Navigation – Plan du site

Tribalisme et démocratie au Yémen

conférence donnée au CFEY le 30 septembre 1992
Paul Dresch

Entrées d’index

Mots-clés :

anthropologie, tribalisme

Géographique :

YEM

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Paul Dresch est un spécialiste reconnu de l'organisation tribale au Yémen. Le résultat de ses nombreuses enquêtes de terrain a été publié sous forme d'articles mais surtout dans son opus magnus Tribes, Government and History in Yemen (Oxford, Clarendon Press, 1989). Cet ouvrage, qui surpasse aujourd'hui tout ce qui a été écrit sur la tribu yéménite, peut aussi compter comme une des meilleures études d'anthropologie politique parues sur le monde arabe durant ces dernières années. Il est vrai que la marginalisation de cette aire culturelle dans le champ des recherches anthropologiques ne permet pas encore de donner toute sa place à ce travail. Celui-ci renouvelle l'analyse du système tribal en proposant une approche historique qui ne craint pas de se frotter à l'actualité brûlante. L'étude des relations entre les tribus et les Etats imamites et républicains apporte non seulement des éléments nouveaux sur le fonctionnement du système tribal mais aussi sur celui de l'Etat au Yémen. Une part importante de ce livre est en effet consacrée à l'analyse de la question du pouvoir au sein de la tribu surtout grâce à l'étude de la fonction de chaykh et de ses liens avec l'Etat. La nature du système tribal y est appréhendée à travers la description des institutions qui lui sont propres, notamment le droit coutumier, et des modes d'interactions spécifiques qui en découlent. L'intérêt de l'ouvrage ne se résume cependant pas à la connaissance inédite qu'il apporte sur la société yéménite. L'auteur traite aussi d'une problématique plus générale, celle relative aux notions d'individualisme et de holisme telle qu'elle a été élaborée par Louis Dumont et qui trouve dans ce livre une nouvelle actualisation.

2Le texte que nous présentons ci-après constitue un exercice difficile de réflexion sur une question d'actualité. Il peut être considéré à la fois comme une introduction au livre que nous venons d'évoquer et comme un de ses prolongements. C'est en effet un des mérites de M. Dresch de ne pas se contenter de subtiles élaborations théoriques mais de se lancer, sans le garde-fou de la distance chronologique ou de thèmes canoniques de l'anthropologie, dans le débat actuel sur la démocratie et le tribalisme qui agite toute la société yéménite. Ce texte, qui a été rédigé fin 1992 bien avant les élections législatives du 27 avril 1993, risque cependant de susciter quelques interrogations, sinon quelques controverses. Les prochaines Chroniques Yéménites pourront éventuellement s'en faire l'écho. Une autre étude qui sera publiée par M. Dresch dans le n° de la Revue du monde arabe et méditerranéen consacré à l'Unité du Yémen, complétera utilement la lecture de cette conférence.

***

Tribalisme et démocratie au Yémen

3Lorsqu'on m’a demandé de donner une conférence au Centre français d'études yéménites, je fus prévenu que l'assistance serait hétérogène, composée d'étrangers, arabes ou non et de collègues yéménites et, qu'en conséquence, les intérêts du public seraient très variés. Il m'a donc semblé préférable d'éviter un exposé trop technique et de traiter un sujet qui associe deux notions, le tribalisme et la démocratie, que tout un chacun au Yémen trouve digne d'intérêt.

4Chacun devrait savoir que, durant des siècles, des sociétés humaines importantes se sont organisées sans les structures gouvernementales et administratives qui nous paraissent habituelles. Les théories les plus courantes de la société et de l'Etat, inspirées de Hobbes, de Rousseau ou d'autres, ne sont donc pas universelles. C'est pourquoi, le tribalisme, tel qu'on le trouve au Yémen, est riche d'enseignements, en termes de philosophie politique, pour la plupart d'entre nous. C'est à ce niveau que je me placerai, tout en gardant à l'esprit le fait que mes exemples sont tirés de situations qui évoluent rapidement.

5De fait, les idéaux du tribalisme et les valeurs tribales au Yémen ont une longue histoire qui remonte parfois au début de l'Islam, et même avant. Ils n'ont pas tous disparu : alors qu'ailleurs dans le monde, les identités tribales ont souvent été réduites à l'état d'objets de musée ou supprimées par des moyens brutaux, au Yémen, cet héritage a été conservé. Le Président Ali Abdallah Saleh expliquait lui-même en 1986 à un journaliste interloqué (et d'autres personnalités yéménites l'ont répété depuis) que "l'Etat lui-même fait partie des tribus et (que) le peuple yéménite est un groupement de tribus"1. Il y a du vrai dans ces paroles. Quant à la démocratie, Turki al-Hamd écrivait il y a quelques mois dans al-Shurûq, en pensant aux Etats du Golfe qu'il avait l'impression que "la démocratie" était perçue par beaucoup comme une baguette magique ('asâ sihriyya) qui résoudrait tous nos problèmes, si nous pouvions la trouver2… mais nous ne savons pas où elle est, ni même à quoi elle ressemble. Là-encore, il y a du vrai.

6Il est plus facile de définir la démocratie en disant ce qu'elle n'est pas : l'autocratie, l'aristocratie et la théocratie. Le concept est difficile à définir plus spécifiquement et même l'expression d'Abraham Lincoln, "gouvernement du peuple par le peuple" ne nous aide guère. Jusqu'à une période récente, de nombreux Etats dont certains spécimens subsistent encore, étaient qualifiés de démocraties populaires. Beaucoup d'entre nous peuvent avoir le sentiment qu'ils n'étaient ni démocratiques, ni populaires. Pourtant, leurs partisans pourraient répliquer qu'il s'agissait bien de démocraties. Le peuple gouvernait le peuple, mais par des méthodes que beaucoup n'appréciaient guère. Les méthodes font la différence.

7La démocratie telle qu'elle est présentée aujourd'hui au Yémen a évidemment un lien particulier avec les idées de liberté et d'égalité. Elle peut coexister (peut-être doit-elle coexister pour être viable) avec des critères distincts de moralité, souvent de nature religieuse. Mais le principe majeur est celui que Tocqueville énonçait il y a 160 ans : ".. l'individu est le meilleur comme le seul juge de son intérêt particulier et … la société n'a le droit de diriger ses actions que quand elle se sent lésée par son fait, ou lorsqu'elle a besoin de réclamer son concours"3. Toute autre ingérence est de l'oppression (zulm).

8"L'expérience démocratique" du Yémen se rapproche de ce que l'on entend généralement par liberté : liberté d'opinion, liberté d'expression, liberté de presse. Et je pense que nous serions d'accord sur le fait que cette expérience du Yémen est sans équivalent dans le monde arabe et qu'elle illustre bien les deux thèmes qui nous intéressent ici du fait que chacun peut y constater la présence du tribalisme et d'un commencement de démocratie. Mais existe-t-il un lien entre eux ?

9Sur ce point, autant les auteurs arabes que les occidentaux sont partagés. Les uns affirment qu'il ne peut y avoir de lien réel car les deux notions appartiennent à des périodes historiques différentes et, si elles coexistent, ce n'est en fait qu'un signe d'arriération (takhalluf). Ali Sabra, par exemple, avançait en 1972 que le développement normal d'une société passait par le stade du féodalisme vers ce qu'il appelle, employant un euphémisme, "des relations plus évoluées". Le tribalisme, d'origine extérieure selon lui, aurait bloqué le processus4. D'autres rétorquent que le tribalisme et la démocratie sont des alliés naturels. De fait, Sabra fournit des arguments en ce sens : "L'égalité de comportement parmi tous les membres de la tribu … impose une limite à l'influence individuelle puisque le proverbe dit : chacun est l'anneau de nez de l'autre, ou encore : rien ne peut casser une pierre hormis une autre pierre"5. De ce point de vue, l'égalité tribale et l'égalité démocratique seraient très proches l'une de l'autre.

10En fait, tout le Yémen ne se réclame pas du tribalisme et n'est pas non plus reconnu comme tel par tous. Dans certains gouvernorats du Sud, le qualificatif de "tribalisme" (qabaliyya, 'ashâ'iriyya) sert de condamnation. Cela vaut paradoxalement pour des régions autrefois célèbres pour leur caractère tribal.

