Skip to navigation – Site map
Le cheval dans la péninsule Arabique

Le cheval dans l’Arabie méridionale antique

The horse in Ancient South Arabia
Christian Julien Robin and Sabina Antonini de Maigret

Abstracts

Jacques Ryckmans demonstrated in 1963 that horses had appeared in South Arabia in the 1st century AD. Of the numerous epigraphic texts and carved representations published since, briefly summarized by the authors, none of them contradict this hypothesis.
However, two points can be clarified. Firstly, the fact that horses do not appear in epigraphic and visual sources until the late 1
st century AD does not necessarily mean that it was introduced at that time. This introduction must have spanned a long period of time, with many failures and renewed attempts.
The second important development has to do with the scarcity of horses, greater than previously expected, until Late Antiquity. This was already suggested by the corpus of South Arabian inscriptions; and it has since been proven by the petroglyphs discovered in the region of Ḥimā in southern Saudi Arabia. Most of the many engravings of horsemen to be found there can be attributed to the Islamic period. In fact, representations of horsemen confidently dated to the pre-Islamic period are exceptionally rare.

Top of page

Full text

  • 1  Ḥaḍārat al‑Maqar. Pour une illustration de cette pièce, on peut se reporter également à Khan et al (...)
  • 2  Pour les toponymes et ethnonymes, voir les Cartes A, B et C.

1En août 2011, les autorités saoudiennes annonçaient la découverte d’une pierre sculptée très ancienne représentant la moitié antérieure d’un équidé1. Cette statuette, trouvée à al‑Maqar (entre Tathlīth et Wādī al‑Dawāsir, dans le sud‑ouest de l’Arabie saoudite)2, et qui proviendrait d’un site « néolithique », était datée de quelque sept millénaires avant l’ère chrétienne. On en a tiré argument pour situer la domestication du cheval en Arabie à une date beaucoup plus haute que celle qui était retenue précédemment. Cette hypothèse s’accorde difficilement avec ce qu’on sait par ailleurs du cheval dans le sud‑ouest de la Péninsule avant l’islam, aussi bien dans la civilisation sudarabique que dans l’art rupestre de Ḥimā (à 100 km au nord-nord-est de Najrān), puisqu’on ne connaît aucune mention ou image de cheval antérieure à l’ère chrétienne. Notre contribution comportera deux parties. La première résumera ce qu’on sait du cheval dans la civilisation sudarabique en apportant les quelques correctifs et ajouts qui résultent des progrès de la documentation ; Christian Robin traitera des sources textuelles et Sabina Antonini de Maigret (en langue anglaise) des chevaux dans l’art sudarabique. La seconde partie sera une première tentative de classement et de datation des images de chevaux dans les gravures rupestres de Ḥimā, qui constituent une ressource documentaire encore peu exploitée.

Le cheval dans la civilisation sudarabique

  • 3  Cf. Ibn Qutayba, al‑Maʿārif, p. 107 : wa‑yuqālu : Māzin Ghassān, arbāb al‑mulūk ; wa‑Ḥimyar, arbāb (...)

2Dans les ouvrages de l’islam classique, l’un des thèmes les plus populaires était la comparaison des mérites des grandes tribus. Au nom de chacune d’entre elles, on accolait volontiers quelques mots soulignant son domaine d’excellence, à la manière d’une devise. Les membres de la grande confédération tribale de Hamdān, entre Sanaa et Ṣaʿda, étaient ainsi surnommés « couvertures à chevaux », aḥlās al‑khayl, pour signifier qu’ils passaient leur vie à cheval. Dans la même veine, Kinda était « Kinda des rois » (Kindat al‑mulūk), Ḥimyar « seigneurs des Arabes » (arbāb al‑ʿArab) et Madhḥij « Madhḥij aux coups de lance » (Madhḥij al‑ṭaʿān)3.

  • 4  Al‑Hamdānī, al‑Iklīl 10, p. 159 (… wa‑Ṭufaylan <wa‑>Abā Namāra — wa‑kāna sayyidan jawādan fārisan (...)
  • 5 Al‑Hamdānī, al‑Iklīl 10, p. 241, fāris Hamdān fī ʿaṣri‑hi («le meilleur cavalier de Hamdān à son ép (...)
  • 6  Al‑Hamdānī, al‑Iklīl 1, p. 278, fāris al‑ʿArab (à propos de ʿAmr b. Yazīd).

3Quand un traditionniste évoquait un ancêtre au passé glorieux, il ne manquait pas de souligner que cet ancêtre avait été un cavalier hors pair. Par exemple, à propos d’un poète et chef tribal de Hamdān, Ṭufayl Abū Namāra b. Mālik b. Mulāla b. Murra (issu de Arḥab, fraction de Bakīl), le traditionniste yéménite al‑Ḥasan al‑Hamdānī (xe siècle de l’ère chrétienne) rapportait que « il fut un seigneur, un homme généreux, un cavalier, un guerrier intrépide, dont Hamdān fit son chef après son père et qui fit la guerre à Quḍāʿa »4. D’autres, il disait qu’ils furent « le meilleur cavalier » de Hamdān5 ou « le meilleur cavalier des Arabes »6.

  • 7  Ibn Ḥamza, 1979.

4La rédaction d’un ouvrage technique consacré à l’art du cheval pouvait procurer une réputation flatteuse de science et de noblesse. Même l’un des imāms zaydites les plus importants, le bâtisseur de Ẓafār‑dhī Bīn, qui a vécu au tournant des xiie et xiiie siècles, al‑Manṣūr bi‑llāh ʿAbd Allāh b. Ḥamza, s’y est consacré7.

5On pourrait penser, au vu de l’importance du cheval aux premiers siècles de l’islam que l’introduction de cet animal au Yémen était immémoriale ou, pour le moins, très ancienne. Il n’en est rien comme nous allons le voir, en étudiant successivement les sources écrites et iconographiques : le cheval avait moins de 1000 ans.

L’état de la question

  • 8  Ryckmans, 1963, p. 211.
  • 9  Ryckmans, 1963, p. 222.
  • 10  Jacques Ryckmans remarquait que c’était la longue inscription incisée (iisiècle de l’ère chrétie (...)

6L’article fondateur sur l’introduction du cheval en Arabie méridionale a été publié en 1963 : Jacques Ryckmans y démontrait que le cheval apparaissait tardivement, « vers la fin du iie siècle »8 ou « vers la deuxième moitié du iie siècle » de l’ère chrétienne9. Cette conclusion se fondait sur les inscriptions connues à l’époque, dont certaines étaient radicalement redatées, et sur les sources classiques ; elle s’appuyait également sur une nouvelle datation d’une statuette de cheval en bronze, conservée à Dumbarton Oaks (ville de Washington, États‑Unis d’Amérique)10.

  • 11  Robin, 1991 ; Fussman, 1991 ; Robin, 1997.
  • 12  Robin, 1996 ; Sima, 2000, p. 76 ; Robin & Theyab, 2002.
  • 13  Ja 665 / 30‑31.
  • 14  ʿAbadān 1 / 19 (8e campagne contre Gawwān et Khargān) et 28 (12e campagne et bataille contre ʿAbdq (...)
  • 15  Maʾsal 3 / 13.
  • 16  Ja 665 / 17.
  • 17  Sharaf 32 / 11‑14.
  • 18  Ja 665 / 14‑16.
  • 19  Ja 665 / 37‑39.
  • 20  Ja 665 / 29‑31.
  • 21  Voir aussi Yule & Robin, 2005, p. 267, où un tableau récapitule ce qu’on sait des effectifs des ar (...)

7Par la suite, deux changements importants sont intervenus dans le dossier du cheval. Tout d’abord, la date du Périple de la mer Érythrée, qui mentionne l’importation de chevaux en Arabie du sud, a été révisée ; alors que Jacques Ryckmans, à la suite de Jacqueline Pirenne, situait la rédaction de cet ouvrage « à la fin du iie ou au début du iiie » siècle, l’ancienne datation au ier siècle de l’ère chrétienne s’est de nouveau imposée, avec une préférence pour les environs de l’an 4011. À cette date, le cheval était donc déjà connu. Par ailleurs, grâce à l’établissement d’une chronologie plus précise des règnes et à la publication de nouveaux textes, il a été possible de mettre en évidence que, dans les armées sudarabiques, les chevaux se comptaient en unités vers le dernier quart du ier siècle de l’ère chrétienne, en dizaines au iie siècle et en centaines aux iiie et ive siècles12. On observe donc un emploi croissant du cheval dans les opérations militaires, dont on peut déduire une acclimatisation du cheval dans des régions de plus en plus nombreuses. On notera cependant que les effectifs mentionnés demeurent assez faibles : il est très exceptionnel qu’une armée compte plus d’une centaine de cavaliers. On n’en connaît que quatre exemples, datant du ive et du ve siècle : ce sont 125 cavaliers dans une campagne contre le Hadramaout13 ; 300 et 160 lors de deux expéditions en Arabie centrale14 ; 100 lors d’une expédition royale en Arabie centrale et nord‑orientale15. On peut encore ajouter que le nombre des hommes montés à cheval est toujours très inférieur à celui des hommes montés à dromadaire : ce peut être 4 cavaliers pour 30 chameliers16, 60 pour 140017, 70 pour 75018, 75 pour 120019, ou 125 pour 350020. La corrélation entre ces données21 permet de situer l’introduction du cheval au plus tard vers le milieu du ier siècle de l’ère chrétienne et sa relative banalisation entre le iie et le ive siècle.

  • 22  Sima 2000, p. 63‑81 (frs¹), 89‑91 (gbht) et 117‑120 (mhrt).

8Une dernière nouveauté est l’apparition de divers outils documentaires. Un inventaire minutieux de toutes les mentions du cheval dans les textes monumentaux a été dressé par Alexander Sima il y a près de 15 ans. Il donne une excellente vue générale, même si quelques documents supplémentaires ont été publiés depuis lors. Trois substantifs sont utilisés dans les inscriptions d’Arabie méridionale pour nommer le cheval : frs¹, mhrt et gbht22. Le nom le plus commun est frs¹ (pluriel ʾfrs¹). Les inscriptions l’accordent aussi bien au masculin qu’au féminin, sans que cela implique nécessairement une précision sur le sexe. Pour connaître celui‑ci, il faut que le document ajoute « mâle » ou « femelle ». Le sudarabique frs1 correspond évidemment à l’arabe faras, « cheval » ou « jument ». En sudarabique moderne, la racine FRS1 a évolué en ferhayn (avec un passage du s1 étymologique à h : comparer le latin super et le grec hyper qui illustrent le même phénomène), « cheval, jument », et de là « fille ». L’hébreu a parash (à côté de sûs) et l’éthiopien faras. Comme ce nom du cheval est inconnu en accadien et en syriaque, il semblerait qu’il soit propre aux langues sémitiques les plus méridionales, tout particulièrement à celles d’Arabie.

  • 23  Dictionnaire de Kazimirski, au mot. Il s’agit du poulain à sa naissance : voir Viré, « Faras », p. (...)

9Un texte unique emploie un autre mot, mhrt, qui peut être comparé avec l’arabe muhr, « poulain ; petit (en parlant de tout animal) »23, et muhra, « pouliche ; petit femelle (de tout animal) ». Le substantif mhrt ne suffit pas pour indiquer le sexe.

  • 24  Dictionnaire de Kazimirski, au mot.

10Le troisième terme pour désigner le cheval se trouve dans une inscription qui couvre une petite statuette de cheval en bronze. L’interprétation de gbht se fonde sur l’arabe jabha, « troupeau de chevaux »24.

  • 25  Sima, 2000, p. 75‑77.
  • 26  Sima, 2000, p. 81‑88.

11Dans les inscriptions du ier au ve siècle de l’ère chrétienne, le terme frs¹ (pluriel ʾfrs¹) est utilisé pour désigner les chevaux, mais aussi les cavaliers, en particulier dans l’évaluation des effectifs qui participent à une campagne militaire25. De même le substantif rkb désigne‑t‑il aussi bien le dromadaire que l’homme qui le monte26. La vocalisation de frs¹ est certainement faras puisque le pluriel de ce subtantif, quel que soit le sens, est toujours ʾfrs¹.

12C’est seulement au ve siècle de l’ère chrétienne qu’apparaît le terme fāris, pluriel fawāris, comme le prouve un texte daté de 474–475, où le terme pour dire « cavaliers » est fwrs¹, évidemment la graphie sabaʾique de l’arabe fawāris :

(15)w‑ʿm‑hw ʿs²ry fwrs¹m
« et (il y avait) avec lui vingt cavaliers »
(Maʾsal 3 / 15).

  • 27  Voir ci‑dessous le texte Minosa, 1983, p. [78] n° 1, illustré Fig. 33.

13On peut supposer que c’est également le terme fāris (avec la graphie frs¹) qu’un prince de Najrān utilise pour se désigner lui‑même dans un texte tardif27.

  • 28 Une autre interprétation de ḥiṣān est « (étalon pur‑sang) qui réserve jalousement sa semence» : voi (...)

14Ce vocabulaire du cheval dans les inscriptions de l’Arabie méridionale appelle une observation. Si les trois mots attestés existent aussi en arabe, ce ne sont pas les termes les plus courants pour désigner les chevaux, qui sont ḥiṣān « étalon, cheval »28 et khayl « chevaux, cavalerie », l’un et l’autre absents des inscriptions avec ces significations. Ces deux termes sont en fait des métaphores, qui renvoient à l’idée de « force » et de « puissance » (sens étymologique de khayl, aujourd’hui perdu en arabe, mais toujours vivant en éthiopien, comme dans Hayla Sellāsē, « Puissance de la Trinité »).

  • 29  Pour le Coran, voir III, 14 ; VIII, 60 ; XVI, 8 ; XVII, 64 ; LIX, 6.

15Dans l’arabe du Coran, le seul terme pour cheval est khayl 29 ; dans celui de la poésie pré‑islamique, le mot faras est rare. La date d’apparition de ḥiṣān semble postérieure à l’islam. Noter que le Coran (XXXVIII, 31) connaît un autre mot, sāfināt, pour désigner les cavales : apparemment, ce terme désigne d’abord une attitude du cheval, dont l’une des pattes touche légèrement le sol.

  • 30  C’est la totalité de la documentation pour les langues maʿīnique, qatabānique et ḥaḍramawtique, et (...)

16Pour compléter l’inventaire d’Alexander Sima, on pourra utiliser la base de données DASI qui contient désormais une grande partie de la documentation épigraphique30.

17Il est clair désormais que l’introduction du cheval, si on combine les données des inscriptions et celles des sources classiques, est antérieure au milieu du ier siècle de l’ère chrétienne. Mais peut‑elle être franchement antérieure à cette date ?

L’introduction du cheval en Arabie méridionale : un long processus plutôt qu’une date précise

Les sources sur l’histoire du cheval en Arabie méridionale

  • 31  Voir Ryckmans, 1963 ; Robin, 1996 ; Robin & Theyab, 2002. Nous donnons à « Arabie méridionale » un (...)

18Pour dater l’introduction du cheval en Arabie méridionale31, il est possible de se fonder sur une pluralité de sources. Ce sont des sources externes, comme les ouvrages rédigés en grec ou en latin qui traitent de la géographie ou du commerce de l’Arabie et dont la rédaction est datée de façon relativement précise. Ce sont aussi des sources internes, de plus en plus nombreuses, qui peuvent être classées en deux catégories : les textes et les représentations (statues, images et dessins rupestres).

19Le témoignage des auteurs classiques permet de situer l’introduction du cheval avant le milieu du ier siècle de l’ère chrétienne. Cette date résulte de la combinaison d’une observation de Strabon et des informations du Périple. Strabon (mort entre 21 et 25 de l’ère chrétienne) observe en effet :

« La partie extrême vers le sud, et qui se trouve face à l’Éthiopie est arrosée et fertile … à l’exception des chevaux, des mules et des porcs, on y trouve en abondance les animaux domestiques »
(Géographie, 16.4.2).

20Cette observation de Strabon est empruntée à un auteur plus ancien, Ératosthène de Cyrène (mort vers 195 avant l’ère chrétienne). Elle se rapporte donc à la situation au iiie siècle avant l’ère chrétienne, plus de 200 ans avant Strabon, et non à l’époque de Strabon.

21Le Périple de la mer Érythrée, dont les données semblent refléter la situation politique vers 40 de l’ère chrétienne, telle qu’elle est connue par d’autres sources, indique que des chevaux sont importés par deux des royaumes du Yémen. Celui de Sabaʾ et de dhu‑Raydān en reçoit par le port de Mawzaʾ (Mouza) :

« Le port de commerce de Mouza… : au gouverneur et au roi sont donnés (?) : des chevaux et des mules de bât (hêmionoi nôtêgoi) »
(§ 24).

22Quant au royaume de Hadramaout, c’est par le port de Qanīʾ :

« Un autre port de commerce sur la côte, Kanê … Pour le roi, des objets d’argent embossés et de la monnaie (?), en assez grandes quantités, des chevaux, des statues… »
(§ 28).

23Apparemment, les chevaux sont destinés avant tout aux souverains et aux princes. On peut supposer qu’ils proviennent d’Égypte, puisque ce sont les négociants égyptiens qui contrôlent alors le commerce entre la Méditerranée et les pays de la mer Érythrée.

24Le cheval serait donc inconnu en Arabie du sud au iiie siècle avant l’ère chrétienne, mais il serait importé d’Égypte, et donc déjà utilisé et apprécié un peu avant le milieu du ier siècle de l’ère chrétienne. Ce terminus ante quem du Périple s’accorde bien avec les données des textes épigraphiques qui peuvent être classés en trois catégories. Ce sont tout d’abord les inscriptions (souvent appelées « monumentales ») qui sont des textes formels, inscrits sur des supports impérissables et exposés dans des lieux publics ; ce sont ensuite les textes privés incisés le plus souvent sur des bâtonnets de bois dans une écriture cursive ; ce sont enfin les textes spontanés (ou graffites) gravés sur les rochers, les murs et d’autres supports par les gens de passage.

  • 32  Voir principalement Ryckmans et alii, 1974 ; Stein, 2010 ; Maraqten, 2014 ; Drewes & Ryckmans, 201 (...)

25Il est remarquable que, dans les textes cursifs sur bâtonnets de bois, tout au moins ceux déjà publiés32, le cheval ne soit jamais mentionné. Il en va de même dans les graffites rupestres, mais dans ce cas, on pouvait s’y attendre parce que le contenu de ces graffites se limite, sauf exception, à des noms propres. C’est seulement dans les inscriptions monumentales qu’il est question du cheval. Le nombre de celles qui en font mention avoisine aujourd’hui 80 ; nous avons déjà signalé que toutes celles qui sont datées de manière relativement précise sont postérieures à 75 de l’ère chrétienne environ.

26La seconde source sur le cheval est l’archéologie, qui offre deux ensembles de données : les vestiges de chevaux d’une part, les représentations figurées d’autre part. En fait, très peu de fouilles régulières ont été pratiquées au Yémen ou dans les régions voisines. Les investigations sur les vestiges osseux n’ont pas livré de vestiges de chevaux. Aucune tombe de cheval n’a été observée jusqu’à présent.

27Les représentations de chevaux offrent heureusement une plus ample matière. Mais elles sont difficiles à dater, sauf quand elles sont associées à une inscription. Aucune n’est assurément antérieure à 75 de l’ère chrétienne. Pour celles qui relèvent de l’art sudarabique, on se reportera à la contribution de Sabina Antonini de Maigret, plus loin dans cette étude. Les graffites rupestres représentant des chevaux, qui deviennent progressivement une source spécifique, seront présentés ensuite.

La date de l’introduction du cheval

28L’hypothèse selon laquelle le cheval apparaîtrait en Arabie méridionale peu avant le milieu du ier siècle de l’ère chrétienne peut surprendre. Le cheval est utilisé par les peuples du Proche‑Orient dès le IIIe millénaire avant l’ère chrétienne et a déjà acquis une grande importance militaire au IIe, quand il est attelé aux chars rapides conçus pour le combat. En Égypte, le cheval est tout particulièrement illustré dans la mise en scène du pouvoir royal, qui montre le pharaon sur son char, lancé à la poursuite d’ennemis ou se livrant à des exercices physiques. Le peuple d’Israël imite naturellement ses voisins, comme le rappelle notamment la conduite arrogante d’un fils de David :

« Absalom se procura un char et des chevaux, et cinquante hommes couraient devant lui »
(2 Samuel 15, 1).

  • 33  Khan et alii, 2012, Fig. 6.37, p. 144‑145.

29On imagine mal que les souverains de l’Arabie déserte et sans doute ceux de l’Arabie du sud n’aient pas ardemment désiré posséder eux‑mêmes des chevaux dès l’époque où des envahisseurs montés à cheval ou sur des chars les ont attaqués. C’est au plus tard lors de l’expédition de Nabonide dans le Ḥijāz entre 553 et 544 avant l’ère chrétienne environ : la gravure rupestre représentant un cavalier à la manière assyrienne ou néo‑babylonienne aux environs de Taymāʾ date probablement de cette expédition33.

30On peut d’ailleurs observer que le texte d’Ératosthène cité par Strabon n’est pas aussi catégorique qu’on le prétend. Il peut signifier que le cheval était totalement inconnu, mais aussi qu’il ne se trouvait pas « en abondance » ou encore que le pays n’en produisait pas ; en outre, il est plausible que cette observation ne valait que pour les régions côtières auxquelles les étrangers avaient accès. En faveur de l’hypothèse selon laquelle l’Arabie méridionale ne produisait pas de chevaux, on peut aussi invoquer ce que Strabon dit de la Nabaṭène :

« le pays ne produit pas de chevaux ; les dromadaires fournissent les services qu’ils demandent, à la place des chevaux »
(Géographie, 16.4.26).

  • 34  Macdonald, 1996, n. 30, p. 82.

31Pourtant, on sait par d’autres sources que les rois de Nabaṭène étaient capables de mobiliser des milliers de cavaliers34. Le fait de ne pas produire de chevaux n’impliquait donc pas que cet animal était totalement inconnu. La date de l’introduction des premiers chevaux en Arabie pourrait donc être bien antérieure au ier siècle de l’ère chrétienne.

  • 35  Ja 643 / 24 (Karibʾīl Bayān fils de Dhamarʿalī Dhariḥ) ; Ja 643 bis / 2 (Karibʾīl Bayān fils de Dh (...)

32Les informations qu’on peut tirer des inscriptions sont également ambiguës. Les textes ne nous renseignent pas sur l’existence de chevaux, mais sur l’utilisation du cheval dans les opérations militaires. La première mention de cette utilisation est assez tardive : elle date du règne de Karibʾīl Bayān roi de Sabaʾ et de dhu‑Raydān, dans le dernier quart du ier siècle de l’ère chrétienne35.

  • 36  Voir Ja 643 (du règne de Karibʾīl Bayān fils de Dhamarʿalī Dhariḥ) et Robin‑Bron Banū Bakr 1 (qui (...)

33Mais on peut observer aussi que c’est sous le même règne qu’apparaît, dans les inscriptions du royaume de Sabaʾ et de dhu‑Raydān, la mention d’une armée royale, sans doute permanente36. Peut‑on en déduire que le roi Karibʾīl Bayān est à l’origine de deux innovations importantes, une réorganisation de l’armée et la création d’un corps de cavaliers ? C’est peu probable pour une raison très simple : avant le règne de Karibʾīl Bayān, les inscriptions commémorant les offrandes que les Sabéens déposent dans les temples sont très laconiques ; en particulier, elles ne rapportent jamais le déroulement d’opérations militaires. L’innovation qui s’observe sous le règne de Karibʾīl Bayān est plutôt un changement soudain dans le contenu des inscriptions de dédicace : désormais, ces inscriptions rapportent en détail tous les événements illustrant la faveur divine dont leurs auteurs sont les bénéficiaires. Elles deviennent donc un outil de propagande personnelle pour les personnages les plus en vue du royaume qui rivalisent pour accéder à la dignité royale. C’est grâce à ce changement que nous sommes remarquablement éclairés sur la société yéménite à partir de la fin du ier siècle de l’ère chrétienne. Cette source d’information se tarit au ive siècle avec l’abandon ou la fermeture des temples polythéistes.

34On peut ajouter que très peu d’inscriptions sabéennes datent des derniers siècles avant l’ère chrétienne et que ces inscriptions commémorent non pas des opérations militaires, mais des offrandes ou des constructions. Il n’est donc pas étonnant qu’elles ne mentionnent pas le cheval.

35On peut en dire autant des inscriptions minéennes et qatabānites : si elles sont assez nombreuses jusque vers le début de l’ère chrétienne, leur contenu, stéréotypé et laconique, est réglementaire et commémoratif. Elles évoquent bien des conflits, mais de manière incidente, par exemple à propos de l’édification d’ouvrages défensifs :

« (le souverain de Qatabān) a construit, fortifié, déblayé et remis en état l’enceinte et les tou(5)rs de la ville de ʿĀbir, complètement, avec des pierres brutes, du bois et des pierres taillées, des fondations (6) jusqu’au faîte, lors de la guerre du Ḥaḍramōt, avec les forces de sa commune dhu‑Ḍuraʾ »,
bny w‑gnʾ w‑ṣyr w‑s¹ḥdṯ gnʾ w‑mḥ(5)fd hgrn ʿbr glm ʾbnm w‑ʿḍm w‑blqm bn s²rs¹m(6)ʿd frʿm b‑ḍr Ḥḍrmt b‑ʾẖyl s²ʿb‑s¹ ḏ‑Ḍrʾ
(MAFYS‑Ḍuraʾ 2 = Pirenne‑Ḥuwaydar A = CSAI I, 19).

36Le fait que de telles inscriptions ne mentionnent pas les chevaux n’est donc pas particulièrement significatif.

  • 37  Sima, 2000, p. 71, qui suit l’interprétation d’Albert Jamme.

37Il a été supposé 37 que l’inscription RES 851 / 3 (iiie ou iie siècle avant l’ère chrétienne environ) commémorait l’offrande d’un cheval :

« [… ont dédié à … et ʿAmm dhu‑Di]wānum, … …, Anbī, S²yʾn et dhāt‑(Ṣanatum) le chev[al … …] à Ḥrbt pour eux et pour leurs enfants et [… …] »,
[… … D]wnm w‑[… … ]w‑ʾnby w‑S²n w‑ḏt (Ṣntm)( fr)[s1… …] (b)‑(Ḥrbt)( l)‑(s¹m) w‑l ʾwld‑s¹m w‑[… …].

38Si les restitutions étaient assurées, on aurait ici une mention du cheval antérieure de deux à trois siècles à la plus ancienne attestation en sabaʾique. Mais ce n’est pas le cas. Il n’est pas même certain que le texte commémore une offrande. Cette occurrence du mot cheval est donc trop douteuse pour être retenue, jusqu’à preuve du contraire.

39Pour confirmer que l’absence de toute mention du cheval dans les inscriptions de Maʿīn et de Qatabān n’est pas très significative, il suffit de faire l’inventaire des termes nommant les animaux domestiques les plus communs dans ces mêmes inscriptions. Les occurrences sont effectivement fort peu nombreuses :

  • 38  Sima, 2000, p. 152.

— Seul le terme « taureau » (ṯwr) est mentionné dans les deux langues, trois fois en maʿīnique et une fois en qatabānique38.

  • 39  Sima, 2000, p. 36‑37 et 46.

— Le gros bétail (bʿr) et le bovin (bqr) sont mentionnés deux fois en maʿīnique39.

