Navigation – Plan du site
Sociétés

La politique étrangère américaine au Yémen

Nouvelles pratiques sécuritaires et recomposition de la scène politique
Ludmila du Bouchet

Texte intégral

ENS, IEP Paris, Centre of International Studies (université de Cambridge, Royaume-Uni) Ludmila du Bouchet, élève de l'ENS Paris, prépare une thèse de doctorat (PhD) en relations internationales à l'université de Cambridge, sous la direction de Tarak Barkawi.

1On se propose ici de considérer les processus internes par lesquels certains États, décrits comme faibles, périphériques ou nouvellement formés, s'adaptent aux changements majeurs survenus dans le système international, en se concentrant particulièrement sur la nature et les modalités de ces processus aboutissant à une transformation structurelle du champ politique intérieur. Dans cette perspective, on mènera une analyse de l'impact de la politique étrangère américaine sur le Yémen, un pays dont l'histoire est marquée par la fragmentation et la vulnérabilité aux acteurs internes et externes. De fait, le Yémen a connu un processus que l'on peut appréhender en termes de transformation plutôt que de simple adaptation. Phénomène dont la mesure est fournie par les changements d'alignement politique interne comme externe, et par les glissements observables dans les discours et les pratiques qui en sont le corollaire dans toutes les sphères ­ le politique, l'économique et particulièrement la sécurité. En bref, nous posons comme hypothèse que le processus de transformation en cours au Yémen conduit, sous l'impact spécifique de la « sécurisation » des relations intérieures et extérieures, à la centralisation, pour la première fois dans l'histoire de ce pays, de ce qui avait jusque-là consisté en des structures étatiques fragmentaires et hautement contestées1.

2« Nouveaux » conflits, transformation de l'environnement international et recomposition des stratégies occidentales

3Selon maints ouvrages généraux traitant de la discipline des relations internationales, l'après - Guerre froide a été marquée par l'apparition de nouvelles formes de conflictualité dont les traits prédominants sont la « capillarisation », c'est-à-dire la fragmentation et la déterritorialisation de la violence ; la multiplication d'acteurs infra-étatiques et le primat de micro-logiques sur la conquête du pouvoir et sur l'expansion territoriale ; l'invisibilité tactique de certains acteurs ; la transnationalité et la contiguïté virtuelle des territoires décuplée par de nouveaux moyens de communication déployés à l'échelle planétaire2. Ces caractéristiques contribuent à dresser le tableau d'un monde placé sous le sceau du « désordre » et de l'« anarchie » internationale, et distinguent tout particulièrement la période actuelle en tant qu'elle est caractérisée par « l'effacement des repères » et la « mondialisation de la contingence »3. Les éléments descriptifs de ce tableau renvoient inlassablement à la plus grande mobilité, la perte de sens et l'incertitude. Aussi semble-t-il inadéquat et vain de tenter de déterminer la signification de certains événements en les rapportant à des schémas de pouvoir établis ou en les inscrivant dans des espaces territoriaux fortement délimités. La notion de sécurité a par là considérablement élargi son champ, investissant la politique extérieure à la faveur d'une perméabilité grandissante des ordres interne et externe et d'un effacement de la distinction nette entre le « dehors » et le « dedans ».

4Dans un tel monde dépourvu d'extériorité, de récents développements, parmi lesquels les attaques du 11 septembre 2001 font charnière, ont mis en évidence, en Occident et en particulier aux États-Unis, le besoin de définir, circonscrire et re-territorialiser le siège de la violence, notamment à travers la désignation successive de nouvelles cibles : Afghanistan, Iraq, Syrie, Soudan, Yémen… dans la quête sans fin et virtuellement impossible du noyau dur originel, celui d'une violence émanant précisément d'une stratégie invisible, décentrée, multipolaire. Ceci se manifeste par la bilatéralisation croissante des rapports noués entre les États-Unis et les autres États, par une fragmentation des politiques et par le primat d'un jeu inter-étatique sur la situation prévalant pendant la Guerre froide. Cette dernière, en effet, faisait primer la recherche de regroupements régionaux. Si la bilatéralisation n'est pas chose nouvelle, les événements du 11 septembre 2001 et, à leur suite, la reconfiguration générale des alliances américaines avec le reste du monde selon un schéma où l'effet d'appartenance joue à plein (« Vous êtes ou bien avec nous ou bien contre nous, du côté des terroristes ») ont eu pour résultat frappant de replacer l'accent sur l'État en tant que tel, de produire un retour au paradigme étatiste, une réaffirmation du pouvoir et du rôle de l'État sous l'effet du réaménagement du modèle sécuritaire. L'ordonnancement mondial projeté par les États-Unis a, en effet, pris une direction particulière sous l'égide du contre-terrorisme comme « principe structurant »4 du politique. L'un des effets en est de rehausser la question des « capacités étatiques » en lui conférant une portée globale et une importance de premier ordre. L'État, son pouvoir et ses capacités, ont été désignés comme le siège pertinent pour déployer une action anti-terroriste aux dimensions mondiales5. Face à un danger perçu comme proliférant et disséminé par des acteurs non-étatiques transnationaux, on assiste à un recentrement sur l'État et à une redéfinition de ses intérêts, qui prennent d'abord la forme d'une stratégie visant à identifier la menace en la « réincarnant » sous la forme d'un État particulier. Deuxièmement et en parallèle, on observe une restructuration du côté d'États cherchant à se replacer dans un nouveau contexte unipolaire et à ajuster leurs politiques tant internes que régionales.

5La politique étrangère comme nœud discursif entre sécurité et constitution identitaire de l'État : éclairage théorique sur la stratégie américaine et sa réception

6Il existe une vision communément répandue et simpliste qui se fonde sur une représentation de l'insécurité comme fait naturel, sur le postulat ontologique de celle-ci comme élément externe toujours déjà existant et préconçu, sur une conception naturalisante de la menace comme réalité objective, externe et statique, intrinsèquement dangereuse. Il suffit alors de déterminer la relation nécessaire qu'elle entretient avec certains événements tenus pour acquis, d'identifier et de décrire les chaînes causales permettant de prédire son émergence et de prescrire des réponses appropriées. Toutefois, la notion de sécurité ne saurait simplement renvoyer aux stratégies et politiques visant à garantir la protection de certaines entités fixes, nommément les États, contre l'existence de menaces existant indépendamment. Comme l'a exposé David Campbell, la perception du danger se loge entre la manifestation factuelle de la violence et sa thématisation. Elle ne peut s'entendre en dehors d'un processus de qualification et d'interprétation qui pose le problème de la construction sociale de la menace. On entend par là la mise en œuvre d'un discours qui hiérarchise, pose des normes dans l'ordre de la description et de la prescription, crée des effets de sens, ordonne notre représentation de l'événement autour de certains référents placés sous le signe du danger et produit ainsi un certain type de visibilité de l'ennemi désigné6. Campbell se fonde sur l'idée que l'identité se construit et se définit dans un rapport intrinsèque à la différence. En dernier ressort, cette constitution identitaire requiert que la différence soit saisie sous la forme de l'Altérité (otherness par contraste avec difference), dont le mode ultime est celui du danger incarné par « l'autre ». À partir de cette prémisse, Campbell étend son propos à l'État, en montrant comment son identité spécifique est contenue, produite et reproduite, et par là transformée, à travers la définition d'une politique étrangère qui, en retour, opère comme norme à l'aune de laquelle les conduites s'élaborent et les menaces se calculent. Les États sont des entités irréductiblement paradoxales et ambivalentes, assises sur aucune identité stable a priori. Elles demeurent engagées dans un processus constant de « devenir soi-même » et de réaffirmation de soi, reproduisant leurs identités de manière toujours provisoire et inachevée7. Par conséquence, la politique étrangère peut donner à s'entendre comme l'une des modalités discursives de ce processus que Campbell désigne par « scripting the self », réécriture permanente des contours de l'identité. Elle se manifeste, en effet, par des pratiques, toujours contingentes et sujettes à un réaménagement incessant, tendant à produire des frontières et des seuils (« boundary-producing practices ») qui définissent en creux l'identité au nom de laquelle ils opèrent. Et ce en donnant une figure reconnaissable à la différence et en prodiguant des représentations de la menace par le biais d'un processus où toute déclaration portant sur la nature de l'identité de soi-même appelle inextricablement en contrepoint une série de suppositions sur ce qu'est l'autre. Le succès d'une politique étrangère dépend in fine de sa reprise continue et efficace par les organes du pouvoir de telle sorte qu'elle parvienne à présenter cette relation de soi à l'autre, celle d'une différence socialement construite, comme ancrée dans un rapport de correspondance à la réalité, comme si cette politique étrangère la reflétait adéquatement, de manière transparente.

