Navigation – Plan du site
Histoires

Monothéisme en Arabie du Sud préislamique

Iwona Gajda

Résumés

A la fin du IVe siècle de l'ère chrétienne, l'Arabie du Sud abandonne les cultes polythéistes et adopte le monothéisme. Dès lors, les inscriptions monothéistes se multiplient. Un certain nombre d'entre elles sont juives ou judaïsantes alors qu'aucune inscription royale n'est explicitement juive. Cet article présente une courte synthèse de nos connaissances sur le monothéisme en Arabie du Sud avant l'islam. L'accent est mis sur la dimension politique et non uniquement religieuse des conflits du VIe siècle qui opposèrent le roi juif Yûsuf aux Ethiopiens chrétiens essayant de conquérir l'Arabie du Sud et leurs alliées, les chrétiens /himyarites. Le caractère de la religion officielle avant les conflits du VIe siècle est discuté en fin de l'article. L'auteur suggère d'y voir un monothéisme judaïsant plutôt que le judaïsme.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

religion
Haut de page

Texte intégral

1Conversion au monothéisme

2 La fin du IVe siècle de l'ère chrétienne en Arabie du Sud fut marquée par le passage du polythéisme au monothéisme. Les souverains /himyarites se convertirent, suivis par la population. Les temples furent abandonnés. Les divinités ancestrales n'étaient plus honorées par les dédicaces ni invoquées dans les inscriptions.

3 Les premières inscriptions royales monothéistes datent de la corégence du roi Malkîkarib Yuha'min avec ses deux fils Abîkarib As`ad et Dhara''amar Ayman. Dans deux inscriptions au contenu presque identique (chacune relate la construction d'un palais distinct), les rois invoquent « leur Seigneur, Seigneur du Ciel » (mr'-hmw mr'-s1myn). Ces textes sont datés de l'an 493 de l'ère /himyarite qui équivaut à l'an 383/384 de l'ère chrétienne1. Dès lors, les inscriptions monothéistes se multiplient, alors qu'aucune inscription n'invoque les anciennes divinités tutélaires. Pourtant, des cultes païens survécurent sans doute après la conversion officielle au monothéisme2.

4 La plus ancienne inscription monothéiste en sudarabique, YM 1950, remonte au règne précédent, celui du roi Tha'rân Yuhan`im avec son fils, probablement Malkîkarib Yuha'min3. Cette première inscription monothéiste comporte l'invocation au « Seigneur du ciel » (b`l-s1myn). Elle a pour auteurs les qayls (ou princes) de la principale confédération tribale du nord de Sanaa, Sam`î (S1m`y), de la fraction dhû-/Humlân, qui a vénéré durant des siècles un dieu tutélaire, Ta'lab. Ainsi, il est probable que le passage du polythéisme au monothéisme se produisit déjà sous le règne de Tha'rân Yuhan`im avec son fils Malkîkarib Yuha'min. En effet, les dernières inscriptions dédiées au grand dieu sabéen Almaqah, dans son temple Awwâm à Ma'rib, datent de ce règne.

5 Dans quelles conditions survint la conversion ? Durant le siècle qui précède le passage au monothéisme, l'Arabie du Sud subit des transformations importantes. A la fin du IIIe siècle, le royaume de /Himyar réussit, après trois siècles de rivalités et de luttes, à imposer son hégémonie à l'ensemble de l'Arabie du Sud en annexant les royaumes de Saba' et du Hadramawt. L'Arabie du Sud, unifiée pour la première fois dans son histoire, n'en reste pas moins hétérogène sur le plan ethnique et religieux, chaque tribu vénérant sa divinité tutélaire et son propre panthéon. Le royaume de /Himyar n'avait pas de culte national fort, tandis que les divinités tutélaires des anciens royaumes et de grandes tribus étaient toujours vénérées.

eemporium 45

6 La relation de Philostorge ne trouve aucune confirmation dans les sources épigraphiques sudarabiques. Ceci n'exclut pas pour autant qu'il puisse avoir une valeur historique. La construction des trois églises paraît être un geste diplomatique normal et, il n'est pas impossible que le souverain /himyarite ait envisagé le rejet du polythéisme ou qu'il ait prêté l'oreille aux arguments de Théophile. La mission de Théophile coïnciderait avec le règne du roi Tha'rân Yuhan`im qui exerça le pouvoir en corégence avec son père Dhamara`alî Yuhabirr, puis avec son fils Malkîkarib Yuha'min. Tha'rân Yuhan`im était associé au pouvoir avant 434 /him. / 324 de l'ère chrétienne et aurait régné au moins jusqu'au mois de dhû-kharafân 473 /him. / août 363 et probablement plus tard. La seule inscription royale de Tha'rân Yuhan`im, qui nous soit parvenue, étant fragmentaire, il est difficile de se prononcer sur sa religion6. En revanche, la première inscription monothéiste évoquée plus haut, YM 1950, date de son règne.

7 D'après la tradition arabe, la conversion de l'Arabie du Sud au monothéisme et plus précisément au judaïsme doit être attribuée au roi /himyarite As`ad Abûkarib7, identifié avec Abîkarib As`ad, fils de Malkîkarib Yuha'min (et petit-fils de Tha'rân Yuhan`im). Abîkarib As`ad se serait converti au judaïsme au cours de son expédition militaire dans le /Hijâz. Il aurait alors assiégé la ville de Yathrib (l'actuelle Médine) en voulant la détruire. Deux rabbins juifs seraient venus vers lui pour l'en dissuader. Ayant renoncé au siège, il aurait amené les deux rabbins au Yémen et aurait introduit le judaïsme dans le pays8. Cette relation paraît s'accorder de manière générale avec les données épigraphiques sudarabiques. A partir du règne d'Abîkarib (d'abord en corégence avec son père Malkîkarib et son frère Dhara''amar), toutes les invocations dans les inscriptions sont monothéistes, un certain nombre d'entre elles sont clairement juives ou judaïsantes, bien qu'aucune inscription royale ne soit explicitement juive.

