Navigation – Plan du site
Histoire

Les pièges de chasse antiques au Yémen

Ancient hunting traps in Yemen
Ueli Brunner
p. 29-34

Résumés

Ce court article veut donner une première idée des anciennes structures de chasse en Arabie du Sud ; cela représente un nouveau sujet de recherche. Les pièges de chasse au Yémen peuvent être comparés aux célèbres desert kites de l’Arabie du Nord. La structure du desert kite du Yémen est fixe : deux longues murailles conduisent à la tête, qui est une structure ouverte avec quelques chambres à gauche, la muraille-guide à droite et la ruelle au milieu. Trois exemples sont exposés en détail. Les desert kites servaient à chasser les gazelles. Ils furent probablement utilisés du Néolithique à la période Sabéenne.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

Antiquité
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Echallier & Braemer 1995, p. 36.
  • 2  Helms & Betts 1987, p. 59.
  • 3  Echallier & Braemer 1995, p. 35.
  • 4  Brunner 1989 et Brunner 1999, p. 31-32. Une plaque votive de calcaire, découverte récemment et con (...)

1Les pièges de chasse, qui sont le sujet de cet article, sont décrits dans la littérature sous le nom anglais de « desert kite ». Le terme provient des pilotes britanniques qui ont vu dans le désert syrien de grandes structures en pierre qui ressemblaient à des cerfs-volants d’enfant. Aujourd’hui on a découvert dans le Proche et le Moyen-Orient à peu près 800 des ces monuments1. Ils étaient en usage depuis le néolithique jusqu’à l’époque islamique. Deux théories existent concernant leur fonction. La majorité des spécialistes accepte que les « desert kites » ont été construits pour faire la chasse aux gazelles2. Une minorité propose que ces structures sont « principalement destinées à la capture, au rassemblement et au parcage périodique d’animaux semi-domestiqués »3. Cette théorie est partiellement fondée sur le fait que la tête de la structure est toujours fermée. Echallier & Braemer dinstinguent cinq formes de kites (fig. 1). Les « desert kites », restés presque inaperçus au Yémen sont mentionnés dans seulement deux travaux4.

  • 5  En l’absence de vocabulaire spécifique pour ce type de dispositif de chasse, nous proposons un cer (...)

2La forme yéménite montre une tête différente de toutes les autres et on trouve toujours la même disposition (fig. 2)5. La tête a une forme fixe et ne varie presque pas. Deux murailles – les côtés gauche et droit de la structure – longues de 50 m jusqu’à 1,5 km forment un angle de 80° et délimitent l’espace de rassemblement. Les parois ne sont qu’une petite accumulation de pierres d’une hauteur de 0,20 m à 0,40 m. Quelquefois, la muraille consiste en une série de petits tas de pierres, qui sont à une distance d’environ cinq mètres l’un de l’autre. Les côtés deviennent plus hauts vers la tête. Le côté gauche forme une ligne courbe vers le coude du côté droit et tourne sur quatre à six mètres pour former le mur frontal. Cette paroi peut atteindre une hauteur de 1,80 m. L’entrée de la tête, qui est placée entre le coude du côté droit et le mur frontal, est large d’environ 2,50 m. Parallèlement à ce mur frontal ont été construits les murs de séparation. Ils mesurent en moyenne 3,00 de longueur, 0,60 m de largeur et 1,20 m de hauteur. Le nombre des murs de séparation varie entre quatre et douze. Par conséquent, le nombre de chambres varie de trois dans les petits kites à onze dans les structures les plus grandes. L’espace entre la muraille-guide et les chambres est appelé « ruelle ».

  • 6  Nous tenons à remercier les autorités yéménites du GOAM ainsi que le Deutsches Archäologisches Ins (...)

