Navigation – Plan du site
Histoires

Les poèmes nautiques de Sa'îd Ibn Sâlim Bâtâyi'

Michel Nieto

Entrées d’index

Géographique :

YMN, Mascate, Mokha

Chronologique :

XIX
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les pages qui suivent sont extraites ou directement inspirées d’un mémoire pour le Diplôme d’Etudes (...)

1Les deux poèmes nautiques de Sa'îd Ibn Bâtâyi'1 traitent de navigation ou plus exactement de la navigation yéménite et de ses routes maritimes traditionnelles, composante importante du patrimoine culturel et scientifique arabe. Le premier a été rédigé en 1802/1217 h. sous le titre de "Al-irshâdât al-milâhiyya min Sayhût ilà jazîrat Zanjibâr". Il se compose de 29 quatrains qui donnent au Mu'allim les indications lui permettant de naviguer entre Sayhut et Zanzibar. Le second, intitulé "Al-irshâdât al-milâhiyya min Masqat ilà bandar al-Mokhâ”, établit la route entre Mascate et Mokha. Il se compose de 64 quatrains. Bâtâyi' l'a écrit au cours d'un voyage effectué en 1805/1220 h. Mokha était à cette époque le port de commerce le plus important au Yémen.

2L'auteur, le marin Sa'îd Ibn Sâlim Bâtâyi' est né en 1766/1180 h. dans le village d'al-Hâmi (dans l'ex Sud-Yémen), célèbre pour l’excellence de ses marins. Bâtâyi', qui a pris la mer dès l'âge de neuf ans, aurait été reconnu très vite comme le meilleur marin du Sud-Yémen. Il a composé ses quatrains en dialecte yéménite, pour des gens de mer qui n'avaient pas une grande connaissance de l'arabe classique. Nous disposons sur lui de très peu d'autres informations, même si l’univers de la navigation dans cette région du monde est loin de nous être aujourd’hui totalement inconnu.

3La navigation arabe a connu en fait son apogée au 15ème siècle de l'ère chrétienne. De Gabriel Ferrand à Tibbetts en passant par Khoury, Ryckmans, Grosset Grange, Chelhod ou même Hourani, ce domaine un temps florissant a retenu l'attention de nombreux savants contemporains. Notre corpus présente toutefois par rapport à celui de nos grands prédécesseurs une double originalité. Tout d'abord, il ne date pas de cette période d'or du 15ème siècle mais lui est très ultérieur. S'il n'est pas possible de dater avec une absolue certitude leur première formalisation, les deux poèmes étudiés ici n'ont été relevés qu'en 1802 et 1805. Leur contenu nous éclaire donc à la fois sur la brillante tradition de la navigation arabe que ces auteurs précités nous ont aidé à connaître -car il ne fait pas de doute que l'essentiel de ce savoir remonte bien à cet âge d'or- mais il nous permet tout autant d'entrevoir dans quelle mesure cette tradition, trois siècles plus tard, a résisté à la modernisation liée à l'influence occidentale.

4La situation géographique idéale dans la zone intertropicale ainsi que les conditions climatiques originales dues au régime des moussons de l'océan Indien et de la mer d'Arabie, ont permis aux marins des plus anciennes civilisations connues dans les vallées du Nil, de l'Euphrate, du Tigre, de l'Indus et de l'Asie du Sud-Est de sillonner cet espace de part en part. Pendant la Première Dynastie en Egypte (3000 avant J.C.), des marins étaient envoyés sur ces eaux pour gagner "Pount”, port que l’on situe aujourd'hui sur les rives de la Somalie ou de l'Erythrée. Des Egyptiens auraient également effectué des traversées de l'Afrique orientale vers l'Inde du temps des Romains. Les Phéniciens du troisième millénaire avant J.C. ont pu également pénétrer cette région, bien que l'on ne dispose d'aucune trace de leur passage. On suppose enfin que Marco Polo (1254-1324) est revenu d'Extrême-Orient par le détroit de Malacca.

5Ibn Battûta, au 14ème siècle, fut le témoin de l'intense activité maritime qui régnait dans ces lieux. Il est tout à fait établi de nos jours que, dès le 7ème siècle, le commerce arabe était installé en Afrique de l'est, jusqu'à Madagascar. Vasco de Gama a contourné ensuite le Cap de Bonne Espérance en 1497. Il fut le premier Européen à atteindre l'Inde. Il le fit avec l'aide d'un navigateur arabe dont on a longtemps prétendu qu'il s'agissait d'Ibn Mâjid, bien que nous sachions que ce n'est pas lui, mais un de ses semblables, rompu aux mêmes techniques de navigation astronomique.

6Ahmad Ibn Mâjid et Sulaymân al-Mahrî, références de la navigation arabe

7Les informations dont nous disposons sur les techniques arabes de navigation nous ont essentiellement été transmises par deux grands marins : Ahmad Ibn Mâjid et Sulaymân al-Mahrî. Le premier, fils de marin, a vécu pendant la seconde moitié du 15ème siècle et nous a laissé de nombreux manuscrits, dont le fameux Kitâb al-fawâ’id, sur lesquels de grands spécialistes tels Ferrand et Tibbetts, plus récemment Khoury, se sont penchés. Sulaymân al-Mahrî, dont l'ascendance nous est moins connue, a vécu, lui, pendant la première moitié du 16ème siècle. Les connaissances en astronomie de ces pionniers, associées à l'expérience des lieux et du climat, leur permirent de développer, sur la base de l'héritage des anciens, une technique suffisante pour naviguer dans le périmètre intertropical de l'océan Indien. Au centre de leur savoir, un instrument de navigation, la dayra. Les Chinois avaient transmis aux Arabes leur découverte de la magnétite et, avec elle, celle de l'aiguille aimantée qui indique le Nord. Associées à cette découverte, les connaissances arabes en matière d'astronomie et de navigation permirent de créer cet outil extrêmement sophistiqué, plus connu sous le nom de rose azimutale. Il n'est autre que l'ancêtre du compas en usage sur tous les navires qui parcourent les mers aujourd'hui. Ce système n'est fiable toutefois que dans la zone intertropicale que caractérise la stabilité des levers et couchers d'étoiles. Mais ces limites n'ont sans doute jamais été perçues comme telles puisque les échanges cantonnés à cette vaste zone étaient largement satisfaisants sur le plan commercial : les bateaux partaient de la péninsule Arabique vers l'Inde et l'Afrique orientale et pratiquaient ainsi un large commerce intercontinental.

Deux poèmes nautiques

8Les deux poèmes de Sa'îd Ibn Bâtâyi' ont été publiés à compte d'auteur à Aden en 1972 par 'Abd al-Qâdir Bâmatraf dans un ouvrage intitulé "Ar-rafîq an-nâfi' 'alâ durûb manzûmatay al-mullâ Bâtâyi'”. Relevant de la tradition orale, le fait qu’ils aient été consignés au début du 19ème siècle ne permet pas de déterminer avec précision le moment de leur première mise en circulation. Leur style et la tradition nautique qui les caractérisent, laissaient a priori supposer qu'ils pourraient avoir existé depuis trois siècles. Mais il était bien difficile de savoir s’ils avaient subi, et jusqu’à quel point, l’usure du temps ou bien s'ils étaient toujours à même de remplir la fonction pour laquelle ils avaient été conçus. Pour le savoir, nous avons tout d’abord entrepris d’en faire la traduction que nous proposons dans les pages qui suivent. Les deux poèmes apparaissent bien comme les véhicules d'un code maritime que l'on nommerait aujourd'hui recueil d'instructions nautiques. C'est à ce stade que notre expérience maritime nous a poussé à dépasser le cadre de la simple traduction pour envisager une étude plus technique de la relation entre un poème nautique et un texte qui aurait pu être rédigé spécialement à l'intention de marins effectuant cette route. La traduction a donc servi de base à plusieurs autres investigations (à la fois théoriques puis empiriques) menées à terme pour certaines ou toujours en cours, et dont nous ne rendrons compte ici que très partiellement. Les difficultés rencontrées dans la traduction des deux poèmes résidaient d'abord dans leur double spécificité linguistique. Ecrits en dialecte sud-yéménite, ils empruntent également au particularisme de la langue marine. Ce dialecte ne recèle certes pas d'insurmontables difficultés ; toutefois nous avons longtemps hésité avant de donner un sens définitif à un certain nombre de termes. La langue marine, à l'instar de celle du droit, constitue un univers relativement autonome. Peut-on classer ces textes sous la rubrique de la poésie arabe ? La majorité de leur contenu a, en effet, une vocation assez strictement fonctionnelle. Une bonne partie des quatrains altère toutefois quelque peu le contenu technique du texte pour satisfaire aux exigences de la versification arabe que l'on nomme "hashû”. Le mètre choisi, le basît, permet-il de risquer une interprétation sur la dimension poétique ainsi conférée au texte ? Trop imprégné par la quête de la dimension technique de son contenu, nous avons quelque peu négligé cet aspect à ce premier stade de notre investigation. Il faut noter cependant que le ton adopté est celui du maître s'adressant à son élève. Leur forme nous indique que ces textes ont pour première vocation d'être mémorisés.

9Ces premiers écueils dépassés, il nous a fallu étudier certains aspects de l'astronomie occidentale et arabe, indispensables à la compréhension du déroulement pratique de cette navigation. En effet, les références aux caps sidéraux foisonnent dans cette littérature nautique. Les informations techniques livrées par les poèmes sont en fait de deux catégories. Il s'agit tout d'abord de caps sidéraux accompagnés d'indications de temps, et ensuite de noms de lieux. Deux formes d'authentification de leur contenu -c'est-à-dire d'évaluation de la validité de la route tracée par les recommandations qu'ils contiennent- ont été mises en œuvre. La première a été d'ordre "terrestre”. Elle a consisté en une vérification systématique de la toponymie. A une ou deux rares exceptions près, tous les noms de lieux (ports, villages, montagnes, mers, etc.) ont été très précisément reconnus avec leurs coordonnées géographiques, quelle que soit l'évolution ancienne ou contemporaine de leur forme avec des incursions obligatoires en swahili, portugais, italien ou arabe. Les cartes marines et instructions nautiques en cours d'utilisation aujourd'hui ont été d'une aide précieuse dans cette identification. Cette projection géographique a représenté la première étape "extra-littéraire” de notre démarche.

