Navigation – Plan du site
Transnationaliser la péninsule Arabique : dynamiques locales, régionales et globales

Égyptiens expatriés aux Émirats arabes unis : ancrages, connexions transnationales et expériences cosmopolites

Egyptian Expatriates in the United Arab Emirates: Belongings, Transnational Connections and Cosmopolitan Experiences
Delphine Pagès‑El Karoui

Résumés

Dubaï se révèle particulièrement attractive pour les Égyptiens, leur offrant un mode de vie occidental, moderne et globalisé, dans un pays arabe et musulman. En dépit d’un intérêt croissant pour le Golfe, peu de travaux récents ont étudié les migrants arabes. Quels ancrages les Égyptiens développent-ils aux Émirats, malgré la précarité de leur statut ? Leurs connexions transnationales sont-elles d’autant plus fortes que l’intégration à la nation leur est refusée ? Quelles expériences font-ils de la super-diversité dans ces villes cosmopolites ? Après avoir interrogé l’existence d’une communauté égyptienne, nous montrerons comment certains Égyptiens, après de longs séjours, peuvent développer des sentiments d’appartenance à la ville (mais pas au pays, ni à la région du Golfe), et comment s’élabore une égyptianité transnationale, surtout chez les secondes générations. On s’intéressera aussi à l’intensification des pratiques transnationales depuis 2011, comme une réponse à l’accroissement de l’insécurité migratoire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est une version remaniée de “Transnational connections between Egypt and the Gulf: The experiences of migrants in the Emirates after the Arab Spring”, paru dans Vignal Leïla (dir.), Transnational Middle East: People, Places, Borders, Routledge, 2016. Les missions de recherche sur le terrain ont été financées par l’Agence nationale de la Recherche (France) dans le cadre de l’ANR SYSREMO dirigée par Leïla Vignal, ainsi que par le programme MIGREGYPT de l’IRD, coordonné par Sophie Bava, et par l’URMIS (Paris Diderot, IRD, CNRS).

Texte intégral

  • 1 OIM, 2011.

1Les lumières de Dubaï se révèlent particulièrement attractives pour les Égyptiens : le « rêve » émirien leur offre un mode de vie occidental, moderne et globalisé, dans un pays arabe et musulman. Une enquête de l’Organisation internationale des Migrations1 sur les désirs d’expatriation des jeunes Égyptiens, réalisée juste après la chute du président Moubarak, indique que les Émirats arrivent au deuxième rang des destinations d’émigration souhaitées (23 %), juste après l’Arabie saoudite (26 %) premier pays d’accueil des Égyptiens, avec plus d’un million de migrants. Les pays arabes, et plus particulièrement ceux du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), accueillent environ les ¾ des Égyptiens qui vivent à l’étranger (entre trois à six millions selon les estimations). Le reste se répartit ensuite à égalité entre deux pôles, Europe et Amérique du Nord/Australie.

  • 2 Plusieurs travaux ont été consacrés aux Européens à Dubaï, notamment ceux de Katie Walsh sur les Br (...)
  • 3 Fargues, 1985.
  • 4 Babar, 2015 ; Assaf, 2013 ; Camelin, 2013.
  • 5 Gruntz, 2013.
  • 6 Soudy, 2013.
  • 7 Taylor, Soudy & Martin, 2017 (à paraître).
  • 8 Muller-Mahn, 2005 ; Saad, 2005.

2La littérature sur l’immigration dans le Golfe a connu un renouveau depuis le début des années 2000, et Dubaï reste le terrain de recherche le plus documenté en matière d’immigration et d’étude des communautés étrangères. Mais, paradoxalement, peu de travaux récents ont concerné les Égyptiens vivant dans le Golfe, et plus généralement les expatriés arabes, alors que les études sur les migrants asiatiques dominent depuis les années 19902. Ce déséquilibre relatif contraste avec un intérêt plus prononcé dans les années 1980 pour l’étude des migrants arabes dans le Golfe, Palestiniens, Libanais et dans une moindre mesure Égyptiens3. Depuis les années 2010, on constate cependant un renouveau des études sur les Arabes4 et, en particulier, sur les Égyptiens dans le Golfe. Celles-ci portent sur des thèmes variés : la diversité des trajectoires sociales des migrants aux Émirats5, les sentiments d’appartenance des secondes générations au Qatar dans une perspective comparée avec les États-Unis6, ou la question de la visibilité et de l’intégration de la communauté égyptienne au Koweït7. Pendant les années 1990–2000, les chercheurs s’étaient davantage penchés sur les connexions transnationales des Égyptiens en Europe8.

  • 9 Vertovec, 1999.

3Comment vivent les Égyptiens expatriés aux Émirats ? Forment-ils une communauté bien structurée et visible ? Quels liens gardent-ils avec l’Égypte ? Quels ancrages et sentiments d’appartenance développent-ils pour la ville où ils résident, pour un pays qui refuse leur intégration ? Quelles expériences font-ils de la très grande diversité ethnique dans des villes cosmopolites ? On s’intéressera tout particulièrement aux connexions transnationales forgées par les Égyptiens vivant aux Émirats, c’est-à-dire aux multiples liens et interactions qui relient les gens et les institutions au-delà des frontières des États-nations9. Ces connexions transnationales qui permettent le maintien des liens des expatriés avec leur pays d’origine sont-elles d’autant plus fortes pour les Égyptiens que l’intégration leur est refusée ?

  • 10 Mitchell, 1997.
  • 11 Khalaf, Alshehabi & Hanieh, 2015, p. 18-19.
  • 12 Beaugrand, 2010.
  • 13 La méthodologie adoptée conjugue la prise en compte du contexte général et les résultats d’une enqu (...)

4Du point de vue méthodologique, ces migrations Sud-Sud (si cette distinction a encore un sens pour un pays parmi les plus riches au monde par habitant) nécessitent un effort de contextualisation, pour échapper aux visions homogènes, occidentalo-centrées et « surplombantes » des liens transnationaux10. Avec le plus haut taux d’étrangers au monde — plus de 89 % de la population totale et 92 % de la population active11 — et des migrants venant du monde entier, les Émirats, fédération de monarchies pétrolières sorties brusquement du sous-développement, offrent un cas d’étude extrême. Dubaï constitue le laboratoire par excellence de la gestion de la diversité dans une métropole globalisée et dans le contexte de politiques migratoires qui refusent l’intégration des migrants12. Cet effort de contextualisation implique de prendre en compte non seulement le cadre spatial de ces connexions transnationales, mais aussi leurs temporalités, à court, moyen et long terme. Quels ont été les impacts des révolutions arabes sur les pratiques transnationales égyptiennes ? Sur un temps plus long, ces liens transnationaux participent-ils à la construction d’un espace régional plus intégré entre Égypte et Émirats ? Depuis les années 1970, l’intensité des mouvements de population est le signe tangible de la régionalisation des flux. Peut-on en conclure, pour autant, à partir du cas des expatriés égyptiens, qu’ils sont créateurs d’intégration régionale, alors que l’intégration des migrants, même arabes, à la nation émirienne est refusée ? Après avoir présenté brièvement la communauté égyptienne aux Émirats, nous examinerons l’intégration des Égyptiens, à deux échelles, celle de la ville et de la nation. On s’interrogera, dans la dernière partie, sur l’intensification des pratiques transnationales depuis 2011, qui peut être interprétée comme une réponse à l’accroissement de l’insécurité migratoire13.

Les Égyptiens, première communauté arabe aux Émirats

  • 14 Elsheshtawy, 2013.

5L’histoire des migrations aux Émirats est bien antérieure à l’exploitation du pétrole : sous la colonisation britannique, en raison des liens historiques étroits avec l’Asie, s’étaient installés à Dubaï des marchands indiens, des familles du Balouchistan, des travailleurs saisonniers ou des marchands de Perse, dont les ‘Ajamī-s implantés depuis le milieu du xixe siècle14. La première vague d’immigration, liée à l’exploitation du pétrole, date des années 1960 et a été renforcée par le boom pétrolier après 1973, les Émirats disposant de la quatrième réserve au monde d’hydrocarbures. Comme ses voisins, ce petit pays, qui se lance dans la construction d’infrastructures pharaoniques et la mise en place d’un État-providence pour ses citoyens, dispose d’une main-d’œuvre insuffisante pour faire face au développement extraordinaire de son économie. Dès 1962, la moitié de la population est étrangère. La dernière grande vague migratoire date des années 2000, initiée par la stratégie très ambitieuse de développement urbain des Émirats et, notamment, de l’émirat de Dubaï qui cherche à s’imposer comme un nouveau modèle de ville globale du « Sud ». À Dubaï, cette expansion fulgurante est ralentie un temps par la crise économique de 2008. 2009 est une année noire, les grands travaux s’arrêtent, l’émirat est sauvé de la banqueroute par Abu Dhabi, la capitale des EAU, et de nombreux migrants rentrent chez eux ou vont travailler à Abu Dhabi. Grâce à cette aide financière et à la promesse de nouveaux grands projets (Dubai Expo 2020), le rêve mégalomane de Dubaï se poursuit.

