Navigation – Plan du site
Ecritures

Les langues en Erythrée

Marie-Claude Simeone-Senelle

Entrées d’index

Mots-clés :

linguistique

Géographique :

ERI

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Panorama de la situation linguistique en Erythrée

1Après une guerre qui a duré trente ans, la plus longue qu’ait connue le continent africain, l’Erythrée a accédé à l’indépendance en mai 1993. L’Etat érythréen a désormais trois langues officielles qui sont aussi des langues de travail : le tigrigna, l’arabe et l’anglais. Les citoyens appartiennent à neuf ethnies nationales différentes, chacune ayant sa propre langue maternelle (ou langue vernaculaire). Deux langues servent de langues de communication (ou langues véhiculaires) : l’arabe (dans une variété parlée spécifique) et, à un degré moindre, le tigrigna. Selon leurs fonctions et leur statut institutionnel, les langues en Erythrée peuvent donc être réparties en trois groupes : les langues officielles, les langues vernaculaires et les langues véhiculaires.

2Dans la deuxième moitié du XXe siècle, la situation linguistique en Erythrée a été profondément modifiée en raison de la colonisation, des famines, des guerres que le pays a dû affronter. Pendant la guerre d’indépendance, la mobilité des populations, ainsi que l’alphabétisation des adultes et la scolarisation au Front ont mis en contact des Erythréens de langues différentes et permis l’apprentissage, puis l’usage de langues autres que la langue maternelle. Ce sont autant de phénomènes qui ont remodelé le paysage linguistique du pays. Actuellement, il n’y a plus de région monolingue : la situation qui prévaut est celle du bilinguisme, et même très souvent du multilinguisme, sauf dans les régions reculées, pour les femmes qui n’ont jamais été scolarisées, comme c’est le cas dans certains endroits de la Dankaliyya ou sur l’île de Dahlak Kebir. La politique menée depuis l’indépendance par l’Etat érythréen en matière d’éducation a favorisé cette tendance. Beaucoup d’Erythréens ont ainsi une connaissance active d’une ou de plusieurs langues différentes de leur langue maternelle. De plus, ceux dont la langue maternelle est une variété de l’une des langues nationales ou véhiculaires vivent une situation de diglossie : selon les circonstances, ils passent du registre standard au registre de la langue quotidienne1. C’est le cas pour les locuteurs de langue maternelle tigrigna ou arabe.

3Ce qui distingue l’Erythrée n’est cependant pas cette situation plurilingue et pluriculturelle, que connaissent beaucoup de pays, en Afrique notamment, mais bien plutôt la politique de défense et illustration des cultures et langues nationales menée par l’Etat, qui est peu ordinaire, pour ne pas dire exceptionnelle.

Les langues officielles

4Il faut préciser que les langues officielles, ayant nécessairement un usage écrit, sont soumises à une norme standardisante. Elles constituent une sorte de koinè qui diffère de leurs variétés parlées en tant que langues vernaculaires ou véhiculaires.

5Ces langues sont au nombre de trois en Erythrée : le tigrigna, l’arabe et l’anglais. Le statut des deux premières est multiple sur le plan institutionnel : langues officielles, nationales, langues de travail et langues véhiculaires. L’anglais n’est pas une langue nationale, mais il a un statut de langue internationale. L’arabe est, lui aussi, un moyen de communication international à une échelle plus réduite, celle du monde arabe. A l’intérieur de l’Etat, le tigrigna et l’arabe sont utilisés dans l’administration, dans les milieux culturels et universitaires, le commerce, les médias, dans tout ce qui concerne les relations entre les citoyens et l’Etat.

6Ces deux langues jouissent en outre d’un prestige lié à la religion. L’arabe, langue du Coran, est sacré pour tout musulman. Quant au tigrigna, c’est la langue liturgique qui remplace le guèze dans les offices religieux chrétiens. Ces deux langues ont joué, à des degrés divers, un rôle important dans la construction de l’identité nationale. En 1959, le gouvernement éthiopien imposa en effet l’amharique, dénia le statut de langue officielle à l’arabe et bannit le tigrigna de l’ensemble de toute la vie publique. Aussi l’arabe et le tigrigna devinrent-ils les langues officielles de la Fédération, puis les langues officielles au Front2.