  • 40  Sima, 2000, p. 17.

— Le dromadaire (ʾbl) est mentionné deux fois en qatabānique40.

  • 41  Sima, 2000, p. 53 et 96.

— Le mouton (ḍʾn) et l’âne (ḥmr) sont mentionnés une fois en maʿīnique41.

  • 42  Sima, 2000, p. 29, 40, 43, 92, 126, 133 et 140.

— Enfin, la chèvre (ʿnz), la mule (bḡl), le jeune dromadaire (bkr), le dromadaire (gml), la chamelle (nqt), le petit bétail (qny et qṭnt) ne sont pas attestés42.

40Il reste à examiner l’absence du cheval dans l’art sudarabique avant l’ère chrétienne. On peut affirmer qu’elle est également quelque peu illusoire. Avant l’ère chrétienne, ni l’art religieux ni l’art funéraire ne représentent les individus dans leurs activités quotidiennes : dans les temples et les nécropoles, on ne trouve que des statues de personnages ou des scènes de procession. C’est seulement après l’ère chrétienne que le défunt commence à être représenté parmi les siens ou s’occupant de ses affaires.

41En bref, aucune source ne permet d’affirmer que le cheval apparaîtrait en Arabie méridionale peu avant le milieu du ier siècle de l’ère chrétienne. Il semble plus vraisemblable de supposer que l’introduction du cheval a commencé beaucoup tôt, mais que ce fut un processus lent, avec de nombreux échecs, qui n’aurait abouti à une véritable acclimatation qu’après le milieu du ier siècle de l’ère chrétienne.

42On peut ajouter que, selon toute vraisemblance, le cheval est toujours demeuré rare avant l’islam. On peut se fonder sur la convergence de diverses observations :

— Le nombre des cavaliers mobilisés par les armées sudarabiques est toujours très faible ; son maximum, au ive siècle de l’ère chrétienne, est de 300. Ni les inscriptions ni les sources externes ne mentionnent un rôle important de la cavalerie dans une guerre.

— Les inscriptions ne donnent qu’un très petit nombre de noms de chevaux, inférieur à celui des noms de dromadaires.

— Les représentations du cheval dans l’art sudarabique sont également bien peu nombreuses, notablement inférieures à celle du dromadaire.

— Enfin, comme nous le verrons plus loin, les gravures rupestres représentant un cheval, presque toujours avec un cavalier, sont en nombre infime avant l’islam, alors qu’elles sont innombrables après l’islam.

Le cheval dans la société sudarabique

43En plus de la date de l’introduction, il est souhaitable d’ajouter quelques remarques sur la place du cheval dans la société sudarabique.

Le cheval et le prestige social

44La possession d’un cheval est assurément la marque d’une position sociale élevée. On peut le déduire des statuettes que les fidèles offrent dans les temples.

  • 43  Sima, 2000, p. 162.
  • 44  Sima, 2000, p. 153.
  • 45  Sima, 2000, p. 20 (ʾbl), 43 (bkr) ; voir aussi qblt (Christies 2008 et YM 10882).
  • 46  Nous ne retenons pas RES 851 où le verbe « offrir » est restitué et le mot « cheval » incomplet : (...)

45Pendant les premiers siècles de la civilisation sudarabique, les fidèles les plus fortunés ont pris l’habitude d’offrir dans les temples leur propre image sous la forme de grandes statues de bronze, puis, à partir du début de l’ère chrétienne, sous la forme de petites statuettes de bronze ou d’argent. Il était également traditionnel d’offrir des images d’animaux dont on ignore la signification exacte. Ce pouvait être des animaux sauvages comme l’ibex43 ou domestiques comme le taureau44 et le dromadaire45. On ne connaît que deux ou trois exemples d’offrande d’une image de cheval46 :

 Ja 752 (Maʾrib, ierive siècle de l’ère chrétienne)
Offrande d’un cheval par des Sabéens issus du lignage des banū Ḥḍnn :

  • 47  Le terme grm, qui est un hapax en sudarabique, est très fréquent dans l’onomastique des graffites (...)

« … ont offert à leur sei(6)gneur Almaqah maî(7)tre d’Awām une jument de (8) bronze qu’il Lui avait promise pour la bonne santé de sa pouliche quand elle a donné naissance à une pouliche femelle »,
hqnyw mrʾ‑(6)hmw ʾlmqhw bʿ(7)l‑ʾwm frs¹m ḏt (8) ḏhbm ḏt s²ft‑h(9)w l‑grm mhrt‑h(10)mw k‑wldt mh(11)rtm ʾṯym 47.

  • 48 frs¹n w‑ʾ(b)(4)ltn ḏy ḏhbn. Sur les banū ʿUthkulān, voir Robin 2013, p. 150‑152.

 A‑20‑262 (al‑Jawf, ier siècle de l’ère chrétienne)
Offrande d’un cheval et d’un dromadaire de bronze à dhu‑Samāwī par un noble sabéen issu des banū ʿUthkulān48. La graphie indique le début de la période des rois de Sabaʾ et de dhu‑Raydān, probablement le ier siècle de l’ère chrétienne. Mais ce mode de datation n’est pas assez sûr pour prétendre qu’on a ici (ou dans CIH 306 et al‑Jawf 04.17, ci‑après) la plus ancienne attestation du cheval en Arabie du sud. Il est cependant remarquable que trois textes relativement anciens mentionnent des chevaux.

« ʿUṣayyat ibn ʿUthkulān a of(2)fert à dhu‑Samāwī dieu d’Amīrum(3) dans Mʿrn le cheval et la chamelle de bronze »,
ʿṣyt bn ʿṯkln (hq)(2)ny ḏ‑S¹mwy ʾlh ʾmrm (3) ʿdy Mʿrn frs¹n w‑ʾ(b)(4)ltn ḏy ḏhbn

 CIH 504 bis
À ces deux textes, on peut encore adjoindre un petit cheval de bronze, sur les flancs duquel il est écrit d’un côté :

gbht ḏt Bʿ Lḥyṯt

et de l’autre :

dn hqnyz (lu hqnyt).

  • 49  Sima, 2000, p. 89

46On a traduit ce texte énigmatique de deux manières : « Jument de dhāt Baʿdān. Laḥayʿathat a dédié » ou « Gbht mariée dans le lignage Bʿdn a dédié Lḥyṯt (nom du cheval) »49.

47Il était évidemment possible d’offrir au temple non pas une image, mais un animal vivant. C’est ce qu’un texte indiquerait incidemment :

  • 50  Nous ne retenons ni RES 4149 [fr](s¹)n ni RES 851 (fr)[..] où la restitution de frs¹ est douteuse (...)

w‑hmy yʿrbn frs¹m w‑ḏbḥm,
« … et s’il offrait un cheval et une bête de sacrifice »
(Ghūl‑Maʾrib 1, iiie siècle de l’ère chrétienne ?)50.

48Le plus souvent, ce n’est pas l’image d’un cheval qui était offerte, mais celle d’un cheval avec un cavalier. On en a sept ou huit exemples aujourd’hui. Ce sont, dans l’ordre chronologique :

  • 51  ḏn fr(5)n w‑rkb‑hw.

1. CIH 306 (ʿUṣām, ier siècle de l’ère chrétienne)
Offrande de « ce cheval et son cavalier »51 à Taʾlab Riyāmum maître de Turʿat par au moins trois hommes et leur fils, banū Fṯkn. La graphie suggère le ier siècle de l’ère chrétienne.

  • 52  frs¹n (w)‑[r](4)kb‑hw
  • 53 Sur ce lignage, voir Robin, 2013, p. 158‑159.

2. al‑Jawf 04.17 (al‑Bayḍāʾ, ier siècle de l’ère chrétienne)
Offrande de « le cheval et son cavalier »52 à Almaqah dans son temple Shabʿān à Nashqum (aujourd’hui al‑Bayḍāʾ) dans le Jawf, par un personnage au service des banū Gadanum53. La graphie suggère le ier siècle de l’ère chrétienne.

3. MB 2001‑101 A et B (Maʾrib, début du iie siècle de l’ère chrétienne)
Installation de deux statues équestres de part et d’autre d’une entrée secondaire du temple Awām (le Grand Temple de Marib, consacré au dieu Almaqah Thahwān). Cet aménagement est commémoré par une même inscription qui se répète sur le socle de chacune des deux statues. L’entrée secondaire a été murée plus tard, sans doute après l’abandon du temple et son réaménagement (peut‑être comme lieu de culte judéo‑monothéiste). Les deux textes se lisent :

  • 54  MB 2001‑101 A (= RES 5099 + 5098) et B.

ʿmdn Byn Yhqbḍ mlk S¹bʾ w‑ḏ‑Rydn (2) w‑Wddʾl bn ʿmdn hḥdṯy l‑ʾlmqh bʿl (3)ʾwm frs¹n w‑rkb‑hw bn qny ʾlmqh,
« ʿAmdān Bayān Yuhaqbiḍ roi de Sabaʾ et de dhu‑Raydān,(2) et Wadadʾīl fils de ʿAmdān, ont exécuté pour Almaqah maître (3) d’Awām le cheval et son cavalier, avec le bien d’Almaqah »54.

Les deux statues équestres représentaient probablement le roi et son fils. Le roi ʿAmdān, qui est connu par un nombre appréciable de textes, peut‑être daté du tout début du iie siècle de l’ère chrétienne, approximativement de 100 à 120.
Ici, il ne s’agit pas à proprement parler d’une offrande que le roi ferait au dieu, mais d’un nouvel aménagement dont le roi a pris l’initiative et qui est financé avec les biens du temple. Le roi intervient probablement en tant qu’administrateur du temple.

  • 55  frs¹y[nh]n w‑rkb‑hmy.

4. Ja 489 (Ghaymān, iie siècle de l’ère chrétienne) (Fig. 4)
Mention de « deux chevaux et (de) leurs (deux) cavaliers »55 sur une statue de bronze (un cheval sans doute monté) qui a probablement fait l’objet d’une offrande puisqu’il subsiste la lettre q, permettant de restituer le verbe [h](3)q(n)[y] ; le nom de la divinité destinataire, qui a été restitué [ḏt Bʿd]n[m] de manière très hypothétique, est incertain ; le dédicant est un prince de la commune Ghaymān. La graphie suggère le iie siècle de l’ère chrétienne.

5. ABADY, 4, 1987, Pl. 16 d (Maʾrib, début du iiie siècle de l’ère chrétienne)
Offrande par deux personnages (ou davantage) à « leur divinité domestique (H)irrā(n) de deux chevaux et de leurs deux cavaliers » très probablement avec le butin pris à Shabwat

  • 56 h]qnyw mḍḥ‑hmw (H)r(n) frs¹nhn w‑rkby‑hmy (3) [bn ḡnm‑hmw bn hgrn S²bw]t.

« quand ils étaient au service de leur seigneur Shaʿrum Awtar roi (4) [de Sabaʾ et de dhu‑Raydān, fils de ʿAlhān Nah]fān roi de Sabaʾ quand ils faisaient la guerre au Hadramaout »56.

  • 57  frs¹m w‑rkb(5)hw kly ḏhbm.

6. Ja 666 (Maʾrib, début du ive siècle de l’ère chrétienne)
Offrande de « un cheval et son cavalier, tous deux en bronze »57, à Almaqah dans son temple Awām à Marib par un prince de la région de Sanaa.

  • 58  frs¹n w‑rkb‑hw (5) ḏ‑ḏhbn.
  • 59  ʾtlwt ʾfrs¹ mlk(3)n.

7. Ja 745 (Maʾrib, iieive siècles de l’ère chrétienne)
Offrande de « cheval et son cavalier en bronze »58 au dieu Almaqah Thawān maître d’Awām, par un homme et son fils, « palefreniers des « chevaux du roi »59. Le texte qui évoque une campagne dans Sahratān date probablement du iiie siècle de l’ère chrétienne. Le palefrenier remercie le dieu

  • 60  ḥmdm b‑ḏt s¹twfy frs¹ (7) mlkn Gdn b‑kn rkb‑hw ʿdy (8) S¹hrtn w‑ḥmdm b‑ḏt mtʿ fr(9)s¹nhn Dynrm w‑Ẓ (...)

« d’avoir accordé sa protection au cheval (7) du roi Gadan quand il le montait dans Sahratān et … d’avoir sauvé les deux chevaux Daynarum et Ẓabiyum »60.

Cet exemple illustre que les chevaux sont un élément de prestige pour le roi, qui en possède un certain nombre et dispose de personnes spécialisées pour s’en occuper ; il indique également que ces chevaux peuvent être engagés dans des opérations militaires en étant montés par d’autres personnes que le roi.

  • 61 (2) [fr](s¹)n w‑ṣlmt ḏ‑ḏhb[n

49À ces sept textes, on peut en ajouter avec hésitation un huitième, RES 4149 (—, début du iiis.), un fragment de dédicace commémorant hypothétiquement l’offrande d’un cheval et assurément celle d’une statuette de bronze61, sous le règne de Shaʿrum Awtar. Il n’est pas impossible que, dans ce document, le terme « statuette » désigne le cavalier.

50Si on examine le statut social des auteurs de ces offrandes de chevaux, ce sont des personnages très importants à trois reprises (n° 3, 4 et 6). Dans un cas (n° 7), il s’agit d’un professionnel du cheval. Pour deux autres (n° 1 et 5), on manque de données. Le dernier texte, enfin (n° 2), a pour auteur le client d’un lignage de la haute noblesse sabéenne. De cet inventaire, on retire donc l’impression que le cheval peut être l’un des attributs de l’aristocratie.

51Pour vérifier si cette hypothèse est valide, nous disposons d’une autre source, les stèles funéraires qui représentent le défunt soit dans une scène qui le caractérise soit dans ses activités quotidiennes. On s’attendrait à trouver les rois et les princes figurés à cheval. Mais ce n’est pas aussi net qu’on le souhaiterait. On ne connaît que trois stèles funéraires avec un cavalier. La première représente le défunt, un certain Saʿdawām dhu‑Madhmarum, dans quatre scènes superposées qui évoquent sans doute des épisodes de son existence. Dans la vignette du haut, il se déplace à pied ; dans celle qui suit il voyage à dos de dromadaire ; en dessous, il tente apparemment de maîtriser un bovin affolé ; enfin il est représenté à cheval. Dans chacune de ces scènes, il est accompagné par un serviteur (Fig. 14). La graphie de l’inscription, avec un rāʾ très large à la manière de Qatabān, suggère une date vers le milieu du ier siècle de l’ère chrétienne.

  • 62  Le nom de lignage de Yudāwim comporte également un ḍāḍ et un nūn, comme l’indique le monogramme de (...)

52La deuxième stèle (hypothétiquement) funéraire, au nom d’un certain Yudāwim Awkan et de trois frères, issus du lignage H[..]62, provient de Ẓafār, la capitale de Ḥimyar. Elle comporte une scène de combat dans laquelle deux cavaliers lourdement cuirassés, suivis par un valet d’armes, se précipitent l’un contre l’autre (Fig. 9 a, 9 b et 10). Il est possible que l’un des deux cavaliers soit Yudāwim. La graphie, notamment le lām avec un appendice en triangle, situe ce Yudāwim vers le ive ou le ve siècle de l’ère chrétienne.

53La troisième stèle, hypothétiquement funéraire elle aussi, au nom d’un certain « Thawrum(2) Sālim » (Ṯrm (2) S¹lm), représente un homme monté sur un cheval (ou un âne ?). Elle provient de Shabwa, la capitale du Hadramaout (S/75/69 ; Fig. 31). La date est également assez tardive (ive ou ve siècle de l’ère chrétienne).

54Les défunts ne sont donc guère représentés à dos de cheval. En revanche, on peut les voir une dizaine de fois sur un dromadaire. Faut‑il supposer que les scènes sur les stèles funéraires représentaient davantage la petite noblesse que la haute aristocratie ? C’est une première explication possible. Une autre est que le cheval était fort rare, au contraire du dromadaire.

  • 63  Voir par exemple Khan et alii, 2012, Fig. 4.26, p. 76.

55Les images de chevaux, en dehors des nécropoles, sont tout aussi exceptionnelles. On ne peut guère citer que la pierre de Najrān (Fig. 15), souvent reproduite63, qui décorait la façade d’une habitation aristocratique ; toujours in situ, elle représente un cheval non monté, marchant au pas.

  • 64  Le texte gravé sur le cheval de Dumbarton Oaks (Fig. 4) mentionne effectivement un cavalier.

56Si on examine les statues de chevaux, le constat est le même : ce sont deux chevaux avec un cavalier et deux qui ne sont pas montés. On peut supposer en effet que, quand le cheval est harnaché (Fig. 4 et 7), il était initialement monté, mais a perdu son cavalier64. Les deux autres statuettes représentent des chevaux non montés, l’un cabré (Fig. 5), l’autre au galop (Fig. 6) ; ce sont probablement des illustrations des chevaux qui étaient offerts dans les temples.

  • 65  Ce sont Dynrm et Ẓbym, dans Ja 745 / 9 ; Gdn dans Ja 745 / 7 ; Ndf dans Ja 649 / 20 ; Wḥ[ẓ] dans J (...)

57Si la possession d’un cheval anonyme était assurément une source de prestige, celle de certains chevaux, distingués pour leurs qualités propres ou celles de leurs ascendants, l’était encore davantage. On peut le déduire du fait que quelques auteurs d’inscriptions prennent le soin d’identifier par son nom le cheval qu’ils évoquent. Grâce à cette pratique, nous connaissons aujourd’hui une poignée de noms de chevaux65.

  • 66  Sima, 2000, p. 23, qui recense 8 noms de dromadaires et 6 noms de chevaux.

58Il en allait de même pour les dromadaires. Mais, il est remarquable que l’on connaisse aujourd’hui davantage de noms de dromadaires que de noms de chevaux66. C’est un indice supplémentaire de la relative rareté du cheval.

59On peut observer incidemment que le cheval n’est pas entré dans le bestiaire symbolique sudarabique, aux côtés de l’ibex, de l’oryx, du taureau, de l’autruche, du serpent et de l’aigle. Si le cheval n’est pas l’un des animaux symboliques que les populations sudarabiques associent à leurs dieux, c’est parce qu’il n’appartenait pas à leur environnement quotidien quand les rites ont été organisés et codifiés, probablement dans les premiers siècles du Ier millénaire avant l’ère chrétienne. Mais cet argument n’est pas aussi déterminant qu’il y paraît : de nombreux animaux présents en Arabie du sud, même prestigieux comme le lion, sont absents de ce bestiaire symbolique.

Le cheval et la guerre

60Si les inscriptions mentionnent fréquemment des combattants à cheval, elles ne nous éclairent guère sur l’organisation de la cavalerie. Tout au plus peut‑on noter qu’elles distinguent deux fonctions officielles en relation avec le cheval. La première, nḥl, désigne apparemment un commandant de cavalerie, puisqu’on la trouve en contexte militaire. Dans trois textes, le nḥl est assurément ou probablement en charge de la cavalerie royale, soit celle de Ḥimyar soit celle du Hadramaout :

 BR‑M. Bayḥān 5 / 1 (Marib, fin iiie siècle de l’ère chrétienne) :

« Shāfʿathat Awlaṭ Ayhar ibn Shahr, le commandant (2) des chevaux du roi »,
S²fʿṯt ʾwlṭ ʾyhr bn S²hr nḥl (2)ʾfrs¹ mlkn

 Ja 956 / 1 (al‑ʿUqla, iiie siècle de l’ère chrétienne) :

  • 67  Les textes voisins permettent d’identifier ce roi avec Ydʿʾl Byn mlk Ḥḍrmt bn Rbs²ms¹ qui règne en (...)

« Murād ibn Thābir, le commandant (2) des chevaux, a servi son seigneur Yadaʿʾīl »,
Mrdm bn Ṯbr nḥl (2)ʾfrs¹n‑s²wʿ mrʾ‑s¹ (3) Ydʿʾl67

 Ja 665 / 36 (Marib, ive siècle de l’ère chrétienne) :

« et ils capturèrent parmi eux Afṣà le commandant et (36) Gusham, le commandant des chevaux »,
w‑ʾẖḏw bn‑hmw ʾfṣy nḥln w‑(36)Gs²m nḥl ʾfrs¹n

Dans les deux derniers textes, on peut supposer que le nḥl commande la cavalerie des princes locaux, un Yazʾanide et un Haṣbaḥide :

 ʿAbadān 5 / 2 (ʿAbadān, ive siècle de l’ère chrétienne) :

« Asadum ibn Saʿdum(2) commandant des chevaux [… »,
(ʾ)s¹dm bn S¹ʿdm[ w‑]Z….. s²n bn[ ???] (2)nḥl ʾfrs¹n […

 MQ‑Shirjān 25 = Ja 1817 / 1 (Shirjān, iiie ou ive siècles de l’ère chrétienne) :

« Mawhūbʾīlān Aḥrash dhu‑Ḥa(2)rmān, le commandant des chevaux »,
Mwhbʾln ʾḥrs² ḏ‑Ḥ(2)rmn nḥl ʾfrs¹n

Les nḥl sont assurément des personnages importants puisque presque tous portent un double ou triple nom.

La seconde fonction en relation avec le cheval est celle de tly, pluriel ʾtlwt. Dans tous les textes connus, elle ne concerne que la cavalerie royale :

 ʿInān 22 (Marib, iiie siècle de l’ère chrétienne) :

« Mḥqbm Ydrm, le palefrenier des chevaux du roi »,
Mḥqbm Ydrm tly ʾfrs¹ mlkn

 Ja 584 / 1 (Marib, iiie siècle de l’ère chrétienne) :

« Saʿdthawān, le palefrenier des chevaux du roi »,
S¹ʿdṯwn tly ʾfrs¹ mlkn

 Ja 745 / 2 (Marib, date inconnue) :

« Ilīghazz ʾywkn et son fils ʿAliyum, les palefreniers des chevaux du roi »,
ʾlḡz ʾywkn w‑bny‑hw (2) ʿlym ʾtlwt ʾfrs¹ mlk(3)n

On peut supposer que le tly, qui n’est jamais cité en contexte militaire, est chargé de l’élevage, du dressage et de l’entretien des chevaux. Sa position n’est pas aussi élevée que celle du nḥl : aucun tly ne mentionne son ascendance (patronyme ou nom de lignage).

  • 68 Yule et alii, 2004.
  • 69  De son adversaire, il ne subsiste que l’extrémité des pattes avant du cheval. Sur cette belle pièc (...)
  • 70  Voir ci‑dessous.

61Concernant l’armement des cavaliers, nous disposons d’images qui nous renseignent quelque peu68. On a une belle représentation d’un chevalier, casqué et revêtu d’une lourde armure. Brandissant une lance et un bouclier et escorté par un valet d’armes armé d’une hache et d’un bouclier plus petit, il se lance à l’attaque d’un personnage représenté de manière semblable69 (Fig. 9 et 10). On notera que le cheval est cabré comme sur la dalle de Shabwa S/75/69 (Fig. 31), sur les peintures murales de Qaryat al‑Faʾw (Fig. 32) et sur les gravures de Murayghān et de Ḥimā de type 1 (Fig. 16‑30), qui représentent des chasseurs et des guerriers70.

  • 71  Yule et alii, 2004.

62Une plaque de métal provenant probablement du harnachement d’un cheval représente, à gauche et à droite, le combat de deux chevaliers semblables et, en haut et en bas, des scènes de chasse (Fig. 13)71.

63Ces deux pièces prouvent que certains cavaliers, que nous supposons être des princes ou des aristocrates disposant des ressources nécessaires pour se payer un équipement coûteux, pouvaient être lourdement armés. Mais il est très vraisemblable que les armées sudarabiques comptaient également une cavalerie légère, beaucoup plus mobile et capable de charger. On ne saurait expliquer autrement les centaines de cavaliers que mentionnent deux textes du ive siècle de l’ère chrétienne. On a peut‑être l’image de ces cavaliers légers dans les gravures rupestres de Ḥimā et de Murayghān.

64Il n’est guère douteux que tous les cavaliers appartenaient à la noblesse. Un simple « officier » (mqtwy) n’avait pas de cheval. On a l’exemple du ḥimyarite Tamīm Yazīd qui a participé à la campagne du roi Maʿdīkarib au‑delà de l’Euphrate en 521 et à celle du roi Joseph dans la région de Najrān. Cet officier du prince sabéen Laḥayʿat dhu‑Gadanum s’est fait représenter dans trois dessins, un à Maʾsal, un à al‑Kawkab (Ḥimā) et un dernier aux puits de Ḥimā : voir le deuxième Fig. 34. Armé tout d’abord d’une lance, puis d’une lance et d’une longue épée droite, enfin de la seule épée, il est toujours à pied.

L’élevage du cheval

  • 72  MAFRAY‑Ḥaṣī 5, … brʾw w‑gdr s¹(4)r‑hmw ʾkbdy mḥgr frs¹‑hmw ʾḏkrn », … ils ont édifié et entouré d’ (...)
  • 73  MQ‑Shirjān 25 = Ja 1817 (nḥl ʾfrs¹n, littéralement « commandant des chevaux »).

65Après son introduction, le cheval a été élevé dans plusieurs régions du Yémen. La principale région d’élevage est apparemment le vaste plateau entre Dhamār et al‑Bayḍāʾ. Deux inscriptions de la région d’al‑Bayḍāʾ rappellent l’importance qui était accordée aux chevaux au ive siècle de l’ère chrétienne. La première, qui date de 330 de l’ère chrétienne environ, commémore la réalisation d’aménagements en relation avec l’élevage des chevaux par les princes de la commune72. La seconde a pour auteur un « commandant de la cavalerie » au service d’un prince qu’on peut situer vers 400 de l’ère chrétienne73.

  • 74  nḥ(y)l ʾ(2)frs¹n mytmytn (DhM 204). Les trois auteurs de ce texte se nomment ʾbkrb Ynf bn ḏ‑Ḥgrm w (...)
  • 75  Voir l’invocation au roi Thaʾrān Yuhanʿim et à ses fils Malkīkarib Yuhaʾmin et Dhamarʿalī Yuhabirr

66Toujours au ive siècle de l’ère chrétienne, un texte qui date de 370 environ a pour auteurs les « commandants des chevaux maytamites »74. On ignore ce que signifie précisément cette expression. L’épithète mytmytn qui dérive de Maytamum, le nom de la commune dont Hakirum est le centre, est au féminin (singulier ou pluriel) : il se rapporte donc aux chevaux, ce qui exclut de traduire ici ʾfrs¹ par « cavaliers ». Les ʾfrs¹n mytmytn pourraient désigner un corps de cavalerie propre à la commune Maytamum, ou un corps de la cavalerie royale composé de chevaux appartenant à une hypothétique race maytamite. En faveur de la seconde proposition, on notera que les auteurs de DhM 204 dépendent directement des rois75.

67On peut supposer que le Jawf était également une région d’élevage comme il le sera bien plus tard, à l’époque moderne. La même observation vaut pour Najrān où une inscription peinte sur un rocher cite un personnage qui se considérait comme le (meilleur) cavalier (fāris) de son temps :

« ʿAmrum fils de Bishrum, le cavalier thuʿlubānite »,
A (droite) ʿmrm bn (2)Bs²rm
B (gauche) frs¹n(2)ṯʿlbynyn
(Minosa 1983, p. [78] n° 1, ici Fig. 33).

68Les banū Thuʿlubān étaient l’une des deux familles princières qui régnaient sur Najrān avant la crise des années 520 (voir ci‑dessus).

