Navigation – Plan du site
Sociétés

Bilan et perspectives des recherches sur les langues sudarabiques modernes parlées au yémen

Marie-Claude Simeone-Senelle

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Introduction

2Les langues sudarabiques modernes sont au nombre de six : mehri, hobyot, harsusi, bathari, jibbali, soqotri1. Elles sont parlées de nos jours au sud de la Péninsule Arabique, par quelques 100.000 locuteurs, dans une aire géographique restreinte, au Yémen et dans le Sultanat d'Oman. Le mehri est parlé dans la province la plus à l'est du Yémen, le Mahra, et en Oman, dans le Dhofar. Le hobyot est la langue d'une petite communauté qui vit dans les montagnes à la frontière entre les deux pays, sur une étroite bande qui va de Hawf à Haberut. Le soqotri est une langue yéménite, celle des habitants des îles de Soqotra, de Abd-al-Kuri et Samha. Les trois autres sont des langues omanaises : le jibbali et le bathari sont parlés au Dhofar jusque sur la côte et dans les îles de la baie de Kuria-Muria, le harsusi est celle des Harâsis vivant dans le Jiddat al-Harâsis.

3Ces langues sémitiques appartiennent à la branche méridionale du sémitique occidental, comme les langues sudarabiques anciennes (celles des inscriptions) et les langues éthio-sémitiques parlées actuellement en Ethiopie et en Erythrée. Les langues sudarabiques modernes (= LSAM) sont restées inconnues jusqu'au milieu du dix-neuvième siècle.

4Intérêt des recherches sur les langues sudarabiques modernes

5En plus de l'intérêt que représente toute description de langues sans tradition d'écriture et très peu connues, considérées aussi comme langues en difficulté, voire en danger, l'étude des LSAM présente celui d'être indispensable à une meilleure connaissance du sémitique dans son ensemble, et de permettre à l'intérieur du sémitique occidental de mieux délimiter l'ensemble méridional. Les recherches doivent aussi aboutir à une meilleure évaluation du degré de parenté qui peut lier les langues anciennes et les modernes et de mieux mesurer les rapports du SAM avec l'arabe.2 La place du sudarabique moderne dans la famille sémitique est éminente car il présente aussi bien dans sa phonologie et sa phonétique que dans sa morphologie, sa syntaxe et son lexique des traits qui ont disparu des autres langues sémitiques et qui remontent au sémitique le plus ancien.

6La connaissance de ces langues éclairent non seulement des faits linguistiques encore obscurs dans les langues antiques mais aussi des phénomènes classés comme "anormaux" ou atypiques dans certains dialectes arabes parlés dans les régions où l'on peut penser qu'il y a eu un substrat sudarabique. Quand on sait l'influence qu'ont eue les dialectes yéménites sur l'arabisation de l'Afrique du Nord, on saisit mieux l'importance que revêt aussi une telle étude pour l'ensemble de la dialectologie de l'arabe.

7Cet intérêt ne se limite pas au seul domaine linguistique, il est doublé d'un intérêt historique : mieux connaître ces langues, c'est aussi mieux connaître l'histoire de la Péninsule, des mouvements de ses populations, des contacts qui se sont établis entre elles, c'est aussi mieux cerner l'importance et la diffusion de leur culture. Enfin, il ne faut pas passer sous silence l'utilité pédagogique de telles recherches, la compréhension des structures de la langue maternelle aide à comprendre les difficultés et à faciliter l'apprentissage de l'arabe, langue seconde, par les enfants de langue maternelle sudarabique.

8Les données dont nous disposons à ce jour

9Une des difficultés à laquelle se heurte la recherche sur ces langues est l'absence de tout document jusqu'en 1835, date de la découverte d'une première langue ; celle des quatre autres va s'étaler sur un siècle, enfin une sixième sera découverte en deux temps en 1970 puis en 1983.

10Premières attestations

11Les langues sudarabiques parlées n'étaient pas ignorées des savants arabes : dans sa Sifat JazIratal-`Arab, qui date du Xème siècle de l'ère chrétienne, donc peu de temps après les dernières inscriptions en langues sudarabiques antiques, al-Hamdßni mentionne les Mahra (par ce terme générique, il désigne tous ceux qui étaient de langue sudarabique) et fait allusion à leur parler incompréhensible qui les fait passer pour des étrangers. Savoir que ces langues existaient ne signifie pas qu'elles étaient connues et qu'elles ont été l'objet d'études. Nous savons que la science linguistique arabe, pour des raisons culturelles, religieuses et historiques, s'est intéressée uniquement à l'arabe ; nous ne possédons donc jusqu'au XIXème siècle aucune donnée tangible sur ces langues telles qu'elles étaient parlées.

