Navigation – Plan du site

Le café du Yémen et l'Egypte (XVIIe - XVIIIe siècles)

André Raymond

Entrées d’index

Mots-clés :

café

Géographique :

YEM, EGY

Chronologique :

XVIIIe siècle, XVIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

O café, tu dissipes tous les soucis. Tu es la boisson préférée des sages...
Ton arôme humilie celui du musc. Tu as la couleur de l'encre dans laquelle le lettré trempe son qalame…
Comme des moineaux apercevant un faucon, tous les chagrins s'enfuient devant une tasse de café.
Il n'y a pas longtemps qu'une vallée du Yémen l'a vu naître…

C'est la boisson des fils du Seigneur. C'est la source de la santé. C'est le torrent qui emporte nos peines. C'est le feu qui consume notre tristesse…
La boisson délicieuse. Sa couleur est le cachet qui répond de sa pureté. Prends beaucoup de café mon frère, et n'écoute pas les insensés qui le condamnent sans motif"1.

1Ainsi 'Abd al-Qâdir al-Hanbalî célèbre-t-il ce produit nouveau, apparu au Yémen et devenu en quelques décennies un produit de grande consommation, d'abord dans le Proche-Orient puis en Europe. Pour l'Egypte qui avait réussi à s'assurer le rôle de transitaire, le café allait jouer un rôle décisif durant les XVIIème et XVIIIème siècles à un moment où le traditionnel trafic des épices entrait dans une phase de déclin progressif. La découverte, par les Européens, de la route directe vers les Indes (voyage de Vasco de Gama, en 1497-1499), en leur donnant un accès direct aux régions de production, affecta à terme les activités commerciales qui depuis l'Antiquité avaient enrichi les grands centres du Proche-Orient, mais le café du Yémen constitua un produit de remplacement pour le grand commerce égyptien.

Les origines du café et sa diffusion en Egypte

2L'origine du café et de son utilisation comme breuvage ont fait l'objet de récits souvent légendaires. Abû t-Tayyib al-Ghazzî, frère du biographe Najm ad-Dîn (977-1061/1570-1651) rapporte un récit suivant lequel Salomon fut le premier à avoir utilisé le café : séjournant dans une ville dont les habitants étaient affligés d'une maladie non spécifiée, il avait grillé des graines de café "du Yémen", sur l'ordre de l'ange Gabriel ; donné aux malades, le breuvage les avait guéris. Puis le "café" avait été oublié jusqu'au Xème/XVIème siècle2.

3La plupart des auteurs évoquent cependant un passé plus récent et mentionnent l'Ethiopie comme lieu d'origine de la plante du café et premier lieu de consommation du breuvage que l'on en tirait. ‘Abd al-Qâdir al-Jazîrî (vers 1558), un de nos meilleurs informateurs sur le sujet du café, indique que le café apparut d'abord dans le pays des Abyssins et de Jabart, mais que la date de son premier usage est inconnue. Le même auteur ajoute que le cheikh, imam et mufti, adh-Dhabhânî, chargé d'aller à Aden pour examiner des fatwâ, eut à se rendre en Ethiopie et à y séjourner : "Là il trouva des gens utilisant le qahwa, dont il ignorait les caractéristiques. Après qu'il fut retourné à Aden il tomba malade, et, se rappelant le qahwa, il en but et s'en trouva bien. Il constata, entre autres propriétés, que le café chassait la fatigue et la léthargie, et apportait au corps vivacité et vigueur"3. La mort d’adh-Dhabhânî ayant eu lieu en 875/1470-1, ce serait donc vers le milieu du XVème siècle que le café aurait été apporté au Yémen.

4Il existe toutefois d'autres versions de l'introduction du café au Yémen, dont une est transmise également par Jazîrî : ce serait ‘Alî b. ‘Umar ash-Shâdhilî, (qui aurait vécu à la fin du XIVème ou au début du XVème siècle), qui en aurait été le responsable4. Ce personnage, inconnu par ailleurs, était considéré, au XVIIIème siècle, comme le saint patron de Mukha, port dont la prospérité était, ainsi que nous le verrons, directement liée au commerce du café : le voyageur allemand Niebuhr, qui rapporte le fait, indique que le personnage était le saint patron des buveurs de café dans le monde musulman5. Et il est exact que dans les manuels de futuwwa, textes qui décrivent le rituel des corporations de métiers au Caire (vers le XVIIème siècle), la corporation des qahwajiyya est liée au saint patron (pîr) ash-Shâdhilî b. ‘Umar. Une dernière tradition mentionne un Abû Bakr b. `Abdallâh al-‘Aydarûs dont la mort, dans la première décennie du XVIème siècle, paraît cependant un peu trop tardive pour qu'il ait pu jouer un rôle dans l'introduction du café au Yémen : mais ce personnage est également mentionné dans les listes de cheikhs de la futuwwa comme patron des gens des cafés au Caire6.

