Navigation – Plan du site

Les pêcheurs de Shihr

Transmission du savoir et identite sociale
Sylvaine Camelin

Entrées d’index

Mots-clés :

pêche

Géographique :

Shihr

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Yémen est bordé à l'ouest par la mer Rouge qui débouche sur le golfe d'Aden et au sud par l'océan Indien. Dans ces deux régions se sont développées, depuis des temps très anciens, des activités de commerce maritime et de pêche. On en trouve notamment des mentions dans le Périple de la mer Erythrée et dans les récits de Marco Polo1. Plus récemment, on sait l'importance stratégique acquise par le détroit de Bâb al-Mandab à l'embouchure de la mer Rouge et l'intérêt que celle-ci présente en tant que voie de navigation. La pêche, en revanche, semble y être moins développée que dans l'océan Indien où l'activité halieutique est très importante dans les villes et villages côtiers. Cependant la littérature scientifique occidentale produite sur ce domaine maritime concerne essentiellement l'architecture navale, les routes de commerce, les lois et règlements maritimes2 et très peu la pêche ou les pêcheurs.

2Deux articles de R. Serjeant3 traitent des pêcheurs. Le premier concerne l'étude d'actes de ventes, de dons de concessions et de documents relatifs aux pièges utilisés pour la pêche aux crevettes au Bahrain, qui n'est donc pas la région dont il sera ici question. Il en donne une traduction et un essai d'interprétation. Le second reprend le texte arabe d'une loi coutumière de la ville de Shihr, réglant les droits et devoirs réciproques des propriétaires de bateaux et des marins-pêcheurs. Il en donne une traduction et une très courte introduction générale de présentation. Il existe également un court texte de O. Myers datant de 1947 sur un petit village de pêcheurs juste en dehors de la ville d'Aden. Cette note très intéressante donne quelques renseignements sur la pêche, mais rapporte surtout le mythe de fondation du village et quelques croyances relatives au monde marin en général. En dehors de ces textes, le peu d'information que l'on puisse trouver sur les pêcheurs provient des récits de voyages et d'aventures4.

3Il faut cependant noter que la plupart des sources arabes sur le sujet n'ont pas encore été dépouillées.

4L'étude présentée ici concerne la communauté de pêcheurs de Shihr située dans le Hadramaout sur la côte de l'océan Indien. Cette ville, forte d'environ 32 000 habitants, a été la capitale du Hadramaout jusqu'au début du siècle. Actuellement, c'est Mukalla située à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Shihr, qui est la ville côtière la plus importante.

5L'essentiel de cette étude décrit une organisation du travail datant d'une vingtaine d'années. Depuis, cette structure a subi de profondes transformations. Il m'a cependant semblé nécessaire de m'y intéresser pour plusieurs raisons. Tout d'abord, il existe, pour la période que je décris ici, une organisation du travail de la pêche tout à fait intéressante. Cette organisation semble basée sur un système de hiérarchie, puisqu'au niveau de l'équipage, elle est caractérisée par une séparation des fonctions et un apprentissage progressif contrôlé qui se traduisent dans certains cas par un statut variable dans la communauté des pêcheurs voir même dans le reste de la ville. Cette organisation tendant actuellement à s'effacer, il est important d'en donner un état des lieux, ne serait-ce que pour comprendre l'enjeu des transformations et des revendications des pêcheurs et des autres groupes sociaux avec lesquels ils sont en relation. Les pêcheurs eux-mêmes soulignent la part active qu'ils ont pris pour la mise en place de ces processus de changement. Je traiterai plus particulièrement de la fonction de capitaine (rabbân), avant d'aborder l'étude des changements5.

6Le rabbân possède une autorité et des compétences qui dépassent le cadre de la pêche en mer proprement dite. Il ne semble pas y avoir de lignées familiales de capitaines, mais plutôt un long apprentissage par étapes et dont apparemment la tradition voudrait qu'il soit ouvert à tous. Je tenterai donc d'expliciter la manière dont est acquis le savoir de pêcheur puis de rabbân. La hiérarchisation de la profession montre clairement que le savoir n'est pas le même pour tous, et il me parait intéressant de chercher à comprendre quelle est la spécificité du savoir du rabbân, et quelle autorité il peut en tirer. Le rabbân est un homme de métier, respecté et écouté pour son savoir mais il est aussi le représentant des pêcheurs, auprès d'autres groupes professionnels de la ville (propriétaires de bateaux, marchands, poissonniers...), lors des cérémonies religieuses destinées à favoriser la pêche et dans le contact avec les cheikhs6.

Etre pêcheur : un même apprentissage pour tous.

7Les pêcheurs de la ville de Shihr constituent un groupe d'environ 1500 hommes actifs pour une flottille composée de quelques 220 bateaux7. Il convient de noter que les équipages comportent de cinq à dix membres et que, l'apprentissage passant par plusieurs étapes successives, il faut avoir un certain âge pour accéder à une connaissance globale de son métier. La population des plus de quarante-cinq ans représente environ 450 personnes. Sachant qu'il y a 220 bateaux environ, cela fait qu'un homme d'expérience sur deux est rabbân. Etre capitaine n'est donc en aucun cas un titre exceptionnel, mais plutôt l'aboutissement normal d'une longue pratique de la mer et de la pêche.

8Les pêcheurs vivent principalement le long de la plage, dans cinq des neuf quartiers qui composent la ville. Ils appartiennent au groupe des masâkîn, c'est-à-dire des "pauvres", à l'intérieur duquel ils constituent jusqu'en 1967 le groupe le plus pauvre8. Professionnellement, ils constituent un groupe structuré et sont organisés en deux coopératives. La première, la plus importante et la plus ancienne, rassemble environ 95% des pêcheurs. Elle est officiellement née en 1966, et a été formée sur la base des différentes règles tacites et écrites qui régissaient le travail et la vie des pêcheurs. Cette coopérative fut essentiellement une initiative des pêcheurs visant à s'organiser, à se protéger des groupes qui les dominaient, et à prendre en main l'organisation de leur travail, particulièrement au niveau de la propriété du matériel (bateaux) et de la vente du produit des pêches. 

9Il en existe actuellement une seconde, créée en 1991 ou 1992, qui a été fondée par des islamistes. Cette seconde petite coopérative, composée de jeunes pêcheurs, a vu le jour dans le quartier de pêcheurs d'al-Khûr qui est situé en dehors des anciens murs de la ville, et a toujours été considéré comme étant à part par la population des autres quartiers. Les habitants d'al-Khûr sont venus d'ailleurs (il s'agit, selon les dires des habitants des autres quartiers, de "bédouins" venant de l'intérieur des terres), et ses habitants actuels (bien que dans une moindre mesure) sont toujours un peu considérés comme différents. J'avais signalé dans mon mémoire de maîtrise l'existence à propos de ce quartier du proverbe : "khûrî waîlâ muslim ", c'est-à-dire "soit habitant d'al-Khûr, soit musulman".

10Il existe de vives tensions entre les deux coopératives, et il est intéressant de noter que c'est précisément dans le quartier dont les habitants sont désignés comme de moins bons musulmans que s'est implantée cette coopérative dont les membres se réclament d'un Islam "plus orthodoxe". Il faut également noter les remarques parfois acerbes des pêcheurs les plus âgés au sujet du fondateur de cette coopérative. En effet, il faisait partie des fondateurs de la première coopérative et les plus anciens l'accusent de ne vouloir que le pouvoir et, sous couvert de religion, d'utiliser les jeunes pêcheurs restés dans l'ignorance des événements politiques survenus dans les années soixante et soixante-dix. Nous reverrons dans une dernière partie les raisons qui ont pu motiver la naissance de cette seconde coopérative.

11Tous les équipages doivent être rattachés à une coopérative qui arbitre les conflits, organise la vente à la criée, fait respecter les règles et protège ses membres. A l'intérieur des coopératives, le travail est effectué par des groupes restreints : les équipages. L'équipage d'un bateau de pêche est de taille réduite, composé de cinq à dix membres ayant à bord des places précises et des rôles très différenciés9.

12En mer, ce groupe présente une très forte cohésion sous la direction du capitaine, qui, comme je vais tenter de le montrer dans la suite de ce travail, se situe au centre de toutes les relations professionnelles (ou liées de manière plus indirecte à ce métier). Son rôle de dirigeant et de coordinateur est absolument essentiel lors des sorties en mer, c'est lui qui représente le groupe de pêcheurs travaillant sous sa direction, il joue également un rôle d'intermédiaire entre l'équipage et les autres groupes sociaux. Il est chargé de diriger ce groupe et de lui procurer les moyens de produire, grâce au matériel fourni, mais aussi par sa connaissance de la mer, qui permettra aux pêches d'être plus fructueuses. Il doit assurer une certaine sécurité à son équipage, en sachant évaluer les risques, et en assurant son rôle d'intermédiaire entre l'ensemble des pêcheurs et les "spécialistes religieux". Enfin, étant le plus compétent professionnellement, il est l'un de ceux qui seront chargés de la formation des plus jeunes, de la transmission du savoir et du savoir-faire aux générations suivantes.