7Le Yémen à l'épreuve des demandes américaines : l'axe sécuritaire et ses transpositions politiques immédiates

8C'est précisément dans ce cadre conceptuel que se situe le Yémen, ce pays décrit comme étant, « de toutes les nations de la péninsule Arabique, le plus peuplé, le plus pauvre et le plus politiquement libéral »8. Placé au centre de points névralgiques et à l'intersection de plusieurs zones de regroupement (la Corne de l'Afrique, la mer Rouge, le club fermé des monarchies pétrolières du CCG) de par son contrôle stratégique du détroit de Bâb al-Mandab, le Yémen se situe à la croisée de plusieurs espaces mais jamais au centre d'aucun, souvent à la marge. Le positionnement géographique et politique du Yémen peut ainsi se traduire dans les termes ambivalents d'une « promesse d'intérêt et menace d'ingérence ». « Le pays est trop démuni pour ne pas souffrir d'être là où il est ; il est aussi trop fier pour ne pas chercher à en faire un atout. »9 Par ailleurs, le Yémen est précisément un État dont on a souligné à loisir tous les aspects qui n'en faisaient pas un « vrai » État : maillage lâche du territoire, absence de contrôle et de présence étatique dans de larges portions de ce dernier, frontières ouvertes à tous les vents et transformées en plaque tournante du marché noir (armes, carburant, cigarettes), prolifération d'armes, autonomie des zones tribales, etc. Autant d'éléments devenus des passages obligés pour les journalistes écrivant sur le Yémen ­ sans oublier qu'Usâma b. Lâdin est d'ascendance yéménite… Affligé d'une image déplorable en raison de la longue litanie d'incidents, attaques, attentats et prises d'otages dont il a été le théâtre, le Yémen est entré tôt dans la ligne de mire des États-Unis, engagés dans un effort considérable pour identifier et circonscrire la menace terroriste. Les attentats de 1998 à Nairobi et Dar es-Salam, impliquant des suspects yéménites, l'attaque contre le USS Cole à Aden (12 Octobre 2000), les événements du 11 septembre 2001, l'opération militaire en Afghanistan, à l'issue de laquelle plus d'une centaine de Yéménites se sont retrouvés emprisonnés à Guantanamo Bay, l'explosion du pétrolier français Limburg à l'entrée du terminal d'al-Shihr, à trente kilomètres du port d'al-Mukallâ (6 octobre 2002), l'assassinat de trois missionnaires américains à Jibla (30 décembre 2002) sont autant d'événements qui, associés, noués et confondus en un tissu de correspondances, celui de la complétude d'une menace unique, globale et expansive, ont accrédité fermement l'idée en Occident ­ et à Washington en particulier ­ que le Yémen constituait une plaque tournante du « terrorisme »10. Le Yémen a, de ce fait, été l'objet d'un processus ambivalent de qualification et de dénégation : à la suite du 11 Septembre, après avoir fait planer quelque temps la menace d'une inclusion du Yémen sur la liste des prochains visés (au nombre desquels la Syrie, l'Iraq et le Soudan), l'ambassadeur nouvellement nommé par les États-Unis, Edmund Hull, ancien haut responsable du contre-terrorisme au Département d'Etat américain, a déclaré que ce pays était « un partenaire et non une cible ». Cette affirmation a été immédiatement comprise comme pouvant conduire à un emprisonnement pacifique du pays et/ou à un renversement dramatique en cas de coopération partielle. Ce balancement ambigu se ressent également à la lecture comparée de deux documents : l'un officiel, émanant du Département d'État américain, l'autre plus officieux. Le récent Patterns of Global Terrorism 2002 promeut le Yémen au rang de partenaire à part entière et salue ses efforts11. En revanche, son commentaire par un institut de recherche proche de la sensibilité de l'administration actuelle pousse à une ligne résolument plus dure. En effet, selon ce dernier, la simple présence, désignée comme proliférante, de cellules au Yémen, les arrestations multiples de Yéménites en divers points du globe dans le cadre de l'enquête sur le 11 Septembre, ainsi que le soutien rhétorique de l'État yéménite à des organisations armées palestiniennes, constituent des éléments d'analyse suffisants pour affirmer que « dès septembre 2002, le profil du Yémen s'était accentué comme celui non pas d'un acteur cardinal mais d'une cible majeure dans la lutte contre le terrorisme »12.

9Comment interpréter cette nouvelle donne ? À première vue, à la suite de la mise au ban caractérisée et générale de la période suivant la deuxième Guerre du Golfe de 1991, le Yémen serait voué à un rôle périphérique et mineur dans le cadre de la normalisation graduelle de ses relations avec la superpuissance, sous la forme d'une reprise du schéma maintes fois expérimenté de la « relation entre un petit État et une superpuissance »13. Selon une tout autre hypothèse, ses traits caractéristiques le porteraient à accéder au rang de puissance régionale dans laquelle les États-Unis auraient un avantage certain à investir, compte tenu du fait que leurs intérêts stratégiques seraient mieux garantis par la mise en place d'un équilibre politique entre les différents États du Golfe plutôt qu'à travers l'hégémonie d'un seul acteur (l'Arabie Saoudite). Ceci conduirait en dernier ressort à une réévaluation du rôle du Yémen et à un redéploiement de la présence militaire américaine dans la région14. Il a souvent été question de savoir si les Yéménites étaient prêts et désireux de collaborer pleinement avec les Américains dans le cadre de la coopération essentiellement sécuritaire mise en œuvre depuis fin 2000. Celle-ci pourrait, en effet, être perçue comme mettant potentiellement en question leur souveraineté et leur intégrité territoriale15. Ainsi, c'est souvent en ces termes formels que la possibilité de l'établissement de bases militaires américaines à Aden ou Socotra a été démentie et catégoriquement rejetée par le pouvoir yéménite. Toutefois, la question ne peut se poser simplement en termes de domination et de conditions d'inégalité de capacités. Poser le problème dans les termes d'une érosion de la souveraineté dans un contexte d'asymétrie, c'est « présumer la chose même qui se trouve mise en doute : la division entre l'interne et l'externe, la différenciation entre le dedans et le dehors »16 de l'État yéménite. Une telle perspective fait l'économie de ce qui n'a de sens dans les faits qu'en tant qu'interaction dynamique entre deux acteurs. Une part importante de ce qui s'y joue a trait à la permanente négociation des identités, intérêts et attentes de chacune des parties. Wendt et Friedheim utilisent la notion d'« empire informel » pour décrire l'articulation de deux principes antagonistes d'organisation des relations internationales : la souveraineté, d'une part, la hiérarchie, d'autre part. Cette notion permet de souligner le caractère interactif, relationnel, de cette structure ambiguë du politique, par opposition à l'idée de pure subordination. Elle déploie un processus de définition et de constitution sociale des identités, intérêts et institutions, tous modelés par des dynamiques intersubjectives opérant au niveau systémique. En tant que structure de « co-dépendance », malgré ses aspects hiérarchiques, l'empire informel « construit certains types de sujets ; il ne se contente pas de faire peser des contraintes sur le comportement de sujets préexistants »17. C'est à la lumière d'une telle structure d'autorité politique qu'il faut mesurer l'interrelation entre la superpuissance américaine et le Yémen.

10En façonnant une stratégie politique visant in fine à intervenir (militairement si nécessaire) partout, suivant le « principe structurant » du contre-terrorisme, la politique étrangère américaine déploie ce qu'Étienne Balibar a appelé la dialectique de la violence. Celle-ci ne se contente pas de décrire le cercle de l'affrontement entre pouvoir et contre-pouvoir ou de la manifestation de la violence et de la contre-violence, mais se poursuit sous le schème logique et rhétorique principal de la contre-violence préventive. Sa force de légitimation découle de ce qu'elle se présente comme « le châtiment ou le refoulement de forces enracinées dans la nature humaine ou dans des conditions sociales déterminées ou dans des croyances et des idéologies, qui auraient troublé ou détruit un ordre idéal, originairement pacifique, non violent, ou simplement menaceraient de le détruire »18. Élu terrain privilégié de l'éradication des « terroristes » et des structures qui les abritent, le Yémen a ainsi été le premier pays à faire l'expérience sur son territoire de l'élimination directe et extra-judiciaire, officiellement assumée par les États-Unis, de membres d'al-Qâ`ida. Il fait aussi l'objet d'une reprise en main politique et militaire des forces internes : mise en place du Programme d'assistance antiterroriste ATA et développement de projets militaires préexistants. Par là même, la politique étrangère américaine tend, dans ses effets, à dessiner unilatéralement des frontières nettes entre « eux » et « nous », à objectiver et figer certaines menaces incarnées par des groupes ou mouvements pré-désignés, et ce dans un processus qui prend de plus en plus une allure expansive et englobante. Mais pas seulement.

11Centralité de la dimension politique yéménite

12En effet, les processus à l'œuvre ne peuvent se réduire à l'application des politiques élaborées à Washington. Car en formulant des exigences sécuritaires grandissantes et en les imposant à un pays notoirement démuni et dépendant de l'aide étrangère, incapable, économiquement et politiquement, de payer le prix d'un renouveau de la position solitaire et rédhibitoire adoptée en 199119, la politique étrangère américaine ne se contente pas de plaquer ses réquisits sur un destinataire passif. Au contraire, pour cet État en cours de formation, les pressions américaines, tant discursives que matérielles, se trouvent médiées, reprises et réappropriées dans un lexique endogène, reformulées dans le sens des priorités stratégiques nationales et des besoins de légitimité du pouvoir. Elles entrent d'emblée en profonde résonance avec le système complexe de la politique interne yéménite, refaçonnant par là son identité et la définition de l'insécurité au Yémen, dans un processus constitutif opérant réciproquement. Ce caractère d'interaction mutuelle, qui voit une politique être imposée de l'extérieur mais, dans le même temps, transmuée en facteur interne de la décision politique, a une efficace certaine au Yémen pour des raisons historiques, tant internationales qu'internes. D'une part, ce pays n'a jamais fait l'expérience d'une confrontation directe avec les États-Unis et n'a jamais fait l'objet d'une colonisation substantielle. D'autre part, l'arène politique yéménite se distingue par la place toute particulière qu'y occupent les islamistes, à savoir que leur passage au politique, par les voies légales et à travers la pratique démocratique du vote citoyen, n'a pas coïncidé avec leur entrée en opposition20.