Les langues véhiculaires

7Une langue véhiculaire sert dans la communication orale entre des locuteurs de langues maternelles différentes. A ce titre, elle se distingue aussi bien de la variété qui est utilisée comme langue officielle que de celle qui est parlée comme langue maternelle. En Erythrée, nous l’avons déjà dit, deux langues jouent le rôle de langues véhiculaires, le tigrigna et l’arabe. Toutes deux ont souvent été apprises au Front par les locuteurs appartenant à des ethnies différentes. Le tigrigna a pris beaucoup d’importance depuis l’indépendance : langue officielle, il est aussi la langue parlée par le plus grand nombre. Les locuteurs des régions non tigrignaphones ont également appris cette langue de contact des fonctionnaires résidant dans leur région.

8L’arabe a longtemps servi, et sert encore, de langue de communication entre les musulmans qui ont pour langue maternelle soit une autre langue sémitique, soit une langue couchitique ou nilo-saharienne. Les contacts avec l’autre rive de la mer Rouge remontent à la nuit des temps. L’islamisation de l’Afrique de l’Est est partie de cette région (Zula et Dahlak) et les contacts commerciaux réguliers perdurent de nos jours avec l’Arabie saoudite et surtout le Yémen (la côte de la Tihâma mais aussi Aden et la côte de l’océan Indien). L’arabe véhiculaire porte les traces de ces influences ainsi que celles des variétés apprises au Front ou dans l’émigration. Né de ces contacts entre dialectes arabes mais aussi des contacts avec les langues maternelles différentes, c’est un parler en perpétuelle évolution. Malgré cela, il reste caractéristique de cette région par certains traits phonétiques, morphologiques, syntaxiques et lexicaux3.

Les langues nationales vernaculaires

9Les langues nationales sont aussi des langues vernaculaires, langues maternelles, langues premières de leurs locuteurs. En Erythrée, elles sont au nombre de neuf : tigrigna, tigré, arabe, afar, saho, bilen, bedja, kunama, nara4. Le dahlik, découvert en 1996, n’est pas répertorié comme langue nationale. Toutes ces langues appartiennent à deux grandes familles linguistiques différentes, le chamito-sémitique, aussi dénommé afro-asiatique, et le nilo-saharien. A l’intérieur du groupe chamito-sémitique, le sémitique est ici représenté par des langues éthio-sémitiques que l’on rattache au sémitique occidental méridional (le tigrigna, le tigré et le dahlik) et par l’arabe5 ; le couchitique par l’afar, le saho, le bilen et le bedja. Quant au kunama et au nara, ils sont classés parmi les langues nilo-sahariennes. La langue maternelle est utilisée pour la communication entre les membres de la famille, de la même communauté ou ethnie, et, au niveau local, dans les discours administratifs et politiques et dans les meetings.

Distribution géographique et situation sociolinguistique

10Nous ne disposons d’aucune donnée officielle en ce qui concerne le nombre de locuteurs de chacune de ces langues, et les estimations varient selon les sources consultées. Nous nous en tiendrons ici aux chiffres issus d’un tableau d’estimations établi en 1996 pour le Département de l’éducation primaire au Curriculum Branch6.

11Pour le tigrigna, le nombre de locuteurs est estimé à 1 600 000 sur un total de 3 200 000 habitants, soit 50 % de la population. Il est la langue maternelle des habitants des hauts plateaux du centre du pays, en majorité chrétiens orthodoxes. Les variétés parlées du tigrigna diffèrent de la langue tigrigna officielle, mais, comme elle, ces variétés portent la marque des contacts avec les langues couchitiques, surtout en ce qui concerne le lexique.

