ensemble des Yéménites à se mobiliser contre l’hégémonie américaine de plus en plus manifeste dans le monde musulman, en répétant dans les mosquées des slogans radicaux et sectaires : « Allâhu akbar, al-mawt li Amrîka, al-mawt lî Isrâ’îl, al-la‘na ‘ala-l-yahûd, al-na/sr li‑l‑islâm » (Dieu est grand, mort à l’Amérique, mort à Israël, malédiction aux juifs, gloire à l’islam). Après le 11 septembre 2001, cette posture ne pouvait que se heurter au pouvoir yéménite qui s’était fortement engagé aux côtés des États-Unis dans « la guerre contre le terrorisme ». Ainsi, suite à des pressions de l’ambassade américaine, le gouvernement arrêta des centaines de jeunes qui scandaient ce slogan à Sanaa. C’est dans ce contexte que fut déclenchée, le 18 juin 2004, la guerre de /Sa‘da . Après une véritable campagne militaire lancée par le gouvernement dans la province septentrionale et l’échec d’une opération de police visant à l’arrêter, /Husayn al-/Hûthî fut tué le 10 septembre 2004 à Jabal Marrân. Les combats reprirent sous la direction de son père Badr al-Dîn de fin mars à début juin 2005. Puis, on assista à une troisième relance de la guerre de décembre 2005 à février 2006 sous la direction du frère de /Husayn, ‘Abd al‑Malik. Le quatrième « round », de fin janvier à fin juin 2007, fut fragilement suspendu par une médiation du Qatar. Les deux accords conclus à Doha entre le pouvoir et les « rebelles » en juin 2007 et en février 200821 ne suffirent pas à empêcher la reprise du conflit : entre mai et juillet 2008, on a assisté à un cinquième « round » qui a eu la particularité de dépasser /Sa‘da  en touchant le district de /Harf Sufyân dans la province de ‘Amrân mais aussi celui de Banî /Hushaysh dans la province de Sanaa.

  • 22  Voir François Burgat, « Le Yémen après le 11 septembre 2001 : entre construction de l’État et rétr (...)

12La « stratégie » du gouvernement yéménite s’est déployée à trois niveaux : localement, faute de pouvoir condamner un antiaméricanisme profondément répandu dans la culture politique nationale, il a accusé les partisans d’al-/Hûthî de vouloir rétablir l’imamat et a donc justifié son offensive au nom de la « défense des valeurs républicaines ». Au niveau régional, il a semblé vouloir montrer aux États sunnites du Conseil de coopération du Golfe qu’il était digne de devenir un des leurs, en menant une guerre contre ce qu’il présente comme une des expressions de la menace chiite iranienne pesant sur la péninsule Arabique ; le supposé soutien de l’Iran aux « rebelles » zaydites ne fut jamais démontré malgré la similarité d’une partie de leurs slogans avec le cri du Hezbollah libanais (Mort à l’Amérique, Mort à Israël). Sans doute a-t-il également, à ce même niveau régional, essayé de profiter de la détérioration des relations saoudo-libyennes et de mériter un soutien saoudien en accusant la Libye de financer les partisans d’al-/Hûthî. Sur le plan international, Sanaa a choisi de s’en prendre à une expression anti-américaine plus confinée territorialement et sans ramifications transnationales aussi claires que celles d’al‑Qaida.22

Présence du passé et violence symbolique : le climat idéologique et médiatique accompagnant la guerre

  • 23  Gabriele vom Bruck, Islam, Memory and Morality in Yemen, Ruling Families in Transition,op.cit, p.  (...)
  • 24  Évènement lors duquel le Prophète déclare ‘Ali son successeur, selon les chiites.
  • 25  Selon ce récit, un juif de Sanaa du nom de ‘Abd Allah b. Saba’ aurait été à l’origine du chiisme a (...)

13Dans l’introduction de son ouvrage paru en 2005, Gabriele vom Bruck exprimait la crainte que l’une des conséquences probables de la guerre de /Sa‘da  soit l’oubli du rôle qu’avaient joué un grand nombre de sâda dans l’édification de ce qu’elle appelle une « démocratie prospère » au Yémen23. Ce souci de l’anthropologue allemande s’est avéré justifié dans la mesure où plus la guerre se poursuivait, plus la stigmatisation identitaire et religieuse s’accentuait à l’égard des zaydites (et plus particulièrement des sâda). En témoignent la fermeture d’un grand nombre d’écoles et de librairies zaydites, les arrestations arbitraires de civils à Sanaa au motif qu’ils sont issus de la région de /Sa‘da , l’interdiction de la célébration du Yawm al‑Ghadîr24, la nomination de prédicateurs salafistes dans des mosquées zaydites à /Sa‘da , l’obligation d’observer la prière du vendredi le samedi à Jabal Marrân... S’ajoute à cela une campagne menée par la presse officielle à l’encontre des zaydites (et des sâda plus particulièrement), donnant la parole à des théories du complot des plus rocambolesques, parmi lesquelles on peut citer la « collusion originelle entre chiisme et judaïsme »25.

  • 26  Le discours sur l’authenticité existait avant la guerre de /Sa‘da . Voir à ce sujet, le chapitre 1 (...)
  • 27  La constitution républicaine ne leur accorde que le droit de vote mais pas celui d’être éligible.

14Contrairement aux précédentes, la quatrième relance de la guerre (fin janvier - fin juin 2007) a été déclenchée par un événement inédit : l’expulsion brutale de sept familles juives de Âl-Sâlim dans la province de /Sa‘da  par un partisan d’al‑/Hûthî du nom de Ya/hyâ al-Khu/dayr. Soucieux d’obtenir une caution occidentale et surtout américaine légitimant la poursuite de la guerre, le régime saisit cette opportunité : se présentant comme le protecteur de la communauté juive au Yémen, il renchérit en insistant sur l’authentique yéménité des juifs de /Sa‘da  face aux sâda zaydites « étrangers provenant du /Hijâz, d’Iraq ou d’Iran »26, sans s’arrêter au fait que ces même juifs ne sont pas tout à fait des citoyens comme les autres27. Si cette instrumentalisation des juifs suscitait encore quelques doutes, elle fut encore mieux mise en évidence par certains membres de la classe politique qui, comble du paradoxe, ne purent se retenir de traiter les sâda de… « Juifs de l’islam »…

  • 28  Voir Jean Lambert, « Les enjeux identitaires de l’écriture de l’Histoire dans le Yémen contemporai (...)
  • 29  Voir à ce sujet, Wilferd Madelung, « Mu/tarrifiyya », Encyclopédie de l’islam, Nouvelle Édition, T (...)
  • 30  Voir, par exemple, la une de l’hebdomadaire al-Nâss du 9 avril 2007 dont un des grands titres est  (...)
  • 31  Adeptes d’Abu Jarûd, figure datant des débuts du zaydisme à al-Kûfa et qui fut à l’origine d’un co (...)
  • 32  À propos de cette tradition, voir Michael Cook, Commanding Right and Forbidding Wrong in IslamicTh (...)
  • 33  Pour une étude de l’œuvre d’al-Shawkânî, voir l’ouvrage de référence de Bernard Haykel, Revival an (...)