11Qahtân, l'ancêtre des arabes du Sud, est supposé être plus particulièrement l'ancêtre de Saba', dont les fils sont Kahlân et Himyar. Le premier est l'ancêtre de Hamdân dont sont issus les Hâshid et les Bakîl, deux grandes confédérations qui occupent presque tout le Nord et l'Est de Sanaa. Malgrè quelques divergences dans la généalogie traditionnelle, on s'accorde à voir dans une autre branche des descendants de Kahlân, l'origine des Madhhij, c'est à dire de tribus comme Murâd, 'Ans et Anis situées à l'Est et au Sud de la capitale. Il est à noter qu'au début des années 1980 ces tribus se disaient plutôt Bakîl, mais récemment les Madhhij connaissent une certaine renaissance. De Mareb à Shabwa, de part et d'autre de l'ancienne frontière entre le Nord et le Sud, de nombreuses personnes se réclament de cette tribu. Himyar, le frère de Kahlân, est traditionnellement reconnu comme l'ancêtre de tribus localisées plus au Sud et à l'Ouest, comme Yâfi'6.

12De manière générale, les tribus occupaient une position importante dans les régions sèches du pays, des tribus de Khawlân b. 'Amîr, autour de Saada, en passant par le Jawf jusqu'aux 'Awâliq et de l'Hadramaout. Il y a évidemment des bédouins nomades au Yémen mais la plupart des hommes de tribu sont des paysans et les identités tribales ont une base géographique qui peut être très ancienne. Ainsi est-il probable que Yâfi' signifie tout simplement le haut-pays et soit le Sirw Himyar que mentionne al-Hamdânî (début du Xème siècle), mais le nom Yâfi' lui-même est beaucoup plus ancien. Les noms de Hâshid et Bakîl sont pré-islamiques, et beaucoup de tribus de ces confédérations occupent le même territoire depuis des siècles7.

13Les tribus n'ont nullement été isolées du monde environnant. La tradition veut que le Prophète ait envoyé lui-même 'Alî b. Abî Tâlib au Yémen et que "tout Hamdân se soit converti à l'Islam en un seul jour". Depuis lors, on rencontre des hommes de savoir religieux, sans appartenance tribale, vivant parmi les tribus, généralement sous leur protection (hijra au Nord, hawtâ au Sud), mais qui prêchaient en des termes qui n'étaient pas directement issus des valeurs tribales. Il existait également des relations commerciales importantes entre les différentes parties du pays, de même qu'entre le Yémen et le monde extérieur. Des bouleversements politiques de grande ampleur ont aussi eu lieu : depuis 'Alî b. al-Fadl vers l'an 900 jusqu'aux combats révolutionnaires des années 1960 en passant par deux occupations turques et un épisode de présence coloniale britannique au Sud. D'innombrables dynasties ont exercé le pouvoir dans une partie ou une autre du Yémen. Comment dès lors, au milieu de tout ces bouleversements, les divisions tribales peuvent-elles demeurer aussi stables ?

14A l'évidence, les tribus ne constituent pas des groupements très solides. L'"esprit de corps" ('asabiyya) y est assez fort, et les gens peuvent se battre sur des bases tribales, sans grande considération du détail des droits et des devoirs de chacun, comme le feraient des personnes luttant sur une base nationaliste, régionaliste ou (comme dans certaines parties du monde mais, Dieu merci, pas ici) religieuse. La différence entre, disons, les identités régionales et le tribalisme naît de ce que les identités tribales sont pratiquement divisibles à l'infini : le même type de rapport existe aussi bien entre les fractions d'une tribu, et entre de plus petites parties à l'intérieur de ces ensembles, qu'entre cette tribu entière et d'autres tribus. Il existe de ce fait une souplesse potentielle très importante en matière de conflits et d'alliances.

15Les notions d'équilibre (mîzân) et de justice (sawâb) sont au cœur du déroulement des conflits et de leur règlement. Des abus de langage peuvent survenir comme dans tout discours politique ou moral et, dans la pratique, chacun interprétera toujours différemment les critères de la justice. Mais les principes sont suffisamment clairs, et chacun en appellera aux membres de sa tribu pour la défense de ses droits. Il n'y a pas d'autorité établie. L'un des préjugés les plus répandus dans les régions Sud du Yémen à propos du fonctionnement des régions du Nord est que le tribalisme est une forme de féodalité. Rien de plus faux : un cheikh peut posséder des terres dans les parties basses du pays et acquérir ainsi un pouvoir sur les gens - quelque chose comme un 'umda égyptien dans les histoires d'al-Manfalûtî - mais cela ne correspond pas au rôle d'un cheikh tribal. Il y a eu, et il reste, quelques familles de cheikh puissantes et très riches, mais la majorité de leurs biens fonciers se trouvent en-dehors des régions tribales. Ils sont loin d'exercer un contrôle étroit sur leurs gens.

16L'essor de ce que l'on pourrait appeler un complexe militaro-commercial au Yémen n'a pas modifié cet état de fait. Les plus grandes personnalités tribales qui se sont associées le plus étroitement aux familles de marchands ont souvent perdu des partisans. Et plus ces individus essayent de contrôler leurs gens par de tels moyens, plus ceux-ci se plaignent, paradoxalement, de l'éloignement (tabâ'ud) entre les tribus et les cheikhs. Le tribalisme lui-même pourrait certes disparaître, mais cela n'a pas encore eu lieu.

17A l'inverse des habitants de certaines régions du pays, ceux des zones tribales choisissent librement leurs juges parmi l'ensemble de la population. Ils peuvent même être extérieurs à la tribu concernée. Si, en revanche, des hommes de tribus ne désirent pas résoudre un conflit et poursuivent le combat, leurs pairs peuvent les contraindre à y mettre fin par la force. Chacun peut intervenir entre deux hommes en conflit, toute tribu peut s'interposer entre deux autres tribus et, peu à peu, le litige est circonscrit. Des arbitres sont choisis, chaque partie désigne des garants pour la bonne conduite de l'autre partie, et de nouveaux garants peuvent être choisis pour vérifier que les premiers remplissent bien leur rôle. Mais tous sont choisis8. Les liens ainsi créés sont temporaires : ils ont une durée déterminée, un but précis, et aucune autorité permanente ne s'impose à tous.

18De plus, en examinant les documents relatifs à ces conflits, une expression intéressante mérite d'être signalée : séparer les deux partis, imposer une trêve, se dit : "couper la relation" (qat' al-'ilâqa). Les relations que l'on pourrait qualifier de politiques sont temporaires et considérées comme dangereuses et l'objectif est de les couper si on y est pris au piège. Pour les groupes sociaux, l'idéal est d'être séparé du reste de la société, la famille individuelle autonome constituant la forme la plus parfaite de cet isolement. "Chacun est le meilleur et seul juge de ses intérêts privés".

19Rien à voir, donc, avec un système féodal ou aristocratique. Néanmoins, si d'un côté le caractère temporaire de la plupart des rapports sociaux nous rappelle l'analyse faite par Tocqueville de la démocratie et de l'individualisme, de l'autre, l'accent mis sur le lignage et l'imagerie généalogique (nasab) signifie que la famille, au moins, possède les caractères que Tocqueville associe à l'aristocratie. Cet auteur sera cité plusieurs fois. De fait, le système démocratique du Yémen est, on l'espère, en voie de formation et l'exemple d'une démocratie déjà installée est à méditer. Pour ce faire, il semble pertinent de se référer à l'histoire de la plus grande des démocraties, les Etats-Unis, d'après le témoignage de Tocqueville, ce Français si brillant. Voici ce qu'il rapporte :

" Chez les peuples aristocratiques, les familles restent pendant des siècles dans le même état, et souvent dans le même lieu. Cela rend, pour ainsi dire, toutes les générations contemporaines. Un homme connaît presque toujours ses aïeux et les respecte ; il croit déjà apercevoir ses petits-fils, et il les aime. Il se fait volontiers des devoirs envers les uns et les autres, et il lui arrive fréquemment de sacrifier ses jouissances personnelles à ces êtres qui ne sont plus ou qui ne sont pas encore.

