Navigation – Plan du site
Histoires

Les manuscrits arabes du Yémen (VIe-IXe/XIIe-XVe siècles)

Quelques remarques codicologiques
Arianna D’Ottone

Texte intégral

1Les études jusqu’ici consacrées aux manuscrits, et aux manuscrits arabes en particulier, ont tantôt privilégié l’aspect philologique, littéraire ou documentaire des textes, tantôt leur aspect artistique et leur appareil décoratif1. Bref, le contenu des manuscrits a accaparé l’attention des chercheurs qui, engagés dans l’étude des textes ou celle de l’ornementation, ont presque complètement négligé la matérialité du livre.

2Mais chaque manuscrit a, pour ainsi dire, une âme double, étant à la fois la copie d’un texte donné et un produit manufacturé, nuskha et masnû‘ ensemble : sa valeur en tant que document historique ne se limite donc pas aux textes ou aux miniatures qu’il renferme. Le manuscrit étant un produit réalisé dans un milieu socioculturel et géographique particulier, on peut l’appréhender comme une véritable pièce archéologique sur laquelle il faut enquêter à l’instar de tout autre témoignage du passé. Tous les éléments matériels d’un manuscrit - du support de l’écriture à la structure des cahiers, pour se limiter à ces exemples - fournissent des indices précieux sur la société dans laquelle un codex a été réalisé.

3La science du livre manuscrit - de l’allemand Handschriftenkunde, en arabe ‘ilm al-makhtûtât - devient codicologie, ou bien archéologie du livre manuscrit2, lorsqu’elle prend en considération le manuscrit en tant que phénomène social et l’étudie afin de déceler des détails - d’ordre technique, économique ou historique - qui contribuent à la compréhension du tissu culturel d’une civilisation. Par ailleurs, la connaissance de la matérialité de manuscrits localisés dans le temps et dans l’espace, donne - en l’absence de tout autre discriminant paléographique établi - des éléments utiles permettant de dater et de localiser des copies dont on ignore le contexte et pourrait conduire à esquisser une typologie régionale du livre arabe manuscrit.

4Dans cette perspective, l’approche quantitative de la codicologie, portant sur une popu­lation de manuscrits statistiquement significative, géographiquement homogène et chrono­logiquement limitée, offre un intérêt tout particulier3.

Présentation du corpus

5Le grand nombre de manuscrits d’origine yéménite provenant pour la plupart de la ville de Sanaa et de ses alentours et conservés dans les bibliothèques d’Italie, y compris le Vatican, m’a amenée à m’intéresser à cet ensemble. Mais vu leur nombre, j’ai circonscrit ma recherche à la production des quatre siècles allant du vie au ixe siècle de l’Hégire (xiie-xve siècle de l’ère chrétienne). Le noyau de la population de manuscrits qui constitue le point de départ de ma recherche fait partie d’une même collection, connue comme la « collection Caprotti ». L’histoire même de cette collection lui donne une réelle cohérence et une forte unité. Il ne me semble donc pas inutile de revenir sur les événements historiques qui ont conduit, au début du xxe siècle, à l’arrivée d’une partie significative du patrimoine livresque yéménite dans les fonds des biblio­thèques occidentales, notamment la bibliothèque Vaticane et l’Ambrosiana de Milan4.

6La collection Caprotti5 doit son nom à Giuseppe Caprotti6, un marchand italien qui s’était installé à Sanaa à la fin du xixe siècle et qui assista en 1905 au siège et à la prise de la ville par les Ottomans7. Au cours du long siège, Caprotti, qui avait pris conscience de la valeur commerciale des manuscrits yéménites, réunit plusieurs centaines de volumes. Par la suite, s’étant lié d’amitié avec l’arabisant italien Eugenio Griffini8, il lui envoya environ mille six cents exemplaires manuscrits à Milan9. Griffini, qui connaissait la valeur de ce lot, multiplia entre-temps les efforts pour trouver des acquéreurs italiens, car le marché international des antiquités avait déjà montré son intérêt pour ces manuscrits10. En 1909, un groupe de notables milanais acheta enfin les manuscrits et les remit à la bibliothèque Ambrosiana à l’occasion du tricentenaire de sa fondation. Six ans plus tard, l’Ambrosiana reçut de Luca Beltrami une deuxième donation de cent quatre-vingts manuscrits, également fournis par Caprotti11. Enfin, en 1922, Beltrami décida d’offrir à la bibliothèque Vaticane quelque trois cents manuscrits yéménites - le reste de la collection Caprotti - en hommage au nouveau pape, Pie XI12.