15Avec le quatrième « round » de la guerre de /Sa‘da , la stigmatisation identitaire s’est notamment accompagnée d’une tentative fortement médiatisée de « réécriture de l’Histoire » du zaydisme, une des illustrations d’un phénomène plus global analysé par Jean Lambert28. La presse constitua le lieu privilégié de cette entreprise autour d’un certain nombre de journalistes ayant un passé islamiste sunnite et étant liés à certaines tendances du régime ; certains articles consacrés à des évènements de l'histoire médiévale firent la une de ces journaux... Ainsi, le conflit entre le mouvement Mu/tarrafî29et l’imam ‘Abd Allâh b Hamza à la charnière des xiie et xiiie siècles, fut présenté de manière à montrer la nature intolérante de l’imamat vis-à-vis des adeptes d’une approche réformiste du zaydisme30, - et surtout à la généraliser. Certains allèrent jusqu’à décréter que le zaydisme qu’avait connu le Yémen pendant un millénaire n’était pas le « vrai » parce qu’il ne s’inscrivait pas dans la lignée directe de Zayd, l’imam fondateur, mais dans celle d’al‑Hâdî, l’introducteur « apocryphe » de cette école au Yémen ;les « prétendus » zaydites ne seraient ainsi que des « hadawites » (adeptes d’al‑Hâdî). Ailleurs, ils sont taxés de jarudites31. Dans cette lutte de dénominations, les membres du groupe visé se trouvent ainsi privés de la liberté de nommer leur propre identité collective. Mis à l’index, la seule « rédemption » possible dans ce cas consiste à rejeter le hadawisme ou le jarudisme, s’inscrire dans la lignée historique des mouvements d’opposition à l’imamat et, surtout, adhérer à la tradition des savants « sunnisateurs du zaydisme »32 parmi lesquels le plus important est Mu/hammad al-Shawkânî33.

  • 34  Voir Gabriele vom Bruck, Islam, Memory and Morality in Yemen, Ruling Families in Transition, op.ci (...)
  • 35  ‘Âdil al‑A/hmadî, al-Zahr wa al-/Hajar, al-Tamarrud al-shî‘î fi al-yaman wa mawqi‘ al-aqalliyyât a (...)
  • 36  ‘Abd al‑Fattâh al‑Batûl, Khuyût al-/zalâm, ‘a/sr al-imâma al zaydiyya fi al-yaman, 284-1382 h, San (...)
  • 37  Ahmad Mu/hammad ‘Alî al‑/Hâ/dirî, Fitnat al-imâma wa al-hukm ‘abr al-‘u/sûr, al-yaman namûdhajan, (...)
  • 38  Ahmad Mu/hammad ‘Alî al‑/Hâ/dirî, Târikh al-a’imma al-hâdawiyyîn fi al-yaman, al-fikr wa al‑ta/tbî (...)

16Cette forte présence idéologique du passé connut son apex avec la fondation début 2007, par des journalistes, d’un centre de recherche portant le nom très symbolique de Nashwân b. Sa‘îd al‑/Himyarî. Qâ/dî, poète et acteur politique du xiie siècle, connu pour ses diatribes anti-hachémites, Nashwân est une référence qui avait déjà refait surface lors de la révolution de 1962. Comme le fait remarquer Gabriele vom Bruck, c’est à lui que le qâdî Ismâ‘îl al‑Akwa‘, une des figures marquantes de l’historiographie républicaine yéménite, a dédié quelques unes de ses oeuvres34. Ce centre édita quatre ouvrages présentant une approche particulièrement normative et caricaturale de l’histoire et de la pensée zaydite. Il suffit d’en lire les titres pour percevoir la violence symbolique contenue dans ces pamphlets. « La révolte chiite au Yémen et la position des minorités chiites dans le nouveau scénario »35 initie le lecteur vers les coulisses de la théorie du complot. Pour leur part, les deux titres « Les fils de l’obscurité, l’imamat zaydite au Yémen 284-1382 h »36 et « La sédition de l’imamat à travers les temps, l’exemple du Yémen »37, invitent à lire les mille ans d’histoire de l’imamat d’une façon monolithique. Quant au titre « Histoire des imams hadawites au Yémen, la pensée et la pratique »38, il indique clairement la volonté de l’auteur de nier la nature zaydite de l’imamat au Yémen.

17À côté d’une contestation des fondements historiques de l’école zaydite, les propos des auteurs de ces quatre livres tendent à différencier de manière récurrente les « Yéménites » d’une part, et de l’autre les « hachémites » et les « hadawites », renvoyés à leur lointaines et pluriséculaires origines /hijâzî, irakienne ou iranienne.

Zaydites dans le regard de l’Autre ? Portée et limites de la dimension réactive de l’affirmation identitaire

Portée

18Dans ce contexte d’expressions essentialistes et stigmatisantes que nous venons d’évoquer, il était prévisible de voir apparaître divers phénomènes identitaires réactifs. Ainsi, certaines personnes chez qui le zaydisme se limitait jusqu’alors à son côté cultuel sont, à des degrés variés, (re-)devenues zaydites et/ou sâda, à travers le regard de l’Autre. Les itinéraires de ‘Alî al-Shar‘î, ‘Abd Allâh Hâshim al-Sayyânî et Khâlid ‘Antar sont assez révélateurs, chacun à sa façon, de ce que peut être une (re-)construction identitaire réactive.

  • 39  ‘Alî al-Shar‘î, entretien avec l’auteur, Sanaa, 26 mars 2007.

19« Êsh teshtû ?» (Que voulez-vous ?) À cette interpellation abrupte et à la tonalité menaçante qui lui aurait été faite par un de ses amis dans la rue à Sanaa un jour de juin 2004, ‘Alî al-Shar‘î rapporte avoir répondu ainsi : « C’est qui, Nous ? ». « Vous les zaydites, les sâda ! », lui aurait rétorqué fermement cet ami, « pourquoi avez-vous déclenché la guerre à /Sa‘da  ?! » 39.

20Ainsi, dès cette époque (on n’est encore qu’au début du conflit), al-Shar‘î aurait parfaitement senti venir à lui l’accusation d’une responsabilité collective vis-à-vis du groupe auquel il était censé appartenir. Au même moment, il se serait souvenu d’un autre évènement plus ancien qui, à l’en croire, avait déjà provoqué chez lui une prise de conscience de son origine zaydite : « Fin 1993, la mosquée Bîr al‑Bahma à Sanaa, dans laquelle j’avais l’habitude de prier chaque semaine, fut investie par des salafistes qui voulaient interrompre le mode cultuel pratiqué dans ce lieu. Le prédicateur fut tabassé et il s’ensuivit un accrochage armé. Ce fut la première fois où je sentis que le culte que j’observais naturellement posait problème. Du coup, je décidai d’approfondir ma connaissance du zaydisme, qui se limitait à l’époque à son seul côté routinier. Et cela, en étudiant auprès des savants de la Grande Mosquée ». Aussi marquant fût-il, cet épisode n’amena pas pour autant al-Shar‘î à devenir savant en théologie ou en droit zaydite, car il finit par suivre une formation d’ingénieur. En choisissant un métier profane, il s’inscrivait dans le sillage de son oncle, ‘Abd al‑Ra/hmân al-Shar‘î, qui fut le premier gynécologue du Yémen et un des pionniers de la modernisation professionnelle du pays.