8Terminologie religieuse

9 Dans la première inscription monothéiste, les auteurs invoquent Dieu comme « Seigneur du Ciel » (b`l-s1myn), ils l'implorent d'« exaucer leur prière ». Dans les premières inscriptions royales monothéistes du règne de Malkîkarib Yuha'min avec ses deux fils Abîkarib As`ad et Dhara''amar Ayman, le Dieu unique est invoqué comme « leur Seigneur, Seigneur du Ciel » (mr'-hmw mr'-s1myn). Très vite, à partir du Ve siècle, le Dieu unique est appelé Ilân avec les variantes Ilahân et Il ('ln / 'lhn/ 'l ) ou Ra/hmanân (R/hmnn)9. Ra/hmanân serait un emprunt soit à l'araméen des juifs de la Palestine de la période byzantine10, soit à l'hébreu post-biblique11 où Ra/hmân apparaît avec le sens de : « miséricordieux ; le Miséricordieux, Dieu », mais où il n'est pas l'un des principaux noms de Dieu, comme en Arabie du Sud12. Les deux noms, Ilân et Ra/hmanân furent ensuite utilisés parallèlement et ceci aussi bien dans les inscriptions clairement juives ou judaïsantes que dans les inscriptions chrétiennes ou dans les inscriptions monothéistes imprécises. La prudence impose donc d'examiner ces inscriptions au cas par cas, la terminologie religieuse ne permettant pas toujours, à elle seule, d'établir avec précision la religion des dédicataires. Il est par exemple très probable que les dédicataires de l'inscription Gar AY 9 d aient été chrétiens, les ambassadeurs éthiopiens portant des noms éthiopiens. Or rien dans l'invocation religieuse ne le laisse entendre ; cette invocation au dieu Ra/hmanân pourrait aussi bien se trouver dans une inscription juive ou judaïsante. De même, l'inscription Ja 547 +Ja 546 + Ja 544 + Ja 545, rédigée sous le règne du roi chrétien Abraha par des membres d'une grande famille Hamdân, comporte des croix chrétiennes et une invocation à Ra/hmanân, puis l'exclamation s1lm w-s1lm correspondant à l'hébreu shalôm, shalôm. Cette ambiguïté est sans doute due à la situation politico-religieuse du pays occupé par les Ethiopiens chrétiens.

10 La terminologie explicitement chrétienne n'apparaît pas dans les inscriptions avant l'occupation éthiopienne au VIe siècle. La majeure partie du vocabulaire religieux est d'origine syriaque ou grecque, non éthiopienne13, ce qui irait dans le sens d'un christianisme arrivé en Arabie du Sud d'abord de la Syrie et de Byzance14.

11Communautés juives

12 La présence des communautés juives en Arabie du Sud est attestée dans les inscriptions à partir de la fin du IVe siècle de l'ère chrétienne, mais les juifs étaient présents dans le pays bien avant cette date, certainement dès la première moitié du IVe siècle. D'après le récit de Philostorge, Théophile l'Indien, dont la mission se situe vers 339-344, aurait rencontré des juifs dans l'entourage du roi /himyarite et aurait remarqué que la population comptait de nombreux juifs.

13 Une courte inscription en grec, découverte dans les fouilles archéologiques de Qani', (actuel Bi'r `Alî), et datée par les éditeurs de la deuxième moitié du IVe siècle, est selon toute vraisemblance juive. La langue grecque était souvent utilisée par les juifs de l'époque, fortement hellénisés. Ce texte fragmentaire, trouvé dans un bâtiment dont la fonction était probablement religieuse, comporte l'invocation au Dieu unique ei qeo et une mention de agiou topou, désignant couramment une synagogue15. A l'exception de cette inscription et de deux textes en hébreu, toutes les inscriptions juives ou judaïsantes sont rédigées en langue sabéenne.

mishmârôtmishmârôtmishmârôt piyyû/tîmmishmârôtee1617Yhd' Ykfee18zktbr'19(2) '(3)(4) ktb Yhwd' (2) zkwr l-/twb '(3)mn shlwm (4) 'mn20

14 Les effets du prosélytisme apparaissent clairement dans l'inscription CIH 543. L'auteur et son épouse portent des noms païens que des juifs n'auraient probablement pas adoptés : Shahrum (« Croissant de Lune ») et Shamsum (« Soleil »). Ils invoquent le Dieu et mentionnent la communauté d'Israël d'une manière particulière : « Que bénisse et soit béni le nom de Ra/hmanân qui est au ciel et Israël et (2) leur dieu, Seigneur des juifs qui a aidé leur serviteur Shahrum... » ([b]rk w-tbrk s1m R/hmnn dh-b-s1myn w-Ys3r'l w-(2)'lh-hmw rb-yhd dh-hrd' `bd-hmw S2hrm... ). Cette formule religieuse traduit soit une position plus ou moins extérieure de l'auteur de l'inscription par rapport à la religion juive et au peuple d'Israël, soit une certaine confusion des idées religieuses. A notre connaissance, Dieu n'est pas désigné comme « Seigneur des Juifs » par les Juifs. Il semblerait que Dieu ait été ainsi désigné par des personnes extérieures au judaïsme, peut-être des prosélytes ou des sympathisants.

