Navigation – Plan du site
Histoires

Chronologie du Yémen contemporain (1904-1970)

Marie Camberlin et Ségolène Samouiller

Résumés

De l'avènement de l'imam Yahyâ en 1904 à la fin de la guerre civile au Nord et la naissance de la RPDSY en 1969-1970, le Yémen n'a pas échappé aux secousses du XXe siècle : guerres mondiales, colonisation et décolonisation, nationalisme et revendications sociales. Le tableau chronologique qui enregistre une partie des événements entre ces deux dates pour le Yémen du Nord et du Sud, est avant tout conçu comme un outil de travail appelé à s'enrichir et à servir de support à la lecture des dynamiques politiques, particulièrement pour la décennie charnière 1960-1970.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

chronologie

Géographique :

YEM

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Un cahier d'écolier célèbre l'union entre le royaume du Yémen, le royaume d'Arabie Saoudite et l'Egypte en 1958-1959 (collection Muhammad al-Halabî)

Un cahier d'écolier célèbre l'union entre le royaume du Yémen, le royaume d'Arabie Saoudite et l'Egypte en 1958-1959 (collection Muhammad al-Halabî)

1Cette chronologie du Yémen contemporain a été conçue comme un instrument de travail dont l'objectif est de présenter les principaux événements socio-politiques qui se sont déroulés sur le territoire de l'actuelle République du Yémen au cours du vingtième siècle. Elle prend pour point de départ l'accession au pouvoir de l'imam zaydite Yahyâ Hamîd ad-Dîn, dans un contexte marqué par deux présences étrangères, l'occupation ottomane au Nord (1849-1918) et britannique au Sud (1838-1967). Elle s'achève sur l'indépendance de l'Arabie du Sud et la réconciliation nationale qui fait suite à une guerre civile de plus de sept ans dans la République Arabe du Yémen.

2La concentration des informations en un nombre limité de pages nous a conduit à quelques partis pris historiques. Tous les accords, batailles et autres événements qui pourraient être considérés ici ont fait l'objet d'un choix permettant une compréhension historique cohérente du Yémen contemporain. Pour les situations complexes (notamment la période révolutionnaire), dont la chronologie pouvait difficilement rendre compte dans le détail, nous avons cherché à mettre à en lumière les événements significatifs. Etant donné l'abondance variable des données selon les périodes, la chronologie s'articule en deux parties. La première va du début du siècle à la révolution de 1962 (non comprise) et comprend un encadré sur les premières ouvertures vers l'extérieur du royaume mutawakkilite et un autre sur les étapes de la construction de la Fédération de l'Arabie du Sud. Pour permettre plusieurs types de lecture, nous avons introduit des typographies différentes : les mentions en italique concerne les événements propres au "Yémen du Sud" et le texte en gras les relations entre les deux "Yémens"1. La seconde partie, plus détaillée, couvre essentiellement les événements liés à la révolution, à la guerre civile au Nord (répartis en deux colonnes), puis au Sud.

3La présentation qui suit n'est que le résultat provisoire des recherches menées par les auteurs. Ce travail est bien sûr amené à être complété et amélioré dans les mois à venir.

41902-1904 : Une Commission frontalière anglo-turque travaille à la délimitation des territoires yéménites sous domination ottomane et des territoires sous protectorat britannique. La frontière sera ratifiée, après maintes controverses, par la Convention de 1914. Ni l'imamat, ni la République Arabe du Yémen ne la reconnaîtront.

51904 : (juin) Accession au pouvoir de l'imam Yahyâ b. Muhammad Hamîd al-Dîn (1904-1948) après la mort de son père al-Mansûr Muhammad b. Yahya Hamîd al-Dîn.

61904-1911 : L'imam Yahyâ intensifie la lutte contre les Ottomans et tente d'étendre son autorité sur l'ensemble du Yémen. Plusieurs tentatives de négociations échouent.

71911 : (25 octobre) Signature du traité de Da''an entre le Yémen et la Sublime Porte. L'imam Yahyâ est reconnu dans son rôle de chef spirituel et temporel de la communauté zaydite, ce qui assure une quasi-indépendance au Yémen.

81912 : Dans la Tihâma, la rébellion contre l'occupant turc continue sous l'influence du sharîf idrisside.

91914 : (9 mars) Convention frontalière anglo-turque sur la délimitation des territoires qui se trouvent sous leur autorité respective.

101914-1918 : Première guerre mondiale. L'imam Yahyâ adopte une position de neutralité dans le conflit, bien que les Anglais essayent de le rallier à la cause des Alliés. La flotte britannique prend le contrôle des côtes de la mer rouge.

11Les conséquences de la guerre sont désastreuses pour les Etats du protectorat occidental d'Aden, qui avait connu une période de grande prospérité au tournant du siècle. Presque tous désertent le camp britannique pour rejoindre les Ottomans.

121915 : (5 juillet)La garnison britannique de Lahj tombe aux mains des Ottomans et de leurs alliés yéménites, qui avancent vers le sud avec pour objectif de prendre le contrôle d'Aden.

131916 : Au début de l'année, les Ottomans renforcent leurs effectifs à Lahj. Mais leurs prétentions sur le Sud sont mises à mal rapidement, en raison notamment de la révolte du Hedjaz et de l'isolement du Yémen par rapport au reste de l'Empire.

141917 : Formation d'un premier gouvernement par l'imam Yahyâ.

151918 : (Novembre) Suite à la défaite de l'Allemagne et de ses alliés ottomans, l'imam Yahyâ entre triomphalement dans Sanaa et étend son autorité sur l'intégralité de la province ottomane.

16Les Britanniques établissent l'autorité des Idrissides du'Asîr (occupé par les Turcs) sur toute la Tihâma, en remerciement de leur soutien aux Alliés.

171919 : Les forces ottomanes quittent le Yémen. Une partie des garnisons entre au service de l'Imam afin de créer les bases de la nouvelle administration yéménite.

18Dès le départ des Turcs, Yahyâ remet en cause la frontière Nord-Sud de 1914 et montre des velléités de conquête sur les protectorats britanniques de l'Arabie du Sud. Les relations avec les Anglais, déjà entamées par la participation de l'Imam lors de l'invasion ottomane en 1915-1916, se détériorent.

191920 : L'émir idrisside prend le contrôle de Hudayda, au détriment de l'Imam. Le cheikh Nâsir Mabkhût al-Ahmâr, entré en rébellion dans la région de Hajja, se rallie à l'émirat idrisside.

20Le nord du'Asîr est occupé par les forces saoudiennes.

211922 : (Février) Les Anglais repoussent les incursions yéménites au Yémen du Sud par des bombardements.

221922-1923 : Durant plusieurs mois, certaines tribus du Nord s'opposent à l'enrôlement de leurs membres dans l'armée régulière que l'Imam tente de mettre en place. La rébellion est sévèrement réprimée.

231924 : Les puissantes tribus du Jawf et d'al-Baydâ' entrent en révolte. L'Imam envoie la nouvelle armée, sous la direction du sayyid'Abd Allâh al-Wazîr, pour restaurer le calme.

24Les forces de l'imam Yahyâ occupent le'Asîr.

251925-1926 : Après la campagne réussie dans le Jawf, la nouvelle armée yéménite annexe Hudayda, al-Luhayya et la région côtière, dirigée jusqu'alors par les Idrissides. L'Imam établit son autorité sur toute la Tihâma.

26Création à Sanaa d'un orphelinat (madrasat al-aythâm) et de l'école supérieure de sciences religieuses (al-madrasa al-'ilmiyya), pour former les cadis et les hauts fonctionnaires de l'administration imamite.

271926 : En nommant son fils Prince héritier, l'imam Yahyâ introduit le "principe dynastique" dans le royaume et génère l'hostilité d'une partie de la classe des sayyid, qui, dans la tradition zaydite, avait un rôle important à jouer dans la désignation de l'Imam.

28(12 mai) Première édition d'al-Imân ("La Foi"), organe officiel du gouvernement mutawakkilite.

291926-1927 : Première révolte contre l'autorité zaydite dans la Tihâma. La tribu shaféite des Zarânîq revendique son indépendance. L'armée dirigée par Ahmad Hamîd al-Dîn réussit à rétablir la paix.

301926-1934 : Conflit territorial avec l'Arabie saoudite au sujet du'Asîr et de l'oasis de Najrân.

311928 : (Février) Afin de protester contre les incessantes incursions des troupes de l'Imam sur leur territoire, les Britanniques entreprennent des raids aériens contre des villes du royaume et bombardent les troupes infiltrées dans plusieurs protectorats.

32(Novembre-décembre) Nouvelle révolte des Zarânîq dans la Tihâma contre l'imam zaydite.

331929 : (Octobre) Le prince héritier, Ahmad, mate la rébellion de la Tihâma et entre dans la capitale des Zarânîq, Bayt al-Faqîh.

341929-1930 : Les tribus des régions du Jawf et du Mashrîq, à l'est du Yémen, entrent en rébellion. L'imam Yahyâ inaugure une série de campagnes militaires, sous l'autorité de sayyid'Abd Allâh al-Wazîr, pour établir définitivement son hégémonie sur la région.

351931 : Pénétration d'une importante partie de l'armée régulière imamite dans les régions de Khawlân, Sirwâh et Ma'rib, jusqu'alors province autonome.

361932 : L'Imam interdit tout commerce du Yémen avec Aden.

371933 : Achèvement de la pacification des régions du Nord-Est (Sufyân, jabal Barat et jabal al-Aswad), désormais sous l'autorité de l'Imam.

38(Novembre) Révolte dans le'Asîr contre les forces saoudiennes. Les forces armées yéménites et saoudiennes s'affrontent, à l'avantage des premières.

391934 : (11 février) Signature du Traité d'amitié et de coopération mutuelle de Sanaa entre l'imam Yahyâ et le gouverneur d'Aden, le colonel Sir Bernard Reilly. Les Yéménites doivent quitter le sultanat de 'Awâdil et renoncent pour quarante ans à toute revendication sur l'Arabie du sud. Le commerce avec Aden est rétabli.

40(Avril) La guerre éclate de nouveau entre l'Arabie saoudite et le Yémen à propos de Najrân et du'Asîr. Les forces saoudiennes prennent Hudayda et Najrân.

41(20 mai) Traité de fiâ'if entre l'imam Yahyâ et Abd al-'Aziz b. Sa'ûd. Le Yémen cède le'Asîr et Najrân à l'Arabie saoudite qui évacue en retour Hudayda et libère le Yémen des Idrissides qui avaient mis la main sur la Tihâma.

421935 : Envoi des premiers étudiants yéménites à l'étranger en mission d'entraînement militaire à Bagdad. A leur retour, ils sont emprisonnés afin d'être "purgés" de toute idée libérale. Malgré cela, ces officiers sensibilisés aux idées progressistes seront parmi les principaux protagonistes des tentatives de renversement des imams Yahyâ et Ahmad.

43Création à Dhubhan par Ahmad Nu'mân d'une "école privée" (Madrasa al-Ahliyya), première école séculière moderne au Yémen, ainsi que d'un "cercle de la réforme" (Nâdî al-Islâh).

44Création à Sanaa de deux organisations réformistes, Hay'at al-Nidâl (présidée par Ahmad al-Mutâ') et Fatât al-Fulayhi.

45(Novembre) Accord entre Riyad et Sanaa sur la délimitation des frontières entre les deux pays.

