Navigation – Plan du site
Etudes

Des épices au café, le Yémen dans le commerce international (xvie-xviie siecle)

Michel Tuchscherer

Entrées d’index

Mots-clés :

commerce, café, épice

Géographique :

YEM

Chronologique :

XVIIe siècle, XVIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1A partir du XIe siècle, la mer Rouge devint une des voies principales pour les échanges commerciaux entre le monde méditerranéen et celui de l’océan Indien par laquelle transitaient des quantités sans cesse croissantes d’épices et de drogues1. Le Yémen, de par sa position particulière à l’entrée sud de cette mer, devint un relais indispensable sur cette route. Les Rasoulides (1223-1454), puis les Tahirides (1454-15), tout comme les Mamelouks d’Egypte à l’autre extrémité de cette voie maritime, surent tirer profit et prestige du contrôle qu’ils exerçaient sur le transit des marchandises dans leurs ports.

2Dès le XIIIe siècle, des négociants italiens tentèrent vainement de se passer des intermédiaires musulmans pour éviter les lourdes taxations que ceux-ci imposaient sur les marchandises2. Les Européens finirent par trouver une alternative, lorsque le portugais Vasco de Gama parvint en mars 1498 à atteindre directement le port indien de Calicut après avoir contourné le Cap de Bonne Espérance. Cette découverte, réalisée peu après celle de l’Amérique par Christophe Colomb, marque le début de ce que nous appelons communément les temps modernes. Ce fut un moment de bouleversements profonds qui affectèrent pratiquement l’ensemble de la planète. L’espace mer Rouge-océan Indien, au cœur duquel se situe le Yémen, n’échappa pas à ces changements fondamentaux.

Vers un nouvel équilibre des forces dans l’océan Indien

La constitution de l’empire maritime portugais

3En pénétrant dans l’océan Indien, les Portugais ne visaient nullement à établir leur domination politique sur la région. Leur objectif se limitait pour l’essentiel au détournement sur Lisbonne du flux des marchandises que les Européens devaient jusqu’alors se procurer dans les ports de la Méditerranée orientale tenus par des puissances musulmanes. Ils s’efforcèrent donc de prendre le contrôle des ports où confluaient les réseaux des négociants qui acheminaient épices, drogues, textiles ou porcelaine vers la Méditerranée. En quelques années, les Portugais réussirent à s’emparer de la plupart de ces points névralgiques. Sofala et Malinda sur la côte de l’Afrique orientale passèrent sous leur domination dès 1505. Goa, située à mi-chemin entre l’Inde du Nord et celle du Sud, fut conquise en 1510. Malacca, au carrefour de toutes les routes de l’Extrême-Orient, entra dans le domaine portugais en 1511, suivie par Ormuz à l’entrée du Golfe persique en 1515, puis Bahrayn en 1521, enfin Mascate. Mais le contrôle des Portugais sur les grandes routes commerciales maritimes de l’océan Indien ne fut jamais absolu. En 1513, ils échouèrent dans leur tentative de s’emparer d’Aden, ce qui rendait illusoire toute possibilité de bloquer efficacement la mer Rouge. En outre, les Portugais ne disposaient que de quelques milliers d’hommes et d’une flotte ne dépassant pas quelques dizaines de bâtiments, moyens bien dérisoires pour contrôler un immense domaine maritime s’étendant des confins de la Chine et du Japon, à l’Arabie et jusqu’au Mozambique3. De même ignoraient-ils la complexité des réseaux commerciaux et n’étaient-ils pas en mesure de substituer les leurs à ceux déjà existants. C’est pourquoi les négociants autochtones réussirent rapidement à reconstituer leurs réseaux ou à mettre en place des routes alternatives, de sorte qu‘une partie au moins des épices et des drogues ne tarda pas à reprendre les routes traditionnelles vers la Méditerranée.

Le développement de trois puissants empires musulmans continentaux

4Au moment même où les Portugais étendaient leur hégémonie sur les espaces maritimes, Ottomans, Safavides et Moghols affirmaient de façon à peu près concomitante leur autorité sur les vastes espaces s’étendant des frontières du Maroc au Bengale en constituant trois puissants empires musulmans.

5Né en 1299 aux portes de Constantinople, l’émirat ottoman s’était d’abord développé à travers les Balkans et le plateau anatolien. Mais en 1514 le sultan Sélim I, à la tête de ses armées, fit mouvement vers l’Anatolie orientale puis vers les frontières de l’empire mamelouk. Ce dernier s’effondra rapidement. Alep et Damas tombèrent au cours de l’été 1516. Au début de l’année suivante, les troupes ottomanes s’emparèrent du Caire, puis de l’ensemble de l’Egypte. Avec la soumission du chérif de La Mecque en juin 1517, les Ottomans prenaient pied dans l’espace mer Rouge-océan Indien. La confrontation avec les Portugais semblait dès lors inévitable. Mais Soliman le Magnifique, arrivé au pouvoir en 1520, préféra d’abord porter ses efforts en direction de Vienne, des plaines hongroises et de l’espace méditerranéen pour contrer l’expansionnisme de Charles Quint. Ce n’est qu’une décennie plus tard qu’il tourna son attention vers l’océan Indien afin de lutter contre les Portugais. L’offensive fut d’abord lancée à partir de la mer Rouge. Après de longs préparatifs et une tentative avortée de percer un canal à travers l’isthme de Suez4, le sultan nomma son gouverneur du Caire, Soliman pacha, à la tête d’une flotte considérable. Celui-ci quitta Suez en 1538 en direction de l’Inde5. Mais l’amiral ottoman subit une sévère défaite face à l’armada portugaise devant le port indien de Diu. Cependant, l’arrivée des Ottomans dans le bassin occidental de l’océan Indien porta quelques coups à la suprématie portugaise dans la région. Soliman pacha avait mis à profit son passage à Aden en 1538 pour soumettre le port et achever la dynastie moribonde des Tahirides. Puis en quelques années, les Ottomans conquirent la majeure partie du Yémen. En 1545 ils s’emparèrent de Taez, deux années plus tard de Sanaa, tandis que le sultan kathiri du Hadramawt se plaça sous leur protection6. La conquête des côtes éthiopiennes à partir de 1555 paracheva l’hégémonie ottomane sur la mer Rouge d’où les Portugais étaient dorénavant exclus.

