Navigation – Plan du site
Histoire
Dossier

Ports et commerce maritime dans l’Arabie du Sud préislamique1

Ports & Maritime Trade in Pre-Islamic Southern Arabia
Jérémie Schiettecatte
p. 65-90

Résumés

L’Arabie du Sud, au début de l’ère chrétienne, connaît des changements significatifs. Parmi ceux-ci, le développement du commerce maritime au détriment de l’ancienne voie caravanière. Ce changement est souvent décrit comme brusque et débouchant sur une situation pérenne durant les siècles suivants.
Nous avons choisi de reprendre ce dossier en réunissant, dans un premier temps, l’ensemble des données épigraphiques et historiques relatives aux ports préislamiques de la mer Rouge et du golfe d’Aden depuis leur fondation jusqu’au viie siècle. Ces synthèses nous permettent de décrire, dans un second temps, l’évolution de l’économie maritime au cours des premiers siècles de l’ère chrétienne, la nature des espaces d’échanges et le rôle du pouvoir politique dans le contrôle de cette nouvelle économie.
Ceci nous amène à conclure que le commerce maritime ne se développe pas aussi brusquement qu’il n’y paraît : la mise en place des réseaux et des ports majeurs s’étale sur plusieurs siècles. Ce commerce ne fut le moteur économique des royaumes sudarabiques qu’au cours d’une période limitée, du milieu du ier siècle au début du iiie siècle. Les ports connurent ensuite une activité irrégulière, conditionnée par l’évolution politique et économique des royaumes sudarabiques, des pays voisins et du bassin méditerranéen.

Haut de page

Texte intégral

 « Il part actuellement 120 vaisseaux de Myos Hormos pour l’Inde, quand autrefois, sous les Ptolémées, on ne comptait qu’un très petit nombre de marchands qui osassent entreprendre une pareille traversée et faire le commerce avec cette contrée. »
« Pour ce qui est de l'Égypte maintenant, Cicéron nous apprend dans un de ses discours que le tribut annuel payé à Ptolémée Aulétès, le père de Cléopâtre, s’élevait à la somme de 12 500 talents. Mais, du moment que l’Égypte pouvait fournir encore d’aussi forts revenus au plus mauvais, au plus nonchalant de ses rois, que ne peut-elle pas rapporter aujourd'hui que les Romains surveillent son administration avec tant de soin et que ses relations commerciales avec l’Inde et la Troglodytique ont pris tant d’extension. »

1Le tournant de l’ère chrétienne est une période de grands changements dans l’organisation des réseaux de commerce entre l’Égypte et l’Inde. Ces deux passages tirés de Strabon (Géographie II, 5, 12 et XVII, 1, 13) le montrent éloquemment. Entre le iie siècle av. J.-C. et le ier siècle après, les modes de transport adoptés pour acheminer les produits commercialisés en Arabie se transforment sensiblement, ainsi que le tracé des voies commerciales empruntées. Aux pistes caravanières traversant la Péninsule se substitue la voie maritime (fig.1 page suivante).

  • 1  L’auteur de cet article est post doctorant CNRS dans l’UMR 8167 « Orient et Méditerranée », Paris.
  • 2  Chr. Robin s’arrête en détail sur ce point dans Robin, 1997a. Nous en reprenons ici les traits pri (...)
  • 3  Sur la pénétration des Arabes en Arabie du Sud : voir Robin, 1991a.
  • 4  Sur le recul du front de crue dans le wâdî Bay/hân : Coque-Delhuille & Gentelle, 1997 ; dans le wâ (...)

2Les causes de ce basculement sont multiples2. En premier lieu, les villes-étapes caravanières le long de la bordure du désert connaissent une histoire mouvementée durant les deux derniers siècles de l’ère chrétienne. Vers le iie siècle av. J.-C., de nouvelles populations pénètrent et s’établissent dans le Jawf3. Plusieurs tribus des Hautes-Terres se détachent du royaume de Qatabân entraînant un repli de ce dernier sur lui-même. Par ailleurs, au ier siècle av. J.-C., lors du passage d’une expédition romaine dans cette même région, les villes de Kaminahû, Nashq et Nashshân sont mises à sac. À la même époque, plusieurs villes du Hadramaout sont incendiées. Enfin, vers la fin du ier millénaire av. J.-C. et au début de l’ère chrétienne, l’eau des crues irriguant les zones cultivées de ces villes est de moins en moins abondante4.

3La conjugaison des troubles politiques et les difficultés de subsistance se traduisent par un dépeuplement progressif de ces régions. Lorsque l’Égypte devient province romaine, à la fin du ier siècle av. J.-C., et que s’ouvrent de nouvelles routes commerciales en mer Rouge, les populations d’Arabie du Sud abandonnent d’autant plus facilement la piste caravanière au profit de cette voie maritime que ses relais sont affaiblis ou abandonnés. La désaffection pour cette piste caravanière accentue, en retour, le déclin des villes-étapes du pourtour désertique.

Figure 1 : Principaux sites portuaires de la mer Rouge et du golfe d’Aden aux débuts de l’ère chrétienne.

Figure 1 : Principaux sites portuaires de la mer Rouge et du golfe d’Aden aux débuts de l’ère chrétienne.

4Pour qui s’intéresse à l’Arabie du Sud, le constat du basculement du commerce, de l’intérieur des terres vers la côte, a pour intérêt majeur qu’il fournit une explication possible à l’abandon des villes établies le long de la piste caravanière, en bordure du désert. Mais ce n’est pas là l’unique finalité heuristique de ce constat. Il débouche bien au contraire sur de nouvelles interrogations : à propos de la structuration des espaces d’échanges tout d’abord, à propos du contexte dans lequel se met en place cette nouvelle donne ensuite, à propos de la pérennité de cette situation nouvelle enfin.

5Aussi les questions évoquées dans ce dossier à propos de la période islamique pourraient-elles se poser pour la période préislamique. Depuis le développement des échanges maritimes, au début de l’ère chrétienne, jusqu’à l’apparition de l’Islam, différentes dynamiques peuvent être soulignées : la formation de grands ports de commerce va de pair avec la mise en place d’un contrôle de l’économie par un pouvoir de plus en plus centralisé en Arabie du Sud ; l’évolution que connaît chacun des sites portuaires d’Arabie du Sud à la période préislamique est conditionnée par le contexte politique et économique dans lequel il s’inscrit à l’échelle locale ; cette évolution est également déterminée par un contexte international dépassant de loin le seul champ économique (politique expansionniste axoumite, évolution de la demande dans le bassin méditerranéen, conséquences de la crise de l’Empire romain au iiie siècle et de l’adoption du christianisme, rivalités sassano-byzantines, etc.).

6Nous proposons d’aborder ces différents points en réunissant dans un premier temps la documentation épigraphique et historique relative aux principaux ports de la mer Rouge (al‑Makhâ, Shaykh Sa‘îd) et du golfe d’Aden (‘Adan, Bi’r ‘Alî) depuis leur fondation jusqu’au viie siècle. Ces synthèses nous amèneront à développer, dans un second temps, l’évolution que connut cette économie maritime nouvelle au cours des premiers siècles de l’ère chrétienne, la hiérarchie qui s’établit entre les sites côtiers et la structuration des espaces d’échanges. Il nous restera, pour terminer, à évoquer le rôle du pouvoir politique dans le contrôle de cette nouvelle économie.

Makhwân ou Muza (l’actuel al-Makhâ)

  • 5 Al-Sheiba, 1988, p. 51. Peut-être doit-il être recherché plus exactement dans le village de Wahija, (...)
  • 6  Sur l’identification de Muza avec al-Makhâ, voir Casson, 1989, p. 147.
  • 7  Casson, 1989, p. 148 ; voir également Beeston, 1995, p. 244.

7Un site côtier de Tihâma apparaît sous le nom de Makhwân dans la toponymie sudarabique à partir du ive siècle. Il est identifié, d’après le contexte des inscriptions et la similitude des toponymes, avec l’actuel al-Makhâ5, mieux connu en Occident sous le nom de Moka. Ce site est mentionné dans les récits des auteurs classiques sous le nom de Muza6. La présence d’un village nommé Mawza‘, à 30 km du port d’al-Makhâ dans l’intérieur des terres, a incité certains auteurs à y voir un site d’habitat relié au port et situé dans l’arrière-pays7. Si l’identification est exacte, le site serait ainsi implanté dans la partie méridionale de la plaine côtière de la Tihâma, non loin de l’embouchure du wâdî Mawza‘. Le lieu n’offre pas d’abri côtier particulier mais il s’agit de l’une des rares plages sans récif de la côte sudarabique. Aucun vestige préislamique du port n’a été reconnu. Les données et interprétations se fondent uniquement sur les quelques inscriptions mentionnant ce site et sur les récits de Pline l’Ancien, du Périple de la mer Érythrée et de Claude Ptolémée.

  • 8  Villeneuve et alii, 2004, n. 66.

8La plus ancienne mention du site nous vient de Pline l’Ancien (Hist. Nat., VI, 26, 9) qui construit sa description de l’Arabie autour du récit de Juba II de Numidie et de diverses sources plus anciennes8 ; il reflète la situation au tournant de l’ère chrétienne par ces mots :

« [Depuis Bérénikè] on se met en mer au milieu de l’été, avant le lever de la Canicule ou immédiatement après ; au bout de trente jours environ, on arrive à Océlis d’Arabie, ou à Cane, de la région de l’encens. Il y un troisième port appelé Muza, où les navigateurs qui vont en Inde ne touchent pas ; il n’est fréquenté que par les négociants en encens et en parfums arabiques. Dans l’intérieur est une ville nommée Saphar, capitale du pays, et une autre ville nommée Save. »

9Dans cette description, le port n’apparaît pas comme un relais mais comme une destination en soi, d’envergure régionale.

10Au milieu du ier siècle apr. J.‑C., le récit d’un auteur anonyme, le Périple de la mer Érythrée, nous en donne une tout autre image, soit que le site ait gagné en importance, soit que Pline en ait sous-estimé le rôle. Muza est cité à onze reprises alors que le port de Kané (Bi’r ‘Alî) n’est mentionné que huit fois et celui d’Adoulis, en Érythrée, que sept fois. Nous reproduisons la traduction que propose L. Casson (1989) des paragraphes 21 à 24 :

  • 9  Ce toponyme peut être identifié sans ambiguïté avec l’antique Śawâ (actuelle al-Sawâ, 13°20’N-43°5 (...)
  • 10  Ma‘âfir dans les inscriptions sudarabiques Shar‘abî-al-Sawâ’ 1 et Ja 631. Sur l’identification :‘A (...)
  • 11  Ce statut semble correspondre à celui du qayl sudarabique. Ce terme désigne avant tout les membres (...)
  • 12  Ce personnage a été identifié avec Kulayb Yuha’min, de l’inscription Shar‘abî-al-Sawâ’ 1 (cf. Robi (...)
  • 13  Nous y reconnaissons sans ambiguïté la capitale du royaume de /Himyar : /Zafâr (cf. Casson, 1989, (...)
  • 14  Ce souverain a été identifié à Karib’îl Watar Yuhan‘im I, dont le règne peut être replacé au milie (...)