5Ces différentes versions concordent sur un point : au moment de l'introduction du café au Yémen (aux environs de 1450 ?), l'usage du breuvage paraît avoir été lié avec les exercices pieux des milieux soufis. Jazîrî indique que, lorsque adh-Dhabhânî devint soufi, "Lui et d'autres soufis à Aden commencèrent à utiliser le breuvage". Et à propos d'al-‘Aydarûs, il est plus explicite encore : "Il trouva que [le café] donnait de l'agilité à son cerveau, et qu'il facilitait l'accomplissement de ses devoirs religieux. Il se mit donc à le consommer pour sa nourriture et conseilla à ses disciples d'en faire autant"7. Comme les exercices spirituels avaient souvent lieu la nuit, l'usage du café, qui aidait à rester éveillé, était en effet tout à fait indiqué dans ce cas. Al-Jazîrî insiste sur une utilisation qui lui paraît plus importante que les avantages que l'on tirait secondairement de la consommation du café comme boisson agréable. Mais, progressivement, les gens ordinaires se mirent à suivre l'exemple des soufis et l'usage du café se développa dans toutes les catégories de la population. On peut supposer que la culture du café fut alors acclimatée au Yémen et qu'elle connut un développement correspondant à l'essor de la consommation locale et à l'exportation progressive de l'usage du café.

6En effet la consommation du café se répandit rapidement hors du Yémen. Dès les dernières années du XVème siècle, il était en usage à la Mekke. Au début du siècle suivant, Fakhr ad-Dîn b. Abî Yazîd al-Makkî, écrit : "En ce qui nous concerne, le qishr (enveloppe du grain du café) nous a atteints à la Mekke et en d'autres endroits il y a vingt ans ou un peu plus, mais le qahwa que l'on fait à partir du qishr ne s'est pas répandu avant la fin du IXème/XVème siècle"8. La consommation de café était assez répandue à la Mekke, dès 917/1511, pour que le problème de sa licéité se soit posé. Khâ'ir Bek, inspecteur des marchés (muhtasib) au nom des Mamelouks, réunit les principaux ‘ulamâ’, apporta un récipient (mirkan) rempli de café et leur demanda leur avis sur le café et sur les réunions au cours desquelles il était consommé. Les ‘ulamâ' condamnèrent les réunions, mais demandèrent un avis autorisé sur la nocivité éventuelle du café lui-même. Deux docteurs assurèrent que le café était de nature froide et sèche, et nuisible pour le tempérament humain. Les juristes conclurent que le café était interdit et Khâ'ir Bek prit des dispositions pour faire brûler le café dans les rues de la Mekke et punir ceux qui le vendaient ou le consommaient. Mais en dépit de cette condamnation, et de sa fréquente confirmation ultérieure (en 1544 en particulier), le café s'imposa à la Mekke9.

7L'introduction du café en Egypte, paraît dater des dix premières années du XVIème siècle, et s'être produite dans le quartier d'al-Azhar, sans doute par l'intermédiaire de soufis du Yémen. Elle s'y heurta également à de vives résistances. En 939/1532-3 on posa à un savant chaféite (Ahmad as-Sunbâtî) la question suivante : "Que pensez-vous... d'une boisson qu'ils appellent qahwa qu'ils... prétendent être permise, bien que beaucoup de choses mauvaises en résultent ?". Sa réponse fut négative10. Bien des réactions défavorables suivirent : en 941/1534, le discours hostile d'un prédicateur souleva une véritable émeute "anti-café" ; en 945/1539, en période de ramadan, le commandant de la garde de nuit (sâhib al-‘asas) s'en prit aux consommateurs et en fit emprisonner quelques-uns. Mais malgré ces incidents et l'hostilité, souvent renouvelée, des savants, le café s'imposa comme breuvage au Caire, et les endroits où on le consommait devinrent les lieux d'une convivialité nouvelle. Prosper Alpin, voyageur italien qui séjourna en Egypte de 1581 à 1584, et qui est, semble-t-il, le premier voyageur à décrire le café, assure avoir vu un caféier au Caire (ce qui paraît improbable) et continue : "C'est lui qui produit ces grains... appelés bonou ban, avec lesquels tous... préparent une décoction très répandue... [Elle] est vendue dans les cabarets... ils l'appellent caova. Ces grains sont apportés d'Arabie Heureuse"11. Et notre voyageur donne une longue description des bienfaits du café pour traiter et guérir un nombre impressionnant de maladies, ce qui confirme que le café n'était pas seulement considéré comme une boisson agréable, mais comme une médecine efficace contre bien des maux. Quelques années plus tard le Toulousain Henry de Castela (1600-1601) relève le grand nombre des tavernes "où l'on vend un certain breuvage noir que les Mores boivent tout chaud", plusieurs centaines dira Wild en 160812. Vers 1650, le voyageur turc Evliya Chelebi en comptera 643, chiffre qui ne paraît pas invraisemblable puisque la Description de l'Egypte, en 1798, en estimera le nombre à 1 200. A la même époque (1666) Gonzalès estime que la consommation égyptienne dépasse 30 000 ou 35 000 "caisses", importées du Yémen13.

