Navigation – Plan du site
Transnationaliser la péninsule Arabique : dynamiques locales, régionales et globales

Gérer les migrations, gérer les migrants: une perspective historique et transnationale sur les migrations dans les monarchies du Golfe

Managing Migration Managing Migrants: Historical and transnational perspectives on Migration in the Gulf Monarchies
Hélène Thiollet

Résumés

Cet article explore la gestion des migrations dans les monarchies du Golfe depuis les années 1930. Il décrit les dynamiques d’importation de main d’œuvre et les politiques d’immigration en soulignant la nature hybride et transnationale de la gestion des migrations. Les flux migratoires et les vies des migrants sont en effet structurés par les acteurs et des institutions publiques et privées qui opèrent entre les pays d’origine et d’accueil des migrants. Le transnational dans cet article est entendu au sens de la politique transnationale des migrations et non au sens du transnationalisme des migrants. L’article décrit donc les stratégies politiques des États à l’échelle nationale et internationale (diplomatique) ainsi que l’ensemble des acteurs privés, notamment les entreprises pétrolières qui ont contribué à structurer à la fois les flux migratoires et la vie des migrants dans les monarchies du Golfe au cours du xxe siècle. À partir de cette description, on se propose de conceptualiser la gestion des migrations comme relevant d’un transnationalisme illibéral.

Haut de page

Texte intégral

1Le Moyen-Orient est une région caractérisée par une intense mobilité, qu’elle soit volontaire ou forcée. On y trouve en effet une des populations de réfugiés les plus nombreuses et permanentes du monde : Afghans en Iran et au Pakistan, Palestiniens au Liban, en Jordanie, en Syrie et dans presque tous les États arabes, et, plus récemment, Syriens en Jordanie, au Liban et en Turquie. Le Moyen-Orient accueille également l’une des populations de travailleurs immigrés les plus importantes au monde dans les six pays membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG). Ces pays constituent depuis le début de l’ère pétrolière un pôle d’attraction migratoire considérable, tant pour les migrations régionales qu’internationales : des migrants venus des pays arabes, d’Asie et d’Europe ont convergé vers le Golfe, important des compétences mais également une identité propre (identité de genre, sociale, culturelle, religieuse et politique) dans des pays peu densément peuplés comme le Qatar et les Émirats arabes unis (EAU), ou des sociétés plus larges comme celles d’Oman ou d’Arabie saoudite. Dans les pays du CCG les moins peuplés, les migrants ont fini par constituer jusqu’à 90 % de la population locale et 98 % de la population active – citons par exemple le Qatar, où les migrants représentent 99,8 % de la main d’œuvre dans le secteur privé.

2Même si l’Arabie saoudite se détache en raison de la taille de sa population (28 millions d’habitants) et de son poids économique comparé aux micro-États tels que le Qatar ou les EAU, les pays du CCG présentent les ratios de résidents étrangers les plus élevés au monde, et partagent certaines institutions destinées à la gestion des migrations transnationales. Si certaines pratiques et tendances peuvent varier en fonction des pays et des époques, les dynamiques et les modes de régulation de la migration n’en restent pas moins extrêmement cohérentes à l’échelle de toute la région.

  • 1 Cet article s’appuie à la fois sur une exploration de la littérature en sciences sociales sur la qu (...)

3Cet article propose une description et une analyse des pratiques et des logiques qui ont présidé à la gestion des migrations dans la péninsule Arabique, en se concentrant plus particulièrement sur les monarchies du Golfe depuis les années 19301. Si le propos y est essentiellement descriptif, il tient cependant compte des postulats théoriques couramment associés à l’emploi du terme « transnationalisme » dans le champ des études sur les migrations et en relations internationales, et s’interroge non seulement sur l’action des États mais aussi sur le rôle des acteurs privés ou des institutions sociales et économiques qui contribuent à la structuration de la mobilité et des conditions de vie des migrants.

Le « modèle du Golfe »

4Des années 1950 jusqu’au milieu des années 1970, l’immigration n’a pas constitué un sujet très politisé dans les monarchies du Golfe. Les institutions et les acteurs étatiques du début de l’ère pétrolière se sont avérés relativement impuissants face à des réseaux de pouvoir imbriqués dans ceux des structures tribales, des grandes familles marchandes et des grandes compagnies énergétiques internationales. Les États du Golfe étaient également relativement faibles : la plupart d’entre eux sont restés sous contrôle colonial jusqu’en 1971, et sous la domination de l’économie politique du gaz et du pétrole jusqu’au boom pétrolier de 1974. Enfin, sur la scène politique régionale, ces États ont occupé une position idéologique et politique subalterne par rapport aux autres pays arabes.

  • 2 Longva, 2005 ; Thiollet, 2010.

5Depuis les années 1990, les monarchies du Golfe ont tenté de renforcer leur contrôle sur les migrations, en adoptant des politiques « anti-intégration » qui visent à empêcher l’installation et l’incorporation des travailleurs immigrés au sein des sociétés d’accueil2. Elles cultivent un modèle de gestion des migrations dicté par le paradigme de « l’importation temporaire de main-d’œuvre » qui promeut les contrats à court terme et une rotation du personnel, empêche la réunification familiale et la naturalisation, limite les droits socioéconomiques des migrants et met en place des mesures d’expulsion des migrants en situation irrégulière. On peut appeler cet ensemble de politiques et de mesures de gestion des migrations transnationales « le modèle du Golfe ».

  • 3 Winckler, 1997.

6Ce modèle est caractérisé par des taux d’immigration nets élevés (voir Figure 2), une importante segmentation de la société et du marché du travail, des mesures anti-intégration, et la collaboration entre acteurs privés et publics impliqués dans la gestion des migrations. Cette cohérence institutionnelle est renforcée par les efforts de coordination en matière de questions migratoires fournis par le CCG ces vingt dernières années3. Elle trouve également une illustration dans la convergence des politiques de migration et de gestion des migrations des États du Golfe, y compris la sélection des migrants selon leur nationalité, pratiquée depuis les années 1980, la « nationalisation » du marché du travail intérieur avec le soutien apporté à l’emploi des ressortissants nationaux dans les secteurs public et privé depuis les années 1990, des dynamiques similaires de ségrégation urbaine, la réforme des lois régissant la nationalisation et la nationalité et des tentatives de réformes du système de parrainage ou sponsoring (kafāla), et enfin la limitation de la durée de séjour des migrants, mesure qui cible tout particulièrement les travailleurs peu qualifiés.

Une gestion transnationale des migrations de travail

  • 4 Basch et alii, 1994, p. 6.
  • 5 Portes, 2001.
  • 6 On peut ici se référer au cadre théorique fourni pour le transnationalisme en 1972 par les spéciali (...)
  • 7 Waldinger & Fitzgerald, 2004.

7Par transnationalisme, on entend souvent le « transnationalisme des migrants », selon ce que Nina Glick Schiller, Cristina Blanc Szanton et Linda Basch décrivent comme « le procédé par lequel les immigrants construisent et entretiennent des relations sociales complexes, qui relient leur société d’origine et leur société d’accueil »4. Le transnationalisme migratoire offre ainsi un cadre d’analyse des acteurs non étatiques internationaux, sans toutefois nécessairement remettre en question la souveraineté de l’État5. On s’intéresse ici à un usage différent du terme transnationalisme, que l’on emprunte aux relations internationales et qui fait écho aux débats concernant le contrôle de l’État sur les « dynamiques transnationales » dans un contexte de mondialisation des flux et d’autonomie accrues des réseaux et des champs sociaux6. Loin d’opposer institutions étatiques et non étatiques ou d’explorer un « écart de contrôle » (« control gap ») entre les deux types d’acteurs, l’objet principal de cet article est de replacer la gestion transnational des migrations et des migrants dans une perspective historique large, en mettant l’accent sur la nature hybride et multi-située de la gestion des migrations. Cette gestion est multi-située, au sens où elle opère depuis les pays d’origine, dans les pays d’accueil, et entre les deux, à travers les réseaux transnationaux. Elle est hybride dans la mesure où elle met en jeu des acteurs publics et privés, des entreprises et des agences gouvernementales, des agences de recrutement et des réseaux de familles de migrants, soit un ensemble d’institutions formelles et informelles qui façonnent les flux migratoires. Là où certains chercheurs insistent sur la résilience des pratiques étatiques transnationales7, nous nous intéressons ici aux politiques publiques et aux entreprises privées pour souligner le fait que les acteurs étatiques et non-étatiques sont autant impliqués dans les dynamiques migratoires spécifiques du Golfe.

8La perspective diachronique que nous adoptons ici permet d’identifier les caractéristiques et la spécificité des séquences historiques de gestion des migrations, en isolant les phases coloniale et postcoloniale, la séquence de circulation panarabe et les dynamiques contemporaines. Ces séquences se traduisent en schémas géographiques : au début des années 1980, la migration intra-régionale (arabe) cède la place à des mouvements impliquant une immigration essentiellement asiatique.

9Ainsi, la gestion transnationale des migrations et des migrants dans le CCG se caractérise tout d’abord par un contrôle lâche des flux, conjointement exercé par l’État et des acteurs économiques et sociaux, au sein d’institutions publiques ou privées, formelles ou informelles. Ce mode de gestion privilégie des taux de mobilité élevés (entrées et sorties) et une augmentation continue des taux nets de migrations depuis les années 1950 (voir Tableau proposé en annexe). En revanche, le modèle du Golfe assure un contrôle théoriquement strict voire très coercitif des communautés immigrées. Ce « trade-off » entre faible contrôle des flux (migrations) et strict contrôle des stocks (migrants) de manifeste à travers un ensemble de politiques de différenciation et d’aliénation des migrants au sein de sociétés segmentées et dirigées par des États autoritaires. La distinction entre étrangers et non-étrangers est profondément imbriquée au sein des structures sociales du Golfe, où d’autres lignes de démarcation structurent également les hiérarchies et les relations sociales. Outre la nationalité, les relations sociales dans le Golfe sont également déterminées par le sexe, la religion et l’appartenance ethnique ou tribale, l'âge… Pour comprendre les modalités de la gestion des migrations et des migrants dans les pays du CCG, il semble donc crucial de mieux cerner à la fois aux dynamiques locales, régionales, internationales et transnationales de régulation de la mobilité, et de prêter notamment attention aux politiques et aux pratiques économiques et sociales de différenciation des étrangers et des citoyens nationaux.

L’état des savoirs : un objet d’attention récent pour les études migratoires comme pour les études régionales

10Dans le champ des études migratoires, le Moyen-Orient présente des phénomènes qui sont souvent décrits comme exceptionnels. Dans le domaine des études sur les réfugiés, la diaspora palestinienne a longtemps été analysée à la fois comme une exception et le modèle par excellence de la politique et du mode de vie diasporiques ; comme le dit bien Robin Cohen (1997), la diaspora palestinienne, comme les diasporas paradigmatiques que sont les diasporas juive et arménienne, se définit par une catastrophe liminaire, la dispersion de ses membres à l’échelle mondiale, et l’imaginaire de la mère patrie. Au sein des études migratoires, les migrations de main-d’œuvre vers les pays du Golfe ont longtemps été ignorées ou à peine mentionnées alors que la majorité des travaux concernaient les grands pays d’immigration occidentaux (les États-Unis, le Canada, l’Australie, l’Europe) considérés comme des modèles ou paradigmes d’un point de vue sociologique, économique ou politique.

  • 8 Voir par exemple des textes par ailleurs tout à fait pertinents mais qui ne laissent que peu ou pas (...)
  • 9 Hertog, 2011.
  • 10 Le cas des monographies concernant l’Arabie saoudite est symptomatique. Dans un ouvrage collectif d (...)

11En science politique et en relations internationales notamment, on note qu’une grande partie des études régionales (Middle Eastern studies) qui s’intéressent aux pays du Golfe8 s’attachent à la nature des régimes et l’opposition à ces derniers, à l’économie politique de la rente pétrolière9, aux questions sécuritaires (terrorisme et diplomatie), laissant souvent de côté les dynamiques sociales locales et transnationales à l’œuvre dans les sociétés golfiennes. Les migrations ont rarement été considérées comme un phénomène majeur dans les monographies ou les ouvrages généraux portant sur la politique, l’économie politique ou la sociologie des monarchies du Golfe et ce jusqu’à une période récente10.

  • 11 Les études et données fondatrices dans les années 1970 et 1980 sont celles de Stace Birks et Clive (...)
  • 12 Kapiszewski, 2006.
  • 13 Choucri, 1986a et b.
  • 14 Les travaux de la démographe Nasra Shah (Shah, 1986) et Philippe Fargues (Fargues, 2011) ont plus t (...)
  • 15 Richards & Martin, 1983.
  • 16 Seccombe, 1985, p. 339.
  • 17 Farah, Al-Salem & Kolman Al-Salem, 1980.
  • 18 Longuenesse, 1988 ; Beaugé, 1986.
  • 19 Saad Eddin, 1982.
  • 20 Hertog, 2011 ; Herb, 2014.
  • 21 Thiollet, 2015.