461936 : Arrestation d'Ahmad al-Mutâ' puis d'Ahmad Nu'mân. Ce dernier rejoindra ensuite le Caire pour suivre les enseignements d'al-Azhâr.

471937 : Mise en place à Aden d'une administration coloniale plus directe, sous la tutelle du Bureau colonial de Londres (et non plus de Bombay). L'arrière-pays est regroupé en deux protectorats, oriental et occidental.

481938 : Ahmad Nu'mân adresse au Prince héritier son al-Anna al-Ula ("La première plainte"). Cette critique des méthodes du gouvernement est le premier pamphlet écrit contre l'Imam.

49(Août) Plusieurs membres de l'illustre famille de sâda, al-Wazîr, sont évincés de postes-clefs de l'administration yéménite et remplacés par des membres de la famille régnante (Ahmad et'Abd Allâh).

50(Décembre) Première parution de la "Revue de la sagesse yéménite" (Majallat al-Hikma al-yamaniyya), qui devient le premier "organe d'opposition".

511939 : Ouverture de la première école pour filles.

521940 : (début de l'année) Lancement de l'hebdomadaire Fatât al-Jazîra à Aden, qui accueillera très tôt les articles des Libres2.

53(Mars) Arrivée de Muhammad Mahmûd al-Zubayrî au Caire, où il accompagne le sayyid'Abd Allâh al-Wazîr. Al-Zubayrî et Nu'mân créent al-Katîba al-Ulâ, une association réformiste regroupant des Yéménites du Caire. Celle-ci entre en relation avec les Frères musulmans par l'intermédiaire d'al-Fudayl al-Wartilânî.

54(Fin de l'année) Visite d'une délégation de personnalités importantes de la Tihâma à Sanaa, pour rencontrer l'imam Yahyâ. L'ensemble des régions sous autorité de l'Imam reconnaissent l'autorité centrale et les révoltes rurales diminuent.

551941 : (Février) Nu'mân quitte le Caire pour Aden.

56(Juillet) Retour d'al-Zubayrî à Sanaa, suivi par Muhî al-Dîn al-'Ansî et Ahmad Hasan al-Hawrash. Al-Zubayrî est emprisonné par l'Imam après lui avoir présenté son barnâmaj (programme de réformes préparé avec les mouvements réformistes du Caire et de Sanaa). Seul Muhammad Sâlih al-Masmarî reste en Egypte pour entretenir le contact avec les Frères musulmans.

57L'Imam impose l'interruption de la parution d'al-Hikma al-yamaniyya en prétextant la pénurie mondiale de papier. Cela le contraint à interrompre également le journal officiel du pouvoir, al-Imân.

58(Décembre-janvier) Vague sans précédent d'arrestations de "libéraux", dont al-Zubayrî.

591942 : Légalisation des syndicats à Aden.

601943 : Grande famine. L'Imam refuse d'ouvrir ses réserves pour assister les nécessiteux.

611944 : La radio fait son entrée au Yémen.

62Réorganisation des divisions administratives du pays pour faciliter le contrôle par le gouvernement central des différents districts et affaiblir la cohésion des tribus.

63(Mars) Détérioration des relations entre le prince Ahmad et les réformistes, qui avaient jusqu'alors leur place dans son entourage.

64(Juin) Quatre réformistes, dont Nu'mân et al-Zubayrî quittent la cour du prince Ahmad à Taez pour Aden, qui devient un pôle important d'idées réformistes et modernistes. Après ce départ, de nombreuses arrestations ont lieu dans les principales villes du pays. La diffusion de Fatât al-Jazîra est interdite et la correspondance est étroitement contrôlée.

65(Juillet) Les Britanniques permettent à l'opposition libérale exilée de rester à Aden, à condition de ne pas déployer d'activité politique trop intense.

66(Septembre) L'imam Yahyâ fait arrêter l'un de ses fils, Isma'îl.

671945 : L'accession à l'indépendance de nombreux pays arabes, conjuguée à la politique despotique de l'Imam, accroît le mécontentement et les revendications de réformes.

68Etablissement de la Ligue arabe dont le Yémen est un membre fondateur.

69Suite à des querelles internes, les zaydites engagés dans le mouvement des Yéménites Libres rentrent au Yémen, laissant à Aden les membres shaféites du mouvement, dont Nu'mân et al-Zubayrî.

70Développement économique du port d'Aden.

711946 : Création de la Société des femmes yéménites, première association de femmes et précurseur privé de l'Union générale des femmes yéménites.

72(Janvier) Création à Aden de la Grande Association Yéménite (GAY) par Nu'mân et al-Zubayrî. Voix de l'ensemble des communautés yéménites à l'étranger, elle dispose d'une constitution et d'un organe de presse, Sawt al-Yaman.

73(11 avril-27 mai) Le prince Ahmad fait une visite à Aden pour tenter d'annuler la création de la GAY. En réaction au soutien que les Britanniques accordent aux Libres, Ahmad annonce sa volonté d'ouverture.

74(4 mai) L'imam Yahyâ obtient la reconnaissance diplomatique des Etats-Unis.

75(31 octobre) Premier numéro de la revue politique Sawt al-Yaman, organe des Libres publiée à Aden sous le leadership de Nu'mân et al-Zubayrî. Au Caire, la même année la revue al-Sadâqa permet à de nombreux Yéménites exilés de s'exprimer.

76(20 novembre) Le neuvième fils de l'Imam, Sayf al-Islâm Ibrâhîm, fuit Sanaa et rejoint le mouvement des Yéménites Libres.

771947 : (Juillet) L'Imam envoie 44 étudiants au Liban et en Egypte.

78(13 août) Fudayl al-Wartilânî rencontre au Caire les membres du mouvement des Yéménites Libres.

79(30 septembre) Adhésion du Yémen aux Nations Unies.

80(1er novembre) Inauguration à Sanaa de la radio yéménite. Les programmes sont essentiellement religieux et les informations concernent principalement l'entourage de l'Imam.

81(Novembre) Hasan al-Bannâ', fondateur des Frères musulmans, est désigné comme représentant de la GAY auprès de la Ligue arabe et d'autres organisations basées au Caire.

821948 : De nombreuses grèves font suite à la multiplication des mouvements revendicatifs contre l'autorité britannique à Aden.

83(17 février) Coup d'Etat mené par le sayyid'Abd Allâh al-Wazîr qui s'auto-proclame imam. L'imam Yahyâ est assassiné.

84(13 mars) Ahmad, le fils de Yahyâ, entre dans Sanaa avec le soutien des tribus zaydites et réussit à reprendre le pouvoir. Ahmad laisse les tribus piller

85Sanaa en représailles au soutien apporté par la population au coup d'Etat. La capitale administrative est déplacée de Sanaa à Taez.

86(8 avril) Exécution de'Abd Allâh al-Wazîr.

87(15 décembre) Publication du journal al-Fudûl, nouvel organe de presse du mouvement des Libres à Aden.

881949 : A la suite de la création de l'Etat d'Israël, les notables de la puissante communauté juive de Sanaa sollicitent l'autorisation de quitter le pays. L'imam Ahmad donne son accord. L'opération "tapis volant" permet à 47 140 Yéménites de s'installer en Israël.

89Premières élections municipales à Aden au suffrage restreint.

90Suite aux grèves de 1948, le gouvernement britannique crée le Labor and Welfare Department et le Labor Advisory Board. Les travailleurs n'y sont pas représentés.

91(Janvier) Lancement de l'Aden Association, qui prône l'indépendance d'Aden à l'intérieur du Commonwealth. C'est l'une des premières associations nées de la protestation contre l'occupant britannique avec la Ligue des Fils de l'Arabie du Sud (1951) et le Front National Unifié (mars 1955), mouvement plus radical.

921950 : (Décembre) Graves incidents à Mukallâ au cours de manifestations contre le Sultan.

931951 : Création de la Ligue des Fils de l'Arabie du Sud, qui deviendra la Ligue Arabe du Sud.

94Plusieurs grèves paralysent le port d'Aden.

95Signature d'un accord de modus vivendi entre les Britanniques et l'imam Ahmad suite à des affrontements dans l'émirat de Dhâl'a sous autorité britannique. Les troubles se poursuivent dans l'émirat de Bayhân, puis dans d'autres régions du protectorat occidental, où l'Imam attise le mécontentement des tribus.

961952 : Le mouvement des Libres à Aden deveint l'Union Yéménite

97(Juillet) Al-Zubayrî crée une branche de l'Union Yéménite au Caire avec l'accord de Jamal'Abd al-Nasser.

981953 : Les révoltes tribales se multiplient dans le Sud, encouragées par l'Imam. Développement d'al-Râbita al-janûb al-'arabî ("Union de l'Arabie du Sud"), premier mouvement de masse revendiquant ouvertement l'indépendance, sans conflit ouvert avec la puissance coloniale.

99Apparition des premiers syndicats à Aden.

100(Octobre) Les Britanniques font fermer le journal al-Fudûl, sous la pression de l'Imam.

101Accord commercial entre le Yémen et l'Allemagne Fédérale.

1021954 : Ouverture à Little Aden d'une raffinerie de la British Petroleum. Aden devient l'un des plus grands ports de pétroliers du monde.

103(Juillet) Nasser présente au Yémen une offre d'aide militaire, économique et culturelle.

1041955 : Pacte militaire et de sécurité entre l'Egypte et l'Arabie saoudite (Traité de Djedda). L'Arabie obtient l'arrêt de tout soutien de Nasser aux Yéménites Libres en exil au Caire.

105(Mars) Elections pour l'Assemblée législative de la colonie. Remous importants parmi les populations arabes. Coalition des principaux mouvements en un Front National Unifié, mouvement d'opposition radical qui prône le rattachement au Yémen du Nord.

106(30 mars) Coup d'Etat manqué contre l'imam Ahmad par un militaire, Ahmad al-Thulâyâ, et deux des frères de l'Imam ('Abd Allâh, ministre Affaires étrangères et'Abbâs, ministre de la Santé). Le règne de'Abd Allâh, qui est apparu, un temps, comme une alternative possible au conservatisme de son frère, dure 3 jours.

107Plusieurs Yéménites Libres détenus sont libérés par le Prince héritier Muhammad al-Badr.

108(Juin) Rencontre entre Nu'mân, al-Zubayrî et al-Badr, concernant la conclusion éventuelle d'un pacte.

109(15 juin) Trois officiers d'un convoi britannique sont tués dans une embuscade tribale à Rubat, zone de passage agitée entre le Sud et le Nord. Cette attaque oblige les Britanniques à renforcer leurs forces de sécurité face à des tribus dissidentes encouragées et armées par l'Imam.

110(Octobre) Nu'mân et al-Zubayrî, en différend avec la jeune génération des Libres, sont évincés de la branche égyptienne du mouvement.

111(31 octobre) Renouvellement du traité de 1928 entre le Yémen et l'Union soviétique.

1121956 : Plusieurs accords commerciaux sont conclus par le Yémen avec la Russie, l'Allemagne de l'Est et la Chine.

113Le parti Ba'ath fonde une section locale à Aden.

114(Mars) Création de l'Aden Trade Union Congress (ATUC) qui réunit la plupart des syndicats créés à la suite feu des précédentes grèves.

115(Mars) Alliance de la branche adénite des Yéménites libres avec le Front national unifié et l'ATUC.

116(28 avril) Pacte d'assistance mutuelle entre le royaume du Yémen, l'Arabie saoudite et l'Egypte contre la Grande-Bretagne.