L’incertitude du nombre

  • 15 Source: United Nations Global migration database, Migrants Stocks. http://www.un.org/en/development (...)
  • 16 Kapiszewski, 2006, p. 10.
  • 17 Zohry, 2013, p. 49.
  • 18 Source : United Nations Global migration database, Trends in International Migrations.

6Dans un pays où les nationaux ne représentent qu’une toute petite minorité démographique, les statistiques sur les immigrés constituent une question très sensible : les Émirats, comme la plupart des pays du CCG, ne publient pas de chiffres par nationalité. Il est donc impossible de connaitre avec précision le nombre d’Égyptiens recensés, ainsi que l’évolution des flux. En 1980, 44 058 Égyptiens vivaient aux Émirats, issus de la première vague de personnes arrivées dans les années 1970, après le boom pétrolier15. La seconde grande vague migratoire correspond au début des années 2000, en lien avec le second boom économique des Émirats : une majorité des personnes interviewées se sont installées à ce moment-là. Selon les estimations de Kapiszewski16, 140 000 Égyptiens vivaient aux Émirats en 2002, ce qui en faisait la quatrième communauté étrangère après les Indiens, les Pakistanais et les Sri Lankais, et la première communauté immigrée venue du Moyen-Orient, suivie par les Jordano-Palestiniens et les Yéménites. Dans les années 2010, l’immigration se poursuit à un rythme plus lent, notamment en raison des soubresauts liés aux révolutions arabes (cf. infra). En 2010, les estimations varient entre 260 000 migrants d’après le ministère égyptien des Affaires étrangères17, et 665 474 migrants d’après l’ONU18. Dans la presse, tant en Égypte que dans le Golfe, l’ordre de grandeur habituellement retenu est de 300 000 Égyptiens vivant aux Émirats.

Diversité de l’immigration égyptienne aux Émirats

  • 19 Zohry, 2013, p. 51.
  • 20 Le coût de la vie aux Émirats conduit cependant certains migrants qui auraient la possibilité légal (...)

7Les Égyptiens aux Émirats relèvent de profils socioprofessionnels très divers : ils occupent tantôt des emplois bien rémunérés dans la banque, la finance internationale, l’enseignement, l’informatique ou les télécoms, tantôt des postes moins qualifiés et plus précaires dans les services à la personne, la restauration ou l’agriculture, même si, aux Émirats, les emplois faiblement rémunérés sont majoritairement tenus par des Asiatiques. Un double clivage régional et de genre apparait aussi clairement : les emplois les moins qualifiés ont tendance à être occupés par des hommes venus des zones rurales les plus pauvres (Moyenne-Égypte, Fayyūm), alors que les plus qualifiés sont tenus par des hommes et des femmes venus du Caire, d’Alexandrie et des grandes villes du Delta. Il convient donc de nuancer l’image d’une migration égyptienne vers le Golfe qui serait essentiellement masculine19, en tout cas pour les Émirats. Des jeunes femmes célibataires partent même seules travailler à Dubaï. Les motifs de l’émigration ne se limitent pas au travail, puisqu’il existe une migration familiale, réservée aux plus hauts salaires20. Certains jeunes Égyptiens de familles aisées viennent aussi poursuivre leurs études dans des branches d’universités occidentales implantées aux Émirats. Enfin, la communauté chrétienne égyptienne (copte) est aussi présente aux Émirats, comme en attestent ses sept églises, dont la plus ancienne remonte à la fin des années 1970.

  • 21 Moghadam, 2013, paragraphes 30-32.
  • 22 Entretien à Dubaï, octobre 2015.
  • 23 Entretien à Dubaï, février 2015.

8Cependant, du fait peut-être des divisions sociales évoquées précédemment, les Égyptiens aux Émirats ne s’organisent pas en une communauté visible, structurée par des institutions fortes, à l’instar d’autres groupes nationaux, tels les Libanais, Indiens ou Iraniens. Ces derniers, par exemple, disposent d’un club culturel et sportif, perçu comme « une antenne de la République islamique », où les femmes doivent être impérativement voilées pour entrer, d’un hôpital et de deux universités privées21. Il existe bien un club égyptien à Dubaï, perçue comme une émanation de l’ambassade, mais très peu des personnes interrogées le fréquentent réellement : l’un des hommes rencontrés y déposait son fils pour des cours de karaté22, des mères de familles y passent leur vendredi surtout en raison des activités sportives des enfants. Elles participent parfois aux soirées qui y sont organisées. Une démonstration de danses folkloriques égyptiennes, auxquelles leurs enfants avaient participé, a célébré la fête nationale émirienne23.

Photo 1 : Le Grand Abu Shakra, restaurant d’une chaîne égyptienne à Dubaï.

Photo 1 : Le Grand Abu Shakra, restaurant d’une chaîne égyptienne à Dubaï.

Cliché : D. Pagès-El Karoui, octobre 2015.

9Les seuls marqueurs de la présence égyptienne sont les restaurants et les cafés (cf. photo 1 & 2), dans lesquels les expatriés se retrouvent pour fumer le narghileh, manger des plats nationaux et écouter de la musique — même si la clientèle n’est pas exclusivement égyptienne. Cependant, leur nombre et leur visibilité dans l’espace public sont bien moindres que ceux des restaurants libanais ou syriens. Les réseaux sociaux jouent également un rôle important dans la circulation de l’information et la mise en contact des individus, comme l’illustre la page Facebook de l’Egyptian Community in Dubaï (ECD), page non-officielle de la communauté égyptienne créée en 2010, et qui compte plus de 110 000 followers.

10

Photo 2 : Al-‘Azba, un café égyptien à Dubaï.

Photo 2 : Al-‘Azba, un café égyptien à Dubaï.

Cliché : D. Pagès-El Karoui, février 2015.

Des migrants économiques ?

11Les Égyptiens les plus qualifiés insistent fréquemment sur le fait que l’argent n’est pas le motif principal de leur expatriation, leur discours conjuguant pull factors (attractivité) des Émirats et push factors (« répulsivité ») de l’Égypte. Beaucoup d’entre eux insistent sur la qualité de vie qu’ils avaient en Égypte et sur le fait que si leurs salaires sont bien plus élevés aux Émirats, le cout de la vie y est tel qu’ils n’ont pas vraiment les moyens d’économiser. Ils évoquent aussi des carrières bloquées en Égypte et plus ouvertes aux Émirats, avec davantage d’opportunités pour améliorer leurs compétences. Les coptes ont tendance à mettre en avant les motifs économiques de leur expatriation et à minimiser l’impact des discriminations. Quelques rares personnes évoquent tout de même la difficulté d’être copte aujourd’hui en Égypte et y voient une des raisons de leur départ. Les Égyptiens les moins aisés disent ouvertement qu’ils sont là pour les salaires, même si le cout élevé de la vie leur impose aussi de lourds sacrifices en termes de confort : s’ils veulent envoyer de l’argent à leur famille, ils n’hésitent pas à vivre à quatre dans un studio de 20 m2. Plus généralement, les migrants avancent comme motifs de l’expatriation tous les dysfonctionnements économiques et politiques de la société égyptienne (chômage et sous-emploi, corruption, népotisme, bureaucratie, absence de libertés individuelles…), contre lesquels se sont révoltés les Égyptiens en 2011. Enfin, en lien direct avec la période postrévolutionnaire, des hommes d’affaires dont les opportunités se réduisaient en Égypte sont venus s’installer à Dubaï pour y monter leur propre business.

« À Dubaï, tout est parfait »24

  • 24 Māhir, ingénieur installé à Dubaï depuis 2003, entretien, février 2015.
  • 25 Entretien à Dubaï, février 2014.
  • 26 Entretien à Dubaï, février 2014.

12La vision des Émirats transmise par les Égyptiens est très positive, avec un enthousiasme particulièrement marqué vis-à-vis de Dubaï, où la plupart des entretiens ont été réalisés. Dubaï apparait comme l’antithèse du Caire, comme une ville qui « refuse l’illégalité ». Les personnes interrogées soulignent à ce propos que les règles communes (niẓām) qui régissent l’espace public y sont globalement respectées, contrairement à l'Égypte où leur contournement ou leur non-respect est plutôt la norme. Les migrants égyptiens insistent aussi sur le caractère libéral de la ville : « Il y a des libertés, même s’il manque la liberté d’expression »25. Autres avantages fréquemment évoqués et qui se comprennent notamment à la lumière de la situation égyptienne post-2011 : la sécurité et la stabilité. La diversité de sa population, « multiculturelle » et « cosmopolite », constitue aussi un argument positif quand il s’agit de qualifier Dubaï. Cependant, cette diversité est perçue plus négativement quand on en vient aux pratiques individuelles : certains Égyptiens cherchent à éviter, pour leur résidence ou leurs loisirs, les plus anciens quartiers de Dubaï (Būr Dubaï, Dayra) qui sont jugés « trop asiatiques » ou « peu sûrs » en raison de l’origine ethnique de leurs habitants. Enfin, les Égyptiens apprécient par dessus tout le caractère hybride de Dubaï, « une cité arabe mais qui a l’air occidentale »26. D’autres diront être satisfaits de pouvoir vivre dans un pays musulman tout en bénéficiant des avantages de la société de consommation occidentale. De nombreuses personnes interrogées auraient souhaité vivre dans un pays occidental, mais n’y ont pas réussi. Beaucoup insistent sur le fait qu’elles ne seraient jamais allées vivre dans un autre pays du Golfe, en insistant sur la particularité des Émirats, souvent pour les opposer à l’Arabie saoudite, jugée trop conservatrice, notamment en ce qui concerne le statut des femmes.