10La seconde procédure d'authentification a été "maritime et sidérale” à la fois. Le seul instrument de navigation qui se trouve de façon évidente au cœur des informations livrées par les poèmes est la rose azimutale ou dayra, qui représente une sorte de somme des connaissances astronomiques arabes en matière de navigation. C'est en référence à cet outil que sont livrées les directions que doit prendre le navire tout au long des poèmes. Il a impérativement fallu à ce stade s'attarder sur l'évaluation de ce noyau dur de la science arabe qu'est son astronomie à la lumière des techniques contemporaines et avec l'aide considérable que l'informatique fournit depuis peu. Cet exercice a requis l'établissement d'un tableau aussi exhaustif que possible des correspondances terminologiques permettant d'identifier les étoiles (Smithonian Astrophisical Institute, Bayer).

11Nous avons tenté enfin de faire une vérification empirique de la validité des données en matière de navigation. Cette vérification a consisté à retracer sur les cartes marines l'une des deux routes évoquées (celle de Sayhut, au sud du Yémen, à Zanzibar) pour tenter d'apprécier la rigueur des instructions que cette "ballade marine" a eu un temps pour tâche de véhiculer. Ce fut la phase la plus passionnante de cette expérience : matérialiser la route indiquée par un poème.

Poème de Sayhût à Zanzibar du marin Sa'îd Ibn Sâlim Bâtâyi'

  • 2 Sayhût (15°13'N-51°15'E) est une petite ville côtière du Hadhramawt située à environ 80 km à l’est (...)
  • 3 ‘Aqrab est la constellation du Scorpion. L’étoile concernée est une étoile bien visible de la const (...)
  • 4 Zâm, pluriel zuwâm, est une unité de mesure qui signifie dans ce cas la durée d'un quart estimée à (...)
  • 5 Himârayn : Nous avons retenu Rigil Kent (lever : 153°30', coucher : 206°30') et Agena (lever : 152° (...)
  • 6 Suhayl n’est autre que Canopus (144°19'/215°41'), dans la constellation de la Carène (Carina). Elle (...)
  • 7 ‘Abd al-Kûrî (12°12'N-52°12'E) est une île proche de Socotra qui est longue de 20 milles nautiques. (...)
  • 8 Ki‘âl et Fir‘awn (12°26'N-52°08'E) sont deux îlots rocheux qui se trouvent à 13 milles au NNE de ‘A (...)
  • 9 Jurduf (11°50'N-51°17'E) ou encore cap Gardafui est appelé Ras ‘Asîr par les Arabes. C’est la point (...)
  • 10 Sindibâr ou Sulbâr : la plupart des textes nautiques arabes nomment cette étoile Sulbâr. Il s'agit (...)
  • 11 Binnah (Ra's Binnah 11°09'N-51°11'E) est un cap formé d'une haute falaise escarpée à l'extrémité es (...)
  • 12 Le cap Binnah, d'après ce poème, semble comporter des écueils que notre auteur, pour la rime, a nom (...)
  • 13 On peut penser que le terme est également utilisé pour la brume.
  • 14 Ra's Hâfûn (10°27'N-51°24'E) est l'extrémité est de la presqu'île de Hâfûn. C'est un grand plateau (...)
  • 15 Appelée ainsi pour la lumière verte qu'elle est censée dégager.
  • 16 "Prends au sérieux les propos du timonier qui est un marin expérimenté".
  • 17 Selon Serjeant, (Bidwell, p. 122), Barr al-Khazâ’in s'étend de Ra's Ma‘bar à Ra's al-Khayr, dénommé (...)
  • 18 Ra's Ma‘bar (Bandar Beila 9°29'N-50°49'E) est un promontoire accidenté dont la saillie très proémin (...)
  • 19 Nous n'avons pas identifié ce nom comme étant celui d'un lieu connu.
  • 20 Ayl (embouchure de Wâdi Nogal 7°58'N-49°51E) est une bourgade établie sur la rive nord de Wâdi Noga (...)
  • 21 Ra's al-Khayr est probablement Ra's el-Cheil (7°44'N-49°49'E), promontoire rocheux qui a l'aspect d (...)
  • 22 "Tu n'as pas à craindre que l'on te blâme".
  • 23 Sayf at-Tawîl : terre étendue qui pourrait comporter Ra's Auad (6°18'N-49°05'E) (7°00'N-49°20'E).
  • 24 Qar‘ad correspond à Garad (6°57'N-49°19'E) qui est un fort, aujourd’hui en ruine.
  • 25 Hubiyyah, Obbia sur les cartes marines (5°21'N-48°32'E), est un port qui entretient de nos jours de (...)
  • 26 Le pluriel pose un problème après Hîrâb. Nous n'avons pu trouver à quoi il se rapporte. Ce terme es (...)
  • 27 Nous n'avons pas pu identifier ce lieu précisément ; Tibbetts s'est trouvé dans la même situation e (...)
  • 28 Sans encombres. En un temps convenable.
  • 29 Celui qui maintient en éveil l'esprit des navigateurs la nuit. Il s'agit là d'un personnage (conteu (...)
  • 30 Murûtî : 02°38'N-46°12'E.
  • 31 La côte des Banâdir représente 280 milles nautiques de côte allant de l'embouchure de Fiume Giuba à (...)
  • 32 Barâwah (1°06'N-4°02'E), dénommé Brava sur les cartes, est un port de la côte somalienne offrant un (...)
  • 33 Al-Jubb est probablement le village de Giumbo qui est situé à l'embouchure de Fiume Giuba (0°15'S-4 (...)
  • 34 Iles de Kuyâmâ (0°39'S-42°20'E). Porto Coiama (0°40'S-42°18'E) s'étend entre la côte ouest de Ngumi (...)
  • 35 Tûlah (Isola Ciula, 1°00'S- 42°03'E). Tiwâlah correspond peut-être à Porto Ciovai, à 12 NM dans le (...)
  • 36 Il s'agit de Himârayn.
  • 37 Les premiers marins arabes appelaient khann, pluriel khunûn, l'écart ou rhumb entre chaque étoile i (...)
  • 38 "Mets le cap sur Suhayl".
  • 39 Ile de Kiwâyhu (2°00'S-41°17'E) au NE de Kiwâyhu Bay : point de reconnaissance le plus remarquable (...)
  • 40 Khawr Yâyâ : à 3,5 milles au NNE de Ra's Ukowe, Ra's Chongoni est à l'extrémité sud-ouest de Chongo (...)
  • 41 Il fait allusion aux bateaux de pêcheurs locaux qui se trouvent probablement là, grands connaisseur (...)
  • 42 Sept îles séparées les unes des autres : Kiwayhu, Fazi, Uvondo, Patta, Kisingati, Manda, Lamu.
  • 43 Manda : La côte ouest de Manda Island forme la rive est de Lamu Harbour. La côte sud porte des dune (...)
  • 44 Shaylah : Sheila (2°18'S-40°55'E) est un petit village à l'extrémité sud-ouest de Lamu Island.
  • 45 Vers le nord-ouest.
  • 46 Se dit d'un bateau qui en remontant, se rapproche trop de la direction du vent. Il risque alors de (...)
  • 47 Il s'agit probablement des maisons du village de Shaylah.
  • 48 "Le moment de la saison" peut-être, étant donné que peu après il fait allusion à une période propic (...)
  • 49 C'est la première fois depuis le départ qu'il est fait allusion à un transport de marchandises, la (...)
  • 50 Suhayl.
  • 51 Kalifi (3°39'S-39°52'E). A 1 mille nautique dans le NNE de l'embouchure de Mto Kilifi, une colline (...)
  • 52 Mombasa (4°05'S-39°41'E).
  • 53 Wâsîn probablement le Ra's Ras'id (l'île d'à côté).
  • 54 Peut-être Ra's Kigomasha au nord de Pemba island.
  • 55 En termes marins : "tout est clair".