8Mais à cette date déjà le café du Yémen s'est élancé de l'Egypte vers de nouveaux rivages : en 1554, deux cafés ont été ouverts à Istanbul par un Damascain et un Alépin, et le café, connu par les voyageurs un peu avant 1600, est en train de conquérir l'Europe. Des cafés s'ouvrent à Londres en 1652, à Marseille en 1671 et à Paris en 1672. L'usage du café yéménite s'est généralisé et le café est devenu un objet de grande consommation qui fait l'objet d'un commerce de masse.

Le café en Egypte aux XVIIe et XVIIIe siècles

9Le café importé au Caire provenait du Yémen où il était (et est encore) cultivé en terrasses, à une altitude comprise entre 1 200 et 2 250 mètres, domaine d'élection de cet arbuste qui peut atteindre six mètres, mais est maintenu à deux par la taille. La région la plus réputée pour la culture du café était, au XVIIIème siècle, celle de ‘Udayn, localité située à quinze lieues de Bayt al-Faqîh14. C'est dans cette dernière ville que se tenait le principal marché du café et c'est elle qui donnait son nom à la variété la meilleure et la plus coûteuse, le faqîhî. Une autre variété, également réputée, était le salabî. Le café était embarqué dans plusieurs ports du Yémen, principalement à Hodeida, en raison de sa proximité de Bayt al-Faqîh. Le voyageur allemand Niebuhr, qui visitait le Yémen vers 1760, indique que de ce port, le café était transporté par mer versle Hedjaz (Djeddah), mais aussi vers l'Oman d'où venaient de nombreux vaisseaux, et vers les ports du golfe Arabique (Basra et ports de la côte iranienne). A Mokha ("Moka") dont Niebuhr décrit l'aspect charmant vu de la mer, on commerçait avec Djeddah et Suez : le port avait également des rapports commerciaux étroits avec l'Inde. Luhaiya, le port le plus septentrional du Yémen, exportait des qualités de café moins réputées (mais moins coûteuses) que celles que l'on apportait à Bayt al-Faqîh. Aden (‘Adan) enfin avait un commerce plus réduit en ce qui concerne le café.

10Le commerce égyptien du café s'amorce dès les premières années du XVIIème siècle. N. Hanna le voit apparaître dans l'activité de Ismâ‘îl Abû Tâqiyya vers 1610-162015. Les Hollandais l'achètent à Mokha vers 1620 et l'exportent vers les Indes16. L'essor du produit s'accélère vers 1650. L'exportation annuelle de café du Yémen semble avoir largement dépassé les 200 000 quintaux à la fin du XVIIème et au début du XVIIIème siècle, au moment où le monopole yéménite de la production de cette denrée était encore total. Les chiffres que donnent nos diverses sources entre 1650 et la fin du XVIIIème siècle montrent une grande constance. Sur cette quantité, environ 100 000 quintaux, (soit 30 000 "charges"), étaient expédiés vers l'Egypte, via Suez (par mer), via Qusayr et par la caravane du pèlerinage. L'Egypte absorbait donc la moitié environ de la production yéménite pour sa propre consommation, mais aussi pour la revente vers les autres régions de l'Empire ottoman, et vers les pays européens : elle allait rester jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, le principal centre de redistribution de ce produit.

11La plus grande partie du transport du café du Yémen en Egypte se faisait par voie de mer, suivant les conditions un peu particulières de la navigation en mer Rouge (bahr al-Qulzum)17. La navigation était assez dangereuse en raison des courants et des écueils. Elle était commandée par le régime des vents qui soufflaient alternativement du nord (juin-novembre) et du sud (décembre-mai) : le trafic se dirigeait donc alternativement de Suez vers Djeddah et de Djeddah vers Suez, ce qui faisait que lorsqu'un navire ratait la saison favorable il devait attendre l'année suivante pour reprendre son voyage. Ces difficultés, et la lenteur de la navigation (il fallait de 15 à 22 jours pour aller de Suez à Djeddah et deux mois pour en revenir), expliquent peut-être que les navigateurs égyptiens, en général, ne dépassaient pas Djeddah vers le sud, laissant la partie méridionale de la mer Rouge aux négociants et navigateurs de l'Arabie, du Yémen et des pays de l'océan Indien, cependant que des commerçants égyptiens allaient acheter le café à Bayt al-Faqîh. Cette limitation est assez surprenante car les Kârimî de l'époque mamelouke allaient beaucoup plus loin vers le sud et vers l'est, et Ismâ‘îl Abû Tâqiyya qu'étudie Nelly Hanna avait, au début du XVIIème siècle encore, un très vaste empire commercial, de l'Afrique à l'Inde. Par contre, les Egyptiens se réservaient le monopole de la navigation dans le nord de la mer Rouge, ce qui explique que les commerçants du Yémen, de l'Arabie, et de l'océan Indien, aient été peu nombreux au Caire. Aux XVIIème et XVIIIème siècles, l'arrivée de vaisseaux hindous à Suez était un événement si exceptionnel que les chroniqueurs le signalaient.

