Navigation – Plan du site
Histoires

Révolution : mode d'emploi

Muhammad Mahmûd al-Zubayrî et les erreurs des Libres
François Burgat et Marie Camberlin

Résumés

Pourquoi, en 1948 d'abord, en 1955 ensuite, les tentatives du mouvement des " Yéménites Libres " fondé par Muhammad al-Zubayrî et Ahmad Nu'mân de mettre un terme à l'absolutisme et à l'immobilisme de l'imamat zaydite ont-elles échoué à capitaliser un mécontentement populaire qui était pourtant manifeste ? Pourquoi l'imam Ahmad est-il parvenu à mobiliser avec tant de facilité les masses rurales (des tribus) contre le programme de l'intelligentsia éclairée ? Derrière l'inventaire lucide des "erreurs des Libres" que dresse al-Zubayrî, résident certaines péripéties révélatrices des résistances à la modernisation politique au Yémen.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

YEM

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Portrait de Muhammad Mahmud al-Zubayrî

Portrait de Muhammad Mahmud al-Zubayrî

1Le 17 février 11948, l'assassinat du titulaire de l'imamat zaydite Yahyâ Hamîd al-Dîn inaugure une fugitive révolution2. Ahmad, son fils, prend la tête de la répression et parvient avec une étonnante facilité à tourner la situation à son avantage. Il fait exécuter son challenger'Abd Allâh al-Wazîr, le monarque "constitutionnel" par qui les "Yéménites Libres"3, à l'origine du complot, espéraient, selon les termes de leur "Charte sacrée"4, mettre fin à l'absolutisme et à l'immobilisme du régime héréditaire qui venait d'être instauré. Très vite, ceux des dirigeants des Libres ou de leurs mandataires militaires qui n'ont pu fuir à l'étranger sont décapités en place publique. La fine fleur de l'intelligentsia éclairée est emprisonnée, pour de longues années, dans les forteresses de Hajja ou d'ailleurs. A aucun moment, l'Imam ne se heurte à la moindre résistance populaire. Au contraire, les tribus, c'est-à-dire une écrasante majorité de la population - moins de 15 % des Yéménites résident dans les maigres centres urbains -, prennent massivement parti contre les réformistes et se livrent à un sac brutal de la capitale5. Aux yeux de cette société rurale, la "révolution" apparaît comme une rébellion illégitime dès lors qu'elle vise un monarque considéré comme le représentant de Dieu sur terre. Sanaa et son élite intellectuelle sont identifiés à la caste impopulaire des aristocrates du savoir6. Cette trahison populaire, qui signe l'échec du premier mouvement de modernisation politique, traumatisera durablement les Libres et leurs idéologues. Sept années plus tard, une seconde tentative, au cours de laquelle un officier Ahmad al-Thulâyâ, tente de prendre le contrôle du palais de l'imam Ahmad à Taez, échoue tout aussi lamentablement : une fois encore, ni le substrat armé de la société, ni l'environnement international n'acceptent de cautionner les challengers d'un régime pourtant manifestement impopulaire7. Quelles erreurs ces Libres ont-ils donc commises ? En 1961, quelques mois avant que les blindés du chef des gardes, en retournant leurs canons contre la monarchie, entrouvrent à la République les portes de la péninsule Arabique, le cadi Muhammad Mahmûd al-Zubayrî qui, avec le professeur Ahmad Muhammad Nu'mân, a fondé le mouvement, s'interroge avec autant de lucidité que d'amertume sur les causes de son échec 8: pourquoi la double tentative des Libres de mettre un terme à l'absolutisme et de dépasser l'immobilisme de l'imamat a-t-elle échoué à capitaliser un mécontentement populaire évident ? Plus grave encore : pourquoi l'imam Ahmad est-il parvenu, avec une telle facilité, à mobiliser les masses rurales (des tribus) contre le programme de l'intelligentsia éclairée ? Pourquoi cette greffe de la modernisation politique véhiculée par une partie de l'intelligentsia religieuse et juridique des sâda et des cadis n'a-t-elle pas réussi à prendre sur la société rurale ? Et pourquoi encore, même dans la classe moyenne émergente des négociants du Sud, n'a-t-elle recueilli qu'un soutien si timoré ?

2Les clefs de lecture d'une période à tous égards fondatrice de l'histoire du Yémen contemporain se trouvent sans doute pour une bonne part dans les réponses de Zubayrî à ces interrogations essentielles. Dans l'inventaire des "erreurs des Libres", apparaissent les itinéraires sinueux de la modernisation politique au Yémen. Les leçons n'éclairent pas seulement la phase pré-républicaine. La rhétorique triomphaliste des tombeurs de la monarchie voudrait que le 26 septembre 1962 soit l'expression irrésistible d'une modernisation en profondeur de la société, qui aurait sapé les appuis d'un système monarchique devenu archaïque. Le processus à l'œuvre à partir de cette date semble en réalité quelque peu différent. Plus modestement, la révolution consacre le succès, pas nécessairement "idéologique" ou éthique et certainement pas inéluctable, d'une "tribu républicaine", de surcroît fortement soutenue par l'étranger (pour des considérations plus stratégiques que philosophiques) sur un système monarchique encore loin d'être privé de ressources9. La République est donc née d'un putsch armé autant qu'elle est l'aboutissement d'un véritable processus révolutionnaire. Malgré l'importance remarquable des acquis intellectuels du mouvement des Libres, ce confinement de la "révolution des esprits" à une mince élite éclairée explique en partie au moins que la victoire de la République n'a de toute évidence pas amené dans ses bagages la modernité politique. Elle laisse ainsi entrevoir la longueur de la route que doit parcourir le régime né en 1962, qui devra longtemps accepter une envahissante tutelle étrangère, avant de pouvoir s'appuyer sur une culture populaire en symbiose avec les énoncés républicains.

Les Libres et le peuple

3"La tyrannie a-t-elle vraiment eu au Yémen d'autres adversaires qu'elle-même ou que le temps ?", se demande Zubayrî avec amertume. Le peuple ne s'est-il pas surtout fait remarquer "par sa passivité" ? Certes, les imams Yahyâ et Ahmad ont fait preuve d'une duplicité particulièrement efficace. Mais l'approche des révolutionnaires a souvent été trop émotionnelle, les dissensions trop fréquentes, le langage de la communication mal choisi et l'engagement militant bien timoré. De surcroît, cette lutte de libération n'a pas été perçue comme telle par l'étranger et n'a jamais réussi, au même titre que d'autres combats, à émouvoir l'environnement arabe et occidental. Qui donc porte la responsabilité de toutes ces faiblesses ?