  • 27 Aux Émirats, le kafīl peut être un national ou un résident (Zahra, 2015).

13Comparés à ce qui est connu des situations extrêmement précaires de certains migrants, ouvriers dans le bâtiment ou domestiques, dont l’expérience aux Émirats peut virer au cauchemar — passeports confisqués, salaires très faibles ou / et non payés pendant plusieurs mois, abus sexuels, déportations en cas de grèves… —, les récits collectés paraissent idylliques. Mais le fait qu’ils sont ceux, pour la plupart, de personnes occupant des postes qualifiés explique que leurs expériences soient très différentes. Seules trois personnes évoquent des problèmes avec leur kafīl, le « sponsor » qui est le garant de leur présence sur le sol émirien27, ou encore des tensions liées au caractère ultralibéral du marché du travail. S’il y a certainement une part d’autocensure dans ces discours, les personnes interrogées semblent, malgré tout, globalement satisfaites de leur vie aux Émirats. Certaines se plaignent tout de même de la superficialité de la vie à Dubaï et de la moindre intensité de la vie sociale, comparée à celle connue en Égypte. « C’est dur de vivre dans un grand dutyfree, c’est Disneyland » mentionne une jeune femme célibataire qui a vécu deux ans à Dubaï comme ingénieur, mais qui, rentrée au Caire, dit vouloir repartir vivre aux Émirats.

14Si ce « goût » des Émirats se traduit par des séjours qui se prolongent, il est contrecarré par le caractère très contraignant des politiques migratoires fondées sur le mythe du séjour temporaire des étrangers.

Les Égyptiens aux Émirats : une intégration impossible ?

  • 28 Vora, 2013.

15Forgée par Neha Vora28 pour les Indiens de classe moyenne vivant depuis plusieurs générations à Dubaï, l'expression impossible citizens s’applique tout autant aux Égyptiens. Malgré la grande proximité linguistique et culturelle qu’ils partagent avec les Émiriens au nom de leur arabité, leur intégration à la nation émirienne leur est tout autant refusée. La fédération des Émirats arabes unis est un État récent dont la construction nationale repose sur l’exclusion des étrangers, alors qu’elle fait appel à eux pour assurer son développement économique. Pour désigner ces étrangers, les autorités refusent d’employer le terme d’immigrés qui, selon elles, implique une installation et donc une intégration : elles lui préférèrent celui de « travailleurs délégués » (wāfidūn), qui devient dans la traduction anglaise guest workers. Le choix très stratégique de ce vocabulaire reflète les politiques migratoires sévères qui refusent l’intégration des étrangers, même pour les Arabes.

Des politiques anti-intégrationnistes

16

Carte 1 : Système des visas d’entrée sur le territoire émirien.

Carte 1 : Système des visas d’entrée sur le territoire émirien.

© Camille Pennequin.

17Aux Émirats, un contrôle très strict s’exerce sur les étrangers, et cela à tous les niveaux : entrée sur le territoire, séjour dans le pays, accès au marché du travail et à la nationalité. Un système restrictif de visas contrôle les entrées des étrangers et les filtre en fonction de leur nationalité. Les citoyens du CCG circulent librement entre les pays et n’ont donc pas besoin de visas. Un visa à l’arrivée est disponible pour les citoyens occidentaux (Union européenne, États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande…) et pour les ressortissants de certains pays asiatiques (Japon, Corée du Sud, Malaisie…). Pour tous les autres, un visa doit être demandé dans les ambassades préalablement au départ, tandis que les Israéliens n’ont pas de droit d’entrée sur le sol émirien. Au-delà de cette interdiction d’accès au territoire aux Israéliens qui est une manière pour les Émiriens de manifester leur « arabité », cet exemple démontre combien le fait d’être arabe n’octroie aucun privilège aux étrangers, en termes d’accès aux visas, hormis le cas particulier des ressortissants des pays du CCG : ils sont moins favorisés que ceux de certains pays riches et restent soumis à des procédures plus longues et compliquées.

  • 29 Hertog, 2014, p. 20.

18La durée du séjour est conçue comme forcément temporaire : les contrats sont généralement à durée limitée pour encourager la rotation de la main-d’œuvre, et le regroupement familial est conditionné par le niveau de revenus (4 000 AED, soit 1 090 $/mois). En théorie, des emplois sont officiellement réservés aux nationaux dans certains secteurs (ressources humaines, responsables des relations avec le gouvernement, postes de secrétaire) mais cette disposition n’est pas toujours respectée29. Le contrôle des étrangers se décline donc en fonction de leur nationalité et de leur niveau de revenus.

  • 30 Zahra, 2015.

19Des processus de naturalisation existent mais sont réservés à une minuscule élite généralement proche du pouvoir (hauts-fonctionnaires, conseillers des émirs, businessmen…), des Arabes le plus souvent. Ici, un privilège leur est accordé, puisque les critères d’acquisition de la nationalité sont différents : si l’on est Arabe, il faut avoir résidé au moins 7 ans dans un des émirats de la fédération, tandis que pour un étranger non-arabe, cette période s’allonge à au moins 20 ans30. En revanche, les Émirats n’acceptent pas la double nationalité, si bien que toute personne naturalisée doit renoncer à sa nationalité d’origine.

  • 31 Beaugrand, 2010.
  • 32 Russell, 1990, p. 381.

20Pourquoi ce refus de l’intégration ? Pour des questions identitaires — crainte de la dilution d’identité émirienne face à une majorité d’immigrés asiatiques —, sécuritaires — les Émirats sont un petit pays qui ne peut assurer seul sa sécurité et reste suspicieux face à la loyauté des étrangers naturalisés31 —, mais aussi politiques. Il s’agit de préserver la survie de monarchies dont le pacte social repose sur la redistribution de la rente pétrolière à un petit nombre de citoyens. L’intégration d’un grand nombre d’étrangers naturalisés gênerait ce fragile équilibre et aurait un cout trop lourd, sans compter le mécontentement des citoyens pour qui la présence d’étrangers constitue aussi une rente (kafāla, loyers, consommation…). À leur création pourtant, les Émirats avaient opté pour une stratégie différente : au début des années 1970, 55 000 Arabes ont été naturalisés, faisant passer le taux de nationaux de 22 % en 1968 à 30 % en 1975. Cependant, ces naturalisés se sont vus octroyer des droits politiques réduits (pas de droit de vote, ni d’éligibilité, ni de nomination à un poste ministériel) pour permettre de mieux rallier les populations locales à la construction nationale32.

  • 33 Chalcraft, 2011.
  • 34 Elshehabi, 2015.

21Ce refus de l’intégration remonte au milieu des années 1970, alors que les immigrés arabes étaient de plus en plus perçus comme les vecteurs d’importation d’idéologies nationalistes arabes (nassérisme, baathisme) jugées dangereuses par les monarchies du Golfe33. On reprochait aussi à certains immigrés arabes d’importer les luttes sociales dans leur pays d’accueil, en suscitant des mouvements de grève pour défendre le droit des travailleurs. Cette crainte a conduit, au cours des années 1980, au remplacement progressif de la main-d’œuvre arabe par des travailleurs asiatiques. Les désirs et les chances d’intégration de ceux-ci étaient par ailleurs jugés moindres, puisqu’ils ne partageaient ni la même langue, ni la même culture. En outre, autre avantage mais d’ordre économique cette fois, leurs salaires étaient bien moins élevés34. Ainsi, en dépit de la rhétorique persistante de la « fraternité », l’intégration des immigrés arabes a été progressivement écartée.

  • 35 Neil, 2009
  • 36 Certains citoyens récemment naturalisés se sont même vus déchoir de leur nationalité et déportés da (...)

22Toutefois, après trente ans de refus d’intégration, les débats concernant la place des étrangers dans la nation émirienne ressurgissent. À la fin des années 2000, certains Émiriens ont déclaré que le combat démographique étant perdu, il fallait songer à la coexistence ; d’autres ont proposé un statut de résident permanent pour les étrangers présents depuis longtemps sur le sol émirien, partageant les valeurs culturelles locales et parlant arabe35. Mais, rien n’a changé depuis. Au contraire, les révolutions arabes ont incité les autorités à raffermir encore leur contrôle sur les étrangers36. Elles ont ravivé la crainte ancienne que les immigrés arabes pourraient être une source de déstabilisation politique et sociale pour les Émirats.

Printemps arabes : contrôles renforcés sur les migrations et les étrangers

  • 37 Van Hear, 2015.

23Après la vague des soulèvements dans le monde arabe en 2011, les Émirats, tout comme leurs voisins du Golfe, ont relancé leurs politiques de nationalisation de la main-d’œuvre, afin de combattre un taux de chômage qui devient préoccupant (9,2 % au total et 17,2 % chez les jeunes) et de conjurer la figure du diplômé-chômeur, associée au déclenchement des protestations37. Certains immigrés ont dû rentrer chez eux pour laisser leur poste à un Émirien. En outre, le contrôle sur les flux migratoires s’est renforcé aux Émirats.