12Les vaisseaux utilisés (markab) avaient habituellement un tonnage d'un millier de tonneaux, mais leurs dimensions étaient certainement très variées. D'après les renseignements que donnent les documents consulaires, ces navires transportaient en moyenne 1 500 fardes de café, soit environ 4 500 qantar (quintaux). En général construits à Suez, ils étaient jugés peu commodes par les voyageurs occidentaux. Larges et profonds, peu maniables, ils n'étaient pas conçus pour une traversée de longue durée. Niebuhr fait un récit de son voyage de Suez à Djeddah en 1762 qui donne une idée de leur inconfort. Les marchands étaient installés, comme ils le pouvaient, sur le pont : chaque marchand avait entouré l'endroit qu'il avait choisi de caisses et de paquets, si bien qu'il ne lui restait qu'un petit espace pour faire sa cuisine, préparer son café, fumer sa pipe et dormir. Dans une chambre inférieure, spacieuse, se tenaient plus de quarante femmes avec des enfants. Le navire remorquait quatre chaloupes qui étaient, elles aussi, occupées par des passagers, des chevaux et des moutons18. Ces bateaux pouvaient embarquer jusqu'à 5 ou 600 passagers. Les difficultés de la navigation et la qualité médiocre des navires expliquent que les naufrages n'aient pas été rares. Les documents du Mahkama et les rapports consulaires évoquent fréquemment des incidents de ce genre : en 1732, un coup de vent amène la perte de douze vaisseaux chargés de 3 000 fardes de café ce qui provoque au Caire une forte hausse des cours ; en 1748, un vaisseau appartenant au sultan brûle et 250 passagers sont noyés ou brûlés, avec la perte d'un chargement valant 1 200 000 piastres ; en 1769, le voyageur Bruce, au cours de son voyage en Arabie, voit trois vaisseaux portant des céréales sombrer entre Qusayr et Yanbu‘, en raison d'un chargement excessif19. Pour pallier ces difficultés, les bâtiments voyageaient généralement en convois : les commerçants en café du Caire attendaient l'arrivée de cette flotte, dont les mouvements étaient signalés tout au long de son trajet, et donnaient lieu à des spéculations à la hausse (si les nouvelles étaient mauvaises), ou à la baisse (si l'on apprenait que les quantités de café apportées d'Arabie étaient importantes).

13La flotte qui effectuait le va-et-vient entre Suez et Djeddah comptait une quarantaine de navires. Leur prix atteignait un et parfois deux millions de paras, c'est à dire des sommes très élevées, très supérieures au prix des caravansérails (khân et wakâla) qui constituaient au Caire l'investissement économique le plus considérable à cette époque. L'énormité de ce coût explique sans doute que, très souvent, les marchands n'aient possédé que des parts (hissa) de navires : ce partage pouvait aussi avoir pour motif le désir de diminuer les risques de perte, en cas de naufrage. Même un commerçant aussi riche que Qâsim ash-Sharâybî ne possédait, en 1734, que des parts de 6, 9 et 16 qîrât (vingt-quatrièmes) dans les trois navires qui sont mentionnés dans sa succession : "Yanî", "Izmirlî" et "Mar‘ashlî". Le très puissant émir ‘Uthmân Katkhudâ al-Qâzdaghlî (mort en 1736), qui était intéressé au commerce du café, ne possédait, en dehors d'un petit markab valant 104 500 paras, que la moitié et le tiers de deux navires.

14Après le débarquement des cargaisons à Suez, le café était transporté par caravanes vers le Caire où il était entreposé dans des caravansérails. Les khân et les wakâla de la capitale étaient les établissements où se faisait le commerce du café qui était ensuite consommé en Egypte ou revendu pour être transporté vers Istanbul et les provinces de l'Empire, ou vers les pays européens. Ces caravansérails étaient des constructions de forme rectangulaire disposées autour d'une cour centrale. Une entrée, souvent monumentale, donnait accès à cette cour sur laquelle ouvraient, au rez-de-chaussée, des magasins (hâsil) pour le stockage des marchandises, et, à l'étage, des logements où résidaient les marchands. Il s'agissait de monuments importants, souvent de grande valeur (jusqu'à un million de paras) dont 360 ont été identifiés au Caire durant la période ottomane. La plupart de ces caravansérails se trouvaient dans Qâhira, la fondation fatimide, qui était restée le centre économique du Caire.