12Premières découvertes de trois des langues

13En 1835, les savants européens découvrent qu'une langue sudarabique est parlée à leur époque quand ils lisent le petit mémoire sur l'île de Soqotra dans lequel Raymond James Wellsted, officier de l'armée britannique des Indes, publia dans le "Memoir on the Island of Socotra", une liste lexicale de 236 mots ou expressions dans la langue de l'île (transcrits en alphabet latin, en alphabet arabe et traduits en anglais et en arabe).3 Trois ans plus tard, les membres de la Société Asiatique de Paris, ont accès aux premières données de jibbßli (sous le nom du dialecte e©kili) grâce à Fulgence Fresnel,4 consul de France à Jeddah, qui a l'occasion de travailler avec un locuteur originaire du Dhofar. En 1840, ce sont 37 mots publiés par Wellsted dans le tome 2 de son ouvrage Travels to the city of the Caliphs qui font découvrir le mehri.

14Naissance des études sur le sudarabique moderne : la Südarabische Expedition

15La date marquante pour les études scientifiques des trois langues sudarabiques modernes alors découvertes est celle de 1898, date du départ de l'Expédition Sudarabique de l'Académie Impériale de Vienne (en Autriche). Parmi les savants qui participent à cette expédition, certains entreprennent par écrit des relevés de textes en sudarabique (soqoTri, mehri et jibbßli (dans une variété dialectale dénommée ¯hawri) et en arabe dialectal du Hadramawt. Il existe même quelques enregistrements faits à Vienne au début de ce siècle, qui ont valeur de documents. Ces textes sont transcrits avec grand soin en alphabet latin, avec les symboles d'écriture propres aux sémitisants de l'époque, et traduits en allemand. Un même texte est parfois donné dans plusieurs versions (mehri, soqoTri, ¯hawri et arabe du Hadramawt). Ces textes, dus aux travaux de A. Jahn, D.-H. Müller et W. Hein, mettent en évidence la richesse et la vitalité de la littérature orale des trois langues. Le millier de pages qui sont publiées entre 1902 et 1909 constituent la première bibliothèque en sudarabique et les premières archives écrites (et dans une moindre mesure orales, avec les enregistrements de Vienne) sur les langues sudarabiques modernes connues à l'époque et aussi sur les populations qui les parlent ; elles nous donnent une image de leurs sociétés il y a un siècle.

16Ce sont ces textes qui sont la base des études grammaticales de M. Bittner (1911-1918) et de E. Wagner (1953) et d'un dictionnaire (Leslau, 1938). On peut dire qu'ils sont le fondement des études de sudarabique moderne. Le Lexique soqoTri de W. Leslau (1938) reste le seul dictionnaire de soqoTri existant à ce jour, il repose entièrement sur les textes relevés au début du siècle par Müller et publiés entre 1902 et 1907.

17Les autres langues

18Dans les années qui suivent les travaux des Viennois, en 1929, deux autres langues sont découvertes : le harsusi et le bathari, par B. Thomas qui en publie en 1937 un corpus de mots, phrases et expression avec commentaires, accompagné de données sur le mehri et le jibbâli.

19Epoque contemporaine

20La deuxième moitié du 20ème siècle est marquée par les travaux plus proprement linguistiques de T.M. Johnstone qui concernent essentiellement les langues d'Oman, harsusi, jibbâli et mehri du Dhofar. Il est également le premier à mentionner le nom d'une langue jusqu'alors inconnue : le hobyot, parlée dans le Dhofar. La bibliographie de ce savant comporte trois dictionnaires (1977, 1981, 1987), de très nombreux articles, dont certains utilisent les données recueillies par Johnstone sur le terrain à Soqotra ; n'apparaissent pas les très nombreux textes recueillis par Johnstone en Oman, dont 103 en mehri du Dhofar qui sont en train d'être édités et annotés, plus de quinze ans après la mort de T.M. Johnstone, par Harry Stroomer.5

21Ch. Matthews (1969), Morris (1983, 1985), Nakano (1986) se sont intéressés aussi aux langues sudarabiques modernes mais ces recherches concernent presque exclusivement les langues parlées dans le sultanat d'Oman. M. Morris a relevé les premiers mots de hobyot du Dhofar qui ont été intégrés dans le Mehri Lexicon de Johnstone (1987).

22On remarque que les recherches linguistiques à partir d'enquêtes de terrain sur les langues sudarabiques parlées au Yémen : soqotri, mehri du Mahra ont été "délaissées" durant cette période qui va de 19026 aux années 70. En 1967, T.M. Johnstone a effectué une mission sur l'île de Soqotra. Naumkin, depuis la fin des années 70, a séjourné plusieurs fois sur l'île et a visité les deux îlots de Abd-al-Kuri et Samha. Anthropologue, son travail sur la population soqotri et sa culture l'a amené tout naturellement à s'intéresser à la langue. Ses ouvrages (dont l'un (1981) avec V. Porkhomovskij, linguiste) contiennent à la fois du corpus de littérature orale, du lexique, une transcription phonétique commentée, des commentaires linguistiques, mais l'ensemble a une approche plus ethnolinguistique que linguistique. Quant au hobyot, on ignora jusqu'en 1985 que c'était une langue et qu'elle était aussi parlée du côté yéménite.