12Dans les années 1980 et 1990, les quelques travaux qui sont consacrés aux migrations dans le Golfe abordent généralement le sujet d’un point de vue économique. Une part non négligeable de ces travaux émanent des institutions internationales11, de leurs experts ou de leurs rapports12 : ils suivent souvent la même ligne que ces institutions et sont axés essentiellement sur les politiques en place ou à mettre en place. Par exemple, à partir des années 1980, la littérature met en avant l’importance des déterminants micro ou macro-économiques comme la demande et la pénurie de main d’œuvre et les dynamiques « individuelles » ou privées13. L’économie et la démographie14 politiques des migrations arabes intra-régionales dans les années 1970 et 1980 rejoignent, de fait, le récit qu’en donnent les gouvernements des pays producteurs de pétrole, qui ont affirmé mener une politique de laissez-faire en matière d’importations de main d’œuvre15. En 1985, le chercheur Ian Seccombe rend compte de la domination de l’approche économique sur la question et de la faiblesse des ressources empiriques et des réflexions sur l’impact des migrations dans les pays d’accueil d’un point de vue sociologique, anthropologique et politique16, citant quelques exceptions, parmi lesquelles les travaux de Tawfic Farah17, d’Élisabeth Longuenesse et de Gilbert Beaugé18 en 1986 (sur la kafāla), ou ses propres travaux, étant lui-même un des principaux producteurs scientifiques sur la question. Quelques analyses d’inspiration marxiste ont pu souligner les rapports de pouvoir structurels également à l’œuvre dans les flux migratoires19. Des études récentes ont quant à elles étudié les structures imbriquées des régimes monarchiques et de l’économie pétrolière dans les États rentiers en combinant économie et sociologie politiques20, en étudiant par exemple les politiques migratoires et les politiques de l’emploi dans le Golfe au moment des « printemps arabes »21. Elles mettent en avant notamment le rôle des liens sociaux au sein des bureaucraties, ainsi que les politiques de gestion qui expliquent les conditions de l’exercice quotidien du pouvoir et la résilience des régimes autoritaires. Contrairement au paradigme économique, dont nous avons déjà vu qu’il s’alignait sur les discours étatiques des pays du Golfe et dominait l’approche des flux migratoires, Ian Seccombe (1986), Sharon Stanton Russell (1992) à propos du Koweït ou Hélène Thiollet (2011) pour l’Arabie saoudite ont par exemple mis en valeur les dynamiques politiques locales, régionales et internationales qui structurent les flux migratoires.

  • 22 Silvey, 2006 ; Gardner, 2010 ; Vora, 2013 ; Osella & Osella, 2012 ; Gruntz, 2014.
  • 23 Les Indiens dans l’ensemble du Golfe (Weiner, 1982), uniquement à Bahreïn (Gardner, 2010), à Dubaï (...)
  • 24 Pour les travailleurs domestiques (Gamburd, 1995 ; Nagy, 1998 ; Fernandez, de Regt & Currie, 2014) (...)

13Depuis les années 2000, la recherche s’est considérablement enrichie notamment de travaux empiriques, parfois en lien avec les rapports et recommandations des organisations gouvernementales et non-gouvernementales internationales, qui observent, décrivent et dénoncent l’exploitation et les abus dont sont victimes les migrants. Avant cela, les perspectives anthropologiques et sociologiques sur les vies et les communautés de migrants étaient rares mais fondatrices, à l’image des études menées par Myron Wiener (1982), Gilbert Beaugé (1986) et Ang Nva Longva (1999), dont se font l’écho les travaux ethnographiques contemporains. Ce sont en particulier les anthropologues et les géographes qui ont comblé les lacunes de la recherche à partir de la fin des années 200022 en proposant des études empiriques centrées en général soit sur la nationalité23, soit sur une classe ou un type de travailleurs24.

Les prémices coloniales : immigration et ségrégation urbaine dans le cadre du boom pétrolier

  • 25 Seccombe 1983.

14La période qui s’étend des premières années d’exploitation pétrolière jusqu’au boom des années 1970 permet d’illustrer plusieurs aspects de la gestion des migrations liés à l’économie politique de la domination coloniale en Arabie saoudite et dans d’autres États du Golfe. Dans les villes-États du Golfe sous domination britannique, les Émirats arabes unis (anciennement États de la Trêve ou Trucial States), le Bahreïn et le Qatar, la gouvernance dans son ensemble était placée sous supervision directe ou indirecte du pouvoir colonial. Dans le cas de l’Arabie saoudite, l’influence des États-Unis transitait par les élites politiques locales et les familles dirigeantes. Mais c’est à travers la structure des compagnies pétrolières appartenant partiellement à des sociétés britanniques ou américaines que l’on comprend mieux le rapport intime entre le pouvoir colonial ou étranger et la vie sociale et économique des pays du Golfe, ainsi que la gestion des apports extérieurs de main-d’œuvre. Après l’époque de prospection « exploratoire », les années 1930 ont connu une augmentation importante des besoins de main-d’œuvre tant dans l’industrie pétrolière elle-même que dans les secteurs avoisinants, étant donné les besoins en infrastructures (routes, ports, logements et services divers). En Arabie saoudite, le premier camp de forage a été établi en 1934 à al-Ẓahrān. Le nombre d’employés chez CASOC (California Standard Oil Company, rebaptisée ultérieurement ARAMCO ou Arabian-American Oil Company) est passé de 150 en 1935 à 3 641 en 1939. Des infrastructures de production gazières ont été créées à Bahreïn, entrainant une croissance spectaculaire du nombre d’emplois, qui est passé de 610 à 5 038 pour la BAPCO à la même période (Bahrain Petroleum Company)25. La Kuwait Oil Company (KOC), sous contrôle anglo-américain, et le PQD (Petroleum Development Qatar) qatari ont commencé les explorations et les forages et donc leur expansion un peu plus tard, ce qui a entrainé une hausse spectaculaire du nombre d’employés seulement après la Seconde guerre mondiale : la KOC est passée de 266 employés en 1945 à 12 705 en décembre 1949.

  • 26 Errichielo, 2012.
  • 27 L’empire britannique a mis en place un système de migration de main-d’œuvre temporaire, essentielle (...)

15Entre 1930 et 1937, dans les émirats ou royaumes coloniaux de la côte ou dans l’État nouvellement créé (1932) d’Arabie saoudite, les entreprises étrangères étaient obligées d’embaucher des travailleurs locaux pour compenser le déclin du secteur de la pêche des perles et pour s’assurer la loyauté de la clientèle des cheiks locaux. Le processus d’embauche était soumis par les accords pétrolifères à une « clause de nationalité » favorisant les travailleurs locaux, les sujets des émirats ou royaumes du Golfe et les migrants britanniques (dans les États sous contrôle britannique), des États-Unis ou de l’Empire britannique (en provenance de l’Inde en particulier). La sélection des migrants correspondait également à une hiérarchie fondée sur les qualifications professionnelles : les cadres et responsables techniques étaient « importés » de Grande-Bretagne ou des États-Unis, les artisans qualifiés ou semi-qualifiés ainsi que le petit personnel administratif étaient recrutés avant tout dans le sous-continent indien, tandis que les travailleurs non qualifiés étaient recrutés parmi la population locale ou étaient des Arabes en provenance des pays voisins26. La préférence accordée aux travailleurs expatriés indiens (britanniques) qualifiés ou semi-qualifiés illustre clairement la résilience de l’ancien système de « servitude temporaire » pour des travailleurs dits « engagés » (indentured labour), aboli en 1916, en vigueur dans l’Empire britannique depuis l’abolition de l’esclavage en 183327. Dans le Golfe, les flux de travailleurs liés par ces contrats ont été quantitativement moins importants qu’en Afrique du Sud et dans les pays d'Afrique de l’est, dans les Antilles, en Asie et en Océanie (diaspora indienne en Malaisie, à Singapour et dans les iles Fidji). La structure et les mesures régulatrices propres à l’indentured labour ont constitué un idéaltype qui a influencé par la suite la gestion et la perception de la migration de main-d’œuvre dans le Golfe : le système lie employeur et employé par contrat, qui sous-entend une ségrégation dans le logement et l’exploitation du travailleur, et qui est perçu comme un arrangement temporaire alors que, de fait, de nombreux travailleurs qui y sont soumis finissent par s’installer dans le pays d’accueil. En accord avec l’Indian Emigration Act de 1922, loi de régulation de l’émigration par l’intermédiaire des compagnies pétrolières britanniques installées dans le Golfe, des bureaux de recrutement furent installés à Bombay et dans d’autres villes indiennes, ce qui a amené plus de 8 000 travailleurs indiens dans le secteur pétrolier et au moins autant d’Indiens et de Pakistanais dans le secteur des services dans le Golfe.

16En collaboration avec les bureaucraties coloniales, ce sont les compagnies pétrolières qui ont géré les migrations de main d’œuvre dans les territoires sous domination britannique comme le Koweït (jusqu’en 1961), Bahreïn, le Qatar et les EAU (jusqu’en 1971). En ouvrant des bureaux de recrutement partout dans le monde, ces compagnies ont supervisé la sélection de la main-d’œuvre sur place et à l’étranger, s’arrangeant de la contrainte mineure que constituait la clause de nationalité. Les compagnies pétrolières géraient aussi les aspects matériels de la vie des travailleurs locaux ou étrangers dans les pays d’accueil.

  • 28 Seccombe, 1986 ; Seccombe & Lawless, 1987 ; Errichiello, 2012.

17En Arabie saoudite, l’absence de liens coloniaux entre l’Empire britannique et l’Asie du Sud a entrainé l’embauche de travailleurs qualifiés et semi-qualifiés en provenance des États-Unis, d’Italie ou de l’Érythrée coloniale. Mais le cout du travail, associé aux grèves des travailleurs italiens en 1945 (en réaction aux conditions de logement déplorables à Ra’s Tannūra), a infléchi le recrutement vers des canaux arabes dans le Golfe et au-delà. L’ouverture de bureaux de recrutement d’ARAMCO illustre les vagues et tendances des politiques migratoires vers l’Arabie saoudite : ARAMCO a ouvert des bureaux à Asmara en 1944, à Khartoum et Aden entre 1945 et 1947, et à Beyrouth et dans les territoires palestiniens en 194928. Comme le montre Robert Vitalis (2006), ARAMCO en Arabie saoudite a géré directement les procédés de recrutement de main-d’œuvre immigrée dans les enclaves territoriales qui accueillaient les compagnies gazières et pétrolières et leur personnel.

  • 29 Seccombe, 1983 ; Seccombe & Lawless, 1987.

18Le modèle colonial a formé une norme idéale de gestion de la main d’œuvre immigrée avec les partenariats entre État et entreprises. Le secteur pétrolier a constitué le plus grand employeur de main d’œuvre nationale comme étrangère. Comme le démontre en détail Ian Seccombe, les compagnies pétrolières ont organisé l’importation de main-d’œuvre et son installation, son adaptation et son mode de vie, que ce soit pour les travailleurs migrants ou locaux29. Les politiques de logement mises en place par les compagnies pétrolières dans le Golfe ont structuré les espaces et les modes de vie des résidents et des travailleurs à la fois dans les villes-États du Golfe et en Arabie saoudite (ainsi qu'en Perse). Dans la province orientale de l’Arabie saoudite, le processus d’urbanisation a été entièrement motivé par la découverte et l’exploitation de pétrole. Les camps de forage installés autour des puits de pétroles ont été par la suite transformés en villes permanentes en proie à un double processus d’urbanisation (ce fut le cas pour al-Ẓarhān, Ra’s Tannūra et Abqaiq — ou Buqayq) : une ville « américaine » avec commerces, bungalows et salles de cinéma, mais aussi des enclaves adjacentes de dortoirs, baraquements, voire de bidonvilles. C’est dans ces espaces que les travailleurs saoudiens, la plupart du temps des hommes jeunes non accompagnés de famille, ont d’abord été logés. On organisait pour eux un retour annuel à la maison pendant les vacances en bus d’entreprise. En 1953, ARAMCO a financé un programme d’accès à la propriété pour ses employés saoudiens favorisant l’acquisition de terrains et de logements. Le long de la tapline (le pipeline transarabien), de nouveaux campements devinrent vite des villes.

  • 30 Seccombe, 1983, p. 62.

19Au Qatar et au Koweït, la séparation initiale des travailleurs par nationalité et statut (employés sous contrat, travailleurs journaliers ou au mois) a conduit à l’émergence de bungalows d’expatriés pour les employés britanniques, et de dortoirs, de baraquements en terre battue ou de tentes pour les travailleurs journaliers ou les migrants. Les logements temporaires furent progressivement remplacés par des constructions permanentes, accompagnées d’infrastructures adéquates (approvisionnement en eau et en électricité, routes), et la hiérarchisation en fonction de la nationalité et du statut des travailleurs fut maintenue également pour l’accès à ces services. Au Koweït, les alentours de Koweït City ont absorbé la majorité des travailleurs koweïtiens en poste dans les champs de pétrole d’Aḥmadī, tandis que les non-Koweïtiens (surtout des Indiens et des Pakistanais) résidaient à Aḥmadī même, une ville conçue par la KOC. Au Bahreïn, la répartition géographique séparait les employés britanniques et américains, logés dans un camp à ‘Awālī, tandis que les travailleurs peu qualifiés bahreïnis et iraniens (souvent sous contrat temporaire d’un mois) résidaient à Manama et étaient transportés sur leur lieu de travail tous les jours par un bus affrété par BAPCO30.

20Le tissu urbain des villes pétrolières et la géographie des campements reflètent la politique des compagnies pétrolières, qui étaient les principaux « décideurs » dans le domaine de la gestion des migrations locales et transnationales. Ce phénomène a eu un impact direct sur le développement économique et social dans les États du Golfe, impact aussi puissant que les autres caractéristiques « endogènes » ou « traditionnelles » caractéristiques des sociétés du Golfe, pourtant bien plus souvent citées.

Gestion des migrations transnationales pendant le boom pétrolier (ṭafra)

La migration comme diplomatie31

  • 31 Thiollet, 2011a.
  • 32 Stanton Russell, 1992.
  • 33 La dépolitisation de la gestion des migrations a été longuement analysée dans d’autres contextes, n (...)
  • 34 Thiollet, 2011.

