Navigation – Plan du site
Histoires

Chronologie du Yémen (1506-1635)

Michel Tuchscherer

Entrées d’index

Mots-clés :

chronologie, histoire

Géographique :

YEM

Chronologique :

XVIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de ce travail est de mettre à la disposition aussi bien des chercheurs que d’un public élargi s’intéressant au Yémen un outil contenant des repères chronologiques détaillés et des références bibliographiques précises. Pour ce premier essai, nous avons retenu la période qui s’étend de 1506 à 1635. Elle pose, à nos yeux, les fondements de l’histoire moderne du Yémen. En effet, l’arrivée au pouvoir de l’imam al-Mutawakkil Yahyà Sharaf al-Dîn en 1506 annonce l’expansion à venir d’un pouvoir fondamentalement zaydite sur un vaste ensemble géographique qui s’étend de la région d’Abû ‘Arîsh aux confins du Dhufâr. Elle survient au moment même où les Mamelouks achèvent de constituer une puissante flotte dont l’un des objectifs principaux est de placer le sud de la mer Rouge dans la zone d’influence d’un pouvoir politique essentiellement tourné vers la Méditerranée. Cette politique ne tarde pas à être reprise par les Ottomans. Il convient alors de tenir les Européens à l’écart de l’Arabie du Sud. Dans l’immédiat, il s’agit des Portugais, dont les premiers navires abordent l’île de Socotra dès 1507. Ce sont là les débuts d’une longue période qui est marquée d’une part par l’unification politique progressive du Yémen, d’autre part par les rivalités entre puissances pour le contrôle de l’espace maritime autour de l’Arabie du Sud. Si la présente chronologie s’achève en 1635 avec le retrait des Ottomans, il ne s’agit là que d’une étape. Le travail sera poursuivi ultérieurement afin de couvrir toute la période qâsimide. Il pourra alors servir d’instrument utile, nous l’espérons, pour une approche globale ou détaillée de l’époque moderne du Yémen.

2Ce travail n’a pas la prétention d’être exhaustif. Il a été réalisé à partir d’un dépouillement des principales publications, qu’il s’agisse des sources premières, pour l’essentiel les chroniques yéménites, ou des travaux modernes réalisés en arabe, en turc et dans diverses langues européennes. Les références bibliographiques sont données systématiquement afin de faciliter, le cas échéant, le retour aux sources citées. Elles sont ensuite reprises de manière complète en annexe à la fin de la chronologie. Nous n’avons retenu que les événements politiques estimés marquants ainsi que les faits économiques et sociaux jugés pertinents. Les lacunes sont sans doute multiples et les défauts regrettables. C’est pourquoi toutes les suggestions sont les bienvenues. Elles contribueront à améliorer la qualité du travail présent et éviteront les imperfections dans celui à venir.

31506 : L’imam al-Mutawakkil Yahyà Sharaf al-Dîn parvient au pouvoir. Il doit lutter contre des imams rivaux bénéficiant de l’appui de certaines tribus1.

41507 : En avril, les Portugais s’emparent de l’île de Socotra2. Après avoir quitté Djedda, la flotte égyptienne de Husayn al-Kurdî fait escale à Aden. L’émir Murjân al-Zâfirî lui permet de s’y ravitailler en bois et en eau3.

51509 : De retour d’Inde, la flotte du souverain yéménite tâhiride est anéantie par les Portugais. Seul un navire échappe au désastre4.

61510 : Le sultan al-Ghawrî envoie deux ambassades auprès du souverain tâhiride5. Elles sont chargées de lui remettre des présents afin d’obtenir la collaboration du Yémen dans la lutte contre les Portugais, collaboration sans laquelle les opérations égyptiennes seraient vouées à l’échec6.

71510-1513 : L’importance de Djedda décroît au profit d’Aden, qui redevient le port d'escale des négociants du Hedjaz en partance pour l’Inde. Ils échappent ainsi aux dangers liés à la présence portugaise7.

81511 : En mai, les Portugais quittent Socotra qui passe désormais sous l’autorité de Mahra8.

91513 : Le 26 mars, les Portugais d’Albuberque attaquent Aden dont ils coulent la totalité de la flotte. Vingt neuf nefs sont brûlées, dont quelques-unes de Zayla‘ et Berbera9. Peu à peu, ils prennent conscience que le point stratégique d’accès à la mer Rouge n’est pas Socotra mais Aden10. Après cette attaque, ils pénètrent d’ailleurs pour la première fois en mer Rouge et s’emparent momentanément de Kamarân.

101514 : Le sultan al-Ghawrî envoie une nouvelle ambassade au Yémen car il souhaite y implanter des bases navales. Les Mamelouks du Caire s'entendent donc avec le sultan Amir b. ‘Abd al-Wahhâb, mais suite à l'échec des Portugais devant Aden, le sultan renonce à cet accord11.

111515 : Salmân Re’îs débarque à Kamarân à la tête de la flotte mamelouke12. Il tente ensuite de prendre Aden. La ville résiste, mais il parvient à s’emparer de la flotte yéménite en août. En novembre, le sultan Amir, qui lui livre bataille près de Zabîd, est défait et se retire sur Ta‘izz13. L’objectif des Mamelouks est de contrôler l’ensemble de la mer Rouge et tout particulièrement son accès sud, à la limite duquel parviennent les Portugais14.

121516 : Amir b. ‘Abd al-Wahhâb refuse d'approvisionner le corps expéditionnaire égyptien. Husayn al-Kurdî, appuyé en vivres et en chevaux par les Zaydites, s’empare de Zabîd et de Hudayda. Le sultan kathîrî Badr Bû Tuwayriq (1516-1569) parvient au pouvoir à Shihr.

131517 : En février, le sultan Amir est à nouveau défait et, en mars, l'émir Barsbây, que Husayn a nommé à la tête des troupes mameloukes avant son départ, parvient à prendre Ta‘izz. Le 14 mars, l'escadre de Lopo Soares arrive devant Aden qui est prête à se rendre. Les Portugais se contentent de vivres et de quatre pilotes, puis se rendent à Djedda15. En mai, le sultan Amir est tué près de Sanaa lors d'une bataille contre les Mamelouks16. Les Tâhirides entrent en rivalité pour lui succéder17. L'imam Yahyà Sharaf al-Dîn parvient à s'emparer de Sanaa d’où il expulse les Ismâ‘îlites18. Leur chef trouve refuge à Zabîd et se rallie tout d’abord aux Mamelouks, puis plus tard, aux Ottomans19. Au cours de l’année, le chef des troupes mameloukes, Barsbây, est tué par les siens, pour être remplacé par un certain Iskandar20. Les Mamelouks se retirent de Sanaa, laissant ainsi les Zaydites s’emparer progressivement des régions situées au sud de la ville21.

141518 : Sharaf al-Din Yahyà parvient à repousser les chérifs du Jawf et Hasan b. al-Mu’ayyad, un imam rival venant de Sa‘da22.

151519 : Khayr bey, le gouverneur d’Egypte, confirme Iskandar dans sa fonction de gouverneur du Yémen au nom du sultan ottoman23. Dhamâr se soumet à l’imam Sharaf al-Dîn Yahyà et échappe au contrôle des Tâhirides24.

161520 : Husayn al-Kurdî, après avoir été nommé nâ’ib de Djedda, se rend à Aden à la tête d’une flotte que lui a confiée Khayr bey mais, à l’annonce de la mort du sultan Selîm, il retourne à Djedda25.

171521 : Iskandar Pasha est assassiné par Kamâl al-Rûmî, un janissaire ayant participé à la conquête de l’Egypte sous Selîm Ier. Kamâl al-Rûmî est assassiné à son tour et remplacé par Iskandar bey al-Qaramânî qui gouverne Zabîd au nom du nouveau sultan Soliman26. Cette même année, l’émir Murjân meurt à Aden27.

181523 : En décembre, Ramadân bey est assassiné à Ta‘izz. Les Lawand le remplacent par ‘Alî bey al-Tawîl28.

191524 : ‘Alî bey al-Tawîl est assassiné par un groupe de militaires originaires de Karaman, en Anatolie. Ils le remplacent par un des leurs, l’émir Iskandar b. Sûlî, surnommé al-Mawz29. Salmân Re’îs et Husayn al-Kurdî se rendent à nouveau au Yémen. Salmân Re’îs reprend le pouvoir à Zabîd, puis il part pour l’Egypte au printemps 1525 afin d’informer le grand vizir Ibrâhim Pasha de la situation au Yémen. Husayn al-Kurdî, demeuré au Yémen, meurt et Mustafà bey lui succède à Zabîd30.

201525 : Un rapport ottoman daté du 9 juin fait le point sur la situation en mer Rouge et au Yémen. Destiné au grand vizir Ibrâhim Pasha, il aurait été écrit par Salmân Re’îs lui-même31.

211526 : Salmân Re’îs fait assassiner Mustafà bey et prend le pouvoir sur l’ensemble du territoire contrôlé par les Turco-Egyptiens32.

221527-1528 : Le gouverneur d’Aden et Salmân Re’îs négocient un accord stipulant que la khutba et la frappe de la monnaie seront désormais établies au nom du sultan, à qui on devra également verser la moitié des droits de douane frappant les navires venant d’Inde33.

