Navigation – Plan du site
Circulations dans la péninsule Arabique et la mer Rouge

De Verdun à la Kaaba ! Les pèlerinages à La Mecque des empires alliés pendant la Première Guerre mondiale

From Verdun to the Kaaba! Pilgrimages to Mecca and the Allied Empires during WWI
Luc Chantre

Résumés

La Révolte arabe menée en octobre 2016 depuis le Hedjaz par le chérif Ḥusayn contre l’Empire ottoman n’a pas seulement été militairement décisive dans l’évolution de la Première Guerre mondiale. Elle marque également une reprise inattendue des circulations de civils sur la mer Rouge. En effet, après deux années d’interruption pour cause de guerre, les pèlerins musulmans d’Inde et d’Afrique reprennent la route de La Mecque. Contrairement à leurs pratiques restrictives d’avant-guerre, les Français décident les premiers d’organiser un pèlerinage officiel à destination des lieux saints, tandis que les Britanniques, bientôt suivis par les Italiens, abandonnent leur ancienne politique de neutralité religieuse pour mieux chercher à imiter et concurrencer cette initiative. Il s’agit, pour les empires alliés, de manifester leur soutien à la Révolte arabe, et à ce titre le pèlerinage de 1916 assume une fonction de propagande en même temps qu’il revêt une valeur militaire et diplomatique sans précédent. Ces trois pèlerinages de guerre, en même temps qu’ils consacrent l’hégémonie britannique sur le Hedjaz, confirment aussi l’emprise croissante des empires coloniaux dans la régulation des flux du pèlerinage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Séoudi, 2004, p. 97-98.
  • 2 Becker, 2004, p. 267-281.

1Si l’appui militaire des empires alliés à la Révolte arabe, grâce à la forte médiatisation que lui apporta Thomas Edward Lawrence, est un épisode bien connu de la Grande Guerre, le soutien qui lui fut apporté à travers la réouverture du pèlerinage à La Mecque (hajj) par les empires alliés, britannique, français et italien est davantage tombé dans l’oubli. Tout au plus est-il mentionné comme une initiative purement symbolique, symptomatique du traitement confessionnel réservé à l’Orient arabe par l’Europe, et la France en particulier1. L’organisation de pèlerinages de guerre par les puissances alliées mérite pourtant une attention à plus d’un titre. Loin de constituer une manifestation anecdotique et périphérique, elle participe de la même « culture religieuse de guerre »2 que connaissent les métropoles européennes au même moment, même si, tout comme en métropole, le degré d’adhésion des musulmans à ce type de manifestation mérite d’être discuté. Mais l’intérêt principal de ces hajj-s de guerre réside surtout dans leur fonction de révélateurs des tensions et des rivalités diplomatiques existant entre les trois empires alliés. Il constitue également une rupture dans l’histoire du pèlerinage à La Mecque marquée par un renforcement du contrôle des flux pèlerins en mer Rouge. Ainsi convient-il de rappeler brièvement quels ont été avant la Grande Guerre les rapports de ces empires au hajj pour mieux mesurer l’originalité de l’initiative française de 1916, les réactions qu’elle a suscitées chez ses partenaires ainsi que ses conséquences sur l’organisation générale du hajj.

Liberté ou encadrement des flux pèlerins : les positions française, britannique et italienne avant la Grande Guerre

La montée en puissance d’un pèlerinage maritime

  • 3 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Mémoires et Documents Turquie. Affaires relig (...)

2À partir de la décennie 1830, les flux pèlerins ont accompagné les progrès de la navigation à vapeur, en Méditerranée et dans l’océan Indien, avant que l’ouverture du Canal de Suez en 1869 ne contribue à faire de la mer Rouge l’une des principales artères commerciales de la planète. En même temps qu’elle a contracté l’espace-temps du pèlerinage, la navigation à vapeur, grâce à des bateaux de plus en plus rapides et volumineux, a contribué à massifier le hajj : de 27 000 pèlerins environ débarquant à Djedda en 1868, ils passent à 40 000 en moyenne pendant la décennie suivante, et ne cessent de progresser jusqu’à atteindre les 100 000 pèlerins lors du hajj de 1913, soit la moitié des effectifs globaux. Les flux maritimes au départ des différents empires tendent ainsi à acquérir une importance croissante dans les effectifs globaux du hajj, et les représentants de l’Empire ottoman au Hedjaz doivent apprendre à composer avec cette nouvelle donne. De tous les pèlerins arrivés par la voie maritime, ceux originaires d’Asie demeurent les plus nombreux : on compte ainsi en moyenne plus de 13 000 Indonésiens et Malais et plus de 11 000 pèlerins indiens entre 1869 et 1914, contre 7 700 Égyptiens et 4 600 pèlerins maghrébins3.

  • 4 Tagliacozzo, 2013.
  • 5 Statistiques fournies par le Conseil supérieur de santé de Constantinople. FO 78/4328, rapport du 2 (...)
  • 6 Archives diplomatiques de Nantes (ADN), Djeddah, 56 et 57, rapport du 22 février 1912.

3Si les navires hollandais organisent depuis 1859 des services réguliers vers les lieux saints4, les compagnies maritimes britanniques tendent à s’assurer progressivement une part dominante sur le marché du pèlerinage, à l’instar de la Blue Funnel Line dans la péninsule Malaise, de la Khedivial Mail Line en Égypte, ou encore des majors de l’empire des Indes que sont la Peninsular and Oriental Steam Navigation Company (P&O) et la British India Steam Navigation Company. Sur l’ensemble de la décennie 1880, sur les 1 182 navires ayant acheminé des pèlerins, 490 battent pavillon britannique, soit plus de 41 %5. Ils représentent la moitié des navires à pèlerins en 1900–1901, presque les trois quarts en 1911–19126.

  • 7 FO 78/4094. Pendant sept années, le célèbre voyagiste anglais s’est vu confier l’exclusivité du tra (...)

4Si l’on excepte la courte période pendant laquelle l’agence Cook s’est vue confier le monopole du transport des pèlerins entre 1886 et 18937, la position du gouvernement de l’Inde consiste à ne pas contrarier l’offre privée de transport et, suite à la révolte des Cipayes en 1857–1858, à ne pas s’ingérer dans les affaires religieuses du sous-continent. Il s’agit en d’autres termes de ne pas imposer de contraintes aux pèlerins musulmans, considérés comme de simples voyageurs au regard du Native Passenger Ships and Coasting Steamers Act de 1858.

  • 8 Chiffoleau, 2012.

5Le succès de la voie maritime n’est cependant pas sans poser d’importants problèmes sanitaires. En effet la massification du pèlerinage liée au développement de l’offre de transport n’a pas été accompagnée d’une amélioration de l’état sanitaire des lieux saints, et ceux-ci constituent un terreau propice à la propagation des épidémies. Entre 1831 et 1912, vingt-sept épidémies de choléra éclatent ainsi à La Mecque. Après l’épidémie particulièrement meurtrière de 1865, l’Europe presse l’Empire ottoman et l’Égypte à procéder aux aménagements nécessaires sur place, ainsi qu’à la construction de stations quarantenaires à al-Ṭūr et aux iles Kamarān pour les pèlerins transitant par Suez ou le détroit de Bāb al-Mandab dans le sud de la mer Rouge8.

Protecteurs des pèlerins et commissaires du gouvernement : deux conceptions opposées du pèlerinage ?

  • 9 C’est l’Indian Pilgrimage Navigation Act, qui vient sanctionner le principe d’une inspection médica (...)
  • 10 Singha, 2008, p. 59.
  • 11 La fonction est créée en juillet 1882. Le premier choix se porte sur la personne d’un certain « Abd (...)
  • 12 Balachandran, 2006.

6Farouchement opposé aux quarantaines maritimes, le Government of India finit par céder sur la pression du Foreign Office, et adopte en 1895 une règlementation conforme aux conventions sanitaires internationales9. Il reste néanmoins rétif à toute forme d’encadrement administratif : les passeports de pèlerinage demeurent facultatifs10 et aucune garantie n’est exigée du pèlerin, ni la possession d’un pécule, ni celle d’un billet de retour. Le Hajj Committee de Bombay se contente le plus souvent d’informer les pèlerins indiens sur les risques encourus, grâce au relais que constituent les notables musulmans. Avant chaque départ, des « protecteurs des pèlerins » jouent un rôle d’assistance et de conseil, président aux opérations d’embarquement et veillent au bon déroulement de l’inspection sanitaire en coordination avec les officiers de santé de chaque port11. Leurs pouvoirs limités contraignent en pratique ces protecteurs à s’appuyer sur les courtiers maritimes qu’ils sont par ailleurs censés contrôler12.

  • 13 Boyer P., 1977.
  • 14 Nous empruntons cette expression à Christelle Taraud (Taraud, 2003).
  • 15 En 1891, une instruction du ministère de l’Intérieur déclare que ne seront agréés que les navires s (...)

7À cette culture de la responsabilité, les autorités françaises opposent une culture du contrôle où hygiénisme et anticléricalisme se conjuguent pour faire du pèlerin un sujet à risque dont il convient d’empêcher autant que faire se peut le départ pour La Mecque. Depuis 1874 en effet, le ministère de l’Intérieur se réserve le droit d’interdire, pour des raisons sanitaires, le départ en pèlerinage13. En Algérie, les passeports individuels ne sont délivrés qu’après enquête et les gouverneurs généraux s’appuient sur la prescription coranique de la détention des moyens nécessaires pour imposer à tout candidat au pèlerinage une série d’obligations consignées dans l’arrêté du 10 décembre 1894, parfait exemple de « règlementarisme colonial »14. Par ailleurs, au même moment, une nationalisation des déplacements tend à s’imposer à travers l’obligation faite à tout pèlerin parti d’un port algérien d’embarquer sur un navire battant pavillon français, moyen de résister à l’hégémonie croissante de la navigation britannique15. Cette logique de souveraineté est matérialisée à bord par la présence d’un représentant du gouverneur général, en qualité de « commissaire du gouvernement ». D’abord confiée à des médecins afin de faire respecter les normes d’hygiène à bord, la fonction échoit, à partir de 1902, à des administrateurs coloniaux dotés de pouvoirs disciplinaires. Le commissaire du gouvernement veille au bon ordre pendant la traversée, arbitre les éventuels conflits et sert d’intermédiaire entre l’équipage et les pèlerins mais également avec les autorités officielles en attendant de remettre les pèlerins à la protection du consul de Djedda.

8De fait, les statistiques de l’Office sanitaire de Djedda témoignent d’une stagnation des effectifs maghrébins — qui incluent généralement les pèlerins marocains — tandis que les pèlerins indiens semblent s’inscrire sur une tendance haussière, si l’on excepte la fin de la décennie 1890 marquée par une épidémie de peste.

Statistiques de l’Office sanitaire de Djedda.

Statistiques de l’Office sanitaire de Djedda.
  • 16 Outre l’invitation faite aux musulmans d’Inde de rendre un « service sincère aux lieux saints (harm (...)
  • 17 Minault, 1982, p. 35-38.
  • 18  Özcan, 1977, p. 155-162.