13En conséquence, en dépit de ­ ou peut-être à cause de ­ sa dimension exclusivement sécuritaire, la politique américaine au Yémen est de consonance hautement politique. Il en va ainsi tant en raison de ses objectifs déclarés ­ garantir la sécurité du pays afin d'assurer la stabilité de la région en prenant pour cible les groupes qui semblent les alliés les plus « naturels » du discours anti-occidental et de « l'action terroriste » ­ que du moment précis où elle s'insère, à savoir l'essoufflement certain de la dynamique démocratique initiée depuis la réunification. Ce qui est en jeu, en effet, c'est la nature de l'État yéménite, engagé dans le processus lent et multiforme de sa construction, et sa capacité à contracter un partenariat politico-stratégique avec les États-Unis, dont la politique étrangère agit comme la pierre de touche de sa configuration politique interne. En effet, la politique américaine remet en cause de manière critique les alliances qui se trouvent aux fondements du pouvoir établi : sa structure politico-tribale et, plus largement, sa composition interne complexe. Pour sa part, pour des raisons intérieures, le pouvoir yéménite en place ne peut aller jusqu'au bout de la logique sécuritaire à sens unique prônée par les Américains, sauf à mettre en péril sa survie politique, à moins que cette logique ne s'accompagne d'une contrepartie tangible et substantielle qui puisse se convertir de manière visible en ressource politique. En bref, comprendre les sinuosités de la politique étrangère américaine au Yémen et, réciproquement, sa réception dans ce pays, requiert un détour par sa politique intérieure qui, en retour, éclaire de manière singulière les tenants et les aboutissants de la position américaine, oscillant entre deux logiques qui s'affrontent et s'entrecroisent à la fois ­ une logique de force (garantir essentiellement des intérêts sécuritaires) et une logique politique (construire un véritable partenariat). Si l'on assiste bien à une réévaluation de la politique américaine dans la région, la direction de celle-ci demeure difficile à définir avec netteté, en dépit d'objectifs affirmés avec fracas, puisqu'elle mêle une fuite en avant dans une logique de force où prime strictement la question de la sécurité et de timides éléments de révision politique. Ce manque de netteté apparente ne pointe pas tant vers l'absence d'une logique cohérente ou d'un choix clair entre deux options antinomiques ou difficilement conciliables entre elles. Il se présente plutôt comme l'effet structurel d'une politique strictement orientée vers la complétion d'un dispositif sécuritaire, mais dont les éléments excèdent d'emblée toute lecture en termes de stricte sécurité. Cantonné dans la position d'un pion secondaire et marginal sur l'échiquier régional, le Yémen, dans l'absolu, n'intéresse pas vraiment les États-Unis, sauf à le considérer à travers leur propre prisme, à savoir la conjonction d'une situation géographique intéressante, proche de routes maritimes hautement stratégiques, tant pour la circulation des bâtiments de guerre que pour les flux pétroliers, et d'une sécurité à approfondir, c'est-à-dire littéralement « un point d'abcès ». Aussi l'axe d'intervention américaine au Yémen est-il avant tout sécuritaire et susceptible de demeurer indépendant d'une relation politique au sens plein. Pourtant, la question prend, en dernier ressort, un tour hautement politique. En effet, elle se trouve réévaluée par le pouvoir yéménite selon une logique qui lui est propre et fait l'objet d'une interprétation et d'une mise en pratique dans ses termes spécifiques. La teneur que lui confère le régime yéménite est tributaire de rapports de force internes, de choix stratégiques propres, d'une échelle de priorités abondant dans un certain sens, toutes choses qui, in fine, infléchissent profondément l'impact d'une politique étrangère définie et imposée de l'extérieur, tout en étant dynamiquement réfractée selon les lignes d'une intériorisation aux modulations nationales précises.

14Reprise en main sécuritaire et recomposition des alliances internes

15La mise en œuvre de la politique américaine en direction du Yémen correspond temporellement et pratiquement à une phase politique particulière du pays : celle d'un rétrécissement graduel de l'espace politique21. La faiblesse du Parlement a été mise en évidence22. On assiste à une réduction substantielle de la dynamique pluraliste avec le boycott socialiste des élections parlementaires de 1997, le retrait d'al-Islâh hors de la compétition électorale présidentielle de 1999 en faveur du candidat du Congrès populaire général (CPG), `Alî `Abd Allâh Sâlih, et les manœuvres frauduleuses et coercitives pour s'assurer une victoire absolue lors des élections parlementaires de 200323. Enfin, la presse d'opposition est de plus en plus muselée. Une série de mesures répressives a été prise à l'encontre de l'ensemble des forces oppositionnelles, manifestement afin de préserver le statu quo politique du régime et de raffermir sa position. Cette répression s'est engagée de manière très progressive et opportune, en commençant par des cibles faciles, comme les « Afghans » et l'armée Aden-Abyan. Mais elle en vient à toucher certaines franges d'al-Islâh, nommément certains partisans de la composante frériste et la mouvance radicale du parti, emmenée par le cheikh al-Zindânî. Or il s'agit de tendances des forces d'opposition inhérentes à un parti légitime, parfaitement intégré au jeu politique institutionnel et ne remettant pas en cause le régime. Aussi la reprise de l'intérieur des exigences sécuritaires internationales ne peut manquer de précipiter des bouleversements et recompositions politiques, voire des retournements d'alliance, soit un mélange de réaction, de ré-appropriation et d'adaptation.

16Le centre névralgique de cette situation volatile et potentiellement instable est constitué par la relation intime nouée entre le CPG et al-Islâh, une relation d'étroite proximité qui ne peut se décrire dans les termes d'une confrontation duelle de type régime établi /opposition ou d'une lutte de pouvoir et contre-pouvoir. L'une des précieuses particularités du Yémen est, en effet, d'avoir réussi à faire l'économie de la déchirure consécutive à l'émergence des courants islamistes. Bien plutôt, ces deux mouvements partisans ont en partage un même discours idéologique et un ensemble de références communes ; leurs pratiques politiques se chevauchent de manière frappante et leurs rhétoriques s'adressent à la même base populaire, si bien qu'il est risqué de se hasarder à dessiner des lignes de démarcation précises entre le « dedans » et le « dehors » de chacun. En effet, ce n'est qu'en de rares occasions qu'al-Islâh a adopté une position différente et spécifique, comme par exemple lors du référendum de 1991 sur la question de la sharî`a comme source unique ou principale de la loi24. De manière encore plus significative, les islamistes ont été historiquement associés à l'édification de l'État yéménite et ont contribué de manière décisive à asseoir la légitimité du régime nordiste et à affirmer son autorité. Cette trajectoire va de la fondation d'un « Parti de Dieu » au cours de la guerre civile de 1962-1970 par Mahmûd al-Zubayrî, qui contribua de manière décisive au ralliement d'importantes tribus au camp républicain25, au rôle de fer de lance de la confrontation active contre les ennemis socialistes du Sud, joué par les islamistes et leur composante radicale, avant et pendant l'unification, et durant la guerre civile de 1994, où le régime nordiste a largement instrumentalisé à son service les éléments les plus hostiles idéologiquement aux « opposants athées ». Le Congrès populaire général, et tout particulièrement le président Sâlih, est lié par une dette idéologique et historique au mouvement islamiste, grâce auquel, en partie, les tribus ont, par le passé, fait allégeance au pouvoir et l'ont soutenu lors du conflit avec les éléments sécessionnistes du Sud. Cette formule institutionnelle, qui signe la spécificité du Yémen dans l'ensemble de la région, amène une conséquence importante, celle de l'intégration à part entière dans le système politique d'al-Islâh, donc de la légitimité cruciale que ce parti revêt. L'une des traductions institutionnelles de cette « formule yéménite » et de la solidité de l'assise du présent régime est incarnée par la figure du président du Parlement, `Abd Allâh b. Husayn al-Ahmar, à la tête d'al-Islâh et de la principale confédération tribale, les Hâshid, des rangs desquels le président Sâlih est aussi issu, toutes choses qui font de lui « la charnière de l'alliance entre les tribus, les islamistes et le régime »26.

17 Portant encore les séquelles de la guerre de 1994, la vie politique du Yémen est largement déterminée par le primat du Congrès populaire général. Ce dernier est, en effet, parvenu à mobiliser tant des groupes conservateurs que des éléments modernistes, à se poser comme le héraut et le dépositaire de l'unité yéménite et de la cohésion nationale, à construire une image historique de lui-même incarnant le mythe de la réconciliation. D'une part, une idéologie nationaliste et populiste l'autorise à ratisser très large en étant capable de reprendre à son compte des éléments discursifs propres à al-Islâh. En effet, l'univers symbolique et normatif de l'islam sert de référent à l'ensemble de la société, comme l'expose Muhammad al-Yadûmî, secrétaire général d'al-Islâh : « Il n'y a plus de différences idéologiques ou de principe parmi les forces politiques elles-mêmes […]. La situation constitutionnelle et légale du pays a fait que tous vivent dans le même contexte. Les gens ne divergent pas quant à leurs objectifs […] mais seulement quant aux moyens »27. De plus, du fait de sa longue proximité avec le pouvoir, ces ressources idéologiques, loin d'être l'apanage d'al-Islâh, sont partagées et mobilisables par d'autres forces politiques, en particulier le CPG28. D'autre part, le développement d'un vaste complexe militaro-commercial29 a permis au régime de coopter divers segments de la société, émanant tout à fois du monde civil et des forces armées, des sphères tribales et entrepreneuriales. Les chevauchements et enchevêtrements issus de ce complexe défient toute distinction entre le privé et le public, le civil et le militaire. Dans un tel contexte, l'irruption brutale d'exigences externes générant in fine un processus de différenciation de l'identité yéménite et de désignation de la menace sécuritaire parmi les rangs de ceux qui sont les plus étroitement intégrés aux cercles du pouvoir et en représentent les bases légitimes ne peut que provoquer des reconfigurations, des remises en cause de l'équilibre politique, voire des effets de désintégration et de fragmentation.