7Outre les pièces de cette collection, mon corpus de manuscrits compte aussi des codex conservés au Yémen dans les fonds de deux des principales bibliothèques d’État - la Bibliothèque orientale (Maktabat al-awqâf, « Bibliothèque des donations pieuses ») et la Bibliothèque occidentale (al-Maktaba al-gharbiyya) de la Grande Mosquée de Sanaa13, ainsi qu’un tout petit groupe de trois manuscrits faisant partie de la collection de l’académie des Lincei à Rome. Signalons que la collection de manuscrits yéménites de cette dernière bibliothèque provient d’acquisitions et de donations d’origines diverses et que les trois exemplaires que j’ai étudiés ont été offerts à Mussolini, qui les a ensuite donnés à l’Académie romaine14.

8Les cent soixante-dix unités environ qui composent mon corpus de manuscrits partagent donc une même région de provenance - le Yémen -, une même langue - l’arabe -, un même support d’écriture - le papier - et ont toutes été produites au cours d’un intervalle de 350 ans. L’exemplaire le plus ancien remonte à l’an 531/1137 et le plus récent à l’an 898/1493.

La composition des cahiers dans les manuscrits yéménites

9Les quelques remarques que je voudrais présenter ici concernent l’analyse de la structure des cahiers des manuscrits yéménites que j’ai examinés.

10On entend par cahier - en arabe daftar ou kurrâsa15 - un « ensemble de bifeuillets emboîtés les uns dans les autres et unis par un même passage du fil de reliure »16. Un ou plusieurs cahiers forment le corps du codex. On appelle cardinal de cahier le nombre de bifeuillets d’un cahier qui apparaît le plus fréquemment dans un manuscrit donné17. Si l’on observe les variations de ce cardinal à travers les pays d’Islam à l’époque médiévale18, on peut distinguer trois grandes aires de production livresque caractérisées chacune par un nombre différent de bifeuillets à l’intérieur d’un cahier :

11- Dans l’aire maghrébine, comprenant l’Andalousie et l’Afrique du Nord, on employait différents types de cahiers, dans lesquels le nombre de bifeuillets variait en fonction du type de support - parchemin ou papier - ou en fonction de la typologie du texte. Dans les manuscrits en parchemin, coraniques ou non, le cardinal de cahier était un ternion (trois bifeuillets), tandis que pour la production en papier, plusieurs formules de cahier étaient employées : d’un côté, le quinion, composé de cinq bifeuillets ; de l’autre, des cahiers au nombre de bifeuillets variable. Le quinion semble avoir été réservé aux manuscrits contenant le texte du Coran - les masâhif - ; les cahiers de composition variable étaient destinés à tous les autres textes19.

12- Au Moyen-Orient, la formule de cahier la plus fréquente est le quinion, relevé dans 70 % des codex répertoriés dans le Fichier des manuscrits moyen-orientaux datés (FiMMOD). Suit, en deuxième position, le sénion (six bifeuillets), dont la présence est particulièrement fréquente entre le xe et le xve siècle20.

13- Enfin, l’aire iranienne, dont l’influence s’étend sur l’Asie centrale et l’Inde, se caractérise par l’emploi du quaternion, notamment entre le xve et le xvie siècle21.

