Navigation – Plan du site
Etudes

Deux cents ans d'enseignement de l'arabe à l'école des langues orientales

Gérard Troupeau

Entrées d’index

Mots-clés :

enseignement, orientalisme
Haut de page

Texte intégral

1L'année 1995 ayant été marquée par le bicentenaire de la fondation de l'Ecole des Langues Orientales de Paris, j'ai pensé qu'il était tout indiqué que je vous parle de ce grand établissement, où j'ai eu l'honneur d'enseigner l'arabe littéral durant une trentaine d'années.

2Les raisons de la fondation de cette Ecole, dans les toutes dernières années du XVIIIe siècle, tiennent à la politique que la France menait depuis deux siècles dans l'empire ottoman. Dès 1535, François Ier avait signé avec Soliman Ier des "Capitulations", autrement dit des "conventions", destinées à protéger les intérêts français dans les Echelles du Levant, c'est-à-dire les comptoirs commerciaux établis dans cinq villes de l'empire ottoman : Smyrne, Tripoli, Alep, Saïda et Alexandrie. Au XVIIe siècle, ces Capitulations avaient été renouvelées par deux fois : sous Henri II en 1604 et sous Louis XIV en 1673.

3Les relations diplomatiques et commerciales que la France avait développées dans les différents pays de l'empire ottoman et en Perse, exigeaient des agents qui, pour servir dans les ambassades et les consulats en qualité de "drogmans", c'est-à-dire d'interprètes, devaient être versés dans la connaissance des trois langues orientales en usage à cette époque au Levant : le turc, l'arabe et le persan.

4Pour former ces agents, Colbert, par un arrêté de 1669, avait décidé que six jeunes Français seraient envoyés tous les trois ans, aux couvents des capucins d'Istanbul et de Smyrne, pour y apprendre les langues orientales. On appelait ces futurs drogmans "Jeunes de langues", expression traduite littéralement du turc. Puis Louis XIV décréta, en 1700, que douze jeunes chrétiens d'Orient viendraient étudier à Paris, au Collège Louis-le-Grand. Cette disposition n'ayant pas donné les résultats attendus, le Régent, Philippe d'Orléans, décida, en 1721, que dix élèves interprètes seraient recrutés parmi les fils de drogmans ou de négociants établis au Levant, et qu'ils seraient envoyés à Istanbul, après avoir fait leurs études à l'Ecole des Jeunes de Langues attachée au Collège Louis-le-Grand.

5Les professeurs qui enseignaient l'arabe, le turc et le persan dans cette Ecole étaient des Secrétaires-interprètes du Roi pour les langues orientales, dont les plus célèbres furent : les deux de Fiennes, père et fils, Pétis de la Croix, Cardonne, Legrand et Ruffin, qui formèrent plusieurs générations d'excellents drogmans.

6Tous ces diplomates orientalistes jouèrent un rôle considérable dans l'élaboration et la négociation des traités entre la France et la Turquie, les Régences d'Afrique du Nord et la Perse. Certains d'entre eux écrivirent aussi des ouvrages intéressants sur l'histoire et la géographie de ces pays qu'ils connaissaient bien, pour y avoir été en poste durant de nombreuses années.

7Mais, à la suite des bouleversements causés par la Révolution, la plupart des drogmans attachés aux postes diplomatiques et consulaires du Levant ou d'Afrique, avaient quitté le service. En même temps, presque tous les élèves de l'Ecole des Jeunes de Langues avaient été retirés du Collège Louis-le-Grand, devenu le Collège Egalité.

8La pénurie d'interprètes était telle, qu'on ne pouvait trouver des candidats sérieux pour les emplois vacants. Il était donc devenu urgent de créer une nouvelle Ecole, dont l'enseignement, s'adressant à des jeunes gens déjà formés, les prépare rapidement à remplir les fonctions d'interprètes.