« Beyond these regions, on the very last bay on the left-hand shore of this sea, is Muza, a legally limited port of trade (emporion nomimom) on the coast, about 12 000 stades in all from Berenicê if you follow a course due south. The whole place teems with Arabs – shipowners or charterers and sailors – and is astir with commercial activity. For they share in the trade across the water and with Barygaza, using their own outfits. »
« A three-day journey inland from Muza lies Sauê9, the city of the province, called Mapharitis10, that surrounds it. The governor (turannos11), Cholaibos12, has his residence there. »
« Nine days further inland is Saphar13, the metropolis, residence of Charibaêl14, legitimate king of the two nations, the Homerite and the one, lying next to it, called the Sabaean; he is a friend of the emperors, thanks to continuous embassies and gifts. »

11S’ensuit la longue liste des produits qui y sont importés, où se mêlent produits de luxe (vêtements pourpres ou brodés, tissus, safran, onguents, monnaies) et produits de la vie quotidienne (vêtements sans ornement, vin, céréales). Certaines importations sont destinées au souverain et au gouverneur (chevaux, orfèvrerie, argenterie, etc.). Les produits exportés semblent se limiter à différents types de myrrhe et à l’albâtre. Ainsi, en peu de temps, le site apparaît comme l’une des places centrales du commerce maritime sudarabique, placé sous le contrôle du souverain par l’intermédiaire d’un gouverneur. La population locale y arme ses propres navires et constitue un relais sur la route des Indes.

  • 15  Villeneuve et alii, 2004, n. 67.

12Au iie siècle apr. J.‑C., notre seule source est la Géographie de Claude Ptolémée (VI.7.7) qui qualifie Muza d’emporion (port de commerce). La principale source de Ptolémée pour l’Arabie aurait été Marin de Tyr, ce qui daterait l’information du règne de Trajan (98‑117)15.

  • 16  Robin, 1995, p. 228.

13Au iiie siècle, le site n’est plus mentionné ni dans les sources épigraphiques sudarabiques, ni dans les sources classiques. Il est très probable qu’il ait alors largement perdu le rôle dominant qu’il avait jusqu’alors. Le iiie siècle est une période troublée en Tihâma. La plaine côtière est occupée par les Abyssins, qui font de la région de Ma‘âfir (entre al-Makhâ et al-Sawâ) le point de départ de campagnes militaires contre la capitale himyarite, /Zafâr, dont l’inscription Ja 631 relate quelques épisodes. Les Abyssins ne sont repoussés de Tihâma que vers la fin du iiie siècle16.

14Au ive siècle, le port réapparaît dans la documentation épigraphique sudarabique. L’inscription Ir 28, datée du début du ive siècle mentionne une ambassade envoyée par Karib’îl Watar Yuhan‘îm, roi de Saba’, dhû-Raydân, Hadramaout et Yamanat en Éthiopie, abordant, lors de leur retour, la côte à hauteur de Makhwân :

  • 17  Traduction proposée par Robin, 1995, p. 229.

« Shar/h‘athat Ashwa‘ dhû-/Habâb … ont dédié à leur Seigneur Almaqah … en témoignage de reconnaissance, parce qu’Il l’a ramené sain et sauf d’un voyage (outre-mer) où l’avait envoyé leur seigneur Karib’îl Watar Yuhan‘îm roi de Saba’, dhû-Raydân, /Ha/dramawt et Yamnat, qui les avait envoyés en ambassade dans le Pays d’Abyssinie et des Axoumites auprès du négus ; leur Seigneur Almaqah lui a accordé de revenir sain et sauf, de rapporter la paix et de ramener avec lui en ambassade et Zalnas, en accordant à son serviteur de revenir en sept jours et nuits ; il les a fait aborder à Mukhawan [Makhwân] sains et saufs.17 »

15Dans ce texte, rien ne transparaît de l’importance réelle et des activités portuaires de Makhwân ; en revanche, nous apprenons qu’il est toujours un mouillage par lequel transitent les navires à destination des côtes africaines.

16Si au ve siècle, rien n’est connu du site, il est probable qu’une population s’y maintienne puisque Makhwân réapparaît dans les inscriptions du début du vie siècle, moins comme un site portuaire que comme un site fortifié abritant une église. La population, chrétienne, y partage une foi commune avec les Abyssins ; susceptible d’apporter son soutien au souverain abyssin en cas d’intervention armée, elle représente à ce titre une menace pour le roi himyarite juif Yûsuf As’ar. Cette menace pousse le souverain à y diriger une expédition militaire que rapportent les inscriptions Ry 507, Ry 508 et Ja 1028 datées de 523 et gravées dans la région de Bi’r Himâ, au nord de Najrân :

  • 18 Ibid., p. 230.

Ry 507 : « (4) quand ils [les hommes du roi Yûsuf As’ar] détruisirent l’église et massacrèrent les Abyssins à /Zafâr … … … ils en tuèrent trois cents … … alors il [le roi] envoya contre Ash‘arân, (5) les forteresses de Shamîr, Rakbân, Rima‘ et Mu[khawân] [Makhwân] … … Ils dévastèrent (?) Ash‘arân, détruisirent l’église, tuèrent et pillèrent [les Abyssins] à Mukhawân [Makhwân], ainsi que les autres habitants (?) farasânites (10) alors que ses frères et leurs clients Yaz’anites étaient en position avec le roi à Mukhawân [Makhwân] contre l’Abyssinie […].18 »

  • 19 Ibid.

Ry 508 : « (2) […] alors qu’ils étaient avec leur seigneur le roi Yûsuf As’ar (3) contre les Abyssins à /Zafâr et détruisirent l’église ; le roi descendit vers Ash‘arân et l’envoya avec une armée ; il guerroya contre Mukhawân [Makhwân], massacra (4) tous ses habitants et détruisit l’église, guerroya contre les forteresses de Shamîr et de sa plaine [...]19 »

  • 20 Ibid.

Ja 1028 : « (3)[…] le roi Yûsuf As’ar Yath’ar quand il a brûlé l’église et massacré les Abyssins à /Zafâr, fait la guerre contre Ash‘arân, à Rakbân, à Fara(4)sân et à Mukhawân [Makhwân] […].20 »

  • 21 Al-Muqaddasî, p. 85. Nous devons la traduction à É. Vallet. Nous lui savons gré de nous avoir signa (...)

17Le port ne fut pas nécessairement abandonné par la suite. Il semble néanmoins qu’au xe siècle, l’endroit ait perdu de son importance puisqu’il n’est pas mentionné dans le chapitre qu’al-Hamdânî consacre aux villes de la Tihâma dans /Sifat jazîrat al-‘Arab. En revanche, il apparaît toujours à cette même époque, d’après al-Muqaddasî, comme une « ville dépendant de Zabîd, peuplée (‘âmira), remplie d’huile de sésame. Leur boisson vient d’une source située à l’extérieur de la cité. La grande mosquée se trouve à son extrémité, près du rivage »21.

Maddabân ou Okêlis (l’actuel Shaykh Sa‘îd)

  • 22  Sur la localisation de Maddabân, voir Beeston, 1988.
  • 23  Wellsted, 1838, p. 466.

18Un port antique apparaît dans les sources classiques sous le nom d’Okêlis. D’après les différentes descriptions qui en ont été faites, il ne fait guère de doute qu’il se trouvait sur la côte yéménite, à hauteur du détroit de Bâb al-Mandab, très probablement à l’emplacement de l’actuel village de Shaykh Sa‘îd. Pour différentes raisons, le site côtier mentionné dans les inscriptions sudarabiques sous le nom de Maddabân – à rapprocher du nom de l’actuel détroit – correspondrait à cette même localité22. Lors de la visite qu’il fit des lieux en 1835, J. R. Wellsted n’y vit pas de trace d’occupation antique23. Que nous en apprennent les sources écrites ?

  • 24  D’après Villeneuve et alii, 2004, p. 157, n. 65, Strabon s’appuie, pour sa description de l’Arabie (...)

19Strabon ne mentionne le site que comme amer et repère topographique, en s’appuyant sur des sources datées du début du ier siècle av. J.-C.24. Il apparaît en ces termes dans sa Géographie (XVI, 4, 5) :

  • 25  Nous reconnaissons dans Acila le nom plus tard donné au site par les auteurs classiques d’Okêlis.

« Suivant Artémidore, le promontoire qui se détache de la côte d’Arabie en s’avançant pour ainsi dire à la rencontre du cap Diré est connu sous le nom d’Acila.25 »

20Une première mention du port, tel qu’il devait apparaître au tournant de l’ère chrétienne, nous est donnée par Pline l’Ancien (Hist. Nat., VI, 26, 9) dans le passage cité précédemment. Le site y est qualifié de portus, ce qui peut être interprété autant comme un mouillage que comme un port de commerce. Il se trouve à trente jours de navigation de Bérénikè sur la côte égyptienne et, ajoute Pline :

  • 26  Le vent Hippale renvoie à l’utilisation du régime des vents de mousson qu’exploitèrent les navigat (...)

« Pour ceux qui vont en Inde le point de départ le plus avantageux est Océlis. De là avec le vent Hippale26, on navigue pendant quarante jours jusqu’à Muziris, premier marché de l’Inde. »

21Okêlis est ici l’étape majeure entre Bérénikè (Égypte) et Muziris (Inde) et le dernier point d’avitaillement avant l’Inde. Néanmoins, nulle mention n’est faite des échanges qui auraient pu être pratiqués en ces lieux.

22Si Pline semble donner plus d’importance à Okêlis qu’à Muza (al-Makhâ), il en va autrement du Périple de la Mer Erythrée (§ 25-26) au milieu du ier siècle :

  • 27  Traduction de Casson, 1989.

« About a 300-stade sail past this port [Muza], the Arabian mainland and the country of Barbaria across the water in the vicinity of Avalitês converge to form a strait, not very long, that contracts the waters and closes them off into a narrow passage; here in the middle of the channel, 60 stades wide, stands Diodoros Island [Perim Island]. […]
Along this strait is Okêlis, an Arab village on the coast that belongs to the same province [Mapharitis/Ma‘âfir]; it is not so much a port of trade (emporion) as a harbor (hormos), watering station, and the first place to put in for those sailing on.27 »

23Tout en confirmant le propos de Pline, selon lequel Okêlis était une escale majeure sur la route de l’Inde, le port y apparaît clairement comme un mouillage (hormos), comme un lieu d’avitaillement, et non comme un lieu de commerce dont le monopole dans la province est exercé par le port voisin de Muza (al-Makhâ). Au iie siècle, la Géographie de Claude Ptolémée (VI.7.7) est une nouvelle fois notre unique source. L’auteur y qualifie Okêlis de port de commerce (emporion). Ce nom apparaît dans une liste de toponymes, sans plus de précisions.

  • 28  Beeston, 1988.

24De ce site, nous n’avons plus d’indication ensuite avant le vie siècle, si l’on s’accorde avec A. F. L. Beeston28 à localiser le toponyme sudarabique Maddabân à l’emplacement actuel du village de Shaykh Sa‘îd, en bordure du Khawr Ghurayra. Maddabân est alors cité à trois reprises dans un contexte identique par les inscriptions sudarabiques déjà mentionnées à propos de Makhwân (al-Makhâ) : Ry 507, Ry 508 et Ja 1028, datées de l’an 523 :

  • 29  Traduction : Robin, 1995, p : 230.

Ry 507 : « (10) alors que ses frères et leurs clients Yaz’anites étaient en position avec le roi à Mukhawân contre l’Abyssinie, et qu’il [le roi] renforçait la chaîne de Maddabân. Au mois de dhû-madhra’ân de [l’année] 633 [de l’ère himyarite] […].29 »

  • 30  Ibid.

Ry 508 : « (8) Le roi prêtait main-forte pour contrer les Abyssins et pour renforcer la chaîne de Maddabân avec son armée […].30 »

  • 31  Ibid.

Ja 1028 : « (3) […] Yûsuf As’ar Yath’ar quand il a brûlé l’église et massacré les Abyssins à /Zafâr, fait la guerre contre Ash‘arân, à Rakbân, à Fara(4)sân et à Mukhawân, attaqué et assiégé Najrân, enfin fortifié la chaîne de Maddabân […].31 »

  • 32  La chaîne est mentionnée dans d’autres sources historiques, chez Ibn al-Mujâwir (xiiie siècle) dan (...)
  • 33  A. F. L. Beeston a démontré que trois possibilités s’offraient à nous (Khawr al‑Ghayl, Khawr Ghura (...)