21Entre 1970 et 1975, sous l’effet principalement du boom de l’économie pétrolière, le nombre de migrants au Moyen-Orient est passé de 800 000 à 1,8 million. Dans les années 1970, les étrangers constituaient 72 % de la main-d’œuvre dans les pays du CCG. Dans les années 1980, le Moyen-Orient est devenu le plus grand marché de tous les temps pour la main-d’œuvre immigrée. À la veille de la Guerre du Golfe de 1991, les pays pétroliers du Golfe arabe totalisaient plus de sept millions de migrants, dont cinq millions constituaient de la main-d’œuvre32. Si la gestion des migrations n’a pas été présentée explicitement comme un outil politique et diplomatique, elle n’en a pas moins constitué un des instruments principaux de l’intégration des États du CCG sur la scène politique régionale et mondiale. Le fait que les politiques migratoires aient été perçues comme régies par une certaine forme de laissez-faire (gestion par des acteurs du secteur privé, qu’ils soient endogènes, comme les marchands ou les entrepreneurs, ou extérieurs, comme ARAMCO, les sociétés étrangères ou les zones franches) renvoie une image de gestion des migrations dépolitisée33, comme nous l’avons dit plus tôt. De plus, la faiblesse géopolitique des gouvernements du CCG jusqu’aux années 1980 a renforcé l’idée selon laquelle les monarchies du Golfe ne voulaient ou ne pouvaient pas exercer une gestion ferme de l’immigration, en laissant donc l’initiative aux autres pays arabes (pays d’origine des migrants), comme l’Égypte. Ces deux perceptions sont, de fait, erronées, car elles minimisent la dimension politique de la gestion des migrations dans le Golfe, surtout en ce qui concerne la sélection des migrants (les flux) et la gestion des communautés immigrées (les stocks)34.

22Le tableau proposé en annexe esquisse l’histoire des dynamiques migratoires au Moyen-Orient, en se concentrant tout particulièrement sur les pays du CCG. L’objectif de ce survol historique est de mettre en lumière la logique politique qui préside à la chronologie des tendances migratoires, ainsi que les variations en termes de volume et de géographie de ces migrations. Deux phases principales émergent, qui illustrent les deux séquences politiques de l’histoire régionale du Moyen-Orient et du Golfe : la première est une phase d’intégration régionale et de régionalisation de la migration de main-d’œuvre (des années 1950 aux années 1980). Les migrations, y compris vers les pays du Golfe, sont ainsi conceptualisées comme un vecteur indirect d’intégration régionale dans le contexte du panarabisme. La seconde phase (à partir des années 1980) est une séquence d’internationalisation des flux. Les migrations changent d’origines géographiques et les migrations Sud-Sud en provenance d’Asie supplantent les flux de migrants arabes. Ce phénomène participe de l’émancipation politique des pays du CCG dans le contexte régional, et de l’émergence de négociations bilatérales et multilatérales entre pays du Golfe et pays d’origine des migrants. Le tableau illustre ainsi ces deux séquences historiques à travers le taux de migration net : l’épanouissement et le boom de l’économie pétrolière se traduisent par des taux de migration nets extrêmement élevés parmi les pays du CCG, tandis que l’immigration nette décroit et se stabilise dans les années 1980, bien qu’elle reste l’une des plus hautes du monde.

Les migrations comme vecteur d’intégration régionale (années 1950–1980)

  • 35 Ligue arabe, Protocole pour le traitement des Palestiniens dans les États arabes (« Protocole de Ca (...)

23Depuis les années 1950, l’économie pétrolière et les conflits ont constitué les principaux motifs de mobilité à l’intérieur du Moyen-Orient. Ces deux facteurs déterminants sont souvent imbriqués, reliant ainsi les dynamiques du marché du travail et les mouvements censément temporaires de réfugiés dus aux conflits de 1947, 1967 et 1973 entre Israël et le monde arabe, la première Guerre du Golfe (c’est-à-dire la guerre Iran-Irak entre 1980 et 1988) et les deux suivantes (les « interventions » de 1991 et de 2003), ou les conflits liés aux Printemps arabes en Libye, en Syrie et au Yémen depuis 2011. L’exemple le plus saisissant d’interdépendance entre les migrations de main-d’œuvre et les politiques d’accueil des réfugiés dans les pays du Golfe est celui de la diaspora palestinienne : au Koweït, une communauté palestinienne prospère s’est implantée dans les années 1950 et s’est accrue au fil des vagues d’émigration et des conflits israélo-palestiniens. Accueillant les réfugiés palestiniens comme main-d’œuvre immigrée, les pays du Golfe n’avaient pas signé la Convention de Genève de 1951, mais leur politique vis-à-vis des Palestiniens suivait les recommandations du Protocole de Casablanca de 196535, qui fait tout simplement équivaloir leurs droits à ceux des ressortissants locaux dans les domaines du travail, de la résidence et de l’investissement. Dans le cas du Koweït, le Protocole a été adapté au cadre légal du système de parrainage ou sponsoring (kafāla). Au-delà du cas particulier des réfugiés palestiniens, qui renvoyait clairement à des problématiques diplomatiques et idéologiques, la politique de la gestion des migrations dans les pays du Golfe a en général suivi la politique d’intégration régionale.

  • 36 Beaugé & Roussillon, 1988.
  • 37 On s’inscrit à ce titre dans le renouveau de la littérature sur les différentes formes de l’intégra (...)
  • 38 Hudson, 1999, p. 283.

24Dès les années 1930, le panarabisme a véhiculé une vision unitaire de l’identité et de la géographie arabes. À partir des années 1950, l’intégration régionale au sein du « monde arabe » portée par les régimes issus des indépendances, s'est caractérisée par la notion de communauté (umma), fondée sur le partage d’une langue et de valeurs communes, ainsi que sur un sentiment identitaire plus vague, lié à l’arabité. Cette dimension culturelle et identitaire de la politique régionale a constitué un vecteur de construction sociale du « monde arabe », d’incarnation du projet idéologique panarabe dans des institutions, des pratiques, des discours. La dimension culturelle de la politique régionale est centrale par exemple dans les discours et écrit de Zakī al-Arsūzī, un des idéologues syriens du parti Ba’th, lorsqu’il évoque le projet d’une citoyenneté régionale arabe qui unirait toutes les identités nationales. La brève expérience de la République arabe unie (1958–1961) entre l’Égypte et la Syrie résume le projet politique post-national panarabe36 mais elle est minée durant la « guerre froide arabe » (1952–1970) par les rivalités et conflits intra-régionaux. On propose de définir ici l’intégration régionale indépendamment des rapports de pouvoir et de la compétition entre les États de la région, comme le processus d’institutionnalisation de coopérations entre acteurs politiques, économiques et sociaux étatiques et non étatiques du « monde arabe »37. La tension (intégration et compétition voire conflit) dans les relations régionales est peut être une des raisons des faibles performances constatées de l’intégration régionale au cours de la période. Celle-ci ne donne en effet que peu de résultats politiques formels et des résultats économiques très décevants : les indicateurs de libéralisation du commerce et de l’interdépendance économique sont demeurés bas jusqu’à la fin des années 1990 et la signature du dernier accord élargi sur la zone de libre-échange des pays arabes de 1998, malgré la prolifération des accords et organisations internationales. Entre 1985 et 1990, le commerce interrégional représentait seulement entre 6 % des importations et 7 % des exportations totales au Moyen-Orient38.

Figure 1. Les institutions de l’intégration régionale

Figure 1. Les institutions de l’intégration régionale
  • 39 Hudson, 1999, p. 24 : “Generally, the studies presented here paint a gloomy picture of the prospect (...)
  • 40 Gh. Salamé rappelle notamment pour le cas arabe la différence entre le concept d’intégration — un p (...)
  • 41 Hudson, 1999, p. 292.
  • 42 Sell, 1988.
  • 43 Fargues, 2000.

25L’échec de l’intégration économique formelle a amené certains chercheurs à parler des conditions d’une « désintégration » arabe39. On considère plutôt ici que les liens migratoires et culturels transnationaux, formel et informels, constituent un vecteur d’intégration régionale socio-économique, entre sociétés et marchés du travail. De fait, la migration de main-d’œuvre au Moyen-Orient peut servir d’indicateur d’intégration régionale au-delà des accords formels et des institutions politiques : la libre circulation de main-d’œuvre au sein du monde arabe n’a jamais été institutionnalisée de manière formelle, mais d’importants flux de migrants (et leurs familles) ont circulé et se sont implantés à travers toute la région40. Des années 1950 à la fin des années 1960, le monde arabe constituait un espace de circulation ouvert, un champ migratoire « pratiqué » par les travailleurs arabes et leurs familles, issus de toutes les classes sociales et à tous les niveaux de qualification professionnelle. Comme l’écrit Michael Hudson, « au Moyen-Orient, la main-d’œuvre fluctue, et les transferts de capital associés à l’immigration ont constitué le trait le plus caractéristique de l’intégration régionale »41. La dimension sociale de l’intégration régionale incarnée par les interactions et transformations induites par la présence des travailleurs immigrés et de leurs familles est analysée notamment pour les immigrants arabes, égyptiens ou jordano-palestiniens42. Jusqu’aux années 2010, les transferts privés des migrants ont constitué les plus importants flux de capitaux de la région. Les migrations ont donc été comprises comme le vecteur principal de redistribution des richesses au niveau régional. Contrairement à l’exploitation du pétrole, qui a creusé les disparités entre États rentiers et non-rentiers43, les migrations et les transferts d’argent liés aux migrations ont permis à l’argent du pétrole de circuler grâce aux canaux de transferts et d’investissement privés et informels des migrants.

  • 44 Fergany, 2001, p. 12.
  • 45 Jureidini, 2003.
  • 46 Voir le document de travail de Michael Engman, “Half a Century of Exporting Educational Services: A (...)
  • 47 Kapiszewski, 2006, p. 7.
  • 48 Voir article “52% of teachers in Abu Dhabi public schools are Emirati. Adec achieves target ahead o (...)

26Cependant les institutions et les politiques de mise en place d’un « marché du travail panarabe » n’ont jamais été créées. Comme l’indique Nader Fergany dans un plaidoyer militant pour une intégration plus efficace et plus institutionnalisée, « des processus spontanés d’intégration du travail » ont émergé, mais « les mouvements du travail dans la région arabe sont restés tributaires des aléas de la vie politique, avec des conséquences parfois désastreuses sur la vie des migrants pris en otage des circonstances »44. Le fragile marché du travail intégré créé dans les années 1960 a autant été « mis en œuvre » par les acteurs publics que par les entrepreneurs privés et les réseaux de migrants qui ont généré une chaine de migration à travers le recrutement familial et entre concitoyens. Des effets de monopoles « nationaux » ont émergé dans certains secteurs dont les vecteurs sont à la fois la sélection par les employeurs et la spécialisation ethnique ou nationale du marché du travail qui sous-tendent une racialisation du marché du travail45, mais aussi les réseaux diasporiques qui entretiennent des filières migratoires sectorielles. Ainsi, on trouve un nombre très élevé d’enseignants égyptiens (et jordano-palestiniens) dans l’enseignement secondaire et supérieur. Pour les enseignants égyptiens notamment, la maitrise de l’arabe constitue un avantage comparatif et explique dans une certaine mesure la sélection par les marchés du travail de ces « migrants » qualifiés. Cependant ce sont aussi des programmes organisés entre les pays du Golfe d’une part et le ministère de l’Éducation égyptien d’autre part qui ont organisé l’exportation de cette main d’œuvre qualifiée dès 1951–1952 et ce jusqu’en 199346. Pour tenter de briser ce qui est perçu à partir du début des années 1990 comme un « monopole » et un « risque » culturel (« l’égyptianisation du Golfe »)47, en 2011, le Conseil éducatif d’Abu Dhabi a été amené à promouvoir l’anglais comme langue d’enseignement d’ici à 2030 et a mis en place une politique de recrutement favorisant l’embauche d’enseignants anglophones48.

  • 49 Beaugrand, 2006, p. 12.
  • 50 Kinninmont, 2012, p. 51.

27En règle générale, la présence de résidents arabes n’a été régulée que de très loin par les politiques migratoires, qui ont toujours été extrêmement progressistes (en ce qui concerne les entrants). Cependant, on note que la politique de portes ouvertes ou presque vis-à-vis des migrants arabes dans les années 1960 et 1970 n'a pas été accompagnée de naturalisations de masse ni d’accès au statut de résident permanent. Depuis le retrait définitif des Britanniques de la région en 1971 et l’indépendance des États du Golfe, les lois qui y ont régi la nationalité ont été élaborées à partir d'une définition exclusive de la citoyenneté, fondée sur la lignée patrimoniale (les familles régnantes et l’affiliation tribale), instrument servant à prouver une résidence sédentaire depuis le dix-neuvième siècle. Dans les émirats, par exemple, le bénéfice plein et entier de la citoyenneté et de la protection sociale n’est accordé qu’à ceux qui possèdent un « livret de famille » (khulāṣat al-qā’id) qui prouve leur descendance émirienne par filiation. La naturalisation est possible en théorie pour les résidents musulmans de longue durée qui peuvent prouver qu’ils parlent couramment arabe et qu’ils apportent une contribution positive à l’État. Cependant, comme l’explique Claire Beaugrand, on constate « une véritable réticence à naturaliser » au fur et à mesure que « le développement du système de protection sociale est de plus en plus lié au statut de ressortissant national et apporte des avantages matériels significatifs »49. Quant aux ressortissants des États du Golfe, ils « reçoivent leur part de la richesse nationale sous forme de subventions, de bourses d’éducation, de soins de santé et autres services publics gratuits, et, dans certains cas, de concessions foncières et de fonctionnariat — sans compter qu’ils ne paient pas d’impôt sur le revenu »50. Au début de l’époque postcoloniale, on accordait la citoyenneté pour lutter contre les oppositions sectaires ou politiques aux familles dirigeantes et contre les menaces extérieures : au Koweït, par exemple, la nationalité a été accordée à certains Sunnites, par opposition aux Chiites ou aux militants de gauche de Koweït City, ou encore pour se prémunir des revendications des ba’thistes irakiens sur le territoire koweïtien.