Ô Dieu, je t’implore, rends aisé le difficile,
A tes créatures, sur terre comme en mer,
Par la gloire de Tâha, le Prophète, meilleur des hommes
Miséricordieux, Saint, je t’implore, ô mon Dieu.
Écoute, ami, ce que nous disons :
Dès que le soleil se couche, prie le Prophète.
Nous disons, ô Dieu avec repentir et soumission :
Pardonne et sois indulgent, fais venir les mots simplement.
Sayhût2, nous en sommes partis le soir,
Après avoir accompli tous les préparatifs.
Nous prîmes la direction du lever de 'Aqrab3.
Une nuit durant, chacun assure son quart4.
Cap sur Himârayn5, durant une journée,
Ainsi que la nuit qui suit, jusqu’à ce que t’apparaissent des signes.
Après trois demi-journées de navigation aux étoiles,
Prends le cap du lever de Suhayl6, maintiens-le.
'Abd al-Kûrî7 apparaît devant toi, des montagnes
Découpées, que l’on pourrait citer en exemple.
A tribord, Ki'âl Fir'awn8 disparaissent,
Tout comme Jurduf9, comme je te le dis.
Puis vire vers Sindibâr10,
Vers le couchant, mon ami, au lever du jour.
Fais attention aux alentours de Binnah11, son fils et sa soeur12.
Attention, redouble de précaution, surtout par temps couvert13.
Le Cap Hâfûn14 est devant toi, élevé et proéminent.
Après l’avoir passé, mon ami, dirige-toi
Vers le coucher de Suhayl la verte15. Écoute16
Le timonier et fais attention qu’il ne s’endorme.
Pendant trois demi-journées, longe la côte Barr al-Khazâ’in17.
Après la première, se trouve le cap Ma'bar18, passe-le.
Puis ar-Rashâ’19 Ayl20, où se trouve l’eau douce
Une fois hors de vue, tu as terminé la deuxième demi- journée.
La troisième demi-journée t’amène au cap Khayr21,
Terre haute que tu longes au matin.
L’étoile Himârayn, que ta prière soit entendue,
Si tu prends sa direction, tu navigues en sécurité22.
Sayf at-Tawîl23 se distingue nettement.
Qar'ad24 et Hubiyyah25 sont dépassés.
Tu continues, mon ami, pendant deux demi-journées.
Après Hîrâb26, il y a sept zuwâm.
Peut-être diras-tu qu’il en faut plus, ô toi l’éloquent,
Mais si le vent est constant avec toi,
Tu arriveras à Fshût27 à temps28.
Toi et moi devons être très attentifs.
Continue ton parcours en suivant l’étoile al-Himâr,
Je veux dire Himârayn, ô Sadr as-samar29.
Longe la côte
Vers Murûtî30, dont tu apercevras les amers.
Un grand arbre, puis les dunes de sable,
Tu verras deux dunes rouges
D’où émerge un sommet volcanique noir.
Après les avoir dépassés, on ne s’en occupe plus.
Ton étoile est maintenant 'Aqrab, suis-là.
Conduis-nous en maintenant ce cap.
Elle recouvre toute la côte des Banâdir31.
Jusqu’à Barâwah32, au-delà, tu es en sécurité.
Maintenant, tu mets le cap sur Himârayn.
Si nous implorons Dieu, notre prière sera entendue.
Suis-le mon ami et tout ira bien.
Au matin tu seras à al-Jubb33 ou à proximité.
Voici les îles Kuyâmâ34, ô toi le perspicace.
Tûlah, Tiwâlah35, suis-les en allant droit devant.
Umm al-Khawâdir se trouve sur la route.
Tu reconnaîtras la terre aux arbres qui s’y dressent.
L’étoile est toujours celle dont nous avons parlé36,
Si tu changes de cap, prends un khann37 dans sa direction38.
Suis la côte et restes-en près,
Tu arriveras à l’île Kiwâyûh39 où la côte disparaît.
Maintenant à tribord se trouve le golfe de Yâyâ40 et ses récifs.
Attention ne t’en approche pas comme ceux qui le font41.
Regarde à tribord apparaître sept îles42 séparées les unes des autres,
Ainsi que le sommet de l’île Mânda43 qui s’élève.
La petite colline où se trouve Shaylah44, vise-là.
Suis-là, tout en t’en approchant.
Vire de bord45, évite de lofer46,
Sinon tu monteras sur les récifs.
Reste au milieu du golfe clair
Et tu auras l’esprit calme et tranquille.
Si toi l’éloquent, tu écris et tu lis,
Regarde à bâbord et tu verras les huttes47.
La mousson48 est arrivée à Shaylah et Lâmû.
Et ce que tu attendais est arrivé, jeune homme.
Si tu transportes avec toi de l’oignon49,
Ici et à Zanzibar, il se vend cher.
Aux premières lueurs du jour, nous prenons la mer
En mettant le cap sur le coucher de Sindibâr
Pendant la moitié d’une demi-journée, l’Eternel est celui qui fait durer.
Nous retournons vers Suhayl la verte et filons droit.
Suis50 Suhayl pour le restant de la journée, suis
Encore pendant la première moitié de la nuit, et pour le reste de la nuit,
Vire vers Himârayn, puis retourne vers 'Aqrab.
Au matin, tu te retrouveras à longer la côte quart après quart.
Au matin tu est à Kalîfî51 ou aux alentours.
Son amer est une dune élevée, toute en longueur,
Surmontée de hauts arbres, tu la dépasses.
Après cela, tu verras nettement les sommets de Mombasa52.
Le cap est désormais pour Wâsîn53.
Conserve le cap de Himârayn sans bouger,
Laisse chacun trouver ce qu’il désire
Puis, mets le cap sur Suhayl, ne t’endors pas.
Continue ta route jusqu’à ce que Mâzîwah54 apparaisse.
Et là jeune homme, tu es en sécurité55.
Mets le cap sur Sindibâr, jusqu’à ce qu’apparaisse
Le cap de l’île dont les amers se dressent.
Puis l’île Umm ad-Dajâj avec des arbres.
Après elle se trouve l’île de Zanzibar.
Longe les toutes les deux à la lumière du jour,
Vers l’île de Mutûnî, que le règne de Dieu soit sans fin.
Laisse les îles à tribord.
Ecoute tout ce que j’ai dit, mon ami
Il y a des roches affleurantes longues et étroites.
Entre en paix au pays du clou de girofle.
Vous qui écoutez, concluons en bénissant le Prophète,
Sa famille, ses compagnons et tous ceux qui les ont suivis,
Tous ceux qui sont venus après eux tout au long des années,
Aussi nombreux que la multitude de fois où les priants se sont prosternés.

Poème de Mascate à Mokha du marin Sa'îd Ibn Sâlim Bâtâyi'

  • 56 Il est probable que les marins empruntent ou obtiennent des crédits qui leurs permettent d'investir (...)
  • 57 Le muqaddam peut représenter deux personnages : soit le "petit second" (Grosset-Grange), soit le re (...)
  • 58 Tîr signifie Sirius (106°54'/253°06') étoile se trouvant dans la constellation du Chien (Canis Majo (...)
  • 59 Cela pourrait tout autant vouloir dire "un instant".
  • 60 Le Jabal Khîrân (Jebel Kairan) est une colline à double sommet de 105 m. de hauteur. Il se trouve à (...)
  • 61 Iklîl est Antarès (116°/243°), l’étoile la plus brillante de la constellation du Scorpion.
  • 62 "Tire au large".
  • 63 Ra's al-Hadd (22°32'N-59°48'E) est un cap bas et sablonneux, difficile à distinguer. Il n'y a aucun (...)
  • 64 "Prends soin de la voilure".

Ô Dieu, Seigneur,
Je t’implore, toi le meilleur des donateurs,
Toi qui octroie et accorde
Le bien que je demande pour tous les hommes.
Miséricordieux, très saint,
Epargne-nous soucis et misère,
Dans ces caps
Que nous passons avec détermination.
Dès le jour où nous prenons le large,
Chaque marin a emprunté56.
Dis au Muqaddam57 :
Hisse les voiles !
A partir de Sîrah,
La marche du bateau est engagée.
Dieu est expert,
Et regarde avec un œil averti.
Cap sur Tîr58
Durant une heure59, en voici les explications.
N’écoute pas les autres
Prends cela comme un conseil, mon ami.
Pour moi comme pour toi,
Khîrân60 apparaît devant au matin.
Si, à ton arrivée,
Le jour est de grande visibilité.
A Ra’s Dâwûd
La côte, mon ami, est longue, étendue.
Là où tu vois du monde,
Il y a du bois et de l’eau douce.
Après ce cap,
Ne fais pas confiance à Iklîl61.
Prends un khann62
Franchis plusieurs étapes sur ce cap.
Puis l’on passe Ra’s al-Hadd63
Là, ne compte sur personne :
Aucun ne t’aidera.
Lance-toi et applique-toi sur le mât64.
Vire de bord vers le sud-ouest,
Avec le changement de direction du vent.
Ô Dieu, je me repens
Pour les péchés cachés.