18La mise en application concrète des exigences sécuritaires américaines déploie ses effets dans deux directions paradoxales. D'une part, un renforcement du régime est en cours, qui va de pair avec la tentation d'une marginalisation accrue d'al-Islâh et avec le poids grandissant des cercles militaro-sécuritaires. D'autre part, et de façon concomitante, une remise en cause potentielle du fragile équilibre politico-territorial, via une reprise en main musclée de zones traditionnellement placées au-delà de l'emprise étatique, se manifeste par la multiplication d'actions répressives à l'encontre de certaines tribus dotées d'une forte autonomie. La bonne volonté que manifeste le régime à coopérer pleinement avec l'administration américaine dans la guerre contre le terrorisme tient autant à son refus de répéter l' « erreur » de 1991 qu'à la conjonction de l'agenda sécuritaire américain avec ses propres objectifs et intérêts bien compris. La conjoncture internationale plaçant au premier plan la désignation et l'élimination de la menace terroriste incarnée par la mouvance islamiste en général coïncide à point nommé avec l'effort entrepris depuis quelques années par le régime pour cantonner son challenger principal, al-Islâh, dans la posture d'une « opposition modérée »30, voire, in fine, le contrer via un processus de minoration qui n'est potentiellement pas exempt d'éléments répressifs31. Il est tout à fait significatif que les demandes accrues de « garanties » de la lutte contre le terrorisme aient été reçues et interprétées par le pouvoir en place comme une occasion idéale et une justification supplémentaire pour avancer dans la mise en ordre de ses troupes, renforcer sa mainmise et exercer plus profondément son emprise au détriment de son ancien allié. En somme, il s'agit de parachever un processus mis en branle depuis l'échec du pacte unioniste qui, en mettant fin à « la nécessité de réguler le dualisme PSY/CPG, […] supprima la première raison d'être du pluralisme des institutions de la coexistence »32 et, par là même, une fois l'hypothèque socialiste levée, enleva toute utilité au maintien d'une alliance avec les opposants islamistes d'al-Islâh.

19Commencée dès avant le 11 Septembre, avec la décision de placer l'ensemble des institutions éducatives religieuses gérées par al-Islâh sous contrôle étatique en les ramenant dans l'escarcelle institutionnelle générale, cette entreprise de mise au pas de la mouvance islamiste en général a trouvé dans la lutte antiterroriste un argument d'autorité permettant au pouvoir établi de progresser à grands pas dans son achèvement : suspension temporaire des activités de l'université al-Îmân, établie sous la direction du cheikh al-Zindânî33, expulsion de plusieurs centaines d'étudiants étrangers sous le prétexte de leur situation illégale34, fermeture de plusieurs écoles soupçonnées de faire le lit d'activistes radicaux (institut Dâr al-Hadîth et école al-Bayhânî notamment)35, campagne d'arrestations massives dans les rangs des islamistes « afghans »36, mesures renforcées contre les « immigrants illégaux »37. Certes, cette série d'actions légales et répressives a d'abord visé les cibles les plus « évidentes » et visibles, mais on peut se demander si les pressions américaines ne pourraient pas conforter et catalyser le penchant autoritaire du régime, l'encourageant à progresser dans la voie d'une restriction de la part publique dévolue à son ancien allié et d'une mise sous tutelle des forces oppositionnelles, tant journalistiques que partisanes. Le résultat des élections législatives du 27 avril 2003, qui ont consacré l'hégémonie du CPG en lui assurant une majorité plus qu'absolue de 225 sièges, et par là son contrôle total des appareils étatiques, a été entaché de manipulations frauduleuses (inscription et vote de mineurs, intimidations, achat de votes…), voire souvent coercitives, illustrées notamment par le rôle très douteux joué par les forces militaires et policières lors du dépouillement du vote et de son décompte38. Certes, al-Islâh a su faire la démonstration de sa force en conquérant quelques circonscriptions urbaines prestigieuses, notamment à Aden et à Sanaa. Toutefois, ces élections tronquées ont accéléré la tendance à la mise en minorité d'al-Islâh, en particulier, dont le nombre de sièges est en constante régression depuis 1993 (1993 : 62 ; 1997 : 53 ; 2003 : 40). Sheila Carapico en tire la conclusion suivante : « Le Yémen pourrait bien être une démocratie arabe émergente, progressant lentement mais sûrement sur la voie électorale. Il pourrait tout aussi bien être en train de devenir une quasi-démocratie à parti unique, comme l'Égypte, où les partis d'opposition sont autorisés à entrer dans la compétition électorale mais pas à la gagner. »39

20Ce retour à la « norme institutionnelle arabe »40 peut prendre les voies les plus sinueuses et inattendues. Le régime a bien perçu l'intérêt qu'il peut trouver à s'aligner sur l'agenda américain, notamment parce qu'il lui permet d'établir une équation entre la lutte antiterroriste et l'élimination de groupuscules radicalisants. Qui plus est, cet agenda est susceptible d'être étendu à certaines composantes politiques plus modérées, et ce en couvrant des manœuvres à usage interne du manteau de la légitimité sécuritaire internationale. Le Gouvernement a aussi saisi l'occasion pour multiplier les gestes conciliants en direction de deux mouvances contraires. D'une part, il s'appuie sur certains éléments religieux apolitiques tout en donnant des gages de sa coopération à l'administration américaine en durcissant sa position à l'encontre des partisans de l'action violente ; il a ainsi entrepris de purger ses propres services de sécurité, notamment la Sécurité politique, de tous les éléments suspects de sympathie envers la mouvance activiste armée41 et de réagir fermement contre ses tenants. Dans le même temps, il ne se prive pas d'instrumentaliser le courant le plus littéraliste de la mouvance islamiste pour freiner la percée politique d'al-Islâh, faisant ainsi des salafis « les alliés objectifs du pouvoir » : « Dans le contexte d'une relative ouverture pluraliste, un courant appelant, depuis l'intérieur de la mouvance islamiste, à demeurer éloigné des urnes est bien évidemment précieux à un régime qui sait fort bien dans quelle famille politique se trouve le principal réservoir de ses opposants. »42 D'autre part, il fait appel, ne serait-ce que rhétoriquement, à des personnalités placées directement à l'opposé sur l'échiquier idéologique et politique, nommément les leaders socialistes exilés, en particulier `Alî Sâlim al-Bîd, et autorisés à rentrer au nom de la réconciliation et de la nécessaire participation de toutes les forces dans la construction nationale43. La nomination de Sâlim Sâlih Muhammad, une figure socialiste de premier plan, comme conseiller spécial du Président participe du même effet.

21Les exigences américaines comme pierre de touche de la formation de l'État : renforcement du Gouvernement, centralisation et équations sécuritaires

22Ce raffermissement du pouvoir présidentiel, et le rythme auquel il s'opère, sont inextricablement liés à un déplacement du centre de gravité politique du simple fait d'un agenda sécuritaire prioritaire. Cela est perceptible dans la promotion de l'appareil militaire et, au sein de celui-ci, des organes plus particulièrement engagés à l'avant-garde de la lutte contre-terroriste, processus qui ont lieu en dehors de l'espace public démocratiquement désigné (Parlement, cabinets ministériels). De par son orientation strictement sécuritaire, la coopération américaine a pour conséquence de renforcer sélectivement les segments de l'appareil étatique ­ telles les Forces spéciales et les Forces de sécurité centrale ­ qui étaient d'ores et déjà les mieux ancrés dans le système et dotés de l'accès le plus direct à ses ramifications militaro-économiques. En d'autres mots, la lutte antiterroriste joue entièrement en faveur du système construit par le régime et, qui plus est, exclusivement en faveur des éléments les plus loyaux. En dernier ressort, la prise de décision politique dans les domaines cardinaux de la sécurité nationale échappe de plus en plus aux instances proprement politiques, c'est-à-dire émanant de la dynamique représentative, pour se concentrer entre les mains d'un cercle exécutif restreint de conseillers et des plus hautes instances de l'armée, comme le montre la constitution d'une Agence nationale pour la sécurité, en charge de toutes les questions politiques, stratégiques et logistiques du contre-terrorisme44. Fourniture massive d'équipement militaire et envoi par roulement d'experts militaires pour entraîner et conseiller les Forces spéciales et les Forces de sécurité centrale, organes premiers du contre-terrorisme et respectivement dirigées par le fils et le neveu du président Sâlih45, collaboration étroite des services de renseignement46, instauration d'un système informatique centralisé de contrôle des entrées et sorties du territoire47, formation et équipement d'une unité de police de garde-côtes48, installation de postes de sécurité le long de la frontière éminemment poreuse avec l'Arabie Saoudite, contrôle de cette dernière et du Rub` al-Khâlî au moyen de drones de surveillance américains49, augmentation substantielle des acquisitions d'armement (y compris avec la livraison autorisée des Scud nord-coréens) ­ tels sont les modes empruntés par la coopération américano-yéménite.