13Un équipage est un groupe professionnel structuré à l'intérieur duquel il existe une division du travail et une spécialisation, même dans le cas de petits équipages. Des rôles et des actions spécifiques sont liés à cette spécialisation qui diffère selon que l'équipage pêche à la ligne ou au filet (l'équipage étant plus hiérarchisé et un peu plus important dans le second cas). Dans ce cas, et comme le souligne K. Weibust10 à propos d'équipages portugais et finlandais, "l'ensemble du groupe sera défini en fonction d'un système de droits et de devoirs réciproques". Cependant, ces règles ne divisent pas les pêcheurs en les enfermant chacun dans sa spécialité, mais au contraire renforcent l'interaction des différents rôles et fait ressortir l'importance de la coopération au sein de l'équipage.

14Un équipage devrait, pour être vraiment complet, être ainsi composé :

  • d'un jeune farrâm (apprenti qui reste encore à terre),

  • -'un mowal qiddâm (apprenti qui embarque), d'un mowal suka al-digal (qui tire son nom de celui de la banquette sur laquelle il se trouve : suka al-digal),

  • de deux ghawwâsîn (ce qui signifie littéralement "plongeurs"),

  • d'un ou deux misdar (dont l'un qui sera le second du capitaine),

  • d'un rabbân (capitaine).

L'apprentissage du métier de pêcheur :

15Nous venons de voir que tout pêcheur débute sa carrière en tant que farrâm. Cependant, avant même d'avoir ce statut, le petit garçon apprend à connaître le monde de la mer et de la pêche en jouant avec des compagnons de son âge. Sur la plage, il regarde les plus grands qui s'entraînent à lancer le filet. Vers sept ou huit ans, il commence à pêcher sur la plage et dans les marigots avec une petite ligne. A la maison, sur la plage, les enfants jouent "à pêcher" en imitant les gestes qu'ils ont vu faire. A l'aide de carton et de ferraille, ils fabriquent des jouets en forme de bateaux ou de poissons.

16Il est intéressant de constater que contrairement aux autres jeunes qui s'identifient plus particulièrement aux quartiers, l'identité sociale des fils de pêcheurs semble plutôt se cristalliser sur la communauté professionnelle. Lors de la fête du Sacrifice d'Abraham (‘îd al-kabîr) tous les enfants, les adolescents masculins et les jeunes hommes non mariés de la ville défilent dans leur quartier, de maison en maison (pour les plus jeunes), et dans les rues en chantant et en faisant danser des lanternes fabriquées à domicile. Chaque quartier possède une forme qui lui est propre11, et, bien entendu, tous les quartiers de pêcheurs sont représentés par des lanternes-poissons, ou des lanternes-bateaux (les autres quartiers étant représentés par les monuments qui s'y trouvent, comme par exemple les portes de la ville). Or, les enfants de pêcheurs qui n'habitent pas dans les quartiers de pêcheurs porteront des lanternes en forme de poisson ou de bateau, et non pas de la forme du quartier où ils habitent. Pour les très jeunes garçons (quatre, cinq ou six ans), les lanternes fabriquées par les parents ou les aînés ont une forme très simple et souvent identique d'un quartier à l'autre. En revanche dès que les garçonnets commencent à fabriquer leur propre lanterne, les formes deviennent beaucoup plus élaborées et s'identifient alors à des thèmes précis.

17Entre dix et douze ans, le jeune garçon devient farrâm, c'est-à-dire un apprenti, qui ne sort pas encore en mer. On le nomme ainsi à cause du travail dont il est chargé. Il doit ramasser sur la plage des galets de la taille d'un poing qui portent le nom de farm, et les apporter chaque matin aux pêcheurs. On utilise ces pierres comme lest pour la pêche à la ligne. Les courants très nombreux dans cette région forment des couches qui présentent des caractéristiques (de température notamment) très variables. Bien entendu les différentes espèces de poissons vivent dans les zones qui leur sont les plus favorables. Il faut donc aller les chercher à des profondeurs très précises. Les pierres servent de lest pour descendre les lignes à l'endroit voulu en fonction du poisson recherché. Lorsque la ligne est en place, par un mouvement sec du poignet, le pêcheur détachera la pierre qui coulera au fond en laissant la ligne à sa place. Le stock de pierres est donc à renouveler quotidiennement et c'est la responsabilité du farrâm de faire en sorte que, chaque jour, le bateau soit suffisamment pourvu en pierres.

18C'est également lui qui est chargé de faire au souk les commissions des pêcheurs et de les ramener à la maison ou sur la plage, le matin, au moment de l'embarquement. Si les pêcheurs partent en mer plusieurs jours, laissant à la maison une femme et des enfants trop jeunes pour faire les courses (une femme ne pouvant en aucun cas se rendre dans le souk d'alimentation), c'est lui qui en sera chargé, bénéficiant encore (dans cette société où la séparation des sexes est très importante) d'un statut d'enfant, et pouvant donc entrer, en cas de nécessité, dans des maisons habitées par des femmes avec lesquelles il n'a pas de relation de parenté ou d'alliance. Ce statut de l'enfant rejoint tout à fait un mode d'organisation courant des sociétés arabes, où le petit garçon est élevé par sa mère dans un univers féminin qui lui permet entre autre d'avoir accès au hammâm avec les femmes. Ce statut disparaît à partir du moment où le garçon entre dans l'univers masculin. Dans le cas du farrâm qui nous occupe ici, la séparation d'avec l'univers féminin, se fera au moment où il deviendra mowal qiddâm et donc partira en mer.

19Le farrâm est généralement présenté au rabbân et à l'équipage par son père. Il n'est pas sous les ordres exclusifs du capitaine. Chaque membre de l'équipage peut lui demander des services de même que sa formation ne se fera pas uniquement auprès du capitaine, mais auprès de chaque membre de l'équipage. Le farrâm restera attaché à cet équipage et à ce capitaine jusqu'à ce qu'il soit devenu lui-même pêcheur. De fait, si l'on observe que les équipages sont nettement fondés sur des bases familiales, le jeune est en revanche rarement formé par son père ou son oncle. Les pêcheurs disent que "lorsque le farrâm embarque avec son père, s'il fait des fautes même graves son père pourrait être tenté de fermer les yeux au lieu de le corriger, ou au contraire d'être plus sévère envers lui." La formation assurée sur un bateau tiers permet donc au jeune d'avoir accès à un apprentissage hors de l'emprise familiale et de ne rejoindre l'équipage de son père, de ses frères aînés ou de son oncle que lorsqu'il est reconnu comme pêcheur. Lorsque l'enfant s'est un peu familiarisé avec la mer, avec le travail, qu'il a passé du temps à écouter les pêcheurs, à les regarder réparer leurs filets sur la plage, à reconnaître les différents types de matériel, qu'il a appris à se rendre utile, il est alors emmené à bord. Il devient mowal qiddâm ce qui lui donne le droit d'aller en mer sans pourtant être reconnu comme pêcheur à part entière. Il sort cependant du monde de l'enfance pour entrer dans le monde des hommes. Il n'existe pas de réel rite de passage marquant cette transition hormis le fait de quitter pour la première fois la terre ferme. Sa place sur le bateau se trouve complètement à la proue. Le mot qiddâm signifie d'ailleurs en arabe "devant". En revanche je n'ai pas d'explication aussi évidente pour le terme mowal. Les pêcheurs disent que cela signifie à Shihr "place, endroit", mais ils n'utilisent ce mot dans aucun autre contexte. De sa place, il peut observer, sans se blesser et sans gêner le travail des autres. Lorsque il a passé un certain temps à cette place (très variable selon la vivacité du garçon, les besoins de l'équipage, les opportunités qui se présentent...), qu'il a suivi le déroulement de plusieurs pêches, il peut alors commencer à participer.

20Sur le bateau, la deuxième fonction est celle de mowal suka al-digal. Suka signifie la "banquette" et al-digal "le mât". Si l'on reprend la définition précédente de mowal, alors le mowal sukaal-digal est l'apprenti dont la place se trouve sur la banquette où se situe le mât.A cette place, le jeune homme joue un rôle actif dans le déroulement de la pêche. Avant l'apparition des moteurs, tous les déplacements se faisaient à la rame et à la voile. Le premier rôle du mowal suka al-digal était donc de tenir une rame. Dans le cas de la pêche à la ligne, il a lui aussi une ligne, et son travail diffère alors peu de celui des autres pêcheurs. Peut-être sera-t-il chargé de mouiller les nattes de feuilles de palmier tressées servant à recouvrir et protéger du soleil le poisson pêché, et autres petites tâches de ce genre, mais sans qu'il y ait guère de différences entre sa fonction et celle des autres pêcheurs. Dans le cas de la pêche au filet, qui se présente beaucoup plus comme un travail d'équipe dans lequel la coordination et la spécificité de chaque fonction est nettement plus importante, il a un rôle plus différencié sur lequel je reviendrai en parlant des fonctions et statuts des autres pêcheurs. Auparavant, il me faut exposer les fonctions du rabbân, capitaine du bateau, avant de passer en revue d'autres spécialisations liées à la pêche.

21En mer, le rabbân12 est le maître incontesté. C'est lui qui décide des sorties en mer et de leur durée suivant le temps, l'époque, les fêtes... C'est lui qui est debout sur la banquette à la poupe du bateau, scrutant la surface de l'eau pour repérer les poissons (essentiellement les bancs de sardines dans le cas de la pêche au filet). De ce poste, il dirige les rameurs ou ceux qui manient la voile. Pour cela, il est dressé sur sa banquette, guidant par gestes, la direction du bateau. Lorsque le banc est repéré, le capitaine lentement et dans le plus grand silence, manœuvre l'embarcation afin de s'en approcher le plus près possible. La suite du travail s'effectue toujours en silence. Le capitaine quitte alors la banquette arrière pour se placer debout sur la précédente (numéro 4). Il est remplacé au poste d'observateur par le misdar qui est chargé de maintenir le bateau immobile ainsi que de surveiller les évolutions du banc de poisson.