  • 65 Il s'agit probablement de Ra's al-Khabbab (Ra's al-Khabbah) (22°13'N-59°49'E) qui est une pointe ba (...)
  • 66 Masîra : l'île de Masîra est longue d'environ 35 milles. Elle est orientée SSW-NNE, son relief est (...)
  • 67 Selon Bâ Matraf, un quatrain est à rajouter à cet endroit bien qu'il ne soit pas rapporté par les g (...)
  • 68 Abû ar-Rasâs (20°10'N-58°38'E) est un cap étroit, bas et aride à l'extrémité sud de l'île d'al-Masî (...)
  • 69 Madraka : à 3 milles au NE de Ra's Khushayyim se trouve Ra's al-Madraka (19°00'N-57°51'E) qui est u (...)
  • 70 Les efforts à fournir épuisent l'équipage beaucoup plus rapidement, donc leur temps de résistance s (...)
  • 71 Village de Sawqara : Ra's Sawqara (Ra's Sukra) (18°08'N-56°33'E) est un cap remarquable qui, vu au (...)
  • 72 Cap Qarwâw : Ra's Qarwâw (17°56'N-56°-21'E) altitude 243 m. est un cap au sommet plat et aux versan (...)
  • 73 A cause des récifs coralliens et des pirates cachés dans les grottes (Bâ Matraf, p. 57).
  • 74 Selon Bâ Matraf, p.57, cette notion de villages jahilites est due à la présence des pirates provena (...)
  • 75 Les îles : il s’agit du groupe d’îles Khuriya Muriya (17°30'N-56°00'E) composé de quatre îles et d’ (...)
  • 76 Passe au large des îles.
  • 77 Al-Hâsikiyya : c'est l'île la plus occidentale (17°28'N-55°36'E) du groupe d'îles cité précédemment (...)
  • 78 La montagne Nûs : le Jabal Nûs (17°13'N-55°13'E) (894 m.) est l'extrémité est de Jabal Samhân. Elle (...)
  • 79 Vent fort.
  • 80 Cap Jingalî : il s'agit du Jabal Qinqarî (17°02'N-55°00'E) (522 m.). C'est un sommet conique parfai (...)
  • 81 Mirbât : au nord de Ra's Mirbât (16°59'N-54°41'E) se trouve Mirbât Bay. C'est la rade foraine la pl (...)
  • 82 A cet endroit il arrive souvent que les navires voyagent en flottille, cela pourrait signifier que (...)
  • 83 Al-Fatak : le Jabal al-Fatk (16°30'N-52°35'E) est une chaîne haute de 600 à 800 m. qui s'étend vers (...)
  • 84 La montagne Jawharî : la seule mention de Jawharî que nous ayons pu situer est celle du tombeau bla (...)
  • 85 Cap Fartak : Ra's Fartak (15°38'N-52°13'E) est un promontoire élevé qui, s'il est observé du sud, p (...)
  • 86 Il semble être question d'une coutume bien enracinée et qui a systématiquement lieu à l'arrivée à c (...)
  • 87 Saqr : il s'agit d'un village entouré d'une palmeraie qui se trouve à 8 milles au NE de Ra's Darjah
  • 88 Darjah (15°27'N-51°52'E) est un cap accore formé de falaises calcaires abruptes hautes de 60 à 120 (...)
  • 89 Sharwayn (15°20'N-51°40'E) se trouve à environ 13 milles à l'ENE de Ra's ‘Itab, c'est l'extrémité e (...)
  • 90 Raqîb : à chaque étoile de la partie est de la dayra (rose azimutale) se trouve opposée une autre é (...)
  • 91 Thurayyâ : la Pléiade, groupe de six étoiles en amas dans la constellation du Taureau. La plus bril (...)
  • 92 Sayhût (15°13'N-50°20'E) est une ville côtière séparée de la vallée par une falaise argileuse.
  • 93 Il fait allusion au bateau du comité d'accueil composé de jeunes dont parle Bâ Matraf p. 66.
  • 94 Le muwâfî pourrait être celui qui sur le sanbûq s'occupe du mûfâ qui, selon Grosset-Grange, est le (...)
  • 95 Ra's Bâ Ghashwah (14°50'N-50°11'E) est un cap rocheux sur lequel les restes d'une ancienne ville so (...)
  • 96 Autrement dit : "choque la voile", terme utilisé pour relâcher les écoutes afin que le vent ne port (...)
  • 97 Poisson que Bâ Matraf nomme le chien de mer.
  • 98 Sharmah (14°49'N-50°02'E) est une pointe à partir de laquelle commence la baie du même nom qui se p (...)
  • 99 Ce chenal est celui qui sépare le cap Sharmah de l'îlot du même nom.
  • 100 Il s'agit de Sharmah Bay.
  • 101 Le canon.
  • 102 Sur le pont.
  • 103 Al-Hâmî (14°48'N-49°50'E) est un village situé dans une vallée au pied d'une colline de couleur som (...)
  • 104 "Mouille à cet endroit".
  • 105 Al-Hâmî.
  • 106 Le mouillage en question est un affourchage, manœuvre de mouillage qui consiste à utiliser deux anc (...)
  • 107 Le Sûq al-Ahqâf se trouve à al-Hâmî.
  • 108 Après cette étape...
  • 109 14°43'N-49°28'E.
  • 110 Selon Bâ Matraf, il s'agit du juge des pêcheurs.
  • 111 Al-Mukalla (14°32'N-49°08'E).
  • 112 Burûm : Bandar Burûm (14°22'N-49°00'E) est la baie située au NNW de Ra's Burûm (14°20'N-49°00'E). S (...)
  • 113 Bâ Matraf rapporte une légende selon laquelle la montagne fut divisée en deux par le shaykh Muzâahi (...)
  • 114 Il s'agit probablement là d'une allusion au fait que l'on ne s'y arrête pas à cause du vent qui emp (...)
  • 115 ...le golfe de...
  • 116 ...la crique de…
  • 117 Ra's al-Kalb.
  • 118 Ra's Mijdaha (13°59'N-48°27'E) est un promontoire de couleur sombre, assez élevé. C'est l'extrémité (...)
  • 119 Seulement dans le cas où il veut rentrer à Mijdaha.
  • 120 Point de ravitaillement en eau douce.
  • 121 Husn al-Ghurâb est une colline de forme carrée aux versants abrupts avec quelques ruines sur son so (...)
  • 122 Ra's al-Ratl est un remarquable promontoire volcanique, arrondi à 3,5 milles à l'est de Ra's ‘Asida
  • 123 A l'ouest du cap pour se protéger du vent hubûb al-azib.
  • 124 Ra's ‘Asida (13°58'N-48°11'E) est un cap d'où le terrain s'élève vers une colline conique et sombre (...)
  • 125 Ghubbat al-‘Ayn est une baie qui s'étend entre Ra's al-Qusaym et Ra's ‘Asida. Sur la rive sont cons (...)
  • 126 De tous les marins..
  • 127 Ra's al-Ghusayn est Ra's al-Qusaym (13°56'N-47°48'E).
  • 128 Ainsi que Ghubbat al-‘Ayn.
  • 129 ‘Irqa. Nous n'avons point trouvé de cap ‘Irqa, cependant c'est le nom d'un petit village (13°39'N-4 (...)
  • 130 Si Hawarwar ne figure pas dans les Instructions Nautiques, nous avons repéré un lieu nommé Hawrah. (...)
  • 131 Maqâtîn : Maqâtîn al-Kabîr (13°24'N-46°27'E), Maqâtin al-Saghîr (13°25'N-46°21'E).
  • 132 Entre les Maqâtîn.
  • 133 Jabal al-Fadlî (1732 m.) est une chaîne de montagnes qui s'étend sur 35 milles vers l'est.
  • 134 Shuqra (13°21'N-45°42'E) est la capitale de la province de Fadlî.
  • 135 Saylan : Ra's Saylan (13°04'N-45°24'E) est une pointe basse et arrondie marquée par quelques palmie (...)
  • 136 Shamsân : le Jabal Shamsân se compose de plusieurs pics abrupts dont le plus élevé atteint 553 m. ( (...)
  • 137 Vers l'ouest.
  • 138 Au timonier.
  • 139 "Ce que je dis est exact et va te rassurer".
  • 140 Bâb al-Yamîn est utilisé pour Bâb al-Mandab.
  • 141 Mayyûn : il s'agit de l'île Perim (12°39'N-43°-25'E).
  • 142 Le coucher de …
  • 143 Na‘sh : la grande Ourse (Ursa Major), Dubhe et Merak sont probablement les étoiles utilisées dans c (...)
  • 144 Farqad est une étoile de la petite Ourse : Pherkad, elle, se lève au 07°34' et se couche au 352°26' (...)
  • 145 …y entrer.
  • 146 "Tiens-toi bien, décore le bateau".
  • 147 Nom donné à Mokha.

Prends la direction de Sindibâr.
Et éloigne toi de la côte.
Ajuste bien ta route.
Alors t’apparaît le cap de Khabiyya65.
Suhayl la verte !
Là, il n’y a ni crainte ni danger.
Surveille la côte !
Evite les bancs de sable cachés !
Masîra66 arrive,
Où se trouvent de hautes montagnes.
C’est une île
très découpée.
67Règle ton qiyâs !
Et le Bâtilî sous ta tête
Méfie-toi de ton sommeil
Au cap de Bû ar-Rasâs68 qui s’étend loin sous la mer
Après avoir tiré au large
Reviens vers Himârayn
Prends son cap et écoute
Alors, nos esprits seront tranquilles
Dis : donne moi, donne
Voici Madraka69 qui arrive, jeune homme
Fais tourner l’équipage plus rapidement,
Le ratl devient une ûqiyya70.
Maintenant 'Aqrab
Est ton étoile où que tu ailles.
Elle te maintient sur la bonne route,
Te protégeant du mauvais sort.
Tout va bien, tout va très bien
Voici le village de Sawqara71 après lequel se trouve
Cap Qarwâw72, malhonnête, trompeur73,
A côté des villages Jahilites74
Voici les îles75,
Eloigne-toi76.
Le vent tourne,
Provenant de Hâsikiyya77
La montagne Nûs78
Est un des plus grands caps.
Elle est à l’origine du Kûs79,
Et comporte de nombreux sommets.
Voilà Sadh.
Après cela, il y a le cap Jingalî80.
Dieu te garde !
La côte de Hanânî est plate.
Le cap de Hanânî,
Ainsi que la côte sont sûrs.
La rumeur dit que
Leur Mirbât81 est un petit Etat.
Si tu es pressé,
Ajuste ta route vers la haute mer.
Chacun est indépendant82.
Nos esprits seront tranquilles.
Cap sur Iklîl.
De jour comme de nuit,
Méfie-toi de la dérive.
Offre un cadeau au timonier !
Al-Fatak83 est là-devant
Et la montagne Jawharî84 derrière.
Voici le cap Fartak85,
Après lequel la route est plus aisée.
Au cap, nous faisons une offrande
Comme le veut la tradition86.
L’arrivée à ce cap
Doit se traduire par un présent.
Tes yeux aperçoivent
Saqr87 après Haswayn.
Descends de deux khann
En suivant la côte.
Longe la côte,
Darjah88 et Sharwayn89 apparaissent.
Fais route prudemment,
Et prends le raqîb90 de Thurayyâ91.
A ton arrivée,
Sayhût92 est devant toi au matin.
Dis à cet endroit : je t’ai apporté
Un turban pour cadeau.
A cet endroit de la côte,
Cessons tout bavardage.
Le Sanbûq93 des lieux vient à toi,
Offre un présent à son muwâfî94.
Bâ Ghashwa ash-Shayh95,
Donne du mou aux écoutes96.
S’il se trouve un lîkh97 devant toi,
Tu risques de l’accrocher avec l’étrave.
Nous voyons Sharmah98.
Le chenal99, tout le monde s’y dirige.
Il te mène à
Une vallée100 parcourue de gros ruisseaux.
Là, dresse la tête !
Frappe cymbales et tambours !
Tire vingt fois101 !
Récite la Fâtiha et salue !
Au Shaykh Mihdâr
Qui accomplit des miracles et manifeste,
De nuit comme de jour,
Les mystères de la foi.
Monte102 et appelle !
Devant toi se trouve le pays de Kasâdî.
Le nom est célèbre :
Al-Hâmî103, la protégée.
Prends de ses nouvelles104,
Affale ta voile et mouille l’ancre sur sa côte105.
Informe-toi des prix,
Sinon, fais le plein d’eau.
Envoie un émissaire
Annoncer ton arrivée aux incrédules.
Amuse-toi de leur stupéfaction,
Sors et détends-toi le soir.
Hisse les pavillons,
Remonte la voile,
N’accélère pas ta course,
Mouille tes ancres106.
Au marché d’al-Ahqâf107,
Il y a justice et équité,
Sécurité pour celui qui a peur :
Les lieux saints y sont innombrables.
108Repartons dans de bonnes conditions
Par Zabbah109 puis Shuhayr.
A Dieu notre providence,
De veiller sur nous.
Tu arrives à Buwaysh
Puis Rûkab, pays du Muqaddam110
Certains prétendent
Que l’erreur se glisse dans mes propos.
Nous arrivons à al-Mukallâ111,
Soucis et inquiétude disparaissent alors.
Bienvenue là où
Quiétude et sécurité se trouvent.
Reprends la mer et tiens ta place,
A Burûm112 il y a Muzâhim113.
Va contre le vent,
Transmets-lui mon salut114.
Voici Zulûmah,
La nuit est criblée d’étoiles.
On en aperçoit les signes.
Voici Hirû puis Lakhiyya.
Tu vois115 Darbab.
Derrière elle, il y a Markada,
Un golfe également,
Où il y a du bois mais point d’eau.
Mîfa'116est dans un wâdî.
Le cap117 se profile devant toi.
Sur la vallée avant, se trouvent
Les chantiers al-Wâhidiyya.
Longe la côte,
Voici Mijdaha118 et les îles.
Vire de bord119
Si tu veux de l’eau120.
Le cap Husn al-Ghurâbî121,
Le voilà comme prévu.
Son Ratl122 invite
Le commandant de bord à se protéger123.
Le cap 'Asida124
N’a jamais posé de problèmes.
Ne le critiquons point,
Ayons envers lui de bons sentiments.
A son sommet se trouve une citadelle
Qui apparaît aussitôt passé Jal'a.
Nous remontons le vent en tirant des bords
Dans le golfe intérieur.
Ghubbat al-'Ayn125 est son nom,
Connu de tous126, bons et mauvais,
De même que le cap al-Ghusayn127,
Nous les dépassons128 tous deux.
Passe le cap 'Irqa129,
Sa côte a une faille,
L’endroit est dangereux.
La terre des Dhuyaybî est dangereuse.
Voici Hawarwar130
Dont les falaises blanches apparaissent.
Réjouis-toi, glorifie-Le,
Lui, Dieu de l’univers.
Voici les Maqâtîn131
Où, dit-on, se trouvent deux routes.
Il y a aussi deux collines132
Et une troisième cachée.
Voilà la montagne d’al-Fadlî133.
Les gens témoignent,
De père en fils,
Qu’il n’a jamais oppressé ses sujets.
Shuqrah134 est son village.
Nul n’a combattu comme lui,
Nous en témoignons.
Il a de l’ascendance et sa lignée est forte.
Maintenant prends le cap de 'Aqrab,
Qui te mènera à Saylân135.
Tu aperçois Shamsân136,
Qui indique le port du sultanat d’Aden.
Prends la direction de Tîr137
Et garde la côte en vue.
Je te donne138 la part
Du cadeau que je réserve.
Cap sur le coucher d’al-Jawzâ’,
Retourne vers le soleil.
Tends l’oreille :
Tu entendras des propos agréables et clairs139.
Bâb al-Yamîn140 vient à toi,
Mayyûn141 est à bâbord.
Dieu te garde.
Cap sur142 Thurayyâ.
Cap sur Na'sh143.
Fais attention, ne crains pas la côte.
Suis les palmiers,
Et approche toi de Farqad144.
Nous apercevons des indices,
Tu vois les minarets.
Tourne et manœuvre,
Si tu vois al-Maghrabiyya.
Si tu veux aller au bout145,
Mon ami, tire les canons.
Donne moi les pavillons,
Entre en bonne tenue146.
Bandar 'Alî147 est là.
Ne lâche pas l’écoute,
Pour te protéger
Dans la traversée du Golfe.
Bénissez sans cesse
Le Prophète Tihâmite,
La pleine lune dans sa splendeur
A l’allure altière des Hashémites.