  • 40  Traditionnellement une femme hachémite (sharîfa) pouvait très difficilement se marier avec un homm (...)

21Zaydite ? Pour ‘Alî al-Shar‘î, c’était tout sauf une appartenance politique ou idéologique, et certainement pas à revendiquer bruyamment. Sayyid ? Dans sa famille, cette origine sociale n’avait pas été un facteur de discrimination ni d’endogamie. Preuves en sont ses propres sœurs mariées avec des non hachémites40. De surcroît, un autre de ses oncles, Ghâlib al-Shar‘î, était membre des Officiers Libres, meneurs de la révolution républicaine du 26 septembre 1962 qui avait renversé l’imamat zaydite.

22Juste avant l’été 2004, ‘Alî al-Shar‘î s’apprêtait à intégrer les rangs du parti (non confessionnel) au pouvoir, le Congrès Populaire Général (CPG). Il dit avoir voulu ainsi contribuer à le réformer et combattre la corruption du régime de l’intérieur. Mais plus la guerre à /Sa‘da  se poursuivait, plus la stigmatisation identitaire devenait forte. ‘Alî al‑Shar‘î changea d’attitude face au regard de l’Autre. Prenant la décision politique de se revendiquer du zaydisme, il adhéra au /Hizb al-/Haqq au début de l’année 2005 ; il est actuellement membre de son comité exécutif. Il est zaydite, mais il est aussi réformiste, en harmonie avec le manifeste des oulémas fondateurs du parti, et il est favorable à l’abandon de l’imamat. Zaydite ; mais opposé au recours à la violence, il se démarque aussi de /Husayn al‑/Hûthî et de ses partisans, alors même que le discours officiel considère que les deux partis politiques zaydites (le /Hizb al-/Haqq et l’Itti/hâd al-Qiwâ al-Sha‘biyya) sont pour les « Huthistes » une base politique inavouée (un peu ce que le Sinn Fein était pour l’IRA).

  • 41  À l’exception notable des premières semaines de la révolution de 1962 qui virent des exécutions ar (...)

23Devenue flagrante depuis juin 2004, la stigmatisation identitaire à l’encontre des zaydites existait donc bien avant, mais d’une manière moins systématique41 et moins officielle. À cet égard, le parcours de ‘Abd Allâh Hâshim al-Sayyânî est assez éclairant.

  • 42  Il existe aussi des sâda chaféites (sunnites) en ce sens qu’ils descendent de ‘Ali et de Fatima, m (...)
  • 43  ‘Abd Allâh Hâshim al-Sayyânî, entretien avec l’auteur, Sanaa, 5 février 2007. Voir également le pa (...)

24Issu d’une famille pieuse de sâda zaydites42 habitant dans le vieux Sanaa, al-Sayyânî avait adhéré aux (officieux) Frères musulmans (sunnites) au début des années 1970. À la fin de cette décennie, la révolution islamique naissait en Iran. Enthousiasmé par elle, le « frère » al-Sayyânî aurait peu à peu perdu la confiance des dirigeants de son mouvement qui finirent par le questionner sur sa « solidarité confessionnelle et ce comportement hachémite »43. Face à une pression grandissante, il finit par quitter le mouvement au milieu des années 1980 ; après une brève période dans les rangs du CPG qui visait, à l’époque, à coiffer toutes les tendances politique du pays, il profita du pluralisme politique instauré par l’Unité en 1990 pour devenir un des fondateurs du /Hizb al-/Haqq, président de son cercle politique et rédacteur en chef de son organe, al-Umma. Par la suite, à cause d’un différend organisationnel, il quitta le parti pour fonder plus tard Markaz al-Râ’id, un centre de recherche destiné à revitaliser la pensée zaydite.

  • 44  Comme bien d’autres, le régime yéménite est loin d’être une entité homogène. Ses luttes internes s (...)
  • 45  Khâlid ‘Antar, entretien avec l’auteur, Sanaa, 5 avril 2007. L’imam Ya/hyâ a régné au Yémen de 190 (...)
  • 46  Le FND est la guérilla qui représentait jusqu’en 1982 au Nord-Yémen le régime socialiste du Sud‑Yé (...)
  • 47  C’était une manière, selon lui, d’échapper aux rafles organisées par l’armée du Nord dans le Bas‑Y (...)

25Dans le 26 September, l’organe des forces armées yéménites, un éditorialiste atypique du nom de Khâlid ‘Antar lance bien souvent ses invectives contre le gouvernement (épargnant seulement le Président de la République)44. Mais contrairement à la quasi majorité de ses collègues au sein de la presse officielle, il est un des rares à ne pas reprendre la campagne médiatique contre les partisans d’al‑/Hûthî, habituellement qualifiés de « meute » (shirdhima) et de « bande de la subversion et du terrorisme » (‘i/sâbat al‑takhrîb wa-l-irhâb). ‘Antar dénonce la désinformation massive et essentialiste qui vise les zaydites, et plus particulièrement les sâda. Selon son témoignage, ce climat tendu lui a rappelé sa propre origine zaydite et hachémite. Or Khâlid ‘Antar ne s’était jusque-là jamais revendiqué du zaydisme, alors même que son grand père, Mu/hammad Muthannâ ‘Antar, avait été officier dans l’armée de l’imam Ya/hyâ45. Bien au contraire, né en 1967 dans la région de Ibb, il combattit précocement, entre 1979 et 1982, dans les rangs du Front National Démocratique (FND)46 marxiste contre l’alliance du régime de /Sâli/h avec les Frères musulmans. Quelques années plus tard, faisant un choix rationnel selon une logique de carrière, ‘Antar décida de s’inscrire à la faculté militaire afin de devenir officier47. Mais son ascension dans les médias de l’armée ne lui a apparemment pas fait oublier d’où il venait, et il trouve le moyen, même dans ce cadre officiel, de défendre une position plus tolérante que les conceptions dominantes.

Limites

26Les trajectoires de ces acteurs témoignent de la façon dont le regard de l’Autre peut être déterminant, à des degrés variés, dans la re-construction identitaire. S’il s’agit d’un phénomène global, il n’est pas pour autant fatal et automatique ; en effet, la stigmatisation peut être tellement forte que l’option du « reniement » devient possible.

  • 48  Âmâl /Hajar, entretien avec l’auteur, Sanaa, 21 avril 2007.
  • 49  Soulignons que le principal disciple de /Husayn al‑/Hûthî puis de son père et de son frère est un (...)