22Le misdar13 est considéré comme le second du capitaine. Si le rabbân ne peut aller en mer, c'est lui qui le remplace et qui exerce son autorité. Lorsque le capitaine est prêt, il lance le filet épervier qui doit s'étendre sur la mer et recouvrir le banc14. Puis il regagne son poste à l'arrière. Sur un signe de lui, les deux ghawwâsîn (plongeurs) plongent et doivent rassembler le filet sous le banc de poisson. Le rabbân doit alors diriger les rameurs pour éviter que le bateau ne dérive. Il est en effet à noter que les pêcheurs sont de très mauvais nageurs, et qu'il existe, dans cette région, des courants très forts. Au moment de remonter le filet, selon le côté du bateau où il a été lancé, le rabbân fera signe de plonger soit au mowal qiddâm, si le filet est à droite, soit au mowal suka al-digal, si le filet se trouve à gauche. Il doivent aider les ghawwâsîn à maintenir le filet plein et à le hisser à bord.

23Ainsi, la poupe est le poste de commandement du bateau et la hiérarchie spatiale de l'avant vers l'arrière correspond à une gradation des statuts et des fonctions professionnels. Cependant chaque membre de l'équipage se doit de passer par tous les échelons de l'apprentissage professionnel.

24Les jeunes apprentis se forment pour la plupart dans d'autres bateaux que ceux de leur père ou frères. Cependant, dès qu'ils ont atteint le stade de mowal suka al-digal, ou de ghawwâsîn (c'est à dire dès qu'ils sont considérés comme pêcheurs), les jeunes pêcheurs vont travailler avec un équipage largement basé sur des liens familiaux. Ce type d'équipage familial est tout à fait commun dans diverses communautés de pêcheurs mais, dans la majorité des cas, le revenu reste individuel. Chaque pêcheur touche sa part15. En revanche, à Shihr, si la répartition se fait bien par pêcheur (le revenu est divisé en parts : une pour le propriétaire du bateau, une demie pour la réparation et l'entretien du bateau, une par pêcheur, une et demie pour le capitaine, etc... l'argent des membres d'une même famille travaillant et vivant ensemble sera ramené à la maison de manière collective.

Devenir rabbân : acquérir un savoir spécifique

Les savoirs particuliers du rabbân

25Devenir pêcheur (pour la période qui nous intéresse et jusque dans les années 1980) est rarement un choix déterminé. On devient pêcheur parce que l'on naît dans une famille de pêcheurs. A partir du moment où un jeune est attaché à un équipage en tant que farrâm, il doit apprendre son métier et répondre aux ordres du rabbân. Si le jeune apprenti fait une faute, ne réagit pas assez rapidement, etc., il sera sanctionné selon sa faute, son âge et son statut : par des coups ou des retenues financières ; il pourra aussi être tenu à l'écart ou tourné en ridicule. En revanche, le rabbân ou plutôt le futur rabbân, et c'est là sa première caractéristique, a une volonté propre d'apprendre, il ne le devient pas parce qu'il est fils de rabbân ou propriétaire de bateau. Il doit donc dans un premier temps apprendre à être un bon pêcheur puis s'intéresser à un savoir technique plus approfondi et qui dépasse parfois le seul acte de la pêche.

26Il faut tout d'abord noter qu'il existe deux types de rabbân : le rabbân al-‘aîd ce qui signifie "le capitaine pour les sardines" qui pêche ce poisson uniquement au filet-épervier (technique demandant une grande maîtrise), et le second, qui n'a pas de qualificatif particulier et qui ne pratique pour l'essentiel que la pêche à la ligne ou au filet fixe16. Le premier des deux est nettement plus valorisé car il doit posséder un savoir plus vaste et plus complet. Cette valorisation se traduit au niveau des revenus. Après la vente du poisson, le capitaine partage l'argent en parts. Il revient au rabbân al-‘aîd une part et demie, et une part et quart au capitaine d'un équipage pêchant à la ligne. L'apprentissage du lancer du filet est très long. Les jeunes hommes commencent à terre avec un filet d'environ dix dhirâ‘ (un dhirâ correspondant approximativement à la mesure de l'avant-bras d'un homme adulte) qui pourra aller jusqu'à seize voir même dix-huit dhirâ‘. Il faut qu'ils apprennent à le plier correctement, puis à le lancer. Ils utiliseront graduellement un filet plus grand, puis ils s'entraîneront en situation d'équilibre instable (sur une pente, un rebord de bateau, un petit rocher....), avant de commencer à lancer le filet en mer. Cet apprentissage est très progressif et continue même après que le pêcheur soit parvenu à lancer le filet en mer. Il doit à la fois apprendre à être endurant, pour être capable, malgré le poids du filet mouillé et la fatigue, de le lancer avec une même précision tout le temps que dure la pêche, et acquérir un grand sens de l'équilibre et l'agilité nécessaire pour être capable de travailler malgré l'instabilité des bateaux et la mer agitée.

27Savoir manier un filet implique également d'être capable de l'entretenir et de le réparer pour ne jamais se trouver en mer avec un matériel défectueux. Ce savoir-faire, cette technique découle donc d'un apprentissage individuel pour l'essentiel. Il consiste, comme pour le farrâm, en une période d'observation, à terre, des activités, ainsi que de la sollicitation des conseils et des explications des plus expérimentés. Puis suit l'apprentissage concret, basé aussi sur l'observation mais surtout sur la méthode de l'essai-erreur, de la répétition et de l'appropriation d'une technique en l'individualisant (en posant une petite cale de pied sur la banquette du bateau, en repliant le filet d'une certaine manière...). C'est ce type d'acquisition qui a été décrit par R. Bureau17 comme correspondant à une "logique de la découverte" qui induit la recherche de nouvelles solutions. Dans notre cas, cela est perceptible dans la manière dont les pêcheurs s'approprient et adaptent à leurs besoins une technique donnée. Apprendre à poser une ligne, placer un filet fixe... relève du même mode d'apprentissage qui passe de l'observation à l'essai puis à l'entraînement. Cependant, maîtriser une technique n'est pas suffisant, encore faut-il pouvoir la mettre en œuvre et ramener du poisson. Il faut donc acquérir la connaissance de ce qui est convoité : le poisson, ainsi que de l'environnement dans lequel il évolue. Le capitaine doit donc connaître les poissons. Il doit savoir où et quand les trouver et comment les pêcher. Pour cela, il doit parvenir à allier une connaissance pratique de l'environnement marin à son savoir technique. Il existe à cet endroit de la côte deux courants dominants très forts et deux courants mineurs. Très jeune, en jouant sur la plage, l'enfant prend conscience de ces courants, puisque certains jours, il suffit d'avancer de quelques pas dans la mer et d'avoir de l'eau à mi-mollet pour en sentir la poussée18.

28Lorsqu'il commence à aller en mer, le jeune pêcheur doit apprendre à observer le rapport entre les ordres du capitaine et les incidences que le respect (voire le non-respect) de ces ordres a sur le bateau, ses mouvements, sa direction... Avec le temps, il apprendra à discerner la force des différents courants, voire à les utiliser. Il lui faudra également apprendre quels sont les poissons qu'il est possible ou impossible de trouver en suivant ces courants. Certaines espèces se déplacent au gré des courants, d'autres toujours en compagnie, comme le thon qui suit les dauphins, et il importe donc de connaître les habitudes des uns pour avoir accès aux autres.

29On trouve également, dans les zones côtières de cette région, des amas rocheux, les qisâr, où l'on pêche les poissons de roche. Dans la pêche de ce type de poisson, certaines connaissances prennent une importance particulière. En effet, connaître l'existence des qisâr dans telle zone ne suffit pas. Il faut être capable de les retrouver avec exactitude alors que rien, en surface, ne permet de déceler la nature du fond. Pour se repérer, les pêcheurs utilisent le système des points de repères terrestres visibles à l'horizon. Sachant se repérer en mer, il faut connaître la profondeur des fonds et donc le va et vient des marées. Il est indispensable de savoir apprécier la course du soleil durant la journée et de s'orienter avec les étoiles durant la nuit. Il faut connaître les saisons et les changements de température.

30Un grand nombre de ces connaissances sont formalisées par un calendrier stellaire basé sur l'année solaire. Cette forme de calendrier est très répandue dans le monde arabe en général, mais il a ici été totalement adapté au contexte géographique et à ses utilisateurs qui sont des pêcheurs et des marins. Il représente une somme de connaissances qui, dans la tradition, est tacitement requise pour pouvoir devenir rabbân. Divisé en vingt-huit périodes de treize jours (unités de temps qui sont appelées "étoiles") et en quatre saisons, il suit les saisons de pêche et indique à la fois par un système de proverbes et par une interprétation des noms de chaque étoile, les conduites à tenir, les variations de climat et les migrations des poissons19.