4Ne serait-ce pas la société qui n'était nullement prête pour une révolution, pas assez mûre pour une telle transformation ? "Les mouvements yéménites de libération ont-ils été l'émanation de la volonté populaire ou l'ont-ils artificiellement précédée 10?". S'il parvenait à une telle conclusion, Zubayrî se dédouanerait, lui et son mouvement, d'une partie au moins du fardeau de la défaite. Les Libres ne seraient plus coupables que de s'être trompés d'époque, d'avoir anticipé une demande populaire qui n'existait pas encore. Car, pour Zubayrî, ce qui distingue une révolution des agissements de simples coupeurs de route, c'est certes d'avoir des "objectifs élevés" mais c'est plus encore d'être l'expression d'une véritable attente populaire. Cela a-t-il bien été le cas pour les Libres ? Pour répondre à cette question, Zubayrî rappelle les grandes étapes de leur constitution.

5Les lettrés de Sanaa, Ibb et Taez en furent les premières recrues. Ils avaient eu connaissance des thèses modernistes circulant dans le reste du monde arabe par l'intermédiaire des ouvrages et des revues importés clandestinement. Ahmad Nu'mân, qui allait donner à la révolution son implantation "sudiste" et donc shaféite, a été l'un des vecteurs importants de cette introduction en créant, au sud de Taez, une école avec des enseignants formés à Aden. "Il se constitua une équipe organisée d'élèves qui prenaient la parole dans les assemblées. Elle faisait des démonstrations de sport, initiait au scoutisme et faisait ainsi des adeptes. Les autres établissements de la circonscription de Taez ne tardèrent pas à l'imiter. Mais le régime mutawakkilite eut connaissance de ces méthodes et fit fermer toutes ces écoles avant qu'elles n'aient pu porter leurs fruits11." Pour Zubayrî, les jalons fondateurs de la pensée des Libres et ses objectifs "élevés" sont là. Mais la société yéménite réclamait-elle vraiment le changement ? Zubayrî croit pouvoir répondre très clairement par l'affirmative : c'est précisément de la société rurale, c'est-à-dire de la société tout court, que seraient montées les premières demandes. Certes, elles ne s'exprimèrent pas sur un mode politique articulé ; la "conscience politique nationale" ne fut pas immédiatement perceptible dans ces frondes tribales ou ces protestations individuelles contre la famine des premières années du règne de Yahyâ au lendemain de sa victoire sur les Ottomans. Mais la dénonciation de l'autoritarisme politique ambiant (l'Imam fit très vite éliminer ceux-là mêmes qui l'avaient aidé à prendre le pouvoir) et de l'injustice économique résultant notamment d'une politique fiscale très sévère était manifeste. Pour Zubayrî, la cristallisation des mécontentements débuta avec la lourde défaite de Yahyâ contre les Saoudiens en 1934. Le désarroi du pouvoir politique, son incapacité significative à mobiliser les tribus pour défendre son territoire servit de révélateur du mécontentement populaire et de catalyseur à la montée des oppositions urbaines. Venant après plusieurs révoltes, les défections des tribus, trop vite qualifiées de simples "trahisons" auraient dû avoir valeur d'avertissement pour le régime.

6"Cette guerre, confirme Zubayrî, a provoqué une violente secousse dans la vie du Yémen. Elle a révélé le caractère néfaste du pouvoir mutawakkilite. Elle a levé le voile sur la réalité du sentiment populaire à son égard. La presse arabe a alors commencé à attaquer l'imam Yahyâ et sa politique et à formuler les critiques les plus virulentes. (...) La population rurale, tribus et agriculteurs, de la Tihâma ou d'ailleurs, vivait en fait une réelle tragédie dont rien ne parvenait à la classe urbaine éclairée, retranchée derrière un véritable rideau de fer de méconnaissance et d'ignorance. La guerre vint et fit tomber cette barrière. Les urbains découvrirent alors la tragédie. C'est là que le mouvement de libération plongea ses racines12." Les premières percées modernistes permirent ainsi à l'élite urbaine de prendre la mesure du désarroi de la population rurale qu'elle avait longtemps ignoré, et de commencer à l'instrumentaliser dans sa lutte contre le régime. Zubayrî se refuse donc à assumer, au moins entièrement, la responsabilité d'une éventuelle coupure entre l'élite urbaine, qui aurait anticipé ou même imaginé le mécontentement populaire, et la société (rurale) qui n'aurait pas suivi. "Les Libres, peut-il conclure, ne sont donc pas seulement une poignée d' "illuminés" venus trop tôt et n'ayant assis que sur leur imagination les fondements de la révolution. Les Libres, ce sont bien ces millions d'opprimés, des tribus et des fermes, de la Tihâma, des wâdî ou du sommet des montagnes... Ce sont ces masses populaires où se sont plantées les griffes du tyran et dont le sang et les richesses ont été sucés par une poignée de dirigeants13."

7"Il y a au Yémen un individu qui considère que son pouvoir vient des cieux... C'est Dieu qui l'a choisi pour gouverner ce peuple. C'est Dieu qui lui inspire d'agir ou de ne pas agir. C'est Dieu qui fait de chacun de ses actes une règle qui abolit toutes les autres, une religion qui efface toutes les autres. Les enfants du peuple ne sont plus que des criminels, des voleurs et des coupeurs de route. Si moindrement l'Imam vient à s'irriter contre l'un d'eux (ou inversement), il est en droit de verser son sang, de confisquer ses biens et ses terres, de le tuer, de l'emprisonner, de détruire sa maison ou de jeter sa famille à la rue. Un tel jugement a valeur divine, c'est-à-dire qu'il ne saurait être contesté. La conviction qu'a cet individu que son pouvoir est d'essence divine l'a conduit à nier au peuple toute valeur propre. Et à priver les masses de tout droit14." "Il n'appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu'Allâh et son messager ont décidé d'une chose, de conserver un choix dans leur façon d'agir15", rappelle le Prince, qui ne se prive pas d'aller au-delà même des recommandations du texte sacré pour contrôler chaque segment de la sphère privée. La lutte contre la tyrannie et l'immobilisme deviendra donc peu à peu le premier des objectifs explicites des Libres.

8D'autres buts y seront progressivement associés : au-delà d'un très ambitieux "bonheur du peuple", les Libres entendent restaurer son "unité", alors doublement compromise. L'Imam manipule en effet les appartenances confessionnelles et entretient sciemment la discorde entre zaydites et shaféites. "Il n'y a pas de mal à se référer aux appartenances religieuses", concède Zubayrî. "Ce qui est condamnable en revanche, c'est d'instaurer une discrimination entre ces deux groupes et d'y cultiver animosité et rancœurs (...), de se servir des uns pour réprimer les autres" en instrumentalisant cette discrimination16. L'autre obstacle à l'"unité" est bien sûr la persistante présence britannique au Sud du pays, dont la libération est dûment inscrite sur l'agenda des Libres. L'Imam n'est pas totalement absent de ce terrain mais il manque tout de même cruellement, aux yeux de ses détracteurs, de fierté nationaliste. N'est-ce pas lui qui ne craint pas de faire écrire ses fonctionnaires sur le verso des formulaires abandonnés par le "colonisateur turc17 ?" N'est-ce pas lui, qui, dans le même temps, n'arrive même pas à la cheville de l'occupant dans bien des domaines ? "Nous avons honte de le dire : il transforma l'école professionnelle construite par les Turcs à Sanaa avant la Première guerre mondiale en une... prison18."

