Navigation – Plan du site
Histoires

Un sanctuaire ouvert du 4e millénaire avant l’ère chrétienne

Wādī ‘Idīm, Hadramawt
An Open Sanctuary of the 4th millennium BC. Wādī ‘Idīm, Hadramawt
Tara Steimer-Herbet
p. 15-22

Résumés

Dans le cadre d’une fouille de sauvetage, la mission française « Jawf-Hadramawt », a découvert un sanctuaire ouvert du 4e millénaire avant l’ère chrétienne. Ce monument isolé se situe dans le village moderne de Rawk (Wādī ‘Idīm, Hadramawt). L’étude du matériel découvert en surface ou issu de la fouille consistant en des statuettes anthropomorphes, apporte des données inédites sur les coutumes funéraires.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de
A. As-Saqqaf (directeur du musée de Say’ūn), J.-F. Saliège (ingénieur de recherche, UPMC, Paris), O. Lavigne (Tailleur de pierre), T. Sagory (archéologue), M. Machkour (Chercheur, CNRS, UMR5197, Paris), H. Guy (archéologue, INRAP, Paris)

Notes de l’auteur

Opération réalisée dans le cadre de la mission française « Jawf-Hadramawt » du ministère des Affaires étrangères dirigée par M. Mouton (CNRS).

Texte intégral

  • 1 Sedov & Al-Saqqaf, 1992.
  • 2 Communication personnelle de A. Al-Saqqaf (directeur du musée de Say’ūn).

1Un lot de quatre statuettes anthropomorphes a été découvert en 19891 et 20042 par les habitants de Rawk, petit village du Hadramawt dans le Wādī ‘Idīm. Ces objets ont été mis au jour par l’érosion provoquée par la crue d’un torrent. Ils se trouvaient au pied de deux pierres dressées. La fouille de sauvetage, effectuée en novembre 2005 par la Mission Française « Jawf-Hadramawt », a montré qu’il s’agissait d’un ensemble dont il manque la partie ouest, détruite par les ruissellements, et bouleversé dans sa partie sud-est par la construction des soubassements d’une étable datant des années 1970. Outre des dépôts votifs, la fouille a révélé des dépôts funéraires compliquant l’interprétation des vestiges. Peu d’éléments de la structure ont subsisté, néanmoins la localisation stratigraphique des dépôts indique qu’ils font partie des fondations du monument.

  • 3 Argumentation étayée par la différence de hauteur des autres pierres et les traces de cassure.

2Les vestiges (Fig. 1ab), conservés sur environ 5 mètres de long et 1 mètre de large, sont composés de cinq pierres dressées (P1 à P5) et de quatre dalles superposées deux à deux (D1 à D4). Les cinq pierres sont à leur place d’origine même si P1 a fait l’objet d’une consolidation et sa base a été recalée au sud-ouest. Les pierres dressées sont disposées approximativement selon une orientation Nord/Sud. Les pierres P1 et P2 sont quasiment parallèles et distantes de 1 mètre. P2 est implantée perpendiculairement aux trois autres dalles dressées (P3 à P5). Toutes les dalles ont leur sommet arrondi, sauf P3 qui a sans doute été cassée lors des travaux de construction de l’étable3. Les parties inférieures des pierres dressées sont amincies. Les dalles (D1 à D4) forment une banquette et sont positionnées à 20 cm à l’ouest de P4 et P5. L’espace ainsi défini est comblé par des plaques de pierre peu épaisses posées verticalement.

  • 4 Masse volumique moyenne de 2656 kg/m3 et d’un indice de difficulté de taille de 11 à 14, norme fran (...)

3Les pierres dressées du monument sont en calcaire froid de couleur gris clair4. Cette roche se décroche des falaises alentours sous forme de blocs dont l’épaisseur varie de 20 à 40 cm. Le matériau constituant la banquette est un calcaire dur blanc crème avec de petites tâches gris foncé. Ce type de roche se trouve sur les parties supérieures des falaises. Sur certaines interfaces sont parfois visibles des coulées rougeâtres (oxyde de fer, ocre ?).

