Navigation – Plan du site
Sociétés

Les quartiers de Zabid

Notes d'histoire sociale
Paul Bonnenfant

Entrées d’index

Géographique :

Zabîd
Haut de page

Texte intégral

1Je voudrais présenter ici des notes concernant les quartiers de Zabîd, ville située dans la plaine côtière de la Tihâma, à une centaine de kilomètres au sud-est d'al-Hudayda. Elles ont été rassemblées au cours d'une étude portant sur l'architecture domestique de Zabîd, dont les résultats seront publiés dans un livre ultérieur1. J'ai étudié la genèse d'habitations exceptionnelles qui, avec les monuments religieux et militaires, ont valu à Zabîd d'être classée sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO. Ce faisant, j'ai rassemblé de nombreuses notes, exposées ici et qui, globalement, rendent compte de la situation de la ville avant les changements introduits par la révolution de 1962, le développement de l'instruction, l'évolution des techniques agricoles, l'ouverture du Yémen au marché international et l'émigration dans les pays pétroliers voisins2.

La division de Zabid en quartiers

2L'ensemble de Zabîd était et reste divisé, comme Sanaa, en quatre quartiers ou "quarts", rub‘, plur. arbâ‘ (voir carte) : au nord-est, le rub‘ al-‘Iliy, qui est, d'après un lettré, la prononciation populaire de rub‘ al-a‘lâ, "prononciation convenable" ; au sud-est, le rub‘ al-Mujanbadh ; au sud-ouest, le rub‘ al-Jiz' ; au nord-ouest enfin, le rub‘ al-Jâmi‘. L'importance démographique de chacun d'eux est donnée par le tableau suivant, issu du recensement de 19943 :

Quartier

Maisons

Familles

Hommes

Femmes

Total

Zabîd

 98

96

392

 289

 681

al-Jiz'

738

671

2 166

2 365

4 531

al-Mujanbadh

518

499

1 655

1 635

3 290

Mahwâ l-‘Abd

20

20

92

61

 153

al-Jâmi‘

690

663

2 047

2 129

4 176

al-‘Iliy

757

674

2 261

2 162

4 423

Total de la ville et de ses quartiers, rub‘

2 821

2 623

8 613

8 641

17 254

3Si l'on excepte la ligne "Zabîd", qui désigne probablement les constructions nouvelles le long de la route goudronnée, et la ligne "Mahwâ l-‘Abd", hameau situé à un kilomètre à l'ouest de Zabîd, on constate que les quatre quartiers ont sensiblement la même importance, le rub‘ al-Mujanbadhétant cependant moins peuplé.

4La carte de la partie historique de Zabîd donne les limites des quartiers, rub‘, déduites du nom des mosquées et des maisons que l'on situe toujours en disant : "Elle est dans le quartier Untel". Ces indications ont été complétées par des parcours sur le terrain avec un notaire de la ville. La limite entre les deux rub‘ du nord et les deux rub‘ du sud part de la porte occidentale, bâb an-Nakhl, et se dirige presque directement vers la porte orientale, bâb ash-Shabârîq. Mais ce n'est pas le cas de la limite entre les deux rub‘ occidentaux et les deux rub‘ orientaux de Zabîd, limite qui emprunte une série de rues parallèles, à l'ouest, au cheminement le plus rapide allant de bâb Sihâm, la porte nord, vers bâb al-Qartub, la porte sud. Mais il est intéressant de noter que les limites sont dites "aller de telle porte de la ville à telle porte de la mosquée al-Ashâ‘ir", ce qui est peut-être signe de son importance historique et de son rôle d'enseignement : il fallait probablement qu'elle soit accessible de tous les quartiers.

5Chaque rub‘ se subdivise à son tour en hâfa. Ce dernier terme correspond à peu près au terme français "ilôt" et joue un rôle important dans la structuration de l'espace urbain4. Il regroupe de dix à quinze unités d'habitation voisines ; c'est souvent le résultat de la subdivision, par héritage, d'un grand terrain initial clôturé par un ancêtre qui donne son nom à la hâfa : par exemple hâfat al-Mahâdila, hâfat al-Ahdal ou hâfat al-Ahmar.

6Comme il était fréquent dans les villes arabes anciennes, plusieurs hâfa de Zabîd portaient le nom de l'origine géographique de leurs habitants, par exemple le quartier des Indiens, hâfat al-Hunûd, dans le rub‘ al-Jiz', et celui des Zayâli‘, hâfat az-Zayâli‘ dans le rub‘ al-‘Iliy5. Il existait un quartier des gens originaires du Hadramawt, hâfat al-Hadârima, entre la citadelle et la mosquée des Ashâ‘ir6. En dehors du Hadramawt, les gens de Zabîd originaires du Yémen viennent surtout de deux régions montagneuses qui dominent le wâdî Zabîd : le djebel Usâb et le djebel Ra's. Je n'ai relevé jusqu'à présent qu'un seul nom d'ilôt faisant référence à une activité économique : il s'agit de "l'ilôt des tisserands", hâfat al-hûk, situé au nord de la grande mosquée.

7Zabîd partage donc avec Sanaa la caractéristique d'être divisée en quatre rub‘. Mais les deux villes diffèrent : alors que les quatre rub‘ de Sanaa se subdivisent à leur tour en une cinquantaine de quartiers, hâra, aux caractéristiques bien établies7, il n'existe rien de tel à Zabîd, où le rub‘ est la plus petite subdivision. Il arrive que le terme de hâra soit employé pour celui de rub‘ . D'autres emploient le terme de hâra pour hâfa. Ce terme de hâra me paraît être d'un usage récent à Zabîd, peut-être calqué sur celui de la capitale. Quoi qu'il en soit, le nombre d'habitants dans le rub‘ de Zabîd (3 000 à 4 000) est beaucoup plus élevé que dans la hâra de Sanaa (1000 environ).

8Une des caractéristiques de l'urbanisme ancien de Sanaa est, jusqu'à aujourd'hui, l'existence de "jardins urbains" dans la ville intra muros8. Une personne âgée et digne de foi déclare qu'ils ont autrefois existé à Zabîd. "L'un, le bustân ar-râha, se trouvait non loin de bâb Sihâm. Un autre, situé au sud de la ville, à l'intérieur des remparts, au nord-ouest de bâb al-Qurtub, existait encore au début du XXe siècle. Son propriétaire est mort, ainsi que le cultivateur qui l'entretenait : aussi le jardin est-il tombé à l'abandon. Le troisième était celui de la mosquée al-Bâshîya : cultivé jusqu'au moment de la Révolution, il fut ensuite délaissé"9.

