Navigation – Plan du site

Aden - Mascate - Zanzibar d'après la correspondance inédite d'Émile Kuhlmann, drogman-chancelier au consulat de France à Zanzibar (1849-1856)

Régis Hueber

Entrées d’index

Géographique :

Aden, Zanzibar, Marseille, Mascate

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Notes de la rédaction

Abréviations
A.M.C. Archives municipales de Colmar
B.M.C. Bibliothèque municipale de Colmar
E.K. Émile Kuhlmann
J.B.K. Jean Baptiste Kuhlmann
L.A.S. Lettre autographe signée
N.D.B.A. Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne

Remerciements
J’exprime ma reconnaissance à toutes celles et ceux qui ont contribué à la réalisation de cet article :
Pantxika Béguerie, Conservateur au musée d’Unterlinden, Colmar.
Monique Constant, Conservateur en chef, Chef de la Division Historique, Direction des Archives et de la Documentation du ministère des Affaires étrangères, Paris.
Francis Gueth, Conservateur en chef de la Bibliothèque municipale, Colmar.
Isabelle Langlade, Directeur des Archives municipales, Marseille.
Sylvie Lecoq-Ramond, Conservateur du musée d’Unterlinden, Colmar.
Franck Mermier, Directeur du Centre Français d’Études Yéménites, Sanaa.
Jean-Marie Schmitt, Directeur des Archives et du Patrimoine, Colmar.
Corinne Sigrist, Attaché au musée d’Unterlinden, Colmar.
Octave Zimmermann, Photographe, musée d’Unterlinden, Colmar.

Texte intégral

Avant-Propos

1La Bibliothèque municipale de Colmar conserve, en plusieurs boîtes d'archives, les "papiers personnels" de Jean Benjamin, dit Jean Baptiste Kuhlmann, père d'Émile Kuhlmann (cote Ms 633). En l'une d'elles se trouve une importante correspondance relative au voyage et au séjour d'Émile Kuhlmann à Zanzibar (voir infra Annexe I).

2Ces documents sont malheureusement restés jusqu'à ce jour inconnus et, pour la plupart, encore inédits. C'est que le nom d'Émile Kuhlmann s'est effacé de la mémoire des érudits et curieux d'histoire locale depuis que la remarquable collection d'objets ethnographiques qu'il offrit à la Ville de Colmar en 1857 - après avoir bénéficié d'une présentation dans les salles de l'ancien "Musée de Colmar" - actuellement Musée d'Unterlinden - puis dans celles du premier Muséum d'Histoire naturelle -, fut, au fil des ans et suivant la fluctuation des engouements, reléguée pièce après pièce puis oubliée en diverses "réserves" dont il conviendrait sans doute de l'exhumer.

3Je me propose dans cet article d’esquisser l’historique de la nomination d’Émile Kuhlmann au poste de drogman-chancelier du consulat de France à Zanzibar et celui de son voyage depuis Marseille jusqu’au lieu lointain de son affectation. Je tiens dès à présent à prévenir le lecteur que je n’aborderai point la relation des "travaux et jours" du jeune chancelier pendant ses sept années d'activités sur l’île africaine. Toutefois, compte-rendu sera donné du séjour qu’effectua Émile Kuhlmann à Aden du mois d’octobre au mois de décembre 1854. J’ajouterai, le regrettant, que je n’ai pu disposer du temps ni des moyens nécessaires pour me livrer à une saine critique des sources. Par exemple, il eût été salutaire de consulter "le dossier Jean-Émile Kuhlmann" et la "correspondance consulaire et commerciale de Zanzibar", années 1849-1856, déposés aux Archives du ministère des Affaires étrangères ; de sonder les Archives nationales, celles de la Chambre de Commerce de Marseille, etc. C’est dire, l’état d’ébauche du présent article, ses vices de forme, ses approximations, ellipses, lacunes, voire ses inexactitudes. Pour l’heure, il me suffirait qu’on veuille bien lui reconnaître l’unique mérite de signaler à l’attention des chercheurs férus d’études africaines et yéménites, une documentation de première main, inédite, susceptible de ménager quelque découverte.

La nomination d’Émile Kuhlmann (Paris, 8 mars - 29 avril 1849)

4Jean Émile Kuhlmann naît à Colmar le 22 avril 1815. Son père, Jean Benjamin dit Jean Baptiste (? 19.3.1777 - Colmar 8.2.1858) exerçait la profession d’architecte et ingénieur-géomètre, adjoint à l’ingénieur en chef du cadastre du département du Haut-Rhin. Le 14 décembre 1812, à Mulhouse, il avait épousé Chrischone née Risler (Mulhouse 1790 - Colmar 25.5.1871), fille d’un pharmacien. Le couple aura sept enfants ; Émile est le puîné. À l’époque de la nomination d’Émile Kuhlmann au poste de drogman-chancelier du consulat de France à Zanzibar (printemps 1849), la famille, de confession protestante, réside 44 rue des Clefs à Colmar1.

5Un brouillon de lettre, non daté, rédigé par son père (février-mars 1849), nous révèle qu’avant cette nomination Émile, licencié en droit depuis 1837, avait rempli les fonctions de premier clerc auprès des deux principales études de notaires de Colmar et de (Mulhouse ?). Il parle couramment quatre langues vivantes et désire "se placer" en Algérie, soit au consulat d’Alger, soit au consulat d’Oran2.

6Quoi de plus naturel, en cette circonstance, que de s’adresser à Jacques Hosemann, un cousin domicilié à Paris, employé au ministère des Affaires étrangères, et doué d’entregent. Bien que je ne puisse produire aucune pièce le certifiant, il est vraisemblable de penser que Jacques Hosemann, informations prises, avertira alors le père d’Émile de la vacance du poste de chancelier au consulat de Zanzibar et des présomptions que celui-ci échut au jeune clerc.

7Toujours est-il qu'Émile quitte Colmar en coche le dimanche 4 ou le lundi 5 mars 1849 à destination de Paris qu'il atteint le 8. Il descend chez son cousin qui, diligent, lui a ménagé pour les jours suivants des entrevues avec Pierre-Joseph Sainte-Croix de Belligny, retour de Nouvelle-Zélande, récemment promu consul de France à Zanzibar ; le baron de Heeckeren, natif de Colmar, (ex beau-frère d'Alexandre Pouchkine qui le provoqua en duel et en fut occis), député du Haut-Rhin, secrétaire de l'Assemblée nationale et membre du Comité des Affaires étrangères ; enfin, le baron de Billing et son frère Frédéric Billing chef de la division politique au ministère des Affaires étrangères, tous deux d'ascendance colmarienne3 : "[...]. Je cours à travers Paris comme si je ne l'avais jamais quitté et je m'y sens acclimaté comme si, de ma vie, je n'avais connu d'autres [lieux ?]. Je m'y sens surtout au [large ?] et d'une égalité d'humeur des plus heureuses. Du reste, j'ai bien des raisons pour être si serein ; mes affaires marchent aussi bien que possible et plus promptement que nous n'osions l'espérer. Dès hier matin [9 mars], de conserve avec notre bien excellent Jacques, je me suis mis en course pour voir M. de Belligny que nous avons trouvé chez lui. Il est inutile de vous dire que nous avons été admirablement reçus [...]. Nous avons appris de lui que le poste [de chancelier du consulat de Zanzibar] est encore vacant. La connaissance de la langue arabe est exigée, mais je lui ai dit qu'il est dans mon intention de l'étudier de toute manière, attendu que j'avais longtemps réfléchi à entrer dans le service administratif en Afrique [...]. M. de Belligny ne connaît pas la langue arabe, il ne sait que l'anglais [...]. M. de Belligny m'a paru être dans de très bonnes dispositions pour moi. C'est un jeune homme d'environ 35 ans, délicat, d'une figure distinguée, de bonnes manières, fort poli quoique très simple [...]. De chez M. de Belligny nous nous sommes rendus chez M. de Heeckeren qui nous a également bien reçu. Il nous a dit que, non seulement il appuierait, mais encore qu'il ferait la demande au Ministère, pourvu que M. de Belligny lui fît connaître par un mot d'écriture que ma personne lui convient. De là, nous nous sommes acheminés vers la demeure de M. le baron de Billing qui a été parfait pour nous et nous a remis pour son frère, M. Frédéric chef de la division politique au Ministère des Affaires étrangères, une lettre très pressante pour le prier de s'entendre avec MM. de Lesseps [Directeur des consulats et des affaires commerciales au ministère des Affaires étrangères] et de Clercq, personnages très influents dans les arcanes du Ministère, afin que ma présentation n'éprouve aucune difficulté dans les bureaux : chose essentielle. M. Frédéric Billing, avec le plus louable empressement a rempli la commission de son frère et nous a donné une réponse très rassurante. Il a pris note de mes titres et nous nous sommes quittés ainsi dans le meilleur espoir. En rentrant, nous nous sommes hâtés de rendre compte, par écrit à M. de Belligny, des résultats de nos démarches [...]. Il vient lui-même nous voir ce matin pour nous annoncer qu'il allait se rendre auprès de M. de Heeckeren pour lui donner une réponse favorable à mon égard"4.

8La bienveillance que M. de Belligny manifeste à l'égard d'Émile Kuhlmann s'accroît singulièrement au su d'une relation d'amitié commune avec Henri Lebert père (Thann 19.11.1794 - Colmar 21.9.1862), peintre, dessinateur, poète et musicien qui, du temps qu'il voyageait fréquemment à Paris, logeait chez la mère de M. de Belligny, où il était accueilli comme "l'ami de la maison". Ce que M. de Belligny cache à Émile, mais qu'une lettre du père de ce dernier lui (et nous) révèle, c'est que le consul, déjà, s'était enquis confidentiellement auprès d'Henri Lebert à son sujet, et que le témoignage obtenu s'avère extrêmement flatteur5. Sans doute, Émile n'est point le seul aspirant au poste de chancelier. Selon les propres termes de Jean Baptiste Kuhlmann, l'enquête de M. de Belligny visait aussi et surtout "à déjouer une intrigue" : "Il [M. de Belligny] présume que tu avais été desservi par des concurrents, pour ne pas dire plus"6. Le consul, ultérieurement, sera plus explicite : au nombre des "concurrents" d'Émile - il y en aurait eu six ou neuf - figurait un certain Auguste Haussmann (Wintzenheim-Logelbach 3.11.1815 - Alger 17.2.1874) bien connu de l'intelligentsia colmarienne non moins que des milieux diplomatiques parisiens. Délégué de l'industrie cotonnière française, membre de l'ambassade extraordinaire de M. de Lagrenée en Chine (1844-1846), Haussmann pouvait se prévaloir d'une expérience certaine dans le domaine des relations internationales. En outre, il avait à son crédit de nombreuses publications, et d'abord le monumental et fort documenté "Voyage en Chine, Cochinchine, Inde et Malaisie" dont le troisième et dernier tome parut en 1848 année au cours de laquelle, en reconnaissance de ses travaux, la Société de Géographie de Paris lui décernait une médaille d'argent et le roi Oscar de Suède le gratifiait d'une "médaille d'honneur en or", distinctions qui s'ajoutaient à la Légion d'Honneur obtenue dès 18467. Cette notoriété, ces marques d'estime semblèrent-elles trop retentissantes à M. de Belligny ? Toujours est-il qu'il devait opter pour un secrétaire moins auréolé. Émile Kuhlmann écrivait alors : "Savez-vous bien qu'Auguste Haussmann avait sollicité la place de chancelier à Zanzibar ? Mais cet excellent M. de Belligny, n'ayant voulu que moi, l'a écarté. Il [Auguste Haussmann] est en instance pour obtenir [sic] l'agence consulaire de Mascate. Je l'ai recommandé pour ce poste à M. de Belligny qui m'a demandé des renseignements sur lui. C'est un devoir de confiance que j'ai accompli, car je le crois digne de recommandation [...]"8. Au vrai, l'intervention d'Émile Kuhlmann fut sans effet. Le 2 juin 1849, Auguste Haussmann s'embarque pour Panama et la Californie qu'enfiévrait la ruée vers l'or9...

9A Paris, du 13 mars au 27 avril 1849, Émile Kuhlmann assiège les barons de Billing et de Heeckeren qui l'assurent de leur indéfectible appui auprès de Théodore de Lesseps. Celui-ci se garde bien de hâter les choses. En diplomate consommé, il refuse de s'immiscer dans une éventuelle "querelle de prétendants" et fait dire qu'il abandonne à M. de Belligny le choix de son chancelier consulaire. Cependant, il insiste sur l'obligation, pour ce dernier, de posséder la langue arabe. Le 7 avril, s'autorisant de sa prérogative, M. de Belligny écrit au ministre des Affaires étrangères : "Au moment de quitter Paris, pour me rendre à mon poste, permettez-moi, M. le ministre, d'appeler votre attention sur la nécessité de remplir la vacance du poste de drogman-chancelier à Zanzibar. M. Émile Kuhlmann qui sollicite cet emploi m'en paraît réunir les qualités essentielles. Il en comprend tous les devoirs et se montre digne de la faveur du Gouvernement. Je serais heureux que votre choix pût tomber sur lui et qu'il m'accompagnât dans la mission lointaine que je vais remplir"10.

10Fort de l'amitié que lui témoigne M. de Belligny et des assurances qu'il lui prodigue, Émile s'est mis sérieusement à l'étude. Caussin de Perceval, professeur d'arabe au Collège de France, le recommande à l'un de ses collègues orientalistes, M. Cambarel ; les leçons vont bon train ; pas assez toutefois de l'avis de Jean Baptiste Kuhlmann : "Si ta voie se fraye en ce moment et te donne occasion de pouvoir mettre le pied à l'étrier, c'est à la condition de connaître la langue arabe. Une grammaire ne te suffit pas, au milieu des distractions qui t'entourent ; il faut prendre la résolution de Volney, l'auteur des Ruines11 qui, pour connaître le cophte12, sans lequel il ne pouvait [récolter ?] la place qu'il s'était proposé [...], s'était enfermé dans un couvent de Cophtes. Toi, mon fils, il [te] faudrait passer une partie de la journée dans un établissement de missions où l'arabe s'enseigne et t'y donner de [cœur joie ?] dès le grand matin ; si on l'apprend au ministère, l'on y verrait du sérieux et ton affaire deviendrait plus concluante"13.

11Jacques Hosemann professe la même opinion. Docile, Émile surajoute aux leçons particulières de M. Cambarel celles de Domenico Hossanna, un prêtre chaldéen "qui depuis 7 ans fait des études à la bibliothèque Sainte Geneviève", car, - représente-t-il à son père dont la religion est éclairée pourtant : "il m'importe d'avancer le plus promptement possible dans l'étude de la langue arabe avant mon départ, parce qu'une fois parti, je serai abandonné à moi-même, excepté à Aden où je pourrais peut-être me procurer un maître pendant le temps de relâche que nous y ferons. Mais cette halte pourrait tout aussi bien n'être que de courte durée ; la faculté de prendre des leçons ailleurs qu'ici est [seulement ?] éventuelle"14.

12On le voit, Émile s’est persuadé que la partie est gagnée. Déjà il s'inquiète de la confection de son uniforme, des achats d'armes, d'ustensiles et de vêtements qu'il lui faudra emporter, de l'itinéraire du voyage. Cependant les jours défilent et M. de Lesseps, qui détient l'arrêté officiel de nomination, répugne encore à le soumettre au ministre pour signature. Émile s'impatiente : "J'espérais pouvoir vous annoncer par le courrier de ce jour [15 avril] ma nomination. Mais non, la lenteur des bureaux est désespérante et je suis dans l'expectative. Malgré les activités et incessantes démarches de M. de Belligny à qui l'on avait promis hier soir la lettre d'avis concernant ma nomination, je me vois encore réduit à prolonger mon martyr [!] un jour de plus"15. C'est que la ratification achoppe sur deux obstacles. Le premier est le fait de M. de Lesseps qui se montre sourcilleux quant à "l'initiation à la langue arabe trop récente" du jeune Kuhlmann. En effet, une connaissance approfondie de l'arabe est requise, car le subordonné au consul de Zanzibar est investi d'une double fonction : celle de chancelier ou secrétaire et celle de drogman ou interprète. Émile, pour l'heure, ne sait que baragouiner la langue du Coran ; de surcroît, il serait incapable de s'exprimer en Souahéli - l'idiome parlé à Zanzibar - ni de le comprendre. L'on verra que les réticences de Théodore de Lesseps étaient prophétiques. Le second obstacle est apparemment plus sérieux. Des diplomates indélicats ont tantôt consacré à des voyages d'agrément les sommes allouées par le ministère des Affaires étrangères pour subvenir aux frais de transport et d'installation au lieu de leur lointaine affectation ; tantôt donné leur démission dès attribution de l'allocation. Conséquemment, la trésorerie du ministère se trouve-t-elle fort à mal et l'on décrète de sévères mesures : des emplois consulaires et de chancellerie sont supprimés ("17 chanceliers, ayant des droits acquis et qui attendaient le moment favorable pour être replacés, sont atteints par ses suppressions"16) ; les frais de transport et d'installation des agents diplomatiques épargnés par le débauchage ne leur seront comptés dorénavant qu'une fois ces derniers rendus à destination. Cela revient à dire que seuls tireront leur épingle du jeu les fonctionnaires disposant d'assez de ressources pour avancer l'argent de leur voyage. La sélection s'opère en fonction de la fortune personnelle des futurs agents. Tant que l'on ne saura au juste de quels moyens financiers le jeune Kuhlmann dispose - et quand bien même il bénéficie d'appuis considérables - l'on différera sa nomination. Cette mesure discriminatoire frappe aussi M. de Belligny "qui est pourtant homme excessivement honorable et qui se trouve parfaitement bien vu. Il est obligé de faire, sauf remboursement par l'État après son arrivée, les avances de son voyage. Et moi je ne saurai être mieux traité", philosophe Émile17.