  • 38 Babar, 2011 ; Gruntz, 2013.
  • 39 Abdelfattah, 2011, p. 10.
  • 40 Source : J. Thomas, “Firms see obstacles in hiring from Arab Spring nations”, The National, 25 août (...)
  • 41 De telles pratiques ne sont pas nouvelles : depuis 2009, plusieurs migrants libanais chiites ont ét (...)
  • 42 Source : R. El Gamal, “UAE convicts 30 Emiratis, Egyptians over Brotherhood ties”, Reuters, 21 Janu (...)
  • 43 Entretien à Dubaï en février 2015 avec un Égyptien qui rapporte des faits qu’on lui a racontés.
  • 44 Le président Sissi accède au pouvoir en juillet 2013 par un coup d’État qui renverse le président M (...)

24La suspicion porte particulièrement sur certaines nationalités (Égyptiens, Tunisiens, Syriens…), le gouvernement craignant que ces étrangers ne propagent des idées révolutionnaires38. Les entretiens ont montré que de nombreux Égyptiens avaient eu plus de difficultés qu’auparavant à faire renouveler leurs permis de résidence ou contrats de travail, en raison de contrôles de sécurité plus longs, tandis que l’entrée aux Émirats a été refusée à d’autres. Certains Égyptiens ont même évoqué par ailleurs une fermeture officieuse ad hoc des frontières juste après la chute de Moubarak39. Les officiels émiriens dénoncent ces accusations comme des rumeurs infondées. Cependant, plusieurs entreprises et agences de recrutement attestent de difficultés à recruter les ressortissants de certains pays touchés par des processus révolutionnaires40. Parallèlement, plusieurs Égyptiens ont été expulsés des Émirats pour des motifs politiques41, soit pour leur appartenance aux Frères musulmans42, soit pour avoir exprimé un soutien à Ben Laden après sa mort en mai 201143. Malgré cela, les Égyptiens continuent de s’installer aux Émirats après la révolution du 25 janvier, d’autant que le climat s'est apaisé avec le soutien financier des Émirats à l’Égypte du président Sissi44 et les opérations militaires conjointes menées par les deux pays en Libye.

  • 45 En 2013, une amnistie a conduit au départ de 62 000 migrants irréguliers, essentiellement des Asiat (...)

25Après 2011, des actions de police ont également été menées pour lutter contre les immigrés en situation irrégulière, toutes nationalités confondues : raids et inspections, expulsions, sans compter les appels à la dénonciation des personnes en situation irrégulière par les citoyens et les résidents légaux. Plusieurs périodes d’amnistie ont été ouvertes, permettant aux migrants qui n’étaient pas en règle de rentrer chez eux sans être poursuivis45. Dans le même temps, certaines réformes des politiques migratoires se sont aussi faites dans un sens plus favorable aux droits des migrants. Sous la pression des défenseurs des droits de l’homme et des partisans d’une gestion plus souple des migrations, le régime de la kafāla a été modifié en janvier 2011, afin de faciliter les changements d’emploi, sans avoir à obtenir le consentement du kafīl.

De faibles interactions avec la société émirienne

  • 46 Entretien à Dubaï, en février 2014.
  • 47 Ce complexe de supériorité est paradoxal, les Égyptiens se trouvant souvent, en tant qu’émigrés, da (...)
  • 48 Pagès-el Karoui, 2012.

26La majorité des Égyptiens vivant aux Émirats ont peu de contacts avec les nationaux, qu’ils désignent en arabe par « muwāṭinīn », les citoyens. Leur vision des Émiriens est très positive (des « personnes chic et éduquées »46), contrastant avec celle des Saoudiens ou des Koweïtiens. Le sentiment de supériorité47 que peuvent afficher certains Égyptiens face aux gens du Golfe, très présent dans les romans contemporains qui narrent les expériences d’émigration, ne semble pas de mise envers les Émiriens48.

  • 49 Bel-Air, 2015, p.16.
  • 50 Il est possible aussi que ces mariages mixtes concernent surtout des Émiriens qui ont été naturalis (...)

27Les relations qu’ils entretiennent avec leurs collègues émiriens, quand ils en ont, sont limitées. Certes, les Émiriens sont peu nombreux, ce qui diminue les possibilités d’interaction, mais les Égyptiens qui sont en contact avec des nationaux ne parviennent pas établir des relations étroites avec eux. Peu ont des amis émiriens, même si la barrière de la langue n’existe pas. Les Égyptiens rencontrés expliquent la faiblesse des contacts par le fait que les Émiriens préfèrent rester entre eux. Les sociabilités des Égyptiens s’orientent alors de préférence vers leurs concitoyens ou d’autres Arabes (Syriens, Libanais, Soudanais…), voire avec des Européens, mais peu avec des Asiatiques. Sur la cinquantaine de personnes interrogées, aucune n’avait acquis la nationalité émirienne ou n’était mariée à un « citoyen ». Pourtant, indirectement, certains récits nous sont parvenus d’Égyptiens devenus Émiriens et qui ont dû renoncer à leur nationalité égyptienne, ou d’Égyptiennes mariées à des Émiriens. Selon Françoise De Bel-Air49, les mariages mixtes ont augmenté depuis les années 2000 — ils concernent un Émirien sur cinq, une Émirienne sur dix — mais les nationalités des conjoints étrangers ne sont pas publiées50. Ces chiffres indiquent que les frontières entre nationaux et étrangers ne sont pas si étanches et que la société émirienne se transforme et s’ouvre.

Insécurité migratoire et séjours prolongés

  • 51 Al Awad, 2008.
  • 52 Bel-Air, 2015.

28Dans les Émirats, et plus particulièrement à Dubaï, les séjours des étrangers ne sont pas aussi temporaires que le discours officiel voudrait laisser croire. Leur durée y est plus longue que dans les autres pays du CCG : 8,7 ans en moyenne en 2005, les Arabes restant globalement plus longtemps que les Asiatiques et les Occidentaux51. Autre preuve de cette installation, les expatriés vivant en famille sont très nombreux, dès que leur revenu leur permet : dès 2005, les étrangers dépassaient les nationaux dans la tranche d’âge 0-14 ans52. Enfin, les visas d’entrée pour résidence — nécessaires à toute personne active ou non — n’ont pas cessé d’augmenter, contrairement aux visas d’entrée pour travail qui, quant à eux, ont subi le choc de la crise économique de 2008.

  • 53 Creton, 2012. Et ce malgré le fait que les femmes préfèrent retourner accoucher en Égypte, au moins (...)

29Les enquêtes de terrain confirment ces données pour les Égyptiens. Leur durée moyenne de séjour est de 9,5 ans. Parmi les personnes mariées appartenant aux classes moyennes et supérieures, qui ont donc accès au regroupement familial, la très grande majorité vit en famille. Et elles font des enfants dans leur pays d’accueil : environ 4 000 naissances égyptiennes sont recensées en 2010 à Abu Dhabi, les Égyptiens constituant le deuxième groupe national après les Indiens53. Ces familles plébiscitent le mode de vie émirien qui leur permet d’avoir du personnel domestique, de bonnes écoles pour les enfants, un style de vie agréable avec accès à une consommation globalisée.

  • 54 Elshehabi, 2015.

30Si la majorité des personnes interrogées sont locataires et se plaignent du coût exorbitant des loyers, quelques-unes ont acheté un logement, notamment dans l’émirat voisin de Sharjah. La ville qui jouxte Dubaï loge de nombreux résidents étrangers des classes moyennes, en raison de loyers moins élevés. D’autres Égyptiens rencontrés investissent leur épargne sur place, en ouvrant un restaurant ou en créant leur propre entreprise. Ces différents types d’investissements renforcent leur ancrage dans la ville et leur sentiment d’appartenance. Ils illustrent aussi un autre aspect de la dépendance économique des Émirats vis-à-vis des étrangers : ils leur sont indispensables non seulement en tant que travailleurs, mais aussi en tant que consommateurs. C’est ce que résume Omar Elshehabi lorsqu’il évoque l’urbanisme déraciné (rootless urbanism)54 des villes des Émirats. Il signifie par là le paradoxe majeur selon lequel les étrangers sont devenus la cible principale de mégaprojets immobiliers, tout en se voyant refuser le droit à s’installer durablement.

  • 55 Camelin, 2013.

31Ces ancrages évoqués sont encore minoritaires et ne suffisent pas à gommer le sentiment de très forte insécurité migratoire dont témoigne la majorité des Égyptiens interviewés, qui évoquent le « provisoire », le « transit », ou l’image de la ville-aéroport, pour exprimer la fragilité de leur présence et la conscience qu’ils peuvent être contraints de repartir du jour au lendemain. En réponse à cette insécurité migratoire, plusieurs personnes préparent une autre expatriation, généralement vers un pays occidental, le Canada le plus souvent ou l’Australie, afin d’obtenir une autre nationalité et, dès lors, une plus grande fluidité dans leur mobilité internationale. Certains pourront même choisir de revenir s’installer aux Émirats, une fois le passeport obtenu. C’est la migration de passeport, décrite par Sylvaine Camelin55. Rānya, une jeune ingénieure qui a vécu deux ans à Dubaï décrit leur stratégie :

  • 56 Entretien, Le Caire, janvier 2015.