9Le mérite d'avoir provoqué la création de l'Ecole des Langues Orientales revient à Louis Langlès, qui avait étudié au Collège Royal : l'arabe, avec Caussin de Perceval père, et le persan avec Pierre Ruffin. En 1790, Langlès présenta à la Convention Nationale une adresse intitulée : "De l'importance des langues orientales pour l'extension du commerce, les progrès des lettres et des sciences", adresse dans laquelle il préconisait la création de chaires d'arabe, de turc et de persan, à Paris et à Marseille. La Convention ne prêta aucune attention à cette adresse, mais Langlès, nommé en 1792, sous-garde des manuscrits à la Bibliothèque nationale, fit la connaissance du savant Lakanal, président du Comité de l'Instruction publique de la Convention. Lakanal reformula les idées de Langlès dans un rapport qui fut adopté par la Convention, et celle-ci promulga le 10 germinal an III (30 mars 1795) un décret-loi dont voici les quatre premiers articles qui méritent d'être cités si l'on veut comprendre la spécificité de la nouvelle Ecole :

10- art. 1. Il sera établi, dans l'enceinte de la Bibliothèque nationale, une école publique destinée à l'enseignement des langues orientales vivantes, d'une utilité reconnue pour la politique et le commerce.

11- art. 2. L'Ecole des Langues Orientales sera composée d'un professeur d'arabe littéraire et vulgaire, d'un professeur pour le turc et le tartare de Crimée (c'est-à-dire le turco-tartare), d'un professeur de persan et de malais.

12- art. 3. Les professeurs feront connaître à leurs élèves les rapports politiques et commerciaux qu'ont, avec la République française, les nations qui parlent les langues qu'ils sont chargés d'enseigner.

13- art. 4. Lesdits professeurs composeront, en français, la grammaire des langues qu'ils enseignent.

14L'Ecole des Langues Orientales a donc été créée pour enseigner des langues modernes "vivantes", et non pas des langues anciennes "mortes", et des langues utiles pour les relations politiques et commerciales, c'est-à-dire pour former des diplomates, des consuls et des drogmans, tournés vers le présent, et non pas seulement des orientalistes érudits, tournés vers le passé.

15A cause de la difficulté de se procurer des manuscrits et des imprimés en langues orientales, l'Ecole fut logée à la Bibliothèque nationale, dans un local exigu. Cette exiguité empêcha, durant un demi-siècle, le développement de l'Ecole, dont le nombre de chaires ne dépassa pas neuf. Mais en 1869, l'Ecole fut réorganisée par un décret dont l'article 2 redéfinit le but de son enseignement :

16"Les cours ont pour objet d'apprendre aux élèves à lire, écrire et parler les langues, et de leur enseigner la géographie politique et commerciale des pays où ces langues sont en usage".

17L'article 4 du même décret prescrit d'adjoindre aux professeurs des répétiteurs indigènes "chargés d'interroger les élèves et de les exercer à la conversation et à la lecture à haute voix".

18A partir de 1873, l'Ecole s'installa au 2 de la rue de Lille, dans un hôtel anciennement affecté à l'Ecole du Génie maritime, et elle fut dotée d'une bibliothèque qui est devenue l'une des principales bibliothèques orientalistes en Europe.

19Enfin, par un décret de 1971, l'Ecole est devenue un établissement public à caractère scientifique et culturel, et elle a pris le nom d'Institut National des Langues et Civilisations Orientales. D'après ce décret, l'Institut a pour mission :

20- d'enseigner les langues vivantes de l'Europe Orientale, de l'Asie, de l'Océanie et de l'Afrique, en vue de permettre aux étudiants d'exercer une profession dans, ou en relation avec, les pays où ces langues sont en usage ;

21- d'enseigner la géographie, l'histoire, les institutions et la vie politique, économique et sociale des pays concernés.

22J'en viens maintenant à l'enseignement de l'arabe dans cette Ecole dont je viens de vous résumer l'histoire. Comme on l'a vu, la chaire d'arabe est l'une des trois chaires fondées par l'article 2 du décret du 30 mars 1795. A l'origine, il n'y avait donc à l'Ecole qu'une seule chaire d'arabe, dont le titulaire devait enseigner à la fois la langue "littéraire" et la langue "vulgaire". En fait, le premier titulaire de la chaire, Silvestre de Sacy, qui n'avait jamais séjourné dans un pays arabe, ni d'Orient ni d'Occident, avait une prononciation défectueuse et était incapable de s'exprimer en arabe "vulgaire" : il se bornait à enseigner la langue "littéraire".