23Parmi ces nombreux développements, certains coïncident sans doute avec l'actualisation des fonctions étatiques en tant que telles, selon une certaine lecture webérienne, nommément la détention par l'État du monopole de la violence légitime50 et son point d'appui institutionnel, un territoire centralisé51. Finalisation de l'affirmation de ses prérogatives sur ses limites territoriales à la suite du règlement du conflit frontalier avec l'Arabie Saoudite en 2000, qui clôt le processus de délimitation engagé avec le règlement par la Cour internationale de justice du conflit avec l'Érythrée sur les îles Hunaysh, suivi du bornage des frontières avec l'Oman ; contrôle des allées et venues et des flux migratoires, centralisation grandissante de l'usage de la force : ce sont autant de développements récents qui donnent à penser que, par le biais d'une aide américaine qui concourt à l'achèvement de la formation d'un appareil militaire professionalisé, spécialisé et plus puissant, le Yémen unifié est en train de devenir un État « normal » centralisé, exerçant son autorité sur des questions jugées traditionnellement de son ressort. Pour donner la pleine mesure de ces évolutions, il faut souligner cependant que cette consolidation de l'État central est partielle et qu'elle opère via une myriade d'arrangements locaux, de médiations tribales, de rétributions matérielles et de cooptations, notamment militaires. C'est par le biais de ces compromis et dialogues que l'État yéménite évite avec succès le type de situation d'épreuve de force et de lutte frontale que le gouvernement pakistanais a mis en branle en choisissant la voie de la rupture, notamment dans les zones tribales autonomes du Sud-Waziristan.

24Si elle n'est certainement pas exempte d'éléments répressifs, la stratégie yéménite ne peut se décrire comme la pure imposition unilatérale d'un bloc homogène, l'État central, sur l'arène sociale et territoriale. Ainsi, tout en menant des campagnes d'arrestations dans les rangs des islamistes soupçonnés d'extrémisme, le régime s'est aussi engagé dans la concertation : un groupement de religieux, le Comité pour le dialogue, a été établi sous l'égide du juge al-Hitâr afin de convaincre quelque deux cents détenus (comprenant des « Afghans » et des militants du Jihâd islamique) de se rendre aux autorités et de renoncer à toute idéologie violente et radicalisante52. Cette initiative et son résultat immédiat, la libération de quatre-vingt-douze détenus à la suite du Ramadan de 2003, ne sont intelligibles que référés à la question centrale, celle de la survie du régime par le biais de ce que Burgat appelle la « négociation obligée ». Dans le domaine de la sécurité comme ailleurs, l'État est le théâtre de multiples processus de domination et de changement, de luttes et de compromis entre divers groupes sociaux. Il forme le tissu des « riches négociations, interactions et résistances qui ont lieu […] entre de multiples systèmes coutumiers »53. Ce qu'il est possible d'affirmer avec certitude est l'existence d'un projet, d'une direction de l'État yéménite, qui sont ceux d'une affirmation de la présence, de la visibilité et de l'autorité de ce dernier : « l'État se comporte enfin comme un vrai État »54. Cela s'illustre aussi bien à travers les tournées régionales du président Sâlih, chose inédite depuis l'unification, que par la pénétration territoriale des Forces centrales de sécurité. En multipliant les prises de gage sur des aspects placés jusqu'ici hors de sa portée, en faisant la démonstration de son efficace, l'État yéménite se donne les moyens de faire la preuve que son intégrité territoriale et sa souveraineté, éléments clés de sa définition comme État tant à l'intérieur qu'au regard de la communauté internationale, sont des réalités enfin tangibles.

25Cette dynamique est parfaitement reflétée par le discours officiel, qui a repris à son avantage les arguments de la sécurité en en élargissant le sens et en les coulant dans le moule de la rhétorique formelle de l'État de droit, de la restauration de l'ordre et de la loi55. On assiste à l'appropriation réussie d'une conception conventionnelle du rôle de l'État, de ses prérogatives cardinales en matière de sécurité, tant interne qu'externe, par le détour d'une politique internationale dont les moyens de mise en œuvre sont, eux, inhabituels et inédits, notamment parce qu'ils se fondent sur le postulat d'une absence de limite et de règle, comme l'a illustré la liquidation de cadres d'al-Qâ`ida en territoire yéménite par l'action d'un drone américain lancé depuis la base de Djibouti56. La désignation soudaine des prises d'otage par les tribus comme « acte terroriste » à la suite des événements du 11 septembre 2001 est l'un des symptômes les plus frappants de la volonté du pouvoir de régler diligemment certains problèmes d'ordre interne en prenant appui sur l'actualité des contraintes internationales et en usant de la puissance de labellisation et d'ostracisation du terme « terrorisme ». Comme ailleurs, l'utilisation de ce terme participe d'une stratégie de construction de la menace extrême qui permet de justifier une réponse, potentiellement violente, en la rationalisant ­ seule une violence qui s'assigne comme objectif de mettre fin à la violence première et fondatrice pouvant espérer se légitimer aux yeux de l'opinion publique.

26Nulle autre question n'a été davantage naturalisée discursivement que celle des tribus. Autonomie, faible développement, prolifération d'armes, attaques contre les pipe-lines et prises d'otage, protection accordée à des membres d'al-Qâ`ida, sont autant d'éléments distincts qui se trouvent couramment subsumés sous la rubrique englobante du « terrorisme » et associés en chaînes causales explicatives57. C'est dans ce contexte que certaines zones tribales dotées d'un très haut degré d'autonomie sont aujourd'hui le théâtre de conflits armés sporadiques. Les affrontements qui ont secoué la zone de Sirwâh de juin 2000 à novembre 2002, selon une dynamique de dégénérescence et d'escalade, illustrent la confusion qui règne lorsqu'un différend intertribal classique se joue avec comme toile de fond la « guerre contre le terrorisme ». Lié à d'anciennes tensions entre les tribus de Sanhân, dont le Président est issu, tout comme un nombre important d'officiers de haut rang, et de Banî Jabr, comprise dans la tribu de Khawlân et largement laissée à l'écart des projets de développement, le conflit est avant tout motivé par des questions de répartition des postes et d'allocation des infrastructures. Il s'est détérioré au cours de l'année 2000 selon un cycle de prise en otage d'officiers par une branche de la tribu de Banî Jabr, de répression militaire à grande échelle et de contre-attaque. Il a pris une nouvelle ampleur et changé de nature à la suite des prises d'otage successives d'un diplomate et d'un homme d'affaires, tous deux allemands, en 2001. Sous-tendues par des revendications d'ordre matériel, ces prises d'otage ont toutefois impliqué au moins un membre du Jihâd islamique, conduisant dès lors à de massives interventions de l'armée, notamment en mai 200258. L'analyse d'un certain nombre d'incidents récents similaires, à la suite d'incursions de l'armée, montre comment des différends tribaux très localisés en viennent à prendre des dimensions nationales et internationales lorsque l'agenda sécuritaire se superpose à des disputes tribales liées à la répartition des ressources ou/et à la confrontation désormais classique de tribus à l'État central (prise d'otages étrangers pour négocier en retour des subsides matériels ou la libération de membres tribaux, dynamitage des pipe-lines). C'est particulièrement le cas lorsque certaines tribus de l'est du pays sont soupçonnées d'héberger des membres en fuite d'al-Qâ`ida, pour des raisons qui, souvent, n'ont rien à voir avec le militantisme terroriste. Il devient alors très difficile de tracer une ligne de démarcation nette entre ces différents niveaux lorsqu'ils interfèrent entre eux et s'enchevêtrent. Il est d'autant plus délicat d'évaluer la nature et l'origine du conflit que tribus et Gouvernement ont chacun leurs propres raisons de sous-estimer ou d'exagérer l'existence de militants radicaux, de membres d'al-Qâ`ida en fuite ou autre. Le pouvoir a intérêt à gonfler cette dernière afin de faire la preuve de sa détermination dans la lutte antiterroriste, mais surtout afin de promouvoir légitimement ses propres objectifs, notamment la mise au pas des tribus et l'extension de sa présence militaire dans des zones qui lui étaient jusqu'ici inaccessibles. 

27L'opération désastreuse de `Abîda, en décembre 2001 (vingt-quatre morts et vingt-trois soldats pris en otage)59, a ainsi scellé le sort d'une région ayant jusqu'ici réussi à tenir tête militairement au pouvoir. Théâtre de sabotages répétés des pipe-lines (la compagnie pétrolière américaine Hunt opère à proximité) et d'autant d'échecs pour l'armée, la question de `Abîda, véritable épine dans le pied du Gouvernement, a trouvé à se résoudre de manière expéditive et brutale lorsque la présence combinée d'instituts religieux et de membres d'al-Qâ`ida en fuite a fourni le prétexte d'une importante opération militaire, destinée à faire exemple. Depuis, le Gouvernement y a considérablement renforcé sa présence militaire. Indirectement ou pas, c'est là encore une part non négligeable de la spécificité de la formule politique yéménite qui se trouve rognée, à savoir « la persistance des structures tribales qui ont conservé les moyens de tenir tête à l'État », aboutissant, « pour une part au moins, à cantonner les ambitions absolutistes de ce dernier »60. Sous couvert de rechercher les fugitifs de la guerre d'Afghanistan, le Gouvernement est bel et bien en train d'étendre le bras du contrôle étatique à des territoires qui lui étaient autrefois fermés61. Sous le slogan « Développement continu des appareils de sécurité », le ministère de l'Intérieur a mis en œuvre un ambitieux projet de déploiement de ses forces dans des « zones de sécurité » définies62. La pénétration territoriale des Forces de sécurité centrale est, à cet égard, exemplaire : couvrant déjà treize districts, celles-ci s'apprêtent à s'établir dans une douzaine d'autres, mettant ainsi en exergue la présence visible de l'État, notamment dans « l'arc de crise » que sont Shabwa, le Jawf et Ma'rib. Certes, elle n'a pu atteindre un tel degré que parce qu'elle n'opère pas sous le mode de la confrontation directe mais par le biais de médiations tribales et d'arrangements, dont le plus fréquent est celui du recrutement militaire de troupes tribales du crû63. Toutefois, les chefs tribaux ne s'y sont pas trompés dans leur adresse officielle au pouvoir lorsqu'ils suggèrent que le « nettoyage » et la reprise en main du territoire s'exercent à leur détriment et écornent leur autonomie, faisant d'eux des « boucs émissaires » de la lutte antiterroriste64.