27Âmâl /Hajar, présidente du centre al-Zahrâ’ pour la formation des femmes au droit et à la théologie zaydite, avance ainsi que « de nombreuses étudiantes ont déserté le centre de peur d’être arrêtées et de subir ensuite des discriminations dans leur emploi »48. Loin d’être un phénomène féminin, ce « reniement » est également présent chez les hommes. Il en est ainsi de Mu/hammad Ya/hyâ Sâlim ‘Izzân, un des savants fondateurs de la Jeunesse Croyante à /Sa‘da . Après avoir passé neuf mois en prison (de juillet 2004 à avril 2005) en tant que partisan supposé d’al‑/Hûthî, ‘Izzân est devenu progressivement, durant le quatrième cycle de la guerre, un des plus efficaces propagandistes du pouvoir contre les « rebelles ». En mars 2007, il a été nommé directeur de la radio publique à /Sa‘da . Essayant de mettre à profit l’origine tribale de cet acteur, le pouvoir a essayé de cliver la province de /Sa‘da  entre les qabîlîset les sâda, ce qui s’est en partie réalisé (et seulement en partie)49.

  • 50  Zayd al-Shâmî, entretien avec l’auteur, Sanaa, 12 février 2007.

28Il ne faut pas écarter non plus l’option de l’« indifférence ». C’est le cas de Zayd al‑Shâmî, figure marquante de l’I/slâ/h et éditorialiste à l’hebdomadaire al-/Sa/hwa, organe du parti. D’origine zaydite et hachémite, il déclare ne pas être concerné par le climat anti-sâda prégnant dans le contexte de la guerre de /Sa‘da 50.

29Si en général le caractère pluriel de toute trajectoire d’acteur est manifeste en périodes de paix et tend à s’effacer lors des conflits, le cas yéménite nous montre que, malgré la (re-)découverte de l’origine et la (re-)construction de l’identité zaydite sous l’impact de la forte stigmatisation qui se reflète tant de manière spontanée que réfléchie dans le cadre de la guerre de /Sa‘da , les acteurs concernés ne sauraient être réduits à la seule « étiquette » qu’ils affichent publiquement. Malgré la prégnance évidente de celle-ci, une certaine marge subsiste, permettant l’épanouissement de la pluralité. Les cas de Mu/hammad Miftâ/h et de ‘Alî al-Daylamî sont sur ce point illustratifs.

  • 51  En mai 2007, Miftâ/h intègre le /Hizb al-/Haqq et est désigné à la tête de son conseil consultatif (...)
  • 52  Voir Amîn al‑Rî/hânî, Mulûk al-‘Arab, al‑Jiz’ al-’awwal (Les rois des arabes, tome 1er), Beyrouth, (...)
  • 53  Mu/hammad Miftâ/h, entretien avec l’auteur, Raw/da, 31 janvier 2007. Ce point de vue rappelle celu (...)

30Prédicateur de la Grande mosquée de Raw/da, une petite ville au nord de Sanaa, Mu/hammad Miftâ/h n’est pas d’origine hachémite. Mais parce que ce qabîli se réclame du zaydisme et qu’il est une des grandes figures proches du /Hizb al-/Haqq51, il a subi des stigmatisations similaires à celles dont les sâda font l’objet. Pour avoir organisé un rassemblement trans-confessionnel dans la capitale en été 2004 contre la guerre de /Sa‘da , il a été inculpé pour « tentative de renversement du régime républicain et espionnage pour le compte de l’Iran ». Condamné à 8 ans de prison par la cour pénale spécialisée dans les affaires de terrorisme, mais relâché avant sa troisième année, Miftâ/h va continuer à se réclamer du zaydisme sans pour autant s’y limiter, et sans se radicaliser. Sa bibliothèque personnelle englobe des références très variées et pas uniquement islamiques. Une place de choix y est accordée à l’œuvre de l’écrivain et globe-trotteur américano-libanais (chrétien) Amîn al-Rî/hânî, connu pourtant pour son regard très négatif sur les zaydites52suite à un voyage au Yémen et une rencontre avec l’imam Ya/hyâ en 1922. Enfin Mu/hammad Miftâ/h insiste sur la nécessité de ne pas trop singulariser la guerre de /Sa‘da  afin de la rendre comparable à d’autres conflits dans le monde53.

  • 54  ‘Alî al-Daylamî, entretien avec l’auteur, Sanaa, 21 avril 2007.
  • 55  Voir Fouad Zakariya, Laïcité ou Islamisme, les arabes à l’heure du choix, Paris, La Découverte - a (...)
  • 56  ‘Alî al-Daylamî, entretien avec l’auteur, op.cit.

31Pour sa part, ‘Alî al-Daylamî, membre du secrétariat général d'un parti zaydite (l’Itti/hâd al-qiwâ al-sha‘biyya)54 est un autre exemple de la pluralité intellectuelle possible à l’intérieur de la sphère zaydite. Issu d’une famille de sâda savants habitant le vieux Sanaa depuis près de deux siècles, il est un des jeunes fondateurs en 1993 du Journal de la Grande mosquée (jarîdat al-jâmi‘ al-kabîr) traitant des sciences religieuses et, dans le même temps, se réfère à Fouad Zakaria, un intellectuel arabe des plus laïques55, comme à un maître à penser. La contribution d’al-Daylamî à la fondation du Centre de la conquête islamique pour les études et les recherches (Markaz al-fat/h al-islâmî li-l-dirâsât wa‑l‑bu/hûth) ne l’a pas empêché de s’investir dans la société civile pour devenir, en 1998, le directeur exécutif de l’Organisation Yéménite de Défense des Droits et des Libertés Démocratiques. À ce titre, et tout en récusant la politique du pouvoir, al-Daylamî rejette catégoriquement le slogan d’al-/Hûthî et de ses partisans : « En tant que militant pour les droits de l’homme, je désapprouve le fait de souhaiter la mort et la malédiction à l’Autre »56.

Qui est zaydite ? Historicité d’une identité

32Une fois enclenchés, les mécanismes de stigmatisation identitaires sont en grande partie réactifs, et peuvent produire des effets prévisibles, et souvent extrêmes, de radicalisation. Mais dans d’autres cas, ils peuvent également être tempérés par des considérations plus personnelles ou des choix philosophiques plus équilibrés et plus synthétiques. Au-delà des trajectoires d’acteurs, il reste à replacer ces mécanismes dans un cadre socio-politique plus large, et de s’interroger sur l’évolution de l’identité zaydite contemporaine.

33Tout au long de la guerre de /Sa‘da , une question récurrente a été posée par un bon nombre d’observateurs : comment se fait-il que l’on puisse parler de « guerre contre les zaydites » alors que les principales figures du pouvoir sont elles-mêmes zaydites ? Répondre à cette question impose un détour historique afin d’observer l’évolution des critères de définition du zaydisme. Ici, la question importante n’est donc pas « qu’est-ce que le zaydisme ? » mais « qui est zaydite ? ».

  • 57  Historiquement, les dernières parties des hauts plateaux à avoir été converties au zaydisme sont l (...)