23Cet état de choses dura huit ans car, en 1803, sur la proposition d'Estève, un ancien de l'expédition d'Egypte et membre de l'Institut d'Egypte, le Premier Consul nomma professeur-adjoint à l'Ecole, dom Raphaël de Monachis, avec mission de "donner des leçons publiques d'arabe vulgaire". Ce personnage, qui s'appelait en réalité Rufa'il Rahibat, était un grec-melkite d'Egypte, qui avait fait ses études à Rome et était devenu religieux salvatorien et membre de l'Institut d'Egypte, à la suite de l'expédition de Bonaparte.

24Cette nomination causa à Silvestre de Sacy une surprise et un dépit bien compréhensibles, dont il fit part, dans une lettre, à son ami Anquetil Duperron. Dom Raphaël resta professeur-adjoint d'arabe vulgaire jusqu'en 1816, date à laquelle il démissionna.

25A la suite du départ de dom Raphaël, un copiste attaché à l'Ecole, Michel Sabbagh, grec-melkite ancien interprète de l'armée d'Egypte réfugié en France, fut chargé de "donner des leçons d'écriture, de prononciation et de conversation arabes". Mais Michel Sabbagh mourut quelques mois après, et le cours d'arabe vulaire fut interrompu durant trois ans.

26En 1819, un autre interprète de l'armée d'Egypte, le copte Ellious Bocthor, fut chargé d'un cours provisoire d'arabe vulgaire et, l'année suivante, en 1820, il fut nommé professeur titulaire d'arabe "vulgaire". En réaction contre l'enseignement livresque et théorique de Silvestre de Sacy, voici ce qu'il disait dans le discours qu'il prononça en ouvrant son cours :

27"Quatre points principaux en feront l'objet : lire, expliquer, parler, écrire ; la lecture comprendra la prononciation ; dans l'explication, on fera voir les différentes acceptions d'un mot, son emploi, la manière de le traduire. Toutes ces données, qui nous conduiront à parler, seront accompagnées d'exercices de calligraphie ou de l'art de bien former les lettres chez les Orientaux. Au lieu de donner une fausse théorie de la manière de prononcer un mot, comme on l'a fait trop souvent jusqu'ici, je le prononcerai devant mes auditeurs, en les invitant à m'imiter. Les sujets des lectures ne seront pas pris dans les auteurs qui ont besoin de commentaires, ce qui n'apprendrait à un élève interprète, à un voyageur, à un négociant, etc. qu'à ne savoir parler avec personne : nous les choisirons dans les auteurs les plus faciles, et qui sont à la portée de tout le monde, et nous en avons heureusement en tout genre".

28Ainsi, quinze ans après la fondation de l'Ecole, une deuxième chaire d'arabe avait été créée. Mais sous l'intitulé d'arabe "vulgaire", c'était tantôt l'arabe d'Orient, tantôt l'arabe d'Occident, qui était enseigné ; Bocthor enseigna l'arabe égyptien ; Caussin de Perceval l'arabe syrien ; de Slane, théoriquement l'arabe algérien mais, en fait, l'arabe littéral ; Cherbonneau et Houdas l'arabe algérien. Pour remédier à cette situation, une troisième chaire d'arabe fut créée en 1909, sous l'intitulé d'arabe "oriental". Quant à la chaire d'arabe "vulgaire", son intitulé ne fut modifié qu'en 1916, et remplacé par celui d'arabe "maghrébin". Voilà donc l'Ecole pourvue de trois chaires d'arabe à l'aube du XXe siècle.

29Mais revenons à la première chaire d'arabe "littéraire et vulgaire". Le changement intervenu en 1820, par la création d'une chaire d'arabe "vulgaire" distincte, n'apparaît dans l'intitulé de la première chaire d'arabe qu'en 1832, date à laquelle elle prend l'intitulé d'arabe "littéral", qu'elle porte encore de nos jours, "littéral" voulant dire "figuré par des lettres", c'est-à-dire "écrit".

