Navigation – Plan du site
Histoires

La marque de l’Inde à Zabîd

Paul Bonnenfant

Entrées d’index

Mots-clés :

architecture

Géographique :

YEM, IND
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les maisons-cours de Zabîd sont très différentes des maisons-tours de Sanaa. L’espace domestique de Zabîd a été présenté à grands traits dans des articles antérieurs1 : une cour est dominée par la pièce principale, la murabba‘, simple parallélépipède rectangle dont la simplicité de la forme contraste vivement avec la richessse de l’ornementation. Celle-ci se déploie aussi bien sur la façade (fig. 1) qu’à l’intérieur de la pièce (fig. 3-8). La décoration des maisons de Zabîd se révèle particulièrement riche et originale ; elle est représentative d’un style propre à la Tihâma et probablement unique dans le monde arabe2. Elle m’a naturellement amené à me demander quelles influences avaient pu s’exercer sur elle. Très vite, la forme des arcs et la profusion décorative de la sculpture m’ont suggéré la possibilité d’une influence indienne dans la maçonnerie et la menuiserie. Cette influence s’explique par l’histoire sociale de la ville où les habitants d’origine indienne occupent une place importante. Pour situer Zabîd dans son contexte historique, les notes rassemblées dans la ville seront confrontées à ce que l’histoire enseigne sur les relations de l’Inde avec la côte orientale de la mer Rouge durant les derniers siècles.

L’influence architecturale de l’Inde à Zabîd

La maçonnerie

2A Zabîd, de nombreux traits de l’architecture évoquent l’Inde.

Le tracé des arcs

3On trouve fréquemment à Zabîd les arcs dessinés sur la figure 2, que Michell considère comme « les arcs polylobés typiques de l’architecture moghole classique » (XVIe -XVIIe siècles). Ils présentent souvent un sommet en accolade, puis trois lobes réguliers plus ou moins aplatis ou creusés, suivis d’un lobe ayant un renflement dans sa partie inférieure. Ils sont inscrits soit dans un arc plein cintre (fig. 2, A), soit dans un arc plus ou moins segmentaire (fig. 2, B et C). Il existe aussi un arc moghol avec accolade en haut, seulement deux lobes réguliers, puis un lobe sans renflement, inscrit dans un arc segmentaire3. Des arcs polylobés à trois ou cinq lobes existent également dans l’architecture musulmane d’Espagne, à la grande mosquée de Cordoue par exemple, où ils sont très nombreux, ou à la Aljaferia de Saragosse4, mais ils sont inscrits dans un arc en ogive et ne possèdent pas le sommet en accolade du lobe central, comme à Zabîd.

Les niches de Zabîd : parentes et cousines

4A Zabîd, les nombreuses formes de niches et la richesse de leurs agencements (fig. 3-8) invitent à se demander comment elles se sont développées dans la ville.

5La première possibilité est celle d’un développement endogène. Le Yémen possède une tradition du bien bâtir assez forte pour avoir développé ce trait architectural par lui-même. Cela est d’autant plus vrai que les niches constituent l’ameublement du pauvre : quand on ne peut pas se payer des coffres ou des placards muraux fermés par des battants de bois, de simples niches aménagées dans les murs sont un moyen économique de mettre des objets à l’abri des enfants et de la poussière du sol. Les niches peuvent aussi donner des effets esthétiques majeurs avec une grande simplicité de matériaux et de techniques décoratives.

6Il serait cependant intéressant de se demander quelles influences ont pu s’exercer à Zabîd. Dans leur forme, les niches de Zabîd ont des ancêtres dès les premiers siècles de l’Islam, à l’époque  ‘abbâside : au palais de Balkuwârâ, à la grande mosquée de Sâmarrâ, ainsi qu’à Raqqa, des niches surmontées de cavités à lobes marqués rapellent bien celles de Zabîd5. Si l’architecture de Sâmarrâ a influencé celle du château de Husuni Kubwa, sur la côte de Tanzanie6, pourquoi n’aurait-elle pas pu marquer celle de Zabîd, centre d’une région fertile et renommée, plus proche de l’Irak et des lieux saints de l'Islam ? Je laisse l’étude de cette éventualité aux archéologues : l’époque ‘abbâside est lointaine, les maisons de Zabîd sont relativement récentes et il semble qu’il faille chercher des parentés dans des siècles beaucoup plus proches du nôtre.

Les niches à l'époque ottomane

7Une influence turque s’est peut-être exercée sur les niches de Zabîd, qui fut à plusieurs reprises soumise à la domination ottomane. En Turquie, les niches étaient un élément courant des salles de séjour. Dans la salle des Fruits d’Ahmad III par exemple, au sérail Topkapi d’Istanbul, le décorateur mêle vraies niches et niches en trompe-l’ىil, dans une exubérance de vases de fleurs et de coupes de fruits7. Des niches découpées dans le bois décorent des palais du Caire à l’époque ottomane, par exemple au manzil Harâwî, au manzil Suhaymî ou au palais de Musâfirkhânâ8. Sans parler de l’Iran séfévide, il existe dans les maisons syriennes des XVIIIe et XIX siècles des niches où l’on peut disposer des flacons9, par exemple au palais  ‘Azam de Hamâ, où des rangées de niches superposées occupent l’espace entre deux fenêtres10.

8Dans les murabba de Zabîd, les murs de petit pan contiennent des niches qui encadrent presque toujours un placard11 (fig. 6-7). Il en va de même dans de nombreuses maisons ottomanes, où des niches simples ou superposées encadrent un élément fonctionnel de la pièce : porte, fenêtre, placard, cheminée ou fontaine12. L’exemple vient de haut, de la chambre de Murâd III au sérail Topkapi par exemple13, mais nous trouvons aussi cet agencement dans de nombreuses demeures de moindre prestige14. Les riches habitants de Zabîd et des ports de la mer Rouge auraient-ils imité ce qu’ils ont vu dans les demeures d’Egypte ou de Turquie ? Les placards en bois et les niches creusées dans les murs de Zabîd pourraient être des reprises au petit pied, avec la brique et la chaux, matériaux plus pauvres dont on dispose en Tihâma, des grands placards de bois peint alternant avec des niches, que l’on trouve dans des demeures turques ou dans certaines maisons ottomanes du Caire.

L’influence de l’Inde musulmane

9Mais c’est en Inde, cependant, que nous trouvons le maximum de rapprochements avec les niches de Zabîd. Le goût des niches murales existait chez les Grands Moghols, qui ont d’ailleurs été influencés par les architectures de l’Iran séfévide et de la Turquie ottomane15. Les niches disposées en rangées superposées sont très courantes, par exemple au fort Rouge de Delhi où trois rangées décorent des fontaines ou des bassins16. Les parois du hall des Audiences privées, au fort d’Agrâ, sont ornées de multiples rangées de niches superposées, dessinées en trompe-l’oeil17. De la multitude des exemples, retenons quelques traits qui me paraissent indiquer une influence profonde de la décoration indienne sur celle de Zabîd18.

10A Zabîd, toutes les façades de la murabba, la pièce principale d’une unité d’habitation, possèdent une niche à droite et à gauche de la porte (fig. 1). Cela existe aussi dans le Gujarât, où le fait de brûler rituellement de l’huile dans ces niches protège les habitants de la maison19. De l’Inde, selon Lewcock, ce trait architectural s’est probablement répandu en Afrique orientale20.

11Un autre fait qui suggère une influence indienne à Zabîd est l’inscription de petites niches dans de plus grandes, comme on peut le voir par exemple à bayt al-Ahdal (fig. 6). Il existe en Inde d’innombrables exemples « d’arcs moghols» contenant de nombreux arcs plus petits et de diverses formes, par exemple au fort Rouge de Delhi21 ou au Moti Mahall de Jodhpur22. La khalwa23 de bayt al-Marzûqî présente un agencement particulier et unique à Zabîd, à ma connaissance actuelle, car tout le mur de long pan septentrional y est divisé en trois grandes niches sommées d’arcs «moghols» polylobés qui en enferment de plus petits (phot. 1 et fig. 10). Cette khalwa possède en outre de gros piliers qui sont indubitablement d’origine indienne : c’est en effet une caractéristique des piliers de l’Inde que d’être divisés en plusieurs parties n’ayant pas la même section celle-ci pouvanteut être carrée, cylindrique, octogonale, cannelée, etc24. Ces parties sont également décorées de manière différence. Ces traits, partout présents dans l’architecture de l’Inde avant l’Islam25, ont été repris dans l’architecture musulmane de ce pays26.

12Les niches étaient également employées dans les maisons anciennes des ports du café yéménite, Moka et al-Luhayya. Un agencement de niches existant sur plusieurs murs de deux maisons en ruine de Moka me paraît intéressant. Il s’agit de groupes de neuf niches aux arcs de diverses formes rangées trois par trois dans des défoncements carrés (fig. 9), disposition que l’on trouve également à al-Luhayya (phot. 2). Cet agencement est à rapprocher de ceux de nombreuses maisons bohras du Gujarât, où l’on trouve un espace carré de 1,2 m de côté, orné de neuf niches fabriquées en bois, mais insérées dans un défoncement du mur. Appelées naukhanah, elles sont regroupées en trois rangées de trois niches27. Je n’ai pas observé un tel agencement à Zabîd, mais son existence dans deux ports différents du Yémen dénote peut-être un usage originaire de l’Inde.

13Dans la maison hindoue du nord du Gujarât et les maisons du Saurashtra et du Kutch étudiées par Pramar (voir carte, fig. 12), les niches sont un trait dominant du décor intérieur28. Les pratiques constructives des hindous veulent que, dans une pièce, les niches et les baies (portes ou fenêtres) soient parfaitement équilibrées pour être propices et de bon augure : chaque baie ou chaque niche doit faire face et s’aligner avec une autre ; sinon, il arrrive du vedha, ce qui est de mauvais augure. Le vedha, ou manque d’équilibre, est un état instable et non-propice dont on croit qu’il peut rendre les habitants de la maison incapables d’équilibrer leurs comptes, de procréer au rythme qu’ils souhaitent ou d’être en harmonie avec leur famille étendue. On peut même en mourir»29. Comment ne pas rapprocher cette observation faite au Gujarât avec l’agencement des murs intérieurs des murabba de Zabîd, dont deux caractéristiques majeures sont la symétrie par rapport à un axe vertical passant par le centre du mur (fig. 3-8) et l’équilibre des défoncements d’un mur par rapport à ceux du mur situé en vis-à-vis ? Le mur de long pan faisant face à la porte d’entrée (fig. 3-4) compte autant de niches qu’il y a de baies dans le mur de l’entrée : si deux fenêtres encadrent la porte, soit trois baies, il y a trois niches dans le mur qui lui fait face , cas le plus courant (fig. 3). Si quatre fenêtres encadrent la porte, soit cinq baies, le mur de long pan situé en vis-à-vis est défoncé de cinq niches. Quant aux murs de petit pan qui se font face, ils ont presque toujours la même structure décorative (fig. 5-8). Les exceptions sont rares.

14Existerait-il aussi une parenté linguistique ? En Inde, le terme tâqcha signifie « groupe de petites niches murales ornementales30 ». N’y a-t-il pas une parenté avec le terme de tâqa qui désigne les niches de Zabîd ? Mais la prudence s'impose à ce sujet, tâqa ayant, dans les pays musulmans, de nombreux sens dans le vocabulaire de la maçonnerie.

Conclusion : une forte influence indienne sur les niches

15Sans exclure complètement un apport possible de l’Egypte et de la Turquie, tous ces indices nous permettent de conclure à une influence marquée de l’Inde sur Zabîd, dans le domaine des arcs et des niches.

16Zabîd n’est pas un cas isolé. Les niches jouent par exemple un grand rôle depuis longtemps dans les bâtiments swahilis de tous âges, notamment à Lamu, où elles défoncent de nombreux murs31. Rectangulaires ou sommées d’arcs en plein cintre ou polylobés, les niches sont de plus en plus nombreuses et raffinées au fur et à mesure qu’on avance dans l’intimité de la maison ; dans la chambre des parents, au fond de la maison, elles couvrent une grande partie du mur de long pan, en rangées de niches de plâtre superposées, appelées zidaka. Comme à Zabîd, les niches ne commencent qu’à environ un mètre du sol. Les niches du bas sont rectangulaires et plus profondes que celles des rangées supérieures. La répétition horizontale et verticale des niches, ainsi que la variété de leurs formes et dimensions, contribuent à briser la monotonie de la pièce sombre où les femmes passent plusieurs heures par jour32.

17Or, l’agencement des niches et panneaux dans une maison typique de Lamu, au XVIIIe siècle33, évoque celui de certains murs, au Muthammam Burj d’Agra, construit par Shâh Jahân (1628-1658) dans le fort d’Agra, pour l’impératrice Mumtâz Mahall34. Dans cet édifice prestigieux, l’un des plus renommés de l’Inde, les nombreuses niches, de formes et tailles variables, sont disposées en plusieurs rangées superposées35. La parenté est telle qu’on peut se demander si les niches d’Agra n’ont pas inspiré celles de Lamu. Cela serait possible car les relations commerciales de l’Est africain avec l’Inde étaient intenses aux XVII et XVIIIe siècles36. Pour Lewcock, les décors les plus tardifs de Lamu, en séries de niches et de panneaux rectangulaires se développant sur les murs, sont très proches des façades de maisons et mosquées du Gujarât méridional, à Cambay, Broach et Surat37. Pour Donley, les maisons de corail de la côte nord swahilie ont commencé à avoir des niches murales à partir du milieu du XIVe siècle, et le nombre de niches a augmenté avec le temps38. Shanga possède des maisons ayant des niches qui font face aux portes ; cela indiquerait la présence d’artisans hindou influençant activement la construction des maisons qui sont maintenant la fierté de la culture swahilie39.

18Si l’influence indienne a joué dans l’Est africain, elle a pu jouer aussi dans les ports de la mer Rouge qui entretenaient des relations étroites avec le Sind et le Gujarât, en particulier Moka. Cette possiblité est d’autant plus forte que les plus célèbres familles de maçons et de menuisiers de Zabîd sont précisément venues d’Inde « il y a huit générations », disent-ils.