Figures 1ab : Plan et vue de face des vestiges du monument

Figures 1ab : Plan et vue de face des vestiges du monument

4La forme arrondie de la partie supérieure des pierres dressées résulte d’une taille. Il est impossible de déterminer l’outillage utilisé. La mise en œuvre des pierres dressées est une opération collective qui a nécessité au minimum cinq à six personnes. Leur positionnement n’a sans doute pas nécessité de matériel « sophistiqué », comme un appareil de levage, ainsi que nos propres expérimentations en ont rendu compte. Les dalles de banquette devant les trois pierres dressées (P3-P4-P5) ont été choisies et sélectionnées pour leur forme car leurs dimensions sont presque toutes identiques. Leur mise en œuvre a fait l’objet d’un soin particulier. Elles étaient calées au même niveau à 2 mm près comme D1. L’agencement des pierres dressées et des dalles montre une certaine variabilité dans l’exécution architecturale des bâtisseurs de l’époque. Nous avons un ensemble d’éléments indiquant à la fois un travail de force (les pierres dressées) et un travail « fin » de précision (la banquette).

  • 5 Pa 2388 et Pa 2389. Datations effectuées par J.-F. Saliège (ingénieur de recherche, UPMC, Paris).
  • 6 Pa 2392. Datations effectuées par J.-F. Saliège.

5La structure est installée sur un terrain légèrement incliné d’est en ouest, qui correspond à une couche sédimentaire jaunâtre à matrice calcaire. Sur cette couche se trouve une occupation du 6e millénaire avant l’ère chrétienne, attestée par deux poches cendreuses qui ont été prélevées et datées entre 5771 et 5621 BC (à 1 σ)5. La mise en place de la structure n’est intervenue que 2300 ans plus tard entre 3499 et 3198 BC (à 1 σ)6. Les pierres dressées ainsi que les dalles sont prises dans un mélange induré composé de sable, de galets sub-anguleux et de composants cendreux. Cette matrice sablo-gravillonneuse est le résultat de l’écoulement des eaux des versants proches. Son caractère compact a rendu impossible l’observation de fosses lors de la mise en place des pierres dressées.

  • 7 Communication personnelle de H. Guy (INRAP), détermination effectuée en décembre 2005.
  • 8 Communication personnelle de M. Machkour (CNRS), détermination effectuée en décembre 2005.
  • 9 Ce tesson est trop proche des couches perturbées pour être pris en considération, il s’agit néanmoi (...)

6Au pied de P1, dans le blocage, à 10 cm de la base, ont été découverts plusieurs fragments du crâne d’un adulte (16–30 ans) et le squelette presque complet d’un enfant (6 mois–1 ans)7. Ces ossements étaient accompagnés d’un petit pendentif en os, d’un éclat en obsidienne, d’un silex taillé, d’un petit nucleus et d’une statuette anthropomorphe (N°05) posée à la verticale, le visage tourné vers le sud-ouest. À quelques centimètres de la base de P2, une molaire inférieure de bovidé8 a été identifiée. À l’ouest de P4, sur la dalle D1 en contact avec une couche perturbée se trouvaient un éclat de silex et un tesson de céramique9. Sous D3, a été découvert un fragment de métal replié sans forme précise (11,6 x 7,58 mm). Enfin, à l’ouest de la banquette, à l’interface entre la couche sédimentaire et la couche sablo-gravillonneuse, reposaient le crâne et quelques fragments osseux (clavicule) d’un nourrisson (0–4 mois). La position de la partie inférieure de la mandibule du nourrisson permet d’affirmer que cette inhumation était primaire et en milieu colmaté. Un dépôt non stabilisé rouge a été déposé sur la tête du défunt.

7Les statuettes anthropomorphes provenant du monument de Rawk sont au nombre de cinq.