15Le commerce du café se déroulait dans 62 de ces caravansérails, tous situés à proximité du centre, autour de la Qasaba, rue principale de Qâhira, dans les grands quartiers commerçants du Khân al-Khalîlî, du Hamzâwî, d'al-Azhar, du Ghûriyya. On en trouvait aussi un certain nombre dans le quartier de Gamâliyya, un peu au nord-est. On peut se faire une idée de l'importance de ces édifices grâce à la wakâla de Dhû-l-Fiqâr Katkhudâ, construite dans le quartier de Gamâliyya en 1673, au moment du grand essor du commerce du café. La wakâla a été en partie détruite, et il n'en subsiste qu'un portail imposant, mais des plans anciens, relevés vers 1820 par l'architecte Pascal Coste, permettent de se faire une idée de son importance : elle comportait 33 hâsil au rez-de-chaussée et 34 appartements (tabaqa) à l'étage. Bien que de dimensions beaucoup plus modestes, la wakâla construite par le grand commerçant Jamâl ad-Dîn adh-Dhahabî, vers 1637, n'en est pas moins intéressante, car elle était vraisemblablement utilisée pour les seules opérations commerciales de ce grand négociant. Sa façade comportait une fontaine publique (sabîl). Le caravansérail s'élevait sur trois étages et il comptait quatorze magasins et des appartements.

16Le trafic du café était, au Caire, concentré entre les mains d'environ cinq cents négociants (tujjâr) dont les fortunes étaient sans commune mesure avec celles du reste des artisans et commerçants de la ville. Dans les dernières décennies du XVIIème siècle, les fortunes additionnées de ces tujjâr représentaient les deux tiers de l'ensemble des fortunes des artisans et commerçants étudiées d'après leurs successions enregistrées au Tribunal (42 millions de paras sur 65) : un tâjir en café possédait un peu plus de 500 000 paras en moyenne, contre 60 000 pour un "non-tâjir", presque dix fois plus. Certains de ces grands négociants appartenaient à des familles qui avaient réussi à constituer de véritables "maisons de commerce" dont les activités s'étendaient sur toute la mer Rouge, où ils entretenaient des agents (wakîl) dans les principaux ports du Hedjaz et du Yémen, très exceptionnellement dans l'océan Indien, l'essentiel de leur commerce reposant sur le café du Yémen. Les résidences luxueuses de quelques-uns de ces marchands, donnent une idée de leur richesse et de leur puissance : telle la maison de Jamâl ad-Dîn adh-Dhahabî qui était le chef des tujjâr en café (shâh bandar) vers 1630 ; ou celles de Mustafâ Ja’far vers 1730 et de Mahmûd Muharram. La fortune de la famille des Sharâybî qui connut son apogée dans la première moitié du XVIIIème siècle, était estimée par le chroniqueur Jabartî à la somme énorme de 37 millions de paras, soit notablement plus que le plus puissant émir du temps, le chef des Janissaires, `Uthmân Katkhudâ al-Qâzdaghlî (21,5 millions). Les Sharâybî possédaient des parts dans des navires, sept wakâla, plusieurs bains, mais aussi des "propriétés rurales" : les villages qu'ils détenaient en iltizâm leur rapportaient 2,5 millions de paras. Ils avaient construit, au bord de l'Azbakiyya, belle région résidentielle du Caire, un palais dont Jabartî a décrit la somptuosité et qui fut plus tard racheté par le puissant émir Ridwân Katkhudâ (m. 1755)20.

17Ce commerce représentait l'activité économique égyptienne la plus importante à l'époque ottomane, ainsi que le montre la part que le café du Yémen jouait dans le commerce extérieur de l'Egypte. Dans les dernières années du XVIIIème siècle, les trente mille charges de café qui étaient importées du Yémen valaient plus de 250 millions de paras, soit près du tiers du total des importations de l'Egypte. Ce café était ensuite en partie consommé sur place, mais aussi, pour une large part, réexporté vers l'Europe, dont l'Egypte était le principal fournisseur, et vers les provinces de l'Empire ottoman et surtout Istanbul ; le café y était devenu une denrée de première nécessité dont la pénurie aurait provoqué des troubles intérieurs : aussi le gouvernement ottoman veillait-il à ce que l'Egypte assure un approvisionnement suffisant pour la consommation de la capitale, au besoin en interdisant les sorties de cette précieuse denrée vers les pays européens. Vers la fin du siècle, le café représentait le quart des exportations vers les pays européens (France et Italie), soit environ 25 millions de paras. Les pays de l'Empire ottoman absorbaient 15 000 fardes, soit la moitié des quantités importées du Yémen : à peu près 125 millions de paras. Au total un sixième à peu près des exportations égyptiennes. Le café yéménite, à lui seul, représentait le quart du total du commerce de l'Egypte. Aucune autre activité de l'Egypte n'avait une importance comparable.