9La lutte contre la tyrannie va pourtant très vite montrer ses limites. La résistance de l'Imam et l'efficacité de ses contre-offensives ne parviennent pas, aux yeux de Zubayrî, à expliquer l'échec de son mouvement. "Pourquoi ce peuple exploité n'a-t-il pas collaboré avec le mouvement de libération19 ?"

10Certes les facteurs internationaux ne doivent pas être négligés. La plupart des gouvernements arabes ont refusé de cautionner un mouvement qui avait entamé son action avec l'assassinat d'un chef d'Etat. Le meurtre de Yahyâ a choqué. Pas plus que le coup d'Etat de 1948, celui de 1955 n'a reçu le soutien de la communauté politique internationale. Mais, même dans l'origine de ces "déficiences" de l'environnement extérieur, la responsabilité des Libres ne saurait être sous-estimée. Zubayrî arrive alors au cœur de son propos : l'inventaire de ses propres erreurs et de celles de ses troupes.

Caricature tirée du journal Al-Salâm (fin des années 1950)
A gauche al-Hakîmî tenant un Coran.
A droite, l'imam Ahmad tenant les fers devant le peuple qui gémit

Caricature tirée du journal Al-Salâm (fin des années 1950)A gauche al-Hakîmî tenant un Coran.A droite, l'imam Ahmad tenant les fers devant le peuple qui gémit

Les erreurs des Libres

La rupture avec la culture traditionnelle

11La première des erreurs des Libres est sans doute la plus importante, puisqu'elle conditionne à bien des égards toutes les autres : les Libres n'ont pas su se faire aimer, comprendre, respecter ailleurs que dans leurs milieux sociaux d'origine. Au cœur de l'explication de ce déficit de communication réside le fait que leurs ambitions modernisatrices les ont conduit à utiliser un langage que les hommes des tribus jugeaient inaccessible ou, à tout le moins, étranger à leur univers intuitif. Si les Libres purent comprendre la détresse des masses rurales, ils ne parvinrent jamais à parler leur langage. Trop intellectuels, trop "modernes", ils furent également, assez vraisemblablement, mal positionnés dans le champ religieux. Ils ont certes réussi à sortir du "ghetto" de l'élite religieuse et juridique du zaydisme du Nord pour, dans une certaine mesure, s'implanter chez la petite bourgeoisie commerçante du sud shaféite. Mais cette petite bourgeoisie ne s'est engagée que très partiellement dans le mouvement. La situation était plus grave encore dans la société agraire du Nord, où la rupture avec l'élite urbaine était manifeste. "Le plus grand de tous les dangers, c'est ce fossé qui sépare tribus et citadins. Cette mésentente entre les deux camps, le pire des phénomènes, n'est bonne qu'à ruiner toute stratégie populaire20." Lorsque l'on sait que la société rurale est également le siège du pouvoir armé, on comprend le danger de ce déficit d'image des Libres dans les campagnes. L'Imam le comprit très vite et parvint avec une étonnante facilité à les faire passer pour des mécréants, les accusant de vouloir "raccourcir le Coran".

12Le paradoxe est que ces Libres furent en fait longtemps hostiles à tout changement radical, tant en matière religieuse bien sûr, qu'en politique, où ils demeurèrent sur une ligne sagement réformiste. Leur entrée en politique se fit par des conseils transmis au Prince plus que par des complots destinés à le mettre à bas. "Un petit groupe de jeunes (...) entreprit de conseiller l'Imam Yahyâ et de lui demander des réformes21". Seule l'intransigeance de l'Imam poussera une majorité d'entre eux, mais pas tous, à franchir avec plus ou moins d'enthousiasme le pas du soutien à la République. "J'aurais préféré Badr aux militaires !". Le mot, cruel pour les révolutionnaires de 1962, attribué à Ahmad Nu'mân peu de temps après la victoire de Sallâl contre Badr, en dit long sur le refus de l'un des fondateurs des Libres de soutenir un pouvoir militaire et, plus encore, sur le fait qu'il n'avait jamais véritablement rejeté l'imamat en temps que tel.

13Comment les performances des Libres en matière de communication ont-elles pu être si médiocres ? Le lexique révolutionnaire ne saurait en fait s'extraire de l'univers de la culture intuitive. Pourquoi, se reproche Zubayrî, ne pas avoir pris exemple sur tant d'autres révolutions de ce siècle qui, pour modernisatrices qu'elles aient été en dernière instance, eurent soin de ne pas déroger aux codes culturels les plus traditionnels. Quand bien même certains ne voulaient voir là que vulgaires superstitions, Gandhi comprit fort bien, lui, la nécessité de mobiliser ces croyances populaires "qui recelaient un potentiel spirituel qu'il lui était interdit de ne pas utiliser22". Les nationalistes du Kenya firent eux aussi de même : "Les dirigeants Mau Mau savaient susciter chez leurs militants un véritable esprit de sacrifice. Quand bien même ils étaient parfaitement acquis à la modernité, ils s'appuyaient sur des rites proches de la magie ou de la sorcellerie. Ils étaient parvenus à donner au serment populaire sacré (...) qu'ils exigeaient de leurs militants, une portée mobilisatrice capable de transcender la peur de mourir. Aucun de ceux qui l'avaient prêté ne pouvait en effet se permettre de trahir ou de se désister. (...) Si l'on compare cette redoutable doctrine avec les conceptions raffinées, rationnelles et modernes que l'on pourrait soumettre à quelqu'un de non-éduqué, ou même d'éduqué, on constate que ceux-ci n'ont pas le dixième de l'emprise que pouvait avoir chez ces Noirs ce serment Mau-Mau où leurs ennemis ne surent pourtant voir que 'sauvagerie'23."

14"Sauf à risquer avec ces idées modernes de choquer les couches populaires de la population, les Libres n'auraient (donc) jamais dû calquer leurs analyses sur celles qu'ils découvraient dans les livres ou dans la presse (d'importation). Ils auraient dû avant tout intégrer cette souffrance collective et s'efforcer d'extraire les masses de la confusion et de l'obscurantisme où elles se trouvaient alors (...). Ils auraient dû aller vivre réellement au cœur de la société des tribus et des agriculteurs, assumer leurs souffrances pour l'exprimer ensuite avec le vocabulaire même des croyances héritées, en usage dans la société. Ces vieilles croyances dénoncent l'injustice. Elles imposent à chacun de se défendre et de défendre sa communauté. Elles appellent à'prôner le bien et à combattre le mal' quel qu'en soit le coût. A ce prix, ils auraient réussi à établir le contact avec le peuple. Ils auraient capté ces formidables énergies spirituelles, tout comme l'imam Yahyâ sut le faire dans sa lutte contre les Turcs. Il réussit alors à tirer profit du penchant religieux et du sens de l'honneur des Arabes. Son fils Ahmad y parvint tout autant lorsqu'il souleva les tribus contre les habitants des villes avec le plein succès que l'on sait. Mais à cette époque, une partie de la jeunesse lettrée n'était pas acquise à une telle stratégie. Elle faisait preuve d'une sorte de rigidité, voire de sectarisme. Les Libres auraient dû diffuser leurs directives et leurs messages en les adaptant à la mentalité populaire et cela, ils n'ont pas su le faire. (...) Ils ont brandi sans transition des idées qui étaient à la fois complètement nouvelles et hostiles au pouvoir24."