31Il est intéressant de constater que l'apprentissage repose essentiellement sur l'observation, et les expérimentations du jeune pêcheur sans que, pratiquement, aucun aspect didactique n'apparaisse. Cela pour plusieurs raisons. Les bateaux étant de petite taille et leur espace bien compartimenté, l'apprentissage restant très graduel, l'apprenti, même animé d'une forte volonté d'apprendre, se trouve physiquement loin de celui qui détient le savoir. Il pourrait s'adresser au rabbân une fois rentré à terre, mais il faudrait alors non seulement formuler la question et comprendre la réponse de manière abstraite, ce qui rend les choses beaucoup plus difficiles, mais aussi oser l'aborder et lui demander de livrer une partie de son savoir. Peut-être serait-il ici opportun de reprendre une remarque de R. Bureau20 sur l'Afrique qui permettra d'éclairer notre propos : "En Afrique, un questionnement constitue une sorte de défi implicite à la personne interrogée ; il est réprouvé de la part de l'enfant, comme d'ailleurs d'une personne de statut inférieur s'adressant à une personne de statut plus élevé. La valorisation du silence chez l'enfant à évidemment des incidences importantes sur le rôle de la verbalisation dans les apprentissages.".

32On peut également rappeler la situation décrite par P. Sagant21 à propos des Limbu du Népal, chez qui "la connaissance, technique ou autre, est quelque chose qu'on dérobe aux adultes, qu'on leur vole", et que "voler des connaissances, c'est acquérir une parcelle du pouvoir qui fait de vous un homme". Ce "vol" de connaissance est lui-même plus ou moins reconnu et exprimé à Shihr. Ainsi, les jeunes pêcheurs volontaires et intelligents, essayeront de travailler avec les rabbân-s les plus réputés et de varier les équipages plutôt que de faire leur apprentissage sur un seul bateau puis de travailler sur celui de leur père. En mer, les communications orales sont relativement brèves, d'abord parce qu'il faut conserver une vigilance de tous les instants, mais aussi parce que le bruit de l'eau, du vent, des rames (et maintenant à plus forte raison des moteurs), ne facilite pas la conversation. Ce type d'apprentissage basé sur l'observation et l'imitation se prête à être doublé par une explication verbale. C'est ce que R. Bureau appelle la "logique de l'exposé". Selon lui, "elle assure la continuité et une efficacité immédiate", mais ne favorise pas la recherche de nouvelles solutions22. Cette opposition entre "logique de la découverte" et "logique de l'exposé", bien qu'intéressante me semble néanmoins un peu trop théorique et rigide, et j'ai pu observer de nombreuses interférences entre les deux types d'apprentissage.

Les qualités du rabbân

33Il ne suffit pas d'avoir des connaissances, encore faut-il savoir les utiliser. Dans les conversations avec les pêcheurs, on définit très souvent un bon rabbân en disant qu'il est dhakî (intelligent). Dans un article sur le contrôle de l'aléatoire en mer, J. Cuisenier parle de ce que les pêcheurs des côtes normandes définissent comme le "flair". Posséder un bon flair signifie savoir lire les signes (chants de certains oiseaux, couleur de la mer, etc.) qui permettront une bonne pêche, les décoder et les adapter à un contexte donné23. Les pêcheurs disent que "pour être un bon rabbân, il faut de l'intelligence, il faut savoir regarder et comprendre". Il faut aussi être capable d'analyser et d'agir dans un contexte donné en fonction des connaissances que l'on a. C'est ce à quoi D. Chevalier fait allusion lorsqu'il cite J-P. Vernant et M. Détienne dans son introduction : "voir en même temps devant et derrière, c'est à dire d'abord avoir l'expérience du passé pour deviner ce qui va se produire, mais aussi rapprocher le futur des événements passés."24. Il faut également être capable d'avoir de l'autorité envers ses hommes. Un bon équipage est soudé autour de son capitaine ; c'est nécessaire pour faire de bonnes pêches, mais aussi pour éviter les accidents. En mer, la proximité physique et l'isolement sur un bateau dont il est impossible de s'échapper, rendent indispensable la présence d'une autorité incontestée. C'est une raison pour laquelle les équipages sont souvent formés, en dehors de la période de l'apprentissage, sur des bases familiales. Les pêcheurs de Shihr expliquent en effet que les sujets de litiges seront bien moins importants entre deux frères, ou un père et ses fils qu'avec des gens n'ayant aucun lien de parenté ou d'alliance. Etre capable d'assurer la cohésion du groupe est donc très important. Tous les pêcheurs avec lesquels je me suis entretenue font une très grande utilisation du pronom personnel "nous", qui peut faire référence à l'ensemble du groupe de pêcheurs de Shihr ainsi qu'à l'équipage auquel ils appartiennent. Cette utilisation du pronom personnel "nous" dans les communautés de pêcheurs marque, selon K. Weibust, "un esprit de corps, une conscience collective" fortement marqués25.

34A Shihr, un équipage est constitué pour une saison et en cas d'accident, de blessure ou de mort, la part de revenu du pêcheur est versée intégralement à la famille durant toute la saison. J. Goodwin souligne également, dans le cas du Vénézuéla, que les normes locales de comportement dans les équipages de pêcheurs de requins prônaient "respect et assistance mutuels"26. Il tempère cependant ce discours par l'observation d'une attitude qui dévie de cette norme, et note que certains pêcheurs se plaignent d'être exploités par leurs parents.

35Le rabbân de Shihr suit un ensemble de règles (qânûn) qui doivent l'aider à appuyer son autorité mais aussi l'empêcher de devenir un despote et assurer un certains nombre de droits aux simples pêcheurs qui travaillent sous sa direction. Ces lois sont de deux types : les lois coutumières, traditionnelles, qui règlent les rapports entre les pêcheurs et les rabbân-s, le statut des apprentis, etc., et les lois récentes qui évoluent parfois rapidement en fonction de l'apparition de nouveaux types de pêche et de l'évolution des techniques. Tous les rabbân-s doivent les connaître, les respecter et les faire respecter par leur équipage. Ces lois sont décidées, reconduites ou supprimées chaque année lors d'une réunion qui a lieu après les fêtes de la Rupture du jeûne et du Sacrifice d'Abraham27. Les pêcheurs de chaque quartier désignent chaque année deux rabbân-s chargés de les représenter. Tous les représentants désignés sont chargés de rédiger les lois qui seront ensuite soumises à l'approbation du ministère de la Pêche à Aden (ou au responsable maritime à l'époque des sultans).

36C'est plutôt à ce niveau de représentation qu'apparaissent des différences de statut, certaines "grandes familles" se transmettant la fonction quasiment de père en fils (alors que le représentant est coopté par les pêcheurs)28. Il en va de même pour les chefs de quartier (muqaddam) qui sont nommés par l'ensemble de la population (masculine) et sont toujours, dans les quartiers de pêcheurs, des rabbân-s.

37En cas d'infraction, c'est le rabbân qui est tenu pour responsable de son équipage. Les sanctions sont variées et vont du simple rappel à l'ordre par les autres équipages ou la coopérative, jusqu'à l'intervention de la police et le recours aux tribunaux (ce qui est un cas absolument exceptionnel).

38Nous avons vu que le premier critère requis pour être rabbân est d'acquérir et de maîtriser un savoir (que ce soit des techniques, du monde de la mer ou des lois et règles qui y sont rattachées). Ce savoir n'est cependant pas suffisant puisqu'il faut qu'il soit reconnu par le groupe. De plus, il faut procurer à son équipage les moyens de produire ainsi que l'accès aux ressources. Bien que la situation soit actuellement en train de changer, et j'y reviendrai dans une dernière partie, il était extrêmement rare pour les pêcheurs, il y a vingt ans, de posséder leur propre bateau. Or, pour être rabbân, il faut pouvoir disposer d'un bateau. Pour ce faire, il doit jouer un rôle de médiateur puisqu'on attend de lui qu'il fasse les démarches auprès des propriétaires de bateaux, les nâkhûda-s. Ce rôle d'intermédiaire ne s'arrête pas là : nous allons voir que le rabbân intervient aussi lorsqu'il s'agit de s'allier les puissances surnaturelles et de conjurer le mauvais sort.

Etre rabbân : un rôle particulier de médiateur

Les relations avec les propriétaires de bateaux

39Le rabbân doit obtenir un contrat par lequel un propriétaire lui confie son bateau pour une saison de pêche donnée29. La difficulté pour un nouveau rabbân est donc de convaincre un propriétaire de lui confier un bateau. Lorsqu'un propriétaire achète un nouveau bateau, les rabbân-s potentiels essaient de voir s'ils pourraient former un équipage et se présentent au propriétaire (ou sont présentés par un parent, un ami déjà rabbân). Celui-ci fera son choix en fonction de la réputation des hommes, des suggestions des autres rabbân-s qui travaillent déjà pour lui, etc. Il en va de même lorsqu'un rabbân cesse de travailler en mer ou meurt (bien que dans ce cas il y ait souvent une personne toute désignée qui soit prête à prendre la relève). Connaissant les risques parfois mortels qu'encourent les pêcheurs, on peut dire que lorsque le jeune rabbân entreprend de former un équipage, il est reconnu et admis dans la mesure où les pêcheurs acceptent de travailler avec lui.