Some aspects of the iconography of the horse in Southern Arabia (Sabina Antonini de Maigret)

69South Arabian epigraphic sources suggest that the horse was introduced into the country before the mid‑first century AD, and this hypothesis is corroborated by the classical sources, especially the Periplus of the Erithraean Sea (Cf. Robin above).

  • 76 With only one exception, the few known artworks depicting this animal, both in bronze or stone, hav (...)

70In this paper, I analyze several aspects of the iconography of the horse with the specific goal of revealing its significance within the context of South Arabian figurative arts.76 Although depictions of horses in South Arabian artworks are rare, their presence and purpose fall within two main categories, votive or celebratory, and both categories are indications of prestige and wealth.

  • 77 Ghaymān is located 15 km South‑East of Ṣanʿāʾ and was the capital of the qayl of the Ghaymān (Ḡymn)(...)
  • 78 The dating of the artwork to around the 2nd century AD proposed by P. Yule & P. Stupperich (2014, p (...)
  • 79 Stupperich & Yule, 2014, p.  350‑362 and related bibliography.
  • 80 Lyttelton (1990) reports a synthesis of the research, interpretations, chemical analyses and restor (...)

71Among the South Arabian artworks portraying horses, the most famous is the Ghaymān77 horse owned by the Dumbarton Oaks Museum (Washington DC) since 1938 (inv. no. BZ.1938.12; ca 1 m; Fig. 4). The statue presents three inscriptions whose epigraphic and stylistic analyses have raised many debates regarding the chronological and historical interpretation of this exceptional piece.78 Without dwelling on the history of these studies,79 I will describe some details of this bronze horse, whose restoration has been especially demanding due to the large number of fragments (80 pieces) in which the work was found at the time of discovery.80

  • 81 The closest iconographic comparison to the Ghaymān horse is the small statue representing Alexander (...)

72Assuming that the complex restoration of the Ghaymān horse is accurate, the horse is presented in a rearing position (the levade), its head and neck slightly bent towards the right. The head and neck of the statue were manufactured separately and applied to the body. The harness was added separately, with the blanket on which the rider was placed and the girth straps (from the side to the front of the neck to hold the blanket) in relief. The horse’s tail and eyes, generally made and decorated with various materials, are missing. There is a large hole on the back of the animal, through which the rider was anchored and which would have been covered by the rider’s armor and cloak, thus rendering it invisible. The iconography of the rearing horse could be based on the heroic image of Alexander the Great. The mosaic of the Casa del Fauno and the statue at the Museum of Naples both show Alexander wearing a Hellenistic armor, with chiton, lorica and chlamys.81

  • 82 . The National Museum of Yemen in Ṣanʿāʾ has a bronze horse limb in its collection (inv. no. YM 208 (...)
  • 83 There are three famous examples of pairs of dedicatory statues (appliqués). The two bronze lions in (...)

73A dedicatory inscription on the Ghaymān horse refers to two horse statues and two horsemen.82 It was customary in Southern Arabia to dedicate two identical statues,83 positioned facing each other in order, probably, to frame or go above an entrance or staircase to a monument.

  • 84 Inscription A on the Ghaymān horse reads: “Hawfāʿathat Yhʾ[ … ] Ghaymān, qayl of the clan Gh[aymān] (...)

74We can only speculate on the original location of the Ghaymān bronze statue, since we do not know its archaeological context and the characteristics of the missing rider. In South Arabia, as in the Greco‑Roman world, a Ḥimyarite prince (qayl) would have probably displayed his military prowess and wealth through an equestrian statue, the most personally distinctive and triumphant form among public monuments. If we take into consideration the other aspect of the Ghaymān horse, i.e. its dedicatory and therefore, votive character, its most meaningful location could have been in a public place, for example a palace, or perhaps a temple, as suggested by the dedication to dhāt Baʿdān.84

75The iconographic model of the rearing horse may have been used for other South Arabian bronze figurines, and was certainly customized for people of lesser economic means. One of these figurines kept at the Cincinnati Art Museum (inv. no. 1951.78; h 10 cm), bearing a Sabaean‑Raydānite inscription engraved on the animal’s sides, shows a dedication by Marthadum to a deity in “the hope of assuring his well‑being and that of its mare” (Fig. 5).

  • 85 The origin of the artwork is unknown.

76Another small bronze artwork depicting a horse with the same rearing posture is kept at the Military Museum of Ṣanʿāʾ (inv. no. MSM 6638; h 5 cm; Fig. 6 a‑b).85 The bronze figurine is badly soldered on an applique (a hollow in the back) in the shape of an altar with an ibex head in relief. The small horse, as well as the ibex head, were reused from their intended original purpose, as suggested by the rearing posture of the horse, by the fact that it is worked on both sides, and finally by the disproportion between the size of the figurine and that of the pedestal.

  • 86 A completely different iconography characterized by the horse standing on four legs distinguishes a (...)

77All small horse figurines,86 with or without a rider, would have had a votive function, and as such, would have been dedicated to temples, probably embodying the same significance as the numerous bronze figurines of camels. The inscribed dedications on some of them indicate they were offerings in temples to ensure the well‑being of the animal and its offspring.

  • 87 I am grateful to the President of the General Organization for Antiquities and Museums of Yemen, Mr (...)

78An alabaster statuette at the National Museum of Yemen in Ṣanʿāʾ (inv. no. YM 2056; h 11.2 cm; Fig. 7 a‑b)87 could also be a votive offering. This is the only alabaster horse sculpture in the round known to date. Although the original stance of the horse cannot be assessed as the legs are broken and the head is missing, it is interesting to note the presence of reins, a girth and a round saddle with a thicker border. The reins are carved in low relief around the neck, while on the front they are thicker, and more protruding, although unfortunately broken. The thick protuberance on the lower part of the animal’s breast is difficult to interpret, but it may have been connected to the reins. A horseman was possibly manufactured in a different material, such as bronze. The mane, depicted in long strands on one side of the neck, recalls the long mane separated in wind‑swept strands of the bronze horse at the Cincinnati Art Museum (Fig. 5).

  • 88 ʿAlī ʿAqīl & Antonini, 2007, p. 60, 191 (II.A.a.1.13); YM 2480; h 6.6 cm.
  • 89 One stela is kept at the Louvre Museum in Paris (inv. no. AO 1029; h 55 cm); it is dedicated to ʿAt (...)

79All the bronze horses, both in a rearing or standing stance, have a common characteristic, namely, the presence of the harness. Indeed, the noseband, the cheek piece and the browband are all depicted in detail. A careful depiction of the harness can also be seen on the handle of a bronze lamp with a horse protome from Baynūn (now at the National Museum of Ṣanʿāʾ; inv. No. 2480 YM; h 6.6 cm; Fig. 8).88 On this protome, the reins have been depicted, and one of them is decorated with circular elements possibly representing tassels. The same decorative element appears on horses depicted on South Arabian alabaster funerary stelae.89

  • 90 Costa, 1976, p.  449, no. 134, pl. X; Yule & Robin, 2005‑2006, p.  262‑265, Fig. 157‑159.
  • 91 Yule & Robin, 20052006, p.  263, Fig. 160‑162.
  • 92 Weapons represented in this relief were also used at the time of the military campaign of Aelius Ga (...)
  • 93 Barker, 1981, p. 71, No. 26.
  • 94 We should rule out the possibility that the horseman is a cataphract soldier, as he would not have (...)

80Another celebratory/commemorative South Arabian artwork depicting a horse is a fragment of a stone relief from a funerary stela from Ẓafār (4th century AD; Fig. 9).90 The relief depicts a horseman armed with a spear and an oval shield emerging from a neutral background. Behind him, an infantryman with a small round shield brandishes an axe. The horseman, wearing scaled armor and a helmet, was most likely facing another horseman, as suggested by the partial relief of a horse’s hooves appearing on the left edge of the fragment. Indeed, another fragment91 reused in recent times for a Yemeni lamp, shows an identical infantryman with an axe, and has allowed the reconstruction of the entire mirror‑symmetrical composition of the two facing horsemen (Fig. 10). The foot soldier holds a small round shield and an axe,92 the use of which had spread to the Byzantine armies. In general, the foot soldier’s attire also included a bow and quiver and was typical of the Roman Eastern auxiliary forces from the 3rd and 5th century AD.93 The heavily armored horseman recalls a clibanarius (heavy armored horsemen), with a spear and a large oval shield. The small portion of the body of the horse that is visible appears covered by a cloth covering the horse, including the lower part of its body, for protection during battle94.

  • 95 Inv. no. m338, Catalogue of the French‑Russian Mission at Qanīʾ. The piece is unpublished. I wish t (...)
  • 96 Cf. Ghirshman, 1962: 51, Fig. 63; Kawami, 2013, p. 760, Fig. 38.10 (drawing) (2nd3rd cent. AD).

81Similar covering is evident in a fragmentary relief in alabaster (Fig. 11 a‑b), found on the surface of the site at Qanīʾ during the French‑Russian archaeological expedition95. The relief shows only the posterior part of a horse with both legs extended in mid‑gallop. Some long‑fringed cloth covers the body and legs of the animal and there is a long diagonal shape in relief across it, possibly a spear. Similar covering for horses is recognizable in the Parthian figurative production, for example in a Dura‑Europos fresco or in a Tang‑i Sarvak relief. 96

  • 97 Costa, 1978, p. 44‑45, Fig. XXVa‑b.
  • 98 No. inv. AM 385, NAM 485. Pirenne, 1986, p. 241‑250 ; Keall, 1995 a et b.

82A combat scene, most likely for celebratory/commemorative purposes, is depicted on a stone fragment, probably part of an aedicula (National Museum of Ṣanʿāʾ, inv. No. YM 37; Fig. 12)97. The intrados is decorated with the vine tendril in relief. On the right, a horseman with a cloak is seen with his head and legs facing left, his torso from behind as the figure charges, the lance held horizontally. The horseman on this relief seems to be depicted bare‑chested such as the hunters on horseback sculpted on the capital of Ḥuṣn al‑ʿUrr, in Ḥaḍramawt, presently at the National Museum of ʿAdan98. The figure on the left is badly damaged and difficult to identify. However, as the rider on the right is shown from behind with his right hand on the lance, it is likely that he was facing an opponent horseman. Typically, this iconography, as will be discussed below, would suggest that a fallen warrior lay among the animals’ legs.

  • 99 Antonini, 2004; 2005. In the latter publication I explain how, in 2004, I was informed about this p (...)
  • 100  Antonini, 2004, p. 16‑19; Antonini, 2005, p. 6, note 17. Monograms cite the name of Ilīyafaʿ and t (...)

83Certainly, in Ḥimyarite society, the horse was a symbol of prestige, and therefore was finely represented, as demonstrated by a piece of a harness ornately embellished with niello decorations (Fig. 13). The piece was found in a hypogean tomb in the village of al‑ʿIrāfa, 2 km East of Ẓafār.99 The plaque consists of two horizontal friezes depicting hunting scenes, framing two central panels. Two facing horsemen are depicted in each of the main plaque panels, on both sides of central monograms. The study of the monograms’ onomastics and paleography allow us to date the artifact to around the 5th century AD.100

  • 101  Ghirshman, 1962, p. 118, 131; Van den Berghe, 1984, p. 139‑140, n. 72, pl. 30; von Gall, 1990: pl. (...)

84The horsemen are armed with spears, and are riding rearing horses, according to the Sasānian compositional scheme of fighting horsemen facing each other. On the ground, between the horses, lies a human figure. The iconography of a combat on horseback with the defeated enemy lying at the feet of the combatants shows a clear affinity with combat scenes in the monumental rock cycle of reliefs related to King Bahram II (276–293 AD) at Naqsh‑e Rustam (North of Persepolis)101, where the horses are represented at “full gallop”.

  • 102 Barker ,1981, p. 39‑40, 134, No. 127.

85However, the horsemen on the Yemeni Ẓafār plaque present substantial differences in clothing style. In both scenes, the horsemen on the right are wearing a tight mesh armor covering their arms, legs and ankles, while the horsemen on the left, wearing helmets with a crest, have tunics with oblique folds over trousers, also enriched by folds. The short coats of all four horsemen undulate with the galloping of the horse and their saddle is formed by a simple fringe blanket. The horsemen on the right are probably clibanarii armed only with a contus (a robust cavalry spear of Sarmatian origin, held with both hands), without a shield or a bow.102

86The care in the stylistic representation of the two opponents characterized by different armors, demonstrates the intent to contrast the two antagonists. It is impossible to ascertain whether the scene represents a known historical/commemorative event, or if it stands as an idealized model, an artistic prototype manufactured for a local Ḥimyarite aristocrat. Its significance resides in the fact that the local elite adopted an iconography drawn from a foreign repertoire to celebrate itself in the art of war and hunting through the commission of such a precious object. Again, the horse is regarded as both the expression and the vehicle for military bravery and dexterity.

87To conclude this brief presentation on the image of the horse, we assume that this theme entered the South Arabian iconographic repertoire only between the 1st and 2nd century AD, as suggested by classical sources, South Arabian inscriptions and material culture.

88Although, to date, the number of artworks depicting horses is limited, they demonstrate how horse iconography was influenced initially by the Greco‑Roman, then subsequently by the Parthian‑Sasanian cultures.

89In Southern Arabia, the horse was certainly the exclusive property of high‑ranking people, as suggested by the author of the Periplus of the Erithraean Sea who attested that horses were gifted to the kings of the region. As in other cultures, it is likely that the horse changed the nature and rules of warfare. The use of the horse in battle is confirmed by South Arabian inscriptions reporting a progressive increase in the number of horses from the 1st to the 4th century AD.

  • 103 Vogt, 1994; Sedov, 2000.
  • 104 One notable example of this practice is the archaeological site at al‑Mulayḥa (Mleiha) (Emirate of (...)

90During the 2nd and 3rd centuries AD, the iconography of the horse underwent a process of adaptation and familiarization and was also incorporated as votive imagery on ritual objects and funerary stelae depicting the life of the deceased, even though there is no evidence in Yemen to date that the horse, considered a valuable asset such as the camel,103 was sacrificed and buried with its owner.104

91In Southern Arabian both hunting and combat themes involving horses are expressions of the political power of the nobility, as well as of their social prestige. These iconographies provide the opportunity to create not only heroic images for public display, but also elegant and valuable decorative objects. The expression of these themes in South Arabian artworks demonstrates not only the great resonance of the military and cultural achievements of the rulers in the South Arabian collective imaginary, but also speaks of the appropriation of symbols and possibly values by the Ḥimyarite aristocratic class.

Le cheval dans les gravures rupestres de Ḥimā (Arabie saoudite)105

  • 105  Voir la Carte C.

92On ne saurait étudier le cheval en Arabie ancienne sans prendre en compte les gravures rupestres qui en donnent de nombreuses représentations. Les principaux ensembles, qui se trouvent au centre (al‑Jubba), au nord‑ouest (de Madāʾin Ṣāliḥ à Tabūk et Taymāʾ) et au sud‑ouest (de Ḥimā à Tathlīth), n’ont encore fait l’objet que de relevés aléatoires ou, au mieux, d’inventaires très partiels.

  • 106  Sur les huit périodes qu’Anati distingue (1968 a et b ; 1972 ; 1974), cinq sont antérieures à 1 00 (...)
  • 107  Khan, 1996 et 1998 ; Bednarik & Khan 2009.
  • 108  Voir Anati ,1972, H 38—22.L.4, p. 143‑145 et Fig. 95‑98 (p. 142, 143, 144 et 145). Voir aussi Anat (...)

93La première investigation a porté sur les dessins photographiés par l’expédition Philby‑Ryckmans‑Lippens (PRL) en Arabie du sud‑ouest en 1951–1952. Son auteur, Emmanuel Anati, bien qu’il n’ait pas participé à la mission et ait donc travaillé uniquement sur les photographies, a élaboré des catégories dont il a déduit des thèses explicatives fort audacieuses. Ses datations106 ont été justement critiquées du fait de leurs multiples incohérences107. Le cheval, cependant, bien qu’il soit omniprésent à Ḥimā, n’apparaît presque pas dans ses études108.

  • 109  Les responsables saoudiens des Antiquités font de même.

94La grande majorité des dessins étudiés par Anati provenait de Ḥimā. Par Ḥimā, nous entendons la vaste zone qui entoure les puits de Ḥimā et le petit village homonyme109. Cette zone inclut notamment le jabal al‑Qāra et le jabal al‑Kawkab. Vers le nord, nous la limitons à Yadama, même si l’on trouve des formations géologiques et des gravures semblables jusqu’à Tathlīth (notamment à al‑Jabjab et à Murayghān).

  • 110  Les gravures rupestres se concentrent dans la région entre le nord du Yémen et Tathlīth. Seules le (...)

95De nombreux catalogues ont été publiés depuis l’expédition PRL, mais aucun ne s’est plus intéressé à Ḥimā ou à l’Arabie du sud‑ouest110. La plupart inventorient les gravures d’un site ou d’une région. Les plus ambitieux, en particulier ceux publiés par Majeed Khan qui a fait un énorme travail d’investigation et peut être considéré comme le meilleur connaisseur du sujet, se présentent comme de premières synthèses sur l’art rupestre de toute l’Arabie saoudite. Ces travaux, qui esquissent des catégories et proposent des datations, sont utiles, mais fréquemment frustrants parce qu’ils ne donnent pas toutes les informations factuelles nécessaires (notamment les localisations) et abondent en affirmations insuffisamment étayées, en particulier sur les datations.

  • 111  Khan et alii, 2012. L’ouvrage, tiré à un très petit nombre d’exemplaires, est malheureusement diff (...)
  • 112  Les thèmes retenus sont : 1. Home of the Arabian Horse ; 2. Horse Breeding and Grazing in Arabia ; (...)

96Concernant le cheval, très fréquemment représenté dans l’art rupestre, une seule étude thématique a été publiée récemment, toujours par Majeed Khan : The Arabian Horse111. L’auteur, qui donne un grand nombre d’illustrations, provenant majoritairement de l’Arabie du sud‑ouest, organise sa présentation de manière thématique112.

97Nous nous proposons d’esquisser ici une première typologie des dessins de chevaux, uniquement dans les gravures rupestres de Ḥimā. Cette manière de faire va mettre en évidence des particularités régionales qui n’étaient guère apparentes dans The Arabian Horse. Il s’agira également d’inventorier les données permettant de dater ces dessins, avec des résultats très différents de ceux de Majeed Khān.

  • 113  Voir notamment Arbach et alii, 2011 ; Robin et alii, 2014 ; Arbach et alii, 2015.

98Ce travail se fonde sur les quelques dizaines de milliers de gravures rupestres (textes et dessins) relevées par la Mission archéologique franco‑saoudienne de Najrān (MAFSN) depuis 10 ans113. Bien évidemment, nous n’ambitionnons pas de donner ici des solutions assurées et définitives : les catégories de dessins de chevaux et leurs datations devront être confrontées avec celles obtenues pour les autres types de dessins et pour les textes. Notre intention est seulement d’ouvrir quelques pistes de recherches et de montrer que les datations très hautes ne s’accordent pas avec les observations que nous avons faites.

Les observations de Jacques Ryckmans

99Les premières observations sur le cheval dans les gravures de Ḥimā sont dues à Jacques Ryckmans, qui participa à l’expédition PRL de 1951–1952. Jacques Ryckmans distinguait trois modes de représentations :

  • 114  Ryckmans, 1963, p. 220.
  • 115  Anati, 1972, Fig. 95 et 96, p. 142 et 143 (H 38—22.L.4).
  • 116  Khan et alii, 2012, Fig. 6.70, p. 180 (« Wādī Dawāsir »), dans cette contribution, Fig. 24 ; Fig.  (...)

 Le cheval cabré avec cavalier, d’époque préislamique
 Ce sont « des chevaux ou des cavaliers au galop ou cabrés, accompagnés d’inscriptions préislamiques »114. L’expédition PRL n’en a vu qu’au voisinage des puits de Murayghān115. Les trois illustrations que donne Majeed Khan en proviennent, certainement pour deux et probablement pour une116. La MAFSN en a relevé quelques exemples supplémentaires à Ḥimā (voir Fig. 16‑27 pour Murayghān et Fig. 28‑30 pour Ḥimā). Selon Jacques Ryckmans, le cheval cabré avec cavalier est associé à des textes soit en caractères ḥimyarites soit en « thamoudéens » fortement influencés par le ḥimyarite. Il ne serait pas antérieur au iiie siècle de l’ère chrétienne.

  • 117  Ryckmans, 1963, p. 220.
  • 118  Khan et alii, 2012, notamment Fig. 6.63, p. 171 (Najrān) ; Fig. 6.74, p. 185 (région de l’Est) ; F (...)

 Le cheval schématique avec cavalier, d’époque islamique ancienne
Le deuxième mode se caractérise par un « cheval et son cavalier … représentés d’une façon schématique par quelques bâtonnets ». « Notamment attesté avec des graffites arabes coufiques de même patine », il serait à situer « au début de la période arabe »117. Majeed Khan en donne plusieurs illustrations provenant du sud‑ouest et d’autres régions du centre et du nord118. La MAFSN en a relevé quelques exemples à Ḥimā (Fig. 37).

  • 119  Ryckmans, 1963, p. 221.

 Le cheval au “galop volant”, avec cavalier, d’époque islamique
Le troisième mode distingué par Jacques Ryckmans est un « cheval … représenté dans une sorte de “galop volant” ; les pattes de devant, le ventre et les pattes arrières forment un arc de cercle ouvert vers le bas » (Fig. 38‑49, 54, 55). « La ligne du dos est droite ou concave… La queue est traitée en mèches parallèles partant, comme les éléments d’une demi‑palme ou les dents d’un peigne, d’un même côté d’une ligne principale » (Fig. 38, 39, 43, 54, 55)119. Ce mode peut être associé à des palmiers (Fig. 45), mais jamais à des inscriptions. Toujours selon Jacques Ryckmans, d’après la patine, il serait plus récent que le cheval schématique (Fig. 37). Majeed Khan en donne de très nombreuses illustrations qui constituent l’essentiel des chapitres 6 (« Horse Riders ») et 7 (« Combat Scenes ») de The Arabian Horse.

  • 120  Anati, 1974, J 44—R.23.05, p. 26‑27 et Fig. 131‑132 (3 cavaliers) ; J 50—22.L.11, p. 48‑51 et Fig. (...)
  • 121  Anati, 1974, J 49—22.1.10, p. 40‑48 et Fig. 152‑163 (3 cavaliers) ; M 66—R.24.01, p. 123‑128 et Fi (...)

100En 1963, Jacques Ryckmans indiquait donc que, selon lui, presque toutes les images de cheval dans l’art rupestre de l’Arabie du sud‑ouest, et notamment à Ḥimā, étaient postérieures à l’islam. Malheureusement, comme cette observation révolutionnaire n’était pas illustrée par des dessins ou des photographies, elle est passée inaperçue et n’a jamais été discutée, si on excepte l’écho atténué que l’on trouve dans les publications d’Emmanuel Anati qui date certains des cavaliers comme « Islamic »120, mais d’autres comme « Literate » (c’est‑à‑dire contemporains des inscriptions préislamiques)121.

Les dates proposées par Majeed Khan

101Dans The Arabian Horse, dont le texte se limite à une brève introduction au début de chaque chapitre, Majeed Khan laisse parler les images, qui sont commentées par une notice plus ou moins développée. Il ne propose donc ni typologie ni chronologie explicite. Il donne cependant ici et là des indications chronologiques que nous allons examiner.

  • 122  Khan et alii, 2012, p. 16 (introduction du chapitre 1).
  • 123  Khan et alii, 2012, Fig. 1.3, p. 21 ; Fig. 4.2, p. 50 ; Fig. 4.8, p. 57 ; Fig. 5.3, p. 93 ; Fig. 6 (...)
  • 124  Khan et alii, 2012, Fig. 1.1, p. 17.
  • 125  Khan et alii, 2012, Fig. 4.13, p. 62 ; Fig. 4.14, p. 63 ; Fig. 4.18, p. 67 ; Fig. 4.25, p. 75 ; Fi (...)
  • 126  Khan et alii, 2012, Fig. 6.32, p. 139.
  • 127  Khan et alii, 2012, Fig. 6.1, p. 107 ; Fig. 7.16, p. 204.
  • 128  Khan et alii, 2012, Fig. 7.24, p. 212.
  • 129  Khan et alii, 2012, Fig. 14.7, p. 440.
  • 130  Khan et alii, 2012, Fig. 1.2, p. 19.
  • 131  Khan et alii, 2012, Fig. 3.1, p. 34 ; Fig. 14.1, p. 430.
  • 132  Khan et alii, 2012, Fig. 9.25, p. 295.

102Les images de chevaux dans l’art rupestre de la péninsule Arabique apparaîtraient vers 3000 av. TP122. Majeed Khan confirme cette date de façon répétée, mentionnant 3000123, 3000–2800124, 3000–2500125, 2800–2500126, 2500127 ou 2500–2000 av. TP128. Des dates beaucoup plus hautes sont encore mentionnées, mais seulement pour des dessins d’équidés du type âne ou onagre : 9500–8500129, 9000130 ou 8500–7500 av. TP131. La manière de dater les gravures est explicitée dans le commentaire d’une figure : les dessins avec la patine la plus sombre remonteraient au « néolithique » (8500–7500 av. TP) tandis que ceux avec une patine plus claire, notamment les dromadaires sauvages (qui apparaîtraient lorsque le climat se réchauffe et se dessèche, vers 3000–2500 av. TP), seraient relativement récents132.

103Les cavaliers sur des chevaux au « galop volant » reçoivent des dates très diverses que nous énumérons ci‑dessous dans l’ordre chronologique :

  • 133  Khan et alii, 2012, Fig. 9.17, p. 286.

 Vers 1500–1000 avant l’ère chrétienne : quatre cavaliers sur des chevaux au « galop volant » cherchent à s’emparer, semble‑t‑il, de deux dromadaires133. Supposant qu’une telle scène représente une chasse au dromadaire sauvage, Majeed Khan conclut que le cheval a probablement été domestiqué avant le dromadaire. L’emploi de longues lances qui serait antérieur à celui de l’arc renverrait à l’Âge du Bronze, soit 3500–3000 av. TP. Noter cependant que l’un des cavaliers est armé d’un long sabre recourbé.

  • 134  Khan et alii, 2012, Fig. 6.16, p. 122‑123. La date « 15001200 (sic) » est corrigée d’après l’arabe (...)
  • 135  Alia serait le nom donné localement à cette « divinité préhistorique ». Sur ce motif, voir en dern (...)

 Vers 1000–500 avant l’ère chrétienne : il s’agit d’un cavalier sur un cheval au « galop volant », entouré de personnages debout, aux bras levés, en position d’orants134. Parmi ces personnages, certains, aux longs cheveux, apparemment féminins, seraient « des images variées de Alia, la déesse de l’amour et de la fertilité »135. On notera que, sur ce panneau, le cavalier et les personnages aux bras levés sont incisés sur des gravures à la patine plus foncée.

  • 136  Khan et alii, 2012, Fig. 7.6, p. 194.

 Vers 1000–500 avant l’ère chrétienne : les cavaliers représentés sur un grand panneau, principalement du type au « galop volant » semble‑t‑il, sont datés « tentatively » vers 3000–2500 av. TP136.

  • 137  Khan et alii, 2012, Fig. 7.13, p. 201.