13Consternation au sein de la famille Kuhlmann qui ne dispose point de l'intégralité de la très forte somme d'argent nécessaire, savoir 6.000 francs. "Avant de me décider à passer par la condition de l'avance des frais de voyage - argumente l’ex-basochien - , j'ai consulté mon cousin et M. de Belligny sans lesquels je ne fais rien et dont les bons conseils me guident en toute chose. Et tous trois nous sommes tombés d'accord qu'il fallait accepter et surtout en considération de la suppression [de postes] qui a eu lieu [...]. Il y a même pour le poste de chancelier à Zanzibar, 9 ou 6 concurrents contre lesquels je n'aurais eu aucune chance peut-être sans la bonne et chaude protection de MM. de Billing, de Belligny et de Heeckeren. Vous devez donc vous féliciter vivement avec moi si je réussis à emporter cette position au prix de la condition pécuniaire qui vous fait reculer. Entre tous les postes de chancelier il n'y a peut-être pas un seul qui soit à même de m'offrir des chances d'avancement et des occasions de me signaler par des services [réels ?] comme celui de Zanzibar, surtout si l'on considère avec cela l'avantage très précieux de se trouver à côté d'un consul qui est non seulement votre protecteur mais votre ami et de qui peut dépendre par la suite votre prompt avancement dans la carrière"18.

14Jean Baptiste Kuhlmann se rend aux raisons de son fils et se charge de collecter les fonds ; Jean Risler, son beau-frère, avance 4.000 francs19. Dès lors, les difficultés s'aplanissent - curieusement, l'on n'invoquera plus les insuffisances linguistiques de l'aspirant chancelier - et, le 28 avril 1849 enfin : "J'ai la satisfaction de vous informer qu'hier me trouvant à dîner chez Madame Michut, belle-mère de M. de Belligny, mon cousin [...] est venu me faire part d'une lettre arrivée du Ministère des Affaires étrangères qui confirme l'envoi de la dépêche ministérielle adressée à M. de Belligny, portant ma nomination comme attaché au consulat de France à Zanzibar faisant fonction de chancelier provisoire avant l'expédition de la nomination définitive comme chancelier-drogman aussitôt que M. de Belligny en fera la proposition au Ministère, avec assurance du traitement attaché aux fonctions de chancelier [stagiaire ?] dès mon entrée en fonction [sic]. Voici donc une affaire certaine et décidée qui doit lever tous vos doutes sur la réalisation de mes projets d'avenir"20.

15Le lendemain, 29 avril, Émile adresse à ses parents son ultime missive parisienne : "Je m'empresse de vous annoncer mon très prochain retour à Colmar [...]. Je devrai m'arrêter à Strasbourg toute la journée du jeudi, ayant à conférer tant avec le directeur des postes, M. Huot, au sujet des positions à prendre pour faire le voyage en malle-poste depuis Mulhouse jusqu'à Lyon, qu'avec M. Reuss, professeur à la faculté de théologie, très versé dans la langue arabe et chez lequel je compte trouver des livres arabe-allemand que je ne trouve pas ici, ou qui sont ici hors de prix21. J'ai pris congé de MM. de Clercq, de Billing, [Meuran ?], de Heeckeren, et l'intérêt très sincère qu'ils paraissent me porter aussi bien qu'à M. de Belligny, mon consul, m'est une garantie certaine que ma nomination définitive comme drogman-chancelier suivra de peu mon arrivée à Zanzibar. Je ne puis assez me louer de la bienveillance de M. de Heeckeren qui a montré beaucoup de soutien, de franchise, de sincérité et de zèle dans cette affaire, et qui m'a bien promis de m'appuyer de sa protection aussi longtemps que les électeurs du Haut-Rhin l'enverront à l'Assemblée parlementaire et qu'il sera conséquemment en position de m'être utile ainsi qu'à M. de Belligny. Mon bon cousin Eugène, aux bons conseils duquel je m'en suis toujours rapporté, trouve qu'il y a lieu de nous féliciter hautement de la promptitude avec laquelle a réussi cette entrée en carrière"22.

16Émile Kuhlmann consacre ses dernières heures parisiennes à prendre congé de ses amis et protecteurs ; effusions, congratulations. Ne trouvant point M. de Lesseps à son bureau, il laisse un mot d'adieu. Avant de joindre Marseille, port d'embarquement de la légation, où le consul Belligny et son épouse séjournent depuis quelques jours, M. le drogman-chancelier s'arrêtera à Colmar, le temps d'embrasser ses parents : l'on essuiera force larmes...

Le séjour à Marseille (9-27 mai 1849)

17"Vive la Méditerranée ! Me voici à Marseille depuis ce matin [9 mai] à huit heures, après une traversée des plus intéressantes sur le Rhône et un trajet en voiture d’Avignon à Marseille non moins satisfaisant. Je suis descendu à l’hôtel des Empereurs où j’ai reçu le meilleur accueil de M. et Mme de Belligny23. Leur premier mot a été de m’annoncer que notre voyage était encore différé de quelques jours à raison d’un événement tout aussi heureux qu’extraordinaire. Figurez-vous que jeudi dernier est entré dans le port de Marseille, au moment où mon consul et sa femme se promenaient sur le port, un bâtiment monté par un équipage noir qui excita immédiatement la curiosité de toute la population présente à ce spectacle. On va aux informations et l’on apprend que ce bâtiment vient de Zanzibar et qu’il appartient à l'iman de Mascate [...]"24.

18L’expédition de la "Caroline", navire de 600 tonneaux appartenant à la flotte de Sayyid Sa‘îd (dates de règne : 1804-1856), imam de Mascate en résidence à Zanzibar (capitale diplomatique) et ses implications tant commerciales que politiques ont fait l’objet de plusieurs études25. Qu’il me suffise d’en rappeler succinctement les circonstances. Dans le but d’initier des opérations d’import-export avec la France (à l’instar de celles qu’il pratique avec les États-Unis depuis 15 ans déjà et depuis 4 ans avec l’Angleterre), l’imam de Mascate dépêchait vers Marseille un bâtiment riche d’une cargaison de café, de dattes et de cent mille kilogrammes de girofles qu’il avait chargé Hadji Darwich, son secrétaire particulier accrédité comme ambassadeur auprès du Gouvernement français, de négocier au mieux de ses intérêts, avec pour consigne de lui renvoyer le produit des ventes sous forme de marchandises, naturelles ou manufacturées françaises. Il est capital que les transactions aboutissent, à la satisfaction des deux parties : "Marseille a un intérêt majeur à attirer dans son port les consignations de l’iman. Il pourrait résulter de ces nouvelles relations des affaires considérables dont notre ville profiterait tout d’abord, et qui influeraient ensuite sur le pays à cause des retours qui se feraient nécessairement en objets de France. Mais pour atteindre ce but, il faut que nos négociants se montrent faciles dans l’achat de la cargaison. Un peu trop d’exigence de leur part pourrait faire envoler pour toujours le pavillon de Zanzibar. L’iman procède dans cette circonstance en homme avisé. Il a expédié à Londres le navire l’"Artémise", avec un chargement semblable à celui de la "Caroline", afin de comparer les résultats de ces deux expéditions parallèles. D’un autre côté Hagi-Dervich [sic], ne paraît pas animé d’une moindre prudence, puisqu’il ne veut débarquer qu’une partie de sa cargaison et qu’il est bien décidé à l’expédier en totalité à Londres si les premiers résultats de la vente ne lui présentent pas les mêmes avantages que ceux de l’Angleterre"26.

19Or, le hasard veut qu’un ami de M. de Belligny, Jacques Altaras "l’un des négociants les plus considérables de Marseille", se trouve consignataire de la cargaison de la "Caroline". C’est ainsi que M. de Belligny et conséquemment Émile Kuhlmann non seulement fréquenteront assidûment Hadji Darwich, mais encore seront invités à participer à toutes les festivités organisées en l’honneur de l’envoyé de l’imam de Mascate.

20La correspondance d’Émile Kuhlmann, où les coq-à-l’âne, les digressions abondent, se ressent de l’état d’esprit de l’épistolier, qu’une pléthore de nouveautés met en effervescence : "Je me plais de plus en plus dans ma nouvelle position. La navigation, le commerce, les observations de mœurs, la communication avec les Arabes, la variété des objets d’études auxquels je me livre, tout cela, joint aux agréments du séjour de Marseille, aux beautés de la nature, aux relations sociales, compose un milieu tout nouveau et plein d’attraits. Mon existence est tout-à-fait transformée"27.

21Émile monte quotidiennement à bord de la "Caroline" converser avec ses occupants : Hadji Darwich, homme "d’un air extrêmement doux, bienveillant, affable" ; l’interprète de ce dernier, le lieutenant Abdallah, "jeune arabe fort intelligent, parlant fort bien l’anglais"; le capitaine de la corvette, "un Anglais qui habite Zanzibar depuis 6 ans", duquel il obtient "une foule de renseignements" touchant aux us et coutumes des habitants de l’île. Ces visites lui permettent en outre de s’exercer à la langue arabe, de s’habituer "à ces figures et ces costumes étranges au premier abord", et de se familiariser "avec les 60 hommes d’équipage : Malgaches, Éthiopiens, Abyssins, Arabes, Métis, Zanzibariens qui se donnent le genre d’acheter des chapeaux retapés, des paletots usés, des foulards qu’ils ne savent où mettre vu qu’ils ne se doutent pas le moins du monde qu’il faille avec cela un pantalon". Pire, cancane l’épistolier, "on les voit se promener pieds nus, vêtus d’un léger caleçon, avec une défroque européenne par-dessus, et pas autre chose avec. Cependant c’est le petit nombre ; la plupart restent fidèles à leur costume national"28.

22Selon le jeune chancelier, Hadji Darwich est animé "des meilleurs sentiments pour la France", tout comme son maître et seigneur, l’imam de Mascate qui, "pour se soustraire aux importunités ambitieuses des Anglais, a transporté sa résidence avec sa cour et son sérail à Zanzibar". Sayyid Sa‘îd "est même si bien disposé pour nous - se félicite Émile - qu’il a chargé Darwich de faire savoir au Gouvernement français que si le Palais mis à la disposition du consulat de France ne devait pas nous convenir, nous n’aurions qu’à choisir parmi tous les autres édifices que Said [sic] possède. Le palais du consulat est tout à côté de la résidence royale et est entouré de cours et de jardins à notre usage : avec vue sur la mer. L’édifice a quatre étages et terrasses. Il a un revêtement en corail, ce qui est l’usage ordinaire dans les constructions de ce pays-là"29.

23Hadji Darwich sait cajoler le crédule néophyte qui se persuade (trop) aisément de la précellence des agents diplomatiques français en poste à Zanzibar, sur ceux de sa Gracieuse Majesté : "Les consuls sont les premiers personnages dans ces pays-là et les consuls de France sont généralement aimés tandis que [les consuls anglais ne le sont pas] à cause de leur raideur peu sympathique [...]. En retour l’Angleterre sait mettre à la disposition de ses agents un élément d’influence presque invincible, l’argent. Ainsi le consul anglais à Zanzibar jouit d’un traitement, y compris les frais de représentation, de 60.000 francs. Il a 19 domestiques blancs tandis que le consul de France n’a qu’un traitement de 10.000 francs et des frais de représentation bien insuffisants [sic] lorsqu’il s’agit de contrebalancer les moyens de corruption employés par les Anglais pour se pratiquer des intelligences dans l’entourage des sultans et acheter les secrets de ces derniers [...]. Nous sommes plus respectés, plus honorés, mieux vus, on se défie moins de nous, parce que notre attitude est plus convenable et que nous sommes moins tracassiers que nos voisins d’Outre-Manche"30.

24Le vendredi 11 mai, Hadji Darwich, Abdallah, le capitaine de la "Caroline", M. et Mme de Belligny et Émile Kuhlmann sont conviés à dîner par les Altaras "famille d’origine juive et syrienne venant d’Alep"31. L’ambassadeur de l’imam de Mascate en impose aux commensaux par sa mise superbe : "turban en mousseline blanche à rayures d’or ; caftan en cachemire d’un fort beau dessin à palmes sur fond bleu de ciel ; dalmatique noire brodée, en soie, par-dessus ; bas d’une blancheur irréprochable et babouches en maroquin rouge"32. Bien qu’attristé par la nouvelle récente du décès de deux de ses filles, Hadji Darwich fait bonne contenance et s’efforce même au badinage. Par exemple, il raconte comment il fut chargé de la délicate mission d’aller quérir à Bassora la fille du shâh de Perse, promise à Sayyid Sa‘îd qui du reste compte trois femmes légitimes. "Dans un moment d’expansion - relate Émile - , il nous a confessé en riant que l’iman l’avait chargé de lui amener une belle et jeune Française de 12 à 14 ans, de haute extraction, dût-il dépenser jusqu’à 20.000 piastres (100.000 francs) pour en trouver une"33.

25Le dimanche 20 mai 1849 enfin, le négociant Jacques Altaras organisait une "brillante fête orientale" dans sa villa des Chartreux : "Tout ce que Marseille renferme de jolies femmes, d’élégantes et fraîches toilettes, d’orientaux de [toutes] nations, y compris Darwich et Abdallah, Mohammed frère de ce dernier, Youssef fils de [Ebyée ?] un des plus considérables négociants de Zanzibar, tous les consuls et agents diplomatiques résidant à Marseille, toutes les autorités : préfet, maire, lieutenant général, officiers supérieurs et chefs d’administrations s’y sont donné rendez-vous. Madame d’Altaras [sic] est venue en voiture prendre Madame de Belligny et moi. Après le dîner de 30 couverts qui a précédé la fête de nuit, et auquel a assisté M. de Belligny, dîner d’une somptuosité toute princière, on a bu à la prospérité de sa mission. A ce repas n’ont pris part que les sommités du département ainsi que l’ambassadeur de l’Iman et son secrétaire. A notre arrivée aux Chartreux, on nous a aspergés d’essence de roses selon l’usage oriental, puis on nous a conduits au jardin dépendant de la villa ; jardin délicieux dont les bouquets d’arbres étaient reliés entre eux par des festons, des globes de couleur. Cette illumination produisait un effet merveilleux au milieu des ombres de la nuit et du feuillage et entre les jets d’eau du jardin. La terrasse attenant à la maison, embaumée par une profusion d’arbres exotiques et notamment d’orangers, était recouverte par une tenture en soie, formée de pavillons de navires de différentes nations. C’est sur cette terrasse que nous avons trouvé les convives prenant le café avec accompagnement d’excellents cigares pour les Européens, de la tchibouque [sic] ou du narguilé pour les Orientaux qui, tous, comme vous le pensez bien, étaient revêtus de leurs costumes les plus riches. A 9 heures la joyeuse foule des danseurs est venue envahir les beaux salons de M. d’Altaras [sic]. Un excellent orchestre s’est mis à jouer les quadrilles, les polkas, les valses les plus nouvelles ou les mieux choisies de l’ancien répertoire. Des rafraîchissements exquis coulaient en abondance. Au premier étage, on avait établi des salons de conversation et de jeux. J’ai remarqué une foule d’objets d’art d’un très grand prix, notamment des tableaux chinois fort remarquables par leurs coloris. Nous nous sommes retirés à une heure du matin, enchantés de cette fête donnée à l’intention tant des ambassadeurs de l’Iman que du consul de France à Zanzibar. Les bigarrures somptueuses des Marocains, Cophtes, Arabes et autres Orientaux présents à la fête formaient le contraste le plus pittoresque avec les toilettes européennes. Je n’oublierai jamais cette fête"34.

26Hadji Darwich avait d’abord souhaité que M. de Belligny, son épouse et Émile Kuhlmann prissent passage à bord de la "Caroline" pour effectuer, en sa compagnie, le voyage de Zanzibar. Cela ne se peut. En effet, au préalable, l’ambassadeur de l’imam doit se rendre à Paris, afin de remettre au Président de la République six chevaux arabes, présent de Sayyid Sa‘îd. Or, le ministère des Affaires étrangères presse le consul et son chancelier de joindre leur poste au plus vite. Une fête ultime réunit ces derniers, Abdallah et Darwich qui remet au consul un paquet de lettres pour l’imam.

27Le dimanche 27 mai, les membres de la légation embarquent sur le "Merlin" à destination de Malte qu’il atteignent 3 jours plus tard. L’on relâche 26 heures, puis passagers et bagages sont transbordés sur l’"Indus" qui jette l’ancre en rade d’Alexandrie le lundi 4 juin.