15 Une des traces les plus marquantes de la présence des communautés juives en Arabie du Sud est l'inscription MAFRAY-/Ha/sî 1. Ce texte a pour auteur un noble nommé Ilîyafa` Ar˜al, issu de la puissante famille dhû-Ha/sba/h, qayl (prince) des tribus de Ma/d/hiyum et de Sufârum dont le haut lieu est le bourg de /Ha/sî à l'est d'al-Bay/dâ'. Ce noble de haut rang décrète l'instauration d'un cimetière réservé aux juifs où il serait interdit d'ensevelir des non-juifs. Le prince ha/sba/hide, lui-même, cède des parcelles de terre pour ce cimetière et exige la concession d'une autre parcelle par une tribu qui en sera récompensée. Le terme gzr utilisé dans cette inscription veut dire « instaurer une mesure de protection, de prohibition » dans la loi religieuse juive. Ainsi, l'inscription est un décret de gezêrah. Le texte compte plusieurs emprunts à l'hébreu ou à l'araméen. Il est probable que l'auteur de cette gezêrah est lui-même juif. L'inscription prouve non seulement la présence de communautés juives importantes, mais suppose aussi l'adhésion d'au moins une partie des élites au judaïsme21.

16Communautés chrétiennes

e22e

17 D'après le récit hagiographique en langue éthiopienne intitulé Le Martyre d'Azqir, un prêtre nommé Azqir serait arrivé à Najrân pour prêcher le christianisme. Il aurait été capturé et emmené à /Zafâr pour comparaître devant le roi Sarâb/hil Dânkef, identifié avec le roi Shara/hbi'îl Yakkuf qui régna à la fin du Ve siècle. Le roi lui aurait reproché de prêcher « une nouvelle religion » et sous le conseil des rabbanât (des rabbins) l'aurait condamné à mort. Azqir aurait été renvoyé à Najrân, puis exécuté23.

18 Deux versions de la tradition arabe, rapportées par Ibn Hishâm et par a/t-/Tabarî, comportent des légendes concernant l'introduction du christianisme en Arabie du Sud. D'après la première version attribuée à Wahb b. Munabbih, un chrétien nommé Faymyûn menait une vie de pèlerin, voyageant d'un village à l'autre, vivant du travail de ses mains et priant. Il fut suivi par un disciple, /Sâli/h. Les deux croyants furent capturés par une caravane arabe et vendus comme esclaves à Najrân. Faymyûn enseigna sa religion aux habitants de Najrân qui se convertirent. Selon la seconde version, attribuée à Mu/hammad b. Ka`b de la tribu de Quray/za et à « un homme de Najrân », un pèlerin priant Dieu arriva à Najrân. Il fut suivi par un Najrânite, `Abdallâh, qui adhéra à sa religion. Dès son retour à Najrân, `Abdallâh prêcha cette religion et guérit des malades. Ayant appris cela, le roi de Najrân convoqua `Abdallâh et voulut le punir, mais il ne parvint pas à le tuer. `Abdallâh expliqua au roi qu'il ne pourrait pas le tuer sauf s'il se convertissait à sa religion et reconnaissait Allâh comme le seul Dieu. Le roi se convertit, frappa `Abdallâh avec un bâton, le tua et mourut lui-même aussitôt. Dès lors, les Najrânites se convertirent à cette religion. Les deux versions arabes citées ne sont pas datées24.

19 Il existe des parallèles entre la légende concernant l'histoire de `Abdallâh et le Martyre d'Azqir. Azqir prêchait le christianisme à Najrân (comme `Abdallâh). Renseigné sur son activité, le roi de /Himyar, Sarâb/hil Dânkef (identifié à Shara/hbi'îl Yakkuf) aurait convoqué Azqir et l'aurait condamné à mort. `Abdallâh, convoqué par le roi de Najrân, subit le même sort25. Ceci laisse supposer que ces récits se réfèrent aux mêmes événements datés du règne de Shara/hbi'îl Yakkuf à la fin du Ve siècle.

20 Les /Himyarites auraient par ailleurs reçu leur évêque sous le règne de l'empereur Anastase (491-518). Cet « évêque des /Himyarites » nommé Sylvain (Silouanos) fut l'oncle du chroniqueur monophysite, Jean Diacrinomenos26. Nous ne connaissons pas d'autre mention des communautés chrétiennes avant les conflits du VIe siècle.

21 Les grands bouleversements du VIe siècle en Arabie du Sud et la question religieuse

22 Si les références à l'Arabie du Sud préislamique sont rares dans les sources extérieures, les récits relatifs aux événements du VIe siècle abondent. L'Arabie du Sud devint le théâtre de bouleversements qui retentirent d'un vaste écho dans le monde chrétien : la persécution des chrétiens /himyarites par le roi juif, Yûsuf, et l'intervention éthiopienne qui la suivit. Les références chez les chroniqueurs byzantins et les récits hagiographiques traduits en plusieurs langues de la chrétienté, puis les relations plus tardives de la tradition arabe islamique, complètent les inscriptions sudarabiques pour donner une vision plus précise du cours des événements.

27

23 Certains renseignements laconiques, recueillis dans diverses sources permettent de dresser un tableau de l'Arabie du Sud avant la persécution.