6Les Ottomans menèrent aussi leur offensive dans le Golfe. Bassorah passa sous leur autorité en 1546. En 1550, ils se fixèrent dans le port de Qatif, face à Bahrayn alors dominée par les Portugais. Mais leurs offensives ultérieures se soldèrent par des échecs. La flotte de Piri reis, partie de Suez en 1552, fut dispersée par les Portugais à l’entrée du Golfe. Celle de Sidi Ali, qui quitta Bassorah en 1554, fut écrasée devant Mascate. Ces défaites marquèrent la fin des grandes expéditions navales ottomanes dans l’océan Indien. Les galères du sultan d’Istanbul n’étaient parvenues ni à faire sauter le verrou portugais d’Ormuz, ni à prendre pied en Inde, ni même à dominer entièrement le Golfe.

7Durant la même période, c’est à dire la première moitié du XVIe siècle, les Safavides constituèrent un puissant empire, centré sur les plateaux iraniens et fondé sur le chiisme duodécimain érigé en doctrine d’Etat. Plus à l’est Babur, venu de l’Afghanistan et d’origine turco-mongole, s’empara de Delhi en 1526. Mais il fallut attendre l’arrivée au pouvoir de son petit fils Akbar en 1556 pour que l’autorité moghole s’affirmât durablement sur la moitié Nord de l’Inde, depuis Kaboul jusqu’au Bengale7.

8Au-delà de 1560 et jusqu’au début du XVIIe siècle, un nouvel équilibre s’instaura dans le bassin occidental de l’océan Indien entre, d’une part les Portugais dont la puissance reposait sur la vice-royauté de Goa dotée d’une importante flotte de guerre, d’autre part les trois grands empires musulmans qui, mis à part les Ottomans, restaient des puissances exclusivement continentales ne disposant d’aucune force maritime mais contrôlant toutes les routes intérieures.

Le Yémen à nouveau un relais essentiel sur la routes des épices (1571-1609)

9Entre 1560 et 1570 des changements importants survinrent aussi bien en Europe, qu’en Arabie et autour de l’océan Indien. La conséquence en fut une vigoureuse reprise du trafic des drogues et des épices en direction de ports de la Méditerranée, et ceci essentiellement à travers la mer Rouge.

Consolidation du pouvoir ottoman au Yémen

10L’autorité ottomane sur l’Arabie du sud à la fin de la première moitié du XVIe siècle restait précaire. Elle se heurtait notamment à la résistance des imams zaydites de la famille des Sharaf ad-Dîn. A partir de 1566, l’imam Mutahhar parvint à rallier autour de lui une grande partie des tribus yéménites dans une révolte qui faillit mettre un terme à la présence ottomane. Sinân pacha ne parvint à reconquérir le Yémen qu’au prix de rudes efforts et plusieurs années de combats. Lorsqu’il quitta le pays en 1571, l’ordre était à peu près rétabli sur l’ensemble de la province. La mort de l’imam Mutahhar l’année suivante acheva de consolider l’autorité ottomane sur le pays. Puis pendant une trentaine d’années, les gouverneurs ottomans purent exercer leur pouvoir avec fermeté et de façon à peu près incontestée sur l’ensemble du territoire, depuis Djizan jusqu’au Hadramawt.

Entente entre l’empereur moghol Akbar et les Portugais

11Pendant ce temps en Inde l’empereur Akbar (1556-1605), petit-fils de Babur, étendait considérablement son domaine. Il commença par annexer plusieurs des petits sultanats de l’Inde centrale. Puis en 1573, il profita de dissensions entre factions rivales au Gujarat pour s’emparer de ce prestigieux sultanat. Situé au Nord-ouest de l’Inde, cet Etat abritait de prospères communautés de négociants, pour la plupart des musulmans, qui s’appuyaient sur des intermédiaires souvent jaïns ou hindouistes servant de courtiers ou de banquiers et désignés par le terme général de "banians". Leurs réseaux s’étendaient à travers tout l’océan Indien, depuis l’Insulinde jusqu’à l’Afrique orientale. Le Gujarat était devenu la première puissance commerciale de la région et le principal rival des Portugais. Akbar, après la prise de ce sultanat, était bien conscient qu’il ne disposait pas des moyens lui permettant de rivaliser avec les Portugais sur mer, aussi préféra-t-il s’entendre avec eux. En échange de l’assurance d’un flux régulier de pèlerins en direction de La Mecque, l’empereur moghol reconnaissait aux Portugais leur place éminente dans le commerce maritime.

12Cet accord peut paraître surprenant, mais il était aussi le reflet des changements intervenus au sein même de la communauté portugaise depuis son arrivée dans la région à la fin du XVe siècle. Les Portugais, ayant échoué dans leur volonté initiale de placer l’espace maritime entièrement sous leur contrôle et épuisés par les guerres menées contre les Ottomans et les corsaires, choisirent de s’intégrer dans les réseaux commerciaux existants. Cela d’autant plus facilement, qu’entre temps leur communauté s’était fortement métissée de sorte que souvent leurs intérêts locaux passaient avant ceux de Lisbonne. Le rattachement du Portugal à la couronne d’Espagne en 1580 renforça encore cette volonté d’autonomie par rapport à la lointaine métropole.

