Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Les sépultures rupestres du gouvernorat d'al-Mahwit

Nathalie Chevalier et Michel-Alain Garcia

Entrées d’index

Mots-clés :

sépulture
Haut de page

Texte intégral

1En 1995, à la demande du Dr Yusuf Abdallah, Président de l'Organisation Générale des Antiquités du Yémen, nous avons engagé une étude préliminaire sur les sépultures en falaises récemment découvertes dans la région d'At-Tawilah.

2En compagnie de MM. Mohammed Gassem (Directeur des Antiquités d'Al-Mahwit), Mohammed Rajah (Directeur des Antiquités d'At-Tawilah) et Abdul Basset (Inspecteur des Antiquités), nous nous sommes rendus sur le site de Sayhr où une tombe relativement accessible (la n°1) avait été ouverte. Les dépôts sépulcraux avaient subi de profonds bouleversements du fait des inventeurs, puis des visites clandestines ultérieures. Manifestement, les corps avaient été sortis de leurs enveloppes de peau animale et les os éparpillés dans la cavité. Cette dernière, formée aux dépens d'un joint de stratification du grès, est profonde de six mètres environ.

3Dans ces conditions toute étude du rituel funéraire ne pouvait être significative. Toutefois nous avons prélevé des pièces de squelettes ainsi que des exemplaires de cuir animal à fins d'analyse en laboratoire.

4Le sédiment contenu dans un crâne en très bon état, a livré des documents importants : fragments de quatre tissus différents, graines diverses, bitume, microfaune et une matière végétale, non encore identifiée, mais ayant vraisemblablement servi à l'embaumement.

5Une datation radio-carbone a pu être faite à partir des tissus, elle situe la sépulture au 8ème siècle avant notre ère (2530±60 B.P. -cal 768, Hélène Valladas, CNRS-CEA, Gif-sur-Yvette), ce qui constitue une information de tout premier ordre pour la connaissance des périodes sudarabiques dans une zone éloignée des grands sites classiques.

6Cette visite a Sayhr avait été prolongée par une courte prospection au voisinage de la ville d'At-Tawilah, plus précisément au sud de Bayt Quatina. Nous y avions dénombré une dizaine de tombes apparemment intactes dans les falaises surmontant les villages de Bayt Tallan et de Ruhama.

7L'ensemble de ces premiers résultats nous a décidés à consacrer une mission entière à la préparation d'une étude générale des "sépultures à momies" de cette région. Dans un premier temps il était nécessaire d'obtenir le plus d'informations possibles sur le terrain, à partir d'une tombe inviolée, puis d'entreprendre l'analyse complète des documents en liaison avec le Groupe de recherche sur les momies de l'Université de Toulouse (Ph. Marinval) (ce dernier a déjà commencé son étude sur les échantillons prélevés à Sayhr).

8Notre projet initial, pour cette campagne de 1996, incluait le décapage complet des sols relictuels de la tombe n°1 de Sayhr, il prévoyait ensuite l'examen minutieux, avec sélection d'échantillons, d'une tombe intacte d'un des sites près de Bayt Quatina, ainsi qu'un recensement, si possible exhaustif, des tombes rupestres de la zone.

9Malheureusement à notre arrivée à Sayhr nous avons constaté que de nouvelles dégradations de la tombe n°1 avaient ruiné tout espoir d'y engager une étude archéo-ostéologique. Nous avons alors entrepris une nouvelle prospection autour de Bayt Quatina afin de trouver un site adapté au deuxième volet de notre programme.

10C'est à proximité du village de Haggar à 3km au nord de Bayt Quatina, qu'une des tombes d'un ensemble important nous a paru réunir les conditions requises. Son accès, bien que très périlleux, pouvait être aménagé à l'aide d'un échafaudage fixe et stable autorisant une étude scientifique de longue durée, de plus, il était aisé de la protéger dans le futur de toute incursion clandestine en brisant les accès naturels. Après s'être assurés de son intégrité en y accédant au moyen d'échelles de fortune, nous avons décidé d'en faire notre locus "cobaye". Comme convenu nous sommes revenus à Sanaa afin d'obtenir l'autorisation d'y travailler.