Les institutions aristocratiques ont, de plus, pour effet de lier étroitement chaque homme à plusieurs de ses concitoyens. (…) L'aristocratie avait fait de tous les concitoyens une longue chaîne qui remontait du paysan au roi ; la démocratie brise la chaîne et met chaque anneau à part … elle ramène (chaque homme) sans cesse vers lui seul et menace de le renfermer enfin tout entier dans la solitude de son propre cœur"9.

20Le tribalisme, tel qu'il existe au Yémen, exprime ces deux principes. Le lien entre générations, présente, passée et future, pourrait difficilement être plus fort, tandis que les relations entre contemporains ne pourraient être plus contingentes et entretenues avec davantage de précautions. Chacun a néanmoins sa place. La carte des identités respectives est généralement claire et, jusqu'à une date récente, la géographie des identités était maintenue avec soin. Un changement de résidence impliquait un changement de fraction tribale ou de tribu enregistré par écrit. Les règles gouvernant les changements temporaires (être un hôte, être escorté ou réfugié) étaient toujours détaillées, spécifiant qui était responsable de quoi, à quel endroit et pour quelle durée. A l'inverse de la résidence géographique, ces positions dans le système moral étaient provisoires et requéraient donc d'autant plus de clarté. Mais une ambiguïté persiste dans le cas important de la confraternité (ikhâ', mu'âkha).

21Si un homme de tribu est opprimé par ses pairs, et qu'aucune solution ne se dessine, celui-ci peut aller demander de l'aide à une autre tribu. Il sacrifie un taureau pour les membres de cette tribu et devient leur "frère". Leur honneur est alors engagé pour l'aider à reconquérir ses droits, tandis que sa tribu d'origine est déshonorée par son départ. Dans de nombreuses régions tribales du Yémen, on relate le récit de troubles graves survenus à la suite de cette pratique. Des groupes importants se sont retrouvés prisonniers de conflits insolubles en raison des dommages subis par une seule famille ; aucune des parties ne pouvant se retirer sans perdre la face. Plusieurs réunions tribales récemment organisées ont réclamé que cette pratique cesse ou soit suspendue, par crainte que des tribus politiquement opposées, éventuellement liées à des parties différents, ne soient impliquées. Cette question sera traitée plus loin. Mais le principe de réciprocité morale est clair : nous devons vous accepter si un tort vous est fait, vous devez nous accepter si un tort nous est fait. La période d'ambiguïté est délicate à gérer - faites-vous partie de cette tribu ou de cette autre ? - l'idéal étant que chacun soit à sa place.

22Il a été souligné plus haut que les relations durables ('ilâqa) que l'on pourrait qualifier de politiques sont évitées ou sont "coupées" aussi vite que possible. D'autres relations (rawâbit), telles que l'appartenance tribale (avoir une place dans le système), le lignage, et les alliances matrimoniales, sont, au contraire, très valorisées. Il est constamment rapporté que des personnes sont liées les unes aux autres (murtabitîn wâhid bi-l-thânî) et ceci, quoi qu'il advienne, épargnera au Yémen le sort du Liban, par exemple. Certaines de ces relations sont évidentes : dans l'une des principales tribus de l'Est, le cheikh est à la tête du Tajammu' li-l-Islâh (Rassemblement pour la Réforme, islamiste), son neveu dirige le Baath, et son beau-frère, le Parti Socialiste Yéménite. D'autres liens sont moins évidents mais ont le même effet : les relations nées d'une scolarité commune, les liens de voisinage et d'affinité se superposent. Il est ainsi courant de voir les membres de différents partis prendre soin d'aller mâcher le qât dans le maqarr (siège du parti) des uns et des autres à tour de rôle. Mais les relations tribales - avoir une place dans le système - sont les plus importantes. C'est l'équivalent de la "chaîne" de Tocqueville, du paysan au roi, mais dans ce cas entre égaux en droit. Chacun est murtabit, lié à l'autre.

23En discutant du relatif désordre qui règne dans certaines zones (d'ailleurs plus grand que par le passé), j'ai entendu répéter la même explication venant de paysans, de cheikhs, d'officiers de police ou d'autres personnes, à savoir qu'à la suite de l'unité et de la crise du Golfe, le pays était rempli de gens qui n'étaient pas murtabitîn - liés à d'autres. Peu importe la valeur sociologique de cette explication. Ce qui compte est la perception selon laquelle ces personnes sans attaches, dont la place dans le système tribal est incertaine, sont destinées à créer des problèmes. Cette perception ressemble à celle des "hommes sans maître" qui avait cours durant certaines périodes de l'histoire anglaise.

24Il est, bien sûr, supposé que la liberté seule n'est pas suffisante pour que le tribalisme ou le démocratie fonctionne et, comme l'a dit le poète Milton : "Ils pensent à la licence quand ils crient liberté : car qui l'aime doit d'abord être sage et bon". L'individu doit être contraint, soit de l'extérieur par ses relations avec d'autres, soit de l'intérieur par la morale et l'éducation. L'accent mis sur la contrainte intérieure est très marqué aujourd'hui, certains prétendant que le peuple est "conscient" (al-sha'b wâ'î) et que les contraintes traditionnelles peuvent donc être relâchées sans danger, d'autres affirmant que le peuple n'est pas suffisamment wâ'î (conscient) pour que ce risque soit pris. Mais les contraintes extérieures relèvent plutôt de la politique. Toute la différence réside dans les moyens servant à la contrainte.

25L'opposition entre liberté et contrainte, de sorte que l'oppression soit naturellement du ressort de la politique, est-elle inévitable ? Tocqueville traite de ce sujet en citant un discours de John Winthrop, gouverneur puritain de la Nouvelle-Angleterre au dix-septième siècle :

26"Ne nous trompons pas sur ce que nous devons entendre par notre indépendance. Il y a, en effet, une sorte de liberté corrompue, dont l'usage est commun aux animaux comme à l'homme, et qui consiste à faire tout ce qui plaît. Cette liberté est l'ennemie de toute autorité ; elle souffre impatiemment toutes règles ; avec elle, nous devenons inférieurs à nous-mêmes ; elle est l'ennemie de la vérité et de la paix ; et Dieu a cru devoir s'élever contre elle ! Mais il est une liberté civile et morale qui trouve sa force dans l'union, et que la mission du pouvoir lui-même est de protéger : c'est la liberté de faire sans crainte tout ce qui est juste et bon. Cette sainte liberté nous devons la défendre dans tous les hasards, et exposer, s'il le faut, pour elle notre vie"10.

27La liberté civile est donc la liberté de faire seulement ce qui est juste, et il y a peu de doute dans l'esprit de Winthrop sur ce qui est juste et ce qui ne l'est pas. On peut avancer que ces puritains du dix-septième siècle se trouvaient en état de djihad, de guerre sainte. Ils luttèrent comme jamais contre le mal et essayèrent de construire la communauté de Dieu sur terre, la "commanderie du bien et le pourchas du mal" (al-'amr bi al-ma'rûf wa al-nahy 'an al-munkar). Ceux que les parallèles entre les puritains et l'Islam politique contemporain intéressent ne manqueront pas de noter que les premiers avaient fait leur hijra, laissant l'impiété derrière eux en Angleterre pour s'installer où bon leur semblait.

28Dans de telles conditions, chacun sait ce qui est juste et "l'échange d'opinions différentes" (tabâdul al-ra'y wa al-ra'y al-âkhar) ne constitue pas une nécessité impérieuse aussi bien pour les almoravides, ou "murâbitûn", en Afrique du Nord médiévale, pour les wahhabites du Nejd aux dix-huitième et dix-neuvième siècles, ou pour les partisans de toutes les grandes doctrines religieuses qui se sont implantées, à différentes époques, dans certaines parties du Yémen. Les puritains anglais qui renversèrent la monarchie dans les années 1640 n'avaient guère de doute (ou tout au moins ne les exprimaient-ils pas en public) sur ce qui est juste ou sur ce que Dieu attendait qu'ils fassent.