40Ces contrats sont renouvelés tacitement d'année en année et les changements sont rares. Les propriétaires sont souvent des commerçants qui comme les pêcheurs appartiennent à la classe sociale des masâkîn-s. Cependant il existe à l'intérieur d'une même classe sociale de nombreux degrés de richesse et de pouvoir. Le propriétaire du bateau ne peut en aucun cas intervenir dans la composition de l'équipage ni dans la manière dont se déroule le travail, dans la mesure où il reçoit sa part de revenu. Il a peu de rapports avec les membres de l'équipage en dehors du rabbân. Cependant, il les verra au moins à deux occasions, lors de la fête du Sacrifice d'Abraham, lorsque le rabbân vient lui rendre visite à la tête de son équipage. C'est à cette époque de l'année que le propriétaire remet au capitaine une avance d'argent que celui-ci partage avec les membres de l'équipage. Chacun aura à rembourser le propriétaire par l'intermédiaire du rabbân. Certains pêcheurs disent, qu'à cette occasion, le propriétaire remettait également un habit à chaque pêcheur et aux membres de sa famille30. Cette information semble confirmée par l'article de R. Serjeant qui parle même des deux fêtes de la Rupture du jeûne et du Sacrifice d'Abraham31. On voit là très clairement à quel point les pêcheurs sont dépendants des propriétaires. Cette dépendance se retrouve aussi chez les rabbân-s, quelle que soit leur renommée et cela indique très nettement les limites de leur autorité. Ils sont les maîtres en mer, mais, à terre, ils appartiennent à la communauté des pêcheurs et partagent avec les autres membres de l'équipage un statut social et économique précaire.

41La seconde occasion est le repas qui est pris chez le propriétaire par les pêcheurs lors de la fête de sobân-sobân qui sera décrite plus loin.

42On peut finalement noter que lors d'événements exceptionnels, on fait appel au propriétaire. C'est lui qui aide à payer une part des dépenses pour la fête de mariage, qui fait une avance pour la dot, donne de l'argent pour la naissance d'un enfant, etc... En dehors de cela, toutes les transactions ordinaires passent par le rabbân.

Les rapports du rabbân au monde spirituel et surnaturel

43Outre son "intelligence pratique", le rabbân se doit d'être courageux non seulement face au monde visible de la mer mais aussi face au monde surnaturel. Le monde marin est pour l'essentiel invisible et les histoires de pêcheurs disparus, de djinns ayant pris la forme de poissons, sont innombrables. Il doit aussi être suffisamment "honorable"32 pour pouvoir avoir des contacts avec les cheikhs33 qui l'aideront à affronter et à surmonter ces événements.

44Les rabbân-s ne font appel aux cheikhs et aux autres religieux, que lorsqu'ils se trouvent face à une situation qu'ils ne peuvent gérer seuls. Chaque équipage se trouve sous la protection d'un cheikh34 dont il dépend. Les cheikhs sont respectés pour leur savoir religieux, mais aussi craints en raison de leurs pouvoirs. Aujourd'hui encore, les pêcheurs sont très réticents à parler des rapports qu'ils avaient (et qu'ils ont) avec les cheikhs. Souvent, les histoires qu'ils racontent, ont pour cadre les villages voisins, et pour protagonistes des parents, des amis, des voisins... Ainsi un rabbân m'a expliqué qu'il lui serait très difficile de m'aider sur ce sujet, puisque lui personnellement n'avais jamais eu recours aux pouvoirs des cheikhs, et qu'il pouvait simplement me relater une histoire dont il avait entendu parler. Immédiatement après, il a commencé à me raconter l'histoire de l'un de ses amis qui a été possédé et pour lequel il (lui-même !) s'est rendu chez un cheikh.

45Un pêcheur m'a raconté l'histoire suivante qui donne une idée assez claire du type de rapport que les deux groupes entretenaient : "Ce sont les rabbân-s qui collectent l'argent auprès de chaque pêcheur (de leur équipage) et vont ensuite le donner au cheikh. Un jour à Hâmî35, un rabbân a refusé de payer. Le lendemain la mer était très calme, mais une vague s'est levée, a brisé le bateau et fait couler tout le matériel. Les pêcheurs ont nagé des heures jusqu'à la plage. Quand il sont arrivés, il étaient nus et ne portaient plus que leur huqqa36". On saisit, à travers ce récit, l'obligation dans laquelle étaient les pêcheurs de monnayer une protection sans laquelle ils ne pouvaient travailler.

46Il revient au rabbân d'établir avec les cheikhs des rapports qui placeront l'équipage sous bonne protection. Il apparaît donc comme un médiateur indispensable entre le monde de la pêche et le monde religieux. C'est lui qui, à la suite de plusieurs jours de pêche infructueuse, de séries de filets détruits par les dauphins ou d'accidents à répétition, doit prendre, au moment opportun, la décision de se rendre chez le cheikh. Les pêcheurs ne se rendent jamais eux-mêmes chez les cheikhs (sauf dans les cas de vengeances, pour jeter un sort sur quelqu'un, ou dans les cas où ils se sentent personnellement en danger).

47Le rabbân joue également un autre rôle très important lors du rituel de sobân -sobân37. Cette cérémonie, qui a aujourd'hui totalement disparu, se déroulait à la saison de "l'automne", en août38. Cette saison est la plus rude pour le travail de la pêche. A cette période, la mer est très agitée et pour pouvoir accéder à des zones de pêche, il faut parvenir à traverser de nombreux rouleaux39. Pour ces raisons, de nombreux rabbân-s ne prennent pas le risque de sortir en mer durant les trois mois d'automne et les pêcheurs participent à la récolte des dattes dans les villages et les palmeraies avoisinants. C'est donc une période où la production halieutique est réduite à son minimum et durant laquelle les disettes ne sont pas rares.

48La cérémonie à lieu chaque année, le huit d'al-balda (du calendrier stellaire qui correspond au vingt-deux juillet). Elle se passe en deux temps, entrecoupés par un repas. Durant la première partie, qui ne porte pas de nom particulier, les rabbân-s sont les seuls à prendre part à la cérémonie de manière active. Les pêcheurs suivent de plus ou moins loin le groupe des rabbân-s, certains même restent chez eux. Le matin, les rabbân-s se réunissent sur les tombes des saints de la ville localisées dans différents cimetières. Là, ils s'assoient sur la tombe du saint comme s'ils se trouvaient dans un bateau, les plus jeunes rabbân-s tenant le rôle des mowal qiddâm, le rôle du rabbân à bord étant assumé par un ancien, voire par le muqqadam du quartier40. Une fois installés, ils commencent à chanter toutes les chansons qui rythment les différentes étapes du travail de la pêche. Petit à petit, ils agissent comme lors d'une pêche. Le rabbân s'empare d'un chapelet géant (subaha)41 et le lance comme s'il s'agissait d'un filet de pêche sur le sol qui représente alors la mer. Les "plongeurs" vont le rechercher, etc... Ce sont alors les pêcheurs ou les enfants qui assistent à la cérémonie et qui se font "pêcher" par le "filet". Ils sont ensuite traités comme des sardines et allongés au fond du "bateau".

49Lorsque toutes les étapes de la pêche ont été représentées, les rabbân-s font un cercle et se saisissent alors tous du chapelet géant qu'il font tourner dans un geste qui rappelle celui du remontage des lignes. Ils le font tourner de plus en plus vite et se mettent à chanter très fort, à gesticuler, à sauter jusqu'à ce qu'ils brisent le chapelet. Il arrive parfois que l'un des rabbân-s soit possédé par un esprit et entre en transe. Une fois le chapelet brisé et les perles éparpillées au milieu des cris et des chants, le silence retombe brusquement et tout le monde quitte le cimetière en laissant tout en plan, à la charge du responsable de nettoyer, de récupérer les perles et de réparer le chapelet. Certains pêcheurs m'ont parlé de la visite d'un cimetière, d'autres de plusieurs cimetières dans lesquels la même cérémonie se répétait. A l'heure du repas, chaque équipage se retrouve au complet dans la maison du propriétaire du bateau. On y prend un repas de riz et de viande (de chèvre le plus souvent). Le repas n'est pas offert par le propriétaire. Quelques jours avant la fête, le rabbân se charge de collecter la somme nécessaire auprès de chaque membre de l'équipage afin de la remettre au nâkhûda qui se charge des achats nécessaires au repas. Celui-ci doit également faire cuire la viande chez lui puis y servir le repas aux pêcheurs42. Après le repas, chaque pêcheur rapporte de la viande à son domicile, pour sa femme et ses enfants. La seconde partie de la fête se déroule durant l'après-midi et jusque tard dans la nuit. Tous les pêcheurs y prennent part. Ils se réunissent sur une grande place qui se trouve derrière la mosquée d'al-Aydarûs dans le quartier de ‘âqil Bâ ‘ûîn pour danser le shabwânî au son des percussions. Il arrive au cours de cette danse que des pêcheurs soient possédés.

50Pour les pêcheurs de Shihr, cette fête a une très grande importance43. Elle a lieu durant la période de soudure où la production est la plus faible. Elle leur est nécessaire afin de favoriser le retour en masse des poissons dès la réouverture de la mer (fin septembre). Les cérémonies ont lieu sur les tombes des cheikhs qui, déjà de leur vivant, pouvaient avoir une influence sur la mer et les pêches. Par leurs chants, puis leurs cris, les pêcheurs vont obliger le saint à les entendre, à les aideret à les protéger. Cette cérémonie est la seule qui, dans la ville, leur soit propre. A travers elle, ils affirment leur existence en tant que groupe professionnel organisé et ce, malgré le statut social très bas qui les caractérise.

51Ainsi le rabbân, celui qui lance le filet en mer pour attraper des sardines, joue un rôle de premier plan dans ce rituel de propitiation. Assis sur la tombe du saint et donc, en quelque sorte portés par lui, les rabbân-s vont mimer une pêche qui leur permettra d'être "portés" par ce saint et de faire des pêches fructueuses tout au long de l'année.