24 Vers l'an 631 de l'ère /himyarite, 521 de l'ère chrétienne, l'Arabie du Sud était gouvernée par le roi Ma`dîkarib Ya`fur28. Dans les deux inscriptions royales l'évoquant, il n'est rien dit de sa religion. Le roi fait juste une invocation au Dieu R/hmn29. En revanche, les sources hagiographiques comportent des renseignements intéressants. D'après le Livre des /Himyarites, un roi nommé Ma`dîkarim régna avant le roi juif Masrûq (Yûsuf)30. Selon un autre passage, un roi chrétien aurait régné avant le roi juif persécuteur. Ma`dîkarim (ou Ma`dîkarib) aurait donc été chrétien. D'après deux sources, la Deuxième Lettre attribuée à Siméon de Bêth Arshâm et le Livre des /Himyarites, une noble chrétienne de la ville de Najrân aurait prêté ou offert une grosse somme d'argent à Ma`dîkarim, dont le règne précède celui d'un roi juif31. Dans la Lettre de Siméon de Bêth Arshâm est citée la prétendue lettre du roi juif des /Himyarites à al-Mundhir, le prince lakhmide d'al-/Hîra. Dans cette lettre, le roi juif aurait écrit : « Le roi que les Ethiopiens avaient mis à la tête de notre pays est mort et le temps de l'hiver est arrivé, et les Ethiopiens n'ont pas pu marcher contre notre pays. Et moi, je me suis emparé du pouvoir dans tout le pays des /Himyarites...32» Il découle de ces récits que le roi Ma`dîkarib Ya`fur fut chrétien, placé sur le trône /himyarite par les Ethiopiens et qu'à sa mort, les habitants de l'Arabie du Sud pouvaient s'attendre à une expédition militaire du négus éthiopien en vue d'installer son candidat sur le trône /himyarite. Dans ce contexte, les hostilités lancées par le roi Yûsuf contre les Ethiopiens et les chrétiens de son pays, culminant avec la persécution des chrétiens, notamment à Najrân, apparaissent sous un angle différent de celui adopté par les récits hagiographiques. D'après les inscriptions sudarabiques, tout semble indiquer que le roi Yûsuf As'ar Yath'ar serait arrivé au pouvoir par un coup d'Etat. Il ne porte pas de titre royal traditionnel, « roi de Saba', dhû-Raydân, /Ha/dramawt, Yamanat et leurs nomades de /Tawdûm et de la Tihâmat »), mais un titre non attesté jusque-là, « roi de toutes les tribus » (mlk kl 's2`bn)33. Ce titre pourrait traduire le fait que son accession au trône ne fut pas officiellement reconnue. D'après les inscriptions relatives à son règne, rédigées par son chef militaire, le qayl Shara/h'îl dhû-Yaz'an, le roi Yûsuf lança les hostilités contre les Ethiopiens à /Zafâr et à Makhwân (l'actuelle al-Makha, Mokka) et contre plusieurs tribus, probablement leurs alliées, dans la région de la plaine côtière longeant la mer Rouge (l'actuelle Tihâma), Ash`arân, Rakbân et Farasân34. Le roi envoya son armée pour assiéger Najrân et consolida une chaîne de Maddabân35. La pratique de fermer l'entrée du port aux navires par une chaîne en métal était courante dans l'Antiquité36. Ceci montre bien que les actions militaires du roi Yûsuf étaient dirigées contre les Ethiopiens présents dans la capitale, /Zafâr, et dans le port de Makhwân, puis contre leurs alliés dans la plaine côtière. Yûsuf s'attendait à une réaction armée éthiopienne puisqu'il assurait la défense de la côte. Les chrétiens, considérés comme alliés de l'ennemi éthiopien, étaient tués et les églises, perçues comme leurs fiefs, brûlées.

eNouvelle Lettre de Siméon de Bêth Arshâm

25 « ... toi, Ja/h[sanâ], le marchand de /Hirtâ de Nu`man, tous les /Himyarites savent la honte qu'il t'a infligé, puisqu'il t'a sauvé de la mort de la part des Ethiopiens à l'époque du combat. »

26 « Ce même Ja/hsanâ était présent dans le pays des /Himyarites au moment où les Ethiopiens étaient sortis et avaient persécuté des /Himyarites. Ils avaient encerclé ce juif [et voulaient le tuer]. Alors ce Ja/hsanâ s'était levé et avait juré par lui et par le saint Evangile qu'il était chrétien. A cause de cela ce juif avait échappé à la mort.37 »

Livre des /Himyarites38

27 La persécution de Najrân ne nous est pas rapportée dans les inscriptions ; elles ne relatent que le siège de Najrân. Elle est connue par des récits hagiographiques maintes fois remaniés et recomposés. Ces remaniements n'amoindrissent pas la valeur historique de ces récits. Il est intéressant de confronter les récits hagiographiques avec les inscriptions relatives au siège de Najrân qui précéda la persécution. L'auteur de l'inscription Ry 507, le qayl Shara/h'îl dhû-Yaz'an, rapporte avoir demandé aux habitants de Najrân de donner des otages, ce qu'ils refusèrent de faire, alors que « tout le Sud livra cent otages ». La pratique de livrer des otages était un moyen d'établir un pacte d'alliance ou un traité de paix. Il semble, d'après ces inscriptions, que Yûsuf ait cherché à s'assurer la loyauté de tout le royaume. Les habitants de Najrân refusèrent de faire la paix avec Yûsuf et de se soumettre à lui, ce qui semble avoir provoqué la persécution des habitants de Najrân.

28 La persécution des chrétiens de Najrân a été rapportée uniquement dans les sources « monophysites »39 et n'est connue dans la tradition nestorienne40 que par une vague mention dans l'Histoire nestorienne : « Plus tard un roi juif nommé Masrûq régna dans le pays [...] il tua une partie des chrétiens.41 » De plus, dans les récits monophysites, des mentions de « mauvais chrétiens » ou de « chrétiens de nom », qui ne semblent pas souffrir de la persécution, paraissent se référer aux nestoriens. Ceci laisse supposer que la persécution ne toucha pas vraiment les nestoriens qui n'étaient pas alliés de Byzance ni de l'Ethiopie, mais plutôt de la Perse.