18Le rôle que jouait le café était tout aussi apparent dans la vie "politique" de l'Egypte. Les droits de douane qui étaient levés sur le café assuraient une partie importante des revenus de l'Etat : la douane des épices (jumruk al-bahâr) de Suez avait rapporté 60 millions de paras au XVIIème siècle et encore 37 millions vers la fin du XVIIIème siècle. Aussi s'agissait-il d'un fermage - muqâta‘a - que se disputèrent ceux qui détenaient le pouvoir politique en Egypte. Au XVIIème siècle, cette douane avait pour fermier (multazim) le gouverneur (pacha) de l'Egypte. Vers la fin du siècle, les Janissaires, la plus puissante milice installée par les Ottomans en Egypte, réussirent à s'en assurer le contrôle. Ce changement se produisit au moment où s'affirma la mainmise des Janissaires sur le pouvoir politique en Egypte, une coïncidence qui n'est évidemment pas fortuite. Durant près d'un siècle, du milieu du XVIIème au milieu du XVIIIème siècle, l'odjaq des Janissaires fut la puissance dominante en Egypte, et il ne fait guère de doute que cette autorité lui venait, en grande partie, du contrôle qu'il avait su s'assurer sur les ressources fiscales du pays, et en particulier sur la douane des épices. Les officiers qui dirigeaient la milice des Janissaires s'intéressaient d'ailleurs de très près au commerce du café, non seulement au nom de la milice, mais à titre de spéculation personnelle. L'émir ‘Uthmân Katkhudâ al-Qâzdaghlî, qui commanda l'odjaq jusqu'à sa mort, en 1736, et qui laissa une fortune considérable (21,5 millions de paras) possédait, en totalité ou en partie, trois vaisseaux (markab) sur la mer Rouge qui devaient certainement servir, entre autres au commerce du café, car sa succession indique qu'il avait, à Djeddah, 200 charges (furûq) de bunn. L'étroitesse de ses liens avec les commerçants en café apparut avec évidence à l'occasion des obsèques du grand tâjir Qâsim ash-Sharâybî en 1734 : ‘Uthman Katkhudâ poussa l'expression de son respect pour le défunt jusqu'à marcher à pied derrière le corps, de la maison mortuaire jusqu'au cimetière, alors que les autres Grands se contentaient de marcher jusqu'à la mosquée al-Azhar et se rendaient ensuite à cheval jusqu'au cimetière.

19De leur côté, les grands tujjâr jouaient un rôle politique que nos sources nous permettent de deviner. Les Sharâybî avaient des mamelouks dont un au moins devint bey. Qâsim ash-Sharâybî se trouvait auprès du grand émir Dhû-l-Fiqâr Bey quand il fut assassiné : une circonstance qui aurait pu lui être fatale s'il n'avait eu la présence d'esprit (et l'agilité) de sauter du ma‘qad dans la cour au moment où se déclenchait la fusillade. Jabartî encore est prolixe sur les hautes relations des Sharâybî21.

20Au moment où la découverte de la route des Indes par les Européens avait causé un déclin progressif du commerce des épices qui aurait pu ruiner l'Egypte, le café yéménite lui avait donc fourni une ressource commerciale qui lui avait permis de maintenir son importance économique dans le monde méditerranéen. Et c'est aussi le café yéménite qui assurait à la caste dominante égyptienne une partie des revenus qui lui permettaient de gouverner le pays.

La crise du XVIIIe siècle

21La crise que connut l'Egypte au XVIIIème siècle et qui fut marquée par de graves difficultés économiques, à partir de 1770, fut largement liée à la crise du café yéménite. Envisagée sous l'angle égyptien, cette crise avait deux aspects : d'une part, la concurrence exercée contre le moka yéménite par le café que les Européens avaient réussi à acclimater en Indonésie et dans les Indes occidentales (Antilles) ; d'autre part, la pénétration des Européens dans la mer Rouge (dont les Egyptiens avaient pu se réserver la navigation jusque vers 1700) qui permettait un détournement des courants commerciaux vers l'Europe.

22Chronologiquement, c'est par des tentatives des Européens pour s'introduire directement sur le marché de production du Yémen que le renversement des courants commerciaux traditionnels commença. Dans les premières années du XVIIIème siècle, les grandes puissances maritimes européennes s'efforcent d'aller acquérir le café directement sur les marchés du Yémen pour briser le monopole dont jouit l'Egypte et qui, en raison des exigences d'Istanbul, a souvent pour conséquence une interdiction d'exporter le précieux produit vers l'Occident. Les Hollandais établissent un comptoir à Mokha où ils envoient, chaque année, de Batavia, un vaisseau de 700 tonneaux pour charger du café et d'autres marchandises de l'Arabie. Les Anglais, de leur côté, envoient également des navires au Yémen et ils disposent, avant 1720, d'une "factory" appartenant à la Compagnie des Indes et dont les archives de la Compagnie montrent l'activité entre 1720 et 174022. Les Français ne sont pas en reste : en 1709 la compagnie des négociants de Saint-Malo envoie trois navires au Yémen et ils rapportent 5 300 charges de café, mais au terme d'un voyage qui durera deux ans. Le voyageur français La Roque, qui est à Mokha en 1709, décrit avec précision le commerce du café traditionnel : c'est à "Betelfaguy" (Bayt al-Faqîh) écrit-il, à trente cinq lieues de Mokha "que se font les achats de café pour toute la Turquie ; les marchands d'Egypte et ceux de Turquie y viennent pour ce sujet" ; il est chargé sur de petits bâtiments qui le portent à Djeddah où il passe sur des navires à destination de Suez. Il décrit à Mokha le comptoir hollandais, évoque un navire anglais mouillé dans le port et la visite des trois navires français23.