14L’exploitation des données issues de mon corpus m’a permis de replacer la production yéménite dans ce tableau.

15Avant cela, il est important de noter qu’une recette de fabrication du papier yéménite, reproduite dans un chapitre du traité intitulé Mukhtara‘ fî funûn min al-suna‘, attribué au sultan rasûlide al-Muzaffar Yûsuf et datant de la seconde moitié du viie/xiiie siècle, semble donner des indications à ce propos22. Ce texte décrit les diverses phases du traitement des fibres internes (lihâ’) de l’écorce du figuier (mudakh), qui constituait la matière première du papier yéménite (al-waraq al-baladî). De plus, il nous apprend que les feuillets de papier étaient réunis, à la fin du cycle de production, par groupes de cinq, formant ainsi un dast23. De là, on a cru pouvoir expliquer la forte présence du quinion au sein de la production islamique du Moyen-Orient. Toutefois, cela ne prouve en aucune manière que les cahiers de manuscrits yéménites étaient formés de cinq bifeuillets. Ces données textuelles, d’une part, et les tendances de la production moyen-orientale, de l’autre, ne sont pas suffisantes pour tirer des conclusions certaines pour le Yémen. Seule une étude quantitative des manuscrits yéménites est à même de préciser la composition de leurs cahiers.

16Si l’on considère les données relatives au cardinal de cahier de mon corpus, le tableau est le suivant (voire graphique A et tableau 1) :

17- Le sénion est la formule de cahier la plus fréquente dans les manuscrits les plus anciens de la population. Son usage est particulièrement fréquent entre le xiie siècle et la première moitié du siècle suivant. Il devient plus rare au cours de la seconde moitié du xiiie siècle.

18- Quant au quinion, il se révèle n’être qu’un type de cahier minoritaire dans les manuscrits yéménites et sa présence ne caractérise aucune époque en particulier.

19- En revanche, à partir de la seconde moitié du xiiie siècle, c’est le quaternion qui constitue le véritable cahier-type de la production livresque yéménite, avec 64 % des manuscrits, contre 20 % pour les quinions et 10 % pour les sénions24.

Support d’écriture et composition des cahiers

20Les manuscrits yéménites présentent des caractéristiques particulières quant à leurs supports d’écriture. Jusqu’ici, on a pu déceler plusieurs espèces de papier employées au Yémen, que l’on a distinguées, du point de vue morphologique, de la manière suivante :

21a) papier sans aucune trace de forme25 ;

22b) papier sans aucune trace de forme, très riche en fibres et à motif chaotique ;

23c) papier tramé à lignes de chaînette26 groupées en nombre variable ;

24d) papier filigrané27.

25Le papier de la première catégorie - le papier sans aucune trace de forme - est considéré comme le plus ancien type de papier arabe connu et sa présence a été relevée jusqu’à la fin du Moyen Âge, tout particulièrement comme support de manuscrits de provenance iraquienne et iranienne28.

26Quant au deuxième type, c’est-à-dire le papier sans trace de forme, riche en fibres et à motif chaotique, il ne serait qu’une variante yéménite du papier sans trace de forme précédent. Vu que cette variante chaotique ne semble pas avoir été employée ailleurs qu’au Yémen - probablement à cause de sa qualité médiocre -, il s’agirait d’un produit de fabrication locale réalisé à partir du xiiie siècle environ et utilisé tout au long des trois siècles suivants, c’est-à-dire jusqu’à à la fin du xvie siècle ou davantage29.

27Par contre, la catégorie du papier tramé à fils de chaînette groupés - comprenant de nombreux sous-groupes - peut se rattacher, en raison de sa manufacture et de sa diffusion, au Moyen et au Proche-Orient en général, même si l’on dispose d’indications relativement détaillées montrant que les sous-types pouvaient varier d’une région ou d’une époque à l’autre30. Cette catégorie de papier, à fils de chaînette multiples, a été repérée un peu partout dans l’Orient arabe en l’espace de plusieurs siècles et sa présence au Yémen semble respecter cette tendance.

