Skip to navigation – Site map
Lectures

Farah Al-Nakib, Kuwait transformed. A History of Oil and Urban Life

Stanford, Stanford University Press, 2016, 296 pages.
Gabriel Tatibouet-Sadki
Bibliographical reference

Kuwait transformed. A History of Oil and Urban Life/ Farah Al-Nakib.- Stanford: Stanford University Press, 2016.- 296 p.

Full text

1Le lecteur trouvera dans cet ouvrage tous les ingrédients d’une réflexion critique sur l’histoire urbaine du Koweït depuis sa fondation en 1716 jusqu’à nos jours. La monographie de Farah Al-Nakib, enseignante et chercheuse à l’American University of Kuwait, est profondément empreinte de la pensée du philosophe français Henri Lefebvre sur les liens entre quotidienneté et capitalisme. Le propos d’Al-Nakib navigue entre une analyse des transformations structurelles de la ville et la reconstitution des cadres de la vie quotidienne. La perspective diachronique ici adoptée permet de redonner toute sa profondeur à une histoire qui remonte à une période bien antérieure au « boom » pétrolier des années 1950 et dont les traces, bien que largement effacées du paysage, imprègnent toujours les mémoires.

2Le premier chapitre aborde de multiples pans de l’organisation socio-politique du Koweït. Au cours des xviiie et xixe siècles, le pays s’impose en tant qu’acteur régional grâce à sa position géographique, qui en fait l’un des axes du commerce au long cours, et à l’exploitation des ressources perlières. L’auteur retrace la progressive montée en puissance de la famille Al‑Ṣabāḥ, d’abord sous le règne de Mubārak I (reg. 1896–1915) puis sous l’action d’Aḥmad Al-Jābir Al‑Ṣabāḥ (reg. 1920–1950). Par le biais de l’établissement d’un système de taxes foncières et commerciales ainsi que par la création d’une série d’organes institutionnels Aḥmad Al-Jābir délesta les familles marchandes d’une part importante de leurs prérogatives dans la gestion des affaires de la ville. On assiste ainsi, sur fond de rivalité entre l’élite marchande et les Al‑Ṣabāḥ, aux prémices d’une étatisation à l’instigation des derniers, phénomène crucial pour la compréhension des transformations de la seconde moitié du xxe siècle.

3Les deuxième et troisième chapitres nous offrent une plongée dans le dédale des ruelles et des places publiques de la ville qui précède le « boom » pétrolier. Celle-ci est organisée autour des deux pôles suivants : le port et le souk. L’auteur fait revivre sous nos yeux l’intense activité de ces lieux, à la fois cœurs de la vie économique et creusets de la citadinité. L’accent est porté sur la capacité qu’ont ces deux espaces à réunir une population hétérogène et, par la diversité des interactions quotidiennes qu’ils impliquent, à produire un sentiment d’appartenance commune et une urbanité propre. Soulignons que le concept d’urbanité, central dans l’argumentation, est repris à Lefebvre et désigne précisément cette qualité du tissu social, ce mode de vie qui engage une confrontation et une reconnaissance de la différence dans la ville.

4La ville est également divisée en une multitude de quartiers (fīrjan) qui forment les cellules de la vie urbaine. La vie de quartier, dépeinte avec finesse par l’auteur, établit le cadre d’une expérience quotidienne commune. Le partage d’une temporalité, marquée par les temps de prière, les réseaux de solidarité et les nombreuses pratiques de sociabilité nous sont ainsi données à voir.

5Le quatrième chapitre constitue le cœur de l’ouvrage et de l’argumentation. Les transformations radicales qui affectent le pays dans la seconde moitié du xxe siècle sont amorcées par l’accession au pouvoir d’Abd Allāh Al-Sālim Al‑Ṣabāḥ (reg. 1950–1965). Celui-ci, bénéficiant d’importantes ressources tirées de la manne pétrolière (l’exploitation du pétrole débute en 1948), initie le projet de modernisation du pays qui prend forme à travers la réalisation d’un premier master-plan en 1952. Concocté par trois architectes anglais, le master-plan établit la ligne de planification urbaine des décennies à venir selon quatre axes : (1) l’aménagement d’un réseau routier, (2) la relocalisation des habitants de la ville dans des quartiers résidentiels situés à l’extérieur du centre, (3) la conversion du centre-ville en un centre d’affaires, (4) la création de zones dédiées à certains secteurs d’activités (santé, éducation).