29 Les préparatifs de la défense de la côte contre les Ethiopiens s'avérèrent justifiés. Le négus éthiopien, Ella A/sbe/ha (ou Kaleb), organisa une grande expédition soutenue par l'empereur Justinien42. Elle eut probablement lieu vers 525-53043. Le roi Yûsuf trouva la mort dans la bataille sur la côte de la mer Rouge. D'après les sources chrétiennes, il fut tué par les Ethiopiens. Selon la tradition arabe en revanche, il se suicida en précipitant son cheval dans la mer. Les Ethiopiens envahirent le pays, le mirent à sac, tuèrent de nombreux /Himyarites, en réduisirent d'autres en esclavage. Le christianisme fut imposé comme religion d'Etat. Le trône fut confié à un roi /himyarite, Sumyafa` Ashwa` (Esimiphaios dans la relation de Procope : cf. supra) qui reconnaissait la suzeraineté du négus éthiopien, Ella A/sbe/ha, et professait le christianisme44. D'après les sources byzantines, l'armée éthiopienne restée en Arabie du Sud se révolta rapidement contre le roi Sumyafa` Ashwa`. Le général de l'armée nommé Abraha s'empara du trône, prit le titre de roi d'/Himyar et refusa de reconnaître la suzeraineté du négus. Celui-ci tenta de maîtriser la situation en dépêchant une armée en Arabie du Sud. En vain. Les soldats passèrent du côté d'Abraha et choisirent de rester sur place. Ce n'est que bien plus tard qu'Abraha accepta de payer un tribut au négus. Ainsi, l'Arabie du Sud entra sous la domination éthiopienne et devint chrétienne. Abraha avait l'ambition d'organiser un centre de culte chrétien important dans la capitale transférée de /Zafâr à Sanaa. D'après la tradition arabe, Abraha y fit construire une splendide église pour laquelle l'empereur byzantin lui aurait envoyé des mosaïques et des artisans45.

b-s1m R/hmnn w-bn-hw Krs3ts3 /glbn fs1 qds1464748

30 Le christianisme resta la religion d'Etat en Arabie du Sud jusqu'à l'intervention perse qui mit fin à l'occupation éthiopienne et transforma le pays en satrapie sassanide vers 570. L'expédition militaire perse aurait été organisée, d'après la tradition arabe, à l'instigation du célèbre Sayf b. dhî-Yazan49, un juif issu de la puissante famille des Yaz'anides dont plusieurs membres avaient participé aux côtés du roi Yûsuf à sa lutte contre les Ethiopiens. L'Arabie du Sud resta sous domination perse jusqu'à son adhésion à l'islam en 628.

31Le caractère du monothéisme dominant

32 Quel était le monothéisme dominant en Arabie du Sud préislamique avant les conflits du VIe siècle ? Les premiers éditeurs des inscriptions monothéistes les qualifiaient prudemment de… « monothéistes ». Le caractère judaïsant de ce monothéisme a été rapidement reconnu et certains chercheurs ont considéré que la religion dominante en Arabie du Sud était le judaïsme. A. F. L. Beeston préférait y voir un monothéisme propre à l'Arabie du Sud, un monothéisme neutre qu'il avait proposé d'appeler le « ra/hmanisme ». La réponse se doit d'être nuancée.

331. Un nombre important d'inscriptions comporte des invocations monothéistes évasives.

342. Plusieurs inscriptions sont clairement juives.

353. D'autres inscriptions comportent des mots empruntés à l'hébreu ou à l'araméen.

364. Aucune inscription royale n'est explicitement juive.

37 Passons maintenant en revue les renseignements fournis par la tradition arabe :

381 . Le roi As`ad Abû Karib (Abîkarib As`ad) se serait converti au judaïsme après sa rencontre avec deux rabbins à Yathrib et la population du Yémen aurait suivi son exemple.

392. Aucun renseignement important concernant la religion des rois /himyarites qui régnèrent entre les rois Abîkarib et Yûsuf, ne nous est parvenu excepté un témoignage concernant le roi Marthad b. `Abd Kulâl, probablement Marthad'îlân Yanûf, un monarque qui régna au début du VIe siècle et qui aurait respecté toutes les croyances50.

403. Selon certaines versions, le roi Yûsuf se nommait Zur`a et prit le nom de Yûsuf en se convertissant au judaïsme.

41Les récits hagiographiques, enfin, comportent certains indices :

421. D'après le Martyre de saint Aréthas, « le pays des Homérites [/Himyarites] (...) se trouvait idolâtre sous l'apparence du judaïsme » 51.

432. Dans le Martyre d'Azqir, le roi Sarâb/hil Dânkef n'est pas dit juif, bien que son entourage comprenne des rabbins. En revanche, dans un synaxaire éthiopien, qui se réfère aux mêmes événements, ce roi est évoqué comme le « roi des juifs »52.

e

44 En revanche, il est évident que les inscriptions royales en Arabie du Sud ne sont jamais explicitement juives. Ce fait significatif ne peut être négligé. Si tous les rois étaient juifs depuis la fin du IVe siècle, pourquoi ne l'auraient-ils jamais clairement déclaré ? L'argument selon lequel le caractère des inscriptions sudarabiques ne favorisait pas de longues invocations53 ne nous paraît pas convaincant, car plusieurs inscriptions non-royales comportent des invocations explicites. Si nous ne pouvons exclure que des rois se soient effectivement convertis au judaïsme à la fin du IVe siècle et que leurs successeurs aient été juifs, ils ne le manifestèrent pas clairement. Pourquoi ? Pour essayer de répondre, il convient de se demander ce qui a conduit les rois /himyarites à imposer le monothéisme comme religion d'Etat. Nous avons évoqué plus haut la situation en Arabie du Sud après son unification par le royaume de /Himyar à la fin du IIIe siècle. /Himyar devient alors un Etat vaste et hétérogène du point de vue ethnique et religieux, dépourvu d'un culte central fort. Le culte d'un dieu unique apparaît comme un excellent facteur d'unification. Son caractère à la fois universel et personnel permet à chaque individu d'établir un contact direct avec son dieu sans la médiation de la tribu ; ce culte s'avère un extraordinaire outil de consolidation du pouvoir. Il s'agissait de présenter à la population un seul dieu dans lequel toutes les tribus et tous les individus pouvaient reconnaître leur propre divinité. Ce phénomène peut aussi expliquer pourquoi les souverains affichaient un monothéisme « neutre » plutôt qu'un judaïsme pouvant être perçu comme une religion étrangère.