117(Juillet) L'Union Yéménite du Caire, sur l'initiative de Muhammad Nu'mân, publie les "demandes du peuple" (Matâlib al-sha'b). Ce document radical marque un tournant dans le mouvement des Libres qui rejette pour la première fois l'imamat comme régime politique pour le Yémen, ce qui renforce les tensions entre zaydites et shaféites au sein du mouvement

118(Décembre) 21 syndicats sont dénombrés à Aden.

1191957 : Aden devient la principale base britannique des côtes occidentales de l'océan Indien.

120(Novembre) Ouverture d'une ligne téléphonique à Taez.

1211958 : (début de l'année) Arrestation de 35 personnes après un nouvel attentat contre l'imam Ahmad.

122Les Britanniques déposent le Sultan de Lahj, soupçonné d'avoir voulu adhérer à la République Arabe Unie (RAU).

123Signature d'un traité d'amitié entre le Yémen et la Chine.

124(Mars) Traité de fusion Yémen-Egypte-Syrie dans une Fédération des Etats Arabes Unis. La Fédération est dissoute en décembre 1961.

125(Avril) L'ATUC, qui est devenu l'une des principales voix d'opposition à l'occupant, lance une campagne de grèves.

126(Mai) L'état d'urgence est proclamé.

127(Novembre) Deux jours de combats à Crater poussent le gouvernement britannique à procéder à des arrestations en masse.

1281959 : Plus de 80 grèves dénombrées au cours de l'année.

129Apparition de la section sud-arabique du Mouvement des Nationalistes Arabes, qui sera une des composantes du Front National de Libération.

130(Avril) L'imam Ahmad se rend en Italie pour un traitement médical. Al-Badr, nommé régent, cherche à introduire des réformes. Il ne peut toutefois, comme il avait promis, augmenter le montant des soldes militaires et doit faire appel aux tribus pour calmer la situation. Le pays est agité de nombreuses révoltes tribales dans les mois suivants, ce qui entraîne le retour précipité de l'Imam en août.

131(Octobre) A la demande des ulémas, l'imam Ahmad confirme le choix d'al-Badr pour lui succéder.

132(Décembre) Révolte des confédérations tribales Hâshid et Bakîl qui fomentent contre l'Imam.

1331960 : (Janvier) Nouvelle tentative d'assassinat de l'Imam.

134Après l'exécution du cheikh suprême des Hâshid sur ordre de l'Imam, la révolte tribale est matée et plusieurs leaders tribaux quittent le royaume.

135Les grèves se poursuivent à Aden.

136(Mars) Les troupes britanniques réussissent une opération contre des tribus dissidentes et des trafiquants d'armes saoudiens au nord de Bayhân.

137(Juillet) Suite à la détérioration de ses relations avec l'Egypte et à l'intensification des conflits intérieurs, l'imam Ahmad tente un rapprochement avec les Britanniques au cours d'une rencontre à Taez. Ahmad Nu'mân est expulsé d'Aden.

138(Septembre) Début d'une vaste campagne militaire britannique (opération Niggard) contre les tribus dissidentes du wâdî Hatib. Elle se solde par un succès britannique.

1391961 : (Janvier) Muhsin al-'Aynî est expulsé d'Aden.

140Une branche régionale de l'Union démocratique populaire, de tendance marxiste radicale, s'installe à Aden et entreprend la lutte armée contre les Britanniques depuis les zones rurales.

141Création à Sanaa de l'organisation des Officiers Libres.

142(Janvier) Nasser envoie une lettre à al-Badr afin de restaurer des liens étroits entre les deux pays.

143(1er avril) De jeunes officiers manquent un attentat contre l'imam Ahmad à Hudayda.

144(Avril) Les bureaux de l'Union Yéménite sont incendiés à Aden.

145(Novembre) L'imam Ahmad publie un poème ridiculisant Nasser. Cela marque la fin de la participation yéménite à la Fédération des Etats Arabes.

146(Décembre) La route Sanaa-Hudayda est achevée grâce à l'assistance technique chinoise.

L'imam Ahmad à la fin des années 1950 (Fonds Siyânî - CEFAS)

L'imam Ahmad à la fin des années 1950 (Fonds Siyânî - CEFAS)

Les révolutions : 1962-1970. Le Nord

1962

Vie institutionnelle, économie et société

147(9 janvier) La première chambre de commerce est inaugurée au Yémen, afin de " ranimer l’économie locale et lutter contre les marchés " colonialistes " dans la région du Sud ".

148(18 janvier) Al-Badr fait libérer plusieurs prisonniers politiques.

149(16 avril) Agression contre l’émir al-Badr dans son palais.

150(24 mai) Inauguration du port de Hudayda financé par l’URSS.

151(12 juin) Décret autorisant la création de coopératives agricoles.

152(10 août) Manifestations à Sanaa et Taez d’étudiants pro-nassériens.

153(21 août) Les étudiants yéménites du Caire attaquent l’ambassade de leur pays et réclament " la déchéance de l’imam Ahmad et la proclamation d’une République Yéménite ".

154(19 septembre) On annonce le décès de l’imam Ahmad, qui succombe aux blessures de l’attentat de Hudayda. Al-Badr, son fils, prend le pouvoir et Sanaa redevient la capitale du pays. Il charge le gouvernement d’étudier les mesures à prendre pour instaurer un régime civil délimitant les pouvoirs et les responsabilités des autorités et assurant à tous les citoyens leurs droits. Il réaffirme la solidarité du Yémen avec les Etats arabes en vue de l’édification d’une nation arabe unique. La mort d’Ahmad bouleverse les plans des révolutionnaires (qui avaient prévu leur coup d’Etat pour le 21 septembre) et certains prêtent allégeance au nouvel Imam.

155(20 septembre) Un groupe de " Yéménites Libres " du Caire envoie un message à l’imam al-Badr réclamant la participation du peuple à la gestion des affaires du pays. L’Imam s’adresse à Nasser pour lui assurer sa détermination à collaborer avec la RAU.

156(25 septembre) Al-Badr institue une Assemblée législative et des conseils municipaux.

157(26 septembre) Coup d’Etat dirigé par le général ‘Abd Allâh al-Sallâl, nouvellement promu commandant en chef des forces armées par l’Imam. La radio officielle annonce la mort de l’Imam. Celui-ci a en réalité rejoint des tribus fidèles dans le nord du pays, avec l’aide de l’Arabie saoudite. Le même jour, la République Arabe du Yémen (RAY) est proclamée. Un comité révolutionnaire composé de militaires et soutenu par l’Egypte prend le pouvoir et annonce l’état d’urgence.

Relations extérieures

158(17 janvier) Accord de coopération technique entre le Yémen et la Syrie, en matière d’éducation et de défense.

159(19 janvier) Rupture des relations diplomatiques entre le Yémen et la République Arabe Unie.

160(5 février) Al-Badr fait savoir à Nasser son souhait de rétablir les relations diplomatiques entre les deux pays.

161(21 avril) Accords entre le Yémen, l’Indonésie, l’Espagne et le Japon en vue d’établir des relations diplomatiques.

162(26 avril) Le Yémen devient membre de l’UNESCO.

163(17 août) Le Yémen proteste officiellement auprès de la Grande-Bretagne contre l’accord sur l’adhésion éventuelle de la colonie d’Aden à la Fédération de l’Arabie du Sud. Il revendique l’ensemble des territoires qui constituent les protectorats oriental et occidental d’Aden et proclame le maintien de ses droits sur toute la colonie.

Vie institutionnelle, économie et société

164(29 septembre) Al-Sallâl est désigné chef du Conseil de la Révolution, président du gouvernement et commandant en chef des forces armées. Premier numéro du quotidien républicain, al-thawra à Ta ‘izz.

165(3 octobre)  Les biens de la famille royale sont confisqués. Leur mise aux enchères sera ordonnée le 25 janvier 1963.

166(4 octobre) Retour d’exil d’al-Zubayrî et d’Ahmad Nu‘mân.

167(5 octobre) Création d’une radio royaliste qui opère depuis le royaume saoudien.

168(15 octobre) Abolition de l’esclavage.

169(31 octobre) Al-Sallâl est nommé président de la République Arabe du Yémen par le Conseil de la Révolution. Il proclame la nouvelle constitution et forme un gouvernement où la tendance pro-égyptienne l’emporte sur la tendance syndicaliste d’Aden.

170(27 novembre) Le tribunal du peuple de Sanaa ouvre le procès de responsables du régime imamite.

171(29 décembre) Mise en circulation d’une monnaie proprement yéménite, la buqsha, pour la première fois de l’histoire du pays.

Guerre civile - Relations extérieures

172(28 septembre) Le prince Sayf al-Islâm Hasan, oncle du souverain, se déclare prétendant au trône et quitte les Nations Unies où il était ambassadeur. Les tribus Hâshid et Bakîl prennent les armes contre les révolutionnaires et marchent sur Sanaa.

173(29 septembre)  L’Egypte et l’URSS reconnaissent la République Arabe du Yémen. Débarquement à Hudayda de plusieurs milliers de soldats égyptiens.

174(30 septembre) Nasser annonce que le gouvernement de la RAU met tous ses moyens à la disposition de la révolution yéménite.

175(1er octobre) ‘Abd al-Rahmân Baydânî, ministre de l’Economie et vice-président du gouvernement républicain, accuse les Saoudiens d’abriter les rebelles. Le même jour, dans la ville de Djedda en Arabie saoudite, se tient un conseil de guerre qui réunit les princes yéménites partisans d’al-Badr.

176(3 octobre) Un communiqué affirme la remise en vigueur du pacte de défense commune et de coopération entre le Yémen et la RAU. De nouveaux contingents égyptiens arrivent au Yémen. Une lettre radiodiffusée adressée au roi Sa‘ûd affirme que la RAY est prête à combattre l’agression des forces saoudiennes.

177(Octobre) La presse du monde entier s’empare de l’affaire al-Badr et des informations contradictoires circulent, bien que Radio-Sanaa continue à démentir farouchement qu’il puisse être encore vivant.

178(Novembre) Les royalistes demandent à l’ONU une enquête sur l’agression égyptienne du Yémen. Pour enrayer la défection de certaines tribus, attirées par l’or saoudien et les armes britanniques, au profit des royalistes, le gouvernement fait pendre deux cheikhs et laisse agite la menace d’une invasion saoudienne.

179(10 novembre) L’imam al-Badr lance des opérations militaires contre la République.

180(5 décembre) L’imam al-Badr se déclare favorable à l’organisation d’un référendum au Yémen.

181(19 décembre) Le gouvernement américain reconnaît le régime républicain et reste sourd aux appels de l’imam al-Badr.

182(20 décembre) L’Assemblée Générale des Nations unies reconnaît les délégués de la République Arabe du Yémen auprès de l’ONU.

183(25 décembre) Le Conseil des ministres yéménites met en demeure le gouvernement britannique de reconnaître la République du Yémen.

1963

Vie institutionnelle, économie et société

184(1er janvier) Création à Taez du premier syndicat ouvrier yéménite.

185(2 janvier) Création d’un Conseil suprême composé de 14 membres sous la présidence du maréchal al-Sallâl, chargé de suivre les affaires tribales sur la base de rapports présentés par le conseil des chefs de tribus.

186(Mi-janvier) Le gouvernement d’al-Sallâl se divise entre partisans et opposants d’un rapprochement avec l’Egypte.

187(26 janvier) Législation encourageant les investissements de capitaux étrangers au Yémen.

188(7 février) Baydânî est remplacé par Muhammad al-Ra’adi au ministère des Affaires étrangères.