 Vers 1000–500 avant l’ère chrétienne : dix cavaliers sur des chevaux schématiques ou au « galop volant » sont à nouveau datés vers 3000–2500 av. TP137. Le panneau comporte des dessins (notamment un dromadaire) et une inscription sudarabique (S¹ʿdʾl (2) ḏ‑Rḍḥn) d’une patine beaucoup plus sombre. Sur le côté droit, un homme armé d’un fusil, dont le dessin présente une patine semblable à celle des cavaliers, vise un dromadaire (dessiné antérieurement).

  • 138  Khan et alii, 2012, Fig. 7.11, p. 199.

 Vers 1000–500 avant l’ère chrétienne : il s’agit à nouveau d’un panneau avec cinq cavaliers sur des chevaux schématiques ou au « galop volant », daté « possibly » vers 3000–2500 av. TP138. En haut de ce panneau, un homme armé semble‑t‑il d’un fusil vise un ibex.

  • 139  Khan et alii, 2012, Fig. 9.25, p. 296.

 Vers 1000–500 avant l’ère chrétienne : un cavalier sur un cheval au « galop volant », armé d’un sabre recourbé, poursuit un dromadaire139. La scène a été superposée sur des dessins (notamment un personnage et un bovidé) d’une patine beaucoup plus sombre, qui dateraient du Néolithique (8500–7500 av. TP). À cause du dromadaire « sauvage », le cavalier est situé vers 3000–2500 av. TP.

  • 140  Khan et alii, 2012, Fig. 9.54, p. 327.

 Vers 1000–500 avant l’ère chrétienne : les neuf cavaliers sur des chevaux au « galop volant » de cet ample panneau sont armés d’une lance ou d’un long sabre recourbé140. Majeed Khan les date de 3000–2500 av. TP.

  • 141  Khan et alii, 2012, Fig. 6.52, p. 160.

 Vers 500 avant l’ère chrétienne : un cavalier semblable à celui de la Fig. 6.16, daté vers 1500–1200 avant l’ère chrétienne, est représenté à côté d’un grand personnage (féminin ?) aux bras levés ; Majeed Khan le situe vers 2500 av. TP141.

  • 142  Khan et alii, 2012, Fig. 7.9, p. 197.

 Vers 500 avant l’ère chrétienne : quatre cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » remonteraient à 2500 ans av. TP142.

  • 143  Khan et alii, 2012, Fig. 7.16, p. 204.

 Vers 500 avant l’ère chrétienne : six cavaliers sur des chevaux au « galop volant » et un septième sur un cheval schématique sont datés à nouveau vers 2500 av. TP143.

  • 144  Khan et alii, 2012, Fig. 7.3, p. 191.

 Vers 500–200 avant l’ère chrétienne : un cavalier schématique et un autre d’un type intermédiaire entre le cavalier sur un cheval cabré et celui sur un cheval au « galop volant » sont datés vers 2500–2200 av. TP144.

 Vers 500–0 avant l’ère chrétienne : une vingtaine de cavaliers sur des chevaux au « galop volant » recouvrent, sur un vaste panneau, un graffite ḥimāʾite et des dessins (notamment des dromadaires et un cavalier sur un cheval au « galop volant ») d’une patine beaucoup plus sombre.

  • 145  Khan et alii, 2012, Fig. 7.4, p. 192.

 Vers 0–500 de l’ère chrétienne : ce sont ici trois cavaliers sur des chevaux au « galop volant »145.

  • 146  Khan et alii, 2012, Fig. 6.55, p. 163.

 Vers 700 de l’ère chrétienne : des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » sont plus raisonnablement datés de l’aube de l’islam parce qu’ils sont surimposés sur des inscriptions en écriture ḥimāʾite et des dromadaires d’une patine plus sombre146.

104Selon Majeed Khan, le cheval au « galop volant » apparaîtrait donc dans la seconde moitié du IIe millénaire avant l’ère chrétienne et serait attesté jusqu’au tout début de l’islam.

Les observations préliminaires de la Mission franco‑saoudienne (MAFSN)

  • 147  Charly Poliakoff en esquissera une typologie dans la thèse qu’il prépare. Les observations de cett (...)

105La Mission franco‑saoudienne de Najrān qui prospecte la région de Ḥimā a déjà relevé un grand nombre de dessins rupestres147.

  • 148  Sima, 2000, p. 59‑62.
  • 149  ʿAbadān 1 / 39 et 39‑40.
  • 150  Al‑Hamdānī, Ṣifa, p. 110 / 22‑23, ḥamīr al‑waḥsh.
  • 151  Antonini de Maigret, 2012, Fig. 5, p. 13.

106Comme dans le reste de l’Arabie, on trouve à Ḥimā quelques représentations d’équidés apparemment très anciennes, c’est‑à‑dire antérieures à l’écriture, sans qu’il soit possible de donner une date plus précise. Plutôt que de chevaux, il s’agirait d’ânes sauvages ou d’onagres (Fig. 1 et 2). L’âne sauvage (frʾ)148 est effectivement mentionné parmi les trophées d’une chasse princière au ive siècle de l’ère chrétienne149 et dans une description du Jawf du Yémen au xe siècle de l’ère chrétienne150. On a l’image d’une chasse à un gros animal, peut‑être un équidé, à moins qu’il ne s’agisse d’un animal cornu, dans un graffite yéménite de provenance inconnue, publié par Sabina Antonini de Maigret (Fig. 3 a, b et c)151.

  • 152  La Fig. 27 est une photographie partielle d’un grand panneau peu lisible de Murayghān qui comporte (...)
  • 153  Voir notamment la contribution de Sandra Olsen, « Insight on the Arabian Horse from 1st Millenium (...)

107À Ḥimā, le cheval est systématiquement monté par un cavalier. Il en va de même à Murayghān. Les exceptions sont rarrissimes : nous n’avons relevé présentement que trois panneaux sur lesquels des chevaux sont représentés sans cavalier (Fig. 27, 47 a et 51)152. C’est assez différent de l’Arabie du nord où les dessins représentant un cheval seul ne sont pas si rares153. En plus des images de chevaux, on a trouvé à Ḥimā un dessin représentant une tête de cheval de manière assez réaliste (JML 1).

108Jacques Ryckmans distinguait trois modes de représentation du cheval : cabré, schématique et au « galop volant ». Nous préférons n’en retenir que deux, le premier et le troisième, parce que le deuxième (le cheval schématique), est assez rare et, dans de nombreux cas, s’apparente plutôt à une version simplifiée du cheval au « galop volant » (Fig. 45 et 48). Les deux types que nous proposons sont :

 Type 1. Le cheval cabré, très réaliste, aux deux pattes avant et arrière bien individualisées et repliées.
Ce type de représentation est rare.

  • 154  La queue peut être traitée :
  • 155  Le plus souvent, les cavaliers ont empoigné une arme : longue lance (Fig. 38‑40, 43 et 45‑48), épé (...)

 Type 2. Le cheval au « galop volant », bien décrit par Jacques Ryckmans.
Ce cheval bondissant, très stylisé, a les pattes arrière et avant confondues et étirées, et la queue parfois en panache. Il est monté par un cavalier qui peut être armé d’une longue lance, d’une épée droite ou d’un sabre recourbé ; il est fréquent que ce cavalier porte un poignard à la ceinture. Une analyse plus poussée permettra de distinguer des sous‑catégories qui se fonderont sur les divers caractères du cheval (pattes, queue154, tête et corps), sur ceux du cavalier (position, armement155, manière de monter, représentation ou non des jambes), sur l’exécution de la gravure et sur les autres dessins de la scène.

109Pour dater ces images, on dispose de divers moyens. Les trois principaux sont la patine, les superpositions et les textes associés. En règle générale, une gravure exécutée depuis peu de temps est plus claire qu’une gravure plus ancienne. La comparaison des patines sur un même panneau indique donc dans quel ordre chronologique les gravures ont été réalisées (voir notamment les Fig. 38, 45, 47 a‑b, 54 et 57). Cependant, il faut toujours demeurer prudent parce qu’on observe fréquemment des textes de dates différentes qui présentent des patines presque semblables ; seuls les contrastes importants de coloration donnent des résultats assurés. On observera par ailleurs qu’il n’est pas toujours aisé de déterminer le nombre précis des phases d’intervention.

110Un deuxième moyen de datation relative est fourni par les superpositions : il est fréquent qu’une gravure (texte ou dessin) soit postérieurement recouverte par une autre (Fig. 38, 42‑48, 54 et 49). Même quand les patines sont semblables, il est souvent possible d’établir avec vraisemblance dans quel ordre ces gravures ont été réalisées (Fig. 51).

  • 156  On connaît quelques cas de survivance de l’écriture sudarabique après l’islam dans la région de Na (...)

111Le troisième moyen de datation réside dans les textes associés à des images de chevaux. Il comporte une sérieuse difficulté parce qu’il est impossible de prouver qu’une image et un texte voisins sont liés et contemporains, sauf si le texte renvoie à l’image. On peut néanmoins supposer que c’est le cas quand la technique de gravure et la patine sont identiques. Les textes présentent l’avantage d’offrir un repère chronologique incontestable : l’usage d’une écriture arabique (préislamique) implique une date préislamique tandis que l’usage de l’arabe donne une date islamique sauf rarissimes exceptions156.

  • 157  Ce sont principalement le bāʾ au segment supérieur brisé, propre au ier siècle avant l’ère chrétie (...)
  • 158  Pour un bel exemple de texte ḥimāʾite imitant le sudarabique de l’Antiquité tardive, voir Robin & (...)

112Peu de textes, qu’ils soient préislamiques ou islamiques, sont datés par une date ; il est encore plus rare qu’ils le soient par la mention d’un événement ou d’un personnage connus par ailleurs. Les textes qui peuvent être datés de façon approximative par le style de l’écriture sont un peu plus nombreux, mais sans dépasser les quelques pour cent ; ce sont les textes sudarabiques qui emploient une ou plusieurs lettres dont la forme est significative157 et les textes des premières générations de l’islam qui présentent d’ordinaire des particularités paléographiques et orthographiques aisément reconnaissables. Pour les textes en écriture ḥimāʾite, aucun moyen de datation, même rudimentaire, n’a encore été identifié, sauf quand le ḥimāʾite imite le sudarabique158.

113La date des chevaux peut encore se fonder sur une observation négative : l’absence de toute représentation de cheval dans une catégorie particulière de textes associés à des images. Les dessins de personnages hiératiques et de diverses sortes d’animaux sont assez souvent flanqués d’un petit texte qui comprend un nom de personne et le verbe wqr ou yqr qui signifie apparemment « graver » ou « dessiner ». Dans quelques cas énigmatiques, wqr et yqr se trouvent seuls, sans sujet (Fig. 38). Il est remarquable que jamais une image de cheval ne soit associée à un texte du type « X wqr ». Si on fait l’hypothèse que les graffites de type « X wqr » appartiennent à une phase ancienne (ce qui est sûr pour la plupart), il en résulte que tous les dessins de chevaux appartiennent à une phase plus récente.

114Ces divers moyens de datation confirment les conclusions de Jacques Ryckmans : le cheval cabré (type 1) semble d’époque préislamique et le cheval au « galop volant » (type 2) est presque toujours d’époque islamique.

La date du cavalier sur un cheval cabré (type 1)

115Le cheval cabré (type 1) est certainement préislamique, mais il est difficile de le dater de manière précise. On peut tout d’abord observer qu’il s’accorde parfaitement avec les statues et représentations de chevaux sudarabiques. Ce sont le cheval de Ghaymān (Fig. 4), le petit cheval du Cincinnati Art Museum (Fig. 5), la stèle funéraire de Saʿdʾawām (CIH 705, Fig. 14) et la stèle de Yadawwim (Fig. 9 a‑b). La date de ces pièces se répartit entre le iie et le ve siècle de l’ère chrétienne.

  • 159  Voir al‑Ansary, 1976, p. 55, Fig. III. 1 et 2. Les auteurs remercient Jérémie Schiettecatte pour c (...)
  • 160  Elle est certainement antérieure à l’abandon du site qui interviendrait au ive siècle de l’ère chr (...)

116À ces pièces sudarabiques, étudiées par Sabina Antonini de Maigret, on peut ajouter l’homme monté sur un cheval (ou un âne ?) de la dalle de Shabwa S/75/69 (Fig. 31) ; il s’agit sans doute d’une stèle funéraire, probablement assez tardive (ive ou ve siècle de l’ère chrétienne) puisque l’appendice de la lettre lām est un triangle de grande taille. Il faut joindre également au dossier les cavaliers représentés sur les murs de Qaryat al‑Faʾw (Fig. 32 a et b)159. Les trois cavaliers de Qaryat al‑Faʾw sont des chasseurs qui attaquent un dromadaire avec une longue lance ; leur cheval est cabré dans deux cas, semi‑cabré dans le troisième. La date de ces dessins, assurément antiques, se situe probablement au début de l’ère chrétienne, comme le suggèrent les inscriptions associées160. Ce ne sont pas des images réalisées par des professionnels de la fresque, mais plutôt des dessins d’amateurs voulant célébrer des personnages ou des événements mémorables.

117Certains chevaux de type 1 sont associés à des textes ḥimāʾites et sudarabiques. Nous avons retenu les trois exemples les plus sûrs. Dans un cas, à ʿĀn Halkān, la scène se compose d’un cavalier qui chasse un oryx, d’un cavalier isolé et de deux cavaliers qui s’affrontent (Fig. 28 et 29). Les inscriptions associées aux deux cavaliers de la Fig. 28 se lisent :

 Texte A associé au cavalier 1 (à droite) : l‑Rbʾl, « À Rabbīʾīl »
Ce texte est en écriture ḥimāʾite comme le montrent l’appendice du alif et le rāʾ presque rectiligne.

 Texte B associé au cavalier 2 (à gauche) : l-Ḍbʿn, « À Ḍabʿān »
Le texte est à nouveau en écriture ḥimāʾite si on se fonde sur le ḍāḍ.
L’hypothèse que ces deux inscriptions sont associées aux dessins des cavaliers 1 et 2 repose tout d’abord sur leur proximité avec ces dessins. Par ailleurs, la manière de graver est manifestement la même, avec un trait fin et précis, pour le cavalier 2 et le texte « À Ḍabʿān ». Elle semble être la même, avec un trait plus empâté, pour le cavalier 1 et le texte « À Rabbīʾīl ».

  • 161 Robin & Gorea, 2016, p. 327.

118Il faut observer encore que les graffites « À Ḍabʿān » et « À Rabbīʾīl » présentent une particularité rarissime à Ḥimā, celle de commencer avec un lām161 : ils ont donc été gravés par des personnes de même culture.

119Les deux cavaliers et leur inscription ne sont pas de la même main, mais on peut supposer qu’ils sont contemporains. Il est plus malaisé d’établir dans quel ordre les autres textes et dessins de la Fig. 28 ont été réalisés. Nous supposons que l’anthroponyme Ḡḏmt qui se lit entre l‑Rbʾl et l‑Ḍbʿn a été gravé en premier : il est écrit en sudarabique et semble antérieur au début de l’ère chrétienne. On peut encore observer que le cavalier 2 est à l’étroit, comme s’il avait été dessiné dans l’espace libre entre le cartouche ʿbdt (2) Gdlt et le cavalier de droite.

  • 162  Voir ci‑dessous.

120Tout ceci permet en tout cas de conclure que les cavaliers et les chevaux de la Fig. 28 sont préislamiques, sans qu’il soit possible de donner une date précise. Pour ceux de la Fig. 29, auxquels nous donnons les n° 3 (à droite) et 4 (à gauche), il est encore plus difficile de se prononcer. La facture du n° 3 est moins soignée et celle du n° 4 assez grossière. Une date préislamique est probable, mais n’est pas sûre puisque l’arme du cavalier n° 3 semble courbée162.

121Un deuxième panneau, avec deux paires de cavaliers (I et II), se trouve à al‑Ṣammāʾ (Fig. 30). La paire supérieure (I / 1 et I / 2) est jouxtée par trois textes. Au‑dessus et à droite du cavalier I / 1, on lit les lettres f (ou ʿ), q et b, avec un grand dont l’appendice se glisse entre le q et le b (texte A). Il n’est pas possible de dire si l’écriture est sudarabique ou ḥimāʾite. Au‑dessus du cavalier I / 2, on lit Ynṣl ou Yhṣl en écriture ḥimāʾite, comme le montre le tête en bas (texte B). Ce graffite semble traversé par la lance du cavalier I / 1 ; par ailleurs le cercle du évite la tête du cavalier I / 2. Il semblerait donc qu’on ait d’abord gravé le cavalier I / 2, puis le texte B au‑dessus, enfin le cavalier I / 1 avec le texte A.

122Le cavalier I / 2 poursuit apparemment un dromadaire, pour lequel le graveur a manqué de place à cause des textes C et D qui se voient au‑dessus : ʾs¹y‑Zdn et ʿnzt‑Kbr (avec un alif, un dāl, un tāʾ et un kāf, plus le premier des deux zayn, ḥimāʾites). La scène représenterait donc une chasse. Il est possible que le cavalier I / 1 chasse un petit animal bondissant qui serait gravé en dessous de ses pattes antérieures ; mais cet « animal » est peut‑être une mauvaise interprétation de la queue du cheval I / 2.

123Même s’il n’est pas sûr que les textes A‑D soient associés aux cavaliers I / 1‑2, il semble assuré que ces cavaliers sont préislamiques : le meilleur argument est le que le graveur a déformé pour qu’il n’empiète pas sur le cavalier I / 2.

124La seconde paire de cavaliers, II / 1 et II / 2, ne chasse pas, mais parade. Elle pourrait donc représenter des guerriers. Elle est plus difficile à dater. L’allure générale est semblable à la paire A, mais la facture est plus empâtée et plus grossière. Dans ce cas, une date préislamique est vraisemblable, mais non assurée.

125Le troisième exemple de cavalier associé à une inscription se trouve également à al‑Ṣammāʾ (Fig. 52). Le panneau, peu lisible, comporte notamment un cavalier monté sur un cheval peut‑être cabré, mais dessiné avec une seule patte antérieure, et l’inscription sudarabique ʾnmr, « Anmār ». Le lien entre le cavalier et l’inscription est plausible, sans être sûr.

  • 163  Voir aussi Khan et alii, 2012, Fig. 6.70, p. 180 (dans cette contribution, Fig. 24) ; Fig. 6.73, p (...)
  • 164  Voir Murayghān 1 et 3.

126Le même type de cavalier monté sur un cheval cabré se trouve dans de nombreux exemplaires aux abords des puits de Murayghān (Fig. 16‑27)163. Chaque dessin est entouré de noms propres, sans qu’il soit possible d’établir un lien assuré entre un dessin et l’un de ces noms propres. La graphie de ces graffites (en écriture sudarabique ou ḥimāʾite), qui est peu soignée, ne permet pas de proposer une date. Ces cavaliers ne chassent pas, mais paradent. Le fait que l’armée d’Abraha soit passée par Murayghān et y ait peut‑être séjourné164 invite à identifier ces cavaliers avec des princes et des officiers de l’armée d’Abraha. Mais il s’agit d’une simple supposition puisque d’autres armées ont certainement circulé dans la région et ont pu laisser un souvenir de leur passage.

127Quelques chevaux présentent des caractères qui les rattachent au type 1, sans qu’ils soient à proprement parler « cabrés ». Un exemple est offert par la Fig. 53 de Saʿd al‑Ḥarīr, qui n’est pas précisément datable faute de données explicites fournies par le contexte.

  • 165  Khan et alii, 2012, Fig. 7.19, p. 207 ; 7.39, p. 229 (avec deux chevaux qui présentent des caractè (...)

128En bref, toutes les données chronologiques assurées relatives au cavalier sur un cheval cabré (type 1) renvoient à la période préislamique et peut‑être, plus précisément, à l’Antiquité tardive (ivevie siècles de l’ère chrétienne). Il n’est pas impossible, cependant, que quelques cavaliers de type 1 soient postérieurs au passage à l’islam. C’est probable pour celui des Fig. 40‑41 si on se fonde sur le sabre recourbé (ou cimeterre). Dans The Arabian Horse, Majeed Khan donne d’autres exemples qui pourraient être également islamiques165.

La date du cavalier sur un cheval au « galop volant » (type 2)

  • 166  Noter aussi le grand trait incurvé reliant l’extrémité des pattes avant et arrière et les deux rou (...)

129Nous traitons ici des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » comme un type unique, même s’ils présentent de multiples variations de détail. La Fig. 39 illustre deux superbes exemples qui diffèrent par le dessin du cheval (voir notamment la queue), la représentation des cavaliers (voir notamment la tête et les jambes) et l’exécution de la gravure. Ce panneau est particulièrement intéressant parce qu’on croirait, au premier regard, que les deux cavaliers s’affrontent. En réalité, les deux cavaliers ont probablement été gravés à des dates différentes : on observera que la patine du cavalier de gauche est un peu plus sombre166.

130La date du cavalier sur un cheval au « galop volant » est certainement islamique dans la très grande majorité des cas. Pour ce type 2, on dispose d’un repère chronologique absolu et précis. C’est un texte paléo‑arabe daté de 513 de l’ère chrétienne, avec un personnage hiératique et le texte yqr gravés antérieurement et des chevaux de type 2 gravés postérieurement (comme le montre la lance qui oblitère le texte arabe) (Fig. 38). Les différences de patine entre les trois phases suggèrent des écarts temporels importants. On peut donc estimer que les chevaux de ce panneau sont postérieurs de plusieurs siècles à 513 : ils sont donc clairement d’époque islamique.

131Si on examine systématiquement les différences de patine et les superpositions, on peut encore observer que les chevaux de type 2 appartiennent toujours aux phases les plus récentes (Fig. 29, 38, 42‑49 et 53‑55). Quand il y a un texte préislamique, le cheval de type 2 est toujours postérieur (ou probablement postérieur au texte) (Fig. 38, 42‑48, 51, 54 et 55). On ne connaît aucun cas d’un texte préislamique se superposant à un cheval.

  • 167  Pour les rares armes trouvées en fouille, voir aussi Kazanski, 1993.
  • 168  La date est donnée par un os de l’individu inhumé dans la tombe : 2030–1888 cal‑BC (2 sigma) (SacA (...)

132L’armement offre un dernier argument. Si le cavalier muni d’une longue lance peut être préislamique (Fig. 28) ou islamique (Fig. 38), celui muni d’un long sabre recourbé (Fig. 41 et 42) est très probablement islamique. La lame courbe n’est pas attestée dans l’iconographie sudarabique (qui vaut pour la période antérieure à 560 de l’ère chrétienne) (voir par exemple la Fig. 48). Elle ne l’est pas non plus dans les armes préislamiques qui ont été retrouvées (Fig. 35)167, avec cependant une exception : un cimeterre en bronze retrouvé en fouille dans une tombe du site de ʿAyn al‑Ḍilaʿ, dans l’oasis d’al‑Kharj, en 2013, et datant du début du IIe millénaire avant l’ère chrétienne, présente une lame légèrement courbe168.

  • 169  Voir Anati 1974, J 50—22.L.11, Fig. 164, où le fusil de l’homme visant un cavalier est décrit comm (...)

133Toujours dans le registre de l’armement, on trouve des cavaliers au « galop volant » armés d’un fusil (Fig. 55) ou associés à des hommes tirant apparemment au fusil (Fig. 47 a et 54)169, ce qui implique une date d’époque ottomane ou postérieure. Les images de chasseurs tirant au fusil sont nombreuses (Fig. 56 et 57). On peut même observer l’existence de graffites contemporains copiant des inscriptions antiques (Fig. 58 et 59), qui suggèrent que l’on a tracé des dessins à toutes les époques, jusqu’à nos jours. Parfois, l’artiste contemporain se contente de compléter un dessin ancien : il ajoute par exemple un socle et des roulettes qui transforment un cheval au « galop volant » en « cheval à bascule » (Fig. 39). L’hypothèse que les dessins d’Arabie sont massivement antérieurs à l’islam, parce que cette religion est hostile aux images, ne se vérifie pas à Ḥimā. D’ailleurs, pendant des siècles, cette hostilité de l’islam aux images a été bien relative. Il est manifeste qu’on ne peut pas fonder une chronologie sur une doctrine religieuse sans vérifier dans quelle mesure cette doctrine se traduisait dans la vie réelle.

  • 170  Le mot Qnt en dessous du cavalier semble exécuté selon la même technique et avec les mêmes outils.

134Dans un cas, cependant, un cavalier au « galop volant » (type 2) est associé à une inscription ḥimāʾite (Fig. 50)170. Même si ce cavalier est armé d’une épée légèrement recourbée, il est difficile de le dater postérieurement à l’islam. Il est donc possible que le « galop volant » soit une stylisation dont les premières manifestations sont antérieures à l’islam.

135Incidemment, on peut observer que le motif de la jeune femme debout, de face, aux longs cheveux, avec les mains levées, considérée par Majeed Khan comme une divinité préislamique (qu’il nomme « Alia »), est très fréquemment associé à des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » (Fig. 43, 47 a‑b, 48, 49 et 54). Ce motif est donc assurément islamique dans de nombreux cas.

136Des observations faites à Ḥimā, on peut tirer deux conclusions. La première est que les chevaux de type 1 sont plutôt de date préislamique et ceux de type 2 assurément d’époque islamique, sauf peut‑être à de très rares exceptions. Le type 1, antérieur au type 2, est donc un marqueur chronologique important. La seconde conclusion est que le cheval était très rare à Ḥimā avant l’islam. Le nombre des images de chevaux assurément préislamiques, relevées par la mission franco‑saoudienne, se situe entre 10 et 20. En revanche, les images de chevaux d’époque islamique se comptent par milliers. Si on compare les images de chevaux et celles de dromadaires, d’ordinaire les chevaux sont montés alors que les dromadaires ne le sont pas.

  • 171  Khan et alii, 2012, Fig. 6.41, p. 149 ; Fig. 7.15, p. 203 (al‑ʿUlā) Fig. 7.42, p. 232 (al‑Jubba) ; (...)
  • 172  Khan et alii, 2012, Fig. 6.44 (Taymāʾ) ; Fig. 6.48, p. 154 ; Fig. 6.47, p. 155 (Taymāʾ) ; Fig. 7.3 (...)

137Il n’est pas inintéressant maintenant d’élargir la perspective à toute l’Arabie. Les deux types de chevaux que l’on observe à Ḥimā se retrouvent au centre et au nord, même si leur réalisation est plus grossière quand il s’agit du type 1171 et si le nombre de dessins est très inférieur quand il s’agit du type 2172. On peut donc en déduire que la Péninsule présentait une certaine unité culturelle quand ces chevaux ont été dessinés.

  • 173  Khan et alii, 2012, notamment Chapitre 1, p. 15‑21. Voir aussi la contribution de Sandra Olsen, «  (...)
  • 174  Khan et alii, 2012, Fig. 6.32, p. 139 ; voir aussi Fig. 6.13, p. 119, et Fig. 6.31, p. 138, où le (...)
  • 175  Khan et alii, 2012, Fig. 6.8, p. 114 ; Fig. 6.64, p. 172 ; Fig. 6.65, p. 173 ; Fig. 6.68, p. 177 ; (...)
  • 176  Khan et alii, 2012, Chapitre 12, p. 357‑395, notamment Fig. 12.3, p. 364 ; Fig. 12.5, p. 368 ; Fig (...)