23Ce commerce direct, qui menace la prospérité du commerce égyptien, ne passe pas inaperçu au Caire. Dès 1705 circulent, dans les milieux commerciaux du Caire, des bruits alarmants sur les achats fait à Mokha (25 000 charges) par les Anglais et les Hollandais24. Il s'agit peut-être alors de manœuvres spéculatives des marchands pour maintenir un cours élevé du café. Mais la menace se confirme. En 1712, le consul de France au Caire s'inquiète des effets de ce "détournement" : les autorités et les commerçants du Caire "ont laissé perdre le... privilège qu'ils avaient du transport de toutes les épices... Ils feront la même chose du café avec le temps"25. Le haut cours du café au Caire, et la difficulté d'acheminer vers Istanbul les quantités nécessaires amènent les autorités sultaniennes à intervenir auprès du "roi" du Yémen pour obtenir des mesures contre la pénétration des navires européens en mer Rouge et contre la diminution des envois de café vers l'Egypte. En 1719, un kapidji bâshî est envoyé au Yémen et la demande est appuyée par une intervention du chérif de la Mekke. Des promesses sont faites et de fortes quantités de café sont acheminées en 1720 vers l'Egypte via Djeddah (30 ou 35 000 charges). Mais le consul Le Maire remarque que le "prince" du Yémen n'a pas détruit les comptoirs des Anglais et des Hollandais et que 14 000 charges ont été emportées par les Européens26. Rien ne va plus arrêter l'activité des comptoirs européens au Yémen. Au moment où Niebuhr visite Mokha, en 1763, la Compagnie anglaise des Indes envoie un bateau tous les deux ans pour charger du café, auquel s'ajoutent ceux qui viennent pour leur compte (trois en 1763). Le développement du commerce des Européens était favorisé par un régime douanier avantageux (droits de douane de 3%, au lieu de 8% pour les Arabes, les Turcs et les Indiens)27.

24Tandis que le commerce égyptien était ainsi concurrencé à la source par la navigation européenne en direction du Yémen (les tentatives d'entrée des Européens, Anglais et Français, en direction de Suez n'aboutirent pas avant 1798), il souffrait plus fortement encore de l'introduction en Europe d'abord, puis jusque sur les marchés méditerranéens, du café que les puissances coloniales européennes avaient planté avec succès dans leurs possessions. Les Hollandais développent la production de café à Batavia. Les Français les imitent dans les Antilles. C'est en 1722 que l'on réussit à acclimater à Cayenne des graines de caféier importées en fraude de la Guyane hollandaise : ce café, originaire du Yémen, appartenait au type "arabica". Dès 1732 le café des îles était introduit en France, en 1736 à Alep et en 1737 en Egypte. Non seulement le café des îles concurrença très rapidement le café du Yémen en Europe, mais il s'imposa sur les marchés traditionnels du café yéménite dont l'Egypte faisait le commerce, y compris en Egypte même, malgré la qualité supérieure du moka, en raison de son prix, plus avantageux. Cette concurrence explique sans doute la crise qui affecte le commerce du café au Caire à partir de 1760.

25Les documents de l'administration du café (dîwân al-bahâr) au Caire, étudiés par les administrateurs de l'expédition française en 1798, paraissent indiquer une baisse progressive des quantités de café importées du Yémen au cours de la seconde moitié du XVIIIème siècle. Le chiffre de 30 000 chargesresta constant jusque vers 1750 : il aurait baissé à 24 000 charges sous `Alî Bey (vers 1770) et sous Ismâ‘îl Bey (vers 1786), et 21 000 en 1797. Le bas prix du café au Caire, durant les dernières décennies du siècle, peut s'expliquer par la concurrence du café des Antilles. Et cette conjoncture, à son tour était sans doute la cause du déclin sensible du groupe des négociants (tujjâr) en café qui avaient entre leurs mains, au XVIIème et au début du XVIIIème siècle, l'activité économique la plus importante de l'Egypte. Leur groupe paraît moins puissant : nous avons relevé, dans les archives que nous avons étudiées, 114 successions de négociants en café entre 1661 et 1700, et 106 entre 1701 et 1750 ; 63 seulement entre 1751 et 1798. Durant les deux dernières décennies du siècle (1776-1798) leurs successions ne représentent plus que moins de la moitié du montant total des successions enregistrées (au lieu des deux tiers un siècle plus tôt).

Conclusion

26Produit nouveau, devenu, en quelques décennies, un produit de grande consommation dans le monde arabe et musulman et dans tout l'Occident, le café yéménite a donc joué un rôle très important dans l'histoire de l'Egypte à l'époque ottomane.