189(18 février) Nouveau remaniement ministériel. Le président al-Sallâl cumule les postes de Premier ministre et de ministre des Affaires étrangères.

190(20 février) Baydânî, accusé d’avoir tenté un coup d’Etat contre al-Sallâl à la fin du mois de janvier, est jugé pour haute trahison et s’exile en Egypte.

191(22 février) Al-Sallâl ordonne l’élection d’une Chambre des Représentants où tous les cheikhs tribaux seraient représentés.

192(6 mars) Réunion à Taez d’ulémas qui décident de condamner le régime royaliste.

193Création de la première école navale du Yémen.

Guerre civile - Relations extérieures

194(21 janvier) Le Président Khrouchtchev assure al-Sallâl de son amitié et de son soutien.

195(24 janvier) La Chine populaire propose une aide technique à la République.

196(Février) Conflits frontaliers entre les forces républicaines et les troupes de la Fédération.

197(1er février) Rencontre entre al-Sallâl et Anwâr al-Sadat à Sanaa. Mise au point d’un programme de lutte contre les forces hostiles à la Révolution.

198(14 février) Réunion entre les maréchaux al-Sallâl et ‘Amir (commandant des forces armées de la RAU) et les chefs de tribus du Jawf pour régler la situation dans cette région.

199(26 février) Plainte de la RAY auprès de la Ligue arabe et de l’ONU contre la présence des forces britanniques dans le Harîb. Parallèlement, les Britanniques annoncent avoir tiré sur des forces yéménites républicaines qui avaient pénétré dans la principauté de Bayhân.

200(1er mars) Arrivée à Sanaa du secrétaire général adjoint des Nations unies qui se déclarent prêtes à accorder au Yémen toute l’aide possible pour mettre un terme aux ingérences étrangères et assurer la paix.

201Accords de coopération économique et technique entre la RAY et la République démocratique allemande.

202(13 mars) Les Nations unies envoient aux gouvernements saoudien et égyptien un plan de désengagement des forces armées au Yémen. Ce plan est assorti de la reconnaissance finale du gouvernement républicain par l’Arabie saoudite et la Grande-Bretagne.

203(15 mars) Al-Sallâl se dit favorable à l’implication de la RAY dans toute union éventuelle entre l’Egypte, la Syrie et l’Irak.

Vie institutionnelle, économie et société

204(Avril) Promulgation d’une constitution provisoire par al-Sallâl.

205(4 avril) L’imam al-Badr annonce que les lois et décrets pris antérieurement par son gouvernement demeurent en vigueur.

206(18 avril) Décret présidentiel constituant le Conseil de tribus, sous la présidence d’al-Sallâl. Il remplace le Conseil national de commandement de la Révolution.

207(27 avril) Formation du premier " Conseil exécutif " (Conseil des ministres).

208(10-11 mai) Le ministère de l’Agriculture met en place un projet de construction de barrages et un autre concernant l’irrigation. Il annonce par ailleurs la création de plantations dont les revenus seront partagés entre l’Etat et les paysans et l’installation de coopératives agricoles dans sept provinces.

209(18 mai) Al-Sallâl promet la désignation d’un nouvel imam zaydite détenteur des seuls pouvoirs spirituels. Inauguration de la première école d’aviation militaire dirigée par des Egyptiens.

210(30 mai) Interdiction des partis et organisations politiques d’opposition.

211(5 juillet) Mise en circulation du riyal yéménite. Les pièces portent d’un côté l’inscription " République arabe yéménite " et de l’autre l’image d’un caféier. Signature d’un accord d’assistance technique et culturelle entre le Yémen et l’Egypte.

212(30 juillet) Tentative d’attentat contre le président al-Sallâl à Radâ‘. Le vice-ministre du Commerce est tué.

Guerre civile - Relations extérieures

213(13 avril) L’ONU annonce que l’Arabie saoudite et la RAU seraient parvenues à un accord de cessation des hostilités au Yémen qui prévoit l’arrêt de l’aide saoudienne aux royalistes, l’évacuation de l’armée égyptienne et le contrôle des frontières yéméno-saoudiennes par les troupes de l’ONU.

214(19 avril) Retrait d’un premier contingent de troupes égyptiennes.

215(30 avril) Le Yémen, la RAU et l’Arabie saoudite acceptent que l’ONU contrôle l’exécution de l’accord de désengagement.

216(3 mai) Rapatriement en Egypte de plusieurs contingents qui se trouvaient en RAY.

217(28 mai) Al-Badr ordonne la reprise des offensives contre les Républicains.

218(29 mai) Proclamation de l’état d’urgence sur tout le territoire.

219(13 juin-19 juillet 1963) Mission d’arbitrage des Nations unies.

220(15 juin) L’Iraq soutient la participation du Yémen dans la nouvelle Union fédérale arabe (Syrie, Iraq et RAU).

221(17 juin) La RAU approuve l’adhésion du Yémen à l’Union fédérale arabe. Les deux pays s’accordent sur la nécessité de coordonner leurs actions dans les domaines politique, économique et culturel, et notamment dans la lutte contre l’impérialisme au Yémen du Sud.

222(27 juin) Etablissement d’un nouveau commandement militaire égypto-yéménite formé de deux officiers supérieurs yéménites et de deux officiers supérieurs égyptiens.

223(14 juillet) Heurts sur la frontière nord-est entre troupes républicaines et royalistes.

Vie institutionnelle, économie et société

224(15 août) Depuis Aden, Baydânî, ancien vice-président de la République, réclame la tenue d’élections libres pour désigner un nouveau gouvernement représentant le peuple.

225(29 août) Baydânî est déchu de sa nationalité par les Conseils présidentiels et exécutifs.

226(19 septembre) Le ministre des Affaires étrangères de l’Imam réclame, depuis Londres, des élections afin que les Yéménites puissent choisir entre al-Sallâl et l’Imam.

227(24 septembre) Apparition d’un mouvement d’opposition, qui prend le nom de " Mouvement des Yéménites Libres ", organisé par les shaféites contre les zaydites qui détiennent le pouvoir. Au cours de l'automne émerge une " Troisième Force ", essentiellement tribale, qui a pour objectif le maintien de la République mais sans al-Sallâl et l’armée égyptienne d’occupation.

228(6 octobre) Nomination de deux nouveaux vice-Présidents de la République, Muhammad ‘Alî ‘Uthman pour les questions économiques et ‘Abd al-Rahmân al-Iryânî pour la présidence du Conseil exécutif.

229(9 octobre) Inauguration de la première école d’administration à Sanaa.

230(26 octobre) Dans un discours prononcé à Taez, le président al-Sallâl met en garde les Yéménites contre l’utilisation des mots " shaféite " et " zaydite " qui risque de conduire à des mouvements séparatistes.

Guerre civile - Relations extérieures

231(2 août) Le secrétaire général de l’ONU demande à l’Arabie saoudite et à la RAU d’interrompre l’aide qu’ils apportent aux troupes yéménites royalistes et républicaines.

232(6 août) Arrivée d’une aide alimentaire russe.

233(8 août) Le commandant en chef des forces armées égyptiennes annonce la fin des opérations militaires au Yémen.

234(3 septembre) Les forces royalistes annoncent avoir repoussé une attaque des forces égyptiennes dans villages de Banî Juhafa et Banî Jabr.

235(7 septembre) Attaque de la région d’al-Hawâshib (sud-est du Yémen) par des troupes britanniques qui se retirent après avoir fait 400 prisonniers.

236(10 septembre) La Grande-Bretagne dément une nouvelle violation du territoire yéménite par des avions militaires dans la région de Harîb.

237(21septembre) Un communiqué royaliste annonce le ralliement de la confédération des Bakîl aux forces royalistes.

238(30 septembre) Dans un discours radiodiffusé, le président al-Sallâl qualifie la Grande-Bretagne d’" ennemi de l’humanité et de tous les Arabes " et l’accuse de faire obstacle au développement du Yémen.

239Le quartier général des forces royalistes annonce la destruction de trois bombardiers égyptiens.

240(24 octobre) La Chine populaire propose de prendre en charge la construction d’un réseau routier au Yémen.

241(30 octobre) L’ONU annonce sa décision d’interrompre la mission militaire, en raison de la difficulté à faire respecter les engagements pris par les Saoudiens et les Egyptiens. Elle maintient cependant une présence civile au Yémen.

242(1er novembre) La mission militaire de l’ONU est prolongée de deux mois.

243(7 novembre) Deux journaux occidentaux annoncent qu’un accord est conclu entre l’ONU, la RAU et l’Arabie saoudite, sous les auspices des Etats-Unis, prévoyant le retrait des troupes égyptiennes du Yémen et la constitution d’un gouvernement provisoire à Sanaa sous la responsabilité d’une personnalité yéménite agréée par la RAU et l’Arabie saoudite.

244(28 novembre) La proposition britannique de créer une zone démilitarisée entre la RAY et la Fédération de l’Arabie du Sud est rejetée par les autorités du Nord.

245(11 décembre) Onze contingents des forces armées égyptiennes sont rapatriés du Yémen.

246(12 décembre) Ouverture des frontières entre la RAY et la Fédération de l’Arabie du Sud.

247(17 décembre) La RAY saisit le Conseil de sécurité pour protester contre la concentration de forces britanniques près de villes yéménites et la violation continuelle de son espace aérien.

Vie institutionnelle, économie et société

248(3 novembre) Hospitalisation du président al-Sallâl au Caire.

249(23 novembre) Création dans toutes les villes de sociétés coopératives dont les capitaux seront constitués d’actions au nombre illimité.

1964

Vie institutionnelle, économie et société

250(7 janvier) Promulgation d’une constitution provisoire et de décrets constitutionnels qui font du chef de l’Etat le président du Bureau politique et du Conseil national de sécurité, ainsi que le commandant en chef des forces armées.

251(28 janvier) Le ministre des Affaires étrangères de l’Imam annonce que les royalistes sont favorables à une nouvelle constitution établissant un gouvernement démocratique choisi par un Parlement représentatif comprenant des républicains et des royalistes.

252(10 février) Désignation du quatrième gouvernement de la République par al-Sallâl. Création d’une organisation populaire, l’Union progressiste yéménite, sous la présidence d’al-Sallâl, avec al-Zubayrî comme secrétaire général.

Guerre civile - Relations extérieures

253(2 janvier 1964) La mission de l’ONU au Yémen est prolongée de deux mois.

254(6 janvier) Accords de commerce, financiers et d’assistance technique entre la RAY et la RAU, prévoyant le développement des échanges commerciaux entre les deux pays.

255(14 janvier) Les royalistes annoncent avoir encerclé les derniers avant-postes égyptiens dans la région de Khawlân.

256(29 janvier) Nouveaux pourparlers entre le représentant de l’ONU et les parties en conflit au Yémen.

257(10 février) Violents accrochages entre royalistes et républicains sur la route Sanaa-Hudayda.

258(21 février) Le Times annonce que les Egyptiens auraient renforcé leurs effectifs au Yémen pour faire face aux combats dans le Sud du pays.

259(1er mars) Tentative de médiation algéro-iraqienne pour régler le conflit yéménite.

260(3 mars) Annonce de la prolongation de la mission de l’ONU pour une nouvelle période de deux mois.

Vie institutionnelle, économie et société

261(Avril) Des ulémas venus de tout le pays et réunis dans le Jawf appelant à la création d’un imamat constitutionnel.