Arrivée de l’argent d’Amérique en Inde en passant par le Levant et la mer Rouge

13La mise en exploitation des fabuleuses mines d’argent du Pérou à partir de 1545 déversa sur l’Espagne d’énormes quantités de métaux précieux. Frappées à Séville, les piastres quittaient cependant le pays en direction de l’Europe du Nord, vers Anvers surtout, mais aussi vers l’Allemagne et l’Angleterre. La révolte des Pays-Bas contre les Espagnols à partir de 1566 et l’intensification des activités des corsaires britanniques à proximité des côtes ibériques eurent pour conséquence de ralentir considérablement ce flux et de le détourner partiellement sur l’Italie8. De là, une partie des monnaies espagnoles gagnait le Levant et permettait de solder les achats de produits orientaux par les marchands italiens. Le métal argent se faisant plus en plus rare à mesure qu’on s’éloignait de la Méditerranée, les pièces espagnoles se valorisaient immanquablement par rapport à l’or au fur et à mesure de leur écoulement vers l’est. Elles étaient irrésistiblement attirées par l’Inde où l’empereur Akbar venait de prendre des mesures aux conséquences importantes. Soucieux de renforcer son autorité, il avait supprimé la redistribution, sous forme de prébendes, de terres à ses nobles. En outre, il imposait dorénavant la collecte directe des impôts et leur versement en espèces, principalement sous forme de roupies d’argent. L’économie monétaire connut un rapide développement, entraînant un besoin permanent en métaux précieux.

Mokha, grand entrepôt des épices, des drogues et des textiles

14La consolidation du pouvoir ottoman au Yémen, l’intégration des Portugais dans les circuits commerciaux de l’océan Indien, le renforcement de l’autorité moghole sur le Nord de l’Inde, le retour de l’argent en Méditerranée orientale et le développement de l’économie monétaire en Inde et en Extrême-Orient furent les principaux éléments qui permirent à la mer Rouge de retrouver sa prospérité d’antan au cours des trois dernières décennies du XVIe siècle.

15Si les Portugais n’avaient jamais pu empêcher totalement l’arrivée d’épices dans les ports de la mer Rouge, le filet était devenu cependant bien maigre durant la première moitié du XVIe siècle. Dès 1554 la reprise s’amorçait. Quelques années plus tard, 30 à 40 000 quintaux d’épices parvenaient à nouveau annuellement dans les ports méditerranéens de l’Egypte9 à partir de la mer Rouge, sans compter ceux qui étaient acheminés vers les ports syriens par caravane à partir du Golfe. On retrouvait là les niveaux atteints un siècle plus tôt, avant la crise financière de la fin du XVe siècle en Méditerranée et antérieurement à la découverte par les Portugais de la route des Indes qui avaient si gravement affecté le commerce de transit. Au Yémen, le retour des épices bénéficiait presque exclusivement au port de Mokha. Mouillage ancien mais de peu d’importance dans le passé, les Ottomans décidèrent d’en faire leur principale base navale au Yémen. Situé non loin de Bab al-Mandab et de l’océan Indien, ce port avait l’avantage d’être beaucoup moins exposé à d’éventuelles incursions portugaises que celui d’Aden. Avec la consolidation du pouvoir ottoman au Yémen à partir de 1571, ce mouillage devint un relais essentiel sur la route entre Méditerranée et Extrême-Orient. Les navires du Malabar, de Sumatra ou de Ceylan y déchargeaient poivre, muscade, cannelle, girofle, gingembre ou macis d’Inde ou d’Insulinde, soie et porcelaine de Chine, riz et sucre du Malabar. Outre ces produits, les navires du Gujarat amenaient encore de pleines cargaisons de cotonnades indiennes. Au retour ils chargeaient la garance, l’opium et l’encens du Yémen, l’ivoire et la civette d’Ethiopie, le corail et les lainages du Maghreb, les draps italiens et les tapis d’Anatolie. Mais ces marchandises au retour étaient loin de compenser celles amenées à Mokha à partir de l’Inde et de l’Extrême-Orient. Le déficit ne pouvait être compensé que par le numéraire, de l’argent espagnol surtout, apporté depuis la Méditerranée par les négociants cairotes ou syriens venus à Mokha se fournir en drogues, épices et textiles.

16Les gouverneurs ottomans du Yémen comptaient évidemment tirer profit de cette prospère activité commerciale. Aussi encouragèrent-ils les négociants indiens et sumatrais à décharger leurs navires à Mokha plutôt que de remonter la mer Rouge jusqu’à Djedda. Dès 1575, le chérif de La Mecque se plaignit en vain auprès du sultan d’Istanbul de la baisse de ses revenus douaniers dans le port de Djedda, du fait que le commerce du poivre se faisait dorénavant directement entre Mokha et l’Egypte10. La situation ne cessa de s’aggraver et autour de 1590 les revenus à Djedda avaient encore baissé de moitié par rapport à ceux de la décennie précédente.

Et le café dans cette conjoncture ?

17L’histoire des débuts du café reste à écrire et pour l’instant on ne peut qu’émettre un certain nombre d’hypothèses. Dès le milieu du XVe siècle la consommation de graines et de cosses de café semble s’être diffusée de façon limitée dans certains milieux, en particulier les soufis, non seulement au Yémen mais aussi dans le Hédjaz voisin11. Mais ce ne fut probablement qu’au milieu du siècle suivant que la culture du caféier fut introduite au Yémen12. Auparavant, le café ne parait avoir été récolté que dans les parties méridionales de l’Ethiopie, principalement par cueillette dans les forêts environnantes où il pousse à l’état naturel. Cette production a pu rapidement donner naissance à un petit courant d’exportation par le port de Zayla’ en direction de l’Arabie voisine. Au cours du XVIe siècle, l’usage du café13.se répandit peu à peu mais de façon certainement limitée dans les différentes villes et provinces de l’Empire ottoman14. Ce n’est probablement qu’à l’extrême fin de ce siècle ou dans les premières années du siècle suivant que l’Orient musulman, y compris l’Iran15 et l’Inde moghole, fut pris par un véritable engouement pour le café. Aussi la culture et le commerce du café ont-ils dû rester d’importance limitée au Yémen durant la seconde moitié du XVIe siècle, le véritable développement ne se situant probablement qu’au tournant du siècle. La prospérité de Mokha, au-delà de 1571, reposait sans doute avant tout sur le renouveau du commerce des épices et des drogues, ainsi que sur le développement du marché des cotonnades indiennes autour de la mer Rouge. Quant au Yémen, il continuait à produire et à exporter d’importantes quantités d’opium et de garance vers l’Iran et surtout vers l’Inde.