« Beaucoup de familles partent à Dubaï avec des enfants de 14-15 ans (surtout des garçons), puis la mère part avec les enfants au Canada et les pères restent à Dubaï. C’est plus facile d’avoir un visa pour le Canada depuis Dubaï que de l’Égypte. Ensuite, ils essaient d’avoir le passeport et, par la suite, ils seront libres de pouvoir en faire ce qu’ils souhaitent »56.

  • 57 Ong, 1999.

On retrouve là des similitudes avec le portrait des entrepreneurs hongkongais détenteurs de multiples passeports pour se prémunir du risque du retour à la Chine communiste, et devenus l’emblème d’une « citoyenneté flexible »57.

Des individus globalisés aux modes de vie cosmopolites ?

  • 58 Vora, 2013.
  • 59 Les Émiriens élisent un Parlement dont le rôle est uniquement consultatif et le collège électoral e (...)
  • 60 Thiollet, 2010, p. 89.

32Comment décrire les manières dont les immigrés, voire parfois leurs enfants, tout en étant privés de la nationalité et de droits politiques, finissent par développer des sentiments d’appartenance forts au pays dans lequel ils vivent ? Dans la lignée des travaux d’Aiwah Ong, Neha Vora utilise le concept de « citoyenneté urbaine » (urban citizenship) ou de « citoyenneté informelle » (unofficial citizenship), à propos des Indiens de Dubaï, pour évoquer l’échec partiel des politiques anti-intégration dans le Golfe et décrire ces formes d’appartenance58. La citoyenneté, telle qu’elle est pensée par Neha Vora, se démarque des acceptions occidentales du concept : dans le contexte de la globalisation, la citoyenneté ne serait plus fondée sur des droits politiques (de toute façon très limités dans le Golfe, même pour les nationaux59), mais plutôt sur des raisons économiques. Pour l’Arabie saoudite, Hélène Thiollet préfère mobiliser un autre concept et parle de « nationalisme ordinaire ». Elle met alors l’accent sur les pratiques quotidiennes de consommation des jeunes citadins, qui atténueraient, « dans une certaine mesure, les frontières symboliques et sociales entre citoyens et étrangers »60.

  • 61 Camelin, 2013.
  • 62 Beaugé & Roussillon, 1988
  • 63 de Koning, 2009 ; Peterson, 2011.

33Pour les Égyptiens, comme pour d’autres expatriés arabes61, le sentiment d’appartenance, quand il existe, s’exerce à l’échelle de la ville où ils résident : ils ne se sentent ni Émiriens, ni Golfiens. Leur appartenance à la « nation arabe » ne semble pas renforcée par leur présence dans le Golfe, à l’encontre des prophéties des intellectuels arabes des années 197062. Paradoxalement, leur séjour à Dubaï est plutôt un vecteur d’occidentalisation de leurs modes de vie, à l’instar de ce que l’on observe dans les familles émiriennes elles-mêmes : fréquente scolarisation des enfants dans des écoles privées anglophones, usage récurrent de l’anglais dans le cadre professionnel et, parfois, à la maison. Les enfants des Égyptiens qualifiés, qui sont quasiment tous scolarisés dans des écoles privées anglophones, maitrisent souvent mieux l’anglais que l’arabe (au moins pour l’écrit), à l’instar des enfants des classes supérieures en Égypte qui fréquentent des écoles privées où l’usage des langues étrangères est central. Cette occidentalisation des modes de vie n’est donc pas l’apanage des expatriés dans le Golfe, puisqu’elle peut très bien s’opérer pour les Égyptiens qui vivent en Égypte63, mais elle est plus systématique aux Émirats.

34L’occidentalisation des modes de vie ne fait pas disparaitre, loin de là, l’identification nationale à l’Égypte. Autrement dit, l’expatriation aux Émirats produit des individus aux modes de vie globalisés, mais dont le référent principal reste l’Égypte. Pour ces individus, soumis à l’insécurité migratoire, le maintien de liens transnationaux avec le pays d’origine apparait comme une indéniable forme de sécurité.

La force du transnational contre l’insécurité migratoire

  • 64 Wimmer & Glick Schiller, 2002.
  • 65 Waldinger & Fitzgerald, 2004.

35Si, à l’origine, le concept de transnational a été mobilisé par les études sur les migrations pour sortir du cadre du « nationalisme méthodologique » et du paradigme de l’assimilation64, les contraintes politiques imposées par les États-nations aux migrants demeurent en général très fortes65, ce que le cas des Émirats souligne. Dans le contexte spécifique des États autoritaires du Golfe, dont les politiques migratoires refusent l’assimilation, les connexions transnationales que les Égyptiens développent sont-elles différentes de celles de leurs concitoyens qui vivent en Europe ou en Amérique du Nord ? Quel a été l’impact des révolutions arabes sur ces connexions transnationales ?

Révolutions arabes : l’intensification des connexions transnationales pour les expatriés Égyptiens

  • 66 Pagès-El Karoui, 2015, p. 155.

36Le moment révolutionnaire de 2011 a fait naitre, chez la majorité des émigrés égyptiens, un sentiment nouveau de fierté nationale66. À Dubaï, une famille de cadres aisés a tenu à manifester cette fierté retrouvée en affichant un drapeau égyptien dans son salon, après la chute de Moubarak (cf. photo 3). Cette réactivation du sentiment d’appartenance nationale s’est aussi traduite par des pratiques transnationales intensifiées après 2011. Elle sera examinée ici, à partir de pratiques concrètes : retours au pays, vote à distance, et transferts d’épargne.

37

Photo 3 : Drapeau égyptien exhibé dans un salon émirien.

Photo 3 : Drapeau égyptien exhibé dans un salon émirien.

Cliché : D. Pagès-El Karoui, octobre 2015.

  • 67 Khālid Sa‘īd a été assassiné à Alexandrie en juin 2010 parce qu’il avait diffusé sur Internet une v (...)

38Beaucoup d’Égyptiens vivant aux Émirats ont par exemple souhaité, comme partout ailleurs, participer au processus révolutionnaire. Le plus célèbre d’entre eux est Waël Ghonim (Wā’il Ghunaym), directeur régional du marketing pour Google, qui co-administrait anonymement depuis Dubaï la page Facebook We are all Khaled Said67. Il est rentré en Égypte pour participer à la première grande manifestation du 25 janvier 2011, à la suite de laquelle il a été arrêté et emprisonné pendant dix jours. Sa participation émouvante à une émission de télévision rallia un grand nombre d’indécis à la cause révolutionnaire. Pour la plupart de ces Égyptiens, le choix de s'impliquer dans la transition politique en Égypte s’est souvent soldé par des désillusions fortes et, le plus souvent, par un retour dans le pays d’accueil. Ainsi, Amin, un journaliste qui vivait à Dubaï depuis plus de dix ans, a lui aussi décidé de rentrer au Caire pour participer au nouveau destin de son pays natal, laissant aux Émirats sa femme, professeure à l’Université, et ses enfants. Interrogé au Caire en février 2015, il regrettait son retour et cherchait à tout prix à retrouver un travail aux Émirats.

39Pour ceux qui n’ont pas souhaité s’investir directement dans le processus révolutionnaire, les retours temporaires en Égypte constituent le meilleur moyen d’actualiser des connexions transnationales et de maintenir un lien étroit avec le pays. Les personnes interrogées ont dit rentrer en Égypte en moyenne une fois par an, mais elles sont nombreuses à le faire plus fréquemment. Les retours ont généralement lieu pendant les vacances scolaires d’été (les enfants sont fréquemment envoyés seuls pendant plusieurs semaines dans la famille) ou pendant les fêtes (Ramadan, Aïd). Les plus aisés n’hésitent pas à y aller pour un long week-end, compte tenu de la proximité des deux pays (en avion, la liaison Le Caire-Dubaï est de 3h30). Enfin, dans les milieux plus modestes, nous avons rencontré des exemples de retours de plusieurs mois en Égypte, parfois après une longue absence — dans la limite de six mois, afin de ne pas invalider l’autorisation de résidence aux Émirats. Ces retours temporaires restent la norme ; très peu de migrants interrogés souhaitent revenir définitivement en Égypte, arguant de la dégradation actuelle de la situation économique et sécuritaire depuis 2011. D’ailleurs, certaines familles rencontrées ont préféré ne pas rentrer pour la saison estivale pendant deux ou trois ans, car elles craignaient de ne pas se sentir en sécurité. Elles sont revenues passer leurs vacances à partir de l’été 2014, après l’élection de Sissi, jugeant la situation meilleure.

  • 68 ‘Aymān, un ingénieur en téléphonie de 34 ans qui vit avec sa famille à Dubaï depuis 2008, a tenté d (...)
  • 69 Pour autant, il est impossible de déduire une corrélation entre un vote qui serait moins favorable (...)

