Navigation – Plan du site
Histoire
Dossier

Les ports de la mer Rouge, de l’Antiquité à l’époque islamique (ive siècle av. – xve siècle apr. J.-C.)

Introduction au dossier
The Ports in the Red Sea (4th c. B.C. – 15th c. A.C.): Introduction
Éric Vallet
p. 57-64

Résumés

La mer Rouge a longtemps été considérée comme un territoire sans histoire, dont les ports n’ont retenu que peu l’attention des historiens. La multiplication des fouilles et prospections archéologiques et l’exploration de nouvelles sources écrites permettent d’envisager désormais le « fait portuaire » en mer Rouge, de l’Antiquité à l’époque islamique, sous un jour nouveau. Les trois études qui suivent mettent particulièrement en lumière l’importance les réseaux de navigation locale dans le développement de la mer Rouge comme bassin d’échange.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. Présentation et traduction anglaise dans Casson, 1989. Sur la datation, voir les données concl (...)
  • 2  Casson, 1989, p. 63, § 20.
  • 3  Tibbetts, 1971 et 1974.

1La mer Rouge a longtemps été considérée comme un territoire sans histoire. Bien connue des marchands et des navigateurs du monde gréco-romain, la mer « Érythrée », décrite en langue grecque dans un fameux Périple dès le Ier siècle de notre ère1, aurait surtout été un espace de transit sur la route des Indes. Ses rivages, bordés de récifs dangereux et accablés par une chaleur étouffante, n’auraient abrité que quelques escales inhospitalières. Ils accueillaient une population sinon hostile, du moins étrangère, « barbare » pour reprendre la terminologie antique, composée de « mangeurs de poissons », Ichthyophagoi, dont l’auteur du Périple de la mer Érythrée n’hésita pas à dénoncer les vices2. La situation décrite est toute différente si l’on prend les Fawâ’id d’Ibn Mâjid, ce grand texte embrassant le savoir nautique de la fin du xve siècle, tel qu’il s’était transmis dans le vaste monde de l’océan Indien et de ses mers bordières3. La mer Rouge s’y révélait toujours aussi dangereuse, mais ses rivages n’étaient plus étrangers. Cet espace n’était plus aussi inhospitalier pour ceux qui le traversaient. Les littoraux de la côte africaine, et plus encore sans doute, de l’Arabie, n’étaient plus ces marges éloignées, hostiles et relativement délaissées que l’auteur du Périple avait dépeintes dans l’Antiquité. Le changement est de taille ; il correspond à une modification profonde du peuplement, de l’organisation du territoire et de ses activités.

  • 4  Robin, 1995 ; Schiettecatte, 2006, pp. 317-341. Le seul centre urbain d’importance connu par les t (...)
  • 5  Pour une présentation commode de ces dynasties, voir Chelhod, 1984, pp. 33-34, 36-37 et 40-47 et S (...)
  • 6  Sur cette dynastie : Ahmad b. ‘Umar al-Zayla‘î, 1992.
  • 7  Voir la contribution de T. Power dans le présent dossier.
  • 8  Cf. Vallet, 2007b et Vallet, 2009, Chap. V.
  • 9  Ibn al-Mujâwir, p. 89 ; Nûr al-ma‘ârif, I, pp. 357-367 ; Vallet, 2009, chap. VI et VII.
  • 10  L’existence d’échanges entre les deux rives de la mer Rouge est attestée dès la fin du IIIe millén (...)
  • 11  Garcin, 1976.