12Le tigré a un nombre de locuteurs estimé à 992 000, soit 31 % de la population. Il est parlé dans les basses terres du Sahel, dans la plaine côtière au nord de Zula, dans le Samhar, sur la côte jusqu'à Hirgigo (y compris le grand port de Massawa), dans les hautes terres du nord et le Barka. Les Tigré sont dans leur grande majorité musulmans sunnites7. La langue a aussi été adoptée comme langue maternelle par un grand nombre de Beni ‘Amer, des Bedja d’origine, dont la jeune génération scolarisée a « perdu l’usage du bedja8 ». Le tigré comprend deux grands groupes dialectaux : le tigré mansa’, de la région de Keren et du plateau Mansa’, et celui des Beni ‘Amer, à substrat bedja. Chaque groupe comprend lui-même un certain nombre de subdivisions dialectales9.

13L’afar et le saho auraient chacun 160 000 locuteurs, ce qui équivaut pour chaque langue à 5% de la population. Les Afar, qui sont souvent désignés à l’extérieur sous le nom arabe de Danâkil (sg. Dankâli), vivent en Erythrée dans la province administrative nommée Southern Red Sea, le long de la mer Rouge, connue aussi comme région de la Dankaliyya. Musulmans sunnites, ils sont pour la majorité pasteurs de camélidés et de caprins. Seuls sont sédentaires les pêcheurs qui vivent sur la côte ou dans les îles. Ils sont en contact avec le tigrigna, avec le tigré (à Massawa et Dahlak par exemple), avec ces deux langues et le dahlik sur l’île de Dahlak Kebir, et avec le saho dans la région d’Irafayle. Ils emploient l’arabe comme langue véhiculaire10.

14Les Saho sont répartis dans le Seraye, l’Akele Guzay, jusque sur la côte, et dans le Semhar. Ils comptent parmi eux une forte majorité de musulmans sunnites et, dans les montagnes, quelques chrétiens orthodoxes. Ils sont surtout pasteurs et possèdent des troupeaux essentiellement constitués de bovins. Certains pratiquent aussi la culture. Contrairement aux Afar de la côte, les Saho qui vivent au bord de la mer ne se livrent jamais à la pêche. Selon la région où ils se trouvent, ils sont en contact avec le tigrigna, le tigré ou l’afar. Ils connaissent l'arabe dont ils utilisent la variété véhiculaire.

15Sur la côte, dans la région d’Irafayle, au nord de l’aire afarophone, les relations entre Saho et Afar, les mariages inter-ethniques, le voisinage géographique et linguistique ont favorisé les contacts et les influences. On en trouve de nombreuses traces dans les variétés afar et saho de cette région, à tel point que certains ont parlé d’une entité « afar-saho » et non de deux langues distinctes. Mais cela ne correspond ni à la réalité linguistique ni à la conscience des locuteurs respectifs.

16Les Bedja sont désignés en Erythrée comme l’ethnie Hidaareb. Celle-ci inclut les quelques locuteurs appartenant à la division des Halenqa (ou Halenga) et des Beni ‘Amer qui ont gardé le bedja comme langue maternelle11. Leur nombre est estimé à 80 000 personnes (2,5 % de la population). Musulmans, ils se trouvent dans la région sud-ouest du Gash-Barka, dans le Senhit et à l’ouest du Sahel12. Ils ne sont plus très nombreux à avoir la langue bedja comme langue maternelle, puisque la jeune génération de Beni ‘Amer parle plutôt une variété de tigré et que les Halenqa sont arabophones13. La situation dominante parmi les Bedja semble bien être celle du bilinguisme, voire du plurilinguisme (bedja-tigré-arabe)14.

17Le nombre de Bilen est estimé à 64 000 (2 % de la population). Ils vivent dans la région de Keren où ils sont en contact avec les Tigré. Dans une ville comme Keren, la langue maternelle est souvent le tigré et la situation sociolinguistique est là aussi celle du plurilinguisme (bilen-tigré-arabe-tigrigna). La population compte à la fois des musulmans et des chrétiens15.

18Le kunama serait parlé par 64 000 locuteurs (soit 2 % de la population) établis à l’ouest, dans la province du Gash-Barka, entre le Gash et le Setit, où ils pratiquent l’agriculture et l’élevage16. Quelques-uns se sont convertis au christianisme, d’autres à l’islam, mais il semble que beaucoup d’entre eux aient conservé leur ancienne religion17.