34Pendant plusieurs siècles, exception faite des minorités ismaéliennes, hanéfites et juives, nous pouvons globalement (et seulement globalement) dire qu’était zaydite au Yémen celui qui appartenait à la région des hauts plateaux quelle que soit la catégorie sociale dont il relevait57. Outre sa dimension religieuse évidente, l’identité zaydite était donc largement déterminée par la géographie. Cependant, avec le réformisme « sunnisant » cristallisé à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècle et représenté par l’œuvre d’al-Shawkânî, un qâdî des hauts plateaux,l’acception géographique de l’identité zayditecommença àperdre de sa pertinence. Et c’est surtout avec la révolution républicaine du 26 septembre 1962, ayant enclenché unprocessus d’uniformisation de la société rendant les clivages traditionnels caduques, que la réponse à la question « qui est zaydite ? » a bel et bien changé.

  • 58  Même jusqu'à présent, il est difficile qu’un homme politique du Bas-Yémen puisse accéder à la tête (...)

35En effet, contrairement à une idée répandue, la caractéristique sociologique principale de la République ne fut pas la revanche des « sunnites chaféites des basses terres » contre les « zaydites des hauts plateaux »58. La sociologie politique de la République a surtout été marquée par le triomphe des qu/dât, mashâyikh et qabîlîs contre le groupe des sâda. Simultanément, c’est comme si, en s’émancipant de la domination de ce groupe, ils s’étaient débarrassés du label « zaydite » par lequel une bonne partie d’entre eux étaient identifiés pendant plusieurs siècles.

36Ceci dit, les sâda n’étaient pas tous royalistes, et plusieurs figures révolutionnaires étaient d’origine hachémite. Actuellement, on peut trouver d’une part, des acteurs du pouvoir qui sont d’origine sâda, et d’autre part, des membres de la Jeunesse Croyante issus des catégories de qu/dât, mashâyikh ou qabîlîs. Il n’en reste pas moins que ces appartenances sont plutôt minoritaires, et que les sâda tendent à se considérer ou à être considérés par les autres, comme dépositaires de la légitimité intellectuelle du zaydisme. La catégorie sociale tend à être identifiée et/ou à s’identifier elle-même avec la communauté religieuse, et cette confusion est elle-même partie intégrante de la définition de l’identité zaydite aujourd’hui. 

37Cependant, pour essayer de clarifier les choses, on pourrait proposer, à la question « qui est zaydite ? », la réponse suivante : dans le Yémen républicain et plus précisément dans le contexte de la guerre de /Sa‘da , est a priori zaydite celui qui se détermine politiquement (et/ou religieusement) comme tel et non celui qui l’est simplement de par son origine géographique et culturelle.

  • 59  Voir à ce sujet Franck Mermier, « Yémen : le Sud sur la voie de la sécession ? », ÉchoGéo, Sur le (...)

38Au delà du contexte de la guerre de /Sa‘da , cette réponse peut devenir discutable. En effet, depuis août 2007, un mouvement de mobilisation sociale contre la discrimination régionale du pouvoir « nordiste » a été enclenché dans plusieurs régions de l’ex Sud‑Yémen, à al-/Dâli‘, à Aden et au /Ha/dramawt59. La frange la plus radicale - mais la plus minoritaire - du mouvement scandait des slogans sécessionnistes ; à plusieurs reprises, le drapeau de l’ex-Yémen du Sud fut brandi, des magasins appartenant à des propriétaires du Nord furent saccagés, des ouvriers du Nord molestés… et on pouvait entendre certains sudistes crier : « Dehors dehors ô zaydites ! » (Barrâ barrâ yâ zuyûd !). Ici, c’est l’ex Nord-Yémen qui est visé et plus précisément les hauts plateaux. Ceci dit, le fait de savoir si l’on va assister à un retour à l’acception géographique de l’identité zaydite n’est pas pertinent, car il est fort peu probable que le président /Sâli/h, par exemple, finisse par se déterminer politiquement comme « zaydite ». Cela montre, encore une fois, que le regard de l’Autre a des limites. Notre réponse, formulée plus haut, reste donc valable… provisoirement.

39En insistant sur l’enjeu identitaire de la guerre de /Sa‘da , nous avons voulu inscrire celle-ci dans le cadre des conflits à caractère confessionnel agitant le Mashrek arabe depuis la guerre d’Iraq. Au delà du rôle que joue la politique américaine dans l’activation de ces tensions, celles-ci révèlent, encore une fois, les difficultés de la construction de l’État par les régimes républicains dans cette région du monde.

40Or, dans le cas (nord-) yéménite, et contrairement aux autres républiques arabes qui ont brandi des slogans laïques à coloration socialiste, les révolutionnaires ont très tôt cherché à se légitimer religieusement face à l’ancien régime imamite. En promouvant les grandes figures de la tradition de la « sunnisation du zaydisme » jusqu'à donner leurs noms à des rues et à des écoles publiques, la République au Nord-Yémen n’a pas cherché à se draper dans une idéologie sécularisante au sein de laquelle toutes les appartenances auraient pu, en principe, se fondre. Ainsi, les zaydites pouvaient difficilement voir en cette République « sunnisante », un universel politique. Si certains d’entre eux ont opté pour le sectarisme, d’autres ont essayé de trouver leur propre manière de construire un universel politique… tout en restant zaydites.

41Certes, la guerre de /Sa‘da  ne saurait être réduite à la seule dimension identitaire. Tout en étant moins prégnantes, d’autres logiques plus prosaïques sous-tendent ce conflit. En parler nécessiterait cependant une autre étude…

Haut de page

Bibliographie

A/hmadî ‘Âdil (al-),

2007 : al-Zahr wa al-/Hajar, al-Tamarrud al-shî‘î fi al-yaman wa mawqi‘ al-aqalliyyât al shî‘iyy-a fi al-sinârio al-jadîd (Les fleurs et les pierres, la révolte chiite au Yémen et la position des minorités chiites dans le nouveau scénario), Sanaa, Markaz Nashwân b. Sa‘îd al-/Himyarî li al-dirâsât wa al-nashr.

Batûl ‘Abd al-Fattâ/h (al-),

2007 : Khuyû/t al-/zalâm, ‘a/sr al-imâm-a al-zaydiyy-a fi al-yaman, 284-1382 h (Les fils de l’obscurité, l’imamat zaydite au Yémen, 284-1382 h), Sanaa, Markaz Nashwân b. Sa‘îd al-/Himyarî li al-dirâsât wa al-nashr.

Becker H. S.,

2002 : Les Ficelles du Métier, Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La découverte&Syros.

Bonnefoy L.

2008 : « Les identités religieuses contemporaines au Yémen : convergence, résistances et instrumentalisations », P.Chevalier, V.Martignon et J.Schiettecatte, Yémen, Territoires et Identités, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, nْ 121-122.

2007 : Les relations religieuses transnationales contemporaines entre le Yémen et l’Arabie Saoudite : un salafisme « importé » ?, Thèse de Doctorat, Paris, IEP.

2006 : « Entre pressions extérieures et tensions internes, un équilibre instable au Yémen », Le Monde diplomatique, octobre.

Burgat F.

2006 : « Le Yémen après le 11 septembre 2001 : entre construction de l’État et rétrécissement du champ politique », Critique internationale, n˚32.