Les qarânîs

19A propos des qarânîs, ou frises d’arcatures décorant le haut des murs, à l’intérieur des murabba et autres pièces de Zabîd (fig. 3-8), on peut faire la même observation qu’à propos des niches : nous trouvons cette décoration dans des maisons ottomanes, mais réalisée en bois40. Toutefois, en Inde, à la mosquée de Anhilawâda, dans le nord du Gujarat41, une frise d’arcatures évoque fortement les qarânis de Zabîd : une série d’arcs « persans » possède, à la base de chaque arc, un motif en pendentif comme c’est souvent le cas à Zabîd. A Fathpur Sikri, à la maison de Râjah Bîrbal, la structure de l’entablement évoque vraiment celle des qarânis à pendentifs de Zabîd42. Ce dernier exemple est d’autant plus intéressant qu’il existe à l’intérieur des niches un petit système de muqarnas, évoqués par le mot zabîdî de qarânîs.

La menuiserie

20La menuiserie offre également des témoignages importants d’une influence indienne. Je fis remarquer un jour à Ahmad Dâwud Mi‘marî, célèbre menuisier de Zabîd, que les motifs de sculpture sur bois étaient les mêmes à Zabîd, Bayt al-Faqîh, al-Hudayda et al-Luhayya. Il me répondit : « Oui en effet, parce que c’est le travail de menuisiers indiens. Les menuisiers d’al-Hudayda, d’al-Mansûrîya, de Bayt al-Faqîh, d’al-Husaynîya, de Zabîd, de Ta ‘izz et de Sanaa sont en majorité d’origine indienne ; ils sont Yéménites mais sont venus d’Inde il y a longtemps43. »

L’apport du vocabulaire

21Les menuisiers de Zabîd utilisent plusieurs mots qu’ils disent d’origine indienne, par exemple dûrasâr, pied avant d’une haute banquette, munbar, avec décoration en bois tourné. Le fiyâr désigne le cadre de bois scellé dans la maçonnerie, tandis que le timrî indique une traverse ou un montant de bois secondaire, dans une porte ou une banquette. Le tîzafingân désigne un motif de cercles sécants, et le hindirâb un loquet. Ce serait à vérifier.

22Par ailleurs, la comparaison des noms des types de sculpture sur bois à Sanaa, à Zabîd et en Inde est très instructive. A Zabîd comme à Sanaa, avec des noms peu différents, nous avons deux types de sculpture si nous considérons la coupe du motif44 (fig. 11) :

23- un motif est dit naqsh  ‘arbî, « taille arabe », si sa section est rectangulaire , si le motif lui-même apparaît plat, sânî, à sa surface. C’est le même terme qu’à Sanaa. (fig. 11 A) ;

24- un motif est dit qas ‘ shâmî quand il est mabrûm, si sa section est triangulaire, tout en étant fendue, mafqûq, refouillée, mahfûr, par le milieu. Les bords sont muqâsi ‘, ils sont maqsû ‘, même terme qu’à Sanaa, c’est-à-dire qu’ils sont obliques par rapport à la surface de la planche. (fig. 11 B).

25L’intérêt est qu’on dit qas ‘ shâmî à Zabîd et qas ‘ hindî à Sanaa. Un premier récit du menuisier précité a d’abord expliqué qu’on disait shâmî parce que ce type de sculpture venait du Nord, sans plus de précision. Il a précisé ultérieurement que Shâm désignait un groupe de menuisiers indiens qui habitaient à al-Mansûrîya, au nord de Bayt al-Faqîh, mais se déplaçaient là où il y avait du travail dans la Tihâma. Certains vinrent à Zabîd, par exemple pour fabriquer les menuiseries de la khalwa de bayt Rab ‘î. Qu’il soit indien ou «du Nord», le qas ‘ désigne donc au Yémen un type de sculpture «venu d’ailleurs». En outre, il est remarquable que, dans la sculpture sur bois indienne, les entrelacs géométriques avec la même section rectangulaire que la « taille arabe » de Sanaa et de Zabîd sont dits muslim patterns ; la flore exubérante et prolifique, à section triangulaire, est dite hindu devices45. On trouve donc la même distinction que chez les menuisiers de Sanaa, sauf que « taille arabe » de Sanaa est remplacé par muslim patterns. Un glissement sémantique intéressant s’est opéré : arabe est associé à musulman, indien est associé à hindou. Nous avons là, dans les termes, un bon indice de l’importance des menuisiers indiens au Yémen.

Parenté de certains décors de menuiserie

26La sculpture sur bois de Zabîd offre également des témoignages importants d’une influence indienne.

27Le double linteau d’une porte de Baroda ressemble fortement au dessus des portes d’al-Hudayda et de Zabîd : mêmes doubles linteaux superposés, mêmes décors de rinceaux formant des cercles presque parfaits. Mais à Baroda, les rinceaux sont entrecoupés de figures figures, supprimées au Yémen46. Il est aussi possible de comparer les portes du Hadramawt et de Zabîd avec une porte de Lahore, notamment dans l’empilement des linteaux47. Deux linteaux superposés et richement sculptés sur une maison du Saurashtra évoquent bien ceux de Zabîd et d’al-Hudayda, de même que ceux d’une maison d’Umreth48. Dans ce dernier exemple, le riche rinceau du linteau inférieur s’interrompt au centre par une petite plage rectangulaire sculptée d’autres motifs, comme cela existe sur certains linteaux d’al-Hudayda.

28A Zabîd, les sortes de « corbeaux », kabsh (littéralement « bélier »), saillant de part et d’autre de la porte, comme ceux que l'on peut voir sous les consoles du moucharabieh (phot. n؛ 3 prise à Moka), évoquent les tolla qui, dans les portes du Gujarât, saillent de part et d’autre des linteaux49. En Inde, les tolla sont décorés d’éléphants et d’oiseaux, animaux de bon augure ; entaillées, ces pièces de bois traversent tout le mur, permettent d’assujettir d’autres pièces du cadre de la porte et contribuent ainsi à la solidité du mur fragilisé par la baie. Ce type de montage n’existe en Inde que dans le Gujarât, mais on le trouve aussi dans l’architecture du XIe siècle en Abyssinie50.

Le contexte régional

29Bien entendu, d’autres régions de la péninsule Arabique ont subi au cours des derniers siècles une influence venue des rives de l’océan Indien. Le lotus coiffant certaines coupoles de mosquées à Djedda, en Arabie saoudite, se retrouve sur la plupart des coupoles des sites majeurs des Grands Moghols, à Delhî, Agra ou Fathpur Sikri et, à partir de ces modèles, dans bien d’autres villes de l’Inde51.

30Sanaa, plus isolée dans les Hautes terres du Yémen, a également reçu une influence indienne. L’art du bois à Sanaa montre comment les portes de dâr al-Tawâshî, fameux palais bâti par l’imâm al-Mansûr ‘Alî entre 1781 et 1786, furent sculptées par des artisans indiens spécialement appelés par l’Imâm52. Jusque dans les années 1980, les menuisiers de la capitale se disaient d’origine indienne53. Manzoni, en 1880, précise, à propos d’une demeure qu’il décrit, « Dâr Sabro », construite à la fin de la première occupation turque (début du XVIIe siècle), que l’ornementation de l’unique pièce du dernier et neuvième étage, consiste en vases de fleurs peints dans un « style pompéien » : c’est l’œىuvre, lui dit-on, de bâniyâns (donc desIndiens) et de Fârsis (Persans) qui habitaient Sanaa et qui avaient été appelés par le gouverneur turc de l’époque54.

31Les ouvrages de menuiserie étaient donc pour la plupart issus d’une production locale. Selon Prisse d’Avennes, les bourgades des environs de Moka s’étaient spécialisées au XIXe siècle dans la fabrication de pièces de menuiseries dites « kourcy el-emmey et fauteuils indiens », ornés de motifs floraux exécutés dans une marqueterie d’ivoire et de nacre qui rappelle le travail du Gujarât. Ces ouvrages étaient expédiés en Egypte où le goût des mobiliers incrustés s’était développé à l’époque mamelouke55.

32Il existe une preuve irréfutable de l’influence de la sculpture indienne dans l’art du bois en Tihâma. Les consoles soutenant le moucharabieh photographié en 1856 par Bartholdi à Moka possèdent la forme d’un paon (phot. 3). On retrouve en Inde le même jabot gonflé en avant, le même point de départ des ailes, le même cabochon en rosace entre le cou et la tête qui retombe, la même coiffure de la tête, d’abord avec un motif en écailles, puis avec une sorte de couronnement renforçant la solive saillant du mur sous le moucharabieh56. Plus haut, le balcon possède des « arcs moghols » typiques finement sculptés dans le boisNous ne savons pas si ce moucharabieh de Moka a été décoré sur place par des artisans venus d’Inde, ou s’il a été apporté d’Inde déjà sculpté. Mais nous possédons des témoignages de l’importation en Arabie d’œuvres destinées aux constructions. Au début du XXe siècle, certaines menuiseries de Djedda, dans le Hedjaz, étaient importées de Java déjà ouvragées57. Il en était de même à Tarîm, dans le Hadramawt, où le bois est rare58. A Mudayrib, village d’une région intérieure du sultanat d’Oman, de nombreuses portes ont été apportées toutes sculptées de Zanzibâr ou de la côte orientale d’Afrique59.

33Il est donc clair qu’une influence architecturale de l’Inde est attestée à Zabîd et dans d’autres villes et ports de la côte orientale de la mer Rouge. Je voudrais maintenant tenter d’expliquer par quels canaux elle a pu se manifester à Zabîd. En d’autres termes, je souhaiterais ici confronter les renseignements recueillis à Zabîd avec l’histoire, comparer ce que disent certains habitants de Zabîd de leurs origines avec des documents issus de diverses sources en langues européennes60.

A Zabîd, une importante communauté d’origine indienne

La toponymie

34La toponymie de Zabîd offre des indices d’une présence indienne. « De nombreuses familles de la ville sont originaires de l’Inde, affirme un lettré. On a même parfois appelé Zabîd "la petite Inde", tellement les Indiens y étaient nombreux. » Beaucoup se sont installés depuis sept ou huit générations dans le quartier rub‘ al-Jiz’, dont un autre nom, jusqu’à aujourd’hui, est « quartier des Indiens », hârat al-Hunûd. Dans l’esprit des Zabîdis, il est clair que le terme « Inde » désigne ce pays avant la partition de 1947 et qu’il englobe donc l’actuel Pakistan, avec sa province du Sind. Pour simplifier, c’est dans ce sens que j’utiliserai le terme « Inde » dans cet article et, pour abréger, j’appellerai les gens de Zabîd originaires de l’Inde par les termes qu’ils utilisent souvent eux-mêmes pour se nommer, Hindî, pluriel Hunûd61.

35Dans le quartier al-‘Iliy, une mosquée s’appelle mosquée « des Indiens »62. Dans le même quartier, le ribât situé près de bayt al-Sâlimî porte le nom de ‘Alî Yûsuf Bahâya al-Hindî63. D’autres mosquées portent le nom de leur fondateur indien : mosquée Ahmad Lutf (Ibrâhîm ‘Abd al-Rahîm Sabûr al-Sindî), mosquée Muhammad Husayn Ibrâhîm, mosquée Sâlim Yûsuf ‘Abd al-Rahîm Sabûr al-Sindî, mosquée ‘Abd al-Rashîd ‘Uthmân.

36Zabîd possédait aussi un « souk des Indiens », sûq al-Hunûd, comme d’autres lieux de la Tihâma, par exemple al-Hudayda et Bayt al-Faqîh. Cette dernière agglomération se composait de cinq villages, dont l’un était celui « des Indiens », qaryat al-Hunûd64. A ‘Abs, dans le nord de la Tihâma, il existait aussi un « quartier des Indiens », hârat al-Hunûd 65.

Les familles indiennes de Zabîd et leur hiérarchie

37L’étude des origines de la population confirme les indices fournis par la toponymie. Un fait sociologique majeur de Zabîd est l’existence d’une importante communauté d’origine indienne. Il n’existe pas de statistiques à ce sujet, les recensements ne précisant pas, bien sûr, l’origine à long terme de la population.  Par estimation personnelle et forcément arbitraire, il me semble que la communauté d’origine indienne représente au moins le tiers de la population totale de la ville, soit 7 000 habitants environ sur 21 000. Le cheikh  ‘Abduh Ahmad al-Hindî, personnalité estimée et écoutée, se souvient que le cheikh  ‘Abd al-Rahmân ibn  ‘Abd Allâh al-Hadramî, savant de Zabîd, lui rendait souvent visite dans son mabraz, avant sa mort. Ensemble ils ont compté 290 familles d’origine indienne. Celles qui portent dans leur nisba al-Hindî (originaire de l’Inde) ou al-Sindî (originaire du Sind, province du Pakistan adjacente à l’Inde actuelle), sont les plus faciles à identifier et sont encore nombreuses66 : les Banî Ahmad Lutf al-Sindî ; bayt Billû al-Hindî, famille pauvre aujourd’hui, mais qui fut riche autrefois ; bayt Bîrû al-Hindî ; bayt Barsha al-Hindî ; Bayt Hasan  ‘Umar al-Hindî ; Bayt  ‘Abduh Ahmad al-Hindî ; Bayt Thâbit Ahmad al-Hindî ; Bayt Husayn Ibrâhîm Sâbûr al-Hindî ; bayt Rahmat al-Hindî, bayt Ahmad Yûsuf al-Hindî ; bayt  ‘Abdallâh Ibrâhim al-Hindî ; bayt  ‘Abd al-Rashîd Qâmtûh al-Hindî ; Banû Ismâ‘îl  ‘Uthmân Qâmtûh al-Hindî ; bayt  ‘Abd al-Hamîd  ‘Abd al-Sattâr al-Hindî. Sans porter «al-Hindî» ou «al-Sindî» dans leur dénomination habituelle, de nombreuses autres familles de Zabîd sont connues pour être d’origine indienne67. Beaucoup de familles indiennes se sont également installées dans le wâdî Zabîd, notamment à al-Turayba (bayt Qaman, bayt al-Hindî) et à Tuhaytâ’ (bayt Ya ‘qûb).