D’Alexandrie à Aden (5 juin - 28 juin 1849)

28"Que de choses étonnantes, que d’impressions mémorables n’ai-je pas éprouvées depuis le jour de notre séparation, et par quelle admirable série de gradations ces choses et ces impressions ne se sont-elles pas succédées dans le cours de mon voyage d’Europe en Orient. Et pourtant c’est maintenant seulement, alors que tout ce que j’ai déjà vu, senti, observé suffirait longuement à défrayer l’imagination de bien des gens, c’est maintenant seulement que je vais m’élancer vers l’Inconnu ; ce n’est qu’à partir de ce moment que l’antique et mystérieux Orient va m’ouvrir ses portes et me laisser entrevoir tout son trésor de poésie, toutes les splendeurs incomparables de son climat, toutes les richesses monumentales de son Passé, toute son originalité de mœurs, toutes ses passions ancestrales [...]"35. Assurément ! A peine débarqué d’ailleurs, Émile Kuhlmann est confronté à l’une des manifestations de l’"originalité de mœurs du mystérieux Orient". Il fait face en usant d’une recette caractéristique de l’"originalité de mœurs" du parfait Occidental : "En abordant sur le quai, il a fallu nous faire jour à coups de cannes pour nous frayer un passage à travers les Arabes qui venaient en foule nous offrir des ânes, des dromadaires, des mulets pour porter en ville nos personnes et nos bagages. Quant à moi, j’ai fait l’admiration de mes camarades par la manière brillante dont j’ai fait pleuvoir les coups sur les importuns musulmans. Quelques-uns d’entre nous ont enfourché des baudets et les autres se sont mis dans les voitures que l'administration péninsulaire et orientale [compagnie maritime anglaise] tient à la disposition des passagers. Notre convoi s’est acheminé ainsi au grand trot vers la grand-place d’Alexandrie où est situé l’hôtel de l’Europe. Là, il nous fallut de nouveau livrer bataille pour repousser les prétentions de bakchich de Messieurs les âniers qui espéraient pouvoir nous raisonner. Heureusement qu’ils acceptent [sic] avec la meilleure grâce du monde les arguments "ad hominem" administrés à coups de bâton"36.

29Malgré cela, les dispositions morales d’Émile Kuhlmann, depuis qu’il a quitté Marseille, ont subi un revirement inattendu : le chancelier s'est entiché des Anglais. A bord du Merlin en premier lieu, il avait été sous le charme d'un couple de philanthropes renommés, Sir Moses et lady Montefiori : "Sir Moses est un homme de haute taille ; sa physionomie respire l'intelligence la plus élevée, unie à un grand fond de bonté. Il peut avoir 65 ans. Lady Montefiori est une femme extrêmement agréable, d'environ 50 ans, d'un esprit cultivé, tout comme son mari. Tous deux ont les manières à la fois distinguées et simples de la meilleure compagnie. Ils entretiennent depuis 6 ans à Jérusalem, à grands frais, un médecin chargé d'administrer, sans distinction de cultes et gratuitement, les soins aux malades quels qu'ils soient. Ils se rendent en Palestine pour poursuivre la mission tout humanitaire et charitable qu'ils se sont proposés depuis de longues années". Plus tard, de passage sur l'"Indus", il fraternise avec de nobles et fringants officiers : "Madame de Belligny sait attirer tous les cœurs, aussi bien que son excellent mari, et moi [...] je suis appelé à profiter de toutes les bontés dont on les entoure. Et je dois dire, toute modestie à part, que l'on paraît également faire cas de ma personne. Ainsi, à mon arrivée sur l'Indus, lord Montaigu s'est empressé tout le premier auprès de moi, et son exemple m'a gagné tous ses jeunes compagnons de voyage, tous jeunes gens de bonnes familles, attachés comme officiers à l'armée des Indes [...]. Lord Montaigu est un gai compagnon, ayant l'esprit orné, et parlant plusieurs langues, l'espagnol, le français, l'italien et même l'allemand ; c'est le fils du duc de Manchester. Avec lui, il y a le capitaine Ryce [sic] jeune homme extrêmement distingué, parlant bien le français et très instruit ; puis M. Bell esquire, lieutenant de Cipayes [...] ; le capitaine Gordon, parent de lord Byron, qui retourne à Madras ; le capitaine Murray qui s'en va rejoindre son régiment cantonné à Hong-Kong en Chine et tutti quanti"37. Dans la missive d'Alexandrie datée du 5 juin 1849, Émile Kuhlmann cite également un passager avec lequel il causa de linguistique arabe, le Révérend Master Whitford, chapelain de l'armée des Indes mandé auprès de l'évêque anglican d'Aden. Bref, le chancelier s'affiche anglophile : "Pour moi, je dois vous dire que je professe la plus grande estime pour la nation britannique. Ce sont de braves gens qui font grandement les choses, et cela sans la moindre affectation". Il semble que les confidences d'Hadji Darwich relatives à la scélératesse (prétendue) des Britanniques soient oubliées.

30À Alexandrie, dans l'hôtel même où sont descendus le consul Belligny et son chancelier, villégiature un officier de l'armée des Indes qu'Émile fréquentera assidûment quelques années plus tard, le colonel Outram. Ces messieurs sympathisent. Or, "un soir, à table - rapporte l'épistolier - ayant interrogé un de nos commensaux arrivé des Indes sur les ressources que l'on peut trouver à Aden, et ce dernier m'ayant dit que l'on n'y était pas bien tenu, le brave colonel Outram, sans mot dire, se mit à écrire à notre intention une chaude lettre de recommandation pour le commandant supérieur de la place d'Aden [le brigadier Cunningham, cf. infra]. Il nous suffira d'envoyer à notre arrivée cette lettre à son adresse et aussitôt l'on viendra nous prendre pour nous loger chez le commandant de la place, qui est un ami intime de M. Outram, et chez lequel nous serons fort bien". Et Kuhlmann de conclure : "Voilà ce que font les Anglais quand vous avez le bonheur de leur inspirer de la confiance et de l'amitié"38.

31Le couple Belligny et Émile Kuhlmann quittent Alexandrie le jeudi matin 14 juin. Après avoir navigué successivement sur le canal de Mahmoudieh puis sur le Nil à partir de l'étape d'Atfeh, les voyageurs débarquent à Boulaq, port du Caire, le lendemain vers midi. Leurs chambres sont retenues à l'"Hôtel d'Orient" place de l'Ezbékièh "délicieuse promenade bien ombragée, encombrée de cafés dans lesquels des musiciens arabes psalmodient avec accompagnement d'instruments divers des chansons d'amour". S'ils sacrifient nécessairement une partie de leurs journées et de leurs soirées aux visites, dîners et réceptions protocolaires - il y aura là MM. Benedetti, consul général de France momentanément au Caire en mission auprès d'Abbas Pacha ; Delaporte, consul de France ; le docteur Clot-Bey, fondateur de l'École de médecine cairote, auteur d'un précieux "Aperçu général sur l'Égypte" publié à Paris en 1840, etc. etc. - le consul de Zanzibar, son épouse et son secrétaire mettent à profit leurs heures de liberté pour courir les monuments islamiques épars dans la ville ainsi que les grandioses vestiges pharaoniques qui se profilent au couchant, sur le plateau libyque :

32"Nous avons rempli l'après-midi et la soirée de notre arrivée ainsi que les journées de samedi, dimanche et lundi à explorer la ville et ses environs [...]. Nous avons visité avec une permission spéciale du gouvernement égyptien différentes mosquées [...]. J'ai remarqué notamment la mosquée de Sultan Hassan dans laquelle les Français se sont retranchés lors de la révolte du Caire et qui figure sur le tableau de Gros ou de Gérard [sic ; en fait Girodet] représentant cette scène sanglante39. J'ai aussi parcouru la citadelle du Caire, le palais de Mehemet Ali et le chemin de ronde dans lequel a eu lieu le massacre des Mamelouks en 1811 et dont la localité [...] se trouve sur le tableau qu'à peint Horace Vernet40 [...]. Dimanche nous avons fait une course extrêmement intéressante aux Pyramides de Ghisé [sic] Nous sommes partis à 3 heures du matin, précédés de saïss [sic] portant des torches et de deux cavâss [sic] ou janissaires que le consul général de France avait mis à notre disposition. J'ai gravi seul au sommet [sic] de la plus grande des 3 Pyramides. Mes compagnons de voyage ont reculé devant la fatigue et s'en sont retournés au quart de l'ascension. Puis nous avons pénétré dans l'intérieur pour visiter les chambres mortuaires du Pharaon. J'ai recueilli en guise de souvenir des morceaux de granit et des pierres ayant servi à la construction de ce monument. J'en ai [formé ?] des fragments pour M. Lebert. Puis [de là ?] nous avons dû parcourir la vaste nécropole qui entoure les Pyramides ainsi que le Sphynx. Après un confortable déjeuner fait au milieu des Arabes de notre suite, des cavâss, des saïss, et des bédouins qui habitent les environs de la Pyramide, nous avons enfourché de nouveau nos baudets avec lesquels nous avons traversé le Nil pour retourner au Caire. En passant, nous sommes rentrés au Vieux Caire, habité principalement par la population juive et cophte, pour visiter une fort ancienne église cophte dans laquelle se trouve une crypte avec une petite grotte qu'on dit avoir servi de refuge à la Vierge Marie lors de sa fuite en Égypte41. Après cela on nous a conduis à la mosquée d'Amrouh [sic], lieutenant du Calife Omar"42.

33C'est avec regret - selon les propres termes de l'épistolier, que nos touristes d'occasion interrompent leur divertissant séjour pour se faire voiturer à Suez qu'ils atteignent le mercredi 20 juin au matin. La nuit venue, ils prennent passage sur l'"Atalante", un steamer de la Cie des Indes en partance pour Aden.

34Émile Kuhlmann : "[La] traversée de la mer Rouge a été assez pénible. La chaleur, l'absence de bonne eau, des lits assez peu confortables, une mer parfois un peu agitée, un ciel de feu, presque point d'aspects sur les côtes dont nous sommes obligés de nous tenir soigneusement éloignés à cause des récifs, peu de distractions, tout cela nous a fait comprendre que la partie la plus sérieuse du voyage allait seulement commencer. Cependant, ce trajet n'a pas été sans compensations ni sans rencontres à bord [...]. Le pont était, la nuit, transformé en dortoir, parce que la chaleur était intolérable dans les cabines [...]. L'équipage, y compris les hommes attachés au service de la machine à vapeur, se compose de 143 hommes - nous sommes donc environ deux cents passagers de toutes nations, de toutes croyances et de toutes couleurs : Abyssins, Caffres [sic] Arabes, Hindous, Anglais, Français, Portugais etc. Les gens attachés au service de la table et des cabines sont de paisibles sectateurs de la doctrine de Zoroastre ou adorateurs du feu, des Mahométans, des Juifs d'Orient, des Catholiques, des Protestants de toutes les [races ?] et tout cela vit dans la plus grande union, ensemble.

35A part les "sources de Moyse", situées à deux lieues de Suez et dont l'endroit se reconnaît facilement sur la côte arabique si aride par un bois de palmiers et quelques maisons, les "Îles de Jubal" [sic], le "Jibbel Toor" [sic], volcan non encore entièrement éteint, les "Îles Hannish" [sic], aussi volcaniques mais recouvertes de végétation en certains endroits et peuplées d'antilopes, les "Îles de Zoogur" [sic] et de "Sandy Beak" [sic- ?] et le détroit de "Bab El Mandeb" (ou porte de la mer) [sic !], votre œil ne rencontre pas autre chose que le ciel et la mer qui se confondent le plus souvent dans une masse d'un gris blafard, qui semble du plomb en fusion. Parfois pourtant, quelques oiseaux plongeurs, des petits poissons poursuivis par de plus grands qui à leur tour servent de pâture aux oiseaux plongeurs, ou bien un immense convoi de "frais de poisson", voilà tout ce qui se voit d'êtres vivants sur cette mer dont le nom rappelle des souvenirs historiques si remarquables, surtout quant aux premiers âges du monde : car après les sources de Moyse vous avez les monts Horeb et Sinaï [sic] le tombeau d'Ève à Djeddah [sic], et Aden, ou mieux Éden, le Paradis terrestre"43.

Aden (28 juin - 30 juillet 1849)

36Le jeudi 28 juin, "sur les 8 heures", l’"Atalante" mouille l’ancre à Steamer-Point, port anglais d’Aden. Aussitôt, M. de Belligny fait parvenir au brigadier Cunningham la lettre de recommandation obtenue à Alexandrie du colonel Outram. Déjà l’officier se fait annoncer, accueille et conduit chez lui, "en élégant équipage", M. et Mme de Belligny. "Quant à moi - étale Émile - mon devoir me retenait à bord pour surveiller le déchargement de nos effets". Sa tâche accomplie, le chancelier rejoint son supérieur en ville : "M. Cunningham habite un joli cottage qui offre une vue surprenante sur la mer de la côte arabique. L’intérieur de la maison est d’un confortable qui répond à tous les besoins du climat. On considère comme une merveille les quelques plants de fleurs qu’il a réussi à faire vivre, à force de soins inouïs, dans des pots ou caisses placés sous la wehrandha [sic] qui entoure son habitation. J’ai vu parmi ses arbustes des cotonniers en fleurs et en fruits dont il m’a galamment offert un échantillon. Le brigadier Cunningham et sa dame nous ont offert l’hospitalité - poursuit Émile - mais voyant qu’ils auraient été obligés de s’imposer peut-être une certaine gêne à leurs habitudes [sic], nous n’avons pas accepté. Mais on a dîné chez eux. Après dîner [sic] on a fait une longue promenade vers la ville et sur les bords de la mer. Les dames étaient en palanquin"44.

37Le trio consulaire (au vrai un quatuor, car Mme de Belligny est accompagnée d’une "bonne") emménage dans un établissement douteux, situé à Steamer-Point, l’ "Hôtel du Prince de Galles", tenu par des Parsis : "Nous sommes descendus dans l’unique hôtellerie européenne [sic] de la localité, qui porte la dénomination pompeuse de "hôtel of prince of Wales". C’est un simple rez-de-chaussée entouré d’une Wehrandha [sic] ou galerie couverte mais ouverte, dans laquelle donnent les appartements de la maison, lesquels sont séparés entre eux soit par des tentures de toile, ou des cloisons en roseaux ou en bois. Le long des murs vous voyez courir des lézards et la nuit, les moustiques, les rats, et je ne sais quelles bêtes mystérieuses, volantes, rampantes ou courantes vous tiennent constamment en éveil par leur confus grouillement. Aussi ai-je préféré passer la nuit sous la wehrandha [sic], où du moins je pouvais respirer un air moins brûlant et moins empesté par les insectes"45.

38Dès le lendemain, les voyageurs s’enquièrent d’un steamer paré à mettre le cap sur Zanzibar. Il ne s’en trouve point. On leur signale néanmoins qu’un brick appartenant à la flotte de l’imam de Mascate, le "Tage", appareillera pour la côte orientale d’Afrique dans vingt jours. "Malgré les inconvénients très graves, pour des femmes surtout, de naviguer à bord d’un bâtiment à voile arabe - suppute Émile Kuhlmann -, il nous faudra prendre le parti de nous y embarquer, après y avoir établi, autant que les ressources effectivement restreintes d’Aden nous permettront de le faire, des aménagements tant soit peu convenables. Nous n’ignorons pas qu’il nous faudra être ballottés à bord de ce petit voilier pendant une vingtaine de jours au moins. Mais, si nous ne profitons pas de ce navire, il nous faudra attendre ici la prochaine malle de l’Inde et nous rendre à Bombay, pour, de là, passer à Zanzibar. Or, dans cette saison, la communication entre Bombay et la côte orientale d’Afrique est à peu près interrompue à cause de la mousson"46.

39Encore Émile Kuhlmann fait-il preuve d’un optimisme que démentiront les faits. Qassem, capitaine du brick omanais, sera contraint d’atermoyer la date d’embarquement, car il lui est enjoint de réceptionner et de remettre à l’imam de Mascate, en résidence à Zanzibar, une lettre de lord Palmerston (ministre des Affaires étrangères anglais), confiée précisément à cette malle que nos voyageurs espéraient devancer. En sorte qu’ils ne mettront à la voile - Qassem et la légation - que le lundi 30 juillet47. Dans l’intervalle, soit un mois, ils se satisferont des "distractions" qu’offre la ville d’Aden.

40Il me faut ici avouer une profonde déception : les deux lettres qu’Émile Kuhlmann rédige lors de l’escale adénite, ne livrent quasiment rien des occupations journalières de nos aventuriers. Et ceci, parce qu’Émile, consignant soigneusement leurs faits et gestes dans un "Journal" demeuré introuvable, réduit le contenu informationnel de ses missives au laconisme d’un inventaire : "Je n’entre point dans des détails, cela me conduirait trop loin - se disculpe-t-il. Mon journal vous dédommagera"48.

41Voici, pour le moins, la liste des personnes rencontrées par Émile Kuhlmann à Aden et mentionnées dans sa correspondance. Outre le brigadier Cunningham et le capitaine Qassem se trouvent cités :

42• le père Marco :

43"Cette lettre vous parviendra par le père Marco, chapelain catholique des troupes anglaises à Aden, qui a été employé autrefois pour correspondre avec notre consulat général qui nous a recommandé le pauvre homme qui est vénitien d’origine [sic]. Il nous a témoigné beaucoup d’intérêt. Quoique prêtre, il porte moustaches et un habillement tout à fait civil [sic]. Il est atteint d’hydropisie et s’en va en congé de 3 ans et demi en Europe. Il est ici depuis 5 ans". Et l’épistolier d’ajouter, à notre grand dépit : "Je tiens de lui une foule de renseignements précieux dont je ne manquerai pas de faire mon profit"49.

