Navigation – Plan du site
Histoires

Mahmoud Zubeiri et la fondation du Parti de Dieu

(Extrait de Abdelmalek ATTAIEB, L'Histoire parle, Sanaa, s.e., s.d., page 15.)
Abdelmalek Attaieb et François Burgat

Entrées d’index

Géographique :

YEM

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1A la veille de l’an 2000, au cœur des équilibres politiques du Yémen, perdure une union que symbolise bien la personnalité du Cheikh Abdallah al-Ahmar. A la fois leader du Rassemblement Yéménite pour la Réforme (al-Tagamu‘ al-Yemeni lil-Islah, la puissante formation islamiste créée en 1990) et chef de la confédération Hâched, le plus important des rassemblements tribaux du nord, le "Cheikh Abdallah", souvent considéré comme la seconde personnalité politique du pays, est également président du Parlement. Cette alliance entre le substrat tribal de la société yéménite et les premiers idéologues du courant islamiste moderne a pour caractéristique de s’être opérée non point en faveur du régime "religieux" de l’Imam Zaydite mais contre lui et au service des idéaux républicains. Elle contribue à expliquer aujourd’hui que la société yéménite du nord ait fait jusqu’à un certain point l’économie de la déchirure idéologique qui affecte plus ouvertement les élites politiques d’autres sociétés du Moyen Orient ou du Maghreb1. Cette union fondatrice ne date pas d’hier. Dès la révolution avortée de 1948, la première des grandes manifestations de contestation de la dynastie Zaydite, les Frères Musulmans de Hassan al-Banna, par la personne de l’Algérien Fudhayl al-Wartilani (cf. M. al Ahnaf dans cet ouvrage) avaient en effet clairement œuvré dans le camp des réformateurs libres (les Ahrâr) contre le traditionalisme du vieil imamat au pouvoir depuis plus d’un millénaire. L’épisode que raconte ici Abdelmalek ATTAIEB date du début de la longue guerre de gestation de la République, au lendemain de la déposition de l’Imam Hamîd Eddîn, le 26 septembre 1962. Deux ans plus tard, au début de l’année 1964, Mohamed Mahmoud Zubeiri, proche des Frères Musulmans mais avant tout leader prestigieux du mouvement national, mesure les limites des performances du nouveau régime républicain, tout entier aux mains de Gamal Abdel Nasser qui l’a mis en place. Lui qui a accepté, au retour du Caire, d’être membre de ce premier gouvernement du Président Sallal fait alors le choix de rompre au moins temporairement avec celui-ci. Le régime de Abdallah Sallal n’est pas parvenu à opérer de façon fonctionnelle la jonction avec les plus importantes tribus et il paie fort cher cette carence, un grand nombre de tribus mesurant leur soutien à l’entreprise républicaine. Zubeiri décide alors de sortir de Sanaa à la rencontre du Yémen "profond" des wadis et des forteresses. En compagnie de trois de ses plus proches compagnons, il se lance dans une opération de charme auprès des tribus de la région de Sanaa. Il choisit pour ce faire de se donner un instrument et une plate-forme d’action : ce sera un "Parti de Dieu", parce que une telle "bombe" devrait décontenancer n’importe quel adversaire : qui donc oserait se dire opposant du Parti de Dieu ? C’est là, de fait, que vont se sceller des alliances politiques qui sont encore aujourd’hui, par delà l’épisode de la réunification, au cœur des équilibres de la société yéménite tout entière.

2Après la prière de zhuhr, le premier jour du mois de Ramadan 1384 (1964), quatre jours après mon retour du Liban, je me retrouvai en voiture en compagnie de Mohamed Mahmoud Zubeiri, Abdelmajîd al-Zandani et Mohamed Abdallah al-Fusayl. Nous arrivâmes à Thula après la prière de l’‘Asr. Nous entrâmes dans la mosquée. Je contemplai l’eau jaunâtre que pieds et mains avaient brassée. Zubeiri, qui avait déjà les pieds plongés dedans, remarqua mon hésitation. "Allez-y, cher monsieur, ici on n’hésite pas ! Notre pays est ainsi !".

3Après la prière, nous descendîmes jusqu’à ‘Amran où nous fîmes halte dans la maison du Cheikh Abdallah Hamoud al-Saar (que Dieu le prenne en sa miséricorde). Zubeiri lui demanda des nouvelles du Cheikh Abdallah b. Hussein al-Ahmar, voulant savoir s’il avait ou non quitté Sanaa. Le lendemain matin, nous nous dirigeâmes vers Raydan où nous fîmes la prière du zhuhr. Le Cheikh Mechli al-Qaïfi était là. Nous nous assîmes le temps qu’il plût à Dieu en sa compagnie ; il décida de nous inviter. Zubeiri accepta. Nous apprîmes par lui que le Cheikh Abdallah b. Hussein al-Ahmar n’avait pas quitté Sanaa. Et nous poursuivîmes le voyage.