25L’interprétation qu’il convient de donner à cette « chaîne de Maddabân » est controversée. Son existence réelle ne semble pas devoir être remise en question32. En revanche, son emplacement exact est sujet à discussion, l’hypothèse la plus vraisemblable restant l’entrée de la lagune de Khawr Ghurayra, où devait se situer Maddabân/Okêlis33.

  • 34 Al-Mas‘ûdî, III, p. 157. Il est possible qu’au vie siècle, Ghulayfiqa (Ghalâfiqa chez al-Mas‘ûdî) a (...)

26L’évocation de la chaîne dans les trois inscriptions doit être replacée dans son contexte. Le roi Yûsuf As’ar craint une intervention armée éthiopienne sur la côte méridionale de la Tihâma et renforce les rares points de la côte où l’absence de récifs autorise un débarquement : Khawr Ghurayra d’une part au moyen d’une chaîne, Makhwân d’autre part en y « organisant la défense » (Ry 507/10). Le troisième site, Khawr al-Ghayl, au sud de Ghulayfiqa, est l’endroit où il portera le gros de ses troupes lors du débarquement abyssin comme le rapporte al-Mas‘ûdî au xe siècle34. Au vie siècle, nous n’avons par conséquent aucune preuve de la survivance de l’antique Okêlis. La baie est défendue contre un débarquement mais rien ne permet d’affirmer que le port voisin soit toujours en activité.

‘Adan ou Eudaimôn Arabia (l’actuel Aden)

  • 35  Traduction de Casson, 1989.

27Aden s’étend au pied du jabal Shamsân. Protégé contre les vents de mousson par l’île de /Sîra, le site offre un abri pour les navires et un amer pour les navigateurs. Il n’est nullement surprenant qu’en dépit de l’absence de traces d’occupations préislamiques sur le site, les sources écrites attestent une occupation au plus tard au ier siècle apr. J.‑C. Le Périple de la Mer Erythrée (§ 26) fournit la plus ancienne mention du site où il apparaît sous le nom d’Eudaimôn Arabia35 :

  • 36  Cf. Robin, 1997b.

« Beyond Okêlis, with the waters again opening out towards the east and little by little being revealed to be open sea, about 1 200 stades distant is Eudaimôn Arabia, a village on the coast belonging to the same kingdom, Charibaêl’s [Karib’îl Watar Yuhan‘im I36]. It has suitable harbors and sources of water much sweeter than at Okêlis. It stands at the beginning of a gulf formed by the receding of the shore. Eudaimôn Arabia, a full-fledged city in earlier days, was called Eudaimôn when, since vessels from India did not go on to Egypt and those from Egypt did not dare sail to the places further on but came only this far, it used to receive the cargoes of both […]. And now, not long before our time, Caesar sacked it. »

  • 37  Celles-ci sont résumées dans Villeneuve et alii, 2004, p. 156, n. 61.
  • 38  Casson, 1989, p. 160.

28Le premier paragraphe laisse peu de doutes sur l’identification d’Eudaimôn Arabia avec l’actuel Aden. Tout comme Okêlis, ce port apparaît comme un mouillage et point d’avitaillement plus que comme un port de commerce. La manière dont il convient d’interpréter un passé glorieux du port et sa mise à sac par « César » a fait l’objet d’interprétations diverses37. Comme le propose L. Casson38, nous serions enclin à y voir une confusion de l’auteur du Périple entre le nom de l’Arabie du Sud (Eudaimôn Arabia en grec) et le nom grec de l’antique Aden (également Eudaimôn Arabia). Il aurait alors transposé sur la localité d’Aden, les événements qu’endurèrent certains sites sudarabiques lors du passage de l’expédition d’Ælius Gallus, envoyée par l’empereur Auguste contre l’Arabie du Sud. Par Strabon, il semble assuré que l’expédition n’est pas allée beaucoup plus au sud que la ville de Ma’rib.

29Si jusqu’au tournant de l’ère chrétienne, Eudaimôn Arabia apparaissait comme un mouillage et un point d’avitaillement pratique et favorable pour les navires pratiquant le cabotage, nous ne pouvons rien affirmer du rôle joué par ce port dans le commerce maritime. Le port que les Grecs nommaient Eudaimôn Arabia portait apparemment le nom sudarabique de ‘Adan (dhû-‘Adanum) dès le début de l’ère chrétienne et peut-être même avant. Une dédicace est effectuée à Coptos, en Égypte, en l’an 70, par un négociant se disant Adénite :

  • 39  Le texte a été publié par Guy Wagner (1976). Nous en avons repris ici la traduction. Ce même Herme (...)

« Pour l’empereur César Vespasien Auguste et sa maison, à Isis et à Héra, déesses suprêmes, Hermerôs fils d’Athêniôn, citoyen d’Aden [Adaneites], sur la mer Rouge, négociant [ou « négociant sur la mer Rouge »], l’an 2, le 16 du mois de Kaisareion-Mesorê.39 »

30Tout comme Okêlis, le port passe du statut de village dans le Périple à celui de port de commerce (emporion) au iie siècle dans la Géographie (VI.7.9) de Claude Ptolémée. Il y est nommé « Arabia emporion ».

31Au iiie siècle, l’antique Aden apparaît sous le nom dhû-‘Adanum dans l’inscription sudarabique MAFRAY-al-Mi‘sâl 5/17 où le site est qualifié de port (ou mouillage), /hyq :

  • 40  Cette traduction, non publiée, est proposée par Christian Robin ; je lui suis reconnaissant de me (...)

« (17)Ensuite, ils [les seigneurs de la tribu Radmân et Khawlân] partirent en expédition et ils envoyèrent des renforts et assiégèrent le port dhû-‘Adanum, eux et un détachement de leur tribu, et ils pénétrèrent dans le port dhû-‘Adanum.40 »

32Il s’agit de la plus ancienne attestation du site que nous connaissions dans la documentation épigraphique sudarabique. Cette inscription datée du règne de Yâsirum Yuhan‘im et de Nasha’karib Yuha’min Yuhar/hib, dans le troisième quart du iiie siècle, mentionne la prise du port de dhû-‘Adanum par une coalition de tribus faisant allégeance au souverain himyarite.

33L’Histoire Ecclésiastique (III, 4) de Philostorge apporte un éclairage majeur sur le statut qu’avait le port d’Aden au milieu du ive siècle à travers le récit de l’ambassade de Théophile l’Indien auprès du souverain himyarite :

  • 41  La traduction est proposée par Walford, 1855.

« [...] the prince of the nation [Tha’rân Yuhan‘im], by sincere conviction, came over to the true religion, and built three churches in the district […]. One of these churches he erected in a place called Tapharum [/Zafâr], the metropolis of tire nation; another in the place where the mart of Roman commerce stood, lying towards the outer sea. This place is called Adane; and it is the spot where everybody is in the habit of landing on coming out of the Roman territories. The third church he built in another part of the district, where the mart of Persian commerce stands, hard by the mouth of the Persian Sea, which lies along those parts.41 »

34Le port d’Aden est cité pour la première fois sous son toponyme sudarabique dans un texte classique. Il fait figure de tête de pont du commerce maritime romain dans la région et semble avoir pris la place qu’occupait Makhwân (al-Makhâ) au ier siècle de port principal de la sphère himyarite à côté de Qanî’ (Bi’r ‘Alî).

  • 42  Voir sur ce point Crone, 1987, p. 95.

35Les textes sont silencieux pour les ve et vie siècles ; néanmoins al-Marzûqî, au xie siècle, écrit dans Kitâb al-azmina wa-l-amkina (II, 164) qu’Aden était particulièrement réputée à l’époque préislamique comme manufacture de parfum, fournissant les matériaux de base pour leur production et que ces productions furent mises sous contrôle perse lors de la conquête à la fin du vie siècle42. Si tel fut le cas, le port connaissait alors probablement une activité florissante.

Qâni’ ou Kané (l’actuel Bi’r ‘Alî)

36L’histoire du port antique de Qâni’ présente moins de plages obscures que les sites précédents, compte tenu de l’abondante documentation fournie par les fouilles archéologiques russes puis franco-russes des années 1980 et 1990.

  • 43  À propos du contexte environnemental du site, cf. Sedov, 1997, p. 369 ; Mouton, Sanlaville & Suire(...)
  • 44  Périple de la mer Érythrée, § 27 ; Ptolémée, Géographie (VI.7.10).
  • 45  Pline l’Ancien, Hist. Nat., VI, 26, 104.

37Les vestiges de l’antique port de Qâni’ se trouvent sur la côte du golfe d’Aden, à proximité du village de Bi’r ‘Alî, au pied de la cheminée volcanique nommée /Hu/sn  al‑Ghurâb, à une centaine de kilomètres au sud-ouest d’al-Mukalla. Le site se prête parfaitement à l’établissement d’un port : la baie est large, rentrante et abritée de la houle et des vents forts, une nappe d’eau douce affleure, l’accès depuis la terre y est facile, /Hu/sn  al‑Ghurâb offre un amer pour les navigateurs et un refuge pour les habitants43. Les toponymes antiques de Qâni’ et de Mâwiyat sont respectivement identifiés à Bi’r ‘Alî et /Hu/sn  al‑Ghurâb grâce aux inscriptions trouvées in-situ CIH 621 et CIH 728. Elles permettent de reconnaître en ce site la Kané44/Cané45 des sources classiques.

  • 46  Sedov, 1992, p. 112, Mouton et alii, 2006.
  • 47  Mouton et alii, 2006.

38Le site antique s’étend sur 500 m de longueur et sur une largeur maximale de 300 m. L’approvisionnement en eau était assuré par plusieurs puits, complétés par quatre citernes creusées au sommet de /Hu/sn  al‑Ghurâb. Différents quartiers se distinguent par la nature de l’habitat46 : le quartier sud-ouest et centre-nord comporte de petites habitations alors que dans les quartiers nord, nord-est et sud-est, nous avons affaire à de grands bâtiments à pièces multiples et larges cours. Les grandes structures d’habitat sont implantées à proximité de la plage, formant de grands complexes séparés par des ruelles étroites. Les structures plus modestes sont établies en arrière de ce front de mer, de manière désordonnée47. Plus d’une centaine de maisons ont été dénombrées.

  • 48 Sedov, 1996, p. 12 ; Sedov, 1997, p. 369.
  • 49 Davidde & Petriaggi, 1998.
  • 50  Ballet, 2001 ; Davidde, Petriaggi & Williams, 2004 : céramique sigillée, amphore Dressel 2-4 de Ca (...)

39Plusieurs éléments témoignent du rôle commercial et portuaire du site : la présence d’un phare sur le sommet de /Hu/sn  al-Ghurâb48, les ancres en pierre trouvées dans le port49, les nombreuses céramiques provenant du pourtour méditerranéen50, les entrepôts qui ponctuent la ville basse et dont l’un d’entre eux contenait de grandes quantités d’encens. Les premiers entrepôts sont implantés à mi-chemin entre la grève et la citadelle, au pied du chemin qui mène à cette dernière. Les entrepôts plus tardifs sont implantés à proximité du débarcadère. Seule la baie nord-est était en mesure d’abriter des navires de commerce ; il est naturel de trouver les structures de stockage à proximité de la grève. À côté de ces éléments liés au commerce maritime à grande échelle, on trouve quelques structures s’apparentant à des boutiques, probablement liées à une activité économique locale, au pied de /Hu/sn  al-Ghurâb. Dans ces dernières, des jarres de stockage et de petites monnaies ont été trouvées lors des fouilles.

