Navigation – Plan du site
Histoires

Les mines de la péninsule Arabique d’après les auteurs arabes (VIIe - XIIe siècles)

Audrey Peli

Résumés

A la période islamique, les principales ressources minières étaient situées en Iran oriental, en Afghanistan, en Espagne et au Maghreb. Cependant, la lecture des textes géographiques arabes et les recherches archéologiques prouvent que la péninsule Arabique n’en était pas dépourvue. Ainsi, le Hijâz, riche en gisements aurifères, a‑t‑il vraisemblablement contribué à la frappe de dînârs. En outre, le Yémen apparaît comme le plus diversement pourvu alors qu’en Oman était majoritairement exploité du cuivre. Par ailleurs, plusieurs étapes sur les principales routes sillonnant la péninsule ont été établies aux abords de sites miniers.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’auteur remercie Françoise Micheau, professeur d’histoire du monde islamique à l’université de Paris 1‑Panthéon Sorbonne, pour avoir relu ce texte.

Audrey Peli prépare un doctorat d’archéologie sous la direction d’Alastair Northedge et de Paul Benoit à l’université de Paris 1‑Panthéon Sorbonne.

Texte intégral

1La cartographie généralement admise des grandes régions d’extraction minière situe les principales mines dans les marges orientales et occidentales de l’empire islamique (Ashtor et al. 1983, p. 968‑9). Les plus importantes mines d’argent, situées à l’est de l’empire islamique, dans l’actuel Afghanistan, au Fars, en Asie centrale et au Khûrâsân, étaient soumises à une intense exploitation, celles de Panjhîr et de Jârbyâ étant les plus réputées par les mentions qu’en a laissé Ibn Hawqal (Ibn Hawqal, p. 435). Les régions orientales, ainsi que le Maghreb, étaient également productrices de cuivre et de fer. Dans les régions centrales et occidentales de l’empire, en Anatolie, en Jazîra, au Gîlân et dans le territoire de l’actuelle Algérie, des gisements plombifères étaient exploités. Quant au zinc, qui n’était à l’époque connu que sous sa forme oxydée, il était essentiellement produit au Kirmân. La péninsule Ibérique offrait, comme à l’époque antique, une grande variété de gisements métallifères : or, cuivre, argent, plomb, fer, étain, mercure et oxydes de zinc y étaient exploités. Hormis al‑Andalus, le monde islamique était presque dépourvu de filons ou de placers aurifères. Les plus proches mines d’or de l’empire étaient situées au sud de l’Égypte, à quatre jours de marche de la mer Rouge, au Wâdî al‑‘Allâqî. Les Fâtimides n’eurent de cesse d’envoyer des expéditions pour contrôler cette région et l’extraction du métal précieux. À partir du Ve / XIe siècle, l’exploitation tendit cependant à s’amenuiser (Ibn Hawqal, p. 51). Principale pourvoyeuse en or de l’empire islamique, l’Afrique sub‑saharienne que les géographes arabes nommaient bilâd al‑Sûdân, attira dès lors toutes les convoitises des Fâtimides d’Égypte et des Umayyades d’Espagne qui rivalisèrent pour le contrôle des routes menant au métal précieux.

2Bien que souvent oubliée par les chercheurs qui ont dressé la liste des principales régions minières de l’empire islamique, la péninsule Arabique n’apparaît pas dépourvue de mines. En effet, des mentions apparaissent dans les textes des traditionnistes al‑Wâqidî (130‑207 / 747‑822), de son élève Ibn Sa‘d (168‑230 / 784‑845) et d’al‑Samhûdî (844‑891 / 1440‑1506), ainsi que des historiens al‑Tabarî (224‑310 / 839‑923) et al‑Balâdhurî (m. v. 279 / 892) : elles concernent les mines d’or du Hijâz connues à l’époque du Prophète et que celui‑ci concéda en iqtâ‘ à deux de ses Compagnons1. Quant aux ouvrages de géographie humaine, ils renferment des mentions isolées de mines. Ibn Khurradâdhbih (205 ou 211‑300 / 820 ou 825‑911), directeur des postes dans le Jibâl (Iran), al‑Ya‘qûbî (IIIe / IXe siècle) et Ibn Rusta, qui effectue un voyage au Hijâz en 290 / 903, dressent la liste des stations des différents itinéraires parcourant l’empire islamique parmi lesquelles figurent deux des plus importantes mines du Hijâz : ma‘din Banî Sulaym et ma‘din al‑Nuqra.

3À côté de ces textes souvent avares de précisions, le Kitâb al‑jawharatayn al‑‘atiqatayn, ouvrage entièrement dédié aux deux métaux précieux et dont un des chapitres dresse la liste des mines d’or et d’argent de la péninsule, ainsi que la Sifat Jazîrat al‑‘Arab fournissent les plus riches informations sur les mines de la péninsule Arabique et notamment du Yémen qui, pour certaines, ne sont connues que par ces mentions2. Tous deux ont été composés par le polygraphe yéménite al‑Hamdânî (280‑ap. 334 / 893‑ap. 945), à la fois géographe, antiquaire, généalogiste et poète. Une partie du lapidaire composé par le polygraphe al‑Bîrûnî (362‑ap. 442 / 973‑ap. 1050), le Kitâb al‑Jawâhir, fournit également quelques noms de mines attestées. L’édition de ce traité par Fritz Krenkow s’achève par la transcription d’un supplément daté de 1112 / 1701 consacré aux mines du Yémen et composé à partir des différents manuscrits de la Sifat d’al‑Hamdânî3. Enfin, le vaste dictionnaire de Yâqût (575‑626 / 1179‑1229), qui rassemble de nombreuses données sur des toponymes du monde islamique, permet d’accéder à des informations par ailleurs perdues.

4Des prospections géologiques ont été entreprises dès les années 1930 en Arabie Saoudite qui a très tôt œuvré à l’exploitation de ses ressources minières. Puis entre les années 1950 et 1980, des permis ont été délivrés à de grosses compagnies pour notamment exploiter certains gisements anciens. Des équipes d’archéologues ont été associées à ces projets : leurs travaux attestent de l’existence de nombreux sites datant de la période pré‑islamique mais également de l’époque abbaside (IIIe‑IVe / IXe‑Xe siècles) (De Jésus et al. 1982, 1983 ; Hester et al. 1984 ; Zarins et al. 1980, 1981). Ainsi, plusieurs mines d’or avant tout, mais aussi d’argent, de cuivre, et quelques‑unes de fer, ont été identifiées. En outre, des travaux importants menés dans l’arrière‑pays de Suhâr (Oman) ont révélé des sites d’extraction et de fusion de minerais cuprifères datant de l’époque islamique. Enfin, le projet dirigé par Florian Téreygeol (CNRS) vise à l’étude et à la fouille du site de Jabalî (Yémen) exploité durant la Jâhiliyya jusqu’à la fin du IIIe / IXIe siècle pour du plomb argentifère4.

5Le propos du présent article est de tenter de montrer, à travers les textes et les résultats archéologiques, que des gisements miniers importants existent dans la péninsule Arabique et qu’ils ont fait l’objet d’une attention particulière de la part des souverains umayyades et abbasides. En confrontant les mentions recueillies dans les textes arabes et les résultats archéologiques, il est possible de dresser une cartographie des mines de la péninsule Arabique (voir carte). L’importance de la production métallurgique de huit de ces mines ainsi que leur situation géographique favorable à proximité des principales routes ont vraisemblablement contribué à l’installation, aux abords des sites miniers, de stations permettant aux voyageurs, commerçants ou pèlerins, de faire halte.