4Nous arrivâmes ainsi à environ un mille du village de Sintîn chez les Beni Sarîm. La voiture, je ne sais plus très bien pourquoi, fit alors une halte. Nous en sortîmes et mon regard se posa sur le paysage environnant : pas un arbre, pas un fruit, pas une pousse, pas une plante. "Terre ingrate" ! Le désaveu se lut instantanément sur le visage de Zubeiri : "Non, il ne faut pas dire ça !". Pour ceux qui y vivent, cette terre a de la valeur. C’est elle qui protège le Yémen !

5Nous passâmes près de Khamar sans y entrer et nous fûmes à Harf Sufyân les hôtes du Cheikh al-Karîm Abdallah Dhîbân, un membre des cercles qui inquiétèrent l’Imam Ahmed. Le Cheikh al-Karîm entreprit en effet de fortes et nombreuses actions avec ses collègues (du Mouvement des Yéménites Libres) : Ali Chawît, Qâsim al-Qutaych, Mohamed Ahmed al-Jabari et d’autres. Il fait partie aujourd’hui et depuis longtemps des laissés-pour-compte, dont les mérites n’ont pas été reconnus. A Harf Sufyân, Zubeiri décida de sa propre initiative d’aller rendre visite au chef des forces égyptiennes dans la région, le commandant Qassem.

6C’était l’un des plus célèbres officiers égyptiens. Les Yéménites et quelques uns de ses compatriotes l’avaient surnommé "Qassem le missile" tant il était courageux, intrépide et proche des Yéménites. Zubeiri lui dit l’amour que les Yéménites portaient aux Egyptiens, l’estime que les réformistes avaient pour leur présence et leur considération extrême pour l’oeuvre grandiose qu’ils accomplissaient, aussi bien militaires que civils. Hélas !, trois fois hélas !, il advint que son Excellence le commandant prit l’idée d’arrêter Zubeiri et ses compagnons.

7Le Cheikh Abdallah Dhîbân et ses proches durent lui expliquer que c’était là quelque chose que l’on ne faisait pas à ses hôtes, qui en l’occurrence étaient des gens très connus dont l’arrestation causerait beaucoup d’ennuis. Le cheikh Abdallah Dhibân nous accompagna donc jusqu’aux limites de la zone d’influence de son Excellence le commandant. Nous en étions au troisième jour du voyage. Nous nous dirigeâmes vers le Jebel Bart et la tribu ash-Shama dhou Mohamed dont le chef était alors le capitaine Amîn b. Hassan Abou Ra’s. Nous voulions prendre appui sur un accord passé entre eux et Zubeiri, alors qu’il avait quitté Sanaa pour Bart, très irrité et très remonté contre ce qui se passait à Sanaa, contre la Présidence et contre les dirigeants arabes.

8Nous arrivâmes dans le wâdî al-Marachi, un des plus grands wâdîs du Yémen, et fîmes halte à la hauteur du village nommé "al-Kharab" (la ruine) dont le nom ancien était "al-Ma‘moura" (le bâti, le peuplé). Nous fîmes halte dans l’une des maisons des "cafetiers", nom que l’on donnait à cette époque à ceux chez qui descendaient les voyageurs. Al-Kharab est le village d’origine du grand savant al-Hamdani. L’un des Imams le détruisit, ce qui lui valut depuis lors son nom de "la ruine".

9De là, Zubeiri écrivit au capitaine Amîn Abou Ra’s et renvoya la voiture qui nous avait conduits car c’était une voiture de service. Il écrivit également un certain nombre de messages.