19Les Nara parlant leur langue sont estimés à 48 000 locuteurs (1,5 % de la population). Ils sont voisins des Kunama. Sédentaires, ils pratiquent l’agriculture dans le Gash-Barka, au nord de Barentu et, depuis la fin de la guerre d’indépendance, le long de la frontière soudanaise. Ils se sont convertis à l’islam au XVIIe siècle18.

20L’arabe n’est la langue maternelle que d’un petit groupe, celui des Rashaida, estimés à 32 000, soit 1 % de la population, tous musulmans sunnites19. Ils sont originaires d’Arabie saoudite et vivent actuellement tout au long de la côte dans la province de Northern Red Sea qui inclut les régions du Semhar et du Sahel, au nord de Massawa. Nomades, éleveurs de camélidés, ou faisant du commerce, ils ont été encouragés à se sédentariser depuis 1993 dans le nord du Semhar20.

21Enfin, le dahlik, langue découverte en 1996, serait, d’après ses locuteurs, la langue maternelle de moins de 2000 personnes, vivant toutes sur l’île principale de Dahlak et ayant comme activités la pêche et le commerce du poisson. Ils sont musulmans. Les hommes sont tous bi-, voire multilingues. Parmi les femmes, beaucoup ne parlent que le dahlik, même si certaines ont une connaissance passive de l’afar, de l’arabe ou du tigré, langues en contact sur l’île. A en juger par les premières analyses que j’ai pu faire sur les données récoltées par Martine Vanhove et moi-même en 1996, la langue n’est pas un dialecte tigré, mais une variété très originale, à base éthio-sémitique, tigré selon toute vraisemblance21. Elle serait le résultat d’une évolution particulière, en isolat par rapport au tigré, au contact d’une autre langue sémitique (l’arabe) et d’une langue couchitique (l’afar).

Statut des langues vernaculaires22

22Les langues vernaculaires, comme nous venons de le voir, sont inégalement représentées sur le plan numérique. Certaines sont encore peu connues, voire jamais décrites ou répertoriées, comme le dahlik. Leur classification est parfois encore problématique, comme dans le cas du kunama et du nara. Or c’est du niveau de connaissances qu’on peut en avoir que dépend une bonne élaboration des outils d’enseignement de ces langues, tant il est vrai qu’une bonne description des langues et de leurs variétés dialectales, est une « base scientifique à partir de laquelle on pourra élaborer des grammaires (...) et compiler des lexiques ou dictionnaires23 ». Le passage à l’écrit pour les langues vernaculaires, qui n’ont pas de tradition d’écriture, est une tâche extrêmement difficile, et la mise sur pied d’une orthographe pratique dépend du degré de connaissances que l’on a des langues, de leur dialectologie et des normes qui prévalent à l’intérieur de chaque groupe. Le cas du kunama et la délimitation de son système tonal en est un exemple. Savoir si la langue possède deux ou trois tons est décisif pour l’élaboration d’une orthographe adaptée, mais aussi pour l’établissement de la grammaire, étant donné le rôle déterminant que jouent aussi les tons dans la morphologie et la syntaxe d’une langue24.

23Dans la réalité, les langues vernaculaires ne jouissent pas d’un égal prestige auprès de leurs propres locuteurs. Ceux-ci ont parfois tendance à déprécier leur propre parler et à préférer pour leurs enfants une autre langue que la langue maternelle. On l’a vu chez les Afar par exemple, qui ont choisi, à un certain moment, que leurs enfants soient scolarisés en arabe. Or, l’éducation dans la langue maternelle est le meilleur garant contre l’échec scolaire et les responsables érythréens en ont pleinement conscience. Là encore, l’attention portée aux variétés dialectales permet d’apprécier le rôle qu’elles jouent dans l’élaboration de la norme, tout en valorisant chaque dialecte.