Esquisse d’une cartographie des mines de la péninsule Arabique

6Le terme arabe ma‘din (pl. ma‘âdin) désigne à la fois la mine et le minerai5. À quelques exceptions près, ce mot précède les noms de mines qui apparaissent dans les textes et parfois même suffit à les désigner6. Le terme vaut d’ailleurs pour tous les minéraux : roches, pierres précieuses, gisements métallifères – le produit de l’extraction étant désigné de manière assez diverse suivant sa nature, son aspect et l'étape de sa fabrication7. Il est fréquent qu’un seul témoignage établisse quel minerai était recherché dans ces mines8. Ainsi, une des exploitations minières les plus citées, ma‘din al‑Nuqra, ne doit qu’aux seuls Ibn Khurradâdhbih et al‑Hamdânî d’être connue en tant que mine d’argent alors qu’elle est mentionnée par huit autres auteurs.

7Sur l’ensemble des cent une mentions textuelles (voir tableau et figure 1), la grande majorité sont des mines d’or, moins nombreuses sont celles d’argent, plu9s rares celles de fer, de cuivre ou de plomb. Les auteurs indiquent parfois que des mines étaient exploitées pour plusieurs minerais. Le parti pris certain de la part des auteurs d’insister sur les mines d’or et d’argent reflète l’importance que revêtaient ces deux métaux précieux, indispensables à la frappe des dirhams et des dînârs, monnaies qui constituaient la base du système économique islamique. À ce propos, Ibn Sa‘d rapporte que les bénéfices de l’exploitation des mines de Juhayna et des mines de Qabaliyya (dans la province de Médine) furent versés au Bayt al‑mâl lors de sa création sous le califat d’Abû Bakr (11‑13 / 632‑634) (Ibn Sa‘d, iii, p. 213).

8Le Hijâz était une des plus riches régions en gisements aurifères de la péninsule : d’après les résultats archéologiques des prospections et de quelques campagnes isolées de fouilles réalisées dans les années 1980 dans l’actuelle Arabie Saoudite, leur exploitation se serait essentiellement déroulée durant les époques umayyade et abbaside, venant parfois prolonger des travaux de la période pré‑islamique (De Jesus et al. 1982, 1983 ; Hester 1984 ; Zarins et al. 1980, 1981). Outre ma‘din al‑Nuqra dont il sera question plus loin, les prospections ont permis d’identifier la mine de Mawân dont parle Yâqût (Yâqût, III, p. 349 ; De Jesus et al. 198, p. 77, pl. 81, 90) ; cependant, rien ne permet de rapprocher de mines connues par les textes les soixante‑quatre autres sites miniers découverts lors des prospections. La mine de ‘Asham, connue d’al‑Hamdânî et d’al‑Ya‘qûbî (al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn, p. 120 ; al‑Ya‘qûbî, p. 154) comme faisant partie des dépendances de La Mecque, a été identifiée par les prospecteurs à un village situé à environ 50 km au sud‑ouest de l’actuelle al‑Bahah sur la côte de la Tihâma, mais aucune preuve archéologique n’est venue confirmer cette hypothèse10.

9Le Najd et la région de Himâ Dariyya (al‑Yamâma) comptaient également plusieurs mines d’or11. La mine d’al‑‘Aqîq est présentée par les textes comme la mine d’or la plus productive de la péninsule ; Muhammad aurait à son égard affirmé qu’elle « inondait d’or le territoire des ‘Uqayl »12. Al‑Samhûdî rapporte par ailleurs que le Prophète l’aurait concédée en iqtâ‘ à Bilâl b. al‑Hârith (al‑Samhûdî, iv, p. 15). Cependant, les travaux archéologiques ne corroborent pas les sources : en effet, d’après le matériel céramique étudié lors des prospections de J. Hester, la période d’occupation du site ne remonterait pas avant les iiie‑ive / ixe‑xe siècles apr. J. C. (Hester 1984, p. 126). Ces prospections ont montré qu’al‑‘Aqiq était une des plus importantes mines d’or de la région. Maglré l’affirmation de K. S. Twitchell d’après laquelle le fer y aurait été également exploité (Twitchell 1947, p. 164), les prospections archéologiques n’ont pas confirmé l’hypothèse d’une production de fer dans cette zone13.

10Le Yémen apparaît comme la région la plus riche en gisements d’or, d’argent et de cuivre et la seule mentionnée pour les mines de fer et de plomb. Cependant, cette vision découle essentiellement du fait que nos deux principales sources d’informations (à savoir, le supplément au Kitâb al‑Jawâhir et le Kitâb al‑Jawharatayn) concernent ce pays (voir figure 2). Des gisements aurifères étaient exploités à quelques kilomètres à l’ouest de l’actuelle Haydân14 dans les mines d’al‑Qufâ‘a, d’al‑Bâr (appelée également al‑Nâr) et d’al‑Mukhalafa15. Identifié au Baitius de Ptolémee, le wâdî Baysh, que Yâqût est seul à mentionner, était également riche en minerais aurifères (Yâqût, i, p. 528 ; Burton 1979, p. 155).

11La quasi‑totalité des mines d’argent mentionnées par les textes étaient situées au Yémen. Al‑Radrâd en constituait la plus importante, à la fois par son rendement et par la durée et l’étendue de son exploitation. Elle a été identifiée en 1982 avec le site actuel d’al‑Jabalî (Christman et al 1983 ; Robin 1987) ; l’équipe dirigée par Florian Téreygeol (CNRS) a mené en 2006 une campagne préliminaire concentrée essentiellement sur les aires de traitement et de réduction du minerai ainsi que les zones d’habitat (Benoit et al. 2003). Cette recherche est menée conjointement avec une équipe du German Mining Museum de Bochum qui s’intéresse plus particulièrement au site minier (Cierny et al. 2004). Les sources textuelles sont à propos d’al‑Radrâd d’une exceptionnelle richesse : les habitants de la mine, nous dit al‑Hamdânî, étaient des Persans arrivés du temps de la Jâhiliyya16 et sous le règne des Umayyades et des Abbassides. Il signale par ailleurs quatre cents fours en activité17. Le village était étendu, possédait un vaste système d’irrigation, de nombreux palmiers et était approvisionné par le port de Basra via la route terrestre. Les marchands venus d’Irak, de Perse, de Syrie et d’Égypte transportaient l’argent produit à la mine et en tiraient grand profit. Cette mine d’argent était en ruine depuis 270 / 883 à la suite de rivalités entre tribus et du meurtre de Muhammad b. Ya‘fur, gouverneur de Sanaa, événements qui provoquèrent l’émigration des mineurs (Al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn, p. 123; Dunlop 1957, p. 40‑42 ; Benoit et al 2003, p. 50). Toujours à lire al‑Hamdânî, une mine de fer s’y trouvait également ; inexploitée à l’époque où il écrit la Sifat, elle l’aurait été à une date postérieure puisque les géologues notent que des gisements de fer – ainsi que des filons cuprifères – ont été exploités dans la région (Al‑Hamdânî, Sifat, p. 202 ; Christmann et al; 1983, p. 27).

12Deux autres mines d’argent sont connues à la période qui nous occupe : la mine dite d’Ibn Ziyâd, souverain de Zabîd18 et celle de Shibam Suham dont le minerai, extrait par les Banû Yu‘fir19, était transporté à Sanaa dont elle est distante de quelques kilomètres.

13Les autres minerais sont moins bien documentés. Seules trois mines de plomb sont mentionnées, toutes situées au Yémen, dont l’une au sud de Jibla, la seconde capitale des Sulayhides20.