38Parmi les Hunûd de Zabîd, le cheikh  ‘Abduh Ahmad al-Hindî distingue « ceux qui sont venus avant et ceux qui sont venus après l’an 1000 H/[1591-92] ». Les premiers, les Mayman et les Sunûd, étaient fortunés et venaient pratiquer le commerce à grande échelle. « Il y a 400 ans et plus, m’explique-t-il, les relations entre l’Inde et bâb al-Mandab [le sud de la mer Rouge] étaient intenses. Les épices et les divers encens, bukhûr, faisaient l’objet d’un grand commerce. Le Yémen les importait pour les réexporter vers le port d’Alexandrie et vers la Syrie. Puis est venu le commerce du café. » Les Mayman et les Sunûd arrivaient avec des biens à investir, « au point, dit-on, qu’ils ont pu acheter le wâdî Zabîd dans sa totalité ». En revanche, les Hunûd installés « après l’an 1000 » sont arrivés beaucoup plus pauvres et poussés par les circonstances : ils se sont installés au Yémen dans des conditions matérielles plus difficiles et forment souvent des groupes au statut méprisé.

39Les Hunûd de Zabîd distinguent en effet cinq groupes en leur sein :

40Les Mayman, qu’on appelle aussi Maymûn ou Mellû, sont majoritaires à Zabîd et sont les plus anciens à s'être installés. La plupart des riches familles sont issues de ce groupe. Bayt Ishâq et bayt Khâqû sont citées commes les plus anciennes familles originaires de l’Inde. Parmi les Mayman, citons aussi bayt Bîrû, bayt Abû l-Khayr, bayt ‘Abd al-Hamîd, bayt ‘Abd al-Wâhid, bayt Bûta, bayt ‘Abd al-Khâliq Qabûla.

41Les Sunûd, appelés parfois Hindûs, sont venus du Sind, mais sont peu nombreux à Zabîd.

42Les Qûta‘î, dit-on, « aiment amasser de l’argent sans le dépenser ». Un autre ajoute : « Cette réputation d’avares les fait traiter de juifs, à titre de plaisanterie. » Pour se moquer de quelqu’un qui ne sort son argent que difficilement, on lui dit : « Tu es un Indien qûta‘î », anta hindî qûta‘î . Les Qûta‘î sont parfois confondus avec les Abû Nuqta, « ceux qui ont un point sur le front ».

43Les Abû Nuqta constituent une catégorie méprisée. Un informateur déclare que « les Hunûd Abû Nuqta sont des bohras », parmi lesquels certains sont musulmans, d’autres sont hindouistes. Ce sont les derniers à être venus d’Inde, après les années 1000/1591-1592. Un informateur refuse de donner leurs noms pour ne pas les déconsidérer.

44Les Banî Shkarbûrî forment le cinquième groupe d’origine indienne, « venu aussi après l’an 1000 ». Habitant à Zabîd et ailleurs dans le wâdî, à Hâmid Asfal, à Ra’s al-Wâdî, à al-Jarrâhî (bayt Nâsir ‘Abduh Muhammad al-Hindî), à al-Turayba (bayt Qaman), ils ne sont pas propriétaires terriens, ils n’ont pas d’argent et sont très pauvres. Groupe méprisé, les Banî Shkarbûrî sont considérés comme « les plus faibles parmi les faibles », ad‘af wa ad‘af, et possèdent le statut le plus bas parmi les Hunûd. Leur réputation, mîza, n’est pas bonne et traiter quelqu’un de « Shkarbûrî » équivaut à une insulte.

Les métiers exercés par les Hunûd

45La présence indienne se retrouve dans toutes les catégories socio-professionnelles, « des plus riches au barbier », me dit-on, le barbier représentant un statut méprisé.

46Le commerce est sans aucun doute la cause de la présence à Zabîd de nombreux Hunûd, ce que le contexte historique régional confirme, nous le verrons plus loin. La plupart des Hunûd étaient et demeurent dans le commerce des tissus, mibzâz. Les riches commerçants de bayt Warrû par exemple, appelée aussi bayt al-Hujayna, ont édifié une belle maison qui a été étudiée et relevée par un architecte, Gérard Robine. La vente de parfums et de résines odoriférantes était également une source de revenus importants. « Cheikh ‘Abd al-Rashîd ‘Uthmân Qâmût al-Hindî, dont une mosquée porte le nom, est venu d’Inde il y a deux ou trois siècles. Grand commerçant du groupe des Mayman, possédant une forte volonté, il entretenait de bonnes relations avec les chrétiens et les juifs avec qui il tenait des comptes scrupuleux, les payant tous avec précision. » Les Banî Abû l-Khayr, eux aussi du groupe des Mayman, seraient originaire de Lahore ; cette riche famille compte de nombreuses ramifications68.

47On peut penser que, durant les siècles passés, les Hunûd et les Sunûd de Zabîd ont progressivement investi les revenus de leur commerce dans l’achat des riches terres agricoles de la vallée. Le cheikh ‘Abduh Ahmad al-Hindî a fait des comptes et a constaté que la majorité des terres du wâdî Zabîd sont aux mains des Hunûd. « Les familles indiennes sont majoritaires dans la vallée, confirment de nombreux témoignages, ce sont eux les maîtres du wâdî Zabîd. » Le reste appartient à des sâda, c’est-à-dire à des familles arabes du même lignage que le prophète Mahomet, et à des Arabes. Les Hunûd possèdent également des biens fonciers, comme des maisons. Parmi ces grands propriétaires, « la très riche famille Hârûn est originaire de l’Inde, certains disent du Cachemire : leurs nombreuses familles se rassemblent en deux lignées, bayt Murs et bayt ‘Urs, du nom de deux frères. » Citons encore bayt ‘Abbâs Faydal, bayt Khâqû, bayt Matta, les Banûtî voisins des Mahâdila, les fils de Hamad ‘Umar al-Hindî et de Hasan ‘Umar al-Hindî.Les riches commerçants et grands propriétaires terriens de Zabîd, qu’ils soient d’origine indienne ou arabe, ont presque tous installé des teintureries à l’indigo, au moins à partir du XIXe siècle. Ils en ont tiré de grands profits jusqu’en 1950 environ, début du déclin de cette activité69.

48De nombreux artisans étaient également d’origine indienne, surtout parmi les Hunûd réputés plus pauvres « venus après l’an 1000 de l’hégire ». Les Banî Mânû fabriquaient des selles, des harnachements et des sandales de cuir. Les maîtres-artisans renommés construisant dans le style propre à Zabîd sont d’origine indienne. Le maçon Muhammad Husayn al- ‘Ammâr al-Hindî habite au nord de la grande mosquée. Deux frères âgés habitant juste au nord du vieux souk, les ustâ ‘Abduh ‘Umar et ‘Abd Allâh ‘Umar al-Marzûqî, sont des artisans réputés, comme l’ustâ al-Shâmî. Il en est de même des menuisiers Amîn Bakrîn et Ahmad Dâwûd al-Mi‘marî. Tous vivaient encore dans les années 1990. Des barbiers étaient également d’origine indienne. On cite bayt al-Shûh et, dans les premiers jours de l’imam Ahmad, un certain Batt Shikh (?) al-Hindî, homme remarquable car il était à la fois barbier (statut méprisé) et savant : il enseignait à la mosquée des Ashâ‘ir, haut-lieu d’enseignement à Zabîd. Un autre savant fut Muhammad Muhammad al-Mahalawî al-Hindî, qui enseigna vers 1900.

49La communauté d’origine indienne de Zabîd apparaît donc fortement stratifiée de façon interne à l’intérieur d’elle-même. Il en va de même par rapport aux autres groupes de la ville. Même fortunés, les Hunûd de Zabîd ne jouissent pas d’un prestige comparable à celui des quatorze familles arabes « enracinées et authentiques » de Zabîd. Déjà, dans la première moitié du XVIIIe siècle, les bâniyâns de Moka étaient parmi les plus riches habitants de la ville, mais regardés comme citoyens de seconde zone70. Avant le passage de Niebuhr, les bâniyâns s’habillaient de blanc, mais ils furent contraints par l’imam à porter un turban rouge, couleur discriminatoire71. Ecoutons le témoignage d’un habitant de Zabîd : « Les Indiens étaient musulmans. On ne leur demandait rien pour s’installer. Mais les Arabes d’origine jouissaient de davantage de considération, mîza. Les gens originaires de l’Inde se sont souvent caractérisés par une fortune plus grande que celle des Arabes eux-mêmes. Autrefois, du temps des imams, les Hunûd ne voulaient pas épouser d’Arabes, déclarant que la fortune de ceux-ci n’atteignait pas la leur. » Aujourd’hui, de nombreux individus d’origine indienne se sont mariés avec des gens issus de familles arabes. Les uns et les autres y trouvent intérêt : les Hunûd gagnent l’avantage d’alliances avec des familles honorées et connues, ce qui les enracine dans le pays et augmente leur prestige. A l’inverse, des familles de bon sang arabe, bien qu’elles y répugnent, ont un intérêt matériel à conclure des alliances avec des familles d’origine indienne, souvent plus fortunées qu’elles72.

Les raisons de l’implantation indienne à Zabîd

50Dans les années 1990, comment les Hunûd de Zabîd expliquent-ils eux-mêmes l’existence de leur importante communauté ?

51Disons en préambule que les habitants d’origine indienne se reconnaissent comme tels sans difficulté. Comme je parle dans la rue avec un Hindî de ces questions, il attrape un enfant qui passe et me le montre en disant : « Regarde celui-ci, regarde son aspect, est-il Indien ou non Indien ? C’est évident qu’il est Indien. » Les Hunûd de Zabîd ne ressentent pas de honte vis-à-vis leurs origines et ne tentent pas de les occulter. Mais les renseignements oraux qu’ils fournissent sur leur histoire sont à traiter avec précaution : l’ancienneté de l’immigration est souvent grossie, parfois multipliée par deux ou trois, peut-être pour légitimer leur revendication actuelle d’être traités comme des Yéménites à part entière et pour rejeter loin dans le temps des origines non-arabes, donc peu prestigieuses au regard des critères de la société dominante.

52Quoi qu’il en soit, une première raison que citent les Hunûd pour expliquer leur installation à Zabîd est l’attrait de la ville comme centre d’études islamiques. « Certains sont venus d’Inde pour étudier les sciences de la religion. » « Les Banû Sindî, par exemple, originaires du Sind, fournirent de grands savants. Bien d’autres familles sont venues dans ce but, mais se sont éteintes. »La ville ajoutait au prestige de l’enseignement islamique l’avantage d’être située sur la route terrestre du pèlerinage : débarqués à Aden ou à Moka, « les pèlerins originaires de l’Inde ou du sud-est asiatique se rendaient aux Lieux Saints par voie de terre. Certains se plaisaient à Zabîd, s’installaient et fondaient un foyer. »

53D’autres familles racontent qu’elles ont émigré à la suite de guerres dans leur pays d’origine. Ce serait le cas de la famille Abû al-Khayr, venue « il y a deux cents ans, quand les musulmans se sont disputés avec les hindous, au Pakistan, avant la première guerre mondiale [sic] ». « Beaucoup de familles indiennes se sont installées à al-Turayba et Zabîd, quand l’impiété de non-musulmans chassa les croyants d’Inde. » Les souvenirs sont trop vagues : il est impossible de savoir de quels impies, kuffâr, il s’agissait : hindous, Britanniques ? A propos de ces derniers, rappelons qu’ils s’emparent de Delhi en 180373, qu’ils contrôlent le Gujarât en 181774 et le Sind en 1842, ce qui dans tous les cas peut correspondre aux « huit générations » citées plus haut. Une autre raison invoquée pour l’émigration est une catastrophe naturelle dans le pays d’origine.Ahmad Dâwûd Mi‘marî, menuisier réputé, déclare que ses ancêtres sont venus «il y a huit générations» à la suite d’inondations en Inde : « Tout notre village fut emporté par les eaux et nous dûmes partir en exil » On imagine ce qui a pu se passer, et qui se passe encore au Bangla Desh : une crue du fleuve, une forte marée, des vents violents qui refoulent l’eau de mer, et les frêles îles de limon au ras de l’eau sont balayées par la tempête. Mais la cause du désastre fut peut-être la crue d’un fleuve. Mais la cause du désastre fut peut-être la crue d'un fleuve à l'intérieur des terres75.

54Une dernière raison invoquée pour l’installation au Yémen, et non la moindre, est la pratique du négoce : « Zabîd était une place commerciale importante, notamment pour des marchandises originaires de l’Inde, comme les tissus ou les parfums » On trouve effectivement dans ce domaine les preuves d’un lien étroit entre le nord-ouest de l’Inde et la plaine côtière de la mer Rouge.

La communauté indienne de Zabîd dans son contexte régional

55L’importante présence indienne à Zabîd n’est pas un phénomène isolé ; elle s’inscrit dans un contexte historique et géographique beaucoup plus large. En effet, les relations commerciales privilégiées entre l’Inde et le Yémen, qui durèrent jusqu’au début du XXe, entraînèrent l’installation en Arabie de nombreux Indiens.

L’importance des relations entre l’Inde et la mer Rouge

56Les relations entre la mer Rouge et certaines régions de l’Inde et du Pakistan, notamment le Gujarât et le Sind, sont anciennes et furent particulièrement fortes entre le XVIe siècle et la fin du XVIIIe (voir la carte sur la figure 12).