231528 : En août, Salmân Re’îs est assassiné par Khayr al-Dîn près de Zabîd. Mustafà bey b. Bayrâm, neveu de Salmân, parvient à reprendre le pouvoir à Zabîd34.

241529 : En avril, Khayr al-Dîn pille Zabîd. Mustafà bey, aidé par un renégat italien, Khawâja Safar, réussit à le tuer35. Puis, ils infligent une défaite à l’émir tâhiride, qui est tué au cours de la bataille, et attaquent Aden, qui résiste36. Se méfiant des troupes, Mustafà bey préfère se fixer à Kamarân et nomme ‘Alî al-Rûmî à la tête du territoire contrôlé par les Turco-Egyptiens37.

251530 : Mustafà bey et Khawâja Safar se rendent au Gujarât à l’appel du sultan Bahâdur38. En cours de route, ils tentent à nouveau de s’emparer d’Aden et rebroussent chemin lors de l’arrivée des Portugais39. Aden décide de se soumettre à la suzeraineté portugaise et s’engage à verser un tribut annuel de 10 000 ashrafi en échange de la protection des Portugais face aux Turco-Egyptiens ainsi que de la liberté de naviguer librement sur l’océan partout ailleurs qu’à Djedda40. Mustafà bey part pour l’Inde et Iskandar al-Mawz, en profite pour prendre le pouvoir sur l’ensemble du territoire contrôlé par les Mamelouks. Il s'appuie sur les Lawand et sur des esclaves noirs pour gouverner au nom du sultan ottoman Soliman et associe al-Nakhûda Ahmad au pouvoir41. Faqîh ‘Umar b. Muhammad al-‘Amûdî, accompagné d’autres fuqahâ de Qaydûn, se rend à Shihr d’où il lance un appel au jihâd contre les Portugais42. Le 28 août, Mustafà Bayram et Khawâja Safar quittent Shihr. Plus tard, un navire ottoman arrive à Mukalla avec les femmes et les enfants de Mustafà43.

261531 : L’opposition zaydite contre l’imam Sharaf al-Dîn Yahyà se regroupe autour de son rival de Sa‘da, l’imam ‘Izz al-Dîn b. al-Mu’ayyad et des chérifs du Jawf44.

271532 : A Mahra se regroupent des forces contre Shihr, mais Muhammad b. Taw‘arî, le fondateur de la dynastie des sultans de Qishn, refuse de se joindre à elles45. Un Yéménite, converti au christianisme et passé au service du négus d’Ethiopie, rédige un ouvrage de réfutation de l’islam qu’il destine aux musulmans d’Ethiopie46.

281533 : Vers la fin du mois de mars et le début du mois d’avril, une flotte portugaise arrive dans le port de Shihr. La population de la ville s’enfuit et des discussions sont menées avec le sultan de Shihr pour parvenir à un accord47.

291534 : Mutahhar, le fils de l’imam Sharaf al-Dîn Yahyà, parvient à étendre l’autorité de son père aux régions de Sa‘da, du Harâz et d’Ahnûm, puis repousse le sultan tâhiride Amir b. Dâwud au-delà de Dhamâr48. Mutahhar et son frère ‘Alî échouent ensuite dans leur tentative de s’emparer de Zabîd, en raison de la résistance des tribus shafî‘ites qui soutiennent l’émir al-Nakhûda Ahmad49.

301535 : En mars, les troupes de l’imam Sharaf al-Dîn Yahyà s’emparent de Ta‘izz, forçant les Mamelouks à se replier sur Zabîd50. Les Zaydites poursuivent leur progression, s’emparent de Lahj et d’Abyan puis assiègent Aden. Dâwud b. Amir tente d’obtenir l’aide des Ottomans face aux Zaydites51. Le sultan Badr de Shihr envoie trente-cinq prisonniers portugais aux Ottomans pour leur signifier sa volonté d’obtenir leur appui52.

311536 : Mutahhar b. Sharaf al-Dîn fait construire une muraille autour de Ta‘izz. Elle sera achevée en 1543. Durant cette période, il fait arracher les plantations de qât sur le Jabal Sabir53. Iskandar al-Mawz meurt et al-Nakhûda Ahmad lui succède au pouvoir54.

321537 : Le 25 août arrive au Yémen Farhâd Shûbasî, que le gouverneur ottoman du Caire, Sulaymân Pasha, a dépêché auprès de Badr, le sultan de Shihr. Farhat Shûbasî est chargé pour l’année suivante de préparer une expédition navale contre les Portugais. Badr b. Tuwayriq lui réserve un bon accueil et accepte de se placer nominalement sous la suzeraineté du sultan d'Istanbul, ce que refuse le sultan tâhiride d’Aden, Amir b. Dâwud, provoquant la colère des Ottomans55.

331538-1540 : En mars 1538, l’accord de paix entre les Portugais et le sultan Badr est ratifié malgré les engagements pris par ce dernier envers les Ottomans56. Ceux-ci lui accordent le titre de sanjaq bey en échange d’un tribut57. Le nouveau sanjaq bey adresse une lettre au sultan d’Istanbul58. Le 3 août, à la tête de sa flotte, Sulaymân Pasha arrive à Aden. Il fait pendre Amir b. Dâwud, puis s’empare de la ville. Il y établit une petite garnison et nomme gouverneur un de ses officiers, l’émir Bahrâm. Il poursuit ensuite sa route en direction de l’Inde. Défait par les Portugais devant Diu, il fait escale à Shihr lors de son retour vers la fin du mois de novembre59.

341539 : Sulaymân Pasha s’arrête en Tihâma où il fait débarquer ses hommes et leur équipement. En mars, il fait exécuter Ahmad al-Nakhûda, chef des Mamelouks établis en Tihâma, s’empare de Jîzân et fortifie l’île de Kamarân. Deux sanjaq sont créés : l’un à partir de Zabîd, à la tête duquel il nomme Mustafà bey, fils de Biyikli Mehmed, et l’autre à partir d’Aden. C’est le début de la conquête du pays par les Ottomans60. Ils se mettent en relation avec l’imam Sharaf al-Dîn Yahyà et échangent une correspondance avec lui61. Mustafà bey tente en vain de conquérir Ta‘izz62.

351540 : Mustafà bey est remplacé par Mustafà al-Nashshâr, qui fut longtemps commandant de la caravane du pèlerinage du Caire. Mustafà al-Nashshâr reçoit le titre de gouverneur du Yémen, beylerbeyi et pasha. Il y restera en poste jusqu’en 1545. Les deux sanjaq initiaux sont réunis en une province63. La garnison d’Aden est renforcée par 1500 janissaires. Plusieurs navires ottomans sont stationnés à Aden et à Moka pour assurer la surveillance de l’entrée de la mer Rouge64.

361541 : L’imam Yahyà Sharaf al-Dîn partage son domaine entre ses différents fils. Une vive discorde, que les Ottomans tentent d’exploiter, l’oppose rapidement à son fils aîné Mutahhar lorsqu’il décide de confier la succession à un autre fils, ‘Alî65.

371543 : Selon une chronique tardive, le café est introduit au Yémen66.

381545 : Badr Bû Tuwayriq, allié des Ottomans, lance une attaque maritime et terrestre contre Mishqâs67. ‘Uways Pasha, nommé gouverneur du Yémen en remplacement de Mustafà al-Nashshâr, arrive au Yémen au début du mois d’octobre68.

391546 : Armé de canons, ‘Uways Pasha parvient à s’emparer de Ta‘izz en exploitant des dissensions entre Mutahhar et son père69. En décembre, à la suite de sa défaite, l’imam se réconcilie avec son fils Mutahhar et lui cède Sanaa. Les Ottomans contrôlent l’ensemble de la Tihâma, le Yémen méridional à partir de Sumâra et le Hadramawt70. En août, quatre galiotes ottomanes bombardent Qishn, dont le souverain est l’allié des Portugais. Les Ottomans s’emparent ensuite de Dhufâr et y construisent une forteresse71.

401547 : Après la prise de Ta‘izz, ‘Uways Pasha poursuit ses conquêtes sur les hauts plateaux en direction de Sanaa, mais il est assassiné par l’un des siens, le 27 juin, près de Dhamâr. Özdemir, un officier, prend alors le pouvoir en attendant la nomination d’un nouveau gouverneur. Il poursuit les conquêtes et s’empare de Sanaa le 23 août. La chute de la ville aggrave les dissensions au sein de la famille de l’imam Sharaf al-Dîn Yahyà, tandis que les chérifs Hamza du Jawf se rallient aux Ottomans72. Au même moment, des révoltes contre l’occupant ottoman éclatent en Tihâma. Aden est reprise aux Ottomans par ‘Alî Sulaymân al-Tawlaqî, un chef de tribu de la région d’Abyan. Il demande de l’aide aux Portugais, qui tardent à répondre73.

411548 : En janvier, Özdemir parvient à s’emparer de Sa‘da. Farhâd Pasha, amiral de Suez, est nommé beylerbeyi du Yémen en remplacement de ‘Uways Pasha. Il est chargé de reprendre Aden. Piri Re’îs, amiral ottoman, le rejoint à Suez avec une nouvelle flotte74. Le 24 février, Farhâd Pasha reprend Aden grâce à l’appui de troupes venues de Moka. Muhammad b. ‘Alî b. Sulaymân est tué. La flotte portugaise de Goa, venue pour secourir ‘Alî Sulaymân al-Tawlaqî, ne parvient que le 20 mars aux abords d’Aden75. Farhâd Pasha rétablit l’autorité ottomane sur Jîzân et les régions qui s’étaient révoltées76.