40Qâni’ est une fondation du ier siècle av. J.‑C. La fouille archéologique a permis de distinguer trois phases de développement du site. La Lower Period (ier siècle av. J.‑C.-ier siècle apr. J.‑C.) est celle de la fondation du site. L’habitat ne se développe qu’au pied de /Hu/sn  al‑Ghurâb. La présence d’amphores de type Dressel 2-4, de sigillée d’Arezzo et d’Antioche et de bols nabatéens permet d’envisager, dès cette époque, l’établissement de premiers contacts avec la zone méditerranéenne par voie maritime. L’emprise modeste du site incite à y voir un simple point d’avitaillement et de chargement d’aromates (présence d’un entrepôt à encens de 90 m² dès cette période) à l’activité limitée. Du début de cette période, le témoignage de Pline l’Ancien (Hist. Nat. VI, 26, 104) n’apporte aucun détail de plus que l’association de Qâni’ avec le commerce de l’encens :

« On se met en mer au milieu de l’été, avant le lever de la Canicule ou immédiatement après; au bout de trente jours environ, on arrive à Océlis d’Arabie, ou à Cané, de la région de l’encens. »

41Absent de la Géographie de Strabon, l’antique Qâni’ apparaît en revanche comme port de commerce (emporion) dans le récit du Périple de la mer Érythrée (§ 27) ; celui-ci témoigne de l’ampleur que prend l’activité de Qâni’ au cours du ier siècle apr. J.‑C. :

  • 51  Traduction de Casson, 1989.

« Immediately after Eudaimôn Arabia come a long coast and bay, populated by villages of Nomads and Ichtyophagoi, that stretch for 2000 stades or more, at which point, beyond the projecting headland, is another port of trade (emporion) on the coast, Kanê, belonging to the kingdom of Eleazos [Ili‘azz Yalut, roi du Hadramaout], the frankincense-bearing land; (…). Above it inland lies the metropolis of Saubatha [Shabwa], which is also the residence of the king. All the frankincense grown in the land is brought into Kanê, as if to a warehouse, by camel as well as by rafts of a local type made of leathern bags, and by boats. It also carries on trade with the ports across the water […].51 »

42Le paragraphe suivant (§ 28) résume la liste des produits importés où, comme à Muza (al-Makhâ), se mêlent des produits courants (blé, vin, vêtement, cuivre, étain), des biens de valeur (corail) et des produits destinés au souverain (argenterie, chevaux, statuaire, textiles fins). Il est également précisé que les exportations se limitent presque exclusivement à l’aloès et surtout à l’encens.

  • 52  Mouton et alii, 2006.

43À la fin du ier siècle, la Middle (ou Main) Period (fin du ier siècle - fin du ive siècle) est celle de l’extension rapide du tissu urbain à l’ensemble de l’espace constructible disponible à marée haute52. Cette croissance reflète vraisemblablement celle des échanges maritimes dans le commerce transrégional à partir de la seconde moitié du ier siècle. Qâni’ passe alors de l’état de petit port avec entrepôt à celui d’une ville portuaire de forte attraction sur les circuits de ce commerce maritime. Sa position intermédiaire entre Khawr Rûrî dans le /Zufâr  et ‘Adan en fait un site d’avitaillement de premier ordre ; la convergence des route par lesquelles sont acheminés les aromates, par voie maritime depuis Khawr Rûrî ou terrestre depuis le Hadramaout et le Wu/sr, renforce l’attraction du port. Dans la Géographie de Cl. Ptolémée (VI.7.10), au iie siècle, le site est toujours qualifié de port de commerce (emporion).

44Vers 225-230, les inscriptions sudarabiques évoquent un conflit entre le souverain sabéen Sha‘r Awtar et le royaume du Hadramaout. La prise de Qâni’ est évoquée dans plusieurs de ces textes :

  • 53  Traduction de Ryckmans, 1974, p. 250.

Ir 13 : « Et ils arrachèrent encore de l’or et du butin de la ville de Shabwat et de Qâni’, et ils occupèrent et ils incendièrent des bateaux (sfnm) à satiété dans le port (/hyqn) de Qâni’, entrepôt (mkdh) du roi de Hadramaout.53 »

  • 54 Jamme, 1962, p. 134-135.

Ja 632 : mention du butin pris dans les villes de Shabwa et de Qâni’54.

  • 55  Traduction de Ryckmans, 1955, p. 300. Le Dictionnaire sabéen propose de traduire śdq par « petit b (...)

Ry 533 : Mention de l’attaque du port de Qâni’ par Saba’ et du butin fait dans la ville de « quarante-sept bacs (’śdqm) et felouques (’flkm) »55.

  • 56 Sedov, 1996, p. 26.

45Au-delà de l’emphase portée sur les richesses du port et de l’importante flotte qui s’y trouvait, ces textes, et plus particulièrement Ir 13, nous éclairent sur l’emprise qu’exerçait le pouvoir royal hadramite sur l’activité commerciale du port, en qualifiant ce dernier d’entrepôt du roi du Hadramaout. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point. À la fin du iiie siècle, l’importante quantité de monnaies himyarites indique toutefois, selon A. V. Sedov, le passage du port sous le contrôle de Himyar56.

  • 57 Davidde & Petriaggi, 1998 ; Davidde, Petriaggi & Williams, 2004.

46Au ive siècle, l’activité commerciale ralentit. Les fouilles subaquatiques ont notamment révélé que la majorité des amphores importées étaient antérieures à cette période57. Le texte Abadan 1/37, daté du règne de Dhamar‘alî roi de Saba’ et dhû-Raydân, v. 355 apr. J.-C., rapporte que :

  • 58  Traduction de Gajda et Robin, 1994, p. 116.

« Ils [membres du lignage de Yaz’an] ont acheté aux ... ... dans le port de Qâni’ (/hyq Qn’) cinq vaisseaux avec leur gréement.58 »

47À partir du ve siècle (Upper Period), le tissu urbain se concentre dans la partie occidentale du site, s’y densifiant dans une zone de moins de deux hectares. L’inscription CIH 621, de /Hu/sn  al‑Ghurâb, datée de 530, mentionne la remise en état, par des membres du lignage Yaz’anide, des installations au sommet du piton volcanique après un conflit qui opposait les Abyssins au souverain himyarite Yûsuf As’ar Yath’ar :

  • 59  Traduction proposée par Robin, 1991b, p. 152.

« (6)[…] ont écrit cette inscription sur le (7) mont Mâwiyat [/Hu/sn  al‑Ghurâb], quand ils ont aménagé les murailles, la porte, les citernes et les voies d’accès, (8) quand ils s’y sont retranchés à leur retour du pays d’Abyssinie et que les Abyssins ont envoyé leur corps expéditionnaire (9) au pays de Himyar, quand ils ont tué le roi de Himyar et ses grands seigneurs, Himyarites et Rahbatites. (10) Au mois de dhû-hillatân de l’an six cent quarante [de l’ère himyarite].59 »

48Une persistance des échanges maritimes est attestée par la présence d’amphores provenant de Méditerranée orientale (Palestine, ‘Aqaba). Un grand nombre de céramiques utilitaires axoumites témoigne de la présence probable d’une communauté axoumite à Qâni’. La documentation épigraphique, moins abondante, fait état d’un gouverneur de Qâni’ (CIH 728).

  • 60  G. Lankester Harding évoque la présence de tessons de céramique à glaçure médiévale, de verre (Lan (...)

49Le site est abandonné au viie siècle, à la suite de changements politiques et religieux ainsi que d’un déclin probable des activités commerciales avec les anciens partenaires commerciaux. Une occupation restreinte se maintient sur le site ; des inhumations sont pratiquées dans certaines maisons, d’autres servent d’abri à des pèlerins en route pour la Mecque60.

Pour une périodisation du commerce maritime sudarabique

50L’esquisse des grands traits de l’histoire des principaux sites portuaires sudarabiques suffit à montrer à quel point il serait absurde de considérer l’activité commerciale maritime sous le seul angle d’une alternative au commerce caravanier se mettant en place au tournant de l’ère chrétienne et se perpétuant de façon immuable jusqu’à la fin de la période préislamique. Ces courtes présentations ont révélé des phénomènes de croissance, de déclin, d’abandon propres à chaque site, qui résultent de dynamiques politiques et économiques locales autant que régionales, voire suprarégionales. La carte des implantations portuaires est changeante ; la finalité de ces implantations n’est pas la même selon les périodes ; l’activité commerciale menée en ces lieux diffère considérablement d’un siècle à l’autre. Nous aimerions donc remettre en perspective ces dynamiques dans leur contexte historique. Elles montreront, au-delà des ruptures que l’on ne peut nier, ce que l’activité portuaire de la période islamique doit au passé.

Un réseau portuaire pour le cabotage (ive-ier siècle av. J.-C.)

51Le premier point sur lequel il convient de s’arrêter est l’antériorité du trafic maritime sur les côtes sudarabiques par rapport à l’utilisation plus intensive du régime des moussons pour la navigation hauturière, à partir du tournant de l’ère chrétienne.

  • 61  Les débuts de l’occupation du site remonteraient aux IVe-IIIe siècles av. J.-C. (Avanzini, 2002, p (...)
  • 62  Rougeulle, 1999.

52Avant que ne se mettent en place les échanges maritimes au long cours du ier siècle, un chapelet d’établissements côtiers s’étire sur les rives du golfe d’Aden, probablement dès le début de la seconde moitié du Ier millénaire av. J.‑C. : Khawr Rûrî61 (/Zufâr , Oman), Ra’s Fartak et Shi/hr-Est62 (Hadramaout, Yémen). Durant cette période, l’encens omanais semble partiellement acheminé par voie maritime, de la région de production jusqu’au débouché du wâdî Mayfa‘a avant de prendre la route de la capitale du Hadramaout, Shabwa, et d’être exporté vers le nord par voie caravanière. Vers les ive-iiie siècles av. J.‑C., le souverain hadramite charge un notable de fortifier Naqb al-Hajar (Rés3869), étape intermédiaire entre la côte et Shabwa, capitale du Hadramaout. Ces éléments pourraient s’expliquer par la nécessité d’ouvrir de nouvelles voies de transport de l’encens omanais acheminé par cabotage.

  • 63  Ibid., p. 128 : site implanté env. 125 km à l’est d’al‑Shi/hr. La structure que nous avons pu visi (...)

53Au ier siècle av. J.‑C., la fondation de Bi’r ‘Alî et la fortification de la passe d’al‑Binâ’, l’antique Qalat (Rés 2687) consacrent la primauté de cette voie maritime d’acheminement de l’encens depuis les régions productrices du /Zufâr  et du Mahra jusqu’à Shabwa. À cette période, un petit site côtier comportant une vaste structure ayant pu servir d’entrepôt est probablement fondé à al-Mu/sayna‘a, sur la côte du Hadramaout63 et semble confirmer la persistance d’une activité de cabotage. C’est toutefois vers le milieu du ier siècle apr. J.‑C., lorsque le site de Khawr Rûrî est entièrement réaménagé et que le port de Bi’r ‘Alî entame une période de croissance rapide, que le commerce maritime prend définitivement le pas sur le commerce caravanier.

  • 64  Cette donnée doit néanmoins être considérée avec précaution ; nous avons déjà souligné les possibl (...)

54Il n’est pas impensable qu’Aden, Shaykh Sa‘îd et al-Makhâ aient joué eux aussi, dès cette haute époque, le rôle d’escales pour le grand cabotage le long des côtes sudarabiques, au même titre que Khawr Rûrî, Mu/sayna‘a, al-Shi/hr et Bi’r ‘Alî. La difficulté pour les trois premiers sites est l’absence de vestiges archéologiques. Khawr Rûrî et Qâni’ sont respectivement occupés quatre et un siècles avant que les sources classiques ne mentionnent leur existence. Peut-être en allait-il de même des ports sudarabiques de la mer Rouge et du golfe d’Aden. N’oublions pas qu’au ier siècle, le Périple de la mer Érythrée mentionne déjà l’ancienneté d’Aden64.