40Les Égyptiens ont pu aussi manifester leur attachement au destin de leur pays à distance, non pas en manifestant comme ce fut le cas dans les pays occidentaux — les manifestations sont interdites aux Émirats68 — mais en se rendant aux urnes grâce au droit de vote à distance octroyé en 2011. Au premier tour de l’élection présidentielle en 2012, 36 000 personnes sur 60 000 inscrits sont allées voter aux Émirats, causant de longues files d’attente devant l’ambassade à Abu Dhabi et devant le consulat de Dubaï. Une très grande majorité d’Égyptiens interrogés ont participé aux élections, beaucoup votant alors pour la première fois. Le taux de participation a été élevé (60 %), soit plus que la moyenne nationale (52 %). En revanche, très peu des Égyptiens des Émirats sont allés voter aux élections législatives de 2015 (comme leurs compatriotes, d’ailleurs), preuve de leur désintérêt pour les pratiques électorales transnationales, depuis qu’elles sont sans enjeu, après l’élection de Sissi à la présidence. En revanche, les résultats des élections présidentielles de 2012 diffèrent d’un pays d’accueil à un autre (cf. carte 2). Par exemple, les électeurs égyptiens des Émirats n’ont pas fait les mêmes choix que ceux de l’Arabie saoudite : si ces derniers ont voté massivement pour les candidats islamistes (76,6 %), le vote islamiste aux Émirats n’a remporté que 53,8 % des suffrages, ce qui peut s’expliquer par le caractère plus libéral de ce pays69.

41

Carte 2. Votes des Égyptiens dans le Golfe pour l’élection présidentielle de 2012.

Carte 2. Votes des Égyptiens dans le Golfe pour l’élection présidentielle de 2012.

© Thomas Honoré, 2015.

  • 70 Abdelfattah 2011, p. 9.

42La forte hausse des transferts d’épargne en provenance du Golfe après 2011 semble témoigner d’un effort de solidarité plus marqué des Égyptiens expatriés envers leur patrie, ou plus simplement envers leurs familles dont le quotidien a souvent été perturbé par les conséquences du soulèvement de 2011 (cf. fig. 1). En 2014, les remises atteignent 20 milliards de dollars, soit 7 % du PIB. De nombreuses initiatives ont été prises pour favoriser ces transferts financiers vers l’Égypte. Aux Émirats, en 2011, la banque égyptienne Misr a par exemple proposé à ses clients de transférer gratuitement leur argent pendant deux mois vers l’Égypte70.

Figure . Transferts d’épargne des Égyptiens des EAU (2010–2014).

Figure . Transferts d’épargne des Égyptiens des EAU (2010–2014).

Source : Bilateral Remittance Matrix 2010-2014, World Bank.

Des réseaux transnationaux aux identités transnationales

43Ces connexions transnationales sont facilitées par l’existence de moyens de transport rapides et par l’usage intensif par les Égyptiens des réseaux sociaux leur permettant de rester en contact avec leurs proches au-delà des frontières. Beaucoup d’entre eux ont eu des expériences d’expatriation dans d’autres pays, en Amérique du Nord, en Europe, ou dans d’autres pays du Golfe. Les professeurs égyptiens en poste dans les universités du Golfe ont, par exemple, généralement obtenu un doctorat aux États-Unis ou en Grande-Bretagne. De même, plusieurs ingénieurs rencontrés avaient travaillé en Arabie saoudite, au Koweït ou au Qatar, avant de venir s’installer aux Émirats. Ils maintiennent souvent, via les réseaux sociaux des contacts étroits avec des Égyptiens (ou des ressortissants d’autres nationalités) vivant dans le monde entier. Leurs pratiques transnationales n’alimentent donc pas exclusivement le lien avec la mère-patrie.

  • 71 Anderson, 2006.

44Toutefois ces réseaux transnationaux contribuent à alimenter la migration égyptienne vers les Émirats. Les personnes interrogées sont souvent venues vivre aux Émirats par le biais de connaissances amicales ou familiales qui y étaient déjà installées. Elles-mêmes font venir des proches (parents âgés, frères ou sœurs, cousins). Ces réseaux transnationaux, fréquemment évoqués dans les entretiens, reposent moins sur l’appartenance nationale que sur des affiliations à des cercles plus étroits : la famille, les amis proches ou, encore, des réseaux d’interconnaissance réunis grâce à des groupes qu’ils créent sur Facebook ou WhatsApp (groupe de camarades de promotion, groupe d’amis d’enfance d’un même quartier au Caire etc.). Paradoxalement, plus les liens s’étendent en distance (ces personnes peuvent vivre à plusieurs milliers de kilomètres les unes des autres), plus les communautés d’appartenance sont étroites : contrairement aux communautés nationales qui sont largement « imaginées », comme l’a bien montré Benedict Anderson71, ces groupes virtuels reposent, eux, sur l’interconnaissance et une mémoire d’expériences partagées.

  • 72 Entretien à Dubaï, février 2015.

45Du fait de l’impossibilité légale de l’intégration, la résidence prolongée dans le Golfe suscite chez certains des repositionnements identitaires, marqués non pas par un sentiment de double appartenance, mais plutôt par une sorte d’égyptianité transnationale, aisément repérable chez les secondes générations. Parmi les jeunes Égyptiens qui ont passé l’essentiel de leur vie aux Émirats, ou qui y sont nés pour certains, plusieurs cas de figure se dessinent. Une petite minorité avoue ne ressentir qu’un très faible attachement à l’Égypte, sans se sentir non plus appartenir aux Émirats. Ils s’imaginent alors vivre plus tard, dans un autre pays, généralement occidental. Certains, et c’est la majorité des personnes rencontrées, se sentent foncièrement égyptiens, tout en ayant conscience d’être différents des Égyptiens d’Égypte, et souhaitent ardemment rentrer au pays. Enfin, d’autres se sentent beaucoup plus à l’aise aux Émirats, tout en sachant pertinemment qu’ils n’ont pas le droit de s’y imaginer un futur. C’est le cas par exemple de Nūr, arrivée très jeune à Abu Dhabi avec sa famille et qui est retournée, seule, faire ses études à l’université de Ṭanṭā en Égypte. Elle raconte combien sa réintégration dans la société égyptienne a été rude, et explique son échec universitaire par sa difficulté à y trouver sa place. Son décalage avec sa société d’origine était aussi ressenti par les autres étudiants qui lui reprochaient des tournures de phrases de type : « Chez nous, aux Émirats… »72. Elle a donc choisi de rentrer aux Émirats et de reprendre intégralement son cursus dans une université privée. Une fois diplômée, elle a immédiatement trouvé un emploi à Dubaï et exprime le souhait de rester y vivre toute sa vie.

Conclusion : vers une « égyptianité transnationale » ?

46Dans le contexte des immenses espoirs suscités par la révolution du 25 janvier 2011, les connexions transnationales des Égyptiens vivant aux Émirats, comme partout ailleurs, se sont intensifiées. Mais ces liens transnationaux demeurent fragiles, ébranlés par le retour de l’autoritarisme, l’instabilité économique et l’insécurité croissante en Égypte. La précarité des expatriés égyptiens est aussi le fait des politiques migratoires émiriennes qui les encadrent plus étroitement depuis 2011. Même si certains développent des sentiments d’appartenance à la ville (mais pas au pays, ni à la région du Golfe), les autorités refusent toujours leur intégration à la nation, tout en favorisent une intégration à deux vitesses à l’échelle de la ville : les étrangers qualifiés sont invités à devenir propriétaires pour soutenir l’expansion économique des mégaprojets immobiliers, tandis que les moins qualifiés sont relégués en périphérie, quand ce n’est pas dans des camps, avec une mobilité très contrainte, vu la faiblesse des transports en commun. Les expatriés des classes moyennes répondent, quant à eux, aux évolutions des prix des loyers par une très grande mobilité intra-urbaine. Si l’intégration est duale à l’échelle urbaine, excessivement limitée à l’échelle nationale, qu’en est-il à l’échelle régionale ?

47L’augmentation de la circulation des hommes (migrations mais aussi tourisme), des marchandises et des capitaux entre l'Égypte et le Golfe, ainsi que la hausse des connexions transnationales via les migrants ne créent pas, pour autant, d’intégration régionale, au sens d’une limitation de la souveraineté des États-nations et d’un effacement des frontières nationales. C’est même plutôt le contraire et, a fortiori depuis 2011, on constate un contrôle plus étroit sur les entrées et les séjours des migrants originaires des pays touchés par des processus révolutionnaires. Les États du Golfe, tout comme l’Égypte d’ailleurs, ne veulent pas d’intégration régionale avec les pays arabes voisins, en dépit des discours affichés au sein de la Ligue arabe.

  • 73 Neil, 2009 ; Babar, 2011.
  • 74 Vora, id., p. 48.