421549 : De retour au Yémen en juin, Özdemir remplace Farhâd Pasha. Il reprend la lutte contre Mutahhar mais ne parvient pas à soumettre totalement le domaine qu’il contrôle, en particulier les régions de Thulâ et de Kawkabân. Özdemir transfère la capitale provinciale de Zabîd à Sanaa77.

431551 : A la demande d’Özdemir Pasha, le sultan ottoman envoie au Yémen des renforts placés sous le commandement de Mustafà al-Nashshâr, ancien gouverneur du Yémen. Celui-ci a pour mission de proposer un accord à Mutahhar et, en cas d’échec, de poursuivre la lutte contre lui. Une vive rivalité oppose bientôt Özdemir et Mustafà al-Nashshâr. Ce dernier engage avec Mutahhar des négociations qui échouent78.

441552 : En janvier, Mustafà al-Nashshâr et Özdemir attaquent Mutahhar à Thulâ sans parvenir à le vaincre. Un accord est signé : Mutahhar reconnaît la suzeraineté ottomane en échange du maintien de son autorité sur Thulâ et Kawkabân, résidence de son père Sharaf al-Dîn Yahyà. Il gouverne ainsi son domaine au nom du sultan avec le titre de sanjaq bey79. Mustafà al-Nashshâr quitte le Yémen et retourne en Egypte80.

451553 : Après l’accord passé avec Mutahhar, Özdemir Pasha étend l’autorité ottomane sur Rayma, Wusâb, ‘Utuma, Hubaysh et Kuhlân81. L’imam Sharaf al-Dîn Yahyà continue de dénier à son fils Mutahhar le droit à la succession. Il suscite à Sa‘da l’apparition d’un autre prétendant à l’imamat. Cette rivalité permet à Özdemir Pasha de renforcer la présence ottomane dans les régions autour de Sa‘da, en s’appuyant notamment sur Shams al-Dîn, un des fils de l’imam Sharaf al-Dîn Yahyà, rival de Mutahhar82.

461554 : L’amirauté de Moka, dont la mission est de défendre l’accès à la mer Rouge et aux côtes éthiopiennes, est probablement créée au cours de l’année83.

471556 : Mustafà Pasha al-Nashshâr est nommé gouverneur du Yémen en remplacement d’Özdemir. Il établit une caravane régulière pour les pèlerins du Yémen, semblable à celles qui partent du Caire et de Damas. Le pasha perd l’appui de Shams al-Dîn b. Sharaf al-Dîn Yahyà, ainsi que de son fils Muhammad b. Shams al-Din, qui se rallient à Mutahhar. Les soldats de la garnison de Sanaa se révoltent contre leurs officiers84. Mustafà Pasha, malade, confie la gestion de la province au defterdâr, l’émir Sulaymân, ce qui suscite une vive opposition de la part de Mîrzà b. Nâsûh, le préfet (kâshif) de Ta‘izz. Ces rivalités affaiblissent considérablement l’autorité ottomane85.

481558 : L’imam Sharaf al-Dîn Yahyà meurt86.

491559-1560 : Mustafà Pasha meurt à Zabid à la fin de l’année 155987. Qarà Shâhîn Mustafà Pasha occupe la fonction de gouverneur du Yémen88.

501560 : En octobre, Mahmûd Pasha est nommé à la tête de la province du Yémen. Mahmûd Pasha accuse Amîn dâr al-darb, l’intendant de la Monnaie, d’être responsable de la crise monétaire et de l’inflation qui sévissent dans le pays et le fait exécuter89. Mahmûd Pasha contribue de manière décisive à la détérioration de la situation des Ottomans au Yémen90. Un document fournit les données sur le budget de la province pour l’année 1560-156191.

511562 : Mahmûd Pasha se débarrasse de la famille al-Nizârî qui dominait les régions de Ibb et Ba‘dân, fait exécuter traîtreusement ‘Ali al-Nizârî et confisque tous ses biens92.

521564 : Farhâd est nommé amiral (qâpûdân) de Moka93. Mais Suez reste la principale base navale en mer Rouge, Moka n’abritant que deux galères94.

531565 : Mahmûd Pasha quitte le poste de gouverneur du Yémen. Ridwân Pasha lui succède en août95. La crise monétaire se poursuit96. Mahmûd Pasha suggère de diviser le Yémen en deux parties. La Porte crée donc deux provinces : l’une, qui regroupe l’ensemble des côtes, est confiée à Murâd Pasha, l’autre, qui regroupe les régions montagneuses et les plateaux, de Sa‘da jusqu’à Aden, est confiée à Ridwân Pasha97. La division est effective en novembre et, en décembre, Murâd Pasha est nommé à la tête de la nouvelle province de Zabîd98. Cette décision ne parvient au Yémen qu’en avril99.

541566 : Une vive tension s’instaure rapidement dans les relations entre le nouveau gouverneur et Mutahhar, notamment à propos de l’affermage (iltizâm) du wâdî Sirr. Les hostilités reprennent entre les Ottomans et Mutahhar dès le mois de juin. Murâd Pasha, gouverneur de Zabîd, et Ridwân Pasha se disputent les districts de Jibla, Dhi Sufâl et al-Qâ‘ida. Cette querelle rend impossible toute riposte coordonnée à l’encontre de Mutahhar. De plus, Ridwân Pasha, en soumettant à l’impôt les Ismâ‘îlites jusque-là exemptés, suscite l’hostilité de leur communauté, qui fournissait jusqu’alors des militaires. Les Ismâ‘îlites sont profondément divisés. Certains choisissent d’émigrer en Inde. Ces incertitudes permettent à Mutahhar, en six mois à peine, d’enlever aux Ottomans le Harâz, al-Hayma et Banî Matar, ainsi que la plupart des régions situées au nord de Sanaa100.

551567 : En mars, les districts de Ibb et Jibla se révoltent contre les Ottomans et rejoignent le mouvement de Mutahhar. La Porte démet Ridwân Pasha de ses fonctions au début de l’année. Il quitte Sanaa à la fin du mois d’avril. Son successeur, Hasan Pasha, ne parvient au Yémen qu’au début du mois de septembre. En mai, Mutahhar assiège Sanaa. En juin, tandis que la révolte s’étend dans la région de Ibb, Murâd Pasha quitte Ta‘izz pour aller défendre Sanaa et trouve la mort en tentant un repli sur Ta‘izz101. Mutahhar s’empare de Sanaa le 21 août102. Lorsque Hasan Pasha arrive au Yémen, les Ottomans ne contrôlent plus guère que la région de Zabîd. Hasan Pasha laisse Mutahhar s’emparer de Ta‘izz, le 9 octobre, sans réagir. Multipliant les confiscations pour financer l’effort de guerre, il perd le soutien de la population de Zabîd103. Aden est également prise par les troupes zaydites104.

561568 : A la fin du mois de février, Lala Mustafà Pasha, gouverneur de Damas, reçoit l’ordre de réprimer la révolte au Yémen. Le grand vizir Soqollu Mehmed Pasha veut ainsi éloigner un rival. Mais Mustafà Pasha se montre rétif à se rendre au Yémen et tente vainement de parvenir à un accord avec Mutahhar par l’intermédiaire du chérif de la Mecque. Finalement, la mission est confiée en août au gouverneur d’Egypte Sinân Pasha105. En mai, les troupes zaydites s’emparent de Mawza‘, puis de Hays et de Moka mais sont stoppées devant Zabîd en juin106. Le sultan Badr du Hadramawt profite de ces incertitudes pour relâcher ses liens avec les Ottomans107.

571569 : Au début du mois de janvier, Uthmân Pasha, fils d’Özdemir et gouverneur de la province d’Ethiopie, arrive au Yémen à la tête de troupes envoyées d’Egypte. Il entame la reconquête de Ta‘izz mais il est stoppé devant la citadelle de la ville. Le 5 janvier, Sinân Pasha, qui commande les troupes chargées de rétablir l’autorité du sultan au Yémen, quitte l’Egypte108. Grâce à l’arrivée de ces renforts, la citadelle est finalement prise le 3 mai109. Cette mission achevée, Sinân Pasha est chargé de procéder aux réformes administratives nécessaires au Yémen. Après avoir accompli avec ses troupes la 'umra à la Mecque, il retourne au Yémen par voie de terre, via Jîzân, puis poursuit sa route jusqu’à Ta‘izz pour venir au secours d’Uthmân Pasha. Il y parvient à la fin du mois d’avril. L’étape suivante est la reconquête d’Aden, de crainte que les Portugais ne profitent de ces troubles pour s’emparer du port110. La Porte nomme Bahrâm Pasha nouveau gouverneur du Yémen111. Sinân Pasha poursuit la reconquête en s’emparant des hauts plateaux : Dhamâr est prise au début du mois de juillet, Sanaa le 26 juillet, puis Shibâm à la fin du mois d’août. Les Hamdân et les Ismâ‘îlites se rallient aux Ottomans, mais ceux-ci éprouvent de grandes difficultés à vaincre les diverses forteresses tenues par les Zaydites au nord et à l’est de Sanaa, en particulier Kawkabân112.