29Il est néanmoins difficile de vivre en état de djihad permanent. L'Angleterre de Cromwell ou le Nejd wahhabite permettent tous deux de conclure qu'une fois l'énergie initiale consommée et qu'une forme d'Etat est apparue, la vie tend plutôt à être terne et oppressante. Mais cet ordre éventuellement répressif est imposé de l'intérieur. Le tribalisme et la démocratie sont assez semblables à cet égard, conduisant parfois les gens à se choisir un type de régime qu'ils n'accepteraient jamais s'il venait de l'extérieur. Ainsi, des types de gouvernement apparemment plus autoritaires, peuvent, en réalité, laisser plus de place que la démocratie à certaines libertés. Revenons à Tocqueville, qui écrivait deux cents ans après la création de leurs communautés par les puritains :

"Dans la Nouvelle-Angleterre ces (mêmes) magistrats peuvent faire afficher dans les cabarets le nom des ivrognes et empêcher sous peine d'amende les habitants de leurs fournir du vin. Un pareil pouvoir censorial révolterait le peuple dans la monarchie la plus absolue ; ici, pourtant, on s'y soumet sans peine"11.

30Sa surprise d'honnête homme français est évidente, et son commentaire un peu plus loin indique comment cette forme étrange de démocratie extrême a pu subsister à travers les immenses transformations sociales du dernier siècle et demi : "Je ne connais point de pays dans lequel il y ait aussi peu d'indépendance d'esprit et de véritable liberté de discussion qu'au" … Pays de la Liberté !

31Si on se demande ce qu'il advint du tribalisme dans certains gouvernorats du Sud du Yémen, on obtient une réponse que Tocqueville aurait pu faire sienne : les conditions de lutte contre l'impérialisme britannique étaient très proches de celles d'une guerre sainte, quoique le langage du Mouvement de Libération ne fût quasiment pas religieux. Le Front jouissait d'un prestige immense. Les habitants étaient las des luttes tribales qui, disait-on, étaient encouragées par les Britanniques. Un processus de pacification hors du commun qui commença au début des années soixante, s'amplifia d'une trêve locale à l'autre. A partir de fin 1967, dans des zones comme Yâfi', il y eut une interdiction générale des conflits tribaux et, en fait, de toute différenciation tribale déclarée. Tout cela fut réalisé à un niveau local. Dans le Yâfi', une violation sérieuse de la paix survint lorsqu'un homme fut tué par son frère et ses deux neveux. Les responsables locaux du Front arrêtèrent les trois coupables et les firent fusiller à Lab 'ûs. Après cet événement, dit-on, il n'y eut plus d'autres problèmes. Des "comités" se chargèrent des arbitrages et de la pacification, secondés par la police et l'armée. De l'avis de tous, ils établirent un degré absolument remarquable de "sécurité et de stabilité" (al-amn wa al-istiqrâr, dont la presse yéménite parle si souvent). Les gens s'imposèrent un ordre qu'ils n'auraient jamais accepté de l'extérieur, à l'instar des habitants de la Nouvelle-Angleterre aux prises avec leur ivrogne tel que l'a évoqué Tocqueville.

32Mais, si la Nouvelle-Angleterre s'illustra dans la chasse aux sorcières, de même, des cheikhs de rang modeste furent massacrés dans certains gouvernorats du Sud pour des raisons que nul n'explique. Des sultans qui n'avaient cessé de combattre les Anglais furent ainsi exécutés sans grande protestation de leurs voisins. Imperceptiblement, la population était passée d'une situation d'auto-assistance à une sorte de paralysie morale caractérisée par une peur indéfinissable annulant toute envie de poser des questions. Il serait aisé d'établir des comparaisons avec les mésaventures de la démocratie à diverses époques de l'histoire, en France, en Allemagne et en Amérique, lorsqu'on ne faisait pas grand cas de la liberté et du droit. Les erreurs passées, celles notamment des années 1970, ont été officiellement dénoncées. La leçon suivante doit en être tirée : la population peut payer un prix élevé pour une répression qu'elle s'est elle-même infligée. Nul ne peut douter de l'efficacité du contrôle sécuritaire dans certaines régions du Sud et du soutien important qu'il recevait (et qu'il reçoit encore souvent) de la part de ceux qui le vivaient. Mais selon des estimations locales, dans le Yâfi', dans la région des 'Awlaqî ou dans celle des 'Awdalî, près d'un quart de la population totale aurait émigré. Les puritains pouvaient faire leur hijrâ en passant de l'Ancien au nouveau Monde, et celui qui ne choisissait pas d'être puritain pouvait rester dans les lieux d'impiété. A l'inverse, choisir la hijrâ était réservé à ceux qui ne désiraient pas être puritains dans les régions du Yâfi' ou des 'Awlaqî. A long terme, aucune de ces options n'est attirante. Le remède au désordre est parfois pire que le mal. Citons à nouveau Tocqueville :

"la toute-puissance me semble en soi une chose mauvaise et dangereuse. Son exercice me paraît au-dessus des forces de l'homme, tel qu'il soit, et je ne vois que Dieu qui puisse sans danger être tout-puissant, parce que sa sagesse et sa justice sont toujours égales à son pouvoir … Lors donc que je vois accorder le droit et la faculté de tout faire à une puissance quelconque, qu'on appelle peuple ou roi, démocratie ou aristocratie, qu'on l'exerce dans une monarchie ou dans une république, je dis : là est le germe de la tyrannie, et je cherche à aller vivre sous d'autres lois"12.

33Cet auteur souligne, bien sûr, que tout principe politique peut aboutir au même résultat, l'oppression peut être le fait de dirigeants autocratiques ou de ses propres voisins. Un recours quel qu'il soit est nécessaire pour s'opposer à la masse ou à un dirigeant. Pour cette raison, l'idée d'un gouvernement mondial ne recueille pas mon suffrage. La pensée qu'en cas de conflit avec les Britanniques, je puisse aller en France et vice-versa, est un réconfort et ce recours incite les gouvernements à rester honnêtes. Les tribus yéménites, comme on l'a vu, connaissent un principe similaire. Elles ne prétendent pas exercer un quelconque pouvoir absolu, mais accueillent plutôt les membres d'autres tribus lorsqu'ils sont lésés et considèrent que justice peut être rendue par le compromis et l'arbitrage. Ce type de justice est fragmenté et les jugements sont fréquemment différés. Pour cette raison, les monarques réactionnaires, les révolutionnaires radicaux, les nationalistes et les gouverneurs coloniaux, ont condamné le tribalisme comme étant une menace pour l'ordre et l'unité.

34L'idée d'unité a, au moins, été aussi puissante dans le monde arabe qu'elle ne le fut pour les protestants, en majorité anglais, qui s'installèrent dans des contrées comme le Massachussets ou le Connecticut. Cependant, en presque tous temps et tous lieux, des opinions divergentes se sont légitimement exprimées. Ce qui est tout à fait naturel. Comment a-t-on pu exprimer et gérer ces différences ? Il fut un temps où l'on pouvait faire l'impasse sur nombre d'entre elles dans les régions tribales du Yémen. Au marché ou dans les rassemblements tribaux, des règles formelles gouvernaient l'interaction. A la mosquée ou dans des maqâyil (salons de qât), l'étiquette en était aussi stricte. En dehors de ces occasions, il est aisé d'éviter les rencontres. Pour prendre un exemple évident, en cas de conflit au sujet d'un terrain, d'un mouton ou d'autre chose, avec un membre d'une autre tribu, il suffit que chacun reste sur son territoire. De fait, les trêves et les structures de garantie requièrent souvent formellement qu'il en soit ainsi. La vie tribale n'était donc pas synonyme de guerre généralisée. Elle ressemblait plutôt au comportement des professeurs d'Oxford qui, au lieu de s'affronter ouvertement comme leurs collègues de Berkeley, préféreront changer de trottoir pendant une trentaine d'années pour éviter certains de leurs collègues.

35Dans le monde moderne cependant, et par opposition à Oxford, ce genre de pratique s'apparente à un luxe. Le commerce, l'administration et les efforts pour développer des services sociaux en rendant l'interaction nécessaire, exigent l'expression des différences et l'échange d'opinions (tabâdul al-ra'y wa al-ra'y al-âkhar) pour éviter l'installation d'une dictature austère. Au niveau national, ces échanges sont habituellement conduits par les partis. Diverses formes d'Etat à parti unique ont, bien sûr, été expérimentées mais il leur a été difficile en pratique de gérer l'expression des opinions. En dépit des meilleures intentions, les enjeux d'importance nationale tendent à être édulcorés. En l'absence de véritables partis, la consultation (shûrâ) est difficile à mettre en œuvre étant donné le niveau de complexité qu'atteint le fonctionnement d'un Etat moderne. Tocqueville, à son époque, était à peine moins réservé à propos des partis que de nombreuses personnes au Yémen ne le sont aujourd'hui au cours de la "période transitoire". Il qualifie les partis de "mal inhérent aux gouvernements libres"13.