44• le capitaine de vaisseau Haines :

45"M. le capitaine de vaisseau Haines, agent politique du Gouvernement anglais à Aden, m’a fait l’honneur de m’inviter à dîner pour lundi prochain [9 juillet 1849]"50.

46• lord Montaigu, officier de l’armée des Indes, qu’Émile avait connu à bord de l’"Indus", lors de la traversée Malte-Alexandrie :

47"Lord Montaigu que j’ai eu le plaisir de retrouver ici, m’a présenté à tout le corps d’officiers. J’ai passé une journée auprès de lui"51.

48• le capitaine Hopkins, commandant de l’"Atalante" ancré en rade de Steamer-Point :

49"Nous avons passé hier [vendredi 6 juin 1849] la journée à bord de l’Atalante, où nous avons été invités par le capitaine Hopkins à dîner. Une embarcation ayant le capitaine lui-même à son bord est venue nous prendre dès 6 heures du matin, et nous n’en sommes rentrés qu’à 8 heures du soir"52.

50Le surlendemain de leur débarquement, M. de Belligny et Émile Kuhlmann sont invités par le brigadier Cunningham à parcourir les chantiers de construction des ouvrages fortifiés qui défendront la ville : "Nous visiterons demain en détail les remarquables ouvrages de fortifications élevés par le génie anglais. C’est une faveur très grande que nous devons au brigadier Cunningham. Les troupes anglaises qui tiennent garnison en cette place restent dans la ville même, parce qu’ici, au fort, il n’y a point d’eau potable [...]. Nous serons sans doute les premiers Français à visiter de près et en détail les ouvrages de défense des Anglais sur ce point, et de recueillir des notions aussi complètes, aussi justes, aussi détaillées sur cette position importante que les Anglais ont su se ménager pour dominer à la fois le chemin de l’Égypte et celui de l’Inde [...].

51[...]. Du reste, je ne puis vous parler encore en détail sur tout ce pays [sic], attendu que je n’ai pas encore fait d’autre course que de l’hôtellerie à la case du commandant Cunningham et à bord des navires en rade. Pour faire des courses tant soit peu longues, il faut partir à quatre heures du matin pour être de retour sur les 9 heures du matin au plus tard, ou le soir après le coucher du soleil. Or, la nuit vient à 6 heures, et le jour n’arrive également qu’à la même heure le matin. Nous avançons ici d’au-moins 2 heures et demi sur vous et quant à la chaleur de la température [sic], nous avons compté aujourd’hui [vendredi 29 juin] 120 degrés Fahrenheit. C’est plus que le degré de température de la fièvre. Et pourtant nous nous portons à merveille. Moi surtout, je suis infatigable et presque invulnérable aux attaques de moustiques, nos plus redoutables ennemis"53.

52Selon un passage relevé dans la lettre rédigée le samedi 7 juillet, Émile Kuhlmann aurait exécuté un certain nombre d’esquisses : "Il y a en face de notre hôtel qui est situé dans le port d’Aden, un rocher qui ressemble d’une manière remarquable à un lion couché sur ses pattes. C’est à dessiner. M. de Belligny voulant bien me prêter ses crayons, je vais [m’employer ?] ardemment à recueillir des croquis de paysage et autres objets. Déjà, j’ai pris sur l’Atalante le panorama des montagnes qui constituent l’isthme d’Aden, notamment le Djebel Cham Cham [sic]"54.

53À ce propos, je puis signaler ici qu’une lettre d’Émile accompagnant 4 colis "de divers objets d’histoire naturelle et de curiosités", datée de Zanzibar, dimanche 14 décembre 1851, fait état d’une "collection de dessins divers provenant, la presque totalité de M. de Breuil, un, le mieux fait, de M. Ducrest de Villeneuve (neveu de l’ancien amiral de ce nom), lieutenant de vaisseau à bord du Brig [sic] Le Chasseur, et le plus imparfait de M. Baron, aspirant à bord du même Brig [sic] de guerre [...]. 20 dessins [...] ont trait aux pays que j’ai parcouru :

54N° 1 Une fontaine au Caire

55N° 2 Vue de Suez

56N° 3 Mont Sinaï

57N° 4 Hodeïdah

58N° 5 Forteresse de [?] (Hodeïdah)

59N° 6 Tombeau de Mustapha Sobry (Hodeïdah) [sic]

60N° 7 Détroit de Bab El Mandeb (mer Rouge)

61N° 8 Aden vue de loin

62N° 9 Steamer point (Port d’Aden)

63N° 10 Maison du Gouverneur d’Aden

64 (Résidence d’hiver à la ville au pied du Gibel Shamshan) [sic]

65N° 11 Intérieur de la ville

66 (Place du minaret où la musique des régiments exécute 2 fois

67 par semaine des symphonies)

68N° 12 Le Brig [sic] de l’iman, le Tage, essuyant un coup de mer à la hauteur de l’Île Socotra, [?] août 1849

69N° 13 La frégate la Reine Blanche devant Zanzibar, 22 septembre 1849

70N° 14 Le Brig [sic] de guerre, Le Chasseur, 18 mars 1850

71N° 15 Vue de la ville de Zanzibar (par M. Du Breuil)

72N° 16 Vue de la ville de Zanzibar (par M. Ducrest)

73N° 17 Vue de la résidence de l’Iman, en ville

74N° 18 Vue de la résidence de l’Iman, à la campagne, à Mtony [sic]

75N° 19 Vue du consulat de France, depuis la rade (par M. Baron)

76N° 20 Vue du consulat de France, de près.

77 (la maison qui se voit sur la droite du spectateur est celle de Séid Soliman. Les premières croisées peintes en vert, dans la partie située au-dessous du mât de Pavillon sont celles du Salon ; la 1ère en face de l’autre aile de bâtiment et les 2 plus rapprochées sur le côté sont celles de ma chambre. La petite loge sur la terrasse est un belvédère très élégamment décoré par le pinceau de M. Dubreuil [sic] et d’où l’on jouit d’une fort belle vue tant sur les deux passes du sud et du nord, que sur toute la ville, le mouillage de Mtony [sic], la rade, la lagune et la campagne toute verdoyante de cocotiers et de manguiers qui environne la ville".

78À ce jour, aucun des dessins mentionnés dans ce catalogue n’a été trouvé dans les divers fonds Kuhlmann conservés à Colmar.

Mascate (15 août - 2 septembre 1849)

79"Port de Mascate, samedi 25 août 1849" (Oman, golfe Persique).

80"Vous allez être bien surpris, mes chers parents, en recevant ces lignes en date de Mascate et non de Zanzibar. Mais que voulez-vous ? Nous vivons dans l’imprévu. L’homme propose et la Mousson dispose.

81Nous avons quitté Aden le lundi 30 juillet dans l’après-midi, mais les vents contraires nous obligèrent à rentrer dans le port où nous restâmes jusque vers le milieu de la nuit, guettant un peu de brise favorable pour sortir des eaux de l’isthme. Nous étions prévenus que, dans cette saison, nous trouverions une mer très dure à la hauteur du Ras met [sic]55, et qu’en passant devant l’île de Socotra56, nous éprouverions pendant trois jours une tourmente assez forte, le dernier jour surtout, mais qu’après cela, une fois que nous aurions atteint le 60e degré de longitude, nous rencontrerions le beau temps, et que, selon toute probabilité, notre traversée ne serait que d’une vingtaine de jours, à moins de rencontrer des calmes [...].

82Au bout du 4e jour nous étions en vue du Ras-met [sic], cap situé sur la côte orientale d’Afrique, dans le pays Somâlis [sic]. À mesure que nous approchions du chenal qui sépare le cap Gardafui [sic]57 de l’île de Socotra, le vent de sud-ouest augmentait de violence et la mer devenait plus agitée, plus grosse. Cependant, il fallait tenir à l’est si nous voulions atteindre le 60e degré de longitude. Tout allait pour le mieux, malgré le mauvais état du navire arabe et la défectuosité de notre équipage [sic], lorsque, nous approchant pendant la nuit d’un peu trop près du tourbillon que forment à la pointe nord-est de l’île, les violents courants qui viennent en longeant la côte orientale d’Afrique se briser contre les rochers de cette île [...], notre bâtiment et notre équipage, fatigués, le premier par les coups de mer, et le second par le jeûne du Ramadan et la manœuvre de tout le restant du jour et de la nuit, parurent aux yeux du capitaine dans l’impossibilité de continuer à se tenir à l’est, et firent qu’il nous demanda l’autorisation d’aller relâcher à Mascate. Ce n’est pas que le danger fût très grand, mais la violence et la constance des secousses, du tangage et du roulis auraient pu finir par compromettre la santé de Mad. de Belligny qui, cependant, se soutenait héroïquement. D’un autre côté, une voie d’eau provenant du défaut du navire s’était déclarée et nécessitait le jeu des pompes jour et nuit, de deux heures en deux heures.

83Je n’oublierai jamais le magnifique et imposant spectacle de la mer en furie ; la vue de ces lames qui venaient se précipiter sur le pont du navire qu’elles inondaient souvent de l’avant à l’arrière ; le bruit de la tempête, le sifflement des cordages, les craquements du navire, le fracas des malles, des caisses croulant et roulant les unes par-dessus les autres, d’un côté du navire à l’autre ; et nous, au milieu de tout cela, calmes, dispos, d’humeur parfois joyeuse. Quand une grosse lame arrivait sur le navire, on l’accueillait avec un hourra [sic] retentissant. Oh ! la belle chose qu’une tempête.

84La permission de faire voile pour Mascate transporta l’équipage de joie. Quant à moi, je me félicitais intérieurement de cette bonne chance qui venait ajouter de nouveaux tableaux, de nouvelles impressions tout inattendus à notre itinéraire.

85Après avoir été assez fortement secoués près du Ras el had [sic]58, cap situé à l’entrée du bras de mer qui précède le golfe Persique, nous sommes tombés dans des calmes plats, qu’à peine faisions-nous 3 miles par jour. Aussi nous fallut-il 5 jours pour doubler les caps Koriati [sic]59, Abandaoud et Heïram [sic]60, dont le premier est à peine à 40 milles de Mascate. Enfin, le 17e jour après notre départ d’Aden, nous sommes entrés dans le port de Mascate, heureusement bien conservés.

86Notre navire, entre les mains d’un officier et d’un équipage européens, aurait fait merveille, car c’est à son excessive [sic] solidité qu’il a dû son salut devant Socotra ; mais l’incurie et la nonchalance des populations musulmanes gâtent les meilleures choses par le défaut d’entretien et de soins [sic !]. Du reste, notre capitaine avait bien, in petto, pris à Aden la résolution de relâcher à Mascate où il a de la famille et où il avait occasion de faire réparer sans peines ni frais son navire qu’il avait vainement demandé de faire gréer à nouveau [sic].

87La côte arabique depuis le Ras Koriati [sic] jusqu’à bien au-delà de Mascate est de plus en plus pittoresque. Ce sont d’énormes amas de rochers à la crête dentelée, aux formes altières et tourmentées, présentant les teintes les plus chaudes aux yeux du peintre. Les eaux du golfe Persique sont exceptionnellement poissonneuses. D’épais bancs de poissons de toutes dimensions et de toutes formes s’agitent constamment autour des navires ou dans les profondeurs toute transparentes de la mer. Nous avons vu un jeune requin, une baleine, un serpent de mer (chose excessivement rare, surtout dans ces parages), des poissons volants ; joignez à cela la phosphorescence des flots et vous aurez une très faible idée de tout ce que nous voyons se passer sous nos yeux. Mais il est temps de quitter le terrain de l’histoire naturelle [...].

88Je me hâte donc de vous apprendre qu’à notre entrée à Mascate, nous avons eu l’incomparable bonne fortune de trouver dans le port deux navires portant le pavillon français. Vous dire l’émotion que nous avons éprouvée en revoyant les couleurs nationales dont nous avions perdu la trace depuis Alexandrie et que nous n’espérions plus rencontrer avant notre arrivée à Zanzibar est une chose impossible. Vous dire aussi l’empressement des capitaines de ces navires de venir nous saluer et se mettre à notre disposition, corps et biens [sic] ; entendre cette langue française avec l’accent parisien, nous fait l’effet d’une douce et harmonieuse musique.

89Seïd Douëny [sic], un des fils naturels de l’iman, est le gouverneur de la province d’Oman61. Aussitôt qu’il eut appris l’arrivée du consul de France dans le port de Mascate, il nous dépêcha le gouverneur de la ville ainsi que son maître des cérémonies accompagnés de plusieurs officiers, pour nous complimenter et, le lendemain, nous avons été en grand uniforme, suivis du Corps de la nation composé des deux capitaines de navires français, rendre nos devoirs à Seïd Douëny [sic]. C’est un jeune homme de 38 ans qui n’a rien de remarquable. Il est assez bien de figure et de taille. Dès la première heure de notre arrivée, il n’a cessé de nous envoyer tous les jours, sous la conduite d’un officier, une embarcation remplie de fruits, de gâteaux, de quartiers de viande rôtis et de chèvres sur pied, du café, et des raisins, des dattes, des mangos [sic], des bananes, des gâteaux d’aloa [sic], des confitures du pays, des moutons rôtis tout entiers etc. Il y a là de quoi nourrir tout notre équipage qui, ainsi que vous devez bien le penser, reçoit de nous une large part de ces largesses.

90Nous profitons de notre séjour pour améliorer notre installation à bord, car nous avons encore un millier de lieues à faire pour arriver à Zanzibar, à cause des détours qu’il nous faut prendre pour chercher les vents convenables. Une escouade de travailleurs noirs calfatent et gréent le navire ; nous ne quitterons pas Mascate avant qu’il ne soit en parfait état. Aussi, soyez sans crainte à cet égard.

91Les navires français sur rade sont la Panthère, de St Malo, et la Sainte Anne, de Nantes. Officiers et équipage sont entièrement à notre dévotion. D’un autre côté, les capitaines de deux navires américains et de deux navires anglais aussi mouillés dans le port, se sont empressés d’accourir auprès de nous pour nous faire leurs offres de service. Nous avons dîner chez l’un d’eux, à bord du Centaure, qu’il commande [sic]. Aujourd’hui c’est à bord de la Plata, bâtiment américain arrivé d’Aden avant nous, quoique parti 4 jours après nous de ce dernier port, que nous devons dîner.

92Hier, nous avons fait une délicieuse promenade terrestre à Sedab [sic]62 avec ces Messieurs. Sedab [sic] est un véritable jardin à côté de Mascate dont le sol ne produit presque rien. La situation en est extrêmement pittoresque. L’autre jour, nous avons été reconnaître Matrah [sic]63, ville d’environ 3 mille âmes, remarquable par l’importance de son commerce. C’est en quelque sorte l’entrepôt de Mascate. Mais ce qu’il y a de curieux à voir, c’est la ligne de fortifications qui s’étend sur la crête des montagnes depuis [illisible] jusqu’au delà de Matrah [sic]. Rien n’est poétique et pittoresque comme ces vieilles tours à moitié lézardées, œuvres des Portugais et des Arabes tout à la fois. Aussi, la vue du port de Mascate vous transporte-t-elle d’admiration : à droite et à gauche, des citadelles aux créneaux mauresques au-dessus desquels [sic] flotte le pavillon rouge du sultan de Mascate ; dans le fond du port, le palais éblouissant de blancheur du sultan, du gouverneur de la province, du gouverneur de la ville et d’autres grands du pays. Tout ce que vous voyez devant vous est aride, point de végétation, mais en revanche, la forme de tous ces accidents de terrain qui portent encore avec eux [sic] la trace visible des convulsions de la matière, a quelque chose de grandiose.

93Depuis notre arrivée à Mascate, nous menons la vie la plus heureuse et la plus plantureuse. Nos repas, non seulement sont gais et assaisonnés d’un bon appétit [sic], mais [encore] très fins, très variés et très délicats.

94Le capitaine de la Panthère, qui est un jeune homme fort bien élevé, vient passer presque tout son temps à notre bord ; il se sent si heureux, et nous aussi, de nous être rencontrés dans ces parages lointains où depuis 18 mois il n’avait plus paru de navire français. La Panthère revient de la Nouvelle Hollande et la Sainte Anne de Calcutta. La Panthère a relâché à Zanzibar, ainsi que les deux navires américains. Cela fait que nous sommes à même de recueillir les renseignements les plus sûrs, les plus contradictoires [sic - ?] sur cette contrée à laquelle on a fait, en France, une réputation si terrible. Et toutes nos informations aboutissent à dissiper entièrement les appréhensions du climat de Zanzibar qui n’est pas plus insalubre que les pays les plus vantés pour leur bon air [...]. Il faut simplement éviter le voisinage immédiat des lieux où la végétation serait trop exubérante. Or, dans la ville il n’y a pas de végétation. Nous trouverons à Zanzibar un jeune homme de Hambourg, très recommandable pour son caractère et son éducation, qui est établi là pour le compte de son père, riche armateur de Hambourg ; il exploite les gommes [illisible], un autre jeune homme, originaire de Bordeaux, exploite l’indigo. Enfin, le premier sucrier de Bourbon64, M. Glazer, homme très recommandable à qui l’émancipation des 35 ans a fait prendre sa fonction [sic], a entrepris l’établissement de raffineries de sucre très considérables [...]. Après cela, il y a [à Zanzibar] les 2 consuls, américain et anglais (auxquels je vais écrire aujourd’hui même) et puis un fréquent passage de navires. Tout cela nous promet des ressources de société et [illisible] très rassurantes.