581570 : Le 16 mai, après avoir assiégé Kawkabân en vain pendant neuf mois, Sinân Pasha et Muhammad b. Shams al-Dîn, neveu de Mutahhar, signent un premier accord reconnaissant l’autorité de Muhammad b. Shams al-Dîn sur Kawkabân et sa région en échange de son allégeance au pouvoir ottoman113. Cette issue ouvre la voie à des négociations avec Mutahhar, qui aboutissent le 21 mai à un accord similaire114. Sinân Pasha réorganise le Yémen, augmente les impôts et les soldes versées aux militaires et aux membres de l’administration115. Au même moment, le nouveau gouverneur, Bahrâm Pasha, arrive au Yémen. Il se rend dans la région de Ta‘izz et celle de Ba‘dân, où, au début du mois décembre, il réduit la résistance de ‘Alî b. Shams al-Dîn, un autre neveu de Mutahhar116. Il se fixe ensuite à Malhaz, au sud de Dhamâr, se contentant d’envoyer un représentant à Sanaa117. A Malhaz, Bahrâm Pasha fait frapper une nouvelle monnaie appelée malhaziyya118.

591571 : Le 2 mars, Sinân Pasha quitte le Yémen119. Bahrâm Pasha adopte des politiques différentes selon les régions concernées. Au nord de Sanaa, il respecte les termes de l’accord conclu avec les Sharaf al-Dîn, qui jouissent d’une autonomie à peu près complète. Ailleurs, il exerce son autorité avec rigueur. Il réduit le pouvoir des chefs de tribus à Rayma, Bura‘, Hufâsh et s’efforce de désarmer les populations, envoyant les nombreuses armes confisquées en Egypte120.

601572 : Les dissensions se multiplient dans le domaine placé sous l’autorité de Mutahhar. En août, une révolte est écrasée à Ahnûm121. A Sa‘da, des disputes éclatent entre ses gouverneurs. En novembre, Mutahhar meurt à Thulâ. Le domaine des Sharaf al-Dîn éclate alors en de multiples entités rivales réparties entre ses fils et ses anciens partisans, certains n’hésitant pas à faire appel aux Ottomans122.

611575 : En février, à l’annonce de la mort du sultan Selîm II et de l’avènement de Murâd III, les militaires ottomans exigent la gratification qui leur est habituellement accordée à cette occasion, ainsi que leurs arriérés de soldes. Certains se révoltent123. A Ta‘izz, ‘Alî bey fait construire un caravansérail qu’il établira en waqf124.

621576 : Murâd Pasha, le nouveau gouverneur, arrive au Yémen en mars. Il s’établit à Sanaa125. Il supprime nombre de taxes imposées illégalement, exécute les préfets des districts de Hays et Ta‘izz ainsi que des militaires. Il parvient à pacifier le pays et à gagner le soutien de la population126. Un budget du Yémen de l’année 984 H. fournit des détails sur les divers revenus127.

631578 : A partir de novembre, un certain al-Hasan b. ‘Alî b. Dâwud se proclame imam dans la région d’Ahnûm. Les Sharaf al-Dîn s’opposent rapidement à lui et le combattent avec l’appui des Ottomans128. Au même moment, un mouvement messianique, mené par un certain Mansûr Himyar qui proclame la chute de l’Empire ottoman, agite la région de Anis129.

641580 : Le nouveau gouverneur Hasan Pasha arrive au Yémen le 19 décembre130.

651580-1584 : Hasan Pasha renforce l’autorité ottomane sur les régions situées au nord de Sanaa. Pour ce, il exploite les rivalités au sein de la famille Sharaf al-Dîn ainsi que les divisions qui opposent celle-ci aux divers émirs, signant des accords séparés avec chacun d’entre eux131.

661583 : Hasan Pasha parvient à placer Sa‘da et Najrân sous l’autorité directe des Ottomans132.

671585 : Le ketkhudâ de Hasan Pasha, l’émir Sinân, capture l’imam de Shahâra, Hasan b. ‘Alî b. Dâwud, et l’emprisonne à Sanaa133.

681586 : Hasan Pasha exile à Istanbul l’imam de Shahâra ainsi que plusieurs des fils de l’imam Mutahhar134. ‘Abd Allâh b. Hasan se proclame imam à Sharaf, mais sa da‘wa reste sans grand écho135.

691590-1595 : Deux Portugais, capturés dans le Dhufâr, puis remis au pasha de Sanaa après avoir traversé le Hadramawt, séjournent au Yémen avant d’être libérés à Moka en 1595136.

701596-1597 : Le budget du Yémen de l’année 1005 H. montre que le système de l’iltizâm s’est généralisé au Yémen137. Un mouvement de révolte mené par ‘Alî al-Sharjabi éclate dans la Hujariya. Les révoltés, après s’en être pris au mausolée du saint local Ibn ‘Alwân, arrachent tous les caféiers138.

711597 : A Sanaa, les Ottomans achèvent la construction de la mosquée al-Bakîrîya, située à côté de hammams également ottomans139. Au début du mois de septembre, al-Qâsim b. Muhammad b. ‘Alî prend le titre d’imam al-Mansûr à Jabal Qâra au sud de Sa‘da. Mais de nombreuses tribus hésitent à le rejoindre, craignant la répression des Ottomans140. L’imam est défait par les Ottomans dès la fin de l’année, il se retire avec ses partisans à Barat. Plus tard, la région de Hayma répond à son appel et les Ottomans y sont défaits. Les tribus Sanhân, Hamdân et Khawlân se joignent à la révolte, suivies ensuite par les tribus de Ahnûm. L’imam se fixe à Ahnûm141.

721598 : La région de Sharaf se rallie à l’imam. Il s’empare de Hajja, de la région des ‘Ayâl Yâzîd, puis il attaque la garnison ottomane de ‘Amrân. Les Sharaf al-Dîn de Thulâ se rallient à leur tour. Bientôt, les Ottomans ne contrôlent plus que Sa‘da, Sanaa, le Yémen méridional et la Tihâma, mais les tribus disposent de peu d’armes à feu142. En septembre, l’imam se fixe à al-Sûda et Sinân Katkhudâ assiège Thulâ143.

731599 : Hasan Pasha appelle à ses côtés ‘Ali al-Jazâ’irî, pasha de la province voisine d’Ethiopie, qui arrive en janvier. Sinân Ketkhudâ reconquiert Khawlân144. Une nouvelle révolte éclate à Yâfi‘145.

741600 : En mars, des troubles éclatent à Aden, les otages retenus par les Ottomans parvenant à assassiner l’agha146. Hasan Pasha confie les régions de Rayma et de Wusâb à ‘Alî al-Jazâ’irî Pasha. Il le charge d’y réprimer les révoltes, en échange de quoi il lui confie l’affermage des deux régions, mais ‘Alî al-Jazâ’irî Pasha est tué en août au cours des opérations147. Au même moment, l’imam, chassé de al-Sûda par les Ottomans, se retire à Ahnûm148. Le budget de l’année 1599-1600 fait apparaître l’importance des ports de Moka, Aden, al-Luhayya et Hudayda pour les revenus de la province149.

751601-1602 : Une révolte éclate parmi les soldats ottomans installés au Yémen. Menée par Deli Ja‘far, elle débute à Radâ‘, puis s’étend vers ‘Udayn et Zabîd, avant d’être écrasée. L’imam quitte la région en mars 1602 pour Barat. Shahâra se rend finalement en juin 1602150.

761603-1605  : Au cours de cette période, le tabac est introduit au Yémen, au Hedjaz et au Hadramawt151.

771604 : Hasan Pasha quitte le Yémen après y avoir été gouverneur pendant 25 ans. Il est nommé gouverneur en Egypte et remplacé par Sinân Pasha, qui fut longtemps son ketkhudâ. Le sultan Ahmad Ier, après son arrivée au pouvoir à Istanbul, fait frapper au Yémen des pièces en cuivre, les manqîr, quatre manqîr valant un buqsha d’argent 152. L’autorité ottomane est renforcée sur Yâfi‘, Rayma, Wusâb, ‘Utuma153.

781605 : Les Ottomans autorisent le cheikh de Sha‘irî à percevoir des droits de douane sur son territoire154. Dans la région de ‘Udayn, un certain cheikh ‘Abd al-Rahmân al-Sâfiya lance un mouvement messianique, avant d’être exécuté155. Sinân Pasha propose à l’imam al-Qâsim un accord identique à ceux qu’il avait jadis passés avec les Sharaf al-Dîn, le nommant préfet de région. Mais les négociations n’aboutissent pas. Sinân parvient à restaurer l’autorité ottomane sur Hayma et Masâr156.

791606 : ‘Abd al-Rahîm b. ‘Abd al-Rahmân, émir yéménite issu de la famille des Sharaf al-Dîn et préfet de Sharaf et de Hajja au service des Ottomans, se rallie à l’imam, de peur d’être démis de ses fonctions par Sinân Pasha. Le mouvement de révolte, qui avait repris dès 1604 autour de Wâdi‘a, en reçoit une impulsion nouvelle. En effet, les partisans de l’imam parviennent à reprendre Ahnûm, La‘a, puis Hayma. Toutefois, cette seconde révolte reste limitée aux régions situées au nord et à l’ouest de Sanaa157.