9Chaque rub‘ avait son propre souk. Les deux marchés les plus actifs étaient ceux d'al-Jiz' et de la grande mosquée. Celui d'al-Jiz' s'étendait autour du sûq al-Jûra jusqu'au centre ville actuel. "Il y avait tant de monde, racontent les anciens, que les dromadaires chargés ne pouvaient pas le traverser. Pour que leur chargement soit moins large, on était obligé de le diviser par deux avant qu'ils n'entrent dans le souk". Le marché de la grande mosquée s'étendait de la grande mosquée vers l'est et le nord-est, jusqu'à la mosquée al-'Alawîya occidentale (n° 76 de la liste ROM). Je n'ai pas réussi à déterminer l'emplacement du marché du rub‘ al-‘Iliy, peut-être situé près de bâb Sihâm. Le marché du quartier al-Mujanbadh partait de l'angle sud-est de la mosquée des Ashâ‘ir en direction de la citadelle.

10Chaque quartier possède sa personnalité, sa spécificité. Les deux quartiers orientaux de la ville sont globalement plus pauvres et plus peuplés de akhdâm à leur périphérie. Les deux quartiers occidentaux possèdent davantage de belles demeures. Les teintureries y étaient florissantes pendant la première moitié du XXe siècle. Elle ont déterminé jusqu'à aujourd'hui un trait notable de cette moitié de la ville : l'existence de grands bâtiments en briques et de vastes cours nécessaires à cette activité10.

11Le rub‘ al-‘Iliy se caractérise par l'existence de prestigieuses familles de sâda, les familles al-Inbarî, al-Ahdal et as-Sâlimî. Est-ce à leur existence que ce quartier doit son nom, le "Haut-Quartier", ou est-ce simplement parce qu'il est plus élevé en altitude ? Il contient aussi des maisons réputées être parmi les plus anciennes de la ville, à bayt Sharaf, bayt al-Qibaylî et bayt Qarûsh.

12Le rub‘ al-Mujanbadh signifie-t-il "quartier des coupoles" ? En Inde, mais aussi en Turquie et en Iran, jumbadh signifie "dôme, coupole". Est-ce au nombre de mosquées à coupoles que ce quartier doit son nom ? Quoi qu'il en soit, le quartier était dominé par la forteresse, siège de la garnison et centre du pouvoir.

13Le rub‘ al-Jâmi‘ est, comme son nom l'indique, le quartier de la grande mosquée. La proximité de ce bâtiment prestigieux a attiré des familles de savants renommés, comme les Mizjâjî, les Battâh, les Khatîb, et un grand nombre de riches familles. Les Hârûn, les Wajîh, les Wâqidî, les Marzûqî, les Hawâ'ijî, les Rab‘î, les Jidhar, les Tabrîzî étaient parmi les plus fortunées, et leurs bâtiments rivalisaient de prestige jusque dans les années 1950, notamment par la construction de khalwa, pièces d'étage très aérées et décorées.

14Le rub‘ al-Jiz' est un quartier possédant de belles et anciennes madrasa, et de grandes demeures occupant chacune des ilôts entiers : deux des plus vastes en surface sont bayt Abâ l-Khayr et bayt Balkam ; la plus haute est certainement bayt Balkam. Les maisons Shatût, Faydal, Hasan Shaykh, Ishâq, Warrû et Hujayna, al-Wajîh et al-Qarsh sont également des constructions vastes et richement décorées. Une importante caractéristique de ce quartier al-Jiz' est que de nombreuses familles y sont d'origine indienne.

Les notables du quartier

Le‘âqil

15Pour certains informateurs, le chef de quartier, ‘âqil ar-rub‘, est choisi par les gens du quartier. Pour d'autres, le 'âqil est nommé par le président de la Municipalité parmi les notables de ce quartier. Cette divergence signifie probablement une évolution du mode de désignation. Quoi qu'il en soit, comme condition pour devenir ‘âqil, il faut habiter dans le quartier depuis trois générations au moins, être d'une famille "enracinée et authentique", ‘arîqa wa asîla, être connu pour ses bonnes mœurs, courageux, écouté des gens et accepté par eux. Le chef de quartier doit être karîm, c'est à dire avoir de l'honneur, de l'estime, de la considération, termes résumés dans celui de mîza. Il est responsable devant l'Etat. Une fois choisi, il reste dans ses fonctions.

16"Le ‘âqil est chargé de résoudre les conflits, notamment en cas de plaintes pour vol ou pour mauvaises mœurs. En 1992 par exemple, il y eut des vols. Le Gouvernorat demanda que les habitants assurent eux-mêmes la surveillance. Le ‘âqil d'al-Jiz' rassembla les notables de ce quartier, et ils décidèrent ensemble que chaque maison mettrait à disposition un homme par nuit. Ils firent des patrouilles, les vols cessèrent et les patrouilles aussi".

17Dans chacun des quatre rub‘ de Zabîd, il y a quatre ou cinq responsables qui s'occupent des litiges, des affaires de voisinage, et qui organisent les fêtes. Le ‘âqil joue un rôle important à l'un des moments les plus intenses de la vie sociale, le mariage. Quand le jour de la fête est fixé par la famille du marié, c'est lui, ou le doyen des invités, qui veille à l'ameublement du grand espace sous velum, makhdara, où va se tenir la fête, mihdar. Il demande à la famille du marié combien il y aura d'invités et détermine en conséquence le nombre de banquettes, de matelas et de coussins nécessaires. La répartition se fait "de sorte que le quartier où a lieu la fête en fournisse le tiers, le deux autres tiers étant fournis par les autres quartiers. Quiconque a assisté à cette réunion, jalîs, est obligé de fournir ce à quoi il s'est engagé"11. "S'il y a par exemple 800 invités, la makhdara aura besoin d'au moins 200 banquettes, manâbir, de 200 couvertures, battânîya, qu'on pose pour rendre plus confortables les cordes tressées, de 800 coussins, makhâd, etc. Si ce mariage a lieu dans le quartier al-Jiz', ce quartier devra fournir le tiers, soit ici 67 banquettes, et les 133 restantes à la charge des autres quartiers. Chaque famille tient ainsi deux ou trois banquettes à la disposition des mariages de la ville". C'est pour cette raison qu'on voit presque toujours écrit le nom du propriétaire sur le dossier d'une banquette, ainsi que sur les coussins.

18D'autres objets sont nécessaires pour la fête : des réservoirs d'eau, de grands plats métalliques, ma‘âdin, des marmites pour le riz, tshût, des récipients pour la sauce, suhun al-maraq. Le ‘âqil répartit entre les familles la fourniture de ces objets.

19Quant aux couvertures, battânîyât, et aux coussins, makhâd, ils sont portés par des jeunes gens nommés al-maghram, qui sont les amis du marié. On les appelle ainsi parce qu'ils aident12 le marié et sa famille pour toutes les affaires du mariage. Mais c'est le khâdim, dont je vais plus loin préciser le rôle, qui arrange les coussins-accoudoirs.