48Dans cette situation d’entredeux, où le retour en Égypte n’apparait pas souhaitable dans l’immédiat et où l’avenir aux Émirats est loin d’être assuré, se développe une « égyptianité transnationale », surtout chez les secondes générations. Ils ne se sentent ni d’ici, ni de là-bas, comme pour les enfants des immigrés en Europe, mais se sentent plutôt profondément Égyptiens, tout en ayant conscience d’être différent des Égyptiens ayant vécu toute leur vie en Égypte. Ces identités transnationales demeurent suspectes tant pour le pays de départ que pour le pays d’arrivée. D’un côté, aux Émirats, les étrangers contribuent à définir, par la négative, l’identité nationale et même supranationale, puisque l’identité golfienne (khalījī), dont l’invention est récente, ne cesse de s’affirmer73. Même si les Émirats ont cherché à effacer de leur histoire l’ancien cosmopolitisme précolonial et colonial pour bâtir une identité arabe expurgée et « pure »74, cet imaginaire national se définit contre les étrangers, qu’ils soient arabes ou pas. Cependant, les impératifs du développement économique sur le long terme, tout comme la volonté de prendre ses distances avec la très forte américanisation des modes de vie, pourraient bien faire vaciller ces présupposés et redonner une nouvelle chance au mythe d’une arabité au-delà des frontières nationales.

49De l’autre côté, en Égypte, la force des réseaux transnationaux témoigne d’une loyauté des Égyptiens vivant aux Émirats envers leur patrie, considérée davantage comme nation que comme État. Car les liens entre émigrés et État égyptien s’expriment par une méfiance réciproque. Les personnes interrogées à Dubaï ont, dans leur majorité, exprimé une certaine distance face aux institutions consulaires ou affiliées (comme le club égyptien), parce qu’émanant de l’État égyptien. De même, ce dernier manifeste des sentiments contradictoires à propos de ses ressortissants à l’étranger : si les pratiques transnationales sont encouragées lorsqu’elles sont d’ordre économique (transferts d’épargne), celles d’ordre politique sont beaucoup plus compliquées à accepter. Si le droit de vote à distance a été octroyé, en 2011, par des militaires pourtant très réticents, l’accès à la magistrature suprême reste par exemple encore fermé aux Égyptiens détenteurs d’autres nationalités et à leur conjoint et descendants, manière de délimiter clairement les contours de la nation.

Haut de page

Bibliographie

Abdelfattah D., Impact of Arab Revolts on Migration, CARIM Analytic and Synthetic Note 68, 2011, http://cadmus.eui.eu/handle/1814/19874.

Al Awad M., The Population of Dubai, WP: 16-08, Dubai, Dubai Economic Council, 2008.

Anderson B., Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London, New York, Verso, 2006/1983.

Assaf L., « Autour d’un café : sociabilités des jeunes à Abu Dhabi », in L. Bonnefoy, M. Catusse, Jeunesses arabes : du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques, Paris, La Découverte, 2013, p. 30-40.

Babar Z., Free Mobility within the Gulf Cooperation Council, Center for International and Regional Studies, Georgetown University School of Foreign Service in Qatar, 2011.

Babar Z., Arab Migrant Communities in the GCC: Summary Report, Georgetown University, School of Foreign Service in Qatar, Center for International and Regional Studies, 2015.

Beaugé G. & Roussillon A., Le Migrant et son double : migrations et unité arabe, Publisud, 1988.

Beaugrand Cl., « Politiques de non-intégration dans les monarchies du Golfe », Transcontinentales n° 8/9, 2010, https://transcontinentales.revues.org/793.

Bel-Air Fr. de, “Demography, Migration, and the Labour Market in the UAE”, Gulf Labour Markets and Migration n° 7, 2015, http://cadmus.eui.eu/bitstream/handle/1814/36375/GLMM_ExpNote_07_2015.pdf?sequence=1

Camelin S., « Des itinéraires dans le temps et dans l’espace », Arabian Humanities n° 1, 2013, https://cy.revues.org/1912.

Chalcraft J., “Migration and Popular Protest in the Arabian Peninsula and the Gulf in the 1950s and 1960s”, International Labor and Working Class History No. 79 (1), 2011, p. 28-47.

Creton D., « Familles, multiculturalisme et genre dans l’émirat d’Abou Dhabi : les apports des registres de naissances », Espace Populations Sociétés n° 2, 2012, p. 59-77.

Elshehabi O., “Rootless Hubs: Migration, Urban Commodification and ‘the Right to the City’ in the GCC”, in A. Khalaf, O. Alshehabi & A. Hanieh (eds.), Transit States: Labour, Migration & Citizenship in the Gulf, London, Pluto Books, 2015, p. 101-31.

Elsheshtawy Y., Dubai: Behind an Urban Spectacle, London-New York, Routledge, 2013/2009.

Fargues Ph., « Du Nil au Golfe : problèmes de l’émigration égyptienne », Population n° 40 (1), 1985, p.71-101.

Gray K. W., “Gradations of Citizenship in the United Arab Emirates”, Challenges to Citizenship in the Middle East and North Africa region, LSE, Collected Papers 2, 2015, p. 7-18.

Gruntz L., « Le galérien, le révolté et le yuppie : trois trajectoires d’immigrés égyptiens à Abu Dhabi », ÉchoGéo n° 25, 2013, https://echogeo.revues.org/13522.

Hertog St., “Arab Gulf States: An Assessment of Nationalisation Policies”, Gulf Labour Markets and Migration No. 1, 2014, http://cadmus.eui.eu/handle/1814/32156.

IOM (International Organization for Migration), Egypt after January 25: Survey of Youth Migration Intentions, Le Caire, 2011.

Jaulin Th. & Nilsson Bj., « Voter ici et là-bas : les Tunisiens à l’étranger depuis 2011 », Revue Européenne des Migrations Internationales n° 3–4, 2015, p. 41-71.

Kapiszewski A., Arab versus Asian Migrant Workers in the GCC Countries, United Nations Expert Group Meeting on International Migration and Development in the Arab Region, 2006, 21 p., http://www.un.org/esa/population/meetings/EGM_Ittmig_Arab/P02_Kapiszewski.pdf.

Khalaf A., Alshehabi O. & Hanieh A. (eds.), Transit States: Labour, Migration & Citizenship in the Gulf, London, Plutobooks, 2015.

Koning A. de, Global Dreams: Class, Gender, and Public Space in Cosmopolitan Cairo, The American University in Cairo Press, 2009.

Mitchell K., “Transnational Discourse: Bringing Geography Back In”, Antipode vol. 29, No. 2, 1997, p. 101-14.

Moghadam A., « De l’Iran imaginé aux nouveaux foyers de l’Iran : pratiques et espaces transnationaux des Iraniens à Dubaï », Arabian Humanities n° 2, 2013, https://cy.revues.org/2556.

Müller-Mahn D., “Transnational Spaces and Migrant Networks: A Case Study of Egyptians in Paris”, Nord-Süd aktuell vol. 19, No. 2, 2005, p. 29-33.

Neil P., Nationalism in the Gulf States, Research Paper, Kuwait Programme on Development, Governance and Globalisation in the Gulf States, 2009, http://www.lse.ac.uk/middleEastCentre/kuwait/documents/NeilPartrick.pdf.

Ong A., Flexible Citizenship: The Cultural Logics of Transnationality, Durham, Duke University Press, 1999.

Pagès-El Karoui D., “Imaginative Migrations: Narratives of Otherness in the Egyptian Literature and Cinema”, in T. Aoyama (ed.), Making a Difference: Representing/Constructing the Other in Asian/African Media, Cinema and Languages Proceedings of the Papers, Office for International Academic Strategy (OFIAS), Tokyo University of Foreign Studies (TUFS), p. 1-20, 2012.

Pagès-El Karoui D., « Le printemps arabe : une “révolution” pour les migrations égyptiennes ? », Revue Européenne des Migrations Internationales n° 3–4, 2015, p. 145-169.

Peterson M. A., Connected in Cairo: Growing Up Cosmopolitan in the Modern Middle East, Indiana University Press, Bloomington, 2011.

Russell Sh. St., “Migration and Political Integration in the Arab World”, in G. Luciani (ed). The Arab State, London, Routledge, 1990, p. 373-93.

Saad R., Egyptian Workers in Paris: Pilot Ethnography, DRC Research Reports, Sussex, DRC on Migration, Globalisation and Poverty, 2005, http://schools.aucegypt.edu/GAPP/cmrs/Documents/ReemSaad.pdf.

Soudy N., Expatriates versus immigrants: A comparative study of second-generations Egyptians in Qatar and the United States, MA Thesis, Georgetown University, 2013.

Taylor A., Soudy N. & Martin S., “The Egyptian Invasion of Kuwait: Navigating Possibilities among the Impossible”, in Z. Babar (ed.), Arab Migrant Communities in the GCC, London, Hurst, 2017 (to be published).

Thiollet H., « Nationalisme d’État et nationalisme ordinaire en Arabie saoudite : la nation saoudienne et ses immigrés », Raisons politiques n° 37, 2010, p. 89–101.

Van Hear N., « Dépasser la défection et la prise de parole dans la région euroméditerranéenne », in C. Schmoll, H. Thiollet & C. Wihtol de Wenden (éds.), Migrations en Méditerranée : permanences et mutations à l’heure des révolutions et des crises, Paris, CNRS Editions, 2015, p. 371-79.

Vertovec St., “Conceiving and researching transnationalism”, Ethnic and Racial Studies No. 22 (2), 1999, p. 447-62.

Vignal L. (ed.), The Transnational Middle East: People, Places, Borders, Abingdon-New York, Routledge, 2016.