Tableau 1 : Matériaux et mesures des statuettes de Rawk

N° d’objet

Matériau

Hauteur (m)

Largeur (m)

Épaisseur (m)

ST 01

Roche granitique gris marron

21,3

9,5

3,1

ST 02

Calcaire dur à grain fin

31,7

13,2

2,7/4,3

ST 03

Roche granitique gris clair

17

10,3

4,5/7,8

ST 04

Roche granitique grise et blanche veinée de noir

26,2

14,4

4,3

ST 05

Roche granitique jaune

20,9

9,5

9

  • 10 Les statuettes 01-03, prêtées dans le cadre d’une exposition internationale itinérante, n’ont, pour (...)
  • 11 L’abrasif peut être du sable, du grès ou tout ce qui est chargé en silice. On l’utilise avec de l’e (...)

8Différentes roches ont été utilisées pour les statuettes : des roches granitiques pour les statuettes 01, 03, 04, 05 et du calcaire pour la statuette 02. Les modes opératoires de taille ont été étudiés à partir des statuettes 02, 04 et 0510. La forme générale est en ronde bosse et les détails sont gravés. L’affinement des volumes concerne la ceinture, les bras et la forme de la tête. La statuette 05 présente, sur toute la partie inférieure, un façonnage plus fruste indiquant que le travail s’est limité à une mise en forme grossière. Hormis ce cas, l’apparence générale des statuettes est lisse, leur mode d’exécution est abouti, la finesse du grain de ST 02 et ST 04 permet l’étude des traces de fabrication. Trois types d’outils ont été utilisés, en premier lieu un abrasif (morceau de grès ou morceau de bois avec du sable)11 qui creuse la matière, puis un objet pointu, sans doute un outil lithique, et enfin un petit outil dont on ne peut dire s’il est lithique ou métallique. Cet outil a une partie active de 8/10e de millimètre. Il est vraisemblable, comme le prouve la présence d’un fragment de métal découvert sous D3, qu’un matériel métallique ait été employé pour les gravures de détails (graffitis de ST 04). Le maniement de cet outil s’opère par frottements, associés à un abrasif. La surface des statuettes est adoucie à l’aide d’un second abrasif relativement grossier (sable ?) dont les traces sont visibles sur le visage de la statuette 02.

9Selon O. Lavigne, tailleur de pierre, les statuettes 02 et 05 ont été fabriquées au jugé, sans travail préparatoire, observation qu’il a pu faire également pour les statuettes ST 01 et ST 03 à partir des photographies et des dessins. L’impression qui se dégage de l’ensemble de ces statuettes est qu’il existe de réelles différences de degré de technicité d’un objet à l’autre. La symétrie n’est respectée que dans la statuette 04. La statuette 02 semble être une copie de la statuette 04 qui est plus complexe et aboutie. L’hypothèse la plus vraisemblable est que la statuette 04, réalisée dans une roche étrangère au substrat local, a été importée et recopiée localement. L’absence de finition de ST 05, notamment les yeux et la bouche et toute la partie inférieure, plaiderait dans ce cas plutôt en faveur de l’inachèvement de la statuette.