15La seconde génération prit toutefois conscience de cette erreur : "Ils essayèrent donc (...) d'affronter l'imam Yahyâ avec la même arme spirituelle que celle qu'il employait. Mais l'Imam, désormais averti du danger, réagit très rapidement. C'est ce qui conduisit cette seconde "promotion" à s'exiler. Mais cette première erreur ne fut pas la seule.

La sous-estimation de la duplicité du pouvoir

16Les Libres n'ont pas pris assez vite la mesure de la duplicité du jeu politique des imams. Ils ont donc ainsi échoué à prémunir le peuple contre ce danger-là. Ce manque de clairvoyance explique également pour une bonne part, les "faux départs" du mouvement.

17L'Imam, en effet, savait non seulement réprimer mais également... charmer. "Si l'on examine l'ère de Yahyâ et d'Ahmad, on s'aperçoit que l'un des secrets de leur force et de leur longévité, c'est une exceptionnelle capacité de mise en scène, de duplicité et de mystification, une capacité à manipuler les sentiments et les mentalités populaires et non pas seulement les prisons, les glaives et les janbiyya25." "L'imam Ahmad a joué, du temps de son père, avec les Libres, une mascarade dangereuse. Il a réussi, quand il n'était que le prince héritier, à se faire passer pour un héros ou à y prétendre. En réalité il était de mèche avec son père : l'un d'eux incarnait pouvoir, violence, fermeté et intransigeance pendant que l'autre se faisait passer pour un jeune homme persécuté, brimé et frustré. Il a réussi ainsi à se présenter aux yeux des Libres comme une possible alternative, ralliant sur sa personne tous leurs espoirs26." Sur les Libres comme sur toute la population, le puissant "sédatif imamique" a donc fait merveille, privant chacun de sa capacité de réaction.

18"C'est elle [cette duplicité] qui a réduit ce peuple formidable à n'être qu'une créature paralysée, inerte, privée de sentiments, incapable de réaliser ses désirs et de faire face aux contraintes de l'existence. Le peuple a été véritablement anesthésié27." "Chaque fois que quelqu'un proposait des réformes, Sayf al-Islâm Ahmad posait sa main sur sa poitrine et déclarait : "J'y suis acquis ! Laissons seulement cette époque prendre fin !" Il fit un tel usage de la duperie qu'il alla jusqu'à attiser les mécontentements contre son père et à approuver toutes les menées qui lui étaient hostiles. Il accepta même l'idée de recevoir l'allégeance de ceux qui voulurent le prendre pour roi, imam ou calife du gouvernorat de Taez, comme s'il s'agissait d'un royaume indépendant28." "Nombreuses furent les victimes de tant de duplicité. Certains se laissèrent leurrer et acceptèrent de collaborer avec lui sur la base de ces alléchantes promesses. D'autres percèrent le secret de cette mise en scène et prirent conscience de la terrible vérité. Ceux-là, tout comme ils avaient perdu espoir en son père, perdirent espoir en Ahmad, le prince héritier29."

19Cette expérience de rapprochement avec Ahmad, concède Zubayrî, ne fut toutefois pas totalement inutile. Elle fit perdre aux interlocuteurs du prince héritier leurs dernières illusions et mina ce faisant les positions de ceux qui souhaitaient s'en tenir à quelques réformes. Elle contribua à radicaliser le combat et à accélérer l'évolution qui allait conduire un jour les Libres à faire leur le credo républicain30.

20Outre la manipulation et la ruse, Yahyâ, déterminé à étouffer dans l'œuf toute opposition éventuelle, eut recours à une autre arme aussi efficace que connue : l'exploitation des rivalités. Par toutes sortes de moyens, il encouragea antagonismes et jalousies afin de prévenir toute alliance susceptible de lui nuire. Il braqua cette arme redoutable contre les tribus d'une part, mais plus encore contre ceux qui eurent l'audace de s'élever contre la dévolution dynastique du pouvoir, mettant ainsi en danger à ses yeux l'avenir politique de son fils Ahmad31.

21"L'imam Yahyâ utilisait cette arme dévastatrice (de la division) depuis le début de son règne. Il ne s'appuyait que sur un tout petit groupe, encourageait les rivalités et attisait les flammes de la haine des uns contre les autres. Il ne pouvait contrôler les tribus qu'en permettant aux unes de dominer les autres. Il déléguait donc son pouvoir aux membres de l'une d'entre elles, et veillait ensuite à voir se dégrader en son sein, les relations entre ses membres. Ils les dressaient les uns contre les autres de telle façon qu'aucun d'entre eux ne soit plus en mesure de réclamer efficacement quoi que ce soit : ni droit, ni justice, ni légalité, que ce soit à titre individuel ou pour l'ensemble de sa tribu.32 "

22C'est assez logiquement dans les rangs des quelques deux cent mille sayyid33, candidats potentiels au pouvoir, que vont se manifester les premiers "comploteurs". Très tôt, les Libres gagnent l'appui d'une partie de ces personnages importants, un temps proches de l'Imam, qui ont fait les frais de sa "montée en absolutisme". Artisans de la victoire de Yahyâ contre les Turcs, ceux de ses plus proches soutiens qui n'ont pas été éliminés physiquement, ont été impitoyablement écartés. Ils vont être rejoints dans leur protestation par quelques oulémas, également choqués, mais pour des raisons religieuses, par cet imam qui a osé "mélanger le vinaigre au miel34" et altérer le mode zaydite de la dévolution du pouvoir.

23"Pour la première fois sous le règne de Yahyâ, se sont rassemblés [à Taez] ces personnalités ayant légitimement prétention à l'imamat35 (...). Les détails des discussions qu'ils eurent au cours de cette rencontre furent tenus secrets, personne ne sachant exactement ce qui s'était dit. La seule certitude était qu'un pacte avait été signé entre les participants. Ils s'engageaient à se constituer en un front unique contre Sayf Ahmad, le fils aîné de l'imam Yahyâ et contre le système de la succession dynastique. On ignore jusqu'à aujourd'hui s'ils firent allégeance à l'un d'eux36."