La prospérité du Gujarât

57Le Gujarât connut une période prospère sous les Moghols, qui soumirent le pays en 981/1573. Les activités florissantes de cette province, notamment dans les textiles, lui conféraient une grande importance commerciale76. La conquête de cette région donna à l’empire moghol des débouchés sur la mer, bien reliés aux plaines intérieures de l’Inde du nord-ouesto77 le port de Surat Il attira rapidement les Européens et évinça progressivement celui de Cambay78. Surat était aussi une ville de contact et de transbordement des marchandises entre les deux parties, orientale et occidentale, de l’océan Indien. Sous le règne des grands empereurs moghols, Surat connut la paix, devint l’une des premières villes de l’Inde et le principal port de l’empire moghol.« Bientôt ses négociants étaient à la tête d’un immense réseau s’étendant depuis la Chine méridionale et Malacca jusqu’à la côte orientale de l’Afrique, en passant par le golfe Persique et l’Arabie. »

58Cependant, « l’installation des Hollandais dans l’archipel indonésien durant les dernières années du XVIe siècle contraignit les Gujarâtis, et les marchands de Surat en particulier, à concentrer l’essentiel de leurs activités sur le bassin occidental de l’océan Indien. La mer Rouge et le golfe Persique devinrent leurs principaux débouchés79. » Au XVIIe siècle, les furenten effet relations de Surat les plus importantes étaient avec les ports de la mer Rouge, de l’Arabie du Sud et du Golfe80 , à tel point que les Moghols considéraient la ville comme leur coffre au trésor81, insuffisamment protégée des Portugais, déclinait au profit de Moka qui Djedda82 Les villes du Caire et de Surat dominaient chacune une zone de la mer Rouge (dont Djedda et les environs immédiats au sud constituaient le secteur de contact) ... le Caire était à la tête des échanges entre l’ensemble méditerranéen et les pays riverains de la mer Rouge. Surat avait la maîtrise des flux entre les rives de la mer Rouge et l’Inde83. plusieurs observateurs européens furent impressionnés et découragés par la croissance du commerce indien avec le Yémen. « Le commerce en mer Rouge a probablement atteint son apogée durant la dernière décennie du XVIIe siècle. Les négociants gujarâtis n’avaient jamais envoyé autant de navires vers les ports de cette zone84. » En 1698, les « cruisers » hollandais quittèrent Moka, gardant une flotte de 27 vaisseaux, la plupart étant indubitablement du Gujarât. En 1699, il y avait 18 vaisseaux en tout, desquels 15 étaient régulièrement envoyés en mer Rouge à partir de Surat ; la même année, un observateur hollandais parle avec envie de la « magnifique flotte du Gujarât85 ».

Quelle était la nature de ce trafic maritime ?

59Le commerce avait une importance déterminante, mais devait se plier aux vents. Il était bien organisé, comme en témoignent des almanachs donnant selon l’année solaire l’arrivée des flottes en provenance d’Afrique, d’Inde, de la mer Rouge ou du Golfe86. Les navires de l’Inde faisaient voile vers Moka en mars, avril et mai. Ils revenaient vers septembre ou octobre, car la violence des vents en juin et juillet les contraignait à passer six mois dans un voyage qui ne comptait que deux mois de trajet effectif87. Les vaisseaux emportaient du Gujarât un large éventail de marchandises : sucre, riz et blé, céramiques de Chine, une grande variété de produits artisanaux, mais surtout des épices venues de l’est de l’océan Indien88, deconvoy l’indigo et des tissus de soie et de coton qui donnèrent jusqu’au début du XVIIIe siècle à Moka un important revenu89. En cargaison de retour, ils rapportaient de l’or et des marchandises arabes et persanes, en particulier du corail provenant de la Méditerranée et de la mer Rouge90. Quelques-uns des navires parcourant cette route était fabuleusement riches. Un des vaisseaux d’Akbar, le célèbre sultan moghol, revint en 1582 de la mer Rouge avec 4 788 000 livres d’or et d’argent, parmi d’autres marchandises. En 1622, un navire de Jahangir, un autre sultan, revint de Moka à Surat avec plus de 250 000 roupies en monnaie, la plupart appartenant à des marchands de Ahmadabad, Cambay et Surat91.

60Une autre grande partie de l’activité économique du Gujarât était déterminée par le pèlerinage, car, au négoce proprement dit, s’ajoutait le désir des musulmans indiens d’accomplir ce devoir, la religion confortant le commerce et réciproquement. Cette activité incita les armateurs à construire de grands navires, capables de transporter de nombreux passagers-pèlerins et les marchandises dont ils faisaient commerce92. Quelques témoignages donnent une idée de ces voyages. En 1613, les Portugais s’emparèrent d’un grand vaisseau du Gujarât, revenant de la mer Rouge ; il avait à bord de 500 à 700 personnes et une cargaison évaluée à 100 000 livres sterling. Un an plus tard, ils incendièrent un grand navire de Surat, propriété de la mère du sultan Jehangir, capable de transporter 1500 pèlerins93. Terry nota la présence de 1700 passagers sur un navire allant de Surat à Moka, la plupart se rendant à la Mecque94. En attendant les vents favorables pour le retour, certains pèlerins indiens en profitaient pour faire du commerce, d’autres pour visiter des villes saintes d’Arabie, notament Médine et Zabîd.L’importance de Moka du XVIIe au XIXe siècle

Les bâniyâns en Arabie du Sud

61Ces relations commerciales privilégiées entre l’Inde et la mer Rouge, qui durèrent jusqu’au début du XXe, entraînèrent l’installation en Arabie de nombreux Indiens95. Deux groupes eurent par le passé des liens étroits avec la mer Rouge : les bâniyâns et les bohras 96

62Les bâniyâns sont un groupe d’origine indienne qui a joué un rôle très important dans le commerce en l’Inde et, notamment,dans le golfe Arabo-Persique,  le golfe Arabo-Persique, l’Afrique de l’Est et l’Arabie méridionale. « Bâniyân » est un terme qui signifie « commerçant », « boutiquier »97 ; le terme semble avoir progressivement désigné tous les commerçants, courtiers et intermédiaires originaires de l’Inde, quelque soit leur origine religieuse ou sociale98.

63Dans le sud-ouest de l’Arabie, le terme désigne des commerçants hindous, originaires en particulier du Gujarât, qui se sont depuis des siècles établis en grand nombre dans les ports et les villes du Yémen, où ils avaient une influence déterminante sur le commerce. Leur présence en Arabie du Sud est attestée depuis le XIVe siècle au moins. En 786/1384, un quartier des bâniyâns existait à Aden. En 934/1527-1528, le gouverneur d’Aden offrit au sultan ottoman un traité de paix dans lequel il proposait, notamment, de lui donner la moitié de la dîme perçue sur [la flotte des] Indiens. On connaît les taxes perçues sur celle-ci dans le port d’al-Shihr qui comptait environ 300 bâniyâns au XI/XVIIe siècle99.

Le développement du réseau des bâniyâns aux XVIIe et XVIIIe siècles

64Au XVIIe siècle, les bâniyâns jouaient un rôle important dans le commerce du textile au Gujarât100. Ils possèdaient des boutiques, surtout des épiceries, dans les moindres villages de l’Inde, jusqu’en Afghanistan101. Ils établirent progressivement un réseau d’agents dans de nombreux ports de la moitié occidentale de l’océan Indien. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, des bâniyâns prirent le contrôle du commerce au Mozambique, et plus au nord, sur la côte de l’actuel Kenya102. Il en était de même sur la côte yéménite :

65- Au début du XVIIe siècle, la population permanente de Moka était composée d’Arabes, de juifs, de bâniyâns et d’esclaves, à qui s’ajoutait le flot des commerçants débarquant des navires venant d’Inde et d’Egypte103. En 1616, l’agent hollandais van den Broeke y trouva 3 000 bâniyâns qui étaient commerçants, orfèvres, banquiers et artisans104. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les bâniyâns de Moka étaient évalués à 700, dont bon nombre d’importants négociants, réputés pour leur honnêteté105.

66- Durant une recherche effectuée en 1990 à al-Luhayya, j’ai constaté qu’il existait encore plusieurs belles maisons appartenant à des gens dont le nom s’achevait par al-Sindî106. Interrogé à ce sujet, un vieillard de la ville mentionna qu’ils étaient « originaires du Sind, en Inde », et ajouta « qu’il y avait autrefois à al-Luhayya beaucoup de bâniyâns et d’Indiens », ce que confirme le témoignage de Niebuhr, qui signale en 1763 une quarantaine de bâniyâns pauvres, employés à divers commerces107.

67- Zabîd n’est pas cité dans ces sources, mais l’importance actuelle de la communauté indienne de Zabîd et le passé commercial célèbre  de la ville permettent de penser qu’il y vivait de nombreux bâniyâns. Keswani précise que, dans l'océan Indien, le terme générique de bâniyân regroupe les bhattias, les lohanas, les vanias, les khojas, les momens et les bohras108 : nous pouvons nous demander si les Mayman de Zabîd ne désignent pas ces « momens », avec une légère déformation du terme., à une déformation de leur nom.

68âVisitant Sanaa en 1018/1609, Jourdain estime que la plus grande partie du commerce est aux mains des bâniyâns du Gujarât ; ils importent des textiles et des métaux, et exportent de la garance, dont ils tiraient grand profit. Les bâniyâns de Sanaa agissent comme agents commerciaux des bâniyâns d’Aden, de Moka et de Zida (Zabîd ?)109 : dans le Qânûn San‘â’, ils font l’objet d’un petit développement110. Comme les juifs, ils n’ont pas de garde à assurer, mais doivent payer une taxe beaucoup plus importante que les Arabes111. En 1177/1763, Niebuhr, qui dénombre 125 bâniyâns à Sanaa  300 couronnes par mois pour avoir l’autorisation de résider dans la cité112. Au début du XVIIIe siècle, il existait un caravansérail des bâniyâns à Bi’r al- ‘Azab, quartier bien connu de Sanaa113. Il en existait un aussi à Ibb, qui fut pillé par les Yâfi ‘ en 1120/1708114.

69étaient particulièrement nombreux dans ce pôle majeur d’activités que constituaient la Mecque, la ville du Pèlerinage, et Djedda, le port qui la desservait et qui était aussi un lieu de transbordement des marchandises. En 1781, Rooke remarqua un grand nombre de vaisseaux arabes passant journellement, pleins de pèlerins allant à la Mecque et de marchandises à destination de Moka et  J. L. Burckhardt note en 1814 que la communauté indienne est la plus fortunée de la Mecque. Ce sont des négociants avisés, en relation directe avec les ports de « l’Hindostan » ; la plupart ont des partenaires en Inde. Certains Indiens résident à la Mecque, tandis que d’autres font constamment des voyages entre l’Inde et le Hedjaz115. A Djedda, vivent une centaine de familles indiennes, originaires principalement de Surat, quelques-unes de Bombay. La flotte indienne continue à venir durant la mousson. Début mai, elle arrive de Calcutta, de Surat et de Bombay116. Dans les années 1770, Modave décrit un grand commerce de tissus indiens de Djedda vers la Turquie et le Caire, dans des caravanes très importantes117.

70Le Français La Roque, qui rendit compte des voyages effectués par les Malouins à cette époque, décrivit les bâniyâns comme les courtiers de toute l’Arabie la totalité du commerce était entre leurs mains. Ils venaient d’Inde, et en particulier de l’île de Diû, pour chercher fortune par le négoce ; il se trouvait parmi eux des négociants fortunés118.  Mais l’instabilité monta au Yémen après l’éviction des Turcs (années 1630) ; les commerçants turcs, arabes, hollandais et bâniyâns de Moka furent lourdement taxés par l’imam qui tentait de faire face à l’insécurité119. Du récit des pressions parfois brutales exercées sur eux, retenons que ce sont les bâniyâns qui souffrirent le plus de ces prélèvements de l’Imâm, car ils étaient parmi les plus riches habitants de la ville, bien que regardés comme citoyens de seconde zone. Des marchands hindous venant du Kutch, du Kathiyâwâr et du Gujarât furent pressurés plus fréquemment que beaucoup d’autres, ce qui mena certains à la faillite120. Au milieu du XVIIIe siècle, se posa la question de l’expulsion des juifs et des bâniyâns hors de la péninsule Arabique121. L’importance commerciale des Gujarâtis et de leur flotte commença à décliner au début du XVIIIe siècle, à cause notamment de la concurrence anglaise122.

Permanence et évolutions au XIXe siècle

71De nombreux témoignages attestent de la poursuite du mouvement d’immigration  indienne durant le XIXe siècle, période qui nous intéresse particulièrement, puisque de nombreux Hunûd de Zabîd se disent arrivés dans la ville « il y a huit générations ».

72En 1804, Lord Valentia trouva des bâniyâns à Moka et Aden en Arabie, Berbera et Massawa sur la côte africaine. Ils s’entraidaient financièrement et, si l’un d’eux était défaillant, ses compatriotes payaient à sa place. La plupart venaient de Jigat dans le Kathiyâwâr ; ils arrivaient jeunes et demeuraient jusqu’à ce qu’ils aient amassé une somme suffisante. Ils étaient pressurés avant leur retour en Inde123. A la conquête d’Aden par les Britanniques, en 1839, il y vivait 250 juifs et 50 bâniyâns ; il existait un lieu de culte hindouiste124. En 1836, selon Cruttenden, les commerçants constituaient à Sanaa un groupe important de la population, et vivaient bien. Mais les marchands non-musulmans, juifs et bâniyâns, devaient cacher leur fortune125. Leur nombre dans cette ville diminua durant les troubles du XIXe siècle126,, mais ils restèrent cependant nombreux au Yémen jusqu’à la première guerre mondiale, après laquelle leur importance décrut. A la fin du XIXe siècle enfin, Manzoni écrit que les bâniyânssont tous négociants avisés. Dans les ports du golfe d’Aden et de la mer Rouge, ils ont la totalité du commerce entre leurs mains127Il est vrai que les bâniyâns continuaient à dominer une grande partie du négoce en mer Rouge. ; ils achetaient à Bombay par grosses quantités, ce qui leur permettait de vendre à meilleur marché dans les divers ports de redistribution, et de jouer sur les différences de change entre les monnaies utilisées, la roupie indienne et le thaler Marie-Thérèse.

73Leur présence était particulièrement active à al-Hudayda128. , « c’est en partie à al-Hudayda que les navires de l’Inde et du golfe Persique, revenant de Djidda, où ils ont vendu leurs marchandises pour de l’argent comptant, achètent une cargaison de retour, composée principalement de café, de gomme, d’encens, d’ivoire, etc., produits de la côte opposée. C’est là aussi que sont apportées les perles pêchées dans les îles et récifs nombreux situés en face de Loheia. Les bâniyâns, maîtres exclusifs de ce commerce, les envoient dans l’Inde [où] elles sont en général plus estimées que celles du golfe Persique, à cause de leur belle couleur rose129. » Le prince Ahmad, durant son voyage dans la Tihâma au temps de son père l’imâm Yahyâ, rencontra de nombreux bâniyâns et bohras à al-Hudayda130.