La politique linguistique et culturelle de l’Erythrée

24A l’image de tous les citoyens de l’Etat, donc de toutes les ethnies érythréennes, les langues et cultures nationales sont considérées comme étant sur un plan d’égalité. La politique linguistique qui a été celle du FPLE (Front Populaire de Libération de l’Erythrée) et qui continue à être menée actuellement illustre bien cette position. L’objectif est de lutter contre la discrimination et de garantir la liberté d’utiliser sa langue maternelle afin de permettre la transmission de la culture du groupe et de favoriser le développement du sentiment d’identité culturelle au niveau national. A la suite du programme scolaire appliqué par le Front pendant la guerre d’indépendance, des programmes d’enseignement des langues vernaculaires sont maintenant mis en place, incluant l’établissement de méthodes d’enseignement appropriées et la formation des maîtres. Au Département du Curriculum Branch, une importante équipe qui comprend des spécialistes de chaque langue nationale, est chargée de mener à bien cet ambitieux projet. Parmi les tâches qui incombent à ces chercheurs, la moindre n’est pas celle du passage à l’écrit des langues sans tradition d’écriture que sont la plupart des langues vernaculaires, et la mise au point d’une orthographe adaptée. Trois systèmes d’écriture sont utilisés selon les langues : le syllabaire guèze pour le tigrigna, le tigré et le bilen, l’alphabet arabe pour l’arabe, et les caractères latins pour les autres langues. Des écoles sont ouvertes où on enseigne la langue maternelle, et quand les ressources humaines le permettent, cet enseignement se fait en langue maternelle. Il faut remarquer que la guerre d’indépendance et, depuis mai 1998, la guerre de défense du territoire érythréen, ont privé les écoles, définitivement ou momentanément, d’un certain nombre de maîtres qui pouvaient enseigner en langue maternelle.

25D’autres mesures, en dehors de l’enseignement, ont été prises pour diffuser les différentes langues et cultures. C’est ainsi que le texte de la Constitution qui fut ratifiée le 23 mai 1997, initialement rédigé dans les trois langues officielles, est actuellement disponible aussi en tigré et saho. Quant au texte en afar, il est sous presse et les versions dans les autres langues en préparation. L’hymne national a également été traduit en langue vernaculaire. Sur le plan culturel, concerts, pièces de théâtre, poésies sont diffusés par les médias. A la radio nationale, une plage horaire est réservée à certaines langues vernaculaires soit quotidiennement, pour l’afar par exemple, soit chaque semaine, comme pour le saho ; des informations nationales et internationales y sont présentées.

26D’autres initiatives, prises sur le plan national, montrent l’intérêt que l’Erythrée porte à la diversité ethnique et culturelle du pays et sa volonté de sauvegarder ce patrimoine. On pourrait ici évoquer le projet de création d’une « Maison des langues et cultures de l’Erythrée », élaboré à l’initiative des autorités érythréennes par le linguiste Idriss Abback, et présenté en août 1996 à Asmara, lors du colloque sur les langues d’Erythrée25. Malheureusement, le projet n’a pu pour l’instant aboutir, suite à la disparition brutale en avril 1998 de son auteur et en raison de la guerre avec l’Ethiopie qui a débuté en mai 1998 et déplacé les priorités. Malgré les menaces que faisait peser alors l’Ethiopie sur le pays, un colloque international, Against all Odds : African languages and literatures into the 21st Century, s’est tenu à Asmara du 11 au 17 janvier 2000. Il a rassemblé un public très nombreux, avec plus de 200 intervenants, essentiellement africains, mais aussi américains et européens. Il a permis de faire connaître les préoccupations majeures de l’Etat érythréen dans le domaine linguistique et culturel, ainsi que ses réalisations. La présence au colloque du chef de l’Etat, Isayas Afeworki, et son discours d’ouverture ont été une preuve supplémentaire de l’importance qu’accorde le pays à ce domaine. La charte The Asmara Declaration on African Languages and Literatures, adoptée à l’issue de ce colloque, stipule notamment que chaque enfant africain a « le droit inaliénable d’être scolarisé et d’apprendre dans sa langue maternelle26 ». Parallèlement au colloque s’est déroulé un festival, avec concerts, pièces de théâtre, danses et poésies traditionnelles, qui a donné un aperçu de la richesse culturelle du pays et de la vitalité de ses traditions.