14Quant au cuivre, sa forme carbonatée (malachite) était connue du savant al‑Bîrûnî qui l’associe clairement à la production de cuivre sous le nom d’al‑dahnaj21. Yâqût situe dans les environs de Médine, dans le territoire des Banî Sulaym, une mine de cette « pierre verte qu’on broie » (Yâqût, ii, p. 246). Mais les plus importantes mines de cuivre de la péninsule étaient situées en ‘Umân, l’ancienne Magan connue des textes cunéiformes comme « la Montagne de Cuivre ». Or, al‑Mas‘ûdî est le seul géographe à rapporter, pour la période islamique, l’existence de ces mines, pourtant importantes dans l’arrière‑pays de Suhâr (‘Umân)22. Deux textes de fiqh omanais, datés l’un de la fin du ive / xe et le second du début du VIe / XIIe siècle, citent de nombreux règlements liés à l’exploitation de ces mines, bien que ni le cuivre ni d’autre minerai ne soient explicitement mentionnés (Wilkinson 1977, p. 892). D’après ces textes, les mineurs pouvaient soit obtenir une concession sans limite de temps soit acquérir une licence pour une période déterminée. Le fermage d’une mine productive était d’environ 10 % du bénéfice net ; il devait être remis à Suhâr (Weisgerber 1987, p. 147‑8). Les fouilles menées dans cette région ont révélé l’existence de plusieurs sites d’extraction et de production de cuivre datés, sur la base d’un échantillonnage de charbons, par la méthode du carbone‑14 et par le matériel céramique des iiie / ixe et ive / xe siècles. De nouvelles périodes d’exploitation eurent lieu entre le VIe / XIIe et le VIIe / XIIIe siècle, puis entre le xviie et le xixe siècle23.

15D’importants gisements de fer ont été décelés en Arabie Saoudite par les prospections géologiques du Directorate General of Mineral Resources. Or, les textes ne mentionnent qu’un petit nombre de mines de fer dans la Péninsule, toutes situées au Yémen. D’après le supplément porté à la copie du Kitâb al‑Jamâhir d’al‑Bîrûnî, plusieurs gisements y étaient exploités (Al‑Bîrûnî, supplément, p. 229. Voir aussi al‑‘Arshî 1939, p. 158). La plus importante région d’extraction de minerais de fer se trouvait dans les environs proches de Sa‘da où les loupes étaient envoyées pour y être forgées24. Le fer de Raghâfa aurait plus particulièrement servi à la fabrication de soufflets de forgerons (kîr)25.

16Enfin, quelques mines étaient connues pour l’exploitation de plusieurs métaux. Ainsi, à la mine dite des Banû Farân26, qui était située dans le territoire des Banû Sulaym, était extrait selon al‑Bakrî du fer, alors que, d’après al‑Hamdânî, il s’agissait d’or (Al‑Bakrî, iii, p. 1013 ; al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn:122 ; Sifat, p. 170). Par ailleurs, al‑Hamdânî mentionne deux mines du Najd ou cuivre et fer étaient produits : Shamâm, occupée durant la Jâhiliyya jusqu’au début de l’Islam et ruinée au xe siècle (al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn, p. 123 ; Sifat, p. 149, 154), et la mine d’al‑‘Awsaja, située sur la route menant de Basra à La Mecque (al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn, p. 122 ; Sifat, p. 149, 1530). Dans les deux cas, al‑Hamdânî rapporte que des milliers de Zoroastriens27 résidaient au village où deux temples du feu avaient été érigés. 

Des sites miniers comme étapes des grandes routes de la Péninsule

17Il est très frappant de constater que huit toponymes désignés par le terme ma‘din étaient des stations sur les routes qui sillonnaient la Péninsule et dont la plupart convergeaient vers La Mecque et Médine, hauts lieux de l’islam. Ces itinéraires connus par les textes géographiques des iiie / ixe et ive / xe siècles étaient utilisés en temps normal comme voies de circulation des personnes et des marchandises et étaient empruntées, à l’occasion du hajj, par les pèlerins. Les géographes fournissent les étapes de ces itinéraires en employant le terme al‑tarîq, al‑Muqaddasî étant le seul à employer le terme de tarîq al‑hajj pour la route menant du Caire à La Mecque. Quant à al‑Hamdânî, il désigne ces voies par le terme al‑jadda (« la grande route ») (al‑Hamdânî, Sifat, p. 182‑9 ; al‑Istakhrî, p. 27 et suiv. ; Ibn Khurradadhbîh, p. 128‑153 ; al‑Muqaddasî, p. 97‑103 ; Ibn Rusta, p. 174‑185 ; al‑Ya‘qûbî, p. 312‑341).

18Les tracés de ces routes ne sont pas tous apparus avec l’Islam : la plupart d’entre elles étaient d’anciennes voies empruntées à l’époque antique pour convoyer les produits de luxe venus d’Inde et du sud de la péninsule Arabique. En tant que sites d’exploitation minière, ces agglomérations revêtaient une grande importance aux yeux du pouvoir central qui avait tout intérêt à faire passer les routes par ces sites. Plusieurs raisons justifiaient l’établissement d’une station aux abords d’un site minier : tout d’abord, réduire les coûts de transport en évitant des détours pour parvenir jusqu’au lieu d’exploitation ; par ailleurs, garder un œil vigilant sur ces sites économiquement importants et les préserver des déprédations des tribus locales. Enfin, la situation géographique favorable du gisement ainsi que la présence d’eau ont vraisemblablement contribué à en faire des haltes pour les voyageurs.

19La plus importante de ces routes, la Darb Zubayda qui reliait Kûfa à La Mecque, suivait l’antique route caravanière qui menait d’al‑Hira, la capitale des Lakhmides en Irak, au Hijâz (Al‑Râshid 1980, p. 11‑13). Des travaux y furent effectués sous les califats des Umayyades al‑Walîd b. ‘Abd al‑Malik (86‑96 / 705‑715) et ‘Umar b. ‘Abd al‑‘Azîz (99‑101 / 717‑720), mais ce furent les califes ‘abbâsides al‑Saffâh (132‑136 / 749‑754), al‑Mansûr (136‑158 / 754‑775), al‑Mahdî (158‑169 / 775‑785) et surtout Hârûn al‑Rashîd (170‑193 / 786‑809), dont l’épouse prêta son nom à la route, qui portèrent un intérêt tout particulier à sécuriser la voie et à l’aménager par la construction de puits, de bassins, de bornes miliaires, de signaux routiers et de résidences vraisemblablement destinées aux administrateurs de la route (Whitcomb 1996 ; Al‑Râshid 1980, p. 17, 48). D’importantes campagnes de prospection archéologique ont été menées le long de cette voie et ont permis d’identifier les sites avec les stations mentionnées par les géographes arabes ; ces travaux ont confirmé que plusieurs stations de cette route n’avaient été établies qu’à l’époque abbaside (Mackenzie & Helwa 1977‑1982).

20Cette grande route menait jusqu’à Fayd puis, à trois stations de là, à ma‘din al‑Nuqra, où les voyageurs pouvaient soit rejoindre Médine en bifurquant par al‑‘Usaylah, soit atteindre La Mecque, en passant par al‑Rabadha et le site de ma‘din Banî Sulaym.

21Deux sites d’exploitation minière distants de 3 km, al‑Nuqra al‑Shamâliyya (« la septentrionale ») et al‑Nuqra al‑Janûbiyya (« la méridionale »)28, ont fait l’objet de prospections géologiques et de fouilles de sauvetage puisque les sites étaient dans les années 1980 convoités par les compagnies minières (Delfour 1975, 1977 ; De Jesus 1982, p. 63‑5). Des sulfures polymétalliques de cuivre, de plomb, de zinc et d’argent sont présents dans ces deux mines ; le cuivre aurait apparemment été le minerai le plus recherché bien qu’or et argent aient sans doute fait l’objet d’une exploitation secondaire, Ibn Khurradadhbîh et al‑Hamdânî la mentionnent d’ailleurs en tant que mine d’argent (Al‑Hamdânî, Sifat, p. 184‑5 ; Ibn Khurradâdhbih, p. 128 ; De Jesus 1982, p. 64, 66). Des amas de scories liées à la métallurgie du cuivre, des fours et des fragments de tuyères y ont été découverts29. Outre l’étude des mines et des zones de réduction du minerai, les archéologues ont effectué des fouilles dans les structures d’habitat : celles‑ci se sont révélées particulièrement riches en matériel céramique, notamment des fragments de grandes jarres à glaçure bleu turquoise caractéristique du début de la période ‘abbâside. Pierres et scories récupérées composaient les matériaux de construction des maisons.