262(6 avril) Annonce de la création d’une compagnie pétrolière yéménite, avec l’aide de l’Egypte chargée de la gestion de l’ensemble des ressources pétrolières.

263(23-28 avril) Nasser, au vu de la situation, retire plusieurs de ses prérogatives à al-Sallâl. Création d’un Comité supérieur, présidé par les présidents de la RAY et de la RAU, et chargé de coordonner une politique commune entre les deux pays dans les domaines politiques et économiques.

264(28 avril) Proclamation de la nouvelle constitution de la RAY, Ahmad Nu‘mân est nommé président de l’Assemblée consultative et le général Hasan al-‘Amrî, vice-président de la République.

265(11 mai) Une Commission suprême de neuf membres est chargée de nommer les membres du Conseil consultatif.

Guerre civile - Relations extérieures

266(5 mars) Nouvelle protestation yéménite concernant la violation de son espace aérien par un avion britannique.

267(11 mars) Accord avec la Chine populaire pour la construction d’une usine de textile et de tissage.

268(13 mars) Deux avions égyptiens bombardent des intérêts fédéraux dans le sultanat de Bayhân en réprésaille de l’aide apporté au camp royaliste.

269(16-22 mars) Séjour officiel du président al-Sallâl en URSS. Signature (21 mars) d’un traité d’amitié et d’accords économiques et culturels.

270(20 mars) La Grande-Bretagne se plaint auprès du Conseil de sécurité de la violation à deux reprises de l’espace aérien de la Fédération par des avions yéménites.

271(2 et 8 avril) Traité d’amitié et de coopération avec la Tchécoslovaquie et la Bulgarie.

272(23-28 avril) Première visite de Nasser au Yémen. Près de la moitié des forces égyptiennes se trouvent au Yémen.

273(26 avril) Nouvelle plainte yéménite suite au survol illicite de son espace aérien par des avions britanniques.

274(20 mai) Signature d’un traité d’amitié et d’un protocole de coopération technique et culturelle avec la Roumanie. Le fonds spécial des Nations unies accorde à la RAY une aide technique et financière pour aider à la réalisation des projets du plan quinquennal de développement.

275(26 mai) Signature d’un accord d’amitié et d’assistance avec la Hongrie.

276Nouvelle prolongation de deux mois de la mission d’observation de l’ONU.

277(9 juin) Signature d’accords sino-yéménite de coopération culturelle, économique et technique.

278(25 juin) Le gouvernement yéménite fait état de violents combats dans le nord-ouest du pays.

279(4 juillet) Nouvelle prolongation de la mission d’observation de l’ONU, malgré un bilan négatif concernant le désengagement de l’Egypte et de l’Arabie saoudite.

Vie institutionnelle, économie et société

280(11 juillet) Première réunion du Conseil supérieur de coordination égypto-yéménite dont l’objectif est l’unification de la RAY et de la RAU.

281(13 juillet) Signature d’un accord instituant un Conseil de coordination entre la RAY et la RAU, associé à un commandement militaire. Les décisions seront exécutoires et obligatoires pour les deux pays dans les domaines politique, militaire, social et culturel. Le RAU financera 90 % de ce Conseil.

282(31 juillet) Etablissement du premier budget annuel de la RAY.

283(20 septembre) Les chefs de tribus shaféites adressent à al-Sallâl un mémorandum réclamant une décentralisation du gouvernement et une représentation égale à celle des tribus zaydites dans l’administration. Ils demandent également le retrait des troupes égyptiennes dans les régions ralliées aux républicains et la fin des discriminations dans le recrutement de l’armée.

284(7 octobre) A la suite d’une réunion entre le vice-Président de la République et les chefs de tribus, le gouvernement prévoit de recruter une armée de 20 000 hommes dans toutes les provinces.

Guerre civile - Relations extérieures

285(22 juillet) Reconnaissance de la RAY par le royaume de Jordanie.

286(8 août) Le corps expéditionnaire égyptien annonce l’écrasement de forces royalistes le long des frontières saoudiennes.

287(20 août) Les royalistes annoncent qu’un convoi républicain est tombé dans une embuscade dans le sud de la RAY.

288(23 août) Les forces républicaines attaquent la région où se trouve le quartier général de l’imam al-Badr.

289(31 août) Nouveaux combats dans la région du wâdî Harda au cours desquels le vice-Premier ministre royaliste, le cadi Ahmad al-Siyâghî trouve la mort.

290L’Arabie saoudite appelle à la création d’une commission d’enquête par les gouvernements arabes afin de régler le conflit yéménite, ce que rejette la RAU.

291(1er septembre) Les Nations unies décident de mettre fin à leur mission d’observation. Les militaires et les civils quittent la RAY dans le courant du mois. Les Britanniques accusent la RAY, dans une lettre au Conseil de sécurité, de promouvoir la tension et la violence le long des frontières de l’Arabie du Sud.

292(5 septembre) Le ministre des Affaires étrangères républicain annonce être favorable à un rapprochement avec l’Arabie saoudite.

293(7 septembre) Les forces royalistes annoncent une offensive contre les troupes égyptiennes cantonnées dans le port de Maydî, faisant 240 tués.

294(Septembre) Sommet d’Alexandrie. Nasser annonce un désengagement partiel de ses troupes. Faysâl refuse de renoncer à soutenir les royalistes.

295(21 septembre) Le délégué du Yémen à l’ONU se plaint auprès du Conseil de sécurité de la poursuite des attaques britanniques contre le territoire yéménite ainsi que de l’occupation d’une zone appartenant à la RAY.

Vie institutionnelle, économie et société

296(12 décembre) Ahmad Nu‘mân, le cadi ‘Abd ar-Rahmân al-Iryânî et Muhammad al-Zubayrî démissionnent du gouvernement républicain suite aux agressions égyptiennes réduisant à néant les accords passés à Arkwit. Ils protestent contre " le gouvernement corrompu, incapable et en faillite " et réclament une nouvelle Constitution.

297(17-27 décembre) Démission de tous les ministres républicains à l’exception du ministre de l’Education. Le Premier ministre refuse de former un nouveau cabinet.

298(18 décembre) Formation d’un nouveau gouvernement royaliste par al-Badr.

299(28 décembre) Discussion entre Nasser et al-Sallâl concernant la constitution d’un nouveau gouvernement. Les ministres démissionnaires sont priés de rester à leur poste jusqu’à leur remplacement.

Guerre civile - Relations extérieures

300(22 octobre) La Syrie décide d’établir des relations diplomatiques avec le Yémen.

301(29 octobre-2 novembre) Réunions secrètes à Arkwit (Soudan) entre les délégations républicaines et royalistes. Un cessez-le feu est décidé, ainsi que l’organisation d’un Congrès national de réconciliation, réunissant des ulémas, des chefs militaires, des cheikhs et des experts juridiques ainsi que les membres du comité préparatoire, qui tenteront de mettre fin de manière pacifique au conflit. La RAU et l’Arabie Saoudite contribueront à l’exécution de cet accord.

302(8 novembre) Al-Sallâl prononce un discours dans lequel il annonce officiellement l’arrêt des hostilités dans tout le pays. Toute poursuite contre les Yéménites réfugiés à l’étranger ou enrôlés dans les forces royalistes est annulée et l’amnistie est accordée aux chefs de tribus et aux autres opposants au gouvernement républicain.

303(10 et 13 novembre) Cinq escadrilles égyptiennes violent le cessez-le-feu en bombardant la zone du quartier général de l’Imam.

304(20 novembre) Le camp royaliste annonce que le Congrès national de réconciliation est ajourné. Le lendemain, al-Zubayrî, vice-président du Conseil des ministres républicains et accuse la famille Hamîd al-Dîn d’essayer de saboter la Conférence.

305(3 décembre) Le cessez-le-feu est rompu. Dans les montagnes de Razih, les Royalistes auraient encerclé une force républicaine.

306(8 décembre) Une délégation républicaine se rend à Riyad et au Caire pour tenter de trouver une solution au conflit.

307(9 décembre) La représentation royaliste de Djedda se plaint d’une attaque surprise des troupes égyptiennes et républicaines contre les régions de Hajja, Mahâbisha et ‘Abs.

308(13 décembre) Le Congrès national est définitivement annulé.

309(14 décembre) Une délégation républicaine rencontre le roi Faysâl à Djedda pour discuter du règlement du conflit. Elle demande le remplacement du gouvernement d’al-Sallâl par un gouvernement provisoire comprenant des éléments du " Jeune Yémen ", l’évacuation des forces étrangères et la tenue d’élections libres.

1965

310Création de la Yemeni Women’s Association.

311(5 janvier) Le président al-Sallâl décrète l’état d’urgence. Il annonce la formation d’un nouveau gouvernement par le général Hasan al-‘Amrî.

312(9 janvier) Création d’un Conseil national de Défense sous la présidence du maréchal al-Sallâl comprenant le Premier ministre et trois autres membres du gouvernement. Révocation de Muhammad Nu‘mân, délégué permanent du Yémen auprès de la Ligue arabe.

313(12 janvier) Annonce par Fatât al-Jazîra de la naissance d’un nouveau groupement politique au Yémen, l’Organisation des Forces Populaires, ne soutenant ni la monarchie, ni la république mais " l’Etat ". Une délégation de cette troisième force se rend dans les pays arabes et à l’ONU pour réclamer le droit du peuple yéménite à décider lui-même de son avenir après le retrait des forces égyptiennes.

314(14 janvier) Formation d’un Parlement provisoire royaliste composé de représentants appartenant à toutes les couches de la population.

315(25 janvier) Création d’un parti unique, l’Union arabe yéménite (semblable au parti unique instauré en RAU puis en Iraq, mais sans référence au socialisme).

316(31 janvier) Le vice-Président du Conseil royaliste publie le texte de la Charte nationale qui réclame le droit du peuple yéménite à l’autodétermination après le départ des troupes égyptiennes.

Vie institutionnelle, économie et société

317(23 juin) La RAU tente de faire chuter le gouvernement de Nu‘mân en poussant six ministres à démissionner.

318(1er juillet) Démission du gouvernement Nu‘mân, qui part pour le Caire. Plusieurs délégations, représentant toutes les organisations populaires et les tribus républicaines, sont envoyées pour le convaincre de changer d’avis.

319(7 juillet) Arrestation dans tout le pays d’une centaine de partisans de Nu‘mân, qui est retenu au Caire.

320(19 juillet) Nouveau gouvernement républicain formé par Hasan al-‘Amrî.

321(9 août) Création d’une Cour de sûreté de l’Etat pour juger les " adversaires de la révolution ".

Guerre civile - Relations extérieures

322(7 mai) L’imam al-Badr affirme sa volonté de mettre fin au conflit si le gouvernement royaliste est consulté et se dit déterminé à débarrasser le pays des Egyptiens.

323(17 mai) Prise de la montagne Samr wa al-Ahmar par les forces égyptiennes aidées des tribus et importante saisie d’armes appartenant aux royalistes.

324(21 mai) Le gouvernement de Nu‘mân déclare chercher l’aide d’autres pays arabes pour réduire l’aide militaire et technique égyptienne. Il prévoit notamment un rapprochement avec l’Arabie saoudite.

325(25 mai) Bombardement britannique d’al-Baydâ’ faisant de nombreuses victimes.

326(8-24 juin) Nouvelles offensives de tribus royalistes dans le nord et l’est du pays contre les positions égyptiennes.