30Cependant voici que, pour des raisons qui nous échappent, Reinaud, mort en 1867, n'a pas de successeur et la chaire d'arabe littéral est supprimée au profit du japonais ! Cette suppression durera treize ans, pendant lesquels, seul, l'arabe vulgaire sera enseigné par deux professeurs âgés de plus de 70 ans : Caussin de Perceval jusqu'en 1871, puis de Slane de 1871 à 1878, ce dernier enseignant, d'ailleurs, plus l'arabe littéral que l'arabe vulgaire. Pour parer à cette situation, alors que le Ministre de la Guerre a besoin d'interprètes en Algérie et s'impatiente, Derenbourg est chargé d'un cours complémentaire d'arabe littéral en 1875, et la chaire d'arabe littéral est rétablie pour lui en 1879.

31Ce n'est pas la seule chaire d'arabe qui fut supprimée temporairement ! Quelques années avant la seconde guerre mondiale, en 1934, c'est la chaire d'arabe oriental qui est supprimée, pour des raisons d'économie, alors que la France est engagée en Syrie et au Liban et s'apprête à signer un traité avec la Syrie. Le professeur délégué, Mgr Feghali, chorévêque maronite, étant professeur titulaire à la Faculté des Lettres de Bordeaux, le cumul lui est interdit et la chaire est supprimée. Durant onze ans, Mgr Feghali assurera l'enseignement de l'arabe oriental bénévolement, et la chaire ne sera rétablie que deux ans après sa mort, en 1947.

32Après ce bref historique des trois chaires d'arabe de l'Ecole, je ferai quelques remarques sur les titulaires de ces chaires. Ma première remarque portera sur leur longévité, car si l'on met à part Bocthor, mort à 37 ans, les 17 professeurs actuellement décédés ont vécu en moyenne 76 ans et demi, et 7 professeurs ont dépassé 80 ans : Gaudefroy-Demombynes, 95 ans ; Barthélemy, 90 ans ; Lecerf, 86 ans ; W. Marçais et Colin, 84 ans ; Silvestre de Sacy, 80 ans. On peut donc dire que l'arabe conserve, et conserve même très bien, puisque la plupart des professeurs ayant pris leur retraite à 70 ans, continuèrent à publier :

33- Gaudefroy-Demombynes, qui prit sa retraite en 1933, publia : l'Introduction du livre de la poésie et des poètes d'Ibn Qutayba en 1947, les Voyages d'Ibn Jobaïr, en 3 volumes, en 1955, une volumineuse bibliographie de Mahomet, de plus de 1000 pages, en 1956,

34- Barthélemy, qui prit sa retraite en 1929, publia les 3 premiers fascicules de son Dictionnaire arabe-français de 1935 à 1942,

35- W. Marçais, qui prit sa retraite en 1942, publia les 8 volumes de son monumental Glossaire des textes de Takrouna de 1958 à 1961.

36Le corollaire de cette longévité est la longue durée d'occupation des chaires par leurs titulaires. Les 22 professeurs actuellement décédés ou retraités, ont occupé leur chaire en moyenne 25 ans, et 6 professeurs dépassèrent cette durée : Caussin de Perceval, 50 ans ; Silvestre de Sacy, 44 ans ; Colin, 37 ans ; Houdas, 33 ans ; Reinaud et Derenbourg, 30 ans.

37Cette longévité explique qu'en deux siècles, la chaire d'arabe littéral n'ait eu que 8 titulaires, la chaire d'arabe vulgaire, puis maghrébin, 10 titulaires, la chaire d'arabe oriental 7 titulaires. Cette longue durée explique aussi l'influence que certains professeurs de l'Ecole exercèrent sur les études arabes en France, par le nombre des disciples qu'ils formaient durant un quart de siècle. Un professeur comme Gaudefroy-Demombynes, par exemple, qui enseigna à l'Ecole entre les deux guerres mondiales, forma presque tous les arabisants de l'après-guerre : Boris, Brunschwig, Cahen, Cantineau, Colin, Lecerf, Ph. Marçais, Marquet, Rodinson, Sauvaget.