28Enfin, le papier filigrané de production occidentale n’a été signalé, pour la période qui nous intéresse, que dans la production manuscrite yéménite tardive, postérieure au milieu du xve siècle31 et de matrice hébraïque.

29De ce fait, l’absence de toute trace de forme, la présence d’un motif chaotique et une forte concentration de fibres sont sans aucun doute les caractéristiques du papier produit au Yémen. De ce fait, la présence dans les manuscrits yéménites de n’importe quel autre type de papier témoignerait de l’emploi d’un support d’écriture importé du Moyen ou du Proche-Orient, voire de l’Occident.

30L’observation de la distribution des types de cahiers par rapport à la nature du support de l’écriture donne des résultats intéressants. Il est possible de relever que le papier chaotique sans aucune trace de forme - le papier de production yéménite - est de préférence associé à la formule du quaternion, tandis que le papier d’importation avec fils de chaînette et vergeures caractérise les manuscrits dont les cahiers se composent de six bifeuillets (voir tableaux 2 et 3). Quant au quinion, cette formule de cahier semble tout à fait indépendante de la nature du papier auquel elle était associée. En dernière analyse, le quinion semble n’être, dans le contexte de la production livresque yéménite, qu’une formule de cahier relativement marginale.

Conclusions

31Du point de vue de la structure des cahiers, il paraît donc possible de rattacher la production manuscrite yéménite à celle de l’aire iranienne.

32Toutefois, pour introduire le Yémen dans un contexte géographique plus ample et en même temps cohérent du point de vue des techniques employées dans la production livresque, on ne peut pas négliger les quelques données disponibles concernant la structure matérielle des manuscrits éthiopiens. Cette incursion dans la codicologie éthiopienne se justifie à la lumière d’une théorie qui relie l’adoption du livre en forme de codex dans le monde arabo-islamique et, en particulier, dans le sud de la péninsule Arabique, à l’influence de la tradition manuscrite éthiopienne32. Le mot mushaf, qui dans les sources arabes semble dès le départ désigner le codex, est en effet d’origine éthiopienne33. Malheureusement, peu de recherches ont été consacrées aux manuscrits produits en Éthiopie. En ce qui concerne la structure des cahiers, on dispose seulement de quelques renseignements concernant un groupe de cinquante-six manuscrits éthiopiens datés entre le xve et le xxe siècle34. Les données issues de ce corpus révèlent la présence de deux formules de cahier, le quinion et le quaternion, avec une légère prédominance de la première. Cependant, le quaternion serait plus fréquent dans les exemplaires les plus anciens, remontant au xve et au xviie siècle35.

33Tout cela laisse entrevoir une aire très étendue, allant de l’Éthiopie au Pakistan et à l’Inde, en passant par le sud de la péninsule Arabique et l’Iran, dans laquelle l’emploi du quaternion semble dominer. Sous d’autres aspects encore, comme l’architecture, cette aire pourrait être d’ailleurs considérée comme un continuum culturel durant la période médiévale36. Un substrat commun, dont l’étendue et la profondeur restent encore à déterminer, pourrait bien se refléter aussi dans la production livresque37.

34En revanche, la position relativement atypique de la production livresque yéménite par rapport à celle du Moyen-Orient apparaît nettement. Il convient aussi de souligner la discordance entre l’hypothèse de l’emploi majoritaire du quinion, avancée à partir des données textuelles concernant la commercialisation du papier yéménite, et la réalité matérielle de la structure des cahiers réalisés avec ce même papier. Dans les deux cas, la présence du quaternion, qui s’oppose à celle, présumée, du quinion, fait ressortir une production manuscrite aux traits tout à fait originaux, dont beaucoup restent certainement à découvrir.

Haut de page

Bibliographie

 ‘Abd al-Wahhâb (‘A.)

1994 : « Yemen », in G. Roper (éd.), World Survey, III, p. 643-679.