22D’après le matériel, les deux sites sont contemporains : ils ont été exploités aux iiie / ixe siècle et leur occupation a duré jusqu’au xixe. Les archéologues n’ont cependant pas réussi à déterminer à quel moment les travaux d’extraction ont débuté30. En outre, aucun élément ne permet de déterminer une exploitation antérieure à l’Islam (De Jesus 1982, p. 64, 71).

23Al‑Râshid identifie la mine de Nuqra al‑Shamâliyya avec la ma‘din al‑Nuqra des textes, tandis qu’il rapproche la seconde de ma‘din al‑Qurashî (Al‑Râshid 1980, p. 124). Cette dernière n’apparaît que chez al‑Harbî31. Elle a vraisemblablement remplacé comme étape ma‘din al‑Nuqra dont l’établissement remonte à l’époque du calife al‑Wâthiq (227‑232 / 842‑847) : un riche notable y fit construire un palais fortifié pourvu de deux portes. Elle était en outre dotée, toujours d’après al‑Harbî, d’une mosquée, de deux importants réservoirs d’eau et de nombreux puits32. Bien que la forteresse ait été détruite en 273 / 886, la ville semble rester une halte pour les voyageurs.

24La première station après al‑Nuqra, sur la route qui mène d’al‑Kûfa à La Mecque, est connue par les textes sous le nom de Mughaythat al‑Mawân, étape précédant celle d’al‑Rabadha, située non loin de la mine de Mawân d’après le témoignage de Yâqût (Yâqût, iii, p. 349). En 1981, le site de Mawân a été identifié : situé à vol d’oiseau à 50 km au sud de ma‘din al‑Nuqra, il compte un quartier d’habitation entouré de deux zones minières qui furent exploitées pour l’or. D’après le matériel céramique, il était occupé à l’époque abbaside (De Jesus 1982, p. 77).

25De la route partant de ma‘din al‑Nuqra, les pèlerins pouvaient rejoindre La Mecque passant par le site appelé « la mine des Banû Sulaym ». D’après les différents textes mentionnant ce lieu, ce terme recouvrait deux réalités géographiques33. Il s’agit d’une part du site même appelé ma‘din Banî Sulaym, identifié à l’actuel Mahd al‑dhahab grâce à la découverte dans la zone de traitement du minerai d’une stèle datée de 304 / 916‑734. D’autre part, les textes parlent de « mine(s) des Banû Sulaym » : ainsi, les mines de Buhrân et de Ru‘aylâ’ Bayâd en faisaient partie (Al‑Mas‘ûdî, al‑Tanbîh, p. 244 ; Al‑Ya‘qûbî, p. 316). Elles appartenaient toutes à al‑Hajjâj b. ‘Ilât al‑Sulamî, de la tribu des Banû Sulaym dont les membres peuplaient une partie de la région comprise entre La Mecque et Médine35.

26D’après Ibn Sa‘d, l’exploitation de ma‘din Banî Sulaym aurait débuté sous le califat d’Abû Bakr (11‑13 / 632‑634) qui en versa les bénéfices au trésor de la communauté (Ibn Sa‘d, iii, p. 213 ; Al‑Hamdânî, al‑jawharatayn, p. 122, l. 11‑14 ; Dunlop 1957, p. 39). Les prospections menées par J. Zarins ont permis d’identifier trois sites distincts, mais la région entière comporte de nombreux complexes miniers. Des céramiques datant sans conteste de l’époque ‘abbâside ainsi que des fragments de meules, témoignant de l’activité minéralurgique, ont été découverts sur un de ces sites (Zarins 1980, p. 8). Rien ne prouve cependant qu’il ait été exploité avant le iiie / ixe siècle.

27Deux raisons, peut‑être liées, viendraient expliquer l’arrêt de l’exploitation de cette mine. Selon al‑Harbî, la mine était très riche, mais « bien que le sol de la mine ait été mêlé d’or, les travaux miniers furent interrompus à cause des coûts énormes engagés [dans son exploitation] » (Al‑Harbî, p. 335). D’autre part, le déclin de la Darb Zubayda aurait été amorcé, d’après le témoignage d’al‑Tabarî, par les raids que les tribus bédouines, en particulier les Banû Sulaym, menèrent à partir du règne d’al‑Wâthiq (227‑232 / 842‑847) (Al‑Tabarî, iii / 2, p. 1336‑7 ; Voir Al‑Râshid 1980, p.47‑49). Par conséquent, il se peut que l’activité économique liée à la mine en ait pâti. Régulièrement, les tribus se révoltaient et les textes témoignent de plusieurs attaques répressives lancées par les califes. Sous al‑Muqtadir (295‑320 / 908‑932), les attaques s’intensifièrent ; la stèle découverte à Mahd al‑dhahab ma‘din Banî Sulaym témoigne de son souci de reprendre le contrôle de cette route. Ce n’est que sous le règne du Buyide ‘Adud al‑dawla (338‑372 / 949‑983) que l’itinéraire put être à nouveau emprunté sans crainte des déprédations. Encore au début du ve / xie siècle et durant toute la seconde moitié du VIe / XIIe siècle, la voie souffrit d’une insécurité chronique (Al‑Râshid 1980, p. 48‑52).

28Les numismates se sont longtemps interrogés sur une série de monnaies d’or et de cuivre datant de la fin de l’époque umayyade qui portent la mention originale de « ma‘din amîr al‑mu’minîn ». Seuls les spécimens datés de 105 / 723‑4 et 106 / 724‑5 précisent « bi’l‑Hijâz »36. L’emplacement de cette mention ainsi que les termes employés sont tout à fait exceptionnels. De manière générale, les champs des monnaies ne portent que la profession de foi et le nom du souverain. Quant à l’inscription, P. Casanova la traduisit par la « mine du commandeur des croyants au Hijâz » et l’identifia à ma‘din Banî Sulaym (Casanova 1920, p. 69). Depuis la découverte à Rusâfa (Syrie) de plusieurs fulûs (monnaies de cuivre) dont le revers indique « baraka li‑amîr al‑mu’minîn min ma‘dinihi », la traduction et l’identification de Casanova ont été définitivement rejetées et le terme de ma‘din doit être rendu dans ce cas précis par « lieu d’origine ». Les dates des dînârs et fulûs portant cette inscription originale s’accordent aux visites du calife au Hijâz, soit lors de la construction de la grande mosquée de Médine (88‑91 / 707‑710), soit au moment de la conduite du hajj (par al‑Walîd en 91‑92 / 710‑711 et en 106 / 724‑725 par Hishâm). De plus, un dînâr frappé en 91 / 710 mentionnant Damas comme centre de frappe présente un droit exactement identique à celui d’un de ces dînârs, signifiant qu’un coin identique a été employé pour frapper ces deux monnaies. Médine est généralement retenue comme origine de ces pièces, en supposant l’existence d’un atelier itinérant dépendant de Damas (Ilisch 1996, p. 34)37. Il n’est pas impossible que l’or exploité au Hijâz, et notamment à ma‘din Banû Sulaym, ait contribué à la frappe de ces monnaies.

29Quant à la route reliant Basra38 à La Mecque, elle passait par un site appelé al‑Hufayr (Ibn Rustah, p.180 ; Al‑Muqaddasî, p. 99)39. D’après al‑Hamdânî, il existait un site minier du même nom, situé en direction de ‘Amâya (Najd) (Al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn, p. 122, l. 3 ; Sifat:153 ; Dunlop 1957, p. 39). L’identification de cette étape avec le site minier n’est cependant pas établie.