  • 65 Sidebotham, 1989, p. 201.
  • 66 Ibid., p. 207.
  • 67 Ibid., p. 197.

55Cette occupation ancienne est à mettre en parallèle avec ce que l’archéologie nous apprend des implantations portuaires du nord de la mer Rouge : sur la côte égyptienne, Arsinoé est occupé dès la période ptolémaïque65, Bérénikè est fondé au début du iiie siècle av. J.‑C., sous le règne de Ptolémée II66 ; il en va de même de Philotera. Pour S. E. Sidebotham67, les motivations premières de ces fondations ptolémaïques sont militaires – et liées à l’acquisition de l’or – ; elles n’ont pas de vocation commerciale, comme à l’époque romaine, par la suite. Cet élément pourrait expliquer le peu d’échanges qui se nouent alors entre le nord et le sud de la mer Rouge, à l’instar de ce que note Strabon (Géographie II, 5, 12).

ier-iie siècles : développement de la navigation hauturière et commerce maritime florissant

56L’essor du commerce maritime résulte moins de la découverte du régime des moussons, que des conséquences de la bataille d’Actium (31 av. J.‑C.) qui, un an plus tard, aboutit à l’intégration de l’Égypte dans l’Empire romain. Rome a désormais une façade maritime sur la mer Rouge et peut, dans le contexte opportun de la pax romana, poursuivre l’entreprise, commencée par les Ptolémées, d’ouverture de routes maritimes permettant de commercer avec les régions productrices d’aromates (Inde, Arabie) sans l’intermédiaire coûteux des caravanes transarabiques.

  • 68  Villeneuve et alii, 2004, p. 170 n. 135 : une étude de 7000 monnaies romaines révèle deux pics, l’ (...)

57Les sites portuaires sudarabiques ne semblent toutefois pas voir leur activité décoller immédiatement après la prise de l’Égypte par Rome à la fin du ier siècle av. J.-C. Ces sites ne connaissent une croissance réelle qu’à partir de la seconde moitié du ier siècle apr. J‑C. ou au début du iie siècle. Absente du récit de Strabon, Qâni’ ne connaît une croissance importante qu’au milieu du ier siècle ap. J.-C. ; Moscha Limèn (Khawr Rûrî), second site portuaire du royaume du Hadramaout, est alors totalement refondé. Alors que Muza (al-Makhâ) est relégué au second plan au début du ier siècle, derrière Okêlis (Shaykh Sa‘îd), le Périple le fait apparaître comme un centre majeur un demi siècle plus tard ; Okêlis, enfin, qui n’était qu’un repère topographique chez Strabon, se présente comme un mouillage chez Pline et dans le Périple, avant d’apparaître comme emporion chez Claude Ptolémée. Le ier siècle apparaît ainsi comme la période de développement des échanges maritimes entre Égypte et Inde. L’étude du monnayage romain en Inde révèle notamment une abondance particulière des monnaies d’époque julio-claudienne68. Au sein de ces relations, l’Arabie du Sud tient une place particulière, non pas comme seule étape pour l’avitaillement des navires mais également comme lieu d’échange et d’exportation d’aromates.

  • 69  Villeneuve et alii, 2004.
  • 70  Sur l’ambiguïté posée par la traduction de Pont(us) Hercul(is) : ibid., p. 161-167.

58Au début du iie siècle, la situation ne s’est guère dégradée : Claude Ptolémée mentionne toujours les ports de commerce (emporion) du ier siècle, auxquels s’ajoutent Okêlis et Aden. Vers le milieu du iie siècle en revanche, la présence sur les îles Farasân d’un détachement de la IIe légion Trajana Fortis et d’auxiliaires est relatée dans une inscription latine découverte sur l’île principale et datée vers 140-14469. Ce texte nous apprend la présence d’un dénommé Castricius, préfet du port de Ferresanum (ou Ferresan), et d’un district appelé Pontus Herculis, que F. Villeneuve propose de traduire par « mer d’Hercule »70. L’établissement de ce détachement dans le secteur est probablement motivé par la lutte contre la piraterie. À cette période, un hiatus s’observe dans la succession dynastique du royaume de /Himyar ; les rois de Saba’ Sa‘dshamsum Asra‘ et son fils Marthadum Yuha/hmid dirigeraient les deux royaumes de Saba’ et de /Himyar. Nous pouvons supposer que le contrôle et la sécurité des ports et de la côte sudarabiques ne sont plus aussi bien assurés que ce que laisse entendre le Périple de la mer Érythrée un siècle plus tôt.

La rupture du iiie siècle

59Le iiie siècle marque un véritable tournant. Les sources classiques sont muettes à propos des ports de l’Arabie du Sud. La documentation sudarabique pour sa part ne mentionne les ports d’Aden et de Qâni’ (Bi’r ‘Alî) que dans des contextes conflictuels : MAFRAY-al-Mi‘sâl 5 évoque la prise d’Aden ; Ir 13, Ja 632 et Ry 533 signalent l’attaque et le pillage de Qâni’. Nul doute que les ports sudarabiques, à l’image des royaumes auxquels ils appartiennent, sont plongés dans la tourmente.

  • 71  Le « royaume des Aksumites » est cité à côté du « royaume du pays de Babylone et de Perse », du «  (...)
  • 72  Sur la datation controversée de cette inscription et son auteur présumé, voir Shitomi, 1997.
  • 73  Populations nomades de la région côtière arabique (ibid., p. 85).
  • 74  Tribu de Kinana établie entre le /Hijâz et le ‘Asîr (ibid.).
  • 75  Voir Robin, 1991c, p. 22.

60Le iiie siècle est une période de conflits entre les royaumes de /Himyar, de Saba’ et du Hadramaout, le premier annexant successivement les deux suivants. Si les ports du Golfe d’Aden sont affectés par ce contexte instable, ceux de la mer Rouge traversent une crise encore plus profonde avec le débarquement et l’installation durant la quasi-totalité du iiie siècle de troupes abyssines dans la Tihâma, jusqu’à /Zafâr, dans les Hautes-Terres, ou à Aden. Le royaume d’Axoum connaît alors une phase d’expansion suffisamment notable pour apparaître dans le Kephalia de Mânî comme l’un des quatre grands royaumes du monde d’alors71. À cette même période, les Éthiopiens battent monnaie en or. Le Monumentum Adulitanum, inscription grecque probablement rédigée au iiie siècle par un souverain axoumite72, relate une expédition militaire éthiopienne contre les Arabites73 et les Kinaidokolpites74, depuis Leuké Komé (nord de la côte saoudienne) jusqu’au pays des Sabéens. Plusieurs inscriptions sudarabiques relatent les conflits qui opposent à cette période les Abyssins aux royaumes sudarabiques et l’alliance que ces derniers ont établie avec la tribu de Ma‘âfir75, autrefois en charge du port de Muza (al-Makhâ) pour le compte du souverain /Himyarite. Il paraît vraisemblable que les ports de commerce de Muza (al-Makhâ) et d’Okêlis (Shaykh Sa‘îd) n’étaient plus alors que des points de mouillage fréquentés par les Abyssins ; en effet, il semblerait logique que le port axoumite d’Adoulis, sur l’actuelle côte érythréenne, ait été privilégié pour l’activité commerciale.

61Les ports sudarabiques sont ainsi directement touchés par les querelles locales et régionales. Mais ils sont également indirectement affectés par la profonde crise qui frappe l’Empire romain à cette même période et qui n’a certainement pas manqué d’affaiblir les débouchés commerciaux de l’Arabie. Au iiie siècle, l’Empire, affaibli par plusieurs ruptures dans la continuité dynastique, est secoué par des conflits frontaliers, avec les Goths en Europe et les Sassanides en Orient, dont les effets sont aggravés par les épidémies qui resurgissent vers 250, en Italie et dans les provinces. La crise se manifeste aussi sur le plan économique et monétaire. Signe de ces temps défavorables au commerce maritime, le port de Myos Hormos est abandonné et celui de Béréniké connaît une baisse sensible de son activité76.

ive-vie siècle : une économie maritime modérée

62À partir du ive siècle, divers éléments montrent une reprise du trafic maritime tant aux extrémités, Inde et Égypte, que sur l’étape arabique. En Inde, des trésors monétaires de bronze romains des ive-ve siècles ont été découverts en nombre77. En Égypte, de récentes campagnes de fouilles ont mis en lumière une reprise de l’activité du port de Bérénikè aux iveve siècles78.

63En Arabie du Sud, le contexte politique, plus stable, semble également propice à cette reprise. Néanmoins, celle-ci s’opère avec modération. Le port de Makhwân (al-Makhâ) n’est plus évoqué que comme point d’accostage et non pour son activité commerciale ; Okêlis (Shaykh Sa‘îd) n’est plus cité en tant que port mais seulement comme une baie dont l’accès est protégé au vie siècle ; à Qâni’ (Bi’r ‘Alî), l’activité commerciale ralentit, se tournant principalement vers l’Inde et l’Éthiopie, et le tissu urbain se contracte considérablement tout au long de cette période. Seul Aden semble connaître une activité florissante, comme escale et marché pour les commerçants romains puis comme manufacture de parfums qu’elle commerce avec l’Inde.

  • 79 Rodinson, 1984, p. 80.
  • 80 Axoum, par l’adoption et la défense du christianisme dans la région, est un allié de poids pour Byz (...)

64Les raisons de ce ralentissement pourraient résider dans l’intérêt décroissant de l’Empire romain pour les résines aromatiques exportées autrefois en masse de l’Arabie du Sud : le culte chrétien en fait moins usage que les cultes païens ; par ailleurs, l’Empire sort affaibli de la crise du iiie siècle et les dépenses somptuaires déclinent. Comme le soulignait M. Rodinson, « l’Arabie du Sud intervient maintenant non comme productrice, mais comme étape de transit éventuel dans le commerce de la soie chinoise79 », commerce que le pouvoir byzantin tend à placer sous contrôle des marchands axoumites et non sud-arabes80.

  • 81 Detorakis, 2007, § 29.
  • 82  F. Villeneuve précise que Clysma serait l’actuel Qulzum, près de Suez et Iôtabé peut-être l’île de (...)
  • 83  A moins qu’il ne faille entendre par Farasân la tribu de Farasân, établie dans la Tihâma yéménite, (...)
  • 84 Anfray, 1974, p. 752.

65Les massacres perpétrés contre les communautés chrétiennes au début du visiècle par le souverain juif /Himyarite Yûsuf As’ar entraînent une répression axoumite encouragée par Byzance. Les récits qui en ont été faits offrent un dernier aperçu de la situation des ports sudarabiques à cette époque. Ainsi, le Martyre de Saint Arethas et de ses compagnons81nous apprend que l’armée axoumite traverse la mer Rouge grâce à « des navires de marchands romains, perses, indiens ou provenant des îles de Pharsan, au nombre de soixante : soit quinze navires venant de la ville d’Aeila, vingt de Clysma, sept de Iôtabè, deux de Béronikè, sept de Pharsan et neuf de l’Inde82 ». Quelques ports majeurs du nord de la mer Rouge sont donc toujours en activité au début du vie siècle (Ayla, Clysma, Jotabè, Bérénikè) ; dans le sud, ce sont principalement Adoulis, qui fournit également 10 navires pour cette campagne et Farasân83. Sur la côte de la Tihâma, Maddabân (Shaykh Sa‘îd) et Makhwân (al‑Makhâ) n’exercent pas d’activité commerciale reconnue, bien qu’attestés comme sites fortifiés ; nous avons également évoqué l’existence du mouillage de Bulicas (Ghulayfiqa ?) dont l’activité reste méconnue. Seuls les deux grands sites portuaires du golfe d’Aden, Qâni’ (Bi’r ‘Alî) et Aden ont une activité marchande connue en direction de l’Inde et de la Corne de l’Afrique. Néanmoins, Qâni’ est rapidement abandonné ; l’invasion sassanide puis musulmane met également fin à l’activité portuaire des sites côtiers en Égypte et seul Adoulis voit son activité perdurer jusqu’au viiie siècle84.