23Les recherches centrées sur les LSAM parlées au Yémen ont été entreprises de façon intensive par la Mission française d'enquête linguistique au Sud-Yémen (MFELSY), créée en 1982.7 Comme son nom l'indique, cette mission a été chargée d'étudier les langues sudarabiques parlées au Yémen, à partir d'enquêtes sur le terrain, dans le Mahra et dans l'île de Soqotra.8

24Etat des recherches sur les langues du Yemen

25En ce qui concerne plus précisément les LSAM du Yémen, depuis 1982, les recherches ont porté sur tous les domaines de la langue.

26Seuls quelques points forts de ces recherches seront évoqués ici (pour les détails, voir les références bibliographiques).

27En phonologie

28La confirmation de la réalisation glottalisée des consonnes corespondant aux emphatiques de l'arabe est un point important. L'existence de ces consonnes éjectives dans d'autres langues du même groupe, les langues éthio-sémitiques parlées en Ethiopie et en Erythrée, a souvent été attribuée à un phénomène de substrat ou de contacts avec des langues africaines ; leur existence en sudarabique moderne permet de reconstituer une série éjective (et non vélaire) en sémitique commun. A été confirmée aussi l'existence d'un phonème ° (chuintante éjective, existant dans certaines langues éthio-sémitiques), surnuméraire par rapport au système de l'arabe (cf. Lonnet et Simeone-Senelle, 1983 et Simeone-Senelle, 1991b, 1997a). En soqotri, l'existence, dans le système phonologique d'un dialecte non décrit jusque-là (celui de Qalansiya), de la fricative vélaire sonore ghayn a permis de revoir la thèse selon laquelle le ghayn du soqotri était un développement secondaire. En effet, ce phonème était absent du système phonologique des dialectes sur lesquels reposaient les descriptions.

29
Le système verba

30

31Il a été étudié en détail aussi bien du point de vue morphologique que du point de vue morpho-syntaxique et sémantique (Cf. Lonnet, 1993, 1994 ; Simeone-Senelle, 1993, 1998a).

32Présentation des caractéristiques des langues sudarabiques

33Un article de synthèse présentant les principales caractéristiques des LSAM a été publié dans un ouvrage général sur les langues sémitiques (cf. Simeone-Senelle, 1997a), il complète la présentation de Johnstone (1975b) à la lumière des résultats des recherches menées entre 1982 et 1997 sur les langues du Yémen.

34Dialectologie et sociolinguistique

35Pour les trois langues du Yémen, les recherches ont porté sur la détermination des caractéristiques dialectales, la délimitation des aires dialectales, les rapports entre les différentes langues, et les différents dialectes d'une même langue. Une dialectologie aussi riche que diversifiée a été mise à jour. L'aire linguistique du mehri a pu être mieux définie quant à ses frontières sud-ouest. A la lumière des enquêtes menées en 1997 et 1998, il apparaît que la rive est du wadi Masila en constitue la frontière actuelle. Il s'agit d'un net recul de l'extension de la langue par rapport aux données de Johnstone qui étendait la zone du mehri jusqu'à Mukalla, dans les années 70.

36Une meilleure appréciation de la situation linguistique des langues, très précaire pour certaines d'entre elles, en a résulté (cf. Simeone-Senelle, 1998b).

37Recueil de textes oraux

38Les textes (recettes, récits techniques, biographies, récits historiques, légendes, contes, berceuses, poèmes, dont des poésies incantatoires à visée thérapeutique...) qui permettent de saisir la langue comme moyen de communication dans sa pratique quotidienne et dans ses emplois littéraires, ont fait l'objet de nombreux relevés. Un certain nombre d'entre eux ont été publiés avec leurs commentaires linguistiques (Simeone-Senelle, Lonnet et Mohamed-Bakheit, 1984 ; Lonnet et Simeone-Senelle, 1987 ; Lonnet, Simeone-Senelle et Mohamed-Bakheit, 1988 ; Simeone-Senelle, 1995a). Un ouvrage consacré uniquement aux textes en mehri du Yémen va être publié chez Harrrassowitz (Simeone-Senelle avec Mohammed Bakheit).

39Les recherches dans ce domaine en soqotri ont révélé une grande vitalité de la poésie en langue soqotri. De nombreux poèmes, entrant dans des joutes échangées par cassette audio interposées entre les poètes sur l'île et ceux de l'émigration (dans les Emirats), ont été enregistrés, transcrits, traduits et commentés sur place avec des informateurs de langue soqotri en 1996, 1997 et 1998 et vont faire l'objet d'une publication.