28Malgré les circulations migratoires, une méfiance persiste à l’encontre des étrangers et des travailleurs arabes en particulier. À l’origine de cette méfiance, pendant les premières années de prospérité économique liée au pétrole, se trouvaient des soupçons de militantisme politique à l'encontre des migrants. Comme le montrent John Chalcraft (2011) et Laurie Brand (1988), les travailleurs arabes ont été explicitement identifiés comme des agents de contestation sociale par les autorités coloniales et les compagnies pétrolières, comme par le gouvernement et les élites locales. Le militantisme transnational et le rôle des « agitateurs étrangers » ont sans aucun doute été exagérés par les institutions dirigeantes locales ou étrangères, afin de porter atteinte à la légitimité du militantisme social, comme le montre en détail Robert Vitalis (2006) dans le cas des grèves conduites en Arabie saoudite entre 1853 et 1956. Cependant, les dirigeants syndicaux palestiniens, les syndicats panarabes et les militants politiques ou les résidents locaux qui avaient fait leurs études au Liban (à l’Université américaine de Beyrouth en particulier) et en Égypte entre les années 1930 et 1950 ont sans aucun doute constitué un élément non négligeable du mouvement de contestation au travail des années 1950 et 1960. Qu’il s’agisse des grèves à Bahreïn en 1956, ou de l’opposition réformiste au Koweït dans les années 1950, ces mouvements sociaux mêlaient contestation contre les conditions de travail et revendications politiques liées à des idées panarabes et inspirées du socialisme. Les inquiétudes quant à l’impact idéologique de la présence massive d’enseignants égyptiens et irakiens dans l’éducation secondaire, par exemple, s’expriment clairement dans le discours public, qui avance l’argument de l’identité linguistique et de la domination du dialecte égyptien sur l’arabe parlé dans le Golfe (khalījī).

Les politiques d’importation de main-d’œuvre depuis les années 1980 : dynamiques internes et externes

29Le choix de l’origine des migrants révèle la dimension politique de la gestion des migrations dans les pays du CCG. Proposer une explication pour la transition d’une migration de travail arabe vers une main-d’œuvre asiatique dans les années 1980 nécessite à la fois de faire référence à l’économie et au contexte social : les incitations économiques à recruter une main-d’œuvre asiatique moins chère, censément plus qualifiée (bien que ce dernier point soit discutable), et dont il est en général plus facile de « se débarrasser » ont complété les changements politiques de la logique d’intégration et l’émancipation des pays du Golfe par rapport à la politique régionale arabe.

  • 51 Zelkovitz, 2014.
  • 52 Thiollet, 2011.

30Historiquement, la dimension politique de la gestion des migrations dans le Golfe est particulièrement apparente en temps de crise : en 1991, la communauté palestinienne au Koweït est devenue l’objet de pratiques anti-immigration, par réaction au soutien apporté à Saddam Hussein par l’OLP. Les titres de séjour furent révoqués ou ne furent pas renouvelés, les Palestiniens qui avaient quitté le pays avant l’invasion n’eurent pas le droit d’y retourner et les visas ne furent plus attribués51. Les Yéménites en Arabie saoudite, qui constituaient pourtant la première communauté expatriée et représentaient près de 27 % de la population active en 199052, ont été menacés de représailles contre le soutien tacite apporté au dirigeant irakien par ‘Alī ‘Abdallāh Ṣāliḥ. Environ un million de Yéménites ont été renvoyés chez eux suite à un durcissement des procédures d’attribution des titres de séjour.

  • 53 Thiollet, 2015.

31En 2011, une inquiétude aigüe quant à l’impact des insurrections politiques au Moyen-Orient a conduit les États du Golfe à durcir leur politique migratoire intérieure et étrangère. L’Arabie saoudite a lancé une « campagne de correction » stricte visant à expulser les immigrés en situation irrégulière et à signaler la volonté de l’État de mieux contrôler l’immigration, et même, à terme, de la réduire. Le Yémen voisin étant déchiré par un Printemps arabe qui s’est mué en guerre civile, les migrants yéménites ont constitué dans ce cadre une cible privilégiée. Les États du CCG ont durci leur politique migratoire et renforcé leur position anti-implantation en imposant des limites à la durée des visas (6 ans imposés en 2006 pour les EAU et 8 ans imposés en 2015 pour l’Arabie saoudite). La politique régionale et les inquiétudes intérieures quant à la dépendance des pays du CCG par rapport à la main-d’œuvre étrangère se sont ainsi rejointes, ce qui explique en partie les politiques des pays du CCG en réponse au Printemps arabe53.

  • 54 Kapiszewski, 2006, p. 6.

32La figure 2 montre clairement la baisse significative des taux de migration nets dans les pays du CCG autour des années 1990, baisse qui reflète la « crise migratoire » dans les États du Golfe et leur diaspora au moment de la Guerre du Golfe. Cependant, le niveau de migration est resté relativement stable (avec des taux de migratoires positifs) pendant toute la période qui commence dans les années 1980. Andrej Kapiszewski a documenté ce fait dans son rapport, souvent cité, et élaboré pour la Division de la Population de l’ONU : il parle de « désarabisation du marché du travail » en soulignant le contraste entre migrants arabes et asiatiques dans les pays du CCG54.

Figure 2. Migration nette (différentiel entre l’immigration et l’émigration) incluant citoyens et étrangers dans les pays du CCG entre 1962 et 2012 (Indicateurs de la Banque mondiale, 2015).

Figure 2. Migration nette (différentiel entre l’immigration et l’émigration) incluant citoyens et étrangers dans les pays du CCG entre 1962 et 2012 (Indicateurs de la Banque mondiale, 2015).
  • 55 Hobsbawm & Ranger, 1992.

33L’argument politique en faveur du remplacement de la main-d’œuvre arabe par des travailleurs asiatiques s’accorde avec la logique économique présidant au recrutement de main-d’œuvre moins chère et plus disponible. On craint par ailleurs de plus en plus une éventuelle insécurité politique qui pourrait naitre de la proximité entre militants politiques et résidents locaux, en raison de leurs réseaux culturels et politiques communs. Ainsi, les États du Golfe ont initié dans les années 1990 une stratégie de réponse sous forme de défense de l’identité khalījī ainsi que de certaines caractéristiques locales (politiques, culturelles, linguistiques et sociales) présentées comme des traditions et des éléments du patrimoine (turāth). Cette tentative idéologique et politique visait clairement à creuser les disparités entre ressortissants nationaux et étrangers ; elle a été pratiquée dans plusieurs domaines (culture, éducation, politique du travail et politique migratoire), afin de bâtir la nation à partir d’une « tradition inventée »55. Les manifestations intérieures de ces politiques furent les premières vagues de « nationalisation » du marché du travail (« émiratisation », « saoudisation », « qatarisation », « koweïtisation », etc.). La protection des ressortissants nationaux sur le marché du travail est devenue une composante nécessaire de la gestion des migrations de main-d’œuvre transnationales. Les États ont eu massivement recours aux ressortissants nationaux dans le secteur public à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Dans la plupart des pays du CCG, le secteur privé a fini par être entièrement pourvu de travailleurs étrangers, ce qui a fait de l’emploi public l’un des nombreux vecteurs de redistribution de la rente pétrolière aux ressortissants nationaux. Dans les EAU, depuis les années 1990, les ressortissants nationaux qui travaillent pour les entreprises privées profitent des mêmes avantages en termes de protection sociale que les employés des entreprises du secteur public. Des politiques plus récentes ont été menées en Arabie saoudite et à Oman pour lutter contre le chômage chez les ressortissants nationaux et leur faible intégration dans le secteur privé.

Gérer des migrations de main-d’œuvre entre États, kafāla et entreprises : diplomaties transnationales et politiques publiques

34Contrairement à de nombreuses démocraties occidentales, les monarchies du Golfe, dans les années 1970, n’ont jamais signé d’accords bilatéraux d’importation de main-d’œuvre ou de programmes d’importation temporaire de main-d’œuvre (guestworkers) avec leurs voisins arabes ou d’autres pays. L’intégration du marché du travail est donc faiblement institutionnalisée.

  • 56 Hanieh, 2011.
  • 57 Cerner les pratiques de régulation et la structure de gouvernance dans le Golfe est ainsi détermina (...)

35Les importations massives de main-d’œuvre depuis les années 1950 ont été orchestrées par des acteurs privés (essentiellement des entreprises pétrolières coloniales, des sociétés privées, les chambres du commerce, des entreprises de recrutement et kafīl (plur. kufalā’) ou sponsors en coopération avec des institutions publiques (ministères du Travail, des Affaires étrangères, etc.) sans ou avec très peu de coopération diplomatique ou multilatérale entre pays d’origine et pays d’accueil. Au moment où les pays du Golfe sont devenus indépendants en 1971, leur richesse en tant que « nation » dépendait de compagnies pétrolières nationalisées et d’une classe capitaliste qui concentrait le pouvoir tant politique qu’économique aux mains d’une élite dirigeante et de grandes familles marchandes. Le développement du capitalisme du Golfe tient non seulement à l’accumulation de capital dans des secteurs qui se sont de plus en plus diversifiés (de l’économie pétrolière au commerce et aux services financiers et à l’économie de service) mais aussi à l’aliénation structurelle des classes ouvrières, composées quasi-exclusivement d’étrangers56. À la fin des années 1980, la gestion des flux migratoires dans le Golfe prenait la forme d’un « partenariat public-privé » impliquant les acteurs et les institutions imbriquées dans les réseaux patrimoniaux de pouvoir57. Ceux-ci incluaient la plupart du temps des acteurs économiques de premier plan, ainsi que des firmes, des entreprises de recrutement et des réseaux de migrants dans les pays d’origine et dans ceux du Golfe.

  • 58 Longva, 1999 ; Hanieh, 2011.
  • 59 Murray, 2012.
  • 60 Beaugé, 1986 ; Thiollet, 2011b.
  • 61 Thiollet, 2011b.
  • 62 Les princes et princesses jouissent en effet de droits de sponsoring plus étendus que les citoyens (...)
  • 63 Beaugé, 1986.
  • 64 Thiollet, 2015.

36Le système de la kafāla est souvent décrit comme une institution sociale spécifique du Golfe, utilisée pour gérer et exploiter les étrangers, qui crée un groupe de travailleurs non-libres58. Elle a depuis longtemps été dénoncée comme la principale source d’exactions et d’exploitation des immigrés59. Pourtant, ce système de sponsoring produit à la fois les structures de l’exploitation et des marges potentielles d’émancipation pour les travailleurs vis-à-vis de leurs employeurs60. La kafāla externalise à différents types de sponsors (kufalā') — des personnes ou des institutions — le contrôle exercé habituellement par l’État sur les migrants, leur entrée et leur sortie du territoire, leur résidence, ainsi que les relations économiques, commerciales et les investissements des étrangers61. Le kafīl et l’employeur sont souvent une seule et même personne. C’est le cas par exemple des sponsors des travailleurs domestiques ou des petites entreprises. Le sponsor peut aussi être une grande entreprise ou une compagnie de recrutement, ou encore un individu qui « extrait » une rente de sa citoyenneté en faisant commerce de la vente de son parrainage. Dans ce cas, il n’est pas l’employeur et cela concerne notamment des hommes d’affaires importants ou des élites princières62. En fonction des relations sociales et des contextes, la kafāla, comme toute institution sociale de « transition »63, est un vecteur d’exploitation mais peut aussi servir de viatique à l’émancipation des étrangers qui triangulent les relations de domination imposées au travailleur immigré par l’État et l’employeur. Les États du Golfe ont tenté de mener des réformes contre le système de la kafāla (au Bahreïn en 2009, aux Émirats en 2011 et en Arabie saoudite en 1990 et en 2011). Celles-ci ont généralement été bloquées par les sociétés civiles et les groupes d’intérêt liés au secteur du recrutement64.

37La gestion intérieure des migrants s’est alignée sur les stratégies et les intérêts des élites économiques et sur ceux des familles dirigeantes des pays du CCG, tandis que la logique politique internationale autour de l’importation de main-d’œuvre était de plus en plus liée aux pays émergents et aux exportateurs de migrants. Cependant, les fluctuations du cours du pétrole et les crises politiques (y compris la Guerre du Golfe et le Printemps arabe) ont renforcé le contrôle des agences publiques sur la gestion des migrations transnationales dans les pays du CCG. Au Bahreïn, l’Autorité de régulation du marché du travail (LMRA) illustre la nature hybride de la gestion des migrations et le contrôle renouvelé de l’État sur la régulation des migrations de main-d’œuvre. Cette agence, créée en 2006 par le roi Ḥamad b. ‘Issā Āl Khalīfa, est un corps public avec une identité d’entreprise qui remplace la kafāla et supervise l’emploi des ressortissants nationaux (formation, placement et réduction du chômage) et la gestion des migrations transnationales de main-d’œuvre (attribution des visas de travail et régulation des agréments pour les agences de recrutement et les agences pour l’emploi, supervision des affaires des expatriés). En Arabie saoudite, le Fonds de développement des ressources humaines, créé en 2000, remplit les mêmes fonctions et a vu son mandat reconduit en 2010.