9À la veille de la Grande Guerre cependant, les divergences entre ces deux modalités d’organisation du hajj tendent à s’émousser sous l’effet d’un certain nombre de facteurs. Ainsi, l’instrumentation du hajj par une partie de l’opposition musulmane d’Inde conduit le gouvernement de l’Inde à accorder une attention croissante à la politisation du phénomène. L’invasion de la Tripolitaine par l’Italie en 1911 et la guerre contre l’Empire ottoman qui s’en suit provoque en Inde une vague de sympathie à l’égard du sultan-calife, sans précédent depuis la guerre russo-ottomane de 1877–1878. Le projet de blocus de la mer Rouge par la marine italienne laisse planer un risque quant à l’intégrité des lieux saints. Au plus fort de la crise, des musulmans indiens créent l’« Anjuman-i Khuddam i-Ka‘aba », ou « Société des Serviteurs de la Ka‘ba », destinée à protéger les lieux saints de toute agression16. Des fonds sont collectés et une campagne d’opinion est organisée pour inciter les musulmans indiens à partir en pèlerinage17. L’un des objectifs affichés par cette collecte vise d’ailleurs à constituer une compagnie de navigation destinée à concurrencer le monopole britannique en matière de transport de pèlerins18.

  • 19 El Moudden, 1990.
  • 20 ANOM, 16h/83, rapport de pèlerinage du 30 août 1889.
  • 21 ADN, CIAM, 2 Mi 101, procès-verbal du 29 mars 1912.

10Du côté français, les consuls de Djedda n’ont de cesse de critiquer, depuis la décennie 1880, la politique restrictive des autorités algériennes et ses conséquences sur l’image de la France en Orient. Les consuls soulignent que le hajj, en contribuant à mettre en lumière l’hétérogénéité des espaces politiques au sein du dār al-islām19, donne non seulement à voir aux pèlerins de l’empire qu’ils ne sont pas les seuls sous domination chrétienne, mais aussi, « qu’ils ont conservé plus d’indépendance de caractère et de dignité individuelle que les Javanais et les Hindous »20. Le hajj permettrait donc de renforcer, par contraste, le sentiment d’attachement des Algériens et des Tunisiens à la mère-patrie. Ainsi, paradoxalement, le hajj peut contribuer à donner corps à l’idée d’empire, voire devenir un des éléments fédérateurs d’une politique musulmane impériale. Avec l’inclusion du protectorat marocain dans l’empire, la France commence, à l’instar de la Grande-Bretagne, à se définir comme une « puissance musulmane » et le Quai d’Orsay, auquel est rattaché le nouveau protectorat, est désormais à même de faire prévaloir une vision plus inclusive du hajj. Il n’est ainsi pas surprenant que la question de l’organisation du pèlerinage et celle de l’acquisition d’une hôtellerie commune aux différents pèlerins d’Afrique du Nord aient été évoquées dès les premières séances de la Commission Interministérielle aux Affaires Musulmanes (CIAM), créée en 191121. À la Chambre des Députés, cette conception plus libérale du hajj l’emporte en juillet 1914 avec la suppression du système algérien des autorisations, dans le cadre d’une révision générale de l’indigénat. À la veille du conflit, Français et Britanniques s’accordent ainsi à reconnaitre dans le hajj un puissant instrument de mobilisation et de propagande.

1914–1915 : des pèlerinages en territoire ennemi

  • 22 India Office Records (IOR), L/P&S/10/523, rapport du consul de Djedda du 13 juillet 1916.
  • 23 ADN, Maroc, DAI, 204, rapport du chef des services municipaux de Rabat au colonel Jouinot-Gambetta, (...)

11Le pèlerinage est cependant un instrument à double tranchant : après l’entrée en guerre de l’Empire ottoman et la proclamation du jihād le 23 novembre 1914, les autorités coloniales mesurent le danger représenté par les milliers de pèlerins restés au Hedjaz. L’entrée en guerre de l’Empire ottoman a entrainé la fermeture des consulats français et britanniques et malgré les efforts du chérif Ḥusayn pour faciliter leur rapatriement, 12 000 Indiens sont restés bloqués à Djedda avant que le gouvernement de l’Inde ne se décide à affréter des paquebots escortés par des navires de guerre22. Le gouvernement français opte quant à lui pour un rapatriement rapide, avec le concours de puissances neutres. À leur retour, ces hajjī-s font néanmoins l’objet d’une surveillance particulière de la part des services de renseignement, à plus forte raison ceux qui sont rentrés par la zone espagnole, où l’Allemagne a établi des centres de propagande diffusant les hauts faits d’« El Hajj Guillaume »23.

  • 24 Archivio Storico del Ministero degli Affari Esteri (ASMAE), Africa II, 169-1, fasc. 4, 10 septembre (...)
  • 25 ASMAE, Africa II, 169-1, rapport du gouverneur de Cyrénaïque du 5 janvier 1915.

12De fait, après la déclaration des hostilités, l’Italie est la seule puissance impériale à décider d’organiser un pèlerinage. Pour son premier pèlerinage à partir de la Tripolitaine, elle emprunte au modèle anglo-indien un « protecteur des pèlerins » chargé d’accompagner et de conseiller les 288 pèlerins en amont du pèlerinage tandis que, conformément au modèle algérien, un médecin militaire est embarqué sur les navires à pèlerins avec la qualité de « commissaire du gouvernement »24. Le vice-consul italien de Djedda, Vicenzo Bernabei, exploite habilement la position de neutralité de son pays : les pèlerins tripolitains sont exemptés de droits de visa, bénéficient de taux de change favorables et ont droit aux honneurs d’une escorte militaire pour les protéger des attaques des bédouins sur la route de Médine25.

  • 26 ADN, Le Caire, 602, 75, dépêche du 30 juillet 1915 ; ASMAE, Africa II, 169/1, fasc. 7, télégramme ( (...)
  • 27 Chiffoleau, 2015, p. 256-257.

13Ce répit est de courte durée puisque l’attaque ottomane de février 1915 conduit à la fermeture du canal de Suez et donc à une interruption des circulations en provenance de la « voie du Nord ». Ce qui aurait pu être le premier hajj des Égyptiens sous protectorat britannique ne peut avoir lieu : un décret du ministre égyptien de l’Intérieur vient interdire tout départ en pèlerinage, avec l’appui d’une fatwa du grand mufti du Caire conseillant aux pèlerins d’ajourner leur voyage26. Entrée en guerre en mai 1915 aux côtés des Alliés, l’Italie fait le choix de se caler sur la position britannique en interdisant finalement le pèlerinage de ses ressortissants, bientôt suivie par la Russie et les Pays-Bas. Cette année-là, seul le mahmal, palanquin transportant depuis l’époque mamelouke la housse brodée (kiswa) destinée à recouvrir la Ka‘ba, est envoyé dans les lieux saints à bord d’un croiseur britannique. Mais en novembre 1915, aussitôt le pèlerinage achevé, le blocus des côtes de la péninsule est décrété27.

  • 28 Minault, 1982, p. 52-53.

14Conscient des inimitiés que ce blocus maritime pourrait créer au Hedjaz, et plus largement dans le monde musulman, le gouvernement anglais, sur pression de l’« Anjuman-i Khuddam i-Kaaba », prend alors le soin d’adresser une proclamation affirmant la protection des lieux saints par les Alliés en même temps que leur non-ingérence dans les affaires religieuses de la province28. Cependant ce blocus, en provoquant une rupture dans les approvisionnements, entraine une vague de famine pendant l’hiver 1915–1616. Le témoignage de trois pèlerins algériens originaires de l’oasis de Sīdī ‘Uqba et installés au Hedjaz depuis 1912 vient ainsi éclairer les circonstances et les causes de la Révolte arabe sous un autre jour :

  • 29 ANOM, GGA, 16h/90, lettre de Bouaziz ben Gana, agha des Ziban, 22 novembre 1916. Sur le rôle de la (...)

« Un mois après la déclaration de guerre, une hausse sévit sur les denrées alimentaires, hausse qui ne fit que s’accentuer au point que la guelba de blé valait 32 francs, celle d’orge 12 francs, le kilo de sucre 9 francs, le kilo de café 6 francs et encore ne pouvait-on s’en procurer que difficilement ; aussi les gens ne se nourrissaient-ils que de maïs et de blé exclusivement. Par moment même tout manquait. Les routes étaient coupées, le commerce arrêté et la misère devint telle que les gens se virent obligés de vendre tout ce qu’ils avaient jusqu’aux portes de leurs maisons et aux madriers de leurs toits. Après avoir à plusieurs reprises et vainement exposé cette situation à la Sublime Porte, le Chérif envoya dans la région de Médine, la ville lumière, et en Syrie, l’un de ses fils qui put en rapporter une grande quantité de grain et qui se mit lui-même à le vendre aux habitants, mais cela ne suffit pas aux besoins de la population et les gens se mirent à s’attaquer.
C’est alors que les Arabes décidèrent d’un commun accord de chasser les Turcs et de proclamer leur indépendance. »29

15La décision de rouvrir le pèlerinage à La Mecque est donc une décision économique autant que politique. Elle est concomitante au déclenchement de la Révolte le 5 juin 1916, comme le signale le lieutenant Doynel de Saint-Quentin, chef de la mission militaire française du Caire, dans un télégramme envoyé cinq jours plus tard :

  • 30 Archives françaises de la Grande Guerre (AFGG), annexe n° 51, télégramme du lieutenant Saint-Quenti (...)

« Les Anglais comptent donner dans quelques jours grande publicité à cette rébellion. Ils ont décidé, si elle réussit, à rouvrir le pèlerinage, cette mesure devant à la fois satisfaire le Grand Chérif, auquel elle rendra ses revenus, et produire une impression favorable dans le monde musulman »30.

  • 31 Pour un récit détaillé des évènements en français, voir Archives françaises de la Grande Guerre (AF (...)
  • 32 Archives du Foreign Office (FO) 607/4, Arab Bulletin, n° 9, 9 juillet 1916.

16Sur le terrain, les Hachémites bénéficient du soutien armé de quelques trente mille bédouins. La garnison turque de La Mecque est prise le 12 juin 1916. Mais il faut attendre le 19 juillet pour que se rendent les dernières unités réfugiées dans les fortins à l’extérieur de la ville. Entre temps, quelques pèlerins présents dans les lieux saints ont été touchés par les bombardements turcs, ainsi que la Ka‛ba, dont la kiswa s’embrase. Ces évènements sont largement instrumentalisés par la propagande alliée31. Protégée par son enceinte, bien approvisionnée en vivres et en soldats grâce au chemin de fer du Hedjaz, Médine résiste de son côté aux assauts répétés des fils de Ḥusayn. La prise du port de Djedda nécessite quant à elle le concours d’avions et de croiseurs britanniques. Finalement, le blocus naval est levé en juillet 1916 et le port de Djedda reçoit des livraisons de vivres et de marchandises d’Égypte et du Soudan, tandis que les communications téléphoniques et télégraphiques avec La Mecque sont progressivement rétablies32.

La triple signification du pèlerinage officiel français de 1916

17Du côté des Alliés, on estime que l’organisation de pèlerinages en période de guerre permettrait d’appuyer la Révolte arabe tout en préservant l’intégrité des lieux saints. Le gouvernement français est alors l’un des premiers à se saisir de cette occasion pour affirmer sa présence dans la région. Le pèlerinage qu’il met en place revêt trois significations bien distinctes.

Un pèlerinage impérial

  • 33 ADN, Maroc, DAI, 204, dépêche du 15 juin 1916.

18Dès le 15 juin en effet, Pierre de Margerie, directeur des affaires politiques et commerciales au Quai d’Orsay, envisage d’envoyer des musulmans influents au Hedjaz afin de prendre contact avec le chérif Ḥusayn et de « lui donner l’assurance des sentiments bienveillants dont le gouvernement français est animé à son égard »33. Il s’agit ainsi d’infliger un démenti à la propagande panislamique orchestrée par l’Allemagne, en délégitimant le califat d’Istanbul :

  • 34 ADN, Londres, K 381, dépêche du 21 juin 1916.