40Découverte et description du hobyot parlé au Yémen

41Cette découverte constitue un autre point fort des recherches menées au Yémen. Lorsque Johnstone (1981 : xii) mentionne le hobyot au Dhofar, il rapproche ce parler d'un dialecte jibbali occidental en précisant qu'il semble posséder des éléments jibbali et mehri. Les recherches menées d'abord par les deux membres de la Mission Française, lorsqu'ils découvrent la langue au Yémen (1983) et enquêtent en région hobyot (1985, 1989, 1991), puis celles menées dans cette même région et à al-Ghayda par moi-même, permettent de reconnaître au hobyot un statut de langue. En tenant compte d'une part, de la conscience des locuteurs de la langue et de celle des locuteurs de mehri en contact, et, d'autre part, des particularismes linguistiques (phonétiques, morphologiques et syntaxiques aussi bien que lexicaux) qui distinguent le parler à la fois du mehri et du jibbali. Des variantes dialectologiques ont pu être repérées, en fonction des contacts avec les autres langues de la région (le jibbali et le mehri du Dhofar ou du Yémen, dans sa variété mÍhriyOt). D'un point de vue sociolinguistique, il est évident que la langue parlée par une petite communauté de pasteurs semi-nomades, est de toutes les langues SAM la plus menacée à courte échéance.

42Priorites et perspectives

43Il est inutile de repréciser ici les facteurs qui permettent à l'arabe d'influencer de plus en plus la langue maternelle des sudarabophones et qui restreignent à la fois l'aire géographique et les domaines d'utilisation des langues locales (cf. Simeone-Senelle, 1998b), ce sont des facteurs partagés par de nombreuses langues de minorités linguistiques dans les régions où les langues maternelles ne sont pas officielles et ne sont pas enseignées.

44Par contre, il me semble utile et important, avant de présenter les domaines qui restent à approfondir, voire à découvrir, d'insister sur l'urgence qu'il y a à sauver de l'oubli des traditions qui remontent à la plus haute antiquité de la Péninsule Arabique et qui se manifestent encore dans une littérature orale et des pratiques que le monde moderne est appelé à effacer de plus en plus rapidement. Leur disparition va de pair avec celle de la langue, support de cette culture. C'est dans son environnement quotidien que le locuteur a ses points de référence, qu'il utilise son parler le plus spontané, dénué d'hypercorrections ou de surveillance de sa part. Ce ne peut être le cas dans un autre environnement où l'attitude des locuteurs d'un autre parler (surtout quand il s'agit d'un parler villageois par rapport à un parler bédouin, ou d'une variété dialectale plus prestigieuse) induit souvent des remaniements de la pratique linguistique qui perd ainsi sa spontanéité, gommant certaines caractéristiques dialectales et faussant l'étude. Seules les enquêtes sur le terrain, in situ, permettent de recueillir des données fiables pouvant être soumises à une analyse scientifique.

45Au vu des résultats déjà obtenus, on peut donc dégager un certain nombre de priorités pour les recherches à mener dans les années qui viennent :

46Collecte de textes oraux

47L'analyse et la description linguistiques ne pouvant reposer que sur la langue comme instrument de communication entre les hommes dans leurs activités quotidiennes et culturelles, il est primordial de recueillir un grand nombre de textes représentant divers niveaux de langues, auprès de personnes de sexe, d'âge différents, appartenant à des catégories socio-professionnelles variées. Sur la vie quotidienne, ce sont des discours spontanés, des discussions, des recettes, des explications de techniques traditionnelles et modernes ; en littérature orale : des contes, épopées, autobiographies, récits historiques et mythiques, proverbes, énigmes, anecdotes, poèmes). On a pu remarquer que certains domaines de la littérature orale sont affectés plus rapidement que d'autres par l'appauvrissement, c'est le cas en particulier (sauf rares exceptions, cf. ci-dessus) de celui de la poésie qui est devenue hermétique aux jeunes générations.

48Sociolinguistique et géographie linguistique

49Il est nécessaire d'avoir une meilleure appréciation du nombre de locuteurs pour chacune des langues parlées au Yémen, en même temps qu'une plus grande précision des frontières linguistiques du mehri au nord et nord-est du Mahra : est-ce Thamud ou bien la limite est-elle plus septentrionale et surtout plus mouvante, avec les bédouins de langue mehri qui se déplacent dans le Rub` al-Khâli ?

50Dialectologie

51La répartition des dialectes mehri du Yémen en deux grands groupes (mehri occidental et oriental) demande à être affinée. En effet, si les dialectes de toute la côte, entre Sayhut et Hawf, ont fait l'objet l'étude, les dialectes de l'intérieur sont insuffisamment explorés (excepté quelques données de l'arrière pays de Qishn et de la région de Mar'ayt), voire sont inconnus. Ces parlers de l'intérieur sont des parlers bédouins, plus isolés, sans rapport régulier avec l'arabe ; ils nous renseignent sur un autre état de langue et peuvent éclairer les évolutions qu'ont subies les parlers villageois plus "novateurs".

52Une description intensive des dialectes soqotri des deux îlots (`Abd-al-Kûri et Samha) devrait permettre de classer ces deux dialectes par rapport aux dialectes de Soqotra et peut-être de résoudre les mystères des poèmes relevés par Naumkin qu'il n'a pu traduire dans leur totalité. D'une manière plus générale, la dialectologie du soqotri est à reconsidérer à la lumière des enquêtes de ces dernières années et de celles qui seraient menées dans les zones les plus inaccessibles de l'île (comme celles situées sur les hauteurs des monts Hagher). Un système phonologique des voyelles, prenant en compte les dialectes, reste à établir pour le soqotri.