2Puissamment organisées autour de wâdîs alimentés par les pluies de l’été, les plaines côtières de la partie méridionale de la péninsule, du Yémen au /Hijâz, virent en effet s’épanouir une véritable civilisation urbaine au cours de la période islamique. Non que cette région, appelée Tihâma en arabe, ait été déserte au cours de la période préislamique, mais les maigres sources dont nous disposons ne nous montrent qu’une occupation peu dense de l’espace par des tribus très liées à l’Abyssinie, localisées surtout dans les piémonts montagneux et dépourvues de centre urbain majeur4. À compter du ixe siècle, la mise en valeur de ces grandes plaines fut le fait de pouvoirs étatiques, à l’instar de celui des Ziyâdides, des Najâ/hides, des Ayyûbides et des Rasûlides qui se succédèrent dans les grandes plaines de la Tihâma5 ou des /Tarfides dans le Mikhlâf Sulaymânî6. Tous encouragèrent l’exploitation de ces terroirs fertiles en patronnant la mise en place de dispositifs plus ou moins élaborés d’irrigation. Cette lente transformation des plaines côtières de l’Arabie du Sud, étalée sur plus d’un millénaire, est sans aucun doute l’un des phénomènes les plus notables de l’histoire de la Péninsule de l’Antiquité à l’Islam. Elle s’observe dans une bien moindre mesure sur le littoral septentrional de la mer Rouge et sur la côte africaine, dont les arrière-pays immédiats n’offraient que des ressources limitées, suscitant néanmoins quelques phases d’essor rapide, comme lors de la « ruée vers l’or » du ixe siècle7. Dans les derniers siècles de la période médiévale, sous la domination rasûlide (626-858 / 1229-1454), il ne fait ainsi aucun doute que la Tihâma était la région la plus prospère du Yémen, et partant, de toute la Péninsule8. La Tihâma alimentait le /Hijâz en denrées alimentaires qui lui faisaient cruellement défaut : sorgho, millet, huile de sésame, beurre clarifié, et dattes. Vers l’Abyssinie partaient plutôt des tissus, ces pièces ikatées (jawziyya pl. jawâzî) ou ces pagnes (fû/ta pl. fuwa/t) qui firent des siècles durant la réputation des tisserands yéménites. En retour, les terres africaines pourvoyaient abondamment la côte arabique en animaux sauvages ou domestiques (mulets) et en peaux, en or africain et en esclaves, employés en nombre dans les grandes villes de la Tihâma et du /Hijâz comme force de travail ou comme soldats9. Observable dès le xe siècle dans les descriptions des géographes arabes, ce système d’échanges entre les deux rives de la mer Rouge implique l’existence précoce d’un réseau de navigation locale10. Par la suite, deux autres grandes routes vinrent croiser ces voies maritimes reliant à petite échelle les deux rives : celle du pèlerinage de La Mecque et celle du grand commerce de l’Inde, empruntant des segments maritimes plus ou moins longs entre Aden et la côte égyptienne à compter du xie siècle, à la suite d’une évolution historique magistralement retracée par Jean-Claude Garcin11.

3Les itinéraires du commerce local, du grand commerce maritime ou du pèlerinage eurent leurs relais côtiers, leurs « ports » pour reprendre une désignation commune et fort commode. Mais ceux-ci se laissent bien difficilement saisir dans leur réalité matérielle et leur activité au fil des temps. Longtemps mal identifiés et mal connus sur un plan archéologique, les sites ont rarement retenu l’attention des historiens contemporains, qui les ont, à tort ou à raison, souvent considérés comme de simples points de passage, des lieux de transit dépouillés de toute réalité humaine ou sociale, fragiles enveloppes s’effaçant devant les flux qui les traversaient. Il existe pourtant bel et bien un « fait portuaire » en mer Rouge, qui mérite d’être considéré dans toute son épaisseur historique. Comprendre l’organisation des lieux de mouillage, de débarquement ou d’embarquement des biens et des hommes, cerner les facteurs de leur évolution devrait nous permettre de mieux saisir une partie de ce qui constitue l’originalité de cet espace d’échanges extrêmement dense et resserré de la mer Rouge et de son « antichambre » naturelle, le golfe d’Aden.

  • 12  Goitein, 1958 ; 1973-1990 ; 1973 ; 1987.
  • 13  Goitein/Friedman, 2008.
  • 14  Voir aussi l’utilisation de ce matériau dans Margariti, 2007, en particulier sur la question de la (...)
  • 15  Dans l’ordre chronologique de leur élaboration : Nûr al-ma‘ârif(fin xiiie siècle), Irtifâ‘ al-dawl (...)