6Cependant, Al-Nakib ne manque pas de pointer l’écart existant entre les projections des planificateurs et la réalité du développement urbain. Loin d’assister à une mise en application mécanique du plan de 1952, les années 1960 et 1970 sont marquées par une spéculation foncière débridée qui entraîne une véritable « crise de la ville ». Par ailleurs, l’auteur nous invite à reconsidérer de manière critique le processus de rachat des terrains du centre-ville par l’État, habituellement présenté comme le moyen de redistribution des richesses à la population nationale : en 1972, 1 % de la population a obtenu 99 % de la somme dépensée par l’État pour l’acquisition de terrains. En effet, une grande partie des terrains sont acquis à bas prix par l’élite marchande avant que le processus d’acquisition publique ne soit annoncé, provoquant une montée en flèche de la valeur des terrains. Cette refonte intégrale de la ville qui s’étale sur plusieurs décennies altère radicalement le tissu urbain et la configuration des relations sociales.

  • 1 L'opposition entre aar (terme désignant les familles urbanisées de longue date) et badū (bédouins (...)

7Le cinquième chapitre s’attache à l’analyse des effets de la relocalisation des habitants à l’extérieur du centre. Celle-ci est gérée par l’État en ce qui concerne les citoyens koweïtiens, qui se voient allouer un terrain ou accorder un prêt pour la construction d’une maison, selon leurs revenus. La population étrangère, quant à elle, est exclue de la propriété, elle est reconduite dans des zones résidentielles distinctes gérées par les compagnies privées. Le constat et la dénonciation des effets de cette ségrégation socio-spatiale est un autre point central de l’ouvrage. Celle-ci se traduit évidemment par la création d’enclaves résidentielles dissociant la population nationale et non-nationale mais elle agit également à l’intérieur de la population nationale. Qu’on en tienne pour preuve le plan de logement des populations bédouines (taḥḍir al-badū) de 1962 visant à maintenir ces citoyens de « seconde classe » dans les périphéries de la ville1.

8La dernière partie de l’ouvrage traite plus directement de l’espace urbain en tant qu’enjeu politique : lieu de contestations, de revendications et surtout de négociations entre le pouvoir central et les différentes catégories de la population. Dans les années 1950 le centre-ville est investi par de nombreux clubs et associations, véhicules du panarabisme et d’une critique politique véhémente. La répression du mouvement culmine en 1959 et les associations, d’abord interdites, se voient par la suite contraintes de s’exporter dans les banlieues. De même, la privatisation croissante des espaces de la ville s’accompagne d’un appauvrissement de la vie publique et d’un certain repli sur la sphère privée. Les chapitres sept et huit font écho aux inquiétudes mais aussi aux revendications de l’auteure qui appelle à la restauration d’un « droit à la ville », entendu comme un réinvestissement du centre-ville et de l’espace urbain par les habitants ainsi qu’une réappropriation du processus de transformation de la ville.

9Loin d’entrer en contradiction avec l’exigence de rigueur scientifique, la démarche engagée de l’auteure lui donne corps. Soulignons toutefois que la perspective adoptée ici ne laisse qu’à peine entrevoir les formes de participation à la vie urbaine des habitants expatriés, qui représentent aujourd’hui près des deux tiers de la population du Koweït. Une impasse d’autant plus dommageable que la restauration du « droit à la ville » ne peut être pensée sans l’intégration des diverses communautés citadines. Il reste que Farah Al-Nakib par son ouvrage Kuwait Transformed contribue indubitablement à rénover le champ des études urbaines dans le Golfe par une mise en parallèle originale des transformations politiques et sociales du Koweït avec celles qui affectent l’environnement physique de la ville. Par la somme considérable de connaissances réunies, cette monographie constitue assurément une référence incontournable pour quiconque s’intéresse à la péninsule Arabique.

Top of page

Notes

1 L'opposition entre aar (terme désignant les familles urbanisées de longue date) et badū (bédouins) est structurante au sein de la population koweïtienne. Sur ce sujet on peut se référer à l'article de Farah Al-Nakib, « Revisiting ḥaḍar and badū in Kuwait: Citizenship, Housing, and the Construction of a Dichotomy », International Journal of Middle East Studies, vol. 46, 2014, p  5-30.

Top of page

References

Electronic reference

Gabriel Tatibouet-Sadki, « Farah Al-Nakib, Kuwait transformed. A History of Oil and Urban Life », Arabian Humanities [Online], 8 | 2017, Online since 12 September 2017, connection on 19 November 2017. URL : http://cy.revues.org/3408

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org