Conclusion : entre patrimoine technique et patrimoine folklorique

12Rendus à Zanzibar, il faut tenter de faire le bilan de cette fugitive incursion dans l'univers de la navigation arabe et proposer une première évaluation sans complaisance du statut exact de nos poèmes. Les premiers résultats de nos investigations nous incitent à penser que le système sur lequel ils reposent demeure valide aujourd'hui, tout au moins pour la zone intertropicale de notre globe. L'indépendance que conférait à l'homme qui se déplaçait en mer un système mis en place il y a une dizaine de siècles force donc l'admiration. De nos jours, les navigateurs solitaires autour du monde sont équipés de multiples appareils de très haute technologie qui fonctionnent en communication permanente avec pas moins de 10 à 20 satellites en orbite autour de la terre. La différence est considérable avec le marin arabe ayant ses seuls poèmes et la connaissance des astres, c'est-à-dire sa culture.

13Certes, notre évaluation demeure très partielle, au moins parce qu'elle ne porte que sur l'une des deux routes proposées. Elle ne permet pas en tout état de cause de formuler une conclusion péremptoire sur la validité scientifique des instructions que ce poème a servi un temps à transmettre entre les hommes. Une seule certitude est tout de même autorisée. Nous ne sommes pas en face d'une œuvre de fiction, conçue depuis la terre-ferme par quelqu'un qui ignorerait tout de l'astronomie et de la navigation. Nous sommes bel et bien en présence d'un fragment de savoir où la part technique est indubitablement attestée. Des zones d'ombre et des confusions répétées interdisent toutefois de se prononcer plus avant et de cautionner sans réserve l'hypothèse d'un "véritable manuel d'instructions nautiques”. La vérification empirique, en effet, n'est pas totalement concluante. Dans un bon nombre de cas, des caps difficiles auraient bel et bien été franchis sans encombre grâce à nos précieuses rimes. Mais dans un cas au moins (qui nous aurait interdit d'en connaître d'autres), ce même guide nous aurait vraisemblablement projetés sur ces falaises tant décrites par Henri de Monfreid. Dès lors, à l'heure de proposer des hypothèses conclusives, la prudence et le pluriel s'imposent.

14Soulignons d'abord celle de nos possibles erreurs dans le traitement des données extraites, voire dans le déchiffrement des textes. La seconde catégorie d'hypothèses renvoie à l'idée que les textes étudiés pourraient n'avoir un statut que "para” ou "post” scientifique. "Para” scientifiques, ces textes n'auraient jamais servi à proprement parler d'instruments de navigation. Les poèmes n'auraient alors servi que comme complément à la navigation, dans les seules phases de descriptions des côtes, qui sont le moins sujets à nos réserves. En revanche, le respect rigoureux des caps tels qu'énoncés pose autant de problèmes et de questions qu'il ne résout d'incertitudes. Les consignes réelles auraient été explicitées de manière moins elliptique et plus précise dans ces textes non versifiés, et le cas échéant, accompagnées de cartes et d'embryons de repères graphiques. Les vers n'auraient servi dans cette hypothèse qu'à fixer les repères d'une route en mer telle que le marin l'a vécue ou telle qu'il s'apprête à la vivre. Car le texte est loin d'être imaginaire. Il est bel et bien ancré sur de multiples réalités marines ou terrestres comme le prouve l'identification précise de la majorité des lieux cités. Mais les repères empruntés à la réalité y voisinent à l'évidence avec de nombreux "aménagements” de cette réalité.

15Le texte pourrait également avoir un statut "post-scientifique”. Dans ce cas de figure, il peut avoir existé plusieurs siècles auparavant comme véritable élément de savoir technique maritime. Mais son utilité décroissant au profit de techniques nouvelles, son statut se serait sensiblement modifié avec le temps et la rigueur de sa transmission, ayant perdu son enjeu, n'aurait plus alors été assurée. Quelques-uns des noms de lieux ont pu alors être altérés, une strophe omise, un cap déformé. Nous ne serions plus alors en présence de l'instrument tel qu'il a été conçu et tel qu'il a pu effectivement fonctionner pendant une période donnée mais seulement devant les traces, les séquelles d'un moment de la marine arabe. Savoir de marins pour des marins, il serait insensiblement devenu un simple élément du folklore terrestre de ces "anciens de la mer” non plus destiné à leur rappeler leurs ivresses (ou leurs angoisses) nautiques passées, mais à les faire partager, lors des veillées populaires, au public de la terre ferme, qui ne les a jamais connues. Le fait que le texte ait été transcrit ne permet pas dans cette hypothèse de préjuger de son statut exact lors de sa formalisation. De technique, il a pu devenir symbole, morceau de "littérature” ou de folklore.

16La dernière hypothèse conduirait à penser que, lorsqu'ils ont été établis, ces poèmes existaient peut-être depuis plusieurs siècles et ne faisaient dès lors plus parties d'une tradition strictement maritime. Ils n'avaient donc plus vocation à être véritablement fonctionnels. Leur statut était peut-être déjà devenu celui d'un morceau de mémoire collective et même l'instrument d'un "folklore” d'habitants de la terre ferme encore très liés à la mer, mais acquis à cette époque à l'utilisation de moyens plus modernes et notamment de cartes.

  • 148 Cette expérience, nous n'avons pas abandonné l'idée de la mener à bien un jour. L'entreprise est à (...)

17En tout état de cause, l'idée des limites d'une lecture seulement livresque des modes de navigations arabes a été déjà exprimée par le capitaine au long cours Henri Marcel Grosset-Grange, dans une lettre adressée à Michel Mollat du Jourdin le 18 mai 1972 : "Objectif atteint, je sais comment naviguent ces gens”, écrit-il alors. "Ils ont une technique hauturière très acceptable et, à ma surprise, courante. Mais, comme je m'en doutais, on ne peut apprécier convenablement ces données, parfois abstraites pour eux, qu'en opérant soi-même à leurs côtés”148.