801607 : Ja‘far Pasha est nommé gouverneur du Yémen, à la place de Sinân Pasha. En août, son arrivée est accueillie avec soulagement par la population, qui avait souffert des mesures brutales de son prédécesseur ainsi que de la lourdeur des taxations auxquelles elle était soumise. Ja‘far Pasha tente un rapprochement doctrinal avec les oulémas zaydites158.

811608 : En mars, Ja‘far Pasha signe une trêve de dix ans avec l’imam, celui-ci conservant le contrôle de Ahnûm, Shahâra, Hayma, Zulayma, Barat et Wâdi‘a159. Ja‘far Pasha engage ensuite la lutte contre ‘Abd al-Rahîm b. ‘Abd al-Rahmân, momentanément rallié à l’imam160.

821609 : ‘Abd al-Rahîm rend les armes en juillet. Il est d’abord emprisonné à Sanaa, puis envoyé à Istanbul161. Le 7 avril, un navire anglais, l'Ascension, commandé par le capitaine Alexandre Sharpie, jette pour la première fois l’ancre à Aden. Deux de ses officiers, William Revett et Philipp Glascock, sont envoyés à Moka tandis que John Jourdain est dépêché à Sanaa auprès du gouverneur ottoman, qui lui refuse l’autorisation d’ouvrir un comptoir162.

831610 : Sir Henry Middleton, de la Compagnie anglaise des Indes, débarque à Aden. Plusieurs compagnons se joignent à lui pour se rendre à Sanaa163.

841612 : Au printemps, Middleton est de retour dans les environs d’Aden et se livre à des actes de piraterie. Au même moment, trois autres navires anglais, sous le commandement de John Saris, se trouvent à Moka. Ja‘far Pasha refuse d’accorder le droit de commercer aux Anglais164.

851613 : Ja‘far Pasha est démis de ses fonctions. Son successeur, Ibrâhim Pasha, arrive au Yémen en avril mais il meurt quatre mois plus tard, avant d’avoir atteint Sanaa. Ja‘far Pasha retourne à Sanaa et reprend le pouvoir ; mais les militaires se révoltent contre lui, à Sanaa principalement, mais aussi à Ta‘izz165. Il parvient à s’imposer, mais difficilement. L’imam en profite pour lancer une nouvelle révolte166.

861614 : Pour la première fois, un navire hollandais, commandé par Pieter Van den Broecke, accoste à Aden mais il doit rapidement quitter le port. Van den Broecke fait ensuite escale à Shihr où il reçoit l’autorisation d’établir un petit comptoir167. A la suite des rudes combats qui les ont opposées à l’imam, les troupes ottomanes enregistrent de nombreuses désertions. Une grave épidémie sévit sur le territoire de Khawlân et à Sanaa, qui est aussi ravagée par des inondations168.

871615 : Au Hadramawt, Badr b. ‘Umar al-Kathîrî accède au titre de sultan à la suite de son frère ‘Abd Allâh et s’allie aux Zaydites169. En janvier, les tribus des régions de ‘Affâr, Kuhlân, Miswar et Hajja, passées sous l’autorité de l’imam, se révoltent contre lui. Dans le même temps, les combats se poursuivent entre l’imam et les Ottomans170.

881616 : En juillet, au moment de quitter le Yémen, Ja‘far Pasha signe une trêve d’un an avec l’imam al-Qâsim171. L’imam contrôle un territoire qui s’étend de Hayma aux environs de Sa‘da172. En août, le nouveau gouverneur, Haji Muhammad Pasha, arrive au Yémen173. Le 25 janvier, Van den Broecke est de retour à Moka, ayant fait le voyage de Bantam à Java chargé de porcelaine de Chine et d’épices, sur un navire puissamment armé. En avril, Van den Broeke se rend à Sanaa pour négocier l’ouverture d’un comptoir hollandais avec Ja‘far Pasha, mais celui-ci refuse, prenant comme prétexte la proximité de lieux saints musulmans et l’absence de firman du sultan. Van den Broecke quitte Moka le 7 juillet, puis fait escale à Shihr où, faute de résultats, il ferme le comptoir qu’il a ouvert en 1614 174.

891617 : Muhammad Pasha tente de remédier aux troubles qui agitent le Yémen175. Il entretient des relations amicales avec les oulémas, établit un Office des plaintes (diwân al-mazâlim) à Sanaa et prend des mesures afin de défendre plus efficacement son territoire : il restaure les remparts de Sanaa, construit une forteresse à Hajja et établit une surveillance plus étroite du Jabal Kibrît, situé à côté de Dhamâr. Il veut y mettre fin à la contrebande de soufre organisée par l’imam, le soufre étant l’une des composantes qui entrent dans la fabrication de la poudre176. Muhammad Pasha porte un intérêt particulier à la caravane des pèlerins du Yémen177. Il refuse de prolonger la trêve d’un an avec l’imam et les combats reprennent en mai. L’imam s’empare de Hajja, Lâ‘a, Miswar, puis la lutte s’étend au territoire des Banî Matar178.

901618 : En avril, les Anglais Thomas Roe et Andrew Shilling accostent à Moka. Ils obtiennent l’autorisation de commercer dans tous les ports du Yémen et un comptoir anglais est ouvert à Moka179. En juillet, à Istanbul, les Hollandais obtiennent eux aussi la liberté de commercer dans la province du Yémen et ce, sur la base des capitulations accordées par le sultan en 1612180. En novembre, le pasha reçoit des renforts d’Istanbul pour poursuivre la lutte contre l’imam181.

911619 : En avril, Haji Muhammad Pasha et l’imam al-Qâsim signent une trêve de dix ans182. Une ambassade, dépêchée par le sultan moghol, arrive à Sanaa. Durant son séjour, on construit la mosquée al-Tawâshî183. A la suite de la sécheresse qui sévit, le Yémen connaît une période de flambée des prix. Le pasha doit faire face au mécontentement des militaires, souvent recrutés en Egypte parmi les paysans et les hors-la-loi. Des troubles éclatent à Rayma et Wusâb, tandis que al-Sharjabî, chef de tribu de la Hujariya, fait régner l’insécurité sur les routes de la région184.

921620 : En février meurt l’imam al-Qâsim. Son fils Muhammad, qui prend le titre de al-Mu’ayyad, lui succède sans difficultés185. La trêve avec les Ottomans est maintenue jusqu’en 1626, chaque camp l’utilisant à renforcer ses rangs186. L’imam Muhammad b. al-Qâsim consolide son pouvoir dans les domaines qu’il contrôle187. En septembre, ‘Amrû, fils aîné du Sa‘îd b. Sa‘îd, succède à son père comme sultan de Qishn après avoir été son gouverneur sur l’île de Socotra188. Van den Broecke revient au Yémen mais s’arrête à Aden, sans poursuivre sur Moka. En octobre, l’un de ses hommes, Van Gil, se rend à Sanaa auprès de Muhammad Pasha et, le 28 janvier 1621, il ouvre le premier comptoir hollandais à Moka 189. Les accords de 1574 entre les Ottomans et les notables locaux de Dâli‘ sont reconduits au bénéfice de l’émir Ahmad b. Sha‘fal al-Sha‘falî, qui perçoit alors à son tour des droits de douane sur Moka et Aden190.

931621 : Depuis l’été, la monnaie est désormais frappée au nom du nouveau sultan Uthmân191. Avant son départ, ‘Alî al-Sharjabî est emprisonné à Sanaa par Muhammad Pasha. Il lui est reproché d’avoir établi des contacts avec l’imam Muhammad b. al-Qâsim192. En décembre, les soldats de la région de Hujariyya se révoltent et réclament leur solde 193.

941622 : En janvier, le nouveau gouverneur, Ahmad Fadl Allâh Pasha, arrive à Salîf, puis se rend à Sanaa194. Il confirme la trêve convenue avec l’imam195. L’imam al-Mu’ayyad Muhammad réprime une révolte dans son domaine, à Sa‘da196. Les relations entre le nouveau gouverneur et les négociants hollandais sont tendues197.

951624 : Ahmad Fadl Allâh Pasha, démis de ses fonctions, quitte Sanaa en février 1624 et son successeur, Haydar Pasha, précédemment ketkhudâ de Ja‘far Pasha, débarque à Moka le 15 août 1624. Cette absence momentanée de gouverneur provoque une recrudescence généralisée de l’insécurité. Haydar Pasha maintient la trêve avec l’imam198.

961626 : Des agents du pasha assassinent un cadi dépêché à Sanaa par al-Mu’ayyad Muhammad. La trêve conclue entre l’imam et les Ottomans s’en trouve rompue au début du mois d’octobre199. En juin, six navires hollandais puissamment armés parviennent à Moka afin de rétablir les activités commerciales du comptoir. Deux envoyés se rendent en vain à Sanaa pour négocier des accords de commerce200.