95L’iman est prévenu de notre arrivée. Il nous attend. Tout le monde s’accorde à dire du bien de lui. Il n’en est pas de même de Seïd Douëny [sic], le gouverneur de la province de Mascate, qui est détesté ici. Aussi son père se propose-t-il de venir s’assurer par lui-même de la véritable situation des choses ici. Les États du sultan de Mascate ne se bornent pas à ce littoral-ci de la mer Persique, mais encore et surtout s’étendent à différents points situés sur le littoral du Beloutchistan et de la Perse, ainsi qu’à différentes îles situées dans le golfe Persique.

96Mascate est un port excellent et assez animé. Il y a constamment 16 navires d’un fort tonnage, schooneurs, goélettes, bricks, trois-mâts. Par une singulière coïncidence, les trois nations civilisées qui représentent l’empire des mers [sic], se trouvent en ce moment représentées ici en nombre égal ; 2 [navires] français, 2 [navires] américains, 2 [navires] anglais. Je ne manque point de prendre beaucoup de notes, de croquis65, puis des plantes, des coquillages, des pierres, tout ce qui peut me tomber de curieux ou d’intéressant sous la main66.

97M. de Belligny m’a chargé d’adresser des dépêches anglaises de Bourbon à notre commandant de la station de Mascate ; aux deux consuls, anglais et américain, à Zanzibar ; aux 3 ministres des Affaires étrangères, du Commerce et de la Marine [à Paris]. Je suis aussi occupé à faire un rapport sur Mascate. Tout ce travail, que je varie avec l’arabe et mon Journal que je tiens constamment à jour, ne me laisse pas un moment d’arrêt [sic].

98J’ai découvert l’autre jour, me promenant avec le capitaine de la Panthère, dans une petit baie solitaire et pleine de mystère, les ruines d’un petit oratoire gothique [sic], reste de l’établissement portugais. En fouillant dans la niche de cet oratoire en ruines, j’en ai retiré trois petites lampes en argile, encore noircies de fumée. Cet oratoire se trouve entouré d’un charmant bouquet d’arbres aux branches de l’un desquels se trouvaient encore suspendues de petites corbeilles ayant servi à des offrandes. Derrière cette retraite, des montagnes à pic dont les flancs sont sillonnés de ravines creusées par les pluies torrentielles et encombrées de quartiers de rocs éboulés, et sur la crête de la montagne, une ligne de fortifications mauresques [sic] du plus bel effet. Ah ! que M. Lebert n’est-il auprès de moi ; comme il jouirait de cet ensemble si éminemment poétique. Ce qui ajoute encore au mystère de cette petite baie, c’est la pyramide naturelle qui en masque l’entrée ; et puis, une roche percée de deux belles arcades cintrées vous donne d’autre part accès dans une autre petite baie, plus profonde, qui fait suite à la première [cf note 66].

99[...]. Je pense que dans une dizaine de jours nous serons en état de reprendre la mer. Nous sommes abondamment pourvus de vivres, et notre parc de bestiaux va tous les jours en grossissant, grâce aux largesses du prince qui, deux jours l’un, nous envoie une magnifique chèvre ou un superbe bouc.

100Un de ces jours, nous irons visiter les fortifications de Mascate qui paraissent très curieuses, et nous comptons faire une excursion, partie à cheval et à âne, et partie par mer, à Sedab où nous ferons un dîner sur l’herbe. Le gouverneur de la ville est un bien beau et affectueux vieillard, qui se plaît à nous rendre souvent visite. Nous avons été le voir aussi chez lui. Qassem, notre capitaine, lui ayant dit que M. de Belligny était un homme qui savait tout faire, guérir les malades, réparer les instruments, donner des conseils sur la navigation etc., le brave gouverneur lui fit voir une pendule de France qui ne marchait pas, parce qu’on ne savait pas bien la remonter. [M. de Belligny] la fit mettre en mouvement, puis [le gouverneur] lui demanda un remède pour une des ses femmes, affligée d’une migraine très violente depuis 2 ans ; M. de Belligny lui prescrivit une ordonnance. Cette multiplicité de connaissances pratiques a placé M. de Belligny très haut dans l’estime des Arabes qui ont l’occasion de l’approcher. Lors de notre réception officielle chez le prince, on nous a fait entrer pour un moment chez un Banhian [sic]67, négociant des plus notables de Mascate. Cet homme, en voyant sa maison envahie par des personnages en habits richement brodés d’or et d’argent, avec chapeau à plumes et épée enrichie d’ornements au côté, ne sut comment faire pour nous témoigner sa reconnaissance pour avoir honoré sa maison de notre présence. Il imagina d’écrire une lettre de remerciement qu’il accompagna d’une quantité de gâteaux d’aloa, avec offres de services et protestations de dévouement à toutes épreuves. Les Banhians, comme vous savez, sont des Indiens du Malabar, d’une religion approchant celles des Parsis dont ils possèdent l’intelligence et l’activité commerciale.

101Je regrette bien aussi que les limites de papier [sic] ne me permettent pas de m’entretenir avec vous, mes chers amis. Mais comme cette lettre doit prendre la voie de Bombay, et que l’affranchissement est obligatoire pour moi puisque nous n’avons point d’agent consulaire à Bombay à qui nous puissions confier nos épîtres d’ici [sic], je ne peux pas exposer le capitaine [illisible] du Centaure qui veut bien se charger de la présente, à être à découvert par suite d’un excédent de port [...]"68.

102Le 2 septembre, "au matin", le "Tage" lève l’ancre. Après 50 jours de navigation, M. de Belligny, son épouse, la femme de chambre, Émile Kuhlmann et leurs compagnons de voyage atterrissaient à Zanzibar le 22 octobre 1849 " à 4 heures du soir"69.

Zanzibar

103Émile Kuhlmann :

104"[...]. Aussitôt mouillés [sic], nous avons eu le plaisir de recevoir la visite de M. Schmeisser, jeune négociant de Hambourg, établi ici depuis 3 ans [cf. supra] et de M. Ward, consul des États-Unis, rivalisant tous deux d’empressement à nous offrir un gîte. Quant au consul anglais, M. le capitaine Hammerton, retenu qu’il était par des varices à la jambe droite, il nous fit faire ses offres de service par écrit. Seid Soliman, gouverneur de la ville, nous envoya aussi complimenter et offrir ses bons services. M. et Mme de Belligny descendirent immédiatement à terre avec le consul d’Amérique. Moi, je restai pour endosser mon uniforme et me rendre directement avec la chaloupe du Tage, armée de 8 hommes, à 3 milles de Zanzibar où réside Sa Hautesse pendant la moitié de la semaine. Le capitaine du Tage, Qassem, Ibrahim ben Djeûma le pilote, le vieux Habib chargé d’une mission du pacha de Djidda auprès de Seïd Saïd [sic] et un de nos co-passagers, se joignirent à moi.

105Par suite de l’effet de renversement de la mousson, le ciel était incertain depuis une huitaine de jours. Presque à toute heure, une abondante averse était venue nous inonder. Le jour de notre arrivée, à mesure que nous approchions davantage de Zanzibar, les grains devenaient plus fréquents : aussi mon uniforme a-t-il reçu un baptême soigné pendant ma course à M’tony, résidence de Sa Hautesse. J’ai pu cependant me préserver suffisamment contre les effets de la pluie pour me présenter convenablement devant l’iman. A notre arrivée à M’tony, le temps s’était éclairci. Deux officiers et des esclaves de la suite de Sa Hautesse vinrent nous recevoir au rivage et nous conduisirent, moi marchant en tête de la colonne, sous un péristyle en terrasse qui se trouve devant la grande entrée du Palais, dans le jardin. Une sentinelle en habit rouge à parements jaunes, pantalon blanc, sandales et shako à plumet blanc mais sans visière, me présenta les armes au passage. On m’offrit un siège en attendant l’arrivée du Prince qui prenait un bain. En ce moment là, le soleil vint jeter ses reflets éblouissants d’or dans les allées d’orangers du jardin ; on m’apporta, selon l’usage oriental, des rafraîchissements. Pendant ce temps, deux noirs [sic] et un autre soldat de la garde du Prince se mirent à jouer un petit air européen sur des fifres, avec accompagnement de tambour. Cette musique, pas trop mal exécutée et dont la mélodie me transportait à travers l’immensité de l’espace dans ma mère-patrie, produisit sur moi une impression indéfinissable : un sentiment à la fois triste et doux, comme le souvenir d’un bonheur passé. Un religieux silence régnait sur la mer qui s’étendait derrière moi, immobile et unie comme une glace, ainsi que dans les profondeurs mystérieuses des bosquets fleuris du jardin qui entourent le palais, lorsqu’un coup de feu se fit entendre. Un instant après, une voix mâle et vibrante psalmodia sur un ton grave et lent l’appel à la prière du soir. Mais aussitôt, une rumeur se manifeste parmi la foule des assistants qui s’était grossie d’un nombre considérable de gens, annonçant la suite du Prince et son divan. L’iman va paraître. On se range des 2 côtés de l’entrée du palais. Moi, je me lève de mon siège. Le vieux Habib est à mes côtés ; Qassem et Ibrahim vont se poster sur le passage de l’iman qui tout aussitôt se présente à ma vue. Il est accompagné de plusieurs de ses fils et d’une suite d’officiers. Sa Hautesse, en m’apercevant, vient à moi en me tendant la main et m’invite à m’asseoir dans un fauteuil, à sa droite. Je lui adresse les compliments d’usage en lui remettant la dépêche dont j’étais porteur. Il s’informe de nos santés et me parle des fatigues de notre longue traversée qui lui avait causé de vives inquiétudes. Le vieux Habib vient après moi lui présenter, dans un mouchoir richement brodé, différentes lettres. Puis, l’heure de la prière étant venue, l’entrevue fut levée, l’iman me ramenant jusqu’au bout de l’allée du jardin qui débouche sur la plage. Dans l’espoir que le prince aurait peut-être encore à s’entretenir avec nous en particulier, Qassem m’entraîna dans les bosquets du jardin où il fit sa prière du soir. Dans cet intervalle, la nuit était venue. Le prince ne nous ayant rien fait dire, nous partîmes.

106Aussitôt de retour à bord, je changeai de toilette pour me rendre chez le consul d’Amérique où M. de Belligny m’avait donné rendez-vous [...]. La maison consulaire n’étant pas habitable dans l’état de délabrement où elle se trouve en raison de son abandon depuis deux ans passés, nous nous sommes vus dans la nécessité d’accepter l’hospitalité cordiale et prévenante de M. Ward. Quant à moi, je ne fais plus que d’y prendre mes repas, et dans la pensée de diminuer les embarras de notre séjour chez lui, j’ai réclamé dès le lendemain l’offre faite par M. Schmeisser de m’héberger. Demain, 31 octobre, nous comptons nous installer provisoirement - jusqu’à ce que nous puissions occuper la maison consulaire - dans une case occupée tout récemment par un Anglais, M. Wilson. L’iman fait pendant ce temps réparer la maison de France qu’il nous tarde bien d’occuper.

107J’ai dîné le lendemain de mon arrivée chez M. Hammerton, et samedi dernier M. Schmeisser a traité chez lui toute la gentry blanche et chrétienne ici présente, composée de douze personnes y compris trois capitaines de bâtiments de commerce en passage, dont deux Mauritiens, Français d’origine, et un Américain. M. Hammerton n’a pu venir, à cause de son pied. M. Wibb, capitaine du trois-mâts américain l’Elisabeth Holl, de Salem, se charge de remettre ce pli à Aden. L’envoi vers l’Europe sera fait par les soins des bons amis que nous avons laissés à Aden.

108L’iman est un vieillard très vert, d’une belle taille. Les traits de son visage sont réguliers et portent un grand cachet de noblesse [sic]. Ses manières sont simples et dignes. Il y a dans tout l’ensemble de sa personne une sorte de majesté antique, classique, qui nous rappelle spontanément les patriarches de l’Écriture Sainte. Il a 72 ans.

109Nous avons été, le surlendemain de notre arrivée, M. de Belligny et moi, présenter nos hommages officiels au Prince, et hier, avec M. Ward, le consul américain, quatre autres Yankees et M. Schmeisser, nous sommes encore une fois allés voir sa Hautesse à l’occasion de la fête du Retour des Pèlerins de la Mecque [...]"70.

110C’est ainsi qu’Émile Kuhlmann amorça ses fonctions de drogman-chancelier à Zanzibar, qui devaient lui réserver de bien amères désillusions.

Intermède

111En 1854, après quatre années de séjour à Zanzibar, M. de Belligny, son épouse et Émile Kuhlmann sont neurasthéniques : le paradis, s’il a jamais existé, n’est décidément pas localisé sur la côte orientale d’Afrique.

112Souffrant de "l’isolement insulaire de Zanzibar", épuisé, malade, il y a plusieurs mois déjà que M. de Belligny a sollicité de son ministre de tutelle le poste de consul de France à Shanghai ; Paris reste sourd à sa requête, au mieux entretient, sans agir, les espérances du diplomate.

113Émile Kuhlmann, dévoué à son consul, s’acquitte de ses tâches multiples avec une rigueur, une constance, une efficacité dont Belligny sait apprécier la juste valeur qui, malheureusement, reste inférieure à celle des compétences que l’on exige d’un secrétaire qualifié de "drogman-chancelier". En clair, les insuffisances linguistiques patentes d’Émile alarment son supérieur qui cependant l’estime et l’affectionne. C’est pourquoi, le 16 janvier 1854, Belligny se résout à écrire la lettre suivante à Jean Baptiste Kuhlmann, père d’Émile :

114"Monsieur. J’ai désiré déjà maintes fois vous exprimer tout le gré que je vous sais du soin avec lequel vous gardez notre souvenir et de la sollicitude que vous avez la bonté de témoigner à notre égard. Je vous en fais, au nom de Mme de Belligny et du mien propre, les plus vifs remerciements, et de concert, nous vous prions de vouloir bien croire à la sincérité des vœux que nous formons pour votre bonheur et celui de toute votre famille.

115Les lettres particulières que j’ai reçues tout nouvellement de Paris me font croire que quelques bons amis, qui y sont provisoirement, s’occupent de moi et que leurs efforts n’auraient pas été sans résultat, puisque l’on me fait entrevoir, dans un avenir prochain, un changement de résidence. À ne tenir compte que de l’état général de notre santé, je n’ai pas à vous dissimuler, Monsieur, que je désire vivement la confirmation de ces espérances et leur prompte réalisation. Mais, avant de quitter ce pays, je dois songer que j’y laisserai M. votre fils et je lui porte une affection trop vive pour que, à l’avance, je ne prépare les marques que je désire lui en donner. Je ne le veux point faire néanmoins, sans prendre conseil de vos instincts paternels et c’est, dans ce but, que je vous adresse ces quelques lignes.

116M. Kuhlmann est entré dans la carrière du drogmanat avec l’espoir d’en pouvoir, au bout de quelques temps, et à force d’études, parcourir les différents degrés. Sa mauvaise étoile l’a malheureusement conduit dans un pays où l’enseignement n’est point professionnel et où, même au prix des plus grands sacrifices, on ne pourrait se procurer ni livres à consulter, ni maîtres auxquels on puisse avoir recours. Il paraîtrait même que l’arabe de ce pays est tellement embrouillé et si fort en désaccord avec celui qui se parle dans la Méditerranée, que les Arabes en-deçà de la mer Rouge sont aussi étrangers, par le langage, à ceux qui vivent au-delà, que nous le sommes nous mêmes aux Allemands ou aux Hongrois. Il est résulté de cette situation et de l’importance qu’ont prises les transactions commerciales à Zanzibar, que M. Kuhlmann a été obligé de négliger, dans une certaine mesure, ses études de la langue arabe pour se vouer plus particulièrement à l’accomplissement de ses devoirs de chancelier. Est-ce un bien ? Est-ce un mal ? C’est ce que je désire savoir afin que, voulant, comme je le veux, contribuer à l’avancement de M. votre fils, je ne m’expose pas à faire fausse route et à lui nuire lorsque mon plus grand plaisir serait de le servir.

117Dans cette alternative et en attendant que vous ayez fixé mes irrésolutions, permettez-moi de vous soumettre quelques considérations et de vous dire mes impressions. Comme drogman à Zanzibar, M. Kuhlmann est impossible [sic]. Ce n’est pas qu’il ne puisse se servir, dans le train habituel de la vie, des locutions consacrées par l’usage, et qu’au besoin même et en y mettant le soin qu’il met à ce qu’il fait, il ne puisse faire une traduction ; mais de là au langage courant de la conversation et à celui plus réservé des négociations, il y a une telle distance que je n’hésite pas un seul moment à dire que M. Kuhlmann, privé comme il l’est de moyens d’instruction et de pratique, n’y arrivera jamais. Dans un consulat de la Méditerranée et avec l’application que je lui connais, je ne tiendrai pas un pareil langage.