53Comparaison

54La comparaison entre les textes relevés dans la deuxième moitié du siècle avec ceux recueillis par les savants viennois permettra aussi une approche diachronique de l'évolution de ces langues sur un siècle.

55Enfin, les situations linguistiques qui prévalent aux marges d'un domaine rendent particulièrement intéressantes les recherches sur les dialectes mehri parlés aux frontières de l'aire mehri, ainsi que celles sur le dialecte soqotri des pêcheurs de `Abd-al-Kûri en contact régulier avec l'arabe du Hadramawt.

56La mise en parallèle des divergences, des évolutions et des ressemblances dégagées à partir des études intensives et extensives des dialectes des différentes langues, à des époques différentes, doit permettre en effet de mieux évaluer le degré de divergence et la profondeur historique de cette différenciation, à partir de ce qu'on peut penser être un tronc commun.

57Conclusion

58Ces recherches linguistiques ne peuvent être profitables que dans une optique pluridisciplinaire qui permet de confronter les résultats, d'établir des comparaisons, d'aborder la reconstruction pouvant amener à une vue plus précise de ce que pouvait être un "proto-sudarabique". Cela nécessite une collaboration étroite entre les spécialistes des langues anciennes et les linguistes travaillant sur les langues modernes ; de même que le travail sur la langue ne pouvant se faire hors-contexte, les données linguistiques doivent aussi être nourries des découvertes archéologiques et des recherches anthroplogiques, ethnologiques et historiques concernant la région et les peuples qui y vivent.

Haut de page

Bibliographie

Remarque : Ne sont repris ici que les ouvrages et articles concernant les langues sudarabiques modernes parus après 1946 (excepté ceux cités dans l'article ci-dessus). Pour les travaux publiés avant cette date , voir :

Leslau, Wolf. 1946. "Modern South Arabian Languages. A Bibliography", Bulletin of the New York Public Library, 50/8 : 29 p.

Al-Aidaroos, Mustafa Zein. 1996. “An Introduction to the Mehri Tongues”, Journal of Social Sciences and Humanities, Vol. 1. Nr. 1 (June 1996).

Appleyard, David L. 1996. Ethiopian Semitic and South Arabian: towards a re-examination of a relationship, Israel Oriental Studies. Studies in Modern Semitic Languages, XVI : 203-228. S. Izre'el. and S. Raz (eds). Leiden - New York - Köln, E.J. Brill.

Arnold, Werner. 1993. “Zur Position des Hobyot in den neusüdarabischen Sprachen”, ZAL, 25 : 17-24.

Bittner, Maximilian. 1908/9. Studien zur Laut- und Formenlehre der Mehri-Sprache in Sudarabien. I. Zum Nomen im engeren Sinne. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1910. Studien zur Laut- und Formenlehre der Mehri-Sprache in Sudarabien. II. Zum Verbum. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1913. Studien zur Laut- und Formenlehre der Mehri-Sprache in Sudarabien. III. zum Pronomen und zum Numerale. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1913. Vorstudien zur Grammatik und zum Wörterbuche der SoqoTri-Sprache I. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1914. Laut- und Formenlehre der Mehri-Sprache in Südarabien. V. (Anhang.) Zu ausgewählten Texten. 1. Nach den Aufnahmen von D.H. Müller. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1914. Studien zur Laut- und Formenlehre der Mehri-Sprache in Sudarabien. IV. Zu den Partikeln. (Mit Nachträgen und Indices). Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1915. Laut- und Formenlehre der Mehri-Sprache in Südarabien. V. (Anhang.) Zu ausgewählten Texten. 3. Kommentar und Indices. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1915. Laut- und Formenlehre der Mehri-Sprache in Südarabien, V. (Anhang.) Zu ausgewählten Texten. 3. Nach den Aufnahmen von A. Jahn und W. Hein. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1916. Studien zur Šhauri-Sprache in den Bergen von Dofâr am Persischen Meerbusen. I. Zur Lautlehre und zum Nomen in engeren Sinne. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1917. Studien zur Šhauri-Sprache in den Bergen von Dofâr am Persischen Meerbusen. III. Zu ausgewählten texten. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1917. Studien zur Šhauri -Sprache in den Bergen von Dofâr am Persischen Meerbusen. IV. Index (Šhauri-deutsches Glossar) und Nachträge zu den Texten von D.H. Müller (Textekritische Note nach den ersten Aufnahmen).Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1918. Vorstudien zur Grammatik und zum Wörterbuche der SoqoTri-Sprache, II. Das Märchen vom Aschenputtel in den drei Mahra-Sprachen (SoqoTri, Mehri und Šhauri). Eine sprachvergleichende Studie.Wien, Alfred Hölder.

Cohen, David. 1974."La forme verbale à marques personnelles préfixées en sudarabique moderne", IV Congresso Internazionale di Studi Etiopici. Roma 1972. Vol. 2.