4Un tel programme ne peut être mené à bien qu’en raison de l’élargissement significatif de la documentation depuis les années 1970. Placés définitivement au grand jour par l’immense labeur de S. D. Goitein12, les documents de la Geniza du Caire sont d’un apport décisif, en permettant de saisir de l’intérieur le parcours et les affaires de plusieurs marchands juifs entre Égypte et Yémen. La publication récente de traductions complètes ou partielles d’une bonne partie de ce fonds13 ouvre la voie à de nouveaux approfondissements, en particulier sur la période qui s’étend de la fin du xie au début du xiiie siècle14. Pour les siècles suivants, ce regard interne sur le monde du négoce fait malheureusement défaut. Les sources yéménites et syro-égyptiennes, conservées en abondance pour la période rasûlide (626-858/1229-1454) et mamlûke (647-923/1250-1517), émanent essentiellement des élites savantes (recueils de biographie) et de l’État. Quatre recueils administratifs rasûlides, édités et étudiés récemment, sont particulièrement riches sur le fonctionnement du port d’Aden, sur la nature des échanges entre le Yémen, l’Abyssinie, le /Hijâz et l’Égypte et sur les conditions de la navigation en mer Rouge15.

  • 16  La prédominance des recherches sur les ports antiques doit néanmoins être soulignée. Voir à ce suj (...)

5Dans le domaine archéologique, l’essor des prospections et des travaux de fouille depuis la fin des années 1970 doit être souligné16. Rares sont les secteurs de la côte de la mer Rouge et du golfe d’Aden qui aient échappé à ce type d’enquête :

    • 17  Keall, 1982a et b ; voir aussi l’article de cet auteur dans le présent dossier qui présente les ré (...)
    • 18  Ahmad b. ‘Umar al-Zaylâ‘î, 1983 ; Zarins et Zahrani, 1985 ; Zarins et al-Badr, 1986.
    • 19  Hardy-Guilbert et Rougeulle, 1995 et 1997.

    Au sud de la péninsule, les premières prospections d’Edward Keall dans la région de Zabîd permirent de repérer dès 1982 le site de l’ancienne Ghalâfiqa17. Les côtes du nord du Yémen et du ‘Asîr firent l’objet de premières prospections dans le courant des années 198018, et celles du sud en 199319.

    • 20  Sur les fouilles d’Aqaba/Ayla, voir les rapports en ligne sur http://oi.uchicago.edu/research/proj (...)

    Dans le nord de la mer Rouge, les sites d’Ayla-‘Aqaba et al-/Tûr et leur environnement sont étudiés de manière particulièrement approfondie depuis le début des années 1990, sous la responsabilité respective de Donald Whitcomb et Mutsuo Kawatoko20.

    • 21 Whitcomb & Johnson, 1979 et 1981 ; Peacock & Blue L. (ed.), 2006
    • 22  Guo, 2004. De nouvelles découvertes ont été faites lors des campagnes de 1999-2003 et sont en cour (...)

    Sur la côte égyptienne, le port de Qu/sayr (antique Myos Hormos) a connu plusieurs campagnes de fouille sous la direction de Donald Whitcomb entre 1978 et 1980, puis de David Peacock et Lucy Blue entre 1999 et 200321. Un ensemble de documents sur papier, rédigé au début du xiiie siècle et retrouvé lors des premières campagnes, a récemment été édité, traduit et commenté par Li Guo22.

    • 23  Voir l’article de Tim Power dans le présent dossier.
    • 24  Communication à la journée d’études APIM et publication en cours.

    Plus au sud, les sites de la côte actuelle du Soudan (‘Aydhâb, Sawâkin, Bâ/di‘) sortent progressivement de l’ombre grâce à des missions ponctuelles23. Pour les rivages de la Corne de l’Afrique (Érythrée, Djibouti, Somalie), nous retiendrons surtout le site de Zayla‘ qui a donné lieu à une brève campagne menée en 2001 sous la direction de Bertrand Hirsch24.

  • 25  Projet du Laboratoire Islam médiéval, axe A « Territoires et réseaux » (UMR 8167 Orient et Méditer (...)