971627 : La révolte menée par l’imam s’étend rapidement à Kawkabân, Hajja, Banî Matar, Anis, Rayma et jabal Bura‘. Sanaa est assiégée et les chérifs de Sabyà et de Abû ‘Arîsh se rallient à l’imam. L’émir ‘Abd al-Qâdir b. Muhammad al-Jurhamî, qui contrôle la région d’Abyan, se rallie aux Zaydites, puis s’empare de Lahj et d’Aden. De vastes régions du Yémen méridional sont perdues par les Ottomans201.

981628 : Haydar Pasha, assiégé à Sanaa, parvient à conclure une trêve de cinq mois avec l’imam. Pendant ce temps, le gouverneur de Sawâkin, ‘Abidin Pasha, se rend au Yémen à la tête de 1500 hommes202. Il a l’ambition de reconquérir la province. Après un échec devant Ta‘izz, il s’établit à Moka203. Il négocie avec Van den Broecke pour obtenir la protection de la flotte hollandaise sur les navires commerçant entre Moka et l’Inde204. Les Hollandais effectuent un premier achat de café, destiné exclusivement au marché iranien de Bandar Abbas205.

991629 : Les autorités d’Istanbul nomment Qânsûh Pasha gouverneur du Yémen en remplacement de Haydar Pasha. Il se rend au Yémen à la tête de nouvelles troupes venues d’Egypte et débarque à Jîzân. Il progresse ensuite vers Zabîd et fait exécuter ‘Abidin Pasha206. A l’expiration de la trêve, Haydar Pasha quitte Sanaa sous la protection de l’imam. Il se retire à Zabîd, où il est arrêté par ses hommes et emprisonné 207.

1001630 : En mai, Ahmad Qânsûh Pasha tente en vain de reprendre Ta‘izz. Il conclut alors une trêve avec l’imam au début du mois d’août208. Les Ottomans, repliés sur Zabîd et ses environs, se livrent à d’âpres luttes intestines. Une éruption volcanique se produit à Jabal Usa 209.

1011634 : Ahmad Qânsûh Pasha rompt la trêve qu’il avait conclue avec l’imam quatre ans auparavant. Il lance une attaque par mer contre Jîzân et Aden mais subit un nouvel échec210.

1021635 : Al-Hasan, le frère de l’imam al-Mu’ayyad Muhammad, s’empare de Zabîd. Les Ottomans se replient sur Moka, mais une grande partie des troupes déserte. Vers le milieu du mois d’octobre, l’imam accorde aux derniers Ottomans le droit de quitter le pays211.

Haut de page

Bibliographie

en langues européennes et turque

C. F. Beckingham, 1949 : « Some Early Travels in Arabia », Journal of the Royal Asiatic Society, p. 155-176.

J. R. Blackburn, 1979 : « The Collapse of Ottoman Authority in Yemen », Die Welt des Islams, 19, p. 119-176.

J. R. Blackburn, 1979 : « Arabic and Turkish Source Materials for the Early History of Ottoman Yemen, 945/1538-976/1568 », Sources for the History of Arabia : Proceedings of the First International Symposium on Studies in the History of Arabia, Riyad, University Press, vol. 2, p. 202-205.

J. R. Blackburn, 1980 : « The Ottoman Penetration of Yemen. An Annotated Translation of Özdemür Bey’s Fethnâme for the Conquest of San'â’ in Rajab 954/August 1547 », Archivum Ottomanicum, vol. VI, p. 55-100.

J. R. Blackburn, 1995 : « Two Documents on the Division of Ottoman Yemen into two Beglerbegiliks (973/1565) », Turcica, vol. XXVII, p. 223-236.

C. G. Brouwer, Kaplanian, 1988 : Al-Yaman fî awâ’il al-qarn al-sâbi‘ ‘ashar: muqtatafât min al-wathâ‘ik al-hûlandiyya al-muta‘allika bi-l-târikh al-iqtisâdî li-janûb al-jazîra al-‘arabiyya 1614-1630 / Early Seventeenth Century Yemen : Dutch Documents Relating to the Economic History of Southern Yemen, 1614-1630, Le Caire, Netherland Institute of Archaeology and Arabic Studies, vol. 5, 208 p.

C. G. Brouwer, 1988/1 : The VOC in Yemen, 1614-1655. Amsterdam, 100 p.

C. G. Brouwer, 1988/2 : « A Stockless Anchor and an Unsaddled Horse : Ottoman Letters Addressed to the Dutch in Yemen, First Quarter of the Seventeenth Century », Turcica, XX, p. 173-242.

C. G. Brouwer, 1991 et 1992 : « Non-Western Shipping Movements in the Red Sea and the Gulf of Aden during the 2nd and 3rd Decades of the Seventeenth Century, According to the Dutch VOC-Records », Die Welt des Islams, part. 1, vol. 31, p. 105-161; part 2, vol. 32, p. 6-40.

J. Cuoq, 1981 : L’Islam en Ethiopie des origines au XVIe siècle, Paris, Nouvelles éditions latines, 287 p.

A. Farrington, 1991 : « The Cargo of Broadcloth Carried in the East India Company’s Eighth », Asian Trade Routes, Continental and Maritime, Karl Haellquist (éd.), Londres, Curzon Press, p. 193-198.

W. Foster, 1905 : Journal of John Jourdain, Londres, Haklyut Society, vol. XVI.

R. J. Gavin, 1975 : Aden under British Rule 1839-1967, Londres, G. Hurst & Company, 472 p.

Y. Hulûsi, 1984 : Kâbe ve Haremeyn için Yemen’de Osmanli hâkimieyti (1517-1571), Istanbul, 224 p.

H. Inalcik, D. Quataert, 1994 : An Economic and Social History of the Ottoman Empire, 1300-1914, Cambridge, University Press, 1026 p.

M. Lesure, 1976 : « Un document ottoman de 1525 sur l’Inde portugaise et les pays de la mer Rouge », Mare Luso-Indicum, III, p. 137-160.

V. Magalhaes-Godinho, 1969 : L’Economie de l’Empire portugais aux XVe et XVIe siècles, Paris, SEVPEN, 857 p.

E. Macro, 1968 : Yemen and the Western World since 1571, Londres, Hurst, 150 p.

M. A. P. Meilink-Roelofz, 1962 : Asian Trade and European Influence in the Indonesian Archipelago between 1500 and about 1630, La Haye, rééd. 1969.

C. Orhonlu, 1974 : Osmanli imparatorlugu’nun güney siyaseti. Habesh Eyalati, Istanbul, 317 p.

S. Özbaran, 1977 : « Osmanli imparatolugu ve Hindistan yolu », Tarih Dergisi, XXXI, p. 67-146.

S. Özbaran, 1978 : « A Turkish Report on the Red Sea and the Portuguese in the Indian Ocean (1525) », Arabian Studies, IV, p. 81-88.

S. Özbaran, 1979 : « The Importance of Turkish Archives for the History of Arabia in the Sixteenth Century », Sources for the History of Arabia : Proceedings of the First International Symposium on Studies in the History of Arabia, Riyad, University Press, vol. 2, p. 105-112.

S. Özbaran, 1990 : « XVI yüzyilda Osmanli imparatorlugunda iltizam. Yemen, Basra ve Lahsa eyaletindeki uygulamalardan örnekler», V Milletlerarasi Türkiye sosyal ve iktisat tarihi kongresi, Ankara, p. 453-457.

S. Özbaran, 1994 : The Ottoman Response to European Expansion: Studies on the Ottoman-Portuguese Relations in the Indian Ocean and Ottoman Administration in the Arab Lands during the 16th Century, Istanbul, Isis, 210 p.

H. Sahillioglu, 1985 : « Yemen’in 1599-1600 bütçesi », Prof. Yusuf Hikmet Bayur’a Armaganlarar, Ankara, Türk Tarih Kurumu, p. 287-319, 3 pl.

L. O. Schuman, 1960 : Political History of the Yemen at the Beginning of the 16th Century, Amsterdam, Djambatan.

R. B. Serjeant, 1963 : The Portuguese off the South Arabian Coast. Hadrami Chronicles. With Yemeni and European Accounts of Dutch Pirates off Mocha in the Seventeenth Century, Londres, Clarendon, 233 p.

R. B. Serjeant, R. Lewcock, 1983 : San‘â’ an Arabian Islamic City, Londres, 631 p.

M.-C. Simeone-Senelle, 1997 : « Deux Jésuites prisonniers au Hadramawt en 1590 », Saba, 3 et 4, p. 49-53.

F. Soudan, 2000 : Le Yémen ottoman d’après la chronique d’al-Mawaza‘î, Le Caire, IFAO, 438 p. + texte arabe, 171 p.

N. Steensgaard, 1974 : The Asian Trade Revolution of the Seventeenth Century. The East India Companies and the Decline of the Caravan Trade, Londres, Chicago, University Press, 441 p.

S. Subhi, 1965 : Handelsgeschichte Ägytens im Spätmittelalter 1171-1517, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 586 p.