30Après la station d’al‑Nabâj, les pèlerins pouvaient poursuivre leur chemin en direction de La Mecque et parvenaient à al‑‘Awsaja (Ibn Rustah, p. 180 ; Al‑Muqaddasî, p. 99)40. D’après al‑Hamdânî, cette mine était située dans le territoire des Banû Ghanî. Il la mentionne dans son Kitâb al‑Jawharatayn parmi les mines d’or du Najd (Al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn, p. 122, l. 5 ; Dunlop 1957, p. 39). En revanche, dans la Sifat Jazîrat al‑‘Arab, il affirme qu’al‑‘Awsaja est « un gros village où se trouve une mine d’argent et de cuivre » (Al‑Hamdânî, Sifat, p. 149). Selon Yâqût, les mines d’argent appelées al‑‘Awsaja se trouvaient dans le territoire des Bâhila, une tribu sœur des Ghanî, ce qui témoigne de la possible transmission de propriété de l’exploitation (Yâqût, iv, p. 168).

31Le long de la route côtière menant les pèlerins venus d’Égypte vers les lieux saints se trouvaient également deux sites où « les habitants cherchent l’or des trésors » (Ibn Hawqal, p. 20 ; Al‑Himyarî, p. 422 ; Al‑Ya‘qûbî, p. 341). ‘Aynûna est située dans la région connue pour ses mines d’or sous le nom de Midian41. Des prospections ont révélé les vestiges d’un important site d’extraction d’or datant de l’époque ‘abbâside (De Jesus 1982 ; Whitcomb 1998, p. 405). Quant à al‑‘Awnîd, autre étape de la route côtière, elle servait de port à Qurh, centre commercial important du Hijâz (Al‑Muqaddasî, p. 99, 101). Cette dernière était située dans le wâdî al‑Qurâ, région également connue pour ses mines d’or (Al‑Muqaddasî, p. 94). Al‑Balâdhurî la cite, ainsi que l’étape de la route intérieure appelée Dhû al‑Marwa (Al‑Muqaddasî, p. 70 ; Ibn Rustah, p. 183 ; Ibn Khurradâdhbih, p. 128 ; Al‑Ya‛qûbî, p. 340 ; Whitcomb 1998, p. 404), parmi les mines dont les bénéfices étaient soumis à l’impôt (Al‑Balâdhurî, p. 14). Les textes ne parlent cependant jamais de mines en rapport avec ‘Aynûna et al‑‘Awnîd ; mais il est possible que les paillettes d’or alluvionnaire que les gens de la région s’empressaient de recueillir dans les fonds de vallées étaient issues des veines d’or filonien, transportées des massifs montagneux vers la côte par les cours des wâdîs.

32Deux autres sites miniers constituaient des étapes : al‑Hujayra, sur la route du Hadramaout, entre Marî‘ et Tathlîth (Al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn, f°23v°, l. 13 ; Sifat, p. 154 ; 189 ; Dunlop 1957, p. 38), et un lieu simplement dénommé « al‑ma‘din » sur la route menant d’al‑Yamâma au Yémen (Qudâmah b. Ja‘far, p. 193 ; Ibn Khurradâdhbih, p. 152‑153). Ces deux derniers sites ne sont pas encore identifiés.

33La situation de ces sites miniers sur le passage de routes vitales pour le commerce et la circulation des biens ainsi que la contribution de certains à l’approvisionnement en métal monétaire prouvent leur importance économique. À l’époque de l’établissement de l’Empire islamique, les métaux précieux thésaurisés par les grands empires sassanide et byzantin sont remis en circulation. Vient s’y ajouter le produit de l’exploitation des gisements miniers, et notamment de ceux de l’Arabie occidentale. Cependant, il reste à déterminer quel était l’apport des gisements de la péninsule dans la production de la masse monétaire de l’empire islamique durant les cinq premiers siècles de l’hégire. Une autre question demeure : les étapes données par les géographes arabes étaient‑elles différentes de celles connues par les textes antiques ? La recherche menée par Alessandro de Maigret sur la route caravanière de l’encens reliant Najrân à Pétra semble montrer que cet itinéraire n’a pas subi beaucoup de modifications depuis la période antique, notamment à cause des contraintes du milieu géographique très marqué par les reliefs montagneux (de Maigret 2003, p. 40‑2). La question reste posée pour les itinéraires traversant le Najd, région de hauts plateaux entrecoupée de zones désertiques.

Conclusion

34À la lumière des divers textes géographiques et historiques des iiie / ixe et ive / xe siècles et de la recherche archéologique qui a identifié bien des sites miniers connus, la péninsule Arabique se révèle riche en exploitations minières. Bien que mieux documenté, le Yémen apparaît comme la région possédant les ressources les plus variées, le Hijâz et le Najd ayant plus particulièrement exploité l’or et l’argent. Quant aux mines de cuivre du ‘Umân, connues par les règlements miniers, elles n’ont curieusement pas attiré l’attention des auteurs arabes. Or, pour l’époque où ces mines connaissent une intense période d’activité, entre le iiie / ixe et le ive / xe siècles, la production de cuivre a été estimée entre 48000 et 60000 tonnes (Hauptmann 1985, p. 115 ; Weisgerber 1987, p. 156).

35La plupart des sites miniers prospectés ou fouillés de la péninsule Arabique ont été exploités sur des périodes courtes, entre le iie / viiie et le ive / xe siècle. L’arrêt de cette activité soulève bien des questions : s’agit‑il de raisons politiques, comme le suggèrent les événements qui entourent l’abandon d’al‑Radrâd ? 42. Les révoltes tribales sont à prendre en considération, comme c’est également le cas pour les mines des Banû Sulaym. En outre, les aspects technologiques sont à envisager. La Péninsule est une région particulièrement aride et les problèmes d’approvisionnement en eau, indispensable au lavage du minerai et essentielle pour la couverture végétale nécessaire à la réduction de minerai peuvent constituer un facteur d’abandon tout comme le manque de combustible, parfois dû à une surexploitation comme cela a été suggéré pour l’arrêt momentané de l’exploitation du cuivre en Oman (Weisgerber, 1987, p. 161). L’appauvrissement d’un type de gisement choisi pour ses qualités ou ses facilités d’accès entraîne également la cessation d’une exploitation. Enfin, des raisons économiques, comme celles évoquées par al‑Harbî à propos de ma‘din Ban (Al‑Harbî, p. 335) peuvent conduire à l’abandon d’une mine. L’arrêt de l’exploitation d’une mine ne doit pas être envisagé à la lumière d’une seule cause mais plutôt d’une association de divers facteurs.

36Par ailleurs, le problème de l’exploitation de ces mines à la période de Muhammad n’a toujours pas trouvé de réponse. Cette question pose celle de l’émergence de La Mecque comme centre commercial névralgique au début du ier / VIIe siècle. Deux tendances se distinguent : certains chercheurs minimisent l’importance de ces mines dans l’économie de la péninsule Arabique, jusqu’à remettre en cause leur existence (Crone 1987, p. 95), tandis que d’autres les placent au cœur‑même de l’émergence économique du monde islamique. G. Heck va même jusqu’à penser que l’exploitation de ces ressources était à l’origine de l’essor économique de La Mecque à la veille de l’hégire (Heck, 1999, p. 389). Or, les textes restent laconiques à ce sujet. Al‑Tabarî mentionne une expédition menée en l’an 3 / 624 contre une caravane chargée d’argent convoyée par les Qurayshites, mais rien n’indique la provenance du métal (al‑Tabarî, VII, p. 98, trad.). D’autres textes indiquent que des mines d’or étaient connues à cette époque : ma‘din al‑Qabaliyya, al‑‘Aqîq et ma‘din Buhrân (une des mines du territoire des Banû Sulaym, pour laquelle on conserve la mention de raids mené par Muhammad en l’an 3 / 624‑625) (Al‑Mas‘ûdî, al‑Tanbîh, p. 243‑4 ; Al‑Bakrî, p. 228, 1021 ; Al‑Tabarî, i, p. 1274) furent concédées par le Prophète à deux de ses Compagnons (Ibn Sa‘d, iii, p. 213 ; al‑Samhûdî, iv, p. 15 ; al‑Tabarî, i, p. 1274). Les travaux menés en Arabie Saoudite n’ont pas permis de corroborer ces témoignages, bien que deux petits complexes miniers, situés dans les environs proches de Mahd al‑dhahab / ma‘din Banî Sulaym, aient révélé une occupation essentiellement pré‑islamique, sans que le matériel de surface permette d’être plus précis (Zarins et al. 1980, p. 28‑29 (sites 210.67 et 210.68)). Il n’est possible à l’heure actuelle de constater que d’importants chargements d’or et d’argent étaient convoyés par les Qurayshites sous forme de lingots depuis le Hijâz jusqu’à la Syrie et que des mines de ces métaux étaient connus à l’époque du Prophète. Rien ne permet dès à présent de supposer que les Qurayshites exploitaient ces mines.