52Si l'on analyse de plus près le déroulement de cette fête, on assiste en fait à une sorte de glissement général des rôles. Durant une pêche en mer, quatre éléments sont en jeux : le rabbân, les pêcheurs, les poissons et le bateau. Le bateau est un moyen pour avoir accès aux ressources halieutiques, et le rabbân, par son savoir et son autorité, permet aux pêcheurs de rapporter du poisson. Durant le rituel de sobân-sobân où l'on fait intervenir un saint placé sur un plan non humain, cette suite de quatre éléments a été remplacée par une autre : un saint, les rabbân-s, les pêcheurs et la tombe. La tombe fait office de bateau dans lequel les autres rabbân-s deviennent pêcheurs et les pêcheurs, poissons (Cf. schéma ci-dessous).

pêche

rituel

saint

plan supérieur

plan humain

rabbân

1 rabbân (particulièrement estimé)

filet

pêcheur

rabbân

chapelet / filet

Poisson

pêcheur

(bateau)

(tombe)

Transformations actuelles

53En 1966, les pêcheurs commencent à s'organiser et créent une association destinée à les protéger et à les soustraire de la dépendance dans laquelle ils se trouvent par rapport à d'autres groupes (notamment les propriétaires des bateaux). Un an plus tard, la Révolution éclate et le régime marxiste qui est instauré, nationalise massivement les terres, les entreprises et entreprend de mettre en place des infra-structures scolaires et médicales. Les bateaux deviennent alors la propriété de l'Etat et sont gérés par l'association de pêcheurs qui devient une coopérative officielle.

54La disparition des propriétaires de bateaux signifie pour les pêcheurs qu'ils ne sont plus dépendants d'un groupe économiquement plus puissant. Le rabbân n'a donc plus à effectuer les démarches auprès du propriétaire d'un bateau pour pouvoir travailler. Conjointement à la nationalisation, le gouvernement favorise un renouvellement et une modernisation du matériel de pêche. Une petite usine de fabrication de bateaux en fibre de verre est installée à Shihr, un magasin d'Etat s'ouvre, qui vend des filets, des lignes de Nylon, des plombs... Les aides diverses apportées aux pêcheurs sont importantes, à tel point qu'il existe un proverbe qui dit "Ghannî ma‘ak al-tayyâr", ce qui se traduit par "les oiseaux chantent avec toi" et signifie ici qu'en contrepartie d'une aide importante, les pêcheurs apportent un soutien total au gouvernement.

55Suite à la réunification avec le Yémen du Nord, le 22 mai 1990, le gouvernement reprivatise ce qui avait été nationalisé à la Révolution. Cependant, alors que les terres sont, dans une large mesure, rendues à leurs anciens propriétaires, les bateaux deviennent la propriété des rabbân-s44.

56En outre, il existe aujourd'hui des systèmes d'emprunts bancaires pour lesquels la coopérative apporte une caution aux pêcheurs, ce qui leur permet d'acquérir un bateau en toute propriété alors qu'ils sont encore relativement jeunes, et cela tout en payant des traites raisonnables. Enfin, les pêcheurs d'un certain âge qui sont devenus propriétaires d'un bateau en 1990, aident de plus en plus souvent leur fils à en acheter un.

57A Shihr, les voiles ont très rapidement disparu et ont été remplacées par des moteurs de hors-bord. La puissance des moteurs permet de franchir sans effort les rouleaux au-delà desquels la pêche est bien plus abondante, ainsi que de se rendre plus loin en mer et donc d'avoir accès à des espèces de poissons plus variées et de taille plus importante. Enfin, les bateaux à moteur donnent la possibilité de sortir en mer même si le temps est instable, puisque le retour peut être relativement rapide et ne dépend plus seulement de l'énergie humaine. On constate également que la taille des équipages se réduit puisque les rameurs sont désormais inutiles, et que les plongeurs sont remplacés par des filins permettant de resserrer le bas des filets en enfermant les poissons depuis le bateau.

58La privatisation entraîne un bouleversement qui, à terme, pourrait avoir des conséquences importantes. En effet, posséder un bateau en propre signifie que l'on peut le transmettre à son fils qui par là deviendra rabbân parce que son père l'était, et non nécessairement parce qu'il aura acquis le savoir d'un rabbân.

59Toutes ces transformations, que ce soit au niveau de la propriété des bateaux ou des techniques, ont modifié certaines données de l'apprentissage. La hiérarchie professionnelle en a été modifiée. Aujourd'hui, à Shihr, tous les enfants vont à l'école gouvernementale et il n'est plus question que les jeunes garçons entrent dans un équipage comme apprenti dès l'âge de huit ou neuf ans. Cela d'autant moins que la plupart des pêcheurs souhaitent voir leurs fils exercer un autre métier que le leur, qu'ils considèrent toujours comme épuisant, dangereux et qui les maintient tout de même toujours au bas de l'échelle sociale, même si leur revenu est actuellement tout à fait correct.

60On peut, en outre, observer des différences de comportement vis-à-vis des cheikhs et de la religion selon les générations. La fête de sobân-sobân n'est plus pratiquée depuis plusieurs années. Les plus jeunes pêcheurs la rejettent dans la catégorie des superstitions qui n'ont rien à voir avec l'Islam. Soit qu'ils s'en moquent, soient qu'ils la condamnent, parfois assez vigoureusement. Les pêcheurs les plus âgés ont plutôt tendance à dire que, depuis quelques années, les moyens techniques mis à leur disposition leur ont permis de réduire considérablement le côté aléatoire des pêches ainsi que les risques d'accident. Le danger diminuant, le recours au religieux se réduit d'autant et, pour reprendre les termes d'un vieux pêcheur retraité : "avant, il y avait sobân-sobân en automne quand la mer était vide. Il n'y avait pas de moteur ; pour aller en mer, avoir une bonne pêche et être de retour pour la vente [à la criée], il fallait partir de nuit avant le lever du soleil. Maintenant il y a les moteurs. On n'a plus besoin de sobân-sobân".

61Cette fête a disparu au milieu des années soixante-dix, en partie sous l'influence du régime socialiste qui a mis en place un certain nombre de fêtes à caractère national pour contre-balancer le poids et l'importance des fêtes locales et communautaires. De plus, dans un environnement en pleine évolution, les jeunes pêcheurs de Shihr ont abandonné certains aspects de leur tradition qui ne leur semblaient plus à même d'exprimer leur identité. Similairement, dans le cas de la fête de sobân-sobân, les jeunes pêcheurs ont probablement refusé de se soumettre à ce rite, dans la mesure où il représentait une dépendance face à un ordre social qu'ils ne jugeaient plus significatif.

62C'est dans ce contexte de transformations et d'affrontements parfois brutaux avec les anciennes générations qu'est née la seconde coopérative. Sa création exprime peut-être la volonté des plus jeunes de se démarquer de ceux qui ont "fait la Révolution" et de revendiquer une identité différente de celle de leurs pères ainsi que la tendance (encore très timide) parmi les jeunes pêcheurs d'acquérir le plus tôt possible un bateau, d'être indépendant et de s'établir hors de la maison paternelle après leur mariage.

Conclusion :

63La hiérarchie professionnelle qui a été décrite, doit être qualifiée d'ouverte puisqu'elle repose sur le degré de connaissance du métier que chacun possède. Elle représente les différentes étapes d'un apprentissage global accessible à tous, chacun devant passer par les premières d'entre elles pour accéder aux suivantes, et non une hiérarchie qui ne peut être gravie que par certains de ses membres en raison de leur liens généalogiques, de leur richesse, etc...

64La fonction du rabbân à bord repose en grande partie sur une bonne maîtrise de ses connaissances. En revanche, son rôle à terre dépasse largement le domaine purement marin ou technique. On peut dire qu'être rabbân confère un statut particulier puisque ceux qui portent ce nom sont reconnus en tant que tels à la fois par la communauté de pêcheurs et par d'autres communautés de la ville avec lesquelles ils sont en contact (propriétaires, religieux). On peut actuellement se poser la question de l'avenir réservé à la forme traditionnelle de cette fonction de rabbân, puisque son rôle de médiateur a quasiment disparu.

65La communauté de pêcheurs de Shihr à vécu et vit toujours de profondes transformations. La structure interne du groupe, son mode d'apprentissage traditionnel et son identité socio-professionnelle sont aujourd'hui également remis en cause par des phénomènes aussi divers que la privatisation de l'outil de production, la motorisation des bateaux, l'efficacité croissante des techniques de pêche, la scolarisation obligatoire (et donc la possibilité d'accéder à d'autres types d'emploi)...

66L'enrichissement relatif de certains membres de la communauté, l'expansion de la ville et le déplacement de certaines populations du centre-ville vers la périphérie sont autant de phénomènes qui risquent d'accélérer encore ce processus de transformation.

Haut de page

Bibliographie

Acheson, J., "Anthropology of Fishing", Annual Review of Anthropology,10, 1981, pp.275-316.

Al-Harbi, S., Hommes et société : des pêcheurs de perles au Koweit, mémoire dactylographié, Paris, EHESS, 1980.

Antoun, R., Low-Key Politics, New-York, State University of New-York press Albany, 1979.

Anonyme, The Periplus of the Erythranean sea, traduit par G.W.B. Huntingford, Londres, The Hakluyt Society, 1980.