3Ces deux dernières années, j’ai fait des recherches sur les « desert kites » dans la région située entre Ma’rib et  /Sirwâ/h à l’aide de photos satellites (fig. 3)6. J’ai visité et étudié cinquante de ces monuments. La plupart d’entre eux se trouvent dans une zone volcanique avec des coulées basaltiques. L’espace de rassemblement s’étend sur une plaine bien accessible. Les murs latéraux traversent souvent un wâdî qui se trouve à proximité de la tête. Sur la falaise, de l’autre côté, se trouve la tête accessible uniquement au terme d’une montée très raide. Cette montée est propre à l’ensemble des structures. Lorsqu’en raison de la topographie, aucun wâdî ne passe à proximité, la tête est alors située sur le flanc d’une coulée de lave. Seulement six « desert kites » sont construits sur les pentes calcaires du Jabal Balaq dont trois sont localisés dans un endroit rocheux avec des parois presque verticales. Tous les « desert kites » sont situés dans des zones inhabitées, loin des villages, ce qui pourrait être une indication de leur usage en pièges de chasse.

4Avec un peu de fantaisie – fournie par exemple à l’occasion d’une partie de qât – on pourrait s’imaginer la chasse de la façon suivante : un troupeau de gazelles pâture dans la région où débutent les parois du dispositif. Un groupe d’hommes effarouche le gibier avec des cris et des grands mouvements de bras. Peut-être des chiens les aident-ils ? Les gazelles se sauvent en direction de l’entrée du piège, guidées par les deux parois des « desert kites ». Faibles et épuisées, elles arrivent devant la montée au pied de la tête. Avec leur dernière énergie ; elles grimpent la pente et arrivent dans la ruelle. Tremblantes, elles s’approchent de leur fin. C’est alors qu’un chasseur, caché dans une des chambres, s’approche de la gazelle et la tue par derrière, d’un coup sur la nuque. Il la traîne immédiatement sur le côté et attend l’animal suivant.

5Nous proposons donc la possibilité suivante : grâce à cette méthode de chasse, une centaine d’animaux pouvait être tuée en une seule fois. Ce butin fournissait beaucoup plus de viande que la communauté ne pouvait en manger. La viande était alors conservée et placée dans de la saumure. Les salines de /Sâfir près de Ma’rib sont peut-être une des raisons qui explique le grand nombre de « desert kites » dans cette région.

6Trouver la fonction de ces pièges de chasse est plus facile que proposer leur datation. Aucun objet, laissé ou égaré par les chasseurs, n’a pu être trouvé. Il ne reste donc que des informations indirectes. Quelques « desert kites » se trouvent dans des zones hyperarides sans aucune végétation. Ces structures semblent avoir été construites sous un climat plus humide, comme celui qui prédominait entre le sixième et le quatrième millénaire, ce qui veut dire que ces monuments remonteraient à la période néolithique. Ces « desert kites » sont construits de façon très simple. Les murs ne sont que des accumulations de pierres trouvées aux proches alentours et leur largeur est très variable.

  • 7  CTG 2005, p. 125.

7Certains des « desert kites »  ont des murs très réguliers et verticaux, plus hauts que les autres et les pierres sont bien agencées. Ce sont, notamment, les structures édifiées sur les pentes du Jabal Balaq (Ma’rib) et surtout un grand aménagement de murailles sur la montagne volcanique /Hammat al-/Hashsha près de /Sirwâ/h7. Il s’agit d’un complexe de plusieurs murs d’une hauteur de 2,00 m et d’une longueur totale de 10 km. Il entoure le volcan entier et possède plusieurs enclos. La partie centrale consiste en un grand « desert kite » avec une tête spéciale (fig. 4). Il possède seulement quatre chambres, mais les parois de la tête continuent vers une rampe qui descend verticalement de 2,50 m dans un enclos ovale d’un diamètre de douze mètres. Il s’agit d’un piège attribuable à la chasse des bouquetins, l’animal le plus célèbre de la religion sabéenne. Sur le /Hammat al-/Hashsha, les bouquetins n’étaient pas seulement tués mais la plupart était capturés et parqués dans les différents enclos qui existaient sur les pentes de ce volcan.

8En conclusion, nous pensons que les pièges servaient à capturer autant les gazelles que les bouquetins qui étaient chassés lors de fêtes extraordinaires. Si quelques spécimens de bouquetins étaient tués sur place, la plupart étaient amenés à /Sirwâ/h où ils étaient sacrifiés dans le grand temple d’Almaqah. Quant aux gazelles, il semble qu’elles étaient systématiquement abattues sur place.