Hiérarchisation et contrôle des espaces portuaires sudarabiques

66Tous les sites mentionnés présentent une grande disparité dans leur activité, dans l’attraction qu’ils ont pu exercer ou dans le contrôle qui a pu y être appliqué, que ce soit d’un site à l’autre à une période donnée ou même au sein d’un seul et même site à travers le temps.

Hiérarchie des espaces portuaires

67Tout au long de notre propos, nous avons fréquemment établi une nuance entre ports de mouillage et ports de commerce, exploitant implicitement l’un des rares critères de hiérarchisation des sites portuaires dont nous disposions, la terminologie des auteurs grecs. Le latin comme le sudarabique emploient un seul et même terme pour désigner les deux concepts : portus en latin et /hyq en sudarabique. En grec, une nuance supplémentaire est introduite entre le port de commerce (emporion) et le mouillage abrité (hormos ou limèn).

68Le Périple de la mer Érythrée et la Géographie de Claude Ptolémée sont sur ce point éclairants. Ils révèlent non seulement les quelques grands ports de commerce mais également les réseaux de sites au sein desquels ils s’insèrent, et qui plus que des sites isolés, font de ces ports de véritables places centrales. Apparaissent ainsi tous les relais qui séparent les lieux de commerce et offrent des escales possibles de ravitaillement. Dans le Périple, ce sont les mouillages de :

  • Okêlis et Aden, complémentaires de Muza ;

  • Syagros (Ra’s Fartak) et Moscha Limèn (Khawr Rûrî) complémentaires de Kanê ;

69Dans la Géographie de Ptolémée :

  • Sosippi entre les ports de commerce de Muza et Okêlis ;

  • Trulla Limèn, Trêtos Limèn et Moscha Limèn, au-delà de Kanê.

70Claude Ptolémée fournit également les noms de quatre villes (polis) et deux villages (komê) côtiers sudarabiques vivant certainement d’une économie de subsistance fondée sur la pêche, si l’on en croit le qualificatif d’Ichtyophagoi que donne le Périple (§ 27) à ces populations (fig. 2).

Figure 2 : Carte de l’Arabie d’après la Géographie de Claude Ptolémée

Figure 2 : Carte de l’Arabie d’après la Géographie de Claude Ptolémée

(Potts 2002 : http://uaeinteract.com/​uaeint_misc/​pdf/​perspectives/​02.pdf, d’après Groom 1994 : 2000)

71Par la richesse du proposdu Périple de la mer Érythrée, un critère plus fin peut être utilisé pour établir une nuance entre les ports sudarabiques : le nombre d’occurrence de chaque nom de port. Ainsi, Muza est mentionné onze fois, Kanê huit fois, Adoulis (en Érythrée) sept fois, Okêlis et Aden, quatre fois. La prédominance des deux ports Kanê et Muza est manifeste. Elle n’est pas le fait du hasard.

Activité commerciale maritime et dirigisme économique

72Kanê (Bi’r ‘Alî) et Muza (al-Makhâ) apparaissent dans les sources comme les ports de commerce des royaumes du Hadramaout pour le premier, de /Himyar pour le second. Tous les deux reçoivent des importations destinées aux deux souverains. Le premier a le monopole de l’exportation de l’encens, le second de la myrrhe. Ce monopole, qui donne à ces ports leur statut dominant, relève d’une volonté du pouvoir central de contrôler et de taxer ce commerce lucratif.

  • 85 Casson, 1989, p. 276.

73Que ce soit dans l’Histoire naturelle de Pline (VI, 26, 9) ou dans le Périple (§ 22), Muza (al-Makhâ) est systématiquement mentionné en association à Śawa (Save/Sauê), lieu de résidence du gouverneur de la région de Ma‘âfir, et à /Zafâr (Saphar), capitale du royaume de /Himyar. Le Périple qualifie Muza d’emporion nomimom (§ 21), terme que L. Casson interprète comme un port dont l’activité est régie par le roi et par ses agents85. Ce même Périple (§ 16) montre le roi de /Himyar confiant l’administrationet le prélèvement des taxes du port de Rhapta, sur la côte sud-est de l’Afrique,aux marchands de Muza.

74Kanê (Bi’r ‘Alî) est également associé à la capitale du royaume du Hadramaout, Shabwa, dans le Périple (§ 27). Au iiie siècle, l’inscription Ir 13 confirme la tutelle du pouvoir royal en qualifiant le port de Qâni’ (Bi’r ‘Alî) d’entrepôt du roi du Hadramaout. Ce que nous apprend le Périple (§ 31) sur le port de Moscha Limèn (Khawr Rûrî) confirme l’étendue du contrôle royal hadramite sur la production et l’exportation de l’encens : ce port est l’unique lieu de chargement de l’encens sachalite ; des navires y sont régulièrement envoyés de Kanê (Bi’r ‘Alî) ; il arrive également que des navires indiens ayant manqué les vents favorables de la mousson du sud-ouest soient contraints de passer la saison sur place. Dans ce cas et par arrangement avec un agent royal, ils sont exceptionnellement autorisés à y charger une cargaison d’encens en échange d’autres produits. Il y est également précisé que l’encens ne peut en aucune mesure être chargé à bord d’un navire sans permission royale, tout contrevenant s’exposant à un châtiment divin. Moscha Limèn fait ici figure de point de concentration de l’encens dans la zone de production sous contrôle royal, avant que l’ensemble de cette production ne soit centralisée à Kanê (Bi’r ‘Alî).

  • 86 Henochsberg, 2001.

75Ainsi, ces infrastructures portuaires qui se développent à partir du ier siècle peuvent être perçues comme le produit de la volonté des pouvoirs centraux de contrôler l’activité économique, tout en tirant profit de celle-ci. Au-delà d’un contrôle de l’économie, les sites portuaires du début de l’ère chrétienne, sous tutelle royale, reflètent un renforcement de la centralisation du pouvoir dans les royaumes /Himyarite et hadramite, avec la substitution d’un unique site portuaire à un ensemble de villes-étapes caravanières. Nous observons, pour reprendre la formule de M. Henochsberg86, une conjonction entre l’évolution du pouvoir central et l’apparition de structures commerciales de type monopolistique.

  • 87  La refondation de Khawr Rûrî (antique Sumhuram) au ier siècle procède d’une véritable entreprise c (...)

76Les réseaux urbains des royaumes de /Himyar et du Hadramaout se structurent désormais autour de deux pôles fonctionnels majeurs. Dans le Hadramaout, Shabwa, capitale hadramite, fonctionne en association avec la ville portuaire de Bi’r ‘Alî, port alimenté en encens par les navires qu’il envoie à Khawr Rûrî87. Dans le royaume de /Himyar, /Zafâr, la capitale, est associée au centre économique et commercial portuaire d’al-Makhâ. La disparition temporaire d’une royauté /Himyarite au cours du iie siècle pourrait expliquer le fait que des sites voisins d’al-Makhâ (Okêlis/Shaykh Sa‘îd et Arabia/Aden) prennent également à cette époque le titre d’emporion. Le commerce de la région, soumis à un contrôle moins strict se serait alors, d’une certaine manière, émancipé.

Conclusion

77L’étude du commerce maritime sudarabique révèle toute la complexité des processus qui en régissent l’apparition, le développement et les interruptions. Si comme il l’est souvent avancé, celui-ci prend son essor au tournant de l’ère chrétienne, il ne se développe pas en terrain vierge mais n’est que le produit d’une évolution accélérée du développement de nombreux petits sites portuaires préexistants au centre d’une activité de cabotage.

78Par ailleurs, une certaine inertie apparaît dans la mise en place des réseaux et des ports majeurs, Makhwân (al-Makhâ) et Qâni’ (Bi’r ‘Alî), ne prenant toute leur importance qu’au milieu du ier siècle, soit près d’un siècle après l’annexion de l’Égypte par Rome.

79Ensuite, ce commerce n’apparaît comme le moteur économique des royaumes de /Himyar et du Hadramaout qu’au cours d’une période limitée, aux ier et iie siècles pour le premier, du ier au iiie siècle pour le second. Après cela, les ports connaissent une baisse d’activité puis une lente reprise qui ne leur permet visiblement pas de retrouver l’activité passée du début de l’ère chrétienne.

80La vie de ces ports ne peut pas se comprendre si on les considère indépendamment de l’évolution politique et économique que traversent les royaumes au sein desquels ils prennent place, indépendamment des voisins qui alimentent leur activité et leur offrent des débouchés, indépendamment des grandes tendances qui animent le bassin méditerranéen et le Proche-Orient au cours des six premiers siècles de l’ère chrétienne.

81Lorsque s’implante l’Islam, les ports sudarabiques, pour la plupart dépeuplés ou abandonnés, ont perdu de leur superbe. Ce contexte explique d’autant mieux l’importance que prennent une nouvelle fois les échanges caravaniers en péninsule Arabique et, de ce fait, l’essor des grandes familles marchandes d’Arabie centrale. Mais des voies ont été ouvertes, des techniques de navigation maîtrisées, des débouchés activés, des contacts noués et il ne fait nul doute que ce sont sur ces bases que se développe une nouvelle fois, aux siècles suivants, un commerce maritime prospère.

Haut de page

Bibliographie

Abdallah Y. M.

1995 : « The city of al-Sawâ in the Periplus of the Erythræan Sea », Arabian Archaeology and Epigraphy 6, p. 259-269.

Alî Sa‘îd ‘A.

1995 : « The city of al-Sawâ: an archaeological/historical study », Arabian Archaeology and Epigraphy 6, p. 270-276.

Abel A.

1974. « L’Éthiopie et ses rapports avec l’Arabie préislamique jusqu’à l’émigration de ca. 615 », IV Congresso Internazionale di Studi Etiopici, Rome, Academia Nazionale dei Lincei, p. 405-420.

Al-Sheiba ‘A. H.

1988 : « Die Ortsnamen in den altsüdarabischen Inschriften (mit dem Versuch ihrer Identifizierung und Lokalisierung) », Archäologische Berichte aus dem Yemen IV, Mayence, Verlag Philipp von Zabern, p. 1-62.

Anfray F.

1974 : « Deux villes axoumites : Adoulis et Matara », IV Congresso Internazionale di Studi Etiopici, Rome, Academia Nazionale dei Lincei, p. 745-765.

Avanzini A.

2002 : « The History of Khor Rori Area, new perspectives ». In Avanzini A. (éd.), Khor Rori Report 1, Pise, Edizioni Plus - Université de Pise, p. 13-27.

Avanzini A., Buffa V., Lombardi A., Orazi R. & Sedov A. V.

2001 : « Excavations and restoration of the Complex of Khor Rori. Interim Report (october 2000-april 2001) », Egitto e Vicino Oriente XXIV (2001), p. 5-63.

Ballet P.

2001 : « Les importations céramiques sous l’Empire romain », Dossiers d’archéologie 263 (mai 2001), p. 36-39.

Beeston A. F. L.

1988 : « The Chain of al-Mandab », in Ulla Ehrebsvard, Christopher Toll (eds), On both sides of al-Mandab : ethiopian, south-arabic and islamic studies presented to Oscar Löfgren on his ninetieth birthday, 13 May 1988, Stockholm, Svenska Forskningsinstitutet i Istanbul, Amlqvist & Wiksell, p. 1-6.