Le amîn

20Un autre notable du quartier est une sorte de notaire et expert, le amîn, pluriel umanâ', ou ma'mûn , pluriel ma'âmîn. Comme le ‘âqil, il se recrute dans des familles "enracinées et authentiques" : les Faqîr et les Bâzî du quartier al-Jiz', et les Battâh du quartier de la grande mosquée. Il y a aussi l'ustâ ‘Izz ad-Dîn Qushâ‘a. Ce sont des familles bien établies de Zabîd, chez qui ce métier se pratique de père en fils. Mais, souligne un instituteur, "il n'y a plus d'objection aujourd'hui à ce qu'un descendant de khâdim devienne amîn. Il faut qu'il ait une certaine connaissance, ilmâm, de la loi islamique et qu'il ait déjà pratiqué avec un autre pendant six mois. Puis il doit aller à Sanaa faire d'autres études, où on lui donnera finalement une autorisation officielle d'exercer". Toutes ces personnalités ont la confiance des gens.

21L'amînveille au respect des règles juridiques lors de la conclusion d'un mariage, notamment pour le consentement des époux. Il rédige les actes dans les formes légales : contrats de mariage, de vente et d'achat de bien immobiliers, contrats de partage. "Par exemple, deux associés sur une terre agricole possèdent en commun deux moteurs et des terres de surfaces différentes ; s'il survient un différend entre eux et s'ils veulent se séparer, le ma'mûn étudie la question d'un partage équitable entre les deux parties". De même "dans les successions, le ma'mûn peut intervenir soit pour diviser de manière équitable le bien hérité entre les ayants-droit, soit pour ratifier de manière légale leur accord, s'ils se sont entendus par eux-mêmes".

22Des femmes jouent également un rôle d'expertes. La ma'mûnat al-qâdî, par exemple, examine la jeune épouse si son mari conteste sa virginité13 ; elle détermine si l'absence d'hymen est naturelle ou si elle a été préalablement déflorée par une relation sexuelle avant mariage14.

Les habitants de la périphérie de la ville

23Nous avons vu que chaque quartier est limité et possède des frontières strictement définies. Il n'y a pas de quartier réservé à tel ou tel groupe social. La stratification sociale de Zabîd se retrouve dans chacun des quatre rub‘. Les gens de bon sang arabe sont majoritaires : ce sont les ‘arab, parmi lesquels quelques familles déjà nommées de descendants du Prophète, les sâda, ont la prééminence. En "dessous" des ‘arab dans l'échelle sociale, se situent à Zabîd de riches commerçants d'origine arabe ou non arabe, souvent d'origine indienne : leur fortune fait de ces derniers des personnes influentes, mais dont le prestige est amoindri par leur origine non-arabe. Autrefois enrichies par le commerce avec Aden, par la teinturerie et par la possession de grandes propriétés foncières, ces familles fortunées constituent un trait spécifique de la hiérarchie sociale à Zabîd. Plus "bas", nous trouvons les muzayyin, dont nous allons parler plus loin.

24Plus "bas" encore dans l'échelle sociale, les descendants des akhdâm ne vivent pas dans les quartiers proprement dits, mais autour de la ville. De teint assez noir, ils vivent dans des huttes de branchages, et non dans des maisons en dur. Ce terme de akhdâm témoigne d'une discrimination devenue illégale aujourdhui : depuis la révolution yéménite de 1962, le terme akhdâm n'existe plus officiellement. Cette décision politique n'a évidemment pas changé du jour au lendemain le statut social et économique de cette catégorie très méprisée de la population, qui perdure sous diverses formes.

25A Zabîd, le groupe des akhdâm peut représenter en 1998 de 25 à 30 % de la population, soit 5000 personnes environ15. Les autres habitants caractérisent les akhdâm par leur habitat, qu'il décrivent aux franges, en périphérie de la ville16 : "Ces gens-là vivent près des quatre portes et non loin des remparts". "Les akhdâm vivent aux extrémités des villes. Aujourd'hui, ils commencent à se mélanger aux gens, à entrer dans la ville".

26Spatialement, les akhdâm de Zabîd sont donc excentrés, isolés, caractérisés par leurs huttes. Ils sont également ségrégés dans la vie : on les exclut de nombreuses activités, on ne les reçoit pas chez soi, ils ne peuvent se marier qu'entre eux, leurs coutumes de mariage sont particulières, ainsi que leur musique. Mis à part dans la vie, ils le sont jusque dans la mort : ils ont un cimetière particulier, celui qui est un peu au sud de bâb an-Nakhl, la porte ouest de Zabîd.

27Un texte non publié du cheikh ‘Abd ar-Rahmân ibn ‘Abd Allâh al-Hadramî donne des précisions fondamentales sur la vie (qu'il appelle "caractéristique, à part", mutamayyiza ) des akhdâm avant la révolution de 1962. Ce texte, en donnant de nombreux détails concrets, montre en particulier la dépendance du khâdîm à l'égard de son maître.

281. "Le khâdim n'a pas le droit de s'asseoir sur une banquette face à son maître. Au contraire, il doit s'asseoir sur le sol, avec ou sans natte. S'il ose s'asseoir sur la banquette, on doit lui manifester du mépris et le frapper" (AAH).

29Le premier critère de distinction, de discrimination, tamâyuz, que cite AAH est donc que les akhdâm s'assoient par terre, et les 'arab sur des banquettes. Ce critère est particulièrement important au moment social culminant qu'est le mariage, et l'auteur insiste en décrivant le mariage des akhdâm : "L'espace couvert, makhdara, est aménagé sans banquettes, sirar, sans coussins, mkhâd, sans matelas, firâsh, et sans décoration. Quand les invités akhdâm se présentent, on a préparé pour chacun d'eux, à même le sol, une litière de paille de sésame qu'on appelle jaraz ou garz ; ils s'appuient de même sur des [coussins] de tiges de sésame. Quand arrive [un khâdim ], on dit à celui qui s'occupe de l'assembée : "Bienvenue à Untel ; offre-lui un coussin" (AAH). Le cheikh al-Hadramî insiste sur ce critère de distinction en précisant : "Si les Arabes veulent assister à la veillée, ils apportent de chez eux des banquettes, manâbir, de la literie et des pipes à eau. Ils s'associent à la fête dans le confort et veillent [assis] sur les banquettes, avec les matelas et les coussins". Comme les banquettes, la paille de sésame est un signe de discrimination : les 'arab s'appuient sur des coussins rembourrés de coton. Sésame et coton sont produits sur place ; le dernier, plus doux est réservé aux dominants 'arab.

302. "Le khâdim ne peut entrer dans un lieu où se trouve un groupe d'hommes qu'après les avoir tous salués, jeunes ou vieux, en leur baisant la main et le genou" (AAH). Il s'agit donc d'un signe marqué d'humilité et de soumission, non seulement au maître, mais au groupe entier des dominants, puisque le khâdim doit embrasser la main et le genou de tous les présents.

313. "Le khâdim n'a pas le droit de s'habiller des mêmes vêtements que son maître, à moins que ce ne soit un vêtement noir, al-bazz al-aswad [grandes pièces de drap teintes à l'indigo], ou des vêtements usagés octroyés par son maître" (AAH). La différenciation par le vêtement reste un critère important de "distinction" à Zabîd.