74e131 :eteuropéennes n'offrent pas ou  dans la ville, à première vue Les bâniyâns ne furent certainement pas les seuls Indiens installés à Zabîd.

Les bohras

Le mausolée de Mellû Mahmad :

75On peut voir à Zabîd, à la périphérie sud-ouest du quartier al-Jiz’, le tombeau de Mellû Mahmad. Quelques phrases des habitants de Zabîd attirèrent mon attention sur lui : « Ce fut un grand cheikh en religion. Tous les Indiens de Zabîd se font enterrer dans ce cimetière, près du mausolée », ce qui suggère a priori une filiation et un rattachement spirituel à ce personnage. Par ailleurs, « avant le pèlerinage à la Mecque, beaucoup d’Indiens ou de Pakistanais passent à Zabîd honorer son tombeau. Quand ils arrivent, les alentours du cimetière sont remplis de leurs voitures. » En janvier 1996 par exemple, « le sultan de bohra, demeurant en Inde, est venu accomplir une visite pieuse. Il y avait des dizaines de voitures, c’était un voyage officiel. Il a été reçu par le président de la République. » Ces visiteurs consacrent de l’argent au mausolée : « A l’occasion de cette visite, le « sultan de bohra » a fait construire un enclos en agglomérés de ciment, autour de deux pièces de réception. Il a fait aussi forer un puits qui alimente des toilettes. Tout cela sert de lieu d’accueil et de repos pour les pèlerins qui ne sont plus obligés de rester en plein air. » Ces faits indiquent clairement une relation avec une communauté musulmane de l’Inde.

76Celui que les habitants de Zabîd appellent Mellû Mahmad se nomme en fait Muhammad ibn al-Hasan et fut le vingt-troisième dâ ‘î mutlaq des Tayyibites, subdivision de la da ‘wa ismâ ‘îlite, qui a actuellement son siège à Bombay132. Au XVIe siècle, la da ‘wa ismâ ‘îlite était combattue au Yémen par les imâms zaydites, notamment par l’imâm Sharaf al-Dîn. Mellû Mahmad fut empoisonné en mer, en 946/[1539-40], alors qu’il accomplissait le Pèlerinage. Ramenée à terre, sa dépouille fut ensevelie à Zabîd. Ce saint personnage marque une charnière dans le temps et l’espace, celle où la da ‘wa ismâ ‘îlite persécutée quitte le Yémen pour s’installer en Inde. Il constitue une sorte de témoin des riches relations spirituelles et commerciales entre le Yémen et le Gujarât, partie de l’Inde où la da ‘wa ismâ ‘îlite fut particulièrement active. La majorité des bohras, ces actifs commerçants de l’Inde, sont en effet d’obédience tayyibî. Mellû Mahmad est un indice de plus de l’importance du Gujarât dans la vie économique passée de Zabîd. Ses descendants spirituels ont fondé à Surat un célèbre centre d’enseignement des Tayyibites, le dars sayfî. Tout récemment, en 1998, Burhân ibn Tâhir, le « sultan des bohras » et chef de la branche dâwûdite des Tayyibîtes depuis 1965, a fait construire près du mausolée le centre d’accueil et de repos cité à l’instant. Il est fréquent en effet que les pèlerins accomplissant leur devoir à la Mecque, ajoutent un voyage de visites pieuses dans ces hauts lieux de la da ‘wa ismâ ‘îlite tayyibîte au Yémen : Jibla, le djebel Harâz et Sanaa.

77J’ai d’abord pensé que le mausolée de Mellû Mahmad était un témoin de la présence d’une communauté bohra à Zabîd. Mais le personnage marque un départ du Yémen vers l’Inde, non l’inverse. La communauté indienne de Zabîd est sunnite hanafite, alors que le mausolée est entretenu par des ismâ ‘îlites tayyibites dâwûdîtes et apparaît étranger aux pratiques cultuelles quotidiennes de la ville. Le fait que, jusqu’à aujourd’hui, les Hunûd de Zabîd se fassent enterrer près de Mellû Mahmad peut avoir plusieurs causes. Il se peut que ces Hunûd aient été à l’origine des bohras de la branche mu ‘tazilite tayyibite dâwûdîte et qu’il soient ultérieurement passés au sunnisme hanafite. Il se peut que le groupe dominant de Zabîd, les Arabes, ait contraint tous les habitants originaires de l’Inde à se faire enterrer dans leur propre cimetière, de même qu’il existe un cimetière des akhdâm 133 et un cimetière des Turcs. Il se peut aussi que les Hunûd de Zabîd souhaitent se mettre sous la protection d’un personnage qui a contribué à l’expansion de l’Islâm en Inde et dont les descendants spirituels ont aujourd’hui leur base religieuse et administrative dans leur pays d’origine. Il peut signifier enfin la reconnaissance d’une communauté d’intérêts matériels entre bohras sunnites et bohras chiites.

Qui sont les bohras ?

78Les bohras - on écrit également bohorâs - sont une communauté musulmane de l’Inde occidentale. Le nom bohorâ signifie « commerçant, marchand » (du gujarâtî : vohôrvû, « faire du commerce »)134. Perçus par les observateurs européens comme intelligents, bons commerçants, très actifs dans tous les domaines du commerce de gros ou de détail et s’abstenant d’intrigues politiques, ils sont particulièrement nombreux dans le Gujarât et dans les provinces voisines de Kutch et du Sind, donc dans des régions de l’Inde fortement reliées à la mer Rouge, nous l’avons vu135. « Ils sont partout où leurs affaires les appellent ; mais le Gujarât est resté leur quartier général, et leur chef spirituel réside à Surat136. » Nous voici à nouveau ramenés à l’importance de Surat dans la présence indienne à Zabîd.

79A Surat, les musulmans ne représentaient qu’une partie de la population commerçante, mais ils jouaient un rôle social et économique important. Le groupe de commerçants musulmans le plus nombreux et le plus influent était celui des bohras, sunnites ou chiites. Ils étaient les principaux armateurs de la ville, assez puissants pour mener le combat contre les Européens au début du XVIIIe siècle137. Un peu plus tôt, à la fin du XVIIe siècle, deux familles de Surat étaient considérées parmi les plus riches du monde138. Les activités du prince négociant Virji Vora s’étendaient de Sumatra à la mer Rouge139. Mulla Abdul Ghafur, arrivé de Pâtan à la fin des années 1660, fit rapidement fortune et suscita des jaloux140. Sa puissante famille était de celles qui détenaient le plus de navires à Surat entre les années 1670 et 1700 ; il laissait loin derrière lui les autres propriétaires141. Il possédait dix-sept vaisseaux tandis que les souverains moghols n’en avaient que douze, dont deux affectés surtout au transport des pèlerins. Les navires de Mulla Abdul Ghafur étaient également plus gros que ceux des autres familles ; il contrôlait en fait le quart de la flotte marchande de Surat. Ses navires parcouraient tout l’océan Indien, mais son trafic principal se concentrait sur Moka ; en temps normal, une demi-douzaine de ses vaisseaux visitaient Moka chaque saison142. Comme dans les autres ports majeurs de l’océan Indien, les grands négociants avaient en mer Rouge des agents richement installés dans les ports avec lesquels ils commerçaient, Moka, Djedda, puis al-Hudayda143. Cela expliquerait l’installation d’une importante colonie de bohras à Moka, où les négociants du Gujarât étaient assez riches pour financer l’Imâm en cas d’insécurité, puis à Zabîd, située à deux jours de marche.

80Ces relations des XVIIe et XVIIIe siècles see complètent de contacts importants et plus récents. « les Daudis, Bohoras chiites, au nombre de 130.000, forment la communauté musulmane la plus riche du Guzarate. Ils représentent exactement la branche de la secte ismaélienne fondée par Musta‘li144. » Il précise qu’on en trouve hors de l’Inde, notamment à Aden, Bassora, Djedda, la Mecque, Mascate et sur l’île de Zanzibar. La résidence de leur chef est à Surat depuis le XVIIIe siècle, à l’Est du faubourg de Navapura, dans le quartier des Jhampa . Menant fait une description assez précise du faste de celui qui est l’ancêtre de Burhân ibn Tâhir, l'actuel « sultan des bohras » dont parlent mes interlocuteurs de Zabîd145.

81De plus, à partir du XIXe siècle au moins, des artisans s'ajoutèrent aux commerçants d’origine indienne pour jouer un rôle économique déterminant en Afrique de l’Est146. « Des commerçants musulmans indiens, Khodja et Bohra, (...) furent les premiers à s’installer en Afrique de l’Est, probablement pas avant le milieu du XIXe siècle, dans la région de Lamu (...). Le nombre de travailleurs migrants masculins travaillant hors du Gujarât était considérable. Il n’y a pas de données avant 1862. A partir de cette date, les chiffres suivants sont fournis pour les commerçants, artisans, maçons, forgerons et tisserands quittant le Kutch : en 1862, 25 000 ; 1863, 35 000 ; 1864, 23 000 ; 1865, 23 750 ; et ainsi de suite jusqu’en 1875, 50 000 partaient en Afrique, Arabie ou Perse pour chercher du travail147. » Ces chiffres soulignent l'importance de l'émigration d'artisans indiens au XIXe siècle, et rendent très plausible le témoignage des menuisiers et maçons de Zabîd, qui disent être arrivés d'Inde « il y a huit générations ». Quelle que soit la durée d’une génération, vingt à trente ans, leur immigration remonte à la première moitié du XIXe siècle. L'année 1862 marque le début des statistiques, mais l'émigration avait très probablement commencé avant.

82De tous ces indices, on peut conclure à l’existence probable d’un fort lien entre la communauté indienne de Zabîd et les bohras, communauté musulmane du Gujarât. Reste le problème que la plupart des commerçants musulmans sur la côte occidentale de l’Inde sont des bohras qui se disent shi‘ites ismâ‘îlites, se subdivisant en plusieurs groupes148, alors que les musulmans originaires de l’Inde à Zabîd sont sunnites d’école hanafite. Les Hunûd de Zabîd ont pu, comme nous l’avons indiqué, passer de l’ismâ‘îlisme au sunnisme, comme je l’ai écrit plus haut, mais il ne faut pas exclure l’hypothèse de l’immigration à Zabîd de bohras sunnites. Dans certains districts du Gujarât, des bohras sunnites, composés surtout de paysans et de cultivateurs, ont parfois migré pour des raisons commerciales, en Birmanie ou en Afrique de l’Est et du Sud149. Parmi ces bohras sunnites, l’occupation principale des Ja‘faris était le commerce, surtout avec l’Arabie150. On ne peut enfin exclure l’hypothèse de commerçant hindouistes à l’origine, installés à Zabîd pendant de nombreuses générations et finissant par se convertir à l’islam.

Conclusion

83La présence indienne à Zabîd aujourd’hui s’inscrit donc dans une longue tradition de relations commerciales et religieuses entre l’Inde du nord-ouest et le sud-ouest de l’Arabie, qui durèrent jusqu’au XXe siècle. Les bâniyâns et les bohras tenaient une grande partie du commerce en Arabie du Sud et de l’Ouest ; ils constituaient, dans de nombreux ports et villes d’Arabie, une riche communauté. Zabîd n’est qu’un exemple parmi d’autres de l’implantation indienne sur les côtes d’Arabie et, plus généralement, dans la partie occidentale de l’océan Indien. Les potentialités économiques de la ville, ancienne capitale rasûlide, centre d’enseignement islamique réputé, garnison importante, riche marché, chef-lieu d’une vallée fertile, ont naturellement attiré les commerçants indiens en quête d’investissements et de profits. Des recherches historiques devraient tenter de préciser les points en suspens. Les Hunûd de Zabîd sont-ils venus d’Inde «déjà musulmans» comme ils le déclarent ? On peut douter de cette affirmation, penser qu’ils se sont convertis après leur venue et mettre cette déclaration sur le compte d’une volonté d’assimilation à la communauté yéménite dominante, arabe et musulmane. Les Hunûd de Zabîd sont-ils les descendants de bâniyâns hindouistes qui, après leur installation à Zabîd, se seraient convertis à l’islam, et quand ? Sont-ils issus d’une des branches, la sunnite ou la chiite, de la communauté indienne commerçante et musulmane des bohras ?

84Quoi qu’il en soit, les relations commerciales expliquent à la fois l’existence à Zabîd d’une large communauté d’origine indienne et l’influence architecturale de l’Inde sur la ville. L’importance des liens entre Surat et Moka au moment de la splendeur moghole permet de penser que l’architecture du Gujarât et des Moghols a influencé celle de la mer Rouge, particulièrement à Moka.

85Les riches négociants-armateurs du Gujarât et du Sind cités plus haut possédaient à Moka et sur les rives de la mer Rouge des agents confortablement installés. Nous pouvons penser que ceux-ci se firent construire des demeures en partie dans le style propre à l’Arabie, en partie dans le style de chez eux, notamment pour l’ornementation. Les exemples que nous avons donnés à propos des décors semblent le prouver.Plus tard, ce sont des artisans indiens qui s’installent eux-mêmes au Yémen, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe.

86Nous avons là des causes bien établies de la propagation de caractères indiens dans l’architecture de Zabîd. L’architecture dominante, celle des empereurs moghols s’exprimant dans leurs villes majeures de Delhî, Fathpûr Sikrî et Agrâ, s’est épanouie et répandue progressivement en Inde, notamment dans le Gujarât, riche province de l’empire moghol. Surat fut très probablement un relais de cette influence vers les ports de la mer Rouge, notamment Moka. Le problème est que cette ville est aujourd’hui complètement en ruines. Des fouilles archéologiques permettront peut-être un jour de préciser ces conclusions. L’influence indienne s’est également manifestée à al-Hudayda, al-Luhayya et Djedda. Zabîd, ville prospère où les Indiens étaient bien implantés, est un témoin remarquable de cette influence.