10Le jour suivant, nous louâmes des ânes pour nous porter ainsi que tout ce que la voiture contenait de petit matériel de travail, jusqu’à Bart. Nous montâmes les ânes pour notre plus grand bonheur. Zubeiri s’amusait et riait comme un enfant. Je le revois encore, les pans de sa sâya gonflés par le vent, ses manches brandies comme les manches à air des aéroports. En chemin, avant d’avoir rencontré le capitaine Amîn b. Hassan Abou Ra’s, Zubeiri s’écria : "On va leur annoncer la création d’un Parti de Dieu! Ca va leur faire l’effet d’une bombe !". "Et nous alors, ils vont se dire, on appartient au Parti de qui ?". Après avoir voyagé près d’une heure et demie, nous rencontrâmes le capitaine Amîn b. Hassan Abou Ra’s. Il avait amené des chameaux pour nous transporter de Kharab jusqu’à Bart. Nous montâmes un col dénommé le col de Suez. Cette appellation déclencha en moi de multiples interrogations. Notre étonnement ne fit que croître lorsque nous apprîmes qu’il existait à Bart une autre route appelée "Route du Nil". Je demandai si ces noms avaient été donnés récemment par les Egyptiens. On me répondit que non, qu’il s’agissait d’appellations anciennes. Nous arrivâmes à la maison qui nous avait été réservée par le capitaine et sa tribu. Zubeiri commença à recevoir les envoyés des tribus qu’elles soient pro-républicaines ou non. Nous écoutions les délégations, nous prônions la paix, la fraternité, la sécurité, et à la stabilité. Chaque jour qui passait et chaque délégation reçue nous confortaient dans l’idée que le problème se trouvait à Sanaa, qu’il était possible d’arrêter la guerre, que la révolution et un régime républicain correspondaient bien à l’espoir public, que l’éviction de la dynastie Hamîd Eddîn était réellement possible, et que l’on pouvait convaincre l’Arabie Saoudite de ne plus les soutenir. Nous étions unanimes : les erreurs étaient le fait de Sanaa. Le Premier ministre à cette époque était le général Hamoud al-Jâfi (Dieu ait son âme). C’était le gouvernement qu’avait formé Nasser et qui était venu avec lui du Caire le 11 dhou al-hijja de l’année 1384, c’est-à-dire 1964. En effet, les gens de la maison des Hamîd Eddîn et ceux qui sont avec eux n’ont aucun ancrage dans la région. Ils n’ont ni villes, ni forteresses, ni citadelles ni armées organisées à leurs ordres. Tout ce qu’ils ont, c’est l’argent et les armes qui leur parviennent de l’étranger. Et les tribus ne les ont accueillis qu’en vertu des nobles us et coutumes yéménites de l’hospitalité, en temps que voisins ou en temps qu’hôtes ou encore en temps que frères en religion. Elles profitaient des armes et de l’argent. Mais ce sont elles qui décidaient de se battre à leurs côtés ou, selon leur bon vouloir, de s’arrêter de combattre. De plus, elles ne combattaient que dans les limites de leurs frontières, pour défendre leur honneur. Quelque fois Bayt Hamîd Eddîn et les Cheikhs yéménites se déplaçaient dans d’autres régions pour les attaquer ou pour les défendre. Ils recrutaient des hommes étrangers aux tribus du nord ou de l’est, au Sud de Sanaa, tout particulièrement dans les régions d’Anis et Janân ou encore d’anciens soldats de l’Imam, passés aux républicains et qui avaient fait dans leur nouvelle armée l’objet de mauvais traitements ou de mépris.

11C’est ainsi que se renforça la détermination de Zubeiri et de ses compagnons de calmer la lutte et de prendre parti des inimitiés. Nous commençâmes à agir sous l’égide du "Parti de Dieu ". Nous rédigeâmes des communiqués adressés aux tribus et surtout à leurs chefs. Nous élaborâmes une carte d’identité du parti et décidâmes de tenir un petit congrès à Harf Sufyân, une wifqa selon l’expression des tribus et surtout selon l’expression du Capitaine Amîn Abou R’as. Le capitaine nous expliquait et nous détaillait nombre d’usages et de coutumes, de règles, ou présentait les pactes et les alliances existant entre les tribus. Nous découvrîmes ainsi les trésors des moeurs yéménites. Le Capitaine Amîn fit sienne cette invitation et envoya les messages en faveur de cette trêve entre les (tribus) Sufyan et les Dhou Mohamed, les Hâched, les Marhaba, les Al Sâlem. Il s’agissait notamment de rétablir des liens et de renforcer la collaboration entre les Dhou Mohamed et leurs voisins d’une part et entre ces tribus et tous les Hâched d’autre part. Il s’agissait également de susciter une manifestation nationale et l’organisation d’une rencontre indirecte avec le commandement égyptien dans le Harf, l’un des plus importants commandements du nord. Nous découvrîmes alors, nous les quatre civils, Zubeiri et ses compagnons, combien la société tribale recelait d’usages, de coutumes, de traditions. Nous fîmes connaissance à cette occasion avec l’un des systèmes les plus méticuleux de collecte de fonds, d’enrôlement et d’organisation des troupes et de répartition des tâches en temps de guerre comme en temps de paix.

12Notre admiration pour nos compatriotes et leurs montagnes ne fit que croître, en même temps que notre envie de vivre parmi eux et de leur être utiles. Zubeiri, ses compagnons et le Naqîb Amîn Abou Ra’s repartirent dans un splendide cortège d’automobiles, de chevaux, de chameaux, d’ânes et de mules.

13En vérité, cette wifqa eut des conséquences étonnantes : le Commandant "Qassem le missile", commandant de la région militaire de Harf, sous prétexte qu’ils s’étaient rendus chez Zubeiri et Abu Ra’s, suspendit les salaires qu’il versait à certains groupes ou à certains individus. Parmi eux se trouvaient... les futurs assassins de Zubeiri. C’est d’ailleurs cette suspension que ceux-ci mirent en avant pour expliquer leur ralliement à Qassem, arguant qu’ils avaient tenté de le faire revenir sur sa décision. (.../...)

Haut de page

Notes

1 Cf. F. BURGAT, "Le Yémen islamiste entre universalisme et insularité", in Le Yémen contemporain, Rémy LEVEAU, Franck MERMIER et Udo STEINBACH (dir), Karthala, Paris, 1999.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdelmalek Attaieb et François Burgat, « Mahmoud Zubeiri et la fondation du Parti de Dieu », Chroniques yéménites [En ligne], 6-7 | 1999, mis en ligne le 31 août 2007, consulté le 22 août 2017. URL : http://cy.revues.org/49 ; DOI : 10.4000/cy.49

Haut de page

Auteurs

Abdelmalek Attaieb

François Burgat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org