138Mais, on trouve aussi en Arabie du nord et du centre une autre représentation du cheval. C’est le « cheval gracile », au long cou, au corps fin, aux pattes interminables et à la queue en panache173. En général, il n’est pas monté par un cavalier ; quand il l’est174, il arrive que ce cavalier soit un ajout postérieur175. Il peut être attelé à un char176. Il est également fréquent qu’une inscription mentionnant le nom du propriétaire et, parfois, celui du cheval soit associée au dessin. Ces gravures du type « cheval gracile » célèbrent d’abord l’animal et seulement de façon allusive — par l’inscription — le propriétaire. Elles diffèrent notablement des images de cheval de l’Arabie méridionale, dans lesquelles l’animal sert avant tout à souligner le statut social de l’homme qui le monte. Il est remarquable que ce « cheval gracile » soit complètement absent du répertoire iconographique de Ḥimā.

139Deux explications peuvent être proposées. La première pourrait être que ce mode de représentation du cheval n’a pas été adopté par les graveurs de l’Arabie méridionale parce qu’il ne correspondait pas à leur vision de la société et notamment à leur conception du rapport entre le cavalier et sa monture ; leur objectif était de mettre en valeur le cavalier, et non sa monture. Ce pourrait être un argument en faveur de la thèse souvent défendue que la péninsule Arabique ne constituait pas une unité culturelle.

140La seconde explication fait appel à la chronologie : le « cheval gracile » ne se trouve pas à Ḥimā parce qu’il date d’une époque où le cheval était inconnu en Arabie méridionale. Cette seconde explication nous paraît la plus plausible parce qu’elle accorde avec l’hypothèse d’une diffusion tardive du cheval au Yémen, que nous avons rappelée dans la première partie de cette contribution.

Sigles épigraphiques

141Pour les inscriptions mentionnées dans cette contribution, se reporter au site : http://dasi.humnet.unipi.it/​

142Pour les textes qui ne sont pas encore traités dans cette base de données, se reporter à la référence donnée.

A‑20‑262

ʿAbadān 1

ʿAbadān 5 : Robin & Gajda 1976, p. 131 et pl. 59 (p. 203)

ABADY [Archäologische Berichte aus dem Yemen], 4, 1987, Pl. 16 d

BR‑M. Bayḥān 5 : Robin & Bāfaqīh 1980, p. 101‑106

CIH 306, 445, CIH 504 bis, 705

DhM 204

Ghūl‑Maʾrib 1 : Bron 1992, p. 69‑70

Ir 22

ʿInān 22 : Bāfaqīh & Robin 1978, p. 28‑36

Ja 489, 564, 577, 584, 626, 643, 643 bis, 644, 649, 665, 666, 695, 716, 745, 752, 956

al‑Jawf 04.17

JML suivi d’un numéro : gravures relevées par la MAFSN à ʿĀn Jamal, à paraître

Maʾsal 3 : Arbach & Prioletta à paraître.

MAFRAY‑al‑Miʿsāl 2

MAFRAY‑Ḥasī 5

MAFYS‑Ḍuraʾ 2 = Pirenne‑Ḥuwaydar A = CSAI I, 19

MB 2001‑101 A (= RES 5099 + 5098) et B

MQ‑Shirjān 25 = Ja 1817 : Jamme 1971, p. 82‑83 et photographie Pl. 6

Murayghān 1 et 3

RES 851, 4149

Robin‑Bron Banū Bakr 1

Ry 514

Sharaf 32 : Beeston 1976, p. 51 et 59

S/75/69 : Pirenne 1990, p. 68 et Pl. L, c.

Abréviations

av. avant

MAFSN Mission archéologique franco‑saoudienne de Najrān

PRL Expédition Philby‑Ryckmans‑Lippens

TP temps présent

Cahier iconographique

Fig. 1. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : exemple de grand équidé, grandeur nature avec une hauteur proche de 2 m (photographie MAFSN).

Fig. 1. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : exemple de grand équidé, grandeur nature avec une hauteur proche de 2 m (photographie MAFSN).

Fig. 2. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : autre exemple de grand équidé (photographie MAFSN).

Fig. 2. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : autre exemple de grand équidé (photographie MAFSN).

Fig. 3 a. Graffite yéménite de provenance inconnue, représentant un chassseur armé d’un arc, avec un glaive court à la ceinture, qui poursuit des ibex et un gros animal (qui pourrait être un équidé). D’après Antonini de Maigret 2012, Fig. 5, p. 16.

Fig. 3 a. Graffite yéménite de provenance inconnue, représentant un chassseur armé d’un arc, avec un glaive court à la ceinture, qui poursuit des ibex et un gros animal (qui pourrait être un équidé). D’après Antonini de Maigret 2012, Fig. 5, p. 16.

Fig. 3 b. Détail : le chasseur.

Fig. 3 b. Détail : le chasseur.

Fig. 3 c. Détail : le gros animal.

Fig. 3 c. Détail : le gros animal.

Fig. 4. Statue de cheval cabré en bronze qui proviendrait de Ghaymān (Dumbarton Oaks Museum, Washington DC, inv. n° BZ.1938.12).

Fig. 4.  Statue de cheval cabré en bronze qui proviendrait de Ghaymān (Dumbarton Oaks Museum, Washington DC, inv. n° BZ.1938.12).

Fig. 5. Figurine de bronze représentant un cheval cabré, avec inscription (Cincinnati Art Museum, inv. n° 1951.78 ; Mango 1996 : 37, No. 28).

Fig. 5. Figurine de bronze représentant un cheval cabré, avec inscription (Cincinnati Art Museum, inv. n° 1951.78 ; Mango 1996 : 37, No. 28).

Fig. 6 a. Droit d’une figurine de bronze représentant un cheval sur une applique (Musée militaire de Sanaa, MSM 6638 ; photographie Musée militaire de Sanaa).

Fig. 6 a. Droit d’une figurine de bronze représentant un cheval sur une applique (Musée militaire de Sanaa, MSM 6638 ; photographie Musée militaire de Sanaa).

Fig. 6 b. Revers de l’applique MSM 6638 (photographie Musée militaire de Sanaa).

Fig. 6 b. Revers de l’applique MSM 6638 (photographie Musée militaire de Sanaa).

Fig. 7 a. Statue de cheval en albâtre, vue latérale (Sanaa, Musée national, YM 2056, photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).

Fig. 7 a. Statue de cheval en albâtre, vue latérale (Sanaa, Musée national, YM 2056, photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).

Fig. 7 b. Vue de trois‑quarts de la statue YM 2056 (photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).

Fig. 7 b. Vue de trois‑quarts de la statue YM 2056 (photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).

Fig. 8. Protomê de cheval en bronze appartenant à la poignée d’une lampe (Sanaa, Musée national, YM 2480, photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).

Fig. 8. Protomê de cheval en bronze appartenant à la poignée d’une lampe (Sanaa, Musée national, YM 2480, photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).

Fig. 9 a. Fragment de stèle (funéraire) sudarabique représentant un cavalier armé d’une lance et d’un bouclier oval, suivi par un valet d’armes équipé d’une hache et d’un petit bouclier circulaire (Yule & Robin 2005–2006, p. 358, Fig. 157).

Fig. 9 a. Fragment de stèle (funéraire) sudarabique représentant un cavalier armé d’une lance et d’un bouclier oval, suivi par un valet d’armes équipé d’une hache et d’un petit bouclier circulaire (Yule &amp; Robin 2005–2006, p. 358, Fig. 157).

Fig. 9 b. Fragment complétant la stèle (funéraire) illustrée Fig. 9 a. Photographie communiquée par M. St. John Simpson du British Museum, pour avis.

Fig. 9 b. Fragment complétant la stèle (funéraire) illustrée Fig. 9 a. Photographie communiquée par M. St. John Simpson du British Museum, pour avis.

Fig. 10. Essai de restitution de la stèle Fig. 9, qui représente probablement un duel entre deux cavaliers assistés chacun par un valet d’armes.

Fig. 10. Essai de restitution de la stèle Fig. 9, qui représente probablement un duel entre deux cavaliers assistés chacun par un valet d’armes.

Fig. 11 a et b. Fragment de relief en albâtre, avec les vestiges des pattes arrière et de la queue d’un cheval recouvert par un caparaçon (photographie et dessin Michel Mouton).

Fig. 11 a et b. Fragment de relief en albâtre, avec les vestiges des pattes arrière et de la queue d’un cheval recouvert par un caparaçon (photographie et dessin Michel Mouton).

Fig. 12. Cavalier en action, armé d’une lance, représenté en bas relief sur un bloc provenant d’un arc (Sanaa, Musée national, YM 73, photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).

Fig. 12. Cavalier en action, armé d’une lance, représenté en bas relief sur un bloc provenant d’un arc (Sanaa, Musée national, YM 73, photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).

Fig. 13. Plaque provenant d’un harnais de bronze avec incrustations d’argent ; à droite et à gauche des monogrammes, scènes de combat représentant l’affrontement de deux cavaliers (photographie Sabina Antonini de Maigret).

Fig. 13. Plaque provenant d’un harnais de bronze avec incrustations d’argent ; à droite et à gauche des monogrammes, scènes de combat représentant l’affrontement de deux cavaliers (photographie Sabina Antonini de Maigret).

Fig. 14. La stèle funéraire CIH 705 (photographie Alessandra Lombardi). Le défunt est notamment représenté se déplaçant à pied, à dos de dromadaire et à cheval.

Fig. 14. La stèle funéraire CIH 705 (photographie Alessandra Lombardi). Le défunt est notamment représenté se déplaçant à pied, à dos de dromadaire et à cheval.

Fig. 15. Najrān (al‑Ukhdūd). Dessin de cheval, sans cavalier, ornant le mur d’une demeure aristocratique. Le bloc est in situ (photographie MAFSN).

Fig. 15. Najrān (al‑Ukhdūd). Dessin de cheval, sans cavalier, ornant le mur d’une demeure aristocratique. Le bloc est in situ (photographie MAFSN).

Fig. 16. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN). Tous les chevaux relevés aux alentours des puits (Fig. 16‑27) sont cabrés (type 1).

Fig. 16. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN). Tous les chevaux relevés aux alentours des puits (Fig. 16‑27) sont cabrés (type 1).

Fig. 17. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 17. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

143

Fig. 18. Murayghān. Cavalier(s) sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 18. Murayghān. Cavalier(s) sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 19. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits, déjà publié dans Khan et alii 2012, Fig. 6.73, p. 183, et dans Arbach et alii 2015, Fig. 15, p. 25 (photographie MAFSN).

Fig. 19. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits, déjà publié dans Khan et alii 2012, Fig. 6.73, p. 183, et dans Arbach et alii 2015, Fig. 15, p. 25 (photographie MAFSN).

Fig. 20. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 20. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 21. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 21. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 22. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 22. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 23. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 23. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 24. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits, déjà publiés dans Khan et alii 2012, Fig. 6.70, p. 180 (photographie MAFSN).

Fig. 24. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits, déjà publiés dans Khan et alii 2012, Fig. 6.70, p. 180 (photographie MAFSN).

Fig. 25. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 25. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 26. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 26. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).

Fig. 27. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits de Murayghān (photographie MAFSN). Détail du grand panneau H 38—22.L.4 dans Anati 1972, Fig. 95 et 96, p. 142 et 143.

Fig. 27. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits de Murayghān (photographie MAFSN). Détail du grand panneau H 38—22.L.4 dans Anati 1972, Fig. 95 et 96, p. 142 et 143.

Fig. 28. Ḥimā (jabal al‑Kawkab, ʿAn Halkān). Partie gauche d’un long panneau représentant une scène de chasse et un cavalier au galop, armé d’une longue lance (photographie MAFSN). Les deux chevaux sont cabrés (cheval de type 1).

Fig. 28. Ḥimā (jabal al‑Kawkab, ʿAn Halkān). Partie gauche d’un long panneau représentant une scène de chasse et un cavalier au galop, armé d’une longue lance (photographie MAFSN). Les deux chevaux sont cabrés (cheval de type 1).

Fig. 29. Ḥimā (jabal al‑Kawkab, ʿAn Halkān). Partie droite du même panneau avec deux cavaliers qui s’affrontent et, à nouveau, le cavalier au galop (jabal al‑Kawkab, Ḥimā) (photographie MAFSN). Tous les chevaux sont cabrés.

Fig. 29. Ḥimā (jabal al‑Kawkab, ʿAn Halkān). Partie droite du même panneau avec deux cavaliers qui s’affrontent et, à nouveau, le cavalier au galop (jabal al‑Kawkab, Ḥimā) (photographie MAFSN). Tous les chevaux sont cabrés.

Fig. 30. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Panneau représentant deux paires de cavaliers sur des chevaux cabrés (type 1) (photographie MAFSN).

Fig. 30. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Panneau représentant deux paires de cavaliers sur des chevaux cabrés (type 1) (photographie MAFSN).

Fig. 31. Dalle acquise par Jacqueline Pirenne à Shabwa, conservée aujourd’hui au musée d’al‑Mukallā. Elle a été publiée sous le sigle S/75/69. Le nom peint dans l’angle supérieur droit (Ṯrm (2) S¹lm) suggère qu’il pourrait s’agir d’une stèle funéraire avec une image du défunt monté sur un équidé (cheval ou âne), représenté en mouvement d’une manière assez semblable au cheval cabré (photographie d’après Pirenne 1990, Pl. L, c).

Fig. 31. Dalle acquise par Jacqueline Pirenne à Shabwa, conservée aujourd’hui au musée d’al‑Mukallā. Elle a été publiée sous le sigle S/75/69. Le nom peint dans l’angle supérieur droit (Ṯrm (2) S¹lm) suggère qu’il pourrait s’agir d’une stèle funéraire avec une image du défunt monté sur un équidé (cheval ou âne), représenté en mouvement d’une manière assez semblable au cheval cabré (photographie d’après Pirenne 1990, Pl. L, c).

Fig. 32. Dessins et petits textes peints sur des murs à Qaryat al‑Faʾw (d’après al‑Ansary 1996, Fig. III, 1 et 2, p. 55). Les chevaux des trois cavaliers qui chassent des dromadaires sont représentés cabrés ou semi‑cabrés.

Fig. 32. Dessins et petits textes peints sur des murs à Qaryat al‑Faʾw (d’après al‑Ansary 1996, Fig. III, 1 et 2, p. 55). Les chevaux des trois cavaliers qui chassent des dromadaires sont représentés cabrés ou semi‑cabrés.

Fig. 33. Inscriptions peintes sur un rocher des environ de Najrān (d’après Minosa 1983, p. [78], en face de la p. 79). Celle qui est encadrée célèbre « ʿAmrum fils de Bishrum, le (meilleur) cavalier de Thuʿlubān ».

Fig. 33. Inscriptions peintes sur un rocher des environ de Najrān (d’après Minosa 1983, p. [78], en face de la p. 79). Celle qui est encadrée célèbre « ʿAmrum fils de Bishrum, le (meilleur) cavalier de Thuʿlubān ».

Fig. 34. Ḥimā (al‑Kawkab). Image représentant « Tamīm Yazī(2)d, officier de Laḥayʿat dhu‑Gadanum » (Tmm Yz(2)d mqtw (3) Lḥyʿt (4) ḏ‑Gdnm) (Ry 514) (photographie MAFSN).

Fig. 34. Ḥimā (al‑Kawkab). Image représentant « Tamīm Yazī(2)d, officier de Laḥayʿat dhu‑Gadanum » (Tmm Yz(2)d mqtw (3) Lḥyʿt (4) ḏ‑Gdnm) (Ry 514) (photographie MAFSN).

Fig. 35. Glaives antiques de la collection ʿAbd al‑Malik al‑Sayyānī (Sanaa) (Photographies Jérémie Schiettecatte).

Fig. 35. Glaives antiques de la collection ʿAbd al‑Malik al‑Sayyānī (Sanaa) (Photographies Jérémie Schiettecatte).

Fig. 36. Ḥimā (Nafūd al‑Musammāt, Naṣlat Ḥujr). Panneau avec un bel ensemble de dromadaires très probablement préislamiques. Avant l’islam, le dromadaire, très fréquemment représenté, est rarement monté. Sur ce panneau, seuls un ou deux textes (notamment celui en dessous de l’archer à pied entre deux dromadaires) semblent contemporains du dessin, si on se fonde sur l’exécution de la gravure (photographie MAFSN).

Fig. 36. Ḥimā (Nafūd al‑Musammāt, Naṣlat Ḥujr). Panneau avec un bel ensemble de dromadaires très probablement préislamiques. Avant l’islam, le dromadaire, très fréquemment représenté, est rarement monté. Sur ce panneau, seuls un ou deux textes (notamment celui en dessous de l’archer à pied entre deux dromadaires) semblent contemporains du dessin, si on se fonde sur l’exécution de la gravure (photographie MAFSN).

Fig. 37. Ḥimā (Najd Sahī). Cavaliers stylisés (photographie MAFSN).

Fig. 37. Ḥimā (Najd Sahī). Cavaliers stylisés (photographie MAFSN).

Fig. 38. L’inscription paléo‑arabe Ḥimā‑al‑Musammāt PalAr 1 (datée de mars–avril 513), avec un personnage hiératique beaucoup plus ancien, flanqué de l’inscription yqr (patine la plus sombre) et des cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » notablement plus récents (patine très claire) (photographie MAFSN).

Fig. 38. L’inscription paléo‑arabe Ḥimā‑al‑Musammāt PalAr 1 (datée de mars–avril 513), avec un personnage hiératique beaucoup plus ancien, flanqué de l’inscription yqr (patine la plus sombre) et des cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » notablement plus récents (patine très claire) (photographie MAFSN).

Fig. 39. Panneau illustrant deux cavaliers sur un cheval au « galop volant », qui présentent de multiples différences de détail (photographie MAFSN). Si on se fonde sur la patine un peu plus sombre, celui de gauche paraît plus ancien que celui de droite. Il semblerait qu’on puisse distinguer 3 étapes dans l’exécution de cette scène. Étape 1 : cavalier de gauche. Étape 2 : cavalier de droite. Étape 3 : ajout de l’arc de cercle et des petits cercles (un socle de cheval à bascule et des roulettes) sous le cheval de gauche.

Fig. 39. Panneau illustrant deux cavaliers sur un cheval au « galop volant », qui présentent de multiples différences de détail (photographie MAFSN). Si on se fonde sur la patine un peu plus sombre, celui de gauche paraît plus ancien que celui de droite. Il semblerait qu’on puisse distinguer 3 étapes dans l’exécution de cette scène. Étape 1 : cavalier de gauche. Étape 2 : cavalier de droite. Étape 3 : ajout de l’arc de cercle et des petits cercles (un socle de cheval à bascule et des roulettes) sous le cheval de gauche.

Fig. 40. Ḥimā (ʿĀn Halkān). Panneau comportant les deux types de représentation du cheval, celui se cabrant et celui au « galop volant » (photographie MAFSN).

Fig. 40. Ḥimā (ʿĀn Halkān). Panneau comportant les deux types de représentation du cheval, celui se cabrant et celui au « galop volant » (photographie MAFSN).

Fig. 41. Ḥimā (ʿĀn Halkān). Détail du panneau précédant (photographie MAFSN). Le cavalier sur un cheval cabré tient une longue arme recourbée de type cimeterre qui paraît d’époque islamique.

Fig. 41. Ḥimā (ʿĀn Halkān). Détail du panneau précédant (photographie MAFSN). Le cavalier sur un cheval cabré tient une longue arme recourbée de type cimeterre qui paraît d’époque islamique.

Fig. 42. Ḥimā (Nafūd al‑Musammāt, Naṣlat Ḥujr). Cavalier monté sur un cheval au « galop volant » surimposé sur des graffites ḥimāʾites et donc postérieur à ces derniers (photographie MAFSN).

Fig. 42. Ḥimā (Nafūd al‑Musammāt, Naṣlat Ḥujr). Cavalier monté sur un cheval au « galop volant » surimposé sur des graffites ḥimāʾites et donc postérieur à ces derniers (photographie MAFSN).

Fig. 43. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Panneau illustrant des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » et un personnage debout, à la longue chevelure et aux bras levés, tous notablement postérieurs à un texte ḥimāʾite (Dgn‑R(ṯ)‑..ḏ‑ʾmn‑Ḥbb) et à un autre sudarabique (Ys²ry‑Yrg‑Yrʿ.) (photographie MAFSN).

Fig. 43. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Panneau illustrant des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » et un personnage debout, à la longue chevelure et aux bras levés, tous notablement postérieurs à un texte ḥimāʾite (Dgn‑Rḡ(ṯ)‑..ḏ‑ʾmn‑Ḥbb) et à un autre sudarabique (Ys²ry‑Yrg‑Yrʿ.) (photographie MAFSN).

Fig. 44. Ḥimā (Najd Sahī). Panneau avec des cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » plus récents que les autres gravures (photographie MAFSN).

Fig. 44. Ḥimā (Najd Sahī). Panneau avec des cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » plus récents que les autres gravures (photographie MAFSN).

Fig. 45. Ḥimā (Shisʿa). Vaste panneau avec notamment un grand bovin, des palmiers et des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » (photographie MAFSN). Les gravures présentent un grand éventail de patines. La patine la plus sombre est celle du grand bovin. La plus claire est celle du grand cavalier en haut à droite. Une coloration intermédiaire s’observe dans l’inscription à l’intérieur du bovin, dans les palmiers et dans les autres cavaliers (notamment le petit cavalier entre les pattes du grand).

Fig. 45. Ḥimā (Shisʿa). Vaste panneau avec notamment un grand bovin, des palmiers et des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » (photographie MAFSN). Les gravures présentent un grand éventail de patines. La patine la plus sombre est celle du grand bovin. La plus claire est celle du grand cavalier en haut à droite. Une coloration intermédiaire s’observe dans l’inscription à l’intérieur du bovin, dans les palmiers et dans les autres cavaliers (notamment le petit cavalier entre les pattes du grand).

Fig. 46. Ḥimā (Najd Sahī). Panneau avec des cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » plus récents que les autres gravures (photographie MAFSN).

Fig. 46. Ḥimā (Najd Sahī). Panneau avec des cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » plus récents que les autres gravures (photographie MAFSN).

Fig. 47 a. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : vue d’ensemble du panneau suivant (photographie MAFSN). Noter, au centre gauche, le chasseur armé d’un fusil qui vise un oryx et, en bas à droite, un essai avorté de découpage d’un bloc.

Fig. 47 a. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : vue d’ensemble du panneau suivant (photographie MAFSN). Noter, au centre gauche, le chasseur armé d’un fusil qui vise un oryx et, en bas à droite, un essai avorté de découpage d’un bloc.

Fig. 47 b. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : détail d’un vaste panneau avec un écart considérable dans la coloration des patines (photographie MAFSN). On peut distinguer trois étapes. Étape 1 : une autruche et un animal à gauche dont seul le contour est gravé. Étape 2 (Antiquité préislamique) : nombreux grafites ḥimāʾites, six dromadaires dont un monté par un homme armé d’un arc et d’une longue épée, deux personnages hiératiques. Étape 3 (islamique) : trois cavaliers au « galop volant » et un personnage debout, à la longue chevelure et aux bras levés.

Fig. 47 b. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : détail d’un vaste panneau avec un écart considérable dans la coloration des patines (photographie MAFSN). On peut distinguer trois étapes. Étape 1 : une autruche et un animal à gauche dont seul le contour est gravé. Étape 2 (Antiquité préislamique) : nombreux grafites ḥimāʾites, six dromadaires dont un monté par un homme armé d’un arc et d’une longue épée, deux personnages hiératiques. Étape 3 (islamique) : trois cavaliers au « galop volant » et un personnage debout, à la longue chevelure et aux bras levés.

Fig. 48. Ḥimā (Najd Sahī). Vaste panneau avec de nombreuses superpositions (photographie MAFSN). Le cavalier sur un cheval au « galop volant » et les deux personnages debout, à la longue chevelure et aux bras levés, appartiennent à la phase la plus récente.

Fig. 48. Ḥimā (Najd Sahī). Vaste panneau avec de nombreuses superpositions (photographie MAFSN). Le cavalier sur un cheval au « galop volant » et les deux personnages debout, à la longue chevelure et aux bras levés, appartiennent à la phase la plus récente.

Fig. 49. Ḥimā (Thuʿr). Panneau associant notamment des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » et des personnages debout, à la longue chevelure et aux bras levés, tous notablement postérieurs à des dessins plus anciens (un dromadaire, deux moutons et un animal cornu) (photographie MAFSN).

Fig. 49. Ḥimā (Thuʿr). Panneau associant notamment des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » et des personnages debout, à la longue chevelure et aux bras levés, tous notablement postérieurs à des dessins plus anciens (un dromadaire, deux moutons et un animal cornu) (photographie MAFSN).

Fig. 50. Ḥimā (Najd Sahī). Cavalier monté sur un cheval au « galop volant », qui semble associé un graffite sudarabique (photographie MAFSN). Noter cependant le sabre recourbé qui semble impliquer une date islamique.

Fig. 50. Ḥimā (Najd Sahī). Cavalier monté sur un cheval au « galop volant », qui semble associé un graffite sudarabique (photographie MAFSN). Noter cependant le sabre recourbé qui semble impliquer une date islamique.

Fig. 51. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ) : panneau avec des gravures réalisées en trois étapes (photographie MAFSN). Étape 1 (préislamique) : les textes au‑dessus et immédiatement au‑dessous des trois dessins (au‑dessus, Zdy, Wtrm, S²ʿmgrm ; au‑dessous, Ḡynt, ʾbs¹qm, Gynt). Étape 2 (préislamique ou islamique) : les trois dessins (noter que la patte arrière du cheval de gauche se superpose sur la lettre alif et la main du petit personnage sur le premier mīm de S²ʿmgrm). Étape 3 (contemporaine) : le texte tout en bas qui est le pastiche d’un texte antique. Malgré un écart de plus de 15 siècles entre les étapes 1 et 3, les patines présentent assez peu de différence.

Fig. 51. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ) : panneau avec des gravures réalisées en trois étapes (photographie MAFSN). Étape 1 (préislamique) : les textes au‑dessus et immédiatement au‑dessous des trois dessins (au‑dessus, Zdy, Wtrm, S²ʿmgrm ; au‑dessous, Ḡynt, ʾbs¹qm, Gynt). Étape 2 (préislamique ou islamique) : les trois dessins (noter que la patte arrière du cheval de gauche se superpose sur la lettre alif et la main du petit personnage sur le premier mīm de S²ʿmgrm). Étape 3 (contemporaine) : le texte tout en bas qui est le pastiche d’un texte antique. Malgré un écart de plus de 15 siècles entre les étapes 1 et 3, les patines présentent assez peu de différence.

Fig. 52. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Cavalier sur un cheval galopant, associé apparemment avec l’inscription préislamique « Anmār » (ʾnmr) (photographie MAFSN). Le graveur n’a esquissé qu’une seule patte à l’avant et à l’arrière, alors que les autres dessins préislamiques dessinent les deux.

Fig. 52. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Cavalier sur un cheval galopant, associé apparemment avec l’inscription préislamique « Anmār » (ʾnmr) (photographie MAFSN). Le graveur n’a esquissé qu’une seule patte à l’avant et à l’arrière, alors que les autres dessins préislamiques dessinent les deux.