Haut de page

Bibliographie

J. Allen, 1973 : « Swahili Ornament : a Study of the Decoration of the 18th Century Plasterwork and Carved Doors in the Lamu Region », Art and Archaeology Research Papers, Londres, p. 1-14.

J. Allen et T. H. Wilson, 1979 : « Swahili Houses and Tombs of the Coast of Kenya », Art and Archaeology Research Papers, Londres.

Husayn ‘Abd Allâh al-‘Amri, 1992 : « Bayt al-Faqîh », al-Mawsû‘a al-yamanîya, Sanaa, vol. I, p. 193.

S. Arasaratnam, 1987 : « India and the Indian Ocean in the Seventeenth Century », India and the Indian Ocean, 1500-1800, Das Gupta et Pearson (éd.), p. 94-130.

A. E. Arseven, s.d. : Les Arts décoratifs turcs, Istanbul, Mîllî Egitim Basimevi, 362 p., ill.

C. B. Asher, 1992 : Architecture of Mughal India, The New Cambridge History of India, I : 4, Cambridge, University Press, 368 p.

E. Balfour, 1967 : The Cyclopaedia of India and of Eastern and Southern Asia, Graz, Akademische Druck- u. Verlagsanstalt, 3 vol. [réimpression de l’édition de Londres, 1885].

M. Barrucand, 1992 : L’Architecture maure en Andalousie, photographies de Achim Bednorz, Cologne, Taschen, 240 p.

R. L. Bidwell, 1983 : « Western Accounts of San‘â’, 1510-1962 », San‘â’. An Arabian Islamic City, R. B. Serjeant et R. Lewcock (éd.), p. 108-121.

G. et P. Bonnenfant, Sâlim al-Harthî, 1977 : « Architecture and Social History at Mudayrib (Sultanat d’Oman) », The Journal of Oman Studies, Mascate, vol. 3, 2e partie, p. 107-135.

G. et P. Bonnenfant, 1987 : L’Art du bois à Sanaa. Architecture domestique, Aix-en-Provence, Edisud, 208 p., 411 dessins, 178 photos.

P. Bonnenfant et J.-M. Gentilleau, 1994 : « Une maison de commerçant-armateur sur la mer Rouge : bayt ‘Abd al-Udûd à al-Luhayya, Yémen », Activités et sociétés urbaines dans l'empire Ottoman, vol. 2, D. Panzac (éd.), Paris, CNRS Editions, p. 125-188.

P. Bonnenfant (éd.), 1999a : Zabîd, patrimoine mondial, numéro spécial de la revue Saba, Bruxelles, Amyris, 124 p.

P. Bonnenfant, 1999b : « L’architecture domestique », Zabîd, patrimoine mondial, numéro spécial de la revue Saba, P. Bonnenfant (éd.), p. 38-55.

P. Bonnenfant, 2000 : « Les quartiers de Zabîd : notes d’histoire sociale », Chroniques yéménites, 1998/99, p. 103-113, carte.

P. Bonnenfant, à paraître en 2001, « Les descendants des akhdâm à Zabîd. Pauvreté, dépendance et exclusion », Analyses et dynamiques de la pauvreté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, B. Destremeau, F. Ireton et A. Deboulet (éd.), Paris, Karthala/URBAMA.

P.-E. Botta, 1880 : Relation d’un voyage dans l’Yémen entrepris en 1837 pour le muséum d’histoire naturelle de Paris, Paris, E. de Soye, 172 p.

J.-F. Breton, C. Darles, 1985 : « Shibam and the Wadi Hadramaut », Mimar. Architecture in Development, n° 18, oct.-déc 1985, p. 8-20.

C. G. Brouwer, 1997 : Al-Mukhâ : Profile of a Yemeni Seaport as Sketched by Servants of the Dutch East India Company (VOC), 1614-1640, Amsterdam, D’Fluyte Rarob, 509 p.

P. Brown, 1956 : Indian Architecture (Islamic Period), Bombay, Taraporevala, 134 p., 125 pl. hors-texte.

J. L. Burckhardt, 1829, Travels in Arabia, Londres, Henry Colburn, 478 p. Réimprimé en 1968, Londres, Frank Cass.

J. Burgess, 1878 : Report on the Antiquities in the Bidar and Aurangabad Districts, Being the Result of the Third Season’s Operations of the Archaeological Survey of Western India, 1875-1876, Archaeological Survey of Western India, vol. III, Londres, Allen and Trübner.

J. Burgess et H. Cousens, 1902 : The Architectural Antiquities of Northern Gujarat, More Especially Districts Included in the Baroda State, Archaeological Survey of Western India, vol. IX, Londres, Quaritch, Kegan, Trench, Trübner, Luzac, Calcutta, Thacker, Spink.

J. Burgess, 1900 et 1905 : The Muhammadan Architecture of Ahmadabad. Part I, A.D. 1412 to 1520, Part II, With Muslim and Hindu Remains in the Vicinity, Archaeological Survey of Western India, vol. VII et VIII, Londres, Paul Kegan, Trench, Trübner, Quaritch, Luzac ; Calcutta, Thacker, Spink.

J. Burton-Page, 1960, « Bharoc », E.I.2 (Encyclopédie de l’Islam, 2e éd.), vol. I, p. 1228.

J. Burton-Page, 1965: « Gudjarât », E.I.2, vol. II, p. 1149-1157.

E. Carreira (éd.), 1998 : Sources européennes sur le Gujarat, Paris, L’Harmattan, 210 p. (collection Moyen Orient et océan Indien, XVIe-XIXe siècles).

F. Daftary, 1999 : « Tayyibiyya », E.I.2, vol. X, p. 431-433.

A. Das Gupta et M. N. Pearson (éd.), 1987 : India and the Indian Ocean, 1500-1800, Oxford, Calcutta, Delhi, Oxford University Press, 364 p.

A. Das Gupta, 1987 : « India and the Indian Ocean in the Eighteenth Century », India and the Indian Ocean, 1500-1800, A. Das Gupta et M. N. Pearson (éd.), p. 131-161.

A. Das Gupta, 1988 : « A Note on the Shipowning Merchants of Surat, c. 1700 », Marchands et hommes d’affaires asiatiques dans l’océan Indien et la mer de Chine, 13-20e siècles, M. Lombard et Aubin, p. 109-115.

A. Das Gupta, 1994 : Indian Merchants and the Decline of Surat c. 1700-1750, Wiesbaden, Franz Steiner, 1979. Réédité en Inde, New Delhi, Manohar, 1994, 309 p.

L. F. Dias Antunes, 1998 : « Diu, the Commercial Activity of a Small Harbour in Gujarat (1680-1800) : the Portuguese Documents », Sources européennes sur le Gujarat, E. Carreira (éd.), p. 59-75.

L. W. Donley, 1991 : « Symbolic Meaning within the Traditional Hindu and Muslim Houses of Gujarat (India) and Lamu (Kenya) », The Cultural Heritage of the Indian Village, B. Durrans et T. R. Blurton (éd.), Londres, Occasional Papers of the British Museum, n؛ 47.

W. Dostal, 1983, revu par R. B. Serjeant et R. Wilson, « Analysis of the San‘â’ Market Today », San‘â’. An Arabian Islamic City, R. B. Serjeant et R. Lewcock (éd.), p. 241-275.

S. H Eldem, 1968 : Türk Evi. Plan Tipleri, Istanbul, Istanbul Teknik Universitesi, Mimarlik Fakültesi, 237 p. (en turc).

S. H Eldem, 1969 : Kِskler ve Kasirlar. A Survey of Turkish Kiosks and Pavilions, Istanbul, Devlet Güzel Sanathar Akademisi Yüksek Mimarlik Bِlümü Rِlِve Kürsüsü, vol. I, 357 p., vol. II, 447 p. (en anglais et en turc).

S. H. Eldem, 1984 : Türk Evi. Osmanli Dِnemi. Turkish Houses. Ottoman Period, Istanbul, Türkiye Anit اevre Turizm Degerlerini Koruma Vakfi, vol. I, 291 p., vol. II, 276 p., vol. III, 304 p. (en anglais et en turc).

S. H. Eldem, 1993 : Bogazici Yalilari. The Yalis of the Bosphorus, Istanbul, Vehbi Koc Vakfi, vol. I Rumeli Yakasi. European Side, 325 p., vol. II, Anadolu Yakasi. Anatolian Side, 287 p. (en anglais et en turc).

G. S. P. Freeman-Grenville, 1983 : « Lamu », E.I.2, vol. V, p. 659-660.

A. A. A. Fyzee, 1960 : « Bohorâs », E.I.2, vol. I, p. 1292-1293.

E. F. Gautier, 1918 : « Les villes saintes de l’Arabie », Annales de Géographie, vol. XXVII.

Gazetteer of India, Gujarat State, Surat District, 1962 (édition revue ; 1ere éd., 1877), Ahmedabad, Directorate of Government Printing, 1192 p.

Gazetteer of India, Gujarat State, Broach District, 1961 (édition revue ; 1ere éd., 1877), Ahmedabad, Directorate of Government Printing, 792 p.

Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. IV, Ahmadabad, 1880.

Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. IX, 9.1.2., Gujarat Population : Musulmans and Parsis, Bombay, 1899.

Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. XIII, Tha’na, Bombay, 1882, 2 vol.

J.-M. Gentilleau, 1993 : « Forme et formation d’une ville « orientale » : Zabid dans la Tihama (Yémen) », Techniques et cultures, 22, p. 81-104.

U. Ghaidan, 1975 : Lamu. A Study of the Swahili Town, Nairobi, Kampala et Dar es Salaam, East African Literature Bureau, 94 p., ill.

H. Goetz, 1975 : « Ottoman-Turkish Art in India : the Architect of the Gol Gumbaz at Bijapur », Studies in the Foreign Relations of India, P. M. Joshi (éd.), Hyderabad, Government of Andhra Pradesh, p. 522-526.

B. G. Gokhale, 1979 : Surat in the Seventeenth Century. A Study in Urban History of Pre-modern India, Londres et Malmِ, Curzon Press, 221 p.

G. Goodwin, 1971 : A History of Ottoman Architecture, Baltimore, John Hopkins Press, 511 p., 525 ill.

J. B. Harrison, 1965 : « Diû », E.I.2, vol. II, p. 331-332.

M. Horton, 1996 : Shanga. The Archaeology of a Muslim Trading Community of the Coast of East Africa, Londres, The British Institute in Eastern Africa, 458 p. 

S. L. Huntington, 1985 : The Art of Ancient India. Buddhist, Hindu, Jain. New York, Tokyo, Weather Hill, 786 p., ill.

D. G. Keswani, 1980 : « Influences culturelles et commerciales indiennes dans l’océan Indien, de l’Afrique et Madagascar à l’Asie du Sud-Est », Relations historiques à travers l’océan Indien, Paris, UNESCO, p. 37-50.

E. Koch, 1991 : Mughal Architecture, An Outline of its History and Development (1526-1858), Munich, Prestel-Verlag, 160 p.

J. Lall, 1994 :Taj Mahal et la saga des Grands Moghols, Paris, Celiv, 96 p.

R. Lewcock, 1976 : « Architectural Connections between Africa and Parts of the Indian Ocean Littoral », Art and Archaeology Research Papers, n؛ 9, 1976, p. 13-23.

R. Lewcok, 1983 : « The Buildings of the Sûq/Market », San‘â’. An Arabian Islamic City, R. B. Serjeant et R. Lewcock (éd.), p. 276-302.

M. Lombard et Aubin (éd.), 1988 : Marchands et hommes d’affaires asiatiques dans l’océan Indien et la mer de Chine, 13-20e siècles, Ports, routes, trafics/29, Paris, EHESS, 385 p.

W. Madelung, 1973 : « Ismâ‘îliyya », E.I.2, vol. IV, p. 206-215.

R. Manzoni, 1884 : El Yemen : tre anni nell’Arabia felice. Escursioni fatte dal Settembre 1877 al Marzo 1880, Roma, Botta, 446 p., cartes, ill.

A. Maqbul, 1977 : « Khambâyat », E.I.2, vol. IV, p. 1026.

B. Maury, A. Raymond, J. Revault, M. Zakariya, 1983 : Palais et maisons du Caire, vol. II : Epoque ottomane (XVIe - XVIIIe siècles), Paris, CNRS, 409 p., 184 pl. hors-texte.

R. J. Mehta, 1976 : Masterpieces of Indo-Islamic Architecture, Bombay, Taraporevala, 70 p., 100 pl. hors-texte.

M. Meinecke, 1995 : « Rakka », E.I.2, vol. VIII, p. 424-428, 5 pl. hors-texte.

D. Menant, 1910, « Les Bohoras du Guzarate », Revue du monde musulman, vol. X, n؛ 4, p. 465-493.

G. Michell et al., 1978 : Architecture of the Islamic World. Its History and Social Meaning, London, Thames and Hudson, 288 p., ill.

G. Michell et Snehal Shah (éd.), 1988 : Ahmadabad, Bombay, Marg Publications, 187 p.

G. Michell et A. Martinelli, 1994 : Les Palais de l’Inde, Paris, Mengès, 231 p.

J. L. Miège, 1981 : « Djedda : port d’entrepôt au XIXe siècle », Les Ports de l’océan Indien, XIXe et XXe s., exemplaire multicopié, Université de Provence, Table ronde de l’I.H.P.O.M., Sénanque, p. 92-108.

A. Mitra, 1961, Census of India 1961, vol. I : India. Part IV-A (iii) : Report on House Types and Village Settlement Patterns in India, Government of India Publications.

M. Mundy, 1983 : « San‘â’ Dress, 1920-1975 », San‘â’. An Arabian Islamic City, R. B. Serjeant et R. Lewcock (éd.)

Marwan Musselmani, s.d. : Al-buyût al-dimashqîya. Al-qarn 18-19 m., « Les Maisons damascènes, 18e-19e ap. J.C. », Damas, Zuhayr Wafâ, 592 p.

L. Nicholson, 1989 : Inde. Le Fort Rouge, Delhi, Paris, Celiv, 1991.

C. Niebuhr, 1792 : Travels through Arabia and other Countries in the East, Beyrouth, Librairie du Liban, s.d. [1975 environ], 2 vol., gravures (Réimpression de : Edinburgh, Morison, 1792).