118Ce raisonnement me conduit naturellement à me poser cette question : qu’adviendra-t-il de M. Kuhlmann, si je viens à quitter Zanzibar, et que le consul qui me succédera ne veuille pas garder M. Kuhlmann parce que, avant tout, il sentira le besoin d’avoir pour interprète de sa pensée auprès de l’Iman, un agent sûr et fidèle qui rapportera exactement ses paroles et qui possédera assez familièrement les tours de phrases arabes pour rendre le français sous son véritable jour. Je n’en sais rien assurément ; mais à en juger par ce qui se passe habituellement, je dois supposer que le nouveau consul qui n’écoutera que ses préoccupations personnelles, ne gardera pas pour drogman, un chancelier et qu’il voudra avant tout se munir de l’instrument d’interprétation qui lui fera défaut. Si je m’appesantis tout particulièrement sur ce sujet, c’est que l’avenir de M. Kuhlmann me semble suspendu, en quelque sorte, à la décision qu’il prendra, et je lui veux trop de bien pour que je n’éclaire pas de toute mon impartialité l’embranchement qui conduit d’un côté au drogmanat, de l’autre aux chancelleries.

119Comme chancelier M. Kuhlmann a de la pratique et il pourra progressivement se créer une carrière bonne et honorable. Mais une condition principale est que vous sachiez, Monsieur, si, appuyé de son mérite comme chancelier, et pourvu des recommandations les plus chaudes de moi, il est possible que, par l’influence de M. de Billing ou quelques autres de vos amis, M. Kuhlmann obtienne une bonne chancellerie. Et à cet effet, et pour servir autant qu'il est en moi les intérêts de M. Kuhlmann, je désirerais que vous posiez, le plus vite possible à M. de Billing cette question : "Dans le cas où M. de Belligny qui a pu apprécier mon fils comme chancelier, viendrait à l’appuyer de tous les moyens auprès du Ministre, mon fils aurait-il ou pourrait-il avoir la certitude d’être mis en possession d’une chancellerie de 1ère ou de 2ème classe ?". Si la réponse est favorable, je prends sur moi, de conseiller à M. Kuhlmann de se lancer dans cette carrière.

120Vous voyez, Monsieur, que je me laisse aller à toutes sortes de divagations avec vous, mais elles ont toutes rapport à un enfant qui vous est cher et qui mérite que vous le chérissiez, et vous recevez ici les confidences d’un homme qui, lui aussi, aime votre fils et voudrait, par toutes sortes de moyens, le lui prouver. Je vous ai dit la vérité, en tout et pour tout. Je vous laisse maintenant le choix des moyens qui peuvent le plus contribuer au bonheur de M. Kuhlmann, et quels qu’ils soient, je vous promets d’avance que je n’y ferais pas obstacle, et que si mon coup d’épaule peut servir à son ascension, je le donnerai de grand cœur et de bon cœur.

121Veuillez, je vous prie, offrir mes très humbles salutations à Mme et à Melle Kuhlmann et leur faire accepter de la part de Mme de Belligny, ses plus charmants compliments. Veuillez aussi nous rappeler tous au souvenir d’un bon vieil ami qui nous a comblés de témoignages d’amitiés à toutes les époques et que nous vénérons et aimons du plus profond de notre cœur. Il a nom Lebert, et je suis persuadé que vous avez ses sympathies.

122Pour vous, Monsieur, veuillez bien croire que je porte le plus vif intérêt à votre charmante famille, et que les sentiments que je lui connais, d’après le témoignage de M. Kuhlmann, me font vivement désirer que le terme de mon exil arrive afin d’aller, dans votre valeureuse Alsace, me retremper en compagnie de vieux amis, de mes fatigues et de mes ennuis"71.

123Convenons que les inquiétudes de M. de Belligny se font jour bien tardivement... Et ne voilà-t-il pas qu’Émile Kuhlmann contracte la petite vérole...

124Au mois de septembre 1854, M. de Belligny - qui a perdu tout espoir d’être prochainement muté en Chine - accorde au chancelier qui se remet tant bien que mal, un congé de convalescence à Aden. Celui-ci débarque à Steamer-Point "dans la matinée du jeudi 12 octobre, après une heureuse navigation de 27 jours"72.

Le séjour d'Emile Kuhlmann à Aden (12 octobre - 5 décembre 1854)

125"Figurez-vous bien que la ville d’Aden est bâtie dans le fond du cratère d’un ancien volcan ; qu’elle est encaissée ou enfermée dans un entonnoir formé par une triple chaîne de montagnes presque inaccessibles, roches complètement stériles, d’une teinte noirâtre, d’un aspect désolé mais grandiose comme tout ce qui porte la trace des bouleversements terrestres ; qu’un soleil torréfiant y plonge ses rayons ; dont les flancs déchirés des montagnes absorbent et renvoient la chaleur intense que rien ne tempère dans la saison chaude, car il ne pleut qu’exceptionnellement, tantôt c’est au bout de 3 ans, tantôt seulement au bout de 7 ans"73.

126Les trois vues photographiques de Crater - également nommé Aden Town ou Aden Camp - réalisés en 1856 par le sculpteur Auguste Bartholdi (Colmar, 2.8.1834 - Paris, 4.9.1904) lors de son voyage au Yémen, illustrent parfaitement la description d’Émile Kuhlmann74.

127Monsieur de Belligny a pris soin de munir son chancelier de lettres de recommandation auprès de l’"honorable" colonel Outram - une vieille connaissance - Gouverneur de la place d’Aden depuis le récent départ de Haines ; et de M. Suart (sic - ?), commandant du Génie et le Directeur de la douane dont Émile Kuhlmann tait le nom. On le reçoit à bras ouverts. Toutefois, durant son séjour, Émile résidera chez le père Iturla, chapelain catholique, dont la maison donne sur la "place du minaret", à Crater. "Refuge et conseil de tous les français" de passage à Aden - il accueillera notamment Auguste Bartholdi en 185675 - et face au nombre croissant de ses hôtes, le religieux décidera la construction d’un asile "à l’usage des missionnaires", à Steamer-Point.

128Après avoir été privé pendant de si longues années de tout ce qui, à ses yeux, symbolise la "Civilisation", Émile Kuhlmann s’extasie des plaisirs bien innocents que lui offre Aden dont personne jamais ne vanta les séductions. Fallait-il que Zanzibar fût un détestable lieu de réclusion ; fallait-il que la mélancolie, la maladie l’eussent abattu pour qu’il décelât, dans ce que les voyageurs nomment communément l’"enfer" d’Aden des sources d’apaisement aussi triviales en apparence :

129"Figurez-vous qu’à Zanzibar j’étais bien loin encore, malgré mon désir de me retrouver dans un milieu un peu civilisé, de me douter combien j’éprouverais ici de plaisir et d’émotion à revoir, entendre toutes ces belles choses de la civilisation européenne : la vue des calèches (depuis que je n’avais plus vu seulement un attelage de charrette ; il n’existe rien de semblable à Zanzibar), des boutiques bien tenues, des réverbères, des belles routes, des ponts, des fortifications grandioses, des uniformes, des services militaires, des symphonies à grand orchestre exécutées par la musique des 2 régiments qui tiennent ici garnison (Ier Régiment Royal des Fusiliers de Bombay et 16e Régiment des Cipayes de Madras) [...], le son du tambour, des spectacles qui sont faits pour plaire aux enfants - il y a un théâtre tenu par une troupe d’amateurs pris parmi les soldats - enfin, la vue de quelques Dames habillées à la mode, des moutards [sic] qui se promènent avec leurs bonnes. Tout cela est du fruit nouveau pour moi. Mais ce qui me ravit par-dessus tout c’est cette proximité de l’Europe [sic], cette régularité de la communication qui de 15 jours en 15 jours vous apporte des nouvelles de France"76.

***

130Dans les jours qui suivirent son débarquement, une migraine et un mal de gorge violents avaient alité Émile encore très affaibli des séquelles de la variole. Le chapelain Iturla alla quérir un médecin et, de son côté, le sous-gouverneur d’Aden, M. Playfair dépêcha auprès du malade un praticien attaché à la garnison, le docteur Steinhaeuser, celui-même qui, passionné de littérature arabe devait traduire, en association avec son compère l’explorateur Richard Burton, de savants traités d’érotologie arabes et indiens :

131"L’un des deux médecins qui sont venus me voir (celui envoyé par le sous-gouverneur) est un Allemand. Il s’appelle Steinhaeuser et est de Planen en Saxe. Je me suis lié depuis avec lui et nous paraissons nous convenir mutuellement. Il a fait une partie de ses études à Paris. Il parle le français avec assez de facilité ; de mon côté je me suis fait un plaisir de lui parler dans sa langue natale, ce qu’il n’avait guère eu l’occasion de faire depuis plusieurs années. Aussi a t-il paru en éprouver du plaisir"77. Dans une lettre postérieure Émile Kuhlmann écrira encore : "Je vois fréquemment le Docteur Steinhaeuser, brave médecin allemand qui paraît éprouver un vrai plaisir à causer avec moi"78.

132Les soins du bon Steinhaeuser, les distractions et la fréquentation des membres de la "gentry" d’Aden - comme nous l’allons voir - eurent pour effet de raviver les forces, de relever le moral du convalescent : "les traces de ma précédente maladie [c’est-à-dire la variole] s’effacent de plus en plus ; au moins mon visage, quoique ravagé a t-il perdu beaucoup de sa couleur homard, grâce au soleil et au grand air"79.

***

133L’on pourra sourire de la complaisance naïve que met Émile Kuhlmann à entretenir ses parents de l’amitié ou du moins des bonnes dispositions que manifestent à son endroit les membres de la haute société anglaise ; M. le chancelier est snob un tantinet. Cependant - nous l’avons déjà constaté - l’estime et la sympathie qu’il éprouve envers les Britanniques ne sont pas feintes et il faut bien reconnaître qu’apparemment ces derniers les lui rendent bien. En 1854, à Aden, il est fort courtoisement reçu et choyé par un certain nombre de personnalités, voire de personnages dont l’un n’est autre que Richard Burton.

134Cantonné à Aden, retour d’un fameux voyage à la Mecque, Burton achève les préparatifs d’une expédition vers une ville sainte de sinistre réputation, la mystérieuse Harar, capitale religieuse de la Somalie, dont nul Européen jamais n’a franchi, vivant, les portes. De même qu’il avait entrepris le pèlerinage de la Mecque sous le travestissement de Mirza Abdullah, médecin afghan, l’explorateur se dissimule à Aden sous l’apparence d’Haji Abdullah, commerçant musulman. Le nom de Richard Burton est cité dans trois des huit lettres rédigées par Émile Kuhlmann à Aden. Que l’on ne s’attende pas toutefois à de formidables révélations. Je rappelle que le chancelier consigna les chroniques détaillées de ses voyages et séjours dans un introuvable Journal ; sa correspondance n’en reflète sans doute que l’épure. La frustration est d’autant plus grande dans ce cas précis que les lettres sous-entendent un commerce étroit entre Burton et Kuhlmann : celui-ci en savait bien plus qu’il n’y laisse transpirer.

135Première occurrence : "[...]. Je l’ai présenté [c’est -à-dire M. Vignard, le successeur de M. de Belligny à Zanzibar ; cf. infra] au Gouverneur d’Aden le colonel Outram, au commandant du Génie et à M. Burton etc."80.

136Deuxième occurrence : "J’ai lié connaissance avec M. Badgerr, le ministre anglican, polyglotte très distingué, surtout pour les langues orientales (il est de Malte et un ami du Dr Krapff [sic])81, ainsi qu’avec un jeune officier de l’armée de l’Inde appelé Burton, polyglotte aussi et fort érudit sur toutes sortes de matières scientifiques et littéraires et intrépide voyageur. Il vient d’accomplir sous le travestissement d’un pèlerin afghan et à travers mille privations, fatigues et dangers, le voyage si aventureux de la Mecque, et aujourd’hui il est à la veille d’entreprendre une exploration encore plus périlleuse, celle de tenter de traverser le continent africain [sic] en partant de Berbera82. Cette fois, il se fera passer comme commerçant musulman de l’Inde. De peur de trahir son rôle aux yeux des indigènes, il garde ici même un sévère incognito, vêtu en arabe et ne sortant que le soir. J’ai éprouvé un plaisir infini dans sa conversation qui est fort intéressante. Il s’exprime avec beaucoup de facilité en français aussi bien qu’en arabe. Il a déjà publié une relation de voyage dans le Scinde [sic]83 et fait d’autres publications fort estimées"84.

137Troisième occurrence : "J’ai fait ici encore une précieuse connaissance dans la personne de M. Richard Burton, intrépide et savant voyageur qui, à peine revenu sain et sauf d’un pèlerinage à La Mecque, dans le travestissement d’un croyant afghan, vient de partir le 29 octobre dernier, aussi incognito, pour la côte orientale d’Afrique. M. Burton parle admirablement une quantité de langues : l’anglais, le français, l’italien, l’arabe, l’hindoustani, le persan, le mahratte, le punjabi, le guzherati [sic] etc. etc."85.

138Émile Kuhlmann aura rejoint Zanzibar lorsque, le 9 février 1855, Burton, l’expédition de Harar heureusement accomplie, accostera à Aden.

139Le chancelier fit la connaissance de Richard Burton chez le gouverneur Outram, lequel quittera définitivement Aden le 27 octobre 1854 pour se rendre à Lucknow (Inde) "près le roi d’Ava (à 3 journées de marche dans l’Himalaya)"86, à titre de Résident politique. "C’est un poste éminent qu’il va occuper là et qui, de 3000 roupies par mois, élève son traitement à plus de 6000 roupies par mois" - observe l’épistolier que les questions de rémunération ne laissent jamais indifférent87. Le colonel Outram est "l’officier le plus honorable peut-être de l’Inde", estime Émile. À preuve, le cadeau d’adieu que les cotisations de "toute l’armée, y compris [les] ennemis ou envieux [du gouverneur]" ont contribué à financer, savoir "une épée d’honneur d’un très grand prix, sur laquelle on a fait graver la devise du chevalier Bayard : "Sans peur et sans reproche". Quel plus bel éloge ! [sic]", se récrie Kuhlmann88.

140Il ne semble pas que ce dernier se soit lié avec le brigadier d’artillerie Caglan, successeur du colonel Outram à Aden89. En revanche, et surtout depuis le départ d’Outram, le chancelier, le sous-gouverneur Playfair et l’anonyme directeur de la douane sont inséparables : promenades à cheval, inspections des fortifications en voie d’achèvement, participation aux concerts, spectacles, dîners et... services religieux se succèdent à leur commune satisfaction. Et voici qu’Émile Kuhlmann excite notre curiosité, sans la satisfaire : "J’ai dîné vendredi de la semaine dernière [17 novembre 1854] chez le sous-gouverneur, M. Playfair, avec lequel je suis dans les meilleurs termes - ainsi qu’avec son aimable lady - et qui a eu pour moi toutes sortes de prévenances vraiment amicales. En dernier lieu, il m’a confié - et j’en ai fait tout mon profit - un manuscrit [sortant ?] des mains du capitaine Haines et comprenant toute l’histoire de cette place [c’est-à-dire Aden] dans les temps anciens et modernes, et notamment les négociations et la conquête à main armée de cette importante position par les Anglais. Cette communication a été pour moi du plus haut intérêt. Et je me réserve de vous en envoyer une traduction complète. D’un autre côté, j’ai obtenu confidentiellement du directeur des douanes dont j’ai également à me louer beaucoup, des renseignements statistiques sur l’importance commerciale en importations, exportations, mouvements de la navigation de ce port [c’est-à-dire Steamer-Point]. Renseignements qui, je l’espère, seront accueillis par le département des Affaires étrangères avec reconnaissance. Car, à mon départ de Paris, M. Frédéric Billing, je m’en souviens, m’avait manifesté le désir [sic] d’avoir quelques notions précises sur Aden. Une première lettre que je lui écrivis alors d’ici, ne lui est jamais parvenue, et je n’en suis pas fâché aujourd’hui car mes premières appréciations et [illisible] étaient trop fugitives, trop superficielles pour offrir un intérêt sérieux ; tandis que maintenant, à la suite d’un nouveau séjour, j’ai été amené à mieux observer, mais surtout de [sic] m’entourer de documents véritablement dignes de foi. J’espère bien obtenir encore de nouvelles communications, grâce à mes bons rapports avec M. Playfair qui est la seconde autorité du pays. Déjà il m’a promis la communication d’une autre notice sur les soumâlis [Somali] et autres tribus de la côte orientale d’Afrique, à proximité d’Aden"90.

141D’ultérieures et minutieuses investigations permettront peut-être la découverte de l’une ou l’autre de ces notices.

***

142Il reste que la rencontre la plus inattendue mais aussi la plus réjouissante qu’Émile Kuhlmann fasse lors de sa villégiature à Aden, n’est autre que celle de M. Vignard "interprète de l’armée d’Afrique" en Algérie, le tant espéré successeur de M. de Belligny au poste de consul de France à Zanzibar91. Vignard débarque inopinément à Steamer-Point "dans la nuit du 14 au 15 octobre" 1854, accompagné "d’un jeune arabe de Constantine parlant bien le français et qui lui sert de domestique"92. Il descend à l’"Hôtel du Prince de Galles" où Émile Kuhlmann, averti de sa présence, accourt "à bride abattue" :

143"Je me rends immédiatement auprès de mon nouveau chef pour lui souhaiter la bienvenue et me mettre à sa disposition. Notre premier entretien nous rapproche déjà, et bien que je ne demande pas mieux que de retourner avec lui à Zanzibar, malgré son obligeante offre de jouir en plein de mes 3 mois de congé, M. Vignard paraît fort aise de m’avoir rencontré"93.