38Ma deuxième remarque concernera la formation des titulaires des trois chaires d'arabe de l'Ecole. Sur les 25 titulaires de ces chaires, 14 étaient des anciens élèves diplômés de l'Ecole :

39- 7 professeurs : Reinaud, Derenbourg, Cherbonneau, Gaudefroy-Demombynes, Cantineau, Ph. Marçais, Lecomte, possédaient 1 diplôme : celui d'arabe littéral,

40- 1 professeur : de Slane, possédait 2 diplômes : arabe littéral et turc ;

41- 2 professeurs : Boudot-Lamothe et Barbot, possédaient 3 diplômes : arabe littéral, arabe dialectal et berbère,

42- 3 professeurs : W. Marçais, Barthélemy et Lecerf, possédaient 4 diplômes : arabe littéral, arabe vulgaire, persan et turc,

43- 1 professeur : Colin, possédait 6 diplômes : arabe littéral, arabe vulgaire, persan, turc, abyssin et malais.

44Ma troisième remarque touchera à la carrière des titulaires des trois chaires d'arabe de l'Ecole, avant qu'ils n'y deviennent professeurs :

45- 8 professeurs débutèrent leur carrière comme enseignants en Afrique du Nord : Cherbonneau, à la médersa de Constantine, puis au Collège d'Alger ; Houdas, aux collèges d'Alger et d'Oran, puis à la médersa d'Alger ; Gaudefroy-Demombynes, à la médersa de Tlemcen ; W. Marçais, à la médersa de Tlemcen, puis à celle d'Alger ; Ph. Marçais, à la médersa de Tlemcen, comme son père ; Colin et Blachère, à l'Institut des Hautes Etudes Marocaines de Rabat ; Lecomte au Collège Sadiqi à Tunis ;

46- 3 professeurs commencèrent leur carrière comme drogman du Ministère des Affaires Etrangères : Caussin de Perceval, ancien élève de l'Ecole des Jeunes de Langues où il étudia les trois langues dites "musulmanes" : arabe, persan et turc ; élève drogman à Istanbul et à Smyrne, puis drogman à Alep, il rentra définitivement en France en 1821, pour des raisons familiales. Barthélemy, ancien élève de l'Ecole des Langues, diplômé de 4 langues, élève drogman à Tripoli de Barbarie, drogman à Zanzibar, Beyrouth et Alep ; vice-consul à Alep, où il rédigea, de 1900 à 1903, son dictionnaire arabe-français qu'il publia après sa retraite ; nommé vice-consul à Rechd, en Iran, il rentra définitivement en France, lui aussi pour des raisons familiales, en 1905. Colin, ancien élève de l'Ecole des Langues, diplômé de 6 langues ; nommé élève-drogman à la fin de la première guerre mondiale, il fut détaché à l'Institut Français d'Archéologie Orientale du Caire, en 1918, puis comme adjoint au chef de la Section sociologique de Tanger, en 1921 ; bien qu'étant entré dans l'enseignement, Colin poursuivit sa carrière consulaire en devenant successivement : drogman, secrétaire-adjoint, consul, consul général et conseiller d'Orient,

47- 3 professeurs : Reinaud, de Slane et Derenbourg, commencèrent comme pensionnaires à l'Institut Français d'Etudes arabes de Damas, puis comme professeurs à la Faculté des Lettres d'Alger,

48- 2 professeurs : Pellat et Boudot-Lamothe commencèrent leur carrière comme officiers des Affaires Militaires Musulmanes.

49Après avoir retracé l'historique des trois chaires d'arabe de l'Ecole et de leurs titulaires, il me reste à parler des livres dont ces professeurs se servirent durant deux siècles, pour enseigner l'arabe à des générations de futurs utilisateurs de cette langue, tant sous sa forme écrite, que sous sa forme parlée. Tenant compte de l'évolution des théories linguistiques et des méthodes pédagogiques qui ne manqua pas de se produire durant ces deux siècles, tous ces enseignants se sont attachés à fournir une description toujours plus scientifique de l'arabe, et à rendre son acquisition plus facile à leurs élèves.

50C'est dans cet esprit que 15 professeurs de l'Ecole composèrent, à côté de nombreux ouvrages d'orientalisme, très savants, 24 livres plus simples, mais plus pratiques. Ces livres, de caractère essentiellement didactique, ressortissent à quatre genres principaux ; les grammaires (au nombre de 6), les chrestomathies (au nombre de 9), les dictionnaires (au nombre de 5), et les manuels (au nombre de 4).