Haut de page

Notes

1 L'inscription Bayt al-Ashwâl 2 date du mois de dhû-di'wân 493 de l'ère /himyarite, soit de janvier 384 de l'ère chrétienne. L'inscription RES 3393 date de la même année, le nom du mois a disparu. Nous acceptons la date 110 avant l'ère chrétienne pour le début de l'ère /himyarite. Sur ce point, se reporter à J. Beaucamp - F. Briquel-Chatonnet - Ch. J. Robin, « La persécution des chrétiens de Najrân et la chronologie /himyarite », ARAM, 11, 1999, p. 15-83.
2 Une inscription et un ensemble de graffiti, postérieurs à la conversion officielle, pourraient témoigner de la survivance des cultes païens. L'inscription MAFY/Banî-Zubayr 2 date de l'an 512 /him. (401/402 de l'ère chrétienne) et mentionne le temple du dieu païen Ta'lab sans invoquer ce dieu (Ch. Robin, Le pays de Hamdân et Khawlân Qu/dâ'a (Nord-Yémen) avant l'islam, thèse de Doctorat de Troisième Cycle, Paris, 1977, p. 394-398). A proximité d'un sanctuaire de Ta'lab, au pied du Jabal al-`Adan, des graffiti furent gravés par des membres d'un même lignage, les banû Rusam, à l'occasion d'un pèlerinage lié, semble-t-il, au culte de Ta'lab. Ces graffiti remontent probablement à l'an 596 /him. (486 de l'ère chrétienne), deux d'entre eux portant cette date (Ch. Robin, « Un patrimoine menacé », Archeologia, 160, novembre 1981, p. 43).
3 De la date de cette inscription, seul le chiffre des unités a été préservé, 3. Nous avons supposé que l'inscription pourrait dater de l'an 473 ou 483 de l'ère /himyarite, soit de 363 ou 373 de l'ère chrétienne. Voir I. Gajda, « The Earliest Monotheistic South Arabian Inscription », Archäologische Berichte aus dem Yemen (à paraître).
4 Philostorgius, Kirchengeschichte, Joseph Bidez (ed.), (Die griechischen christlichen Schriftsteller der ersten Jahrhunderte), Leipzig (Hinrichs), 1913. Seconde édition remaniée par F. Winkelmann, Berlin (Akademie-Verlag), 1972, III 4-6, p. 32-36 ; M. Rodinson, « La conversion de l'Ethiopie », Raydân , 7, 2002, p. 230.
5 M. Rodinson, art. cit., p. 235.
6 I. Gajda, art. cit. ; ead., « Les débuts du monothéisme en Arabie du Sud », Journal Asiatique, à paraître.
7 Dans la tradition, As`ad Abûkarib est également appelé As`ad al-Kâmil (As`ad le Parfait), Tubba` al-Akbar (Tubba` l'Ancien) ou simplement Tubba`.
8 /Tabari, Annales quos scripsit Abu Djafar Mohammed Ibn Djarir at-Tabari cum aliis, M. J. de Goeje (ed.), Lugd. Bat. (E.J. Brill), 1879-1901 (réimpression : 1964) I, vol. 2, p. 901-906, 910 ; Masudi, Les prairies d'or. Texte et traduction par Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, Paris (l'Imprimerie Impériale), 1864, III, p. 155.
9 Le nom R/hmnn a été restitué dans une inscription de la première moitié du Ve siècle, Ja 520 = Rossi 24 = Lu 10. Il est attesté dans des inscriptions de la seconde moitié du Ve siècle et dans plusieurs inscriptions non datées (Ch. Robin, « Judaïsme et christianisme en Arabie du sud d'après les sources épigraphiques et archéologiques », PSAS, 10, 1980, p. 91-93 et I. Gajda, « The Earliest Monotheistic South Arabian Inscription », art. cit.
10 M. Sokoloff, A Dictionary of Jewish Palestinian Aramaic of the Byzantine Period (Dictionaries of Talmud, Midrash and Targum, II), Jerusalem (Bar Ilan University Press), 1990, p. 522.
11 M. Jastrow, A Dictionary of the Targumim, the Talmud Babli and Yerushalmi, and the Midrashic Literature, 2 vol., New York (Pardes Publishing House), 1950, p. 1468.
12 Rappelons que, dans les inscriptions de Palmyre des Ier-IIIe siècles de l'ère chrétienne, r/hmn' est une épithète du dieu Baalshamîn et du dieu anonyme qui doit probablement être identifié à Baalshamîn (M. Gawlikowski, « Les dieux de Palmyre », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt (ANRW), Tome II : Principat, Volume 18 : Religion, 4. Teilband, W. Haase (ed.), Berlin - New York (Walter de Gruyter), 1990, p. 2632). A. F. L. Beeston a proposé de rapprocher le sudarabique R/hmnn de l'épithète du dieu Baalshamîn, r/hmn' (« Foreign Loanwords in Sabaic », Arabia Felix. Beiträge zur Sprache und Kultur des vorislamischen Arabien. Festschrift Walter W. Müller zum 60. Geburtstag, Norbert Nebes (ed.), Wiesbaden (Harrassowitz), 1994, p. 42). Ce rapprochement semble peu probable, car les dernières inscriptions palmyréniennes évoquant le dieu Baalshamîn avec l'épithète r/hmn' ne sont pas postérieures à la fin du IIIe siècle alors que la première mention du nom du dieu R/hmnn date du début du Ve siècle.
13 La seule exception est un fragment de l'invocation dans l'inscription Ist. 7608 bis/1, [.]fs1 qds1 restituée comme [mn]fs1 qds1 : « Saint Esprit », où mnfs1 est considéré comme un emprunt à l'éthiopien.