­­­. 1988. "Le sudarabique moderne", Les langues dans le monde ancien et moderne. Les langues chamito-sémitiques, J. Perrot (dir.). Paris, CNRS : 127-131.

Dostal, Walter. 1967. Die Beduinen in Südarabien. Eine ethnologische Studie zur Entwicklung der Kamelhirtenkultur in Arabien.. Wien, Ferdinand Berger & Söhne.

Hein, Wilhelm. 1909. Mehri- und HaDrami-Texte gesammelt im Jahre 1902 in Gischin, bearbeitet und herausgegeben von Dav. Heinr. Müller.Wien, Alfred Hölder.

Jahn, Alfred. 1902. Die Mehri-Sprache in Südarabien. Texte und Wörterbuch. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1905. VI. Grammatik der Mehri-Sprache in Südarabien. Wien, Alfred Hölder.

Johnstone, Thomas Muir. 1968. “The Non-occurence of a t- Prefix in certain Socotri verbal Forms”, BSOAS, 31/3 : 515-525.

­­­. 1970a. “A Definite Article in the Modern South Arabian Languages”, BSOAS, 33/2 : 295-307.

­­­. 1970b. “Dual Forms in Mehri and Harsusi”, BSOAS, 33/3 : 501-512.

­­­. 1972. “The Language of Poetry in Dhofar”, BSOAS, 35/1 : 1-17.

­­­. 1973. “Diminutive Patterns in the Modern South Arabian Languages”, Journal of Semitic Studies, 18/1 : 98-107.

­­­. 1974. “Folklore and Folk Literature in Oman and Socotra”, Arabian Studies, 1 : 7-24.

­­­. 1975a. “Oath-talking and Vows in Oman”, Arabian Studies, 2 : 7-17.

­­­. 1975b. “The Modern South Arabian Languages”, Afro-Asiatic Linguistics, 1/5 : 93-121.

­­­. 1975c. Contrasting Articulations in the Modern South Arabian Languages, Hamito-Semitica, J. and T. Bynon (eds) : 155-159.

­­­. 1976. “Knots and Curses”, Arabian Studies, 3 : 79-83.

­­­. 1977. HarsVsi Lexicon and English-Harsusi Word-List. London, Oxford University Press.

­­­. 1978. “A St. George of Dhofar”, Arabian Studies, 4 : 59-65.

­­­. 1980a. “The Non-occurence of a t- Prefix in Certain Jibbßli Verbal Forms”, BSOAS, 43/3 : 466-470

­­­. 1980b. “Gemination in the Jibbßli Language of Dhofar”, ZAL, 4 : 61-71.

­­­. 1981. Jibbßli Lexicon. London, Oxford University Press.

­­­. 1983. "The System of Enumeration in the South Arabian Languages", Arabian and Islamic Studies. Articles Presented to R.B. Serjeant, R. L. Bidwell and G. R. Smith (eds). London : 225-228.

­­­. 1984. "New Sibilant Phonemes in the Modern South Arabian Languages of Dhofar", Current Progress in Afro-Asiatic Linguistics. The Third International Hamito-Semitic Congress : 389-390.

­­­. 1986. "MahrI", Encyclopédie de l'Islam, n.e. Leiden, Brill : 82-83.

­­­. 1987. Mehri Lexicon and English-Mehri Word-List, with Index of the English Definitions in the Jibbali Lexicon, compiled by G. Rex Smith. London, SOAS.

Leslau, Wolf. 1938. Lexique soqotri (sudarabique moderne) avec comparaisons et explications étymologiques. Paris, Klincksieck.

Lonnet, Antoine. 1985. "The Modern South Arabian Languages in the P.D.R. of Yemen", Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 15 : 49-55.

­­­. 1987. "RßbVt : Trance and Incantations in Mehri Folk Medicine", Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 17 : 107-115.

­­­. 1991. "La découverte du sudarabique moderne : le Ehhkili de Fresnel (1838)", Matériaux Arabes et Sudarabiques, n.s. 3 : 15-89.

­­­. 1993.“Quelques résultats en linguistique sudarabique moderne”, Quaderni di Studi Arabi, 11 : 37-82.

­­­. 1994. "Le verbe sudarabique moderne : hypothèses sur des tendances", Matériaux Arabes et Sudarabiques, n.s. 6 : 213-255.

Lonnet, Antoine et Marie-Claude Simeone-Senelle. 1983. “Observations phonétiques et phonologiques sur les consonnes d'un dialecte mehri”, Matériaux Arabes et Sudarabiques, 1: 187-218.

­­­. 1997. "La phonologie des langues sudarabiques modernes" [données relevées jusqu'en 1991], Phonologies of Asia and Africa (Including the Caucasus), A. S. Kaye (ed.) Winona Lake, Indiana, Eisenbrauns, vol. 1 : 337-372.