324. "Le khâdim ne peut rien refuser à son maître. Même si celui-ci l'appelle dans le dernier tiers de la nuit quand [le khâdim ] dort, il doit absolument obéir à la demande. Et si le maître lui donne l'ordre de sortir de nuit pour se rendre au wâdî ou dans les champs pour irriguer, il doit absolument s'exécuter" (AAH). La règle "le khâdim ne peut rien refuser à son maître", déjà dure en elle-même, est renforcée par les mots "même dans le dernier tiers de la nuit". On veille tard en effet dans le wâdî Zabîd, pour travailler ou passer un moment en société en profitant de la relative fraîcheur de l'obscurité. Le dernier tiers de la nuit, c'est le moment où le sommeil est le plus profond et devrait être respecté. Il faut cependant noter que le système d'irrigation du wâdî Zabîd impose ses contraintes propres : quand la crue descend des montagnes, quand le tour d'eau d'une parcelle est arrivé, il faut que le personnel agricole soit présent, quelle que soit l'heure.

335. "Le khâdim n'a le droit de posséder une terre, une habitation ou un endroit sur lequel il bâtisse une hutte, que si son maître est d'accord ; cette hutte ne sera qu'un prêt [fait par le maître au khâdim ]" (AAH). Quand il le jugera utile pour ses propres intérêts, le maître pourra ainsi chasser le khâdim de sa hutte. 17. "Le khâdim n'a le droit de posséder que sa femme, une vache et quelques têtes de petit bétail. S'il en possède davantage, ce ne sera pas considéré comme sa propriété [ce sera en fait celle du maître]" (AAH). Le khâdim n'a donc qu'une possession limitée et précaire de ses biens, ce qui l'empêche pratiquement de s'enrichir, d'investir et de modifier ainsi son statut. Notons au passage les termes de femme, de vache et de petit bétail mis sur le même plan, comme dans la loi salique du Moyen-Age européen18.

346. "Si le khâdim veut se mettre au service d'autres maîtres de moindre personnalité que le sien, il doit d'abord demander la permission de son maître. Si celui-ci est d'accord, le khâdim peut se livrer à ce travail. Si le maître manifeste son désaccord, et que le khâdim va malgré cela travailler sur la terre d'un autre, son maître principal peut le jour suivant le faire attacher à un tronc d'arbre et le fouetter". Le khâdim n'est donc pas approprié comme un esclave, il dispose d'une relative liberté, mais ce point en montre bien les limites...

357. "La plus grande honte des khâdim, leur plus grande humiliation, c'est l'outrage à leur honneur. Si le khâdim défend son honneur, il est insulté, châtié et on ne le croit pas". D'après trois commentaires oraux, ce texte signifie que le maître peut pratiquer des relations sexuelles avec la femme du khâdim ; celui-ci le sait et est contraint d'accepter, sinon il est chassé par son maître et perd son emploi, comme le montre une histoire que raconte le cheikh al-Hadramî.

368. "Si le khâdim se rend dans un pays quelconque, gagne de l'argent, revient voir sa famille et montre de l'aisance, il doit aller saluer le cheikh, lui offrir un cadeau et lui demander l'autorisation de se rendre auprès de sa famille ; sinon, le cheikh procède à son châtiment et son emprisonnement jusqu'à ce qu'il s'exécute". Là encore, le khâdim n'est pas totalement privé de liberté, mais il est fortement soumis à l'autorité tribale.

37La dépendance à l'égard du maître s'exerce encore à l'occasion du mariage du khâdim, puisque c'est le maître qui porte l'invitation : "Le mariage des akhdâm se fait dans leur milieu, à cause de leur vie séparée de la société. Quand un khâdim veut marier son fils à une fille qu'il a choisie dans le même milieu, il prend contact avec le maître au service duquel il travaille (...). Il lui demande d'annoncer le mahdar (l'assemblée, la festivité) en son nom (c'est-à-dire celui du maître). L'invitation est faite par ces paroles : "Untel fils d'Untel prie Untel fils d'Untel d'honorer de sa présence la veillée et le jabr al-khâtir 19 au mahdar de notre khâdim Untel".

38Le khâdim était donc sous la sujétion d'un maître. Celle-ci s'exerçait dans tous les domaines de la vie : le travail, le logement, le vêtement, la vie sociale, le mariage et la vie sexuelle. Elle signifiait aussi un grand dépouillement de fait, une pauvreté matérielle dont nous avons vu les divers aspects.

39Mais le khâdim disposait quand même de la liberté de circuler, il n'était pas approprié ni lié définitivement à une personne. En matière de châtiment, son maître n'avait pas le droit de le mutiler ou de le tuer, comme dans le Moyen-Age européen20, mais il pouvait le frapper et l'insulter, nous l'avons vu.

40La révolution de 1962, en créant la République Arabe du Yémen, a amené de profondes améliorations dans ce statut méprisé et a proclamé l'égalité, au moins théorique, entre les divers citoyens yéménites. Dans le cadre de cet article, constatons seulement le rapport étroit entre le statut social de cette catégorie de la population et la situation géographique de ses habitations dans la ville : à sa périphérie, à ses franges. L'habitat de Zabîd projette clairement sur le sol les structures sociales de la collectivité.

Quartiers et prérogatives

41Dans chaque quartier, les barbiers et les descendants de akhdâm rendent un certain nombre de "services" . Ils sont en quelque sorte agréés, habilités à le faire dans chaque quartier, à preuve le terme dont on les qualifie : "maître du quartier", sâhib ar-rub‘. Chaque groupe défend le territoire dont il est titulaire : c'est le sien, il y a ses droits, un autre groupe ne peut y travailler ou y exercer son activité que contre compensation.

Le rôle des barbiers, muzayyin ou rayyis

42Le terme de muzayyin est connu dans une grande partie du Yémen ; on le connaît à Zabîd, oùl'on emploie plus souvent le terme de rayyis. Muzayyin et rayyis signifient "barbier". Cette profession recouvrait autrefois un certain nombre d'activités qui disparaissent actuellement : pose de ventouses, extraction de dents, immolation des bêtes pour ceux qui ne voulaient pas le faire eux-mêmes.

43A Zabîd, chaque barbier est au service d'un certain nombre de familles prestigieuses de son quartier, dont il va raser les hommes à domicile, contre rétribution. Ce serait déroger, en effet, qu'un sayyid ou un cheikh se rende au souk dans la boutique de coiffure d'un barbier.

44Mais le personnage du barbier joue un rôle dans de nombreuses occasions, en particulier durant toutes les journées qui concernent la conclusion d'un mariage.

45C'est lui par exemple qui porte le paquet contenant les cadeaux, la nuit de la widdâ. Ce terme désigne tous les cadeaux sur lesquels les deux familles se sont mis d'accord et que le marié doit offrir pour remplir les conditions du mariage : bijoux divers, vêtements, une certaine somme d'argent.