Arnold (T. W.) & Grohmann (A.)

1929 : The Islamic Book: A Contribution to its Art and History from the 7th to the 18th century, Londres, The Pegasus Press.

Beit-Arié (M.)

1976 : Hebrew Codicology: Tentative Typology of Technical Practices Employed in Hebrew Dated Medieval Manuscripts, Paris, CNRS (Institut de recherche et d’histoire des textes : Études de paléographie hébraïque).

1999 : « Quantitative typology of Oriental paper patterns », in Zerdoun Bat-Yehouda 1999, p. 41-53.

Beltrami (L.)

1926 : Eugenio Griffini Bey, Milan.

Bignami Odier (J.)

1973 : La Bibliothèque Vaticane de Sixte IV à Pie XI. Recherches sur l’histoire des collections de manuscrits, Studi e Testi, 272, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana.

Bonnenfant (P.)

2000 : « La marque de l’Inde à Zabîd », Chroniques yéménites, n° 7.

Borghezio (G.)

1923 : « Insigne dono di codici arabi alla Biblioteca Vaticana », La Bibliofilia, n° 24, p. 124-127.

Bozzacchi (G.), Faia (C.), Riccardi (M. L.) & Spada (O.)

S. d. : Texte dactylographié : Censimento dei dati materiali dei codici etiopici della Sezione Orientale della Biblioteca Nazionale dei Lincei e Corsiniana.

Bozzolo (C.) & Ornato (E.)

1980 : Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge : Trois essais de codicologie quantitative, Paris, CNRS.

Busonero (P.), Casagrande Mazzoli (M. A.), Devoti (L.) & Ornato (E.)

1999 : La fabbrica del codice: Materiali per la storia del libro nel tardo medioevo, Rome, Viella.

Busonero (P.)

1999 : « La fascicolazione del manoscritto nel basso medioevo », in Busonero & al. 1999, p. 31-139.

Carazzi (M.)

1976 : « Caprotti Giuseppe », in Dizionario Biografico degli Italiani, Istituto della Enciclopedia Italiana, vol. 19, p. 241a-242b.

D’Ottone (A.)

2004 : « La produzione ed il consumo della carta in Yemen (secoli VI-IX H./A.D. XII-XV): Primi risultati di una ricerca quantitativa », Gazette du livre médiéval, n° 44, p. 39-49.

De Leone (E.)

1956 : « L’assedio e la resa di San‘â’ del 1905 attraverso il carteggio inedito di Giuseppe Caprotti », Oriente Moderno, n° 36, p. 61-81.

Déroche (F.)

2000 : Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Finster (B.)

2002 : « The mosques of Wusâb province in Yemen », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, n° 32, p. 233-245.

Fumagalli (P. F.)

2001 : « Raccolte significative di manoscritti: Mosè Lattes, fondo Trotti, Giuseppe Caprotti », in Storia dell’Ambrosiana: L’Ottocento, Milan, IntesaBcI, p. 167-211.

Gacek (A.)

2001 : The Arabic Manuscript Tradition: A Glossary of Technical Terms & Bibliography, Handbook of Oriental Studies: The Near and Middle East, vol. 58, Leyde, Brill.

2002 : « On the making of local paper: A thirteenth century Yemeni recipe », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 99-100, p. 79-93.

Griffini (E.)

1908 : « I manoscritti sudarabici di Milano: Catalogo della prima collezione », Rivista degli Studi Orientali, n° 2, p. 1-38.

1915 : « Die jüngste ambrosianische Sammlung », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, n° 69, p. 62-88 et pl. i-xviii.

Gruijs (A. M.)

1974 : « Paléographie, codicologie et archéologie du livre. Questions de méthodologie et de terminologie », in La paléographie hébraïque médiévale, Colloques internationaux du CNRS - 547 - Paris - 11-13 septembre 1972, Paris, CNRS.

Humbert (G.)