24Craignant par-dessus tout l'alliance entre ces notables, l'Imam décida de recourir à son arsenal de "l'incitation aux rivalités entre les ambitieux37".

25"Ces grands personnages gouvernaient de vastes régions du Yémen :'Alî b.'Abd Allâh al-Wazîr avait la circonscription de Taez,'Alî b. Hamûd, la juridiction de Zabîd et'Abd Allâh b. Ahmad al-Wazîr, la circonscription de la Tihâma. L'imam Yahyâ décida alors de rattacher une partie de la circonscription de Taez à celle que gérait'Alî b. al-Hamûd. Cette manœuvre n'ayant pas été assez rapidement suivie d'effets, l'Imam accéléra le mouvement et révoqua'Alî b. Hamûd, le gouverneur de Zabîd, pour le nommer à la tête d'une autre province du pays. Au bout de quelque temps, après avoir destitué le sayyid 'Alî b.'Abd Allâh al-Wazîr, il réunit la famille de ce dernier ('Alî b.'Abd Allâh et Muhammad b. Ahmad) dans une province alors confiée à l'autorité de 'Alî b. Hamûd. C'est ainsi que prit naissance la querelle qui les opposa (...). L'affaire n'en est pas restée là (...) : une rivalité inavouée venait de naître entre les deux piliers ('Alî b.'Abd Allâh et'Abd Allâh b. Ahmad) de la famille al-Wazîr38."

A Aden encore : la mobilisation insuffisante et les dissensions internes.

26Sortis de prison où les avaient menés les vagues successives d'arrestations, amorcées dès le début des années 1940, les Libres décidèrent de s'exiler, principalement à Aden. Ils venaient de réaliser qu'"un seul mot suffisait pour perdre un compagnon ou une vie de combattant. Avec la plus haute sagesse et la plus grande raison, il leur apparut que la seule voie possible était l'implantation du noyau du mouvement à l'étranger, afin de pouvoir diffuser leur message à l'intérieur du pays sans courir le risque de l'écrasement politique ou de l'anéantissement. La gestation de la Ligue Arabe les y encourage : elle les conforte dans la conviction que cette initiative est bénéfique au peuple yéménite et qu'elle cautionne les autres mouvements de libération du monde arabe39."

27Aux yeux de ses dirigeants, le transfert du mouvement vers un environnement moins répressif devait également renforcer l'engagement des militants. Même ceux qui avaient jusqu'alors conservé, au nom du réformisme, des positions fortes auprès du régime se décidèrent à franchir le pas de l'exil.

28"Ahmad Muhammad Nu'mân était l'un des plus proches du prince héritier, qui n'acceptait même personne d'autre que lui dans sa voiture royale. L'immense famille de Nu'mân bénéficiait de postes élevés et de nombreuses opportunités. Cela rendait très improbable l'idée que l'un de ses membres puisse se révolter contre l'Etat. Mais les Libres, qui mettaient l'idée du sacrifice au cœur de leur engagement, (...) avaient décidé de faire le deuil de leurs considérations personnelles et de s'exiler pour pouvoir proclamer sans contrainte la volonté du peuple (...) Ils furent par la force des choses amenés à s'installer à Aden où résidaient près de 60 000 Yéménites du Nord. La base humaine était large. Depuis Aden, les Libres pouvaient communiquer avec la base populaire de l'intérieur ainsi qu'avec leurs collègues partis s'installer en Egypte40."

29Mais à Aden, dans un milieu fort différent, où leur action ne souffre d'aucune entrave ou presque, les Libres ne seront pas non plus à l'abri d'une erreur de parcours. Dans la colonie britannique, le potentiel de soutien populaire semblait considérable. Même si les émigrés étaient peu enclins à entendre une réflexion idéologique et politique très construite, les ouvriers étaient très sensibles au drame vécu par leurs frères du Nord. Pourtant, pas davantage qu'à Sanaa, ils ne vont réaliser ce qu'ils ont échoué à faire sous la pression du "tyran". Par le radicalisme de ses propositions, le message des jeunes militants va une nouvelle fois choquer plus qu'il ne va convaincre.

30"Avant la venue de ce groupe de jeunes, Aden ignorait à peu près tout de ce qui se passait au Yémen, même si la plupart de ses habitants étaient des Yéménites. Il était alors naturel que ces Yéménites d'Aden soient choqués par la fougue de ces jeunes radicaux, et qu'un fossé s'approfondisse rapidement entre eux et les milieux illettrés, notamment ouvriers, les plus modestes41." Une fois de plus, à Aden et dans d'autres terroirs de l'émigration, "ils ont laissé se creuser un fossé entre eux et la base populaire. Ils ont commencé leur lutte par ce qui aurait dû en être le point final. Ils ont attaqué des idoles qui avaient conservé aux yeux de la population une dimension sacrée et ont ainsi défié leurs sentiments. Après cela, comment auraient-ils pu avoir sur eux un quelconque impact ou même été seulement en mesure d'établir le moindre contact42 ?"

31Les Libres d'Aden vont certes parvenir à enrôler quelques envoyés de l'Imam venus tenter une médiation. Mais cette victoire est bien insuffisante. Au lieu de remédier à cette incompréhension qui les coupe à nouveau de la classe populaire, ils vont encore céder aux facilités d'une démarche élitiste en se limitant, dans leur travail d'approche, à la seule catégorie de la petite bourgeoisie négociante. Celle-ci va de surcroît se montrer fort timorée dans son engagement, sa bonne santé économique réfrénant son enthousiasme pour les sacrifices qu'exige la lutte révolutionnaire. "Le soutien de ce groupe des commerçants et assimilés s'amenuisait chaque fois qu'ils prenaient la mesure de la réprobation de l'Imam, qu'ils subissaient de quelconques menaces (...) de l'intérieur, par le biais de leurs proches, ou la pression des autorités britanniques sur les Libres installés à Aden. Ce groupe a donc commencé à se rétracter et à se rétrécir au point de ne plus représenter que quelques individus, fidèles au mouvement du seul fait de leur confiance sans limite en la personne du professeur Ahmad Muhammad Nu'mân qui jouissait d'un énorme prestige43."

32Néanmoins cette nouvelle maladresse tactique n'entama pas la détermination et la volonté des émigrés. La situation inquiéta particulièrement le pouvoir mutawakkilite, d'une part parce que l'opinion publique à l'intérieur se montrait de plus en plus réceptive à l'opposition et, d'autre part, parce que "jamais au Yémen on avait observé une telle manière de faire front contre le pouvoir, la sainteté de l'Imam et la crainte révérencielle [qu'il inspirait] (...)44." Dans cette situation d'urgence, l'Imam intervint promptement et s'adressa directement au souverain britannique pour enrayer l'action du mouvement. Le roi Georges VI, alors en guerre, s'exécuta et recourut à un prétexte d'ordre juridique pour faire interdire les Libres. Ils furent d'autre part victimes des prescriptions de la Charte de la Ligue Arabe qui invitait les gouvernements signataires à ne pas intervenir dans les affaires internes des autres Etats. L'Imam eut dès lors les mains libres pour mener une nouvelle campagne d'arrestations qui toucha durement le mouvement.