38En utilisant des institutions semi-publiques et des entreprises privées, les monarchies du Golfe ont élaboré une nouvelle tendance de gestion des migrations que nous avons appelé le « modèle golfien ». Dans cette dernière séquence historique, la gestion des migrations transnationales est ainsi caractérisée par deux traits principaux : premièrement, le renforcement du multilatéralisme et des arrangements multilatéraux formels entre États d’origine et États d’accueil, ainsi qu’une adhésion au moins formelle à certains instruments du droit international public ; deuxièmement, une gestion plus ferme et plus serrée de la main-d’œuvre immigrée et des marchés du travail par les agences d’État dans les pays d’accueil, dans une optique « anti-intégration ».

Un multilatéralisme public-privé : améliorer la gestion des migrations ou mieux contrôler les migrants ?

  • 65 Overseas Employment and Contractual Labour for Countries of Origin and Destination in Asia - Dialog (...)

39Le développement d’accords bilatéraux entre les États du Golfe et les pays exportateurs de main d’œuvre a signalé un changement de nature et de pratique de la diplomatie migratoire. Aux EAU, par exemple, la fin des années 1990 et le début des années 2000 ont été emblématiques de l’effort renouvelé de l’État afin de réguler les migrations de main-d’œuvre à travers les accords bilatéraux impliquant les acteurs étatiques et non-étatiques. En 2003 et 2007, les EAU ont signé une série d’accords et de memorandum of understanding dans les domaines de la gestion de main-d’œuvre et de l’impôt sur le revenu avec les Philippines et l’Indonésie, visant une régulation plus intense des pratiques de recrutement et d’embauche, en particulier pour les travailleurs non qualifiés. Au niveau régional, la gestion multilatérale des migrations transnationales a conduit à la création de la Consultation ministérielle sur les conditions d’expatriation65.

  • 66 Kapiszewski, 2006, p. 7

40La pression exercée par les pays exportateurs de main-d’œuvre s’est révélée déterminante pour le développement d’accords bilatéraux et multilatéraux. Dans les années 1980, certains États asiatiques (parmi lesquels l’Inde, les Philippines, l’Indonésie, le Pakistan, mais aussi le Bangladesh, le Népal et le Sri Lanka) ont fait preuve d’une plus grande organisation que les États arabes dans le domaine de l’exportation de main-d’œuvre. En effet, les pays asiatiques ont développé depuis l’ère coloniale des institutions de gestion des flux d’émigrants. Ces nouveaux partenaires ont progressivement amené les pays du Golfe à s’engager plus fermement à gérer les migrations transnationales de façon multilatérale. Comme le remarque Andrej Kapiszewski, « des agences de recrutement efficaces en Asie ont été à même de fournir un apport constant de main-d’œuvre, satisfaisant ainsi complètement les besoins des employeurs du Golfe »66. Le cas de l’Inde et des Philippines est à cet égard particulièrement édifiant.

  • 67 Voir le rapport publié sur le site du High Level Committee on Indian Diaspora mandaté par l’État In (...)

41En Inde, le gouvernement promeut depuis les années 1980 un schéma d’émigration de travail temporaire. Un cinquième de la diaspora indienne (soit 4,5 millions d’Indiens) résidait dans le Golfe en 2008, dont 70 % en Arabie saoudite et dans les EAU. La plupart des Indiens dans le Golfe sont des travailleurs non ou peu qualifiés, mais près de 20 % d’entre eux sont des cols blancs et 10 % des travailleurs qualifiés (professionals), selon le Haut comité sur la diaspora indienne67. En 2013, les Indiens constituaient la première communauté d’expatriés aux EAU et au Qatar. Les bureaux de tutelle des émigrants (Protectorate of Emigrants) supervisent la mise en application de la Loi sur l’émigration (Emigration Act) de 1983 qui impose un recrutement par les agences officielles, les State Manpower Export Corporations régionales. Depuis 2003, un système d’assurance obligatoire pour les Indiens émigrant à l’étranger (Pravasi Bharaatiya Bima Yojana) centralise l’enregistrement et le contrôle des migrants et de leurs revenus. En 2004 était créé le ministère des Affaires indiennes à l’étranger (Ministry of Overseas Indian Affairs).

  • 68 Les transferts envoyés par les travailleurs philippins à l’étranger représentent un dixième du PIB (...)

42La manne que constituent les transferts d’argent des migrants vers les pays exportateurs de main-d’œuvre a longtemps été considérée comme une source de revenus cruciale à contrôler. Selon la Banque centrale des Philippines, les transferts enregistrés émis par les travailleurs philippins ont augmenté régulièrement, l’Arabie saoudite et les EAU (2,5 et 1,7 milliards de dollars respectivement) se situant aux deuxième et troisième places après les USA68. Afin de profiter de cette source de revenus et de faire la promotion de leurs expatriés, le gouvernement a créé les ministères et agences adéquats et un système de taxation directe et indirecte de la main-d’œuvre émigrée. Pour répondre aux besoins d’un marché du travail mondialisé, en particulier pour le travail non qualifié, les entreprises privées des Philippines ont développé une chaine de production de main-d’œuvre pour l’expatriation, de l’éducation jusqu’au placement.

43Les années 2010 se caractérisent par d’intenses négociations bilatérales entre les États du CCG et un certain nombre de pays d’origine (dont les Philippines, l’Inde et l’Indonésie) portant sur le salaire minimum pour le travail domestique non qualifié, qui représente une part importante de la main d’œuvre expatriée de ces pays.

  • 69 Kanna 2012 ; Keane & McGeehan, 2008.
  • 70 ILO, 2015, p. 11.

44Ces accords bilatéraux et multilatéraux, et d’autres textes peu contraignants s’inscrivent dans un contexte général de pression intense exercée sur les États du Golfe par les ONG internationales, qui dénoncent et évaluent depuis longtemps les entorses aux droits des travailleurs et les abus et l’exploitation dont ils sont victimes, surtout dans le cas des ouvriers du bâtiment et des travailleurs domestiques69. Cependant, un rapport récent de l’Organisation internationale du travail affirme que la mise en application de ces accords ainsi que du petit nombre de traités internationaux signés par les États du CCG reste insuffisante ; de plus, ces accords sont en général moins guidés par les provisions d’instruments internationaux que dans d’autres régions70. Certaines avancées sont notables, mais ces cadres semblent surtout efficaces pour imposer davantage de contrôle étatique sur les travailleurs migrants, contrôle qui émane à la fois des pays d’origine et des pays d’accueil, plutôt que d’assurer un plus grand respect des droits de ces travailleurs.

45Certaines initiatives prises par les gouvernements asiatiques en vue de protéger leurs travailleurs expatriés les plus vulnérables (souvent les femmes exerçant comme domestiques) ont soulevé des tensions entre États d’origine et d’accueil. En 2011, l’Indonésie a fait cesser l’émigration de travailleuses domestiques en signe de protestation contre la décapitation d’une domestique en Arabie saoudite. Le gouvernement saoudien a immédiatement interdit l’arrivée de toute main-d’œuvre en provenance d’Indonésie, en guise de représailles. Un conflit diplomatique similaire a opposé les Philippines et l’Arabie saoudite en 2012.

46Dans les années 1980, le Bangladesh a interdit aux femmes d’émigrer. Le gouvernement népalais a quant à lui interdit aux femmes âgées de moins de trente ans d’émigrer vers un État du Golfe, en raison du risque d’abus encouru. Dans les années 2010, c’est le gouvernement indien qui a envisagé à plusieurs reprises interdire les migrations de travailleuses domestiques âgées de moins de quarante ans vers les pays du Golfe.

47Plus généralement, les exigences de meilleure protection légale et de plus grande responsabilité financière et administrative formulées par les associations de migrants et les gouvernements asiatiques dans le cadre du Dialogue d’Abou Dhabi ont suscité des réponses très vives de la part des pays du CCG. En 2011, le ministre du Travail saoudien a annoncé une interdiction d’émettre des permis de travail pour les travailleurs domestiques originaires d’Indonésie ou des Philippines après que ces nations ont publié de nouvelles recommandations d’embauche.

  • 71 Keohane & Nye, 1972.

48Outre le multilatéralisme « d’État », la gestion des flux migratoires s’incarne dans une coopération public-privé dans les pays d’origine comme dans les pays d’accueil. Dans une certaine mesure, la gestion transnationale des migrations dans le Golfe est emblématique du « transnationalisme » en ce qu’il s’éloigne d’une vision de la politique mondiale centrée sur les États telle qu’elle fut conçue par les premiers théoriciens des relations internationales71 pour faire participer des acteurs privés à la gestion des dynamiques sociales et économiques. Un nombre croissant de commissions bilatérales a été mis en œuvre au sein de chambres de commerce et d’associations d’entreprises, d’agences transnationales et d’entreprises de recrutement. Les ministères du Travail encouragent les commissions bilatérales et l’échange de « bonnes pratiques », ou les liens d’affaires. En Arabie saoudite, par exemple, la commission saoudienne-bangladaise a été mise en place en 2013 pour traiter les affaires concernant les Bangladais en Arabie saoudite, ce qui a conduit à la création d’une base de données électronique pour les demandeurs d’emploi ainsi que des vérifications de sécurité, et à un débat sur la meilleure manière de réduire les couts d’immigration pour les travailleurs étrangers. Ces institutions privées, calquées sur des commissions existantes et les liens créés par les chambres de commerce, accompagnent les négociations à l’échelle de l’État entre les pays du Golfe et les pays d’origine des migrants, particulièrement en Asie.

  • 72 Sassen, 2006.

49Les institutions et acteurs publics ou privés des pays d’accueil et des pays d’origine mettent en œuvre une gestion différenciée des différentes catégories de migrants, en fonction de leur sexe (comme on l’a vu plus haut) ou de leur classe sociale (niveau de qualification professionnelle et de revenus). Ces distinctions ont aussi cours dans d’autres contextes : Saskia Sassen a mis en lumière l’émergence de classes sociales transnationales, et notamment d’un prolétariat mondial composé de travailleurs « gérés » par des institutions, des entreprises et des réseaux transnationaux de fonctionnaires72.

Contrôler et aliéner les résidents étrangers pour empêcher leur installation ?

  • 73 Thiollet, 2010 ; Gardner, 2011 ; Vora, 2013.
  • 74 Castles, 1985.

50Malgré l’existence d’un cadre légal et politique clairement conçu pour empêcher l’installation à long terme des étrangers et leur barrer l’accès à la citoyenneté ou au permis de résidence permanent, des « communautés » de migrants ont bel et bien émergé dans les pays du CCG. La plupart de ces pays ont connu une augmentation du nombre de « personnes à charge » liés aux travailleurs étrangers sous contrat et l’émergence d’une deuxième et d’une troisième génération d’immigrés au cours des dernières décennies73. Ces communautés désormais bien installées le sont néanmoins sans statut juridique spécifique. Comme la recherche l’a montré depuis les années 1980 dans les démocraties occidentales, les programmes d’importation de main-d’œuvre, les guestworker ou Gastarbeiter programs, finissent bien souvent par générer des communautés diasporiques qui tendent à s’installer dans les pays d’accueil74.

  • 75 Saudi Arabian Monetary Agency, 45th Annual Report, 2008, p. 240.

51Contrairement à d’autres pays du Golfe, les EAU fournissent, par le biais du recensement de 2005, des données sur les résidents autres que ceux qui appartiennent à la population active et sur la durée de séjour des étrangers. Ce recensement révèle qu’entre 16 et 20 % des étrangers présents sur le territoire des EAU n’appartiennent pas à la population active, que 20 % des étrangers sont âgés de moins de 19 ans (et sont ainsi vraisemblablement les enfants d’étrangers actifs, nés ou arrivés très jeunes sur le territoire), mais également que 28 % des résidents étrangers sur le territoire y vivent depuis plus de dix ans. Même le nombre d’étrangers enregistrés comme résidents de courte durée (c’est-à-dire dont le séjour dure entre un et quatre ans) se porte à 44 % ; le phénomène d’intégration et la formation d’une communauté transparait dans ces données. En règle générale, les statistiques officielles des pays du CCG révèlent un niveau élevé de résidents étrangers « inactifs » et à la charge de leur famille : en Arabie saoudite, autour de 20 % des étrangers sont âgés de moins de 14 ans75. Le Qatar refuse quant à lui de rendre publiques les statistiques concernant la population étrangère totale et ne communique que les chiffres ayant trait à la main-d’œuvre étrangère, ce qui renforce le mythe de la « migration temporaire ».

  • 76 Longva, 2005.

52Comme nous l’avons dit plus haut, le discours public a progressivement construit une image des migrations et des communautés d’immigrés comme représentant une « menace sécuritaire » pour l’identité nationale des pays du Golfe76. Le déséquilibre démographique et la dépendance vis-à-vis de la main-d’œuvre étrangère sont sans aucun doute devenus des questions vitales dans les pays du CCG (dans le débat public comme dans la presse locale et régionale). Cependant, cette hostilité renforcée vis à vis de la main-d’œuvre étrangère n’a pas pour autant donné lieu à une baisse des flux migratoires (comme l’indique la figure 3), mais plutôt à davantage de politiques anti-intégration.

  • 77 Il va sans dire que les sources officielles concernant la population et la main-d’œuvre étrangère d (...)

Figure 3. Ressortissants nationaux et étrangers dans les pays du CCG, selon les sources officielles nationales77.