51Je ne passerai pas en revue ces 24 livres, et je me bornerai à présenter les deux premières grammaires arabes publiées par les professeurs de l'Ecole. &L'article 4. du décret du 30 mars 1795, stipulait : "Les dits professeurs composeront en français la grammaire des langues qu'ils enseignent. On se demandera peut-être la raison pour laquelle le décret prenait soin de mentionner cette prescription. C'est qu'à l'aube du XIXe siècle, il n'existait aucune grammaire arabe en français. Au XVIIIe siècle, deux professeurs d'arabe au Collège Royal, Antoine Galland et François Pétis de la Croix, avaient bien composé des grammaires arabes en français, qu'ils dictaient à leurs élèves, mais aucune d'elles n'avait été publiée. Les étudiants français n'avaient donc à leur disposition, pour apprendre l'arabe, que deux grammaires en latin, publiées à Leyde en 1613, et celle des Maronites, Gabriel Sionite et Jean Hesronite, publiée à Paris en 1616. Ces deux grammaires étaient d'ailleurs fort incomplètes, puisque la première ne contenait que huit pages de syntaxe, et que la seconde ne traitait que de l'écriture et de la phonétique. Dans ces conditions, on s'explique mieux la prescription de l'article 4.

52C'est donc pour satisfaire au décret du 30 mars 1795, comme il le dit lui-même dans sa préface, que Silvestre de Sacy entreprit de composer une Grammaire arabe à l'usage des Elèves de l'Ecole Spéciale des Langues Orientales Vivantes. D'abord dictée par lui à ses élèves, puis livrée à l'impression en 1805, elle ne sortit de l'Imprimerie Impériale qu'en 1810, soit quinze ans après la fondation de l'Ecole.

53Dans sa grammaire, Silvestre de Sacy utilise deux méthodes : la méthode de la grammaire "générale" et la méthode des grammairiens arabes, et c'est dans l'alliance de ces deux méthodes que réside la principale originalité de son œuvre. Ayant reçu, dans sa famille, une solide éducation janséniste, Silvestre de Sacy avait été formé aux humanités classiques par la méthode de Port-Royal, c'est-à-dire celle de la grammaire "générale" ou "universelle", dont le but est d'énoncer certains principes ou axiomes, appelés "universaux du langage", auxquels sont censées obéir toutes les langues.

54Voici, en effet, ce que Silvestre de Sacy écrit dans sa Préface : "j'ai ramené, autant qu'il m'a été possible, le système de la langue arabe aux règles générales de la métaphysique du langage, bien convaicu que, toutes les langues n'ayant qu'un même but, les divers procédés par lesquels elles parviennent à atteindre ce but, quelqu'éloignés qu'ils paraissent les uns des autres, peuvent néanmoins être rapprochés bien plus qu'on ne le pense communément". Et un peu plus loin, il poursuit :

55"J'ai donc commencé dans chacune des divisions principales, par rappeler les principes généraux et les définitions communes à toutes les langues, et fondées sur la nature même des choses, et sur celle des opérations de notre esprit".

56Silvestre de Sacy rappelle ensuite qu'il a publié en 1799, à l'intention de son fils aîné, des Principes de grammaire générale, mis à la disposition des enfants, et propres à servir à l'étude de toutes les langues, et il exprime le désir que les utilisateurs de sa Grammaire arabe se pénètrent bien des principes qu'il a exposés dans cet ouvrage élémentaire. Et Silvestre de Sacy de conclure :

57"Je puis assurer que l'expérience de plusieurs années ne me laisse aucun doute sur l'utilité de cette méthode, que j'ai appliquée avec un égal succès à l'enseignement du français, du latin, du grec et du persan".

58En 1824, toujours pour se conformer à l'article 4 du décret de 1795, Caussin de Perceval, professeur d'arabe vulgaire depuis 1821, publia à son tour, une Grammaire arabe-vulgaire à l'usage des Elèves de l'Ecole Royale et Spéciale des Langues Orientales Vivantes.