18Bien que relativement concluante, cette expérience demande aujourd'hui à être complétée voire affinée. Un autre objectif est de faire la part des choses entre les grands marins arabes, savants, mathématiciens, inventeurs de la science de la navigation arabe et les praticiens, héritiers d'un système qui probablement les dépasse. Je veux parler des marins professionnels qui passaient leur temps d'un continent à l'autre avec un certain type de cargaison à l'aller, un autre au retour, qui ne sont pas des inventeurs ou des mathématiciens. Je voudrais donc déterminer quelle est la part d'héritage qui leur est restée plusieurs siècles après les grands navigateurs.

19Notre corpus laisse de surcroît subsister de nombreuses zones d'ombre, qui constituent autant d'objectifs de recherche à venir. A part quelques allusions fugitives au maniement des écoutes ou de la voile, ces textes ne permettent pas en effet de faire progresser notre connaissance de l'environnement matériel des navigateurs. On ne connaît pas le ou les types de navires impliqués. La relation technique des différentes manœuvres est aussi absente des quatrains. La vie du marin n'est elle-même qu'esquissée par l'allusion aux quarts. La consommation d'eau à bord n'est évoquée que de manière incidente par des ravitaillements sur la route. Aucune information n'est disponible sur le mode d'alimentation, sur la vie quotidienne à bord du navire, la tenue vestimentaire ou l'équipement. La profession de navigateur n'est donc évoquée que de manière très incidente et allusive. La vocation commerciale est brièvement citée. Cet inventaire qui reste utile, et auquel, en tout état de cause, nous espérons pouvoir contribuer dans des travaux à venir, devra recourir en fait à d'autres sources : récits de voyage, rapports de missions, inventaires de commerçants ou de successions, …etc.

20Certains comportements du marin, sans relation directe avec la technique de navigation, sont toutefois évoqués sous la forme de rites d'offrande décrits à deux reprises dans le premier poème. Ils sont liés à une superstition rattachée à un lieu rencontré sur la route (selon qu'il recèle de bons ou de mauvais esprits). La vocation commerciale de la mission transparaît également : elle est brièvement évoquée, au terme de la navigation, lors de l'arrivée à Shaylah.

21Les personnages dans leur rôle à bord sont au nombre de trois : le nakhûda correspond plus ou moins à notre armateur. Le sukkûnî est notre timonier-barreur. Le Sadr as-samar (litt. le "cœur de la nuit”) est l'amuseur-conteur.

22Nous espérons également pouvoir contribuer un jour à combler une autre limite de notre corpus, à savoir la connaissance de l'"environnement navigatoire” de nos marins. Il conviendrait pour ce faire de dresser un état des flottilles et navires des autres Etats qui naviguaient sur les mêmes routes à cette époque pour pouvoir établir une comparaison entre les systèmes utilisés et, au cas échéant, les réseaux d'influences réciproques qui se sont développés dans ce contexte.

23Il nous faudrait enfin rechercher dans le patrimoine yéménite des textes de la même période sur l'art de naviguer. Cela nous permettrait d'autres analyses visant à identifier la persistance ou non d'instructions arabes fonctionnelles. Mais également, il faudrait être en mesure de vérifier ce qu'il restait de cette navigation traditionnelle à l'époque de notre auteur. Plus proche de nous, Clouet a fait état en 1972 de la présence de survivants de l'âge d'or de la navigation arabe. Grosset-Grange pendant son voyage en 1977 a lui-même vu des marins utiliser ces techniques. Qu'en est-il à la veille de l'an 2000 ? Trouverait-on aujourd'hui un seul marin capable d'utiliser ces méthodes de navigation ? Une enquête sur la survivance de ces techniques serait utile aussi bien du point de vue quantitatif que qualitatif.

Haut de page

Notes

1 Les pages qui suivent sont extraites ou directement inspirées d’un mémoire pour le Diplôme d’Etudes Approfondies de langue arabe soutenu en juin 1995 à l’Université d’Aix-en-Provence sous la direction du professeur Jean-Claude GARCIN.
Un projet de reconstitution des navigations décrites dans ces poèmes est à l’étude en coopération avec le Centre Français d'Etudes Yéménites et le ministère yéménite de la Culture et du Tourisme.
Les gravures sont extraites de Antonin BESSE, "Les derniers boutres d'Aden", Hervé et Luc Marie Baille, éditeurs, Paris, février 1963.

2 Sayhût (15°13'N-51°15'E) est une petite ville côtière du Hadhramawt située à environ 80 km à l’est d’al-Mukallâ.

3 ‘Aqrab est la constellation du Scorpion. L’étoile concernée est une étoile bien visible de la constellation, Shawla (lever : 128°, coucher : 232°) ou encore Sargas (lever : 134°37', coucher 225°23'). Shawla est l'étoile du bout du dard du scorpion.

4 Zâm, pluriel zuwâm, est une unité de mesure qui signifie dans ce cas la durée d'un quart estimée à 3 heures. Il semblerait que le quart puisse également durer six heures. Tibbetts, dans son ouvrage "Arab Navigation", p. 527-528, ajoute que cette unité peut être une mesure de distance naviguée (probablement durant 3 h.). Il ajoute également qu'il peut s'agir d'un huitième d'Isba‘ (hauteur d'une étoile mesurée à l'aide des doigts) au lever ou au coucher d'une étoile, et de la distance parcourue pendant le temps que met une étoile à monter ou descendre d'un huitième d'Isba‘.

5 Himârayn : Nous avons retenu Rigil Kent (lever : 153°30', coucher : 206°30') et Agena (lever : 152°49', coucher : 207°11') qui sont Alpha et Beta du Centaure.

6 Suhayl n’est autre que Canopus (144°19'/215°41'), dans la constellation de la Carène (Carina). Elle est la deuxième étoile la plus brillante du ciel.

7 ‘Abd al-Kûrî (12°12'N-52°12'E) est une île proche de Socotra qui est longue de 20 milles nautiques. Elle est formée par la succession de deux chaînes de collines orientées est-ouest comportant deux sommets principaux de 621 et 601 m.

8 Ki‘âl et Fir‘awn (12°26'N-52°08'E) sont deux îlots rocheux qui se trouvent à 13 milles au NNE de ‘Abd al-Kûrî. Ces deux îlots accores dont la hauteur n'excède pas 86 m. sont séparés par un étroit et dangereux chenal.

9 Jurduf (11°50'N-51°17'E) ou encore cap Gardafui est appelé Ras ‘Asîr par les Arabes. C’est la pointe NE de la Corne de l'Afrique. La hauteur de ce cap abrupt et rocheux est de 238 m.

10 Sindibâr ou Sulbâr : la plupart des textes nautiques arabes nomment cette étoile Sulbâr. Il s'agit d'Achernar (150°25'/209°35') de la constellation Eridan.

11 Binnah (Ra's Binnah 11°09'N-51°11'E) est un cap formé d'une haute falaise escarpée à l'extrémité est d'un long promontoire. Vu au sud, ce cap accore de 154 m de hauteur semble être une île.

12 Le cap Binnah, d'après ce poème, semble comporter des écueils que notre auteur, pour la rime, a nommé "son fils et sa sœur". Ceci probablement pour une raison de double proximité, géographique et linguistique. Géographique, car ces écueils doivent être proches de ce cap (l'échelle de nos cartes ne nous a pas permis de les identifier formellement), linguistique également, c'est évident.

13 On peut penser que le terme est également utilisé pour la brume.

14 Ra's Hâfûn (10°27'N-51°24'E) est l'extrémité est de la presqu'île de Hâfûn. C'est un grand plateau haut de 120 à 180 m. La presqu'île est reliée à la terre par un isthme étroit et bas.

15 Appelée ainsi pour la lumière verte qu'elle est censée dégager.

16 "Prends au sérieux les propos du timonier qui est un marin expérimenté".

17 Selon Serjeant, (Bidwell, p. 122), Barr al-Khazâ’in s'étend de Ra's Ma‘bar à Ra's al-Khayr, dénommé également Ra's al-Khayl et consigné Ra's el-Cheil sur les Instructions Nautiques Vol. L8.

18 Ra's Ma‘bar (Bandar Beila 9°29'N-50°49'E) est un promontoire accidenté dont la saillie très proéminente est soulignée par les broussailles de son extrémité. Il se remarque très bien depuis le nord. Au sud on peut le reconnaître à 7 ou 8 milles nautiques.

19 Nous n'avons pas identifié ce nom comme étant celui d'un lieu connu.

20 Ayl (embouchure de Wâdi Nogal 7°58'N-49°51E) est une bourgade établie sur la rive nord de Wâdi Nogal.

21 Ra's al-Khayr est probablement Ra's el-Cheil (7°44'N-49°49'E), promontoire rocheux qui a l'aspect d'un dôme avec terrasse.

22 "Tu n'as pas à craindre que l'on te blâme".

23 Sayf at-Tawîl : terre étendue qui pourrait comporter Ra's Auad (6°18'N-49°05'E) (7°00'N-49°20'E).

24 Qar‘ad correspond à Garad (6°57'N-49°19'E) qui est un fort, aujourd’hui en ruine.

25 Hubiyyah, Obbia sur les cartes marines (5°21'N-48°32'E), est un port qui entretient de nos jours des communications maritimes régulières avec les autres ports de Somalie. Les navires peuvent mouiller devant la plage d'Obbia.

26 Le pluriel pose un problème après Hîrâb. Nous n'avons pu trouver à quoi il se rapporte. Ce terme est également utilisé pour désigner la quille du navire.

27 Nous n'avons pas pu identifier ce lieu précisément ; Tibbetts s'est trouvé dans la même situation et a formulé plusieurs hypothèses sans en retenir aucune.

28 Sans encombres. En un temps convenable.

29 Celui qui maintient en éveil l'esprit des navigateurs la nuit. Il s'agit là d'un personnage (conteur) dont la fonction est de raconter des histoires tout au long de la nuit pour éviter que les marins ne s'endorment pendant leur quart.

30 Murûtî : 02°38'N-46°12'E.

31 La côte des Banâdir représente 280 milles nautiques de côte allant de l'embouchure de Fiume Giuba à Itala.

32 Barâwah (1°06'N-4°02'E), dénommé Brava sur les cartes, est un port de la côte somalienne offrant un mouillage. Le développement de Kismayu a fait perdre à cette ville l’importance qu’elle eut dans le passé.