28Risques et opportunités économiques

29Cette lutte antiterroriste a bien évidemment un prix politique, matérialisé par des attaques à la bombe contre les locaux de la Sécurité politique, et sensible plus généralement dans la désapprobation de l'opinion publique65. Elle n'est pas sans comporter des risques pour le régime, surtout si les mesures sécuritaires sont perçues comme une pure mise en conformité avec les exigences américaines : pris entre des pressions extérieures fortes visant le cœur même du pouvoir et une situation interne volatile, le Président ne dispose que d'une marge de manœuvre limitée, où il lui faut composer avec des forces contradictoires. Il est jusqu'ici parvenu à naviguer avec succès sur cette voie étroite en maintenant la présence militaire américaine à un niveau discret et en prenant fermement ses distances sur la question israélo-palestinienne. Surtout, la guerre annoncée contre l'Iraq lui a fourni l'occasion de se mettre au diapason du mécontentement populaire, au besoin en orchestrant d'immenses manifestations66. L'une d'entre elles a vu le Dr `Abd al-Karîm al-Iryânî, conseiller politique du Président, ancien Premier ministre et considéré à la fois comme l'une des plus hautes figures de l'État et l'homme des Américains, défiler aux côtés du cheikh al-Zindânî. L'argument le plus solide dont dispose le Président réside dans sa capacité à faire fructifier les dividendes de la collaboration sécuritaire : d'abord en regagnant une légitimité internationale, qui a pris la forme d'une visite à Washington le 27 novembre 2001, à laquelle la venue du vice-président américain Cheney a répondu (visite comprise dans la tournée régionale de mars 2002)67, ensuite en réinsérant le Yémen dans la sphère régionale, en particulier en obtenant son entrée, ne fût-ce qu'à titre d'observateur, dans le club très fermé du Conseil de coopération du Golfe68, toutes choses qui signalent une reconnaissance progressive du Yémen sur la scène internationale.

30Cette normalisation et cette réintégration du Yémen dans le giron international ont des retombées économiques substantielles. À titre d'exemple, l'aide américaine, inexistante en 2000, s'est graduellement élevée de 4 millions de dollars en 2001 et 5 millions en 2002 à 10 millions projetés pour 2003, en concomitance avec une aide militaire qui est passée de 125 000 dollars en 2000 à 2,7 millions en 2003, sans compter les dizaines de millions jetés dans le programme ATA. Si, comparée à d'autres contributions, notamment européennes, l'aide américaine reste modeste, son augmentation constante, la réouverture d'un bureau de l'USAID, la réduction et le ré-échelonnement de la dette extérieure du Yémen à hauteur de 73 millions69 de dollars sont autant d'éléments signalant l'importance accrue du Yémen aux yeux des Américains. Le captage fructueux de l'aide internationale a certes toujours été une ressource de légitimité importante du président Sâlih mais l'aide ici accordée, d'un montant supérieur à tout ce qui a pu se pratiquer par le passé et faisant partie d'un « package » économico-sécuritaire négocié dans son ensemble avec l'administration américaine70, ne consiste pas uniquement en la rétribution des bons offices yéménites sur le volet contre-terroriste. Plus profondément, le Gouvernement a habilement joué de sa coopération sécuritaire pour créer un effet de levier économique, en mettant en avant la situation de son pays, l'État le plus pauvre de la région, doté d'une manne pétrolière restreinte et dont les projections démontrent de façon alarmante le tarissement à moyen terme (d'où la nécessité d'une diversification des activités) et en le présentant sous un angle appelant nécessairement et de façon urgente un engagement conséquent de la part de la communauté internationale des donateurs.

31Le régime yéménite est parvenu à lier avec succès la question de la sécurité à celle du développement en élargissant le champ et la signification de l'axe sécuritaire, en l'inscrivant dans un horizon plus global et en l'interprétant dans le sens d'une teneur socio-économique forte71. Celle-ci est validée, qui plus est, par les difficultés rencontrées par l'armée dans des territoires tribaux où le pouvoir central est de longue date contesté, notamment en raison du sentiment d'abandon ressenti par des populations qui estiment être les laissés-pour-compte d'une exploitation pétrolière transitant par leur territoire sans laisser de trace concrète. Une visite de l'ambassadeur Hull dans le gouvernorat de Ma'rib est venue consacrer le lancement d'un ambitieux projet de développement dans cette région économiquement sinistrée quoique productrice de pétrole (d'où le sabotage régulier des pipe-lines), et l'un des principaux fronts de la lutte antiterroriste, donc le théâtre de confrontations armées avec le pouvoir. Ce projet comprend plusieurs volets : économique (projet pilote de développement agricole), social (fondation d'un hôpital doté d'un équipement moderne complet et formation d'une équipe médicale via des bourses d'études aux États-Unis, don de fournitures scolaires) et culturel (construction d'un musée consacré à la région)72. De même, l'initiative prise par la Banque mondiale en direction des ports yéménites de Hodeïda, Aden et al-Mukallâ73 s'adresse à des zones particulièrement affectées par les attentats du USS Cole et du Limburg : chute de 50 % de l'activité portuaire dans les deux derniers cas, notamment en raison de la montée en flèche des primes d'assurance des navires marchands (+ 300 % depuis octobre 2002, soit un supplément de 150 000 dollars pour chaque bâtiment faisant escale au Yémen)74. Si ce projet a été conçu et négocié bien avant le 11 Septembre, son lancement officiel en 2003 tombe à point nommé. De plus, pour au moins deux d'entre elles, ces zones sont situées dans l'ancien Sud, c'est-à-dire un ensemble régional inégalement représenté politiquement et portant encore les séquelles de l'ostracisme consécutif à la guerre de 1994. Ces projets participent du même effort, celui entrepris conjointement par le Yémen et les États-Unis pour contrebalancer l'impopularité de la lutte antiterroriste en promouvant des initiatives à fort effet d'affiche, à valeur pédagogique et démonstrative, dotées d'une importante visibilité75 et ciblant les régions qui font l'expérience directe d'un réajustement sécuritaire (Shabwa, al-Jawf, Ma'rib, Aden et Abyan principalement). Il s'agit bien de préserver une certaine légitimité politique en faisant la démonstration des bénéfices de la collaboration américaine et en équilibrant la « pacification » militaire des zones tribales par un volontarisme économique aux effets tangibles. L'un des mérites de la transformation de ces régions lointaines en vitrines de la lutte internationale contre le terrorisme sera peut-être de remédier à la négligence durable des politiques nationales, de combler ses insuffisances flagrantes en termes de redistribution des richesses ­ ce qui n'est certainement pas le moindre des retournements de cette affaire.

32Conclusion

33À titre de conclusion, si la collaboration sécuritaire américano-yéménite ne relève pas d'un choix mais d'une nécessité, elle se trouve médiée et réfractée en profondeur dans le jeu politique interne yéménite. Les effets systémiques du 11 Septembre ne se résument pas, en effet, à une logique univoque mais déploient des structures d'opportunités comme ils imposent des contraintes fortes. Le régime a, certes, parfaitement compris l'avantage qu'il y a à profiter de ces « effets d'aubaine »76. En ce sens, on ne peut parler simplement de processus d'« importation » au sujet du renforcement de l'État yéménite. Au rebours d'une vision qui en soulignerait simplement « l'extranéité radicale » et le primat des facteurs exogènes, le cas yéménite s'inscrit dans cette historicité de la trajectoire de l'État dont parle Bayart et par où le caractère déterminant des influences externes découle de ce qu'elles suscitent une multitude de ré-appropriations, d'actions et de réactions77. Ainsi, avançant avec opportunisme sur un chemin étroit, le régime a mis à contribution les demandes sécuritaires américaines pour donner un nouveau souffle à un projet étatique qui consacre la prédominance du parti au pouvoir et des cercles loyaux. S'il est parvenu avec succès jusqu'ici à mettre en équation sécurité, développement et renforcement de l'État, cette stratégie comporte des risques politiques, notamment celui de la survie du régime. Si les exigences formulées par les Américains allaient trop loin, c'est-à-dire visaient certaines figures institutionnelles bien établies dans le paysage politique, une ligne rouge pourrait être franchie qui remettrait en cause le délicat équilibre idéologique maintenu jusqu'ici.

34Le cas yéménite, riche de perspectives théoriques, souligne l'articulation, souvent passée sous silence, entre formation de l'État et contexte stratégique international. Dans bien des écrits, y compris ceux qui font autorité en la matière, l'État est pensé comme une entité autosuffisante et close qui se développe à partir d'une série de transformations internes lui appartenant en propre. Adopter une perspective historique mettant en lumière la multiplicité des expériences institutionnelles possibles, et par là refuser la notion réifiée et immuable de l'État comme doté de propriétés intrinsèques (et donc imperméables à l'environnement social), conduit à remettre en question le concept de sécurité en tant que tel ­ lui-même largement perçu comme lié à l'État de manière essentialisée. En concevant l'État en termes de relations, c'est-à-dire en considérant les mutations du sens de l'identité et des intérêts étatiques comme surgies de l'interaction sociale polymorphe entre l'État et son environnement international, on se donne également les moyens de penser la sécurité comme un complexe de représentations, de discours et de pratiques historiquement variables, au sein duquel les déterminants sociaux, tout comme la mobilisation de ressources symboliques induisant un processus réflexif, jouent un rôle de premier ordre. Comme Katzenstein le note, « les intérêts d'État n'existent pas pour être “découverts” par des acteurs rationnellement intéressés »78. Il faut plutôt les replacer dans une perspective faisant ressortir que les contextes sécuritaires ­ intérieur et extérieur ­ dans lesquels se meuvent les États, et à partir desquels les représentations sont produites, stabilisées et naturalisées, sont de nature culturelle et institutionnelle plutôt que purement matérielle. Ces représentations ne viennent pas simplement faire peser une contrainte sur les États en altérant les motivations qui informent et régulent leur action, mais participent à la constitution du caractère même de l'État, de son identité et, en conséquence, de ses intérêts et des diverses lignes de conduite qu'il lui sera possible d'adopter.