6Le bilan sommaire (en aucune façon exhaustif) que nous venons de dresser est éloquent. Nul ne peut prétendre aujourd’hui manquer de sources pour reconstituer de larges pans d’histoire de la mer Rouge. Hétérogène, lacunaire, incomplète, notre documentation l’est certainement. Mais il ne fait guère de doute qu’un recensement systématique de la documentation à la fois archéologique et textuelle, ainsi qu’une confrontation rigoureuse de toutes les données peuvent permettre de formuler des observations à différentes échelles temporelles, qu’il s’agisse du temps long de l’organisation des territoires, ou du temps plus resserré de la vie des réseaux ou des différents pouvoirs présents sur le pourtour de la mer Rouge. Les chercheurs collaborant à la base de données APIM (Atlas des ports et itinéraires maritimes de l’Islam médiéval)25, lancée aux débuts des années 2000, s’y emploient.

  • 26  Vallet, 2009, chap. VI et VII.

7Le dossier d’articles présenté ici est le fruit d’une journée d’études organisée dans le cadre de ce projet APIM le 6 juin 2008 à Ivry-sur-Seine. Ils témoignent de la richesse du matériau dont les historiens disposent aujourd’hui, mais aussi des limites et des difficultés auxquelles ils continuent de faire face. Nonobstant cela, ils se rejoignent sur un fait majeur : le poids des réseaux de navigation locale, longtemps occulté aux yeux des historiens par le prestige de la grande « route des épices » entre Inde et Égypte. Cette activité régionale, reposant essentiellement sur le cabotage le long des côtes arabes ou sur des traversées de courte distance entre Arabie et Afrique, s’affirme dès l’Antiquité comme le montre Jérémie Schiettecatte ; ce cadre est déterminant pour comprendre l’apparition des ports de Bâ/di‘, ‘Aydhâb et Sawâkin aux premiers siècles de l’Islam ; il est tout aussi prégnant dans la politique d’influence rasûlide sur le /Hijâz ou l’Abyssinie, comme nous avons pu le montrer ailleurs26. Ces premiers bilans ponctuels, sur une période ou une région donnée, permettent de poser les premiers linéaments d’une histoire du « fait portuaire » en mer Rouge, que des recherches ultérieures devront bien entendu approfondir.

Haut de page

Bibliographie

Ahmad b. ‘Umar al-Zayla‘î

1983 : The Southern Area of the Amirate of Makkah (3rd-7th/9th-13th Centuries). Its History, Archaeology and Epigraphy, PhD Thesis, University of Durham.

1992 : Al-awdâ‘ al-siyâsiyya wa-l-‘alâqât al-khârijiyya li-mantiqat Jâzân (al-mikhlâf al-Sulaymânî) fî al-‘usûr al-islâmiyya al-wasîta, s. l.

Casson L.

1989 : The Periplus Maris Erythraei, Princeton, Princeton University Press.

Chelhod J.

1984 : « L’islam en Arabie du Sud », in L’Arabie du Sud. Histoire et civilisation : tome 2, La société yéménite de l’Hégire aux idéologies modernes, Paris, Maisonneuve et Larose.

Garcin J.-Cl.

1976 : Un centre musulman de la Haute Égypte médiévale : Qûs, Le Caire, IFAO.

Goitein S. D.

1958 : « New Light on the Beginnings of the Karim Merchants », Journal of the Economic and Social History of the Orient, I, p. 175-184 ; repris dans Studies in Islamic History and Institutions, Leyde, Brill, 1968, p. 351-360.

1967-1990 : A Mediterranean Society. The Jewish communities of the Arab world as portrayed in the documents of the Cairo Geniza, Berkeley-Los Angeles, 5 vol.

1973 : Letters of Medieval Jewish Traders, traduit de l’arabe, introduction et notes, Princeton University.

1987 : « Portrait of a Medieval India Trader : Three Letters from the Cairo Geniza », Bulletin of the School for Oriental and African Studies, 50, p. 449-464.

Goitein S. D./Friedman M. A.