1998 : « Les papiers non filigranés utilisés au Proche-Orient jusqu’en 1450 : Essai de typologie », Journal asiatique, n° 286/1, p. 1-54.

1999 : « Un papier fabriqué vers 1350 en Égypte », in Zerdoun Bat-Yehouda 1999, p. 61-73.

Irigoin (J.)

1993 : « Les papiers non filigranés : État présent des recherches et perspectives d’avenir », in Maniaci & Munafò 1993, vol. II, p. 265-312.

Levi Della Vida (G.)

1935 : Elenco dei manoscritti arabi islamici della Biblioteca Vaticana: Vaticani, Barberiniani, Borgiani, Rossiani, Studi e Testi, 67, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana.

Maniaci (M.) & Munafò (P.) éds

1993 : Ancient and Medieval Book Materials and Techniques, Studi e Testi, 357-358, Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, I-II.

Maniaci (M.)

2002 : Archeologia del manoscritto: Metodi, problemi, bibliografia recente, Rome, Viella.

Muzerelle (D.)

2002 : Vocabulaire codicologique : Répertoire méthodique des termes français relatifs aux manuscrits, Rubricae, 1, Paris, CEMI, 1re éd. 1985, version en ligne sur http://vocabulaire.irht.cnrs.fr/vocab.htm.

Ornato (E.)

2000 : Apologia dell’apogeo: Divagazioni sulla storia del libro nel tardo medioevo, Rome, Viella.

Orsatti (P.)

1993 : « Le manuscrit islamique : Caractéristiques matérielles et typologie », in Maniaci & Munafò 1993, II, p. 269-331.

Orsatti (P.), Pirone (B.) & Gallotta (A.)

1993 : « Italy », in Roper 1992-4, II, p. 69-116.

Reinhart (A. K.)

1980 : « Manuscript research in the Yemen [Arab Republic] », Middle East Studies Association Bulletin, n° 14/2, p. 22-30.

Rex Smith (G.) & Porter (V.)

1997 : « The Rasulids in Dhofar in the 7th-8th/13th-14th centuries », in G. Rex Smith, Studies in the Medieval History of the Yemen and South Arabia, Variorum Collected Studies, 574, Aldershot, Variorum, XIII.

Roper (G.) éd.

1992-1994 : World Survey of Islamic Manuscripts, Londres, Al-Furqân Islamic Heritage Foundation, I-IV.

Traini (R.)

1967 : I manoscritti arabi di recente accessione della Fondazione Caetani, Indici e sussidi bibliografici della biblioteca, 6, Rome, Accademia Nazionale dei Lincei.

Witkam (J. J.)

1989 : « Qur’ân fragments from Dawrân (Yemen) », Manuscripts of the Middle East, 4, p. 155-174.

Zerdoun Bat-Yehouda (M.) éd.