327(1er juillet) Une commission chargée de l’application des résolutions de Khamîr tente d’entamer des pourparlers avec la RAU afin de trouver un arrangement qui mettra fin aux rivalités entre les militaires, soutenus par al-Sallâl, et les civils, soutenus par Nu‘mân.

328(4 juillet) Le Parti socialiste du peuple d’Aden appelle les leaders de monde arabe à soutenir Nu‘mân.

329(15 juillet) Prise de Ma’rib par les royalistes.

330(16 juillet) Signature au Caire d’une charte nationale par la Comission issu de la conférence de Khamîr et les partisans du maréchal al-Sallâl.

331Attaques britanniques contre le Nord.

332(20 juillet) Un groupe de 37 leaders républicains se réfugie dans la Fédération de l’Arabie du Sud. Par ailleurs, d’autres Républicains dissidents rencontrent Faysâl.

333(24 juillet) La région de Khawlân est entièrement contrôlée par les royalistes.

334(29 juillet) Le commandement du corps expéditionnaire égyptien donne l’ordre d’arrêter le retrait de ses troupes.

335(10-14 août) Traité de fiâ’if entre des délégations royalistes et républicaines. L’accord prévoit l’organisation d’un référendum général sur la nature du régime et le chef de l’Etat, après évacuation complète des troupes égyptiennes.

336(24 août) Accord entre le président Nasser et le roi Faysâl à Djedda pour mettre fin au conflit yéménite. Proclamation d’un cessez-le-feu, supervisé par une force égypto-saoudienne. Faysâl doit retirer son aide aux royalistes et les troupes de Nasser doivent évacuer progressivement le pays. Un plébiscite national portant sur la nature du régime doit être organisé. Les termes de l’accord sont acceptés par Badr mais rejetés par al-Sallâl, retenu plusieurs semaines contre son gré au Caire.

337(9 septembre) Accord sur la création d’une commission commune pour la paix afin de contrôler l’accord de Djedda entre Nasser et Faysâl.

338(20 septembre) Arrivée du premier contingent de la force de paix saoudienne.

339(4-11 octobre) Echange de prisonniers de guerre entre royalistes et républicains.

340(23 novembre) Ouverture de la Conférence de Harâd entre royalistes et républicains sous la présidence de la Commission de paix saoudo-égyptienne. Les résolutions de fiâ’if sont reprises. Aucun membre de la famille royale n’est présent, conformément à une exigence républicaine. Une troisième force, réunissant trois républicains et trois royalistes, demande la création d’un gouvernement transitoire où toutes les factions seraient représentées. Tous restent sur leurs positions, la conférence est alors ajournée et la guerre reprend.

Vie institutionnelle, économie et société 

341(24 mars) Manifestations étudiantes devant le siège de la commission de paix saoudo-égyptienne, contre l’ingérence saoudienne dans les affaires yéménites.

342(1er mai) Famine dans les régions du centre et du nord résultant de la sécheresse et de la guerre.

1966

Guerre civile - Relations extérieures

343(14 janvier) De violents combats ont lieu à la suite de raids aériens égyptiens contre les tribus royalistes.

344(24 février-mars) Nouvelle vague de violents combats entre forces républicaines et royalistes.

345(18 mars) Les troupes égyptiennes se retirent des régions du nord et de l’est pour se regrouper autour de Sanaa et de Hudayda.

346(26 mars) Royalistes et républicains dissidents décident de tenir un nouveau congrès national au cours duquel ils signeront une charte commune inspirée du traité de fiâ’if.

347(29 mars) Annonce la destruction des derniers refuges royalistes par les forces républicaines dans l’est et le nord du pays.

348(8 avril) Reprise de —a‘da par les Royalistes.

349(14 avril) La RAU accepte la médiation du Koweit entre le Caire et Riyad afin de relancer la Conférence yéménite pour la paix. Le Koweit renoncera à cette médiation le 6 mars 1967.

350(5 mai) Les royalistes prennent Kawkabân et al-fiawîla (région de Sanaa) récemment évacuées par les Egyptiens.

Vie institutionnelle, économie et société 

351(11 août) Le Conseil républicain, par la voix du général al-‘Amrî se déclare opposé au retour à Sanaa du président al-Sallâl, afin de stopper l’ingérence de la RAU dans les affaires intérieures du Yémen. Al-Sallâl, absent depuis neuf mois, déclare lui aussi désirer mettre un terme à l’ingérence égyptienne et propose au Conseil de constituer un nouveau gouvernement auquel il serait associé. L’offre est déclinée par les membres du Conseil.

352(29 août) Deux mille personnes manifestent contre la présence égyptienne et réclament le changement de la politique du gouvernement à l’égard de l’Arabie du Sud. Au cours de l’année 1967, les expressions d’hostilité à la présence égyptienne se multiplient dans la société.

353(7 septembre) Le gouvernement royaliste promulgue une Constitution qui assure une certaine autonomie aux territoires qui lui sont ralliés.

354(16 septembre) Le Conseil républicain et le gouvernement al-‘Amrî, en différend avec le président al-Sallâl, présentent leur démission et sont arrêtés.

355(22 septembre) Plusieurs ministres et cheikhs, de l’équipe d’al-Sallâl, refusent de participer au gouvernement ou de siéger au Conseil tribal.

356(Octobre 1966-février 1967) Près de 200 officiers supérieurs, fonctionnaires et ministres sont révoqués, dans le cadre de la campagne d’épuration menée par le corps expéditionnaire égyptien.

357(11 octobre) Réhabilitation de Baydânî par al-Sallâl.

358(19 octobre) Création d’un tribunal de sécurité de l’Etat chargé de juger les éléments " déviationnistes " et " subversifs " ainsi que plusieurs membres de l’ancien gouvernement al-‘Amrî. De nombreux procès pour trahison, espionnage, activités hostiles au régime ont lieu au cours des mois suivants et conduisent à de nombreuses exécutions.

359(22 octobre) Le port d’armes à Sanaa devient passible de la peine de mort.

Guerre civile - Relations extérieures

360(5 mai) Le gouvernement républicain annonce son intention de libérer les régions de Najrân, Jîzân et du ‘Asîr occupées par l’Arabie saoudite depuis 1934.

361(29 juillet) Ouverture de la Conférence nationale yéménite à Sanaa.

362(1er septembre) Attaque par les forces britanniques des villages yéménites situés à la frontière dans la région de Qa‘taba.

363(Fin octobre) Nouvelle série de bombardements des Britanniques à la frontière.

364(3 novembre) Encerclement de la ville de Ka’ita par des forces britanniques.

365(29 décembre) Début d’une longue série de combats entre forces royalistes et républicaines qui se rapprochent de Sanaa.

1967

Vie institutionnelle, économie et société 

366(Janvier) Depuis la révocation du gouvernement al-‘Amrî, on dénombre plus de 4 000 arrestations et la fuite à Aden de plus de 800 Yéménites, dont des dirigeants politiques et militaires.

367(12 mars) Signature d’un accord entre le chef militaire des royalistes et les républicains dissidents sur la formation d’un front anti-égyptien.

368(Mars) Création d’un Front révolutionnaire yéménite, réunissant des responsables gouvernementaux, des officiers de l’armée républicaine, des notables et des leaders tribaux pour libérer le Yémen de la domination égyptienne et réaliser l’unité.

369(8 août) Libération des républicains de l’opposition détenus au Caire, dont al-‘Amrî.

Guerre civile - Relations extérieures

370(3 janvier) Les Nations unies accordent une aide alimentaire à la RAY, suite à la sécheresse.

371(8 janvier) Bombardements égyptiens au gaz toxique sur la ville de Kitâf.

372(17 janvier) L’URSS accepte de fournir au gouvernement républicain des armes défensives.

373(23 janvier) Les représentants saoudiens quittent la commission de paix saoudo-égyptienne, suite à un différend avec les autorités républicaines yéménites.

374(28 février-1er mars) Les royalistes attaquent des positions égyptiennes près de Sanaa.

375(Février) La Tunisie et la Jordanie refusent de continuer à reconnaître la RAY.

376(11 mars)Des éléments royalistes pénètrent au centre de Sanaa tuant des soldats égyptiens.

377(16 mars) Les royalistes affirment occuper les trois-quarts du Yémen, obligeant les armées égyptiennes à se rassembler dans le triangle Sanaa-Hudayda-Taez. L’information est démentie par les républicains.

378(Avril) De nombreux combats opposent royalistes et républicains à proximité de Sanaa.

379(28 avril) Les Etats-Unis interrompent toute assistance au Yémen à la suite de violentes manifestations anti-américaines à Taez.

380(17 mai) Le Conseil des ministres de la RAY décide de dissoudre la commission de paix saoudo-égyptienne.

381(Juin) Guerre des Six jours. La RAY rompt ses relations diplomatiques avec les Etats-Unis et déclare la guerre à Israël.

382(Juillet) Multiplication des combats entre royalistes et républicains dans la Tihâma.

383(2 août) Négociation avec l’URSS concernant une aide militaire et économique au Yémen.

384(22 août) Nouvelle attaque royaliste contre des positions égyptiennes proches de Sanaa.

385(29 août) La conférence des chefs d’Etat arabes à Khartoum s’accorde sur la formation d’un comité tripartite Egypte-Arabie saoudite-Soudan, chargé de résoudre le problème yéménite. Elle prévoit un plan de retrait des forces égyptiennes et l’arrêt de l’aide militaire saoudienne aux royalistes. Cet accord, approuvé par les royalistes, provoque des dissensions au sein du gouvernement républicain.

Vie institutionnelle, économie et société 

386(7 octobre) Al-Sallâl fait arrêter sous la pression des officiers 5 ministres républicains ayant accepté les accords du 29 août. Les jeunes officiers contrôlent le gouvernement.

387(2 novembre) Al-Sallâl annonce la formation d’un gouvernement réunissant toutes les tendances révolutionnaires du pays et accepte un accord avec l’Arabie saoudite.

388(5 novembre) Coup d’Etat pacifique du cadi al-Iryânî soutenu par une triple coalition : Nu’man et la " troisième force ", al-‘Aynî et les ba‘athistes, et al-‘Amrî et des tribus républicaines. Un Conseil présidentiel républicain est formé. Al-‘Aynî devient Premier ministre et al-Sallâl est évincé.

389(6 novembre) Campagne d’arrestation des partisans d’al-Sallâl.

390(9 novembre) Le Conseil républicain est déterminé à traiter avec les royalistes à l’exception de la famille Hamîd al-Dîn.

391(19 novembre) Nu‘mân démissionne du Conseil présidentiel en désaccord sur le maintien de la Commission de paix. Il est remplacé par le général Hasan al-‘Amrî.

392(22 novembre) Ratification de la nouvelle Constitution provisoire, identique à celle du Congrès populaire de Khamir.

393(18 décembre) Démission du Premier ministre al-‘Aynî. Le général al-‘Amrî est chargé de constituer un nouveau gouvernement.

Guerre civile - Relations extérieures

394(Septembre -octobre) Des républicains se révoltent contre le début du retrait des forces égyptiennes. L’attaque contre les quartiers généraux militaires égyptiens de Sanaa fait plusieurs morts.

395(26 septembre) Création de nouveaux postes de commandement royalistes dans la Tihâma, à Ibb et Taez. Occupation royaliste de —a‘da.

396(30 octobre) Formation d’un nouveau Comité de paix à l’instigation de Yéménites républicains rejetant l’accord de Khartoum.

397(16 novembre) Encerclement de Sanaa par les forces royalistes.

398(23 novembre) Combats acharnés entre royalistes et républicains.