33 Al-Jubb est probablement le village de Giumbo qui est situé à l'embouchure de Fiume Giuba (0°15'S-42°36'E).

34 Iles de Kuyâmâ (0°39'S-42°20'E). Porto Coiama (0°40'S-42°18'E) s'étend entre la côte ouest de Ngumi, la côte sud-ouest de Isola Coiama et la côte continentale.

35 Tûlah (Isola Ciula, 1°00'S- 42°03'E). Tiwâlah correspond peut-être à Porto Ciovai, à 12 NM dans le NE.

36 Il s'agit de Himârayn.

37 Les premiers marins arabes appelaient khann, pluriel khunûn, l'écart ou rhumb entre chaque étoile indiqué par leur dayra ou rose azimutale, qui en comptait 32.

38 "Mets le cap sur Suhayl".

39 Ile de Kiwâyhu (2°00'S-41°17'E) au NE de Kiwâyhu Bay : point de reconnaissance le plus remarquable de la région., Dans la partie centrale de l'île se trouve une colline conique très visible qui se nomme Mwana Marijani.

40 Khawr Yâyâ : à 3,5 milles au NNE de Ra's Ukowe, Ra's Chongoni est à l'extrémité sud-ouest de Chongoni Peninsula, presqu'île formant la partie ouest de Pate Island. Ra's Chongoni est un cap largement débordé vers le sud-ouest par le récif Mwamba Wayaya.

41 Il fait allusion aux bateaux de pêcheurs locaux qui se trouvent probablement là, grands connaisseurs des lieux et embarqués sur des bateaux à plus faible tirant d'eau. Ces lieux sont très dangereux, la carte marine indique là de nombreux secs et récifs.

42 Sept îles séparées les unes des autres : Kiwayhu, Fazi, Uvondo, Patta, Kisingati, Manda, Lamu.

43 Manda : La côte ouest de Manda Island forme la rive est de Lamu Harbour. La côte sud porte des dunes d'une couleur plus orange que celles de Lamu Island ; Takwa Peak (38 m) est la plus haute dune et s'élève à 1 mille au nord-ouest de Ra's Takwa (2°18'S-40°58'E). A 3 milles dans le nord-ouest de cette pointe, Ra's Ukowe, cap bas et rocheux, est l'extrémité est de Manda Island.

44 Shaylah : Sheila (2°18'S-40°55'E) est un petit village à l'extrémité sud-ouest de Lamu Island.

45 Vers le nord-ouest.

46 Se dit d'un bateau qui en remontant, se rapproche trop de la direction du vent. Il risque alors de perdre son erre (sa vitesse) et de ne plus être manœuvrant, ce qui serait considérablement gênant dans les lieux où l'on se trouve. Jawsh signifie assez généralement "amure".

47 Il s'agit probablement des maisons du village de Shaylah.

48 "Le moment de la saison" peut-être, étant donné que peu après il fait allusion à une période propice à la vente.

49 C'est la première fois depuis le départ qu'il est fait allusion à un transport de marchandises, la suite nous laisse entendre qu'ils pourraient en faire le commerce.

50 Suhayl.

51 Kalifi (3°39'S-39°52'E). A 1 mille nautique dans le NNE de l'embouchure de Mto Kilifi, une colline (18 m) constitue un bon amer pour s'approcher de cette embouchure. Entre Mto Kilifi et Kipini, à 24 milles au NE, la côte est formée de dunes dont la plupart sont boisées ; parmi elles et à 13 milles au NE de Mto Kilifi, Sadani (50 m) est la plus haute ; cette colline dénudée apparaît plus jaune que les autres.

52 Mombasa (4°05'S-39°41'E).

53 Wâsîn probablement le Ra's Ras'id (l'île d'à côté).

54 Peut-être Ra's Kigomasha au nord de Pemba island.

55 En termes marins : "tout est clair".

56 Il est probable que les marins empruntent ou obtiennent des crédits qui leurs permettent d'investir dans le voyage.

57 Le muqaddam peut représenter deux personnages : soit le "petit second" (Grosset-Grange), soit le responsable de la partie avant du bateau (Bâ Matraf, p. 48).

58 Tîr signifie Sirius (106°54'/253°06') étoile se trouvant dans la constellation du Chien (Canis Majoris) et qui est la plus brillante du ciel.

59 Cela pourrait tout autant vouloir dire "un instant".

60 Le Jabal Khîrân (Jebel Kairan) est une colline à double sommet de 105 m. de hauteur. Il se trouve à 13 milles nautiques au NNE de Ra’s Abû Rasâs.

61 Iklîl est Antarès (116°/243°), l’étoile la plus brillante de la constellation du Scorpion.

62 "Tire au large".

63 Ra's al-Hadd (22°32'N-59°48'E) est un cap bas et sablonneux, difficile à distinguer. Il n'y a aucun abri et dans les parages du cap. Les courants, forts et irréguliers, dépendent beaucoup du régime des vents.

64 "Prends soin de la voilure".

65 Il s'agit probablement de Ra's al-Khabbab (Ra's al-Khabbah) (22°13'N-59°49'E) qui est une pointe basse et rocheuse à 3,3 milles nautiques au NNE de Ra's Ru'ays.

66 Masîra : l'île de Masîra est longue d'environ 35 milles. Elle est orientée SSW-NNE, son relief est d'origine volcanique. Des collines bordent presque toute la longueur de la côte est de l'île.

67 Selon Bâ Matraf, un quatrain est à rajouter à cet endroit bien qu'il ne soit pas rapporté par les gens d'al-Hâmî ; Al-Qutamî, le koweïtien, le cite dans son ouvrage qui porte le titre de : "Manuel de celui qui hésite dans la science de la navigation".

68 Abû ar-Rasâs (20°10'N-58°38'E) est un cap étroit, bas et aride à l'extrémité sud de l'île d'al-Masîra. Shi'b Matrah est un haut-fond couvert de moins de 2 m. d'eau. Il s'étend jusqu'à 1 ou 2 milles à l'WSW du cap. Il y a une grande houle et des brisants sur ce haut-fond même par temps calme. Shi‘b Abû ar-Rasâs, à 0,5 mille au SW du cap est découvert et les vagues viennent se briser sur ce récif. Des hauts-fonds couverts par moins de 10 m. d'eau s'étendent jusqu'à 3 milles à l'ESE et 3,5 milles au SW de Ra's Abû ar-Rasâs.

69 Madraka : à 3 milles au NE de Ra's Khushayyim se trouve Ra's al-Madraka (19°00'N-57°51'E) qui est un cap abrupt de couleur sombre. A 0,2 mille au SW de l'extrémité est du cap, se trouve une petite colline (140 m.) qui est le sommet du cap.

70 Les efforts à fournir épuisent l'équipage beaucoup plus rapidement, donc leur temps de résistance se réduit. Cette image du ratl qui pèse environ 400 g et devient une ûqiyya (200 g.) pourrait convenir à ce sens. Cette expression se rencontre aussi dans le sens de "porter ses fruits", ce qui donnerait "tu en seras récompensé au matin".

71 Village de Sawqara : Ra's Sawqara (Ra's Sukra) (18°08'N-56°33'E) est un cap remarquable qui, vu au SW, a l'apparence d'une falaise. Au nord de Ra's Sawqara, Ghubbat Sawqara (baie Sukra) (Dawhat Sawqara) est une baie au rivage bas et sablonneux portant une végétation éparse de palétuviers. Deux villages sont situés à moins de 12,5 milles au nord de Ra's Sawqara.

72 Cap Qarwâw : Ra's Qarwâw (17°56'N-56°-21'E) altitude 243 m. est un cap au sommet plat et aux versants à pic, constitué de grès sur une strate de craie.

73 A cause des récifs coralliens et des pirates cachés dans les grottes (Bâ Matraf, p. 57).

74 Selon Bâ Matraf, p.57, cette notion de villages jahilites est due à la présence des pirates provenant de ces lieux qui sévissent contre les navires.

75 Les îles : il s’agit du groupe d’îles Khuriya Muriya (17°30'N-56°00'E) composé de quatre îles et d’un îlot rocheux qui sont assez élevés (entre 70 et 500 m.) et s’étendent sur 48 milles d’ouest en est au large de la baie (17°45'N-56°00'E) qui porte le même nom. Seule l’île de Hallaniya était habitée en 1955, 55 personnes y vivaient alors. Dans cette baie, les vents sont plus forts et plus variables que nulle part ailleurs sur la côte sud d'Arabie. Le "Belat" est violent et les changements de vent peuvent être soudains. La mousson de SW s'établit dans cette zone avec de fortes rafales, de la pluie et des orages. Les caboteurs arabes ne naviguent pas pendant cette période. Seuls les plus gros bateaux sortent au début du mois de juin après la première attaque de la mousson, et à la fin du mois d'août, quand la mousson a pratiquement cessé.

76 Passe au large des îles.

77 Al-Hâsikiyya : c'est l'île la plus occidentale (17°28'N-55°36'E) du groupe d'îles cité précédemment. Elle est aride, composée de granit et de terrains volcaniques. Son extrémité SW comporte deux sommets coniques qui culminent à 155 m. Un plateau rocheux s'étend vers le NE à partir de ces sommets.

78 La montagne Nûs : le Jabal Nûs (17°13'N-55°13'E) (894 m.) est l'extrémité est de Jabal Samhân. Elle culmine à 960 m. à environ 1 mille de la côte qu'elle domine par un versant abrupt particulièrement remarquable lorsqu'il est vu à l'ouest.

79 Vent fort.

80 Cap Jingalî : il s'agit du Jabal Qinqarî (17°02'N-55°00'E) (522 m.). C'est un sommet conique parfaitement remarquable, il est composé de calcaire coupé par des veines de craie et de gypse.