59La situation de l'arabe vulgaire était différente de celle de l'arabe littéral. En 1824, il existait, en effet, deux grammaires de cette langue, en français : celle d'Herbin, magnifiquement imprimée en 1803, et celle de Savary, publiée par Langlès, en 1813, à l'Imprimerie Impériale. Dans sa grammaire intitulée : Développement des principes de la langue arabe moderne, Herbin, un élève prodige de Silvestre de Sacy, mort à l'âge de 23 ans, confondait souvent l'arabe "vulgaire" et l'arabe "littéral". Il faut dire qu'il avait quelques excuses, car il était âgé de 16 ans lorsqu'il rédigea cet ouvrage, et 20 ans lorsqu'il le publia ! De même, la Grammaire de la langue arabe vulgaire et littérale, achevée en 1788 par Savary, mais restée inédite à cause de la disparition des caractères arabes de l'Imprimerie Royale, était un mélange d'arabe égyptien et d'arabe littéraire. Savary, mort en 1788, était l'auteur des célèbres Lettres d'Egypte et d'une fameuse traduction du Coran, encore rééditée en 1948, dans la collection des Classiques Garnier.

60Dans sa préface, Caussin de Perceval précisait ses intentions :

61"La fréquence et la diversité de nos relations avec les pays où l'arabe est parlé, donnent un intérêt particulier à cette langue, dont la connaissance pratique offre de précieux avantages aux personnes qu'appellent dans les contrées musulmanes des fonctions diplomatiques, des spéculations commerciales, le désir d'étudier les mœurs et les opinions des peuples et d'enrichir la géographie ou d'éclairer l'histoire par de nouvelles découvertes.

62Faciliter à l'interprète, au négociant, au voyageur, les moyens de communiquer verbalement et par écrit avec les Arabes ; abréger autant qu'un livre peut le faire, le long apprentissage que l'étranger, transporté dans le Levant, est obligé de subir, lors même qu'il s'est livré en Europe à l'étude de la langue savante, tel a été le but que je me suis proposé".

63Pour terminer, je rappellerai que la grammaire arabe de Silvestre de Sacy était accompagnée d'une Chrestomathie arabe, ou extraits de divers écrivains, tant en prose qu'en vers, à l'usage des Elèves de l'Ecole Spéciale des Langues Orientales Vivantes, parue dès 1803, donc avant la grammaire. Son auteur lui avait donné le beau titre arabe de Kitab al-anis al-mufid li-l-talib al-mustafid, qu'il avait traduit ainsi : "le compagnon instructif pour l'écolier sérieux".

64Cette chrestomathie, non moins savante que la grammaire, était composée d'extraits d'historiens et de géographes du Moyen Âge, d'écrits religieux des druzes, de poésies choisies et de correspondances officielles, tous tirés des manuscrits de la Bibliothèque Impériale.

65Par ces deux ouvrages, on peut dire avec Henri Dehérain, dans son beau livre sur "Silvestre de Sacy, ses contemporains et ses disciples", et ce sera ma conclusion, que Silvestre de Sacy "accentua le caractère savant de l'Ecole que son prédécesseur, Langlès, lui avait déjà imprimé, et il contribua à l'écarter du dessein initial de ses fondateurs. Langlès et Silvestre de Sacy étaient tous deux des savants sédentaires, vivant dans les livres et les manuscrits, si bien que, involontairement, au lieu de former des interprètes praticiens, ils formèrent surtout des savants".

66Ce dilemme : former des praticiens ou former des savants, qui se posait déjà à l'époque de Silvestre de Sacy, n'a cessé de se poser aux professeurs de l'Ecole jusqu'à nos jours, et chaque professeur a essayé de le résoudre suivant sa formation, ses goûts et ses aptitudes. Pour ma part, je me suis efforcé de former ces deux sortes d'arabisants : des praticiens et des savants. A mes élèves de dire si j'y suis parvenu !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Troupeau, « Deux cents ans d'enseignement de l'arabe à l'école des langues orientales », Chroniques yéménites [En ligne], 4-5 | 1997, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cy.revues.org/116 ; DOI : 10.4000/cy.116

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org