36Il établit toutefois une distinction entre les "grands partis", fondés selon des principes clairs et les "petits partis", créés principalement pour chasser les autres du pouvoir et prêts, pour ce faire, à exploiter n'importe quel problème. L'actualité de certains de ses jugements est manifeste : "pour un étranger, presque toutes les querelles domestiques des Américains paraissent, au premier abord, incompréhensibles ou puériles …"14. Après des années de controverse autour du drapeau ou des prières à l'école, qui le contredirait ? Des mouvements politiques puissants peuvent être représentés par des "petits partis" pour reprendre la terminologie de Tocqueville. Il y a trente ans, les partis politiques arabes entraient peut-être dans cette dernière catégorie. L'arabisme s'opposait au socialisme, l'unité à l'arabisme et le socialisme à l'unité de la même manière que les protagonistes du roman de Swift, Les Voyages de Gulliver, s'affrontaient pour savoir par quel bout ouvrir un œuf dur. De fait, il est compréhensible que les Yéménites se méfient du système des partis. Dans le même temps, il importe de signaler combien le climat actuel est favorable à l'expérience démocratique au Yémen qui n'aurait pas été possible il y a seulement trente ans.

37Le Yémen connaît désormais des divisions explicites entre partis ayant des programmes différents. D'autres divisions existent, celles relatives aux allégeances et aux territoires tribaux. Ces deux séries de différences s'accordent malaisément. Cela ne signifie pas qu'il y ait conflit déclaré (ce n'est généralement pas le cas), mais l'inquiètude réelle que suscite l'idée même de partis dans les régions rurales est surprenante. On y craint que les partis ne provoquent des divisions au sein d'une même tribu et, par la même, des problèmes impossibles à résoudre par le mode tribal de gestion des conflits (trêves et garanties). En réalité, cette crainte est habituellement infondée. Prenons un exemple que la presse a rapporté même s'il existe de nombreux cas similaires15. Le groupe de villages appelé Ghûlat 'Ajib se trouve sur la route de Saada près du col situé au nord de Rayda. Il y un an environ, des combats y éclatèrent. Chercher à connaître les raisons des conflits tribaux est toujours très complexe. Dans ce cas, l'un des points du litige concernait un puits foré par deux groupes nommés Bayt Abû Miryam et al-Qahum. Une voiture fut prise de force, et de fil en aiguille, la situation se dégrada jusqu'à conduire à un échange de tirs de roquettes sur les habitations et la mort de plusieurs personnes. D'autres tribus imposèrent une trêve, sur pression du gouvernement sans aucun doute, alors que les al-Qahum avaient déjà égorgé des bœufs pour quitter al-Ghûla qui appartient à la confédération Bakîl et rejoindre les Hâshid. Il est intéressant de noter que les rumeurs qui se répandirent à cette occasion exprimaient la crainte que les partis soient à l'origine du problème alors que le litige remontait en réalité au temps où les partis n'étaient pas encore légalisés. Les raisons du conflit n'avaient rien d'extraordinaire mais il est vrai aussi que les problèmes n'avaient cessé de s'accumuler durant la période difficile de la fin des années 1970, lorsque le Front National Démocratique s'opposait au Gouvernement de Sanaa. Depuis lors, des rancœurs subsistaient et dans le cas qui nous intéresse, les deux parties en conflit reçurent au tout début le soutien de personnalités appartenant à des partis politiques opposés. La gauche était représentée par des Bakîl et la droite par des Hâshid. Cependant, le conflit fut rapidement circonscrit et les personnalités politiques réalisant ce qui se passait (ou l'entendant dire par leurs supérieurs), renoncèrent à s'en mêler16. Cette prise de position constitue une indication supplémentaire e la prudence des partis au cours de la période transitoire. Il n'en demeure pas moins que durant des mois, de nombreuses personnes restèrent convaincues que "la tribu" était divisée par "les partis".

38Dans certaines régions du Sud, les termes sont inversés. Alors que par endroits dans les gouvernorats du nord, "le tribalisme" (qabaliyya) est considéré comme une bonne chose et "l'esprit de parti" (hizbiyya) comme une grave menace de désordre, dans les zones plus au sud, "les partis" sont respectables, a fortiori Le Parti, et toute forme de désordre est imputée au "tribalisme" (qabaliyya, 'ashâ'iriyya) au sujet duquel les gens du Sud ont des idées surprenantes.

39Partout, les gens sont confrontés à des choses entièrement nouvelles, ou leur paraissant telles, bien que pouvant être attestées par les plus âgés d'entre eux qui en gardent un mauvais souvenir. Dans les régions du Yâfi' ou des 'Awlaqî, "le tribalisme" rappelle aux anciens les divisions sanglantes qui étaient encouragées, selon eux, par leurs ennemis britanniques. Parmi les Hâshid ou les Bakîl, "l'esprit de parti" rappelle à l'ancienne génération la période des années 60 durant laquelle l'accusation d'être baathiste, par exemple, pouvait mener dans une prison nassérienne. Le manque de clarté est une source d'inquiétude généralisée et la question est de savoir quelles sont les divisions qui s'accordent avec notre mode de vie et celles qui suscitent le désordre.

40Dans toute période de transition, des ambiguïtés apparaissent, et celle durant laquelle s'opèrent l'unification du Yémen se déroule alors que l'économie de toute la région est en pleine mutation. La transformation globale de la société yéménite (la modernisation comme disent les politologues), a fait pratiquement perdre toute viabilité au vieil idéal d'autarcie familiale qui, en outre, s'accommode difficilement des périodes récentes de sécheresse. Il n'est plus possible aujourd'hui aux yeux des Yéménites de vivre raisonnablement de son lopin de sorgho et de son troupeau de chèvres. De fait, "la ville a rejoint la campagne" selon l'opinion de nombreuses personnes. Les projets d'adduction d'eau et de raccordements électriques, la médecine, requièrent des flux monétaires qui proviennent de multiples transactions (vendre sa récolte, faire du transport par camion) ou de l'Etat. Quelle qu'en soit la source, l'implication constante dans des relations qui étaient auparavant soigneusement évitées est aujourd'hui nécessaire. Il faut également reconnaître que dans le Yémen actuel l'imbrication entre politique et commerce a atteint un niveau élevé. Les relations commerciales amènent les Yéménites à être plus murtabitîn, plus liés les uns aux autres qu'ils ne l'ont jamais été. Et malgré les sombres prédictions de certains journaux yéménites17, la simple ampleur de ces liens révèle que, quels que soient les soubresauts politiques de surface, le pays n'est pas prêt de se diviser. Mais ces liens sont nouveaux. Ils sont souvent malaisés à saisir pour les hommes de tribu et, paradoxalement, les problèmes sont les plus aigus chez ceux qui sont considérés comme des privilégiés.

41Le Yemen Times affirme d'emblée : " C'est un fait évident que la confédération Hâshid mène le jeu aujourd'hui au Yémen. En conséquence, les autres groupements tribaux, les Bakîl en particulier ont été partiellement éclipsés"18. La plupart des hommes de tribu Hâshid n'ont pourtant pas l'impression de diriger quoi que se soit. Nombre d'entre eux semblent éprouver cette "mélancolie singulière que les habitants des contrées démocratiques font souvent voir au sein de leur abondance"19. Pour les mêmes raisons avancées par Tocqueville, l'égalité paraît souvent à portée de main mais elle échappe inévitablement aux hommes. L'un s'élève constamment tandis que l'autre ne cesse de descendre mais l'on est toujours trop enserré dans des relations politiques et commerciales pour s'esquiver. Il ne reste plus d'endroit où aller.