Fig. 53. Ḥimā (Saʿd al‑Ḥarīr). Cavalier sur un cheval galopant (photographie MAFSN) d’une facture intermédiaire entre les types 1 (cheval cabré) et 2 (« galop volant »). Le graveur a bien dessiné deux pattes à l’avant et à l’arrière (comme dans le type 1), mais donne déjà au cheval l’allure bondissante du « galop volant » (type 2).

Fig. 53. Ḥimā (Saʿd al‑Ḥarīr). Cavalier sur un cheval galopant (photographie MAFSN) d’une facture intermédiaire entre les types 1 (cheval cabré) et 2 (« galop volant »). Le graveur a bien dessiné deux pattes à l’avant et à l’arrière (comme dans le type 1), mais donne déjà au cheval l’allure bondissante du « galop volant » (type 2).

Fig. 54. Ḥimā (Nafūd al‑Musammāt). Cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » et autres figures surimposés sur des graffites ḥimāʾites. L’importance du contraste entre la patine des textes et celle, beaucoup plus claire, des dessins, implique une date très postérieure pour ces derniers (photographie MAFSN). Noter par ailleurs que les fantassins sont apparemment armés de fusils.

Fig. 54. Ḥimā (Nafūd al‑Musammāt). Cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » et autres figures surimposés sur des graffites ḥimāʾites. L’importance du contraste entre la patine des textes et celle, beaucoup plus claire, des dessins, implique une date très postérieure pour ces derniers (photographie MAFSN). Noter par ailleurs que les fantassins sont apparemment armés de fusils.

Fig. 55. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Chameliers armés de fusils (photographie MAFSN).

Fig. 55. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Chameliers armés de fusils (photographie MAFSN).

Fig. 56. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Fantassin armé d’un fusil (photographie MAFSN).

Fig. 56. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Fantassin armé d’un fusil (photographie MAFSN).

Fig. 57. Ḥimā (al‑Musammāt). Chasseurs armés de fusils, visant un animal cornu (photographie MAFSN). Noter que la patine des textes sudarabiques (ʾmr) et ḥimāʾites (ʾblʾ et Ḡs²bm) et de l’animal cornu est à peine plus sombre que celle des chasseurs ; en revanche celle de trois ibex est beaucoup plus brune.

Fig. 57. Ḥimā (al‑Musammāt). Chasseurs armés de fusils, visant un animal cornu (photographie MAFSN). Noter que la patine des textes sudarabiques (ʾmr) et ḥimāʾites (ʾblʾ et Ḡs²bm) et de l’animal cornu est à peine plus sombre que celle des chasseurs ; en revanche celle de trois ibex est beaucoup plus brune.

Fig. 58. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Exemple de gravure contemporaine (au premier plan en bas, Hḏrn (2) ʿzwy), copiant un texte antique (sur le panneau, à gauche du lion) (photographie MAFSN).

Fig. 58. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Exemple de gravure contemporaine (au premier plan en bas, Hḏrn (2) ʿzwy), copiant un texte antique (sur le panneau, à gauche du lion) (photographie MAFSN).

Fig. 59. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Autre exemple de gravure contemporaine, à quelques centaines de mètres de la précédente (Fig. 58), recopiant le mot ʿzwy. Le reste du « texte » est dénué de sens (photographie MAFSN).

Fig. 59. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Autre exemple de gravure contemporaine, à quelques centaines de mètres de la précédente (Fig. 58), recopiant le mot ʿzwy. Le reste du « texte » est dénué de sens (photographie MAFSN).

Carte A. L’Arabie antique.

Carte A. L’Arabie antique.

Carte B. Le Yémen antique.

Carte B. Le Yémen antique.

Carte C. La région de Ḥimā.

Carte C. La région de Ḥimā.
Top of page

Bibliography

Bibliographie

Alexander D. (ed.), Furusiyya: The Horse in the Art of the Near East, 2 vols, Riyadh, Riyadh King Abdulaziz Public Library, 1996.

ʿAlī ʿAqīl ʿAzza & Antonini S., I bronzi sudarabici di periodo pre‑islamico (Repertorio Iconografico Sudarabico, Tomo III), Rome, Académie des Inscriptions et Belles‑Lettres ‑ Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente, 2007.

Antonini de Maigret S., « Un manufatto himyarita di stile partico‑sassanide », Arabia 2, 2004, p. 16‑19, fig. 12‑16 (p. 200‑202) and fig. 69 (p. 234).

Antonini de Maigret S., « A Himyarite artefact in the Parthian‑Sasanian style », in M. Bernardini & N. Tornesello (eds), Scritti in onore di Giovanni M. D’Erme (Università degli Studi di Napoli “L’Orientale”, Dipartimento di Studi Asiatici, Series Minor LXVIII), Naples, 2005, p. 1‑15.

Antonini de Maigret S., « Due leoni / appliques da Nashshān (Jawf, Repubblica dello Yemen) », Egitto e Vicino Oriente XXXI, 2008, p. 213‑218.

Antonini de Maigret S., South Arabian Art: Art History in Pre‑Islamic Yemen (Orient & Méditerranée, 10), Paris, de Boccard, 2012.

Anati E., Rock Art in Central Arabia, Vol. 1, The « Oval‑Headed » People of Arabia (Université de Louvain, Institut orientaliste, Bibliothèque du Muséon, 50) (Expédition Philby‑Ryckmans‑Lippens en Arabie, Ière partie, Géographie et archéologie, tome 3), Louvain, 1968 a.

Anati E., Rock Art in Central Arabia, Vol. 2, Part One: Fat‑tailed sheep in Arabia ; Part Two: The Realistic‑Dynamic Style of Rock‑Art in the Jabal Qara (Université de Louvain, Institut orientaliste, Bibliothèque du Muséon, 50) (Expédition Philby‑Ryckmans‑Lippens en Arabie, Ière partie, Géographie et archéologie, tome 3), Louvain, 1968 b.

Anati E., Rock Art in Central Arabia, Vol. 3 (Publications de l’Institut orientaliste de Louvain, 4 ; Expédition Philby‑Ryckmans‑Lippens en Arabie), Louvain, Institut orientaliste de Louvain‑la‑Neuve, 1972.

Anati E., Rock Art in Central Arabia, Vol. 4 (Publications de l’Institut orientaliste de Louvain, 6 ; Expédition Philby‑Ryckmans‑Lippens en Arabie), Louvain, Institut orientaliste de Louvain‑la‑Neuve, 1974.

Al‑Ansary Abulrahman, « The Horse at Qaryat al‑Faw », in David Alexander (ed.), Furusiyya, I. The Horse in the Art of the Near East, Riyadh, King Abdulaziz Public Library, 1996, p. 54‑59.

Arbach M., « Un lion en bronze avec un nouveau synchronisme minéo‑qatabanite », in A. Sholan, S. Antonini & M. Arbach (eds), Sabaean Studies: Studies in honour of Yūsuf M. ʿAbdallāh, Alessandro de Maigret and Christian J. Robin in occasion of their 60th birthdays, Naples‑Sanaa, 2005, p. 21‑33.

Arbach M., Charloux G., Dridi Hédi, Gajda I., Āl Murayḥ Ṣāliḥ Muḥammad, Robin Ch., al‑Saʿīd Saʿīd Fāyiz, Schiettecatte J. & Ṭayrān Sālim, « Results of four seasons of survey in the province of Najrān (Saudi Arabia), 2007–2010 », in Iris Gerlach (ed.), South Arabia and its Neighbourgs: Phenomena of Intercultural Contacts. 14. Rencontres sabéennes, Archäologische Berichte aus dem Yemen, XIV, 2015, p. 11‑46.

Arbach M., Charloux G., Robin ChJ., al‑Saïd Saïd, Schiettecatte J. & Āl Murīḥ Ṣāliḥ Muḥammad, « Un sanctuaire rupestre au dieu dhū‑Samāwī à ʿān Halkān (Arabie Saoudite) », in Isabelle Sachet, en collaboration avec Christian Julien Robin, Dieux et déesses d’Arabie, images et représentations, Actes de la table ronde tenue au Collège de France (Paris) les 1er et 2 octobre 2007, (Orient et Méditerranée, n° 7), Paris, De Boccard, 2012, ISBN 978‑2‑7018‑0306‑7, p. 119‑128.

Arbach M. & Prioletta A., « Ḥimyar en Arabie déserte au Ve siècle de l’ère chrétienne : une nouvelle inscription historique du site de Maʾsal (Arabie saoudite), in Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles‑Lettres, 2016, à paraître.

Avanzini A. (ed.), A port in Arabia between Rome and the Indian Ocean (3rd c. BC–5th c. AD) (Khor Rori Report 2, Arabia Antica 5), Rome, "L’Erma" di Bretschneider, 2008.

Bāfaqīh Muḥammad ʿAbd al‑Qādir & Rūbān Kirīsitiyān [Robin Christian], « Min nuqūsh Maḥram Bilqīs » [Quelques inscriptions du Maḥram Bilqīs], Raydān 1, 1978, p. 11‑56 de la partie en langue arabe.

Barker P., The Armies and Enemies of Imperial Rome, Sussex, 1981 (4th ed.).

Bednarik R. & Khan M., « The Rock Art of Southern Arabia Reconsidered », in Adumatu, 20, 2009, pp. 7‑20.

Beeston A. F. L., Warfare in Ancient South Arabia (2nd3rd centuries A.D.) (Qahtan, Studies in old South Arabian Epigraphy, Fasc. 3), Londres, Luzac, 1976.

Bossert H. T., Altsyrien: Kunst und Handwerk in Cypern, Syrien, Palästina, Transjordanien und Arabien von den Anfängen bis zum völligen Aufgehen in der griechischrömischen Kultur (Die Ältesten Kulturen des Mittelmeerkreises, Bd. 3), Tübingen, Wasmuth, 1951.

Bron F., Mémorial Mahmud al‑Ghul : inscriptions sudarabiques, Sanaa, Centre français d’Études yéménites, (L’arabie préislamique, 2), Paris, Geuthner, 1992.

Bron F., L’inscription des lions de Nashshān, Egitto e Vicino Oriente XXXI, 2008, p. 219‑220.

Cadario M., La corazza di Alessandro : Loricati di tipo ellenistico dal IV secolo a.C. al II d.C. Milan, Edizioni Universitarie di Lettere Economia Diritto, 2004.

Calvet Y. & Robin Ch. J., Arabie heureuse, Arabie déserte : les antiquités arabiques du Musée du Louvre, (Notes et Documents des Musées de France 31), Paris, 1997.

Casson L., The Periplus Maris Erythraei (Text with introduction, translation, and commentary), Princeton, Princeton University Press, 1989.

Chevalier A., Schiettecatte J., Tzortzis S. & Wermuth E, « The Bronze and Iron Age Funerary Landscape in Central Arabia », in M. Luciani (ed.) Archaeology of the Arabian Peninsula: Connecting the Evidence, (Oriental and European Archaeology), Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, à paraître.

Costa P. M., Antiquities from Ẓafār (Yemen), II, AION 36 (N.S. XXVI), p. 445‑456, pl. I‑XXX, 1976.

Costa P. M., The Pre‑Islamic Antiquities in the Yemen National Museum (Studia Archeologica, 19), Rome, 1978.

Drewes A. J. & Ryckmans J., Les inscriptions sudarabes sur bois dans la collection de l’Oosters Instituut conservée dans la bibliothèque universitaire de Leiden, texte révisé et adapté par Peter Stein, édité par Peter Stein et Harry Stroomer, Wiesbaden, Harrassowitz, 2016.

Dridi Hédi, « De l’Arabie au Tassili : déesses à flancs de colline ? », in Isabelle Sachet (ed.) avec la collaboration de Christian Julien Robin, Dieux et déesses d’Arabie, images et représentations, Actes de la table ronde tenue au Collège de France (Paris) les 1er et 2 octobre 2007, (Orient et Méditerranée, n° 7), Paris, De Boccard, 2012, p. 431‑446.

Fussman G., « Le Périple et l’histoire politique de l’Inde », Journal asiatique CCLXXIX, 1991, p. 30‑38.

Ghirshman R., Arte persiana : Parti e Sassanidi, Milan, BUR, 1962.

Ḥaḍārat al‑Maqar, Judhūr al‑khayl al‑ʿarabiyya: Ḥaḍāra mutaqaddima min al‑ʿaṣr al‑ḥajarī al‑ḥadīth bi‑ʾl‑Mamlaka al‑ʿarabiyya al‑saʿūdiyya wa‑dalāʾil aqdam istiʾnās li‑l‑khayl qabl tisʿat ālāf sana, Riyadh, al‑Hayʾa al‑ʿāmma li‑l‑siyāḥa wa‑ʾl‑āthār, Qiṭāʿ al‑āthār wa‑ʾl‑matāḥif, 2011 (1436 h).

Al‑Hamdānī Abū Muḥammad al‑Ḥasan b. Aḥmad b. Yaʿqūb, al‑Iklīl 1, texte : Kitāb al‑Iklīl, al‑juzʾ al‑awwal, li‑Lisān al‑Yaman Abī Muḥammad al‑Ḥasan b. Aḥmad b. Yaʿqūb al‑Hamdānī, édité par Muḥammad b. ʿAlī ʾl‑Akwaʿ al‑Ḥiwālī (al‑Maktaba al‑yamaniyya, 2), Le Caire, al‑Sunna al‑muḥammadiyya, 1963 (1383 h).

Al‑Hamdānī Abū Muḥammad al‑Ḥasan b. Aḥmad b. Yaʿqūb, al‑Iklīl 10, texte : al‑Iklīl min akhbār al‑Yaman wa‑ansāb Ḥimyar, taṣnīf Lisān al‑Yaman Abī Muḥammad al‑Ḥasan b. Aḥmad al‑Hamdānī, al‑kitāb al‑ʿāshir, édité par Muḥibb al‑Dīn al‑Khaṭīb, Le Caire, al‑Salafiyya, 1368 h (1948–1949).

Ibn Ḥamza ʿAbd Allāh [al‑Manṣūr bi‑ʾllāh ʿAbd Allāh b. Ḥamza], al‑Khuyūl : Taʾrīkh al‑khuyūl al‑ʿarabī. Sharḥ arjūza fī ṣifāt al‑khayl wa‑alwāni‑hā wa‑mā yuḥmadu min‑hā wa‑mā yudhammu, taʾlīf ʿAbd Allāh b. Ḥamza, sharḥ ibni‑hi Aḥmad b. ʿAbd Allāh b. Ḥamza, Sanaa, Wizārat al‑Iʿlām wa‑ʾl‑thaqāfa, 1979.

Ibn Qutayba Abū Muḥammad ʿAbd Allāh b. Muslim, al‑Maʿārif, texte : al‑Maʿārif, édité par Tharwat ʿUkāsha, [Le Caire], Wizārat al‑Thaqāfa wa‑ʾl‑Irshād al‑qawmī, al‑Idāra al‑ʿāmma li‑l‑thaqāfa, 1960 (1379 h.).

Jamme A., « Inscriptions on the Sabaean bronze horse of the Dumbarton Oaks Collection », Dumbarton Oaks Papers 8, 1954, p. 317‑330.

Jändl B., Altsüdarabische Inschriften auf Metall (Epigraphische Forschungen auf der Arabischen Halbinsel, Band 4), Tübingen‑Berlin, Ernst Wasmuth Verlag, 2009.

Kazanski M., « Les armes du Wādī Duraʾ », in Breton & Bāfāqih 1993, p. 51‑61.

Kazimirski (A. de Biberstein), Dictionnaire arabe‑français, tomes I‑II, Paris, Maisonneuve, 1860.

Keall E. J., « A second attempt to understand the historical context of Husn al‑ʿUrr in the Ḥaḍramawt », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 25, 1995 a, p. 55‑62.

Keall E. J., « Forerunners of Umayyad Art: Sculptural Stone from the Hadramawt », Muqarnas 12, 1995 b, p. 11‑23.

Khan Majeed, « A Critical Review of Rock Art Studies in Saudi Arabia », Atlal 14, 1996, p. 75‑101.

Khan Majeed, « A Critical Review of Rock Art Studies in Saudi Arabia », East and West 48 / 3‑4, December 1998, p. 427‑437 (version abrégée).

Khan Majeed, with contributions by Robert Bednarik et Michael Macdonald, The Arabian Horse, Origin, Development And History / al‑Ḥiṣān al‑ʿarabī, al‑aṣl wa‑ʾl‑taṭawwur wa‑ʾl‑taʾrīkh, Riyadh, Z Company for Advertising & Public Relations, 2012 AD (1433 h).

Lane Fox R., Alexander the Great, Londres, Penguin, 2004.

Lombardi A., « Le stele sudarabiche denominate ṣwr: monumenti votivi o funerari? », Egitto e Vicino Oriente XXXVII, 2014, p. 149‑177.

Lyttelton M., « The Pre‑Islamic South Arabian Bronze Horse in the Dumbarton Oaks Collection Reconsidered », Proceedings of Seminar for Arabian Studies 24, 1990, p. 147‑157.

MacDonald M. C. A., « Hunting, Fighting, and Raiding: The Horse in Pre‑Islamic Arabia », in David Alexander (ed.), Furusiyya, I, The Horse in the Art of the Near East, Riyadh, King Abdulaziz Public Library, 1996, p. 72‑83.

MacDonald M. C. A., « Goddesses, dancing girls or cheerleaders? Perceptions of the divine and the female form in the rock art of pre‑Islamic North Arabia », in Isabelle Sachet (ed.) avec la collaboration de Christian Julien Robin, Dieux et déesses d’Arabie, images et représentations, Actes de la table ronde tenue au Collège de France (Paris) les 1er et 2 octobre 2007, (Orient et Méditerranée, n° 7), Paris, De Boccard, 2012, p. 261‑297.

Mango C., « Chariot Races in the Roman and Byzantine Periods », in David Alexander (ed.), Furusiyya, I, The Horse in the Art of the Near East, Riyadh, King Abdulaziz Public Library, 1996, p. 36‑41.

Maraqten Mohammed, Altsüdarabische Texte auf Holzstäbchen: Epigraphische und kulturhistorische Untersuchungen (Beiruter Texte und Studien, 103), Würzburg, Ergon Verlag in Kommission, 2014.

Minosa Tc., Najran Desert Garden of Arabia, Photographs by Tchekof Minosa, Text by Patricia Massari and Cherbel Dagher, Publication director Geneviève Charpy, Paris, Scorpio Editeur, 1983.

Pirenne J., Corpus des inscriptions et antiquités sud‑arabes, Tome I, Section 2, Antiquités (AIBL), Louvain, Peeters, 1977.

Pirenne J., Corpus des inscriptions et antiquités sud‑arabes, Tome II, Fascicule 2, Le Musée d’Aden (AIBL), Louvain, Peeters, 1986.

Pirenne J., Les témoins écrits de la région de Shabwa et l’histoire (Fouilles de Shabwa I, Institut français d’Archéologie du Proche‑Orient, Bibliothèque archéologique et historique, CXXXIV), Paris, Geuthner, 1990.

Poliakoff Ch., « Étude des gravures rupestres du jabal al‑Kawkab (Arabie Saoudite) », mémoire de master 2, Université Paris 1 Panthéon‑Sorbonne, sous la direction de Pascal Butterlin, 2014.

Al‑Qaḥṭānī Sālim b. Hadhdhāl, Nuqūsh jibāl al‑Quna fī muḥāfaẓat Tathlīth, Riyadh, Wikālat al‑āthār wa‑ʾl‑matāḥif, 2007 (1428 h.), 221 p.

Robin Ch. J., « L’inscription Ir 40 de Bayt Ḍabʿān et la tribu Ḏmry », in Christian Robin et Muḥammad Bāfaqīh (eds), Ṣayhadica: recherches sur les inscriptions de l’Arabie préislamique offertes par ses collègues au Professeur A.F.L. Beeston, (L’Arabie préislamique, vol. 1), Sanaa, Centre français d’Études yéménites ‑ Centre yéménite d’Études et de Recherches, 1987, p. 113‑164.

Robin Ch. J., « L’Arabie du sud et la date du Périple de la mer Érythrée (nouvelles données) », Journal asiatique CCLXXIX, 1991, p. 1‑30 (résumé en langue anglaise, p. 29‑30).

Robin Ch. J., « Sabaeans and Ḥimyarites Discover the Horse », in David Alexander (ed.), Furusiyya, I. The Horse in the Art of the Near East, Riyadh, King Abdulaziz Public Library, 1996, p. 60‑71.

Robin Ch. J., « The Date of the Periplus of the Erythrean Sea in the Light of South Arabian Evidence », in F. De Romanis & André Tchernia (eds), Crossings: Early Mediterranean Contacts with India, New Delhi, Manohar, Centre de Sciences humaines ‑ Italian Embassy Cultural Centre, 1997, p. 40‑65.

Robin Ch. J., « La lecture des monogrammes », Arabia 2, 2004, p. 20‑22.

Robin Ch. J., « Matériaux pour une prosopographie de l’Arabie antique : les noblesses sabéenne et ḥimyarite avant et après l’Islam », in Christian Julien Robin et Jérémie Schiettecatte, Les préludes de l’Islam : ruptures et continuités dans les civilisations du Proche‑Orient, de l’Afrique orientale, de l’Arabie et de l’Inde à la veille de l’Islam (Orient et Méditerranée, 11), Paris, De Boccard, 2013, p. 127‑270.

Robin Ch. J., « The Peoples beyond the Arabian Frontier in Late Antiquity: Recent Epigraphic Discoveries and Latest Advances », in Jitse H. F. Dijkstra & Greg Fisher, Inside and Out: Interactions between Rome and the Peoples on the Arabian and Egyptian Frontiers in Late Antiquity (Late Antique History and Religion, 8), Louvain, Peeters, 2014, p. 33‑79.

Robin Ch. J. & Bāfaqīh Muḥammad, « Inscriptions inédites du Maḥram Bilqîs (Mârib) au Musée de Bayḥân », Raydān 3, 1980, p. 83‑112.

Robin Ch. J. & Gajda I., « L’inscription du wādī ʿAbadān », Raydān 6, 1994, p. 113‑137 et pl. 49‑60 (p. 193‑204).

Robin Ch. J., al‑Ghabbān ʿAlī I. & al‑Saʿīd Saʿīd F., « Inscriptions antiques récemment découvertes à Najrān (Arabie saoudite méridionale) : nouveaux jalons pour l’histoire de l’oasis et celle de l’écriture et de la langue arabes », in Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles‑Lettres, 2014, p. 1033‑1127.

Robin Ch. J. & Gorea M., « L’alphabet de Ḥimā (Arabie saoudite) », in Israel Finkelstein, Christian Julian Robin & Thomas Romer (eds), Alphabets, Texts and Artefacts in the Ancient Near East, Studies Presented to Benjamin Sass, Paris, Van Dieren, 2016, p. 312‑377.

Robin Ch. J. & Theyab Saud Soliman, « Arabie antique : aux origines d’une passion », in Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d’Orient et d’Occident, Exposition présentée à l’Institut du monde arabe, Paris, du 26 novembre 2002 au 30 mars 2003, Paris, Institut du monde arabe ‑ Éditions Gallimard, 2002, p. 28‑35.

Rome Exhibition Catalogue, Yemen. Nel Paese della Regina di Saba, Milan, Skira, 2000.

Ryckmans J., « L’apparition du cheval en Arabie ancienne », Ex Oriente Lux 17, 1963 (publié 1964), p. 211‑226.

Ryckmans J., « Notes sur le cheval de bronze de Dumbarton Oaks », Revue des Archéologues et Historiens d’Art de Louvain VI, 1973, p. 38‑74.

Ryckmans J., « The Pre‑Islamic South Arabian Bronze Horse in the Dumbarton Oaks Collection » (with Technical Remarks by I. Vandevivere), Dumbarton Oaks Papers 29, 1975, p. 287‑303.

Ryckmans J., Müller W. W. & Abdallah Yusuf M., Textes du Yémen antique inscrits sur bois (with an English Summary), Avant‑propos de Jean‑François Breton (Publications de l’Institut orientaliste de Louvain, 43), Louvain‑la‑Neuve, Université catholique de Louvain, Institut orientaliste, 1994 [titre de la traduction en langue arabe : Nuqūsh khashabiyya qadīma min al‑Yaman].

Schiettecatte J., Villes et urbanisation de l’Arabie du Sud à l’époque préislamique, thèse, Université Paris 1 ‑ Panthéon ‑ Sorbonne, UFR 03 ‑ Art et Archéologie, 13 mars 2006.

Sedov A. V., « Le sepolture di cammelli », in Rome Exhibition Catalogue, Yemen. Nel Paese della Regina di Saba, Milan, Skira, 2000, p. 249.

Segall B., « The Lion‑Riders from Timna », in R. LeBaron Bowen Jr. & F. P. Albright (eds.), Archaeological Discoveries in South Arabia (PAFSM, II), Baltimore, Johns Hopkins Press, 1958, p. 155‑178, pl. 97‑109.

Sima A., Tiere, Pflanzen, Steine und Metalle in den altsüdarabischen Inschriften (Akademie der Wissenschaften und der Literatur, Mainz, Veröffentlichungen der Orientalischen Kommission, 46), Wiesbaden, Harrassowitz, 2000.

Stein P., Die altsüdarabischen Minuskulinschriften auf Holzstäbchen aus der Bayerischen Staatsbibliothek in München. I: Die Inschriften der mittel‑und spätsabäischen Periode, 2 vol., Tübingen, Ernst Wasmuth Verlag, 2010.

Stupperich R. & Yule P. A., « Ḥimyarite Period Bronze Sculptural Groups from the Yemenite Highlands », in A. V. Sedov, Arabian and Islamic Studies: A collection of papers in honour of Mikhail Borishovich Piotrovskij on the occasion of his 70th birthday, Moscou, 2014, p. 338‑365.

Uerpmann H.‑P., « Camel and horse skeletons from protohistoric graves at Mleiha in the Emirate of Sharjah (U.A.E.) », Arabian Archaeology and Epigraphy 10, 1999, p. 102‑118.

Van den Berghe L., Reliefs rupestres de l’Iran ancien (vers 2000 av. J.C.–7e s. après J.C.), Bruxelles, 1984.

Viré F., « Faras » : « Faras », in Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., au mot.

Vogt B., « Death, Resurrection and the Camel », in N. Nebes (ed.), Arabia Felix. Beiträge zur Sprache und Kultur des vorislamischen Arabien, Festschrift Walter W. Müller zum 60, Wiesbaden, Harrassowitz, 1994, p. 279‑290.

Von Gall H., Das Reiterkampfbild in der iranischen und iranisch beeinflussten Kunst parthischer und sasanidischer Zeit, Teheraner Forschungen, Deutschen Archäologischen Institut Abteilung Teheran, Band VI, Berlin, 1990.

Yule P., Antonini S. & Robin Ch. J., « Le harnachement du cheval d’un Haṣbaḥide, découvert dans une tombe de Ẓafār », Arabia 2, 2004, p. 11‑22 et fig. 1‑19 et 69 (p. 194‑204 et 234).

Yule P. & Robin Ch. J., « Ḥimyarite Knights, Infantrymen and Hunters », Arabia 3, 2005–2006, p. 261‑271 & fig. 157‑169 (p. 358‑363).

Top of page

Notes

1  Ḥaḍārat al‑Maqar. Pour une illustration de cette pièce, on peut se reporter également à Khan et alii, 2012, Fig. 14.11, p. 445 ; Fig. 14.12, p. 446. Il manque le haut de la tête et donc les oreilles, de sorte qu’il est impossible de distinguer le type d’équidé (âne, cheval, etc.).