33"Les Libres à Aden sont touchés par tous ces facteurs réunis. Leur moral en est ébranlé, ils perdent confiance en eux. En cette période de désespoir, les relations entre les membres se détériorent ; les reproches, les critiques fusent et la méfiance s'installe. (...) L'erreur des Libres sera alors, en cette période de troubles, de s'entredéchirer (...). Plutôt que de remédier à [la faiblesse de] ces moyens, ils s'acharnent à les détériorer par le conflit et la controverse45."

34Sayf al-Islam Ahmad, dans le cadre de la stratégie développée par son père, envoie à Aden de nouveaux émissaires pour proposer une négociation aux opposants exilés. Cette proposition va provoquer la première scission grave au sein du mouvement. Une partie des membres reste déterminée à mener la lutte coûte que coûte. Une autre, lassée par les innombrables difficultés rencontrées à Aden, se laisse à nouveau leurrer, et accepte de rentrer au Nord, pour négocier et revenir à la stratégie réformiste initiale. "Chaque groupe se cramponnait à son point de vue : la première faction était déterminée à rester à Aden et la seconde à se rendre à Taez pour présenter les revendications nationalistes des Libres. Le résultat fut que ceux qui s'étaient rendus à Taez, se retrouvèrent en prison et enchaînés. Les revendications nationalistes se volatisèrent. Sayf al-Islâm Ahmad leur refusa le droit de retourner à Aden et rejeta toutes leurs demandes ; il ne respecta pas davantage pactes et accords46 ."

Des faibles au pays des forts...

35"L'erreur pousse à l'erreur, le succès amène le succès." Il n'est donc pas surprenant, constate Zubayrî, que cette fragilité intrinsèque de la base populaire des Libres les ait empêchés de faire des réalisations spectaculaires, propres à impressionner leurs possibles adhérents. Cette faiblesse relève en fait, note-t-il, de la logique du cercle vicieux. Ne réussissant pas à mobiliser une large base populaire, ils n'ont jamais été capables de trouver les ressources matérielles qui leur auraient permis de crédibiliser leur action en finançant ou en armant les insurrections de leurs alliés potentiels. Il est vrai qu'ils n'ont jamais non plus complètement assumé l'idée d'une rupture véritable avec l'imamat. Or, dans un monde tribal très conservateur, la victoire va vers la victoire et les clivages étant rarement idéologiques, le soutien va souvent à celui que l'on perçoit comme le futur vainqueur. Dans un univers où primait la force, les Libres n'ont jamais démontré la leur de manière suffisamment crédible pour rallier les hésitants. Ils ont échoué à changer le cours des choses, ce qui leur fut fréquemment reproché par leurs adeptes potentiels. Mais comment changer le monde lorsque l'on a besoin des autres pour vous aider à le faire et qu'on ne parvient pas à les convaincre ?

36L'insuffisance de leurs moyens matériels eut d'autres conséquences. Des ruraux analphabètes ne pouvaient être enrôlés par le biais de brochures ou d'articles, a fortiori lorsque ceux-ci n'étaient diffusées que dans les villes. Le manque de moyens a réduit les possibilités de mobilisation directe de la société traditionnelle. Là où il aurait fallu pouvoir tenir table ouverte lors de la venue à Aden des leaders tribaux s'éloignant du régime zaydite, là où il aurait fallu entretenir des missions étrangères permanentes auprès des régimes comme auprès des émigrés, les Libres, qui ne parvenaient même pas à subvenir aux besoins des leurs, laissés sans emploi par l'exil, n'ont pu faire que des investissements tout à fait insuffisants.

37Toute la responsabilité de l'échec ne peut pour autant incomber qu'aux seuls militants. "Les Yéménites Libres sont une partie du peuple yéménite et la cause yéménite n'appartient pas qu'à eux seuls", se défend Zubayrî. Dans la toute dernière partie de son analyse, il se décharge d'une partie de sa responsabilité en rappelant la passivité qui fut celle du peuple tout entier. Une longue diatribe stigmatise la disproportion entre les attentes exprimées sans vergogne par la population, toutes catégories confondues, et la passivité de cette population, qui, toujours, réclama tout, tout de suite, mais se soucia fort peu de donner à la révolution. "Pourquoi les Libres n'ont-ils pas édifié à l'étranger des bases pour les leaders tribaux ? Pourquoi n'ont-ils pas réussi à intégrer tous ceux qui fuyaient l'injustice ? Pourquoi n'ont-ils pas créé d'écoles ? Pourquoi n'ont-ils pas envoyé des missions scientifiques et des délégations dans le monde arabe ? Pourquoi ne donnent-ils pas à leurs jeunes un entraînement militaire ? Pourquoi ne répondent-ils pas à toutes les demandes des tribus ? Pourquoi n'organisent-ils pas des Centres d'orientation et d'enseignement ? Pourquoi ne résolvent-ils pas le problème de l'enseignement et des enseignants ? Pourquoi n'écrivent-ils pas dans la presse et n'éditent-ils pas des journaux et des livres ? Pourquoi ne communiquent-ils pas, à l'intérieur comme à l'étranger, avec chacun ? Pourquoi ne satisfont-ils pas un tel et aussi un tel et un tel ? Pourquoi ne viennent-ils pas à bout de la tyrannie ? Pourquoi ne construisent-ils pas un Etat pour le peuple ? Pourquoi ne libèrent-ils pas tous les détenus ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi les Libres ne font ils pas TOUT ? Il fallait que les Libres soient comme les djinns du roi Salomon, qu'ils offrent un trône de Bilqîs à chaque paresseux et à chaque égoïste avant qu'il accepte de les rejoindre47."

38Au Yémen, la tyrannie n'aurait-elle été vraiment combattue que par le temps, et par le tyran lui-même ?

Conclusion

39Deux grands enseignements d'ordre méthodologique se sont ainsi imposés au révolutionnaire déçu : dans une société où les clivages sociaux et socio-professionnels sont particulièrement vivaces, la modernisation ne peut pas faire l'économie de l'effacement de hiérarchies sociales, condition incontournable de l'apparition d'une mobilisation citoyenne. Le repli élitiste sur leur classe ou sur les hauteurs dominantes de la petite bourgeoisie négociante ne pouvait suffire ainsi aux Libres à asseoir une révolution nationale. Le second enseignement, étroitement lié au premier, a trait aux exigences de la communication politique. Le lexique révolutionnaire ne saurait en aucune façon rompre, voire seulement s'écarter un tant soit peu des sentiers et des catégories de la pensée dominante, surtout si celle-ci est religieuse. Tout ce qui peut être perçu, à tort ou à raison, comme une atteinte aux convictions religieuses ne peut, en effet, que compromettre la mobilisation d'une société aussi conservatrice que l'est alors le Yémen.