Lonnet Antoine, Simeone-Senelle Marie-Claude et Sabri Mohamed-Bakheit. 1988. “Un avatar sudarabique d'Abû Nuwâs”, Cahiers de Littérature orale, La tradition au présent (Monde arabe) : 219-231.

Matthews, Charles D. 1967-1970. "On the Borders of the Sands", University of South Florida Language Quaterly, 6/1-2 : 39-47; 6/3-4 : 7-12; 7/1-2 : 41-48 ; 7/3-4 : 43-48; 8/1-2 : 43-47 ; 8/3-4 : 11-19.

­­­. 1969. "Modern South Arabian Determination. A Clue Thereto from Shahri", Journal of Oriental and African Studies, 89 : 22-27.

Morris, Miranda. 1983. “Some Preliminary Remarks on a Collection of Poems and Songs of the Batahirah”, Journal of Oman Studies, 6/1 : 129-144.

­­­. 1985. "A Poem in Jibbßli", Journal of Oman Studies, 7 : 121-130.

Müller, Dav. Heinr. 1902. Die Mehri- und SoqoTri-Sprache. I. Texte. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1905. Die Mehri- und SoqoTri-Sprache. II. SoqoTri -Texte. Wien, Alfred Hölder.

­­­. 1907. Die Mehri- und Soqot.ri-Sprache. III. Šhauri-Texte. Wien, Alfred Hölder.

Nakano, Aki'o. 1986. Comparative Vocabulary of Southern Arabic - Mahri, Gibbali and Soqotri. Tokyo, Institute for the Study of the Languages and Cultures of Asia and Africa.

Naumkin, V.Vitaly. 1988. Sokotrijcy, istoriko-etnograficekij ocerk [The Soctrans: A Historical and ethnographical Study]. Moscou, Nauka.

­­­. 1993. Island of the Phoenix. An ethnographic Study of the People of Socotra. Reading.

Naumkin, V.V. et V. Ja. Porkhomovskij. 1981. Ocerki po etnolingvistike sokotry [Essays on Ethnolinguistics of Socotra]. Moscou, Nauka.

Pennacchietti, Fabrizio. 1969. "Un articolo prepositivo in neosudarabico", RSO, 44 : 285-293.

Petracek, Karel. 1986. "Pour une stratigraphie linguistique de la péninsule Arabique", Sulmu. International Conference of Socialist Countries (Sept. 30 - Oct. 3, 1986). Prague Charles University 15 p.

Simeone-Senelle, Marie-Claude, 1991a. "Notes sur le premier vocabulaire soqotri: le Mémoire de Wellsted (1835). Première partie", Matériaux Arabes et Sudarabiques, n.s. 3 : 91-135.

­­­. 1991b. "Récents développements des recherches sur les langues sudarabiques modernes", Fifth International Hamito-Semitic Congress, 1987. Vienna, Beiträge zur Afrikanistik : 321-337.

­­­. 1992. "Notes sur le premier vocabulaire soqotri : le Mémoire de Wellsted (1835). Deuxième partie", Matériaux Arabes et Sudarabiques, n.s. 4 : 13-82.

­­­. 1993. "L'expression du futur dans les langues sudarabiques modernes", Matériaux Arabes et Sudarabiques, n.s. 5 : 249-278.

­­­. 1994a. "La négation dans les langues sudarabiques modernes", Matériaux Arabes et Sudarabiques, n.s. 6 : 249-278.

­­­. 1994b. "Suqutra : parfums, sucs et résines", Saba, 2 : 9-17.

­­­. 1994c. "Aloe and Dragon's Blood, some Medicinal and Traditional Uses on the Island of Socotra", New Arabian studies, 2 : 186-198.

­­­. 1995a. "ncantations thérapeutiques dans la médecine traditionnelle des Mahra du Yémen", Quaderni di Studi Arabi, 13 : 131-157.

­­­. 1995b. "Magie et pratiques thérapeutiques dans l'île de Soqotra; le médecin-guérisseur", Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 25 : 117-126.

­­­. 1996. "The SoqoTri Language : Situation and Presentation", First International Scientific Symposium on Socotra Island : Present and Future, Aden 24-28 March 1996. Aden : Publications of the University of Aden.

­­­. 1997a. "The Modern South Arabian Languages", The Semitic Languages, R. Hetzron (ed.). London, Routledge : 379-423.

­­­. 1997b. "SuKuTra. 3. Language", Encyclopaedia of Islam, Leiden, Brill : 809-811. Version française : " SuKuTra. Langue", Encyclopédie de l'Islam. Leiden, Brill : 844-845.

­­­. 1998a. "La dérivation verbale dans les langues sudarabiques modernes", Journal of Semitic Studies (XLIII/1) : 71-88.

­­­. 1998b. "Les langues sudarabiques modernes: des langues sémitiques en danger ?", 16th International Congress of Linguistics 20-25 July 1997, B. Caron (ed.). London : Pergamon, paper N°0449.

­­­. 1998c. "The SoqoTri Language", Studies on the Island of Soqotra, H. Dumont (ed.). New York, United Nations Publications : 309 - 321.