« Il n’est pas en effet de meilleur moyen de propagande que de permettre à nos sujets musulmans de constater par eux-mêmes et sur place la rupture qui vient de se produire entre le chérif de La Mecque et le sultan de Constantinople. »34

  • 35 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Turquie, Correspondance Politique et Commerci (...)
  • 36 ADN, CIAM, 2 MI 101, 5e vol., procès-verbal du 2 décembre 1915.
  • 37 Le gouvernement algérien y est d’abord défavorable et avance le principe de laïcité ; celui de Raba (...)

19Officiellement ce pèlerinage a pour objectif l’acquisition d’hôtelleries dans les villes saintes destinées aux pèlerins pauvres de l’empire. L’idée en avait été avancée par le consul de Djedda, Paul Lépissier, en 1911, afin d’apporter une solution au problème des pèlerins indigents35. Elle est reprise par la CIAM à la fin de l’année 1915 alors que l’on craint une nouvelle offensive de la propagande germano-turque. Le 2 décembre 1915, la CIAM émet le vœu qu’un projet de loi soit déposé à ce sujet à la Chambre des députés. Présenté par le député Paul Bluysen, le projet de loi « portant autorisation d’engagement d’une dépense de 500 000 francs pour la création à La Mecque et à Médine de deux hôtelleries destinées aux pèlerins sans ressources des possessions françaises » est adopté le 31 janvier 1916. Ces hôtelleries sont alors conçues comme un « témoignage de fraternité reconnaissante méritée par les milliers de musulmans qui combattent sous nos drapeaux »36. Cette décision, prise par Paris contre l’avis d’un certain nombre de proconsuls coloniaux37, cherche à manifester la solidarité et l’union de l’empire avec la métropole combattante.

  • 38 ANOM, GGA, 16h/90, rapport (non daté) du gouverneur général. Le chef de la délégation algérienne es (...)
  • 39 ADN, Londres, K 381, dépêche du 3 juillet 1916.

20Ainsi est-il envisagé d’organiser un convoi officiel qui soit commun aux différents pèlerins d’Afrique du Nord. Le recrutement de 661 pèlerins, cependant, ne se pas fait sans difficultés, preuve que l’adhésion des musulmans à cette initiative est loin d’être gagnée. Plusieurs centaines de pèlerins venus jusqu’à Alger auraient ainsi rebroussé chemin au dernier moment par crainte des sous-marins allemands. Le gouvernement général doit alors rechercher l’appui de notables civils ou religieux influents pour recruter des « volontaires », parmi lesquels on trouve de nombreux fonctionnaires ou des personnalités religieuses38. La présence de membres de confréries parmi les pèlerins révèle un changement d’attitude du gouvernement algérien à l’égard de ces organisations religieuses longtemps accusées de comploter contre l’ordre colonial39.

  • 40 Archives de la Chambre de Commerce de Marseille (ACCM), MM 995/Orénoque/395/02. Correspondances div (...)
  • 41 Frémeaux, 2006, p. 216-217.

21Un confortable paquebot de la Compagnie des Messageries Maritimes, L’Orénoque, est alors réquisitionné. Le journal de bord du capitaine Jules Guillaud témoigne du grand soin mis à aménager le navire pour répondre aux besoins des pèlerins et à bien choisir la nourriture embarquée, qui doit satisfaire les habitudes alimentaires des trois pays du Maghreb40. Ces attentions s’inscrivent dans une politique de « respect de la différence » observable sur le front où les fêtes musulmanes sont célébrées dans des lieux de prières construits à cet effet, comme à Paris où une grande mosquée de bois est édifiée au cœur du jardin tropical du bois de Vincennes41.

Navire Orénoque, de la compagnie des Messageries maritimes, affrété en 1916 par le gouvernement français pour acheminer les pèlerins d’Afrique du Nord à La Mecque.

Navire Orénoque, de la compagnie des Messageries maritimes, affrété en 1916 par le gouvernement français pour acheminer les pèlerins d’Afrique du Nord à La Mecque.

Collection particulière

  • 42 Winton, 1989.
  • 43 ANOM, GGA, 16h/90, rapport de Mazières.

22Après avoir fait escale à Casablanca et à Alger, L’Orénoque quitte Tunis le 13 septembre 1916. À l’instar des navires de la marine marchande, le navire est convoyé par des équipages successifs de patrouilleurs français et britanniques, conformément au concept opérationnel de la navigation en convoi remontant à l’époque de la navigation à voile42. L’équipage de bord et le commissaire du gouvernement Mazières s’attachent à encourager les contacts entre les groupes de pèlerins afin de développer « le sentiment que les musulmans de l’Afrique du Nord ne formaient qu’une seule famille placée sous la protection bienveillante et amicale de la France »43. L’illusion de l’empire protecteur joue alors à plein :

  • 44 ADN, Maroc, DAI, 204, note du 12 novembre 1916.

« La vue des villes florissantes, celle de nombreux bateaux rencontrés sur leur route ou dans les ports, leur ont donné l’impression que nous tenions avec les Anglais la maîtrise des mers. On leur avait dit que le monde entier était en guerre, ils n’étaient pas partis sans une certaine appréhension, toute justifiée ; ils sont tous étonnés au cours de leur long voyage de n’avoir eu que des soupçons de la guerre : le bâtiment qui les protégeait, les énormes travaux de défense qui longent le canal de Suez, la mobilisation importante de soldats musulmans aux ordres du Chérif de La Mecque. »44

Un pèlerinage diplomatique et militaire

  • 45 Signé le 5 mai, l’accord 1916 élaboré par le Britannique Mark Sykes et le Français François Georges (...)
  • 46 Les délégués marocains sont Si Kaddour Ben Ghabrit et Si Ahmed Ben El Hadj Skiredji, administrateur (...)
  • 47 ADN, Londres, K 384, lettre du 1er septembre 1916.
  • 48 Chérif Cadi a été le premier Algérien musulman à avoir intégré l’École polytechnique.

23Mais l’organisation du pèlerinage officiel de 1916 est surtout indissociable du projet d’établissement d’une zone d’influence en Syrie, projet alors défendu par de nombreux diplomates au Quai d’Orsay dans la foulée des accords Sykes-Picot45. Ce pèlerinage officiel doit dès lors être l’occasion pour la France d’étendre son influence dans une province où elle a eu jusqu’ici les plus grandes difficultés à s’affirmer. Ainsi est-il prévu que le convoi de pèlerinage soit précédé de deux missions distinctes destinées à préparer l’arrivée des pèlerins, de concert avec les autorités locales. Tout d’abord, une délégation politique, présidée par Si Kaddour (Abdelqader) Ben Ghabrit, chef du protocole du sultan du Maroc, et composée de sept membres, soit deux Algériens, deux Tunisiens, deux Marocains et un délégué de l’Afrique Occidentale française46. Les objectifs assignés à Ben Ghabrit consistent à manifester le soutien de la France au grand chérif de La Mecque en lui remettant la subvention votée à cet effet, à obtenir de ce dernier l’autorisation d’acheter une hôtellerie dans les villes saintes et enfin à représenter l’islam de France dans sa dimension diplomatique47. L’autre délégation est composée de soldats musulmans placés sous la direction du lieutenant-colonel Cadi48. Sa feuille de mission consiste à faciliter l’acheminement des pèlerins au Hedjaz alors que l’armée ottomane, retranchée à Médine, menace le pèlerinage, mais surtout d’approcher le chérif afin de déterminer avec lui l’étendue de ses besoins militaires. Toutefois la question syrienne n’est jamais très éloignée. En témoigne une dépêche du Quai d’Orsay selon laquelle

  • 49 AFGG, annexe n° 77, dépêche au ministre de la Guerre du 2 septembre 1916.

« La présence de nos soldats en Arabie serait une manifestation de la puissance de la France dans des régions où les circonstances ne nous ont pas permis de la déployer jusqu’à ce jour et où nous avons cependant le plus grand intérêt à donner à tous l’idée de notre force en raison même de nos desseins ultérieurs en Orient »49.

  • 50 Service historique de la Défense (SHD), 5N 156, instruction du 29 septembre 1916.

24Il est ainsi demandé au lieutenant-colonel Cadi de rassembler autour de lui les éléments syriens qui se trouvaient encore à La Mecque et de s’en occuper d’une « façon spéciale »50.

  • 51 La nomination officielle de Brémond intervient le 15 août. SHD, 5N 156, dépêche n° 3964 du présiden (...)

25La coordination des deux missions, politique et militaire, incombe au colonel Brémond en qualité de chef de la Mission militaire d’Égypte, en lieu et place du consul de France à Djedda51.

  • 52 ADN, Londres, K 384, lettre d’instruction du 1er septembre 1916.
  • 53 Pour la presse française elle-même, la signification de cette cérémonie ne laisse pas place au dout (...)

26Partie de Marseille avec quelques jours d’avance sur les pèlerins, la délégation politique arrive à Djedda à bord du croiseur D’Estrées, le 20 septembre 1916. Elle y est accueillie par les autorités de la ville de Djedda et par une délégation mecquoise conduite par le mufti malékite. Le chérif Ḥusayn accorde une signification particulière à ce pèlerinage qui doit contribuer à le légitimer comme nouveau maitre et protecteur des lieux saints. Aussi met-il un soin particulier à l’organisation du hajj et à recevoir en audience les différents notables. La délégation politique française ainsi que le lieutenant-colonel Cadi et ses officiers en tenue militaire sont officiellement reçus le 27 septembre 1916. L’audience obéit à un protocole bien réglé : elle s’ouvre avec la présentation des délégations, suivie de la remise des lettres manuscrites du président de la République française, du dey de Tunis et du sultan du Maroc, et s’achève par la cérémonie des cadeaux, dont une subvention d᾿1,25 million de francs votée par le Parlement français. Elle est destinée à rémunérer, en lieu et place des Turcs, les tribus bédouines ainsi que le personnel de la Grande Mosquée. Bien que cette audition s’apparente à une cérémonie d’accréditation diplomatique, les instructions données à Ben Ghabrit sont claires : il ne s’agit pas de reconnaitre Ḥusayn comme chef religieux ou comme un calife arabe qui ferait le jeu des Britanniques, mais bien comme « le chef politique des tribus arabes qui se sont insurgées contre les Turcs, et d’un nouveau groupement en voie de formation »52. Pour Ḥusayn en revanche, l’envoi de cette mission par le gouvernement français vaut reconnaissance de son nouvel État53. C’est fort de cette conviction, qu’il se fait proclamer, le 30 octobre 1916, « roi des Arabes » (malik al-‘Arab), là où les Alliés, dans l’esprit des accords Sykes-Picot, s’entendent pour ne reconnaître en Ḥusayn que le « roi du Hedjaz », un État en formation dont le périmètre ne saurait inclure les anciennes provinces de Mésopotamie ou de Syrie.

Un pèlerinage patriotique : l’adhésion limitée des pèlerins de l’empire

  • 54 Moulinet, 2014, p. 223.
  • 55 Boutry et Cinquin, 1980.