40"Malheur", donc, aux révolutionnaires et même aux simples réformistes qui ont ignoré cette double réalité : enfermés dans les limites de leur petit monde des intellectuels urbains, si juste que soit leur combat, ils verront les masses, pourtant réellement exploitées, donner aveuglément raison au "tyran". Au-delà des clefs de lecture d'un épisode essentiel du passé royaliste du Yémen, cet aveu lucide de la fragilité de la base sociale du seul réformisme, et donc a fortiori de l'idéal républicain, éclaire plusieurs aspects de l'histoire plus récente du Yémen.

41Un épisode majeur de la longue guerre civile qui suit la victoire républicaine de 1962 prend notamment tout son sens. Pour ne pas voir l'échec des Libres et de leurs alliés militaires, même appuyés par la puissante armée égyptienne, se reproduire une troisième fois, Zubayrî fait un choix sans surprise pour qui connaît le bilan qu'il vient de faire de ses deux premiers échecs. Voyant s'effriter dangereusement l'assise du régime républicain de'Abd Allâh al-Sallâl, il démissionne de son poste ministériel et part, accompagné de quelques proches (dont'Abd al-Majîd al-Zindânî), à la rencontre des puissantes tribus de la périphérie de Sanaa. Pour ne plus refaire les erreurs de communication du passé, il décide cette fois que le réceptacle idéologique de la réconciliation entre tribus et "modernisateurs" républicains, entre société rurale et élite urbaine s'appellera ni plus ni moins que le... "Parti de Dieu"48.

42Fort des enseignements de sa double défaite, il entend bien cette fois faire appel aux ressources de la culture intuitive des gens des tribus et s'abstraire de ce raccourci moderniste qui les avait dressés contre la première génération réformiste. Son entreprise réussit largement. C'est peut-être pour cette raison qu'il est assassiné, quelques mois plus tard, par des royalistes49, mais peut être aussi avec les encouragements des services égyptiens craignant que cette troisième force ne se développe à leurs dépens. Le succès, cette fois, sera tout de même au rendez-vous. Malgré la fin de la guerre civile et la disparition de l'hypothèque royaliste, le long processus de la modernisation politique, était pourtant encore bien loin d'être achevé.

Haut de page

Bibliographie

M. al-Ahnaf, 2000 : "Al-Fudhayl al-Wartilânî, un Algérien au Yémen: le rôle des Frères Musulmans dans la Révolution de 1948", Chroniques Yéménites 1998-1999, Sanaa, CFEY, p. 49-59.

J. Chelhod, 1984 : "Les structures sociales et familiales", L'Arabie du Sud, vol. 3, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 15-37.

J. L. Douglas, 1987 : The Free Yemeni movement 1935-1962, Beyrouth, American University of Beirut.

P. Dresch, 1993, Tribes government and history in Yemen, Oxford, Clarendon Press.

Hamîd Ahmad Shahra, 1998 : Masra' al-ibtisâma : suqût mashrû' al-dawla al-islâmiyya fî al-Yaman (1938-1948), Sanaa,Al-markaz al-yamanî li-l-dirâsât al-istrâtîjiyya.

F. Halliday, 1974 : Arabia without Sultans, Middlesex, Penguin Books.

H. Ingrams, 1963 : The Yemen: imams, rulers and revolutions, Londres, John Murray.

Markaz al-dirâsât wa al-buhûth al-yamanî (éd.), 1982 : Thawrat 1948. Al-mîlâd wa al-masîrat wa al-mu'atharât, Beyrouth, Dâr al-'awda.

F. Mermier, 1997 : Le cheikh de la nuit. Sanaa : organisation des souks et société citadine, Paris, Sindbad.

A. Rouaud, 1984 : "La double révolution yéménite, 1948-1970", L'Arabie du Sud. J. Chelhod (éd.), vol. II, p. 141-168.

A. Rouaud, 1984 : "Al-Mutawakkil'Alâ Allâh Yahyâ. Fondateur du Yémen moderne", L'Afrique et l'Asie modernes, n°141.

R. W. Stookey, 1977 : Yemen. The politics of the Yemen Arab Republic, Boulder Colorado, Westpoint Press.

A. Tayyib, 2000 : "Muhammad Mahmûd Zubayrî et la fondation du Parti de Dieu", trad. et commentaire de F. Burgat, Chroniques Yéménites 1998-1999, Sanaa, CFEY, p. 63-65.