42Je dois reconnaître que j'ai été un peu surpris cette année d'entendre tant d'amis parmi les Hâshid se plaindre de la disparition des valeurs tribales. Dans les tribus, les gens parlent eux-mêmes principalement des partis ; et, bien souvent, de partis qui ne sont pas ceux avec lesquels la presse les associe. Parmi les tribus dont la cohésion est proverbiale, je n'ai jamais vu en quinze ans de fréquentation, l'esprit de corps ('asabiyya) descendre à un niveau aussi bas. Si elles étaient appelées à se rassembler selon les formes traditionnelles, de nombreuses personnes, je pense, préféreraient décliner l'invitation.

43De façon curieuse, le Yemen Times poursuit son article sur les Bakîl en vantant leur grande force et leurs nombreux effectifs et évoque leur désir de faire désormais pencher la balance de leur côté. Dix ans auparavant, il était fréquent d'entendre ce propos chez les Bakîl20. Ce n'est plus le cas et il est intéressant de voir pourquoi. Singulièrement, on constate au sein de cette confédération l'existence d'un mouvement qui s'oppose, sur le plan conceptuel et non simplement politique, à ce que l'on voit chez les Hâshid ; un mouvement qui tire profit de ne pas être un parti et qui s'est concrétisé par la mise sur pied du Mu'tamar al-talâhum al-watanî (Congrès de la Cohésion Nationale). Le Yemen Times, pour une raison qui lui est propre, décrit celui-ci en des termes plus simples que ceux utilisés par les membres du Mu'tamar.

44Il s'agissait au départ d'une tentative de résoudre les conflits tribaux survenant dans l'extrême Nord-Est. Cette initiative remporta un succès surprenant puis fit boule de neige jusqu'à intéresser, à tout le moins, des tribus de Saada et d'au-delà de Hârib. Les cheikhs Bakîl en furent les principaux maîtres d'œuvre. A ses débuts en particulier, le Congrès eut à faire face à une vive opposition de la part de certains cheikhs Hâshid. Le Mu'tamar al-talâhum est parvenu à résoudre les conflits là où d'autres avaient échoué, précisément parce qu'il l'a fait à l'écart des partis et du gouvernement. Cela a eu pour effet, entre autres, de couper l'herbe sous les pieds de ceux qui souhaitent promouvoir un séparatisme Bakîl contre les Hâshid ou un séparatisme de parti contre les détenteurs du pouvoir. Des décisions difficiles devront être prises. Par le biais des procédures traditionnelles de l'arbitrage, ces personnes ont gagné une audience immense et devront bientôt décider de ce qu'elles veulent en faire. La mise à distance des partis qui a fait leur succès, est un obstacle pour acquérir une audience nationale. Mais toute tentative pour institutionnaliser leur influence au niveau national nuirait à leur image d'arbitres honnêtes au sein des tribus. L'avenir nous éclairera21. Il n'empêche que ces personnes ont provoqué, au cours de ces derniers mois, un des événements les plus intéressants de la scène tribale.

45Les tribus ne s'inquiètent pas de tel ou tel parti, elles s'inquiètent plutôt de l'esprit de parti (hizbiyya). En se disant "hors-parti" (ce que les groupes islamistes prétendent également), il est possible de réunir un très large éventail de gens et le "tribalisme" - et non pas telle ou telle tribu - est un puissant moyen pour y parvenir. Par nature, les tribus sont distinctes les unes des autres. Les codes d'interaction, en revanche, sont communs à tous et gouvernent aussi bien les relations au sein d'une tribu qu'entre plusieurs d'entre elles. Pendant la guerre civile notamment, les tribus ont toujours pu se rencontrer malgré des divergences politiques très importantes dès lors qu'elles se rencontraient en tant que tribus. Les partis, en tant que tels, ne peuvent guère le faire. Le trait caractéristique évoqué auparavant est que les fractions d'une tribu ou différentes tribus sont, formellement, de même nature.

46Les régions prises en compte par la politique européenne relèvent d'une autre optique. A écouter les régionalistes, la spécificité de la Bretagne ou de l'Occitanie réside dans leur différence de nature avec la région parisienne ou la Normandie ; de même, l'Ecosse serait différente par nature du pays de Galles ou de l'Angleterre. Ces régions auraient des histoires distinctes et des "cultures" différentes et cela qu'elle que puisse être la signification réelle de ces distinctions. Le sentiment régionaliste existe déjà dans certaines parties du Yémen et particulièrement dans les régions où le tribalisme a été supprimé. Dans le Yâfi', par exemple, les gens affirment qu'ils n'appartiennent plus à des tribus et que leur système de comités bloquera les tentatives pour réintroduire les différences tribales. Dans le même temps, ils sont convaincus que le Yâfi' est unique et conçoivent leur histoire comme distincte de celle de leurs voisins. Au cours d'une brève visite à Lab'ûs (une petite bourgade), je n'ai pas reçu moins de trois ouvrages sur la culture du Yâfi'. Un processus similaire est probablement plus avancé dans le Hadramaout, au sujet duquel des livres sont publiés presque chaque mois. Le même phénomène se retrouve à Radfân où un régionalisme se construit sur les soi-disant décombres du tribalisme22. Dans nombre de ces régions les liens tribaux se renouent rapidement par-dessus l'ancienne frontière inter-yéménite mais les identités régionales sont empreintes d'un caractère singulier et inédit au Yémen.

47Au Nord, ce processus est moins avancé et le trait identitaire le plus caractéristique des gens du Nord en tant que groupe leur est attribué par les Adénites qui les comparent à un personnage peu recommandable d'un feuilleton télévisé. Mais cela évoluera. Leur position actuelle ressemble plutôt à celle des Anglais qui se considèrent comme les représentants de la norme britannique et n'ont pas besoin, de ce fait, de marqueurs culturels (nul n'ignore qu'ils croient être les seuls, parmi tous les anglophones, à ne pas avoir d'accent). Mais si les Ecossais et les Gallois se mettent à promouvoir leur culture régionale, les Anglais vont commencer à danser la gigue. Le régionalisme engendre les régions. Tout laisse à penser qu'une région tribale émergera au Yémen dans laquelle le type de relations que j'ai décrit se maintiendrait (nominalement, les tribus étant toutes de même type). Entre celle-ci et les parties basses du Yémen, on retrouverait une différence de nature similaire à celle séparant le pays de Galles et l'Ecosse23. Ceci ne doit pas susciter l'inquiétude mais doit cependant inciter les "grands" partis à acquérir une audience régionale et nationale et à rester attentifs aux affaires du pays tout en tolérant une autonomie locale.

48Tocqueville établissait une distinction entre un gouvernement centralisé - une bonne chose pensait-il, puisqu'il dirige l'intérêt général - et une administration centralisée, mauvaise puisqu'elle applique des solutions générales à des problèmes locaux bien particuliers, sapant par là tout intérêt local pour l'Etat. L'équilibre est difficile à maintenir au regard de la complexité croissante des problèmes auxquels nous sommes tous confrontés. Le gouvernement centralisé, selon Tocqueville, nécessite aussi une presse nationale et des partis nationaux pour réunir des gens qui, en pratique, ne se rencontreraient jamais. D'une manière ou d'une autre, il s'agit de cultiver l'intérêt pour les questions véritablement nationales.

49En comparaison avec les démocraties occidentales, la vie politique yéménite actuelle manque de certains éléments. Je relève ces différences sans juger si elles sont bonnes ou mauvaises. Ainsi, n'existe-il pas encore de sondages d'opinion. Cette technique est assez récente en Europe et ses effets discutables, mais il n'en reste pas moins qu'elle permet de refléter, à l'échelle nationale les opinions locales et de donner leur sens à des expressions telles que "le pouls de la nation".