27Dans un autre registre, le hajj de 1916 participe à sa façon au renouveau des pèlerinages patriotiques constaté pendant la Grande Guerre, que ce soit au Sacré-Cœur de Montmartre54, ou encore à Paray-le-Monial55. Lors des cérémonies du pèlerinage, la délégation française est mise à l’honneur en tant que « Nation amie ». Ben Ghabrit et Cadi se voient ainsi accorder le privilège de nettoyer le sol de la Ka‘ba en présence du chérif :

  • 56 Archives nationales (AN), AP 591/9, Fonds Brémond. Manuscrit de l’autobiographie « Le Hedjaz dans l (...)

« À la prière solennelle qui suit cette cérémonie, le Grand Chérif se plaça à l’endroit où priait le Prophète et qui est marqué par une pierre de marbre et fit mettre Si Kaddour auprès de lui ; et à haute voix, avant de commencer, il dit au commandant Cadi qui avait tout le prestige dû à un combattant de Verdun : « De Verdun à la Kaaba ! » ce qui produisit une grande impression sur l’assistance. Car à cette époque, le monde entier savait que si les Alliés n’étaient pas vaincus, c’est parce que les Français avaient tenu à Verdun. »56

  • 57 « On sait que posséder une musique en pays musulman est un des indices du pouvoir souverain », écri (...)
  • 58 Cadi, 1925, p. 37.

28À ‘Arafat où se sont assemblés les 26 000 pèlerins, le chérif fait jouer La Marseillaise par ses musiciens à l’occasion de la revue des troupes armées57. Avant son départ, Ben Ghabrit a pris soin d’installer la mission militaire du lieutenant Cadi accompagné de trois officiers musulmans. Dans le récit qu’il a laissé de son séjour au Hedjaz, Cadi déclare qu’il n’a eu de cesse de combattre les menées des agents germano-turcs, et vante l’action bienfaitrice de la France coloniale qui a hérité de Rome « sa haine contre les féroces Germains », tout comme son œuvre civilisatrice en Afrique du Nord58. Le départ des pèlerins de Djedda, le 18 octobre, est suivi par une série de déclarations enthousiastes. À peine les pèlerins sont-ils arrivés en Égypte que l’ambassadeur Albert Defrance fait part au ministre de la Guerre de son enthousiasme quant aux résultats attendus de la mission et de l’action de son principal artisan :

  • 59 SHD, 5N 156, télégramme du 22 octobre 1916.

« Le centre politique de La Mecque, jusqu’ici délaissé par nous, à qui il paraissait mystérieux et fermé a vu, pour la première fois, l’influence française s’y montrer prépondérante […]. Depuis le voyage de Ben Ghabrit à La Mecque, il n’y a plus pour nous d’islam fermé et hostile. Ces résultats sont considérables. Si nous pouvons les exploiter ils pourraient avoir un retentissement sur toute notre existence nationale. »59

  • 60 Boyer A., 1992.
  • 61 MacMaster, 2002, p. 71-81.

29Conséquence de ce pèlerinage, une association est créée à Paris le 26 octobre 1916 dans le but d’édifier un Institut musulman et une mosquée en plein cœur de Paris60. Le projet de mosquée de Paris — dont la direction sera confiée à Si Kaddour ben Ghabrit — se veut l’incarnation vivante et visible d’un islam de France61.

  • 62 Voir, par exemple, Le Matin du 5 novembre 1916 (sous le titre « Le tapis sacré au Caire »), ou enco (...)
  • 63 En août 1916, une campagne d’incorporation dégénère en émeute dans la commune mixte de Batna au sud (...)
  • 64 Galic, 2013, p. 99-100.
  • 65 Journal officiel de la République française, 14 novembre 1916.
  • 66 La Lanterne, 16 décembre 1916 ; Nouvelles de France, 21 décembre 1916 ; Le Figaro, 15 décembre 1916

30Car ce hajj est aussi l’occasion de resserrer le lien entre l’empire et la métropole, matérialisé par un pèlerinage civil à Paris, où la délégation se rend au début du mois de novembre 1916. Ben Ghabrit accorde alors plusieurs interviews à la presse afin de sensibiliser l’opinion publique au soutien de la France à la Révolte arabe62. En cette année 1916 marquée par l’érosion du consensus colonial63, le gouvernement tient à souligner, à travers la presse, le loyalisme des colonies64. Le 10 novembre 1916, Ben Ghabrit est élevé au grade de commandeur de la Légion d’Honneur65 avant d’être reçu officiellement, en compagnie de la délégation, par le président de la République, à qui il remet en mains propres une lettre autographe du chérif Ḥusayn. Après cette visite officielle, les réceptions s’enchainent, au Quai d’Orsay, au pavillon de Flore, jusqu’au grand amphithéâtre de la Sorbonne où une conférence a été organisée en son honneur à l’initiative du Comité musulman animé par Edmond Doutté. Ben Ghabrit y relate, sous des applaudissements nourris, ses souvenirs de La Mecque, ne manquant pas de rappeler la fameuse exclamation « De Verdun à la Kaaba ! ». Son exposé est suivi d’une conférence de Louis Bertrand sur les « deux islamismes », l’un falsifié, celui de l’Allemagne et de la Turquie, l’autre orthodoxe, représenté par la France et le chérif de La Mecque66.

  • 67 ANOM, GGA, 16h/90, dépêche de Lyautey du 2 décembre 1916.
  • 68 ANOM, GGA, 16h/90, rapport (non daté) du gouverneur général sur le compte-rendu de pèlerinage du co (...)
  • 69 ANOM, COL 1AFF-POL, 967, dépêche du 27 octobre 1916.
  • 70 ANOM, GGA, 16h/90, récit consigné le 22 novembre 1916 par Bouaziz ben Gana, agha des Ziban.

31Mais si la presse métropolitaine est unanime, les impressions des pèlerins musulmans eux-mêmes sont en revanche plus mitigées. C’est le cas notamment des Marocains qui, selon Lyautey, évitent de parler de la Révolte arabe car ils n’ont pas été impressionnés par la force matérielle du chérif ni par le soutien des Alliés à la cause arabe. Plus largement, l’impression qui se détache de son rapport est que ce pèlerinage, effectué sous la tutelle des puissances de l’Entente, n’a aucune valeur religieuse67. Le gouverneur général de l’Algérie Charles Lutaud confie quant à lui que les indigènes algériens seraient très nombreux à désapprouver la conduite de Ḥusayn et qu’il sera difficile de leur faire accepter l’idée d’un changement de tutelle des lieux saints68. Moins impliqué dans l’organisation de pèlerinage, le gouverneur des établissements de l’Inde n’en estime pas moins de son côté qu’il n’est pas nécessaire de donner de la publicité à la Révolte arabe afin de ne pas « doter le Grand Chérif d’un prestige particulier »69. Et ce n’est pas le témoignage de quelques pèlerins algériens, bloqués par la guerre au Hedjaz et revenus dans leur patrie grâce à l’action bienfaitrice de Ḥusayn, qui peut faire démentir cette impression générale d’un hajj instrumentalisé par les puissances alliées70.

L’attitude des Alliés : entre mimésis et régulation coloniale

Le pèlerinage français sous observation

  • 71 Le Haut-Commissaire britannique en Égypte, Sir Henry McMahon, écrit alors au Foreign Office : « J’a (...)
  • 72 ADN, Londres, K 381, dépêche du 5 aout 1916.

32L’initiative française d’un pèlerinage sous escorte militaire et diplomatique avait été accueillie pour le moins fraichement par les Britanniques, au Caire71 comme à Londres. Dès l’été 1916 le ministre des Affaires étrangères, Lord Harding, avait confié « à titre personnel » à l’ambassadeur de France Jules Cambon que l’envoi d’une mission politique était de nature à soulever des questions très délicates pour le gouvernement britannique puisque, s’il devait aboutir, il ne manquerait pas de faire réagir l’opinion musulmane indienne et contraindrait inévitablement la Grande-Bretagne à imiter la France72.

  • 73 Slight, 2015, p. 183-184.
  • 74 FO 607/803, dépêches du 30 juin et du 8 juillet 1916.
  • 75 Les majors d’artillerie Cox et Vickery et le médecin major Maxwell font également partie de la miss (...)

33De fait, la relation entre les gouvernements alliés est d’abord marquée par une exacerbation des réflexes mimétiques. Soucieux de seconder les efforts des Hachémites, le Haut-commissaire britannique du Caire obtient en juillet 1916 que le colonel Cyril Wilson, ancien gouverneur de la province de la mer Rouge du Soudan anglo-égyptien, soit nommé en qualité de représentant anglais au Hedjaz. La question de son titre se pose alors car la nomination d’un ancien gouverneur serait susceptible d’éveiller les suspicions des musulmans, voire des Alliés73. On ne souhaite pas en effet lui accorder le titre de consul de peur que cela n’entraine la France et l’Italie à faire de même. Conformément à la tradition anglo-indienne en la matière, c’est finalement le titre d’« officier du pèlerinage » qui lui est finalement donné, car il a l’avantage d’afficher une neutralité politique et de ne pas donner l’impression que les Britanniques contrôlent le Hedjaz74. Wilson est ainsi placé à la tête d’un « bureau du pèlerinage » qui comprend, outre plusieurs agents musulmans, un médecin chargé de mettre en place un hôpital de campagne, ainsi qu’un agent de la Gellatley Company affecté aux questions de transport. Mais, à l’instar de Brémond, la véritable mission de Wilson consiste bien entendu à soutenir militairement la Révolte arabe. Ainsi ce Bureau du Pèlerinage de Djeddah se voit-il adjoindre, sur le modèle français, une mission militaire confiée au major Stewart F. Newcombe, lieutenant-colonel des Royal Engeneers, et directeur adjoint de l’Intelligence Office du Caire75.

  • 76 Kadri, 2009, p. 73
  • 77 ASMAE, Africa II, 169/1, fasc. 8, traduction d’un article du journal égyptien Al-Ahali du 26 septem (...)
  • 78 ANOM, COL 1AFF-POL, 967, dépêche du ministère des Affaires étrangères du 29 septembre 1916.
  • 79 FO 607/4, Arab Bulletin n° 26, 16 octobre 1916.
  • 80 « Comments on the Hajj and account of pilgrimage by Mr J.S. Kadri », in A. Rush, 1993, p. 63-65.
  • 81 Ibid., p. 78.

34Le bureau du pèlerinage et la mission militaire sont chargés de préparer l’arrivée des pèlerins de l’empire. Car, en cette année 1916, la France n’est pas la seule nation à organiser des convois officiels. Contrairement à leur tradition de laissez-faire, les Britanniques ont soigneusement organisé les déplacements des pèlerins originaires d’Inde et d’Égypte. Dans son journal, l’officier indien J. S. Kadri, originaire de Bombay, témoigne de l’arrivée des 2 500 pèlerins indiens sur trois vapeurs de Bombay affrétés par le gouvernement de Dehli76. L’autre temps fort de ce pèlerinage est, à ses yeux, l’arrivée à La Mecque du mahmal égyptien, dont les troupes britanniques ont facilité l’acheminement sous escorte. La kiswa est ainsi transportée à bord du cuirassé anglais Hardinge arborant la bannière du sultan égyptien, chargé d’escorter deux navires de la Khedivial Mial Line, l’El-Naghila et l’El-Mansura à bord desquels 1 077 pèlerins égyptiens ont pris place77. Tandis que le ministre de France au Caire relève le « peu d’enthousiasme » des pèlerins égyptiens — à l’instar de leurs coreligionnaires d’Algérie — à participer à ce pèlerinage et la pression exercée par les autorités locales en vue de leur inscription78, un communiqué de l’Arab Bureau fait état de la reconnaissance unanime de la population égyptienne. Elle se serait traduite par l’invitation faite à l’amiral Wemyss à se mettre à la tête de la procession du mahmal, honneur que ce dernier aurait poliment décliné79. C’est en effet à l’Arab Bureau du Caire qu’il importe de dresser la version officielle de ce pèlerinage de guerre : la sécurité retrouvée, la modération des prix, l’efficacité de l’approvisionnement et surtout les progrès notables en matière d’hygiène grâce à l’envoi de médecins dans les principaux lieux de culte. Dans un rapport secret adressé au gouvernement de l’Inde, l’officier Kadri se montre toutefois beaucoup plus critique à l’égard de l’organisation du pèlerinage au Hedjaz, notamment sur le plan sanitaire80. Il dénonce également les conditions du voyage de retour de ses compatriotes à bord du cargo S. S. Hijaz, l’entassement des voyageurs, la brutalité du commissaire de bord et de l’équipage, le manque d’eau et de matériel médical81.