M. Wenner, 1967 : Modern Yemen, 1918-1966, Baltimore, Johns Hopkins Press.

Haut de page

Notes

1 A propos de Muhammad Mahmûd al-Zubayrî, Les bases idéologiques de la pensée de la révolution yéménite, 1983, p. 7 à 49, "Les deux Révolutions au Yémen, pourquoi ont-elles échoué ?", Beyrouth, Dâr al-'Awda. Le projet initial de donner à lire la traduction intégrale de ce texte important a été abandonné au profit d'une synthèse et d'une mise en perspective historique. Le style du texte et la structure souvent redondante de l'exposé se prêtaient mal à une traduction littérale. Cette contribution s'insère dans le programme "Les fondements historiques des appartenances politiques dans le Yémen contemporain" dirigé au CEFAS par François Burgat et Ali Zaid en collaboration avec le CARMA (INALCO , L. W. Deheuvels) et le Centre Yéménite d'Etudes et de Recherches. Ce programme débouchera sur la publication d'archives inédites et notamment, en collaboration avec le Middle East Studies Center de l'Université américaine de Beyrouth, des archives personnelles d'Ahmad Muhammad Nu'mân.
2 L'imam Yahyâ Hamîd al-Dîn succède en 1904 à son père al-Mansûr. Il va essentiellement asseoir sa légitimité sur sa victoire contre l'occupant ottoman qui, dès 1911, lui concède une quasi-indépendance sur l'ensemble des territoires zaydites du pays.
3 L'appellation désigne le mouvement réformiste d'opposition qui vit le jour au Yémen dans les années trente, et qui se déclina sous diverses formes dans les décennies qui suivirent jusqu'à la révolution du 26 septembre 1962. Voir J. L. Douglas, 1982.
4 Traduite et commentée par M. al-Ahnaf, 2000. Curieusement, ou très significativement, Muhammad Mahmûd al-Zubayrî ne fait aucune allusion à l'aide pourtant décisive que son mouvement reçut, jusqu'au coup d'Etat avorté de février 1948, de la part des Frères musulmans de Hasan al-Bannâ. Cela tendrait à conforter l'idée que la collaboration de Zubayrî avec les Frères fut plus pragmatique qu'idéologique et qu'il ne fut sans doute jamais ce tout premier militant yéménite des Frères musulmans comme le considèrent encore aujourd'hui certains leaders du courant islamiste au Yémen (cf. notamment :'Abd al-Majîd al-Zindânî, 1998 : "Ayyâm min hayât al-shahîd Muhammad Mahmûd al-Zubayrî", Ronéo, Sanaa, 45 p.).
5 R. W. Stookey, 1977, p. 222 ; M. Wenner, 1967, p. 105.
6 La société yéménite est alors hiérarchisée en strates relativement étanches. L'analyse de cette structuration est complexe : au sommet de la hiérarchie sociale et politique trônent les sayyids, descendants du prophète, qui sont les seuls à pouvoir prétendre à la charge de l'imamat. Viennent ensuite les cadis, aristocratie détentrice du savoir juridique. Leur titre, acquis en théorie par l'étude, a eu souvent tendance à devenir héréditaire. Viennent ensuite, dans le monde rural, les hommes des tribus qui fournissent conjoncturellement au pouvoir l'essentiel de sa force armée. Certains (les'arabî) peuvent être des citadins. Plus "bas" dans la hiérarchie sociale viennent les titulaires de métiers décriés : maraîchers, bouchers, préposés aux bains publics, barbiers-circonciseurs, tanneurs, cordonniers, fabricants de ceintures... et enfin les akhdâm, caste quasi-intouchable de serviteurs, dont les ancêtres sont réputés être venus d'Ethiopie au VIe siècle. En milieu rural, la population d'artisans et de petits boutiquiers avait un statut social inférieur à celui des hommes de tribu. Voir J. Chelhod, 1984 : " Les structures sociales et familiales", L'Arabie du Sud, histoire et civilisation. Culture et institutions au Yemen (Tome 3), Paris, Maisonneuve et Larose.
7 M. Wenner, 1967, p. 115 sq ; J. L. Douglas, 1977, p. 186-192.
8 Muhammad Mahmûd al-Zubayrî est le descendant d'une famille de cadis zaydites de la Tihâma. A l'âge de neuf ans, après la mort de son père, il gagna Sanaa, qu'il quitta pour Taez à l'âge de 15 ans. C'est dans cette ville qu'il fréquenta assidûment'Abd Allâh al-Wazîr, membre d'une des trois grandes familles régnantes de sayyid zaydites, dont il fut le compagnon de voyage vers l'Arabie saoudite puis l'Egypte. Au Caire en 1940, avec Ahmad Nu'mân, un intellectuel shaféite de la Hujariyya, ils créent le premier mouvement réformiste regroupant des Yéménites résidant en Egypte (J. L. Douglas, 1987, p. 51-52).
9 M. Wenner, 1967, p.193 sq. Après le renversement de l'imam Ahmad, son fils al-Badr, aidé par les Saoudiens, tiendra tête pendant près de huit années aux troupes républicaines soutenues par l'Egypte de Gamal Abdel Nasser. Cf. M. Camberlin, S. Samouiller "Chronologie du Yémen contemporain, 1904-1970", dans ce numéro ; M. Wenner, 1967, p. 193-228.
10 Muhammad Mahmûd al-Zubayrî, op. cit., p. 8.
11 Ibid. p. 10. C'est l'imam Yahyâ qui a inauguré l'appellation de "mutawakkilite" (nisba d'al-Mutawakkil'alâ Allâh) cf. A. Rouaud, 1984, p. 57.
12 Muhammad Mahmûd al-Zubayrî, op. cit., p. 9.
13 Ibid., p. 10-11.
14 Ibid., p. 11-12.
15 Sourate al-Ahzâb n°33, verset 36. citée p. 12., 1998.
16 Muhammad Mahmûd al-Zubayrî, op. cit., p. 14-15.
17 "Un compatriote qui connaissait bien la langue turque m'a raconté qu'il avait un jour découvert une page qui, sur son verso, écrit en turc, contenait l'homologation d'une pharmacie et sur son recto, écrite en arabe, un ordre donné de la main de l'Imam à plusieurs fonctionnaires et relatif à l'achat d'une nouvelle bride pour sa mule, avec description précise et prix à l'appui. (...) (Ainsi) se côtoyaient sur un même document deux gouvernements : celui du colonisateur et l'autre, indépendant, deux langues aussi, la langue arabe et la langue turque. Le paradoxe pouvait faire rire ou... pleurer." Ibid., p. 13.
18 Ibid., p. 13.
19 Ibid., p. 11.
20 Ibid., p. 47.
21 Ibid., p. 11.
22 Ibid., p. 23.
23 Ibid., p. 23.
24 Ibid., p. 22-23.
25 Ibid., p. 24-25.
26 Ibid., p. 25.
27 Ibid., p. 26.
28 Ibid., p. 25.
29 Ibid., p. 25.
30 Douglas situe en 1956 les premières adhésions des Libres au credo républicain. Cf. Le document publié cette année-là au Caire par le mouvement, le Matâlib al-Sha'b, les demandes du peuple, J. L. Douglas, 1987, p. 214-215.
31 La doctrine zaydite ne reconnaissait pas la dévolution dynastique du pouvoir. L'imam était normalement choisi en fonction de "qualités" (au nombre de 14), ce qui garantissait à chaque succession une certaine autonomie au collège des "électeurs" sayyid.
32 Muhammad Mahmûd al-Zubayrî, op. cit., p. 29.
33 Cité par F. Halliday, 1974.
34 "Târîkh al-ba'th al-'shârya al-'irâqiyya ilâ al-Yaman (1940-1943)" Sayf al-Dîn Sa'yd al-Yahya, 1986, tome 1, Al-matâbi'a al-'askariyya, Baghdad.
35 Zubayrî nomme les plus importants sayyid présents, parmi lesquels se trouvaient même des fils de l'imam règnant : sayyid'Abd Allâh b. Ahmad al-Wazîr, le sayyid'Alî b. Hamûd, le sayyid'Alî b.'Abd Allâh al-Wazîr et Sayf al-Husayn b. al-Imâm Yahyâ.
36 Ibid., p. 30.
37 Ibid., p. 30.
38 Ibid., p. 30.
39 Ibid., p. 34.
40 Ibid., p. 34-35.
41 Ibid., p. 36.
42 Ibid., p. 39.
43 Ibid., p. 37.
44 Ibid., p. 37.
45 Ibid., p. 38.
46 Ibid., p. 39.
47 Ibid., p. 48-49.
48 A. Tayyib, 2000, p. 63-65.
49 Hamîd Ahmad Shahra
Haut de page

Table des illustrations

Titre Portrait de Muhammad Mahmud al-Zubayrî
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/68/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Caricature tirée du journal Al-Salâm (fin des années 1950)A gauche al-Hakîmî tenant un Coran.A droite, l'imam Ahmad tenant les fers devant le peuple qui gémit
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/68/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Burgat et Marie Camberlin, « Révolution : mode d'emploi », Chroniques yéménites [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 07 septembre 2007, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cy.revues.org/68 ; DOI : 10.4000/cy.68

Haut de page

Auteurs

François Burgat

Articles du même auteur

Marie Camberlin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org