Navigation – Plan du site
Lectures

Ulrike Freitag: Indian Ocean, Migrants and State Formation in Hadhramaut. Reforming the Homeland. Ulrike Freitag & William Clarence-Smith : Hadhrami Traders, Scholars and Statesmen in the Indian Ocean, 1750s-1960s

Jean Lambert

Texte intégral

1Ulrike Freitag

2Indian Ocean, Migrants and State Formation in Hadhramaut. Reforming the Homeland

3Leyde / Boston, Brill, 2003

4Ulrike Freitag & William Clarence-Smith (directeurs)

5Hadhrami Traders, Scholars and Statesmen in the Indian Ocean, 1750s-1960s

6Leyde / New-York / Cologne, Brill, 1997

7Le livre Indian Ocean, Migrants and State Formation in Hadhramaut nous présente l'histoire moderne du Hadramaout, du début du xixe siècle à la fin de la période britannique (1967), en parallèle avec l'histoire de l'émigration hadramie en Indonésie et en Malaisie, où celle-ci a particulièrement réussi sur le plan économique. L'auteur s'intéresse à la manière dont les membres de cette diaspora - dans le sens d'une présence plus pérenne qu'une simple émigration - ont interagi avec la mère patrie où ils ont rapporté des fonds - permettant des investissements -mais aussi des mœurs politiques et des institutions nouvelles. La question centrale, celle de l'émergence d'un État dans la mère patrie, est soigneusement analysée à partir du cas des deux sultanats, kathîrî, dans la vallée intérieure, et qu`aytî, sur la côte, dont la création s'est directement appuyée sur la diaspora. Tous deux ont adopté des stratégies différentes d'alliances avec les élites locales et en ont obtenu des résultats très différents.

8Les Hadramis ont connu un certain renouveau intellectuel et social non sous l'influence directe de l'Occident ou des mouvements réformistes musulmans classiques comme la Nahda de Muhammad `Abduh, mais surtout dans le cadre de mouvements réformistes propres au Sud-Est asiatique, en particulier chinois et malais, qui ont directement inspiré les Hadramis à Singapour et à Java. Le réformisme est aussi né des changements sociaux qui se sont produits dans la diaspora hadramie en Asie du Sud-Est, en particulier l'apparition précoce de nouvelles élites de commerçants d'origine modeste, qui sont entrés en compétition avec les élites traditionnelles représentée par les sayyid (descendants du Prophète) de la confrérie soufie `alawî - ayant eux-mêmes souvent réussi dans le commerce. Ce réformisme s'est exprimé notamment par un mouvement social anti-sayyid, l'Irshâd (« la bonne guidance ») où se sont cristallisées à la fois une lutte de classes, une opposition au soufisme et au culte des saints et une stratégie éducative pour la diaspora. L'auteur souligne aussi l'importance de la presse dans cette renaissance hadramie des années 1900-1940.

9Puis elle montre les retombées de ces évolutions : dans l'organisation de l'enseignement et de la presse dans le Hadramaout, dans l'organisation politique et économique des deux sultanats et même dans la perception extérieure apportée par les voyageurs de retour dans la mère patrie. Des biographies de notables, de marchands et d'hommes religieux illustrent le souci de réforme qui s'est incarné chez ces hommes de l'entre-deux, tout particulièrement dans la recherche de l'établissement d'une stabilité politique dans une société dominée par l'instabilité tribale.

10Ces évolutions furent aussi influencées par le développement de la navigation à vapeur au xixe siècle et la gestion de l'Empire britannique des Indes - dont sont issues les deux dynasties kathîrî et qu`aytî. Mais, concrètement, les Britanniques ne commencent à s'intéresser vraiment au Hadramaout qu'après la première guerre mondiale. À partir de 1937, leur influence devient encore plus directe, notamment par l'intermédiaire de l'officier anglais Ingrams et de la famille de commerçants al-Kâf. Le dernier chapitre traite de l'émergence du nationalisme anti-britannique avant l'indépendance du Yémen du Sud.

11Le livre puise à de sources historiques arabes et britanniques de première main et s'appuie sur un travail de terrain prolongé au Yémen et en Indonésie. En faisant alterner l'histoire contemporaine et la sociologie politique, il éclaire de manière magistrale les questions fondamentales suscitées par ce cas original : cette diaspora n'a-t-elle pas engendré une classe bourgeoise capable de promouvoir la réforme et une intégration à la modernité qui ne furent pas simplement importées avec l'impérialisme et la colonisation ? Cette particularité contribue sans aucun doute à l'originalité du Hadramaout telle qu'elle apparaît aujourd'hui à l'intérieur du Yémen.

12Cette monographie, si l'on peut la définir ainsi, doit être lue parallèlement à un ouvrage collectif un peu plus ancien, édité par Ulrike Freitag et Clarence Smith, Hadrami Traders, Scholars and Statemen in the Indian Ocean, 1750s-1960s., également édité par Brill. Ce livre, issu d'un colloque, complète utilement le précédent en montrant les nombreuses ramifications de l'émigration hadramie, non seulement en Asie du Sud-Est mais également dans tout l'océan Indien.

13Les contributions sont classées selon les chapitres suivants : politique, stratification sociale, réforme religieuse, économie - notamment l'impact des transferts financiers des émigrés sur la mère patrie (Lekon, Ewald et Clarence-Smith). Le livre insiste sur l'émigration hadramie en Asie du Sud-Est (Alatas, Azra, Ho, De Jonge, Mandal, Mobini-Keshesh, Ridell) mais évoque aussi l'émigration en Inde (Dale). O. Khalidi montre en particulier qu'une présence yéménite massive en Inde remonte au moins à l'Empire moghol (xvie siècle) auprès duquel les Yâfi`î constituaient des corps de mercenaires. F. Hartwig nous dévoile le parcours indien des dynasties kathîrî et qu`aytî - toutes deux originaires de Yâfi`. L'ouvrage aborde également l'émigration en Afrique de l'Est (notamment Le Guennec-Coppens).

14Plusieurs auteurs sont eux-mêmes issus de la diaspora hadramie ou des pays concernés (Alatas, Azra, Khalidi, Mandal, Othman), offrant ainsi une vision de l'intérieur et de première main. Beaucoup des contributeurs sont des spécialistes ayant déjà publié au moins un ouvrage ou soutenu une thèse sur la question (Boxberger, Camelin, Clarence-Smith, De Jonge, Hartwig, Mobini-Keshesh).

15Ces deux ouvrages remarquables, où Ulrike Freitag a pris une part différente mais toujours active, ouvrent un immense champ de recherches pour les études yéménites, qui sortent enfin de leur insularité en montrant le rôle joué par le Hadramaout dans l'histoire moderne des relations internationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Lambert, « Ulrike Freitag: Indian Ocean, Migrants and State Formation in Hadhramaut. Reforming the Homeland. Ulrike Freitag & William Clarence-Smith : Hadhrami Traders, Scholars and Statesmen in the Indian Ocean, 1750s-1960s », Chroniques yéménites [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 17 janvier 2005, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cy.revues.org/167 ; DOI : 10.4000/cy.167

Haut de page

Auteur

Jean Lambert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org