2008 :India Traders of the Middle Ages : Documents from the Cairo Geniza « India Book », Leyde, Brill.

Guo L.

2004 : Commerce, Culture and Community in a Red Sea Port in the Thirteenth Century. The Arabic Documents from Quseir, Leyde, Brill.

Hardy-Guilbert C. et Rougeulle A.

1995 : « Archaeological Research into the Islamic Period in Yemen : Preliminary Notes on the French Expedition (1993) », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 25, pp. 29-44.

1997 : « Ports islamiques du Yémen. Prospections archéologiques sur les côtes yéménites (1993-1995) », Archéologie islamique, 7, p. 146-196.

Hehmeyer I. et Keall E. J.

1993 : « Water and Land Management in the Zabîd Hinterland », Al-‘Usûr al-Wustâ, Bulletin of Middle East Medievalists, Université de Chicago, 5-2, p. 25-27.

Ibn al-Mujâwir

1951 : Sifat bilâd al-Yaman wa-Makka wa-ba‘d al-/Hijâz al-musammâ Ta’rîkh al-mustabsir, éd. O. Löfgren, Leyde.

Irtifâ‘ al-Dawla al-mu’ayyadiyya

2008 : Livre des revenus du sultan al-Mu’ayyad Dâwûd,éd. Muhammad Jâzim, Sanaa, CEFAS-DAI (La bibliothèque yéménite 2).

Kawatoko M.

2005 : « Multi-disciplinary Approaches to the Islamic Period in Egypt and the Red Sea Coast », Antiquity, 79, p. 844-857.

Keall E. J.

1982a : « Zabîd and its Hinterland. 1982 Report », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 19, p. 61-69.

1982b :« The Dynamics of Zabîd and its Hinterland : the Survey of a Town on the Tihama Plain of North Yemen », World Archaeology, 14-3, p. 378-392.

Lunde P. & Porter A. (ed.)

2004 : Trade and Travel in the Red Sea Region. Proceedings of the Red Sea Project I held in the British Museum October 2002, Archaeopress, BAR S1269.

Manuscript of al-Malik al-Afdal

1998 : The Manuscript of al-Malik al-Afdal. A Medieval Arabic Anthology from the Yemen, éd. en fac-similé et introd. par G. R. Smith & D. M. Varisco, Londres, E. J. W. Gibb Memorial Trust, 1998.

Margariti R. E.

2007 : Aden and the Indian Ocean Trade : 150 Years in the Life of a Medieval Arabian port,The University of North Carolina Press (Islamic Civilization and Muslim Networks).

Mulakhkhas al-fitan

2007 : Mulakhkhas al-fitan wa-l-albâb wa-misbâh al-hudâ li-l-kuttâb, trad. ang. G. R. Smith sous le titre : A Medieval Administrative and Fiscal Treatise from the Yemen. The Rasulid Mulakhkhas al-fitan of al-Hasan b. ‘Alî al-Husaynî, Oxford, Oxford University Press (Journal of Semitic Studies Supplement 20).

Nûr al-ma‘ârif

2003-2005 : Nûr al-ma‘ârif fî nuzum wa-qawânîn wa-a‘râf al-Yaman fî al-‘ahd al-muzaffarî al-wârif / Lumière de la connaissance. Règles, lois et coutume du Yémen sous le règne du sultan rasoulide al-Muzaffar, éd. Muhammad Jâzim, Sanaa, CEFAS, 2 vol.

Peacock D. & Blue L. (ed.)

2006 : Myos Hormos-Quseir al-Qadîm. Roman and Islamic Ports on the Red Sea. Vol. 1: Survey and Excavations 1999-2003, Oxford, Oxbow Books.

Peli A.

2008 : « A History of the Ziyadids through their coinage (203-442/818-1050) », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 38.

Regourd A.

2004 : « Trade on the Red Sea during the Ayyubid and Mamluk periods. The Quseir paper manuscript collection 1999-2003, first data », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 34, p. 277-292.

Robin Chr. J.

1991 :« L’Arabie du sud et la date du Périple de la mer Érythrée. Nouvelles données », Journal asiatique, CCLXXIX, p. 1-30.