46Le jour du contrat, yawm al-‘aqd, après l'échange de consentement au mariage du futur marié et du père de la jeune fille21, c'est le muzayyinqui crie trois fois Nâdrûs, nâdrûs, nâdrûs yâ ‘arûs, ce qui signifie "Tu es béni, ô marié" ! Puis, après les fumigations, l'aspersion de parfum et la distribution de douceurs, il indique le moment de se retirer en disant : "[Récitez] la Fâtiha bienfaisante".

47Avant le festin et la fête musicale qui le suit, c'est au rayyis que le marié ou son père confie la liste des invités et le soin de transmettre à chacun d'eux les invitations à la fête, mihdar.

48Le jour des noces proprement dites, le rayyis s'occupe du marié,lui coupe les cheveux, le rase et le prépare à la cérémonie. De son côté, "l'embellisseuse", muzayyina, issue elle aussi du milieu des "barbiers", pare la mariée.

49Pendant la zaffa du mariage, le rayyis porte le luminaire qui éclaire le cortège. Il distribue aux convives le café et les douceurs, les asperge de parfum, prépare et fait passer le brûloir à résines odoriférantes, bukhûr.

50Le rayyis cuit la nourriture pour les grands repas, notamment pour les noces des gens du quartier. Il possède les grands chaudrons nécessaires à cette tâche. Mais, nous l'avons vu, les notables répartissent entre les familles la fourniture des plats où l'on verse les mets pour la consommation collective. Le rayyis du quartier peut seul accomplir ce travail dans son quartier. Il se réfère au "droit du déjeûner", haqq al-ghadâ', qu'il a sur les gens de la noce. Si la famille du marié ne veut pas que ce soit lui qui prépare le repas, et si elle s'adresse à quelqu'un d'autre, le muzayyin du quartier a le droit de réclamer une rétribution, même s'il n'a effectué aucun travail. "Le droit du quartier, il est connu et fixé chez eux", haqq ar-rub‘ muthabbit ‘and-hum.

51"Si moi de Zabîd, j'amène un rayyis d'al-Hudayda, parce que c'est un ami ou parce qu'il est réputé pour préparer de la bonne nourriture, je dois verser une somme au rayyis de mon quartier de Zabîd. Celui-ci est en effet privé de son travail et, de plus, subit une offense du fait que cela peut jeter un doute sur ses compétences de cuisinier. Si je donne 1000 ou 2000 riyâls au cuisinier d'al-Hudayda, je dois en donner 3 000 ou 4 000 à celui de Zabîd. Bien qu'il n'ait rien préparé en fait, je dois le payer. Parce qu'il est titulaire du quartier, rayyis ar-rub‘, sâhib ar-rub‘, c'est lui qui devrait préparer la nourriture. Il va donc me dire : "Si tu fais appel à quelqu'un d'autre que moi, donne-moi mon dédommagement, mukhâlisî, makhlas. Le makhlas, je dois lui donner parce qu'on a fait le travail à sa place. Si je lui réponds : "Mais tu n'as rien fait", il me rétorque : "[Cela ne fait rien], c'est le makhlas. Et c'est pareil [pour tous ceux qui ont une sorte de droit sur cette fête] pour le rayyis, pour le khâdim qui prépare la makhdara, pour les joueurs de tambour, pour la mughâtrafa ".

52Les mughatrafa sont des femmes qui poussent des yous-yous. Comme ceux que nous venons de citer, et comme les femmes qui font le khidâb 22, elles possèdent le droit d'effectuer ce travail dans leur quartier, à l'exclusion des autres. "Par exemple, si moi, du quartier al-‘Iliy, j'amène à ma fête la mughatrafa du quartier de la grande mosquée, je dois verser à celle qui pousse des yous-yous dans mon quartier une somme d'argent, en dédommagement". En 1997, la mughatrafa du quartier al-Jiz' était absente ; aussi, la mughatrafa du quartier al-Mujanbadh et celle d'al-‘Iliy étaient autorisées à aller dans le rub‘ al-Jiz'. La meilleure mughatrafa de Zabîd, dit-on, est celle d'al-Mujanbadh et s'appelle al-‘Atâya ; elle est âgée et pousse ses yous-yous, tughatrif,avec une belle voix.

53Il existe dans le milieu des muzayyin de Zabîd une coutume qui tombe actuellement en désuétude, la ri'isa, appelée aussi le "jour du rayyis ", qui se pratique quand il y a fête parmi eux. Ce jour-là, le rayyis revêt une tenue soignée, qu'il emprunte à ses maîtres, ceux qu'il rase d'habitude à leur domicile. Plus précisément, il se pare des vêtements de prestige, libâs fakhra, des notables de la région, et même de leurs armes, fusils et poignards, janbîya, symboles par excellence de leur rang social et de leur notoriété. Dans la vie quotidienne, le muzayyin ne porte en effet qu'un petit poignard, moins prestigieux que la janbîya. Ainsi déguisé en personnalité, il sort dans le souk et joue une sorte de comédie ou bouffonerie, muharrij, cûmâdî. Accompagné de cinq ou six accolytes qui représentent sa garde, il joue le responsable et s'écrie : "C'est moi le gouverneur, c'est moi le président, c'est moi le prince". Il ordonne de jeter untel en prison, de châtier un autre, de faire payer ses dettes à un troisième, de faire monter un autre à bord d'un avion". "Il peut ce jour-là dire n'importe quoi, même si ce sont des paroles insultantes à l'égard des notables". "Il est excusé ce jour-là, même s'il dit du mal des plus hautes personnalités. Celles-ci ne se fâchent pas, c'est la joie, ils connaissent cette coutume, l'excusent et le laissent parler. Et en plus, ils lui donnent de l'argent" ! Le muzayyin profite en effet de cette occasion pour s'adresser aux boutiquiers et aux personnes présentes : "il leur demande ce qu'on appelle le "droit du maître", haqq as-sayyid. L'un lui donne dix riyals, l'autre vingt, chacun selon ses possibilités".

54Ce "jour du rayyis" représente un exemple intéressant d'inversion des rôles sociaux et de retournement de la hiérarchie. Ce jour-là, le barbier fait ce qu'il ne doit surtout pas faire ordinairement, c'est-à-dire s'habiller des habits des maîtres (très pointilleux sur ce sujet dans la vie quotidienne), commander, manquer de respect. Dérèglement organisé par conséquent : c'est, toutes proportions gardées, la situation de carnaval, "lieu privilégié du retournement temporaire afin que chacun soit magiquement convaincu de la juste place qu'il occupe dans la société"23.