Vora N., Impossible Citizens: Dubai’s Indian Diaspora, Duke University Press, 2013.

Waldinger R. & Fitzgerald D., “Transnationalism in Question”, American Journal of Sociology No. 109, 2004, p. 1177–95.

Wimmer A. & Glick Schiller N. G., “Methodological Nationalism and the Study of Migration”, European Journal of Sociology No. 43, 2002, p. 217–40.

Walsh K., “Emotion and Migration: British Transnationals in Dubai”, Environment and Planning D: Society and Space No. 30 (1), 2011, p. 43-59.

Zahra M., “United Arab Emirates’ Legal Framework of Migration”, Gulf Labour Markets and Migration No. 5, 2015, http://cadmus.eui.eu/bitstream/handle/1814/35397/GLMM_ExpNote_05_2015.pdf?sequence=1.

Zohry A., “Egypt’s International Migration after the Revolution: Is there any Change?”, Confluences Méditerranée n° 87 (4), 2013, p. 47-54.

Haut de page

Notes

1 OIM, 2011.

2 Plusieurs travaux ont été consacrés aux Européens à Dubaï, notamment ceux de Katie Walsh sur les Britanniques (Walsh, 2011) et d’Amélie Le Renard sur les Français (Le Renard, 2016).

3 Fargues, 1985.

4 Babar, 2015 ; Assaf, 2013 ; Camelin, 2013.

5 Gruntz, 2013.

6 Soudy, 2013.

7 Taylor, Soudy & Martin, 2017 (à paraître).

8 Muller-Mahn, 2005 ; Saad, 2005.

9 Vertovec, 1999.

10 Mitchell, 1997.

11 Khalaf, Alshehabi & Hanieh, 2015, p. 18-19.

12 Beaugrand, 2010.

13 La méthodologie adoptée conjugue la prise en compte du contexte général et les résultats d’une enquête ethnographique. Une cinquantaine d’entretiens ont été réalisés lors de trois séjours aux Émirats, en 2014 et 2015. Les Égyptiens rencontrés appartiennent globalement aux classes moyennes et supérieures éduquées. La prise de contact s’est d’abord effectuée grâce à nos propres réseaux d’amis et de connaissances égyptiennes, puis s’est élargie par effet boule de neige, ce qui a introduit un biais social fort : les classes les moins favorisées sont sous-représentées. Les entretiens ont été menés en anglais, en arabe ou en français. Les entretiens ont eu lieu principalement à Dubaï mais aussi à Abu Dhabi, Sharjah, et al-‘Ayn.

14 Elsheshtawy, 2013.

15 Source: United Nations Global migration database, Migrants Stocks. http://www.un.org/en/development/desa/population/migration/data/empirical2/index.shtml

16 Kapiszewski, 2006, p. 10.

17 Zohry, 2013, p. 49.

18 Source : United Nations Global migration database, Trends in International Migrations.

19 Zohry, 2013, p. 51.

20 Le coût de la vie aux Émirats conduit cependant certains migrants qui auraient la possibilité légale de faire venir leur famille, à préférer la laisser en Égypte.

21 Moghadam, 2013, paragraphes 30-32.

22 Entretien à Dubaï, octobre 2015.

23 Entretien à Dubaï, février 2015.

24 Māhir, ingénieur installé à Dubaï depuis 2003, entretien, février 2015.

25 Entretien à Dubaï, février 2014.

26 Entretien à Dubaï, février 2014.

27 Aux Émirats, le kafīl peut être un national ou un résident (Zahra, 2015).

28 Vora, 2013.

29 Hertog, 2014, p. 20.

30 Zahra, 2015.

31 Beaugrand, 2010.

32 Russell, 1990, p. 381.

33 Chalcraft, 2011.

34 Elshehabi, 2015.

35 Neil, 2009

36 Certains citoyens récemment naturalisés se sont même vus déchoir de leur nationalité et déportés dans un autre pays (Gray, 2015).

37 Van Hear, 2015.

38 Babar, 2011 ; Gruntz, 2013.

39 Abdelfattah, 2011, p. 10.

40 Source : J. Thomas, “Firms see obstacles in hiring from Arab Spring nations”, The National, 25 août 2012. Par ailleurs, l’existence de consignes orales visant à ne pas recruter certaines nationalités a été confirmée par une personne travaillant pour un grand groupe gouvernemental émirien (Dubaï, octobre 2015).

41 De telles pratiques ne sont pas nouvelles : depuis 2009, plusieurs migrants libanais chiites ont été expulsés, sur accusation de sympathie envers le Hezbollah.

42 Source : R. El Gamal, “UAE convicts 30 Emiratis, Egyptians over Brotherhood ties”, Reuters, 21 January 2014.

43 Entretien à Dubaï en février 2015 avec un Égyptien qui rapporte des faits qu’on lui a racontés.

44 Le président Sissi accède au pouvoir en juillet 2013 par un coup d’État qui renverse le président Morsi, issu des rangs des Frères musulmans, et qui met, de fait, un coup d’arrêt à l’expérience révolutionnaire en Égypte.

45 En 2013, une amnistie a conduit au départ de 62 000 migrants irréguliers, essentiellement des Asiatiques. Voir Bel-Air, 2015.

46 Entretien à Dubaï, en février 2014.

47 Ce complexe de supériorité est paradoxal, les Égyptiens se trouvant souvent, en tant qu’émigrés, dans une position subalterne et méprisée dans le Golfe.

48 Pagès-el Karoui, 2012.

49 Bel-Air, 2015, p.16.

50 Il est possible aussi que ces mariages mixtes concernent surtout des Émiriens qui ont été naturalisés et qui se marient dans leur communauté d’origine.

51 Al Awad, 2008.

52 Bel-Air, 2015.

53 Creton, 2012. Et ce malgré le fait que les femmes préfèrent retourner accoucher en Égypte, au moins pour la naissance de leur premier enfant, d’après les entretiens.

54 Elshehabi, 2015.

55 Camelin, 2013.

56 Entretien, Le Caire, janvier 2015.

57 Ong, 1999.

58 Vora, 2013.

59 Les Émiriens élisent un Parlement dont le rôle est uniquement consultatif et le collège électoral est relativement réduit.

60 Thiollet, 2010, p. 89.

61 Camelin, 2013.

62 Beaugé & Roussillon, 1988

63 de Koning, 2009 ; Peterson, 2011.

64 Wimmer & Glick Schiller, 2002.

65 Waldinger & Fitzgerald, 2004.

66 Pagès-El Karoui, 2015, p. 155.

67 Khālid Sa‘īd a été assassiné à Alexandrie en juin 2010 parce qu’il avait diffusé sur Internet une vidéo dénonçant la corruption de la police. Sa mort a suscité un immense émoi chez les Égyptiens : il est devenu une icône de la révolution, son premier « martyr ». La page Facebook créée en son honneur a joué un grand rôle dans l’organisation des manifestations de janvier 2011.

68 ‘Aymān, un ingénieur en téléphonie de 34 ans qui vit avec sa famille à Dubaï depuis 2008, a tenté d’organiser une manifestation de soutien, après le 25 janvier. Souhaitant obtenir une autorisation de la police, il a reçu une fin de non-recevoir qui l’a dissuadé de faire quoi que ce soit (entretien, Dubaï, février 2014).

69 Pour autant, il est impossible de déduire une corrélation entre un vote qui serait moins favorable aux islamistes, en fonction du caractère libéral du pays de réception. En 2011, les Tunisiens à l’étranger, et notamment ceux de France, ont voté pour l’Assemblée constituante, dans la même proportion pour les candidats islamistes que leurs concitoyens (Jaulin & Nilsson, 2015).

70 Abdelfattah 2011, p. 9.

71 Anderson, 2006.

72 Entretien à Dubaï, février 2015.

73 Neil, 2009 ; Babar, 2011.

74 Vora, id., p. 48.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Le Grand Abu Shakra, restaurant d’une chaîne égyptienne à Dubaï.
Crédits Cliché : D. Pagès-El Karoui, octobre 2015.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photo 2 : Al-‘Azba, un café égyptien à Dubaï.
Crédits Cliché : D. Pagès-El Karoui, février 2015.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3151/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte 1 : Système des visas d’entrée sur le territoire émirien.
Crédits © Camille Pennequin.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3151/img-3.png
Fichier image/png, 520k
Titre Photo 3 : Drapeau égyptien exhibé dans un salon émirien.
Crédits Cliché : D. Pagès-El Karoui, octobre 2015.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3151/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Carte 2. Votes des Égyptiens dans le Golfe pour l’élection présidentielle de 2012.
Crédits © Thomas Honoré, 2015.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3151/img-5.png
Fichier image/png, 354k
Titre Figure . Transferts d’épargne des Égyptiens des EAU (2010–2014).
Crédits Source : Bilateral Remittance Matrix 2010-2014, World Bank.
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3151/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Pagès‑El Karoui, « Égyptiens expatriés aux Émirats arabes unis : ancrages, connexions transnationales et expériences cosmopolites », Arabian Humanities [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 19 février 2017. URL : http://cy.revues.org/3151 ; DOI : 10.4000/cy.3151

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org