Burgat F. et Sbitli M.,

2002 : « Les salafis au Yémen ou… la modernisation malgré tout », Chroniques yéménites.

Cook M.

2000 : Commanding Right and Forbidding Wrong in Islamic Thought, Cambridge, Cambridge University Press.

Dorlian S.

2006 : « Zaydisme et modernisation : émergence d’un nouvel universel politique ? », Chroniques yéménites.

Dresch P.,

2002 : A History of Modern Yemen, Cambridge, Cambridge University Press.

Gochenour D.T.

1984 : “Towards a Sociology of the Islamisation of Yemen”, in B.R. Pridham, Contemporary Yemen, Politics and Historical Background, University of Exeter, London, Croom Helm.

/Hâ/dirî A/hmad Mu/hammad ‘Alî (al-)

2007 : Fitnat al-imâm-a wa al-/hukm ‘abr al-‘u/sûr, al-yaman namûdhajan (La sédition de l’imamat à travers les temps, l’exemple du Yémen), Sanaa, Markaz Nashwân b. Sa‘îd al-/Himyarî li al-dirâsât wa al-nashr.

2007 : Târikh al-a’imm-a al-hâdawiyyîn fi al-yaman, al-fikr wa al-ta/tbîq (Histoire des imams hadawites au Yémen, la pensée et la pratique), Sanaa, Markaz Nashwân b. Sa‘îd al‑/Himyarî li al-dirâsât wa al-nashr.

Haykel B.

1999 : « Rebellion, Migration or Consultative Democracy ? The Zaydis and their detractors in Yemen », F. Mermier, R. Leveau et U. Steinbach (dirs.), Le Yémen contemporain, Paris, Karthala.

2003 : Revival and reform in islam, the legacy of Mu/hammad al-Shawkâni, Cambridge, Cambridge University Press.

/Hûthî Badr al-Dîn (al-)

1994 : Ta/hrîr al-afkâr ‘an taqlîd al-ashrâr (Libérer la pensée, de l’imitation des maléfiques), Sanaa, Mu’assassat ahl al-bayt li al-ri‘ây-a al-ijtimâ‘iyy-a.

‘Izzân Mu/hammad Ya/hyâ Sâlim

(ed.), 1994 : Al-‘Allâm-a al-Shâmî, ârâ’ wa mawâqif (Le grand savant al-Shâmî, opinions et positions), Amman, Ma/tâbi‘ sharikat al-mawârid al-/sinâ‘iyy-a al-urduniyy-a.

Lambert J.

2008 : « Les enjeux identitaires de l’écriture de l’Histoire dans le Yémen contemporain », Transcontinentales, 6 (1er semestre).

Madelung W.

1992 : « Mu/tarrifiyya », Encyclopédie de l’islam, Nouvelle Édition, Tome VII, Livraison 127-128, Paris, Éditions G.-P. Maisonneuve&Larose S.A.

Mermier F.

1997 : Le cheikh de la nuit. Sanaa : organisation des souks et société citadine, Arles, Actes Sud.

2008 : « Yémen : le Sud sur la voie de la sécession ? », ÉchoGéo, juin.

Rî/hânî Amîn (al-)

1951 : Mulûk al-‘Arab, al-Jiz’ al-awwal (Les rois des arabes, tome 1er), Beyrouth, Matâbi‘ /Sâdir Rî/hâni.

Saîd E.

2003 : « Humanism and Resistance », Lecture, Beirut, AUB, 26th March.

Sâmarrâ’î Qâsim (al-)

2006 : « Was Ibn Saba’ the founder of Imami Shi‘ism », C. Robin et M.Jâzim (dirs.), Le pèlerin des forteresses du savoir. Hommage au qâdi Ismâ‘îl b.‘Ali al-Akwa‘, Sanaa, CEFAS.

/Sûfî Nabîl (al-)

2005 : « Ghiwâyat al-qiww-a…ghiyâb al-ru’y-a » (La tentation de la force… l’abscence de vision), al-Nidâ’, 30 mars.

Vom Bruck G.

2005 : Islam, Memory and Morality in Yemen, Ruling Families in Transition, New York, Palgrave Macmillan.

Weir S.

1997 : « A clash of fundamentalism : Wahhabism in Yemen », Middle East Report, juillet-septembre.

Zakariya F.

1991 : Laïcité ou Islamisme, les arabes à l’heure du choix, Paris, La Découverte - al-Fikr.

Zayd ‘Alî Mu/hammad

1997 : Tayyârât mu‘tazilat al-yaman fi al-qarn al-sâdis al-hijrî (Les courants Mu‘tazilites du Yémen au sixième siècle de l’Hégire), Sanaa, CFEY.

Haut de page

Notes

1  Certains passages de cet article ont été publiés par l’auteur sous une forme voisine sur le site du magazine « Le Mensuel de l’Université », dans un « éclairage » consacré à « La guerre de Saada au Yémen : les coulisses de la "confessionnalisation" du politique »,http://www.lemensuel.net/La-guerre-de-Saada-au-Yemen-les.html, avril 2008.

2  Le zaydisme est une école du chiisme qui tire son nom de l’imam Zayd b. ‘Alî Zayn al‑‘Âbidîn, un descendant de ‘Alî b. Abî /Tâlib, calife, gendre et cousin du Prophète. Elle stipule que seuls les descendants de ‘Alî et de Fâ/tima (fille du Prophète) peuvent prétendre à l’imamat, la direction spirituelle et temporelle de la communauté musulmane. Au Yémen, l’imamat zaydite a été fondé en 897 à /Sa‘da  par l’imam al‑Hâdî ilâ‑l ‑ /Haqq Ya/hyâ b. al‑/Husayn et a duré jusqu’en 1962.

3  Cette notion (au lieu de « classe ») a été formulée par Franck Mermier, Le cheikh de la nuit. Sanaa : organisation des souks et société citadine, Arles, Actes Sud, 1997, p.71. Descendants de ‘Ali et de Fâ/tima, les sâda (ou hachémites) étaient suivis par les qu/dât (juges),par les mashâyikh (chefs de tribus), puis par les qabîlîs (membres de tribus), les commerçants et les paysans, enfin les mazâyina (barbiers et bouchers), les akhdâm (balayeurs et musiciens) et les minorités religieuses.

4  Tout en étant civile, cette guerre avait clairement une dimension régionale. L’appui des Saoudiens aux royalistes d’une part et le soutien de l’Égypte nassérienne aux républicains d’autre part, inscrivaient ce conflit dans le cadre de ce qui était convenu d’appeler la « guerre froide arabe ».

5  Loin de rester confinés aux sciences religieuses, les sâda se sont investis à partir de la révolution - et parfois même avant - dans des métiers « profanes ». Voir à ce sujet l’ouvrage de référence de Gabriele vom Bruck, Islam, Memory and Morality in Yemen, Ruling Families in Transition, New York, Palgrave Macmillan, 2005, notamment le chapitre 8, « ‘Ulama of a different kind », p. 163‑184.

6  L’unification de la République arabe du Yémen (Nord Yémen) et de la République démocratique et populaire du Yémen (Sud Yémen) a eu lieu le 22 mai 1990 et a donné naissance à la République yéménite.