Le siècle du café au Yémen (1609-1721)

18Au cours de la première décennie du XVIIe siècle, l’espace mer Rouge-océan Indien connut à nouveau de profonds changements. Au Yémen, les Ottomans durent faire face à partir de 1597 à une nouvelle révolte lancée cette fois par l’imam zaydite al-Mansûr al-Qâsim. Par ailleurs l’arrivée des compagnies commerciales, hollandaise à Java et anglaise en Inde, contribua à l’affaiblissement de la position des Portugais dans la région et porta un coup décisif au transit des épices et des drogues par la mer Rouge. Mais le café était là pour prendre la relève.

Unification du Yémen sous les Qâsimites et expulsion des Ottomans

19La lutte entre l’imam al-Qâsim (1597-1620), puis son fils al-Mu’ayyad Muhammad (1620-44) et les Ottomans fut longue et marquée par de rudes affrontements entrecoupés de périodes de trêve. Lorsque les combats reprirent une nouvelle fois en 1626, la position des Ottomans devint rapidement critique. Sanaa tomba entre les mains des partisans de l’imam dès 1628, Taez était assiégée puis conquise à son tour. Les Ottomans décidèrent alors de se replier sur Zabid avant de se retirer complètement du pays à la fin de l’année 1635. Prenant appui sur les tribus zaydites des hauts plateaux et parés du prestige d’avoir réussi à expulser les Ottomans, les imams qâsimites poursuivirent leur expansion, tantôt en ralliant des émirs locaux à leur bannière, tantôt en menant des opérations militaires contre les récalcitrants. L’imam al-Mutawakkil Ismâ’îl (1644-1676) étendit sa domination depuis Djizan et Najran jusqu’au Hadramawt et même temporairement jusqu’au lointain Dofar, réalisant ainsi pour la première fois l’unité du Yémen.

L’arrivée des Hollandais et des Anglais dans l’océan Indien et au Yémen

20Au cours du XVIe siècle, de puissants groupes de marchands s’étaient constitués dans l’Europe du Nord, en particulier en Angleterre et dans les Pays-Bas. Ils avaient l’ambition d’étendre leurs activités bien au-delà de l’Europe, vers les terres nouvellement découvertes d’Asie et d’Amérique. Contrairement à ce qui s’était passé un siècle plus tôt lorsque les Etats et les souverains espagnol et portugais avaient armé des flottes à la recherche de la route des Indes, c’étaient cette fois des associations de négociants qui prenaient l’initiative de développer leurs activités commerciales en direction aussi bien de l’Inde et de l’Extrême-Orient que de l’Amérique.

21En 1602 naissait à Amsterdam la "Vereenigde Ooste Indische Compagnie", la fameuse VOC dont les navires allaient dorénavant accoster régulièrement à Java et dans les Moluques, au cœur même des principales zones productrices d’épices. De là, ils regagnaient directement les ports de l’Europe du Nord. En quelques années, les Hollandais réussirent là où les Portugais avaient finalement échoué. Ils parvinrent à capter durablement à leur profit le flux des marchandises d’Extrême-Orient destinées à l’Europe, et à faire d’Amsterdam le grand centre de redistribution des épices et des drogues sur le vieux continent. Dès lors, le trafic par les anciennes routes du Golfe et de la mer Rouge n’était plus guère destiné qu’à la consommation intérieure des Empires safavide et ottoman. Mais même là, les Hollandais ne tardèrent pas à se poser en sérieux concurrents, et à partir des années 1630, ils proposaient des épices d’Amsterdam dans les ports de l’Orient méditerranéen.

22Les Anglais avaient constitué la "East India Company" dès 1600 et lancé leurs vaisseaux en direction de l’Extrême-Orient. Mais ils se heurtèrent immédiatement à l’opposition des Hollandais qui ne tardèrent pas à les évincer de l’Insulinde et à s’approprier le monopole sur le commerce des épices vers l’Europe. Leurs rivaux se virent donc contraints de réorienter leurs activités en direction de l’Inde et de se lancer dans le commerce des textiles. Dès 1614, les premiers chargements de mousselines, de cotonnades et de toiles peintes parvinrent à Londres qui devint rapidement le grand centre de redistribution des textiles indiens en Europe16.

23Mais pas plus que leurs prédécesseurs portugais, les nouveaux venus européens dans l’océan Indien n’occupaient de position dominante dans la région. Ils cherchaient d’abord à s’intégrer dans les réseaux commerciaux existants. Pendant plusieurs décennies, ils n’y jouèrent probablement qu’un rôle modeste17. En Inde en particulier, ils devinrent les partenaires appréciés des négociants et des souverains de la région. Les Anglais, solidement implantés au Gujarat, parvinrent à gagner les faveurs des empereurs moghols et, en 1615, à se substituer aux Portugais dans l’escorte des navires de pèlerins qui quittaient chaque année le port de Surat pour Djedda. Les Portugais perdirent rapidement quelques-unes de leurs principales places fortes, au profit de leur rivaux hollandais à Malacca (1641) et à Colombo (1656) certes, mais aussi au profit de nouvelles puissances régionales, comme Chah Abbas d’Iran qui les chassa de Bahrayn (1602) puis d’Ormuz (1622) et surtout les Omanais qui, à partir de la reconquête de Mascate (1650), devinrent une puissance maritime majeure dans la région.