Berkey, J., The Transmission of Knowledge in Medieval Cairo, Princeton, Princeton University Press, 1992.

Brown, K., "Changing Forms of Patronage in a Morocan City", dans Patrons and Clients in Mediterranean Societies, London, Duckworth, 1977.

Bujra, A., The Politics of Stratification : a Study of Political Change in a South Arabian Town, Londres, Oxford University Press, 1971.

Bureau, R., Apprentissage et cultures : les manières d'apprendre (Colloque de Cerisy), sous la direction de R. Bureau et D. de Saivre, Paris, Karthala, 1988.

Camelin, S., Etude d'une communauté de pêcheurs : Shihr, Yémen, Mémoire de Maîtrise, Université de Paris X, 1993.

Chevallier, D., Savoir-faire et pouvoir transmettre : transmission et apprentissage des savoir-faire et des techniques, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, 1991.

Cuisenier, J., "Aventure, capture : le contrôle de l'aléatoire par le pêcheur en mer", Ethnologie Française, XVII, 2-3, 1987.

Delbos, G., et, Jorion, La transmission des savoirs, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, 1984.

Eisenstadt, N., and Roniger, L., Patrons, Clients and Friends : Interpersonal Relations and the Structure of Trust in Society, Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

Geistdoerfer, A., "Fonctions spécifiques des techniques de pêche dans une production halieutique", Techniques et culture, juillet-décembre, 1982, pp. 87-98.

Geistdoerfer, A., "Neutraliser le hasard : les aléas de la production halieutique", Ethnologie Française, XVII, 2-3, 1987.

Goodwin, J., "Society, Economy and Shark Fishing Crew" dans Spoehr A. (ed.), Maritime Adaptations, Essays on Contemporary Fishing Communities, Pittsburg, University of Pittsburg Press, 1980.

Hammoudi, A., "Segmentarité, stratification sociale", Hesperis Tamuda, n° 15, Rabat, 1974, pp.147-180.

Hammoudi, A., "Sainteté, pouvoir et société", Annales, n°3-4, 1980.

Landberg, Glossaire Datinois, Leide, Brill (3ème vol. chez Zettersteen), 1920-1923-1942.

Lenclud, G., "La tradition n'est plus ce qu'elle était...", Terrain, n° 9, 1987, pp. 110 -123.

Myers, O., "Little Aden Folklore", Bulletin de l'Institut Français d'Archéologie Orientale (Le Caire), XLIV, 1947, pp. 177-233.

Percier A., Cours d'océanographie et de technique des pêches, Biarritz, Centre d'Etudes et de Recherches Scientifiques, 1967.

Polo, M., Le devisement du monde : le livre des merveilles, Paris, la Découverte, 1991.

Reeves , P. ; Broeze , F. ; McPherson , K., "The Maritime Peoples of the Indian Ocean Region since 1800", Mariner's Mirror, Vol. 74, août 1988, p. 241.

Raymond, A., Artisans et commerçants au Caire au XVIIIème siècle, Damas, Institut Français d'Etudes Arabes, 1973.

Rouaud, A., "Quelques termes arabes d'architecture navale en usage à Djibouti", dans Ch. Robin (éd.), Mélanges linguistiques offerts à Maxime Rodinson par ses élèves, ses collègues et ses amis, Paris, Geuthner, 1985, pp. 335-341.

Sagant, Ph., "Le vol des connaissances", Autrement, Himalayas, n° 28, 1988, pp.101-108.

Salzman, Ph. C., "The Study of "Complex Society" in the Middle-East : a Review Essay", International Journal of Middle-East Studies n° 4, 1978.

Serjeant, Robert B., "Star-Calendars and Almanac from South-West Arabia", Anthropos, vol. XLIX, n° 3-4, 1954, pp. 433-459.

Serjeant, R. B., The Portuguese off the South Arabian Coast, Londres, Clarendon Press, 1963.

Serjeant, R. B., "Fisher-Folk and Fish-Traps in Al-Bahrain", Bulletin of the School of Oriental and African Studies, vol. 31, 1968, pp. 486-514.

Serjeant, R. B., "Maritime Customary Law in the Indian Ocean", Sociétés et compagnies de commerce en Orient et dans l'Océan Indien, Actes du 8è colloque international d'histoire maritime, Beyrouth, 5-10 septembre 1966, Paris, SEVPEN, 1970, pp. 195-207.

Serjeant, R. B., "Wards and Quarters of Towns in South-West Arabia", Storia della citta, VII, Rome, 1978, pp.43-48.

Serjeant, R. B., "Customary Law among the Fisherman of al-Shihr", Middle East Studies and Libraries : a Felicitation Volume for Professor J. D. Bloomfield, Londres, Mansell, 1980, pp.193-203.

Serjeant, R. B., "The Saiyids of Hadramawt", Studies in Arabian History and Civilisation, Londres, Variorum Reprints, 1981, pp. 3-29.

Serjeant, R. B., "The Ports of Aden and Shihr (Medieval Period)", Studies in Arabian History and Civilisation, Londres, Variorum Reprint, 1981, pp. 207-224.

Smith E. (ed.), Those Who Live From the Sea, St Paul, New-York, Boston, Went publishing Co, 1977.

Stark F., "Two Months in Hadramout", The Geographical Journal, vol. LXXXVII, n° 2, 1936, pp. 113-126.

Spoehr A. (ed.), Maritime Adaptations, Essays on Contemporary Fishing Communities, University of Pittsburg Press, 1980.

Weibust K., The Crew as a Social System, Oslo, Norsk Sjofartsmuseum, 1958.

Haut de page

Notes

1 Anonyme (1980) ; M. Polo, (1991).
2 R. Serjeant (1963, 1970, 1981), P. Reeves et alii (1988), A. Rouaud (1985).
3 R. Serjeant (1968, 1980).
4 M. Polo (1991), F. Stark (1936).
5 Pour les passages qui suivent et jusqu'à la dernière partie traitant des évolutions actuelles, je parlerai au présent de cette époque révolue.
6 "Stratification is an important principle of this society. All Hadramis belong to one of three social strata. The top one is that of the Sada, of people who claim to be the descendants of the prophet Muhammad. The second is that of the Mashaikh-Gabail literally the 'scholars and the tribesmen'. The third and lowest stratum is that of the Masakin 'the poor people'." Bujra (1971, XIII).
7 Les chiffres cités sont récents. La population active des pêcheurs de Shihr étant restée très stable, ils constituent cependant des estimations tout à fait valables pour la période sur laquelle porte cet article (les années 70).
8 Voir la note n° 6.
9 Pour une description des différents types de bateaux et de matériel utilisés pour la pêche à Shihr, ainsi que des techniques de pêche, voir S.Camelin (1993 : 24-55).
10 K.Weibust (1958)
11 Cependant, seul les garçons portent des lanternes différenciées. Les fillettes qui ne participent à ces processions que jusqu'à environ une dizaine d'années, portent des lanternes en forme de cône, fabriquées en terre cuite (et non pas en métal) et toutes identiques d'un quartier à l'autre.
12 Concernant le terme rabbân, je rappelle les données que j'avais fournies dans mon mémoire de maîtrise : "En Arabe littéral, le rabbân signifie le capitaine de bateau". Landberg dans son Glossaire Datînois (p. 1059) reprend cette même définition, mais il souligne également que rab a aussi le sens de "être en haut". On m'a donné à Shihr deux types d'explications lorsque j'ai demandé ce que signifiait ce mot :

- dans la première, on m'a expliqué que rab signifie le "maître" (et comme exemple de comparaison pour l'utilisation de ce mot, on m'a parlé du chef de famille : rab usra) et, qu'à Aden on emploie le mot banî, d'origine indienne. Mes informateurs me suggéraient donc que rabbân signifierait peut-être le "maître de l'eau" ou "le maître sur l'eau".

- la seconde explication conjugue les significations de rab qui serait le maître mais aussi "en haut" pour donner "le maître qui est en haut, au-dessus" au sens propre du terme, puisque le rabbân se tient debout sur la banquette arrière suka) pour repérer les bancs de poissons. Il est donc tout à la fois au-dessus des hommes de l'équipage et au-dessus de l'eau.". S. Camelin (1993 : 78).

13 Je n'ai pas pu obtenir de renseignements sur ce que pourrait signifier ce mot ; en arabe littéral, on trouve la racine s d r signifiant poitrine. Un parallèle peut être tracé avec sa position de second dans le bateau et le fait qu'il remplace le capitaine. Sur cette même racine, on trouve le terme masdar qui renvoie à l'idée d'origine, de référence.
14 Pour une description de l'utilisation du filet-épervier à Shihr, voir S. Camelin (1993 : 41).
15 Voir E. Smith (1977), A. Spoehr (1980), K. Weibust (1958).
16 Toutefois, tout capitaine lance le filet au moins pour pêcher des sardines vivantes, qui servent d'appât.
17 R. Bureau (1988).
18 On peut remarquer que dans le vocabulaire courant, pour désigner quelqu'un dont "on à l'impression qu'il parle droit" (alors qu'en fait il ment) les pêcheurs utilisent l'un ou l'autre des termes sadâ et midâd qui sont les noms des deux courants dominants. Le menteur est comme l'eau, dont la direction réelle n'est pas la direction apparente.
19 Voici quatre exemples de ces proverbes ou interprétations de noms qui sont tirés de mon mémoire de maîtrise. Tous ces noms d'étoiles sont connus en un point ou un autre du monde arabe, à l'exception de 'urîq.