10Vue de face, la tête des statuettes est trapézoïdale et le cou est peu dégagé. Le sommet de la tête est plat pour ST 02 et ST 04 et arrondi pour ST 01-03-05. Les yeux sont figurés par des creux et le nez est large et droit, la bouche représentée par une fine ligne. Le visage allongé se termine pour ST 02 et ST 04 par une petite barbiche pointue. ST 01 a un fin cordon autour du cou et ST 03 possède un large collier à pendeloques. Les épaules sont arrondies et, à l’exception de ST 05 (l’épaule gauche est un peu plus haute et plus ronde ; l’épaule droite est aplatie et semble avoir un défaut de façonnage), symétriques, légèrement relevées pour ST 01 et ST 03. Dans la partie supérieure de la statuette 01, une sorte de cordon souple traverse la poitrine et le dos, de l’épaule droite vers la hanche gauche. Les bras sont d’équerre et les mains aux extrémités arrondies n’ont pas de doigts figurés. L’espace entre les mains est variable : dans le cas de ST 02 et ST 04, il est très réduit alors que, pour ST 01, il est parcouru par le cordon. La partie inférieure se termine par une base rectangulaire pour ST 01-02-04, circulaire pour ST 03 et grossièrement sphérique pour ST 05. Trois statuettes possèdent une ceinture : de deux bandeaux pour ST 01, d’un seul bandeau pour ST 02, avec une boucle ovoïdale pour ST 04. Toujours dans la partie basse, la statuette 04 présente des graffiti : un carré (21,3 mm de côté) et une ligne verticale de même longueur.

  • 12 Ces traces noirâtres peuvent être des résidus de matériaux calcinés, comme de la résine ou de la go (...)

11La statuette 02 n’a pas été décapée en profondeur et on a pu observer la présence indéniable et abondante d’un pigment rouge vif sur tout l’objet, exceptée la tête. Cette coloration est intentionnelle. Des résidus noirâtres12 se concentrent sur la face antérieure uniquement à partir des coudes, sur les bras et au niveau de la ceinture. Sur ST 04 se trouvent dans la partie basse quelques traces infimes de colorant rouge et dans tous les creux des traces de résidus noirâtres. Bien qu’aucune analyse n’ait été faite, il est probable que ce pigment rouge soit de même nature que celui découvert sur le crâne du nouveau né.

Figure 2 : Dessins des statuettes 01-02-03-04-05

Figure 2 : Dessins des statuettes 01-02-03-04-05
  • 13 Banī Sulayḥ, (De Maigret, 2002).
  • 14 Robin & Vogt, 1997, p. 38 ; Audouin, 2005, p. 35-45.
  • 15 Audouin, 2005, p. 35-45.
  • 16 Robin & Vogt, 1997, p. 38 ; Newton & Zarins, 2000, fig. 10.

12Au Yémen dix autres statuettes de ce type ont été découvertes, une dans le Wādī Sulayḥ (Khawlān)13, quatre dans le Jawf14, deux près de Ma’rib15 et trois sont de provenance inconnue16. Toutes ont été mises au jour au cours de fouilles clandestines, de travaux d’urbanisme ou de ramassages de surface. Elles ont été attribuées au 3e millénaire avant l’ère chrétienne, en raison de leur similitude avec la statuette provenant de Wādī Sulayḥ qui a été retrouvée en surface d’un site d’habitat de l’Âge du bronze. La statuette 05 est la première découverte en contexte daté.

  • 17 De Maigret, 2002, p. 145, pl. 10.
  • 18 De Maigret, 1990, p. 66, 214 ; fig. 30.
  • 19 De Maigret, 2002, p. 155.
  • 20 Avner, 2002.
  • 21 Kirkbride, 1969, p. 195, datation : K1467, l’âge calibré n’est pas précisé (6010+/-120 BP).

13Le monument de Rawk est difficile à classer, les types de monuments qui s’en rapprochent le plus se trouvent dans la région de al-A‘rūsh (Khawlān) et ont été décrits par A. de Maigret17 comme des « places publiques, places rituelles ». De forme rectangulaire, ils présentent des murs de monolithes dressés, légèrement arrondis sur la partie supérieure. À l’intérieur, des banquettes de pierres sont adossées contre la base des murs. L’archéologue mentionne également, dans le monument L14, quatre pierres dressées aniconiques18. La fouille de ce monument a révélé une importante quantité d’ossements d’animaux19 datés au C14 du dernier quart du 3e millénaire avant l’ère chrétienne. Il faut s’éloigner géographiquement et chronologiquement pour trouver des exemples d’associations funéraires de crânes et de pierres dressées comme ceux fouillés dans le Néguev en Israël (Eilat, Muyat Galla, Wādī Zalaqa, Qermez Dere et Kfar Hahoresh) et à Risqueh en Jordanie. À Eilat, une tombe circulaire possède en son centre deux pierres dressées dont l’une est anthropomorphe. Au pied de cette dernière se trouvait un dépôt de six crânes. L’ensemble a été daté au C14 des 6e/5e millénaires avant l’ère chrétienne par U. Avner20. À Risqueh, D. Kirkbride a découvert un sanctuaire de statues-menhirs associées à des tombes circulaires ou rectangulaires. Seul le prélèvement de charbons provenant d’un grand cercle au centre du site a pu être daté de 4060 BC21.