Simeone-Senelle, Marie-Claude, avec la collaboration de Sabri Mohammed Bakheit. [à paraître]. La langue mehri du Yémen. Textes et commentaires linguistiques. Wiesbaden, Harrassowitz.

Simeone-Senelle, Marie-Claude et Antoine Lonnet. 1986. "Lexique des noms des parties du corps dans les langues sudarabiques modernes. Première partie : la tête", Matériaux Arabes et Sudarabiques, 3 : 259-304.

­­­. 1988-89. "Lexique des noms des parties du corps dans les langues sudarabiques modernes. Deuxième partie : les membres", Matériaux Arabes et Sudarabiques, n.s. 2 : 191-255.

­­­. 1991. "Lexique soqotri : les noms des parties du corps", Semitic Studies in honor of Wolf Leslau on the occasion of his 85th birthday, November 14th, 1991, A. S. Kaye (ed.). Wiesbaden, II : 1443-87.

­­­. 1992. "Compléments à Lexique soqotri : les noms des parties du corps", Matériaux Arabes et Sudarabiques, n.s. 4 : 85-108.

Simeone-Senelle, Marie-Claude et Martine Vanhove. 1997. "La formation et l'évolution d'auxiliaires dans des langues sémitiques (langues sudarabiques modernes et maltais)", Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, Tome V. Grammaticalisation et Reconstruction : 85-102.

Simeone-Senelle, Marie-Claude, Lonnet Antoine et Sabri Mohamed-Bakheit. 1984. “Histoire de Said, Saida, la méchante femme et l'ange”, Matériaux Arabes et Sudarabiques, 3 : 237-268.

Stroomer, Harry. 1996. "Mehri texts collected by the late Professor T.M. Johnstone", Israel oriental Studies. XVI. Studies in Modern Semitic Languages, S. Izre'el. and S. Raz (eds). Leiden. New York. Köln, E.J. Brill, XVI : 271-288.

­­­. [sous presse]. Mehri Texts from Oman. The Collection of the late Professor T.M. Johnstone. Wiesbaden, Harrassowitz.

Testen, David. 1992. "The Loss of the Person-marker t- in Jibbali and Socotri", BSOAS, 55 : 445-450.

Thomas, Bertram. 1937. "Four Strange Tongues from South Arabia. The Hadara Group", Proceedings of the British Academy, 23 : 239-331.

Wagner, Edwald. 1953. Syntax der Mehri-Sprache unter Berücksichttigung auch der anderen neusüdarabischen Sprachen. Berlin, Akademie-Verlag.

­­­. 1959. "Der Dialekt von 'Abd-el-KVrI", Anthropos, 54, 2/3 : 475-486.

­­­. 1993. "Gedanken zum Verb des Mehri aufgrund der neuen Materialen von T.M. Johnstone", ZAL, 25 : 316-339.

Wellsted, James Raimond. 1835a."Report on the Island of Socotra", The Journal of the Asiatic Society of Bengal, iv / 39. March 1835 : 138-166.

­­­. 1835b. "Memoir on the Island of Socotra", The Journal of the Royal Geographical Society of London, v : 129-229.

­­­. 1840. Travels to the City of the Caliphs. London.

Haut de page

Notes

1 [mehri], [hobiyot], [harsusi], [bathari], [gibbâli], [sakatri].
2 Il faut rappeler que, en l'état actuel de nos connaissances, rien ne permet de voir dans les langues modernes les descendantes en droite ligne des langues anciennes. D'autre part, il faut préciser que les différences linguistiques sont telles avec l'arabe qu'il n'y a pas d'intercompréhension possible entre arabophones et sudarabophones, même s'ils sont en contact depuis des temps très reculés.
3 Cf. Wellsted, 1835, et la présentation commentée de cette première liste dans Simeone-Senelle, 1991a et 1992.
4 Cf. Lonnet, 1991.
5 Cf. ci-dessous Références Bbibliographiques : Stroomer (1996 et [sous presse]).
6 1902 est la date de la parution des textes de Jahn et celle du séjour de W. Hein (fin janvier - fin mars 1902) à Qishn, ses textes n'ont été publiés qu'après sa mort en 1909.
7 Sur proposition et invitation de l'Université d'Aden. Cette mission, devenue en 1990 Mission d'enquête sur les langues du Yémen - (Section Sudarabique Moderne), a fonctionné de 1982 à 1991 avec deux chercheurs (A. Lonnet et moi-même) ; à partir de cette date, chacun a mené ces recherches indépendamment et j'ai alors effectué seule mes missions sur le terrain, dans le Mahra et à Soqotra.
8 La Mission a eu aussi par la suite une section consacrée aux dialectes arabes du Yémen.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claude Simeone-Senelle, « Bilan et perspectives des recherches sur les langues sudarabiques modernes parlées au yémen », Chroniques yéménites [En ligne], 6-7 | 1999, mis en ligne le 07 octobre 2002, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cy.revues.org/48 ; DOI : 10.4000/cy.48

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Simeone-Senelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org