Haut de page

Bibliographie

Sources :

Al‑Bakrî, ‘Abd AllAh

1996 : Mu‘jam mâ ustu‘jima min asmâ’ al‑bilâd wa al‑mawâdi‘, éd. M. al‑Saqqa, Le Caire.

 Al‑Balâdhurî, Ahmad

1866 :Futûh al‑buldân, éd. M. J. de Goeje, Leiden.

Al‑Bîrûnî, Abû al‑Rayhân Muhammad

1989 : Kitâb al‑Jamâhir fî ma‛rifât al‑Jawâhir, éd. F. Krenkow, Hyderabad, 1936 ; traduction The book most comprehensive in knowledge on precious stones, H. M. Said, Islamabad.

 Ibn al‑Faqîh al‑Hamadânî

1885 : Kitâb al‑buldân, éd. M. J. De Goeje, Leiden.

 Al‑Hamdânî, Abû Muhammad al‑Hasan

2003 : Kitâb al‑jawharatayn al‑‛atîqatayn al‑mâ’i‛atayn al‑safrâ’ wa al‑baydâ’, éd. Y. M. ‘Abd Allâh, San‘â’.

 Al‑Hamdânî, Abû Muhammad al‑Hasan

1884‑91 : Sifat jazîrat al‑‛arab, éd. D. H. Müller, Leiden.

 Al‑Harbî

1969 : Kitâb al‑Manâsik wa‑l’amâkin turuq al‑hajj, éd. H. al‑Jâsir, Riyad‑Beyrouth.

 Ibn Hawqal, Abû al‑Qâsim Muhammad

1964 : Kitâb Sûrat al‑‛Ard, Configuration de la terre, traduction par J. H. Kramers et G. Wiet, Beyrouth.

 Al‑Himyarî, Ibn ‘Abd al‑Mu‘im

1975 : Kitâb al‑rawd al‑mi’târ f î khabar al‑aqtâr, éd. Maktabat Lubnân, Beyrouth.

 al‑Istakhrî, Ibrâhîm b. Muhammad

1870 : Kitâb al‑masâlik al‑mamâlik, éd. M. J. de Goeje, Leiden.

Ibn Khurradâdhbih, ‘Ubayd Allâh

1889 : Kitâb al‑Masâlik wa al‑mamâlik, éd. M. J. de Goeje, Leiden.

 Ibn Rusta, Ahmad b. ‘Umar

1892 : Kitâb al‑a‘lâq al‑nafîsa, éd. M. J. de Goeje, Leiden.

 Ibn Sa‘d, Muhammad

1957 : Al‑Tabaqât al‑kubrâ, éd. Dâr Sâdir, Beyrouth.

 Al‑Idrîsî, abû ‘Abd Allâh Muhammad

1836‑40 : Nuzhat al‑mushtâq fî ikhtirâq al‑âfâq, traduction P. A. Jaubert, Géographie d’Edrisi traduite de l’arabe en français d’après deux manuscrits de la Bibliothèque du Roi, Paris, 2 vols.

 Al‑Mas‘ûdî, ‘Alî b. al‑Husayn

1894 : Kitâb al‑Tanbîh wa al‑ishrâf, éd. M. J. de Goeje, Leiden.

 Al‑Mas‘ûdî, ‘Alî b. al‑Husayn

1965 : Murûj al‑dhahab, traduction française de Barbier de Meynard et Pavet de Courteille revue et corrigée par Charles Pellat, Société asiatique, Paris.

 Al‑Muqaddasî, Shams al‑dîn abû ‘Abd AllAh

1994 : Kitâb ahsân al‑taqâsîm fî‑ ma‘rifat al‑aqâlîm, traduction B. A. Collins, London.

 Qudâma b. Ja‘far, abû al‑Faraj

1889 : Kitâb al‑Kharaj (extraits), éd. M. J. de Goeje, Leiden.

 Al‑Samhûdî, ‘Alî b. ‘Abd AllAh

2001 : Wafâ’ al‑wafâ bi‑ akhbar dâr al‑Mustafâ, éd. Q. al‑Samarrai, London, Jeddah.

 Al‑Tabarî, Abû Ja‘far Muhammad

1985 : Ta’rîkh al‑‘umam wa al‑muluk, Annales quos scripsit, éd. M. J. de Goeje, Leiden, 1879‑1901 ; traduction the History of al‑Tabarî, Series in Near Eastern Studies, Bibliotheca Persica, Albany, New York.

Al‑Wâqidî, Muhammad b. ‘Umar b. Wâqid

1966 : Kitâb al‑Maghâzî, éd. Marsden Jones, Londres.

 Al‑Ya‘qûbî, Ahmad b. Abî Ya‘qûb

1892 : Kitâb al‑buldân, éd. M. J. de Goeje, Leiden.

Yâqût al‑Rûmî, Shihâb al‑dîn

1957: Mu‘jam al‑buldân, éd. Dâr Sâdir, Beyrouth.

Études :

Al‑‘Arshî (H. b. A.)

1939 : Kitâb bulûgh al‑marâm fî‑shah misk al‑khitâm, al‑Qâ’hira.

 Ashtor (E.) et al.

1983 : « Ma‘din » in Encyclopédie de l’Islam, seconde éd., Leiden & Paris, p. 968‑989.

 Benoit (P.) et al.

2003 : « Nouvelles recherches sur la mine d’al‑Jabalî », Chroniques yéménites, 11, p. 47‑66.

 Burton (R. F.)

1979 : The gold mines of Midian and the ruined Midianite cities (1878), London.

 Casanova (M.)

1920 : « Une mine d’or au Hijâz », extrait du Bulletin de la Section de Géographie, Paris, p. 1‑53.

 Christmann (P.) et al

1983 : « Résultats de trois années de prospection en République arabe du Yémen. Découverte du gisement de Jabali (Zn‑Pb‑Ag) dans la couverture jurassique », Chronique de la recherche minière, 473, p. 25‑38.

 Cierny (J.) et al.

2004 : Jabali / Jabal Saleb, Province Sanaa, Republic of Yemen, the Documentation of the Ancient Silver Mining District al‑Radrâd, Field report, Jebel Saleb, February 2004.

 Crone (P.)

1987 : Meccan trade and the rise of Islam, Princeton.

 De Jesus (P. S.) et al

1982 : Preliminary report of the ancient mining Survey, 1981 (1401), Atlal, 6, p. 63‑79.

De Jesus (P. S.) et al

1983 : Preliminary report on the mining Survey, Northwest Hijaz, 1982, Atlal, 7, p. 76‑83.

Delfour (J.)

1975 . Geology of al‑Nuqrah Quadrangle, 25 / 41A, Report n°75 JED 28, Jiddah, BRGM.

Delfour (J.)

1977 : Geology of Al‑Nuqrah Quadrangle, 25E, Kingdom of Saudi Arabia, Geologic Map GM 28, Jiddah, BRGM.

Dunlop (D. M.)