399(1er décembre) Siège de Sanaa par les royalistes. Toutes les routes de Sanaa sont coupées. Les Soviétiques apportent de la nourriture et des armes par avion.

400(10 décembre) Retrait complet des troupes égyptiennes.

401(17 décembre) Inauguration de la première ligne aérienne entre la RAY et la République populaire du Sud-Yémen.

402(23 décembre) Violents combats dans les régions du Nord-Est et de l’Ouest.

403(31 décembre) Convocation par le Comité de paix d’un " congrès de la réconciliation " réunissant les belligérants.

1968

Vie institutionnelle, économie et société 

404(10 janvier) Ahmad et Muhammad Nu‘mân, accusés de menées subversives contre la République yéménite et de trahison, voient leurs passeports retirés.

405(22 mars) Une tentative de coup d’Etat de la faction de gauche du mouvement de résistance populaire, soutenue par l’aile radicale du FNL d’Aden, est écrasée par le Premier ministre al-‘Amrî à Hudayda.

406(29-31 mai) L’imam al-Badr est destitué par le Conseil royaliste et remplacé par son cousin Muhammad b. Husayn.

407(Juin) Les forces de résistance populaire forment un nouveau parti, le Parti Démocratique et Révolutionnaire.

408(15 août ) Le général al-‘Amrî devient président de la RAY

409(29 août) A Sanaa, une partie de l’armée se mutine contre le gouvernement. Les combats sanglants sont suivis de l’arrestation de nombreux officiers, de la démission des commandants des unités de l’armée républicaine et du gouvernement présidé par al-‘Amrî. Quelques jours plus tard, ce dernier, nommé gouverneur militaire, est chargé de réorganiser les forces armées et de former un nouveau gouvernement.

410(18 septembre) Retour au Yémen, après un exil de quelques mois, de l’imam al-Badr, qui reprend la présidence du Conseil royaliste.

411(12 novembre) Le cadi al-Iryânî, président du Conseil républicain annonce que son gouvernement est prêt à entreprendre des pourparlers de paix avec les partisans d’al-Badr. Ce dernier y répond favorablement.

412(24 novembre) Baydânî, ambassadeur à Beyrouth, démissionne pour protester contre le remplacement récent aux postes clefs de l’administration d’éléments républicains par des royalistes.

Guerre civile - Relations extérieures

413(3 janvier) Occupation de Khawlân et de Harâd par les royalistes, alors que le siège de Sanaa continue.

414(12-19 janvier) Réunion à Beyrouth de la commission tripartite qui décide la création d’un comité préparatoire chargé d’organiser un Congrès yéménite de réconciliation.

415(6 février) Les forces de résistance populaire, mouvement républicain de gauche comprenant les éléments les plus radicaux mettent fin au siège de Sanaa.

416(Février) Après plusieurs jours de violents combats, la route de Hudayda est réouverte avec l’aide du FNL d’Aden.

417(18 février) Annonce de pourparlers entre républicains et royalistes.

418(2 avril) Nouvel encerclement de Sanaa par les royalistes.

419(24 mai) Victoires républicaines dans le Jawf, en raison des nouvelles livraisons d’armes soviétiques et du ralliement de nombreuses tribus au régime républicain.

420(10 juin-3 juillet) Au cours d’une tournée au Soudan et au Moyen-Orient, le premier ministre al-‘Amrî annonce la création prochaine d’un Conseil des ministres commun entre la RAY et la République populaire du Sud-Yémen. Il lance également un appel à la réconciliation avec l’Arabie saoudite.

421(29 juillet-3 août) Lors d’une visite à Sanaa du ministre des Affaires étrangères du Sud-Yémen, les deux gouvernements décident de coordonner leurs politiques industrielles et d’établir un bureau de coordination entre les deux ministères des " Affaires de l’unité du Yémen ". Ils s’engagent en outre à ne pas soutenir leurs mouvements d’opposition respectifs.

422(19 septembre) La RAY appelle à l’union avec la République populaire du Sud-Yémen.

423(22 septembre) Bombardements républicains sur des troupes royalistes dans la région orientale. Les combats se poursuivent en octobre et novembre notamment autour de Sanaa.

424(Novembre) Le prince Husayn passe dans le camp républicain.

1969

Vie institutionnelle, économie et société 

425(29 janvier) Manifestations étudiantes pour protester contre la politique de conciliation avec les royalistes adoptée par le gouvernement républicain.

426(1er février) L’imam al-Badr constitue un nouveau gouvernement sous sa présidence.

427(25 février) Le gouvernement prend des mesures immédiates pour établir une Assemblée constituante.

428(17 mars) Première Assemblée constituante, dont les membres avaient été désignés fin 1968. 12 sièges assignés au Yémen du Sud sont laissés vacants, ce qui est considéré par le FNL du Sud comme un acte d’hostilité.

429(21 mars) Election d’un nouveau Conseil républicain par l’Assemblée, composé des cadis al-Iryânî et ‘Uthman et du général al-‘Amrî.

430(3 avril) Formation d’un nouveau gouvernement par al-‘Amrî. Aucun membre n’est royaliste mais deux d’entre eux auraient reçu l’approbation des partisans de l’imam.

431(21 mai) Al-‘Amrî annonce l’interdiction des partis politiques.

432(8 juillet) Démission d’al-‘Amrî, Premier ministre et commandant en chef des armées, pour des raisons de santé.

433(2 septembre) Al-Qurshimî devient Premier ministre.

434(4 novembre) Al-‘Amrî redevient commandant des forces armées.

435(7 novembre) Promulgation d’un décret donnant à l’Assemblée constituante le droit de retirer sa confiance au gouvernement et de relever le Premier ministre de ses fonctions par une majorité des deux tiers.

Guerre civile - Relations extérieures

436(13 janvier) Réouverture de la route Sanaa-Ta'izz, après 14 mois de fermeture.

437(3 février) Les relations entre Sanaa et Aden se détériorent. Le ministère des Affaires étrangères de la RAY rend le gouvernement du Front National Sud-yéménite responsable de la division entre les deux pays après son refus de plusieurs offres concernant l’unification.

438(13 février) Nouvelles attaques républicaines contre le Q.G. de l’imam al-Badr dont les forces ont à nouveau coupé la route Sanaa-Taez.

439(24 février) L’Arabie saoudite se dit prête à reconnaître la RAY si " c’est un régime librement choisi par le peuple yéménite ".

440(Mars) Le cadi al-Iryânî annonce que l’Arabie saoudite a interrompu son aide aux royalistes.

441(31 mars) L’imam al-Badr quitte le Yémen pour l’Arabie saoudite.

442(7 septembre) Occupation de —a‘da par les forces républicaines.

1970

Vie institutionnelle, économie et société

443Création de l’université de Sanaa, financée à 75 % par le Koweit.

444(1er février) Démission de Qurshimî et nomination de Muhsin al-‘Aynî, qui formera le nouveau gouvernement le 5 février.

445(23 mai) Retour à Sanaa de 30 leaders royalistes sous la conduite de leur ancien ministre des Affaires étrangères, Ahmad al-Shâmî, nommé membre du Conseil républicain en même temps qu’Ahmad Nu‘mân. 12 sièges de l’Assemblée nationale sont octroyés à des royalistes. Pourtant, aucun accord formel n’est signé, l’intégration d’anciens leaders royalistes étant considérée comme ayant valeur de réconciliation nationale.

446(4 juillet) Réélection d’al-Iryânî à la présidence du Conseil républicain.

447(Septembre) Retour des chefs royalistes à Sanaa, à l’exception de l’Imam et de sa famille, qui prennent des postes dans le gouvernement et l’administration.

448(30 décembre) Première Constitution permanente de la République Arabe du Yémen. Le Yémen est dit " Etat arabe islamique indépendant et souverain d’inspiration démocratique et partie de la nation arabe ".

Guerre civile - Relations extérieures

449(14 février) —a‘da est capturée par royalistes. C’est le dernier affrontement marquant entre républicains et royalistes.

450(17 mars) Arrivée à Sanaa d’une délégation sud-yéménite conduite par le ministre de la Défense pour mener des pourparlers avec le président al-Iryânî.

451(Avril) Accord verbal de paix de Djedda. L’Arabie saoudite s’engage à ne plus soutenir les forces de l’Imam et la RAY promet d’insérer d’anciens éléments royalistes dans son gouvernement. L’Arabie saoudite reconnaît de la République Arabe du Yémen.

452(22 mai) La RAY devient membre du FMI et de la BIRD.

453(24 juillet) La France reconnaît la RAY, suivie 5 jours plus tard par la Grande-Bretagne.

454(11 octobre) Echange d’ambassadeurs entre la RAY et l’Arabie saoudite.

Les révolutions : 1962-1970. Le Sud

4551962 : (Juillet) Création du Parti Socialiste du peuple dont le premier objectif est de s’opposer à l’intégration d’Aden dans la Fédération. Son idéologie est influencée par le travaillisme britannique, le nassérisme et le ba‘athisme.

456(Mars) Nouvelle opération britannique dans le wadî Hatib où les troubles reprennent.

4571963 : (17 juin) Création du Front National de Libération du Sud-Yémen occupé (FNL) avec l’aide du Yémen du Nord et de l’Egypte.

458(14 octobre) Le FNL entame une guérilla de résistance contre l’occupant britannique et la Fédération d’Arabie du Sud dans les montagnes de Radfân (nord-est d’Aden).

459(Décembre) Adoption par les Nations unies d’une résolution exigeant l’autodétermination de l’Arabie du Sud.

460(23 décembre) Nasser s’engage à soutenir la libération d’Aden et des protectorats contre l’impérialisme britannique.

4611964 : (Janvier) Opérations militaires britanniques victorieuses dans les montagnes du Radfân contre la guérilla indépendantiste.

462(Mars) Reprise de la guérilla dans le Radfân, soutenue par les Egyptiens.

463(19 mai) La Ligue Arabe dénonce la violence de la réplique britannique dans le Radfân et la violation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

464(7 juillet) Déclaration britannique qui fixe l’indépendance du Yémen du Sud pour 1968.

465(Octobre) Elections d’un nouveau Conseil législatif à Aden.

466(Octobre) L’arrivée des travaillistes au pouvoir en Grande-Bretagne modifie la politique dans la région. L’indépendance de l’Arabie du Sud sous la forme d’un Etat unitaire et centralisé, construit sur des bases démocratiques est à l’ordre du jour.

4671965 : (Mai) Création de l’Organisation de Libération du Sud Occupé (OSLO), regroupant les nationalistes modérés, sur l’initiative du Parti socialiste populaire (PSP) et de l’ATUC.

468(Juin) Premier congrès du FNL au cours duquel une charte nationale est proclamée. Celle-ci prévoit notamment une réforme agraire, une nationalisation des biens appartenant aux étrangers et la fin du statut de zone libre qui avait permis au port d’Aden de se développer.

469(Décembre) Création du Front de Libération du Sud-Yémen (FLOSY) après la fusion de l’Organisation de Libération du Sud occupé (OSLO, créée en mai) et de dissidents du FNL.

4701966 : (Février) Alors que les actions terroristes se multiplient, les Anglais annoncent l’évacuation totale du pays pour janvier 1968. Leur intention est de laisser le pouvoir à la Fédération d’Arabie du Sud et de soutenir ce gouvernement jusqu’à l’indépendance, prévue pour novembre 1967. Les forces nationalistes s’opposent à cette solution. Les Britanniques garantissent la Fédération de leur soutien face à la guérilla nationaliste et à la menace d’une invasion des forces égyptiennes.