35Parmi les Alliés, le gouvernement britannique n’est pas le seul à manifester son inquiétude à l’égard de l’initiative française, si l’on en juge cette dépêche du ministère italien des Affaires étrangères à son représentant au Caire :

  • 82 ASMAE, Archivio Politico (AP) Turchia (1915–1922), fasc. 17/46, dépêche du 25 septembre 1916.

« J’estime de la plus haute importance pour nous de suivre tout ce que cette ambassade fera auprès du Grand Chérif de La Mecque et cela en relation avec notre politique islamique en Libye. Car, étant donné notre récent accord avec l’Angleterre, je ne crois pas que nos intérêts puissent à ce sujet concorder avec ceux des Français, ces derniers étant sur le terrain colonial excessivement hégémoniques et absolus. »82

  • 83 ADN, Londres, K 382, dépêche de Jules Cambon du 22 octobre 1916.

36À son tour, le gouvernement italien envoie au Hedjaz son ancien vice-consul à Djedda, Vicenzo Bernabei, en qualité d’« officier du pèlerinage ». Hostiles au retour des anciens consuls européens partis après l’entrée en guerre des Ottomans, les autorités britanniques du Caire n’ont pu passer outre l’accord donné par le gouvernement de Londres à une opération envisagée comme un contrepoids à l’initiative française83. Prises de court, les autorités coloniales italiennes n’ont cependant pas été en mesure d’organiser dans les temps un convoi officiel. À défaut, il est convenu que la délégation française sera suivie de très près par un informateur, Si Hegem, interprète du consulat italien de Casablanca, qui, à la demande de son consul, s’est joint au groupe des pèlerins marocains de l’empire français.

  • 84 ASMAE, Turchia, AP, 17/46, fasc. 33, dépêche de Bernabei du 20 janvier 1917.
  • 85 La composition de la délégation est la suivante : deux Tripolitains fixés au Caire, le Shaykh Abū a (...)
  • 86 ASMAE, AP, Turchia, fasc. 17/46, dépêche du 26 avril 1917.

37Comme pour les Français et les Britanniques, la présence d’un « officier du pèlerinage » italien est justifiée par la nécessaire « protection » de ses ressortissants. Si le nombre de 73 pèlerins érythréens est avancé, ce chiffre semble être très en-deçà de la réalité. D’après une enquête réalisée par Bernabei, 691 pèlerins érythréens et somaliens se seraient en réalité embarqués depuis Massaoua sur des dhows battant pavillon italien. Il est toutefois difficile d’établir si ces pèlerins relèvent bien de la protection italienne, car ils figurent en bloc parmi les 2 405 Soudanais recensés par les services sanitaires84. Le consul Bernabei reconnait que la création d’une hôtellerie serait le meilleur moyen d’identifier les pèlerins de l’empire afin de mieux organiser les flux du pèlerinage. Aussi est-il envisagé de s’inspirer du pèlerinage français de 1916 en acquérant une hôtellerie dont les modalités de fonctionnement seraient rigoureusement identiques à celles instituées par les Français, à savoir une organisation déléguée à une société gérant des biens waqf-s dont le siège serait fixé à Tripoli. Une délégation de notables musulmans est constituée à cette fin en avril 1917. Elle est composée de sept personnalités conduites par le Tripolitain Najm al-Dīn85. Outre l’acquisition de locaux à La Mecque, la délégation est chargée de mieux identifier les sujets italiens présents au Hedjaz, de recueillir des informations susceptibles d’intéresser le commerce italien ; elle se voit également confier une mission de renseignement relative à l’influence de la sanūssiya au Hedjaz86. En revanche la portée politique du pèlerinage échappe à la délégation puisque seul Bernabei, l’officier du pèlerinage, est habilité à évoquer les questions de haute politique avec le malik Ḥusayn. Réunie à Suez, où la marine britannique lui accorde toutes facilités, la délégation officielle est acheminée par le navire Calabria vers Djedda où elle arrive le 6 juillet 1917. Les délégués sont accueillis à La Mecque sur les lieux mêmes de la mission française de 1916. Ils sont hébergés dans le même bâtiment et se voient également accorder le privilège de pouvoir entrer à l’intérieur de la Ka‛ba. D’où la conclusion de Bernabei :

  • 87 Ibid., dépêche du 11 juillet 1917.

« Jamais une délégation n’avait reçu autant d’honneurs, y compris la française ! »87

  • 88 MAE, PAAP, 237. Cherchali, rapport des 17 et 25 juillet 1917.

38C’est un autre écho que renvoie le nouvel « envoyé spécial du gouvernement français » à La Mecque, Mustafa Cherchali, dans un long rapport consacré à la mission italienne. Composée dans des conditions défectueuses, celle-ci serait en réalité passée inaperçue des Mecquois. Arrivés les mains vides, les délégués italiens n’auraient fait preuve d’aucune libéralité envers les pauvres de la ville ce qui, pour Cherchali, « a fait davantage ressortir les générosités de la mission française. »88

L’empire britannique, grand régulateur des flux de pèlerinage

39Cette logique mimétique commence cependant à s’inverser dès la fin de l’hiver 1917.

40En effet, en février, Defrance fait savoir au ministère des Affaires étrangères que les autorités britanniques de Delhi prennent des mesures en vue de l’organisation du prochain pèlerinage indien. Le gouvernement français est pressé de renouveler l’expérience du pèlerinage de guerre. En effet,

  • 89 ADN, Maroc, DAI, 204, dépêche du 4 juin 1917.

« Au parlement même la suspension de tous les pèlerinages, après les manifestations brillantes de l’an dernier, serait peut-être considérée comme un manque de suite dans nos desseins, d’autant plus regrettable que l’opinion publique française se montre plus attentive à ce qu’elle considère comme des satisfactions légitimes données aux sentiments des indigènes. »89

  • 90 ADN, Londres, K 385, Rapport (n° 2554) fait au nom de la Commission du Budget chargée d’examiner le (...)
  • 91 ADN, Maroc, DAI, 204, dépêche du 20 juin 1917
  • 92 ANOM, GGA, 16h/90, rapport du commissaire du gouvernement Mazières du 15 novembre 1917.
  • 93 ADN, Beyrouth, 2366, dépêche du 29 juillet 1917.
  • 94 ANOM, GGA, 16h/90, dépêche du 8 novembre 1917.

41Mais, alors qu’un rapport parlementaire recommande de poursuivre cette initiative90, Brémond s’oppose formellement à l’une des propositions visant à la création d’un mahmal de l’empire français afin de mieux concurrencer la caravane d’Égypte. Il s’agirait, à ses yeux, d’une innovation dangereuse et contraire à la tradition musulmane selon laquelle les frais des caravanes officielles sont généralement financés par des biens habous, lesquels ont été supprimés en Algérie dès les premières années de la conquête91. La Société des Habous des lieux saints vient pourtant de tenir sa première réunion à Alger en février 1917. De fait, l’organisation de ce nouveau pèlerinage de guerre n’est pas à la hauteur des attentes, car les volontaires font plus que jamais défaut. Après un faux départ, consécutif à une attaque allemande, l’embarquement a finalement lieu le 23 août 1917 depuis le port militaire de Bizerte, sur le navire Néra des Messageries maritimes92. Pas de lumières, ni de chants lors de cette traversée tenue secrète. À Port-Saïd, les pèlerins sont rejoints par ceux des soldats du Détachement français de Palestine (DFP) qui se sont vus accorder la permission d’accomplir leur devoir religieux93. Si l’on se fie aux chiffres avancés par la Mission militaire d’Égypte, seuls 93 pèlerins du Maghreb et 82 soldats de la Mission militaire du Hedjaz et du Détachement français de Palestine participèrent à ce hajj de 191794.

  • 95 FO 371/3408, dépêche du 26 février 1918.

42Effectifs bien maigres, comparés aux 730 pèlerins égyptiens — dont 500 soldats accompagnant le mahmal — et aux 1 300 Indiens « alignés » par l’empire britannique. Le volume le plus important des arrivées reste toutefois le fait des Soudanais qui représentent quelques 6 205 pèlerins, indice d’une sécurité retrouvée sur les rivages de la mer Rouge. Car si les sujets britanniques sont les plus nombreux, ils sont aussi les plus visibles du fait de la quasi-absence des pèlerins indonésiens depuis 1915. Le mahmal égyptien a de nouveau droit à tous les égards et le corps médical égyptien reste prédominant au Hedjaz où un médecin de l’armée égyptienne assure la direction des services sanitaires. Pour le Government of India, ce hajj est l’occasion d’imposer de nouvelles obligations comme celle du billet aller et retour95.

  • 96 ANOM, COL 1AFF-POL, 967, dépêche du 13 janvier 1917.
  • 97 SHD, 7 N 2140, dépêche du 1er mai 1917
  • 98 ADN, Maroc, DAI, 204, dépêche du 4 avril 1917.
  • 99 Ḥusayn aurait alors évoqué la rumeur selon laquelle il aurait été accusé de faire venir un chrétien (...)
  • 100 Trois ans au Hedjaz 1916–1919. Journal du lieutenant M. Yssad de la Mission militaire française, mi (...)

43L’autre versant de cette politique britannique consiste à empêcher une présence française trop visible au Hedjaz. Dès janvier 1917, le gouverneur de l’AEF fait ainsi part de nombreuses demandes de départ provenant de pèlerins originaires des provinces tchadiennes du Ouaddaï, mais aussi du refus des autorités britanniques du Nigéria d’accorder des laissez-passer96. Par ailleurs, pour les mêmes raisons qui lui ont fait refuser l’implantation d’une banque française97, le Foreign Office s’est opposé à l’envoi de médecins maghrébins au sein du dispensaire de la Mission militaire de Djedda98. Certains de ces officiers se voient purement et simplement refuser d’accomplir le pèlerinage. C’est le cas d’Ibrahim Depui, qui, après avoir obtenu une autorisation de Ḥusayn à cet effet, est renvoyé à Djedda sous un faux prétexte99. Le sous-lieutenant Mustapha Yssad, instructeur militaire auprès de l’armée hachémite, relate comment la Mission militaire britannique aurait alors exigé que les « pèlerins-militaires » français n’accomplissent leur hajj qu’à la condition d’être désarmés, interdiction contournée par la Mission militaire française qui prend le soin d’introduire douze instructeurs parmi les pèlerins, en leur faisant emporter des armes cachées dans leurs bagages100.