11Hélas, le temps très long, utilisé à convaincre le Département d'archéologie des Antiquités de l'intérêt d'une telle opération, a été mis à profit par des vandales pour vider la tombe des trois sépultures qu'elle abritait.

12Il nous apparaît essentiel de persuader les autorités yéménites responsables, que la fouille scientifique est l'unique moyen de conserver ces témoignages irremplaçables. Il est illusoire de croire que les protections naturelles dont ces tombes jouissaient jusqu'à présent garantiront leur inviolabilité, les fouilleurs clandestins y supposent des trésors du fait de l'intérêt qu'y portent les scientifiques (voire des touristes inconscients). Leur pillage à plus ou moins brève échéance est donc inéluctable.

13C'est ce que nous avons pu constater sur le site d'Afit à l'ouest de Kawkaban où une tombe située pourtant au-dessus d'un à-pic de 400m, a été visitée et en partie détruite par des enfants du village. L'idée leur en avait été donnée par des touristes intéressés par les anciens hypogées de Shibam-Kawkaban. Il faut dire aussi que les enfants de ces lieux escarpés sont de redoutables alpinistes à mains nues qui ignorent le vertige.

14Les tombes du village d'Afit sont situées immédiatement au-dessous d'un vaste ensemble sudarabique ancien que ne semblent pas connaître nos collègues archéologues spécialistes de ces époques.

15Afit est situé à 3200m d'altitude, son accès est très difficile même en véhicule tout-terrain, le village est construit sur les deux rives d'un wadi au lit très abrupt. Il est dominé par un mamelon dont le sommet est entièrement ceint d'un rempart de blocs métriques soigneusement appareillés. Des tours ouvertes bien conservées flanquent la muraille. A l'intérieur de l'enceinte, des fondations dessinent de vastes espaces et des salles de dimensions plus réduites. Des portes donnent sur le village actuel.

16A l'évidence il s'agit d'un site de première importance, dont la situation au cœur de la zone des sépultures dont nous nous préoccupons ne peut qu'éveiller notre intérêt quant à l'origine et l'identité des défunts.

17En effet, si la contemporanéité des tombes et de ce grand complexe était attestée, il serait possible que les nécropoles en émanent. Ce que nous avons d'ores et déjà constaté, c'est le soin tout à fait particulier apporté au choix des sites à dépôts funéraires. Il s'agit de lieux d'accès difficile où l'on a systématiquement recherché de petites cavités en falaise, dont l'exposition est tout à fait remarquable. Elles font généralement face à de très beaux paysages ou bien dominent des wadis encaissés. Les accès naturels existants lors du dépôt ont été brisés, ce dont témoignent des miroirs de fracture. Toutes présentent les mêmes types d'obstruction par des dalles de même taille, cimentées à l'aide d'un mortier d'argile et de paille de graminées. Les dimensions des cavités sont variables déterminant le nombre des dépôts qui vont de l'unité à plus de 15 comme à Sayhr.

18Pour ce qui est des dépôts sépulcraux proprement dit, il semblerait, d'après les quelques observations faites à Sayhr et sur les momies qui sont conservées à l'Université de Sanaa, que les corps étaient momifiés en position fœtale et enveloppés dans des peaux animales, probablement de bovidé (boviné ?) :

19- la tête dépasse de ce réceptacle cousu avec des lanières de cuir,

20- le corps semble s'être en partie conservé grâce à l'éviscération et à l'utilisation de diverses matières (tissus, goudrons) et peut-être parallèlement par un traitement spécifique de la peau. Cette technique de momification demanderait à être étudiée plus précisément car elle ne semble pas correspondre à celles connues dans les pays voisins.

21Nous sommes en présence d'un fait homogène caractérisant soit une période bien précise soit une pérennité remarquable.dans le rituel funéraire. De tels documents réclament avec urgence des fouilles de sauvetage à partir desquelles les spécialistes de toutes les disciplines concernées écriront un chapitre novateur dans l'histoire de l'Arabie antique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Chevalier et Michel-Alain Garcia, « Les sépultures rupestres du gouvernorat d'al-Mahwit », Chroniques yéménites [En ligne], 4-5 | 1997, mis en ligne le 21 octobre 2002, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cy.revues.org/83 ; DOI : 10.4000/cy.83

Haut de page

Auteurs

Nathalie Chevalier

Michel-Alain Garcia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org