Haut de page

Bibliographie

Almadhagi (Ahmed)

1996 : Yemen and the United States: a Study of a Small Power and Super-State Relationship 1962-1994, Londres, Tauris.

Arrabyee (Nasser)

2002 : « Slowly breaking the ice », Al-Ahram Weekly, n° 568, 10 janvier 2002.

2003 : « Yemeni Extremists Set Conditions for Surrender and Dialogue », Gulf News, 9 septembre 2003.

Badie (Bertrand) & Smouts (Marie-Claude)

1992 : Le retournement du monde : sociologie de la scène internationale, Paris, FNSP.

Balibar (Étienne)

1996 : « Violence : idéalité et cruauté », in Françoise Héritier (dir.), De la violence, Paris, Odile Jacob.

Balibar (Étienne) & Wallerstein (Immanuel)

1998 : Race, nation, classe. Les identités ambiguës, Paris, La Découverte.

Bayart (Jean-François)

1996 : « L'historicité de l'État importé », Les Cahiers du CERI, n° 15, 1996.

Bayart (Jean-François), Hibou (Béatrice) & Khiari (Sadri)

2002 : « Les régimes autoritaires libérés des conditionnalités », Critique internationale, n° 14, p. 7-11.

Burgat (François)

1999 : « Le Yémen islamiste entre universalisme et insularité », in Rémy Leveau, Franck Mermier & Udo Steinbach (dir.), Le Yémen contemporain, Paris, Karthala.

2000 : « Les élections présidentielles de septembre 1999 au Yémen : du “pluralisme armé” au retour à la “norme arabe” », Monde arabe Maghreb Machrek, n°168.

2001 : « Perplexité à Sana'a », Monde arabe Maghreb Machrek, n° 174, octobre-décembre 2001.

2003 : « Normalisation du Yémen », Le Monde diplomatique, février 2003.

Burgat (François) & Camberlin (Marie)

2002 : « Révolution : mode d'emploi. Muhammad Mahmûd al-Zubayrî et les erreurs des Libres », Chroniques Yéménites 2001 (n° 9).

Burgat (François) & Sbitli (Mohamed)

2003 : « Les Salafis au Yémen ou… la modernisation malgré tout », Chroniques yéménites 2002 (n° 10).

Campbell (David)

1992 : Writing Security. United States Foreign Policy and the Politics of Identity, Manchester, Manchester University Press.

Carapico (Sheila)

1998 : « Pluralism, polarization and popular politics in Yemen », in Bahgat Korany, Rex Brynen & Paul Noble, Political Liberalization and Democratization in the Arab World, vol. 2 Comparative Experiences, Londres, Lynne Rienner.

2003 : « How Yemen's ruling party secured an electoral landslide », Middle East Report Online, MERIP, 16 Mai 2003.

Claude (Patrice)

2003 : « La crise irakienne perturbe la coopération antiterroriste entre le Yémen et les États-Unis », Le Monde, 5 mars 2003.

Doty (Roxanne Lynn)

1996 : « Sovereignty and the Nation: Constructing the boundaries of national identity », in Thomas J. Biersteker & Cynthia Weber (éds), State Sovereignty as Social Construct, Cambridge, Cambridge University Press.

Dresch (Paul)

2000 : A History of Modern Yemen, Cambridge, Cambridge University Press.

Dresch (Paul) & Haykel (Bernard)

1995 : « Stereotypes and political styles: islamists and tribefolk in Yemen », International Journal of Middle East Studies, vol. 27, n° 4, novembre 1995.

Fustier (Nathalie)

2000 : « The Saudi perspective and United States interests », in Renaud Detalle, Tensions in Arabia. The Saudi-Yemeni Fault Line, Baden Baden, Nomos Verlagsgesellschaft.

Halliday (Fred)

2002 : « The foreign policy of Yemen », in Raymond A. Hinnebusch & Anoushiravan Ehteshami (éds.), The Foreign Policies of Middle East States, Londres, Lynne Rienner.

Hawthorne (Amy W.)

2001 : « Yemen and the Fight against Terror », Policywatch, Washington Institute for Near East Policy, n° 572, 11 octobre 2001.

International Crisis Group

2003 : Yemen: Coping with Terrorism and Violence in a Fragile State, Middle East Report n° 8, 8 janvier 2003.

Katz (Mark N.)

2003 : « Breaking the Yemen-al Qaeda Connection », Current History, n° 660, janvier 2003.

Katzenstein (Peter J.) éd.

1996 : The Culture of National Security, New York, Columbia University Press.

Levitt (Matthew)

2002 : « Arming Yemen, carefully », in Targeting Terror. US Policy toward Middle Eastern State Sponsors and Terrorist Organizations, Post-September 11, Washington DC, The Washington Institute for Near East Policy.

Mann (Michael)

1993 : The Sources of Social Power, vol. 2, Cambridge, Cambridge University Press.

Migdal (Joel S.)

2001 : State in Society, Cambridge, Cambridge University Press.

National Democratic Institute

2003 : Preliminary Statement of the NDI International Election Observer Delegation to Yemen's April 27 Legislative Elections, 29 Avril 2003.

Salamé (Ghassan)

1999 : « Les dilemmes d'un pays (trop) bien situé », in Rémy Leveau, Franck Mermier & Udo Steinbach (dir.), Le Yémen contemporain, Paris, Karthala.

Schanzer (Jonathan)

2002 : « Behind the French Tanker Bombing: Yemen's Ongoing Problems with Islamist Terrorism », Policywatch, n° 670, 21 octobre 2002.

2003 : « Sanaa Dispatch: Basket Catch », The New Republic, 1er septembre 2003.

Sharif (Abdu H.)

2000 : « Weak institutions and democracy: the case of the Yemeni Parliament, 1993-1997 », Middle East Policy, vol. 9, n° 1, mars 2000.

US Department of State

2003 : Patterns of Global Terrorism 2002, avril 2003.

Weldes (Jutta)

1999 : Cultures of Insecurity, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Wendt (Alexander) & Friedheim (Daniel)

1996 : « Hierarchy under Anarchy: Informal empire and the East German state », in Biersteker & Weber, Sovereignty as Social Construct, Cambridge, Cambridge University Press.

Whitaker (Brian)

2003a : « Saleh wins again », Middle East International, 2 mai 2003.

2003b : « Magnanimous gesture », Middle East International, 30 mai 2003.