Le rôle des akhdâm

55Il existe dans chaque quartier un khâdim spécialisé dans la préparation de la makhdara, espace sous velum où se donne un concert après le festin de mariage. Il commence par la balayer, puis il doit arranger les banquettes. Nous avons vu que le ‘âqil du quartier détermine le nombre de banquettes à fournir par chaque quartier pour meubler la makhdara. "C'est le khâdim qui porte les banquettes à cette occasion, en respectant les limites de chaque quartier. Si par exemple il y a mariage dans le quartier al-Jiz', le khâdim titulaire du quartier de la grande mosquée sort les banquettes des maisons de son quartier et les porte jusqu'à la limite de son rub‘, où il les dépose. Le khâdim du quartier al-Jiz' va les chercher à cet endroit. Il n'y a qu'un khâdim pour cela dans chaque quartier".

56Le khâdim du quartier al-Jiz' était le défunt Sâlih Da‘bûsh al-Qanâ‘, "remplacé aujourd'hui par ses fils Mûsâ, ‘Aysâ et Qâsim, qui habitent dans le voisinage de bayt Banja, fî jiwâr bayt Banja " ; notons au passage la connotation des termes jâr et jiwâr avec les sens de "voisin", mais aussi peut-être de "clientèle", termes dont il serait intéressant d'approfondir le sens à Zabîd. Le khâdim du quartier al-Mujanbadh est ‘Alî Hîba, qui loge au sud de bayt as-Sahhârî. Celui du quartier al-‘Iliy, un certain Qâsim, habite près de la nûbat al-Kadf, et celui du quartier de la grande mosquée près de bâb an-Nakhl.

57Il existe un 'âqil des akhdâm pour chaque quartier, rub‘, qui n'est pas le même que le 'âqil des 'arab. Leurs fonctions et responsabilités sont comparables, mais le 'âqil des akhdâm connaît mieux les coutumes de ceux-ci, parce qu'il en est issu. Par exemple, si la jeune épousée de milieu akhdâm a été accusé à tort par son mari d'être arrivée non vierge au mariage, c'est le 'âqil des akhdâm qui fixe le dédommagement que le mari doit lui verser pour le faux bruit qu'il a fait courir sur elle24.

58S'il y a un mariage chez les akhdâm d'un quartier, le 'âqil de ce dernier fait rassembler les poteaux et les tentures qui forment le velum de la makhdara, ainsi que les coussins de paille de sésame. Il intervient aussi en bons offices, sulh, entre le marié et la famille de la mariée, s'il y a un conflit par exemple sur le montant du douaire ou tout autre problème.

59Le 'âqil des akhdâm règle les litiges qui peuvent survenir entre un akhdâm et son maître de milieu ‘arab. On me cite l'exemple suivant : si le khâdim de la famille Untel se rebelle contre son maître (qui organise un mariage) et ne veut pas faire son travail (transporter les banquettes, nettoyer), le chef de la famille Untel va se plaindre auprès du ‘âqil des akhdâm. Celui-ci peut soit le punir, soit tenter une conciliation, soit désigner un autre khâdim pour faire le travail à sa place, à condition que ce soit un khâdim du même quartier. S'il y a beaucoup de travail, on peut faire appel à des akhdâm d'autres quartiers, mais il faut qu'il y ait entente préalable entre les akhdâm à ce sujet.

60Le fait qu'il y ait un ‘âqil pour chacun des groupes, ‘arab et akhdâm, montre bien la différence de statut et la ségrégation dont ces derniers étaient victimes jusqu'à la révolution de 1962.

Les groupes de tambours akhdâm

61Les "frontières" entre quartiers sont également reconnues par les groupes de tambours qui jouent durant les noces des akhdâm. Chaque quartier possède son groupe de tambours, tubûl et dandana, qui joue notamment pour les noces des akhdâm du quartier. S'il veut animer la fête du mariage, le père du marié est obligé d'inviter le groupe de son quartier. S'il invite un groupe d'un autre quartier, il doit payer une compensation, une indemnité au groupe de son propre quartier.

62Mais les noces donnent lieu à réjouissances attendues, et sont l’occasion pour les tambourinaires de jouer et de se valoriser. Quand une fête de mariage a lieu dans un quartier, les groupes des autres rub‘ se mettent à jouer également dans leur quartier, marchent en direction de la fête, mais s'arrêtent à la limite de leur quartier. Chaque groupe tente de se faire inviter en jouant le mieux possible. Mais le jeu du groupe du quartier où se tient la noce est de refuser, puisqu'il en est titulaire. Des joutes de tambours très animées ont lieu pendant une à trois heures. En général, le groupe extérieur au quartier finit par être accepté dans la makhdara, où il s'associe à la veillée. Une compensation est versée au groupe titulaire du quartier, mais je ne sais pas qui la donne : le groupe qui veut se faire inviter ? le père du marié ? les invités de la makhdara ? Il semble que ce soit cette dernière solution : les invités montreraient ainsi leur générosité. Une somme peut également être donnée au groupe reçu dans le quartier. Tout cela reste à préciser.

Conflits entre quartiers

63Les limites de quartiers strictement repérées et respectées par les rayyis, les akhdâm, les groupes de tambours et les femmes qui poussent les yous-yous sont probablement l'expression d'une division ancienne de Zabîd par quartiers, dont la mémoire collective garde des traces précises.

64"Dans la période d'instabilité qui sévit à la fin de la dernière période ottomane [à la fin de la première guerre mondiale], on se battit violemment entre quartiers. Les troubles commencèrent par des disputes entre les ‘âqil de quartiers, puis se continuèrent par des bagarres entre enfants de quartiers différents, puis par des luttes entre les adultes eux-mêmes. On échangea des coups de feu. Ce fut comme une guerre civile. On ne se maria plus qu'entre gens du même quartier". "Il y a 70 ans environ, les quartiers de Zabîd étaient en conflit les uns avec les autres. Pour qu'un mariage ait lieu entre gens de deux quartiers différents, il fallait l'accord préalable du ‘âqil et du cheikh du quartier". Après le départ des Turcs, les femmes pouvaient aller d'un quartier à un autre, les muzayyin aussi, les akhdâm également25 ; mais si un homme passait la frontière entre les quartiers, on lui tirait dessus. Il n'y avait que deux possibilités de traverser le quartier : c'était en cas de décès. On avertissait le chef du quartier qu'on allait traverser le quartier pour aller vers le cimetière, au nord de bâb Sihâm : là on pouvait traverser en sécurité, ainsi qu'au retour du cimetière. Autrement, on tirait". "Chaque quartier avait son propre souk, fermé par des portes", ce que nous avons déjà mentionné.