144Le ministère des Affaires étrangères avait enjoint à M. Vignard "de faire toute diligence pour relever M. de Belligny auquel on envoie, premièrement le brevet de chevalier de la Légion d’honneur, deuxièmement la nomination comme gérant [sic] du consulat de France aux îles Philippines, c’est-à-dire à Manille d’où il passera à Shangai [sic] après l’expiration d’un congé en France du titulaire de ce dernier poste, M. de Montigny [...]. M. Vignard lui-même arrive en conséquence avec le titre provisoire de gérant du consulat de France à Zanzibar (jusqu’à la nomination définitive au poste de Shanghai [sic])"94.

145"Nous ne nous quittons plus, nos entretiens ne tarissent pas - jubile Émile. Je le prépare de mon mieux à sa tâche future. Nous avons hâte de nous rendre le plus tôt possible à Zanzibar, afin de relever M. de Belligny et lui apporter sans délai les bonnes nouvelles qui l’attendent et dont il ne se doute pas encore"95.

146M. Vignard s’emploie à joindre Zanzibar au plus vite, mais il ne se trouve pour l’heure ni steamer ni boutre à destination de l’Inde ou de l’Afrique. Par conséquent, mieux vaut déloger de l’inconfortable hôtel : "J’ai ménagé un appartement au Consul en ville [c’est-à-dire à Crater] afin de lui permettre de se créer des relations à Aden parmi la notabilité anglaise [sic] et pour être moi-même toujours près de lui. M. Vignard me revient beaucoup et je sais que je ne lui ai point déplu jusqu’à présent"96.

147Pour meubler leurs heures creuses, les deux hommes s’adonnent à l’étude des langues : "M. Vignard m’a déjà offert de me diriger dans mes études arabes. Je lui donne d’ailleurs mon anglais en compensation. Faible bagage sans doute, mais c’est toujours autant, et dès le lendemain de son arrivée nous avons commencé. Je suis donc bien résolu à pousser mes études d’arabe, malgré tout, et par conséquent résigné à passer un nouveau bail - fût-il de 5 ans comme le premier - avec la résidence de Zanzibar. C’est bien dur - soupire Émile - mais il faut savoir prendre une résolution héroïque"97.

148Le 28 octobre, M Vignard seul monte à bord d’un bâtiment se dirigeant sur Bombay "dans l’espoir de gagner ainsi plus promptement Zanzibar". Mais, commentera l’épistolier "les occasions [c’est-à-dire les navires] de Bombay pour Zanzibar ne partent pas avant la fin de novembre ou le commencement de décembre. Il [M. Vignard] a donc cru devoir, sur les conseils qu’on lui a sans doute donnés, prendre passage à bord du Brig [sic] de l’Iman, le "Tage", pour se diriger préalablement sur Mascate où il était certain de rencontrer encore Son Excellence [Sayyid Sa‘îd] et, de là seulement, il relèvera pour Zanzibar. Il me fait prier par une lettre que je reçois de lui aujourd’hui même [25 novembre] de Bombay, de hâter mon retour à Zanzibar autant que possible, afin de pouvoir prendre des mains de M. de Belligny la gestion du consulat en attendant son arrivée, afin que de son côté M. de Belligny soit libre de profiter de la 1ère occasion qui se pourra présenter pour le conduire de Zanzibar à son nouveau poste"98.

***

149"Grande Rade d’Aden - À bord de la "Norma" - 8 h du matin - 5 décembre 1854. Mes biens chers parents,

150Je viens de m’embarquer à l’instant sur le navire hambourgeois la "Norma", où j’avais arrêté mon passage au prix de 50 piastres fortes (275 [francs ?]) jusqu’à Zanzibar.

151Nous partons par un temps de grain. J’espère que le navire, qui est bon voilier, nous transportera rondement à Zanzibar. J’ai en idée [sic] que nous y serons pour le nouvel an ; 20 à 25 jours au plus. Mes prochaines nouvelles seront datées de ma résidence consulaire.

152Je n’ai rien de nouveau à vous dire au surplus, si ce n’est que je quitte d’une part Aden avec le cœur serré à cause des bons amis que j’y aurai laissés et que, d’autre part, je me réjouis de revoir M. et Mme de Belligny auprès desquels je vais être le porteur de bonnes nouvelles qu’ils ignorent encore jusqu’à ce jour probablement [...]".

153Émile Kuhlmann atterrit à Zanzibar le 24 ou le 29 (?) décembre 1854. Monsieur Vignard n’atteindra jamais l’île africaine ; une congestion cérébrale le foudroie, en pleine mer, le 14 janvier 1855 : "M. Vignard a succombé dans sa traversée sur une barque arabe, de Mascate à Zanzibar, victime de son zèle dévoué à se rendre promptement à son poste"99.

154Une semaine auparavant, le 6 janvier 1855, M. et Mme de Belligny avaient fait leurs derniers adieux au chancelier accablé...100. Il est seul désormais à Zanzibar.

Epilogue

155Le poste de consul de France à Zanzibar restera vacant jusqu’à l’arrivée de Ladislas Cochet auquel Émile Kuhlmann remet le service, le 15 février 1856101. Dans l’intervalle, le drogman-chancelier assuma la gérance du consulat sans aide aucune, abandonné, malade (il souffre du paludisme), désespéré.

156La date du départ définitif d’Émile Kuhlmann demeure incertaine, du moins faiblement assurée. La dernière lettre - constitutive de Ms 633 - que le chancelier adresse à ses parents depuis Zanzibar est datée du 26 octobre 1856 (Ms 633, liasse X). Les lettres suivantes ont toutes été écrites en France. Toutes sont datées de l’année 1857. Aucune n’est antérieure au mois de mars. Seule la dispersion ou la perte d’une partie de la correspondance d’Émile Kuhlmann justifie l’aporie. Or, la page de titre ainsi que l’avant-dernière page du catalogue manuscrit de la "Collection ethnographique" offerte en 1857 à la Ville de Colmar par le chancelier (et vraisemblablement rédigé par Louis Hugot alors "conservateur" du musée), contiennent, la première, l’apostille suivante :

157"M. Kuhlmann était parti de Marseille pour Zanzibar, le 27 mai 1849, arrivé à Zanzibar le 22 octobre suivant, a quitté Zanzibar le 27 décembre 1856, arrivé à Marseille le 27 février 1857"102. Les dates du 27 mai 1849 et du 22 octobre 1849 étant exactes, il serait à présumer que celles du 27 décembre 1856 et du 27 février 1857 le soient également ;

158l’avant-dernière, la notice que voici :

159"Diamants faux fabriqués à Ceylan.

160Les marchands de ces pierres fausses les vendent aussi cher qu’ils peuvent aux acheteurs qu’ils parviennent à duper. Ils feignent ordinairement un besoin pressant d’argent. Donnés en décembre 1856 à M. Kuhlmann par le Capit. de vaisseau Frushard, commandant du Sloop de guerre de la Compagnie des Indes l’Elphingstone [sic]. Ce bâtiment avait pour mission d’amener le Capitaine Burton et son compagnon le Capitaine Speke, qui se disposaient à faire un voyage d’exploration scientifique au lac de Gniassa [sic], dans l’intérieur de l’Afrique. Le capit. Frushard les avait achetés 1 roupie pièce (= 2f50)"103.

161S’il s’avérait que ces informations soient rigoureusement exactes, qu’Émile Kuhlmann connût la fin de son "exil" au mois de décembre 1856 mais qu’il eût encore résidé à Zanzibar le 26, combien alors regretterait-on la perte de lettres (éventuellement) relatives au débarquement de Speke et Burton, qui eut lieu précisément le 20 décembre 1856104.

***

162Au cours du premier semestre de cette même année, Émile Kuhlmann physiquement et psychiquement délabré, avait sollicité l’obtention d’un "changement de résidence". Le ministre des Affaires étrangères "prenant en considération l’état de santé" du chancelier, accéda à sa requête. L’on peut raisonnablement se poser la question de savoir si le bon sens est la chose du monde la mieux partagée au su du nouveau lieu d’affectation que le ministre réservait à son agent, soit Tripoli de Barbarie, sur le "rivage des Syrtes", en Libye, un parangon de solitude et de désenchantement !105.

163Saturé d’exotisme jusqu’à la nausée, Émile Kuhlmann réagit. Il obtiendra que soit révisée la décision ministérielle. De Paris, le 9 mars 1857, il écrit à son frère : "Hier, j’avais été rendre visite à M. Frédéric de Billing qui m’a reçu avec une extrême affabilité et m’avait donné pour aujourd’hui rendez-vous chez M. le Cte de Lesseps. Ce dernier, auprès de qui M. de Billing m’a introduit, m’a donné les promesses les plus rassurantes qu’il serait incessamment pourvu d’une manière satisfaisante à mon changement de destination. Je n’irai donc plus à Tripoli, mais probablement sur le continent d’Europe, aussi près que possible de ma famille. M. de Billing penche pour l’Allemagne"106.

164Ce qui advint. Par décret du 23 novembre 1857, Émile Kuhlmann fut nommé chancelier de la Légation de France en Wurtemberg à Stuttgart107.

165Charlotte Bartholdi, mère du sculpteur Auguste Bartholdi, conservait, parmi d’autres portraits photographiques représentant ses fils, ses amis ou connaissances, un cliché légendé "Kuhlmann" et revêtu d’un timbre sec au nom de F. Brandseph "Photograph. Anstalt-Stuttgart". Le personnage à la mise élégante dont le regard bienveillant se détourne de l’objectif, distrait par quelque plaisante vision, est, à n’en pas douter, M. le chancelier Kuhlmann ; ce cher Émile ! Apparemment, il s’est assez bien remis de ses mésaventures exotiques (cf. illustration)108.

166Je m’arrêterai ici, ex abrupto. D’abord, parce que la biographie d’Émile Kuhlmann, postérieure à son rapatriement, n’entre pas dans les limites du cadre historique auquel j’ai voulu me restreindre ; ensuite, par crainte qu’un excédent de pages noircisse davantage le regard du lecteur, quand je l’aurai désiré bienveillant, lui aussi...

Haut de page

Annexe

ANNEXES

Liasse I :

a) "Lettres à Émile à Paris". C'est-à-dire, lettres adressées à son fils et à des tiers par J.B. Kuhlmann. Colmar, période du 13 mars au 24 avril 1849. 13 pièces.

b) "Lettres d'Émile à ses parents" + papiers divers. Strasbourg et Paris, période du 5 mars au 29 avril 1849. 17 pièces.

(La correspondance constitutive de cette première liasse se rapporte essentiellement aux péripéties de la nomination d'Émile Kuhlmann au poste de drogman-chancelier du consulat de France à Zanzibar.)

Liasse II :

"Lettres d'Émile - Voyage à Zanzibar". Lettres et papiers divers. Période du 7 mai au 5 décembre 1849. 20 pièces.

1) Lyon, lundi 7 mai 1849.

2) Marseille, 9 mai 1849.

3) Marseille, 11 mai 1849.

4) Marseille, 14 -15 et 16 mai 1849.

5) Marseille, 16 mai 1849.

6) Marseille, 18 mai 1849.

7) Marseille, 24 mai 1849.

8) 1 ex. du "Sémaphore de Marseille" daté du vendredi 25 mai 1849.

9) Marseille, 26 mai 1849.

10) De la Cité de Lavalette à Malte, mercredi 30 mai 1849.

11) Alexandrie, du mardi 5 au samedi 9 juin 1849.

12) Feuillets manuscrits : "L'ambassade de l'iman de Mascate à Marseille. Extrait du feuilleton du Journal des Débats du 11 juin 1849".

13) Caire, samedi 16 juin 1849.

14) Suez, mercredi 20 juin 1849.

15) À bord de l'"Atalante", en mer Rouge, mardi 26 juin 1849.

16) Aden, samedi 7 juillet 1849.

17) Port de Mascate, samedi 25 août 1849.

18) Zanzibar, 29 octobre 1849.

19) Zanzibar, ce dimanche 4 novembre 1849.

20) Zanzibar, du lundi 3 au mercredi 5 décembre 1849.

Liasse III :

"Séjour à Zanzibar, mer des Indes - Extraits des lettres d'Émile Kuhlmann - 1850". 1 cahier manuscrit de 170 pages. Copie faite par J.B. Kuhlmann de 10 lettres adressées par Émile Kuhlmann aux membres de sa famille.

Liasse IV*:

"Séjour de Zanzibar - lettres d'Émile - 1850". Zanzibar, période du 10 janvier au 21 octobre 1850. 23 pièces y compris deux fragments de lettres s.l.-s.d.

Liasse V* :

"Lettres de E. à Zanzibar - lettres d'Émile - 1851". Zanzibar, période du jeudi 23 janvier au 27 décembre 1851. 27 pièces.

Liasse VI* :

"Lettres d'Émile - Séjour de Zanzibar côte orientale d'Afrique. Année 1852". Zanzibar, période du 2 janvier au 15 décembre 1852. 18 pièces.

Liasse VII* :

"Lettres d'Émile - Séjour de Zanzibar côte orientale d'Afrique - Année 1853". Zanzibar, période du vendredi 28 janvier au lundi [7 ?] novembre 1853. 20 pièces.

Liasse VIII*:

"Lettres d'Émile - Séjour de Zanzibar côte orientale d'Afrique. Année 1854".

a) Zanzibar, période du mercredi 4 janvier au 15 septembre 1854 : lettres et papiers divers. 18 pièces.

b) Aden, période du 20 octobre au 5 décembre 1854 : lettres. 8 pièces.

Liasse IX :

"Lettres de Zanzibar - Année 1855". Zanzibar, période du 5 février au 8 décembre 1855 : lettres d'Émile Kuhlmann aux membres de sa famille, au ministre des Affaires étrangères, à l'iman de Mascate etc. 13 pièces.

Liasse X :

"Lettres de Zanzibar - Année 1856".

a) Zanzibar, période du 19 janvier au 26 octobre 1856 : lettres diverses. 15 pièces.

b) Marseille, lundi 2 mars 1857.

c) Paris, 7 mars 1857.

d) Paris, 9 mars 1857.

e) Paris, dimanche 15 mars 1857.

Liasse XI :

"Extraits des lettres de Zanzibar - Année 1856 - 7e partie".

1 cahier manuscrit de 85 pages. Copie faite par J.B. Kuhlmann.

(*Les liasses IV à VIII sont contenues en un portefeuille cartonné.)

La Bibliothèque municipale de Colmar possède par ailleurs dix volumes manuscrits de Jean Baptiste Kuhlmann, intitulés : "Mes souvenirs (1777-1858)" et cotés Ms 632. L'on y glane, de-ci de-là, quelques informations relatives à la carrière diplomatique d'Émile Kuhlmann.

Enfin, les Archives municipales de Colmar (fonds 2R1) détiennent divers papiers se rapportant essentiellement aux collections d'objets ethnographiques qu'Émile Kuhlmann constitua et légua à la municipalité.