  • 101 FO 607/4, Arab Bulletin, n° 67, 30 octobre 1917.
  • 102 ADN Maroc, DAI, 204, rapport du lieutenant Bendali, du détachement français de La Mecque, 26 octobr (...)
  • 103 MAE, PAAP, 237, Cherchali, dépêche du 24 décembre 1917.
  • 104 ANOM, GGA, 16h/90, rapport de Brémond du 8 novembre 1917.
  • 105 Le Pautremat 2006, p. 17-31.
  • 106 Leclerc,1998, p. 51-62.

44Aussi la plupart des observateurs du moment s’accordent-ils à reconnaitre à ce pèlerinage, contrairement au précédent, un caractère exclusivement religieux, ce qui fait l’affaire des Britanniques hostiles à une politisation trop manifeste du hajj. Autant d’éléments qui permettent au colonel Wilson de conclure que ce pèlerinage a été un « grand succès »101. Bien qu’accueillis avec tous les honneurs, les représentants de la France ne partagent pas cet avis. La délégation officielle est en effet à peine mentionnée par al-Qibla, le journal officiel du nouveau royaume. Les délégués avaient pourtant pris le soin de souscrire un abonnement afin de rester en contact avec les nouvelles venues d’Orient, tandis que, de leur côté, les notables du Hedjaz les avaient amplement questionnés sur la situation politique et militaire en Europe102. Pour Cherchali, Ḥusayn ne serait ni plus ni moins qu’un « enfant gâté des Anglais »103, tandis que Brémond transmet un rapport très virulent sur ce pèlerinage où il se livre à une critique du caractère despotique du malik et des mœurs médiévales des Mecquois104. Ce hajj sera ainsi le dernier pour Brémond, rappelé en décembre 1917 et remplacé par le commandant Cousse105. Avec l’échec du projet de débarquement franco-anglais à Rābigh106 et le déplacement du théâtre d’opération militaire vers le nord de la péninsule, la Révolte arabe a en effet perdu de son importance stratégique pour la France. La politique d’influence que Brémond entendait mener au Hedjaz est rapidement jugée nuisible par François Georges-Picot, nommé Haut-commissaire en Palestine et en Syrie en avril 1917. Celui-ci cherchait au contraire à ménager les intérêts britanniques dans la perspective d’une occupation française de la Syrie. L’heure est désormais au réalisme et à la reconnaissance de la suprématie britannique dans la région :

  • 107 MAE, Guerre 1914–19, vol. 1696, dépêche de François-Georges Picot datée du 4 juin 1917, citée in J. (...)

« Dans cette question du Hedjaz comme autrefois dans celle de Fachoda nous nous heurtons aux intérêts vitaux de l’empire britannique, ce qui signifie qu’il ne peut rien céder en Arabie qu’il n’ait besoin afin d’assurer la domination complète de la route des Indes et le contrôle exclusif du golfe Persique »107.

Les Britanniques au Hedjaz : une domination sans partage ?

  • 108 FO 371/3204, dépêche du 15 octobre 1918.
  • 109 FO 371/4194, General report on the pilgrimage (1918) by Captain W. P. Cochrane.
  • 110 ASMAE, AP, Turchia, 17/46, fasc. 33, rapport du 23 janvier 1918.
  • 111 FO 371/4194, dépêche du consul général Dunn du 15 mai 1918.

45Le pèlerinage de 1918 consacre dès lors l’influence sans partage des Britanniques sur le Hedjaz. Une nouvelle fois, la Royal Indian Marine et la Royal Air Force ont veillé au bon acheminement du mahmal égyptien. Le palanquin a ainsi été convoyé en train jusqu’à Suez et chargé sur le navire sans qu’il ait été besoin de le démonter. « Cela a augmenté l’apparence d’efficacité de l’embarquement », précise l’amiral Jackson chargé de l’opération108. À Djedda, la caravane officielle est accueillie par un nouvel « officier du pèlerinage », le lieutenant-colonel Bassett. Quant au pèlerinage indien, fort de l’expérience des deux derniers pèlerinages de guerre, son organisation semble n’avoir jamais été aussi efficace si l’on en croit l’attitude, jugée exemplaire, de l’inspecteur de police indien attaché à l’agence lors des opérations de débarquement109. Malgré les limites imposées par la réduction de la flotte disponible et l’augmentation des taxes, les pèlerins de l’empire britannique sont nombreux à venir en pèlerinage cette année. La majorité des 4 500 pèlerins soudanais a ainsi voyagé sur des navires de la Khedivial Mail Line, au même titre que les 588 pèlerins égyptiens. Les embarquements de sujets britanniques depuis le port italien de Massaoua n’auraient concerné tout au plus qu’une quarantaine de pèlerins110. Les 1 450 pèlerins indiens sont quant à eux venus à bord de deux vapeurs de l’Indian Persia Steamship Company en compagnie d’une poignée de passagers originaires de Perse, de Bahreïn et d’Indonésie. En effet, malgré les demandes du consul britannique de Batavia et des autorités militaires de la Colonie des Détroits en faveur d’une plus grande ouverture des ports indiens, les pèlerins indonésiens et malais restent sous-représentés, les autorités indiennes redoutant la turcophilie des courtiers arabes d’Indonésie111.

  • 112 ADN, Maroc, DAI, 204, dépêche du 28 mars 1918.

46Afin de marquer le progrès militaire des Alliés en Orient, le gouvernement français a de son côté décidé de reconduire un pèlerinage officiel112. Mais le nombre de pèlerins présents — 118 dont seulement 35 militaires — est très faible, inférieur même à celui de la délégation italienne.

  • 113 ADN, CIAM, 2 MI 103, 9e vol., procès-verbal de la séance du 1er février 1918.
  • 114 ANOM, GGA, 16 h/90, dépêche du 16 septembre 1918.
  • 115 ANOM, GGA, 16 h/90, rapport du capitaine Mostefa Kara, du 3e spahi, détaché au service de renseigne (...)
  • 116 FO 607/4, Arab Bulletin n° 107.
  • 117 ANOM, GGA, 16 h/90, rapport du capitaine Kara, op. cit.
  • 118 Trois ans au Hedjaz 1916–1919, op. cit., p. 101-102.

47Afin de contrebalancer l’écrasante supériorité des pèlerins britanniques, le roi Ḥusayn a toutefois accordé des faveurs particulières aux pèlerins de la délégation maghrébine113. À l’occasion de la cérémonie des cadeaux, le malik se serait montré d’une « exquise affabilité » à leur égard114, et aurait fait preuve d’attentions qu’il n’aurait pas affiché pour les « Égyptiens envoyés par l’Angleterre »115. Les Anglo-égyptiens dressent alors, non sans inquiétude, l’inventaire des cadeaux offerts au roi du Hedjaz « de la part de la Nation française en mémoire du Pèlerinage de 1918 »116. Mais ces présents sont bien peu de choses à côté des « pluies d’or » déversées par les Britanniques au Hedjaz « où l’Égypte et l’Inde sont les grands ravitailleurs de l’Arabie par ordre du gouvernement anglais »117. L’instructeur Mustafa Yssad témoigne en effet de l’efficacité du réseau de renseignement britannique pour neutraliser toute initiative de la Mission militaire française ou de Bensaci, le nouvel envoyé extraordinaire du gouvernement français à La Mecque, curateur de l’Hôtellerie des Maghrébins118.

  • 119 Le gouvernement tunisien estime ainsi que l’empire britannique dispose, à Djedda, de 4 ribaṭ-s dont (...)
  • 120 FO 686/31, dépêche du 17 janvier 1918.
  • 121 Ibid., dépêche du 21 avril 1918.
  • 122 Font partie de cette commission : El Miralai Sadik Bey Yehia, Hussein Ruhi (en qualité d’inspecteur (...)
  • 123 Qureshi, 1998.

48C’est en effet à cette époque que les Britanniques envisagent à leur tour d’acquérir une hôtellerie à La Mecque, projet d’autant plus surprenant que les pèlerins indiens et égyptiens disposent déjà de nombreux refuges sous forme de habous (awqāf) dans les lieux saints119. Mais les arguments avancés en faveur de la création d’une hôtellerie sont d’abord politiques. Le Haut-commissaire en Égypte estime alors indispensable de disposer d’un agent musulman à La Mecque pour s’occuper d’une hôtellerie, puisque, somme toute, les Français et les Italiens ont jugé bon de le faire. Selon lui, les pèlerins sont de plus en plus gagnés à des sentiments antichérifiens et antibritanniques que les ennemis de la Grande-Bretagne ne manqueront pas d’exploiter une fois le conflit achevé120. Il propose ainsi que le gouvernement de l’Inde nomme un représentant dans des délais rapides, « au regard des activités du représentant français à La Mecque »121. Une commission composée de musulmans d’Inde, d’Égypte et du Soudan est envoyée sur place durant l’été 1918122. Mais le projet est bientôt arrêté du fait de l’opposition de Ḥusayn, qui y voit une nouvelle emprise britannique, et du climat politique indien de l’après-guerre, marqué par l’affirmation d’un mouvement du califat destiné à protéger les droits d’un calife stambouliote plus que jamais menacé123. En conséquence, le gouvernement de l’Inde se bornera à louer, le temps du pèlerinage, une simple maison à La Mecque, afin d’y loger le médecin du pèlerinage et un fonctionnaire du consulat chargé du service de l’information.

Conclusion

  • 124 Paris, 2003, p. 306.

49Au Hedjaz, la Grande Guerre se termine par la reddition de la garnison ottomane de Médine en janvier 1919. En l’espace de trois ans, les pèlerinages de guerre ont contribué à forger une nouvelle conception du hajj moins préoccupée par la sécurité intérieure des colonies, plus extravertie et soucieuse de faire du pèlerinage à La Mecque un instrument d’influence diplomatique au Moyen-Orient. De fait, les gouvernements coloniaux, à commencer par le Raj, ne sont désormais plus du tout réticents à l’idée d’intervenir dans l’organisation du pèlerinage. Dans l’immédiat après-guerre, le Government of India n’hésite plus à subventionner des compagnies de navigation afin de réduire les couts de traversée pour les pèlerins les plus modestes124. Avec succès semble-t-il, puisque plus de 8 336 Indiens participent à ce pèlerinage de 1919. De leur côté, Français et Italiens reprennent dès la fin des années 1920 le contrôle de l’organisation du pèlerinage, considérant que sa délégation aux sociétés des habous créées pendant la Grande Guerre a été un échec. Ils réactivent alors le modèle des convois maritimes. La Première Guerre mondiale a contribué à modifier l’organisation des flux en mer Rouge en initiant, à côté d’un pèlerinage dit « libre », une nouvelle prise en charge du phénomène pèlerin par les empires Européens.

Haut de page

Bibliographie

Aksakal M., « L’Empire ottoman » in J. Winter (dir.), La Première Guerre mondiale. Combats, vol. 1, Paris, Fayard, 2013 (trad. française).

Balachandran G., “Circulation through Seafaring. Indian Seamen, 1890–1945”, in C. Markovits et alii, Society and Circulation. Mobile People and Itinerant Cultures in South Asia 1750–1950, Londres-New York-Dehli, Anthem Press, 2006.

Becker A., « Églises et ferveurs religieuses », in S. Audouin-Rouzeau et J.-J. Becker (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2004.

Bertrand-Cadi J.-Y., Le Colonel Ibrahim Depui. Le pèlerin de la mer Rouge (1878–1947), Paris, L’Harmattan, 2012.