Pays du CCG

Citoyens

%

Non-citoyens

%

Population totale

Bahreïn (recensement de 2011, données complétée pour 2015)

647 835

47

722 487

53

1 370 322

Qatar (recensement de 2010 complété par les données de ESCWA-UN)

243 267

14

1 456 168

86

1 699 435

Oman (2013 estimations)

2 172 002

56

1 683 204

44

3 855 206

Koweït (2011)

1 258 254

31

2 781 191

69

4 039 445

Émirats arabes unis (2010)

947 997

11

7 316 073

89

8 264 070

Arabie saoudite (2013 estimations)

20 271 058

68

9 723 214

32

29 994 272

Total CCG

25 540 413

52

23 682 337

48

49 222 750

53Les inquiétudes des États du CCG concernant l’idéologie ou le militantisme présumés des « agitateurs étrangers » se sont quelque peu atténuées, laissant la place à la formulation de menaces « socioéconomiques » et « existentielles ». C’est le problème de l’identité même des sociétés et des États, menacée par le « déséquilibre démographique », qui apparait dans l’espace médiatique. Plutôt que de choisir le militantisme politique, les travailleurs immigrés (y compris ceux du secteur de la construction, où l’exploitation est plus évidente mais la contestation moins fréquente) formulent de plus en plus de revendications socioéconomiques. Ahmed Kanna (2012) retrace la généalogie et la signification de ces mobilisations souvent passées sous silence : les grèves à Dubaï en 2005, 2007 et 2008 ont vu près de 30 000 ouvriers se mobiliser contre les abus, confiscations de passeports, et conditions déplorables de travail et de logement auxquelles ils étaient soumis, réclamant également la rémunération que leur devait l’entreprise de bâtiment Arabtec. Dans le contexte des Printemps arabes et de la lutte pour la reconnaissance des droits politiques, ces mouvements sociaux sont passés très largement inaperçus. Ils pourraient cependant s’avérer constituer une menace plus sérieuse pour les monarchies du Golfe.

54Une nouvelle génération de mesures anti-immigration a vu le jour dans les monarchies du Golfe, conséquence de la dépendance de l’économie à la main-d’œuvre étrangère et de la présence d’une large majorité d’étrangers dans les EAU, au Qatar, au Bahreïn et au Koweït. En sus de la nationalisation du marché du travail dans ces États, des politiques majeures y furent mises en œuvre afin de réduire l’immigration, assurer une rotation constante parmi les immigrés et les empêcher de s’installer durablement. Les mesures visant à empêcher l’intégration sont des mesures fondées sur la classe sociale des migrants : sont particulièrement visés les travailleurs peu qualifiés, alors que les cadres et les ouvriers hautement qualifiés se voient accorder des droits socioéconomiques nettement plus avantageux. Comme Neha Vora le montre pour les milieux d’affaires étrangers à Dubaï (2013), les États du Golfe offrent un accès stratifié aux droits et avantages socioéconomiques.

55Les procédures administratives qui régissent le regroupement familial illustrent cette segmentation de classe dans l’accès aux droits sociaux : les visas familiaux sont accessibles pour les employés qui gagnent plus de 3 000 dirhams, seuil que les EAU ont tenté sans succès d’élever à 10 000 dirhams. Aux EAU, à partir du 30 mai 1999, le gouvernement a décidé de ne pas renouveler le permis de travail des salariés du secteur privé âgés de plus de 60 ans (le seuil est passé à 65 ans en 2015). Une interdiction de travail de six mois a été mise en place pour les salariés qui perdent leur emploi ou qui mettent fin à leur contrat de travail avant deux ans de travail effectif. La mesure phare est en général le plafonnement à six ans des permis de séjour dans les EAU. Bien que quelques catégories de travailleurs et cadres hautement qualifiés et quelques entrepreneurs fortunés en soient exemptés, ces mesures visent à assurer une rotation pour une vaste majorité de la main d’œuvre spécialisée ou peu qualifiée. Malgré de vives contestations des entreprises, l’Arabie saoudite a également imposé une limite de huit ans aux permis de résidence accordés aux travailleurs non qualifiés.

  • 78 Voir en particulier Longva, 2005.
  • 79 Seccombe, 1988.

56Outre ces limites administratives, la gestion des communautés transnationales implique également une violence structurelle. Les différentes formes de ségrégation et de discrimination (à la fois culturelle et économique) sont inscrites au cœur même du marché du travail, ce qu’affirment un grand nombre d’anthropologues et de militants des droits de l’homme78. La gestion des migrations transnationales se caractérise également par des expulsions de masse très fréquentes. Ainsi, en Arabie saoudite, les expulsions ont commencé dans les années 1970 pour affecter rapidement 300 000 personnes par an79. L’expulsion s’est ainsi transformée en un moyen d’assurer la circulation des travailleurs étrangers. Parce que les contrôles à l’entrée du territoire sont assez relâchés, les travailleurs, leurs familles et les pèlerins peuvent facilement entrer en Arabie saoudite ou y rester après l’expiration de leurs visas. Les pratiques informelles sont largement tolérées, la corruption faisant naitre un important marché de la migration irrégulière de main-d’œuvre. Seules les vagues sporadiques d’expulsions entravent ce système. Ce fut le cas en 2013–2014, où les expulsions de masse ont mis en avant un aspect particulièrement brutal de la gestion des migrations transnationales : près de deux millions de personnes ont été expulsées sur une période de quatorze mois. Les campagnes d’expulsion ou de « correction », pour reprendre la terminologie officielle, visent les catégories de travailleurs les plus vulnérables au sein du contingent de main-d’œuvre peu qualifiée, notamment les Yéménites et les Africains (Éthiopiens, Somaliens et Érythréens) et leurs familles. D’autres catégories de travailleurs sont la plupart du temps en mesure de profiter de courtes périodes d’amnistie pour « corriger leur statut ».

Conclusion : un transnationalisme « illibéral » ?

  • 80 Nous utilisons ici le terme « illibéral » au sens où il renvoie à l’absence de libertés individuell (...)
  • 81 Vertovec, 1999.

57L’histoire des pratiques de gestion et de contrôle exercées par les autorités étatiques et non-étatiques sur les migrations s’inscrit dans le contexte d’une mondialisation illibérale80 où la circulation de personnes et leur intégration à un marché du travail globalisé est dominée par des mécanismes d’exploitation, de domination et de différentiation opérés par les États ou des acteurs privés de différents types. Le transnationalisme migratoire, on l’a vu, est généralement associé à la circulation individuelle à travers les frontières et en-dehors du contrôle étatique, il relève de réseaux de liens et d’interactions qui lie les personnes et les institutions à travers les frontières des États-nations81. Le transnationalisme — comme le cosmopolitisme d’ailleurs — est associé à des valeurs progressistes et à l’agencéité (agency) individuelle et collective. A contrario, le transnationalisme à l’œuvre dans le Golfe est illibéral et s’incarne dans des pratiques elles aussi illibérales ad hoc qui vont bien au-delà de l’État lui-même. Ce transnationalisme illibéral, fermement ancré dans le passé colonial et l’économie politique de l’exploitation du pétrole, mérite certainement d’être confronté plus avant à la théorie politique de la mondialisation et au débat sur les structures de contrôle et d’émancipation des individus.

  • 82 Castles, 2002.

58La « gestion transnationale » des migrants dans le Golfe met en scène des institutions et des pratiques conçues et utilisées par les États et des entreprises transnationales (notamment les compagnies pétrolières) pour structurer de vastes champs migratoires à travers l’histoire. Elles ont durablement aliéné les travailleurs migrants et leurs familles et leur empreinte est perceptible non seulement dans la gestion des « flux » mais aussi, on l’a vu, dans le traitement des communautés immigrées. Le « modèle du Golfe », fondé sur le déni de citoyenneté et des droits économiques et sociaux, règle la vie des migrants par des relations de hiérarchie et d’exploitation entre ressortissants nationaux et étrangers, ainsi qu’entre étrangers eux-mêmes. Les pratiques discriminatoires fondées sur l’appartenance de classe mais également sur le sexe, la nationalité, la race et la religion sont mises en place par des institutions formelles et informelles, structurant ainsi les relations économiques et sociales. Cependant, la discrimination, l’exploitation et la ségrégation ne semblent pas avoir empêché la formation de fait de communautés immigrées. Les réseaux, groupes et espaces sociaux transnationaux qui ont été produits pourraient amener des changements durables dans les sociétés golfiennes du fait de l’installation pérenne des immigrants. Ce fait permet de relier l’histoire bien connue de l’immigration de travail dans les pays occidentaux et les programmes de guestworkers ou Gastarbeiter de l’Allemagne ou des États-Unis à celle des pays qui nous intéressent ici. Il pose de ce fait la question de la formation de communautés immigrées « sans droits »82. Cette dimension reste néanmoins à explorer en ce qui concerne le Golfe.

Figure 4. Phases migratoires au Moyen Orient, inspiré de Nazli Choucri (1986b, p. 20-21).

Période

1940–1973

1973–1979

1980–1990

1991–fin des années 1990

2003–…

Flux migratoires

Migration de main-d’œuvre : migrants arabes vers le Golfe (issus surtout du Mashreq, en particulier Égyptiens et Jordaniens) ; Européens et Nord-Américains en petit nombre

Migration de main-d’œuvre : immigrés arabes (Égyptiens, Jordaniens, Libanais, Irakiens — qualifiés ou non, tous secteurs, vers le Golfe)

Migration de main-d’œuvre : migrants asiatiques, notamment Asie du Sud-Est (Indonésie, Chine, Corée du Sud, Philippines), travailleurs qualifiés et non-qualifiés

Migration de main-d’œuvre : migrations asiatiques, surtout vers le Golfe

Migration de main-d’œuvre : nouveaux pays asiatiques (Vietnam, Chine) vers le Golfe ; émigration arabe en-dehors de la région

Refugiés : Palestiniens 1947, 1967 au Liban, en Jordanie, Syrie, Égypte ; Érythréens à partir de 1962 au Soudan

Immigration américaine et britannique, hautement qualifiée, vers l’industrie pétrolière du Golfe

Migrants africains (d’Afrique de l’Ouest) en Libye

Expulsions /Retours : Retours massifs après la guerre de 1991 en Iraq (Yéménites, Palestiniens, Égyptiens)

Éthiopiens, Érythréens, Soudanais, Africains de l’Ouest vers la Libye, l’Égypte, le Maroc (transit vers l’Europe et installation permanente)

 

Début de la migration asiatique (Indiens et Pakistanais) vers le Golfe

Refugiés : Palestiniens, Irakiens

Migration secondaire : vers les USA et le Canada pour les Égyptiens et les Marocains

Refugiés : Somaliens, Érythréens, Soudanais (du sud et du nord), Irakiens (2003-2009) en Syrie, Jordanie, au Liban,

 

Fin des programmes de migration de main d'œuvre en Europe occidentale

 

Refugiés : Somaliens (à partir de 1991)

Syriens (2012-…) au Liban, en Jordanie et Turquie

 

Refugiés : Palestiniens (1973)

 

 

 

Nombres

Migrants : CCG et Libye en 1970 : 880 000 ; 1975 : 1 800 000

Migrants : À peu près 2 millions dans les pays du CCG (sources nationales)

Migrants : entre

3 500 000 et

4 650 000

Migrants : 8 millions dans la région du CCG

Migrants : Autour de 21 à 24 millions d’étrangers (48 % de la population du Golfe) + 4,5 millions d’Indiens dans le Golfe

Réfugiés : Entre 860 000 et 962 000 Palestiniens selon l’UNRWA

Réfugiés : 1,5 million de Palestiniens + estimation de 300 000 réfugiés de 1967 +

200 000 Érythréens au Soudan

Réfugiés : Palestiniens, 1 million d’Érythréens au Soudan et ailleurs

Expulsions /retours : 1 million de Yéménites d’Arabie saoudite, 300 000 Palestiniens du Koweït

Réfugiés : 2 millions d’Irakiens (+ 2 millions déplacés internes (IDPs) + 4 millions de Syriens (7 millions d’IDPs) + 4,5 à 5 millions de Palestiniens

 

 

 

Refugiés : 3 millions de Palestiniens

 

Types de régulations et de politiques migratoires

Intégration régionale et régimes progressistes de circulation pour les migrants arabes au Moyen-Orient (exemption de visa). Peu de contrôles dans les pays d’origine et d’accueil.

Régulations des flux migratoires inter-États limitées mais contrôles sur la population immigrée et réfugiée (ex. Égyptiens dans le Golfe, Palestiniens qui quittent la Jordanie pour le Liban après Septembre noir en 1970 et au Liban après 1982)

Contrôle accru des pays d’accueil du Golfe sur les flux migratoires : remplacement progressif des immigrés arabes par des immigrés asiatiques

Crise migratoire et diplomatie migratoire punitive des États du Golfe (le Koweït à l’encontre des Palestiniens, l’Arabie saoudite à l’encontre des Yéménites)

Signature des premiers accords bilatéraux entre pays du Golfe et pays d’origine (Philippines, Vietnam), premières interdictions (des Indonésiens en Arabie saoudite, des femmes migrantes indiennes et népalaises) et « marchandage migratoire » entre pays d’accueil et pays d’origine.

Statut de réfugié formel ou informel pour les Palestiniens (Protocole de Casablanca), naturalisation en Jordanie mais pas dans les autres pays arabes ; statut informel pour les autres réfugiés

Formation de réseaux transnationaux

 

1994 : Retour de la gouvernance palestinienne dans les Territoires occupés.

Réformes du marché du travail et nationalisation de la main-d’œuvre dans les pays du CCG.

 

Système de ségrégation dans le Golfe entre étrangers et ressortissants nationaux institutionnalisé dans le contexte d’indépendance formelle des pays du Golfe et de la création du CCG

 

 

 

Régulations de la demande migratoire basée sur les affaires au sein du CCG

 

 

 

Haut de page

Bibliographie

Basch L., Glick Schiller N. & Szanton Blanc Cr., Nations Unbound: Transnational Projects, Postcolonial Predicaments, and Deterritorialized Nation-States, Gordon and Breach, 1994.

Beaugé G., « La kafala : un système de gestion transitoire de la main-d’œuvre et du capital dans les pays du Golfe », Revue Européenne des Migrations Internationales Vol. 2, n° 1, 1986, p. 109-122.

Beaugé G. & Roussillon A., Le migrant et son double : migration et unité arabe, Paris, Publisud, 1988.