9Dans l’état de notre prospection actuelle, nous n’avons malheureusement pas encore trouvé de données archéologiques concrètes qui confirment ces hypothèses. Ces quelques lignes correspondent à une problématique peu abordée jusqu’à aujourd’hui qui sera développée et approfondie dans le cadre d’un projet commun avec le DAI dans les années à venir.

Fig. 1 : Typologie de la forme yéménite des « kites » (n° 6).

Fig. 1 : Typologie de la forme yéménite des « kites » (n° 6).

Nos 1-5 d’après Echallier & Braemer 1995, p. 45.

Fig. 2 : Kite typique du Yémen avec la dénomination des différents éléments.

Fig. 2 : Kite typique du Yémen avec la dénomination des différents éléments.

Fig. 3 : Image-satellite d’un petit kite, immédiatement à l’ouest de Ma’rib.
Le côté gauche a une longueur de 105 m. et passe par une petite vallée.

Fig. 3 : Image-satellite d’un petit kite, immédiatement à l’ouest de Ma’rib.Le côté gauche a une longueur de 105 m. et passe par une petite vallée.

Fig. 4 : La plaine de /Sirwâ/h vue du sommet du /Hammat al-/Hashsha avec le kite. À droite se trouve l’enclos final, au milieu la tête du kite.

Fig. 4 : La plaine de /Sirwâ/h vue du sommet du /Hammat al-/Hashsha avec le kite. À droite se trouve l’enclos final, au milieu la tête du kite.
Haut de page

Bibliographie

Arbach, M. & Audouin R.

2007 : /San‘â’ National Museum. Collection of Epigraphic and Archaeological Artifacts from al‑Jawf Sites. Part II, /San‘â’. UNESCO-FSD.

Brunner, U.

1989 : « Vorsabäische Jagdfallen », Jemen Report 20/1, p. 23-25.

1999 : Jemen – Vom Weihrauch zum Erdöl, Vienne, Böhlau Verlag.

CTG

2005 : Cultural Tourist Guide, Marib, Sanaa, Ministry of Culture and Tourism of the Republic of Yemen.

Echallier, J.‑C. & Braemer, F.

1995 : « Nature et fonctions des “Desert Kites” : données et hypothèses nouvelles », Paléorient 21/1, p. 35-63.

Helms, S. & Betts, A.

1987 : « The desert “kites” of the Badiyat esh-Sham and North Arabia », Paléorient 13/1, p. 41-67.

Haut de page

Notes

1  Echallier & Braemer 1995, p. 36.

2  Helms & Betts 1987, p. 59.

3  Echallier & Braemer 1995, p. 35.

4  Brunner 1989 et Brunner 1999, p. 31-32. Une plaque votive de calcaire, découverte récemment et conservée au Musée National de Sanaa, offre l’image d’une scène de chasse qui conforte les propos de l’auteur (Arbach & Audouin, 2007, p. 103 n° 66. Inv. YM 16774)

5  En l’absence de vocabulaire spécifique pour ce type de dispositif de chasse, nous proposons un certain nombre de nouvelles appellations.

6  Nous tenons à remercier les autorités yéménites du GOAM ainsi que le Deutsches Archäologisches Institut de Sanaa en la personne de sa directrice Iris Gerlach qui nous a donné tous les moyens matériels pour mener à bien cette prospection.

7  CTG 2005, p. 125.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Typologie de la forme yéménite des « kites » (n° 6).
Crédits Nos 1-5 d’après Echallier & Braemer 1995, p. 45.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 2 : Kite typique du Yémen avec la dénomination des différents éléments.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1666/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 3 : Image-satellite d’un petit kite, immédiatement à l’ouest de Ma’rib.Le côté gauche a une longueur de 105 m. et passe par une petite vallée.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1666/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 4 : La plaine de /Sirwâ/h vue du sommet du /Hammat al-/Hashsha avec le kite. À droite se trouve l’enclos final, au milieu la tête du kite.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1666/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ueli Brunner, « Les pièges de chasse antiques au Yémen », Chroniques yéménites, 15 | 2008, 29-34.

Référence électronique

Ueli Brunner, « Les pièges de chasse antiques au Yémen », Chroniques yéménites [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 26 avril 2010, consulté le 01 mai 2017. URL : http://cy.revues.org/1666 ; DOI : 10.4000/cy.1666

Haut de page

Auteur

Ueli Brunner

Université de Zürich

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org