1957 : « Sources of gold and silver in Islam according to Al‑Hamdânî (10th century A.D.) », Studia Islamica, 8, p. 29‑49.

Hauptmann (G.)

1985 : « 5000 Jahre Kupfer in Oman. Bd. 1 Die Entwicklung der Kupfermetllurgie vom 3. Jahrtausend bis zur Neuzeit », Der Anschnitt, beih. 4, Bochum, p. 1‑137.

Heck (G. W.)

1999 : « Gold mining in Arabia and the rise of the Islamic state », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 42 iii, p. 364‑95.

Hester (J.) et al

1984 : “Preliminary on the third phase of ancient mining survey South‑western province”, 1403 A. H. 1983, Atlâl, 8, p. 115‑142.

 Ilisch (L.)

1996 : The Turâth collection, coins of the Islamic world, Auction Leu 64, Zurich, 27th march 1996.

 Lecker (M.)

1989 : The Banû Sulaym, a contribution to the study of early Islam, Jerusalem.

Lombard (M.)

1974 : Les métaux dans l’ancien monde du ve au xie siècle, Paris.

Mackenzie (N. D.) et Helwa (S.)

1977‑1982 : « Darb Zubayda, a preliminary report », Atlal, 1 (p. 41‑68), 2 (p. 51‑64), 3 (p. 43‑55), 4 (p. 37‑50), 5 (p. 85‑107), 6 (p. 39‑62).

de Maigret (A.)

2003 : « La route caravanière de l’encens dans l’Arabie pré‑islamique », Chroniques yéménites, 11, p. 37‑46.

Miles (G. C.)

1953‑4 : « ‘Alî b. ‘Isa’s pilgrim road : an inscription of the year 304 H. (916‑917) », Bulletin de l’Institut Egyptien, 36, p. 477‑487.

Râghib (Y.)

1997 : « La fabrication des lames damassées en Orient », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 40 / 1, p. 30‑72.

Al‑RAshÎd (S. b. ‘A. al‑A.)

1980 : Darb Zubaydah, the pilgrim road from Kûfa to Mekka, Riyadh.

Robin (C.)

1987 : « The mine of ar‑Radrâd : al‑Hamdânî and the silver of the Yemen », W. Daum (ed.), Yemen: 3000 years of Art and Civilization in Arabia Felix, Innsbruck / Frankfurt‑am‑Main, p. 123‑4.

Smith (G. R.)

1987 : « The political history of the Islamic Yemen down to the first Turkish invasion », W. Daum (ed.), Yemen: 3000 years of Art and Civilization in Arabia Felix, Innsbruck / Frankfurt‑am‑Main, (1‑945 / 622‑1538), 129‑139.

Twitchell (K. S.)

1947 : Saudi Arabia with an account of the Development of its natural resources, Princeton.

Weisgerber (G.)

1987 : « Archaeological evidence of copper exploitation at ‘Arja », Journal of Oman Studies, 9, p. 145‑172.

Whitcomb (D.)

1996 : « The Darb Zubaydah as a settlement system in Arabia », ARAM Periodical, 8, p. 25‑32.

Whitcomb, (D.)

1998 : « Out of Arabia : early Islamic ‘Aqaba », Colloque international d’archéologie islamique, éd. R.‑P. Gayraud, Le Caire, p. 404‑418.

Wilkinson (J. C.)

1977 : « Suhâr in the early Islamic period : the written evidence », South Asian Archaeology, ed. M. Taddei, Naples, Istituto Universitario Orientale, 1979, Seminario di Studi Asiatici, Series Minor vi, p. 887‑907.

Zarins (J.) et al

1980 : « Preliminary report on the Central and South‑western provinces Survey: 1979 », Atlal, 4, p. 9‑36.

Zarins, (J.) et al

1981 : « The second preliminary report on the South‑western province », Atlal, 5, p. 9‑42.