Beaugrand Cl., “Nationalität und Migration in den Golfstaaten”, Inamo 47, 2006, p. 10-14.

Birks J. St., Seccombe I. J. & Sinclair Cl. A., “Labour Migration in the Arab Gulf States: Patterns, Trends and Prospects”, International Migration Review 26, 1988, p. 267-86.

Brand L. A., Palestinians in the Arab World: Institution Building and the Search for State, New York, Columbia University Press, 1988.

Bruslé Tr., “What Kind of Place is this? Daily Life, Privacy and the Inmate Metaphor in a Nepalese Workers' Labour Camp (Qatar)”, South Asian Multidisciplinary Journal 6, 2012, https://samaj.revues.org/3446.

Castles St., “The Guests Who Stayed: The Debate on ‘Foreigners Policy’ in the German Federal Republic”, International Migration Review Vol. 19, No. 3, Autumn 1985, Special Issue: Civil Rights and the Sociopolitical Participation of Migrants, p. 517-534.

Castles St., “Migration and Community Formation under Conditions of Globalization”, International Migration Review 36.4, Dec. 2002, p. 1143-68.

Chalcraft J., “Migration and popular protest in the Arabian Peninsula and the Gulf in the 1950s and 1960s”, International Labor and Working Class History 79-1, 2011, p. 28-47.

Choucri N., “Asians in the Arab World: Labour Migration and Public Policy”, Middle Eastern Studies 22, 1986a, p. 252–73.

Choucri N., “Migration in the Middle East: Transformation and Change”, Middle East Review Vol. XIX, No. 2, Winter 1986b, p. 16-27, http://web.mit.edu/polisci/nchoucri/publications/articles/A-10_Choucri_Migration_Middle_East.pdf.

Cohen R., Global Diasporas: An Introduction, Seattle, WA, University of Washington Press, 1997.

Errichiello G., “Foreign Workforce in the Arab Gulf States (1930–1950): Migration Patterns and Nationality Clause”, International Migration Review 46.2, Summer 2012, p. 389-413.

Farah T., Al-Salem F. & Kolman Al-Salem M., “Alienation and Expatriate Labor in Kuwait”, Journal of South Asian and Middle Eastern Studies 4.1, Fall 1980, p. 3-40.

Fargues Ph., “Immigration without Inclusion: Non-nationals in Nation-Building in the Gulf States”, Asian and Pacific Migration Journal 20.3-4, 2011, p. 273-92.

Fargues Ph., Générations arabes, l’alchimie du nombre, Paris, Fayard, 2000.

Fergany N., “Aspects of Labour Migration and Unemployment in the Arab Region”, Working Paper, Al Mishkat Center for Research, Egypt, 2001, http://www.mafhoum.com/press4/116S25.pdf [Accessed Dec. 24, 2015].

Fernandez B., de Regt M. & Currie Gr. (Eds), Migrant Domestic Workers in the Middle East: The Home and the World, London, Palgrave, 2014.

Gamble, A. & Payne A., Regionalism and World Order, Macmillan, 1996

Gamburd M., “Sri Lanka’s ‘Army of Housemaids’: Control of Remittances and Gender Transformations”, Anthropologica Vol. 37, No. 1: Women’s Words, Women’s Lives, 1995, p. 49-88.

Gardner A., City of Strangers: Gulf Migration and the Indian Community in Bahrain, Ithaca, Cornell University Press, 2010.

Gardner A., “Gulf Migration and the Family”, Journal of Arabian Studies 1.1, p. 3-25, 2011.

Gruntz L., « Des chercheurs d’or aux diplômés chômeurs : émigration, travail et politique entre Égypte et Golfe (2006-2012) », Politique africaine 1, n° 133, 2014, p. 93-110.

Hanieh A., Capitalism and Class in the Gulf Arab States, New York, Palgrave Macmillan, 2011.

Haykel B., Lacroix St. & Hegghammer Th., Saudi Arabia in Transition: Insights on Social, Political, Economic and Religious Change, Cambridge, Cambridge University Press, 2015.

Herb M., The Wages of Oil, Parliaments and Economic Development in Kuwait and the UAE, Ithaca, Cornell University Press, 2014.

Hertog St., Princes, Brokers, and Bureaucrats: Oil and the State in Saudi Arabia, Ithaca, Cornell University Press, 2011.

Hertog St., “A Comparative Assessment of Labour Market Nationalization Policies in the GCC”, in St. Hertog (Ed.), National Employment, Migration and Education in the GCC, Vol. 4 of The Gulf Region: Economic Development and Diversification, Berlin, Gerlach Press, 2012, http://eprints.lse.ac.uk/46746/1/A%20comparative%20assessment%20of%20labor%20market%20nationalization%20policies%20in%20the%20GCC%28lsero%29.pdf [Accessed Dec. 5, 2015].

Hobsbawm E. & Ranger T., The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

Hudson M. (Ed.), The Middle East Dilemma, Columbia University Press, 1999.

ILO (International Labour Office), Bilateral Agreements and Memoranda of Understanding on Migration of Low Skilled Workers: A Review, Geneva, 2015, http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_protect/---protrav/---migrant/documents/publication/wcms_385582.pdf [Accessed Dec. 5, 2015].

Jureidini R., Migrant Workers and Xenophobia in the Middle East, Identities Conflict and Cohesion Series, Programme Paper 2, Geneva, United Nations Research Institute for Social Development, 2003.

Kanna A., “A Politics of non recognition: Biopolitics of Arab Gulf Worker Protests in the Year of Uprisings”, Interface: A journal for and about social movements Vol. 4 (1), p. 146-164, May 2012, http://www.interfacejournal.net/wordpress/wp-content/uploads/2012/05/Interface-4-1-Kanna.pdf.

Kapiszewski A., “Arab Versus Asian Migrant Workers in the GCC Countries”, UN Expert Group Meeting on International Migration and Development in the Arab Region, Population Division Department of Economic and Social Affairs, United Nations Secretariat. Beirut, 15–17 May 2006.

Keane D. & McGeehan N., “Enforcing Migrant Workers’ Rights in the United Arab Emirates”, International Journal on Minority and Group Rights 15.1, 2008, p. 81-115.

Keohane R. & Nye J., Transnational Relations and World Politics, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1972.

Longuenesse É., “Class Relations, Communal Solidarities and National Identity in the Gulf States: The Case of Migrant Workers” 1988, translated in 2006, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00113126/document [Accessed June 30 2016). Published in French as “Rapports de classe, solidarités communautaires et identité nationale dans les pays du Golfe”, in G. Beaugé & F. Buttner (dir.), Les migrations dans le monde arabe, CNRS Éditions, 1991, p. 123-133.

Longva A., “Neither Autocracy nor Democracy but Ethnocracy: Citizens, Expatriates, and the Socio-political Regime in Kuwait”, in P. Dresch and J. Piscatori (Eds), Monarchies and Nations: Globalisation and Identity in the Arab States of the Gulf, London, I. B. Tauris, 2005, p. 114-35.

Longva A., “Keeping Migrant Workers in Check: The Kafala System in the Gulf”, Middle East Report 211, 1999, p. 20-22.

Kinninmont J., “Citizenship in the Gulf”, in A. Echagüe (Ed.), The Gulf States and the Arab Uprisings, FRIDE Report, 2012, p. 47-57, http://fride.org/download/The_Gulf_States_and_the_Arab_Uprisings.pdf [Accessed 12 Sept. 2015].

Mahdavi P., Gridlock, Labor, Migration, and Human Trafficking in Dubai, Palo Alto, CA, Stanford University Press, 2011.

Mansfield, E. & Milner H., The Political Economy of Regionalism, Columbia University Press, 1997.

Murray H., “Hope for Reform Springs Eternal: How the Sponsorship System, Domestic Laws and Traditional Customs Fail to Protect Migrant Domestic Workers in GCC Countries”, Cornell International Law Journal Vol. 45, 2012, p. 461-485.

Nagy S., ‘‘ ‛This Time I Think I’ll Try a Filipina’: Global and Local Influences on Relations between Foreign Household Workers and their Employers in Doha, Qatar”, City and Society 10, 1998, p. 83–103.

Osella C. & Osella F., “Migration, Networks and Connectedness across the Indian Ocean”, in M. Kamrava and Z. Babar (Eds), Migrant Labour in the Persian Gulf, New York, Columbia University Press, 2012, p. 105-136.

Pécoud A., Depoliticising Migration: Global Governance and International Migration Narratives, Palgrave, 2015.

Portes A., “Introduction: The Debates and Significance of Immigrant Transnationalism”, Global Networks: A Journal of Transnational Affairs 1 (3), 2001, p. 181–94.

Richards A. & Martin Ph. L., “The Laissez-Faire Approach to International Labour Migration: The Case of the Arab Middle East”, Economic Development and Cultural Change 31, 1983, p. 455-74.

Saad Eddin I., “Oil, Migration and the New Arab Social Order”, in M. H. Kerr & Y. El Sayed (Eds), Rich and Poor States in the Middle East: Egypt and the New Arab Social Order, Boulder, CO: Westview Press, 1982, p. 17-69.

Sassen S., Territory, Authority, Rights: From Medieval to Global Assemblages, Princeton University Press, 2006.

Seccombe I., “Labour Migration to the Arabian Gulf: Evolution and Characteristics, 1920–1950”, British Society for Middle Eastern Studies Bulletin 10.1, 1983, p. 3-20.

Seccombe, I., “International Labor Migration in the Middle East: A Review of Literature and Research 1974–84”, International Migration Review, 19-2, 1985, p. 335-352.

Seccombe I., “Foreign Worker Dependency in the Gulf and the International Oil Companies: 1910–50”, International Migration Review 20.3, 1986, p. 548–74.

Seccombe I. & Lawless R., “Work Camps and Company Towns: Settlement Patterns and the Gulf Oil Industry”, Durham, NC, Center for Middle Eastern and Islamic Studies, Occasional Papers Series, No. 36, 1987.

Sell R., “Egyptian International Labor Migration and Social Processes: Toward Regional Integration”, International Migration Review Vol. 22, No. 3, 1988, p. 87-108.

Serageldin I., Socknat J. A., Birks St., Li B. & Sinclair Cl. A., Manpower and International Labour Migration in the Middle East and North Africa, New York, Oxford University Press, 1983.

Shah N., “Foreign workers in Kuwait: Implications for the Kuwaiti Labour Force”, International Migration Review Vol. 20, No. 4, 1986, p. 815-832.

Silvey R., Mobilizing Piety: Gendered Morality and Indonesian-Saudi Transnational Migration, Mobilities 2:2, 2007, 219-229.

Silvey R., Consuming the Transnational Family: Indonesian Migrant Domestic Workers to Saudi Arabia, Global Networks, Vol. 6, Issue 1, 2006, p. 23-40.

Stanton Russell S., “International Migration and Political Turmoil in the Middle East”, Population and Development Review 18, 1992, p. 719-27.

Thiollet H., “Migration et (contre-)révolution dans le Golfe : politiques de l’emploi et politiques migratoires en Arabie saoudite”, Revue européenne des migrations internationales Vol. 31, n° 3-4, 2015, p. 121-143.

Thiollet H., “Migration as Diplomacy: Labour Migrants, Refugees and Arab Regional Politics in the Oil Rich Countries”, International Labour and Working Class History 79-1, 2011a, p. 103-21.

Thiollet H., “Kafala Revisited: Public and Private Actors of Migration Policies in Saudi Arabia”, Middle Eastern Studies Association, Annual Meeting, 1–4 Dec. 2011b, http://gulfmigration.eu/media/events/GLMM%20-%20Website%20-%20MESA%20-%202011%20-%20Gulf%20Migration%20Panel.pdf.

Thiollet H., « Nationalisme ordinaire et nationalisme d’État en Arabie Saoudite : la Nation saoudienne et ses immigrés », Raisons politiques 37, 2010, p. 89-102.

United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division, World Population Prospects: The 2010 Revision, 2011.

Vertovec S., “Conceiving and Researching Transnationalism”, Ethnic and Racial Studies, Vol. 22, No. 2, 1999, http://www.transcomm.ox.ac.uk/working%20papers/conceiving.PDF [Accessed 24 Dec. 2015].

Vitalis R., America’s Kingdom, Mythmaking on the Saudi Oil Frontier, Stanford University Press, 2006.

Vora N. Impossible Citizens: Dubai’s Indian Diaspora, Durham, NC, Duke University Press, 2013.

Waldinger R. & Fitzgerald D., “Transnationalism in Question,” American Journal of Sociology, Vol. 109, No. 5, 2004, p. 1177-1195.

Walsh K., “Placing Transnational Migrants through Comparative Research: British Migrant belonging in five GCC Cities”, Population, Space and Place 20 (1), 2014, p. 1-17.

Winckler O. “The Immigration Policy of the Gulf Cooperation Council (GCC) States, Middle Eastern Studies 33.3, 1997, p. 480–493.

Weiner M., “International Migration and Development: Indians in the Persian Gulf”, Population and Development Review Vol. 8, No. 1, March 1982, p. 1-36.

Zakaria F., “The rise of Illiberal Democracy”, Foreign Affairs Vol. 76, No. 6, Nov.–Dec., 1997, p. 22-43.