K. A. Nizami, 1995 : « Pâtan », E. I.2, vol. VIII, p. 293-294.

H. Nurul, 1960 : « Agra », E. I.2, vol. I, p. 260-262.

K. Otto-Dorn, 1967 : L’Art de l’Islam, Paris, Albin Michel, 277 p., ill., cartes.

M. N. Pearson, 1976 : Merchants and Rulers in Gujarat. The Response to the Portuguese in the Sixteenth Century, Berkeley, University of California Press, 178 p.

M. N. Pearson, 1996 : Pilgrimage to Mecca. The Indian Experience, 1500-1800, Princeton, Markus Wiener, 272 p.

J.-C. Penrad, 1988 : « La présence isma‘ilienne en Afrique de l’Est », Marchands et hommes d’affaires asiatiques dans l’océan Indien et la mer de Chine, 13-20e siècles, M. Lombard et Aubin (éd.), p. 109-115.

A. Petruccioli, 1988 : Fathpur Sikri, città del sole e delle acque, Roma, Carucci, 194 p., 260 ill.

S. Pradines, 1999 : « L'influence  indienne dans l'architecture swahili », Swahili Forum VI, Afrikanistische Arbeitpapiere n° 60, Université  de Cologne, p. 103-120.

O. Prakash, 1998 : « Archival Source Material in the Netherlands on the History of Gujarat in the Early Modern period », Sources européennes sur le Gujarat, E. Carreira (éd.), p. 141-151.

V. S. Pramar, 1980 : Wooden Architecture of Gujarat, Thèse de doctorat, University of Baroda.

V. S. Pramar, 1989 : Haveli. Wooden Houses and Mansions of Gujarat, Ahmedabad, Mapin Publishing, 239 p.

Prisse d’Avennes, 1978 : L’Art arabe d’après les monuments du Caire, Paris, André. Repris de Prisse d’Avennes, L’Art arabe d’après les monuments du Kaire depuis le VIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Morel & Cie, 1877.

R. B. Serjeant, 1974 : The Portuguese off the South Arabian Coast, Hadramî Chronicles, Beyrouth, Librairie du Liban, 233 p. (1ere éd., Oxford University Press at the Clarendon Press, 1963).

R. B. Serjeant et R. Lewcock (éd.), 1983a : San‘â’. An Arabian Islamic City, Londres, World of Islam Festival Trust, 631 p.

R. B. Serjeant, 1983b : « The Post-Medieval and Modern History of San‘â’ and the Yemen, ca. 953-1382/1515-1962 », San‘â’. An Arabian Islamic City, R. B. Serjeant et R. Lewcock (éd.), p. 68-107.

R. B. Serjeant, Husayn al-‘Amri, 1983c : « Administrative Organisation », San‘â’. An Arabian Islamic City, R. B. Serjeant et R. Lewcock (éd.), p. 144-160.

R. B. Serjeant, Ismâ‘îl al-Akwa‘, 1983d : « The Statute of San‘â. Additional Documents », San‘â’. An Arabian Islamic City, R. B. Serjeant et R. Lewcock (éd.), p. 179-240.

R. B. Serjeant, 1983e : « The Hindu, Bâniyân, Merchants and Traders », San‘â’. An Arabian Islamic City, R. B. Serjeant et R. Lewcock (éd.), p. 432-435.

R. B. Serjeant, 1988a : « Yemeni Merchants and Trade in Yemen, 13th-16th Centuries », Marchands et hommes d’affaires asiatiques dans l’océan Indien et la mer de Chine, 13-20e siècles, M. Lombard et Aubin (éd.), p. 61-82.

R. B. Serjeant, 1988b : « The Hadramî Network », Marchands et hommes d’affaires asiatiques dans l’océan Indien et la mer de Chine, 13-20e siècles, M. Lombard et Aubin (éd.), p. 147-154.

A. Shivtiel, W. Lockwood, R. B. Serjeant, 1983 : « The Jews of San‘â’ », San‘â’. An Arabian Islamic City, R. B. Serjeant et R. Lewcock (éd.), p. 391-431.

E. W. Smith, 1894-1898 : The Moghul Architecture of Fathpur-Sikri, Allahabad, The Archaeological Survey of India, 4 vol. in 4؛.

R. K. Trivedi, 1961 : Wood Carving of Gujerat, published by the Census of India, Ahmedabad, Gujerat, 1961, vol. V : Gujerat, part VII A (2).

M. Tuchscherer, 1993 : « Le commerce en mer Rouge aux alentours de 1700 : flux, espaces et temps », Res Orientales, V, Circulation des monnaies, des marchandises et des biens, p. 159-178.

E. Van Donzel, 1993 : « al-Mukhâ », E.I.2, p. 513-516.

F. Venturi et C. Hellier, 1993 : Splendeurs d’Istanbul. Palais et demeures du Bosphore, Paris, Mengès, 228 p., ill.

U. Vogt-Géknil, 1965 : Turquie ottomane, Coll. Architecture universelle, Fribourg, Office du Livre, 192 p.

A. Volwahsen, 1971 : Inde islamique, Coll. Architecture universelle, Fribourg, Office du Livre, 192 p.

D. M. Walters, 1987 : Perceptions of Social Inequality in the Yemen Arab Republic, Thèse de doctorat, New York University, 400 p.

G. Yazdani, 1947 : Bidar. Its History and Monuments, Oxford University Press, 240 p., 130 pl. hors texte.

H. Yule et A. C. Burnell, 1886 : A Glossary of Anglo-Indian Colloquial Words and Phrases, Londres, John Murray, 870 p.

M. Zebrowski, 1997 : Gold, Silver and Bronze from Mughal India, Londres, Alexandria Press, 368 p., ill.

Haut de page

Notes

1 J.-M. Gentilleau, 1993 ; P. Bonnenfant, 1999b.
2 Le répertoire des décors sera donné dans un ouvrage à paraître : Zabîd. Architecture domestique et histoire sociale.
3 G. Michell et A. Martinelli, 1994, p. 98 et p. 103-110.
4 M. Barrucand, 1992, p. 71-79 et 114-121.
5 A Sâmarrâ, palais de Balkuwârâ (IXe siècle), on trouve des niches à cinq lobes très marqués (K. Otto-Dorn, 1967, p. 76, fig. 22) et, toujours dans ce palais, des niches carrées surmontées de cavités à quatre lobes (A. E. Arseven, s.d., p. 176). Il existe à la grande mosquée de Sâmarrâ des niches surmontées de l'arc à cinq lobes très fréquent à Zabîd (K. Otto-Dorn, 1967, p. 76, fig. 21). A la porte de Bagdad à Raqqa, des niches à trois lobes surmontent des niches légèrement ogivées (M. Meinecke, 1995, pl. XXVIII face à la p. 425).
6 J. Allen, 1973, p. 5b, citant Garlake, p. 51-52 et ill. p. 191-200.
7 C. Hellier et F. Venturi, 1993, p. 65 et 67.
8 B. Maury, A. Raymond, J. Revault, M. Zakariya, 1983, pl. hors-texte, fig. 63, 65, manzil Harawî ; fig. 73, 84, manzil Suhaymî ; fig. 95, palais de Musâfirkhânâ.
9 Marwan Musselmani, s.d.
10 G. Michell et al.,1978, p. 64, fig. 43 : une seule niche en bas, surmontée de deux niches, puis de deux rangées de trois et d’une rangée de quatre petites niches en haut.
11 Dans une pièce rectangulaire, le mur de petit pan est le plus court et le mur de long pan le plus long.
12 G. Goodwin, 1971, p. 433, photo. 484, vestibule du salon d'été du konak (maison de maître) de اakir Aja à Birgi ; U. Vogt-Gِknil, 1965, p. 141a.
13 C. Hellier et F. Venturi, 1993, p. 52 et 53 ; G. Michell, 1978, phot. 34, p. 61 ; A. E. Arseven, fig. 411, p. 159 ; S. H. Eldem, 1984, vol. II, p. 174 ; U. Vogt-Gِknil, 1965, p. 162.
14Ces agencements existent. En voici quelques exemples :

- Sur le mur de petit pan d'une pièce de la maison Namazgah à Bursa, XVIe s., deux niches superposées et polylobées encadrent la cheminée qui prend ici la place du khuzurtân de Zabîd. Mais la pièce de Bursa est beaucoup plus large que haute (S. H. Eldem, 1984, vol. I, p. 51).

- A Kütaya, à la maison Mutafzade datant du XVIIIe s., trois niches superposées entourées de panneaux pleins encadrent un grand placard de bois (S. H. Eldem, 1984, vol. I, p. 71).

- A Vezirkِprü, dans deux pièces d'un konak (maison de maître), datant des XVIe et XVIIe s., la cheminée est encadrée des arrangements suivants : une série de quatre niches superposées, puis un placard surmonté de deux niches.

- On peut encore citer des pièces de la mosquée Verte de Bursa, où des rangées de petites niches encadrent la cheminée qui prend ici la place du khuzurtân de Zabîd. Dans les quatre cas, une heureuse dissymétrie est toujours introduite : ici, un panneau plein remplace deux niches superposées ; là, une grande niche en remplace quatre autres. Les niches ont toutes une forme de mihrâb (S. H. Eldem, 1984, vol. I, p. 52-53).