50En général, les hommes de tribu montrent un vif intérêt pour l'évaluation des probabilités de certains faits. Il est, en revanche, extrêmement difficile d'obtenir d'eux une estimation de l'opinion publique dont on pourrait dire qu'elle n'existe pas, au sens strict, dans de nombreuses régions rurales. "Combien de gens, selon vous, préfèrent ce parti et combien celui-là ?", "je ne sais pas", "vous avez bien une idée ?", "c'est à dire que chacun à sa propre opinion" (li-kull wâhid ra'y). Dans certains cas c'est un manque de connaissance réel qui prédomine, dans d'autres, la crainte d'exprimer ce que l'on sait mais cela n'est pas tout. Il m'a fallu du temps avant de comprendre qu'un pourcentage n'est pas perçu comme la somme de nombreuses opinions individuelles mais comme quelque chose qui usurpe les opinions individuelles et les reconstruit d'une façon que les gens refusent. Leur suspicion pourrait être fondée. De fait, lorsque les niveaux intermédiaires de la démocratie (gouvernement local, etc.) sont affaiblis, comme c'est le cas dans certains Etats occidentaux, les sondages d'opinion nationaux usurpent réellement l'opinion personnelle, rendant votre position identique à celles de millions d'autres personnes qui peuvent voter comme vous mais pour de toutes autres raisons. La distinction vitale entre espace public et espace privé disparaît et la politique devient une fin, et non un moyen, rendant l'expression des divergences extrêmement difficile.

51Lorsque la vie politique s'anime ponctuellement (une campagne d'un mois ou deux), il n'existe pas de problème majeur mais lorsque les débats deviennent permanents, comme la vie moderne permet de le faire, la vie toute entière devient politisée. Le même mécanisme qui nous présente une image du pays tout entier le subdivise en blocs distincts. Dans certaines régions de l'Amérique par exemple, ou dans certains secteurs de la vie américaine, on aboutit au point où les membres de différents groupes (groupes ethniques, quelle que soit l'acceptation de cette expression) ne peuvent presque plus se parler. Le souvenir de l'Affaire Dreyfus suffit à faire comprendre comment la politisation généralisée contribue à diviser un pays. Les liens tribaux vont à l'encontre de cette tendance ; ils font partie d'un système dans lequel l'opinion individuelle est l'état de choses normal.

52Lorsque la politique en arrive à remplir toute la vie publique et que votre opinion est censée être celle du bloc auquel vous appartenez, il ne vous reste plus que deux options : soit vous cessez d'avoir des opinions, soit vous les gardez soigneusement pour vous "confinées dans la solitude de votre propre cœur". Toutes sortes de systèmes formellement différents peuvent arriver à ce résultat. Le monde de Babitt décrit par Sinclair Lewis ( le Middle West dans les années 20) n'est pas si différent de celui décrit par Milan Kundera (la Tchécoslovaquie socialiste des années 60), et certains parallèles pourraient être facilement tracés avec le Monde arabe. Quand la politique pénètre tous les domaines de l'existence, il n'y a plus de vraie politique ; quand on exige toujours des réponses absolues, on obtient plus de réponses. Quelle est donc la solution ?

53Revenons un moment à al-Ghûla. Le litige entre al-Qahum et Bayt Abû Miryam résulte d'un meurtre commis au début des années 60. Le conflit resurgit au début des années 90 pour diverses raisons dont une me semble particulièrement intéressante. Durant toutes ces années, la famille de la victime n'avait pas cherché à se venger et avait accepté le prix du sang (diyya) à une condition : que lors de la Fête du sacrifice d'Abraham (très importante dans cette région), le meurtrier s'abstienne de porter des vêtements neufs, ne participe pas avec les autres hommes à la danse de la janbiyya, et ne tire pas de coups de feu. Il ne devait pas offenser les proches de la victime par sa présence en public. Lors d'événements majeurs il ne devait pas se montrer ; l'an dernier il "oublia". Je ne peux préjuger des raisons de cet oubli.

54Dans les anciens documents tribaux de telles clauses ne sont pas rares. Une trêve ou le prix du sang sont acceptés à la place de la vengeance à la condition que l'adversaire ne se montre pas au marché, ne pénètre pas votre territoire, ne vienne pas de jour dans votre village. Le problème est évité par une division formelle du temps et de l'espace24. Dans les démocraties effectives, la même chose est vraie : il n'est pas nécessaire que nos différences apparaissent partout si elles peuvent s'exprimer dans certaines situations. Mais là où les Etats occidentaux ont parfois essayé de séparer espace public et espace privé par des distinctions légales, les tribus quant à elles ont divisé sans cesse la société elle-même. Unifier les opinions (tawhîd al-kalâm) n'importe donc que de façon intermittente. La plupart du temps, il est juste et correct que chacun ait son opinion (li-kull wâhid ra'y) et l'essentiel de la vie sociale est en réalité constitué d'une série d'espaces privés. Ne pas se montrer au marché ou ne pas célébrer la Fête du sacrifice sont des exemples extrêmes. Ils illustrent cependant un principe général selon lequel l'accord ou la dissension, entre hommes ou entre groupes, sont des questions qui ne dominent pas la vie dans son ensemble. Il reste à savoir si cela peut se vérifier lorsque les gens sont liés plus solidement par les relations commerciales.

55Jusqu'ici j'ai distingué gouvernement et tribalisme de manière à mettre en lumière les différences existant entre certains principes fondamentaux. Mais comme l'a dit le Président, l'Etat fait partie des tribus, et les tribus pourrions-nous ajouter, font partie de l'Etat car nul ne doute qu'il est un citoyen yéménite. Les tribus peuvent-elles parler le même langage que le gouvernement ? De toute évidence oui. Les proclamations tribales élégamment préparées sur un ordinateur Macintosh que l'on peut lire aujourd'hui, s'inscrivent dans une longue tradition de résolutions nationales élaborées sur une base tribale. Les célèbres rassemblements tenus à 'Amrân et Khamir dans les années 60 par exemple, se déroulaient selon la coutume tribale et adoptaient des résolutions qui ne pouvaient provenir, pour certaines d'entre elles, que d'hommes de tribu. Mais elles tinrent une place centrale dans la conduite de la guerre par les Républicains contre les Royalistes, et furent au cœur de l'arrangement politique qui mit fin à la guerre avec l'avènement d'une République Arabe du Yémen authentiquement indépendante25. Les transformations qui survinrent dans ce que qui allait devenir la RPDY furent plus radicales, mais dans les premiers temps il y eut une imbrication naturelle du style tribal et de celui du Mouvement de Libération ; cela semble revenir aujourd'hui dans des documents en provenance de régions comme l'Hadramaout. Les gens oublient la grande conférence tribale réunie par le cheikh Abdallah al-Ahmar en 1974, pour soutenir le "Mouvement de Rectification" du Président Ibrahim al-Hamdi. Il y fut créé ce qui devait devenir une "conférence permanente des tribus", incluant des commissions et sous-commissions, dans laquelle le style tribal et le style administratif étaient indissociables26.

56Depuis l'unification du Yémen, rassemblements et résolutions de ce type se multiplient, à partir d'un large rassemblement mal connu dans le wadi Silba fin 1990 (Mu'tamar al-tadâmun), jusqu'au rassemblement qui se tient actuellement près de Mareb (Mu'tamar Saba'). Quiconque suit ces questions sait que l'orientation politique des rassemblements tribaux varie énormément de l'un à l'autre, et les appartenances politiques des personnes impliquées ne sont pas moins variables. Tous ne poursuivent pas les mêmes objectifs. A long terme pourtant (des années 60 aux années 90), les différences politiques comptent moins que les similitudes de style ayant permis aux tribus de se donner et de garder depuis trente ans une voix dans la vie nationale.

57Revenons un instant au "Congrès de la cohésion", Mu'tamar al-talâhum, non pas pour en parler comme d'un parti (ses membres rejettent cette étiquette), mais parce qu'il illustre fort bien cette imbrication d'intérêts tribaux et nationaux27. Permettez-moi de citer quelques-unes de ses résolutions. La première appelle de façon prévisible au règlement des conflits entre tribus. Le texte exhorte cependant l'Etat à soutenir ces efforts. Près de la moitié des autres résolutions portent sur des questions d'économie nationale et sur l'administration et contiennent une mention spéciale sur l'agriculture. Le rôle de la télévision dans la société yéménite est évoqué en des termes inquiets. La résolution 26 demande la protection des sites archéologiques. De fait, l'éventail des sujets traités est très large. La résolution 20 peut être considérée comme typiquement "tribale" puisqu'elle demande que l'armée soit postée aux frontières du pays, plutôt que dans les villes ou "au sommet de montagnes surplombant les tribus". Toujours cette question de surveillance et de visibilité ! Mais il n'est pas question que le gouvernement abandonne les tribus ; la résolution 8 le presse d'être présent partout à travers des bureaux administratifs et des postes de police.