1995 : « Sabaeans in the Tihâma », Arabian Archaeology and Epigraphy 6, p. 236-245.

Beeston A. F. L., Ghul M. A., Müller W. W. & Ryckmans J.

1982 : Dictionnaire sabéen (anglais-français-arabe), Louvain-la-Neuve/Beyrouth, Éditions Peeters/Librairie du Liban.

Brunner U.

1997 : « The history of irrigation in the Wâdî Markhah », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 27, p. 75-85.

Casson L.

1989 : The Periplus Maris Erythraei, Princeton, Princeton University Press.

Coque-Delhuille B. & Gentelle P.

1997 : « Crues et sédimentation contrôlée au Yémen antique », Géomorphologie 2, p. 99-110.

Crone P.

1987 : Meccan Trade And The Rise Of Islam, Princeton University Press.

Davidde B. & Petriaggi R.

1998 : « Archaeological Surveys in the harbour of ancient Kané », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 28, p. 39-44.

Davidde B., Petriaggi R. & Williams D. F.

2004 : « New data on the commercial trade of the harbour of ancient Kané through the typological and petrographic study of the pottery », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 34, p. 85-100.

Detoraki M.

2007 : Le Martyre de Saint Aréthas et de ses compagnons (BHG 166), éd. critique, étude et annotation M. Detoraki, trad. J. Beaucamp, Paris, Association des amis du centre d’histoire et civilisation de Byzance.

Gajda I. & Robin Chr. J.

1994 : « L’inscription du wâdî ‘Abadân », Raydân 6, p. 113-137.

Garbini G.

1971 : « Iscrizioni sabee da Hakir », Annali dell’Istituto Universitario Orientale di Napoli 31, p. 303-312.

Henochsberg M.

2001 : La place du marché, Paris, éd. Denoël.

Ibn al-Mujâwir

/Sifat bilâd al-Yaman wa-Makka wa-ba‘/d al-/Hijâz al-musammâ Ta’rîkh al-mustab/sir, éd.O. Löfgren, 1951, Leyde, Brill.

Lankester Harding G.

1964 : Archaeology in the Aden Protectorates, Department of technical Co-Operation, Londres, Her Majesty’s Stationery Office.

al-Marzûqî

Kitâb al-azmina wa-l-amkina, I-II, Hyderabad, 1914.

al-Mas‘ûdî

Murûj al-dhahab wa-ma‘âdin al-jawâhir, éd. Barbier de Meynard, revue par Ch. Pellat, Beyrouth, 1966-1974, trad. Ch. Pellat, Paris, 1962-1971.

Mouton M., Sanlaville P. & Suire J.

2006 : « Le port sudarabique de Qâni’: paléogéographie et organisation urbaine », Comptes Rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 2006 (avril), p. 777-808.

al-Muqaddasî

A/hsan al-taqâsim fî ma‘rifat al-aqâlim, éd. de Goeje, 1906, Leyde, Brill.

Robin Chr. J.

1982 : « Esquisse d’une histoire de l’organisation tribale en Arabie du Sud antique », dans Bonnenfant P. (éd.), La Péninsule Arabique aujourd’hui. T. II. Étude par pays, Paris, Centre d’étude et de recherche sur l’Orient arabe contemporain, p. 17-30.

1984 : « La cité et l’organisation sociale à Ma’în : l’exemple de Y’L », dans al-Ansary A. T. (éd.), Studies in the History of Arabia, 1, Sources for the history of Arabia, Part 1, Riyad, King Saud University Press, p. 157-162.

1991a : « La pénétration des Arabes nomades au Yémen », dans Chr. Robin (dir.), Revue du Monde Musulman et Méditerranéen 61. L’Arabie antique de Karib’îl à Mahomet. Nouvelles données sur l'histoire des Arabes grâce aux inscriptions, Aix-en-Provence, Edisud, p. 71-88.

1991b : « Du paganisme au monothéisme », ibid, p. 139-155.

1991c : « L’Arabie du Sud et la date du Périple de la mer Érythrée (nouvelles données) », Journal Asiatique, 279/1-2, p. 1-30.

1994 : « Kulayb Yuha’min est-il le Χολαιβοςdu Périple de la mer Érythrée ? », Raydân, 6, p. 91-99.

1995 : « La Tihâma yéménite avant l’islam: notes d’histoire et de géographie historique », Arabian Archaeology and Epigraphy, 6, p. 222-235.

1996 : « Sheba. II. Dans les inscriptions d’Arabie du Sud », dans Briend J. & Cothenet E. (dir.), Supplément au Dictionnaire de la Bible, fasc. 70, Paris, Letouzey & Ané, col. 1043-1254.

1997a : « Les royaumes combattants », dans Chr. J. Robin & B. Vogt (éds), Yémen, au pays de la reine de Saba’ : exposition présentée à l’Institut du Monde Arabe d’oct. 1997 à fév. 1998, Paris, Flammarion, p. 60-63.

1997b : « The Date of the Periplus of the Erythraean See in the Light of South Arabian Evidence », dans F. de Romanis & A. Tchernia (éds.), Crossings. Early Mediterranean Contacts with India, New Delhi, Manohar, p. 41-65.

Rodinson M.

1984 : « L’Arabie du Sud chez les auteurs classiques », dans Chelhod J. (éd.), L’Arabie du Sud, histoire et civilisation, I : le peuple yéménite et ses racines, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 55-88.

Rougeulle A.

1999 : « Coastal settlements in southern Yemen: the 1996-1997 survey expeditions on the /Ha/dramawt and Mahra coasts », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 29, p. 123-135.

Ryckmans G.

1955 : « Inscriptions sud-arabes, 12e série », Le Muséon LXVIII, p. 297-312.

Ryckmans J.

1974 : « /Himyaritica 3 et 4 », Le Muséon LXXXVII, p. 237-263, 493-521.

Schiettecatte J.

2006 : « L’évolution de l’armature urbaine en Arabie du Sud : la vallée du Jawf du VIIIe siècle av. J.-C. au VIe siècle apr. J.-C. », M@ppemonde,84/4 (revue en ligne : http://mappemonde.mgm.fr/num12/articles/art06404.html).

Sedov A. V.

1992 : « New archaeological and epigraphic material from Qana, South Arabia », Arabian Archaeology and Epigraphy, 3, p. 110-137.

1996 : « Qana’ (Yemen) and the Indian Ocean. The archaeological evidence », dans Raye H. P. & Salles J.-F. (éds), Tradition and archaeology. Early Maritime Contacts in the Indian Ocean. Proceedings of the International Seminar Techno-archaeological Perspectives of Seafaring in the Indian Ocean 4th cent. BC - 15th cent. AD, New Delhi, Feb. 28 - march 4, 1994, Lyon - New Delhi, Manohar - Maison de l’Orient Méditerranéen - NISTADS, p. 11-35.

1997 : « Sea-trade of the /Ha/dramawt Kingdom from the 1st to the 6th centuries A.D. », dans Avanzini A. (éd.), Profumi d’Arabia, Saggi di Storia antica, 11, Rome, L’Erma di Bretschneider, p. 365-383.

Sedov A. V., Robin Chr. J. & Ballet P.

1997 : « Qâni’, port de l’encens », Saba, 3-4, p. 20-31.

Shitomi Y.

1997 : « A new interpretation of the Monumentum Adulitanum », Memoirs of the Research Department of the Toyo Bunko, 55, p. 81-102.

Sidebotham S. E.

1989 : « Ports of the Red Sea and the Arabia-India Trade », dans Fahd T. (éd.), L’Arabie préislamique et son environnement historique et culturel, Actes du colloque de Strasbourg 24-27 juin 1987, Travaux du Centre de Recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antiques 10, Strasbourg, p. 195-224.

Villeneuve F., Phillips C. & Facey W.

2004 : « Une inscription latine de l’archipel Farasân (sud de la mer Rouge) et son contexte archéologique et historique », Arabia, 2, p. 143-192.

Wagner G.

1976 : « Une dédicace à Isis et à Héra de la part d’un négociant d’Aden », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 76, p. 277-281

Walford E.

1855 : Epitome of the ecclesiastical History of Philostorgius compiled by Photius, Patriarch of Constantinople, Londres, Henry G. Bohn.

Wellsted J. R.

1838 : Travel in Arabia, Londres, John Murray [réed. en 1978 à Graz, Akademische Druck- und Verlagsanstalt].

Haut de page

Notes

1  L’auteur de cet article est post doctorant CNRS dans l’UMR 8167 « Orient et Méditerranée », Paris.

2  Chr. Robin s’arrête en détail sur ce point dans Robin, 1997a. Nous en reprenons ici les traits principaux.

3  Sur la pénétration des Arabes en Arabie du Sud : voir Robin, 1991a.

4  Sur le recul du front de crue dans le wâdî Bay/hân : Coque-Delhuille & Gentelle, 1997 ; dans le wâdî Markha : Brunner, 1997 ; dans le wâdî al-Jawf : Schiettecatte, 2006.

5 Al-Sheiba, 1988, p. 51. Peut-être doit-il être recherché plus exactement dans le village de Wahija, quelques kilomètres plus au sud (‘Alî Sa‘îd, 1995, p. 272, 276 n. 21).

6  Sur l’identification de Muza avec al-Makhâ, voir Casson, 1989, p. 147.

7  Casson, 1989, p. 148 ; voir également Beeston, 1995, p. 244.

8  Villeneuve et alii, 2004, n. 66.

9  Ce toponyme peut être identifié sans ambiguïté avec l’antique Śawâ (actuelle al-Sawâ, 13°20’N-43°55’E, à une vingtaine de kilomètres au sud de Ta‘izz) – cf. ‘Abdallah, 1995.

10  Ma‘âfir dans les inscriptions sudarabiques Shar‘abî-al-Sawâ’ 1 et Ja 631. Sur l’identification :‘Abdallah, 1995, p. 260-261.

11  Ce statut semble correspondre à celui du qayl sudarabique. Ce terme désigne avant tout les membres d’une aristocratie, à la tête des lignées nobles, dont l’acception a tantôt été « baron » (Robin, 1982, p. 26-27 ; id., 1984, p. 157), tantôt « prince » (Garbini, 1971, p. 311 ; Robin, 1996, col. 1195) ou encore « membre du clan principal d’une tribu (s²‘b) » (traduction que propose le Dictionnaire sabéen,Beeston et alii, 1982, p. 110). Vassal du roi, il est à la tête d’une ou de plusieurs tribus et dispose souvent d’une large autonomie.

12  Ce personnage a été identifié avec Kulayb Yuha’min, de l’inscription Shar‘abî-al-Sawâ’ 1 (cf. Robin, 1994).

13  Nous y reconnaissons sans ambiguïté la capitale du royaume de /Himyar : /Zafâr (cf. Casson, 1989, p. 149).

14  Ce souverain a été identifié à Karib’îl Watar Yuhan‘im I, dont le règne peut être replacé au milieu du Ier siècle de l’ère chrétienne (cf. Robin, 1997b).

15  Villeneuve et alii, 2004, n. 67.

16  Robin, 1995, p. 228.

17  Traduction proposée par Robin, 1995, p. 229.

18 Ibid., p. 230.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Al-Muqaddasî, p. 85. Nous devons la traduction à É. Vallet. Nous lui savons gré de nous avoir signalé cette référence.

22  Sur la localisation de Maddabân, voir Beeston, 1988.

23  Wellsted, 1838, p. 466.

24  D’après Villeneuve et alii, 2004, p. 157, n. 65, Strabon s’appuie, pour sa description de l’Arabie, sur des sources hellénistiques : Ératosthène, Agatharchide et Artémidore, ainsi que sur le récit d’Ælius Gallus. Sa description de la côte reprend une compilation d’Artémidore, dont le récit peut-être replacé au début du ier siècle av. J.‑C. (ibid., p. 158).