15 H. Goetz,1975.
16 L. Nicholson, 1989, p. 62, 110. Le fort Rouge de Delhi fut construit par Shâh Jahân et inauguré en 1648.
17 G. Michell et A. Martinelli, 1994, phot. 60, p. 103. Le fort d’Agrâ fut bâti en 1637 par Shâh Jahân (H. Nurul, 1960, p. 261).
18 G. Michell et A. Martinelli, 1994, p. 78 (Bîjâpur, Dad Mahal, construit en 1646, partie du complexe royal) ; ibid., p. 80 (Rani Mahal, ensemble palatial en ruine à la forteresse de Golconde (Dekkan), capitale des souverains Qutb Shâhî aux XVIe et XVIIe s.) ; C. B. Asher, 1992, p. 175 (pavillons de Ana Sagar à Ajmer) ; G. Yazdani, 1947, pl. XIX (Bidar, au Tarkash Mahall).
19 Pour ce trait architectural, voir R. K. Trivedi, 1965, pl. XXXV ; R. Lewcock, 1976, p. 20, qui donne comme exemple, en Inde, un mausolée de la dynastie Faruqi (XVe siècle environ) situé à l'est de Surat, à Thalner, région du Khândêsh, où une niche est creusée de chaque côté des portes, au niveau de la naissance des arcs ; L. W. Donley, 1991, p. 76-77.
20 Un encadrement de porte d'une maison en ruine de Shela, près de Lamu, peut être comparé avec l'encadrement d'une porte de mosquée au palais de Surat : dans les deux cas, les côtés de la porte sont ornés de niches superposées (R. Lewcock, 1976, p. 20 et fig. 16, p. 19).
21 L. Nicholson, 1989, p. 15 (Moti Masjid), p. 62 (pavillon Badhaun du jardin Hayat Baksh) : « Flasks arranged in niches, carved red sandstone ornament. Gate pavilion of the Suraj Bhan ka Bagh, Sikandra, first quarter 17th century. »
22 G. Michell et A. Martinelli, 1994, p. 17. Voir aussi M. Zebrowski, 1997, fig. 295, p. 194, et fig. 269.
23 A Zabîd, la khalwa est une pièce très aérée bâtie à l'étage. Réservée aux familles riches, elle est souvent fort bien décorée.
24 Je remercie vivement le professeur Oleg Grabar, Université de Princeton, Etats-Unis, et Madame Amina Okada, conservatrice de la section de l'Inde musulmane au musée Guimet de Paris, pour leurs précieuses suggestions à ce sujet et bien d'autres dans cet article.
25 S. L. Huntington, 1985, p. 244, 256, 257 : Ajantâ ; p. 269 : Ellora ; p. 287 : Bâdâmi ; p. 293 : Mandagappattu. J. Burgess, 1878, pl. XXIV, XLI.
26 J. Burgess, 1900, pl. XXIII, pilier de la mosquée Haibat Khan à Ahmadabad et pl. XXXV, Zanana Gallery, Jami‘ Masjid, Ahmadabad ; A. Petruccioli, 1988, p. 80, musallah de la mosquée du vendredi à Fathpur Sikri ; G. Michell et Snehal Shah, 1988, p. 34-37, mosquée Ahmad Shah à Bhadra.
27 L. W. Donley, 1991, p. 81 et p. 88, fig. 6 et 7, niches à Dholka (ville du Gujarât, un peu au sud de Ahmadabad).
28 V. S. Pramar, 1980, Wooden Architecture of Gujarât, cité par L. W. Donley, 1991, p. 80.
29 L. W. Donley, 1991, p. 80.
30 E. Koch, 1991, p. 142, glossaire. Le terme tâq signifie « arc ».
31 Sur Lamu, voir G. S. P. Freeman-Grenville, 1983.
32 Ce paragraphe a été écrit à partir des descriptions de U. Ghaidan, 1975, p. 47-48 et fig. 34-38. J. Allen, 1973, p. 9-14, donne un plan schématique d'une maison swahilie modeste, au XVIIIe siècle, et l'emplacement des murs décorés de niches.
33 J. Allen, 1973, diagramme D, p. 14.
34 H. Nurul, 1960, p. 261.
35 G. Michell et A. Martinelli, 1994, p. 9, 100 ; R. J. Mehta, 1976, planche 67 ; C. B. Asher, 1992, p. 186 ; J. Lall, 1994, p. 4-5, gauche de la photo.
36 Le problème est que J. Allen pense que le schéma décoratif du diagramme D dérive de la tradition est-africaine primitive.
37 R. Lewcock, 1976, p. 19-20.
38 L. W. Donley, 1991, p. 80. L. W. Donley cite ici M. Horton, 1984, fig. 18, 20 et 23, donnant des plans de maisons à Shanga.
39 L. W. Donley, 1991, p. 81.
40 S. H. Eldem, 1984, vol. I, p. 85, 130 ; vol. II, p. 39.
41 J. Burgess et Cousens, 1903, pl. XXXV.
42 E. W. Smith, 1896, vol. II, pl. XVII.
43 Cassette 2000.03.09, face A, 294. Ce menuisier de Zabîd confirme donc un point déjà noté dans P. Bonnenfant, 1987, p. 117 notamment.
44 P. Bonnenfant, 1987, p. 20-21.
45 G. Yazdani, 1947, pl. XI.
46 V. S. Pramar, 1989, p. 212-213.
47 P. Brown, 1956, pl. XXIV, fig. 1, face à p. 24.
48 V. S. Pramar, 1989, p. 130, p. 111.
49 Ibid., p. 130.
50 Ibid., p. 212, citant K. A. C. Creswell, 1969, Early Muslim Architecture, Oxford University Press, p. 3, fig. 3.
51 Les exemples sont innombrables. Citons seulement R. J. Mehta, 1976, pl. 71, 80, 82, 84 ; Percy Brown, 1956, pl. XCI, LV ; A. Petruccioli, 1988, p. 82-83 ; G. Michell et Snehal Shah, 1988, p. 114.
52 G. et P. Bonnenfant, 1987.
53 P. Bonnenfant, 1987, chap. 2.5.
54 R. Manzoni, 1884, p. 121.
55 Prisse d’Avennes, 1978, chap. X, p. 185, pl. XXV, XXVI.
56 A. Mitra, 1961, pl. XXXII, face à la p. 105, photos 1 et 3 : « Peacock shaped support ». Le même thème du paon, jabot gonflé, est repris sur de nombreuses consoles de balcons : maison de Shri Gautam Sarabhai à Hansol, Ahmedabad, et sur bien d'autres maisons (R. K. Trivedi, 1965, pl. XXV, XXVI ; V. S. Pramar, 1989, p. 206, bas ; maison de Kapadvanj, p. 12). Ce motif est ancien et se trouve par exemple au temple Chintamani de Surat (R. K. Trivedi, 1965, pl. LXXXIX). Cette forme évoque les consoles des étagères en plâtre de Sanaa, avec leur cou recourbé et leurs ailes.
57 E. F. Gautier, 1918, p. 120.
58 J.-F. Breton et C. Darles, 1985, p. 17.
59 P. Bonnenfant et Salîm al-Harthî, 1977.
60 Les renseignements oraux recueillis à Zabîd sont, dans cet article, cités entre guillements sans autre source.
61 J'utilise ce terme de préférence à la traduction littérale de « Indiens », qui serait inexacte, car ces Hunûd sont des Yéménites à part entière et possèdent cette nationalité.
62 On trouvera une carte de Zabîd dans P. Bonnenfant, 1999, p. 68-69, et dans P. Bonnenfant, 2000, p. 112-113.
63 A Zabîd, le terme ribât désigne un centre d'enseignement des sciences de la religion.
64 Husayn al-‘Amrî, 1992, t. I, p. 193, citant Majmû‘ al-Hajarî, 2/636.
65 D. M. Walters, 1987, p. 44-46.
66 Dans le nom d'une personne, la nisba est l'élément indiquant l'origine tribale ou géographique : région, ville, pays.
67 Par exemple bayt ‘Abd al-Karîm Zabît, bayt Ishâq, bayt ‘Alwân, bayt Qâdû dont une partie est maintenant en Arabie saoudite, bayt ‘Abd al-Wâhid, bayt Majîd, bayt Bûta, bayt Qabûla, bayt Muhammad ‘Alî ‘Izz ad-Dîn, bayt ‘Ulâm, bayt Kurra, bayt Tânj, bayt al-Banûtî, bayt al-‘Izzî Lutf, bayt Masnag.
68 La famille Abû al-Khayr possède des maisons à l’architecture typique de Zabîd : bayt ‘Abd Allâh Ahmad Muhammad Abû al-Khayr, bayt ‘Abduh Jum ‘a Abû al-Khayr, bayt Muhammad Hasan Abû al-Khayr, ‘Abd Allâh Hasan Abû l-Khayr, bayt ‘Attû Abû al-Khayr.
69 Cette activité fera l'objet d'un chapitre dans l'ouvrage à paraître : P. Bonnenfant, Zabîd. Architecture domestique et histoire sociale.
70 A. Das Gupta, 1979/1994, p. 162-163, 165.
71 Cité par M. Mundy, 1983, p. 530, n. 6.
72 Nous avons également des intermariages à ‘Abs, dans le nord de la Tihâma (D. M. Walters, 1987, p. 44-46).
73 A. Volwahsen, 1971, p. 186.
74 J. Burton-Page, 1965, p. 1156b.
75 Les chroniques indiennes font souvent état de villages détruits par des crues. Dans la période correspondant aux « huit générations » de l’immigration indienne récente à Zabîd, et pour le Gujarât, nous disposons de plusieurs témoignages. En avril 1837, 9373 maisons de la ville de Surat furent incendiées ; plus tard dans l'année, la ville fut inondée par une crue de la rivière (E. Balfour, 1885/1967, vol. III, p. 774a). Dans le district de Surat, en 1837, 1843, 1849, 1869 notamment, la crue du fleuve Tapi détruisit de nombreux villages, ravageant et tuant sur son passage (Gazetteer of India, Gujarat State, Surat District, 1877/1962, p. 61-69). Il est évidemment impossible de savoir si ces crues sont celles qui ont causé l'exil mentionné par les Mi‘marî.
76 J. Burton-Page, 1965, p. 1156.
77 S. Arasaratnam, 1987, p. 95.
78 Sur Cambay, port appelé aussi Khambâyat ou Khambat, voir Ahmad Maqbul, 1977. Sur le port de Bharoch, voir J. Burton-Page, 1965, p. 1156. Sur l’ascension de Surat, voir A. Das Gupta, 1987, p. 136 ; C. G. Gokhale, 1979, p. 97 ; Gazetteer of India, Gujarat State, Surat District, 1877/1962, p. 87-88.
79 M. Tuchscherer, 1993, p. 165-166.
80 S. Arasaratnam, 1987, p. 99.
81 A. Das Gupta, 1987, p. 136.
82 S. Arasaratnam, 1987, p. 100 ; M. Tuchscherer, 1993, p. 168 ; A. Das Gupta, 1979/1994, p. 4. L'index de l'ouvrage de C. G. Gokhale, 1979, montre l'importance des liens entre Surat et la mer Rouge, surtout avec Moka.
83 M. Tuchscherer, 1993, p. 170-172.
84 M. Tuchscherer, 1993, p. 168, 176 ; Gazetteer of India, Gujarat State, Surat District, 1877/1962, p. 116 ; S. Arasaratnam, 1987, p. 95, 99 ; A. Das Gupta, 1979/1994, p. 5 ; A. Das Gupta, 1988, p. 109.
85 A. Das Gupta, 1979/1994, p. 137 ; S. Arasaratnam, 1987, p. 99.
86 R. B. Serjeant, 1974, p. 34.
87 C. G. Gokhale, 1979, p. 97, citant Ovington, p. 261, 262, 268 ; M. N. Pearson, 1996, p. 145.
88 A. Das Gupta, 1987, p. 136.
89 M. Tuchscherer, 1993, p. 165-166 ; A. Das Gupta, 1979/1994, p. 164 ; O. Prakash, 1998, p. 147-149 ; Gazetteer of India, Gujarat State, Surat District, 1877/1962, p. 100-101. Pour des détails sur les textiles et l’indigo, voir C. G. Gokhale, 1979, p. 98-105.
90 C. G. Gokhale, 1979, p. 97, citant Ovington, p. 261, 262, 268 ; M. N. Pearson, 1996, p. 145.
91 Ibid., 1976, p. 100-101.
92S. Arasaratnam, 1987, p. 100 ; A. Das Gupta, 1994, p. 69 ; R. B. Serjeant, 1988a.
93 Gazetteer of India, Gujarat State, Surat District, 1877/1962, p. 92, citant diverses sources.
94 W. Foster, Early Travels to India, cité par M. N. Pearson, 1996, p. 133.
95 M. N. Pearson, 1976, p. 103, citant diverses sources, dont Jourdain, R. B. Serjeant.
96 C. G. Gokhale, 1979. Voir l'index à la fin du livre sur « Bohras » et « Banias », p. 210.
97 Banias, banians, bâniyâns : ces mots viennent probablement du mot gujarâti vâniyo, et ce dernier du sanskrit (H. Yule et A. C. Burnell, 1886, p. 48).
98 L. F. Dias Antunes, 1998, p. 61, n. 4 (citant H. Yule et A. C. Burnell, 1886, article « Banyan »). Dans le même sens, R. B. Serjeant, 1983b, p. 81b, note que, « à la fin du XVIIe s., il semble qu'on désignait par “bâniyâns” les navires de commerce indiens arrivant avec la mousson. »
99 R. B. Serjeant, 1974, p. 33-34 ; 1983e, p. 432a, citant al-Jarmûzî.
100 C. G. Gokhale, 1979, p. 100.
101 E. Balfour, 1885/1967, p. 275.
102 L. F. Dias Antunes, 1998, p. 61 ; R. Lewcock, 1976.
103 C. G. Brouwer, 1997, p. 202-206, 215.
104 Van den Broeke, Recueil des voyages, VII, p. 462, cité par M. N. Pearson, 1976, p. 103, n. 1 ; C. G. Brouwer, 1997, p. 202-206, 215 (cet auteur donne entre 600 et 3000 bâniyâns, peut-être 2000).
105 Pinkerton's Voyages, X, p. 69, 76, 78, 109 et 142, cité dans Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. XIII, p. 520.
106 P. Bonnenfant et J.-M. Gentilleau, 1994.
107 C. Niebuhr, 1792, vol. I, p. 254.
108 D. G. Keswani, 1980.
109 W. Dostal, 1983, p. 245b.
110 R. B. Serjeant, Isma‘îl al-Akwa‘, 1983d, p. 228.
111 R. B. Serjeant, Husayn al-Amrî, 1983c, p. 159b.
112 R. L. Bidwell, 1983, p. 110. Selon une note de R. B. Serjeant, l'auteur ne doit compter que les tenanciers de boutiques, sans leur famille.
113 R. Lewcock, 1983, p. 278b.
114 R. B. Serjeant, 1983b, p. 83a ; R. B. Serjeant, 1988a, p. 73.
115 J. L. Burckhardt, 1829, p. 190-191.
116 Ibid., p. 17.
117 Modave, p. 342, cité par M. N. Pearson, 1996, p. 137.
118 R. B. Serjeant, 1983e, p. 433b-434. Sur les commerçants venant de l'île de Diû, place forte du Gujarât, voir J. B. Harrison, 1965.
119 M. Tuchscherer, 1993, p. 177 ; A. Das Gupta, 1987, p. 136 et 1979/1994, p. 164.
120 A. Das Gupta, 1979/1994, p. 162-165.
121 A. Shivtiel, W. Lockwood, R. B. Serjeant, 1983, p. 418a.
122 A. Das Gupta, 1979/1994, p. 166.
123 Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. XIII, p. 520, note 3.
124 R. B. Serjeant, 1988a, p. 72.
125 R. L. Bidwell, 1983, p. 111a.
126 En 1856, Stern note que trois bâniyâns seulement demeurent encore à Sanaa (cité dans R. L. Bidwell, 1983, p. 112a).
127 R. Manzoni, 1884, p. 259.
128 J.-L. Miège, 1981, p. 92-108 ; P.-E. Botta, 1880, p. 159 ; E. Van Donzel, 1993, p. 515.
129 P.-E. Botta, 1880, p. 47.
130 R. B. Serjeant, 1983e, p. 435b et 1988a, p. 73.
131 R. B. Serjeant, 1988a, p. 73.
132 Sur l'ismâ‘îlisme, voir W. Madelung, 1973, p. 206-215. Sur la subdivision des Tayyibites, voir F. Daftary, 1999, p. 431-433.
133 Les akhdâm sont des gens qui avaient un statut très dévalorisé avant la révolution de 1962. A ce sujet, voir P. Bonnenfant, à paraître en 2001.
134 Les dénominations « bohras » et « bâniyâns » semblent se recouper souvent : « De nombreux Banias portent le surnom de Bohora ou Vora » (Gujarat State Gazetteers, Broach District, 1877/1961, p. 186).
135 E. Balfour, 1967, p. 403.
136 D. Menant, 1910, p. 468.
137 A. Das Gupta, 1979/1994, p. 16, 17, 72 et 75.
138 Gazetteer of India, 1877/1962, p. 116, note 1.
139 C. G. Gokhale, 1979, p. 141 et 124.
140 Pâtan était une ville du Nord du Gujarât. La prospérité de sa région attira la communauté ismâ‘îlite des bohras. Voir K. A. Nizami, 1995, p. 294.
141 A. Das Gupta, 1979/1994, p. 16, 77, 79, 83 et 163 et 1988, p. 110.
142 A. Das Gupta, 1988, p. 111. D'autres familles bohras, turques, arabes et persanes possédaient aussi des navires. Les lignes de navigation tendaient à se concentrer aux mains de certaines familles : celles du Golfe aux mains des familles mogholes, celles de mer Rouge aux mains des bohras et des Turcs (A. Das Gupta, 1979/1994, p. 83).
143 C. G. Gokhale, 1979, p. 141 et 124 ; A. Das Gupta, 1979/1994, p. 164.
144 D. Menant, 1910, p. 472.
145 Ibid., p. 472, n. 2 ; p. 475-478.
146 J.-C. Penrad, 1988, p. 222.
147 L. W. Donley, 1991, p. 75, citant Gazetteer of the Bombay Presidency, vol. V, p. 102.
148 E. Balfour, 1967, p. 403 ; Lokhandwalla, 1955. Sur les divisions, voir D. Menant, 1910.
149 Gazetteer of India, 1877/1961, p. 185-188 ; A. A. A. Fyzee, 1960, p. 1292b ; J. Burton-Page, 1960, p. 1228.
150 D. Menant, 1910, p. 481.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bonnenfant, « La marque de l’Inde à Zabîd », Chroniques yéménites [En ligne], 8 | 2000, mis en ligne le 06 septembre 2007, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/7 ; DOI : 10.4000/cy.7

Haut de page

Auteur

Paul Bonnenfant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org