Boutry P. et Cinquin M., Deux Pèlerinages au xixe siècle. Ars et Paray-le-Monial, Paris, Beauchesne, 1980.

Boyer A., L’Institut Musulman de la Mosquée de Paris, CHEAM, 1992.

Boyer P., « L’administration française et la règlementation du pèlerinage à La Mecque (1830–1894) », Revue d’Histoire maghrébine, juillet 1977, p. 275-293.

Hadj Chérif Cadi, Terre d’islam, Charles-Lavauzelle & Cie, 1925.

Chiffoleau S., Genèse de la santé publique, Rennes et Beyrouth, PUR et IFPO, 2012.

Chiffoleau S., Le Voyage à La Mecque. Un pèlerinage mondial en terre d’Islam, Paris, Belin, 2015.

El Moudden A., « The ambivalence of rihla: Community, integration and self-definition in Maroccan travel accounts, 1300–1800 », in D. F. Eickelman et J. Piscatori (ed.), Muslim Travellers. Pilgrimage, Migration and the Religious Imagination, Berkeley, University California Press, 1990, p. 69-82.

Frémeaux J., Les Colonies dans la Grande Guerre, Paris, 14-18 éditions, 2006.

Galic R., Les colonies et les coloniaux dans la Grande Guerre. L’Illustration ou l’Histoire en image, Paris, L’Harmattan, 2013.

Harrison M., « Quarantine, pilgrimage, and colonial trade: India 1866–1900 », The Indian Economic and Social Review, 29, 2, 1992.

Kadri J. S., « My experience of the Hajj of 1916 » in M. Hasan et R. Jalil (eds.), Amir Ahmad Alawi, Journey to the Holy Land, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Leclerc C., Avec T. E. Lawrence en Arabie. La Mission militaire française au Hedjaz (1916–1920), Paris, L’Harmattan, 1998.

Le Pautremat P., « La Mission du Lieutenant-Colonel Brémond au Hedjaz 1916–1917 », Guerres Mondiales et Conflits Contemporains, janvier 2006, n° 221.

MacMaster N., “Imperial façades: Muslim institutions and propaganda in Inter-War Paris”, in T. Chafer et A. Sackur (eds.), Promoting the Colonial Idea. Propaganda and Visions of Empire in France, Palgrave MacMillan, 2002.

Minault G., The Khilafat Movement. Religious Symbolism and Political Mobilization in India, Oxford, Oxford University Press, 1982.

Mishra S., Pilgrimage, Politics and Pestilence. The Haj from the Indian Subcontinent, 18601920, New Dehli, Oxford University Press, 2011.

Moulinet D., Prêtres soldats dans la Grande Guerre. Les clercs bourbonnais sous les drapeaux, Rennes, PUR, 2014.

Özcan A., Pan-Islamism. Indian Muslims, the Ottomans and Britain (18771924), Leiden, New York, Brill, 1977.

Paris T. J., Britain, the Hashemites and Arab Rule 19201925. The Sherifian Solution, Londres-Portland, Frank Cass, 2003.

Qureshi N., Pan-islam in British Indian Politics. A study of the Khilafat Movement 19181924, Leiden, Brill, 1998.

Robinson F., Separatism Among Indian Muslims. The Politics of the United Provinces Muslims 18601923, Oxford, Oxford University Press, 1993.

Rush A. (ed.), Records of the Hajj: A Documentary History of the Pilgrimage to Mecca, 10 volumes, Londres, Archives Edition, 1993.

Séoudi N., La Formation de l’Orient arabe contemporain (19161939) au miroir de la Revue des Deux Mondes, Paris, L’Harmattan, 2004.

Singha R., “The problem of the pauper pilgrim in colonial India c./ 1882–1925”, in A. Tambe et H. Fischer-Tiné (eds.), The Limits of British Colonial Control in South Asia. Spaces of Disorder in the Indian Ocean Region, Routledge, 2008, p. 49-84.

Slight J., The British Empire and the Hajj (1865-1956), Cambridge-London, Harvard University Press, 2015.

Tagliacozzo E., The Longest Journey. Southeast Asians and the Pilgrimage to Mecca, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Tanenbaum J.K., France and the Arab Middle East 19141920, Philadelphia, The American Philosophical society, 1978.

Taraud C., La prostitution coloniale. Algérie, Tunisie, Maroc (18301962), Paris, Payot, 2003.

Winton J., Convoy. Defense of Sea Trade 18901990, Londres, M. Joseph, 1989.

Haut de page

Notes

1 Séoudi, 2004, p. 97-98.

2 Becker, 2004, p. 267-281.

3 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Mémoires et Documents Turquie. Affaires religieuses 1882–1895, tome 133/33 (f 158-173), Mémoires sur la protection des Algériens et Tunisiens pendant le pèlerinage à La Mecque, octobre 1888.

4 Tagliacozzo, 2013.

5 Statistiques fournies par le Conseil supérieur de santé de Constantinople. FO 78/4328, rapport du 21 septembre 1890.

6 Archives diplomatiques de Nantes (ADN), Djeddah, 56 et 57, rapport du 22 février 1912.

7 FO 78/4094. Pendant sept années, le célèbre voyagiste anglais s’est vu confier l’exclusivité du transport des pèlerins indiens. L’expérience ne fut pas poursuivie en raison de la concurrence des courtiers et armateurs indiens de Bombay.

8 Chiffoleau, 2012.

9 C’est l’Indian Pilgrimage Navigation Act, qui vient sanctionner le principe d’une inspection médicale obligatoire au départ du pèlerinage. Voir Harrison, 1992.

10 Singha, 2008, p. 59.

11 La fonction est créée en juillet 1882. Le premier choix se porte sur la personne d’un certain « Abdul Husain », musulman issu d’un « illustre lignage » qui présente en outre la qualité de maitriser plusieurs langues orientales. Voir Mishra, 2011, p. 22.

12 Balachandran, 2006.

13 Boyer P., 1977.

14 Nous empruntons cette expression à Christelle Taraud (Taraud, 2003).

15 En 1891, une instruction du ministère de l’Intérieur déclare que ne seront agréés que les navires se conformant aux obligations de sécurité énoncées par le Comité d’Hygiène, à savoir des bateaux appartenant à des compagnies françaises ayant une étuve à vapeur sous pression et un médecin désigné par le gouvernement. Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), GGA, 16h/84, ministre de l’Intérieur au gouverneur général, 22 avril 1891.

16 Outre l’invitation faite aux musulmans d’Inde de rendre un « service sincère aux lieux saints (harmain sharifain) », les statuts de l’association prévoient de « faire allégeance et à accorder assistance au Khadim-i-harmain-i-sharifain (gardien des lieux saints) », mais aussi de « promouvoir les relations entre les musulmans et les harmain sharifain et étendre et faciliter les moyens de communication avec les lieux saints ». Cité in Robinson, 1993, p. 208.

17 Minault, 1982, p. 35-38.

18  Özcan, 1977, p. 155-162.

19 El Moudden, 1990.

20 ANOM, 16h/83, rapport de pèlerinage du 30 août 1889.

21 ADN, CIAM, 2 Mi 101, procès-verbal du 29 mars 1912.

22 India Office Records (IOR), L/P&S/10/523, rapport du consul de Djedda du 13 juillet 1916.

23 ADN, Maroc, DAI, 204, rapport du chef des services municipaux de Rabat au colonel Jouinot-Gambetta, commandant la région militaire de Rabat, 1er mars 1915. À l’occasion de sa visite officielle dans l’Empire ottoman en 1898, le mythe de la conversion de l’empereur Guillaume II à l’islam — devenu « Hajj Guillaume » — avait alors commencé à se répandre dans les milieux populaires. Il est à rapprocher de celui de la conversion de Bonaparte lors de l’Expédition d’Égypte en 1798–1801.

24 Archivio Storico del Ministero degli Affari Esteri (ASMAE), Africa II, 169-1, fasc. 4, 10 septembre 1914.

25 ASMAE, Africa II, 169-1, rapport du gouverneur de Cyrénaïque du 5 janvier 1915.

26 ADN, Le Caire, 602, 75, dépêche du 30 juillet 1915 ; ASMAE, Africa II, 169/1, fasc. 7, télégramme (non daté) n° 21.

27 Chiffoleau, 2015, p. 256-257.

28 Minault, 1982, p. 52-53.

29 ANOM, GGA, 16h/90, lettre de Bouaziz ben Gana, agha des Ziban, 22 novembre 1916. Sur le rôle de la famine dans le déclenchement de la Révolte arabe, voir Aksakal, 2013, p. 506.

30 Archives françaises de la Grande Guerre (AFGG), annexe n° 51, télégramme du lieutenant Saint-Quentin,10 juin 1916.

31 Pour un récit détaillé des évènements en français, voir Archives françaises de la Grande Guerre (AFGG), annexe n° 55, télégramme du 21 juin 1916.

32 Archives du Foreign Office (FO) 607/4, Arab Bulletin, n° 9, 9 juillet 1916.

33 ADN, Maroc, DAI, 204, dépêche du 15 juin 1916.

34 ADN, Londres, K 381, dépêche du 21 juin 1916.

35 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Turquie, Correspondance Politique et Commerciale 148, 25 janvier 1911.

36 ADN, CIAM, 2 MI 101, 5e vol., procès-verbal du 2 décembre 1915.

37 Le gouvernement algérien y est d’abord défavorable et avance le principe de laïcité ; celui de Rabat le juge inopportun. ADN, Commission interministérielle des Affaires musulmanes (CIAM), 2 MI 102, 6e vol., procès-verbal du 23 mars 1916. ADN, CIAM, 2 MI 101, 5e vol., lettre de Saint-Aulaire du 7 janvier 1916 en annexe du procès-verbal de la séance du 3 février 1916.

38 ANOM, GGA, 16h/90, rapport (non daté) du gouverneur général. Le chef de la délégation algérienne est Mohamed Zin, chef de la tribu des Harakta, tandis que les pèlerins marocains sont, quant à eux, placés sous l’autorité du pacha de Salé et les Tunisiens sous celle du mufti de Kairouan.

39 ADN, Londres, K 381, dépêche du 3 juillet 1916.

40 Archives de la Chambre de Commerce de Marseille (ACCM), MM 995/Orénoque/395/02. Correspondances diverses 1914–1916, lettre de Guillaud du 10 septembre 1916.

41 Frémeaux, 2006, p. 216-217.

42 Winton, 1989.

43 ANOM, GGA, 16h/90, rapport de Mazières.

44 ADN, Maroc, DAI, 204, note du 12 novembre 1916.

45 Signé le 5 mai, l’accord 1916 élaboré par le Britannique Mark Sykes et le Français François Georges-Picot vise à établir différentes zones d’influence françaises et britanniques au Moyen-Orient, dans la perspective d’un démantèlement des provinces arabes de l’Empire ottoman. Parmi les promoteurs français de ce projet syrien on trouve des hommes politiques comme Victor Augagneur mais également de nombreux diplomates et hauts fonctionnaires comme Maurice Paléologue, ambassadeur de France en Russie, Paul Cambon, ambassadeur en Grande-Bretagne, Jules-Albert Defrance, ambassadeur en Égypte, Robert de Caix, conseiller au Quai pour le Moyen-Orient, Jean Goût, chef du département Asie au Quai ou encore Pierre de Margerie, directeur de la division politique et commerciale au Quai. Voir Tanenbaum, 1978, p. 7.