25  Nous reconnaissons dans Acila le nom plus tard donné au site par les auteurs classiques d’Okêlis.

26  Le vent Hippale renvoie à l’utilisation du régime des vents de mousson qu’exploitèrent les navigateurs à partir du tournant de l’ère chrétienne pour pratiquer une navigation hauturière entre les côtes d’Arabie et l’Inde. Voir sur la maîtrise progressive de ces vents les récits de Pline l’Ancien (Hist. Nat., VI, 26, 5) et le Périple de la mer Érythrée § 57.

27  Traduction de Casson, 1989.

28  Beeston, 1988.

29  Traduction : Robin, 1995, p : 230.

30  Ibid.

31  Ibid.

32  La chaîne est mentionnée dans d’autres sources historiques, chez Ibn al-Mujâwir (xiiie siècle) dans le Ta’rîkh al-Mustab/sir, qui localise la chaîne au niveau du détroit du Bâb al-Mandab (Ibn al-Mujâwir, p. 95). Elle apparaît également dans le Martyre de Saint Aréthas (Detoraki, 2007, § 32-33) sous la forme d’une chaîne réelle barrant une lagune dont l’entrée mesurait 2 stades (370 m).

33  A. F. L. Beeston a démontré que trois possibilités s’offraient à nous (Khawr al‑Ghayl, Khawr Ghurayra et Khawr ‘Umayra) et que la plus probable restait Khawr Ghurayra, au bord duquel est implanté le village actuel de Saykh Sa‘îd (Beeston, 1988). À cela, nous pouvons ajouter l’argument que cette lagune est la seule dont l’entrée puisse être entièrement barrée par une chaîne de deux stades de longueur.

34 Al-Mas‘ûdî, III, p. 157. Il est possible qu’au vie siècle, Ghulayfiqa (Ghalâfiqa chez al-Mas‘ûdî) ait été un port actif, au moins pour le secteur méridional de la mer Rouge. Procope de Césarée mentionne en effet dans L’histoire des guerres (I. xix. 21-22) que « désormais, le port /Himyarite à partir duquelils avaient pour habitude de prendre la mer en direction de l’Éthiopie se nomme Bulicas ; et à la fin du voyage à travers la mer, ils font toujours escale dans le port de Adulitae ». Dans ce récit, Bulicas apparaît donc comme un port établi sur la côte de la mer Rouge, sur le rivage yéménite, à hauteur approximative d’Adoulis. Dans la note précédente, nous avons vu, comme le soulignait A. F. L. Beeston, que les lieux possibles d’implantation portuaire sur la côte yéménite de la mer Rouge sont limités et les candidats potentiels pour l’identification de Bulicas peu nombreux. Par ailleurs, Christian Robin me signalait récemment qu’il verrait volontiers dans le Bulicas de Procope l’actuel Ghulayfiqa en raison de la parenté entre les deux toponymes. Ce candidat nous paraît d’autant plus plausible que, comme nous le signalions précédemment, c’est vers Ghulayfiqa, d’après al-Mas‘ûdî, que le roi Yûsuf As’ar se dirigea pour faire front à l’invasion éthiopienne (Beeston, 1988, p. 3). J’ajouterai à cela qu’Edward Keall signalait dans l’article joint au présent dossier une occupation probable de Ghulayfiqa à la fin de la période préislamique d’après la présence de vestiges comportant deux piliers surmontés de chapiteaux présentant une parenté certaine avec des productions byzantines et axoumites. Une autre localisation possible pour le Bulicas de Procope, en se fondant sur la seule parenté entre les deux toponymes, serait l’actuelle localité Burayqa établie sur la péninsule de Little Aden, en face de la ville d’Aden. Dans ce cas, Bulicas désignerait chez Procope le port d’Aden au VIe siècle. Cette hypothèse présente néanmoins deux limites que nous signalait Chr. Robin : d’une part, le contexte du récit de Procope semble indiquer un port de la mer Rouge et non du golfe d’Aden ; d’autre part, le port d’Aden est clairement mentionné sous le toponyme Adané ou ‘Adan dès le Ier siècle et il est difficile d’expliquer pourquoi Procope ne l’aurait pas nommé comme tel.

35  Traduction de Casson, 1989.

36  Cf. Robin, 1997b.

37  Celles-ci sont résumées dans Villeneuve et alii, 2004, p. 156, n. 61.

38  Casson, 1989, p. 160.

39  Le texte a été publié par Guy Wagner (1976). Nous en avons repris ici la traduction. Ce même Hermerôs est également mentionné sur un ostracon du dossier de Nicanor trouvé à Coptos et daté de l’an 57 (l’ostracon O. Tait P. 287 – cf. Wagner, 1976, p. 279) où il commerce plusieurs jarres de vin entre Bérénikè et l’Arabie.

40  Cette traduction, non publiée, est proposée par Christian Robin ; je lui suis reconnaissant de me l’avoir transmise.

41  La traduction est proposée par Walford, 1855.

42  Voir sur ce point Crone, 1987, p. 95.

43  À propos du contexte environnemental du site, cf. Sedov, 1997, p. 369 ; Mouton, Sanlaville & Suire, 2006.

44  Périple de la mer Érythrée, § 27 ; Ptolémée, Géographie (VI.7.10).

45  Pline l’Ancien, Hist. Nat., VI, 26, 104.

46  Sedov, 1992, p. 112, Mouton et alii, 2006.

47  Mouton et alii, 2006.

48 Sedov, 1996, p. 12 ; Sedov, 1997, p. 369.

49 Davidde & Petriaggi, 1998.

50  Ballet, 2001 ; Davidde, Petriaggi & Williams, 2004 : céramique sigillée, amphore Dressel 2-4 de Campanie, amphore égyptienne, céramique d’Assouan, amphores de type Late Roman, mais également de la céramique axoumite et indienne.

51  Traduction de Casson, 1989.

52  Mouton et alii, 2006.

53  Traduction de Ryckmans, 1974, p. 250.

54 Jamme, 1962, p. 134-135.

55  Traduction de Ryckmans, 1955, p. 300. Le Dictionnaire sabéen propose de traduire śdq par « petit bateau » et flk par « navire » (Beeston et alii, 1982, p. 137 et 44).

56 Sedov, 1996, p. 26.

57 Davidde & Petriaggi, 1998 ; Davidde, Petriaggi & Williams, 2004.

58  Traduction de Gajda et Robin, 1994, p. 116.

59  Traduction proposée par Robin, 1991b, p. 152.

60  G. Lankester Harding évoque la présence de tessons de céramique à glaçure médiévale, de verre (Lankaster Harding, 1964, p. 47). Voir également Sedov, Robin & Ballet, 1997.

61  Les débuts de l’occupation du site remonteraient aux IVe-IIIe siècles av. J.-C. (Avanzini, 2002, p. 21 ; Avanzini et alii, 2001).

62  Rougeulle, 1999.

63  Ibid., p. 128 : site implanté env. 125 km à l’est d’al‑Shi/hr. La structure que nous avons pu visiter s’apparente aux constructions établies au pied et au sommet de /Hu/sn  al‑Ghurâb, à Bi’r ‘Alî. Elle pourrait dater du ier siècle av./apr. J.‑C. : un vaste bâtiment d’environ 50 x 30 m est bâti au moyen de gros blocs de basalte dégrossis et liés avec un mortier rosâtre dense et abondant. Quelques chaînages emploient des pierres calcaires équarries finement taillées (bordure de la face externe lissée délimitant un panneau piqueté).

64  Cette donnée doit néanmoins être considérée avec précaution ; nous avons déjà souligné les possibles confusions de l’auteur relatives au sac d’Aden.

65 Sidebotham, 1989, p. 201.

66 Ibid., p. 207.

67 Ibid., p. 197.

68  Villeneuve et alii, 2004, p. 170 n. 135 : une étude de 7000 monnaies romaines révèle deux pics, l’un est constitué des trésors d’époque julio-claudienne, l’autre des bronzes des ive-ve siècles.

69  Villeneuve et alii, 2004.

70  Sur l’ambiguïté posée par la traduction de Pont(us) Hercul(is) : ibid., p. 161-167.

71  Le « royaume des Aksumites » est cité à côté du « royaume du pays de Babylone et de Perse », du « royaume des Romains » et du « royaume de Silis (Chine ?) » (cf. Shitomi, 1997 p. 81).

72  Sur la datation controversée de cette inscription et son auteur présumé, voir Shitomi, 1997.

73  Populations nomades de la région côtière arabique (ibid., p. 85).

74  Tribu de Kinana établie entre le /Hijâz et le ‘Asîr (ibid.).

75  Voir Robin, 1991c, p. 22.

76  Concernant Bérénikè : http://www.archbase.com/berenike/english4.html ; concernant Myos Hormos, voir ce qu’en dit Sidebotham, 1989, p. 205, au chapitre Quseir al-Qadîm, aujourd’hui identifié à l’antique Myos Hormos.

77  Villeneuve et alii, 2004, p. 170 n. 135.

78  http://www.archbase.com/berenike/english4.html

79 Rodinson, 1984, p. 80.

80 Axoum, par l’adoption et la défense du christianisme dans la région, est un allié de poids pour Byzance, notamment dans le combat mené face aux Sassanides pour l’hégémonie en Orient.

Pour cette raison, et pour contourner l’Iran sassanide, Procope (De Bello Persico, I, 20, 9) nous rapporte que l’empereur Justinien Ier envoie une ambassade au roi d’Aksum Hellêstheaios (Ella Asbeha) avec pour requête que les marchands axoumites achètent de la soie en Inde et la revende aux Romains (cf. Abel, 1974 p. 408 ; Shitomi, 1997, p. 94).

81 Detorakis, 2007, § 29.

82  F. Villeneuve précise que Clysma serait l’actuel Qulzum, près de Suez et Iôtabé peut-être l’île de Graye, Jazîrat Fir‘awn, dans le Golfe d’Aqaba (Villeneuve et alii, 2004, p. 158).

83  A moins qu’il ne faille entendre par Farasân la tribu de Farasân, établie dans la Tihâma yéménite, notamment sur le site de Makhwân (al-Makhâ), comme le mentionne l’inscription sudarabique Ry 507.

84 Anfray, 1974, p. 752.

85 Casson, 1989, p. 276.

86 Henochsberg, 2001.

87  La refondation de Khawr Rûrî (antique Sumhuram) au ier siècle procède d’une véritable entreprise coloniale hadramite. Ce site, implanté hors du territoire du Hadramaout, tirerait d’une part son nom d’un mukarrib du Hadramaout ayant régné vers le ier siècle av. J.‑C. ; il est d’autre part fondé par des habitants de Shabwa, capitale du royaume du Hadramaout, envoyés dans ce but précis, avec pour objectif d’en faire un centre économique et administratif.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Principaux sites portuaires de la mer Rouge et du golfe d’Aden aux débuts de l’ère chrétienne.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 2 : Carte de l’Arabie d’après la Géographie de Claude Ptolémée
Crédits (Potts 2002 : http://uaeinteract.com/​uaeint_misc/​pdf/​perspectives/​02.pdf, d’après Groom 1994 : 2000)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 982k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémie Schiettecatte, « Ports et commerce maritime dans l’Arabie du Sud préislamique », Chroniques yéménites, 15 | 2008, 65-90.

Référence électronique

Jérémie Schiettecatte, « Ports et commerce maritime dans l’Arabie du Sud préislamique », Chroniques yéménites [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 12 avril 2010, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://cy.revues.org/1671

Haut de page

Auteur

Jérémie Schiettecatte

CNRS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique
  • Revues.org