Zelkovitz I, “A Paradise lost? The Rise and fall of the Palestinian Community in Kuwait”, Middle Eastern Studies 50, 2014, p. 86-99.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie à la fois sur une exploration de la littérature en sciences sociales sur la question, sur une enquête ethnographique menée en 2006 auprès de communautés de migrants en Arabie saoudite, et sur une enquête auprès des institutions publiques et privées à Riyad et Jeddah en Arabie saoudite menée entre 2012 et 2015 (une cinquantaine d’entretiens). Le matériel empirique collecté n’est pas directement convoqué dans cet article en particulier même s’il éclaire la lecture diachronique que l’on fait des dynamiques politiques transnationales de gestion de la main-d’œuvre étrangère dans le Golfe. Des versions liminaires et plus succinctes de segments de ce texte a été publiée dans L. Vignal, ed., The Transnational Middle East: People, Places, Borders, Abingdon, Oxon, New York, NY, Routledge, 2017 et en tant que Working paper de l’International Migration Institute de l’université d’Oxford URL : https://www.imi.ox.ac.uk/pdfs/wp.

2 Longva, 2005 ; Thiollet, 2010.

3 Winckler, 1997.

4 Basch et alii, 1994, p. 6.

5 Portes, 2001.

6 On peut ici se référer au cadre théorique fourni pour le transnationalisme en 1972 par les spécialistes de relations internationales Robert Keohane et Joseph S. Nye. À l’instar d’autres chercheurs dans le même domaine, ils ont mis en avant l’importance des interactions entre acteurs étatiques et non-étatiques sur la scène politique internationale, à travers les exemples de compagnies pétrolières et d'ARAMCO, tout en insistant sur « l’écart de pouvoir » (« control gap ») et la compétition entre acteurs étatiques et non-étatiques (Keohane & Nye, 1972, p. 23).

7 Waldinger & Fitzgerald, 2004.

8 Voir par exemple des textes par ailleurs tout à fait pertinents mais qui ne laissent que peu ou pas de place au phénomène migratoire dans leur analyse sur la politique et les sociétés du Golfe. Khaldoun Hasan Al-Naqeeb, State and Society in the Gulf and Arab Peninsula: A Different Perspective (trans. L. M. Kenny and amended Ibrahim Hayani), Routledge, 1990 ; David Commins, The Gulf States: A Modern History, I. B. Tauris, 2012 ; Christopher Davidson, Power and Politics in the Persian Gulf Monarchies, Columbia/Hurst, 2012 ; Gregory Gause, Oil Monarchies: Domestic and Security Challenges in the Arab Gulf States, Council on Foreign Relations Press, 1994. On note bien entendu des exceptions majeures dont Luciani & Salame, 1988, ou Hanieh, 2011, par exemple.

9 Hertog, 2011.

10 Le cas des monographies concernant l’Arabie saoudite est symptomatique. Dans un ouvrage collectif de synthèse, Haykel et alii, 2015, les auteurs ignorent tout bonnement le phénomène migratoire dans l’ensemble de chapitre traitant de la société et du « changement social ». De la même manière, l’historienne Madawi Al Rasheed ne prête presque aucune attention au phénomène migratoire dans la formation de l’État et de la société saoudienne. Voir Madawi al-Rasheed, A History of Saudi Arabia, Cambridge University Press, 2010. Même l’ouvrage de Toby Jones n’évoque que succinctement la dimension migratoire du développement économique et politique du royaume « désert ». Voir Toby C. Jones, Desert Kingdom: How Oil and Water Forged Modern Saudi Arabia, Harvard University Press, 2010.

11 Les études et données fondatrices dans les années 1970 et 1980 sont celles de Stace Birks et Clive Sinclair, experts de la Banque mondiale, dans un ouvrage souvent cité (Serageldin et alii, 1983).

12 Kapiszewski, 2006.

13 Choucri, 1986a et b.

14 Les travaux de la démographe Nasra Shah (Shah, 1986) et Philippe Fargues (Fargues, 2011) ont plus tard documenté la démographie des dynamiques migratoires de la région.

15 Richards & Martin, 1983.

16 Seccombe, 1985, p. 339.

17 Farah, Al-Salem & Kolman Al-Salem, 1980.

18 Longuenesse, 1988 ; Beaugé, 1986.

19 Saad Eddin, 1982.

20 Hertog, 2011 ; Herb, 2014.

21 Thiollet, 2015.

22 Silvey, 2006 ; Gardner, 2010 ; Vora, 2013 ; Osella & Osella, 2012 ; Gruntz, 2014.

23 Les Indiens dans l’ensemble du Golfe (Weiner, 1982), uniquement à Bahreïn (Gardner, 2010), à Dubaï (Vora, 2013, et Osella & Osella, 2012), les Indonésiens (Silvey, 2017), les Érythréens (Thiollet, 2010), les Népalais (Bruslé, 2012) et les Égyptiens (Gruntz, 2014).

24 Pour les travailleurs domestiques (Gamburd, 1995 ; Nagy, 1998 ; Fernandez, de Regt & Currie, 2014) et les travailleurs du sexe par exemple (Mahdavi, 2011).

25 Seccombe 1983.

26 Errichielo, 2012.

27 L’empire britannique a mis en place un système de migration de main-d’œuvre temporaire, essentiellement en provenance du sous-continent indien, pour alimenter les secteurs nécessitant une forte main-d’œuvre comme l’agriculture (dans les plantations en particulier), l’industrie, l’industrie minière et toutes les industries fondées sur l’extraction de matières premières. Le Conseil législatif impérial britannique a aboli ce système de servitude temporaire en 1916 : à ce moment, plus d’un million et demi d’Indiens avaient été envoyés dans les colonies, entrainant des effets socioéconomiques et politiques durables, dont le militantisme de Gandhi en Afrique du Sud au début du vingtième siècle ou les crises migratoires qui ont affecté l’Uganda dans les années 1970.

28 Seccombe, 1986 ; Seccombe & Lawless, 1987 ; Errichiello, 2012.

29 Seccombe, 1983 ; Seccombe & Lawless, 1987.

30 Seccombe, 1983, p. 62.

31 Thiollet, 2011a.

32 Stanton Russell, 1992.

33 La dépolitisation de la gestion des migrations a été longuement analysée dans d’autres contextes, notamment à travers les discours et la réthorique de type « managériale » des organisations internationales (Pécoud, 2015) ou de l’Union européenne. L’usage même du terme « gestion » et du lexique managérial tend à effacer la dimension proprement politique, potentiellement controversée voire conflictuelle des migrations et des migrants.

34 Thiollet, 2011.

35 Ligue arabe, Protocole pour le traitement des Palestiniens dans les États arabes (« Protocole de Casablanca »), 11 septembre 1965, disponible à http://www.refworld.org/docid/460a2b252.html (consulté le 9 décembre 2015).

36 Beaugé & Roussillon, 1988.

37 On s’inscrit à ce titre dans le renouveau de la littérature sur les différentes formes de l’intégration régionale centrée sur les relations politiques inter- et trans-nationales, les acteurs étatiques et non étatiques, formelles et informelles dans les années 1990. Voir notamment Mansfield & Milner, 1997 ; Gamble & Payne, 1996.

38 Hudson, 1999, p. 283.

39 Hudson, 1999, p. 24 : “Generally, the studies presented here paint a gloomy picture of the prospects for Arab integration. Indeed, they might seem to suggest that there are far more factors promoting — even ‘over-determining’ a permanent condition of Arab disintegration.”.

40 Gh. Salamé rappelle notamment pour le cas arabe la différence entre le concept d’intégration — un processus social, économique, culturel — et l’unification ou l’homogénéisation institutionnelle. Voir Luciani & Salame, 1988, p. 3.

41 Hudson, 1999, p. 292.

42 Sell, 1988.

43 Fargues, 2000.

44 Fergany, 2001, p. 12.

45 Jureidini, 2003.

46 Voir le document de travail de Michael Engman, “Half a Century of Exporting Educational Services: Assessing Egypt’s Role in Educating the Arab World,” Sciences Po- Groupe d’Économie Mondiale, 2009, URL : http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download;jsessionid=F0A4FC145148E9302E8EAF6C3B164299?doi=10.1.1.537.2789&rep=rep1&type=pdf . [accès le 3 nov. 2016].

47 Kapiszewski, 2006, p. 7.

48 Voir article “52% of teachers in Abu Dhabi public schools are Emirati. Adec achieves target ahead of its 2018 goal” dans Gulf News, 31 aout 2016, sur la politique de recrutement d’enseignants à Abu Dhabi en 2016, URL : http://gulfnews.com/news/uae/education/52-of-teachers-in-abu-dhabi-public-schools-are-emirati-1.1888779 [accès le 3 nov. 2016].

49 Beaugrand, 2006, p. 12.

50 Kinninmont, 2012, p. 51.

51 Zelkovitz, 2014.

52 Thiollet, 2011.

53 Thiollet, 2015.

54 Kapiszewski, 2006, p. 6.

55 Hobsbawm & Ranger, 1992.

56 Hanieh, 2011.

57 Cerner les pratiques de régulation et la structure de gouvernance dans le Golfe est ainsi déterminant pour bien comprendre les pratiques transnationales de gestion des migrations. Nous considérons que la théorie de l’État rentier développée par Michael Herb (2014) est complémentaire de l’argument marxiste de Hanieh autour d’un capitalisme khalījī connecté régionalement et internationalement. Les oligopoles locaux sont imbriqués au sein des réseaux capitalistes mondiaux et le pouvoir et la rente sont diffusés au sein des sociétés golfiennes par le biais de différentes institutions sociopolitiques toutes liées les unes aux autres (l’État et les politiques de protection sociale, la lignée et la famille, le monde du travail, etc.).

58 Longva, 1999 ; Hanieh, 2011.

59 Murray, 2012.

60 Beaugé, 1986 ; Thiollet, 2011b.

61 Thiollet, 2011b.

62 Les princes et princesses jouissent en effet de droits de sponsoring plus étendus que les citoyens moyens, ayant la capacité de faire entrer et de parrainer un grand nombre de travailleurs et leurs familles.

63 Beaugé, 1986.

64 Thiollet, 2015.

65 Overseas Employment and Contractual Labour for Countries of Origin and Destination in Asia - Dialogue d’Abu Dhabi, 21 et 22 janvier 2008.

66 Kapiszewski, 2006, p. 7

67 Voir le rapport publié sur le site du High Level Committee on Indian Diaspora mandaté par l’État Indien, URL : http://indiandiaspora.nic.in/diasporapdf/chapter3.pdf [consulté le 22 janvier 2016].

68 Les transferts envoyés par les travailleurs philippins à l’étranger représentent un dixième du PIB et s’élevaient à 24 milliards de dollars en 2014. Voir le site internet de la Banque centrale des Philippines (URL : http://www.bsp.gov.ph/ [consulté le 10 décembre 2015]).

69 Kanna 2012 ; Keane & McGeehan, 2008.

70 ILO, 2015, p. 11.

71 Keohane & Nye, 1972.

72 Sassen, 2006.

73 Thiollet, 2010 ; Gardner, 2011 ; Vora, 2013.

74 Castles, 1985.

75 Saudi Arabian Monetary Agency, 45th Annual Report, 2008, p. 240.

76 Longva, 2005.

77 Il va sans dire que les sources officielles concernant la population et la main-d’œuvre étrangère doivent être prises avec prudence : il n’est pas rare que la qualité et la fiabilité des statistiques soit sujette à caution. Soulignons ici la dimension politique de la production et de la diffusion de statistiques : il n’est pas rare de constater un décalage entre les statistiques produites par les différentes agences gouvernementales, ainsi qu’entre les agences gouvernementales et non-gouvernementales. Le Qatar refuse par exemple de rendre public le nombre total d’habitants dans le pays.
Les chiffres de la figure 3 proviennent des institutions publiques suivantes :
Bahrain (Central Informatics Organization [CIO], at http://www.cio.gov.bh); Kuwait (Central Statistical Office [CSO] and Public Authority for Civil Information [PACI] at http://www.paci.gov.kw) ;
Oman (Ministry of National Economy [MONE], at http://www.moneoman. gov.om/Default.aspx redirecting to census published by National Center for Statistics and Information, at https://www.ncsi.gov.om) ;
Qatar (author’s calculations based on Qatar Statistics Authority [QSA], at www.qsa.gov.qa/eng/index.htmand and UN World Migration Stocks for 2010) ;
Saudi Arabia (Central Department of Statistics and Information [CDSI] at www.cdsi.gov.sa/ and population estimates based on the results of the Population Census (1974, 1992, 2004) and preliminary results of the Population and Housing Census for 2010, at Central Department of Statistics & Information, Ministry of Economy and Planning, SAMA, annual statistics, 2014 ;
UAE (National Bureau of Statistics, at www.uaestatistics.gov.ae).

78 Voir en particulier Longva, 2005.

79 Seccombe, 1988.

80 Nous utilisons ici le terme « illibéral » au sens où il renvoie à l’absence de libertés individuelles et collectives, une configuration des « droits » et des pratiques sociales coercitives qui peuvent trouver leur place dans des régimes non-démocratiques (le plus souvent), mais aussi dans des régimes démocratiques ainsi que l’a discuté, entre autres, le politiste conservateur Fareed Zakaria à propos des démocraties occidentales ou de la dictature singapourienne. Voir Zakaria, 1997. L’adjectif permet donc de caractériser une des modalités politiques de la gestion transnationales des migrations de main d’œuvre, pertinente dans le cas des monarchies du Golfe mais indépendante de la nature des régimes politiques dans les pays concernés.

81 Vertovec, 1999.

82 Castles, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les institutions de l’intégration régionale
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2. Migration nette (différentiel entre l’immigration et l’émigration) incluant citoyens et étrangers dans les pays du CCG entre 1962 et 2012 (Indicateurs de la Banque mondiale, 2015).
URL http://cy.revues.org/docannexe/image/3150/img-2.png
Fichier image/png, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Thiollet, « Gérer les migrations, gérer les migrants: une perspective historique et transnationale sur les migrations dans les monarchies du Golfe  », Arabian Humanities [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cy.revues.org/3150 ; DOI : 10.4000/cy.3150

Haut de page

Auteur

Hélène Thiollet

CERI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org