Conclusion

  • 22 Pa 2394. Datations effectuées par J.-F. Saliège.

14L’originalité du monument de Rawk tient à ce qu’il réunit dans ses fondations des dépôts funéraires et des dépôts à caractères votifs. La présence d’une banquette et de deux dalles dressées font très probablement de ce monument un sanctuaire ouvert. Un sondage à l’extérieur de la construction à l’est a mis au jour une poche cendreuse contemporaine (3328–2930 BC à 1 σ)22 du monument qui peut témoigner de rituels pratiqués à l’extérieur. Unique mais très fragmentaire, le bâtiment de Rawk apporte un lot important d’informations sur les pratiques funéraires (primaires et secondaires), les techniques de construction, la fabrication d’outils en métal ou la sculpture, les offrandes accompagnant les défunts (dent de bovidé, statuettes, éclat en obsidienne, pendentif, dépôt de pigment ?), la circulation d’objets (statuette) ou de matières premières entre le Hadramawt, le Khawlān, le Jawf et les Hautes-Terres (granite, obsidienne). Les découvertes de statuettes anthropomorphes, situées à plus de 400 kilomètres à l'est de notre site, signifient que ces objets ne sont pas propres aux groupes humains vivant dans le Wādī ‘Idīm. Ils représentent au contraire des interprétations locales de représentations divines ou humaines cohérentes appartenant à une population qui occupait, au 4e millénaire avant l’ère chrétienne, les régions périphériques du Ramlat as-Sabatayn.

Haut de page

Bibliographie

Antonini S., Repertorio Iconografico Sudarabico, Tomo 1 : La statuaria sudarabica in pietra (AIBL IsIAO), Roma, 2001, p. 29-33, pl. 1-5.

Audouin R., « Une “Vénus” stéatopyge au Metropolitan Museum de New-York », in A. Sholan, S. Antonini and M. Arbach (eds), Sabaean Studies. Studies in honour of Yūsuf M. ‘Abd Allāh, Alessandro de Maigret and Christian J. Robin in occasion of their 60th birthdays, Naples-Sanaa, 2005, p. 359-375.

Avner Ur., “Ancient cult sites in the Negev and Sinai deserts”, Tel Aviv, 11, 1984, p. 115-131 (pl. 13-24).

Avner Ur., “Sacred stones in the desert”, Biblical Archaeology Review, 27/3, 2001, p. 30-41.

Avner Ur., Studies in the Material and Spiritual Culture of the Negev and Sinai Populations, during the 6th–3rd Millennia BC, thèse de doctorat non publiée, 2002.

De Maigret Al., South Arabian Necropolises. Italian Excavations at Al-Makhḍara and Kharibat al-Ahjur (Republic of Yemen), Rome, IsIAO, 2005.

De Maigret Al., Arabia Felix. An Exploration of the Archaeological History of Yemen, Londres, Stacey International, 2002.

De Maigret Al., The Bronze Age Culture of Ḫawlān at-Tiyāl and Al-Hadā (Republic of Yemen), Rome, ISMEO, 1990.

Kirkbride D., “Ancient Arabian Ancestor Idols”, Archaeology, 22/2-3, 1969, p. 116-121, 188-195.