24Avec le développement de l’esprit mercantiliste en Europe, Anglais et Hollandais étaient soucieux de limiter les sorties de numéraire nécessaire pour solder leurs achats de textiles et d’épices sur les marchés asiatiques. Les produits européens ne trouvaient alors guère preneurs sur les marchés asiatiques, de sorte que les achats d’épices et de toiles devaient s’effectuer en espèces. C’est pourquoi Anglais et Hollandais s’efforcèrent de se procurer les monnaies nécessaires en se livrant à des opérations commerciales au sein même des réseaux asiatiques. Ils ne tardèrent pas à remarquer l’intérêt de la place de Mokha. Ils savaient que chaque année les négociants indiens, en particulier les Gujaratis, en repartaient avec des caisses remplies de piastres qui étaient fondues à leur arrivée pour servir à la frappe des roupies. Dès 1609, les premiers navires anglais accostèrent au Yémen, suivis en 1614 par les Hollandais. Ils comptaient y vendre des cotonnades indiennes, des épices, des drogues et de la porcelaine avec l’espoir de confortables profits réalisés en espèces. Mais ils durent peu à peu déchanter. Les négociants indiens ou arabes ne voyaient pas d’un bon oeil l’arrivée de concurrents. Les pachas de Sanaa, lorsqu’ils gouvernaient encore le Yémen, se montrèrent très réticents pour accorder aux Européens le droit de commercer à Mokha sous prétexte de la proximité des lieux saints de l’islam. L’obtention de firmans auprès du sultan d’Istanbul permit cependant aux Anglais en 1618, puis aux Hollandais en 1621 d’ouvrir des comptoirs à Mokha. Après le retrait des Ottomans en 1635, les imams qâsimites s’empressèrent de confirmer les droits accordés aux Européens dont les activités restèrent cependant limitées18.

L’essor du café yéménite

25Au-delà de 1600-1610, la consommation du café se répandit très rapidement dans l’ensemble de l’Orient musulman, créant ainsi un immense marché19. L’Ethiopie continuait sans doute de fournir un peu de café, mais c’est la production yéménite qui permettait de répondre à cette demande sans cesse croissante. La culture du caféier, introduite dans le pays vraisemblablement au milieu du siècle précédent, se développa rapidement dans tous les massifs montagneux où les conditions climatiques étaient quelque peu favorables, depuis Yâfi‘ au sud jusqu’au Djebel Fayfa au Nord, et peut-être même au-delà. Au début du XVIIIe siècle, lorsque l’économie du café était à son apogée, le pays produisait au minimum 200 000 quintaux par an, soit quatre fois au moins la production actuelle sur une superficie donc proportionnellement beaucoup plus étendue que celle d’aujourd’hui. Dans les régions propices, de nouvelles terres, jusqu’alors peu ou pas cultivées, étaient aménagées et plantées de caféiers, cela jusque sur les pentes les plus abruptes où l’on peut noter encore aujourd’hui les traces de terrasses depuis longtemps abandonnées. En 1075/1664-65, alors que la production de café était en pleine expansion, on avait peut-être déjà atteint une limite d’extension dans les zones favorables puisqu’on tenta d’introduire le caféier dans le Djawf. Mais compte tenu de la chaleur et de la sécheresse de cette région orientale située à la limite du désert, l’expérience se solda par un échec20.

26Le développement de la culture du caféier entraîna sans aucun doute des changements importants dans la répartition de la population au Yémen. Celle-ci ne dépassait guère un million, un million et demi d’habitants au XVIIe siècle. L’aménagement de milliers de terrasses dans des conditions très difficiles, de même que les soins permanents nécessaires aux plantations créaient des besoins importants en main d’œuvre et une concentration de celle-ci dans les massifs montagneux occidentaux et méridionaux. L’attrait d’une culture lucrative entraîna sans doute le déplacement d’une population importante à partir de la Tihama et des hauts plateaux. Aujourd’hui encore, beaucoup d’habitants de ces régions gardent le souvenir de ces migrations et continuent de se définir comme des migrants "naqâ’il"21, bien qu’établis là depuis de nombreuses générations.

27Les exportations de café sans cesse croissantes à partir des ports de la Tihama, de Mokha bien sûr mais aussi de Hudayda et de Luhiyya, drainaient vers le Yémen des sommes considérables. Elles provenaient surtout du Caire dont les négociants étaient les premiers clients du café yéménite. Mais depuis le retrait ottoman, les liaisons directes entre l’Egypte et les ports yéménites avaient pratiquement cessé, de sorte que Djedda était devenu le relais indispensable, à la plus grande satisfaction des chérifs de La Mecque qui en tiraient des revenus considérables. Si une partie de l’argent venu du Caire, de Syrie ou d’Istanbul servait à solder les achats de cotonnades indiennes, de châles du Cachemire, de porcelaine de Chine et d’épices de Sumatra et des Moluques, marchandises que les négociants du Gujarat continuaient à porter chaque année à Mokha, l’argent européen pénétrait aussi à l’intérieur du pays. Preuve en sont les thalers de l’impératrice d’Autriche Marie-Thérèse qui, au-delà de 1750 avaient remplacé toutes les autres monnaies européennes et s’étaient arrogés une position dominante en Arabie du Sud qu’ils n’ont perdue qu’au milieu de ce siècle! Encore aujourd’hui, nombreux sont les planteurs de café qui gardent quelques-uns de ces riyals appelés "farânsî". C’est avec les monnaies européennes que les courtiers des grands marchands de Bayt al-Faqih, le principal centre de commercialisation du café au Yémen, venaient acheter la précieuse graine directement auprès des producteurs. Les grands domaines semblent avoir été rares ou inexistants, le plus souvent les propriétaires ne possédaient que quelques dizaines voire quelques centaines d’arbustes22. Grandes quantités de numéraire, large diffusion des pièces à travers le pays, les conditions étaient remplies pour que l’économie yéménite connût une monétarisation tout à fait remarquable pour l’époque. Les quelques indications fournies par les chroniqueurs laissent entendre que les impôts étaient perçus en espèces dans les régions productrices de café23. Cet argent servait ensuite aux imams pour gagner les appuis nécessaires auprès des tribus zaydites ou des notables à leur politique d’expansion de leur autorité à travers le pays. L’unification du Yémen par les Qâsimites au XVIIe siècle n’aurait peut-être pas pu se réaliser sans l’argent du café.