14 Voir la liste des emprunts dans A. F. L. Beeston, « Foreign Loanwords in Sabaic », Arabia Felix. Beiträge zur Sprache und Kultur des vorislamischen Arabien. Festschrift Walter W. Müller zum 60. Geburtstag, Norbert Nebes (ed.), Wiesbaden (Harrassowitz), 1994, p. 39-45 ; Ch. J. Robin, « A propos de la prière : emprunts lexicaux à l'hébreu et à l'araméen relevés dans les inscriptions préislamiques de l'Arabie méridionale et dans le Coran », Prières méditerranéennes hier et aujourd'hui (Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale, 1), 2000, p. 45-69.
15 A.V. Sedov, « New Archaeological and Epigraphical Material from Qana (South Arabia) », AAE, 3, 1992, p. 112 et Addendum I par Y. Vinogradov, p. 135-136. Pour l'interprétation de l'inscription, voir en dernier lieu G.W. Bowersock, « The New Greek Inscription from South Yemen », TO ELLHNIKON. Studies in Honor of Speros Vryonis, Jr., Volume I. Hellenic Antiquity and Byzantium, J.S. Langdon, S.W. Reinert, J.S. Allen, Ch.P. Ioannides (eds.), New Rochelle, New York (Aristide D. Caratzas), 1993, p. 3-8.
16 Voir R. Degen, « Die hebräische Inschrift DJE 23 aus dem Jemen », NESE, 2, 1974, p. 111-116, pl. IX, n° 31
17 R. Degen et W. W. Müller, « Eine hebräisch-sabäische Bilinguis aus Bait al-Ashwâl », NESE, 2, 1974, p. 117-123, pl. IX, n° 32, X, n° 33, 34.
18 L'auteur de l'inscription Bayt al-Ashwal 1 invoque le roi Dhara''mar Ayman. Corégent d'abord de son père Malkîkarib Yuha'min et de son frère, Abîkarib As`ad, ensuite de son frère, Abîkarib et de ses neveux, ce roi ne semble jamais avoir régné seul.
19 Voir l'inscription Bayt al-Ashwal 1/2-3 : (2) b-rd' w-b-zkt mr'-hw dh-br' nfs1-hw mr' /hy n w-mwt n mr' s1(3)my n w-'r/dn dh-br' kl m w-b-/slt s 2`b-hw Ys3r'l : « (2) avec l'aide et grâce de son Seigneur qui a créé sa personne, seigneur de la vie et de la mort, seigneur du ciel (3) et de la terre qui a créé tout et avec les prières de sa communauté Israël. »
20 R. Degen et W. W. Müller, art. cit.
21 S. Frantsouzoff, « A Gezôrah-Decree from Ancient Southern Arabia (New Approach to the Interpretation of MAFRAY-/Ha/sî 1) », ARAM, 8, 1996, p. 299-306 ; Ch. J. Robin avec une contribution de S. Frantsouzoff, « Les inscriptions de /Ha/sî », Raydân, 7, 2001, p. 182-191.
22 Histoire nestorienne, A. Scher (ed.), (Patrologia Orientalis, 5), Paris, 1910, p. 330-331; A. Moberg, The Book of the Himyarites, Fragments of a Hitherto Unknown Syriac Work, (Skrifter utgivna av Kungl. Humanistiska vetenskapssamfundet i Lund, VII), Lund (C.W.K. Gleerup) - Londres (Humphrey Milford) - Oxford University Press - Paris (Edouard Champion) - Leipzig (O. Harrassowitz), 1924, p. xlix-l.
23 Voir C. Conti Rossini, « Un documento sul cristianesimo nello Iemen ai tempi del re Sharâ/hbîl Yakkuf », Rendiconti della Accademia dei Lincei, Ser. V, 19, Rome 1910, p. 705-750 ; A. F. L. Beeston, « The Martyrdom of Azqir », PSAS, 15, 1985, p. 5-10.
24 Voir /Tabari op. cit., I, vol. 2, p. 920-925 ; J. W. Hirschberg, « Nestorian Sources of North-Arabian Traditions on the Establishment and Persecution of Christianity in Yemen », Rocznik Orientalistyczny, 13 (1939-49), 1949, p. 321-324.
25 Voir J. W. Hirschberg, art. cit., p. 327. Nous ne sommes pas convaincue que les origines nestoriennes des légendes arabes et du Martyre d'Azqir puissent être prouvées, comme le voudrait J. W. Hirschberg.
26 Theodoros Anagnostes, Kirchengeschichte, G. C. Hansen (GCS) (ed.), Berlin, 1971, p. 152 et 157. Si nous acceptons la date 110 avant l'ère chrétienne comme début de l'ère /himyarite, l'évêque Sylvain aurait été envoyé en Arabie du Sud avant le règne de Ma`dîkarib Ya`fur, roi chrétien nommé par les Ethiopiens. Nous ne pouvons pas exclure qu'un de ses prédécesseurs ait été attiré par le christianisme ou qu'il ait été lié à l'Ethiopie.
27 Procopius, History of the Wars, H.B. Dewing (ed.), Londres 1958, I 19-20.
28 Deux inscriptions royales remontent à son règne, Ry 510 et Ja 2484. La première porte la date complète du mois de dh-qy/zn de l'année 631 /him. Le roi Ma'dîkarib monta sur le trône entre le mois de ma`ûn 619 /him. et le mois de dhû-qiyâ/zân 631 /him. (entre mars 510 et juin 521).
29 Voir l'inscription Ja 2484/4.
30 A. Moberg, op. cit., p. 43b, cxxxiii.
31 Dans la Deuxième Lettre, le roi porte le nom de Ma`dôkarim et la noble femme se nomme Rahôm (Shahîd, I., op. cit., VIII A - VIII B, p. 59-60). Dans le Livre des /Himyarites, le roi s'appelle Ma`dîkarim et la femme - Rûhm / Rahômy : (A. Moberg, op. cit., p. 43b, cxxxiii).
32 Voir la lettre attribuée à Siméon de Bêth Arshâm (Guidi 1881, p. 482/17). Fragment cité d'après la traduction de F. Briquel-Chatonnet, Des Phéniciens aux chrétiens syriaques. Recherches sur l'histoire et la culture des Sémites occidentaux dans l'Antiquité, à paraître dans le dossier général sur les martyrs de Najrân.