Conclusion

27Cette présentation des langues en Erythrée est destinée à mettre en valeur non seulement la richesse linguistique et culturelle du pays, mais aussi sa politique de sauvegarde et de diffusion des langues et cultures nationales. C’est une politique courageuse qui se poursuit contre vents et marées, malgré la guerre et de qu’elle entraîne dans son sillage : déplacements de populations, mort des jeunes femmes et hommes qui jouent un rôle primordial dans l’édification de ce jeune Etat, régions sinistrées, problèmes économiques, etc. J’aimerais aussi insister sur le rôle que peut jouer la recherche linguistique sur les langues vernaculaires. Elle doit non seulement aider à mieux appréhender l’histoire des locuteurs, mais aussi apporter des connaissances indispensables sur le plan pédagogique, puisque, en cernant mieux les langues, leur dialectologie, leurs rapports avec les autres langues avec lesquelles elles sont en contact, elle fournit autant de matériaux nécessaires à l’élaboration des manuels et des méthodes d’enseignement.

Haut de page

Bibliographie

I. Abback, 1996 : Avant-projet de création d'un Centre des Langues et Cultures Erythréennes, inédit, 42 p. + 2 annexes.

P. Alexandre, 1967 : Langues et langage en Afrique noire, Paris, Payot.

M. L. Bender (ed.), 1976 : The Non Semitic Languages of Ethiopia, East Lansing, African Studies Center, Michigan State University.

B. Cahsai et E. C. Williamson, 1985 : Erythrée : un peuple en marche. XIXe et XXe siècles, Paris, L'Harmattan.

T. Cao Huy, C. Legum, F. Halliday, M. Molineux, et A. Fenet, 1986 : La Corne de l'Afrique. Questions nationales et politique internationale, Paris, L'Harmattan.

D. Cohen, 1988 : « Les langues chamito-sémitiques », Les langues dans le monde ancien et moderne, J. Perrot (éd.), Paris, CNRS.

D. Connell, 1997 : Against all Odds. A Chronicle of the Eritrean Revolution. With a New Afterword on the Postwar Transition, Lawrenceville, Asmara, The Red Sea Press.

Conti-Rossini, 1913 : « Schizzo del dialetto saho dell'Alta Assaorta in Eritrea », R.R.A.L., 22 (5), p. 151-246.

D. El-Fasi, 1997 : Histoire Générale de l'Afrique, vol. IV L'Afrique du VIIe au XIe siècles, Unesco.

C. A. Ferguson, 1970 : « The role of Arabic in Ethiopia: a Sociolinguistic Perspective », Languages and Linguistics Monograph Series, n° 23, p. 355-368.

L. Gottesman, 1998 : To fight and learn. The Praxis and Promise of Literacy in Eritrea’s Independence War, Lawrenceville, Asmara, The Red Sea Press.

R. Hetzron, 1972 : Ethiopian Semitic : Studies in Classification, Journal of semitic studies Monograph, 2, Manchester, Manchester University Press.

T. Killion, 1998 : Historical Dictionary of Eritrea, Lanham Md, Londres, The Scarecrow.

D. Morin, 1995 : Des Paroles douces comme la soie. Introduction aux contes dans l'aire couchitique (bedja, afar, saho, somali), Paris, Peeters.

D. Morin, 1996 : « Y a-t-il un lexique Beni-Amer ? », Israel Oriental Studies, XVI, Studies in Modern Semitic Languages, S. Izre’el & S. Raz (éd.), Leyde, New York, Cologne, Brill, p. 251-267.

D. Morin, 1999 : Le Texte légitime. Pratiques littéraires orales traditionnelles en Afrique du nord-est, Paris, Peeters.

G. Negash, 1999 : A History of Tigrinya Literature in Eritrea. The Oral and the Written 1890-1991, Leyde, CNWS Publications.

M.-C. Simeone-Senelle, 2000 : « Situation linguistique dans le sud de l'Erythrée », Proceedings from the 2nd World Congress of African Linguistics, Leipzig, July 1997, H. E. Wolff et O. Gensler (éd.), Cologne, Rüdiger Köppe, p. 261-276.