Haut de page

Notes

1 Cf. A.M.C. Registre des naissances, année 1815, n° 169 ; Kleindienst (Jean-Louis), Les familles Kuhlmann, Zellenberg, 1992, pp. 20-21 ; Abel (Louis), notice "Kuhlmann", dans N.D.B.A., vol. 22. Strasbourg, 1994, pp. 2141-2142.
2 B.M.C. Ms 633.
3 Cf. L.A.S. d’E.K. à ses parents, Strasbourg, 5 mars 1849 et Paris, 8 et 10 mars 1849. B.M.C. Ms 633. Relativement au baron de Heeckeren, cf. Schmitt (Jean-Marie), notice "Heeckeren", dans N.D.B.A., Vol. 16, Strasbourg, 1990, pp. 1473-1474 et "Oui, j’ai tué Pouchkine ! - La vie mouvementée du baron de Heeckeren, Sénateur et président du Conseil général du Haut-Rhin", dans Mémoire colmarienne, n° 23, sept. 1986, pp. 11-13. Relativement au baron de Billing, cf.[Kuhlmann (Jean Baptiste)], Les Billing. Colmar, Decker, s.d. (1850).
4 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Paris, 10 mars 1849.
5 Cf. L.A.S. de J.B.K. à son fils, Colmar, 15 mars 1849. Relativement à Henri Lebert, cf. Schmitt (Jean-Marie) et Matzen (Raymond), notice "Lebert", dans N.D.B.A., Vol. 23, Strasbourg, 1994, pp. 2262-2264.
6 L.A.S. de J.B.K. à son fils, Colmar, 15 mars 1849.
7 Relativement à Auguste Haussmann, cf. De Busnes (Albéric), Notice biographique sur M. Haussmann (Jean-Michel-Auguste). Paris, Panthéon Biographique Universel, 1851 ; Valynseele (Joseph), Haussmann, sa famille et sa descendance. Paris, Christian, 1982 (en particulier, pp. 93-94) ; Schmitt (Jean-Marie), notice "Haussmann", dans N.D.B.A., Vol. 15, Strasbourg, 1989, p. 1457 ; Hueber (Régis), "Je vous écris de Cafrerie. Les envois d’Auguste Haussmann, consul de France au Cap de Bonne-Espérance", dans Mémoire colmarienne, n° 45, mars 1992, pp. 15-18 ; Hueber (Régis), "Peau de serpent, sapèques et parasol : les envois d’Auguste Haussmann, délégué de l’industrie cotonnière de France en Chine (1844-1846)", dans Bulletin de la société d’Histoire naturelle de Colmar, Vol. 61, 1992, pp. 125-146.
8 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Marseille, jeudi 24 mai 1849.
9 Cf. Haussmann (Auguste), L’isthme de Panama et la Californie. Paris, Prost, 1850.
10 Copie de la lettre de M. de Belligny au ministre des Affaires étrangères, Paris, 7 avril 1849. B.M.C. Ms 633.
11 Constantin François de Chassebœuf, comte de Volney, dit Volney (1757-1820), homme de lettres et orientaliste français. Retour d’un long séjour en Orient, il fait paraître un Voyage en Egypte et en Syrie (1787), bientôt suivi de Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires (1791), dont les scènes liminaires se déroulent à Palmyre. Vers 1804-1807, il rédige un opuscule intitulé Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales dont voici l’incipit : "L’enseignement des L.O. dans les divers états de l’Europe, doit se considérer sous un double point de vue : 1° Comme un moyen de fournir des drogmans ou interprètes à la diplomatie du gouvernement, et au commerce de la nation ; 2° Comme un moyen de fournir des traductions aux manuscrits asiatiques, acquis à grands frais pour enrichir les bibliothèques publiques". Cf. VOLNEY, Œuvres, tome second, Paris, Fayard, 1989, p. 463.
12 Cophte : copte.
13 L.A.S. de J.B.K. à son fils, Colmar, 13-14 avril 1849.
14 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Paris, 17 mars 1849.
15 Ibid., Paris, 15 avril 1849.
16 Ibid., Paris, 21 avril 1849.
17 Ibid., Paris, 15 avril 1849.
18 Ibid., Paris, 21 avril 1849.
19 Cf. L.A.S. de Jean Risler à J.B.K., Mulhouse, 19 avril 1849.
20 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Paris, 28 avril 1849.
21 Edouard REUSS (Strasbourg 1804-1891), traducteur de la Bible, éditeur des œuvres de Calvin, fut l’un des plus remarquables théologiens de son temps.
22 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Paris, 29 avril 1849.
23 Mme de Belligny accompagne son époux à Zanzibar.
24 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Marseille, 9 mai 1849.
25 Voir en particulier, F. REBUFFAT, Les origines des relations commerciales entre la France et Zanzibar. L’expédition de la Caroline (1849). Marseille, Provincia, 1946.
26 Extrait d’un communiqué de presse publié dans Le Sémaphore, Marseille, 25 mai 1849 ; exemplaire conservé dans les archives Kuhlmann, B.M.C., Ms 633.
27 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Marseille, 11 mai 1849.
28 Ibid., Marseille 9, 14 et 18 mai 1849 passim.
29 Ibid.
30 Ibid., Marseille, 18 mai 1849.
31 Ibid., Marseille, 14 mai 1849.
32 Ibid.
33 Ibid.
34 Ibid., Marseille, 24 mai 1849.
35 Ibid., Alexandrie, mardi 5 juin 1849.
36 Ibid.
37 Ibid.
38 Ibid.
39 La Révolte du Caire (1810), tableau d’Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson (1767-1824), est conservé au musée du Château de Versailles.
40 Le Massacre des Mamelucks dans le château du Caire en 1811 (1819), tableau d’Émile Jean Horace dit Horace VERNET (1789-1863) est conservé au musée de Picardie d’Amiens.
41 Il s’agit de l’église Saint-Serge.
42 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Suez, mercredi 20 juin 1849. Mosquée "d’Amrouh" = mosquée d’Amr ; elle est considérée comme la plus ancienne mosquée d’Egypte.
43 L.A.S. d’E.K. à ses parents, "À bord de l’Atalante, en mer Rouge", mardi 26 juin 1849 + jours suivants à Aden.

• "Sources de Moyse". Oasis située dans la presqu’île désertique du Sinaï, à environ 7 km de Suez. Les "Sources" ou "Fontaines de Moïse" (Ayou-Moussa) où une tradition place le chant de triomphe de Moïse et des Israélites après le passage de la mer Rouge, produisent des eaux saumâtres utilisées pour l’irrigation des jardins de l’oasis, lieu d’excursion favori des habitants de Suez, au siècle dernier.

• "Iles du Jubal". L’île de Jubal est située à l’extrémité sud-ouest du golfe de Suez (mer Rouge).

• "Jibbel Toor". Île de la mer Rouge, au nord de l’archipel des Hanish (cf. infra). Jules ITIER, Journal d’un voyage en Chine, vol. III, Paris, Dauvin et Fontaine, 1853, p. 330-331 : "Vers trois heures de l’après-midi, nous laissons à tribord sept rochers volcaniques qui dressent leurs flancs abrupts au-dessus des eaux et s’alignent avec l’île de Gebel Teer (la montagne des oiseaux) que nous avons en vue ; cette montagne est encore en ignition, on peut le croire, du moins, à la fumée blanche qui s’élève de son sommet".

• "Îles Hannish". L’archipel des Hanish est situé dans le sud de la mer Rouge, à la latitude de la ville de Hays en Tihama (Yémen).

• "Îles de Zoogur". L’île de Zuqur est située au nord de l’archipel des Hanish. Le Zuqur eut une violente éruption en 1846. Cf. Louis Rousselet et alii, notice "mer Rouge", in : Nouveau dictionnaire de Géographie universelle, tome V, Paris, Hachette, 1892, pp. 241-245.

• "Îles de Sandy Beak". Je n’ai localisé cet archipel ou cette île solitaire sur aucune des cartes, dans aucun des dictionnaires ou atlas consultés. L’article très documenté de l’ouvrage de Rousselet (op. cit., supra) ne les mentionne pas.

• "Bab El Mandeb". Le détroit de Bab al-Mandab, qui se traduit "Porte des Larmes" ou "Porte de l’Affliction" et non pas "Porte de la Mer", sépare la mer Rouge du golfe d’Aden.

• "Les monts Horeb et Sinaï". Le mont Horeb (le "Desséché") appartient au massif du djebel Moussa (la "Montagne de Moïse") : l’un et l’autre sommet peut revendiquer le nom de "Sinaï".

• le "tombeau d’Eve à Djeddah". Carsten Niebhur (Voyage en Arabie, tome Ier. Amsterdam, Baalde, 1776, p. 221 et note en bas de page) écrit : "Les Arabes [...] montrent encore le sépulcre d’Eve non loin de Dsjidda [...]. On dit qu’autrefois ce sépulcre était visité par de nombreux pèlerinages ; et il n’est pas douteux, qu’alors il n’y eût dans cet endroit un temple magnifique. il n’en reste aujourd’hui qu’une petite maison de pierre, qui, à ce que l’on assure, est posée droit au-dessus du nombril d’Eve".

44 L.A.S. d’E.K. à ses parents, "À bord de l’Atalante, en mer Rouge", mardi 26 juin 1849 + jours suivants à Aden.
45 Ibid. À propos de cet hôtel, cf. Jules ITIER, op cit., p. 323 : "28 octobre [1845]. nous sommes, au point du jour, en vue du rocher d’Aden [...]. Nous débarquons à l’Est de la pointe du Raz-Marbat, sur une grève, où s’élèvent plusieurs bengalow [sic] [...]. Non loin de là, au fond d‘une petite plaine resserrée entre deux coulées de lave, apparaît un hôtel, l’hôtel du prince de Galles, ma foi ! Il est tenu par des Parsis venus de Bombay, qui, moyennant trois piastres par jour, vous donnent un assez mauvais dîner et un gîte plus mauvais encore dans une chambre de nattes" ; et J.-A. de Gobineau, dans Trois ans en Asie (1855-1858). Paris, Métaillé, 1980, pp. 65-66 ; "Lorsque nous arrivâmes à Aden, il était dix heures du soir [...]. Les marins du canot, armés d’un fanal, nous conduisirent à une habitation en bois très-longue, élevée sur un socle de pierre et précédée d’une galerie légère à colonnes. Sur la galerie donnaient des chambres dont toutes les portes étaient ouvertes, on n’avait qu’à choisir. Le choix n’était pas aisé. Ces cellules, blanchies à la chaux, contenaient toutes un grand lit qui nous montra d’abord une population fourmillante dont l’aspect n’avait rien de séduisant, et sur les murs nous vîmes fuir des myriades de cancrelats qu’enjambaient lestement de grands lézards surpris [...]. Cet établissement, d’une simplicité extrême, comme on voit, s’appelle l’Hôtel du prince de Galles".
46 L.A.S. d’E.K. à ses parents "À bord de l’Atalante, en mer Rouge", mardi 26 juin 1849 + jours suivants à Aden.
47 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, samedi 7 juillet 1849.
48 Ibid.
49 Ibid., "À bord de l’Atalante, en mer Rouge", mardi 26 juin 1849 + jours suivants à Aden.
50 Ibid., Aden, samedi 7 juillet 1849.
51 Ibid.
52 Ibid.
53 Ibid.,"À bord de l’Atalante, en mer Rouge", mardi 26 juin 1849 + jours suivants à Aden.
54 Ibid., Aden, samedi 7 juillet 1849. "Djebel Cham Cham" = djebel Shamsan, la montagne volcanique d’Aden.
55 "Ras met" = Ras Mait, cap situé sur la côte méridionale du golfe d’Aden, entre Berbera et Bosaso ?
56 Île de l’océan Indien, au large du cap Guardafui. Elle appartenait au sultan de Qishn (Yémen).
57 "Cap Gardafui". Le Cap Guardafui est situé à l’extrémité de la corne orientale de l’Afrique, en face de l’île de Socotra ou Suqutra.
58 "Ras el had" = Ras Al Hadd, cap qui commande l’entrée du golfe d’Oman.
59 "Cap Koriati" = Ras Quraiyat ou Ras Kuryat, au nord-ouest du Ras Al Hadd.
60 "Caps Abandaoud et Heïram" : non localisés sur les cartes consultées.
61 S’agirait-il de Sa‘îd Thuwaynî qui régna sur l’Oman entre 1856 et 1866. Cf. J.-L. Miege , "L’Oman et l’Afrique orientale au XIXe siècle", dans La péninsule arabique d’aujourd’hui (sous la direction de Paul Bonnenfant), tome 2. Paris, C.N.R.S., 1982, pp. 293-317 ; Alain Cheneviere, L’Oman. Paris, Ed. Peuples du Mondes, 1990, p. 11.
62 "Sedab" = Sidab, village côtier sis à l’est de Mascate. Cf. A. Cheneviere, op. cit., p. 38. Vues de Sidab, cf. W.D. Peyton, Old Oman, Londres, Stacey International, 1983, p. 121.
63 "Matrah" = Muttrah. C’est aujourd’hui le secteur portuaire de la ville de Mascate. Cf. A. Cheneviere, op. cit., pp. 36-37. Vues de Muttrah, cf. W.D. Peyton, op. cit, pp. 30, 31, 59, 121, 122.
64 "Bourbon" : ancien nom de l’île de la Réunion.
65 De même que ceux d’Aden, les croquis de Mascate n’ont pas été retrouvés.
66 Cf. A.M.C., fonds 2 R1, catalogue de la "collection ethnographique" d’Émile Kuhlmann, dressé en 1857 par Louis Hugot, n° 111 : "Serpentine de la baie de Pyramide-Rock. Mascate. Cette baie est fermée par 2 rochers détachés qui s’élèvent en pyramide à son entrée. Au fond de la baie se trouve un petit oratoire en ruines, d’origine portugaise".
67 Les Banyans étaient des "marchands itinérants indiens".
68 L.A.S. d’E.K à ses parents, "Port de Mascate", samedi 25 août 1849.
69 Ibid., Zanzibar, le 29 octobre 1849.
70 Ibid.
71 L.A.S. de M. de Belligny à Jean Baptiste Kuhlmann (copie), Zanzibar, 16 janvier 1854. B.M.C. Ms 633.
72 L.A.S. d’E.K. à son frère (Eugène ?), Aden, 20 octobre 1854.
73 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, 6 novembre 1854.
74 Cf. Régis Hueber et Jean-Marie SchmitT , Au Yémen en 1856. Photographies et dessins d’Auguste Bartholdi; Catalogue d’exposition, Colmar, Musée Bartholdi, 1994, pp. 76-77-78.
75 Cf. cahier manuscrit de Jean Baptiste Kuhlmann : "Extraits des lettres de Zanzibar - Année 1856 - 7e partie", B.M.C., Ms 633 : "Vous ai-je dit que j’ai reçu du père Iturla à Aden, la nouvelle de la connaissance qu’il a faite de M. Bartholdi, et qu’ils se sont tous deux entretenus de moi avec bienveillance ? Je serais heureux de recommander M. Bartholdi à Aden, ou ailleurs, et de pouvoir lui être agréable ou utile en quoi que ce soit". En l’absence de la correspondance yéménite d’Auguste Bartholdi, cette information que je ne possédais pas lors de la rédaction de l’ouvrage cité en note 74, est précieuse.
76 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, 6 novembre 1854.
77 Ibid.
78 L.A.S. d’E.K. à ses parents, À bord du Palémon, Aden, 23 novembre 1854.
79 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, 6 novembre 1854.
80 L.A.S. d’E.K. à son frère Eugène, Aden, s.d.
81 S’agit-il de Johann Ludwig Krapf, missionnaire allemand qui, retour d’un voyage en Afrique orientale, fit part de ce qu’il avait vu à Richard Burton, en novembre 1853, au Caire ? Cf. Fawn Brodie, Un diable d’homme. Sir Richard Burton ou le démon de l’aventure, Paris, Payot, 1993, p. 209.
82 Berbera : ville portuaire située sur la côte des Somalis, golfe d’Aden.
83 Scinde = Sind : la vallée de l’Indus ; extrémité sud-est de l’actuel Pakistan, région de Karachi.
84 L.A.S. d’E.K à son frère [Eugène], Aden, 20 octobre 1854. En 1854, Burton avait déjà publié 5 ouvrages dont Scinde ; or the Unhappy Valley, 2 volumes, Londres, 1851.
85 L.A.S. d’E.K. à son frère Eugène, Aden, 1er décembre 1854.
86 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, dimanche 22 octobre 1854 ; Aden, 6 novembre 1854 ; L.A.S. d’E.K. à son frère Eugène, Aden, 1er décembre 1854.
87 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, 6 novembre 1854.
88 L.A.S. d’E.K. à son frère Eugène, Aden, 1er décembre 1854.
89 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, dimanche 22 octobre 1854.
90 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, samedi 25 novembre 1854.
91 L.A.S. d’E.K. à son frère Eugène, Aden, s.d.
92 Ibid.
93 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, dimanche 22 octobre 1854.
94 L.A.S. d’E.K. à son frère Eugène, Aden, s.d.
95 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, dimanche 22 octobre 1854.
96 Ibid.
97 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, 6 novembre 1854.
98 L.A.S. d’E.K. à ses parents, Aden, samedi 25 novembre 1854.
99 L.A.S. d’E.K. au ministre des Affaires étrangères (copie autographe), Zanzibar, 8 février 1855. B.M.C. Ms 633.
100 Ibid.
101 Communication écrite de Mme Monique Constant, Conservateur en chef, Direction des Archives du ministère des Affaires étrangères.
102 Catalogue manuscrit de la "Collection ethnographique" d’Émile Kuhlmann, A.M.C., 2R1, boîte 24A.
103 Ibid.
104 Cf. Fawn BRODIE , op. cit., p. 252. L’on sait que le but de la célèbre expédition de Speke et Burton était de découvrir les sources du Nil.
105 Cf. lettre du comte de Lesseps à "M. le premier Président de la Cour Impériale de Poitiers, présentement à Colmar", Paris, 16 octobre 1856. B.M.C. Ms 633.
106 B.M.C., Ms 633.
107 Communication écrite de Mme Monique Constant, Conservateur en chef, Direction des Archives du ministère des Affaires étrangères.
108 Photographie conservée au musée Bartholdi, Colmar. À titre d’information je reproduis "l’état des services de Jean-Émile Kuhlmann extrait de son dossier personnel, 1ère série, c. 176", tel que me l’a fort obligeamment communiqué Madame Monique Constant :

"Kuhlmann Jean-Émile né le 22 avril 1845 à Colmar, licencié en droit,

• Chargé de la gestion de la chancellerie de Zanzibar par décision du [...] mars 1849, drogman-chancelier à Zanzibar, 3 mai 1854;

• Chancelier de la Légation de France à Stuttgart, le 23 novembre 1857;

• Chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur, le 28 octobre 1865;

• Appelé à la chancellerie de l’ambassade de France à Berne, par décret impérial du 28 mars 1868 où il reçoit le titre de consul honoraire par décret du 3 février 1869 et où il est nommé chancelier de 1ère classe par décret du 22 décembre 1869 ;

• Nommé consul de 2ème classe et chargé du consulat de France à Bahia par décret du 30 octobre 1877, ne rejoignit pas son poste, vu son âge proche de la limite d’âge et l’état sanitaire au Brésil (épidémie de fièvre jaune) ;

• Chargé du service intérimaire du consulat de France à Bâle par décision du 18 février 1878, remet le service du consulat le 18 juin suivant au titulaire de retour de congé ;

• Admis à faire valoir ses droits à la retraite à dater de ce jour, 18 juin 1878, par décision ministérielle du 29 juillet 1878.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Hueber, « Aden - Mascate - Zanzibar d'après la correspondance inédite d'Émile Kuhlmann, drogman-chancelier au consulat de France à Zanzibar (1849-1856) », Chroniques yéménites [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cy.revues.org/75 ; DOI : 10.4000/cy.75

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org