28Cette circulation monétaire favorisa aussi le développement à travers le pays d’un important réseau de commerce et de crédit tenu par des Indiens, les "Banians"24. Principalement originaires du Gujarat, hindouistes ou jaïns pour la plupart, ils étaient établis dans les villes et les bourgades les plus reculées du Yémen où ils tenaient le commerce des textiles et travaillaient les bijoux en argent. Ils servaient bien souvent de courtiers ou d’intermédiaires aux grands négociants musulmans du Gujarat, en particulier ceux de Surat devenue la première puissance commerciale du bassin occidental de l’océan Indien à cette époque25. Les négociants anglais et hollandais parvenaient difficilement à rivaliser avec ces concurrents indiens ou même avec les Omanais, notamment parce qu’ils ne disposaient pas de ce réseau à travers le Yémen. A leur exemple cependant, ils se lancèrent dans le commerce du café entre Mokha et les ports du Golfe et l’Inde. Dès 1628, les Hollandais achetèrent donc les premières balles de café, non pas pour l’Europe qui ignorait encore le nouveau breuvage, mais pour Bandar Abbas où la demande sur le marché iranien était devenue forte26. Les Anglais ne tardèrent pas à suivre leur exemple. Mais les Européens durent déchanter rapidement. Pas davantage que sur les marchandises asiatiques, ils ne réalisèrent là les profits escomptés. Ils durent se rendre à l’évidence qu’ils n’étaient pas en mesure de tenir tête à la concurrence indienne à Mokha. Dès 1656, les Hollandais décidèrent de suspendre leurs activités à Mokha, suivis en 1660 par les Anglais. Au même moment, pirates européens et corsaires omanais multipliaient leurs attaques près du Golfe d’Aden, rendant les voyages vers la mer Rouge extrêmement risqués27.

Un nouveau marché pour le café yéménite, l’Europe

29Ce retrait européen de Mokha survint au moment même où l’Europe découvrait à son tour la nouvelle boisson. Les premiers cafés ouvrirent dans quelques grandes villes : à Venise probablement dès 1647, à Oxford en 1650, à Londres en 1652, à Hambourg 1667, à Paris en 1671, à Vienne en 168528. En 1650, les premiers sacs de café étaient déchargés dans le port de Londres. Onze années plus tard, les Hollandais en firent de même à Amsterdam. A Marseille, dès 1660 on importait 19 000 quintaux de café29. Mais celui-ci n’était pas acheté directement au Yémen par les Européens. Ils préféraient alors se fournir auprès d’intermédiaires. Les Marseillais s’approvisionnaient auprès des négociants du Caire et embarquaient le café à Alexandrie30. Anglais et Hollandais, après leurs déceptions au Yémen, trouvaient plus avantageux de l’acheter dans les ports du Golfe ou à Surat.

30Ce n’est que dans les dernières années du XVIIe siècle que les Européens reprirent les achats directs de café à Mokha. Compte tenu de la progression très rapide du marché européen et de la hausse des prix, il était devenu intéressant de venir se fournir directement à Mokha. Hollandais et Anglais, rejoints à partir de 1709 par les Français de St-Malo31 puis par les Autrichiens à partir d’Ostende en 171932 enlevèrent chaque année davantage de café, provoquant l’inquiétude des autorités du Caire et d’Istanbul. Durant les vingt premières années du XVIIIe siècle, le café du Yémen connut son apogée. Sur les 200 000 quintaux au minimum que produisait alors le Yémen, la moitié environ prenait la route du Caire33, principalement à partir de Hudayda et de Luhiyya, puis transitait par Djedda. Si une petite partie était consommée sur place, bien qu’on préférât le qishr ou décoction préparée à partir des cosses34, le restant était acheté par les Européens pour leurs marchés de la façade atlantique (St-Malo, Londres, Amsterdam, Hambourg) ou par les négociants musulmans pour les ports du Golfe ou de l’Inde.

31En 1721, une époque était révolue. Cette année-là, les Hollandais déchargeaient à Amsterdam les premières quantités significatives de café colonial, produit sur les plantations aménagées depuis le début du siècle dans l’île de Java. En 1726, le café javanais représentait déjà 90% des quantités commercialisées à Amsterdam et destinées aux marchés de l’Europe du Nord. Dix ans plus tard, les Hollandais avaient pratiquement cessé de se fournir à Mokha. Les Français s’étaient aussi mis à produire du café dans leurs possessions, à l’île Bourbon à partir de 1717, puis dans les Antilles à partir de 1725. En 1730, le premier café antillais arrivait à Marseille35. De là, il ne tarda pas à concurrencer le café yéménite sur les marchés de la Méditerranée orientale, à Istanbul, Alep ou Erzurum, à l’image des épices d’Amsterdam un siècle plus tôt. Si le café dit de "Moka" restait fort prisé dans les milieux aisés en raison de sa qualité, jugée supérieure au "café des îles", la concurrence du café colonial provoqua une baisse des prix du café yéménite à partir de 1726. Le Yémen réussit probablement à maintenir pendant quelques temps sa production à un niveau élevé, mais il ne participait plus à l’expansion du marché devenu mondial qui se poursuivait à un rythme accéléré. Le déclin de l’économie du café au Yémen s’amorça probablement au-delà des années 1760, entraînant avec lui celui des imams Qâsimites et se traduisant par la multiplication des troubles politiques et des difficultés économiques.