58Un signe du déclin de l'Etat britannique apparut lorsque la BBC cessa de différencier dans ses informations la police et l'armée, toutes deux appelées "forces de sécurité", ce qui éveillent de sinistres échos orwelliens. Quelle que soit la confusion qui régnait à la BBC au sujet de la police et de l'armée, il est rassurant de remarquer que les tribus du Yémen font encore la différence. De fait, ce sont précisément de telles distinctions juridiques - les limites acceptées de l'exercice du pouvoir - qui maintiennent un Etat dans la voie du droit.

59De même que la police et l'armée devraient, en théorie, avoir un rôle différent, il en est ainsi pour les tribus et les partis. Le plus grand dirigeant tribal, cheikh Abdallah al-Ahmar, disait récemment dans une interview : "le système tribal est un mode de vie meilleur que le système des partis et plus apte à créer des liens forts. Il possède des coutumes et des traditions, des contraintes et une morale que beaucoup de partis n'ont pas"28. C'est parfaitement exact. Mais toute tentative de les combiner, comme ne l'ignore pas le cheikh Abdallah, de donner une base tribale à un parti national, va au devant de nombreux problèmes : la méfiance des tribus à l'égard des partis signifie qu'une partie de la base tribale tend à s'éloigner lorsque les objectifs de certains membres du parti peuvent être incompatibles avec ceux des hommes de tribu. Mais dire que la tribu elle-même est un parti, comme plusieurs autres cheikhs me l'on dit ces derniers mois, est tout aussi difficile. Des slogans comme "le Yémen c'est les tribus et les tribus sont le Yémen", peuvent gravement induire en erreur. Les tribus sont, par nature, localisées et elles sont toutes de même nature : les principes qu'elles ont en commun sont identiques. Les tribus en tant que partis ne peuvent donc être que des partis mineurs au sens de Tocqueville, se distinguant seulement par les avantages que le gouvernement leur octroie. Très vite les gens perdent alors tout intérêt.

60Pourtant les grands partis fondés sur des principes d'intérêt national, ne sont pas du tout à même de gérer les différences locales et s'ils en viennent à former l'ensemble de la vie, il est rare qu'ils disposent d'un seul motif d'interaction. Ils forment alors des nations séparées. Il faut donc quelque chose pour tenir ensemble les gens et leur rappeler que la politique partisane n'est qu'un aspect de la vie. C'est exactement ce que suggèrent les relations tribales. Partis et tribus ont, dès lors, chacun un rôle à jouer. Au cours des deux dernières années, les mouvements tribaux qui ont entièrement rejeté les partis n'ont pas eu grand chose à dire sur le Yémen moderne. Les mouvements les plus intéressants sont ceux qui acceptent l'Etat et le système des partis et qui acceptent même que des personnes à l'intérieur d'une tribu préfèrent, en toute légitimité, des partis différents, tout en gardant leurs propres intérêts tribaux distincts de la politique partisane. C'est en complément les uns des autres et non comme rivaux, que les tribus et les partis s'accordent le mieux. Plus précisément, le tribalisme est compatible avec le partisianisme. Le cheikh Abdallah al-Ahmar joua un rôle décisif lors des conférences tenues pendant la guerre civile à 'Amrân (1963) et Khamir (1965) où, même le Royalistes et les Républicains, pouvaient se rencontrer en tant qu'hommes de tribu. Sa conférence des tribus dans les années 70 rassembla des gens d'opinions variées mais aussi originaires de nombreuses régions, de Saada à al-Baydâ', réunis sur une base tribale. Aussi longtemps que c'était le cadre de référence et que la séparation entre partis et appareil d'Etat était claire, c'était le tribalisme qui comptait et non telle ou telle tribu. Les al-Ahmar sont cheikhs suprêmes des Hâshid depuis 200 ans. On parlait pourtant du cheikh Abdallah comme du Shaykh mashâyikh al-Yaman, le cheikh suprême de tout le pays, comme il l'était effectivement. A cette époque, il a montré comment les tribus pouvaient participer à la vie de la nation sans l'accaparer et ce qu'il fit alors, sert encore de base à une période de différences partisanes explicites.

61Les autres régions ont beaucoup à apprendre sur les tribus si elles ne veulent pas vivre dans une crainte et une méfiance irrationnelle à leur égard, de même que les gens de tribu doivent beaucoup apprendre sur les régions non-tribales du pays. Les tribus ne résument pas à elles seules la société yéménite, cela n'a jamais été et ne sera jamais. Mais elles ont un rôle positif à jouer en apportant un complément au système des partis et une somme d'expérience qui servira à établir la démocratie yéménite. Celle-ci sera différente de tout ce qui existe aujourd'hui en Occident et les tribus ont encore beaucoup à nous apprendre.

Haut de page

Notes

1 al-Majalla, n° 347, 1-7 octobre 1986.
2 al-Shurûq, n° 7, 21-27 mai 1992.
3 Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, Paris, Gallimard, 1961 ; t. 1, p. 63.
4 Alî Sabra, Nahwa îdiyûlûjiyya 'arabiyya, Taezz, al-Sharika al-Yamaniyya li-l-tibâ'a, 1972.
5 Alî Sabra, loc. cit.
6 Pour une description plus détaillée du système tribal, voir : P. Dresch, Tribes, Government and History in Yemen, Oxford, Clarendon Press, 1989. Une étude des relations entre les tribus et l'Etat se trouve dans Fadl Abu Ghanim, al-Qabîla wa-l-dawla fi-l-Yaman, Le Caire, Dâr al-Manâr, 1990.
7 Sur la permanence des noms de tribus, voir les contributions de R. Wilson et C. Robin dans Yusuf Abdallah (éd.), al-Hamdânî : lisân al-Yaman, Sanaa, Ghâmi'at Sana'â', 1986.
8 Dresch, op. cit., pp. 92-95.
9 De Tocqueville, op. cit., t. 2, p. 105.
10 Ibid., t. 1, p. 41.
11 Ibid., t. 1, p.213.
12 Ibid., t. 1, p. 263.
13 Ibid., t. 1, p. 178.
14 Ibid., t. 1, p. 182.
15 al-Mustaqbal, n° 67, 3 novembre 1991.
16 Il serait vain de prétendre que les problèmes tribaux n'impliquent pas souvent des hommes politiques d'envergure nationale. Les hommes de tribu le soulignent parfois eux-mêmes (cf. Dresch, op. cit., pp. 379 sq). A ma connaissance, il n'y a pas un seul cas où les affiliations politiques en tant que telles ont eu un effet majeur.
17 al-Mustaqbal, n° 106, 107, 108.
18 Yemen Times, vol. 1, n° 43, 23-30 décembre 1990.
19 De Tocqueville, op. cit., t. 2, p. 145.
20 Dresch, op. cit., pp. 370-372.
21 Au moment où cette conférence était prononcée, une délégation du Mu'tamar al-talâhum participait avec plusieurs autres groupes tribaux à un rassemblement près de Mareb appelé Mu'tamar Saba'. Une bonne partie des discussions portèrent justement sur l'importance respective de l'allégeance dévolue à la tribu et aux partis. Il semble qu'à ce propos un accord ait été conclu malgré l'existence de profondes divergences politiques. Pour un compte-rendu du Mu'tamar Saba', cf. al-Tadâmun, n° 8, 25 octobre 1992.
22 Cf. par exemple, Salem al-Daybani, Min haqîbat al-dahr li-l-insân tahkî'an akhbâr Radfân, Aden, Dâ'irat al-sahâfa, 1991.
23 Les dimensions de cette région dépendront des décisions des cheikhs de tribus mais il est certain qu'une "région tribale" est en train d'émerger.
24 Dresch, p. 385.
25 Ibid., pp. 249-251.
26 Ibid., pp.362-363.
27 Pour une traduction en anglais de leur premier document, voir : Yemen Times, vol. 1, n° 43, 23-30 décembre 1991.
28 al-Shurûq, n°27, 21-27 mai 1992.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Dresch, « Tribalisme et démocratie au Yémen », Chroniques yéménites [En ligne], 2 | 1994, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 24 août 2017. URL : http://cy.revues.org/81 ; DOI : 10.4000/cy.81

Haut de page

Auteur

Paul Dresch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org