7  Le manifeste (Bayân shar‘î li ‘ulamâ’ al‑Yaman) figure dans l’ouvrage de Mu/hammad Ya/hyâ Sâlim ‘Izzân (ed.), Al-‘allâma al-Shâmî, ârâ’ wa mawâqif, ‘Ammân, Ma/tâbi‘ sharikat al‑mawârid al‑/sinâ‘iyya al‑urduniyya, 1994, p. 23‑27. Pour une analyse de ce manifeste, voir Bernard Haykel, “Rebellion, Migration or Consultative Democracy ? The Zaydis and their detractors in Yemen”, dans F. Mermier, R. Leveau et U. Steinbach (dirs.), Le Yémen contemporain, Paris, Karthala, 1999, p. 193‑201.

8  Du nom de la ville, chef lieu de la province homonyme.

9  Voir Laurent Bonnefoy, « Les identités religieuses contemporaines au Yémen : convergence, résistances et instrumentalisations », dans P. Chevalier, V. Martignon et J. Schiettecatte, Yémen, Territoires et Identités, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée nْ 121-122, 2008, p. 199-213.

10  Howard S. Becker, Les Ficelles du Métier, Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La découverte&Syros, 2002, p.168.

11  Par « tribu » nous ne désignons pas une catégorie propre ; en effet au Yémen la structure tribale varie selon le profil écologique des lieux. Pour plus de précision sur ce point, voir Paul Dresch, A History of Modern Yemen, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 24.

12  Certes, il y avait des sâda parmi les dirigeants républicains mais ceux-ci ne se déterminaient plus comme tels.

13  Le Rassemblement Yéménite pour la Réforme (at-Tajammu‘ al-Yamanî li-l-l/slâ/h ou I/slâ/h) est le parti crée par les Frères musulmans (sunnites) en 1990 en alliance avec ‘Abd Allâh al‑A/hmar, grand cheikh de la confédération tribale des /Hâshid.

14  Nabil al‑/Sûfi, « Ghiwâyat al quwwa… ghiyâb al‑ru’ya », an-Nida’, 30 mars 2005.

15  Plante stimulante que les Yéménites « emmagasinent » (takhzîn) dans la bouche en la mastiquant les après-midi ; elle est interdite en Arabie Saoudite.

16  Pour une approche relativisant l’apolitisme des salafistes, voir François Burgat et Mohamed Sbitli, « Les salafis au Yémen ou… la modernisation malgré tout », Chroniques Yéménites, nº10, 2002 et Laurent Bonnefoy, Les relations religieuses transnationales contemporaines entre le Yémen et l’Arabie Saoudite : un salafisme « importé » ?, Thèse de Doctorat, Paris, IEP, 2007.

17  Il faut rappeler que les zaydites ne sont pas que des sâda et l’on trouve, surtout à /Sa‘da , des membres de tribus se réclamant du zaydisme. Ce fait relativise, sans l’écarter, l’opposition confessionnelle salafistes/zaydites par le clivage social qabîlîs/sâda.

18  Shelagh Weir, « A clash of fundamentalism: Wahhabism in Yemen », Middle East Report, juillet-septembre 1997.

19  Badr al-Dîn al‑/Hûthî, Ta/hrîr al-afkâr ‘an taqlîd al-ashrâr, Sanaa, Mu’assassat ahl al‑bayt li-l-ri‘âya al‑ijtimâ‘iyya, 1994.

20  Shelagh Weir, « A clash of fundamentalism : Wahhabism in Yemen », Middle East Report, op.cit. Précisons qu’entre autres marqueurs cultuels vis-à-vis des salafistes, les zaydites refusent de prononcer âmîn à haute voix à la fin de la Fâti/ha.

21  En vertu de ces deux accords, l’État yéménite accorde l’amnistie aux partisans d’al-/Hûthî et libère les prisonniers de guerre. En contrepartie, les dirigeants « Huthistes » s’engagent à ne plus scander leur slogan, à descendre des montagnes et à rendre les armes lourdes. Engagé à financer la reconstruction de la province de /Sa‘da , le Qatar offre l’asile aux leaders Badr al-Dîn, ‘Abd al-Malik et ‘Abd al-Karîm al-/Hûthî ainsi qu’à ‘Abd Allâh ‘Ay/da al-Rizâmî.

22  Voir François Burgat, « Le Yémen après le 11 septembre 2001 : entre construction de l’État et rétrécissement du champ politique », Critique internationale, n˚32, 2006 et Laurent Bonnefoy, « Entre pressions extérieures et tensions internes, un équilibre instable au Yémen », Le Monde diplomatique, octobre 2006.

23  Gabriele vom Bruck, Islam, Memory and Morality in Yemen, Ruling Families in Transition,op.cit, p. 25.

24  Évènement lors duquel le Prophète déclare ‘Ali son successeur, selon les chiites.

25  Selon ce récit, un juif de Sanaa du nom de ‘Abd Allah b. Saba’ aurait été à l’origine du chiisme afin de semer la division entre les musulmans. Pour une étude de ce récit, voir Qâsim al-Sâmarrâ’i, « Was Ibn Saba’ the founder of Imami Shi‘ism », dans C. Robin et M. Jâzim (dirs.), Le pèlerin des forteresses du savoir. Hommage au qâdi Ismâ‘îl b.‘Ali al-Akwa‘, Sanaa, CEFAS, p. 136-148.

26  Le discours sur l’authenticité existait avant la guerre de /Sa‘da . Voir à ce sujet, le chapitre 10 « Defining through defaming » dans Gabriele vom Bruck, Islam ,memory and morality in Yemen, op.cit, p. 199-215.

27  La constitution républicaine ne leur accorde que le droit de vote mais pas celui d’être éligible.

28  Voir Jean Lambert, « Les enjeux identitaires de l’écriture de l’Histoire dans le Yémen contemporain », Transcontinentales, 6 (1er semestre), 2008.

29  Voir à ce sujet, Wilferd Madelung, « Mu/tarrifiyya », Encyclopédie de l’islam, Nouvelle Édition, Tome VII, Livraison 127-128, Paris, Éditions G.-P. Maisonneuve&Larose S.A. 1992, p. 774-775 et ‘Ali Mu/hammad Zayd, Tayyârât mu‘tazilat al-yaman fi al-qarn as-sâdiss al-hijri, Sanaa, CFEY, 1997.

30  Voir, par exemple, la une de l’hebdomadaire al-Nâss du 9 avril 2007 dont un des grands titres est : « /Sirâ‘ât al-madrassa al-hâdawiyya : mi/hraqat al-mu/tarrafiyya » (« Les conflits de l’école hadawite : le bûcher des Mu/tarrafis »).

31  Adeptes d’Abu Jarûd, figure datant des débuts du zaydisme à al-Kûfa et qui fut à l’origine d’un courant adoptant des positions proches (et seulement proches) de ce qui allait devenir plus tard le chiisme duodécimain.