471(Mai) Le FNL étend ses activités en Hadramawt et à Soqotra.

472(Juin) Deuxième congrès du FNL à Jibla.

473(Octobre) Rupture consommée entre le FNL et le FLOSY. Ce dernier reçoit le soutien de l’Egypte et de Sanaa et se lance dans la lutte armée.

474(Novembre) Troisième congrès du FNL à Khamîr.

4751967 : (Mai) Les Britanniques reconnaissent la nécessité d’inclure les représentants des guérillas dans le gouvernement après l’indépendance et envisagent des négociations avec le FNL et le FLOSY.

476(Mai) Le roi Faysâl, craignant de voir un Etat hostile s’installer au sud de la Péninsule, tente de convaincre les Britanniques de repousser leur retrait d’Arabie.

477(Juin) Après la fermeture du canal du Suez, le déclin du port d’Aden est s’accélère. La crise économique frappe durement la Fédération. Les Britanniques commencent à se retirer de l’arrière-pays. Le FNL, qui continue de refuser les négociations, s’empare rapidement du pouvoir dans les territoires évacués. Le 19 juin, Le Haut-Commissaire britannique retire l’interdiction qui pesait sur le FNL depuis 1965 et appelle les partis d’opposition à des discussions ouvertes afin de former un gouvernement provisoire. Le FNL refuse cette proposition et pose des conditions préalables à la négociation. L’indépendance du Yémen du Sud est annoncée pour le 9 janvier 1968 par les autorités britanniques qui promettent une aide militaire et financière importante au nouvel Etat.

478(Fin août) Le FNL contrôle 12 Etats.

479(2 septembre) Le secrétaire-général du FNL, le général Qahflân al-Sha‘abî, annonce que le gouvernement fédéral s’est effondré et que l’armée britannique doit se retirer immédiatement.

480(5 septembre) Le Haut commissaire britannique reconnaît l’incapacité du Gouvernement fédéral à assurer le remplacement de l’autorité britannique. Il appelle les mouvements nationalistes à négocier.

481(Septembre-novembre) Le Front de Libération Nationale renforce partout ses positions.

482(2 novembre) La Grande-Bretagne décide de retirer toutes ses forces à la fin du mois du novembre.

483(6 novembre) Le FNL inflige une défaite définitive au FLOSY à Aden. L’armée de l’Arabie du Sud déclare son soutien au FNL et les officiers demandent aux autorités britanniques de négocier avec les membres du mouvement nationaliste.

484(8 novembre)Le leader du FNL, Sayf al-Øâli’î déclare que le front contrôle tout le pays.

485(11 novembre) Le FNL demande officiellement aux Britanniques d’être reconnu comme seule autorité légitime de l’Arabie du Sud et de commencer la transition vers l’indépendance.

486(21-29 novembre) Négociations entre les autorités britanniques et le FNL à Genève.

487(30 novembre) Indépendance du Yémen du Sud. Qahflân al-Sha‘abî (Front de Libération nationale) devient le président  de la République populaire du Yémen du Sud. Les forces britanniques quittent totalement Aden. L’aide économique de la Grande-Bretagne, qui n’a pu faire l’objet d’un accord à Genève, reste à négocier.

488(14 décembre) La République populaire du Yémen du Sud est acceptée aux Nations unies.

4891968 : Création à Aden de la General Union of Yemeni Women, sous l’égide de l’Etat.

490(2-8 mars) 4e congrès du FNL. Les tensions au sein du Front se font de plus en plus fortes entre al-Sha‘abî et ses principaux opposants. L’aile gauche du parti réussit à imposer ses thèses. Le " Programme de libération nationale, démocratique et populaire " appelle à une " Révolution nationale démocratique ", à la constitution d’un Conseil suprême du peuple et à une série de mesures économiques telles que la nationalisation des avoirs étrangers. Il est déclaré  que la révolution du Yémen du Sud ne sera complète qu’avec la réalisation de l’unité yéménite (Yémen du Sud et du Nord).

491(20 mars) L’armée arrête des dirigeants de l’aile gauche du parti et al-Sha‘abî démet de leurs fonctions la plupart des représentants de ce courant.

4921969 : (16 juin) Al-Sha‘abî démet le ministre de l’Intérieur, Muhammad ‘Alî Haythâm.

493(22 juin) Une faction de la mouvance gauchiste du parti, menée par Muhammad ‘Alî Haythâm et Muhammad —âlih Awkalî - ministre de la Défense - provoque un coup d’Etat. Le Président et ses partisans sont démis de leurs fonctions et une coalition d’opposants à al-Sha‘abî s’installe au gouvernement. Un conseil présidentiel de 5 hommes prend la tête du gouvernement, et Sâlim Rubiyya ‘Alî devient président de la République. Le nouveau gouvernement adopte une politique étrangère plus radicale, favorable aux pays socialistes, et en particulier l’URSS, devient le principe directeur de la nouvelle politique étrangère.

494(Juillet) La République reconnaît la République démocratique d’Allemagne et rompt ses relations avec l’Allemagne de l’Ouest.

495(Octobre) Le Yémen du Sud  rejoint le Fonds monétaire international et la Banque Mondiale.

496(Décembre) Le gouvernement s’ouvre à deux autres partis politiques: le pro-soviétique Union démocratique du peuple et une faction ba‘athiste locale, le People’s Vanguard Party.

4971970 : (30 novembre) Adoption d’une nouvelle Constitution. La RPSY devient la République populaire démocratique du Yémen dans laquelle le pouvoir législatif est transféré à un Conseil suprême du peuple. La Constitution établit l’égalité de tous et le suffrage universel. La loi familiale interdit la polygamie, le divorce par la répudiation, le mariage des enfants et le mariage sans consentement.

Trois fils de l'imam Ahmad en visite au Caire (Fonds Siyanî - CEFAS)

Trois fils de l'imam Ahmad en visite au Caire (Fonds Siyanî - CEFAS)
Haut de page

Bibliographie

(Bibliographie indicative)

En langue arabe

'Abd Allâh Fâri' al-'Aza'zî, 2001 : Al-Yaman min al-imâma ilâ al-jumhuriyya. Dirâsa fî al-khalfiyya al-ta'rîkhiyya li-thawrat simbtambir 1962 ("Le Yémen de l'imamat à la république. Etude sur le contexte historique de la révolution de septembre 1962"), Sanaa.

'Abd al-Rahman fiayyib Ba'kar, 1990 : Thamânûn'âman min hayât al-Nu'mân ("Trente années de la vie de Nu'mân"), s. l.

Markaz al-dirâsât wa al-buhûth al-yamanî (éd.), 1982 : Thawrat 1948. Al-mîlâd wa al-masîrat wa al-mu'atharât ("La révolution de 1948. Naissance, déroulement et conséquences"), Beyrouth, Dâr al-'Awda, 1982.

Muhammad Ahmad Nu'mân, 2001 : Al-shahîd Muhammad Ahmad Nu'mân. Al-fikr wa al-mawqif ("Pensée et action du martyr Muhammad Ahmad Nu'mân. Oeuvres complètes"), éd. Lutfî Nu'mân, Sanaa, Matâbi' dâ'irat al-tawjîh al-ma'nawî bi-l-quwât al-musallaha al-yamaniyya.

En langues occidentales

M. Badran, 1998 : "Unifying Women: Feminist Pasts and Presents in Yemen", Gender and History, vol. 10, n°3, Oxford UK & Boston USA, Blackwell Publishers.

R. Bidwell, 1983 : The Two Yemens, Longman Group & Westview Press.

P. Bonnenfant (dir.), 1982 : La Péninsule arabique aujourd'hui, Paris, CNRS, vol. 2.

R. D. Burrowes, 1987 : The Yemen Arab Republic. The Politics of Development, 1962-1986, Londres, Westview Press/ Croom Helm.

G. W. Bury, 1998 : Arabia Infelix (or the Turks in Yamen), UK, Garnet Publishing (1ere éd. 1915).

J. Chelhod, 1984 : L'Arabie du Sud, histoire et civilisation. La société yéménite de l'Hégire aux idéologies modernes, vol. 2, Paris, Maisonneuve et Larose.

J. Chelhod, 1985 : L'Arabie du Sud, histoire et civilisation. Culture et institutions du Yémen, vol. 3, Paris, Maisonneuve et Larose.

C. Deffarge, G. Troeller, 1969 : Yémen 62-69, de la révolution "sauvage" à la trêve des guerriers, Paris, Robert Laffont.

J. L. Douglas, 1987 : The Free Yemeni Movement 1935-1962, Beyrouth, Université américaine de Beyrouth.

R. J. Gavin, 1975 : Aden under British Rule 1939-1967, Londres, C.Hurst & cie.

F. Halliday, 1990 : Revolution and Foreign Policy. The Case of South Yemen, 1967-1987, Cambridge University Press.

F. Halliday, 1974 : Arabia without Sultans, Londres, Pelican Books.

H. Ingrams, 1963 : The Yemen : imams, rulers and revolutions, Londres, John Murray.

T. Y. Ismael, J. Ismael, 1986 : People's Democratic Republic of Yemen. Politics, Economics and Society, Londres, Frances Pinter (Publishers).

P. Labaune, 1985 : La République arabe du Yémen, Paris, Editions du CNRS.

J. Lunt, 1966 : The Barren Rocks of Aden, Londres, Herbert Jenkins.

R. B. Serjeant, R. Lewcock, (eds.), 1983: San'â'. An Arabian Islamic City, Londres, The World of Islam Festival Trust.

R. W. Stookey, 1978 : Yemen. The Politics of the Yemen Arab Republic, Boulder, Colorado, Westviev Press.

R. W. Stookey, 1982 : South Yemen. A Marxist Republic in Arabia, Westview Press, Boulder, Colorado.

A. al-Suswa, 1994 : "Women and Democracy in Yemen", Developments of Democracy in Yemen (A. al-Suswa éd.), Berlin, Professors World Peace Academy-Middle East, Klaus Schwartz Verlag.

M. Tuchscherer (éd.), 1994 : Yémen, passé et présent de l'unité, Revue du monde musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, Edisud.

G. Waterfield, 1968 : Sultans of Aden, Londres, John Murray.

W. M. Wenner, 1967 : Modern Yemen, 1918-1966, Baltimore, The Johns Hopkins Press.

Haut de page

Notes

1 Par commodité, le terme Yémen employé seul désigne successivement le royaume zaydite du Nord et la République Arabe du Yémen qui lui succède.
2 Ce terme est généralement employé pour désigner les membres du mouvement d'opposition au pouvoir Hamîd al-Dîn.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Un cahier d'écolier célèbre l'union entre le royaume du Yémen, le royaume d'Arabie Saoudite et l'Egypte en 1958-1959 (collection Muhammad al-Halabî)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/67/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/67/img-2.png
Fichier image/png, 4,3k
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/67/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre L'imam Ahmad à la fin des années 1950 (Fonds Siyânî - CEFAS)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/67/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Trois fils de l'imam Ahmad en visite au Caire (Fonds Siyanî - CEFAS)
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/67/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Camberlin et Ségolène Samouiller, « Chronologie du Yémen contemporain (1904-1970) », Chroniques yéménites [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 07 septembre 2007, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://cy.revues.org/67 ; DOI : 10.4000/cy.67

Haut de page

Auteurs

Marie Camberlin

Articles du même auteur

Ségolène Samouiller

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org