Conclusion

32L’arrivée des Portugais dans l’océan Indien à l’aube du XVIe siècle n’a pas eu les conséquences dramatiques auxquelles on avait longtemps cru36.en ce qui concerne le commerce de transit des épices et des drogues. Une vigoureuse reprise s’amorça dès 1554 dont le Yémen ne tard pas à profiter pleinement. Grâce aux Ottomans, Mokha devint un relais essentiel sur la route des épices venant de l’Orient et des monnaies circulant à partir de la Méditerranée. Le port se développa en une place commerciale prospère étroitement liée aux réseaux des négociants indiens, en particulier ceux du Gujarat. Lorsque les Hollandais, au début du XVIIe siècle, réussirent à capter le flux des épices et des drogues pour l’Europe, Mokha et les autres ports yéménites n’en subirent guère le contrecoup. Les monnaies européennes continuaient d’y affluer, non plus tant pour les achats d’épices, mais pour la fourniture de cotonnades indiennes et surtout de café yéménite, pour lequel un marché immense était en train de s’ouvrir dans les Empires ottoman, safavide et moghol. La culture du caféier se développa rapidement, entraînant d’importants bouleversements au Yémen. Anglais et Hollandais, attirés dans la première moitié du XVIIe siècle par la prospérité de Mokha, déchantèrent peu à peu parce qu’ils n’étaient pas en mesure de concurrencer efficacement les réseaux commerciaux tenus par les marchands indiens, tant à l’intérieur du Yémen que dans l’océan Indien. Ils décidèrent même pour un temps d’abandonner les comptoirs qu’ils avaient ouverts à Mokha. Ils n’y revinrent qu’à l’extrême fin du XVIIe siècle, au moment où la consommation du café se développait rapidement en Europe. Rejoints par les Français de St-Malo, puis par d’autres, les Européens n’achetaient cependant directement à Mokha qu’une part relativement modeste de la production yéménite. La moitié de celle-ci transitait par Djedda et Le Caire d’où elle était redistribuée autour de la Méditerranée. Le développement de la culture du caféier dans les colonies hollandaises et françaises durant les deux premières décennies du XVIIIe siècle enleva rapidement au Yémen le monopole de la production. Ce fut l’amorce d’un déclin, d’abord très lent, mais qui s’accéléra rapidement à la fin du XVIIIe siècle. Il vient peut-être à peine de s’achever puisque depuis le début des années 80 on note une nette reprise de la culture du caféier dans diverses régions du Yémen avec le réaménagement de terrasses, restées longtemps à l’état d’abandon.