1995 : « La Tihâma yéménite avant l’Islam : notes d’histoire et de géographie historique », Arabian archaeology and epigraphy, 6/4, p. 222-235.

Schiettecatte J.

2006 : Villes et urbanisation de l’Arabie du Sud à l’époque préislamique. Formation, fonctions et territorialités urbaines dans la dynamique de peuplement régionale, Université Paris 1, thèse de doctorat inédite.

Smith G. R.

1989 : « The Political History of the Islamic Yemen down to the first Turkish Invasion (1-945/622-1538) », in Yemen. 3000 Years of Art and Civilisation in Arabia Felix, W. Daum (ed.), Innsbruck/Frankfurt-am-Main, Pinguin-Verlag/Umschau-Berlag, 1988, p. 129-139.

Starkey J. C. M. (ed.)

2005 : People of the Red Sea. Proceedings of the Red Sea Project II held in the British Museum October 2004, Archaeopress BAR S1395.

Starkey J., Starkey P. & Wilkinson T. (ed.)

2007 : Natural Resources and Cultural Connections in the Red Sea. Proceedings of the Red Sea Project IIL held in the British Museum October 2006, Archaeopress BAR S1661.

Tibbetts G. R.

1971 : Arab Navigation in the Indian Ocean before the Coming of the Portuguese, Londres, Royal Asiatic Society, 1971, 614 p., 6 cartes, biblio.

1974 :« Arabia in 15th Century Navigationnal Texts », Arabian Studies, vol. 1, p. 86-101.

Vallet É.

2007a : « Décrire et analyser les archives rasûlides. Le cas de Nûr al-ma‘ârif », Chroniques yéménites, 14, p. 63-67.

2007b : « La vigne et le palmier. Identités provinciales et construction de l’État sous le sultanat rasûlide (xiiie-xve siècle) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 121-122, p. 53-67.

2009 : L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasûlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne (Bibliothèque historique des pays d’Islam, 1).

Varisco D. M.

2002 :« Agriculture in Rasulid Zabid », Journal of Semitic Studies, Supplement 14. Studies on Arabia in Honour of Professor G. Rex Smith, ed. J. F. Healey and V. Porter, Oxford, Oxford University Press, p. 323-351.

Whitcomb D. S. & Johnson J. H. (ed.)

1979 : Quseir al-Qadim 1978 : Preliminary Report, Le Caire.

1981 : Quseir al-Qadim 1980 : Preliminary Report, Malibu, California.

Whitcomb D. S.

1998 : « Out of Arabia : Early Islamic Aqaba in its Regional Context », Colloque international d’archéologie islamique, R.-P. Gayraud (éd.), Le Caire, IFAO, p. 403-418.

Zarins J. et Zahrani A.

1985 :« Recent Archaelogical Investigations in the Southern Tihama Plain (the Sites of Athar and Sihi, 1404/1984) », Atlal, 9, p. 65-107.

Zarins J. et Al-Badr A.

1986 :« Archaelogical Investigations in the Southern Tihama Plain II Including Sihi, 217-107 and Sharja, 217-172 (1405/1985) », Atlal, 10, p. 36-57.

Haut de page

Notes

1  Cf. Présentation et traduction anglaise dans Casson, 1989. Sur la datation, voir les données concluantes réunies par Robin, 1991.

2  Casson, 1989, p. 63, § 20.

3  Tibbetts, 1971 et 1974.

4  Robin, 1995 ; Schiettecatte, 2006, pp. 317-341. Le seul centre urbain d’importance connu par les textes est al-Makhâ (voir la contribution de Jérémie Schiettecatte dans le présent dossier).

5  Pour une présentation commode de ces dynasties, voir Chelhod, 1984, pp. 33-34, 36-37 et 40-47 et Smith, 1988, pp. 129-132 et 135-139 ; la chronologie des Ziyâdides a récemment été révisée par Peli, 2008. Sur l’histoire de la mise en valeur agricole du wâdî Zabîd, voir Hehmeyer et Keall, 1993 et Varisco, 2002.