27La rapide diffusion du café, sa vente par grandes quantités, ont assuré au Yémen, qui détient le monopole de sa production jusque vers 1720, et au Caire, qui en assura la commercialisation pour une large part jusque vers 1760, une place de premier plan dans le commerce international du temps. Il serait intéressant de pouvoir mesurer l'impact que l'essor de cette production eut sur l'histoire du Yémen au XVIIème et XVIIIème siècles.

28Pour l'Egypte, l'arrivée du café comme grand produit de commerce permit au pays de ne pas souffrir du recul du négoce des épices qu'avait provoqué l'expansion maritime et commerciale européenne. On peut même considérer que par son volume, et son coût, le café remplaça avantageusement les épices, et conserva à l'Egypte le rôle qu'elle avait, de tous temps, joué dans le commerce international, à la jonction de trois continents. Le café assura la prospérité économique de l'Egypte durant deux siècles et il fut un enjeu de grande importance dans les luttes pour le pouvoir au Caire. C'est la maîtrise de ce commerce, et des profits qu'il permettait (en particulier sous forme de taxes), qui permit aux pachas, puis aux Janissaires de dominer la vie politique de l'Egypte aux XVIème et XVIIème siècles. Et il contribua naturellement à l'activité et à la prospérité économiques du pays pendant toute cette période.

29Les atteintes subies par le commerce du café du Yémen à partir du milieu du XVIIIème siècle (concurrence du café des Antilles, arrivée des commerçants européens en mer Rouge) eurent des effets importants sur la situation économique de l'Egypte : son commerce fut affaibli et les ressources que la caste dirigeante tirait du trafic du café furent diminuées. Il y a là, évidemment, un des facteurs du déclin de l'Egypte à la fin du XVIIIème siècle.

Haut de page

Notes

1 Cité par J.L. Miège dans Le café en Méditerranée, Marseille, 1981.
2 Ralph S. Hattox, Coffe and Coffeehouses , Univ. of Washington, 1985, pp.12-13.
3 R. Hattox, 14-15. Voir Encyclopédie de l'Islam 2, art. "Kahwa", G. Van Arendonk, pp.469-473.
4 R. Hattox, p.18.
5 C. Niebuhr, Travels through Arabia, Edinburgh, 1792, I, pp. 397-399.
6 Sur la futuwwa, voir André Raymond, Artisans et commerçants au Caire, Damas, 1974, 2 vol., II, p.532.
7 R. Hattox, pp.14, 21.
8 R. Hattox, p.27.
9 R. Hattox, pp.30-36.
10 R. Hattox, p.39.
11 Prosper Alpin, Plantes d'Egypte, Le Caire, 1980, pp.92-94.
12 Cité par Michel Tuchscherer, "Café et cafés dans l'Egypte ottomane", in Contributions au thème du et des cafés, H. Desmet-Grégoire éd., Aix-en-Provence, 1991, p.53.
13 M. Tuchscherer, "Café et cafés", p.53.
14 C. Niebuhr, Description de l'Arabie , Paris, 1779, I, 203 ; II, pp.68-85. Sur l'histoire du café en Egypte aux XVIIème et XVIIIème siècles voir André Raymond, Artisans et commerçants , "Les problèmes du café en Egypte", in Le café en Méditerranée , Aix-en-Provence, 1981 ; Le Caire des Janissaires , Paris 1995.
15 Nelly Hanna, "Ismâ‘îl Abû Tâqiyya", in Les villes dans l'Empire ottoman , D. Panzac éd., Aix-en-Provence, 1991.
16 C.G. Brouwer, Cowha and Cash : The Dutch East India Company in Yemen, Amsterdam, 1988.
17 A. Raymond, Artisans et commerçants, pp.108 et suiv.
18 C. Niebuhr, Voyage in Arabia, Amsterdam, 1776, 2 vol., I, p.206.
19 James Bruce, Voyage aux sources du Nil , Paris, 1790, 10 vol., II, pp.90-91, 117.
20 A. Jabartî, Merveilles biographiques (traduction des ‘Ajâ’ib al-âtâr), Le Caire, 1888-1896, II, pp.144-145.
21 Tribunal du Caire (Mahkama), Q. ‘askariyya, v. 147, 17 (1740). Jabartî, II, p.145.
22 India Office Records, G Factory Records, Egypt and Red Sea, G 17, pp.1, 2 et 3.
23 Jean de La Roque, Voyage de l'Arabie heureuse, Amsterdam, 1716, pp.82, 107-108, 189.
24 Archives de la Chambre de Commerce de Marseille, J 569, 5 décembre 1705, De Maillet.
25 C.C.M., J 571, Lemaire, 15 février 1712.
26 Archives Nationales, C.C. Caire, B I 318, Lemaire, 30 novembre 1719 ; B I 319, 15 janvier, 21 mars 1720.
27 C. Niebuhr, Voyage, I, p. 287.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Raymond, « Le café du Yémen et l'Egypte (XVIIe - XVIIIe siècles) », Chroniques yéménites [En ligne], 3 | 1995, mis en ligne le 30 août 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/59 ; DOI : 10.4000/cy.59

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org