Haut de page

Notes

1 Il est important de préciser, étant donné l'évolution constante sur le terrain, que cet article, écrit initialement en juin 2003 et révisé dans sa forme uniquement par la suite, ne prend pas en compte les changements intervenus au Yémen après cette date. Ces analyses ne reflètent donc pas les inflexions prises par la suite par le gouvernement yéménite et l'administration américaine.
2 Badie & Smouts 1992.
3 Campbell 1992, p. 20. Voir aussi Weldes 1999.
4 Condoleeza Rice parle en effet de l'anti-terrorisme comme organizing principle pour penser et agir dans une variété de domaines politiques, et géographiques sans doute (commission d'enquête américaine sur les attentats du 11 septembre 2001).
5 Voir le compte rendu d'un entretien avec Paul Wolfowitz dans « U.S. Sees Battles in Lawless Aeras after Afghan War », New York Times, 8 janvier 2002. Dessinant les contours de la stratégie américaine, M. Wolfowitz lie explicitement la question du contre-terrorisme à celle de la consolidation des capacités d'États « faibles » et dépourvus de contrôle territorial, conditions optimales, selon lui, pour le développement d'activités terroristes. Voir aussi « Visiting N.R.A. Heaven », New York Times, 19 Mars 2002.
6 Campbell 1992, p. 3 : « Le danger procède d'une évaluation des menaces qui réifie l'événement, discipline les relations et prend en otage une identité idéale du peuple censément menacé. »
7 Voir à ce sujet Balibar & Wallerstein 1998.
8 Carapico 1998, p. 241.
9 Salamé 1999, p. 37. Voir aussi Halliday 2002, p. 257-281.
10 Voir Schanzer 2002.
11 « The government of Yemen has continued a broad counterterrorism campaign against al-Qaida and suspected al-Qaida members within its territory with several notable successes, and provided excellent cooperation with the United States », US Department of State 2003.
12 Levitt 2002, p. 94-97.
13 Almadhagi 1996.
14 Fustier 2000, p. 114.
15 Voir notamment les débats faisant suite au lancement d'un missile Hellfire depuis un drone américain dans la région de Ma'rib. La désapprobation de l'opposition a été formulée dans les termes d'une érosion de la souveraineté yéménite : entretien avec le cheikh al-Ahmar dans Al-Quds al-`Arabî, 9 novembre 2002 ; Nasser Arrabyee, « Saleh Flays Opposition on Ties with US », Gulf News, 15 novembre 2002 ; « Yemeni Opposition Parties Criticize Security Cooperation with US », Al-Ittihâd, 11 novembre 2002. La réaction du Gouvernement reprend les arguments de la souveraineté et de l'indépendance pour contrer la rumeur de l'établissement de bases américaines au Yémen (entretien avec le ministre de l'Information, al-`Awâdî, Al-Sharq al-awsat, 9 novembre 2002).
16 Doty 1996, p. 142.
17 Wendt &Friedheim 1996, p. 248-250 et 169-271.
18 Balibar 1996, p. 74.
19 L'abstention yéménite lors du vote du Conseil de sécurité autorisant le déclenchement de l'opération « Tempête du désert » avait débouché sur l'expulsion d'un million de travailleurs expatriés yéménites d'Arabie Saoudite, la suppression des conditions avantageuses dont ceux-ci bénéficiaient dans ce pays et l'annulation de l'aide économique prodiguée par l'ensemble des pays de la Péninsule et par les États-Unis. Ceci avait précipité le pays dans une récession dramatique, dont il n'est encore pas parvenu à se dégager totalement et dont les séquelles se font toujours sentir.
20 À ce sujet, voir Burgat 1999, p. 221-245.
21 Burgat 2000, p. 67-75.
22 Sharif 2000.
23 National Democratic Institute, April 27, 2003 Parliamentary Elections in Yemen, Final Report.
24 Dresch & Haykel 1995, p. 405-431.
25 Voir Burgat & Camberlin 2001, notamment p. 115-116.
26 Burgat 2003, p. 22.
27 Entretien accordé dans Al-Majalla, 29 juin 2003.
28 Burgat 1999, p. 236-238.
29 Dresch 2000, p. 163. Au sujet de l'entreprise au cœur de ce système, la Military Economic Corporation, rebaptisée Yemeni Economic Corporation en 1999, voir p. 159 et 208.
30 Burgat 2000.
31 « Pour Ali Abdallah Saleh, la tentation existe de faire subir aux islamistes le sort qui fut réservé aux socialistes en 1994 », Burgat 2001, p. 69.
32 Burgat 2000.
33 Hawthorne 2001.
34 Yemen Times, 31 décembre 2001 et 21 janvier 2002.
35 Yemen Times, 31 décembre 2001.
36 Yemen Times, 24 septembre 2001 et 12 novembre 2001. Le chiffre avancé (14 000) renvoie au nombre total d'« Afghans » transférés depuis 1996.
37 Yemen Times, 26 novembre 2001.
38 National Democratic Institute 2003.
39 Carapico 2003. Voir aussi Whitaker 2003a.
40 Burgat 2000.
41 « Friend or Foe: The Story of a Traitor to al-Qaeda », The Wall Street Journal, 20 décembre 2002.
42 Burgat & Sbitli 2003, p. 37, voir aussi p. 34-39.
43 Whitaker 2003b.
44 Celui-ci est formé du président, du Premier ministre, des ministres de la Défense et de l'Intérieur, du chef de l'Organisation de la sécurité politique et du commandant des armées. Le budget des ministères de l'Intérieur (accru de 38 milliards de riyals en 2004) et de la Défense ne sont traditionnellement jamais discutés dans leur détail lors de la séance parlementaire sur le budget.
45 Yemen Times, 4 mars 2002. « US Eyes Military Assistance for Yemen », Washington Post, 28 février 2002. « US Special Forces to Advise Yemeni Military », Washington Post, 2 mars 2002.
46 « Yemen slowly warms to US », Christian Science Monitor, 13 février 2002. « Tight with the US », Middle East International, 8 février 2002.
47 Yemen Times, 1er avril 2002.
48 Yemen Times, 8 janvier 2001, 5 août 2002, 19 août 2002.
49 Yemen Times, 19 août 2002. « Unmanned US Planes Comb Arabian Desert for Suspects », New York Times, 23 octobre 2002.
50 La loi parlementaire réglementant le port d'armes dans les villes participe du même effet.
51 Mann 1993, p. 55-56.
52 Arrabyee 2003. Voir aussi le discours du président Sâlih lors du repas célébrant la fin du Ramadan, Yemen Saba News Agency, 20 novembre 2002.
53 Migdal 2001, p. 15.
54 Ce sont des formules de ce genre qui abondent pour décrire l'extension du bras étatique dans divers domaines, géographiques et sociaux, lors d'entretiens avec des cadres du CPG aussi bien qu'avec des diplomates américains (Sanaa, août 2003).
55 Ainsi de ces propos tenus par le ministre de l'Intérieur, le général Rashâd al-`Alîmî : « The government has chosen to go on the path of implementing law and order. […] We are an independent nation. We cherish our sovereignty, and if we can't implement law and order it will reflect on that sovereignty. Our law and our constitution and our international commitment is to go after outlaws. It is not obedience to America », in « For Yemen, a Risk and an Opportunity », Washington Post, 2 janvier 2002.
56 « Missile Strike Carried Out With Yemeni Cooperation », Washington Post, 6 novembre 2002.
57 Un très bon exemple en est l'extrait suivant : « Along the serpentine road that heads east from the Yemeni capital of Sanaa to the desert, the barrel of a tribe-owned tank peers out over rugged, lawless territory where heavily armed local patriarchs shun government authority and harbor Al Qaeda militants », Schanzer 2003. Voir aussi Katz 2003, p. 40-43.
58 International Crisis Group 2003, p. 17-19.
59 International Crisis Group, p. 19-20. Voir aussi « For Yemen, a Risk and an Opportunity », Washington Post, 2 janvier 2002 ; « Violence Dominates Lawless Province » et « Yemen Attacks Al-Qaida », The Guardian, 19 décembre 2001 ; « Yemen Fights Own Terror War », Christian Science Monitor, 5 février 2002 ; Yemen Times, 24 décembre 2001 et 14 janvier 2002.
60 Burgat 2000.
61 « Saleh says an `iron fist' should be used against those trying to undermine the country's security », in « Yemen Softens its Stance », Al-Ahram Weekly, n° 566, 27 décembre 2001. « The battle is exclusively against terrorists and outlaws, and we all have to work harder to consolidate the state's authority in all parts of the country […] and to bring all social forces under the sway of law and order » (le Premier ministre, `Abd al-Qâdir Bâ Jammâl), in « Satanic Forces », Al-Ahram Weekly, n° 590, 13 juin 2002.
62 Entretien avec le ministre de l'Intérieur, le général al-`Alîmî, dans 26 Septembre, 24 Avril 2003.
63 Entretien avec un diplomate étranger, Sanaa, mars 2004. Confirmé par d'autres sources requérant l'anonymat.
64 Yemen Times, 20 mai 2002.
65 « Each single citizen is with the government and cooperates and supports the state, but when the government behaves according to US pressure or interests, [Yemenis] will fight back » (cheikh al-Ahmar), in « For Yemen, a Risk and an Opportunity », Washington Post, 2 janvier 2002.
66 Sur la manifestation du 1er mars 2003, dûment organisée par le pouvoir, voir Claude 2003.
67 « Cheney, in Yemen, Notes Improved Ties », Washington Post, 15 mars 2002.
68 Arrabyee 2002. Il est à noter que cette participation partielle du Yémen aux institutions apolitiques du GCC a pour corrélat non négligeable la réouverture des États du Golfe à la main-d'œuvre yéménite.
69 Document de l'ambassade des États-Unis à Sanaa, The US-Yemeni Partnership for Security and Development. US Assistance to Yemen 2001-2003.
70 « Yemen Hears Benefits of Joining US Fight », Washington Post, 28 novembre 2001. Le « package » se monte à 400 millions de dollars et inclut, outre l'aide américaine, un appui auprès des organismes de prêt financier (FMI et Banque mondiale), formation et équipement des forces spéciales, création d'une police maritime, développement de projets en territoire tribal, etc. ; Yemen Times, 12 novembre 2001 et 26 novembre 2001.
71 En automne 2002, lors d'une réunion des donateurs, à Paris, où sécurité et développement ont été présentés comme consubstantiellement liés, le Yémen a reçu la promesse d'une aide internationale d'un montant de 2,3 milliards de dollars. « Yemen: Development Partners Affirm Support », Banque mondiale, 17 octobre 2002. « Terrorism strikes everywhere. These crimes must be faced. Yemen needs development to face them » (le Premier ministre yéménite `Abd al-Qâdir Bâ Jammâl).
72 The US-Yemeni Partnership for Security and Development. US Assistance to Yemen 2001-2003. Ce projet est sous-tendu par la notion de « développement intégré » et se veut un modèle d'entreprises similaires au Yémen. Il couvre 10 millions de dollars, qui servent à financer quarante-huit projets.
73 Port Cities Development Program, Banque mondiale, 6 janvier 2003. Il s'agit d'un projet d'une durée de douze ans et d'un montant total de 96 millions de dollars, destiné à restaurer entièrement les infrastructures portuaires, moderniser les activités de raffinerie pétrolière et, par-dessus tout, attirer les investissements étrangers pour favoriser des implantations industrielles diversifiées.
74 « Yemen: the Economic Cost of Terrorism », Fact Sheet, Office of Counterterrorism, Washington DC, 8 novembre 2002. Les pertes estimées pour le Yémen se chiffrent à 3,8 millions de dollars par mois.
75 Il faut rappeler que, par le passé, hormis une opération de déminage en 1998, l'aide américaine est non seulement restée d'un niveau faible mais aussi peu visible, sans réalisation concrète matériellement perceptible, à la différence des projets avancés par les Français, les Néerlandais ou les Allemands, d'où un différentiel de perception important.
76 Bayart & al. 2002, p. 7.
77 Bayart1996.
78 Katzenstein 1996, p. 2.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludmila du Bouchet, « La politique étrangère américaine au Yémen », Chroniques yéménites [En ligne], 11 | 2003, mis en ligne le 30 décembre 2003, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cy.revues.org/154 ; DOI : 10.4000/cy.154

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org