M.-C. Simeone-Senelle, 2000 [sous presse] : « L'arabe véhiculaire parlé en Erythrée sur la côte de la mer Rouge, de Massawa à Rahayta », Oriente Moderno, n.s. XVIII (LXXIX), Lidia Bettini (éd.), Rome.

E. D. Thompson, 1976 : « Languages of Northern Eritrea », The Non Semitic Languages of Ethiopia, M. L. Bender (éd.), East Lansing, African Studies Center, Michigan State University, p. 597-603.

Haut de page

Notes

1 Ce phénomène de diglossie est illustré par le monde arabe, où les locuteurs sont amenés à utiliser en plus de leur arabe dialectal, langue vernaculaire, l’arabe standard, qui est une variété différente. La diglossie, en Europe, est une situation qui caractérise, par exemple, certains Allemands qui font usage de leur dialecte vernaculaire et du Hochdeutsch.
2 T. Killion, 1998, p. 76 et 406 ; D. Connell, 1997, p. 37 et 59.
3 C. A. Ferguson, 1970 et M.-C. Simeone-Senelle, 2000 [sous presse].
4 Bilen et nara sont parfois écrits bilin et nera.
5 L’arabe est, selon les auteurs, classé comme relevant du sémitique occidental méridional (D. Cohen 1988) ou occidental septentrional (R. Hetzron, 1972).
6 Il s’agit du tableau, avec correction du calcul de pourcentage pour les Rashaida, établi par K. Wedekind et al., Assessment MTE (novembre 1996). Ce tableau a été communiqué en décembre 1996 par le Dr Negussie Woldu Ghebru, responsable de l’éducation primaire au Curriculum Branch.
7 95 % est le chiffre donné par I. Abback, 1996, p. 4.
8 D. Morin, 1996, p. 251.
9 D. Morin, 1996, p. 251 et 253.
10 M.-C. Simeone-Senelle, 2000, p. 263-264.
11 T. Killion. 1998, p. 250-251.
12 Ibid., p. 115.
13 Ibid., p. 251 ; T. A. Wende, 2000 : « A Preliminary Survey of Arabic in Eritrea », communication du 14/01/2000, colloque Against all Odds : African Languages and Literatures into the 21st Century, Asmara.
14 T. Killion, 1998, p. 113.
15 Dans les années 1970, 75% d’entre eux étaient musulmans, 25 % chrétiens catholiques (E. D. Thompson, 1976, p. 598).
16 T. Killion, 1998, p. 286.
17 Ibid., p. 286.
18 Ibid., p. 322-323.
19 T. Killion cite un nombre bien inférieur « environ 10 000 » (Ibid., p. 354). T. A. Wende donne le chiffre de 30 000 (op. cit.).
20 T. Killion, 1998, p. 355.
21 Jusqu'à nos jours, on affirmait que les gens de Dahlak Kebir parlaient un dialecte tigré. J’ai pu remarquer que l’intercompréhension entre tigréphones de la région et locuteurs de dahlik ne fonctionne pas.
22 Il n’est pas question ici du statut officiel des langues : toutes les langues nationales sont traitées sur un pied d’égalité en Erythrée.
23 P. Alexandre, 1967, p. 33.
24 R. Hayward, 2000 : « Tone marking in Kunama », communication du 14/01/2000, colloque Against all Odds : African Languages and Literatures into the 21st Century, Asmara.
25 Conference on Eritrean Languages, Asmara, 16-18 août 1996. Ce projet avait aussi été soumis au CNRS, en 1997, pour une demande de collaboration entre le futur centre et l’équipe du LLACAN.
26 Eritrea Profile, 22 janvier 2000, p. 5.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://cy.revues.org/docannexe/image/39/img-1.png
Fichier image/png, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claude Simeone-Senelle, « Les langues en Erythrée », Chroniques yéménites [En ligne], 8 | 2000, mis en ligne le 06 septembre 2007, consulté le 29 mai 2016. URL : http://cy.revues.org/39

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Simeone-Senelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org