33 Le nom Yûsuf n'est pas attesté dans les inscriptions sudarabiques. Avant le roi juif, aucun roi /himyarite ne portait de nom juif. Il a certainement voulu, par ce geste, manifester son appartenance religieuse.
34 Voir les inscriptions Ry 508/3-4, Ry 507/4-6, Ja 1028/3-4.
35 Voir les inscriptions Ry 508/7-8, Ry 507/10, Ja 1028/4, 7-8.
36 A. F. L. Beeston, « The Chain of al-Mandab », On Both Sides of al-Mandab. Ethiopian, South Arabic and Islamic Studies presented to Oscar Löfgren on his 90th birthday 13 May 1988, (Swedish Research Institute in Istanbul, Transactions, vol. 2), Stockholm, 1989, p. 1-6.
37 Voir I. Shahîd, The Martyrs of Najrân. New Documents (Subsidia hagiographica, N° 49), Bruxelles (Société des Bollandistes), 1971, pl. VI C et la traduction de F. Briquel-Chatonnet, op. cit. (I. Sha/hid ne mentionne pas de nom Ja/hsanâ dans sa traduction, il l'interprète comme un nom commun, voir son commentaire, p. 86).
38 D'après la traduction anglaise d'Axel Moberg (op. cit., p. 32b, voir aussi p. cxxiii).
39 Le terme conventionnel de « monophysisme » désigne une doctrine d'après laquelle la double nature du Christ ne subsiste pas au-delà de l'Incarnation et qui suppose une seule nature divine du Christ. Cette doctrine fut condamnée par le concile de Chalcédoine en 451, ce qui provoqua un schisme entre l'église orthodoxe et les églises copte, éthiopienne, syrienne jacobite et arménienne. Le terme « monophysisme » englobe plusieurs courants de cette doctrine représentés par plusieurs Eglises et ne reflète pas l'existence d'une seule hiérarchie ecclésiastique.
40 La doctrine nestorienne doit son nom à Nestorius, un moine syrien devenu en 428 patriarche de Constantinople, qui insistait sur la distinction de la double nature du Christ, divine et humaine. Il fut condamné par le concile d'Ephèse en 431. Le nestorianisme, opposé aux thèses officielles adoptées par Byzance, se répandit surtout aux confins orientaux de l'Empire byzantin et en Perse sassanide.
41 Voir A. Scher, op. cit., p. 330.
42 Justinien fut associé au pouvoir par Justin Ier bien avant la mort de ce dernier en 527.
43 La chronologie détaillée de ces événements n'entrant pas dans le cadre de cet article, nous renvoyons le lecteur à l'article de J. Beaucamp - F. Briquel-Chatonnet - Ch. J. Robin, op. cit., qui présente une restitution chronologique plausible en s'appuyant sur une analyse minutieuse des sources et en fournissant une bibliographie exhaustive.
44 Voir l'inscription Ist. 7608 et la relation de Procope (Procopius, op. cit.).
45 La description de cette église vient de l'ouvrage de l'historien du IXe siècle, al-Azraqî (Kitâb akhbâr Makka, ta/hqîq Rushdî a/s-/Sâli/h Mal/Has, a/t-/tab`a ath-thâniya, La Mecque, 1385 h. - 1965 m., I, p. 139).
46 Voir l'inscription Ist 7608/16 et 1.
47 Voir l'inscription Ja 547 +Ja 546 + Ja 544 + Ja 545.
48 Voir l'inscription CIH 621.
49 Voir la tradition d'Ibn Is/hâq, rapportée par a/t-/Tabarî et Ibn Hishâm (/Tabari, op. cit., I, vol. 2, p. 952-953 et Ibn Hisham, Das Leben Muhammeds d'après Muhammed Ibn Ishâk adapté de Abd el-Malik Ibn Hischâm, Dr. Ferdinand Wüstenfeld (ed.), Göttingen (Dieterische Universitäts-Buchhandlung), 1860, I, p. 41-43).
50 D'après ath-Tha`labî, le roi Marthad avait l'habitude de dire qu'il régnait sur les corps et non sur les esprits ; tout ce qu'il exigeait de ses sujets, c'était d'obéir à son gouvernement, alors que la question religieuse restait une affaire entre chacun et Dieu (voir Tha`labi, /Tabaqât al-mulûk, cité d'après A. P. Caussin de Perceval, Essai sur l'histoire des Arabes, 3 tomes, Paris (Firmin Didot), 1847-48, réimpression : Graz (Akademische Druck- u. Verlagsanstalt), 1967, p. 111).
51 Martyrium sancti Arethae et sociorum in civitate Negran (E. Carpentier ed.), Acta Sanctorum, Octobris, J. van Hecke, B. Bossue, V. de Buck et E. Carpentier (eds.), tome X, Bruxelles (Typis Henrici Goemaere) 1861 (réimpression : 1970), chapitre 1.
52 Voir C. Conti Rossini, art. cit., p. 748, ligne 26.
53 Voir A. G. Lundin, « The Jewish communities in Yemen », Judaeo-Yemenite Studies, Proceedings of the Second International Congress, E. Isaac et Y. Tobi (eds.), Princeton - Haifa, 1999, p. 22.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://cy.revues.org/docannexe/r2r-img-132-1.gif
Fichier image/gif, 61 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Iwona Gajda, « Monothéisme en Arabie du Sud préislamique », Chroniques yéménites [En ligne], 10 | 2002, mis en ligne le 16 avril 2003, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cy.revues.org/132 ; DOI : 10.4000/cy.132

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org