81 Mirbât : au nord de Ra's Mirbât (16°59'N-54°41'E) se trouve Mirbât Bay. C'est la rade foraine la plus importante d'Oman. A environ 0,7 milles du cap se trouve la ville de Mirbât qui est composée de nombreuses maisons de pierre et de huttes. Un fort est situé à l'extrémité nord de la ville.

82 A cet endroit il arrive souvent que les navires voyagent en flottille, cela pourrait signifier que la zone dangereuse étant dépassée, chacun pourrait là reprendre sa liberté de naviguer seul. Il serait libre de se séparer du groupe.

83 Al-Fatak : le Jabal al-Fatk (16°30'N-52°35'E) est une chaîne haute de 600 à 800 m. qui s'étend vers l'ouest à partir d'un point de la côte situé à 55 milles au NNE de Ra's Fartak.

84 La montagne Jawharî : la seule mention de Jawharî que nous ayons pu situer est celle du tombeau blanc du Shaykh al-Gawharî entouré de quelques huttes et qui se trouve à 8 milles au NE d'al-Ghaydah (16°13'N-52°12'E).

85 Cap Fartak : Ra's Fartak (15°38'N-52°13'E) est un promontoire élevé qui, s'il est observé du sud, présente l'aspect d'une île coupée par une brèche. Ses falaises verticales qui forment le plus grand escarpement de la côte sud d'Arabie, s'élèvent jusqu'à 580 m. et se prolongent vers le nord sur une distance d'environ 8 milles.

86 Il semble être question d'une coutume bien enracinée et qui a systématiquement lieu à l'arrivée à ce cap.

87 Saqr : il s'agit d'un village entouré d'une palmeraie qui se trouve à 8 milles au NE de Ra's Darjah.

88 Darjah (15°27'N-51°52'E) est un cap accore formé de falaises calcaires abruptes hautes de 60 à 120 m.

89 Sharwayn (15°20'N-51°40'E) se trouve à environ 13 milles à l'ENE de Ra's ‘Itab, c'est l'extrémité est presque verticale d'un promontoire accore.

90 Raqîb : à chaque étoile de la partie est de la dayra (rose azimutale) se trouve opposée une autre étoile, que l’on nomme raqîb (litt. le guetteur, le vis-à-vis) de la première ; ex: al-Thurayya (les Pléiades) dans la partie est de la rose se trouve à l'opposé de l'étoile al-Jawzâ’ (Orion, partie ouest de la rose). Ainsi on dira de l'étoile al-Jawzâ’ qu'elle est le raqîb de l'étoile al-Thurayyâ laquelle est également le raqîb d’al-Jawzâ’. Il en va de même pour l'étoile al-Thurayyâ (couchant) qui est le raqîb de l'étoile al- Jawzâ’ (levant). Si cette notion est parfaitement fonctionnelle dans les calculs sidéraux, on peut remarquer dans le second poème qu’elle est utilisée à des fins de rime.

91 Thurayyâ : la Pléiade, groupe de six étoiles en amas dans la constellation du Taureau. La plus brillante est Alcyone (65°264'/294°34').

92 Sayhût (15°13'N-50°20'E) est une ville côtière séparée de la vallée par une falaise argileuse.

93 Il fait allusion au bateau du comité d'accueil composé de jeunes dont parle Bâ Matraf p. 66.

94 Le muwâfî pourrait être celui qui sur le sanbûq s'occupe du mûfâ qui, selon Grosset-Grange, est le simple foyer en argile que l'on trouve sur ce genre d'embarcation.

95 Ra's Bâ Ghashwah (14°50'N-50°11'E) est un cap rocheux sur lequel les restes d'une ancienne ville sont remarquables aujourd’hui.

96 Autrement dit : "choque la voile", terme utilisé pour relâcher les écoutes afin que le vent ne porte plus dans la voile et qu'il ralentisse ainsi son allure.

97 Poisson que Bâ Matraf nomme le chien de mer.

98 Sharmah (14°49'N-50°02'E) est une pointe à partir de laquelle commence la baie du même nom qui se poursuit pendant 7 milles vers l'ouest. A 0,3 mille du cap se trouve un îlot rocheux de 21 m. de hauteur.

99 Ce chenal est celui qui sépare le cap Sharmah de l'îlot du même nom.

100 Il s'agit de Sharmah Bay.

101 Le canon.

102 Sur le pont.

103 Al-Hâmî (14°48'N-49°50'E) est un village situé dans une vallée au pied d'une colline de couleur sombre avec un sommet double. Autour du village la côte est formée de falaises.

104 "Mouille à cet endroit".

105 Al-Hâmî.

106 Le mouillage en question est un affourchage, manœuvre de mouillage qui consiste à utiliser deux ancres à la fois avec un certain angle pour empêcher le bateau d'"éviter" (accomplir un cercle autour de son ancre). Bâ Matraf précise que ce sont des ancres spécifiques.

107 Le Sûq al-Ahqâf se trouve à al-Hâmî.

108 Après cette étape...

109 14°43'N-49°28'E.

110 Selon Bâ Matraf, il s'agit du juge des pêcheurs.

111 Al-Mukalla (14°32'N-49°08'E).

112 Burûm : Bandar Burûm (14°22'N-49°00'E) est la baie située au NNW de Ra's Burûm (14°20'N-49°00'E). Sur la rive de la baie, à 1,9 milles au NNW du cap se trouve la petite ville de Burûm. Le courant porte en permanence au NE devant la baie.

113 Bâ Matraf rapporte une légende selon laquelle la montagne fut divisée en deux par le shaykh Muzâahim.

114 Il s'agit probablement là d'une allusion au fait que l'on ne s'y arrête pas à cause du vent qui empêche d'y entrer.

115 ...le golfe de...

116 ...la crique de…

117 Ra's al-Kalb.

118 Ra's Mijdaha (13°59'N-48°27'E) est un promontoire de couleur sombre, assez élevé. C'est l'extrémité d'une chaîne de collines qui s'étend jusqu'à 10 milles à l'intérieur du pays.

119 Seulement dans le cas où il veut rentrer à Mijdaha.

120 Point de ravitaillement en eau douce.

121 Husn al-Ghurâb est une colline de forme carrée aux versants abrupts avec quelques ruines sur son sommet (139 m.). Elle se trouve à 6 milles à l'ENE de Ra's al-Ratl.

122 Ra's al-Ratl est un remarquable promontoire volcanique, arrondi à 3,5 milles à l'est de Ra's ‘Asida.

123 A l'ouest du cap pour se protéger du vent hubûb al-azib.

124 Ra's ‘Asida (13°58'N-48°11'E) est un cap d'où le terrain s'élève vers une colline conique et sombre à 0,3 milles au NNE.

125 Ghubbat al-‘Ayn est une baie qui s'étend entre Ra's al-Qusaym et Ra's ‘Asida. Sur la rive sont construits plusieurs villages.

126 De tous les marins..

127 Ra's al-Ghusayn est Ra's al-Qusaym (13°56'N-47°48'E).

128 Ainsi que Ghubbat al-‘Ayn.

129 ‘Irqa. Nous n'avons point trouvé de cap ‘Irqa, cependant c'est le nom d'un petit village (13°39'N-47°21'E) qui comporte une petite tour carrée à 2 milles à l'est et qui constitue un très bon amer.

130 Si Hawarwar ne figure pas dans les Instructions Nautiques, nous avons repéré un lieu nommé Hawrah. A 5 milles au NE de ce village se trouve le Jabal Makanati qui est une falaise blanche‚ haute de 61 m. se terminant par des dunes. Cela pourrait correspondre à la description qui en est faite. Nous pouvons aisément imaginer une erreur de copie ou une variante du nom.

131 Maqâtîn : Maqâtîn al-Kabîr (13°24'N-46°27'E), Maqâtin al-Saghîr (13°25'N-46°21'E).

132 Entre les Maqâtîn.

133 Jabal al-Fadlî (1732 m.) est une chaîne de montagnes qui s'étend sur 35 milles vers l'est.

134 Shuqra (13°21'N-45°42'E) est la capitale de la province de Fadlî.

135 Saylan : Ra's Saylan (13°04'N-45°24'E) est une pointe basse et arrondie marquée par quelques palmiers à proximité.

136 Shamsân : le Jabal Shamsân se compose de plusieurs pics abrupts dont le plus élevé atteint 553 m. (12°46'N-45°00'E).

137 Vers l'ouest.

138 Au timonier.

139 "Ce que je dis est exact et va te rassurer".

140 Bâb al-Yamîn est utilisé pour Bâb al-Mandab.

141 Mayyûn : il s'agit de l'île Perim (12°39'N-43°-25'E).

142 Le coucher de …

143 Na‘sh : la grande Ourse (Ursa Major), Dubhe et Merak sont probablement les étoiles utilisées dans cette constellation. Elles se lèvent et se couchent respectivement au 22°24'-337°36' et 28°49'-331°11'.

144 Farqad est une étoile de la petite Ourse : Pherkad, elle, se lève au 07°34' et se couche au 352°26'. Ce mot signifie "veau". Lorsqu’il est utilisé au duel, on lui associe une autre étoile : Kawkab connue sous le nom de Kocab ou Beta Ursae Minoris. Elle est visible en permanence et sert aux mesures astronomiques qui sont effectuées en fonction de la révolution de ces deux astres autour du pôle. Elles sont alors disposées de différentes manières (horizontale, verticale, etc..) et déterminent la position de la polaire.

145 …y entrer.

146 "Tiens-toi bien, décore le bateau".

147 Nom donné à Mokha.

148 Cette expérience, nous n'avons pas abandonné l'idée de la mener à bien un jour. L'entreprise est à l'étude en concertation avec le ministère yéménite de la Culture et du Tourisme et le Centre Français d'Etudes Yéménites. Ce projet permettrait de mettre éventuellement en application les indications contenues dans les poèmes sous la forme d'une reconstitution intégrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Nieto, « Les poèmes nautiques de Sa'îd Ibn Sâlim Bâtâyi' », Chroniques yéménites [En ligne], 6-7 | 1999, mis en ligne le 12 février 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://cy.revues.org/52 ; DOI : 10.4000/cy.52

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org