65"Après le départ des Turcs, comme il n'y avait pas d'autorité centrale, chaque quartier avait son leader, za‘îm. Il y eut une guerre dans Zabîd. Ce n'est pas pour des raisons économiques. Chacun des quartiers prétendit assumer le pouvoir sur l'ensemble de Zabîd. Quatre personnalités s'affrontèrent. "Dans le quartier al-‘Iliy, le sayyid Ahmad ‘Abd ar-Rahmân al-Inbârî, descendant du Prophète, déclarait assumer le pouvoir parce qu'il était d'une famille de savants, bayt ‘ilm, d'une famille de conseil religieux, bayt fatwa, et d'une maison de magistrats, bayt hukm. Il était en quelque sorte le sultan de Zabîd. Les Inbârî avaient également beaucoup d'argent". Dans le quartier de la grande mosquée, "les gens laissèrent s'imposer comme chef de quartier un ancien esclave, ‘Abd Allâh Barakât, parce qu'il avait de la force et du courage. Des gens fortunés l'appuyèrent". Les riches habitants du quartier al-Jiz' se choisirent Muhammad Ahmad ‘Abd al-Karîm al-Hindî. Les Hindî sont d'origine indienne, mais considérés comme Yéménites, parce qu'ils sont venus depuis très longtemps. "Lui aussi était courageux et avait ses supporters. Il était l'un des plus riches habitants de Zabîd". Quant à ceux du quartier al-Mujanbadh, "ils eurent pour chef al-Hujarî. D'origine arabe yéménite, Il n'était pas d'une famille fortunée, mais avait du cœur et du courage".

66"Les quartiers al-Mujanbadh et al-‘Iliy s'alliaient parfois contre les deux autres". "Chacun des quartiers avaient ses propres partisans dans les villages du wâdî Zabîd", probablement les travailleurs agricoles travaillant sur les exploitations des familles propriétaires de Zabîd, et dont ils formaient la clientèle.

67"Les quatre quartiers se disputaient parce qu'il y avait trop de bien-être. Chacun dans les quartiers voulait faire montre de son opulence, les jeunes gens s'habillaient richement, les querelles ont commencé, il y eut une guerre entre les quatre quartiers. Chaque rub‘ avait sa propre mosquée du vendredi". "Le conflit était particulièrement vif entre la famille Inbârî et la famille Ishâq. La famille Inbârî, de par son pouvoir, avait des soldats à sa disposition. Elle s'en servait pour se faire respecter. La famille Ishâq, très riche à l'époque, arma ses propres soldats pour leur résister".

68Certains bâtiments, comme les anciennes teintureries Jidhar et Balkam, possèdent encore des meurtrières, et les propriétaires se rappellent qu'on s'en servait.

69"L'ancêtre des Inbârî a rétabli le calme et l'ordre à Zabîd, sous l'autorité suprême de l'imâm Yahyâ" qui est intervenu en disant : "Vous êtes des musulmans, allez prier tous ensemble dans la seule grande mosquée". La paix revint, mais les traces des anciennes querelles subsistèrent : "Il y a vingt ans, me dit-on en 1995, les différences entre quartiers étaient encore bien marquées. Les jeunes se battaient de quartier à quartier, en batailles rangées mais qui ne devaient pas faire couler le sang. Les pierres étaient interdites, on se battait avec le bâton central des palmes de palmiers dont on enlevait les folioles".

Conclusion

70Les signes d'une ancienne division par quartiers sont donc évidents, mais une question fondamentale subsiste : quelle en était la logique profonde ? Ce n'était pas une division correspondant à la stratification sociale, puisque nous retrouvons dans chaque quartier les différentes composantes de la société yéménite, nous l'avons vu : descendants du Prophète, arabes de bon sang, riches commerçants d'origine non arabe, barbiers, et les akhdâm qui vivent à la limite des quartiers, à la périphérie de la ville.

71La division par quartiers à Zabîd ne relève pas non plus d'une rivalité entre fractions de tribu rivales tenant chacune un quartier et se disputant le pouvoir, comme cela arrive dans de nombreuses villes arabes. Etait-ce une rivalité entre quartiers pour le prestige, comme le suggère un informateur ?

72On peut se demander si la cause principale de la division n'était pas d'ordre économique. La première moitié du XXe siècle est marquée politiquement par le départ des occupants ottomans, mais aussi, sur le plan économique, par la prospérité d'une activité dont Zabîd tirait grand profit, la teinturerie. La division par quartiers est peut-être issue de la concurrence que se livraient les grandes familles de teinturiers pour la maîtrise des marchés : approvisionnement en drap à teindre, débouchés dans les montagnes pour les tissus teints, concurrence pour garder une main-d'œuvre suffisante dans une activité qui en demandait beaucoup.

73Une autre hypothèse serait la rivalité qui a pu exister entre grandes familles d'origine arabe et riches familles d'origine indienne, comme il en existe beaucoup à Zabîd. Des recherches ultérieures devraient tenter d'élucider ces points et d'approfondir les relations de clientèle dont nous avons suggéré quelques aspects.

Haut de page

Bibliographie

AROUSSI (Mohamed Ali al-), 1994, Les madrasas de la ville de Zabîd au Yémen. Etudes historiques et architecturales, thèse de doctorat sous la direction de Solange ORY, Université de Provence, Aix-Marseille I, 2 vol., 390 + 97 p. (illustrations), index.

BALFOUR-PAUL (Jenny), 1990, "The indigo industry of the Yemen". Arabian Studies, VIII, 1990, pp. 39-62.

BONNASSIE (Pierre), 1985, "Survie et extinction du régime esclavagiste dans l'Occident du haut moyen âge (IV-XIe s.)", Cahiers de civilisation médiévale [Poitiers], XXVIII, n° 4, pp. 307-343.

BONNENFANT (Paul), ed., 1995, Sanaa. Architecture domestique et société. Paris, CNRS-Editions, 644 p.

GENTILLEAU (Jeanne-Marie), 1993, "Forme et formation d'une ville "orientale" : Zabid dans la Tihama (Yémen)", Techniques et cultures, 22, 1993, pp. 81-104.

KHAYYAT (Muhammed Ahmed Qassim al-), 1988, Al-Akhdam children's access to primary education in Taizz, Yemen Arabe Républic, Ph.D thesis, University of Iowa, 175 p.

ISAMBERT (François-André) et MARTINON (Jean-Pierre), "Carnaval", Encyclopædia Universalis.

MENELEY (Anne), 1996, Tournaments of Value. Sociability and Hierarchy in a Yemeni Town, Toronto, University of Toronto Press, 216 p., bibliographie, index.

SERJEANT (R.B.), 1967-1981, "South Arabia", Studies in Arabian History and Civilisation, London, Variorum Reprints [recueil d'articles parus dans diverses revues], index. [Il s'agit d'une conférence faite en français à la Sorbonne en 1967, publiée par Arabica, 1967 (xiv, iv, 294-297) sous le titre « Société et gouvernement en Arabie du Sud ». Le texte de 1981 est l'original en anglais, avec révisions et additions.

Haut de page

Annexe

Carte de la partie historique de Zabîd

(à venir)

Liste des mosquées et madrasa (ROM)

Source : Carte des mosquées dessinée par l'équipe d'archéologie du Musée royal d'Ontario, Canada, dirigée par Edward J. Keall.