32  À propos de cette tradition, voir Michael Cook, Commanding Right and Forbidding Wrong in IslamicThought, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

33  Pour une étude de l’œuvre d’al-Shawkânî, voir l’ouvrage de référence de Bernard Haykel, Revival and reform in islam, the legacy of Mu/hammad al-Shawkâni, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

34  Voir Gabriele vom Bruck, Islam, Memory and Morality in Yemen, Ruling Families in Transition, op.cit, p. 53‑54.

35  ‘Âdil al‑A/hmadî, al-Zahr wa al-/Hajar, al-Tamarrud al-shî‘î fi al-yaman wa mawqi‘ al-aqalliyyât al-shî‘iyya fi al-sinârio al-jadîd, Sanaa, Markaz Nashwân b. Sa‘îd al‑/Himyarî li al-dirâsât wa al-nashr, 2007.

36  ‘Abd al‑Fattâh al‑Batûl, Khuyût al-/zalâm, ‘a/sr al-imâma al zaydiyya fi al-yaman, 284-1382 h, Sanaa, Markaz Nashwân b. Sa‘îd al‑/Himyarî li al-dirâsât wa al-nashr, 2007.

37  Ahmad Mu/hammad ‘Alî al‑/Hâ/dirî, Fitnat al-imâma wa al-hukm ‘abr al-‘u/sûr, al-yaman namûdhajan, Sanaa, Markaz Nashwân b. Sa‘îd al‑/Himyarî li al-dirâsât wa al-nashr, 2007.

38  Ahmad Mu/hammad ‘Alî al‑/Hâ/dirî, Târikh al-a’imma al-hâdawiyyîn fi al-yaman, al-fikr wa al‑ta/tbîq, Sanaa, Markaz Nashwân b. Sa‘îd al‑/Himyarî li al-dirâsât wa al-nashr, 2007.

39  ‘Alî al-Shar‘î, entretien avec l’auteur, Sanaa, 26 mars 2007.

40  Traditionnellement une femme hachémite (sharîfa) pouvait très difficilement se marier avec un homme non sayyid.

41  À l’exception notable des premières semaines de la révolution de 1962 qui virent des exécutions arbitraires de sâda.

42  Il existe aussi des sâda chaféites (sunnites) en ce sens qu’ils descendent de ‘Ali et de Fatima, mais sans que cela n’ait jamais eu d’implications politiques. Cependant ces hachémites du Bas-Yémen sont généralement taxés par ceux des hauts plateaux de « sâda de Taiwan » pour mettre en relief leur « inauthenticité » devant les « vrais » sâda zaydites.

43  ‘Abd Allâh Hâshim al-Sayyânî, entretien avec l’auteur, Sanaa, 5 février 2007. Voir également le parcours similaire de Mu/hammad al‑Maqâli/h dans Samy Dorlian, « Zaydisme et modernisation : émergence d’un nouvel universel politique ? », Chroniques Yéménites, nº13, 2006.

44  Comme bien d’autres, le régime yéménite est loin d’être une entité homogène. Ses luttes internes se manifestent fréquemment dans ses différents organes de presse.

45  Khâlid ‘Antar, entretien avec l’auteur, Sanaa, 5 avril 2007. L’imam Ya/hyâ a régné au Yémen de 1904 à 1948, année de son assassinat.

46  Le FND est la guérilla qui représentait jusqu’en 1982 au Nord-Yémen le régime socialiste du Sud‑Yémen (1967-1990). Il n’était pas étonnant de voir des adolescents de 12-13 ans combattre en son sein.

47  C’était une manière, selon lui, d’échapper aux rafles organisées par l’armée du Nord dans le Bas‑Yémen (le sud de l’ancien Nord-Yémen), qui visaient à transformer les anciens mukharribûn (destructeurs) en simples soldats (Khâlid ‘Antar, entretien avec l’auteur, op.cit.).

48  Âmâl /Hajar, entretien avec l’auteur, Sanaa, 21 avril 2007.

49  Soulignons que le principal disciple de /Husayn al‑/Hûthî puis de son père et de son frère est un qabîlî du nom de ‘Abd Allâh ‘Ay/da al‑Rizâmî.

50  Zayd al-Shâmî, entretien avec l’auteur, Sanaa, 12 février 2007.

51  En mai 2007, Miftâ/h intègre le /Hizb al-/Haqq et est désigné à la tête de son conseil consultatif.

52  Voir Amîn al‑Rî/hânî, Mulûk al-‘Arab, al‑Jiz’ al-’awwal (Les rois des arabes, tome 1er), Beyrouth, Ma/tâbi‘ /Sâdir Rî/hânî, 1951, p. 100‑104, 140‑144, 148, 164 et surtout 182‑190 correspondant au chapitre « al‑zuyûd wa-l-yahûd » (Les zaydites et les juifs).

53  Mu/hammad Miftâ/h, entretien avec l’auteur, Raw/da, 31 janvier 2007. Ce point de vue rappelle celui d’Edward Saïd qui appelait toujours à inscrire la question palestinienne dans un cadre englobant aussi d’autres causes humanistes (Edward Saïd, « Humanism and Resistance », Lecture, Beirut, AUB, 26th March 2003).

54  ‘Alî al-Daylamî, entretien avec l’auteur, Sanaa, 21 avril 2007.

55  Voir Fouad Zakariya, Laïcité ou Islamisme, les arabes à l’heure du choix, Paris, La Découverte - al‑Fikr, 1991.

56  ‘Alî al-Daylamî, entretien avec l’auteur, op.cit.

57  Historiquement, les dernières parties des hauts plateaux à avoir été converties au zaydisme sont les régions de Dhamâr et de Radâ‘, au XVIIe siècle avec la fin de la première occupation ottomane (1536-1635). Sur les mouvements de résistance et de conversion au zaydisme des tribus des hauts plateaux, voir D. Thomas Gochenour, “Towards a Sociology of the Islamisation of Yemen”, in B.R. Pridham, Contemporary Yemen, Politics and Historical Background, University of Exeter, London, Croom Helm, 1984, p. 1-19.

58  Même jusqu'à présent, il est difficile qu’un homme politique du Bas-Yémen puisse accéder à la tête de l’État.Laurent Bonnefoy relativise cette dichotomie dans « Les identités religieuses contemporaines au Yémen : convergence, résistances et instrumentalisations », op.cit. p. 200-201.

59  Voir à ce sujet Franck Mermier, « Yémen : le Sud sur la voie de la sécession ? », ÉchoGéo, Sur le vif 2008, 2008, [En ligne], mis en ligne le 19 juin 2008. URL : http://echogeo.revues.org/index5603.html. Consulté le 28 juillet 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samy Dorlian, « Les reformulations identitaires du zaydisme dans leur contexte socio-politique contemporain », Chroniques yéménites, 15 | 2008, 161-176.

Référence électronique

Samy Dorlian, « Les reformulations identitaires du zaydisme dans leur contexte socio-politique contemporain », Chroniques yéménites [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 25 avril 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://cy.revues.org/1691 ; DOI : 10.4000/cy.1691

Haut de page

Auteur

Samy Dorlian

Doctorant IEP-IREMAM, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org