Haut de page

Notes

1 L’iqtâ‘ est une concession administrative qui, aux débuts de l’Islam, prit la forme de portion du territoire conquis concédée par Muhammad. Outre le fait qu’elle était soumise à l’impôt, il ne s’agissait que d’une semi‑propriété.
2 Al‑Hamdânî, al‑jawharatayn:120‑7. Voir la traduction du chapitre consacré aux mines par Dunlop, 1957. Al‑Hamdânî, Sifat jazîrat al‑‘Arab:81, 121, 131, 146, 149, 152‑154, 170, 177, 184‑185.
3 Al‑Bîrûnî, Kitâb al‑jamâjir fî ma’rifat al‑jawâhir, éd. Krenkow, Hyderabad, 1936 ; traduction H. M. Said, Islamabad, 1989. Voir aussi al‑‘Arshî, 1939 qui a été porté à ma connaissance par M. Muhammad Jâzim (CEFAS) que je tiens tout particulièrement à remercier.
4 Elle a été identifiée en 1983 à la mine d’al‑Radrâd, sur laquelle al‑Hamdânî donne de précieuses indications (al‑Jawharatayn:123‑5 ; Dunlop 1947, p. 40‑42) ; Benoit et al. 2003 ; Christmann et al. 1983 ; Robin 1988.
5 Al‑Hamdânî:al‑Jawharatayn, p. 123 (Dunlop 1957m p. 38) emploie le terme de ma‛din pour désigner le gisement inexploité de Ma‘an (Tihâma). Par contre, le terme ne s‘applique pas au métal, plus généralement désigné par al‑jawhar.
6 Par exemple, la fameuse mine dite ma‘din al‑Nuqra est simplement désignée, dans certains textes du ve / xie ou du VIe / XIIe siècle, par « al‑ma‘din » (la mine)
7 Ainsi, l’or (dont le terme générique est dhahab) est appelé tibr lorsqu’il n’est pas encore extrait de sa gangue. Les auteurs utilisent volontiers le terme de jawhar pour désigner l’or et l’argent, une fois débarrassés de leurs impuretés et prêts à être utilisés en orfèvrerie.
8 Sur un ensemble de vingt‑trois mines mentionnées par plusieurs auteurs, dix restent sans précision, tandis que huit d’entre elles n’offrent qu’une seule citation permettant de déterminer la nature du minerai extrait. Pour presque une mine sur cinq, quel que soit le nombre de mentions, aucune indication du métal recherché n’est fournie.
9 al‑Bakrî, p. 10, 1065, 1321 ; Al‑Hamdani, Sifat, p. 184‑5 ; Ibn Hawqal, p. 33 ; al‑Istakhrî, p. 22, 27 ; Ibn Khurradâdhbih, p. 128 ; Ibn Rusta, p. 176, 178, 181 ; al‑Muqaddâsî, p. 98 ; al‑Ya‘qûbî, p. 312 ; Yâqût, V,p. 299.
10 « Asham was identified in the historic literature as a site of placer mining but no evidence of ancient mining could be found », Hester et al. 1984, p. 115, 117, 123, 134, pl. 101, 107.
11 Elle dénombre à elles deux un tiers des mines d’or de la péninsule Arabique.
12 al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn:121 ; Sifat:152, 154 (il identifie la mine d’al‑‘Aqiq avec la mine de la route du pèlerinage, située entre al‑‘Umaq et ‘Ufay‘iya, mais cette dernière est en réalité la mine des Banû Sulaym), 177.
13 « No iron mining sites were found during the survey. As previously mentioned there was evidence of some iron‑rich material being mined at several sites but in each case the material was relatively low grade and there was no evidence of smelting. Two sites of limited iron smelting were found but with no associated mining ». Hester 1984, p. 118‑9, 123, 126, 133‑4, 136.
14 À la frontière entre le Yémen et l’Arabie Saoudite, près de la côte de la mer Rouge.
15 al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn, p. 121 ; Sifat, p. 130, 148‑9, 200 ; al‑Muqaddasî 1994, p. 85 ; Yâqût, :iv, p. 380. Je tiens à remercier M. Muhammad Jâzim, qui a identifié les mines d’al‑Qufâ‘a et d’al‑Bâr, pour m’avoir communiqué cette information.
16 Vers 570 av. J.‑C., les Perses sassanides avaient été invités par un chef himyarite à venir libérer le Yémen des Abyssins, installés dans le sud de la péninsule à la suite du massacre des Chrétiens de Najrân à la fin du ive siècle apr. J.‑C. Les Persans dirigèrent le Yémen depuis Sanaa et y restèrent en tant que gouverneurs après l’avènement de l’Islam. Smith 1987, p 129.
17 Des calculs théoriques fondés sur des données modernes, visant à évaluer la masse de minerai extrait à partir des informations qu’al‑Hamdânî fournit sur le nombre de fours et le poids de métal produit en une semaine, ont abouti au chiffre exorbitant de 6 tonnes par semaine, en excluant les masses de stérile. Malgré l’emphase de l’auteur, ces chiffres reflètent néanmoins la réalité d’un site exceptionnel par sa production. Benoit et al, 2003, p. 50, nº 17.
18 Al‑Hamdânî, al‑Jawharatayn, p. 126. Muhammad b. Ziyâd, fondateur de la dynastie ziyâdide, fut nommé gouverneur de la Tihâma par le calife al‑Ma’mûn. Arrivé en 203 / 818, il eut tôt fait de se déclarer indépendant et de faire construire sa capitale, Zabîd. Son fils Ibrahîm b. Muhammad lui succéda en 245 / 859 ; ce dernier fut suivi par son fils, Ziyâd (m. 289 / 902), par son petit‑fils, (Ibn) Ziyâd (m. 299 / 911), puis par un certain Abû al‑Jaysh. Smith 1987, p. 130.
19 La dynastie des Yu‘firides (232‑387 / 847‑997) résidait à Sanaa’ et étendit son influence de Sa‘da jusqu’à al‑Janad au sud ; les nombreuses révoltes tribales affaiblirent son pouvoir ; elle fut chassée par les Imâms Zaydites. Smith 1987, p. 130‑1.
20 Al‑Bîrûnî, supplément:228, 239 ; al‑‘Arshî, 1939:155, 158. La dynastie sulayhide (439‑532 / 1047‑1138) était d’obédience ismâ‘ilî. Le fondateur, ‘Alî b. Muhammad, originaire de la région du Harâz, installa sa capitale à Sanaa. Sa belle‑fille, Arwâ bint Ahmad, la déplaça à Dhû Jibla en 480 / 1087 (Smith 1987, p. 132).
21 D’après Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, le terme al‑dahnaj signifie jaspe ou malachite. Al‑Bîrûnî, p. 169.
22 Il visite Suhâr (Oman) en 304 / 917. Al‑Mas‘ûdî, Murûj al‑dhahab, t. I, p. 242.
23 Aux VIe‑VIIe / XIIe ‑XIIIe siècles, les gisements n’auraient pas été exploités : les métallurgistes auraient en effet plutôt recyclé les scories pour en extraire les particules métalliques. Weisgerber 1987, p. 159 ; Hauptmann 1985, p. 114.
24 Citant al‑Hamdânî, l’auteur du supplément nomme le fer hinduwân, terme qui évoque l’Inde (al‑Hind). Or, ce terme n’apparaît pas dans les sources textuelles connues qui ne mentionnent que deux types de fer minier : le fer dit shâburqân (fer dur, prenant la trempe) et le fer dit narmâhan (fer tendre, inapte à la trempe). Râghib 1997, p. 33.
25 La mine de Raghâfa est citée par Yâqût, iii, p. 53. Le texte se réfère sans doute plus précisément à des tuyères, c’est‑à‑dire aux embouchures de soufflet.
26 Les Banû Farân étaient également appelés Banû al‑Qayn ou al‑Quyûn, nom signifiant « le(s) forgeron(s) » ou « le(s) esclave(s) ». Yâqût, iv, 245 ; Al‑Bakrî, i, p. 28.
27 Adeptes de la religion mazdéenne, réformée par le prophète Zoroastre : c’est la religion d’État des Perses avant l’arrivée de l’islam.
28 Al‑Râshîd 1980, p. 97 ; De Jesus 1982, p. 64 : al‑Nuqra Sud est située à 25°35’45’’ N / 41°26’35’’E.
29 Des fragments de tuyères ramassés hors contexte, aucun n’a été découvert en relation directe avec le four. Deux types de scories sont décrites : « black matte and heavy slag » et « poorly smelted slag ». De Jesus et al. 1982, p. 72.
30 De Jesus 1982, p. 71, 76 ; Heck 1999, p. 381 cite des analyses radio‑carbone selon lesquelles les activités minières à Nuqra se seraient déroulées sur une période allant de 675 à 835 apr. J.‑C. environ.
31 Al‑Harbî, p. 321‑322 ; Al‑Mas‘ûdî, Murûj, § 3330 mentionne une certaine « ma‘din al‑Quraysh » et cite Al‑Tabarî, iii, p. 2191) qui la nomme simplement « al‑ma‘din ».
32 Ibn Rusta, p. 176 (début xe siècle), quant à lui, affirme qu’il s’y trouve peu de puits : cette dernière remarque inciterait à y voir le signe de son déclin.
33 Ibn‑Rusta, p. 178 ; Yâqût, v, p. 154 , Al‑Mas‘ûdî, al‑Tanbîh, p. 243 ; Al‑Muqaddasî, p. 98. Al‑Hamdânî, al‑jawharatayn, p. 122 : il distingue une mine située sur la route du pèlerinage entre les stations al‑‘Umaq et Ufay‘iya, qu’il identifie à ma‘din al‑Nuqra alors qu’il s’agit bien de ma‘din Banî Sulaym, et un autre lieu appelé ma‘din Banî Sulaym. Sa confusion reflète la double portée de ce terme.
34 Miles 1953‑4 ; Lecker 1989, p. 198‑201 ; Al‑Râshid 1980, p. 26. Cette stèle consacre des travaux entrepris sur la Darb Zubayda sur ordre d’al‑Muqtadir (295‑320 / 908‑932) et administrés par l’ingénieur Muhammad b. Mûsâ.
35 Al‑Wâqidî, ii, p. 702. Al‑Hajjâj aurait été désigné par Muhammad comme messager envoyé aux Banû Sulaym avant la conquête de La Mecque dans laquelle il prit une part importante. Voir Lecker 1989, p. 76, 133‑134.
36 Cette mention est unique. Dans ce cas précis, le terme ma‘din, longtemps traduit par « mine », devrait plutôt être rendu par « origine ». Cette mention figure, non pas dans la marge de la monnaie, mais dans le champ. Ceci implique qu’il ne s’agit vraisemblablement pas d’un nom de centre de frappe.
37 Je tiens à remercier M. Lutz Ilisch (Orientalisches Seminar der Universität Tübingen) pour m’avoir indiqué ces informations.
38 Ce port du golfe Persique prit une très grande importance sous les Abbasides, époque où le pouvoir se déplaça de la Syrie vers l’Irak.
39 Ces deux auteurs aussi bien que Yâqût et al‑Samhûdî ne parlent pas de mine.
40 Tous deux ne citent pas de mine.
41 Burton, 1979.
42 Sur cette question, voir Benoit et al. 2003, p. 51, 62‑64. Les événements politiques ne doivent pas être seuls pris en compte ; ceux‑ci ont aussi bien pu venir mettre un terme définitif à une activité déjà déclinante.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Peli, « Les mines de la péninsule Arabique d’après les auteurs arabes (VIIe - XIIe siècles) », Chroniques yéménites [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 08 octobre 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://cy.revues.org/1176 ; DOI : 10.4000/cy.1176

Haut de page

Auteur

Audrey Peli

Doctorante, Université de Paris 1 (Panthéon‑Sorbonne)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org