6  Sur cette dynastie : Ahmad b. ‘Umar al-Zayla‘î, 1992.

7  Voir la contribution de T. Power dans le présent dossier.

8  Cf. Vallet, 2007b et Vallet, 2009, Chap. V.

9  Ibn al-Mujâwir, p. 89 ; Nûr al-ma‘ârif, I, pp. 357-367 ; Vallet, 2009, chap. VI et VII.

10  L’existence d’échanges entre les deux rives de la mer Rouge est attestée dès la fin du IIIe millénaire av. J.-C., notamment par l’importation d’obsidienne en Arabie depuis l’Afrique (Zarins et Zahrani, 1985, p. 96). Mais les modalités pratiques de ces échanges et leurs routes sont pour l’heure fort mal connues.

11  Garcin, 1976.

12  Goitein, 1958 ; 1973-1990 ; 1973 ; 1987.

13  Goitein/Friedman, 2008.

14  Voir aussi l’utilisation de ce matériau dans Margariti, 2007, en particulier sur la question de la navigation.

15  Dans l’ordre chronologique de leur élaboration : Nûr al-ma‘ârif(fin xiiie siècle), Irtifâ‘ al-dawla al-mu’ayyadiyya (fin xiiie-début xive siècle), Manuscript of al-Malik al-Af/dal (2de moitié du xive siècle), Mulakhkha/s al-fi/tan (début du xve siècle). Pour une présentation générale de ce corpus et son étude, se reporter à Vallet, 2009.

16  La prédominance des recherches sur les ports antiques doit néanmoins être soulignée. Voir à ce sujet la publication des conférences organisées dans le cadre du Red Sea Project (Lunde & Porter, 2004 ; Starkey, 2005 ; Starkey, Starkey & Wilkinson, 2007), où la période médiévale occupe une place très réduite.

17  Keall, 1982a et b ; voir aussi l’article de cet auteur dans le présent dossier qui présente les résultats des prospections de 1996 (côte d’al-Fâzza) et 2008 (Ghalâfiqa).

18  Ahmad b. ‘Umar al-Zaylâ‘î, 1983 ; Zarins et Zahrani, 1985 ; Zarins et al-Badr, 1986.

19  Hardy-Guilbert et Rougeulle, 1995 et 1997.

20  Sur les fouilles d’Aqaba/Ayla, voir les rapports en ligne sur http://oi.uchicago.edu/research/projects/aqa et l’analyse historique du site dans Whitcomb, 1998 ; pour une présentation synthétique de fouilles de Tûr al-Raya, Kawatoko, 2005.

21 Whitcomb & Johnson, 1979 et 1981 ; Peacock & Blue L. (ed.), 2006

22  Guo, 2004. De nouvelles découvertes ont été faites lors des campagnes de 1999-2003 et sont en cours d’étude par Anne Regourd (Regourd, 2004).

23  Voir l’article de Tim Power dans le présent dossier.

24  Communication à la journée d’études APIM et publication en cours.

25  Projet du Laboratoire Islam médiéval, axe A « Territoires et réseaux » (UMR 8167 Orient et Méditerranée, CNRS/Paris IV/Paris 1/EPHE), lancé à l’initiative de Monik Kervran, coordonné par Hélène Renel. La partie de la base de données concernant la mer Rouge a été abondée par Axelle Rougeulle, Hélène Renel et Éric Vallet. http://www.islam-medieval.cnrs.fr

26  Vallet, 2009, chap. VI et VII.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Vallet, « Les ports de la mer Rouge, de l’Antiquité à l’époque islamique (ive siècle av. – xve siècle apr. J.-C.) », Chroniques yéménites, 15 | 2008, 57-64.

Référence électronique

Éric Vallet, « Les ports de la mer Rouge, de l’Antiquité à l’époque islamique (ive siècle av. – xve siècle apr. J.-C.) », Chroniques yéménites [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 27 avril 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cy.revues.org/1655 ; DOI : 10.4000/cy.1655

Haut de page

Auteur

Éric Vallet

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Laboratoire Islam médiéval UMR 8167

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org