La quatrième étoile porte le nom de tarf ce qui signifie en arabe littéral, le "bout, l'extrémité". C'est la période où le temps redevient doux. Dans le Hadramaout, les bédouins nomades occupent la plupart du temps des grottes. C'est au moment de cette étoile que les bédouins vont quitter le fond des cavernes pour se tenir au bout de la grotte, à l'entrée pour profiter de la chaleur du soleil. 

La huitième étoile porte le nom de‘awwâ et correspond à la constellation de la Vierge. Ce sont les périodes de pluie et de vent et un proverbe dit :" yâ matar tahfarî wîlâ hawâ ya‘awî", ce qui signifie : "soit la pluie tombe en faisant des trous ou alors le vent souffle en aboyant".

La onzième étoile porte le nom de zubân et correspond à la constellation de la Balance. Il existe un proverbe qui dit :" halû al-safar min dukhûl al-dalû lamâ al-zubân" c'est à dire : "le voyage est doux depuis l'entrée de l'étoile de dal‚ jusqu'à l'étoile de zubân ".

La dix-neuvième étoile porte le nom de bâ ‘urîq et correspond aux constellations du Capricorne et des Poissons. On m'a donné deux explications pour ce terme. La première dit que c'est la période durant laquelle il y a de la "sueur" (humidité) sur les murs (du verbe ‘araqa qui signifie "suer"). La seconde dit que c'est une période de pluie pour les agriculteurs. Des rivières se forment dans les wâdî-s, et on les utilise pour faire des plantations de sorgho. Ce sorgho particulier ne pousse qu'avec une seule racine (de : "avec", et de ‘irq : "racine").

20 Cf. R. Bureau (1988).
21 PH. Sagant (1988 : 106).
22 Cf. R. Bureau (1988).
23 J. Cuisenier (1987).
24 D. Chevalier (1991 : 5), citant J. P. Vernant et M. Détienne (1974 : 302).
25 K.Weibust (1958).
26 J. R. Goodwin (1980 : 63).
27 Il faut ici noter que toute l'organisation du travail, des rythmes de pêche, du calendrier étoilier se fait par rapport à l'année solaire, alors que seule cette réunion annuelle touchant au monde de la pêche se base sur l'année lunaire.
28 Par "grandes familles", j'entends des familles dont les ancêtres pêcheurs se seraient distingués par des actions d'éclat ou des pêches prestigieuses et en auraient tiré un renom transmis à leurs descendants. Voici une histoire qui illustre ce fait :

"Il y a longtemps, quand les Anglais étaient là, il y avait un sultan indien Qu‘aitî. Ce sultan était toujours en guerre avec les bédouins. Un jour les bédouins gagnèrent et ils emportèrent toute la famille du sultan. Ce jour-là, il y avait beaucoup de vent et de vagues et les pêcheurs n'avaient pas pu sortir en mer. Alors le sultan demanda à la famille Ghanbîan de l'aider. Cette famille était réputée parmi les pêcheurs pour son savoir-faire et son courage. Le sultan promit au chef de famille Sâlim Ghanbîan de le nommer muqaddam (c'est à dire chef et responsable d'un quartier et de ses habitants), s'il réussissait [à faire parvenir des nouvelles à sa famille, et à en lui rapporter]. Il écrivit des lettres qu'il confia aux pêcheurs. Ceux-ci se mirent en route par la mer pour Shihîr (village qui se trouve à une vingtaine de kilomètres de Shihr) où les bédouins détenaient la famille du sultan. Les bédouins ne se battaient pas avec les pêcheurs car ceux-ci ne portaient pas d'armes. Sâlim Ghanbîan réussit sa mission et devint le premier muqaddam."

29 Il existe à Shihr deux saisons de pêche : la première va d'octobre à juin, et la seconde de juillet à septembre ; cette dernière est considérée comme la saison la plus dangereuse, et durant celle-ci grand nombre de rabbân ne sortent pas en mer.
30 Cet habit, taillé dans une toile de coton écrue, était composé d'une fûta (pièce de tissu que l'on enroule autour des hanches et qui descend jusqu'au mollet) et d'une chemise à manches courtes pour les pêcheurs, à manches longues pour les rabbân (à cause du filet qu'ils doivent porter).
31 "The wife and children of the seamen get a set of clothing (kaswah) at both feasts (al-‘îdayn), as well as the seamen.", R. Serjeant (1980 : 202, note 27).
32 C'est à dire qu'il doit être un bon musulman et un homme respecté par son entourage.
33 Un cheikh dans ce contexte n'a rien à voir avec les cheikhs que l'on peut trouver dans le nord du Yémen. Dans le Hadramaout, les mashâyikh forment une classe sociale et un cheikh est un homme religieux possédant de ce fait un certain nombre de pouvoirs. Ces pouvoirs relèvent d'ailleurs parfois plus du domaine de la magie que du domaine religieux islamique.
34 Sur cette question, il m'est encore difficile de déterminer avec certitude si la protection des cheikhs s'étendait sur plusieurs équipages dispersés dans la ville, ou si leur zone d'influence était délimitée par l'espace géographique du quartier. De plus, pour le moment je saisis encore mal quelles étaient, par rapport aux pêcheurs, les différences de rôle entre les cheikhs et les sayyid-s. Dans les récits que les pêcheurs m'ont fait, les deux catégories de personnages semblaient jouer le même rôle. Cependant, j'ai pu me rendre compte que les pêcheurs ne font pas toujours une stricte différence entre les deux.
35 Village qui se trouve à environ cinquante kilomètres à l'est de Shihr.
36 Cette cordelette se noue autour de la taille. Les pêcheurs disent qu'elle sert à maintenir la fûta en place. Ils sont le seul groupe socio-professionel à la porter à l'âge adulte, alors que de nombreux petits garçons (jusqu'à l'âge de marcher) et toutes classe confondues la portent. Dans leur cas, elle sert à maintenir le ventre en place et à protéger l'enfant de maladies "du ventre", diarrhées....
37 Toutes les descriptions de cette cérémonie ont été faite de mémoire et comportent parfois des contradictions. Il semble que sobân soit le nom d'un "dieu" ou "maître" de la mer et que la répétition de sobân-sobân par laquelle on désigne le rituel provienne d'une chanson dont R. Serjeant à recueilli le refrain :

"Sawban sawban, "Sawban sawban,

‘Ubaid hannu luh, ils ont jetté du henné sur ‘Ubaid,

Sawban sawban, Sawban sawban,

We-qattatu rujuluh ." sur ses pieds ils ont fait des dessins."

38 Dans toute la péninsule Arabique, les noms des saisons correspondent à des mois différents de ceux que les mêmes mots désignent dans le reste du monde levantin. Ainsi, on appelle automne (kharîf) les mois de juillet, août, septembre.
39 Il faut ici rappeler que les bateaux en fibre de verre (bien plus légers que les bateaux de bois) et les moteurs n'ont fait leur apparition que très récemment. Auparavant, les rouleaux devaient être traversés à la rame.
40 Le muqqadam est le responsable du quartier.
41 Certains pêcheurs m'ont parlé de chapelet, d'autres de son filet qu'il apportait avec lui. R. Serjeant. (1978 : 47) parle d'un filet et non d'un chapelet. Cependant, il ne semble pas, lui non plus, avoir assisté à la cérémonie.
42 Dans mon travail de maîtrise, je disais que ce repas était pris chez le rabbân. Cette confusion vient du fait que les bateaux ayant été nationalisés en 1972, à partir de ce moment-là, les repas ont été pris chez le rabbân.
43 La fête de sobân-sobân serait propre à cette zone de la côte de l'océan Indien. Je signale ici à titre d'information que deux personnes (un pêcheur et un érudit local) m'ont parlé d'une fête semblable qui aurait lieu sur la côte au-delà de Diss (village qui se trouve à environ 80 kilomètres à l'est de Shihr). Elle serait célébrée le 10 de bâ ‘urîq (premier septembre) pour un démon (‘afrît ) appelé t‘ûb qui serait satâr al-bahr. Ce jour-là, les pêcheurs ne sortent pas en mer, ils étendent les grands filets sur la plage, puis chaque rabbân place une chèvre sous les filets. Ils ramassent ensuite le filet comme s'il était plein de poissons et vont le laver sept fois à la mer, exactement comme ils lavent (mais seulement une ou deux fois) les sardines au retour de la pêche avant de les faire sécher. Puis ils égorgent (dhabaha) les chèvres et coupent la viande en quatre. Ils en jettent un quart dans la mer profonde, un autre à Ra’s al-Qâd, nom d'un endroit qui se trouve à l'est du village d'al-Ghaydâ, un troisième à ‘Adnît qui se trouve à l'ouest d'al-Ghaydâ, et le quatrième à côté du cimetière. Cette note est bien entendue à titre purement indicatif, mais peut paraître intéressante dans la mesure où, dans le monde arabe, on trouve peu de sacrifices d'animaux où la viande ne soit pas consommée.
44 Il faut cependant souligner que depuis la nationalisation, un grand nombre de ces bateaux ont été réparés, techniquement améliorés, ou remplacés et qu'il aurait donc souvent été difficile voir même impossible de déterminer qui en était propriétaire.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvaine Camelin, « Les pêcheurs de Shihr », Chroniques yéménites [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cy.revues.org/80 ; DOI : 10.4000/cy.80

Haut de page

Auteur

Sylvaine Camelin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org