2  Pour les toponymes et ethnonymes, voir les Cartes A, B et C.

3  Cf. Ibn Qutayba, al‑Maʿārif, p. 107 : wa‑yuqālu : Māzin Ghassān, arbāb al‑mulūk ; wa‑Ḥimyar, arbāb al‑ʿArab ; wa‑Kinda, Kindat al‑mulūk ; wa‑Madhḥij, Madhḥij al‑ṭaʿān ; wa‑Hamdān, aḥlās al‑khayl, « On dit : Māzin de Ghassān, ce sont “les seigneurs des rois ” ; Ḥimyar, “les seigneurs des Arabes” ; Kinda, “Kinda des rois” ; Madhḥij, “Madhḥij aux coups de lance” ; et Hamdān, “couvertures à chevaux” ».

4  Al‑Hamdānī, al‑Iklīl 10, p. 159 (… wa‑Ṭufaylan <wa‑>Abā Namāra — wa‑kāna sayyidan jawādan fārisan shujāʿan wa‑raʾʾasat‑hu Hamdān baʿd abī‑hi, fa‑qāma bi‑ḥarb Quḍāʿa).

5 Al‑Hamdānī, al‑Iklīl 10, p. 241, fāris Hamdān fī ʿaṣri‑hi («le meilleur cavalier de Hamdān à son époque » à propos d’al‑Mujāliḥ b. ʿAmr) ; ibid, p. 87 : « poète de Hamdān et son meilleur cavalier », shāʿir Hamdān wa‑fārisu‑hā (à propos de Mālik b. Ḥarīm b. Mālik b. Ḥarīm b. Dālān ; deux autres personnages sont également qualifiés de fāris ou de fāris Hamdān sur la même page).

6  Al‑Hamdānī, al‑Iklīl 1, p. 278, fāris al‑ʿArab (à propos de ʿAmr b. Yazīd).

7  Ibn Ḥamza, 1979.

8  Ryckmans, 1963, p. 211.

9  Ryckmans, 1963, p. 222.

10  Jacques Ryckmans remarquait que c’était la longue inscription incisée (iisiècle de l’ère chrétienne environ), commémorant l’offrande de la statue, qui donnait la date de cette dernière et que le fragment d’inscription en relief de style archaïque, ajouté par erreur lors de la restauration, n'appartenait pas à la statue. Auparavant, Jacqueline Pirenne se fondait sur ce fragment pour dater ce cheval du ve siècle avant l’ère chrétienne

11  Robin, 1991 ; Fussman, 1991 ; Robin, 1997.

12  Robin, 1996 ; Sima, 2000, p. 76 ; Robin & Theyab, 2002.

13  Ja 665 / 30‑31.

14  ʿAbadān 1 / 19 (8e campagne contre Gawwān et Khargān) et 28 (12e campagne et bataille contre ʿAbdqaysān en Arabie centrale).

15  Maʾsal 3 / 13.

16  Ja 665 / 17.

17  Sharaf 32 / 11‑14.

18  Ja 665 / 14‑16.

19  Ja 665 / 37‑39.

20  Ja 665 / 29‑31.

21  Voir aussi Yule & Robin, 2005, p. 267, où un tableau récapitule ce qu’on sait des effectifs des armées sudarabiques : cavaliers, chameliers et fantassins.

22  Sima 2000, p. 63‑81 (frs¹), 89‑91 (gbht) et 117‑120 (mhrt).

23  Dictionnaire de Kazimirski, au mot. Il s’agit du poulain à sa naissance : voir Viré, « Faras », p. 803.

24  Dictionnaire de Kazimirski, au mot.

25  Sima, 2000, p. 75‑77.

26  Sima, 2000, p. 81‑88.

27  Voir ci‑dessous le texte Minosa, 1983, p. [78] n° 1, illustré Fig. 33.

28 Une autre interprétation de ḥiṣān est « (étalon pur‑sang) qui réserve jalousement sa semence» : voir Viré, « Faras », p. 803.

29  Pour le Coran, voir III, 14 ; VIII, 60 ; XVI, 8 ; XVII, 64 ; LIX, 6.

30  C’est la totalité de la documentation pour les langues maʿīnique, qatabānique et ḥaḍramawtique, et une bonne moitié pour le sabaʾique.

31  Voir Ryckmans, 1963 ; Robin, 1996 ; Robin & Theyab, 2002. Nous donnons à « Arabie méridionale » un sens géographique, le sud de la Péninsule. En revanche, l’« Arabie du Sud » (on pourrait dire également « Sudarabie ») désigne l’ensemble des territoires dépendant des royaumes « sudarabiques ».

32  Voir principalement Ryckmans et alii, 1974 ; Stein, 2010 ; Maraqten, 2014 ; Drewes & Ryckmans, 2016.

33  Khan et alii, 2012, Fig. 6.37, p. 144‑145.

34  Macdonald, 1996, n. 30, p. 82.

35  Ja 643 / 24 (Karibʾīl Bayān fils de Dhamarʿalī Dhariḥ) ; Ja 643 bis / 2 (Karibʾīl Bayān fils de Dhamarʿalī Dhariḥ) ; Ja 644 / 19 et 24 (Yuhaqīm, fils de Dhamarʿalī Dhariḥ ; mention de 4 chevaux tués dans l’armée ennemie).

36  Voir Ja 643 (du règne de Karibʾīl Bayān fils de Dhamarʿalī Dhariḥ) et Robin‑Bron Banū Bakr 1 (qui mentionne « l’armée de Yuhaqīm », un autre fils de Dhamarʿalī Dhariḥ).

37  Sima, 2000, p. 71, qui suit l’interprétation d’Albert Jamme.

38  Sima, 2000, p. 152.

39  Sima, 2000, p. 36‑37 et 46.

40  Sima, 2000, p. 17.

41  Sima, 2000, p. 53 et 96.

42  Sima, 2000, p. 29, 40, 43, 92, 126, 133 et 140.

43  Sima, 2000, p. 162.

44  Sima, 2000, p. 153.

45  Sima, 2000, p. 20 (ʾbl), 43 (bkr) ; voir aussi qblt (Christies 2008 et YM 10882).

46  Nous ne retenons pas RES 851 où le verbe « offrir » est restitué et le mot « cheval » incomplet : voir ci‑dessus.

47  Le terme grm, qui est un hapax en sudarabique, est très fréquent dans l’onomastique des graffites de l’Arabie déserte.

48 frs¹n w‑ʾ(b)(4)ltn ḏy ḏhbn. Sur les banū ʿUthkulān, voir Robin 2013, p. 150‑152.

49  Sima, 2000, p. 89

50  Nous ne retenons ni RES 4149 [fr](s¹)n ni RES 851 (fr)[..] où la restitution de frs¹ est douteuse (voir ci‑dessous et ci‑dessus).

51  ḏn fr(5)n w‑rkb‑hw.

52  frs¹n (w)‑[r](4)kb‑hw

53 Sur ce lignage, voir Robin, 2013, p. 158‑159.

54  MB 2001‑101 A (= RES 5099 + 5098) et B.

55  frs¹y[nh]n w‑rkb‑hmy.

56 h]qnyw mḍḥ‑hmw (H)r(n) frs¹nhn w‑rkby‑hmy (3) [bn ḡnm‑hmw bn hgrn S²bw]t.

57  frs¹m w‑rkb(5)hw kly ḏhbm.

58  frs¹n w‑rkb‑hw (5) ḏ‑ḏhbn.

59  ʾtlwt ʾfrs¹ mlk(3)n.

60  ḥmdm b‑ḏt s¹twfy frs¹ (7) mlkn Gdn b‑kn rkb‑hw ʿdy (8) S¹hrtn w‑ḥmdm b‑ḏt mtʿ fr(9)s¹nhn Dynrm w‑Ẓbym.

61 (2) [fr](s¹)n w‑ṣlmt ḏ‑ḏhb[n

62  Le nom de lignage de Yudāwim comporte également un ḍāḍ et un nūn, comme l’indique le monogramme de gauche (Fig. 9 b) : voir Yule & Robin, 2005, p. 264.

63  Voir par exemple Khan et alii, 2012, Fig. 4.26, p. 76.

64  Le texte gravé sur le cheval de Dumbarton Oaks (Fig. 4) mentionne effectivement un cavalier.

65  Ce sont Dynrm et Ẓbym, dans Ja 745 / 9 ; Gdn dans Ja 745 / 7 ; Ndf dans Ja 649 / 20 ; Wḥ[ẓ] dans Ja 577 / 1 ; et Yr(7)ẖm dans MAFRAY‑al‑Miʿsāl 2 / 6‑7.

66  Sima, 2000, p. 23, qui recense 8 noms de dromadaires et 6 noms de chevaux.

67  Les textes voisins permettent d’identifier ce roi avec Ydʿʾl Byn mlk Ḥḍrmt bn Rbs²ms¹ qui règne entre 225 et 255

68 Yule et alii, 2004.

69  De son adversaire, il ne subsiste que l’extrémité des pattes avant du cheval. Sur cette belle pièce, voir ci‑dessous la contribution de Sabina Antonini de Maigret.

70  Voir ci‑dessous.

71  Yule et alii, 2004.

72  MAFRAY‑Ḥaṣī 5, … brʾw w‑gdr s¹(4)r‑hmw ʾkbdy mḥgr frs¹‑hmw ʾḏkrn », … ils ont édifié et entouré d’un mur leur vallée Akbadī (pour en faire une) réserve pour leurs chevaux mâles ».

73  MQ‑Shirjān 25 = Ja 1817 (nḥl ʾfrs¹n, littéralement « commandant des chevaux »).

74  nḥ(y)l ʾ(2)frs¹n mytmytn (DhM 204). Les trois auteurs de ce texte se nomment ʾbkrb Ynf bn ḏ‑Ḥgrm w‑ʾṣnʿ w‑Ḏḫrm.

75  Voir l’invocation au roi Thaʾrān Yuhanʿim et à ses fils Malkīkarib Yuhaʾmin et Dhamarʿalī Yuhabirr.

76 With only one exception, the few known artworks depicting this animal, both in bronze or stone, have been obtained from improper excavations with no records of their archaeological and historical contexts. Only one artwork is known to come from a survey on the archaeological sites of Qanīʾ. When the context is unknown, the chronological attribution of the artworks is based on iconographic and stylistic comparisons, both within typical South Arabian figurative production and from neighboring cultures. When inscriptions are present, epigraphic analysis may provide evidence for dating.

77 Ghaymān is located 15 km South‑East of Ṣanʿāʾ and was the capital of the qayl of the Ghaymān (Ḡymn) tribe. The qayl of the Ghaymān tribe settled in the eponymous territory between the 1st and 4th century AD, and the Dharḥān (Palace) was the administrative and political venue of the dynasty. Cf. Robin, 1987, p. 141, note 30; Schiettecatte, 2006, p. 417.

78 The dating of the artwork to around the 2nd century AD proposed by P. Yule & P. Stupperich (2014, p. 362) based on iconographic and stylistic bases concurs with epigraphic dating suggested by J. Ryckmans (Ryckmans, 1973, p. 65). According to Christian Robin, however, the epigraphic analysis does not clarify the chronological attribution of the statue. The character mentioned in the inscription, Hawfāʿathat, certainly a prince of dhu‑Ghaymān, is probably the son of Sharaḥʾīl. The name Hawfāʿathat Aṣḥaḥ dhu‑Ghaymān is known from one inscription dating from the middle of the 3rd century AD; however, it is improbable that this inscription refers to the same person cited on the Ghaymān horse, as the defining honorary name is different. In addition, the characters mentioned in the text on the Ghaymān horse are not accompanied by dates and the writing style is not specific as it can be attributed to the first three centuries AD. I am thankful to Christian Robin for this personal communication.

79 Stupperich & Yule, 2014, p.  350‑362 and related bibliography.

80 Lyttelton (1990) reports a synthesis of the research, interpretations, chemical analyses and restoration of the Ghaymān bronze horse.

81 The closest iconographic comparison to the Ghaymān horse is the small statue representing Alexander the Great riding his horse Bucephalus at the National Archaeological Museum of Naples (h 48.5 cm; inv. no. 4996). The statue, excavated from Herculaneum, is a Roman copy dating from the second half of the 1st century BC of the Greek original by Lysippos, dating from 320–300 BC; Cf. Cadario, 2004, p. 29 ff; Lane Fox, 2004, p.  24‑25, n. 4 and related bibliography. The statue of the Macedonian King was part of Lysippos’ monumental equestrian sculpture celebrating the horsemen who fell during the Battle of the Granicus River (May, 334 BC).

82 . The National Museum of Yemen in Ṣanʿāʾ has a bronze horse limb in its collection (inv. no. YM 208) that may belong to the second horse mentioned in the inscription of the Dumbarton Oaks Museum. Regarding the inscription, Cf. Stupperich & Yule, 2014, p.  358‑361, with the previous bibliographical references statue; Cf. ʿAlī ʿAqīl & Antonini, 2007, p.  54, 174 (I.B.b.5) and related bibliography.

83 There are three famous examples of pairs of dedicatory statues (appliqués). The two bronze lions in relief on an inscribed base, originating from al‑Sawdāʾ/Nashshān (Jawf, 5th–4th century BC) with a dedication to ʿAthtar by two kings of Nashshān to celebrate the inauguration of a temple; Cf. Antonini, 2008, and Bron, 2008. These lions were found in illegal excavations and belong to The Israel Museum, Jerusalem: Cf. Bron, 2008, p. 219, note 1. The two bronze lions are on an inscribed base with putti riders on their back, they were excavated in Tamnaʿ and found at the Yafash House (1st century BC–1st century AD), with a dedication by two inhabitants of Tamnaʿ for the inauguration of the house called Yafash. Berta Segall (Segall, 1958, p.  161‑162) connected the lions ridden by putti with the Dioscuri for their particular role as guardians of the hearth. These lions were found by the archaeologists of the American Foundation of the Study of Man and are kept at the Arthur M. Sackler Gallery, Washington DC: Cf. ʿAlī ʿAqīl & Antonini, 2007, p. 233 and previous related bibliography. Finally, two lions are named in the inscription on the remaining bronze lion found at Ḥinū al‑Zurayr (1st century BC), with an inscribed base referring to the offering of two lions to the goddess dhāt‑Ṣanatum by a Minaean woman: Cf. Arbach, 2005. This bronze lion was found during an illegal excavation; it has been restored and is kept at the National Museum of Yemen in Ṣanʿāʾ.

84 Inscription A on the Ghaymān horse reads: “Hawfāʿathat Yhʾ[ … ] Ghaymān, qayl of the clan Gh[aymān], the son of [.]rḥʾl [ʾA]shwaʿ of (the clan) Maʾdhinum [has dedicated to ḏāt Baʿdānum] the two horses and the two riders i[n the cult‑] site of Madhraḥum for the well‑[being] […] in the plain of Ghaymān and [all that he possesses] [ … ] their houses and [their] q[ayls] [ … ] and for [the well‑]being of all of which, that they possess and [Hawfā]ʿathat the pleasure of their hearts [ … ] and he may destroy [ … ]”. Cf. Jändl 2009, p.  156. For Christian Robin the divinity dhāt Baʿdān cannot be identified with certainty.

85 The origin of the artwork is unknown.

86 A completely different iconography characterized by the horse standing on four legs distinguishes another statuette depicting a horse and rider found in Marib (Military Museum of Ṣanʿāʾ; inv. no. MSM 163; h 7 cm; Rome, Exhibition Catalogue 2000, p. 334, No. 206, p. 337). Here, the horse is stylistically comparable to the Yemeni terracotta figurines both in terms of its modeling and naïve style. Two other Yemeni bronze horses kept at the Ancient Orient Museum in Istanbul are also depicted standing on four legs. One of the horse figurines bears an inscription on its side: the dedication of a mare of ḏt‑Bʿdn from Lḥyʿṯt (Inv. No. 7572; h 8 cm; CIH 504 bis. Cf. ʿAlī ʿAqīl & Antonini, 2007, p.  55, 173 [I.B.b.2] and related bibliography). The other horse figurine is ridden by a rider and is positioned on a three‑step base (Imperial Ottoman Museum [OM 7620; h 15 cm]; Bossert, 1951, p.  102, 389, No. 1349; ʿAlī ʿAqīl & Antonini, 2007, p.  173, I.B.b.3). A horse head, probably part of a complete bronze figurine, is at the Louvre Museum (Cf. Calvet & Robin, 1997, p. 274, No. 173, inv. no. AO 6507; h 2.9 cm; ʿAlī ʿAqīl & Antonini, 2007, p.  55, 174, I.B.b.7). Further, a bronze equine limb, at the National Museum of ʿAdan, was part of a horse figurine (inv. no. NAM 2520; Cf. ʿAlī ʿAqīl & Antonini, 2007, p.  174, I.B.b.6; h 5.3 cm); another figurine in bronze of a horse standing on four legs is kept at the Military Museum at Ṣanʿāʾ (B 9634). A small bronze horse at the Kunsthistorisches Museum of Vienna (Glazer Collection) is depicted with a saddle, blanket and girth (although without bridle bit) in a rather simplified but effective style (Cf. Alexander, 1996, vol. II, No. 32; inv. no. ÄOS, SEM 132; 9.3 x 9.5 x 2.6 cm). A plaquette in the shape of an equine protome was excavated from Khawr Rūrī (Cf. Avanzini (ed.), 2008, p. 390, No. 788, Pl. 28, 4 e 56, 7).

87 I am grateful to the President of the General Organization for Antiquities and Museums of Yemen, Mr Muhannad al‑Sayyānī, for granting permission to show this unpublished artwork. The artwork was bought by the Welcome Foundation from the Glendining Auction House in London, on February 25th, 1931. Originally bought in ʿAdan, the item has been restituted to Yemen by UNESCO.

88 ʿAlī ʿAqīl & Antonini, 2007, p. 60, 191 (II.A.a.1.13); YM 2480; h 6.6 cm.

89 One stela is kept at the Louvre Museum in Paris (inv. no. AO 1029; h 55 cm); it is dedicated to ʿAthtar Shāriqān. In the second register of the stela, the hunter on horseback is represented as he spears a dromedary. Although this work strongly privileges the symbolic message of the valor of the deceased over the harmony of the whole composition, the sculptor has nevertheless accurately rendered the horse’s head, mane and harnesses. CIS IV, II, p.  143‑144, Pl. XIII; CIH 445; Calvet & Robin, 1997, p. 107‑108, No. 18. Another South Arabian alabaster funeral stela (CIH 705 [Fig. 14]; 2nd century AD) is currently kept at the Società Geografica Italiana in Rome. The narrative of the life of the deceased takes place along four figurative scenes on four separate vertically‑arranged registers. The lower register shows a man riding a galloping horse, followed by a man on foot. Because of the absence of specific attributes, the role of the rider cannot be identified. However, we can speculate that the rider is a warrior rather than a hunter on horseback as the stela reports the main achievements of the deceased when he was alive, and a mythological” hunting scene is depicted on the penultimate register. As such, we can assume that the scene on the last register refers to a warrior on horseback followed by a foot soldier. See Lombardi, 2014, p. 163‑167, in particular p. 174, notes 72, 74 for the history of this stela. Cf. CIS IV, III, p.  126‑127, Pl. XLV.

90 Costa, 1976, p.  449, no. 134, pl. X; Yule & Robin, 2005‑2006, p.  262‑265, Fig. 157‑159.

91 Yule & Robin, 20052006, p.  263, Fig. 160‑162.

92 Weapons represented in this relief were also used at the time of the military campaign of Aelius Gallus in Arabia Felix in 25 BC. Strabo, in recounting the battle fought in Negrana (today Najrān, in Saudi Arabia) said that the barbarians joined battle with the Romans, and about ten thousand of them fell, but only two Romans; for they used their weapons in an inexperienced manner, being utterly unfit for war, using bows and spears and swords and slings, though most of them used a double‑edged axe. (Strabo, Geography XVI, 4, 24). The author of the Periplus of the Erithraean Sea (§ 17, Casson, 1989) mentions that in Rhapta, on the coast of Azania, the main imports from Muza were the products of local workmanship, including axes, as well as knives and awls and therefore that these weapons were forged in South Arabia. The sea of Azania is also mentioned by Pliny the Elder (N.H. 6.34), and the area is generally identified with the Southeast coast of Africa. For the identification of Rhapta, Cf. Casson, 1989, p. 141‑142. An exemplar of an axe was found in the Wādī Ḍuraʾ, Tomb No. 3; Cf. Kazanski, 1993, p.  33, No. 53, p. 57, Pl. 17, Fig. 48 and Pl. 30, Fig. 94.

93 Barker, 1981, p. 71, No. 26.

94 We should rule out the possibility that the horseman is a cataphract soldier, as he would not have had a shield and his horse would have been partially or completely covered by armor (Cf. Barker, 1981, p. 138‑140). The Parthian and Sassanid cavalry (and subsequently the late‑Roman and Byzantine cavalry) were composed of these cataphracts, equipped with spears and armor reinforced by metal plates, as reported by the historian Ammianus Marcellinus (Rerum Gestarum, XVI, X, 8).

95 Inv. no. m338, Catalogue of the French‑Russian Mission at Qanīʾ. The piece is unpublished. I wish to thank in particular Michel Mouton for offering a photograph and drawing of the relief.

96 Cf. Ghirshman, 1962: 51, Fig. 63; Kawami, 2013, p. 760, Fig. 38.10 (drawing) (2nd3rd cent. AD).

97 Costa, 1978, p. 44‑45, Fig. XXVa‑b.

98 No. inv. AM 385, NAM 485. Pirenne, 1986, p. 241‑250 ; Keall, 1995 a et b.

99 Antonini, 2004; 2005. In the latter publication I explain how, in 2004, I was informed about this precious artwork: The object […] is regrettably up for sale on the market for antique objects from the Yemen. Like all artefacts brought to light in clandestine digs, this means it is destined to enter a private collection and disappear from scholarly inquiry. A series of coincidences have made it possible to establish that this bronze plaquette was part of the grave goods from a hypogean tomb discovered at the foot of Jabal al‑Ḥuṣn, near Ẓafār. The tomb had initially been plundered by local inhabitants, and was subsequently excavated by Paul Yule. The horse’s noseband made of bronze with silver intarsio work turned up by the German archaeologist (and now conserved at the Museum of Ẓafār) has both technical and stylistic affinities with the plaquette that I happened to see and photograph this spring in the sūq of Ṣanʿāʾ. (Antonini, 2005, p. 1). Cf. Yule, Antonini & Robin, 2004. We have lost trace of this object.

100  Antonini, 2004, p. 16‑19; Antonini, 2005, p. 6, note 17. Monograms cite the name of Ilīyafaʿ and the palace (of the Haṣbaṣides) Kawkabān; Cf. Robin, 2004, p. 21‑22.

101  Ghirshman, 1962, p. 118, 131; Van den Berghe, 1984, p. 139‑140, n. 72, pl. 30; von Gall, 1990: pl. 10. Cf. Antonini, 2004, 2005.

102 Barker ,1981, p. 39‑40, 134, No. 127.

103 Vogt, 1994; Sedov, 2000.

104 One notable example of this practice is the archaeological site at al‑Mulayḥa (Mleiha) (Emirate of Sharjah), where not only camels but also two horses, one embellished with heavy gold ornaments, have been found in burials sites (300 BC200 AD). Cf. Uerpmann, 1999, p. 103, 107, 115‑116. Graves 4 and 22. The position of the bone remains at the time of discovery suggests that the animals had been placed in the graves alive; Ibid, p. 103‑104.

105  Voir la Carte C.

106  Sur les huit périodes qu’Anati distingue (1968 a et b ; 1972 ; 1974), cinq sont antérieures à 1 000 av. è. chr. ; la plus ancienne, « early hunters », est située avant 6 000 av. è. chr.

107  Khan, 1996 et 1998 ; Bednarik & Khan 2009.

108  Voir Anati ,1972, H 38—22.L.4, p. 143‑145 et Fig. 95‑98 (p. 142, 143, 144 et 145). Voir aussi Anati 1974, J 44—R.23.05, p. 26‑27 et Fig. 131‑132 ; J 49—22.1.10, p. 40‑48 et Fig. 152‑163 ; J 50—22.L.11, p. 48‑51 et Fig. 164‑166 ; M 66—R.24.01, p. 123‑128 et Fig. 237‑243 ; M 74—25.L.1, p. 148‑150 et Fig. 270‑273 ; P 78—R.27.01, p. 171 et Fig. 291 ; notices sur le cheval (« Equus caballus Linnaeus, 1758 : The Horse ») et l’âne (« Equus asinus Linnaeus, 1758 : The Ass »), p. 247‑248 par E. Tchernov.

109  Les responsables saoudiens des Antiquités font de même.

110  Les gravures rupestres se concentrent dans la région entre le nord du Yémen et Tathlīth. Seules les graffites ont fait l’objet de quelques études, comme al‑Qaḥṭānī 2007 ; les dessins n’ont pas été inventoriés.

111  Khan et alii, 2012. L’ouvrage, tiré à un très petit nombre d’exemplaires, est malheureusement difficile à trouver.

112  Les thèmes retenus sont : 1. Home of the Arabian Horse ; 2. Horse Breeding and Grazing in Arabia ; 3. Equines ; 4. Horse the Most Faithfull Companion of Mankind ; 5. Al‑Khamsa : The Five Original and Pure Arabian Horses ; 6. Horse Riders ; 7. Combat Scenes ; 8. Battle Scenes ; 9. Hunting Scenes ; 10. Dancing Horses ; 11. Royal Horses ; 12. Wheeled Vehicles in the Rock Art of Arabia ; 13. The Arabian Horse in the Context of World Rock Art ; 14. The Arabian Horse through the Ages.

113  Voir notamment Arbach et alii, 2011 ; Robin et alii, 2014 ; Arbach et alii, 2015.

114  Ryckmans, 1963, p. 220.

115  Anati, 1972, Fig. 95 et 96, p. 142 et 143 (H 38—22.L.4).

116  Khan et alii, 2012, Fig. 6.70, p. 180 (« Wādī Dawāsir »), dans cette contribution, Fig. 24 ; Fig. 6.73, p. 183 (« Wādī Dawāsir »), dans cette contribution, Fig. 19. Voir aussi Fig. 10.4, p. 336 (« Wādī Dawāsir ») que la MAFSN n’a pas retrouvé, mais qui est très semblable à la Fig. 17 ; le texte ḥimāʾite associé qui se lit l‑ʿnzt se retrouve Fig. 18.

117  Ryckmans, 1963, p. 220.

118  Khan et alii, 2012, notamment Fig. 6.63, p. 171 (Najrān) ; Fig. 6.74, p. 185 (région de l’Est) ; Fig. 7.3, p. 191 (Taymāʾ, 2500–2200 av. TP) ; Fig. 7.14, p. 202 (Ḥāʾil) ; Fig. 7.23, p. 211 (sans indication de provenance) ; Fig. 7.41, p. 231 (Abhā) ; Fig. 7.47, p. 237 (al‑Bāḥa).

119  Ryckmans, 1963, p. 221.

120  Anati, 1974, J 44—R.23.05, p. 26‑27 et Fig. 131‑132 (3 cavaliers) ; J 50—22.L.11, p. 48‑51 et Fig. 164‑166 (2 cavaliers) ; M 66—R.24.01, p. 123‑128 et Fig. 237‑243 (3 cavaliers ?) ; P 78—R.27.01, p. 171 et Fig. 291 (6 cavaliers).