1999 : Le papier au Moyen Âge : Histoire et techniques, Actes du colloque international du Centre national de la recherche scientifique, Paris, Institut de France, 23-25 avril 1998, Bibliologia - Elementa ad librorum studia pertinentia, 19, Turnhout, Brepols.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Arianna D’Ottone prépare à l’université La Sapienza, sous la direction d’Angelo Arioli, une thèse de doctorat intitulée : Les manuscrits arabes du Yémen (vie-ixe/xiie-xve siècles) : une recherche de codicologie quantitative. L’auteur remercie Hédi Dridi et Éric Vallet pour la relecture de ce texte.
2 Pour un bref aperçu des buts et des méthodes de la recherche codicologique, voir Gruijs 1974 et Maniaci 2002, p. 15-25.
3 Bozzolo & Ornato 1980, p. 220-222.
4 Voir Orsatti, Pirone & Gallotta 1993, p. 85 et Levi Della Vida 1935, p. viii.
5 Fumagalli 2001, p. 167-211.
6 Carazzi 1976, p. 241a-242b.
7 De Leone 1956.
8 Beltrami 1926.
9 Griffini 1908, p. 1-2.
10 Caprotti avait déjà procuré un lot de cent cinquante-sept manuscrits yéménites à l’arabisant autrichien Eduard Glaser, qui les donna en 1902 à l’actuelle Staatsbibliothek de Munich. Cf. Traini 1967, p. viii.
11 Griffini 1915, p. 63.
12 Borghezio 1923, p. 125 ; Bignami Odier 1973, p. 265.
13 Reinhart 1980 ; ‘Abd al-Wahhâb 1994, p. 662-671.
14 Traini 1967, p. vii.
15 Gacek 2001, p. 47 et p. 124.
16 Muzerelle 2002, s. v. cahier.
17 Busonero & al. 1999, p. 19. Les problématiques liées au cardinal de cahier ont été abordées, notamment pour la production livresque latine, par Ornato 2000, p. 33-77.
18 Sur les avatars de la formule de cahier dans les manuscrits de l’Occident médiéval, voir Busonero 1999, p. 31-139.
19 Orsatti 1993, p. 297-298 et 313.
20 Déroche 2000, p. 93.
21 Déroche 2000, p. 96.
22 Gacek 2002.
23 « Sheets of newly-made paper were at first stacked in piles of 100, then separated into lots of five sheets each. These were later glazed, folded in the middle, stacked in groups of five bifolia (dast) and presumably sold to scribes in this form. This papermaker’s practice may explain why, in the majority of cases, gatherings in Arabic codices consist of ten leaves (quinion) », Gacek 2002, p. 85.
24 Par contre, les manuscrits yéménites de matrice hébraïque se composent essentiellement de quinions et la formule du quaternion semble être assez rare ; pour les types de papier employés au Yémen, cf. Beit-Arié 1976, p. 43, n. 74.
25 La forme est une sorte de cadre réalisé en matériaux divers - étoffe, fibres végétales, fils métalliques - sur lequel la pâte du papier prend la forme d’une feuille rectangulaire. Pour les différents types de forme et les techniques de fabrication du papier, cf. Irigoin 1993, p. 286-294.
26 La ligne de chaînette est l’« empreinte laissée dans la feuille par les fils de chaînette reposant sur les pontuseaux », Muzerelle 2002, s. v. ligne de chaînette.
27 On entend par filigrane le « dessin dont l’empreinte est laissée dans la feuille de papier par un fil métallique formant une figure, cousu aux fils de vergeures ou aux fils de chaînette, dans l’une des deux moitiés de la forme », Muzerelle 2002, s. v. filigrane. Cf. Beit-Arié 1999 ; D’Ottone 2004.
28 Beit-Arié 1999, p. 44-45. Ce n’est que par un lapsus calami que nous avons ailleurs qualifié ce papier de « papier à vergeures seules » au lieu de « papier sans aucune trace de forme » ; cf. D’Ottone 2004, p. 43.
29 Beit-Arié 1999, p. 45.
30 Humbert 1998 et 1999.
31 Beit-Arié 1999, p. 45, n. 3.
32 Arnold & Grohmann 1929, p. 30.
33 Orsatti 1993, p. 275-276.
34 Bozzacchi & al. s. d.
35 On ne peut que souhaiter que d’autres recherches soient dédiées à la production livresque éthiopienne d’époque antérieure.
36 Des influences éthiopiennes et indiennes peuvent être décelées, par exemple, dans plusieurs traits de l’architecture et de l’art yéménite. Cf. Finster 2002, p. 243 ; Bonnenfant 2000 ; Rex Smith & Porter 1997, p. 32-43.
37 Witkam 1989, p. 157.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arianna D’Ottone, « Les manuscrits arabes du Yémen (VIe-IXe/XIIe-XVe siècles) », Chroniques yéménites [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 10 septembre 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cy.revues.org/169 ; DOI : 10.4000/cy.169

Haut de page

Auteur

Arianna D’Ottone

Université La Sapienza, Rome

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org