Newton L. S. & Zarins J., “Aspects of Bronze Age art of southern Arabia. The pictorial landscape and its relation to economic and socio-political status”, Arabian Archaeology and Epigraphy, 11, 2000, p. 154-179.

Noël P., Technologie de la pierre de taille, Dictionnaire des termes couramment employés dans l'extraction, l'emploi et la conservation de la pierre de taille, Paris, Société de diffusion des techniques du bâtiment et des travaux publics, 1965, p. 136.

Robin Chr. J. & Vogt B., Yémen, au pays de la reine de Saba. Exposition présentée à l’Institut du Monde Arabe du 25 oct. 1997 au 28 fév. 1998, Paris, Flammarion, 1997.

Sedov Al. & Al-Saqqaf Abd.‑R., “Stone Idols from Wādī ‘Idīm (Inner Hadramawt)”, Yemen studi archeologici, storici e filologici sull’Araba meridional, vol.1, Rome IsIAO, 1992, p. 125.

Haut de page

Notes

1 Sedov & Al-Saqqaf, 1992.

2 Communication personnelle de A. Al-Saqqaf (directeur du musée de Say’ūn).

3 Argumentation étayée par la différence de hauteur des autres pierres et les traces de cassure.

4 Masse volumique moyenne de 2656 kg/m3 et d’un indice de difficulté de taille de 11 à 14, norme française B10-001 de l’Afnor (Noël, 1965, p. 136).

5 Pa 2388 et Pa 2389. Datations effectuées par J.-F. Saliège (ingénieur de recherche, UPMC, Paris).

6 Pa 2392. Datations effectuées par J.-F. Saliège.

7 Communication personnelle de H. Guy (INRAP), détermination effectuée en décembre 2005.

8 Communication personnelle de M. Machkour (CNRS), détermination effectuée en décembre 2005.

9 Ce tesson est trop proche des couches perturbées pour être pris en considération, il s’agit néanmoins de la lèvre d’une jarre globulaire dont la pâte est de couleur marron rouge.

10 Les statuettes 01-03, prêtées dans le cadre d’une exposition internationale itinérante, n’ont, pour cette raison, pas pu être examinées.

11 L’abrasif peut être du sable, du grès ou tout ce qui est chargé en silice. On l’utilise avec de l’eau pour éviter que cela ne chauffe et pour gagner en efficacité. Le mouvement est indiqué par les stries.

12 Ces traces noirâtres peuvent être des résidus de matériaux calcinés, comme de la résine ou de la gomme. Ils n’ont malheureusement pas fait l’objet d’analyse.

13 Banī Sulayḥ, (De Maigret, 2002).

14 Robin & Vogt, 1997, p. 38 ; Audouin, 2005, p. 35-45.

15 Audouin, 2005, p. 35-45.

16 Robin & Vogt, 1997, p. 38 ; Newton & Zarins, 2000, fig. 10.

17 De Maigret, 2002, p. 145, pl. 10.

18 De Maigret, 1990, p. 66, 214 ; fig. 30.

19 De Maigret, 2002, p. 155.

20 Avner, 2002.

21 Kirkbride, 1969, p. 195, datation : K1467, l’âge calibré n’est pas précisé (6010+/-120 BP).

22 Pa 2394. Datations effectuées par J.-F. Saliège.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figures 1ab : Plan et vue de face des vestiges du monument
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2 : Dessins des statuettes 01-02-03-04-05
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/1440/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tara Steimer-Herbet, « Un sanctuaire ouvert du 4e millénaire avant l’ère chrétienne », Chroniques yéménites, 14 | 2007, 15-22.

Référence électronique

Tara Steimer-Herbet, « Un sanctuaire ouvert du 4e millénaire avant l’ère chrétienne », Chroniques yéménites [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 18 mars 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://cy.revues.org/1440 ; DOI : 10.4000/cy.1440

Haut de page

Auteur

Tara Steimer-Herbet

Archéologue, IFPO, Damas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org