121  Anati, 1974, J 49—22.1.10, p. 40‑48 et Fig. 152‑163 (3 cavaliers) ; M 66—R.24.01, p. 123‑128 et Fig. 237‑243 (1 cavalier) ; M 74—25.L.1, p. 148‑150 et Fig. 270‑273 (1 cavalier) ; P 78—R.27.01, p. 171 et Fig. 291 (8 cavaliers). La distribution entre « Literate » et « Islamic » n’est pas parfaitement claire : il semblerait que les premiers soient les plus stylisés et les plus élégants.

122  Khan et alii, 2012, p. 16 (introduction du chapitre 1).

123  Khan et alii, 2012, Fig. 1.3, p. 21 ; Fig. 4.2, p. 50 ; Fig. 4.8, p. 57 ; Fig. 5.3, p. 93 ; Fig. 6.13, p. 119 ; 6.31, p. 138.

124  Khan et alii, 2012, Fig. 1.1, p. 17.

125  Khan et alii, 2012, Fig. 4.13, p. 62 ; Fig. 4.14, p. 63 ; Fig. 4.18, p. 67 ; Fig. 4.25, p. 75 ; Fig. 5.2, p. 92 ; Fig. 7.6, p. 194 ; Fig. 7.11, p. 199 ; 7.13, p. 201

126  Khan et alii, 2012, Fig. 6.32, p. 139.

127  Khan et alii, 2012, Fig. 6.1, p. 107 ; Fig. 7.16, p. 204.

128  Khan et alii, 2012, Fig. 7.24, p. 212.

129  Khan et alii, 2012, Fig. 14.7, p. 440.

130  Khan et alii, 2012, Fig. 1.2, p. 19.

131  Khan et alii, 2012, Fig. 3.1, p. 34 ; Fig. 14.1, p. 430.

132  Khan et alii, 2012, Fig. 9.25, p. 295.

133  Khan et alii, 2012, Fig. 9.17, p. 286.

134  Khan et alii, 2012, Fig. 6.16, p. 122‑123. La date « 15001200 (sic) » est corrigée d’après l’arabe (3000–2500 av. TP).

135  Alia serait le nom donné localement à cette « divinité préhistorique ». Sur ce motif, voir en dernier lieu Macdonald, 2012 et Dridi, 2012.

136  Khan et alii, 2012, Fig. 7.6, p. 194.

137  Khan et alii, 2012, Fig. 7.13, p. 201.

138  Khan et alii, 2012, Fig. 7.11, p. 199.

139  Khan et alii, 2012, Fig. 9.25, p. 296.

140  Khan et alii, 2012, Fig. 9.54, p. 327.

141  Khan et alii, 2012, Fig. 6.52, p. 160.

142  Khan et alii, 2012, Fig. 7.9, p. 197.

143  Khan et alii, 2012, Fig. 7.16, p. 204.

144  Khan et alii, 2012, Fig. 7.3, p. 191.

145  Khan et alii, 2012, Fig. 7.4, p. 192.

146  Khan et alii, 2012, Fig. 6.55, p. 163.

147  Charly Poliakoff en esquissera une typologie dans la thèse qu’il prépare. Les observations de cette note doivent beaucoup à ses premières analyses (voir son mémoire de master 2, soutenu en 2014) et aux discussions avec lui sur le terrain.

148  Sima, 2000, p. 59‑62.

149  ʿAbadān 1 / 39 et 39‑40.

150  Al‑Hamdānī, Ṣifa, p. 110 / 22‑23, ḥamīr al‑waḥsh.

151  Antonini de Maigret, 2012, Fig. 5, p. 13.

152  La Fig. 27 est une photographie partielle d’un grand panneau peu lisible de Murayghān qui comporte sept chevaux, parmi lesquels plusieurs semblent ne pas avoir de cavaliers. Ce panneau est étudié dans Anati, 1972, Fig. 95 et 96, p. 142 et 143 (H 38—22.L.4).

153  Voir notamment la contribution de Sandra Olsen, « Insight on the Arabian Horse from 1st Millenium BCE North Arabia Petroglyphs », dans ce dossier.

154  La queue peut être traitée :

— en mèches parallèles de part et d’autre de la tresse principale, à la manière d’une palme (Fig. 38) ;

— en mèches parallèles d’un seul côté à la manière d’une demi palme (Fig. 38, 39, 40, 43, 47 a‑b, 54 et 55) ;

— en arc de cercle tourné vers le bas (Fig. 38, 39, 40, 41, 43, 44, 45, 46, 47 a‑b, 48, et 54) ;

— en petit arc de cercle tourné vers le haut (Fig. 38, 42, 43, 47 a‑b, 49, 50, 54 et 55) ;

— en touffe (Fig. 40).

Il n’est pas assuré que ces divers traitements (ou certains d’entre eux) aient une valeur chronologique.

155  Le plus souvent, les cavaliers ont empoigné une arme : longue lance (Fig. 38‑40, 43 et 45‑48), épée droite (Fig. 38, 45, 47 a‑b et 50) ou sabre recourbé (Fig. 40‑44 et 47 a‑b). Rarement, ils brandissent un autre objet (Fig. 49 [objet triangulaire] ; Fig. 47 a‑b [un fouet ?]). Il est assez fréquent qu’une autre arme soit passée ou attachée à la taille (Fig. 38 et 50 [épée légèrement recourbée], 47 a‑b, 38, 39, 43, 49 et 55). Il est probable que le sabre recourbé soit une innovation de l’islam : voir ci‑dessous.

156  On connaît quelques cas de survivance de l’écriture sudarabique après l’islam dans la région de Najrān. Par ailleurs, l’écriture paléo‑arabe se diffuse à Ḥimā à partir de la seconde moitié du ve siècle de l’ère chrétienne, de sorte que certaines inscriptions en écriture arabe sont préislamiques. Cependant, ces dernières se reconnaissent aisément grâce à leurs particularités orthographiques et à un formulaire différent de celui des textes islamiques.

157  Ce sont principalement le bāʾ au segment supérieur brisé, propre au ier siècle avant l’ère chrétienne ; le lām avec appendice en triangle, ou le bāʾ et les lettres avec socle munis d’un triangle décoratif, qui datent de l’antiquité tardive ; le rāʾ brisé, serpentin, ou avec les extrémités faisant retour vers l’arrière ; le wāʾ de grande taille, ovale, ou divisé en deux cercles accolés ; et le nūn semblable à un rāʾ serpentin.

158  Pour un bel exemple de texte ḥimāʾite imitant le sudarabique de l’Antiquité tardive, voir Robin & Gorea, 2016, Fig. 31, p. 368.

159  Voir al‑Ansary, 1976, p. 55, Fig. III. 1 et 2. Les auteurs remercient Jérémie Schiettecatte pour cette référence.

160  Elle est certainement antérieure à l’abandon du site qui interviendrait au ive siècle de l’ère chrétienne.

161 Robin & Gorea, 2016, p. 327.

162  Voir ci‑dessous.

163  Voir aussi Khan et alii, 2012, Fig. 6.70, p. 180 (dans cette contribution, Fig. 24) ; Fig. 6.73, p. 183 (dans cette contribution, Fig. 19) ; Fig. 10.4, p. 336 (« Wādī al‑Dawāsir »). Voir aussi Anati, 1972, Fig. 95 et 96, p. 142 et 143 (H 38—22.L.4).

164  Voir Murayghān 1 et 3.

165  Khan et alii, 2012, Fig. 7.19, p. 207 ; 7.39, p. 229 (avec deux chevaux qui présentent des caractères intermédiaires entre les types 1 et 2) ; 7.50, p. 242 ; 9.50, p. 323.

166  Noter aussi le grand trait incurvé reliant l’extrémité des pattes avant et arrière et les deux roues qui font du cheval de gauche un « cheval à bascule et à roulettes ». Il s’agit évidemment d’un ajout contemporain.

167  Pour les rares armes trouvées en fouille, voir aussi Kazanski, 1993.

168  La date est donnée par un os de l’individu inhumé dans la tombe : 2030–1888 cal‑BC (2 sigma) (SacA42313, 3600 ± 30 av. TP). Voir Chevalier et alii, à paraître, Fig. 23.

169  Voir Anati 1974, J 50—22.L.11, Fig. 164, où le fusil de l’homme visant un cavalier est décrit comme une sarbacane (« blow‑gun », p. 48). Voir aussi Khan et alii, 2012, Fig. 7.13, p. 201 ; Khan et alii, 2012, Fig. 7.11, p. 199.

170  Le mot Qnt en dessous du cavalier semble exécuté selon la même technique et avec les mêmes outils.

171  Khan et alii, 2012, Fig. 6.41, p. 149 ; Fig. 7.15, p. 203 (al‑ʿUlā) Fig. 7.42, p. 232 (al‑Jubba) ; 8.3, p. 252 (Taymāʾ) ; 9.44, p. 316‑317 (Ḥāʾil).

172  Khan et alii, 2012, Fig. 6.44 (Taymāʾ) ; Fig. 6.48, p. 154 ; Fig. 6.47, p. 155 (Taymāʾ) ; Fig. 7.35 (Ḥāʾil), etc. Noter à ce propos que, dans la provenance, il peut y avoir des erreurs : par exemple, la Fig. 6.39, p. 147, vient du sud‑ouest, et non de Taymāʾ.

173  Khan et alii, 2012, notamment Chapitre 1, p. 15‑21. Voir aussi la contribution de Sandra Olsen, « Insight on the Arabian Horse from 1st Millenium BCE North Arabia Petroglyphs », dans ce dossier.

174  Khan et alii, 2012, Fig. 6.32, p. 139 ; voir aussi Fig. 6.13, p. 119, et Fig. 6.31, p. 138, où le cavalier a pu être ajouté.

175  Khan et alii, 2012, Fig. 6.8, p. 114 ; Fig. 6.64, p. 172 ; Fig. 6.65, p. 173 ; Fig. 6.68, p. 177 ; Fig. 9.46, p. 319.

176  Khan et alii, 2012, Chapitre 12, p. 357‑395, notamment Fig. 12.3, p. 364 ; Fig. 12.5, p. 368 ; Fig. 12.10, p. 376, Fig. 12.11, p. 378‑379.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : exemple de grand équidé, grandeur nature avec une hauteur proche de 2 m (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-1.jpg
File image/jpeg, 6.4M
Title Fig. 2. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : autre exemple de grand équidé (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-2.jpg
File image/jpeg, 800k
Title Fig. 3 a. Graffite yéménite de provenance inconnue, représentant un chassseur armé d’un arc, avec un glaive court à la ceinture, qui poursuit des ibex et un gros animal (qui pourrait être un équidé). D’après Antonini de Maigret 2012, Fig. 5, p. 16.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-3.jpg
File image/jpeg, 712k
Title Fig. 3 b. Détail : le chasseur.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-4.jpg
File image/jpeg, 580k
Title Fig. 3 c. Détail : le gros animal.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-5.jpg
File image/jpeg, 444k
Title Fig. 4. Statue de cheval cabré en bronze qui proviendrait de Ghaymān (Dumbarton Oaks Museum, Washington DC, inv. n° BZ.1938.12).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-6.jpg
File image/jpeg, 116k
Title Fig. 5. Figurine de bronze représentant un cheval cabré, avec inscription (Cincinnati Art Museum, inv. n° 1951.78 ; Mango 1996 : 37, No. 28).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-7.jpg
File image/jpeg, 228k
Title Fig. 6 a. Droit d’une figurine de bronze représentant un cheval sur une applique (Musée militaire de Sanaa, MSM 6638 ; photographie Musée militaire de Sanaa).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-8.jpg
File image/jpeg, 200k
Title Fig. 6 b. Revers de l’applique MSM 6638 (photographie Musée militaire de Sanaa).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-9.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Fig. 7 a. Statue de cheval en albâtre, vue latérale (Sanaa, Musée national, YM 2056, photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-10.jpg
File image/jpeg, 264k
Title Fig. 7 b. Vue de trois‑quarts de la statue YM 2056 (photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-11.jpg
File image/jpeg, 284k
Title Fig. 8. Protomê de cheval en bronze appartenant à la poignée d’une lampe (Sanaa, Musée national, YM 2480, photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-12.jpg
File image/jpeg, 136k
Title Fig. 9 a. Fragment de stèle (funéraire) sudarabique représentant un cavalier armé d’une lance et d’un bouclier oval, suivi par un valet d’armes équipé d’une hache et d’un petit bouclier circulaire (Yule & Robin 2005–2006, p. 358, Fig. 157).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-13.jpg
File image/jpeg, 104k
Title Fig. 9 b. Fragment complétant la stèle (funéraire) illustrée Fig. 9 a. Photographie communiquée par M. St. John Simpson du British Museum, pour avis.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-14.jpg
File image/jpeg, 272k
Title Fig. 10. Essai de restitution de la stèle Fig. 9, qui représente probablement un duel entre deux cavaliers assistés chacun par un valet d’armes.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-15.jpg
File image/jpeg, 652k
Title Fig. 11 a et b. Fragment de relief en albâtre, avec les vestiges des pattes arrière et de la queue d’un cheval recouvert par un caparaçon (photographie et dessin Michel Mouton).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-16.jpg
File image/jpeg, 308k
Title Fig. 12. Cavalier en action, armé d’une lance, représenté en bas relief sur un bloc provenant d’un arc (Sanaa, Musée national, YM 73, photographie Haute Autorité des Antiquités et des Musées).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-17.jpg
File image/jpeg, 280k
Title Fig. 13. Plaque provenant d’un harnais de bronze avec incrustations d’argent ; à droite et à gauche des monogrammes, scènes de combat représentant l’affrontement de deux cavaliers (photographie Sabina Antonini de Maigret).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-18.jpg
File image/jpeg, 304k
Title Fig. 14. La stèle funéraire CIH 705 (photographie Alessandra Lombardi). Le défunt est notamment représenté se déplaçant à pied, à dos de dromadaire et à cheval.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-19.jpg
File image/jpeg, 164k
Title Fig. 15. Najrān (al‑Ukhdūd). Dessin de cheval, sans cavalier, ornant le mur d’une demeure aristocratique. Le bloc est in situ (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-20.jpg
File image/jpeg, 708k
Title Fig. 16. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN). Tous les chevaux relevés aux alentours des puits (Fig. 16‑27) sont cabrés (type 1).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-21.jpg
File image/jpeg, 788k
Title Fig. 17. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-22.jpg
File image/jpeg, 748k
Title Fig. 18. Murayghān. Cavalier(s) sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-23.jpg
File image/jpeg, 856k
Title Fig. 19. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits, déjà publié dans Khan et alii 2012, Fig. 6.73, p. 183, et dans Arbach et alii 2015, Fig. 15, p. 25 (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-24.jpg
File image/jpeg, 668k
Title Fig. 20. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-25.jpg
File image/jpeg, 712k
Title Fig. 21. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-26.jpg
File image/jpeg, 648k
Title Fig. 22. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-27.jpg
File image/jpeg, 680k
Title Fig. 23. Murayghān. Cavalier sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-28.jpg
File image/jpeg, 876k
Title Fig. 24. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits, déjà publiés dans Khan et alii 2012, Fig. 6.70, p. 180 (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-29.jpg
File image/jpeg, 908k
Title Fig. 25. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-30.jpg
File image/jpeg, 676k
Title Fig. 26. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-31.jpg
File image/jpeg, 740k
Title Fig. 27. Murayghān. Cavaliers sur les parois du défilé menant aux puits de Murayghān (photographie MAFSN). Détail du grand panneau H 38—22.L.4 dans Anati 1972, Fig. 95 et 96, p. 142 et 143.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-32.jpg
File image/jpeg, 940k
Title Fig. 28. Ḥimā (jabal al‑Kawkab, ʿAn Halkān). Partie gauche d’un long panneau représentant une scène de chasse et un cavalier au galop, armé d’une longue lance (photographie MAFSN). Les deux chevaux sont cabrés (cheval de type 1).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-33.jpg
File image/jpeg, 552k
Title Fig. 29. Ḥimā (jabal al‑Kawkab, ʿAn Halkān). Partie droite du même panneau avec deux cavaliers qui s’affrontent et, à nouveau, le cavalier au galop (jabal al‑Kawkab, Ḥimā) (photographie MAFSN). Tous les chevaux sont cabrés.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-34.jpg
File image/jpeg, 688k
Title Fig. 30. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Panneau représentant deux paires de cavaliers sur des chevaux cabrés (type 1) (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-35.jpg
File image/jpeg, 636k
Title Fig. 31. Dalle acquise par Jacqueline Pirenne à Shabwa, conservée aujourd’hui au musée d’al‑Mukallā. Elle a été publiée sous le sigle S/75/69. Le nom peint dans l’angle supérieur droit (Ṯrm (2) S¹lm) suggère qu’il pourrait s’agir d’une stèle funéraire avec une image du défunt monté sur un équidé (cheval ou âne), représenté en mouvement d’une manière assez semblable au cheval cabré (photographie d’après Pirenne 1990, Pl. L, c).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-36.jpg
File image/jpeg, 396k
Title Fig. 32. Dessins et petits textes peints sur des murs à Qaryat al‑Faʾw (d’après al‑Ansary 1996, Fig. III, 1 et 2, p. 55). Les chevaux des trois cavaliers qui chassent des dromadaires sont représentés cabrés ou semi‑cabrés.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-37.jpg
File image/jpeg, 764k
Title Fig. 33. Inscriptions peintes sur un rocher des environ de Najrān (d’après Minosa 1983, p. [78], en face de la p. 79). Celle qui est encadrée célèbre « ʿAmrum fils de Bishrum, le (meilleur) cavalier de Thuʿlubān ».
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-38.jpg
File image/jpeg, 444k
Title Fig. 34. Ḥimā (al‑Kawkab). Image représentant « Tamīm Yazī(2)d, officier de Laḥayʿat dhu‑Gadanum » (Tmm Yz(2)d mqtw (3) Lḥyʿt (4) ḏ‑Gdnm) (Ry 514) (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-39.jpg
File image/jpeg, 828k
Title Fig. 35. Glaives antiques de la collection ʿAbd al‑Malik al‑Sayyānī (Sanaa) (Photographies Jérémie Schiettecatte).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-40.jpg
File image/jpeg, 216k
Title Fig. 36. Ḥimā (Nafūd al‑Musammāt, Naṣlat Ḥujr). Panneau avec un bel ensemble de dromadaires très probablement préislamiques. Avant l’islam, le dromadaire, très fréquemment représenté, est rarement monté. Sur ce panneau, seuls un ou deux textes (notamment celui en dessous de l’archer à pied entre deux dromadaires) semblent contemporains du dessin, si on se fonde sur l’exécution de la gravure (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-41.jpg
File image/jpeg, 832k
Title Fig. 37. Ḥimā (Najd Sahī). Cavaliers stylisés (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-42.jpg
File image/jpeg, 840k
Title Fig. 38. L’inscription paléo‑arabe Ḥimā‑al‑Musammāt PalAr 1 (datée de mars–avril 513), avec un personnage hiératique beaucoup plus ancien, flanqué de l’inscription yqr (patine la plus sombre) et des cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » notablement plus récents (patine très claire) (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-43.jpg
File image/jpeg, 804k
Title Fig. 39. Panneau illustrant deux cavaliers sur un cheval au « galop volant », qui présentent de multiples différences de détail (photographie MAFSN). Si on se fonde sur la patine un peu plus sombre, celui de gauche paraît plus ancien que celui de droite. Il semblerait qu’on puisse distinguer 3 étapes dans l’exécution de cette scène. Étape 1 : cavalier de gauche. Étape 2 : cavalier de droite. Étape 3 : ajout de l’arc de cercle et des petits cercles (un socle de cheval à bascule et des roulettes) sous le cheval de gauche.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-44.jpg
File image/jpeg, 848k
Title Fig. 40. Ḥimā (ʿĀn Halkān). Panneau comportant les deux types de représentation du cheval, celui se cabrant et celui au « galop volant » (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-45.jpg
File image/jpeg, 612k
Title Fig. 41. Ḥimā (ʿĀn Halkān). Détail du panneau précédant (photographie MAFSN). Le cavalier sur un cheval cabré tient une longue arme recourbée de type cimeterre qui paraît d’époque islamique.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-46.jpg
File image/jpeg, 844k
Title Fig. 42. Ḥimā (Nafūd al‑Musammāt, Naṣlat Ḥujr). Cavalier monté sur un cheval au « galop volant » surimposé sur des graffites ḥimāʾites et donc postérieur à ces derniers (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-47.jpg
File image/jpeg, 776k
Title Fig. 43. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Panneau illustrant des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » et un personnage debout, à la longue chevelure et aux bras levés, tous notablement postérieurs à un texte ḥimāʾite (Dgn‑R(ṯ)‑..ḏ‑ʾmn‑Ḥbb) et à un autre sudarabique (Ys²ry‑Yrg‑Yrʿ.) (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-48.jpg
File image/jpeg, 712k
Title Fig. 44. Ḥimā (Najd Sahī). Panneau avec des cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » plus récents que les autres gravures (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-49.jpg
File image/jpeg, 776k
Title Fig. 45. Ḥimā (Shisʿa). Vaste panneau avec notamment un grand bovin, des palmiers et des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » (photographie MAFSN). Les gravures présentent un grand éventail de patines. La patine la plus sombre est celle du grand bovin. La plus claire est celle du grand cavalier en haut à droite. Une coloration intermédiaire s’observe dans l’inscription à l’intérieur du bovin, dans les palmiers et dans les autres cavaliers (notamment le petit cavalier entre les pattes du grand).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-50.jpg
File image/jpeg, 572k
Title Fig. 46. Ḥimā (Najd Sahī). Panneau avec des cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » plus récents que les autres gravures (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-51.jpg
File image/jpeg, 884k
Title Fig. 47 a. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : vue d’ensemble du panneau suivant (photographie MAFSN). Noter, au centre gauche, le chasseur armé d’un fusil qui vise un oryx et, en bas à droite, un essai avorté de découpage d’un bloc.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-52.jpg
File image/jpeg, 536k
Title Fig. 47 b. Ḥimā (ʿĀn al‑Naʿāma) : détail d’un vaste panneau avec un écart considérable dans la coloration des patines (photographie MAFSN). On peut distinguer trois étapes. Étape 1 : une autruche et un animal à gauche dont seul le contour est gravé. Étape 2 (Antiquité préislamique) : nombreux grafites ḥimāʾites, six dromadaires dont un monté par un homme armé d’un arc et d’une longue épée, deux personnages hiératiques. Étape 3 (islamique) : trois cavaliers au « galop volant » et un personnage debout, à la longue chevelure et aux bras levés.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-53.jpg
File image/jpeg, 616k
Title Fig. 48. Ḥimā (Najd Sahī). Vaste panneau avec de nombreuses superpositions (photographie MAFSN). Le cavalier sur un cheval au « galop volant » et les deux personnages debout, à la longue chevelure et aux bras levés, appartiennent à la phase la plus récente.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-54.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 49. Ḥimā (Thuʿr). Panneau associant notamment des cavaliers sur des chevaux au « galop volant » et des personnages debout, à la longue chevelure et aux bras levés, tous notablement postérieurs à des dessins plus anciens (un dromadaire, deux moutons et un animal cornu) (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-55.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Fig. 50. Ḥimā (Najd Sahī). Cavalier monté sur un cheval au « galop volant », qui semble associé un graffite sudarabique (photographie MAFSN). Noter cependant le sabre recourbé qui semble impliquer une date islamique.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-56.jpg
File image/jpeg, 764k
Title Fig. 51. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ) : panneau avec des gravures réalisées en trois étapes (photographie MAFSN). Étape 1 (préislamique) : les textes au‑dessus et immédiatement au‑dessous des trois dessins (au‑dessus, Zdy, Wtrm, S²ʿmgrm ; au‑dessous, Ḡynt, ʾbs¹qm, Gynt). Étape 2 (préislamique ou islamique) : les trois dessins (noter que la patte arrière du cheval de gauche se superpose sur la lettre alif et la main du petit personnage sur le premier mīm de S²ʿmgrm). Étape 3 (contemporaine) : le texte tout en bas qui est le pastiche d’un texte antique. Malgré un écart de plus de 15 siècles entre les étapes 1 et 3, les patines présentent assez peu de différence.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-57.jpg
File image/jpeg, 944k
Title Fig. 52. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Cavalier sur un cheval galopant, associé apparemment avec l’inscription préislamique « Anmār » (ʾnmr) (photographie MAFSN). Le graveur n’a esquissé qu’une seule patte à l’avant et à l’arrière, alors que les autres dessins préislamiques dessinent les deux.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-58.jpg
File image/jpeg, 760k
Title Fig. 53. Ḥimā (Saʿd al‑Ḥarīr). Cavalier sur un cheval galopant (photographie MAFSN) d’une facture intermédiaire entre les types 1 (cheval cabré) et 2 (« galop volant »). Le graveur a bien dessiné deux pattes à l’avant et à l’arrière (comme dans le type 1), mais donne déjà au cheval l’allure bondissante du « galop volant » (type 2).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-59.jpg
File image/jpeg, 748k
Title Fig. 54. Ḥimā (Nafūd al‑Musammāt). Cavaliers montés sur des chevaux au « galop volant » et autres figures surimposés sur des graffites ḥimāʾites. L’importance du contraste entre la patine des textes et celle, beaucoup plus claire, des dessins, implique une date très postérieure pour ces derniers (photographie MAFSN). Noter par ailleurs que les fantassins sont apparemment armés de fusils.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-60.jpg
File image/jpeg, 580k
Title Fig. 55. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Chameliers armés de fusils (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-61.jpg
File image/jpeg, 636k
Title Fig. 56. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Fantassin armé d’un fusil (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-62.jpg
File image/jpeg, 896k
Title Fig. 57. Ḥimā (al‑Musammāt). Chasseurs armés de fusils, visant un animal cornu (photographie MAFSN). Noter que la patine des textes sudarabiques (ʾmr) et ḥimāʾites (ʾblʾ et Ḡs²bm) et de l’animal cornu est à peine plus sombre que celle des chasseurs ; en revanche celle de trois ibex est beaucoup plus brune.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-63.jpg
File image/jpeg, 736k
Title Fig. 58. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Exemple de gravure contemporaine (au premier plan en bas, Hḏrn (2) ʿzwy), copiant un texte antique (sur le panneau, à gauche du lion) (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-64.jpg
File image/jpeg, 704k
Title Fig. 59. Ḥimā (al‑Ṣammāʾ). Autre exemple de gravure contemporaine, à quelques centaines de mètres de la précédente (Fig. 58), recopiant le mot ʿzwy. Le reste du « texte » est dénué de sens (photographie MAFSN).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-65.jpg
File image/jpeg, 756k
Title Carte A. L’Arabie antique.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-66.jpg
File image/jpeg, 504k
Title Carte B. Le Yémen antique.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-67.jpg
File image/jpeg, 560k
Title Carte C. La région de Ḥimā.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3284/img-68.jpg
File image/jpeg, 715k
Top of page

References

Electronic reference

Christian Julien Robin and Sabina Antonini de Maigret, « Le cheval dans l’Arabie méridionale antique », Arabian Humanities [Online], 8 | 2017, Online since 31 May 2017, connection on 20 September 2017. URL : http://cy.revues.org/3284 ; DOI : 10.4000/cy.3284

Top of page

About the authors

Christian Julien Robin

CNRS, Membre de l’Institut

Sabina Antonini de Maigret

Monumenta Orientalia, Rome

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org