Haut de page

Notes

1 Par drogues il faut entendre un ensemble de produits masticatoires, de condiments, de parfums, d’onguents et de teintures.
2 Bautier, "Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d'Orient", dans : Commerce dans l'océan Indien, Paris, SEVPEN, (1966), p. 279.
3 Sur l’installation des Portugais dans l’océan Indien et l’économie portugaise au XVIe siècle, l’ouvrage de référence reste celui de Magalhaes-Godinho (Vitorino), L’économie de l’Empire portugais aux XVe et XVIe siècles, Paris, SEVPEN, (1969).
4 V. Magalhaes-Godinho, L’économie de l’Empire portugais, p. 762.
5 Özbaran, "Osmanlî imparatorlughu ve Hindistan yolu ", Tarih Dergisi, XXXI, (1977), p. 99.
6 R.B. Serjeant, The Portuguese off the South Arabian Coast, Oxford, Clarendon, (1963).
7 Claude Markovits, Histoire de l’Inde moderne 1480-1950. Paris, Fayard, (1994).
8 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, t 2, (1985), p. 436-458.
9 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, t 2, (1985), p. 436-458.
10 Suraiya Faroqhi, Pilgrims & Sultans. The Hajj under the Ottomans, London, New York, Tauris, (1994), p 162-163.
11 Van Arendonk, art. "Kahwa", Encyclopédie de l’Islam, vol. IV, (1978), p. 469-473.
12 Yahyâ b. al-Husayn b. al-Qâsim, Ghâyat al-amânî fî akhbâr al-qutr al-yamânî, éd. Sa’îd ‘Ashûr, Le Caire, (1968), p. 688-689 donne l’année 950/1543 comme date d’introduction du café, mais y rajoute aussi le qât, ce qui parait peu plausible. Selon un historien turc de la fin du XIXe siècle, Ahmed Rashid, Tarih Yemen ve San’a, vol. 1, p. 83, le café aurait été introduit par Özdemir pacha, le conquérant de Sanaa, ce qui situe l’arrivée du caféier aux alentours de 1547-48.
13 Sur l’introduction du café dans le monde musulman, puis son commerce aux XVIIe et XVIIIe siècle, cf. Raymond (André), "Le café du Yémen et l’Egypte (XVIIe-XVIIIe siècles)", Chroniques yéménites, (1995), p. 16-25.
14 Selon des recherches menées récemment par des historiens égyptiens et moi-même dans les registres des tribunaux du Caire du XVIe siècle, le café n’est que rarement mentionné dans les documents de cette période, et encore n’apparaît-il pas avant les années 1560. Ces mêmes documents confirment en revanche l’importance du commerce des épices et des drogues à partir de la mer Rouge au-delà de cette même date.
15 Rudi Matthee, "Coffee in Safavid Iran: commerce and consumption", JESHO XXXVIII/1, (1994), p. 1-32.
16 Markovitz (dir), Histoire de l’Inde, p. 169.
17 Les historiens longtemps eurent tendance à surestimer le rôle des Européens durant cette période en raison des sources dont ils disposaient, notamment les très riches archives néerlandaises et anglaises. De récents travaux ont au contraire mis l’accent sur le dynamisme interne des économies asiatiques au cours du XVIIe siècle. Cf. par exemple Steensgaard (Niels), The Asian Trade Revolution in the Seventeenth Century, Chicago and London, (1974).
18 Cees Brouwer, A. Kaplanian, al-Yaman fî awâ’il al-qarn as-sâbi‘ ‘ashar, 2e éd. Amsterdam, D’Fluyte Rarob, (1989).et Cees Brouwer, The VOC in Yemen 1614-1655, Amsterdam, D’Fluyte Rarob, (1988).
19 Robert Mantran , "Le café à Istanbul au XVIIe siècle", Le café en Méditerranée. Histoire, anthropologie, économie XVIIe-XXe siècle, Aix-en-Provence, GIS Méditerranée, (1981) et Michel Tuchscherer, "Café et cafés en Egypte (XVIe-XVIIIe siècles)", Cahiers de l’IREMAM, n° 1, Aix-en-Provence, (1991).
20 'Abd Allâh b. ‘Alî al-Wazîr, Târîkh tabaq al-halwâ, Beyrouth, Dâr al-Masîra, (1985), p. 194-195.
21 C’est le cas notamment à Jabal Bura‘ que j’ai visité au cours de l’été 1996 où l’ensemble de la population se dit immigré et certains d’entre eux possèdent des documents de transaction foncière remontant au moins au début du XVIIIe siècle.
22 C’est encore le cas aujourd’hui comme le montre l’étude récente de ‘Abbâs Fâdil as-Sa’dî, al-Bunn fî-l-Yaman, ed. Markaz ad-dirâsât wa-l-buhûth al-yamanî, Sanaa, (1992). Les quelques documents de transaction foncière que j’ai pu consulter à Bura‘ et remontant au XVIIIe siècle font également état de petites parcelles. Mais ce ne sont là que des hypothèses qui mériteraient une enquête plus large.
23 Cf. notamment al-Mu’ayyad Muhammad b. Ismâ’îl, Mudhakkarât, Ed. ‘Abd Allâh al-Hibshî, Beyrouth, al-mu’assasa al-jâmi’iyya, (1991), p. 171.
24 Sur les Banians, cf. notamment Serjeant, The Portuguese, p. 32-33, Markovitz, Histoire de l’Inde, p. 26 et al-Mu’ayyad Muhammad b. Ismâ’îl, Mudhakkarât.
25 Ashin Das Gupta, Indian Merchants and the Decline of Surat c. 1700-1750, Wiesbaden, Franz Steiner, (1979), id., "Indian Merchants and the Western Indian Ocean in the Early Seventeenth Century", Modern Asian Studies, vol. 19/3, (1985), p. 441-449, id., "Gujarati Merchants and the Red Sea Trade, 1700-1725", B. Kling, M. Pearson, The Age of Partnership. Europeans in Asia before Dominion, Honolulu, University Press, (1979).
26 Rudi Matthee, "Coffee in Safavid Iran: Commerce and Consumption", JESHO, vol. XXXVII, part 1, (1994), p. 1-31
27 R.B. Serjeant, "Dutch Pirates off Mocha in the Seventeenth Century", The Portuguese off the South Arabian Coast, p. 112-129 et R.B. Serjeant, "Omani Naval Activities off the Southern Arabian Coast in the Late 11th/17th Century from Yemeni Chronicles", The Journal of Omani Studies, vol. 6, part 1, (1983).
28 Jean Leclant, "Le café et les cafés à Paris (1644-1693)", Annales ESC, (1951) et Peter Albrecht, "Kaffeetrinken als Symbol sozialen Wandels im Europa des 17. und 18. Jahrhunderts", Kaffee. Drei Aufsätze aus den Jahren 1992 und 1994, Braunschweig, (1994).
29 Marc Courdurié, "Du café du Yémen au café des Antilles ou renversements de courants commerciaux sur la place de Marseille (XVII-XVIIIe siècle)", Le café en Méditerranée, p. 74.
30 André Raymond, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, vol. 1, Damas, IFEAD, (1973), p. 174-179.
31 Eric Macro, Yemen and the Western World since 1571, London, Hurst, (1968), p. 1-15.
32 Eric Macro, "Arabia and Austria in the 18th and 19th Centuries", New Arabian Studies, 2, (1994), p. 61.
33 André Raymond, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, vol. 1, p. 132.
34 'Abd Allâh al-Hibshî, "Mujtama’ San’â’ fî-l-qarn al-hâdî ‘ashar wa mâ ba’dahu", al-Iklîl, vol. 2-3, (1983), p. 65-87.
35 Marc Courdurié, "Du café du Yémen au café des Antilles", p. 78-79.
36 La théorie du détournement irrémédiable du commerce des épices par les Portugais via la route du Cap au début du XVIe siècle fut remise en cause par Lybyer dans un article largement passé inaperçu à l’époque : "The Ottoman Turks and the Route of Oriental Trade", The English Historical Review, (1914), puis en 1940, Lane apporta les preuves concrètes en s’appuyant sur les Archives vénitiennes du XVIe siècle dans : "The Mediterranean Spice Trade : Further Evidence of its Revival in the 16th Century", The American Historical Review, XLV, (1940), voir aussi Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen, t. 1, p. 495-502.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Tuchscherer, « Des épices au café, le Yémen dans le commerce international (xvie-xviie siecle) », Chroniques yéménites [En ligne], 4-5 | 1997, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cy.revues.org/103 ; DOI : 10.4000/cy.103

Haut de page

Auteur

Michel Tuchscherer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org