46 Les délégués marocains sont Si Kaddour Ben Ghabrit et Si Ahmed Ben El Hadj Skiredji, administrateur des bien habous de Fez. Les Algériens sont représentés par Si Mustapha Cherchali, professeur honoraire à la Medersa d’Alger et l’agha Sarhaoui, âgé, peu instruit mais « aussi sûr que n'importe quel Français » selon Édouard Brémond ; les deux délégués tunisiens sont Si Chadly Okby, caïd de la banlieue de Tunis, et Hadj Larbi Ben Ech‑Cheikh, notable de la régence. Le délégué de l’AOF est le cadi sénégalais Si Abdou Kané, « un vieux brave homme mais ayant la finesse du paysan » (MAE, Londres, K 384, dépêche de Brémond du 19 octobre 1916). Quant aux deux secrétaires de la mission, il s’agit de Kessous Mohammed Ben Youssef et Si Ali Malek.

47 ADN, Londres, K 384, lettre du 1er septembre 1916.

48 Chérif Cadi a été le premier Algérien musulman à avoir intégré l’École polytechnique.

49 AFGG, annexe n° 77, dépêche au ministre de la Guerre du 2 septembre 1916.

50 Service historique de la Défense (SHD), 5N 156, instruction du 29 septembre 1916.

51 La nomination officielle de Brémond intervient le 15 août. SHD, 5N 156, dépêche n° 3964 du président du Conseil au ministre de la Guerre du 27 septembre 1916.

52 ADN, Londres, K 384, lettre d’instruction du 1er septembre 1916.

53 Pour la presse française elle-même, la signification de cette cérémonie ne laisse pas place au doute. Un journaliste de L’illustration écrit ainsi : « La France, en envoyant la mission qui vient d’être reçue à La Mecque, avec la plus grande solennité, est la première à reconnaître le nouvel État », L’illustration, n° 3839, 30 septembre 1916, « Mission française à La Mecque », p. 322.

54 Moulinet, 2014, p. 223.

55 Boutry et Cinquin, 1980.

56 Archives nationales (AN), AP 591/9, Fonds Brémond. Manuscrit de l’autobiographie « Le Hedjaz dans la Grande Guerre », p. 144.

57 « On sait que posséder une musique en pays musulman est un des indices du pouvoir souverain », écrit alors Brémond, Ibid. p. 145.

58 Cadi, 1925, p. 37.

59 SHD, 5N 156, télégramme du 22 octobre 1916.

60 Boyer A., 1992.

61 MacMaster, 2002, p. 71-81.

62 Voir, par exemple, Le Matin du 5 novembre 1916 (sous le titre « Le tapis sacré au Caire »), ou encore L’Illustration du 18 novembre 1916 qui se félicite du succès de la mission, lié « au fait que les Français et leurs alliés luttent pour la liberté des peuples, qui implique la liberté des religions » (p. 481).

63 En août 1916, une campagne d’incorporation dégénère en émeute dans la commune mixte de Batna au sud de Constantine. En novembre, c’est au tour des Berbères Chaouis des Aurès de prendre les armes contre les Européens de la commune d’Aïn Touta.

64 Galic, 2013, p. 99-100.

65 Journal officiel de la République française, 14 novembre 1916.

66 La Lanterne, 16 décembre 1916 ; Nouvelles de France, 21 décembre 1916 ; Le Figaro, 15 décembre 1916.

67 ANOM, GGA, 16h/90, dépêche de Lyautey du 2 décembre 1916.

68 ANOM, GGA, 16h/90, rapport (non daté) du gouverneur général sur le compte-rendu de pèlerinage du commissaire Mazières.

69 ANOM, COL 1AFF-POL, 967, dépêche du 27 octobre 1916.

70 ANOM, GGA, 16h/90, récit consigné le 22 novembre 1916 par Bouaziz ben Gana, agha des Ziban.

71 Le Haut-Commissaire britannique en Égypte, Sir Henry McMahon, écrit alors au Foreign Office : « J’ai déclaré au Ministre français Defrance que le moment n’était peut-être pas favorable pour une telle mission. Je ne pense pas que nous pouvons nous opposer à ce projet mais il indique le désir du gouvernement français d’établir des relations directes avec le chérif et peut-être d’avoir son mot à dire dans les affaires du Hedjaz. Le premier point est inévitable eu égard aux intérêts français en Arabie du Nord mais toutes les tentatives faites dans la dernière direction (en dehors de toute représentation consulaire à Djedda) devraient, je pense, être aussitôt découragées de la part de France ou de toute autre puissance ». FO 607/4, dépêche du 14 aout 1916.

72 ADN, Londres, K 381, dépêche du 5 aout 1916.

73 Slight, 2015, p. 183-184.

74 FO 607/803, dépêches du 30 juin et du 8 juillet 1916.

75 Les majors d’artillerie Cox et Vickery et le médecin major Maxwell font également partie de la mission. Leclerc, 1998, p. 46-47.

76 Kadri, 2009, p. 73

77 ASMAE, Africa II, 169/1, fasc. 8, traduction d’un article du journal égyptien Al-Ahali du 26 septembre 1916.

78 ANOM, COL 1AFF-POL, 967, dépêche du ministère des Affaires étrangères du 29 septembre 1916.

79 FO 607/4, Arab Bulletin n° 26, 16 octobre 1916.

80 « Comments on the Hajj and account of pilgrimage by Mr J.S. Kadri », in A. Rush, 1993, p. 63-65.

81 Ibid., p. 78.

82 ASMAE, Archivio Politico (AP) Turchia (1915–1922), fasc. 17/46, dépêche du 25 septembre 1916.

83 ADN, Londres, K 382, dépêche de Jules Cambon du 22 octobre 1916.

84 ASMAE, Turchia, AP, 17/46, fasc. 33, dépêche de Bernabei du 20 janvier 1917.

85 La composition de la délégation est la suivante : deux Tripolitains fixés au Caire, le Shaykh Abū al-Asad, et Najm al-Dīn ; pour la Cyrénaïque, Sayyid Dhāfir al-Madanī, chef de la confrérie Madaniyya de Benghazi, décrit comme le plus influent car il appartient à une famille originaire de Médine ; pour l’Érythrée, le commerçant Aḥmad al-Ghūl et l’armateur Muḥammad Salīm Batūq ; pour la Somalie, le Shaykh Maḥmūd Ibrāhīm, neveu du sultan de Geledi et le shaykh Abū bakr Muḥī al-Dīn, fils du premier cadi de Mogadiscio.

86 ASMAE, AP, Turchia, fasc. 17/46, dépêche du 26 avril 1917.

87 Ibid., dépêche du 11 juillet 1917.

88 MAE, PAAP, 237. Cherchali, rapport des 17 et 25 juillet 1917.

89 ADN, Maroc, DAI, 204, dépêche du 4 juin 1917.

90 ADN, Londres, K 385, Rapport (n° 2554) fait au nom de la Commission du Budget chargée d’examiner le projet de loi portant ouverture au ministre des Affaires étrangères d’un crédit de 3.500.000 francs pour frais d’une mission en Arabie par M. Louis Marin, député, Paris, imprimerie de la Chambre des Députés, 1916.

91 ADN, Maroc, DAI, 204, dépêche du 20 juin 1917

92 ANOM, GGA, 16h/90, rapport du commissaire du gouvernement Mazières du 15 novembre 1917.

93 ADN, Beyrouth, 2366, dépêche du 29 juillet 1917.

94 ANOM, GGA, 16h/90, dépêche du 8 novembre 1917.

95 FO 371/3408, dépêche du 26 février 1918.

96 ANOM, COL 1AFF-POL, 967, dépêche du 13 janvier 1917.

97 SHD, 7 N 2140, dépêche du 1er mai 1917

98 ADN, Maroc, DAI, 204, dépêche du 4 avril 1917.

99 Ḥusayn aurait alors évoqué la rumeur selon laquelle il aurait été accusé de faire venir un chrétien à La Mecque. Voir Bertrand-Cadi, 2012, p. 156-157.

100 Trois ans au Hedjaz 1916–1919. Journal du lieutenant M. Yssad de la Mission militaire française, mis au net par le lieutenant-colonel B. de Voligny, p. 62.

101 FO 607/4, Arab Bulletin, n° 67, 30 octobre 1917.

102 ADN Maroc, DAI, 204, rapport du lieutenant Bendali, du détachement français de La Mecque, 26 octobre 1917.

103 MAE, PAAP, 237, Cherchali, dépêche du 24 décembre 1917.

104 ANOM, GGA, 16h/90, rapport de Brémond du 8 novembre 1917.

105 Le Pautremat 2006, p. 17-31.

106 Leclerc,1998, p. 51-62.

107 MAE, Guerre 1914–19, vol. 1696, dépêche de François-Georges Picot datée du 4 juin 1917, citée in J. K. Tanenbaum, op. cit.

108 FO 371/3204, dépêche du 15 octobre 1918.

109 FO 371/4194, General report on the pilgrimage (1918) by Captain W. P. Cochrane.

110 ASMAE, AP, Turchia, 17/46, fasc. 33, rapport du 23 janvier 1918.

111 FO 371/4194, dépêche du consul général Dunn du 15 mai 1918.

112 ADN, Maroc, DAI, 204, dépêche du 28 mars 1918.

113 ADN, CIAM, 2 MI 103, 9e vol., procès-verbal de la séance du 1er février 1918.

114 ANOM, GGA, 16 h/90, dépêche du 16 septembre 1918.

115 ANOM, GGA, 16 h/90, rapport du capitaine Mostefa Kara, du 3e spahi, détaché au service de renseignement sur le pèlerinage de La Mecque en 1918.

116 FO 607/4, Arab Bulletin n° 107.

117 ANOM, GGA, 16 h/90, rapport du capitaine Kara, op. cit.

118 Trois ans au Hedjaz 1916–1919, op. cit., p. 101-102.

119 Le gouvernement tunisien estime ainsi que l’empire britannique dispose, à Djedda, de 4 ribaṭ-s dont 3 pour les Indes et un pour Zanzibar ; à La Mecque, de 16 ribaṭ-s où les indigents trouvent un gîte gratuit et 4 tekkiyya-s, dont une infirmerie égyptienne ; 16 ribaṭ-s existeraient aussi à Mīna et 5 à Médine. ADN, CIAM, 2 MI 102, 6e vol., note du gouvernement tunisien jointe au procès-verbal de la séance du 3 février 1916.

120 FO 686/31, dépêche du 17 janvier 1918.

121 Ibid., dépêche du 21 avril 1918.

122 Font partie de cette commission : El Miralai Sadik Bey Yehia, Hussein Ruhi (en qualité d’inspecteur des pèlerins), Said Hassan (officier de police indien), l’ingénieur égyptien Ahmed Bey ‘Umar, Hassen Bey Ahmed et enfin le cheikh Mudasir Ibrahim du Soudan.

123 Qureshi, 1998.

124 Paris, 2003, p. 306.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Statistiques de l’Office sanitaire de Djedda.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3156/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Titre Navire Orénoque, de la compagnie des Messageries maritimes, affrété en 1916 par le gouvernement français pour acheminer les pèlerins d’Afrique du Nord à La Mecque.
Crédits Collection particulière
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Chantre, « De Verdun à la Kaaba ! Les pèlerinages à La Mecque des empires alliés pendant la Première Guerre mondiale », Arabian Humanities [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 06 septembre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cy.revues.org/3156 ; DOI : 10.4000/cy.3156

Haut de page

Auteur

Luc Chantre

CRIHAM (Universités Poitiers et Limoges, EA 4270), CEFAS (USR, 3141)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org