P. Tuson, E. Quick, 1992 : Arabian Treaties, 1600-1960, Londres, Archive Edition.

H. W. Van Santen, 1982 : De Verenigde Oost-Indische Compagnie in Gujerat en Hindistan, 1620-1660, Meppel.

F. Wüstenfeld, 1986 : Die Cufiten in Süd-Arabien im XI. (XVII.) Jahrhundert, rééd. de Schriften zur arabisch-islamischen Geschichte, Nachdruck von Titeln aus den Jahren 1880-91, éd. par Fuat Sezgin, Institut für Geschichte der arabisch-islamischen Wissenschaften an der Goethe Universität, Francfort, p. 1-148.

en langue arabe

‘Abd al-Rahmân al-Dayba’, s.d. et 1977 : ‘Abd al-Rahmân b. ‘Alî al-Dayba’, Qurrat al-‘uyûn bi akhbâr al-Yaman al-maymûn, éd. par Muhammad b. ‘Alî al-Akwa’, Le Caire, vol. 1, 426 p., vol. 2, 280 p.

‘Abd al-Rahmân al-Dayba’, 1983 : ‘Abd al-Rahmân b. ‘Alî al-Dayba’, al-Fadl al-mazîd ‘alà bughiyat al-mustafîd fî akhbâr madînat Zabîd. éd. par J. Chelhod, Beyrouth, Dâr al-‘Awda, 452 p.

‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986 : ‘Abd al-Samad b. Ismâ‘îl al-Mawza‘i, al-Ihsân fî dukhûl mamlakat al-Yaman taht zill ‘adâlat al-‘Uthman, éd. par ‘Abd Allâh al-Hibshî, s. l., 264 p.

Amîra Maddâh, 1982 : Amîra ‘Alî Maddâh, al-‘Uthmâniyyun wa-l-imâm al-Qâsim b. Muhammad b. ‘Alî fî-l-Yaman 1006/1598-1029/1620, Djedda, Tihâma, 1982.

Al-Hasan al-Jarmuzi, s. d. : al-Hasan b. al-Mutahhar al-Jarmuzi, Kitâb al-nubdha al-mushîra ilà djumal min u‘yûn al-sîra fî akhbâr mawlânâ amîr al-mu’minîn wa sayyid al-muslimîn al-Mansûr bil-llâh al-Qâsim b. Muhammad b. ‘Alî, Sanaa, Maktabat al-Yaman al-kubrà, éd. offset, 507 p.

Hasan Shihâb, 1977 : Hasan Sâlih Shihâb, Adwâ‘ ‘alà târîkh al-Yaman al-bahrî, Beyrouth, Dâr al-Fârâbî, 303 p.

Hayât al-Bassâm, 1986 : Hayât Muhammad al-Bassâm, al-Imâm al-Mu’ayyad bi-llâh Muhammad b. al-Qâsim fî-l-Yaman, Djedda, 1986.

Muhammad Ibn Iyas, 1982 : Muhammad b. Ahmad Ibn Iyas, Badâ’i al-zuhûr fî waqâ‘i al-duhûr, éd. par Muhammad Mustafà, Le Caire, al-Ha’ya al-misriyya al-‘amma li-l-kitâb , 5 vol.

Muhammad al-Muhibbi, s. d. : Muhammad al-Muhibbi, Khulâsat al-athar fî a‘yân al-qarn al-hâdi ‘ashar, s. l., 4 vol.

Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968 : Qutb al-Dîn Muhammad al-Nahrawâlî, al-Barq al-yamanî fî-l-fath al-‘uthmânî, éd. par Hamad al-Djâsir, Riyad, Dâr al-Yamâma, 541 p.

Salwa al-Ghali, 1991 : Salwa al-Ghali, al-Imâm al-Mutawakkil Ismâ‘îl b. al-Qâsim wa dawruhu fî tawhîd al-Yaman, 1054-1087/1644-1679, s. l., 224 p.

Sayyid Sâlim, 1974: Sayyid Mustafà Sâlim, al-Fath al-‘uthmânî al-awwal li-l-Yaman (1538-1635), Le Caire, 510 p.

Yahyà al-Husayn, 1968 : Yahyà b. al-Husayn, Ghâyat al-Amânî fî akhbâr al-qutr al-yamânî, éd. par Sa‘îd ‘Abd al-Fattâh ‘Ashûr, Le Caire, Dâr al-kâtib al-‘arabî, 2 vol., 961 p.