Quartier al-‘iliy, rub‘ al-‘Iliy

1. Talha al-Hattâr 

2. ‘Alî Aflah

3. al-Jabbâna

4. al-Fath

5. al-Khatwa

6. al-Fâtinîya 

7. al-Hunûd

8. al-Jubaylî

9. al-Mantûf

10. al-Ja‘âmina

11. al-Mizjâjî

12. Qarûsh

13. ad-Dayba‘

14. Yahyâ ibn ‘Umar

15. al-Sha‘ra (al-Buram).

16. al-Fatâ

17. ‘Abduh Husayn Musâwah

18. al-Ahdal

19. an-Najm

20. al-Mâs

21. ‘Alî Yûsuf

22. al-Ahmarîya al-‘Ulyâ

Quartier al-mujanbadh, rub‘ al-Mujanbadh

23. Mustafâ al-Nashshâr (al-Bayshîya) (hors carte, à l'est de la citadelle)

24. al-Ashâ‘ir 

25. ad-Da‘âsîya

26. al-Ahmarîya as-Suflâ

27. Baghlân

28. al-Iskandarîya 

29. Jîlân

30. Sâbûr 

31. Zakariyâ

32. Surûr

33. ad-Duwaydâr 

34. al-Kamâlîya 

35. al-Khayr

36. Salûm 

37. Talha Ahmad 

38. al-Mahâdila

39. al-Haddâd

Quartier AL-JIZ', rub‘ al-Jiz'

40. al-Jabalî

41. al-Battâh

42. al-Khâss

43. al-Ghusaynîya 

44. al-Mullâ Ahmad

45. al-Farhânîya 

46. al-Raymî

47. al-Wahhâbîya 

48. Ahmad Lutf

49. ‘Abd ar-Rashîd 

50. an-Nâshirî

51. al-‘Adanî

52. al-Jabartîya

53. al-‘Afîya

54. al-Yâqûtîya

55. as-Sanawî

56. ‘Alî Ahmad

57. az-Zayla‘î

58. al-Bazzâz

59. Abû l-Khayr

60. al-Hadayn

Quartier de la grande mosquée, rub‘ al-Jâmi‘

61. al-Mizjâjîya

62. Grande mosquée

63. ar-Rahâ'in

64. al-Hawâ'ijî

65. al-Ghâsilîya

66. al-Majdhûb

67. at-Tâjîya

68. al-Mutawakkil

69. Ibn Hassân

70. al-Mu‘tikif 

71. Râjih

72. Jâwah

73. al-Muhibb

74. al-Khalîl

75. al-‘Alawîya Est

76. al-‘Alawîya Ouest

77. al-Hayy

78. al-Hawâzim 

79. al-Hakkârîya 

80. ad-Dâra

81. al-Battâh

82. al-Musallâ 

83. Hajara

84. at-Tayra

85. al-Jabartî

86. Marzûq ibn Hasan (hors carte)

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage portera le nom de Zabîd. Architecture domestique et histoire sociale, par Paul Bonnenfant, avec la collaboration de Jeanne-Marie Gentilleau et Gérard Robine, architectes.
2 Par convention, je mets entre guillemets, sans autre mention de source, les paroles directement prononcées par des informateurs de Zabîd.
3 Ministère du Plan et du Développement, Bureau central des statistiques, Résultats finaux du recensement général de la population de décembre 1994, publiés en janvier 1996, Muhâfaza d'al-Hudayda, fascicule I [en arabe], p. 297.
4 Comme le montrent les relevés d'habitations effectués par Jeanne-Marie Gentilleau et Gérard Robine, architectes, à paraître dans Zabîd, livre cité. Cf. aussi : Gentilleau, 1993.
5 Aroussi, 1994, p. 22, n. 1, citant IBN AL-MUJAWIR/LöFGREN, 1951, t. I, p. 75. Zayla‘ est un port de Somalie, à 50 km environ au sud-est de Djibouti.
6 Noter que dans la ville de Hays, jusqu'à aujourd'hui, il y a un "village des Hadramî".
7 Voir à ce sujet la première partie de Bonnenfant, 1995, notamment le chapitre 1, "L'intimité urbaine", et le chapitre 3 de Michel Tuchscherer, "Autorités et notables dans les quartiers".
8 Boissière et Maréchaux, inBonnenfant, 1995, pp. 44-57.
9 Dans ce dernier exemple, il ne s'agit pas vraiment d’un jardin urbain, puisqu'il est situé hors des remparts, à l'est de la citadelle.
10 Cette activité sera étudiée en détail dans Zabîd. Architecture domestique et histoire sociale.On peut consulter : Balfour-Paul, 1990.
11 D'après un texte non publié et non paginé du cheikh ‘Abd ar-Ra|hmân b. ‘Abd Allâh al-Hadramî.
12 yataghâramû. La VIe forme n'existe pas pour cette racine dans les dictionnaires de Piamenta, de Kazimirski, et deWehr. Dans ce dernier, mughram signifie "amoureux".
13 Dans le milieu des akhdâm.
14 D'après un texte non publié et non paginé du cheikh ‘Abd ar-Rahmân b. ‘Abd Allâh al-Hadramî.
15 Il n'est pas possible de préciser davantage, les statistiques de la République du Yémen ne distinguant pas cette catégorie de la population.
16 Des photos prises en 1975 montrent clairement leur habitat de huttes à proximité de la porte orientale de Zabîd, dans le sud et dans le sud-ouest de la ville. Il en existe aussi à l'ouest et au nord-ouest.
17 Il en est de même à Ta‘izz, une des villes les plus importantes du Yémen, où la plupart des huttes des akhdâmsont bâties sur des terrains qui ne leur appartiennent pas (Khayyat, 1988, p. 139).
18 Cf. Bonnassié, 1985, p. 317-318, et les sources qu'il cite.
19 Le jabr al-khâtirest une offrande que font au marié les assistants à la veillée de fête, samra, dans les mariages de milieu muzayyinet akhdâm.
20 Cf. Bonnassié, 1985, p. 318-319, et ses sources.
21 Le père de la jeune fille doit être accompagné de deux témoins qui certifient que la jeune fille a bien chargé son père de conclure son mariage avec Untel fils d'Untel, et qu'elle l'accepte comme époux.
22 Dessins sur diverses parties du corps de la mariée et des autres femmes participant aux réjouissances.
23 Isambert et Martinon, article cité.
24 D'après un texte non publié et non paginé du cheikh ‘Abd ar-Rahmân b. ‘Abd Allâh al-Hadramî.
25 Noter dans la mention de ce souvenir l'association des trois statuts dits "faibles" : femmes, muzayyin et akhdâm, tous trois interdits de port d'armes et à qui il serait indigne de s'attaquer.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bonnenfant, « Les quartiers de Zabid », Chroniques yéménites [En ligne], 6-7 | 1999, mis en ligne le 31 août 2007, consulté le 22 août 2017. URL : http://cy.revues.org/53 ; DOI : 10.4000/cy.53

Haut de page

Auteur

Paul Bonnenfant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org