Haut de page

Notes

1 J. R. Blackburn, 1980, p. 64.
2 R. B. Serjeant, 1963, p. 43.
3 ‘Abd al-Rahmân al-Dayba’, s.d. et 1977, 1983 ; L. O. Schuman, 1960, p. 12-14.
4 ‘Abd al-Rahmân al-Dayba’, 1983.
5 Ibid.
6 S. Subhi, 1965, p. 452.
7 Ibid., p. 450.
8 R. B. Serjeant, 1963, p. 46.
9 V. Magalhaes, 1969, p. 746.
10 R. B. Serjeant, 1963, p. 16 et chroniques événementielles, p. 47 ; L. O. Schuman, 1960, p. 9.
11 S. Subhi, 1965, p. 446, d’après ‘Abd al-Rahmân al-Dayba’, s.d. et 1977.
12 L. O. Schuman, 1960, p. 19-27.
13 R. B. Serjeant, 1963, p. 16-17 et p. 48-50 ; ‘Abd al-Rahmân al-Dayba’, 1983 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 18-33 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 82-88.
14 S. Özbaran, 1977, p. 80 ; J. R. Blackburn, 1980, p. 64 ; S. Subhi, 1965, p. 458-459 ; Muhammad Ibn Iyas, 1982, vol. V.
15 L. O. Schuman, 1960, p. 32.
16 ‘Abd al-Rahmân al-Dayba’, 1983 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 95.
17 Ibid., p. 121.
18 Ibid, p. 116.
19 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 168-169.
20 Muhammad Ibn Iyas, 1982, V, p. 81 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 18-33 ; L. O. Schuman, 1960, p. 28-31.
21 R. B. Serjeant, R. Lewcok, 1983, p. 69 ; J. R. Blackburn, 1980, p. 65.
22 Sayyid Sâlim, 1974, p. 117.
23 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 33.
24 Sayyid Sâlim, 1974, p. 123.
25 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 34.
26 Ibid., p. 35-36.
27 Sayyid Sâlim, 1974, p. 71 et 122.
28 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 36 ; ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 23.
29 Ibid., p. 23.
30 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 39-42 et 49.
31 M. Lesure, 1976.
32 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 52.
33 R. B. Serjeant, 1963, p. 33.
34 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 53.
35 Ibid., p. 53.
36 V. Magalhaes-Godinho, 1969, p. 760.
37 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 53-55.
38 Ibid., p. 55.
39 V. Magalhaes-Godinho, 1969, p. 760.
40 Ibid., p. 754 ; R. B. Serjeant, 1963, p. 56-57 et note L.
41 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 56-58.
42 R. B. Serjeant, 1963, p. 54.
43 R. B. Serjeant, 1963, p. 56-57.
44 Sayyid Sâlim, 1974, p. 118.
45 R. B. Serjeant, 1963, note 6 p. 70.
46 J. Cuoq, 1981, p. 260.
47 R. B. Serjeant, 1963, p. 66.
48 Sayyid Sâlim, 1974, p. 119 et 124.
49 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 67-68.
50 Sayyid Sâlim, 1974, p. 124-125.
51 R. B. Serjeant, R. Lewcok, 1983 , p. 69-70.
52 S. Özbaran, 1977, p. 98.
53 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 29.
54 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 59-60.
55 R. B. Serjeant, 1963, p. 76-79.
56 Ibid., p. 81-83.
57 J. R. Blackburn, 1980 ; R. B. Serjeant, 1963, p. 83-85.
58 C. Orhonlu, 1974, p. 19.
59 Sayyid Sâlim, 1974, p. 146-153 ; ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 25-26 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 80-81.
60 J. R. Blackburn, 1980, p. 64-65 et 1979/2, p. 197 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 85-87 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 45-47.
61 R. B. Serjeant, 1963, p. 98.
62 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 93 ; J. R. Blackburn, 1980 , p. 65.
63 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 94 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 53-54.
64 S. Özbaran, 1977, p. 101 ; R. B. Serjeant, 1963, p. 100.
65 Sayyid Sâlim, 1974, p. 161-163.
66 Yahyà al-Husayn, 1968, t. 2, p. 689.
67 Hasan Shihâb, 1977, p. 269.
68 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 95.
69 Ibid., 1968, p. 95 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 54-56.
70 R. B. Serjeant, R. Lewcock, 1983, p. 70.
71 S. Özbaran, 1977, p. 110.
72 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 95-99 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 57-58 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 173-175 ; J. R. Blackburn, 1980, p. 66-78 ; ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 30-31.
73 R. B. Serjeant, 1963, p. 20 et 107; J. R. Blackburn, 1980 , p. 74-76.
74 J. R. Blackburn, 1980, p. 76-77 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 100-104 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 58-59.
75 R. B. Serjeant, 1963, p 108-109 ; S. Özbaran, 1977, p. 122.
76 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 104.
77 Sayyid Sâlim, 1974, p. 181-185 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 59-60.
78 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 107-116 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 59-60 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 185.
79 Ibid., p. 187-191 ; J. R. Blackburn, 1979/2, p. 198.
80 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 117.
81 Ibid., p. 117-118 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 190-192.
82 Sayyid Sâlim, 1974, p. 192-193.
83 S. Özbaran, 1977, p. 138.
84 Sayyid Sâlim, 1974, p. 203-204.
85 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 33.
86 Sayyid Sâlim, 1974, p. 223.
87 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 33 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 121-122.
88 Ibid., p. 123-125.
89 Ibid., p. 128-129 ; J. R. Blackburn, 1979/1.
90 J. R. Blackburn, 1979/2, p. 198.
91 S. Özbaran, 1977, p. 135, et 1994, p. 47-48 et 52.
92 J. R. Blackburn, 1979/2, p. 200 ; ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 34 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 129-136 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 207-211 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 61-63.
93 S. Özbaran, 1979, p. 106.
94 H. Inalcik, D. Quataert, 1994, p. 334.
95 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 137.
96 Ibid., p. 159.
97 Ibid., p. 159-163 ; J. R. Blackburn, 1995.
98 Y. Hulûsi, 1984, p. 75.
99 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 165.
100 Ibid., p. 165-170 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 216-221 ; J. R. Blackburn, 1979/2, p. 198-199.
101 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 171- 181.
102 Y. Hulûsi, 1984, p. 79 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 223-229 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 183-185.
103 Sayyid Sâlim, 1974, p. 230-232 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 186-189.
104 Ibid., p. 190-192.
105 Ibid., p. 198-204 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 83-89 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 235-244.
106 Ibid., p. 195-197.
107 H. Inalcik, D. Quataert, 1994, p. 333-334.
108 Y. Hulûsi, 1984, p. 97-98 ; ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 40-45 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 247-252 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 227-231.
109 Ibid., p. 205-208.
110 Ibid., p. 232-234 et 249-253 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 98-99.
111 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 244.
112 Ibid., p. 233-366 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 249-270 ; Y. Hulûsi, 1984, p. 100-102.
113 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 415-426.
114 Ibid., p. 427-431 ; Sayyid Sâlim, 1974, p. 271-286.
115 Sayyid Sâlim, 1974, p. 291.
116 Ibid., p. 282-283 ; Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 432-443.
117 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 46-47.
118 F. Soudan, 2000, p. 77.
119 Qutb al-Dîn al-Nahrawâlî, 1968, p. 445.
120 Sayyid Sâlim, 1974, p. 291-296.
121 Ibid., p. 292.
122 Ibid., p. 301-304.
123 Ibid., p. 298-299.
124 F. Soudan, 2000, p. 84-85.
125 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 48.
126 Sayyid Sâlim, 1974, p. 306-310.
127 S. Özbaran, 1994, p. 52-53.
128 Amîra Maddâh, 1982, p. 28-29.
129 Sayyid Sâlim, 1974, p. 310-315.
130 Ibid., p. 315.
131 Sayyid Sâlim, 1974, p. 321-333 ; Amîra Maddâh, 1982, p. 29-31.
132 Ibid., p. 31-32.
133 Ibid., p. 32.
134 Salwa al-Ghali, 1991, p. 44 ; J. R. Blackburn, 1979/2 ; A. Amîra Maddâh, 1982, p. 32-33.
135 Ibid., p. 37.
136 M.-C. Siméone-Senelle, 1997 ; C. F. Beckingham, 1949, p. 172-173.
137 S. Özbaran, 1990, p. 456 ; S. Özbaran, 1994, p. 47-48.
138 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 84-88.
139 R. B. Serjeant, R. Lewcok, 1983 , p. 375-381.
140 Ibid., p. 72 a ; Salwa al-Ghali, 1991, p. 44 ; al-Hasan al-Jarmuzi, s. d., p. 95-6 ; Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 770 ; Amîra Maddâh, 1982, p. 41-52.
141 Ibid., p. 49-53.
142 Ibid., p. 55-56.
143 Ibid., p. 58-60.
144 Ibid., 1982, p. 60-61.
145 Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 777-778.
146 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 89-91.
147 Ibid., p. 88-89 ; Amîra Maddâh, 1982, p. 60-61 ; Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 781.
148 Amîra Maddâh, 1982, p. 62-63.
149 S. Özbaran, 1994, p. 47, 52-53 ; H. Inalcik, D. Quataert, 1994, p. 85 et 335 ; H. Sahillioglu, 1985.
150 Amîra Maddâh, 1982, p. 65-68.
151 F. Wüstenfeld, 1986, p. 125 ; R. B. Serjeant, R. Lewcok, 1983, p. 175a ; Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 787 ; ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 99-100.
152 Ibid., p. 93-98 ; F. Soudan, 2000, p. 121 et 123-124.
153 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 105.
154 R. J. Gavin, 1975, p. 19, note 64.
155 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 99-103 ; Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 790.
156 Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 785-786 ; Amîra Maddâh, 1982, p. 74-77.
157 Ibid., p. 80-85.
158 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 106-108 ; Amîra Maddâh, 1982, p. 96-8.
159 Ibid., p. 99-106.
160 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 116-117.
161 A. Amîra Maddâh, 1982, p. 106-109.
162 W. Foster, 1905 ; E. Macro, 1968, p. 4.
163 Ibid, p. 4.
164 Ibid., p. 5 ; N. Steensgaard, 1974, p. 125 ; A. Farrington, 1991, p. 195-196.
165 Sayyid Sâlim, 1974, p. 365-366.
166 R. B. Serjeant, R. Lewcok, 1983, p. 73 a et b ; Amîra Maddâh, 1982, p. 113-119 ; ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 120-137 ; Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 797-802.
167 C. G. Brouwer, Kaplanian, 1988 ; C. G. Brouwer, 1988/1, p 20-22, et 1991, p. 128-129.
168 Amîra Maddâh, 1982, p. 120-121; Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 802-805.
169 Salwa al-Ghali, 1991, p. 96.
170 Amîra Maddâh, 1982, p. 122-123.
171 Salwa al-Ghali, 1991, p. 46 ; R. B. Serjeant, R. Lewcok, 1983 , p. 73.
172 Amîra Maddâh, 1982, p. 123.
173 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 140-142.
174 C. G. Brouwer, Kaplanian, 1988, p 68-80 et 110-115 ; C. G. Brouwer, 1988/1, p. 24-32.
175 Biographie dans Muhammad al-Muhibbi, s. d., vol. 4, p. 296.
176 Amîra Maddâh, 1982, p. 126-127.
177 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 151.
178 Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 806 ; Amîra Maddâh, 1982, p. 128.
179 P. Tuson, E. Quick, 1992, vol. 3, p. 395-410.
180 C. G. Brouwer, 1988/1, p. 33-34 ; 1991, p. 136 et 1988, p. 197-203.
181 Amîra Maddâh, 1982, p. 128.
182 Ibid., p. 129-130.
183 Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 813.
184 Amîra Maddâh, 1982, p. 132-133 ; ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 152-196 ; Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 813.
185 Hayât al-Bassâm, 1986, p. 25-32.
186 Amîra Maddâh, 1982, p. 135-137 ; Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 814.
187 Sayyid Sâlim, 1974, p. 371.
188 C.G. Brouwer, Kaplanian, 1988, p. 62 note 6.
189 C. G. Brouwer, 1988/1, p. 35-36 ; C. G. Brouwer, Kaplanian, 1988, p. 129-131 ; C. G. Brouwer, 1988/2, p. 204-209, et 1991, p. 137-139 ; H. W. Van Santen, 1982, p. 49.
190 R. J. Gavin, 1975, p. 19, notes 64 et 65.
191 ‘Abd al-Samad al-Mawza‘i, 1986, p. 214.
192 Ibid., p. 218.
193 Ibid., p. 221-222.
194 Ibid., p. 230-231.
195 Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 816-817.
196 Ibid., p. 817 ; Hayât al-Bassâm, 1986, p. 35-37.
197 C. G. Brouwer, 1988/1, p. 40-44 ; 1988/2, p. 209-215 ; 1991, p. 145-148 et 1992, p. 29-31 ; C. G. Brouwer, Kaplanian, 1988, p. 153-164 ; M. A. P. Meilink-Roelofz, 1962, p. 223 et notes 134, 135 et 152.
198 Yahyà al-Husayn, 1986, II, p. 819.
199 Ibid., p. 820-7.
200 C. G. Brouwer, 1988/1, p. 46-48 et 1991, p. 156.
201 Yahyà al-Husayn, 1986, II, p. 820-7 ; Hayât al-Bassâm, 1986, p. 66-76 ; Salwa al-Ghali, 1991, p. 71 ; C. G. Brouwer, Kaplanian, 1988, p. 173-174.
202 Yahyà al-Husayn, 1986, II, p. 828.
203 C. G. Brouwer, 1988/1, p. 50-51.
204 C. G. Brouwer, Kaplanian, 1988, p. 175-178 ; C. G. Brouwer, 1988/2, p. 220-226.
205 C. G. Brouwer, 1988/1, p. 8-51.
206 Sayyid Sâlim, 1974, p. 384-385.
207 C. G. Brouwer, 1988/1, p. 53 ; Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 829.
208 Ibid., p. 832-833.
209 Ibid., p. 833-834.
210 Sayyid Sâlim, 1974, p. 387.
211 Amîra Maddâh, 1982, p. 134 ; Yahyà al-Husayn, 1968, II, p. 838-839.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Tuchscherer, « Chronologie du Yémen (1506-1635) », Chroniques yéménites [En ligne], 8 | 2000, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://cy.revues.org/11

Haut de page

Auteur

Michel Tuchscherer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales de Sanaa
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique
  • Revues.org